Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Les caractères généraux de la colonisation du Tropique

A. Des cycles d’avancée pionnière et de recul de la colonisation

Texte intégral

1. LES FACTEURS MOTEURS

1Les mouvements de colonisation sont déclenchés par des forces motivant directement les individus particulièrement entreprenants : désir de s’enrichir rapidement grâce à des spéculations ; ou au contraire des personnes sans avenir dans leur cadre territorial et social traditionnel ; volonté d’échapper à la contrainte des hommes (fuite de l’hacienda, du village dominé par un cacique, un clan politique adverse) et de la nature (quand les sécheresses répétées rendent toute parcelle stérile, toute culture vaine).

a. Les cultures spéculatives

  • 1 cf. François CHEVALIER. "La Formation des Grands Domaines du Mexique..." op. cité, p.62-70.

2Les cultures tropicales spéculatives étaient connues dès l’époque précoloniale ; le cas le plus célèbre est celui du cacao, cultivé dans le Tabasco, et expédié vers l’Empire Aztèque et les Confédérations Mayas ; les espagnols créèrent dans le Tabasco et le Soconusco des plantations de cacao, mais les petites plantations indigènes subsistèrent. Les nouvelles cultures introduites par les espagnols - canne à sucre, orangers, manguiers - n’eurent qu’une expansion spatiale limitée dans les terres du Golfe. Au XVI° siècle la canne à sucre occupait les vallées des Tuxtlas (domaine de Cortés), et les vallées et piémonts (entre 800 et 1000 m.) entre Orizaba et Jalapa. Les zones cannières se stabilisèrent après avoir poussé quelques pointes dans la Huastèque intérieure (Tantoyuca, Valles). L’essentiel des zones de canne à sucre, pendant la Colonie, jouxtait le Haut-Plateau, dans les bassins et piémonts du Morelos, Michoacan, Oaxaca.1

3Il faut pourtant attendre le XIX° siècle pour que les cultures spéculatives deviennent le moteur de la colonisation dans les Terres Chaudes du Golfe. Des conjonctures favorables successivement à telle ou telle culture d’exportation rythment la conquête de terres nouvelles.

4Le café suit les progrès du marché européen et nord-américain ; il démarre lentement vers 1800 dans les sierras de Cordoba et de Jalapa, gagne vers le Nord (Coatepec, Teocelo), et vers le sud (sierra de Zongolica, de Huautla, Chinantla et sierra de Juarez) ; à partir de 1880 le café est à la base du peuplement et de la prospérité du Soconusco oriental, quand les planteurs allemands y établissent leurs fincas (cf. infra. 3. exemples de cycles).

5Le coton, à la faveur de la Guerre de Sécession, conquiert les bajos du Sud-Veracruz, faisant naître haciendas et villages de peones (cf. III ème Partie. A. Le Papaloapan).

6La canne à sucre s’étend à partir de 1890-1900 dans les plaines alluviales du Sotavento, le long du Papaloapan, mais également dans le Piémont de la Huastèque (ingenio de Mante), créant à la fois une agriculture intensive pionnière, employant beaucoup de main-d’œuvre, et les premières bases d’une industrie rurale avec ses ingenios aux machines modernes importées d’Europe.

7Mais la culture spéculative dont l’action est la plus nette du point de vue de la colonisation, des changements dans le peuplement initial, de l’organisation nouvelle de l’espace, c’est celle du henequen, à partir de 1860, dans le Yucatan, (cf. infra. "Les exemples de cycles").

  • 2 Daniel COSIO VILLEGAS. Historia Moderna de México. vol. 3 p. 52. 1965.
  • 3 Oscar DEL ARCO G. "El cultivo del cacao en Pichucalco. Chiapas." Investigación Económica Tomo VIII (...)
  • 4 cf. Secretaria de Aqricultura y Ganaderia. "Consumos aparentes de productos agricoles. 1925-1962". (...)

8Le dernier exemple en date de culture spéculative, le plus caractéristique aussi par la rapidité de son essor et celle de son reflux, c’est le bananier dans le Tabasco et le sud du Veracruz. Le succès des premières grandes plantations nord-américaines d’Amérique Centrale poussa les grands propriétaires (en premier lieu ceux du Tabasco) à créer dans les terres chaudes du Golfe de grandes plantations de "platano roatan" (banane Gros Michel) ; dès 1909 on recensait 59 nouvelles fincas de bananier le long des terrasses du Bas-Usumacinta2. Les nouvelles plantations, après avoir conquis les zones forestières Tes plus accessibles (le long des rios) remplacèrent peu à peu les exploitations cultivant maïs ou même cacao. La production du cacao (Tabasco et Chiapas) tomba de 2900 tonnes dans la période 1906-1910 à 800 tonnes seulement en 1931. La culture du cacao ne se maintint que là où les voies de communication ne permettaient pas l’expédition d’un produit périssable comme la banane, dans le district de Pichucalco par exemple3, En revanche les plantations de bananiers triplaient leur superficie entre 1927 et 1937. (Les plantations de bananiers roatan du Sud-Est passaient de 10 600 à 34 300 hectares, et la production nationale de 199 000 à 524 500 tonnes, dont 332 000 étaient exportées4. Colonisation agricole par l’expansion des bananeraies, et organisation de la commercialisation allaient de pair : les coopératives se multipliaient dans la Sierra et la Chontalpa, Frontera était le grand port d’exportation vers les États-Unis.

  • 5 cf. R.C. WEST. "The Tabasco Lowlands..." op. cité. p. 155-156.

9Le reflux fut très rapide : maladies du bananier (Sigatoka et maladie de Panama) attaquant directement les plantations, manque de frêt pendant la Deuxième Guerre Mondiale, désorganisèrent la production et coupèrent les liaisons commerciales avec les Etats-Unis. Depuis 1945 les plantations ont reculé au bénéfice du cacao, de l’agriculture de subsistance et de l’élevage ; les bananeraies ne se sont maintenues que dans le sud de la Chontalpa, entre Villahermosa et Cardenas, mais n’alimentent que le marché national5.

10Activités moins peuplantes que les cultures tropicales d’exportation, mais les ayant souvent précédées dans la pénétration des régions forestières, l’exploitation forestière et la cueillette spéculative ont constitué une première étape de la colonisation dans l’Isthme et la péninsule yucatèque ; le forestier cherchant l’acajou ou les bois de teinture (comme ce fameux "Bois de Campeche" connu des ébénistes français), le "chiclero" incisant le Chicozapote pour recueillir sa sève, ont précédé le colon éleveur ou agriculteur. Pendant tout le XVII ème siècle les forestiers-pirates, anglais, français, ont exploité les forêts du Campeche, du Tabasco, de l’Isthme, de l’actuel Honduras Britannique, en remontant les rios comme le Coatzacoalcos, le Grijalva, le Champoton. Les monteros et cueilleurs indigènes ont exploité les premiers la forêt et la vanille sauvage du pays Totonaque. Aujourd’hui encore l’intérieur du Campeche, la Lacandonie Chiapanèque, le Peten guatémaltèque, le Quintana Roo, sont des espaces pénétrés par les forestiers, mais non pas réellement colonisés.]

11Dans une optique historique, si nous considérons la période 1860-1930, antérieure à l’explosion démographique mexicaine, nous constatons que ce sont les cultures spéculatives qui ont ouvert les Terres Chaudes à la colonisation, et attiré une première vague de peuplement. De même dans les expériences de colonisation éjidale en cours, le choix des cultures spéculatives, l’implantation d’une rizière, d’un verger, de caféiers, au lieu des milpas traditionnelles, est un élément fondamental dans le succès de la colonisation, dans l’élévation des revenus des colons. Mais cette introduction des cultures spéculatives, qui demandent une attention, des soins particuliers, qui n’arrivent au stade de la production qu’après plusieurs années, qui subissent des traitements (beneficio) avant la commercialisation, n’est possible que si un réseau de communications efficace et un crédit bancaire sont mis à la disposition des colons.

b. Les richesses minérales

12Pendant la Colonie les régions du Golfe et du Yucatan ont le désaventage de ne renfermer aucun des métaux précieux qui ont été les facteurs moteurs de la colonisation du Guanajuato, du Zacatecas, du Chihuahua. C’est là une pauvreté minérale due à la nature sédimentaire et alluviale des tierras calientes. En revanche tout à la fin du XIX° siècle et au début du XX ème les roches sédimentaires faillées, les plis diapir, les dômes de sel de la Huastèque, du pays Totonaque, de l’Isthme de Tehuantepec, du Tabasco, se sont révélés comme autant de pièges à pétrole.

  • 6 L’impact de la découverte du pétrole sur Tampico et sa région a été bien étudié par Marie France PR (...)

13La première zone où le pétrole, le "chapopote" bien connu des indiens, est exploité, c’est la Huastèque, qui devient un "Far East" à l’échelle mexicaine à partir des dernières années du Porfiriat. Le rôle du pétrole dans la colonisation de cette zone est multiple : il rentabilise les chemins de fer, en fournissant combustible à bon marché, frêt ; (en outre les compagnies, qui comme celle du "Central Mexicano", ont reçu des terres du gouvernement, se retrouvent propriétaires des champs pétrolifères et reçoivent un loyer des sociétés d’exploitations) ; le pétrole provoque l’ouverture de nouvelles voies de communications ; grande piste de la Huastèque, de Tampico à Cerro Azul, qui longe une côte jusque-là inhabitée, voie ferrée Tampico-Mexico (qui reste inachevée et s’arrête à Magosal), ports de Tampico, de Tuxpan et de Puerto Lobos, qui exportent l’or noir (le dernier de ces trois ports, créé en 1916, disparaît en 1925 avec la crise des exportations qui commence) ; pétrole est la cause d’une appropriation complète de la basse Huastèque, où les grandes estancias d’élevage aux limites mal définies, et où les terres nationales cèdent la place aux concessions pétrolières, aux latifundios des spéculateurs du San Luis Potosi, des compagnies de chemin de fer. Enfin le pétrole est à la source d’un peuplement, sous la forme de villes (ports d’exportation comme Tampico et Tuxpan) et de bourgades liés aux Duits et aux voies férrées (le long de la "Faja de Oro", qui s’étire sur 100 km au sud de Tampico) ; l’ensemble Tampico-Ciudad Madero passe de 16 313 habitants en 1900 à 18,748 en 1910 et 60 120 en 1920. Au moment de la grande période de Tampico, dans les années 1920, la population pionnière du pétrole est évaluée à 150 000 personnes, en comptant une population flottante importante que les recensements ne captent pas6. La production culmine en 1921 avec 149 585 000 millions de barrils, le Mexique produit plus du quart de la production mondiale, et l’exporte presqu’entièrement. Après l’appauvrissement des gisements, dès 1925, la nationalisation des compagnies pétrolières en 1938, qui rompt les exportations, la découverte de nouveaux gisements plus au sud dans le Veracruz, puis dans le Tabasco, le pétrole n’est plus le fer de lance de la colonisation, même s’il demeure la base de l’industrialisation et de la croissance de Tampico. L’élevage et tout récemment l’agriculture prennent le relais comme activité pionnière de la Huastèque.

  • 7 cf. R.C. WEST... "The Tabasco Lowlands..." op. cité. p.162-163.

14L’impact du pétrole, comme moteur de la colonisation, est en général surtout visible dans la modification de la trame urbaine et dans l’établissement d’un bon réseau de communications, Poza Rica entre les deux guerres, Minatitlan-Coatzacoalcos et le Tabasco depuis 1945-1950, sont les zones pionnières du pétrole les plus récentes et les plus vivaces. Alors que la découverte et la mise en exploitation d’un champ pétrolifère font surgir de petites villes éphémères, dont la population flottante ressemble à celle des chantiers des grands barrages, des installations comme stations de pompage, usine d’absorption et petites raffineries créent des bourgades permanentes comme Ciudad Pemex et La Venta dans le Tabasco7. Les terminus des oleoducs et gazoducs, les cuves de stockage, les grandes raffineries et usines pétrochimiques sont liés à des villes moyennes, comme Poza Rica et Minatitlan dans le Veracruz.

15Les villes nées du pétrole deviennent alors des centres de direction pour de vastes zones où les ranchs d’élevage, les plantations, et même les petits agriculteurs profitent des nouvelles routes, du marché que représentent les nouvelles villes. Tampico, ville du pétrole, devient capitale financière et commerciale régionale pour l’élevage de la Huastèque et l’agriculture pionnière du coton ; Coatzacoalcos, port pétrolier, exporte les productions spéculatives du Tabasco, Chiapas du Nord, sud-Veracruz. Le pétrole n’est pas la seule richesse minérale du Golfe, le gaz naturel lui est intimement lié, et a les mêmes effets. On peut citer aussi le soufre, exploité dans l’Isthme de Tehuantepec, et qui explique la croissance de municipes "perdus" comme Jaltipan, qui gagne plus de 1 000 migrants entre 1950 et 1960.

c. Les communications

  • 8 cf. François CHEVALIER, "Une révolution majeure au Mexique : la route". "L’Eventail de l’Histoire V (...)

16Sans voies de communication les cultures ne sont presque jamais rentables8, les défrichements sont limités aux terroirs de communautés traditionnelles à l’économie et à la démographie stagnantes, et seuls les éleveurs extensifs peuvent utiliser, gaspiller les terres vacantes. Forêts et marécages isolent les rares communautés de colons, forment obstacle à leur progression, et étouffent dans l’œuf ces embryons pionniers.

17La révolution du chemin de fer à partir de 1850, la révolution de la route à partir de 1925, font entrer le Mexique, et tout particulièrement ses terres chaudes, dans une phase de mise en valeur touchant des territoires plus profonds, des populations moins isolées.

18Avant 1850 la colonisation agricole, l’exploitation forestière, ne disposent que de chemins et de fleuves. Mais à cette époque ce sont les communications transversales qui dominent ; routes pour diligences, chemins de herraduras, et même rios navigables, ont des tracés perpendiculaires à la côte du Golfe. Les routes de México à Veracruz par Jalapa ou Orizaba, le chemin Tulancingo-Tuxpan, celui de Coatzacoalcos à Tehuantepec, ceux de Campeche à Mérida, de Tonala à Frontera par San Cristobal et Villahermosa, traversent les terres chaudes sans les pénétrer véritablement. Des liaisons sont assurées entre des capitales intérieures et des ports, mais les chemins construits n’ont pas pour but la mise en valeur de terres inoccupées. Les rios ont une importance beaucoup plus grande pour la mise en valeur pendant tout le XIX ème siècle. Les villes et établissements pionniers se fixent sur leurs rives : Villahermosa (alors San Juan Bautista) prospère grâce à sa localisation sur le Grijalva, Minatitlan naît sur le Coatzacoalcos, Tuxtepec et Cosamaloapan sur le Papaloapan. Les plantations indigènes et les fincas de cacao du Tabasco sont liées aux fleuves (Usumacinta, Grijalva, Tortuguero), tout comme les exploitations cannières du Sotavento, ou même les colonies françaises du rio Nautla. Toutes les exploitations forestières depuis le XVII ème siècle avaient d’ailleurs remonté les fleuves et parcouru les lagunes du Golfe. On peut noter ici que le rôle du fleuve ne se limite pas à celui de moyen de communication ; la richesse des sols des levées a également attiré très tôt les agriculteurs.

19Mais charrettes, trains de mules, radeaux et barques n’avaient qu’une capacité de transport limitée. Les transports à longue distance de productions pesantes (henequen, canne à sucre, bananes et céréales) ne concernèrent les terres chaudes du Golfe qu’après la révolution de la vapeur.

La révolution de la vapeur

20À partir de 1850 la révolution de la vapeur touche les transports terrestres et fluviaux. 1850, c’est l’année où les 13 premiers kilomètres du chemin de fer de Mexico à Veracruz sont mis en service ; la ligne est achevée en 1873. Mais c’est sous la République Restaurée et sous le Porfiriat que les voies ferrées se développent, et pénètrent le Tropique Humide. Dès 1872 une commission parlementaire déclarait que ;

  • 9 Dictamen de la Comisión de Industrie de la Diputación Permanente sobre las modificaciones pedidas a (...)

Los productos tropicales de las tierras calientes, cuya asombrosa feracidad es tan notoria, y que por el cultivo del algodón, de la caria de azucar, del tabaco, del anil, del cacao, de la zarza, de la gutaperca, de la pimienta, de la vainilla, del chile, del cascalote, de la higuerilla, de la purga de Jalapa y del arbusto de la cera vegetal, de la jarcia y del henequen, el de la quina y el del rames, que comienzan a introducirse, podran hacer de México, con el auxilio de las vias férreas, uno de los paises agricoles màs ricos del globo.9

21Toutefois si les hommes politiques conçoivent bien que les voies ferrées entraîneront des progrès dans l’agriculture de plantation, des changements dans les techniques de culture, ils ne donnent pas la priorité à des lignes de chemin de fer permettant une mise en valeur de terres vierges, mais à des lignes conçues pour des échanges transcontinentaux, internationaux :

... Pero la ventaja màs importante es sin duda la que contando con el Ferrocarril de Veracruz y construida esta via hasta el Pacifico, quedarà atravesado el territorio del uno al otro mar y servirà también para el tràfico de la Europa, y algunos pueblos de América, con la California, la Australia, la China, el Japón y demás Islas del Pacifico y naciones del Extremo Oriente... Asi México, colocado entre dos continentes y estechado por el Golfo y el Pacifico, serà el Dunto de reunión donde las civilizaciones más adelantadas del Asia y de la Europa vendran a unificarse y cumplira con los altos designos a que lo llama su posición geogràfica. (9)

22Le grand projet ferroviaire des terres chaudes, c’est la liaison transisthmique, de Puerto México (Coatzacoalcos) à Salina Cruz. (Cf. Description ci-après). Finalement se sont des lignes secondaires de liaison entre le réseau central et le chemin de fer de Tehuantepec qui paradoxalement ont eu le plus gros impact sur les progrès de la colonisation agricole. La ligne du "Ferrocarril de Veracruz al Istmo", qui reliait Cordoba et Veracruz à Tierra Blanca en 1910, permit la mise en valeur du Sotavento.

  • 10 Pierre MONBEIG. "Pionniers et Planteurs de Sâo Paulo", op. cité. p. 157.

23Mais de manière générale, à part le réseau ferré du Yucatan, en symbiose avec la culture du henequen, et la ligne du "Ferrocarril Pan-Américano", lié à la progression du café dans le Soconusco, les voies ferrées du Golfe et du Sud-Est ne sont pas liées à une spéculation agricole précise ; elles ne sont pas comparables en cela aux voies ferrées du café du Sâo Paulo, où "le développement des voies ferrées n’obéissait pas à un plan systématique : il était commandé par les intérêts des administrateurs, producteurs et marchands de café "10. Il y a bien un plan d’ensemble ferroviaire au Mexique, dont les artisans sont, sous Profirio Diaz, les ministres Riva Palacio et José Yves Limantour. Pour eux, il faut d’abord renforcer les liens entre le Centre et les zones tropicales du Golfe et du Pacifique ; donc, construire des voies transversales ; les liaisons entre les divers troncs ferroviaires passent au deuxième plan, où sont même jugées inutiles dans l’immédiat :

  • 11 "Rapport sur la politique ferroviaire, de Limantour, fait en 1898. Extrait cité par Vicente FUENTES (...)

"Motivo de vacilación ha sido para mi incluir, dentro del cuadro de lineas de primera importancia, una que ligara el Ferrocarril Nacional de Tehuantepec con la red actualmente construida en la peninsula yucateca, atravesando el Estado de Tabasco y la parte necesaria del Campeche, mas la circunstancia de hallarse toda esa comarca cruzada por numerosos rios, que dan fàcil salida a los productos de esa rica región, me ha inclinado a considerer la expresada linea de un caracter menos urgente que las enumeradas".11

24De toute façon, entre 1873 et 1910, l’essentiel du réseau ferré mexicain et des lignes des terres chaudes est construit. En 1910 19 748 kilomètres de voies ferrées avaient été construits (contre 572 en 1873), parmi lesquelles :

le "Ferrocarril Nacional de Tehuantepec (304 km), le "Ferrocarril de Veracruz al Istmo" (420 Km), le "Ferrocarril Panamericano" (458 km, sur la côte pacifique, jusqu’à Tapachula) les lignes Mérida-Progreso (36 km), Mérida-Izamal (66 km), la ligne de San Juan Evangelista (28 km). Plusieurs lignes à voie étroite parcouraient le Golfe : celles de Veracruz à Alvarado, de Mérida à Peto, de Mérida à Campeche, de Mérida à Valladolid,...

25Mais il manquait une liaison Tampico-Veracruz-Mérida, recoupant toutes les voies et systèmes isolés ; cette liaison n’est aujourd’hui réalisée qu’entre Veracruz et le Yucatan ; le hiatus entre le Tabasco et Campeche a été supprimé en 1950, avec l’achèvement du "Ferrocarril del Sureste", le "Jungle Express" long de 741 km. Le réseau est toujours incomplet entre Tampico et Veracruz, ainsi que dans l’intérieur des Chiapas et le Quintana Roo.

  • 12 Cité par Angel BASSOLS BATALLA dans "Bosquejo Histórico-Geográfico de la red de vias ferreas en Mex (...)

26Le réseau ferré a transformé la physionomie des plaines du Golfe dès ayant 1910, et favorisé le démarrage de la colonisation, essentiellement sous sa forme foncière tout d’abord. En effet d’une part les compagnies chargées de la construction des voies ferrées recevaient en plus de subventions gouvernementales, des droits de propriété sur une partie des terres traversées, d’autre part hommes politiques, hommes d’affaires mexicains et étrangers spéculèrent en formant de nouveaux latifundios le long des voies ferrées. Ainsi l’entreprise Rosecranz (dirigée par le général américain Rosecranz) devait recevoir, selon un contrat conclu en 1870, jusqu’à 4000 hectares par kilomètre de voie ferrée construit12 ; dans l’Istheme de Tehuantepec des propriétés de plusieurs dizaines de milliers d’hectares se formèrent le long du Transisthmique (cf. III ème Partie). Les nouvelles lignes multiplient les grandes exploitations intensives dans les zones déjà occupées (comme le Sotavento), et les latifundios dans les zones situées encore à l’écart des zones peuplées. Toute une série de gares, de bourgades, de petites villes "filles du chemin de fer", grandissent : Matias Romero sur la ligne de l’Isthme, Tierra Blanca sur celle du Sotavento, Salina Cruz et Coatzacoalcos ; de simples gares comme San Antonio Nanahuatipan sur la voie Tehuacan-Oaxaca, ou Tezonapa sur celle de Cordoba à Tierra Blanca, sont devenues des centres de concentration de la production de café du Papaloapan et des sierras du Oaxaca. Le chemin de fer a polarisé l’espace des terres chaudes en obligeant à des transbordements dans ses gares, qui attirent trains de mules et porteurs.

27C’est grâce au chemin de fer que la vague de colonisation par les plantations, de la fin du Porfiriat a pu se développer) les fincas de café du Soconusco, les plantations d’ananas de Loma Bonita, les ingenios sucriers du Papaloapan n’ont pu exporter leur production qu’après la construction des voies ferrées. D’une importance moins décisive, mais non négligeable, les transports fluviaux à vapeur ont également participé au boom des plantations et de l’exploitation forestière : des compagnies équipées de bateaux à aubes remontaient le rio Nautla, le Papaloapan entre Alvarado et Tuxtepec, le Grijalva et l’ilsumacinta jusqu’aux rapides de Tenosique.

L’exemple du chemin de fer de Tehuantedec

28Le chemin de fer de l’Isthme de Tehuantepec est le type même du grand dessein ferroviaire porfiriste. La fièvre de spéculation rapide qui l’accompagne, son déclin brutal, témoignent des ambitions et des déboires des pionniers dans les terres chaudes.

29Après sa défaite de 1848, le Mexique avait dû reconnaître aux Etats-Unis le droit de construire une voie ferrée dans l’Isthme de Tehuantepec, et d’y faire transiter à tout moment troupes et armes. Des hommes politiques américains comme un nommé Williams exposaient leurs vues sur le rôle stratégique de l’Isthme :

  • 13 Cité par Ulises IRIGOYEN, "Problemas económicos de México y medios de comunicación y transporte - E (...)

"tout isthme est d’autant plus important qu’est plus petit son éloignement des États-Unis. Un canal à Tehuantepec serait un prolongement du Mississipi et ferait du Golfe un grand lac américain "13

30Porfirio Diaz décida de devancer toute initiative de ce genre (tout en faisant appel à des compagnies privées américaines) et donna la concession du chemin de fer de l’Isthme successivement à six entreprises, de 1878 à 1893. La ligne fut achevée en 1894, mais elle ne servait qu’à peu de chose sans la construction de véritables ports à ses extrémités. Une firme anglaise dirigée par un nommé Pearson se chargea de construire les quais nécessaires, les entrepôts, et d’exploiter la ligne. Dès la première année d’exploitation le trafic concernait des produits d’une valeur de 25 à 30 millions de dollars, contre 12 à 15 seulement pour le chemin de fer de Panama, et en 1909 le fret en transit pour les États-Unis atteignait 51 millions de dollars. Plus de 60 trains par jour franchissaient l’Isthme ; il s’agissait essentiellement de transport de sucre, venant de Hawaï et destiné à la côte Est des États-Unis, et qui jusque-là devait passer par le Cap Horn. Outre cette prospérité, outre la création des ports de Salina Cruz et de Coatzacoalcos, le chemin de fer transisthmique provoqua une ruée de compagnies étrangères sur les terres traversées (cf. III ème Partie. Le Papaloapan) ; des compagnies de Saint-Louis, du Nebraska, de New York, mais également Pearson, se taillèrent des fiefs dans l’espoir de voir une agriculture de plantation se développer le long de la voie ferrée. Ces espoirs furent déçus.

31Le déclin de l’Isthme se manifesta d’abord dans la difficulté d’entretenir les ports : Salina Cruz, port artificiel construit dans une zone de convergence de courants, s’ensabla, et une barre sableuse coupa l’accès à Coatzacoalcos. Mais le dragage était une solution techniquement possible ; on ne out l’employer, le trafic ne justifiant plus les dépenses nécessaires. En effet l’ouverture du canal de Panama, en 1914, l’insécurité liée à la Révolution, le désintérêt de Calles et d’Obregon, entraînèrent le déclin des ports et la ruine de la voie ferrée, qui ne furent à nouveau exploités que sous Avila Camacho.

32Le cas extrême de la ligne de l’Isthme est une exception, mais le Golfe connut d’autres déboires ferroviaires : la ligne de Tampico à Mexico n’a jamais été terminée ; celle de Veracruz à Mérida que tardivement (1950) ; le mauvais état des voies, la lenteur des convois ont d’autre part défavorisé le chemin de fer par rapport aux transports routiers, à partir de 1930. Les mouvements de colonisation postérieurs à cette date sont tous étroitement liés à la route.

La révolution de la route

  • 14 cf. A. BASSOLS BATALLA. "Bosquejo Histôrico-Geogràfico del desarrollo de la red de caminos de Méxic (...)

33La construction du réseau ferré mexicain avait provoqué un abandon du réseau routier antérieur, dont la décadence s’aggrava encore pendant les luttes révolutionnaires. Mais une nouvelle "grande époque des routes"14 commença avec d’une part les progrès de la construction automobile aux États Unis, d’autre part avec la politique d’infrastructures inaugurée par Calles. En 1925 est créé la Comisión Nacional de Caminos, qui se charge des grandes liaisons d’intérêt général. Alors que le chemin de fer, évitant les fortes ruptures de pente, reliait mal les hautes terres aux terres chaudes, les nouvelles routes réunirent Mexico à Jalapa et Veracruz, Tehuacan à Orizaba, Oaxaca à Tehuantepec, San Cristobal à Tuxtla Gutierrez, Pachuca à Tampico, Tulancingo à Tuxpan. Tout un réseau transversal allait faciliter échanges de produits entre le Tropique et le marché du Haut Plateau Central, et faciliter dans l’autre sens la migration des sierras vers les plaines et collines du Golfe. L’ouverture de la route de la Huastèque, unissant le Nord-Est à Mexico par Tamazunchale, en 1936, avec une bretelle sur Tampico, permit l’organisation de l’élevage huastèque, chargé désormais d’approvisionner Mexico ; de même les grandes plantations d’orangers conquirent alors la zone comprise entre Valles et Mante. On remarque que les premiers éléments du réseau routier des terres chaudes du Golfe sont localisés, soit dans le nord du Veracruz, à proximité des grands centres de peuplement du Haut Plateau, soit dans le Yucatan (liaison Mérida-Campeche, Mérida-Valladolid, Mérida-Peto), où l’absence de relief important, de réseau hydrographique, de selva, favorise une construction routière à un moindre coût. En revanche toute la zone du sud-Veracruz, de l’Isthme, du Tabasco, reste tributrice du chemin de fer.

  • 15 cf. David E. SNYDER. "The Carretera Marginal de la Selva". A geographical Review and Appraisal. Rev (...)

34Après un ralentissement des constructions routières dû à la crise économique et à la guerre, c’est finalement sous la présidence de Miguel Aleman que le désenclavement des terres chaudes est réalisé, et poursuivi depuis. De grandes liaisons longitudinales sont décidées : la route côtière du Golfe, de Tampico à Campeche, la route "Cristobal Colon", de Mexico à la frontière guatémaltèque par Tuxtla, San Cristobal, Comitan. Ces grands axes stratégiques du point de vue des liaisons entre Etats, de l’unification du Golfe, sont à rapprocher de la Carretera Marginal de la Selva15 péruvienne ; elle est à la mystique de la colonisation de la ceja de montaña amazonienne, du président Belaunde, ce que la Costera del Golfo est à la Marcha al Mar d’Avila Camacho, Aleman et Ruiz Cortines, Dans les deux cas il y a volonté d’ouvrir de nouv elles terres agricoles, mais dans les deux cas les routes de pénétration, complémentaires de la route troncale, manquent. Ce n’est qu’avec les présidents Lopez Mateos et Diaz Ordaz que les routes et chemins locaux sont construits à une cadence accélérée ; depuis 1960, la route côtière du Golfe a été achevée, et même dédoublée par une route intérieure entre Villahermosa et Campeche ; le Quintana Roo a été relié au Yucatan (route Peto-Chetumal, Valladolid-Felipe Carrillo Puerto) et au Campeche (route Escarcega-Chetumal) ; mais le réseau de pénétration de caminos revestidos praticables en toutes saisons, a triplé dans le Yucatan, doublé dans le Tabasco, quadruplé dans le Veracruz... Tous les centres urbains des terres chaudes du Golfe sont désormais accessibles par la route ; les routes nouvelles du sud-Veracruz, du Campeche, du Quintana Roo, sont le support d’une vague récente de colonisation récente : colonisation agricole de Las Choapas (V.C), forestière et éjidale du Quintana Roo, colonisation par des ranchs d’élevage dans l’Est du Tabasco et le sud du Campeche.

35Le gouvernement fédéral, par ses investissements, par la construction de plus de 8 000 kilomètres de routes goudronnées dans les terres chaudes du Golfe et du Sud Est, a fait de la route une innovation stratégique. Ce qui reste à réaliser, le goudronnage ou du moins l’empierrement des "brechas", qui donneront aux transports locaux le moyen de vaincre l’obstacle de la saison des pluies, suppose non seulement un effort gouvernemental, mais aussi la coopération des intéressés par un investissement de travail. Il n’est pas possible au ministère des travaux publics de construire tous les chemins de pénétration nécessaires à la colonisation ou à la révolution agricole dans les terres chaudes sans une participation des colons.

36Dans l’entreprise de colonisation la route, par la souplesse des transports qu’elle permet, par la liaison qu’elle établit entre les organismes urbains et le plus petit village de colonisation, est le support de l’expansion de l’agriculture commercialisée. Nous avons’ retenu trois exemples du rôle de la route dans le désenclavement et le progrès de l’agriculture : deux dans le Veracruz, et un plus complexe dans le Tabasco, où la route complète la voie ferrée.

TABLEAU no 21. PROGRES DE L’INFRASTRUCTURE ROUTIERE 1960-1966

TABLEAU no 21. PROGRES DE L’INFRASTRUCTURE ROUTIERE 1960-1966

° : kilométrage de 1965
+ : 1961
++ : 1967
…. : données non repérées.
source : Secretaria de Industria y Comercio. Dirección General de Estadistica. Anuarios Estadisticos de los Estados Unidos Mexicanos.

Le rôle historique de la route dans la zone de Huatusco (Veracruz)

37L’exemple de la zone de Coscomatepec et de Huatusco, sur le versant oriental du Pic d’Orizaba, montre qu’elle a pu être l’influence de la route et du chemin de fer dans le passage de l’agriculture traditionnelle à la plantation, et dans la descente des terres tempérées vers les terres chaudes.

38Fondé au XVI ème siècle, le "Corregimiento" de Coscomatepec vivote d’une agriculture traditionnele jusque vers 1800. Mais à cette date tabac, café et manguier sont introduits dans la zone ; la commercialisation de ces produits est permise par l’ouverture d’une route Fortin-Coscomatepec-Huatusco en 1800. Tandis que la mais gagne en altitude sur la forêt de chênes et de conifères, café et bananiers remplacent la forêt de liquidambar des vallées et vas versants, entre 1300 et 1600 mètres. Route et café sont alors étroitement liés, et suivent un secteur de versant bien déterminé, perpendiculairement à la pente

39À la fin du XIXème siècle un chemin de fer à voie étroite Cordoba-Huatusco, est mis en construction, mais s’arrête en 1910 à Coscomatepec, où le café transporté à dos de mule est chargé sur des trains. La présence d’une route et de la nouvelle voie ferrée permettent aux cultures commerciales de descendre dans les terres chaudes de l’étage de 600-1200 mètres ; ainsi en 1881 est créée la colonie italienne de Manuel Gonzalez, qui défriche la forêt pour planter caféiers, ananas, orangers, bananiers. Sans la possibilité d’évacuer sa production, cette colonie n’aurait pu survivre.

40Toutefois les médiocres techniques employées, la surexploitation des terrains basaltiques, entraînèrent à la longue une chute des rendements, et villages et colonie vivotèrent jusqu’en 1947, date du goudronnage de la route Fortin-Coscomatepec-Huatusco-Cazones, et de la construction de chemins de pénétration unissant les bas versants à cette route. Les techniques agricoles modernes, l’emploi d’engrais, les transports par camion, la commercialisation à grande échelle pénètrent alors cette zone en même temps que la route. Les rendements du café sont quadruplés (25 quintaux contre 6 quintaux à l’hectare), les plantations de bananiers colonisent les pentes. Le résultat, c’est que les municipes de terre chaude progressent en population, alors que l’étage tempéré stagne : alors que celui de Coscomatepec passe de 14 182 à 15 809 habitants entre 1950 et 60, celui de la colonie Gonzalez passe de 4 525 à 6 014.

Le désenclavement de la région de Misantla (Veracruz)

41Jusqu’en 1950 la région de Misantla, comprise dans le quadrilatère Nautla-Teziutlan-Perote-José Cardel, ne disposait pas de routes goudronnées ; une mauvaise piste longeait la côte du Golfe entre Cardel et Nautla, des "brechas" unissaient le centre de la zone à Jalapa, la capitale du Veracruz. La construction de routes goudronnées entre 1950 et 1960 a profondément modifié l’agriculture de la région, les itinéraires commerciaux, et le comportement démographique des municipes désenclavés. Nous avons là un excellent exemple de l’impact de la construction routière sur la mise en valeur d’une zone arriérée.

42Entre 1950 et 1960, trois routes goudronnées sont construites : la route côtière José Cardel-Nautla, la bretelle Teziutlan-Perote, la route de pénétration Misantla-Martinez de la Torre,

43La première conséquence de ces constructions, c’est la désorganisation des circuits commerciaux anciens. Jusque-là la région productrice de café de Vecuatla, Juchique de Ferrer et Misantla expédiait sont café à dos de mules jusqu’à la bourgade de Naolinco ; là s’effectuait un transbordement sur des camions, et le café gagnait les maisons de commerce de Jalapa. Depuis l’ouverture des nouvelles routes, le transport par muladas se limite à un parcours jusqu’à Misantla, et de là les camions font un circuit par Martinez de la Torre, Teziutlan, Perote, jusqu’à Jalapa. Le circuit du café s’est allongé (193 km contre 82), mais a gagné en rapidité. En revanche l’économie muletière est en pleine décadence.

  • 16 cf. "Estudio Económico Regional : camino Cardel-Nautla". Secretaria de Comunicaciones y Obras Publi (...)

44Le seconde conséquence, c’est le recul de l’agriculture traditionnelle, il est vrai accéléré par l’ouverture de deux petits districts d’irrigation : ceux d’Actopan et d’Antigua ; c’est aussi l’expansion des surfaces cultivées. De 1950 à 195716la superficie récoltée dans la zone désenclavée a subi l’évolution suivante :

superficie récoltée

production (T)

valeur (pesos)

1950

50 158 has

502 000

53 720 000

1957

92 674

1 335 026

172 130 000

variation

+ 85 %

+ 166 %

+ 220 %

45Les cultures commerciales comme la canne à sucre, le riz, les vergers de papayers, les maïs améliorés, ont remplacé les mauvaises plantations de bananiers et les milpas traditionnelles. La route a permis une plus grande motorisation, et l’extension des zones de canne à sucre, très dépendantes des transports par camion (vers les ingenios). Même l’élevage s’est transformé : le transport par camion diminue la fatigue des animaux et surtout facilite la collecte du lait ; un élevage laitier a succédé à l’élevage extensif pour la viande, dans la région de Palma Sola, (le lait est transformé à Coatepec) ; l’effet de boule de neige de la modernisation a même touché l’élevage pour la viande, des races croisées de zébu et de souche suisse remplaçant le cheptel créole.

46Troisième conséquence enfin, dans le domaine économique, c’est le démarrage d’une industrie rurale appuyée sur le réseau de communications : 5 ingenios, une papeterie utilisant le bagazo de canne, une rhumerie...

47Dernière conséquence, du point de vue démographique, on assiste à un renversement de la tendance migratoire : alors que la zone était en décadence démographique depuis 1930, avec une forte émigration, depuis 1950 elle conserve son accroissement naturel, et même attire des immigrants :

POPULATION (a)

1930

1940

1950

1960

53 326

65 058

76 590

100 951

variation :

+ 22 %

+ 17 %

+ 32 %

source : recensements de population
(a) La zone comprend ici les municipes de : Nautla, Vegade Alatorre, Colipa, Yecuatla, Juchique, Alto Lucero, Actopan, Ursulo Galvan, La Antigua.

48L’œuvre routière demeure cependant inachevée, et en 1967 il n’y avait toujours pas de communications directes entre Misantla et Jalapa ; c’est là encore un obstacle au développement local des plantations de café. Toutefois depuis 1960 la route côtière ne subit plus les interruptions de trafic dûes au passage des rios côtiers à l’aide de bacs ; des ponts comme celui de Naut la permettent des liaisons encore plus rapides.

49Au total la route a joué un rôle décisif dans la réhabilitation d’une zone en sommeil, et dans l’expansion des cultures aux dépens des friches.

Le rôle des communications dans le développement de la colonisation, dans la répartition du peuplement peut-être suivi dans le Tabasco17

  • 17 R.C. WEST, N.P. PSUTY, B.G. THOM : "The Tabasco Lowlands of Southeastern Mexico." Louisiana State U (...)

50En 1910, alors que le Nord, le Centre du Mexique, mais aussi le Veracruz, l’Isthme le Yucatan avaient déjà un réseau ferroviaire, le Tabasco comptait moins de 20 Km, de voies ferrées étroites, (de San Juan Bautista à Carriza, de Cardenas à Rio Grijalva) inachevées, (cf. Vicente Fuentes Diaz. "El Problema ferrocarrilero de Mexico. 1951). Les grands axes de transports et de communications étaient les fleuves, où le peuplement se concentrait, et les pistes pré-colombiennes, dont une aménagée en camino réal, de San Cristobal de las Casas à San Juan Bautista, L’État du Tabasco expédiait ses productions par mer, par Frontera. Navigation fluviale, et trains de mules dans l’arrière-pays furent les uniques moyens de transport jusqu’à la construction du chemin de fer. Le gouvernement commença les travaux en 1935, au moment de la grande fièvre bananière qui donne une vision optimiste du développement futur des plantations ; le chemin de fer est conçu comme le moyen d’accélérer la transformation de l’économie de plantation du Tabasco ; le transport de cacao, quelques milliers de tonnes par an, pouvait se contenter des trains muletiers, la banane, la canne à sucre demandent des moyens de transport plus puissants. Mais la voie ferrée, achevée seulement en 1950, qui passe à l’écart des grands centres de peuplement (elle longe l’extrémité des terrasses pleistocènes, pour éviter les marécages, pour économiser les gros ouvrages d’art sur les fleuves méandreux en aval), est arrivée trop tard, le boom de la banane était terminé ; réduite au transport de maïs, de bois précieux, elle a provoqué un certain défrichement, l’éclosion de petites localités, comme Teapa ou Tenosique, mais n’a finalement qu’un rôle de liaison entre le Yucatan et le reste du pays.

51Un impact inattendu pourtant de la voie ferrée, c’est la construction de routes, unissant les centres de peuplement septentrionaux à ses stations : route Cardenas-station Chontalpa, route Villahermosa Teapa, achevées à partir de 1948.

52Le long de ces routes les plantations de caco, de canne à sucre, des ingenios, se sont établis.

53Dans le Tabasco on constate que les voies de communications modernes sont créées d’abord pour développer un mouvement de colonisation déjà existant (le cas du chemin de fer) ; mais dans une seconde étape, depuis 1950 les constructions de routes nouvelles précèdent et lancent la colonisation : la route côtière du Golfe, entièrement goudronnée en 1960, est suivie de l’installation de ranchs d’élevage dans l’Est du Tabasco, entre Villahermosa et Frontera ; avec le système de routes de Paraiso, de Frontera à Ciudad del Carmen, les plantations de cocotiers couvrent la côte, comme dans la zone de Puerto Ceiba ; le réseau très dense de routes construit par Pemex dans la Chontalpa et la région de Macuspana est utilisé également par les petits planteurs, par les éleveurs, pour écouler leurs productions vers Villahermosa ; enfin la route intérieure Villahermosa-Champoton terminée en 1967, a multiplié les défrichements, les milpas et pâturages.

d. Les capitaux étrangers

54Les bases de la colonisation et de la mise en valeur des terres chaudes du Golfe, que l’on peut situer historiquement sous le Profiriat, sont des créations du capital étranger.

55La construction des voies ferrées est menée par des compagnies anglaises ou américaines, d’abord petites compagnies dirigées par des spéculateurs, mais à partir de 1880 essentiellement par des compagnies américaines représentant de grands trusts financier. L’intérêt des capitalistes américains ne se limitait pas aux zones centrales riches en mineraux, mais portait aussi sur les terres chaudes, comme le prouvent ces propos du général Grant, tenus en 1880 :

  • 18 Cité dans "El Problema ferrocarrilero de México", p. 25.

"Les États Unis doivent importer des produits tropicaux (sucre, café, tabac) qu’ils importent de Cuba et du Brésil... Je suis sûr qu’avec la construction de chemins de fer nous pourrions obtenir ces produits du Mexique, et au lieu de les acquérir de pays antidémocratiques, esclavagistes et aux droits de douane excessifs, nous les obtiendrions d’un pays républicain, dont les droits d’exportation sont moindres, et, à quel prix ?, non plus au prix de notre argent, mais à celui de nos produits (machines, outils...) que nous échangerions contre des fruits"18

56Si les compagnies étrangères ne sont pas désintéressées, si elles reçoivent des subventions de l’État mexicain, des bons financiers et des terres en échange de leurs bons offices, on voit mal comment le Mexique aurait pu s’en passer.

57Le capital et la technologie étrangers sont également à la base de l’exploitation pétrolière. Les pionniers du pétrole suivent d’ailleurs de près les pionniers du chemin de fer : c’est le président du chemin de fer Central Mexicain, qui espère découvrir des puits de pétrole sur les terres bordant la ligne Tampico-San Luis Potosi (et données en concession à la compagnie), qui appelle en 1899 Édouard Doheny ; celui-ci est le créateur de la "Huasteca petroleum company", filiale de la Standard Oil. De même dans la création de la "Cia Mexicana de petroleo El Aguila, SA", filiale de la Royal Dutch, on retrouve l’anglais Pearson du chemin de fer Tehuantepec.

58Développement des chemins de fer, grande exploitation du pétrole de la Huastèque, sont dirigés par des compagnies étrangères. De même l’introduction des grandes plantations dans le Papaloapan, l’Isthme, le Soconusco, ou bien l’exploitation forestière de la Lacandonie, du Campeche, du Quintana Roo, sont des créations d’étrangers, petites compagnies d’exploitation ou grands trusts commerciaux, planteurs isolés ou grandes compagnies foncières.

59Ceci semble dû à l’orientation initiale de la colonisation dans les terres chaudes ; il s’agit de produire pour l’exportation. Pétrole exporté, chemins de fer chargés d’acheminer les produits mexicains vers les ports ou vers la frontière des États-Unis, planteurs de sucre, de café, de tabac, compagnies forestières recherchant l’acajou ou les bois tinctoriaux, ou le Chicle, tout ceci donne à la mise en valeur du Tropique Humide Mexicain un caractère de colonie de l’étranger.

60Le rôle des capitaux et entrepreneurs étrangers change avec la Révolution : le grand effort routier commencé par Calles se fait sans appel aux fonds étrangers, les grands latifundios inexploités des sociétés étrangères, en Lacandonie, dans l’Isthme, gèlent la terre sans la faire fructifier, les compagnies pétrolières extraient et exportent le pétrole sans que les régions productrices soient vraiment intégrées à l’économie nationale. Effarouchés par la Révolution, les luttes civiles, puis !. par le "Socialisme" de Cardenas, les capitaux étrangers boudent le Mexique, et le rôle moteur, dans l’ouverture des terres chaudes, passe â l’Etat, et aux "petits propriétaires" mexicains.

61Actuellement le capital étranger a repris une certaine importance quant au financement des grands ouvrages de colonisation. Un projet comme le Plan Chontalpa (cf. III ème Partie) dépend des crédits accordés par la BID ; ce sont des crédits américains qui participent aussi à l’effort de construction routière. Mais il s’agit là d’un financement indirect, contrôlé par le gouvernement mexicain et ses organismes décentralisés ; ce n’est plus la grande époque des investissements étrangers massifs et directs dans l’agriculture tropicale, les transports, le pétrole. Si le capital privé étranger (américain) est encore présent c’est au niveau de la commercialisation de certains produits, comme le Chicle, l’ananas.

e. Les politiques locales et nationales de colonisation

62Parmi les facteurs moteurs de la colonisation agricole, l’existence successive de plusieurs politiques gouvernementales de colonisation des terres chaudes est un fait capital pour comprendre les rythmes de la colonisation, et les types d’entreprises agricoles qui l’ont menée. Le gouvernement mexicain a utilisé dans un combat contre le sous-peuplement et la sous-utilisation des terres chaudes (et des terres colonisables en général) de tout un arsenal de lois sur l’imnigration d’étrangers, sur l’aliénation des terres nationales, sur l’application de la Réforme Agraire. (cf. ci-dessous). Son rôle a été encore plus directement colonisateur en ce qui concerne la construction du réseau routier, ou la réalisation de grands aménagements hydrauliques ou agricoles (barrage de Malpaso-Plan Chontalpa, ouvrages du Papaloapan). Ce qu’il faut retenir ici c’est l’existence d’une politique de colonisation depuis un siècle.

  • 19 cf. Moisés GONZALEZ NAVARRO. "La Colonización en México 1877-1910". México 1960, p. 24.

63À l’échelon régional, à celui des États, les gouvernements locaux manquent de moyens pour diriger effectivement des mouvements de colonisation ; les États se bornèrent sous le Porfiriat à accorder des réductions d’impôts ou à donner des bons de la dette publique locale aux colons venant s’établir ou aux hacendados les établissant (c’est le cas du Veracruz, du Yucatan et du Campeche en 1893)19. Il faut attendre les 20 dernières années pour voir proposer des plans de colonisation établis par les États : plan de colonisation du Yucatan en 1958, plan de développement agricole, forestier et touristique du Quintana Roo à partir de 1966, encore s’agit-il là d’un territoire fédéral.

64À l’échelle du Golfe et du Sud-Est, seule la politique fédérale de colonisation, politique d’encadrement, d’incitation ou d’application directe, a eu des résultats.

f. La pression démographique

65Alors que la spéculation a été le facteur essentiel dans la colonisation moderne du Tropique Humide, dans son démarrage, la pression démographique dans des régions périphériques a acquis peu à peu un rôle grandissant dans la colonisation.

66Le rôle de la pression démographique dans les campagnes semble s’être limité (en raison de la faiblesse même de l’accroissement de population) au XIX ème siècle à quelques essaimages de communautés indigènes, dans les Chiapas, dans le Yucatan, ou le Oaxaca. L’explosion démographique est en effet un phénomène récent au Mexique, postérieur à 1940, et jusque-là c’est plus le régime de la tenure de la terre que le progrès même de la population qui entraîne une surpression dans certaines campagnes. Jusqu’à la Révolution les échanges entre hautes terres peuplées et zones de colonisation semblent se limiter, d’une part à une migration de travailleurs, d’abord saisonniers, puis migrants définitifs, attirés par des plus hauts salaires, d’autre part au glissement sur de courtes distances de communautés agraires chassées par l’érosion des sols ou les empiettements de nouveaux latifundistes. Le système rigide de l’hacienda traditionnelle gardant ses peones en les endettant a dû freiner le mouvement de travailleurs sans terre vers les terres chaudes.

67La Révolution introduit une nouvelle mobilité dans la population, la Réforme Agraire permet aux journaliers, puis aux peones acasillados, de revendiquer une parcelle aux dépens des latifundios, l’Explosion démographique due à la chute de la mortalité radicalise le problème de la terre après 1940, et le nouveau réseau de communications facilite alors la pénétration des terres chaudes : tous ces éléments ont joué ensemble pour accroître le rôle de la colonisation de peuplement, secondaire jusque-là par rapport à la colonisation reposant sur la spéculation économique.

68Une pression démographique, même forte, suffit-elle d’ailleurs à rendre les gens mobilisables pour une migration colonisatrice ? La disponibilité de terres, si elle ne s’accompagne pas d’un minimum de communication et d’aide gouvernementale, ne suffit plus actuellement à provoquer une migration, si ce n’est dans les communautés indigènes moins soucieuses de productions rémunératrices et d’intégration à un réseau urbain. Les migrations spontanées à partir des zones surpeuplées du haut-plateau ou des sierras se font soit vers les villes, soit vers les zones des terres chaudes offrant immédiatement des emplois salariés, comme les zones cannières, caféières. Ce qui compte alors c’est surtout le gradient des salaires, qu’ils soient de 8,5 pesos par jour dans la Mixtèque, contre 13,25 dans le Sotavento, de 10 pesos dans le Hidalgo, contre 17 autour de Poza Rica. Ce qui compte, c’est plus le temps de travail, le chômage, que la quantité de terre théoriquement disponible par travailleur. Là où la pression joue directement, c’est dans l’éjido, où les nouvelles générations s’accumulent et demandent de nouvelles terres : par le jeu successif des dotations et des ampliations, les éjidos des terres chaudes du Golfe peuvent grignoter les domaines affectables et y installer leur surplus de population.

69D’autre part la pression démographique est de moins en moins le triste privilège des Etats des hautes terres ; Yucatan, vallées septentrionales du Chiapas, cœur de la Chontalpa, massif des Tuxtlas, sierras et piémonts du Veracruz central, haute Huastèque sont devenus des zones de forte pression de population agricole dans les terres chaudes mêmes. De plus en plus le problème de la mise en communication des zones de basse et haute pressions se pose à une échelle locale, à l’intérieur d’un même État.

70Au total la pression démographique sur la terre a facilité la colonisation du Golfe, en fournissant aux grandes exploitations pionnières la main d’œuvre qui leur manquait, et en jettant sans cesse depuis la Réforme Agraire de nouvelles vagues d’éjidos sur le front pionnier. Mais aujourd’hui l’accroissement démographique à T intérieur des zones colonisées risque d’y étouffer le progrès en reproduisant les mêmes problèmes de minifundisme et de sous-emploi que dans les zones de départ initiales.

2. LES FACTEURS DE RESISTANCE A LA COLONISATION

a. La résistance du milieu naturel

71La résistance du milieu naturel à la colonisation agricole est inégale selon le niveau technique du colon (et de sa civilisation en général) et selon sa connaissance, sa maîtrise du milieu. Dans le cadre des civilisations indiennes du Tropique et des communautés indigènes traditionnelles actuelles, l’obstacle ne se pose pas tant au niveau de la colonisation, qu’à celui d’un peuplement toujours plus dense. La technique de la roza tumba y quema est parfaitement adaptée à la conquête d’un milieu forestier, et la selva du Peten a bien été colonisée par les Mayas de l’Ancien Empire. Une civilisation agricole traditionnelle où les échanges sont limités, et les volumes transportés sont faibles, n’a besoin que de réseaux de communications rudimentaires : sentiers pour les porteurs, fleuves pour les embarcations. Le milieu du tropique humide serait même particulièrement favorable aux transports lourds, vu l’abondance des fleuves.

72En revanche pour une agriculture moderne et une civilisation plus technicienne, comme celles apparues en terres chaudes à la fin du XIXème siècle, la résistance du milieu naturel vient d’abord des difficultés de tracer un bon réseau de communications. Marécages, lagunes, larges fleuves du Tabasco, Veracruz et Campeche méridional sont des obstacles sérieux pour une route ou une voie ferrée, qui y trouvent des assises instables, une érosion saisonnière violente (inondations, pluies) ; les ouvrages d’art (digues, ponts) augmentent le coût des voies à construire, et le manque de moyens financiers diminue l’efficacité du réseau installé : les bacs, moins coûteux que des ponts, ralentissent les transports et les grèvent de péages, les brechas, plus facilement construites que les routes empierrées, sont coupées chaque saison des pluies, et les colonies demeurent isolées.

73Quant à la fragilité des sols, l’emploi d’engrais verts, d’engrais chimiques, les rotations de cultures et de fourrages artificiels, le défrichement de la forêt pour la création de pâturages, peuvent prolonger leur productivité. Mais ceci suppose encore des investissements dont les colons ne sont pas toujours capables ou désireux. Le Petit éjidatario préfère sa milpa à l’élevage, mais n’a pas les moyens financiers pour utiliser les engrais nécessaires, son champ s’épuise, les excédents de production s’amenuisent, et le voilà condamné à une agriculture itinérante.

74La résistance du milieu naturel du Tropique Humide est également inégale selon le type de relief ou de sous-sol : l’agriculture moderne mécanisée exige des pentes faibles, pour de grandes cultures à la charrue et au tracteur ; mais les plaines et deltas qui offrent ces faibles déclivités doivent être maîtrisés du point de vue hydraulique. Les affleurements rocheux, les superficies réduites de bons sols du relief calcaire yucatèque limitent également la colonisation des zones forestières par une agriculture moderne.

75Autre type de résistance du milieu naturel, le complexe pathogène propre au Tropique Humide. Chaleur et humidité favorisent l’activité des microbes et virus, la prolifération des agents porteurs, la reproduction des parasites : les terres chaudes sont les terres de la fièvre jaune, du paludisme, de l’onchocercose, mais aussi des grandes maladies du bétail et des plantations. Le vomito negro n’a été vaincu qu’au début du XX ème siècle à Veracruz et â Mérida, et c’est là une victoire due, à une technique : asphaltage des rues, grillages sur les réservoirs d’eau, aspersions de pétrole sur les eaux stagnantes permettent de lutter contre les agents porteurs. La lutte contre le paludisme n’a commencé en profondeur que sous le président Ruiz Cotines, dans les années 50, et a pris la forme d’une croisade, avec brigades d’hommes en uniforme, ses slogans, ses expéditions dans les zones le plus reculées du Papaloapan et de l’Isthme. Le DDT a été l’arme la plus efficace dans cette lutte ; mais en 1970 les journaux mexicains ont signalé une recrudescence du paludisme ; là encore le manque de crédit est responsable de la mise en veilleuse des campagnes d’éradication.

  • 20 cf. Enoch CANCINO CASAHONDA. "Algunos aspectos sobre oncocercosis en Chiapas". Revista del Institut (...)

76L’onchocercose, maladie redoutable à parasites, provoquant l’apparition de nodules, des troubles de la vue et même la cécité, est une maladie spécifique des étages caféiers du Chiapas et du Oaxaca : Le Valle de Montecristo dans le Chiapas, la sierra de Ixtlan dans le Oaxaca sont des zones où l’onchocercose est à l’état d’endémie. Dans le Chiapas, le foyer "Chamula" comprend 4000 malades sur une population de 60 000 personnes ; dans le Soconusco, sur 400 000 habitants, 30 000 souffrent d’onchocercose. La transmission de la maladie, assurée par un insecte, se fait dans une zone comprise entre 500 et 1600 mètres, où l’eau des rios est suffisamment claire pour le développement des larves du porteur. Les conditions écologiques de la maladie correspondent à celle de la culture du café, et la lutte médicale et chirurgicale commença à partir de 1930 dans les grandes fincas caféières ; 87 000 personnes ont été examinées en 1966, 45 000 ont été traitées.20

77Les maladies des plantes sont également redoutables, et peuvent faire échouer la colonisation agricoles, tout au moins pour un temps : le grand développement des bananeraies du Tabasco, de 1920 à 1940, s’est brisé à la suite de maladies : Sigatoka et mal de Panama. La colonisation cotonnière des plaines du Panuco, amorcée vers 1960, est remise en question depuis 1967 par une maladie du coton ; les racines pourrissent et toutes les surfaces plantées sont perdues.

78Si l’on ne trouve pas au Mexique d’endémies interdisant tout élevage, comme la maladie du sommeil d’Afrique Centrale, les tiques, "garrapatas" détériorent les peaux, et empêchent par exemple toute exportation aux Etats-Unis (pourtant la Huastèque est plus proche des États-Unis que le Durango).

79Colonisation, élevage, plantations en vue de la commercialisation supposent un contrôle du milieu naturel, qui n’est possible qu’avec des techniques finalement coûteuses. Mais du point de vue strictement technique aucune zone du Tropique Humide mexicain n’est aujourd’hui impénétrable ou inutilisable.

b. Les populations indigènes

  • 21 cf. Daniel COSIO VILLEGAS. "Historia Moderna de México". "El Porfiriato. La Vida social" por Moisés (...)

80Nous ne rappellerons ici que deux types de faits ; (cf. également paragraphe 3 ci-dessous, et IVème Partie. 2. La colonisation indigène) les populations indigènes des terres chaudes et des terres tempérées voisines se sont d’abord révoltées â plusieurs reprises contre le colonisateur espagnol, puis contre l’hacendado pionnier. Pour s’en tenir à une époque récente, on peut rappeler la Guerre des Castes au Yucatan, qui éclate en 1847, les luttes de la "Frontière" indienne du Quintana Roo, de 1850 à 1920 environ. Quand les latifundistes s’approprient les terres réputées vacantes des communautés indigènes, sous le Porfiriat, des révoltes agraires indigènes surgissent dans le Veracruz : en 1883 des groupes indigènes attaquent une hacienda près d’Acayucan ; en 1896 un millier d’indiens totonaques assiègent Papantla, sont repoussés, mais restent dix ans en dissidence.21. Ce sont là des exemples de résistance violente à l’avancée des ladinos et des plantations spéculatives.

81Mais de manière plus générale l’obstacle présenté par les populations indigènes â la mise en valeur du Golfe et du Sud-Est, est un obstacle de type culturel et économique. L’isolement dû à la langue, l’agriculture de subsistance pratiquée, la méfiance vis-à-vis des ladinos exploiteurs sont autant d’éléments de mauvaise intégration des indigènes â l’économie moderne. Même les expériences de colonisation agricole menées par les communautés indigènes, qui déplacent sans le modifier leur mode de vie et de culture, ne peuvent être qualifiées de pionnières. Les zones de peuplement indigènes des Terres Chaudes, lorsque les communautés ne sont pas intégrées au système des plantations en tant que sources de main-d’œuvre bon marché, demeurent des zones d’"ombre" de la colonisation, des zones de communications médiocres, de bas rendements agricoles, de gaspillage des ressources forestières, la pression démographique poussant â des défrichements sans cesse renouvelés.

c. Les crises économiques nationales et internationales

82La colonisation moderne des terres chaudes, liée à l’expansion des marchés étrangers des produits tropicaux, dépendait jusque vers 1940 et la croissance du marché de consommation intérieur, de la conjoncture internationale. Une crise des marchés, due à l’arrêt de la consommation ou à l’apparition de produits de substitution, peuvent arrêter le progrès des plantations. C’est actuellement le cas du henequen, examiné plus loin. L’apparition des pigments artificiels en Europe provoque la chute des exportations des bois tinctoriaux comme le bois de Campeche ; le chewing-gum synthétique provoque la crise de la cueillette du Chicle dans la péninsule Yucatèque. L’indigo, source de prospérité de Tuxtla Gutierrez avec la canne à sucre, disparaît. La production du cacao, concentrée dans le Tabasco et le Chiapas, s’effondre pendant la crise économique de 1929 : 1 399 tonnes en 1929, 655 tonnes en 1933 ; pendant la même période les superficies plantées en café stagnent ou même reculent ; 103 107 hectares en 1929, 93 996 en 1932.

83L’application de la Réforme Agraire dans la zone du henequen du Yucatan et dans le Soconusco caféier, sous la présidence de Lazaro Cardenas, désorganise également la production, temporairement. La production de henequen tombe de 100 538 tonnes en 1937 à 80 065 tonnes en 1938 ; la production de café chute également de 63 485 tonnes en 1936 à 52 384 en 1940. Mais ce sont là des accidents de parcours rapidement effacés au moment de la relance des plantations des terres chaudes sous Miguel Aleman.

84De toute façon crises mondiales, du marché étranger, ou crises internes découragent à certains moment la spéculation sur les produits tropicaux, freinent ou font reculer plantations et exploitation forestière.

d. L’inertie des structures agraires

85Un autre type d’obstacle à la colonisation agricole, c’est le blocage de la structure agraire, qui empêche ou ralentit l’occupation de nouvelles terres, qui interdit l’introduction des techniques et modes de culture intensifs.

86Le latifundio traditionnel, très extensif, ou bien encore la grande propriété forestière ont ainsi bloqué la colonisation spontanée dans l’Isthme de Tehuantepec ou le Campeche intérieur jusqu’aux années 50. Tous les latifundios constitués par les compagnies de chemin de fer, les compagnies pétrolières, le capital étranger, sont restés en dehors des mouvements de colonisation jusqu’à la fin des concessions ou encore jusqu’à leur transformation en terres nationales, principalement sous Lopez Mateos. De même les concessions d’inafectabilité accordées aux grands éleveurs de la Huastèque ou des Chiapas ont privé éjidos solliciteurs de terres, ou candidats-colons de superficies pourtant favorables à la colonisation agricole, comme celles de la région du Panuco.

  • 22 cf. Notre article :"Mexique : la Réforme Agraire à un tournant", chapitre "le potentiel de terres e (...)

87Quant au passage de l’économie agricole des colons du niveau de la production à bas rendements, individuelle, à une production intensive, unissant agriculture et élevage, voire collective, il suppose de profondes modifications dans les structures agraires. Dans le cas de la Chontalpa (cf. III ème Partie) la disparité des parcelles, leur émiettement, a cédé la place à des blocs de culture communautaire, mais ceci grâce à l’intervention d’un organisme d’État, et même de l’Armée. Le cas le plus fréquent est celui de minifundistes ou petits exploitants, éjidatarios ou colons privés, qui n’arrivent pas à s’unir pour créer un minimum de services communs (société de crédit, parc de machines, silos...), qui leur permettraient pourtant d’améliorer leur système de production ou de commercialisation. Dans ce dernier cas le problème n’est pas spécifique des zones de colonisation, il intéresse l’ensemble du Mexique. En effet la plus grande part des terres affectables dans le cadre de la Réforme Agraire sont constituées aujourd’hui de pâturages et de forêts22, environ 31,6 millions d’hectares sur un total disponible de 33,6. Ceci oblige les autorités responsables à se préoccuper de l’exploitation future de ce type de terres, par des ejidatarios à la mentalité avant tout agricole, qui sont prêts à défricher à tout prix pâturages et forêts pour leur substituer des milpas médiocres. Sans un minimum d’encadrement technique et de crédits, sans une refonte de la structure productrice de l’éjido, répartition des terres et plus précisément colonisation agricole par des éjidatarios risquent de perpétuer un minifundisme d’autosubsistance.

3. EXEMPLES HISTORIQUES DE CYCLES D’AVANCEES ET DE RECULS DE LA COLONISATION

  • 23 On pourrait lui appliquer la formule de Roger BRUNET : "l’évolution va par bonds, par renversements (...)

88Les mouvements de colonisation au Mexique dans les terres chaudes n’ont pas été des mouvements continus d’intensité invariable. L’occupation de terres nouvelles se fait par à coups23, peut reculer même ou se stabiliser pendant des dizaines d’années, faute de nouvelle impulsion motrice, faute d’une technique nécessaire pour vaincre l’obstacle apparu. On a déjà cité l’exemple de l’Isthme de Tehuantepec, où l’infrastructure ferroviaire, portuaire, l’appropriation des terres et le peuplement apparaissent subitement à la fin du XIX° siècle, en fonction des nouveaux courants commerciaux entre Pacifique et Atlantique ; le recul de la mise en valeur, la stagnation du peuplement sont tout aussi subits après l’ouverture du canal de Panama ; dans les deux cas c’est un facteur extérieur qui a joué. Mais on connaît d’autres exemples où avancées et reculs de la colonisation sont engendrés par une dialectique interne.

89L’extension des plantations de café est limitée par le système des cuotas du plus grand pays importateur, mais aussi par l’étroitesse du marché intérieur mexicain ; on peut même penser que les superficies plantées reculeraient si, par une technique appropriée le seuil des rendements médiocres était franchi dans les zones de plantation indigène ; un plus petit nombre de planteurs pourraient produire autant sur moins de surface ; dans ce cas les plantations très marginales du Centre Oaxaca seraient condamnées.

90Dans les deux cas qui suivent (Chiapas, Yucatan), on observe des seuils de renversement : au-delà d’un certain degré de développement des haciendas pionnières, le système est mis en cause par des révoltes de la main-d’œuvre surexploitée.

a) Avancées et reculs des divers types de peuplement et de systèmes économiques dans les Chiapas, du XVII ème au XIX ème siècle

91De nombreuses analogies apparaissent entre la colonisation des terres chaudes yucatèques et chiapanèques. Dans les deux cas les relations entre population autochtone et créoles et "ladinos" sont fondamentales pour comprendre les changements observés depuis la Conquête, dans la répartition du peuplement. Ces relations entre fournisseurs et utilisateurs de main-d’œuvre agricole bon marché, traversent à plusieurs reprises des phases de crises sociales, liées d’une part au phénomène pionnier des haciendas et à leur "boom" économique, d’autre part à la dépression des économies indigènes traditionnelles. Les périodes de crise, marquées par des jacqueries et même de véritables guerres indiennes, peuvent modifier sensiblement la répartition de la population, et faire reculer les pionniers des haciendas et des pueblos ladinos.

921. Crise démographique et avancée des haciendas. Sans remonter au peuplement pré-colonial des Chiapas, on peut jeter quelques jalons dans l’histoire du peuplement de cette zone depuis le XVII ème siècle. Pendant ce siècle-là, plusieurs grandes épidémies ravagent le territoire, celle de 1617 en particulier, et entraînent la disparition de nombreux villages de terre chaude. D’autre part il y a fuite des indigènes devant l’avancée des haciendas et de leur système d’asservissement. Cette fuite d’une partie de la population a lieu dans deux directions : le flux le moins important se disperse dans les vallées tropicales qui descendent vers le Tabasco et la zone de Palenque ; la dispersion apparaît là comme une mesure de défense efficace contre la soumission au pouvoir politique et économique des espagnols ; mais le flux le plus important gagne les zones montagneuses tempérées du centre des Chiapas, dont seules les vallées les plus fertiles sont envahies par les ladinos. Comme le note Francisco Jimenez ;

" les villages qui se trouvent dans les endroits les plus élevés et arides, non seulement n’ont pas souffert de destruction, mais au contraire se sont accrus de beaucoup... et tous les villages qui sont situés sur les terres basses sont ceux qui en partie ou en totalité se sont effondrés." (Historia de la provincia San Vicente de Chiapas y Guatemala. Guatemala 1929-1931 3 vol. vol. 2 p. 199)

  • 24 cf : H. FAVRE. op. cité. (p. 92 A)

93Les grands traits du peuplement actuel dateraient donc de cette époque : concentration particulièrement forte des communautés indigènes sur l’Altiplano d’une part, vide relatif des terres chaudes du Valle Central de Chiapas, des vallées occidentales, et du pourtour de la Lacandonie. À la fin du XVIII ème siècle, sur 34 haciendas recensées dans les Chiapas, 22 étaient établies en revanche dans les terres chaudes24.

942. La révolte des tzeltales de 1712, donne un coup d’arrêt et fait même reculer la colonisation "ladina" et le système de contrôle colonial. Située dans une mauvaise année pour les récoltes de maïs des indigènes, la révolte éclate ; elle est provoquée en particulier par l’attitude de l’évêque local, accapareur de grains, spéculateur et affameur des communautés, mais S cette cause momentanée s’ajoute plus d’un siècle de mécontentement, d’assujétissement aux haciendas. La révolte a un caractère socioéconomique, mais aussi "religieux" : des objets miraculeux prononcent des oracles, comme ils le feront â nouveau lors de la guerre des castes du Yucatan et lors de la révolte tzeltale de 1868. Les indigènes se révoltent donc dans tout le nord, massacrent les ladinos de pueblos comme Chilon et Ocosingo. Malgré sa défaite finale, ce mouvement contribue à stabiliser le front pionnier des haciendas.

953. Nouvelle expansion des haciendas : la révolte de 1869. Après l’Indépendance et le rattachement au Mexique en 1824, une nouvelle vague d’haciendas pionnières naît dans les Chiapas, Ce sont tout d’abord des milliers d’hectares réputés vacants qui sont vendus par le gouvernement mexicain ; des familles comme celle des Corzo, constituent des latifundios sur le cours du moyen Grijalva ; des localités comme Chiapa et Tuxtla accèdent alors au statut de petites villes, réservé jusque-là à la capitale, San Cristobal, et à Comitan, dans la zone tempérée.

96Puis à partir de 1856, avec la sécularisation des biens du clergé, les familles de San Cristobal et de Comitan acquièrent les terres des Frères Prêcheurs dans les basses terres du Nord-Est (zone d’Ocosingo) et développent leurs haciendas.

  • 25 cf. J. PAULAT LEGORRETA. op. cité. (p. 92 A)

97Cette nouvelle phase d’expansion des latifundios entraîne l’asservissement de plusieurs milliers d’indiens, et en réaction une nouvelle révolte. Cette dernière dura de 1869 à 1870, recruta l’essentiel de ses membres parmi les indiens des fincas, détruisit une dizaine de fincas, et arriva â menacer la ville de San Cristobal, dégagée finalement par l’armée25.

  • 26 cf. Jorge A. VIVO. op. cité. (p. 92 A)

984. La poussée des fincas de café et des monterias. À partir de 1880 commence une nouvelle phase de l’exploitation des terres chaudes chiapanèques, grâce à la conjonction de la politique fédérale de colonisation et de cours élevés pour le café. À Vhacienda traditionnelle céréalière ou d’élevage succède en terres chaudes la finca de type capitaliste, caféière26.

  • 27 cf. Ricardo POZAS.A op. cité. (p. 92 A)

99L’introduction du café dans les Chiapas remontait pourtant à 1846, quand l’italien Manchinelly établit la première plantation sur les pentes méridionales du volcan Tacana, (24) puis des arrieros de Tapachula et de Huixtla en installèrent de nouvelles27. Mais le démarrage de l’avancée pionnière ne fut déclanché qu’après 1880, à la suite de l’apparition de quatre facteurs favorables

  1. en 1882 le Mexique et le Guatemala signent un traité mettant fin à l’incertitude régnant alors quant au tracé de la frontière entre les deux pays ;

  2. au moment où les planteurs allemands du Guatémala manquaient de terres,

  3. le Mexique établit sa loi de colonisation de 1883 ; le gouvernement fédéral confie alors à la Cia Mexicana de Terrenos y Colonización la tâche d’arpenter, lotir et vendre les terres nationales (ou supposées telles) de la Sierra Madre del Sur ;

  4. la révolution au Brésil, enfin, avec la crise des grandes plantations de café qui s’en suit, favorisent la hausse des cours du café.

100Des planteurs allemands, mais aussi des compagnies nord-américaines commencent alors à acquérir des terres vierges, en les achetant au gouvernement à des prix dérisoires (5 centavos l’hectare de première qualité). Un front du café se développa, et progressa de la frontière guatémaltèque vers le nord-ouest, sur les pentes de la Sierra Madre, il dépasse le rio Coatan (cf. croquis ci-contre), atteint le rio Huehuetan en 1894, le rio Tepuzapa en 1898, reprend son souffle pour un nouvel élan avec l’arrivée du chemin de fer en 1907 : les caféiers s’étendent alors jusqu’à la vallée du rio "vado ancho".

  • 28 Un hectare renferme environ 900 pieds de café, et chaque arbuste donne de 2 à 5 livres de café par (...)

101Ce phénomène pionnier du café fait apparaître plus de 200 "fincas", sur les deux versants de la Sierra Madre, dans les districts de Tuxla (1 million de caféiers en 1911), Mezcalapa et surtout dans le cœur du Soconusco (3 millions de caféiers)28. Ces "fincas" ont besoin de plus en plus de main-d’œuvre pour défricher les terres neuves, planter caféiers et arbres d’ombre, nettoyer les plantations, procéder à la récolte. Avec l’extension des plantations il fallut faire appel à une main-d’œuvre lointaine. Ainsi en 1904, Guillaume Kahale, propriétaire de la finca "Germania", fut le premier à se rendre dans les terres tempérées, à San Cristobal, pour y chercher des braceros parmi la population des communautés indigènes faméliques et parmi les "baldios" des haciendas traditionnelles.

102À partir de cette date s’organise ce mouvement d’échange de main-d’œuvre entre les terres tempérées et les terres chaudes, que décrit bien Henri Favre dans ses deux études sur les "Tzotzil" et "Tzeltal". Des agences de recrutement s’établirent à San Cristobal, à Comitan, à Motozintla ; les enganchadores y concentraient les indiens qu’ils conduisaient ensuite soit vers les fincas de café du sud, soit vers les exploitations forestières du nord-ouest. Des convois marchaient parfois pendant plus d’un mois pour gagner leur lieu de travail saisonnier, sous escorte armée. Grâce à cette mobilisation de main-d’œuvre saisonnière, le café peut conquérir de nouvelles terres, cette fois dans le nord de l’État du Chiapas ; remontant les affluents du Grijalva, à partir de la plaine du Tabasco, il occupe à Dartir de 1900 les pentes des sierras calcaires bordant le haut plateau, dans la zone de Simojovel, Tumbala, Solosuchiapa ; mais les fincas de cette zone nord n’ont jamais atteint l’intensité d’occupation du sol du Soconusco. La primauté du café y a d’ailleurs été menacée par la culture du cacao, en particulier dans le district de Pichucalco.

103À la fin du Porfiriat trois grandes zones pionnières sont donc ouvertes dans les terres chaudes ; celle du Soconusco, celle du Valle Central de Chiapas, celle des vallées et collines septentrionales. Deux villes pionnières se développent rapidement : Tuxtla Gutierrez au centre, qui ravit la fonction de capitale d’État à San Cristobal en 1892, et Tapachula, tête de ligne du chemin de fer drainant le trafic caféier vers le port d’exportation de Salina Cruz. Aucune grande ville n’apparaît dans le nord, où l’influence commerciale de Villahermosa est prédominante.

104A ces zones pionnières agricoles, il faut ajouter les actions ponctuelles des forestiers et cueilleurs qui débouchent rarement sur une occupation permanente du sol.

105Le gouvernement mexicain a en effet accordé des concessions d’exploitation forestière dans le bassin de l’Usumacinta à des compagnies étrangères, américaines et anglaises, intéressées par les bois précieux, mais surtout par le caoutchouc. Les huleros se contentaient de récolter le caoutchouc en abattant les arbres et en les saignant au sol ; le latex était ensuite coagulé avec la sève de la liane "joamole", puis comprimé et séché au soleil. Ce type d’exploitation sauvage aboutissait à un massacre de la forêt. Monteros, huleros, chicleros se recrutaient eux aussi parmi les indigènes des Altos.

  • 29 cf. Maurice DE PERIGNY. op. cité. (p. 92 A)

106Quelques essais furent faits pour une production plus rationnelle : ainsi des nord-américains créèrent des plantations de caoutchouc (castilloa elastica) dans la zone de Zaculana, à une altitude de 600-700 mètres ; 7 millions d’arbres furent plantés sur plus de 7000 hectares ; les jeunes arbres sauvages de la forêt étaient transplantés dans des terrains humides et bien exposés au soleil. Mais la réussite de ces plantations supposait des capitaux de fonctionnement importants, car la production ne commençait qu’après 6 à 8 ans. Elle supposait aussi des cours élevés29.

  • 30 cf. A. TISCHENDORF. op. cité. (p. 92 A)

107On évalue à quelques deux cents30 les compagnies américaines et anglaises qui se lancèrent dans l’aventure du caoutchouc, attirées par les promesses de certains hommes politiques, comme Matias Romero, qui déclarait :

"des milliers de castilloas sauvages poussent aux confins de Oaxaca et du Chiapas"

108ou des journaux qui annonçaient des profits potentiels énormes. Toutes ces aventures se soldèrent par des échecs, avant même la Révolution, par suite de la baisse des cours mondiaux, qui faisaient que la valeur du caoutchouc produit ne couvrait pas les investissements. La Révolution cimenta la tombe des monterias en détournant les capitaux étrangers des investissements ruraux. La crise économique mondiale de 1929, l’invention enfin du chewing-gum synthétique vinrent confirmer la décadence complète de la colonisation forestière, qui n’a repris en Lacandonie que depuis une dizaine d’années.

1095. Colonisation et main-d’œuvre. Au cours de ces sondages dans l’histoire des Chiapas, nous avons pu retenir quelques grands traits des rapports colonisation-peuplement, main-d’œuvre.

110Pendant toute la période traditionnelle, jusqu’en 1880 environ, les hacendados essaient de fixer la main-d’œuvre autour des haciendas, mais échouent largement dans les terres chaudes d’où les indiens émigrent. Tout progrès du front des haciendas semble aboutir à des mouvements de révolte qui entraînent le reflux ou l’arrêt de la colonisation agricole ou d’élevage.

111Avec l’apparition des entreprises agricoles et forestières de type capitaliste, tout change : il y a à la fois peuplement de zones vierges (en réalité vidées par les épidémies des XVI ème et XVIII ème siècles) dans le cadre des fincas caféières, et utilisation du réservoir de main-d’œuvre des Altos en voie de surpeuplement grâce à des migrations saisonnières.

112Mais l’expansion des latifundios, aussi bien en terres chaudes qu’en terres tempérées, (profitant des lois fédérales autorisant le morcellement des terres collectives, les hacendados spolient les communautés indigènes) bloque une colonisation agricole spontanée, de petits exploitants. La Réforme Agraire, avec le président Cardenas essentiellement, brisera certaines des chaînes pesant sur les baldios, (en supprimant leurs dettes, en introduisant des contrats de travail) ; son impact sur la colonisation est beaucoup plus récent (politique de Nuevos Centros de Población, avec les présidents Lopez Mateos et Diaz Ordaz.

113Au total il faut retenir que les processus de colonisation ne suivent pas une courbe régulièrement ascendante, mais un tracé en dents de scie, ce que Ton peut d’ailleurs encore mieux observer au Yucatan que dans les Chiapas.

b) Cycles économiques et cycles de peuplement dans la péninsule du Yucatan

1141. Le balancement géographique du peuplement dans le Yucatan est apparu dès l’époque précoloniale.

115Il suffit de rappeler la migration de la civilisation maya, du Peten de la grande époque classique, du domaine de la selva tropicale de Tikal, Bonampak ou Palenque, vers le nord de la péninsule, où le défrichement s’attaqua au domaine de la forêt tropicale subdécidue.

116A l’époque coloniale un mouvement inverse ramène le reste des tribus Itza, refusant de se soummetre à la colonisation espagnole, jusqu’au cœur du Peten, et l’actuel site de Flores, au Guatémala, est le dernier bastion à succomber au XVII ème siècle.

117Mais les liaisons entre les cycles économiques et les cycles de peuplement sont plus interessantes pour nous au XIX ème siècle, car elles nous montrent les vicissitudes de la colonisation de type moderne, face à la résistance de population refusant de participer aux progrès d’économies spéculatives et asservissantes.

1182. Le cycle du sucre et la Guerre des Castes. À la fin de la période coloniale, trois auréoles de mise en valeur différente divisent l’espace yucatèque :

  • le noyau des districts de Mérida et d’Izamal, avec leurs villes et leurs haciendas d’élevage, l’auréole du maïs (Tizimin, Ticul, Valladolid, Yaxcaba) et enfin la "frontière" de l’Est et du Sud, avec les districts d’Hopelchen, de Peto et de Bacalar.

  • le noyau septentrional correspond à la zone la plus anciennement colonisée par les espagnols, la zone où la sécheresse est la plus marquée, la végétation la plus chétive ; là se sont établies les grandes haciendas d’élevage (884 en 1838 autour de Mérida et d’Izamal), exportant les peaux vers Cuba. Cet élevage extensif occupait relativement peu de main-d’œuvre ; les communautés indigènes n’avaient qu’une importance très secondaire à côté du peuplement métis des haciendas et des villes. Le paysage de cette zone d’élevage est fait de défrichements que parcourt un troupeau "créole", qui se rassemble autour de grandes norias puisant l’eau à travers le calcaire.

119L’auréole de production du maïs, culture d’autosubsistance des communautés indiennes, et culture commercialisée par des haciendas pour l’alimentation des villes (Mérida et Valladolid) correspondait à un domaine forestier (forêt tropicale caduque) aux sols plus profonds, aux précipitations plus fortes que dans la zone d’élevage. Villages de métis et villages indiens fournissaient les peones des haciendas, mais également des journées de travail ; toutefois l’oppression des haciendas n’était pas aussi forte que dans le Mexique Central : il n’y a pas ici les grosses populations des villes ou des mines à faire vivre, et de nombreux villages sont à peu près libres.

120Dans la zone frontière enfin, à l’Est de Valladolid, vers Peto, autour de Bacalar, les communautés indiennes ne sont pas intégrées au système des haciendas, et certains groupes sont encore semi-nomades comme les Lacandons : les "Huites". Les haciendas sont d’abord des haciendas d’élevage (193 en 1838 dans le district de Valladolid).

  • 31 cf. A. STRICKON. op. cité.

121Mais "le système extensif employant modéremment la main-d’œuvre est bouleversé par l’apparition de la canne à sucre "31. À partir de l’Indépendance, qui libère le Yucatan des entraves coloniales à la culture de la canne et à la fabrication d’alcool, les haciendas créoles plantent de la canne là où les sols sont plus abondants, là où les précipitations sont plus régulières, c’est-à-dire dans les domaines forestiers de l’Est et du Sud, autour de Valladolid, Tizimin, Espita (20 % des surfaces plantées), et surtout dans la "frontière", autour de Tekax, Hopelchen, Peto, Bacalar (71 % des surfaces). Mais pour la canne, pour la zafra, il faut une main-d’œuvre que les anciens éleveurs n’ont pas. Par un système de taxes visant à obliger les indiens "mansos" à chercher une source de revenus, par des pressions pour incorporer les communautés encore 1ibres au système de l’hacienda, la main-d’œuvre est trouvée, mais elle se révolte en 1847. Le cycle du sucre n’a duré qu’une vingtaine d’années.

1223. Le bouleversement du peuplement : la Guerre des Castes. 1847-50. Indiens des communautés "civilisées" et indiens libres se soulèvent en 1847, pour reconquérir leurs milpas, transformées en champs de canne, pour se libérer du travail dans les haciendas. Le soulèvement agraire prend rapidement la forme d’une guerre raciale, créoles et métis étant exterminés ou chassés vers les villes : plus de deux mille d’entre eux se réfugient chez les forestiers anglais de l’actuel Honduras Britannique, les fuyards de la zone d’Hopelchen, où les haciendas sont détruites, gagnent Campeche, bien fortifié, et même contribuent au peuplement de l’Isla del Carmen. Valladolid est assiégé, Mérida menacée. Les gouvernants pensent un moment à gagner Cuba. Bacalar tombe et est détruite en 1848. Ce fut l’apogée de la révolte. Les indiens, divisés, ne tentèrent pas de prendre Mérida ; les créoles demandèrent l’aide d’un millier de soldats américains, en leur promettant des terres (ces soldats avaient participé â l’invasion nord-américaine de 1847-48). Valladolid, Tizimin et Peto sont repris, puis Hopelchen. Mais les chefs de la révolte, Jacinto Pat, Florentino Chan continuent les hostilités, et si leur capitale, Chan Santa Cruz, fut prise en 1851, ce fut pour peu de temps. Des traités furent conclus en 1853, date à laquelle les indiens du sud abandonnaient leurs attaques, mais conservaient leur indépendance, et ceux de l’Est se maintenaient en dissidence. Dans les faits tout le territoire actuel du Quintana Roo et une partie du Campeche n’était plus sous le contrôle économique ou politique de Mérida. Il y avait un recul de la ligne du peuplement et la disparition du front des haciendas pionnières.

123En ce qui concerne le peuplement, il était entièrement modifié, et diminué. Selon Howard Cline et les statistiques officielles, la population de la péninsule passa de 580 000 habitants en 1845 â 350 000 en 1862. (H. Cline op.cité.)

124Des zones périphériques comme le sud-ouest du Campeche, le Honduras britannique, avaient reçu une partie du déficit constaté, mais les pertes réelles furent certainement nombreuses. En outre, les réfugiés de Mérida ne quittèrent pas cette zone ; le regroupement de la population dans la zone nord-ouest favorisait en effet le développement à grande échelle de la culture du henequen.

1254. Le mouvement pionnier du henequen, 1850-1910. Les plantations de henequen consolidèrent la.nouvelle orientation du peuplement. Plante indigène déjà cultivée dans le cadre d’haciendas avant la Guerre des Castes, le henequen ne devint "l’or vert" qu’avec la conjonction :

  • de l’expansion du marché de la fibre, utilisée pour fabriquer sacs et cordages, en Europe et aux Etats Unis ;

  • de l’invention en 1857 d’une défibreuse mécanique permettant de décupler le rendement de défibrage des "pencas" ;

  • de la concentration dans la région de Mérida d’une population chassée par la Guerre des Castes.

  • 32 cf. D. COSIO VILLEGAS. "La Repùblica Restaurada. Vida Econòmica". México 1955 p, 43.
  • 33 M.GONZALEZ NAVARRO. "Raza y Tierra". El Colegio de México, 1970. p. 185.

126À partir de 1860, et jusqu’en 1910, l’ancienne zone d’élevage extensif du nord-ouest devient une zone pionnière du henequen. Pourquoi a-t-on préféré ces terres aux sols si minces, à la précipitation déficitaire, aux terres de l’Est et du Sud ? D’abord parce que la sécurité n’était pas revenue dans la zone de l’ancienne frontière (les soulèvements continuent, comme celui du partido de Bolonchen, dans le Campeche, en 187532, mais surtout parce que le henequen, cultivé en zones humides, donne une fibre beaucoup moins résistante. Les plantations avaient planté 65 000 mecates en 1860, 400 000 en 1869, 1 002 905 en 1883 date à laquelle 60 % des surfaces cultivées du Yucatan Tétaient en henequen33. Le petit port de Sisal, qui avait expédié les premières cargaisons de fibres vers New York, fut remplacé par le port plus moderne et plus proche de Progreso. En 1881 la voie ferrée Mérida-Progreso est inaugurée ; entre 1880 et 1890 un réseau très dense de Decauville relie les haciendas aux villes de la zone du henequen. Le réseau atteignit 4 630 km quand l’expansion du henequen atteignit ses limites. En 1910 on comptait 1 167 plantations de henequen, base économique du pouvoir politique d’une nouvelle "casta divina".

127Si cette croissance économique profita à Mérida, dont la population passa de 23 000 en 1868 à 62 447 en 1910, si elle profita aux hacendados, elle fut à la source de la généralisation de l’endettement et du semi-servage chez les peones, à la source également d’une renaissance de l’esclavage et d’une certaine forme de traite. Les hacendados, manquant de main-d’œuvre, achetèrent des centaines (Turner dans son pamphlet "Mexico Barbaro" affirme des milliers) de Yaquis, hommes, femmes et enfants, déportés par le gouvernement fédéral, après la répression de leur révolte dans le Sonora, terminée en 1908. On fit appel aussi à des coréens, des chinois, des japonais, sans grand succès. La grande masse de main-d’œuvre était constituée par des peones venus des pueblos voisins des haciendas ; l’hacendado faisait des avances en argent, assurait un "service médical", endettait son journalier qui grossissait la masse de la main-doeuvre stable et soumise.

128À partir de 1883 et des lois sur les terrains "Baldios", la spéculation et la reformation d’une "frontière" orientale et méridionale attirèrent l’attention vers les terres des "indios barbaros". La convoitise de quelques grandes sociétés ou banques, pensant s’approprier d’immenses espaces forestiers aux bois précieux non exploités, le désir du gouvernement de rétablir sa souveraineté, et de manifester la puissance du régime poussèrent à la reconquête du sud-est, et les premières manœuvres militaires commencèrent vers 1895. Une guerre indienne du style nord-américain (mais dans la forêt tropicale) une nouvelle guerre de Floride commença.

129Ce nouveau flux de la "civilisation européenne" montrait qu’à partir d’une certaine densité ou peuplement, qu’à partir d’une base économique solide (ici le henequen), la colonisation atteint un point de non-retour ; seules des marges de plus en plus étroites sont sujettes aux mouvements de flux et de reflux.

  • 34 cf. Santiago PACHECO CRUZ.op. cité.

1305. La conquête du Quintana Roo : une "guerre indienne". Le gouvernement fédéral ayant décidé de réaffirmer la présence mexicaine sur le rio Hondo, reconnu officiellement comme frontière entre Belize et le Mexique en 1893, un ponton de la marine fut envoyé en 1899, et son équipage fonda Payo Obispo, l’actuelle Chetumal, dans le voisinage immédiat d’une tribu maya dont le chef, un cabo, obéissait au cacique de Chan Santa Cruz. Les marins commencèrent immédiatement â défricher la forêt pour élever les première maisons de la nouvelle colonie ; des familles d’origine mexicaine, réfugiées â Corozal pendant la guerre des castes, acceptèrent de venir s’établir à Payo Obispo, qui devint la tête de pont de la reconquête34.

  • 35 cf. M. DE PERIGNY. op. cité. p. 287.

131Le 14 décembre 1900, le territoire fédéral de Quintana Roo est officiellement créé, et le général Ignacio Bravo commença une campagne militaire contre les tribus maya indépendantes. Les troupes sont débarquées à Xcalak (cf. carte), un chemin de fer Decauville les transporte jusqu’à la baie de Payo Obispo, où une chaloupe les conduit sur la terre ferme. En 1901 l’ancienne ville de Bacalar est prise, et les indiens se retirent vers le nord. Le général Bravo établit un chapelet de postes militaires, en progressant vers la capitale religieuse maya de Chan Santa Cruz : Noebec, Petkakab, Nozcab. En 1904, Chan Santa Cruz est prise, et devient la capitale du territoire. Elle est dotée d’une bonne garnison, reliée à Peto, tête de ligne du chemin de fer yucatèque, par une route carrossable, reliée à la mer par une voie ferrée aboutissant à Vigia Chico, sur la baie de l’Ascension. Mais le peuplement de cette capitale demeure difficile : "à part la troupe, et quelques commerçants, la plupart turcs et arméniens, la population se compose surtout de criminels envoyés de Mexico"35. L’occupation de Chan Santa Cruz, devenue Chan Santa Cruz de Bravo, et enfin Felipe Carrillo Puerto, ne fut assurée qu’après la Révolution. L’échec fut total en revance dans le cas du repeuplement de Bacalar : les nouveaux colons, venus avec l’armée, l’abandonnèrent quand elle s’en retira, au profit de Payo Obispo (Chetumal). Bacalar, ville de plus de 5000 habitants à l’époque de l’Indépendance, n’en avait plus que 300 en 1911, et en 1960, le pueblo de Bacalar et les rancherias en dépendant n’atteignent pas mille habitants !

Bilan de la reconquête

132Il est catastrophique pour les indiens ; les nouveaux colons empiètent sur leurs territoires, des autorités métisses se substituent aux grands caciques (sauf à l’échelon le plus bas, celui de la communauté d’agriculteurs ou de chasseurs), le trafic avec le territoire anglais de Beliza, où ils s’approvisionnaient en armes, devient difficile.

133On aboutit à partir de la reconquête, à la juxtaposition de deux types de peuplement : dans le Centre et le Nord du territoire, la base demeure le peuplement indigène, avec une utilisation du sol extensive et médiocre : agriculture misérable de maïs, sandia, et même canne, pour la subsistance familiale ; chasse et petit élevage de bovins. Dans le sud du territoire, autour de Chetumal et le long du rio Hondo, unique voie de pénétration facile, la colonisation agricole et l’exploitation de la forêt se sont développées avec la venue de colons, de Belize et du Centre du Mexique.

134Dès sa création, Payo Obispo se développa comme port de concentration et d’exportation des bois précieux abattus le long du rion Hondo. Très rapidement les limites de la forêt furent repoussées par les colons, chacun recevant une parcelle à la condition de la défricher et d’y construire une hutte, la nouvelle ville atteint 2 112 habitants en 1910.

135La reconquête permit enfin le développement de la production du chicle, malgré quelques attaques menées par les indiens contre les campements chicleros. Les compagnies privées, en liaison avec les maisons commerciales nord-américaines, commencèrent â recruter au Yucatan, ou même dans le Veracruz, des travailleurs, qui restaient pendant six mois dans la forêt, incisant le Chicozapote, recueillant la sève, la faisant bouillir dans des bassines, en faisant des blocs, évacués par muladas vers les camps principaux, localisés sur le rio Hondo ou au bord de la mer.

136Mais :

  1. seuls quelques miliers de colons vinrent s’établir,

  2. l’exploitation forestière, activité peu peuplante, drainait hors du territoire non seulement les bois précieux, le chicle, mais également la richesse monétaire produite, entreprises et travailleurs ayant leur résidence en dehors du territoire,

  3. ce dernier demeurait trop périphérique pour accueillir des migrants spontanés du centre du Mexique,

  4. le "boom" du henequen dans le Yucatan, d’une part, la stagnation relative de la population yucatèque d’autre part, détournait du Quintana Roo des migrations à plus courte distance qui ne commencèrent véritablement qu’à partir de 1940.

TABLEAU no 22. CYCLES SPECULATIFS ET DEPLACEMENT DU CENTRE DE GRAVITE DE LA COLONISATION DANS LE YUCATAN

Début du XIXème siècle

1821/1847

guerre des castes

1857/1910

ZONE NORD-OUEST

élevage

élevage henequen

henequen

ZONE CENTRE-EST

(maïs)

canne à sucre (maïs)

(maïs)

ZONE SUD-EST + CAMPECHE + QUINTANA ROO ORIENTAL

(maïs) Bois

(maïs) bois + canne

frontière indienne

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE DES OUVRAGES UTILISES POUR LE CHAPITRE SUR LES CHIAPAS

Tout d’abord deux études en français, très détaillées :

1) Henri FAVRE.
"Le travail saisonnier des Chamula (1962). dans "Cinq Aspects de sociétés latino-américaines". Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, p. 63-134.

2) Henri FAVRE.
"Changement et continuité chez les Tzotzil-Tzeltal. Contribution à l’étude de la situation coloniale en Mesoamerique". Thèse de Doctorat 3 ème Cycle, 1968, publiée aux éditions Anthropos, 1971, sous le titres "Changement et continuité chez les Mayas du Mexique".

Plusieurs articles et études :

3) Jorge PAULAT LEGORRETA.
"El Problema de Castas en los Altos de Chiapas". Revista ICAH. no 18 janvier-juin 1967. p. 51-68.

4) Ricardo POZAS A.
"El trabajo en las plantaciones de café y el cambio socio-cultural del indio". Revista Mexicana de Estudios Antropologicos. Sociedad Mexicana de Antropologia. Tomo XIII, 1. p. 32-48. Mexico. 1952.

5) Jorge A. VIVO.
"La integración de Chiapas y su agregación a la Nación Mexicana". Boletin de la Sociedad Mexicana de Geografia y Estadistica, Nov.déc. 1954. Tomo LXXVIII. n
o 3 - p. 389-505.

6) Leo WAIBEL.
"Die Sierra Madre de Chiapas". Hambourg 1933, p. 162. Traduction espagnole : Geografia de la Sierra Madre de Chiapas, México 1946.

7) Alfred TISCHENDORF.
"Great Britain’s disastrous adventure in mexican real estate and rubber, 1885-1911".
Inter-American Economic Affairs. vol. 13 Winter 1959, no 3 p. 72-86.

8) Cte Maurice DE PERIGNY.
"Les Etats-Unis du Mexique". Paris, 1911. 310 p.

Notes

1 cf. François CHEVALIER. "La Formation des Grands Domaines du Mexique..." op. cité, p.62-70.

2 Daniel COSIO VILLEGAS. Historia Moderna de México. vol. 3 p. 52. 1965.

3 Oscar DEL ARCO G. "El cultivo del cacao en Pichucalco. Chiapas." Investigación Económica Tomo VIII tercer trimestre 1948. no 3, p. 229-249

4 cf. Secretaria de Aqricultura y Ganaderia. "Consumos aparentes de productos agricoles. 1925-1962". Mexico. 1963.

5 cf. R.C. WEST. "The Tabasco Lowlands..." op. cité. p. 155-156.

6 L’impact de la découverte du pétrole sur Tampico et sa région a été bien étudié par Marie France PREVOT dans "Tampico, Etude Urbaine". Mémoire de Maîtrise de Géographie. Paris 1968. Nous avons utilisé ici largement sa seconde partie. "Découverte et exploitation du Pétrole." p. 31-59.

7 cf. R.C. WEST... "The Tabasco Lowlands..." op. cité. p.162-163.

8 cf. François CHEVALIER, "Une révolution majeure au Mexique : la route". "L’Eventail de l’Histoire Vivante." 1953.

9 Dictamen de la Comisión de Industrie de la Diputación Permanente sobre las modificaciones pedidas al Decreto del 10 de Diciembre de 1870. Mexico 1872.

10 Pierre MONBEIG. "Pionniers et Planteurs de Sâo Paulo", op. cité. p. 157.

11 "Rapport sur la politique ferroviaire, de Limantour, fait en 1898. Extrait cité par Vicente FUENTES DIAZ dans "El Problema Ferrocarrilero de México", 1951. p. 36.

12 Cité par Angel BASSOLS BATALLA dans "Bosquejo Histórico-Geográfico de la red de vias ferreas en Mexico". Investigación Económica. vol. XX. no 80, 1960, p. 733-774.

13 Cité par Ulises IRIGOYEN, "Problemas económicos de México y medios de comunicación y transporte - El Istmo de Tehuantepec." Investigación Económica. Tomo V. no 1. Mexico 1945. p. 25-39.

14 cf. A. BASSOLS BATALLA. "Bosquejo Histôrico-Geogràfico del desarrollo de la red de caminos de México. Investigaciôn Econômica.

15 cf. David E. SNYDER. "The Carretera Marginal de la Selva". A geographical Review and Appraisal. Revista géográfica no 67. Décembre 1967. p. 87.-100.

16 cf. "Estudio Económico Regional : camino Cardel-Nautla". Secretaria de Comunicaciones y Obras Publicas, México 1958, ainsi que Edmundo FLORES, "Tratado de Economie Agricola" p. 172-175.

17 R.C. WEST, N.P. PSUTY, B.G. THOM : "The Tabasco Lowlands of Southeastern Mexico." Louisiana State University Press Coastal Studies, Serie Number 27, 1969. Nous avons personnellement observé l’ouverture de la grande route intérieure, la diminution du trafic sur la route côtière, le rôle du chemin de fer dans les liaisons entre colonies dans Chiapas et Campeche.

18 Cité dans "El Problema ferrocarrilero de México", p. 25.

19 cf. Moisés GONZALEZ NAVARRO. "La Colonización en México 1877-1910". México 1960, p. 24.

20 cf. Enoch CANCINO CASAHONDA. "Algunos aspectos sobre oncocercosis en Chiapas". Revista del Instituto de Ciencias y Artes de Chiapas. no 18, janvier-juin 1967. p. 37-50.

21 cf. Daniel COSIO VILLEGAS. "Historia Moderna de México". "El Porfiriato. La Vida social" por Moisés GONZALEZ NAVARRO. México. 1957. p. 979. p. 244.

22 cf. Notre article :"Mexique : la Réforme Agraire à un tournant", chapitre "le potentiel de terres encore disponibles" et "le problème de la qualité des terres". Notes et Etudes Documentaires. 30 janvier 1970. no 3658-3659. Problèmes d’Amérique Latine no 15, p. 41-60.

23 On pourrait lui appliquer la formule de Roger BRUNET : "l’évolution va par bonds, par renversements successifs plus ou moins partiels, quelquefois cristallisés en mythes, suivis d’adaptations, puis de désadaptations et de nouveaux renversements. L’histoire économique et sociale est essentiellement discontinue." "Les phénomènes de discontinuité en Géographie". Mémoires et Documents du C.R.D.C.G. année 1967, vol. 7, p. 69.

24 cf : H. FAVRE. op. cité. (p. 92 A)

25 cf. J. PAULAT LEGORRETA. op. cité. (p. 92 A)

26 cf. Jorge A. VIVO. op. cité. (p. 92 A)

27 cf. Ricardo POZAS.A op. cité. (p. 92 A)

28 Un hectare renferme environ 900 pieds de café, et chaque arbuste donne de 2 à 5 livres de café par an, à partir de la cinquième année.

29 cf. Maurice DE PERIGNY. op. cité. (p. 92 A)

30 cf. A. TISCHENDORF. op. cité. (p. 92 A)

31 cf. A. STRICKON. op. cité.

32 cf. D. COSIO VILLEGAS. "La Repùblica Restaurada. Vida Econòmica". México 1955 p, 43.

33 M.GONZALEZ NAVARRO. "Raza y Tierra". El Colegio de México, 1970. p. 185.

34 cf. Santiago PACHECO CRUZ.op. cité.

35 cf. M. DE PERIGNY. op. cité. p. 287.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre TABLEAU no 21. PROGRES DE L’INFRASTRUCTURE ROUTIERE 1960-1966
Légende ° : kilométrage de 1965+ : 1961++ : 1967…. : données non repérées.source : Secretaria de Industria y Comercio. Dirección General de Estadistica. Anuarios Estadisticos de los Estados Unidos Mexicanos.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 469k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search