Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Les caractères généraux de la colonisation du Tropique

B. L’évolution de la politique de colonisation

Texte intégral

1Depuis l’Indépendance le gouvernement mexicain a toujours eu une politique de colonisation, avec pour objectif le peuplement et la mise en valeur des Nords Arides et des Terres Chaudes. Mais si le dessein général est resté le même : occuper des terres vacantes, exploiter leur "feracidad", la conception des formes de colonisation à promouvoir, le choix du type de colon à installer ont fortement évolué, et l’on peut distinguer chronologiquement quatre périodes de colonisation et quatre types de politiques de colonisation parfois contradictoires.

1. L’APPEL AUX IMMIGRANTS ETRANGERS AU XIX ème SIECLE

2Dès l’Indépendance le gouvernement mexicain, pour remédier à la concentration excessive de la population dans l’Altiplano Central, décida de faciliter la venue de colons étrangers.

  • 1 cf. José Guillermo RIOS MARTINEZ. "La Politica de Colonización en Mexico". UNAM. Escuela Nacional (...)

3En janvier 1823 Iturbide autorise la distribution de terres mexicaines aux étrangers désirant les coloniser ; c’est là le point de départ de l’établissement de colons étrangers dans le Texas où Esteban Austin reçoit une première concession de terres pour 200 familles1. Cette même année est crée la province de l’Isthme, capitale Tehuantepec, pour faire surgir un pôle d’attraction dans le sud ; le gouvernement mexicain promettait de donner des terres aux "entrepreneurs" qui feraient venir un minimum de 200 familles. Mais les lois de colonisation de 1824, 1830, visaient surtout au peuplement des États du Nord, et ce n’est qu’après la mauvaise tournure prise par la colonisation dans le Texas, et après la défaite de 1848 face aux États-Unis, que la préférence fut donnée aux européens et que les terres chaudes du Golfe reçurent des colonies officielles.

La colonisation spontanée française

  • 2 cf. Mathieu DE FOSSEY. "Le Mexique". Paris 1857, cité par F. CHEVALIER et L. HUGUET. "Peuplement e (...)

4Pourtant les premières expériences de colonisation étrangère conduites dans la première moitié du XIX ème siècle, en terres chaudes, sont le fait de français, sans aucune aide du gouvernement mexicain. Le Veracruz semble avoir attiré spécialement des français sous Louis Philippe ; outre les commerçants établis dans les ports, outre les militaires de la "guerra de los pasteles", vinrent également des colons agriculteurs. En 1831-1832 plusieurs tentatives de colonisation furent faites sur les bords du rio Coatzacoalcos2, mais les fièvres décimèrent les nouveaux venus, et les colonies disparurent. La tentative de San Rafael fut au contraire une réussite.

  • 3 Le cas de San Rafael a été étudié par Moisés de LA ΡΕΠΑ.

5Au début du XIX ème siècle, la basse vallée du Rio Nautla, à mi-distance entre Veracruz et la laguna de Tamiahua, n’était parcourue que par quelques troupeaux, perdus dans les marécages et la forêt claire. La région s’était vidée de ses populations indigènes à l’époque coloniale, sous le choc des épidémies et des grandes propriétés d’élevage. Le peuplement indigène s’était alors concentré plus à l’intérieur, dans la zone des collines et des bas chaînons montagneux de Papantla, Misantla, Teziutlan et Tlapacoyan. En 1831 un français naturalisé mexicain, Sthéphane Guenot, achète des terres à Jicaltepec, sur la rive droite du rio Nautla. Il constitue ensuite une compagnie de colonisation à Dijon où il recrute une soixantaine de personnes3. Deux cents colons sont établis à Jicaltepec en 1833, mais un conflit surgit entre Guenot et les colons : la compagnie de colonisation fut dissoute, Guenot s’enfuit. Finalement la colonie ne démarra bien qu’à partir de 1840 : les colons adoptèrent deux types de production, les cultures vivrières (maïs, haricot) pour leur subsistance, et des cultures commerciales, comme la vanille, le tabac et même le cacao. Seuls de tels produits, de haute valeur, pouvaient supporter des transports à longue distance : la production était écoulée par cabotage (d’abord de petits voiliers, puis un bateau à vapeur acheté par la colonie) côtier jusqu’à Veracruz.

6La croissance de la colonie fut momentanément interrompue en 1861, à la suite d’inondations qui détruisirent les cultures, et d’une épidémie de choléra qui tua plusieurs centaines de colons. Grâce à un nouvel afflux d’immigrants, venus de Belgique, de France, de Louisiane, ces pertes furent réparées et Jicaltepec atteignait environ 300 habitants en 1865. Après 1870 l’entreprise de colonisation prend un nouveau souffle : un avocat mexicain, Rafael Martinez de la Torre, acquiert un domaine sur la rive gauche du rio Nautla, et le lotit en le revendant aux colons français, Le nouveau village de "San Rafael" devient alors le centre de la colonie ; les parcelles se succédèrent le long du rio, s’enfonçant profondément dans T interfleuve, et donnant un paysage de rangs semblables à ceux du Canada. Les colons se spécialisèrent dans la production de vanille, puis dans les agrumes, et aujourd’hui ils ont ajouté à la production agricole un élevage intensif. En 1900 San Rafael et Jicaltepec comptaient plus de 1000 personnes possédant environ 30 000 hectares. En 1964 (cf. R.L. STEVENS) on comptait encore mille descendants de français (mais les jeunes générations sont pratiquement assimilées), et deux à trois mille personnes travaillant sur leurs terres. Depuis 1940 l’ouverture de deux routes goudronnées a entraîné à la fois une commercialisation plus poussée de la production, et une immigration de métis, attirés à la fois par la prospérité économique de la colonie et par la répartition des terres de latifundios voisins, transformés en éjidos.

7Parmi les causes de la réussite de San Rafael, nous pensons que l’absence de population autochtone au moment de l’établissement des colons français a été une chance ; forcés de travailler eux-mêmes leurs terres, les colons sont devenus de moyens exploitatnts, et non des planteurs latifundistes ; ensuite la possibilité de commercer (par voie fluviale et maritime, puis par route) a ouvert la voie à tous les produits spéculatifs : vanille et tabac, banane, agrumes, et même caoutchouc. Enfin la colonie a pu garder son originalité ethnique pendant tout le XIX ème siècle grâce à la continuité de l’immigration francophone.

La colonisation officielle

8En 1848 une première tentative d’organiser la colonisation est faite par le gouvernement mexicain : il créé une "Dirección de Colonización e Industrie", rattachée au ministère des Affaires Etrangères. Cet organisme est chargé d’étudier sur quelles bases techniques pouvait être développée la colonisation. Parmi ses premières recommendations on peut citer la nécessité de repérer à l’avance les terres à coloniser, les arpenter, choisir les cultures adaptées au climat et à la nature des sols, installer les colons étrangers dans des localités mexicaines, en évitant de créer de nouveaux villages isolés. Mais il semble que les luttes civiles entre conservateurs et libéraux, l’intermède de l’Empire de Maximilien, aient privé les lois successives de colonisation d’un effet réel : les projets de Santa Ana en 1854, de Comonfort en 1856, de l’administration de Maximilien, n’eurent pas de suite, si ce n’est la création d’une poignée de colonies. En 1856, le gouvernement mexicain avait recruté et installé soixante familles piémontaises dans la "Colonia Modelo", (le nom est déjà tout un programme), à Texquitipan, sur le rio Tecolutla. Chaque colon devait recevoir un minimum de 10 hectares, et le promoteur de la colonie 1/3 des terres distribuées. Mais l’isolement de la colonie et la malaria firent émigrer (ou périr) Tes colons en moins d’un an. En 1857 une vingtaine de familles survivantes s’établirent en aval, à 6 kilomètres de l’embouchure du rio Tecolutla, qui y est navigable. Chassés en 1888 par les inondations, ils s’établirent finalement à Gutierrez Zamora. Selon STEVENS il y avait en 1966 quelques 500 descendants d’Italiens dans cette zone, soit 10 % de la population actuelle. La colonie put se développer, dans les années 80-90, quand les colons reçurent des titres de propriété pour des lots de 12 à 32 hectares ; à partir de 1885 les indiens totonaques participèrent également au mouvement de colonisation et reçurent des lots. Gutierrez Zamora devint alors avec Papantla le grand centre de production et de commercialisation de la vanille. Récemment les agrumes et l’élevage ont pris une part importante de l’économie locale. Aujourd’hui l’assimilation de la population italienne est complète.

9En 1857 est fondée une éphèmère colonie française, la colonie "Eureka", à Ozuluama (Veracruz), puis sous Maximilien plusieurs essais sont faits, à Metlaltoyuca et Anixtlan (Puebla), mais seule réussit la colonie de Tuxpan, fondée par des américains confédérés.

10Pratiquement il faut attendre les années 1880 pour qu’ait lieu un mouvement plus intense de colonisation étrangère sous l’égide des autorités officielles.

11En 1877, le ministre du développement, Vicente RIVA PALACIO, déclarait que le gouvernement était résolu :

  • 4 Moisés GONZALEZ NAVARRO. "La Colonización en Mexico.." p. 2 et 37.

"à faire toute sorte de sacrifices pour attirer les étrangers honorables et travailleurs, et leur faciliter... leur installation sur notre sol privilégié"4.

12Dans son rapport de gouvernement de 1896 Porfirio DIAZ soulignait que :

  • 5 cité par Pierre ARNAUD, op. cité.

"le gouvernement s’occupait de la vigilance et du développement des colonies établies par l’administration antérieure et en créait et établissait de nouvelles. Ces colonies avaient pour objet de démontrer expérimentalement dans quelles conditions avantageuses, le colon étranger peut venir travailler au pays et la facilité relative de se créer dans notre pays, non seulement un genre de vie commode, mais encore un véritable patrimoine par un travail persévérant."5

13Au début du siècle, enfin Justo SIERRA affirmait :

"il nous faut attirer l’immigrant de sang européen… avec lui seul on doit essayer d’élever nos groupes indigènes" ;

14sans colonisation étrangère,

  • 6 Cité par Moisés de la ΡENΑ, "El pueblo y su tierra. Mito y realidad de la réforma agraria en Méxic (...)

"il y aurait, non pas une évolution, mais une régression"6.

15L’immigration de colons étrangers est donc de plus en plus considérée comme nécessaire, non seulement pour peupler des terres vacantes, pour utiliser la fertilité de ces terres, mais aussi pour servir de modèle aux populations indigènes, et les entraîner dans ce mouvement de progrès que les "cientificos" tentent de faire pénétrer au Mexique.

16De 1878 à 1910, on compte 156 contrats de colonisation signés avec la Secretaria de Fomento. La majeure partie des colonies étaient prévues pour la Basse Californie, le Sonora, le Chihuahua, le Veracruz et le Chiapas. Des projets qui n’eurent pas de suite visèrent la colonisation dans la zone de Coatepec (Veracruz) par des belges, de Tuxpan (encore des belges), dans celle de Jalapa par des familles juives.

17Certaines colonies furent cependant fondées : le projet le plus important concerna 2 600 italiens, répartis dans six colonies à partir de 1881 : colonie Carlos Pacheco (Tlatauqui, Puebla), 384 colons, colonie Diez Gutierrez (Ciudad del Maïs, San Luis Potosi), 410 colons, colonie Manuel Gonzalez (Huatusco, Veracruz), 654 colons. Les trois autres colonies devaient s’installer dans le Morelos, dans le Puebla et même le District Fédéral. (4)

18Le gouvernement payait aux colons leur transport depuis les ports européens, et une allocation proportionnelle à la taille de la famille pendant la première année d’installation. Il promettait en outre de fournir des animaux de travail, et même des terres partiellement plantées en café et canne à sucre. Mais les promesses ne furent pas tenues, les colons, mal sélectionnés ne témoignèrent pas de l’esprit de sacrifice et d’effort qu’ils devaient enseigner aux indigènes, et finalement seule la colonie Manuel Gonzales survécut. Cette colonie de 1 355 hectares au départ, avait été divisée en lots de 3 à 7 hectares, vendus de 16 à 35 pesos ; une famille avait en moyenne une quinzaine d’hectares en 1904 (cf. Stevens), et entre 5 et 10 hectares un demi-siècle plus tard. Mais face à cette évolution vers le minifundio, certains colons avaient pu grouper jusqu’à 200 hectares, et amasser de grandes fortunes dans les plantations de café, d’orangers, de banane.

19Des colonies d’hispanophones, furent également créées, mais se fondirent rapidement dans la population mexicaine : colonie "Cid de Leon" en 1887 dans le Papaloapan, colonies de la"Cia Colonizadora de la Costa Occidental de Yucatan", en 1895 à Puerto Morelos (exploitation du Chicle), Yalikin (exploitation du Palo de tinte) et Vega de San Jose (agriculture) : au total quelques 500 cubains. C’est encore la colonie "Gonzalez Cosio", créée en 1907 avec des porto-ricains, dans le Tabasco.

20On relève encore des tentatives allemandes (colonie de Tumbala, près de Palenque, en 1893) et américaines. Parmi ces dernières la colonie de Metlaltoyuca (Puebla), fondée en 1893, avec une centaine de colons, avait l’espoir de se développer avec la construction du chemin de fer de Tuxpan ; mais la ligne ne fut pas construite, et les colons, ne pouvant faire transporter leurs récoltes de café, vanille, banane, émigrèrent. La colonie américaine de El Chamal, dans le sud du Tamaulipas, créée en 1903, avec 100 familles, introduit des techniques d’élevage moderne, mais tombe en décadence avec la Révolution, qui pousse les colons à émigrer.

21Au total, pendant tout le gouvernement de Porfirio DIAZ, soixante colonies furent créées ; 16 colonies officielles (dont 8 d’étrangers) et 44 colonies privées (dont 34 avec des étrangers). Le nombre de colons était de 8 431 en 1908, on voit là la faiblesse des résultats de la politique de colonisation. Sur les soixante colonies, 31 étaient dans le Nord du Mexique et onze seulement dans la région du Golfe.

22L’échec de colonisation par des agriculteurs-explointants étrangers est flagrant, Pourquoi le Mexique ne bénéficia-t-il pas de la grande migration européenne vers l’Amérique (vers les États-Unis, mais aussi vers l’Argentine ou le sud du Brésil) ? Les raisons essentielles semblent bien être le caractère "indien" de sa population, le manque de communications, le foisonnement des épidémies et des obstacles naturels (inondations...).

23Venues en petits nombre, installées dans des colonies très dispersées, les populations de colons européens étaient balayées à la moindre crise. Sans bonnes communications les cultures commerciales ne pouvaient être étendues. Mais surtout face à l’exploitation familiale du colon étranger se dressait le grand latifundio ou la grande plantation utilisant une main-d’œuvre indigène servile. Les colons étrangers disposant de capitaux comprirent qu’il était plus avantageux de constituer de grands domaines utilisant une main d’œuvre mexicaine ; la masse des migrants européens préféra la société plus démocratique des États-Unis, une société plus européenne aussi. Finalement, c’est la grande exploitation, et non pas l’exploitation familiale qui colonisa les terres chaudes jusqu’à la Révolution.

2. LES LOIS DE COLONISATION DU PORFIRIAT : LATIFUNDI SME STERILE ET GRANDE EXPLOITATION MODERNE

24Le gouvernement porfiriste, face à l’échec des colonies officielles, décida de confier à des particuliers ou à des sociétés privées la tâche de coloniser terres arides du Nord ou terres vierges du Tropique Humide.

  • 7 Cf. F. CALDERON. "La Repùblica Restaurada. Vida Económica."dans Historia Moderna de México, de D. (...)

25Déjà en 1863 le gouvernement juariste, réfugié dans le nord du Mexique à la suite de l’intervention française, avait commencé à vendre les "baldios" pour financer la guerre.7 De 1863 à 1867 1 737 468 hectares furent ainsi appropriées, et 698 707 hectares le furent encore de 1867 à 1873, soit un total de 821 titres de propriété.

26Mais ce furent les lois de colonisation de 1875 (sous Lerdo de Tejada et surtout de 1883 (sous Manuel Gonzalez) qui déclenchèrent le grand mouvement de colonisation foncière,

27La loi de 1883 fut le grand instrument de propagation du latifundio dans les terres arides du nord et dans les terres chaudes. Parmi les principales dispositions de cette loi, il faut citer :

  • 8 Le terme de "Baldios" désigne les terres qui n’avaient pas été attribuées par les autorités coloni (...)

l’Article 1 :

"Con la finalidad de obtener los terrenos necesarios para el establecimiento de colonos, el Ejecutivo mandaria deslindar, medir, fraccionar y valuar los terrenos baldios8 de propiedad nacional que hubiere en la Republica...."

l’Article 2 :

"Las fracciones no excederian en ningun caso a 2 500 hectareas, siendo esta la mayor extension que podrá adjudicarse a un solo individuo mayor de edad, y con capacidad legal para contratar".

l’Article 18 :

"El Ejecutivo podrá aotorizar a compañias para la habilitatión de terrenos baldios con las condiciones de medición, deslinde, fraccionamiento en lotes, avaluo y descripción, y pare el transporte de colonos y su establecimiento en los mismos terrenos".

l’Article 21 :

"En conpensación de. los gastos pue hagan las compañies en la habilitacion de terrenos baldios, el Ejecutivo podrà concederles hasta la tercera parte de los terrenos que habiliten o su valor ; pero con las condiciones precisas de que no han de enajenar los terrenos que se les concedan a extranjeros no autorizados para adquirirlos, ni en extensiones mayores de 2 500 hectareas, bajo la pena de perder, en los dos casos, las fracciones que hubieran enajenado contraviniendo estas condiciones, y cuyas fracciones pasaran desde luego a ser propiedad de la nación".

28Dans la pratique, nous l’avons vu, l’utilisation de terres nationales au bénéfice de colons, sous la direction de l’État, n’eut qu’un développement médiocre ; en revanche la colonisation foncière privée, menée par les compagnies d’arpentage, les "Compañias deslindadoras", provoqua T appropriation, sinon la colonisation véritable, de millions d’hectares.

29En échange du tiers des superficies arpentées et fractionnées, les compagnies "deslindadoras" devaient remettre le reste des terres à des colons ou à l’État : chaque colon adulte pouvait recevoir jusqu’à 2 500 hectares, et devaient les payer dans un délai de 10 ans. Si le colon ne recevait que 100 hectares, il obtiendrait son titre de propriété en cultivant au minimum 10 % de sa terre pendant cinq années consécutives. Les colons, et ceci intéressait particulièrement les colons étrangers, seraient exemptés du service militaire, n’auraient à payer que les impôts municipaux ; ils ne subiraient aucun droit à l’importation sur les biens nécessaires à leur établissement, ni à l’exportation sur leur production.

  • 9 "El Agrarismo Mexicano y la Reforma Agraria". 1964. p. 116-117.

30Si l’on ne considère que le nombre des colons établis (4 580) et de colonies créées (44) par les compagnies privées, la colonisation privée ne semble guère plus efficace que la colonisation officielle (3901 colons et 16 colonies en 1908). Mais l’appropriation de terres fut considérable. De 1881 à 1906, date de leur dissolution, les compagnies deslindadoras arpentèrent quelques 49 millions d’hectares, soit plus du quart du territoire mexicain. Sur les 32, 2 millions d’hectares arpentés entre 1881 et 1889, ces compagnies, groupant seulement une trentaine de personnes, reçurent gratuitement 12,7 millions d’hectares, comme commission pour leurs travaux, et achetèrent en outre 14,8 millions d’hectares à vil prix. L’État mexicain ne récupéra dans cette période que 4,7 millions de terres nationales. Jésus SILVA HERZOG9 cite le cas d’un sociétaire d’une compagnie qui s’appropria ainsi 2 millions d’hectares dans le Oaxaca ; mais les plus gros accaparements se réalisèrent dans le Nord : quatre sociétaires reçurent ainsi 11,5 millions d’hectares en Basse Californie.

31Outre l’action des compagnies "deslindadoras", les concessions faites aux compagnies de chemin de fer et la reconnaissance de terres communautaires, les "ejidos", contribuèrement S dépecer les terres nationales. Les compagnies "deslindadoras", spéculant sur les plus-values foncières à réaliser, cherchèrent à vendre leurs lotissements à des particuliers ou à des sociétés américaines. Les hommes politiques mexicains et les grandes banques se taillèrent également de très beaux fiefs. Dans le Veracruz se constituèrent ainsi des latifundios forestiers (pour l’exploitation du caoutchouc en particulier) comme ceux de C. David Ghest (56 000 hectares), de Hearst (106 000 hectares). Le Banco de Londres y México, et le Banco Nacional de Mexico acquirent plus de 1,5 millions d’hectares dans le Quintana Roo (nouvellement soumis, dont un latifundio de 650 000 hectares, livré à l’exploitation du Chicle et des bois précieux. La Compania Mexicana de Petroleo El Aguila possède 60 000 hectares dans la région du Panuco, et la Compagnie du Chemin de Fer de Veracruz 76 600 hectares dans le municipe de Minatitlan.

32La spéculation fut encore relancée par la loi de 1894, sur l’occupation et l’aliénation des "baldios" (la loi dinstinguait les baldios, les demasias, terres dans les limites d’une propriété, mais excedant la superficie indiquée par le titre de propriété correspondant, les excedencias, terres occupées depuis plus de 20 ans en dehors de la propriété régulièrement inscrite, enfin les terrenos nacionales, terres de "baldios" arpentées mais finalement abandonnées, désertées).

  • 10 "El Porfiriato. La Vida Social." p. 189-193, dans _Historia Moderna de México", de D. COSIO VILLEG (...)

33La nouvelle loi permettait à tout individu de dénoncer des terres comme "baldios" et de les revendiquer, Profitant de cette clause, de nombreux hacendados s’approprièrent ainsi de terres occupées par des communautés indigènes, ou même de biens communaux de villages métis. La loi de colonisation, source de spoliations, est à la source également de la crise agraire débouchant sur la Révolution. Moisés Gonzalez Navarro cite10 ainsi le cas de villages yucatèques comme Tixcancal, Kankabachen, et de plusieurs pueblos de la zone de Tizimin, dont les biens furent confisqués par des hacendados, sous prétexte qu’il s’agissait de "baldios". Il est significatif de trouver parmi ces "profiteurs" un administrateur d’une hacienda appartenant à Olegario Molina, alors ministre et gouverneur du Yucatan.

34De plus la loi de 1894 n’imposait plus aucune limite quant à la taille des lots vendus par les compagnies "deslindadoras".

35Le champ fut libre pour les spéculateurs fonciers jusqu’en 1902, quand le gouvernement, reconnaissant son erreur, décide que seuls des organismes officiels s’occuperont du lotissement et de l’arpentage des baldios. Enfin en 1909 la loi de 1894 fut abrogée, la limite des lots "colonisés" par une personne fixée à 5 000 hectares. Mais il était trop tard, les grands latifundios s’étaient incrustés dans les terres chaudes sans les peupler.

36On peut dresser le bilan de la colonisation foncière de 1877 à 1910 en relevant le nombre de titres de propriété et les superficies accordées à partir des terres nationales (baldios...)

TABLEAU no 23. COLONISATION FONCIERE BILAN 1877 - 1910

no de titres

superficie

Total

42 428

38 774 280 hectares.

total ventilé

38 090

20 832 422 -

Veracruz

274

466 618 -

Tabasco

7 025

1 133 738 -

Campeche

978

826 663 -

Yucatan

12 403

823 892 -

Ouintana Roo

4

40 130 -

Chiapas

1 255

3 062 413 -

Oaxaca

17

331 663 -

……..

Basse Californie

692

1 152 548 -

Coahuila

765

1 378 585 -

Chihuahua

821

3 103 009 -

Durango

583

1 354 227 -

Sinaloa

848

1 912 646 hectares

Sonora

10 733

3 510 500 -

Nayarit

37

608 450 -

Tamaulipas

269

340 964 -

Source : "Estadisticas Sociales del Porfiriato 1877-1910", Dirección General de Estadistica. 1956. Tableau 48
Seuls les États du Golfe et du Nord ont été retenus ici. La faible superficie du Veracruz et du Quintana Roo est sans doute S attribuer à la différence entre le total de terres appropriées (38 774 280 hectares) et. le total effectivement ventilé entre les Etats (20 832 422 hectares).

37Comment se répartissaient ces terres, entre colons, communautés villageoises (éjidos), adjudicataires de baldios, compagnies ferroviaires ? Le tableau suivant nous le montre :

TABLEAU no 24. BENEFICIAIRES DES LOIS DE COLONISATION PORFIRISTES

TABLEAU no 24. BENEFICIAIRES DES LOIS DE COLONISATION PORFIRISTES

Même source. Tableau 86. Dans les États de Yucatan et de Chiapas ce sont les acheteurs de biens nationaux qui rassemblaient la majeure partie des terres appropriées.

38Si l’on considère non pas les compagnies "deslindadoras", mais les adjudicataires de baldios (7 496) et les acheteurs de biens nationaux (1 786), on s’aperçoit que ces deux catégories de nouveaux propriétaires rassemblent 22,6 % des bénéficiaires des lois de colonisation, mais 91,5 % des terres appropriées. En revanche les simples colons (2,4 % des bénéficiaires) ne recevaient que 0,05 % des terres, et les gens des communautés villagoises, se partageant des éjidos (72,5 % des bénéficaires) suelement 1,5 % des terres.

39Dans l’ensemble les plus grands latifundios créés, aux confins du Oaxaca et du Veracruz, dans 1’Isthme de Tehuantepec, dans le Campeche, le Ouintana Roo et l’intérieur du Chiapas, ne furent pas mis en valeur par une agriculture pionnière. Tout au plus l’exploitation du Chicle, du Hule, ou des bois précieux y fut-elle organisée, comme dans la "Pennsylvania-Campeche" dans le Campeche (cf, III ème Partie. 2), ou dans les latifundios chicleros du Ouintana Roo, Effrayés par la Révolution, les propriétaires étrangers hésitèrent à investir dans leurs terres, et la colonisation agricole de ces latifundios ne commença guère qu’avec l’application de la Réforme Agraire et de nouvelles politiques de colonisation.

40Mais tous les latifundios ne furent pas stériles ; il semble bien que sous le porfiriat, parallèlement à la création de très grandes propriétés, il y ait également création d’haciendas moyennes à partir de latifundios forestiers ou d’élevage, les deux évolutions n’ayant pas lieu dans les mêmes régions. Ainsi dans le Papaloapan des haciendas de plantations modernes sont créées par des capitalistes qui achètent des terres aux grands éleveurs. Dans le Soconusco les planteurs allemands constituent de petites fincas pour y planter du café ; même dans la zone d’expansion du henequen la taille moyenne de 1’hacienda n’est que de 1 000 à 2 000 hectares. Si nous prenons le Veracruz, État le plus peuplé et le mieux mis en valeur par la colonisation, les haciendas s’y répartissent ainsi en 1910 :

TABLEAU no 25. LES HACIENDAS DU VERACRUZ EN 1910

Nombre

Superficie

TOTAL

536

2 672 969

moins de 100 has

10

651

101 à 1 000 has

140

77 686

1 001 à 5 000 has

243

594 205

5 001 à 10 000 has

76

540 477

10 000 à 20 000 has

43

598 377

20 001 à 30 000 has

9

215 079

30 001 à 40 000 has

2

66 111

40 001 à 50 000 has

1

44 000

50 001 à 60 000 has

2

116 290

60 001 à 70 000 has

1

60 741

70 001 â 80 000 has

1

76 591

80 001 à 90 000 has

2

176 261

+ de 90 000 has

1

106 000

Source : Estadisticas Sociales del Porfiriato. Tableau 6.
Près de la moitié des haciendas du Veracruz avaient entre 1 000 et 5 000 hectares et vivaient de l’agriculture, comme les haciendas cotonnières de Tlacotalpan, de Hueyapan, comme les haciendas sucrières de San Alejo, de Paraiso Novillero.

  • 11 M. GONZALEZ NAVARRO. "La colonizaciôn en México..." p. 79.

41Ce sont ces haciendas agricoles moyennes, créatrices de plantations, qui ont besoin d’une main-d’œuvre difficile à recruter sur place. Et ceci est à l’origine d’un autre type de colonisation : l’appel aux travailleurs étrangers, employés comme salariés, non pas comme colons indépendants. Les premiers travailleurs étrangers furent recrutés pour la construction des chemins de fer et des nouveaux ports des terres chaudes : jamaïcains pour le chemin de fer de San Luis Potosi à Tampico en 1882 ; noirs des Bahamas pour le port de Tampico, chinois pour le chemin de fer de Tehuantepec, japonais pour les ports de Salina Cruz et Coatzacoalcos11. Les hacendados du henequen de Yucatan et Campeche cherchèrent à recruter des chinois, coréens, japonais, engagés sur contrat. Des projets fantastiques, de simples rumeurs, parlaient de faire venir 200 000, et même un million de chinois dans le Yucatan. Le recensement de 1910 n’en comptait que 875 et 306 coréens, la plupart employés d’ailleurs dans de petits métiers urbains. L’immigration d’étrangers, ne joua donc à peu près aucun rôle dans le développement de ces haciendas.

  • 12 J.K. TURNER. "México Barbaro" reportage 1908. 1ère édition 1911,

42En revanche la déportation, le travail forcé, organisés par le gouvernement porfiriste, en collusion avec les grands propriétaires, eurent une certaine importance dans le Papaloapan et dans le Yucatan. Le pamphlet de Turner12dénonce le gouvernement fédéral et des gouverneurs d’État, qui multiplient les rafles de "criminels", de désœuvrés, et les expédient dans les plantations de tabac du "Valle de la Muerte", le Valle Nacional, en amont de Tuxtepec. Selon lui plus de 8 000 Yaquis, après leur révolte malheureuse de la décade 1890 - 1900, furent déportés au Yucatan à partir de 1905, et vendus 75 pesos par individu. Le recensement de 1910 n’enregistre pourtant que 2 757 personnes nées dans le Sonora, mais comment le recensement fut-il levé dans les haciendas ?

43La majeure partie des travailleurs agricoles des haciendas pionnières fut cependant fournie par des migrations à plus courte distance : migration volontaire des indiens des sierras du Oaxaca vers les bajos de Veracruz, migration saisonnière des Altos de Chiapas vers le Soconusco. Mais on ne peut parler â leur sujet d’une politique nationale de colonisation ; il s’agit de mouvements organisés par les hacendados à leur profit.

44À l’aube de la Révolution, dans les terres chaudes du Golfe et du Sud-Est, la situation créée par un demi-siècle de colonisation dans le cadre des lois fédérales, est la suivante :

45. l’immigration de colons étrangers a échoué, celle de travailleurs étrangers est demeurée très marginale. Deux grands types d’haciendas coexistent : le latifundio forestier, peu ou pas exploité, dépassant facilement 50 ou 100 000 hectares, et l’hacienda moyenne de 1 000 à 10 000 hectares, orientée vers les plantations spéculatives ou un élevage rénové par l’introduction de nouveaux pâturages (dans le Veracruz et le Tabasco). Le problème agraire, du point de vue foncier, ne se pose donc pas différemment dans les zones de colonisation ; et que dans les zones anciennement peuplées : la population des peones, de gens sans terre, est de 94 % dans le Veracruz, 87 % dans le Campeche, 93 % dans le Chiapas, en 1910, 98 % dans le Yucatan en 1900. La seule exception semble celle du Tabasco, avec 44 % seulement de peones et 55 % d’agriculteurs indépendants en 1910. Sauf dans ce dernier cas, il n’y a pas de groupes importants de colons ou exploitants moyens se suffisant à eux-mêmes. Le problème agraire est celui du démantèlement des latifundios, de la répartition est de la mise en culture de leurs terres.

3. LA COLONISATION, CONTRE-REFORME AGRAIRE ?

46Après la Révolution et jusqu’en 1962, les politiques officielles de colonisation jouent un rôle ambigu : visent-elles à coloniser ou plutôt à limiter l’impact de la Réforme Agraire ?

47Tout d’abord la loi de 1915 et l’article 27 de la Constitution de 1917, qui sont à la base de la Réforme Agraire, ne remettaient pas radicalement en cause toutes les opérations de deslinde et fractionnement des terres nationales et des baldios. L’article 27 précise que :

VII... Se declaran nulas todas las diligencias, disposiciones resoluciones y operaciones de deslinde, concesión, composición, sentencia, transacción, enajenación o remate que haya privado total o parcialmente de sus tierras, bosques y aguas, a los conduenazgos, rancherias, pueblos, congregaciones, tribus y demas corporaciones de población que existan todavia, desde la ley de 25 de junion de 1856...

... Se declaran revisables todos los contratos y concesiones hechas por los gobiernos anteriores desde el año de 1876, que hayan traido por consecuencia el acaparamiento de tierras, aguas y riquezas naturales de la Nación por una sola persona o sociedad, y se faculta al Ejecutivo de la Uniôn, para declararlos nulos cuando impliquen perjuicios graves para el interes pùblico.

  • 13 "Memoria de la secretaria de Agricultura y Fomento, septembre de 1939-Agosto de 1940".

48Si les communautés dépouillées de leurs terres par les opérations de deslinde pouvaient les récupérer, le fait fondamental est que la Nation n’exigeait pas le retour dans ses domaines de toutes les terres de baldios aliénées. Après 25 ans de Réforme Agraire, et de révision des concessions faites, il restait ainsi en 1940 encore 4 019 668 hectares détenus par des sociétés qui les avaient "deslindadas"13

49En second lieu les mêmes erreurs quant à l’appréciation du rôle de l’immigration étrangère furent commises par les gouvernements révolutionnaires. C’est Obregon qui en 1921 autorise l’immigration de colons Mennonites dans le Chihuahua, c’est le Partido Nacional Revolucionario de Calles qui déclare en 1929 :

EVOLUTION DE LA COLONISATION DANS LE CADRE DES TERRES NATIONALES 1922 - 1940

EVOLUTION DE LA COLONISATION DANS LE CADRE DES TERRES NATIONALES 1922 - 1940

FIGURE No 36. NOMBRE CUMULE DE COLONIES CREES PAR LA SECRETARY DE AGRICULTURA Y FOMENTO 1922 - 1940

FIGURE No 37. NOMBRE CUMULE DE CHEFS DE FAMILLE ETABLIS DANS LES COLONIES DE LA S.A.Y.F. 1922 - 1940

FIGURE No 38. SUPERFICIE CUMULEE DES TERRES FRACTIONNEES EN COLONIES PAR LA S.A.Y.F. DE 1922 à 1940.
De 1922 à 1940 la Secretaria de Agricultura y Fomento est chargée de créer les nouvelles colonies.
On constate, sur ces trois graphiques, que l’essentiel de la colonisation s’est effectué pendant les années 1934 - 1940, c’est à dire pendant la Présidence du général Lazaro Cardenas.
- Source utilisée : "Memoria de la Secretaria de Agricultura y Fomento" Septembre 1939 - Août 1940.

  • 14 Cité par J.S. HERZOG., op. cité, p. 373-374.

Le Partido Nacional Revolucionario soutient que pour suppléer le manque de population agricole, il faut implanter une politique de colonisation, en faisant venir sur les terres récemment ouvertes les mexicains qui ont émigré (aux États Unis) on doit également suppléer le manque de population agricole grâce à une politique de colonisation faisant venir des colons d’autres pavs...14

50Cet appel à des éléments venant de l’étranger profiterait, selon la pensée de ses promoteurs, de la mobilité de l’immigrant, prêt à s’installer dans n’importe quelle zone, et surtout d’un niveau culturel et technique plus élevé que celui des populations indigènes.

51L’idée porfiriste que le problème des populations indigènes serait résolu par la création de colonies d’immigrés de race blanche était encore vivace après la Révolution.

52Troisième élément d’opposition entre le politique de Réforme Agraire et celle decolonisation, les lois de colonisation, de Calles à Aleman, favorisant la moyenne et grande exploitation contribuant ainsi â accentuer l’écart entre l’éjidatario ou le comunero, qui reçoit au maximum quatre hectares de terres irriguées ou huit hectares de temporal (Code Agraire de 1934), et une "élite" de moyens et grands agriculteurs.

53Le décret du 2 Août 1923 offre à tout mexicain de plus de 18 ans qui manque de terre et ne peut en obtenir à aucun autre titre (comme éjidatario) la possibilité d’en acquérir dans les tierras nacionales y baldias, à condition d’occuper personnellement ces terres, et d’en aviser la Secretaria de Agricultura. Les limites maximum sont fixées à : 25 hectares en terres irrigables, 100 hectares en terres de temporal de première qualité, 200 hectares en terres de temporal de seconde qualité, 500 hectares dans les autres terres (cerril, pastos...).

54La loi de colonisation de 1926 et la loi d’irrigation s’appliquèrent surtout aux districts d’irrigation créés dans le Nord dans les années 25-40. Les terres nationales et celles irriguées par des ouvrages fédéraux étaient déclarées colonisables, sous l’autorité de la Secretaria de Agricultura y Fomento. Les lots concédés avaient pour limites : de 5 à 150 hectares dans les terres de rieqo, de 15 à 250 hectares dans celles de temporal de bonne qualité et précipitations suffisantes, de 20 à 500 pour les autres qualités de temporal, et de 50 à 500 hectares pour les terres de pâturages et de cerros.

55On voit bien ici que le but du gouvernement est de créer, entre les grands propriétaires et les nouveaux éjidatarios, une classe d’agriculteurs moyens :

  • 15 Ley de Irrigación de 9 de enero de 1926.

Se trata de esa masa campesina que formara lo nue Dudieramos llamar la clase media de los agricultores y que seran, mediante el desarrollo de las obras de irrigación y el fraccionamiento de los terrenos irrigados, los pequerios propietarios que queden colocados, por sus intereses y aspiraciones, entre los ejidatarios y los grandes terratenientes y, de esta forma, atenuaran en mucho los choques violentos de aquellos intereses, sirviendo de estimulo con su ejemplo a los ejidatarios y de barrera a la ambición monopolizadora de los latifundistas.15

  • 16 Source : "Memoria de la Secretaria de Agricultura y Fomento, septiembre de 1939-Agosto 1940."

56La Secretaria de Agricultura y Fomento, chargée de la colonisation, créa 153 colonies de 1923 â 1940, occupant une superficie de 1 190 000 hectares. Ces résultats, pour l’ensemble du Mexique, paraissent considérables par rapport à l’œuvre du Porfiriat. Mais le nombre de chefs de famille établis dans les colonies reste très faible : 13 321 seulement16Les courbes représentant les créations de ces colonies montrent que c’est sous Lazaro Cardenas, entre l934 et 1940, que la majorité des colonies, ont été crées.

La Marche à la Mer

  • 17 cf. H. ENJALBERT. "Réforme Agraire et production agricole au Mexigue" 1910-1965". Communication au (...)

57Mais la colonisation ne prend son caractère de Contre-Réforme Agraire qu’avec les présidents Avila Camacho et Miguel Aleman. Non seulement la colonisation est conçue alors comme un ersatz de Réforme Agraire, l’occupation de terres vierges devant remplacer la distribution des terres des haciendas17 mais elle devient â nouveau le moyen de créer de grands domaines ; certes il ne s’agit plus de latifundios de dizaines de milliers d’hectares mais de propriétés de plusieurs centaines d’hectares pour les exploitations agricoles, de plusieurs milliers d’hectares pour celles d’élevage. Le caractère scandaleux de cette évolution tient à ce que ces grands domaines se constituèrent à partir de terres nationales, et à ce qu’il y avait deux poids deux mesures, l’un pour l’éjidatario, l’autre pour le neo-latifundiste.

58Le slogan de la Marcha al Mar, lancée par Avila Camacho, qui recouvre cette nouvelle vague d’appropriation privée, vise officiellement la mise en valeur des terres chaudes :

A través de la historia, los esfuerzos organizadores de la agricultura se desplegaron principalmente sobre las altiplanicies y las grandes mesetas centrales del pais precisamente en tierras sobrepobladas, explotadas por siglos y cansadas de producir. En estas condiciones, la economia agricole tuvo que sustentarse sobre la concentración de la tierra y la explotación del Nombre. Y cuando la Revolución ha venido destruyendo el latifundio y entregando a los trabajadores sus ejidos, nos hemos encontrado frecuentemente con tierra insuficiente, pobre en su mayor extensión y con un grave problema de población que resolver...

Afortunadamente para el provenir de la Repùblica, exister estas regiones que se extienden a lo largo de nuestras costas de una prodigiosa feracidad, que sólo esperan el poder creador de los hombres de acción, inspirados en sentimientos de justa explotación económica, para incorporar la riqueza de esta privilegiada zona, que constituye la reserva de uno de los màs fuertes puntos de apoyo de la grandeza econômica de Mexico...

  • 18 Avila CAMACHO. Discours prononcés pendant sa campagne pour la présidence.
  • 19 Avila CAMACHO. Discours de Juillet 1941. cités par J. M. HERZOG, op. cité. p.462-463.

Concentraré mi empeño en hacer florecer la parcela de los campesinos, extendiendo todos los estimulos de que pueda disponer el pais. Extremaremos la protección a la pequeña propiedad, no sôlo para defender la que va existe, sino para que de las vastas extensiones incul tas se formen nuevas pequeñas explotaciones agricolas.18 En mi concepto, el porvenir de la producciôn agricola esta en las feraces tierras de las costas. Una marcha hacia el mar aliviara la congestión de nuestra meseta del Centro cuyas extenuadas tierras habrán de consagrarse a cultivos que la politica colonial les negó para abandonarlas a la tradiciôn maicera del indigena, puesto que.la feracidad de las fa.ias litorales volverá incosteable el cultivo de varios productos en la altiplanicie.19

59Deux caractères de la politique de colonisation, de la descente vers les côtes, sont soulignés dans ces discours : la colonisation, œuvre d’hommes dynamiques, devra être une base du développement de l’agriculture mexicaine ; la colonisation doit permettre d’accroître le nombre des "petites" propriétés. Voilà les deux traits fondamentaux que l’on retrouve dans la loi de colonisation et les réformes à l’article 27 constitutionnel de Miguel Aleman.

La réforme de l’article 27 Constitutionnel (31 décembre 1946)

60Si cette réforme contient un article augmentant la superficie de dotation des éjidatarios (10 hectares irrigués au lieu de 4 sous Cardenas, 20 de temporal au lieu de 8), les autres modifications favorisent les grandes plantations. En effet la petite propriété inaffectable par la Réforme Agraire, a une superficie plus grande en ce qui concerne les cultures de plantation, pourtant les plus rémunératrices :

  • 20 Réforme de la fraction XV de l’article 27 de la Constitution de 1917.

sera considérée comme petite propriété agricole celle n’excédant pas 100 hectares irriguées ou "de humedad", de première qualité, ou leur équivalent dans les autres qualités.. sera considérée également comme petite propriété les superficies n’excédant pas 200 hectares en terres de temporal ou d’agostadero cultivable, 150 hectares de terres cultivées en coton, si elles sont irriguées par inondation fluviale ou pompage, 300 hectares... destinés à la culture du bananier, de la canne à sucre, du café, henequen, caoutchouc, cocotier, vigne, olivier, quina, vanille, cacao ou arbres fruitiers. Sera considérée comme petite propriété d’élevage celle n’excédant pas la superficie nécessaire pour l’alimentation de 500 têtes de gros bétail ou son équivalent en Detit bétail.20

61Ces réformes légales permettaient ainsi aux grands propriétaires des terres chaudes de conserver jusqu’à 300 hectares de plantation, ce qui, dans le cadre du fractionnement d’un domaine entre parents, enfants en bas âges, hommes de paille, permettait de conserver en toute tranquillité des domaines de 1 500 à 3 000 hectares, et beaucoup plus encore dans le cas des exploitations d’élevage (un indice d’agostadero courant de 5 hectares pour une tête de bétail permet ainsi à un éleveur de garder 2 500 hectares, taille que l’on peut observer dans la Huastèque). Mais tous reçoivent le titre, le sauf-conduit de "petits propriétaires".

62La justification de ces privilèges accordés aux propriétaires anciens et nouveaux des terres chaudes (et aux planteurs de coton des zones arides-irriguées) était-elle seulement économique ? S’agissait-il seulement d’accroître la production agricole destinée à l’exportation, et indirectement au financement des infrastructures et de l’industrialisation ? Ne s’agissait-il pas aussi pour l’entourage gouvernemental, pour les hommes d’affaires, dirigeants syndicaux et petits caciques locaux, pour les fils de révolutionnaires et les politicos en général, de profiter de l’ouverture des districts d’irrigation et des grands travaux dans le Papaloapan, du désenclavement des terres chaudes, pour y constituer de grandes propriétés ?

La loi de colonisation du 30 décembre 1946

  • 21 J. FRANCO BENCOMO. "Los Nuevos Centros de Población." Escuela Nacional de Agricultura. Centro de E (...)

63Cette loi complète la réforme à l’article 27, et facilite la colonisation créatrice de "petites propriétés". La colonisation était déclarée d’utilité publique, aussi bien sur les terres nationales que sur les terres privées. Seules n’étaient pas colonisables : "les réserves ou zones protégées forestières, les propriétés privées qui sont exploitées convenablement et la petite propriété inaffectable". Une Comisión Nacional de Colonización était chargée des programmes de colonisation privée. Cette loi ouvrait donc la possibilité de créer de "petites propriétés" (de 000 hectares !) sur des terres de la Nation, alors que les éjidatarios des Nouveaux Centres de Peuplement Ejidal (cf. même chapitre. 4) n’avaient droit qu’à des parcelles de 20 hectares. D’autre part la loi de colonisation fut employée pour soustraire à la Réforme Agraire des latifundios qui, au lieu d’être réoartis en éjidos, furent colonisés en petites propriétés21 Grâce à cette loi les districts d’irrigation créés dans le nord du pays ne furent pas entièrement répartis entre éjidatarios.

64Quelle est la superficie ainsi soustraite à la Réforme Agraire par la colonisation ? L’ingénieur Franco Bencomo l’évaluait à 8 millions d’hectares, répartis entre 1200 colonies et 76 000 chefs de famille. Les chiffres officiels du Département Agraire sont un peu différents :

TABLEAU No 26. COLONIES EXISTANT AU 31 AOUT 1966

Nombre

Superficie A.

Nombre de colons. B

A/B

Total

1 147

6 559 274 has

57 264

114

Colonies agricoles de riego.

110

475 358

13 926

34

Colonies agricolestemporal

868

4 230 679

33 396

126

Coloniesd’élévage

169

1 863 237

9 942

186

Source : "Memoria de Labores" D.Α.Α. y C. - Mexico 1966

  • 22 J. BALLESTEROS... "La Colonización del Papaloapan". Centro de Investigaciones Agrarias. 1970. p. 1 (...)

65Les principaux États touchés par cette colonisation Drivée étaient le Veracruz, la Basse Californie, le Chiapas, le Chihuahua et le Sonora. Le seul État de Veracruz, en 1966, groupait 307 colonies recouvrant 1 195 675 hectares22.

66Toutefois le nombre de colonies de 1966 n’inclut pas 93 colonies (624 515 hectares) dont la constitution avait été annulée à la suite de la dérogation de la loi de colonisation en 1962.

  • 23 Exemples tirés de : A. SIEMENS. "The character and recent development of agricultural settlement i (...)

67Ces colonies, du moins celles du Veracruz, ont été souvent des légalisations d’une occupation antérieure. Ainsi la colonie Loma Bonita, au sud d’Acayucan, est le résultat d’une occupation spontanée de terres du Sanborn’s (restaurant de México) avant 1940, les formalités légales de colonisation n’étant remplies qu’en 1950 ; dans la colonie "Las Conchas", sur le rio Coatzacoalcos, les premiers occupants sont arrivés dans les années 30, mais n’ont demandé leur statut de colonie qu’en 1953, à la suite d’une invasion de leurs terres par des éjidatarios23. Mais bon nombre des colonies furent simplement un paravent pour la spéculation foncière et l’appropriation du sol par des gens des villes. Mais cette dernière réalité n’apparaît que lorsque des dissensions entre clans politiques font surgir des scandales, comme celui des titres apocryphes, en 1968.

68En 1968 le chef du Département Agraire révéla l’existence d’un scandale agraire de très grande importance. Malgré la dérogation de l’ancienne loi de colonisation alémaniste, à la fin de 1962, certains hauts fonctionnaires, utilisant la signature de l’ex-président Lopez Mateos, avaient, dans les derniers jours de son mandat, signé des actes à la fois apocryphes et illégaux : des terres oui auraient dû être réservées à la colonisation éjidale avaient été livrées à la colonisation privée. Dans le Chihuahua, le Veracruz, le Chiapas et le Quintana Roo, 6 043 titres de propriété, délivrés à des colons, avaient ainsi dérobé 1 577 957 hectares à l’action agraire : 2 043 titres et 1 112 128 hectares avaient été attribués à des "occupants" de terres nationales, 3 000 titres et 465 129 hectares à des colons se partageant des propriétés privées. Ces titres auraient été obtenus en versant des "mordidas" substentielles aux fonctionnaires mis en accusation. Mais alors qu’une grande partie des colons étaient de bonne foi, et occupaient réellement leurs terres, des banquiers et hommes d’affaires bien placés politiquement s’étaient glissés parmi ces colons. Ce sont d’ailleurs ces "agricultores nylon", quarante sur 5 043, qui obtinrent des tribunaux un jugement d’amparo, alors que tous les autres titres de propriétés étaient déclarés sans valeur en 1968.

69Ce scandale a révélé le caractère néfaste de la colonisation alémaniste, qui profitait aux milieux financiers et politiques, et risquait de bloquer tout développement de l’éjido, maintenu dans le cadre géographique des zones agricoles déjà exploitées, où la répartition des terres était - officiellement - pratiquement terminée.

4. LA COLONISATION, FORME DE LA REFORME AGRAIRE

70L’application de la Réforme Agraire dans les terres chaudes du Golfe a provoqué, à notre avis, leur colonisation agricole :

  • indirectement, en poussant les anciens propriétaires à diviser les latifundios, â mettre en exploitation les terres en friche, pour éviter la répartition de leurs terres entre des éjidatarios ;
  • directement, en donnant aux communautés villageoises existantes, ou aux peones acasillados, des terres peu exploitées, qu’ils convertirent en milpas et petites plantations ;
  • directement encore, en créant des "Nuevos Centros de Población Ejidal", dans des zones de faible peuplement et de latifundisme forestier ou d’élevage.

71C’est cette dernière politique que nous examinons ici, sinon nous devrions faire une étude générale de la Réforme Agraire dans les terres chaudes du Golfe, qu’il nous semble difficile d’inclure ici.

Les Nouveaux centres de peuplement

72L’article 27 de la Constitution de 1917 et le Code Agraire de 1934 avaient créé et codifié la possibilité de créer des nouveaux centres de peuplement éjidal. Ceci concernait les groupes de 20 individus ou plus, ayant droit à recevoir une parcelle, mais qui ne trouvaient pas de terres affectables en superficie suffisante dans leur lieu de résidence. Ces ayant-droit couvaient demander la distribution des terres des propriétés dépassant les limites de la "petite propriété", même s’il n’y avait aucun village dans le rayon d’affectation légal (7 kilomètres). Ce type de grandes propriétés isolées de villages à doter, on le rencontrait dans les zones de faible peuplement, aussi bien dans le Nord que dans les terres chaudes.

73Les nouveaux centres de peuplement éjidal sont bien une forme de colonisation, puisque d’une part les nouveaux éjidatarios viennent d’autres zones, sont des migrants, et que les terres qui les accueillent sont des latifundios forestiers ou d’élevage. Leur développement est une chose récente : si l’on excepte les années 1924, 1938 et 1951, le nombre de bénéficiaires annuels de cette politique à la fois de colonisation et de Réforme Agraire, est inférieur à 1 000, de 1922 à 1957. (cf. graphique). Sur les 447 centres (3 650 000 hectares, 71 565 bénéficiaires) créés depuis 1922, 357 (3 461 451 hectares, 57 236) l’ont été depuis 1958.

74Ce tournant, 1958, c’est Tannée de l’arrivée au pouvoir du Président Lopez Mateos, qui relance la Réforme Agraire, freinée depuis Avila Camacho. En 1958 la Comisión Nacional de Colonización passe sous l’autorité du Département Agraire. En 1962 la loi de colonisation alémaniste de 1946 est dérogée. Désormais toute colonisation privée est interdite, aussi bien sur les terres nationales que sur les terres privées. Toutes les terres disponibles doivent être destinées à la constitution d’éjidos, à l’ampliation des éjidos existant déjà, et à la création de Nuevos Centros de Población Ejidal. La colonisation éjidale pouvait donc se faire aussi bien sur les terres nationales que sur les terres privées affectables.

75Or, le potentiel de terres nationales colonisables était encore considérable, malgré la colonisation privée, la reconnaissance des droits de certaines compagnies "deslindadoras", et la création de 90 centres de peuplement éjidal :

76Évaluées à 43 577 352 hectares en 1940, les terres nationales occupaient encore 11 514 644 hectares en 1960 (cf. tableau). Paradoxalement même, des États comme le Campeche avaient plus de terres nationales en 1960 qu’en 1940, à la suite de la récupération de concessions arrivées à extinction.

77Dans la région du Golfe et du Sud-Est le Campeche venait en tête avec 3 548 572 hectares, puis le Quintana Roo avec 1 715 139 hectares, le Oaxaca avec 1 217 919 hectares. Veracruz, Chiapas, Tabasco et Yucatan ne groupaient que 723 913 hectares.

L’Œuvre de colonisation éjidale depuis 1958.

78C’est sous le président LOPEZ MATEOS que des expériences de colonisation éjidale sont lancées dans la Huastèque, l’Isthme de Tehuantepec, le Campeche, le Quintana Roo.

  • 24 Adolfo LOPEZ MATEOS. "Quinto Informe de Gobierno" 1er septembre 1963.

"Para resolver los problemas que se generan por la falta de tierras para dotaciones, en algunas entidades del pais, se ha emprendido en gran escala una operación para movilizar campesinos a regiones feraces, con disponibilidades de dotaciôn."24

TABLEAU No 27. EVOLUTION DE LA SUPERFICIE DES TERRES NATIONALES RECENSEES

ETATS

SUPERFICIE EN 1940

SUPERFICIE EN 1960

BASSE CALIFORNIE (État et territoire)

13 000 000 has

45 168

CAMPECHE

2 000 000

3 548 572

CHIAPAS

3 000 000

175 226

CHIHUAHUA

5 000 000

183 182

COAHUILA

1 453 000

118 548

DURANGO

1 100 000

778 980

GUANAJUATO

1 100

2 446

JALISCO

483 000

164 073

NUEVO LEON

100 000

76 566

SAN LUIS POTOSI

100 000

19 256

SINALOA

1 007 252

134 675

SONORA

7 000 000

940 862

TABASCO

1 000 000

93 607

TAMAULIPAS

120 000

897 682

NAYARIT

1 500 000

491 963

VERACRUZ

1 000 000

434 374

YUCATAN

1 000 000

20 706

ZACATECAS

200 000

485 449

QUINTANA ROO

3 500 000

1 715 139

+ MUJERES ET COZUMEL

13 000

GUERRERO

1 000 000

31 890

TOTAL

43 577 352 has

COLIMA

550

HIDALGO

2 538

MICHOACAN

1 703

QUERETARO

13 291

TLAXCALA

1 563

PUEBLA

8 716

OAXACA

1 217 919

TOTAL

11 514 644

Sources : pour 1940 on a utilisé les chiffres de "terrenos nacionales conocidos" publiés par la Secretaria de Agriculture y Fomento, Dirección de población rural, terrenos nacionales y colonización. Mai 1940.
pour 1960 on a pris les superficies "federal, estatal y municipal" indiquées par le IV Censos Agricola, Ganadero y Ejidal. 1960.

TABLEAU No 28. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles de la période 1958 - 1966

TABLEAU No 28. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles de la période 1958 - 1966

(°) année 1966 : jusqu’au 31 Août.
(1) Superficie des N.C.P.E. par rapport au total des terres distribuées la même année dans le cadre de la Réforme Agraire.
(2) Ejidatarios des N.C.P.E. par rapport au total des nouveaux ejidatarios de l’année.
Source : Departamento de Asuntos Aqrarios y Colonización. Statistiques pour la période 1915-1966 (non publiées.

TABLEAU No 29. COLONIES EJIQALES (N.C.P.E.) ET COLONIES PRIVEES

No de "colonies"

Bénéficiaires

Superficies

N.C.P.E. (1966)

447

71 565

3 650 000 has

COLONIES (1968)

1 065

73 058

6 857 150

TOTAL

1 512

144 623

10 507 150

Source : pour les N.C.P.E. = D.A.A. y C. statistiques non publiées.
pour les colonies = Rapport présidentiel. 1° Septembre 1968

TABLEAU No 30. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles signées du 1er Décembre 1964 au 30 Novembre 1966.

TABLEAU No 30. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles signées du 1er Décembre 1964 au 30 Novembre 1966.

(Source : "Memoria de Labores", D.A.A.Y.C. Mexico 1966)
Nota : les pourcentages étant arrondis, leur somme n’est pas toujours égale à 100.

79Vingt-deux nouveaux centres de population sont créés dans la zone de Chapacao (nord du Veracruz, est du San Luis Potosi, sud du Tamaulipas), avec 1 000 familles et 58 000 hectares. Sept centres sont constitués dans le Campeche, sur le rio Candelaria, un plan de colonisation éjidale de la zone de Las Choapas, aux confins du Veracruz et du Tabasco est tracé. Six nouveaux centres sont créés dans le Quintana Roo, pour installer 840 éjidatarios sur 42 840 hectares. Le Président DIAZ ORDAZ (1965-1970) poursuit cette politique, dans la "frontière" du Sud-Veracruz et dans la péninsule yucatèque. Enfin le nouveau président, LUIS ECHEVERRIA ALVAREZ, déclare dans son message à la Nation, après avoir prêté serment comme Président, le premier décembre 1970 :

"Proseguiremos incorporando a la explotación el mayor nùmero posible de hectareas. Colonizar es poblar racionalmente el territorio. Liegaremos a las regiones que sean promisorias superando resistencias atàvicas y evitando los errores de épocas pasadas. Cada nucleo de población deberá disponer de los elementos adecuados para convertir su trabajo en bienestar."

80La nouvelle colonisation ainsi définie ne doit pas se contenter de répartir des terres vierges entre des éjidatarios ; elle doit fournir à ces derniers les routes, l’électricité, l’eau potable, le crédit et l’assistance technique permettant de désenclaver à la fois les zones à coloniser et la société éjidale. Il s’agit de transformer la structure même de l’éjido qui reçoit des terres couvertes de forêts ou de pâturages naturels en une exploitation collective unissant agriculture et élevage ou agriculture et exploitation forestière. Parmi les nouveaux centres de peuplement éjidal sont ainsi créés des éjidos ganaderos et des éjidos forestales (Quintana Roo) de type coopératif ; même dans les nouveaux centres agricoles, comme ceux de Chapacao, l’exploitation est communautaire. On retrouve ici l’orientation générale de la nouvelle politique de Réforme Agraire : une Réforme Agraire "Intégrale" réhabilitant les formes d’exploitation collective apparues sous CARDENAS.

81De 1958 à 1966 la part de la colonisation éjidale dans la Réforme Aqraire est de 25,6 % en ce qui concerne les terres distribuées, et de 14 % en ce qui concerne les bénéficiaires de ces terres. La répartition régionale de ces créations est plus difficile à connaître, et nous ne disposons à ce sujet que de statistiques pour deux années : du 1er décembre 1964 au 30 novembre 1966, les deux premières années du mandat de DIAZ ORDAZ. La colonisation éjidale dans la région du Golfe et du Sud-Est représente 44,2 % des créations de nouveaux centres de peuplement ëjidal, 36,2 % des bénéficiaires, et 16,6 % des terres. Les terres chaudes du Golfe viennent donc en seconde position, derrière les États du Nord. (cf. Tableau).

82Mais même ces pourcentages sont insuffisants pour évaluer le rôle de la colonisation éjidale. En effet, si nous examinons une carte de localisation des actions agraires, nous nous apercevons que les dotations et ampliations d’éjidos ont également un rôle colonisateur. L’essentiel des créations d’éjidos dans la zone du Golfe, a lieu dans les municipes de la "frontière" de l’Isthme, de la Lacandonie, â l’intérieur du Campeche et à la périphérie du Yucatan. Une liste des municipes où plus de 5 000 hectares sont donnés aux éjidos et nouveaux centres est révélatrice de la symbiose entre Réforme Agraire et Colonisation :

VERACRUZ

 :

Mecayapan, Hueyapan, San Juan Evangelista, Hidalgotitlan, Minatitlan, Las Choapas.

OAXACA

 :

San Juan Mazatlan, San Juan Guichicovi, Tehuantepec.

TABASCO

 :

Cardenas, Huimanguillo, Tenosique.

CHIAPAS

 :

El Porvenir, Las Margaritas, Texpatan, Ocosingo, Palenque, Chilon, Salto de Agua.

CAMPECHE

 :

Carmen, Champoton, Campeche.

YUCATAN

 :

Tekax, Tzucacab, Buczôtz, Tizimin, Chemax.

QUINTANA ROO

 :

Carrillo Puerto, Cozumel.

83Il s’agit là de municipes périphériques par rapport aux zones de peuplement dense, de zones forestières derniers refuges des anciens latifundios, dernières réserves de terres nationales.

84La colonisation éjidale est-elle capable de suppléer la répartition des terres, à peu près achevée dans les Etats Centraux (selon les critères légaux) ? Dans une étude du Centro de Investigaciones Agrarias de 1966, sur les 2 041 358 hectares cultivables restant à répartir, 800 000 correspondaient à des défrichements, c’est à dire que la colonisation pouvait concerner quelques 40 000 éjidatarios selon la législation en vigueur (20 hectares de temporal par éjidatario), sur des terres agricoles. Les 12 915 236 hectares de pâturages pourraient accueillir environ 18 000 éjidatarios, et les forêts à exploiter, 18,3 millions d’hectares, à peu près 100 000 éjidatarios. Donc ce que Ton peut légitimement assimiler à une colonisation éjidale pourrait satisfaire les besoins de 168 000 chefs de famille, soit environ 840 000 personnes. Ceci reste bien insuffisant par rapport au minimum de 3 100 000 paysans sans terre existant à la même date ; d’autre part la colonisation doit être envisagée désormais comme une politique coûteuse, comme une politique d’aménagement intégral des terres chaudes et des zones arides, sous peine de créer un nouveau secteur d’agriculteurs marginaux.

85Ce sont ces problèmes d’aménagement des terres chaudes, de leur colonisation dans le cadre de la propriété privée et dans le cadre de l’éjido, que nous abordons maintenant à l’échelle régionale.

Notes

1 cf. José Guillermo RIOS MARTINEZ. "La Politica de Colonización en Mexico". UNAM. Escuela Nacional de Economie, Tesis. Mexico. 1964. Cette dissertation énumère en particulier les lois de colonisation successives.

2 cf. Mathieu DE FOSSEY. "Le Mexique". Paris 1857, cité par F. CHEVALIER et L. HUGUET. "Peuplement et mise en valeur du Tropique Mexicain". Miscellanea P. RIVET, Octogenario Dicata. p. 418.

3 Le cas de San Rafael a été étudié par Moisés de LA ΡΕΠΑ.

4 Moisés GONZALEZ NAVARRO. "La Colonización en Mexico.." p. 2 et 37.

5 cité par Pierre ARNAUD, op. cité.

6 Cité par Moisés de la ΡENΑ, "El pueblo y su tierra. Mito y realidad de la réforma agraria en México."

7 Cf. F. CALDERON. "La Repùblica Restaurada. Vida Económica."dans Historia Moderna de México, de D. COSIO VILLEGAS, 1955.

8 Le terme de "Baldios" désigne les terres qui n’avaient pas été attribuées par les autorités coloniales ("mercedadas") ni vendues depuis le "Virreinato". Ces terres sans titres de propriété, donc sans limites officielles, étaient considérées comme domaines de l’État, même si dans la réalité des colons ou plus souvent des communautés indigènes les occupaient.

9 "El Agrarismo Mexicano y la Reforma Agraria". 1964. p. 116-117.

10 "El Porfiriato. La Vida Social." p. 189-193, dans _Historia Moderna de México", de D. COSIO VILLEGAS. 1957.

11 M. GONZALEZ NAVARRO. "La colonizaciôn en México..." p. 79.

12 J.K. TURNER. "México Barbaro" reportage 1908. 1ère édition 1911,

13 "Memoria de la secretaria de Agricultura y Fomento, septembre de 1939-Agosto de 1940".

14 Cité par J.S. HERZOG., op. cité, p. 373-374.

15 Ley de Irrigación de 9 de enero de 1926.

16 Source : "Memoria de la Secretaria de Agricultura y Fomento, septiembre de 1939-Agosto 1940."

17 cf. H. ENJALBERT. "Réforme Agraire et production agricole au Mexigue" 1910-1965". Communication au Colloque International de Paris. 11-16 octobre 1965. CNRS. Les Problèmes des Amériques Latines. Cet auteur déclare en particulier : "Pour masquer le freinage qui s’opère du côté de la Réforme Agraire, un slogan nouveau est lancé par A. CAMACHO, et M. ALEMAN sut le reprendre dans une orchestration de grand style,.." "la marche à la Mer".

18 Avila CAMACHO. Discours prononcés pendant sa campagne pour la présidence.

19 Avila CAMACHO. Discours de Juillet 1941. cités par J. M. HERZOG, op. cité. p.462-463.

20 Réforme de la fraction XV de l’article 27 de la Constitution de 1917.

21 J. FRANCO BENCOMO. "Los Nuevos Centros de Población." Escuela Nacional de Agricultura. Centro de Economie Agricole. Serie Monografias. no 4 1965. p. 25.

22 J. BALLESTEROS... "La Colonización del Papaloapan". Centro de Investigaciones Agrarias. 1970. p. 19.

23 Exemples tirés de : A. SIEMENS. "The character and recent development of agricultural settlement in southerne Veracruz." The University of Wisconsin. Ph. D. 1964. 303 p.

24 Adolfo LOPEZ MATEOS. "Quinto Informe de Gobierno" 1er septembre 1963.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 24. BENEFICIAIRES DES LOIS DE COLONISATION PORFIRISTES
Légende Même source. Tableau 86. Dans les États de Yucatan et de Chiapas ce sont les acheteurs de biens nationaux qui rassemblaient la majeure partie des terres appropriées.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre EVOLUTION DE LA COLONISATION DANS LE CADRE DES TERRES NATIONALES 1922 - 1940
Légende FIGURE No 36. NOMBRE CUMULE DE COLONIES CREES PAR LA SECRETARY DE AGRICULTURA Y FOMENTO 1922 - 1940
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIGURE No 37. NOMBRE CUMULE DE CHEFS DE FAMILLE ETABLIS DANS LES COLONIES DE LA S.A.Y.F. 1922 - 1940
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIGURE No 38. SUPERFICIE CUMULEE DES TERRES FRACTIONNEES EN COLONIES PAR LA S.A.Y.F. DE 1922 à 1940.De 1922 à 1940 la Secretaria de Agricultura y Fomento est chargée de créer les nouvelles colonies.On constate, sur ces trois graphiques, que l’essentiel de la colonisation s’est effectué pendant les années 1934 - 1940, c’est à dire pendant la Présidence du général Lazaro Cardenas.- Source utilisée : "Memoria de la Secretaria de Agricultura y Fomento" Septembre 1939 - Août 1940.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende TABLEAU No 27. EVOLUTION DE LA SUPERFICIE DES TERRES NATIONALES RECENSEES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre TABLEAU No 28. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles de la période 1958 - 1966
Légende (°) année 1966 : jusqu’au 31 Août.(1) Superficie des N.C.P.E. par rapport au total des terres distribuées la même année dans le cadre de la Réforme Agraire.(2) Ejidatarios des N.C.P.E. par rapport au total des nouveaux ejidatarios de l’année.Source : Departamento de Asuntos Aqrarios y Colonización. Statistiques pour la période 1915-1966 (non publiées.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre TABLEAU No 30. CREATION DE NOUVEAUX CENTRES DE PEUPLEMENT EJIDAL Résolutions présidentielles signées du 1er Décembre 1964 au 30 Novembre 1966.
Légende (Source : "Memoria de Labores", D.A.A.Y.C. Mexico 1966)Nota : les pourcentages étant arrondis, leur somme n’est pas toujours égale à 100.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7416/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 535k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search