Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Première partie. L’approche démographique. Les mouvements de population dans les États du Golfe et du Sud-Est

C. Les migrations intérieures

Texte intégral

1La meilleure méthode pour appréhender les phénomènes de colonisation et de zones pionnières dans les Terres Chaudes, est de repérer les zones de fortes attractions de population, les zones d'immigration, et de considérer vers quels secteurs d'activité ont lieu les migrations de travailleurs.

  • 14 Pour une description des méthodes que l'on peut employer pour mesurer les migrations internes au Me (...)

2Là encore la question d'échelle de l'étude est primordiale. Pour répondre à la question : y a-t-il eu dans le passé récent une descente massive de population des Terres Hautes vers les Terres Chaudes du Golfe, l'étude de migration doit être faite à l'échelle des Etats. Pour délimiter des zones précises d'attraction, c'est au contraire au niveau du municipe qu'il faut descendre (faute d'unité administrative plus petite). Dans les deux cas nos calculs seront faits à partir des données des recensements décennaux de population : nous agissons là plus en géographe soucieux de distinguer des régions d'attraction ou de répulsion de la population, de façon systématique pour un vaste territoire, plutôt qu'en démographe plus soucieux d'analyse fine appellant des calculs complexes, difficiles à appliquer (sans gros moyens de main-d'oeuvre, de calcul) à un grand nombre d'unités géographiques ou administratives de base (plus de 600 de municipes dans notre zone).14

1. LES MIGRATIONS ENTRE ETATS. REALITE OU MYTHE DE LA DESCENTE VERS LES TERRES CHAUDES

3Plusieurs études ont été faites, dans le passé, pour des décennies différentes : celle de Nathan L. WHETTEN et Robert G. BURNIGHT porte sur celle de 1940 à 1950 ("Internal Migration in Mexico" Rural Sociology, vol. 21 no 2, June 1956), celle de W.W. WINNIE sur la décennie 1950-60 ("Estimates of Interstate Migration in Mexico, 1950-1960 : Data and Methods", Antropologia. no 14, junio 1965. Caracas). Il faudrait citer encore Raul BENITEZ ΖΕΝΤΕΝO ("Analisis Demográfico de Mexico". Cuadernos de Sociologie. 1961) et Gustavo CABRARA ("La migración interna en México, 1950-1960. Aspectos metodológicos y cuantativos". Demografia y Economie vol. I. no 3, 1967. El Colegio de México).

4Nous ne reprendrons pas une étude identique à celles-ci et n'examinerons que deux points :

  • Que représente la migration (immigration) dans l'accroissement de population du Golfe ? S'agit-il vraiment d'Etats attractifs ?

  • D'où viennent les immigrants : y-a-t-il réellement une descente massive vers les Terres Chaudes, dans la période récente, postérieure au slogan de "Marcha al Mar" ?

a) La migration intérieure et l'accroissement de population

5Nous avons calculé à partir des données des recensements de 1940, 50 et 60 l'immigration nette dans ces deux décennies. Le calcul est le suivant :

  • 15 En réalité ceci n'est qu'une approximation, car dans la décennie considérée, il y a eu mortalité ch (...)

ex. VERACRUZ

1960 Population résidente du Veracruz mais née ailleurs
- 1950……………………………………….

= IMMIGRATION NETTE VENUE DES ETATS EXTERIEURS.15.

6Cette immigration nette issue des Etats, en chiffres absolus, dans la période 1040-50, est finalement fort faible dans les Etats du Golfe, par rapport au reste du pays :

7. alors qu'un Etat pionnier du nord comme le Tamaulipas (époque de création des grands ouvrages d'irrigation) attire à lui seul 112 000 immigrants nets, le Veracruz, vient au 8 ème rang seulement avec 29 000 immigrants nets, le Oaxaca au 12 ème avec 25 000, et les autres Etats des terres chaudes du Golfe reçoivent moins de 10 000 immigrants de l'extérieur*

8Mais le caractère attractif des Etats doit être mesuré par l'importance relative de ces apports extérieurs par rapport à l'accroissement total de la population.

TABLEAU no 7. MIGRATION NETTE D'ETAT A ETAT DE 1940 À 1960

ETATS

IMMIGRATION NETTE 1940-50

EN % DE L'ACCROIS-SEMENT DE PORULATION

IMMIGRATION NETTE 1950-60

EN % DE L'ACCROIS-SEMENT DE POPULA TION

BASSE CALIFORNIE N.

97 969

66,2 %

172 412

59,3 %

BASSE CALIFORNIE S.

461

4,9

8 813

42,8

SONORA

25 872

17,7

80 742

29,7

SINALOA

10 724

7,5

34 134

16,8

NAYARIT

12 751

17,4

16 594

16,7

CHIHUAHUA

31 622

14,2

103 868

27,5

DURANGO

15 215

10,4

9 455

7,2

COAHUILA

23 650

13,9

12 365

6,9

NUEVO LEON

56 524

28,4

118 583

35,2

TAMAULIPAS

112 329

43,3

69 342

22,7

SAN LUIS POTOSI

15 664

8,8

9 495

4,9

ZACATECAS

246

0,2

1 441

0,9

AGUASCALIENTES

7 511

28,5

6 253

11,3

GUANAJUATO

16 576

5,9

51 515

12,7

JALISCO

27 385

8,5

100 225

14,4

MICHOACAN

10 839

4,5

22 267

QUERETARO

2 521

6,1

4 804

7,0

HIDALGO

1 200

1,5

28 370

19,8

MEXICO

30 550

12,4

184 894

36,8

DISTRICT FEDERAL

564 143

43,6

572 496

31,8

MORELOS

26 949

29,9

36 877

32,7

PUEBLA

34 900

10,5

24 378

7,1

TLAXCALA

5 303

8,8

4 446

7,2

COLIMA

9 268

27,7

17 503

33,8

GUERRERO

13 799

7,4

14 235

5,3

OAXACA

24 935

10,9

11 030

3,6

CHIAPAS

7 693

3,4

28 653

9,4

YUCATAN

369

0,4

5 023

5,1

QUINTANA ROO

1 785

21,7

12 984

55,1

CAMPECHE

1 815

15,2

10 124

22,0

TABASCO

1 499

1,9

9 170

6,9

VERACRUZ

28 957

6,9

112 468

16,4

TOTAL DU MEXIQUE

1 224 524

20,0 %

1 892 459

20,8 %

L'immigration nette correspond ici, pour chaque Etat, à la différence : = population résidente née hors de l'Etat, en 1960 (ou en 1950)
- population résidente née hors de l'Etat, en 1950 (ou en 1940).
Seules les personnes nées au Mexique sont comptabilisées.
Sources : Recensement de Population de 1960 (VIII Censo General de Población. 1960. Resumen General) et "Internal Migration in Mexico". Rural Sociology vol. 21 no 2 June 1956.
Nathan L. WHETTEN et Robert G. BURNIGHT.

Image 100000000000061A0000041F9AAB73B1.jpg

9Toujours dans la période 1940-1950, cet apport est inférieur à 10 % dans Veracruz, Tabasco, Chiapas, Yucatan, et seuls le Quintana Roo et le Campeche attirent des immigrants dans une proportion plus importante (22 % et 15 % respectivement) mais bien inférieure â celle des Etats pionniers du Nord, de la frontière d'irrigation : Basse Californie 66 % ; Tamaulipas 43 %, ou aux Etats à grande métropole industrielle : District Fédéral (44 %), Nuevo Leon (28 %).

10Conclusion : la décennie 1940-1950 n'est pas, pour les Etats des Terres Chaudes, de manière générale, une grande phase d'attraction de la population.

11Dans la décennie 1950-1960 la conjoncture s'est-elle modifiée ? On constate en premier lieu une accélération du mouvement d'immigration : le nombre d'immigrants nets est multiplié par 4 dans les Chiapas, par 8 dans le Quintana Roo, par 4 dans le Veracruz, par 7 dans le Tabasco ; même le Yucatan attire des immigrants (5023), mais en revanche le Oaxaca décline (11 030 contre 24 935 entre 1940 et 50).

12Cette accélération, de l'immigration est à attribuer selon nous au désenclavement des Etats du Golfe et du Sud-Est, avec la construction des routes du Papaloapan, de l'Isthme, la route côtière du Tabasco-Campeche, l'achèvement des voies ferrées (cf. II° Partie. Les facteurs moteurs : les communications), à l'impulsion donnée par la colonisation de terres neuves dans le Papaloapan et l'Isthme...

13Le résultat de cet accroissement de l'immigration en chiffres absolus, c'est une part plus grande des immigrants dans l'accroissement de la population totale :

16 % dans le Veracruz, 22 % dans le Campeche, 55 % dans le Quintana Roo,

14Mais les pourcentages restent inférieurs à 10 dans les autres Etats, L'important est que l'Etat le plus vaste et le plus peuplé du Golfe, le Veracruz, soit entraîné dans le mouvement.

15Mais à l'échelle nationale ces mouvements du Golfe n'apparaissent qu'au deuxième plan des immigrations ;

la Basse Californie reçoit 172 000 immigrants (59 % de son accroissement) ; le Nuevo Leon 118 000 (35 %), sans compter le District Fédéral et le Mexico (572 000 et 185 000 immigrants).

16Sur un total national de 1 892 459 immigrés dans les divers Etats de 1950 à 1960, seuls 149 769 ont été accueillis dans les Etats du Golfe, (189 452 en comptant le Oaxaca et le Chiapas, soit S peine 10 % du total).

17Une migration massive vers les Etats du Golfe est mythique, que l'on considère le nombre des immigrants ou leur importance relative dans le progrès de la population, de 1940 à 1960. A l'exception du Quintana Roo et du Campeche, si ces Etats connaissent des mouvements pionniers avec immigration, ce n'est pas à l'échelle de l'Etat tout entier, mais dans certaines de ces régions ; il faut descendre au niveau municipal.

b) L'origine des immigrants dans les Etats du Golfe

18D'ailleurs ces immigrants, dont le nombre a cru de 40/50 à 50/60, proviennent-ils seulement des Hautes Terres, de l'Intérieur ? Quelle est l'importance des échanges entre Etats dans le Golfe même, du Veracruz au Tabasco, du Yucatan au Quintana Roo ?

19Pour répondre à ces questions nous avons construit une matrice des migrations entre Etats pour la période 50-60, où les mouvements sont les plus vigoureux.

20Les Etats apparaissent sur une colonne verticale (Etat de résidence des personnes recensées) et sur une colonne horizontale (Etats de naissance des personnes recensées).

21Mais au lieu de faire apparaître sur ce tableau des effectifs recensés en 1960, nous avons inscrit des bilans, des soldes migratoires. Ce tableau n'est pas une représentation statique, mais la représentation du mouvement migratoire entre Etats.

22La lecture du tableau se fait ainsi :

23exemple, première ligne horizontale ; Etat de Campeche.

Campeche

Yucatan

Campeche

+ 35 988

+ 4 448

24+ 35 988 = population née dans le Campeche et y résidant en 1960 - population née dans le Campeche et y résidant en 1950.

TABLEAU no 8. MIGRATION NETTE D'ETAT A ETAT DE 1950 A I960 LE CAS DU "GOLFE" ET DU "SUD - EST" ETAT DE RESIDENCE ETAT DE NAISSANCE

Image 100000000000052B00000309E61AEBCB.jpg

TABLEAU no 8 (suite). MIGRATION NETTE D'ETAT A ETAT DE 1950 A 1960 LE CAS DU "GOLFE" ET DU "SUD - EST" ETAT DE RESIDENCE ETAT DE NAISSANCE

Image 100000000000055C000001DF0C59CD28.jpg

25Ce nombre représente donc l'accroissement de la population autochtone sur place.

26En revanche : + 4 448 = population née dans le Yucatan et résidant dans le Capeche en 1960 - population née dans le Yucatan et résidant dans le Campeche en 1950.

27Il s'agit la d'une immigration venue du Yucatan entre 50 et 60.

28À partir de ces données on peut également calculer des soldes migratoires entre Etats, pris deux â deux.

29Exemple :

Campeche

Yucatan

Campeche

+ 35 988

+ 4 443

Yucatan

- 1 061

+ 92 517

30signifie qu'entre 50 et 60, le Yucatan a perdu une partie de sa population campechenaise (-1 061) alors que le Campeche accroissait sa population de 35 988 vucatèques. On peut dire dans ce cas que le Campeche est attractif sur le Yucatan et qu'une gravité migratoire positive est exercée par lui sur le Yucatan.

31Quelles conclusions pratiques pouvons-nous tirer de l'examen de ce tableau ?

321) Alors que de 1950 à 1960, nous avions vu (cf. chap. a) que les Etats du Golfe et du Sud-Est (7 Etats) accueillaient 189 452 immigrants, avec la matrice des migrations entre Etats nous pouvons préciser que de ces immigrants, 92 339 seulement proviennent d'Etats extérieurs à la zone ; les 97 113 autres ont changé d'Etats dans la zone même.

33La migration des autres Etats du Mexique vers le Golfe et le Sud-Est ne représente que 49 % de l'immigration interne de ces Etats.

342) Ces immigrants venus des Etats extérieurs à la zone, se répartissent ainsi :

Haut-Plateau

67 666

Pacifique Central

3 864 (Colima, Guerrero, Nayarit)

Nord-Ouest

10 288

Nord-Est

10 521 (Coahuila, Nuevo Leon, Tamaulipas)

35Les immigrants venus du Haut-Plateau Central sont la majorité : 70 %, de l'immigration vers le Golfe, mais ils ne représentent que 4,2 % de l'accroissement total de la population.

363) Les plus gros effectifs envoyés par les Etats les plus surpeuplés restent ridiculement faibles :

37l'Etat de Puebla, dont la population autochtone croît de 321 000 habitants, de 1950 à 1960, n'envoie que 18 100 migrants vers le Golfe (dont 17 000 vers le Veracruz) ; le Hidalgo, dont la population "native" croît sur place de 143 000 habitants, ne fait "descendre" vers les Terres Chaudes que 8 000 migrants (dont 7 800 vers le Veracruz).

38Finalement le plus gros pourvoyeur, en immigrants, des Etats du Golfe, c'est le Oaxaca, qui envoie 22 300 migrants vers le Veracruz ; c'est aussi le Yucatan qui envoie 10 600 migrants vers le Quintana Roo.

394) Mais dans la période même où les Etats du Golfe recevaient des immigrants, ils étaient eux-mêmes foyers d'émigration vers l'extérieur, et si l'on fait le bilan entre les deux mouvements on obtient les résultats suivants :

1950 - 1960

Immigration venue de l'extérieur de la zone :

+ 92 339

Emigration hors de la zone :

-212 872

Solde migratoire :

-120 543

40Au niveau national Golfe et Sureste sont donc un foyer d'émigration nette. Ce qui est dû essentiellement aux Etats émigrateurs du Oaxaca, Yucatan et Chiapas.

Image 10000000000004E9000003C35B87DC8C.jpg

Image 10000000000004E5000003C32BAAD1C0.jpg

41CONCLUSION : L'ensemble de cette zone (y compris Oaxaca et Chiapas) croît entre 1950 et 1960 de 1 406 134 personnes non migrantes, de 92 339 immigrants, et perd 212 872 émigrants. Le rôle de l’accroissement naturel dans les régions du Golfe est bien plus important que celui de l'immigration : dans une période récente la Marche à la Mer est un mythe, et c'est l’émigration vers l’intérieur, vers Mexico, les grands centres urbains, la frontière du Nord qui est une réalité.

2. LES MIGRATIONS A L'ECHELLE DU MUNICIPE. 1930 - 1960

42Une étude de l'immigration à l'échelle des Etats du Golfe nous a montré que ces Etats subissaient des mouvements complexes d'immigration, mais aussi d'émigration. Retrouve-t-on cette complexité à l'échelle municipale ? Peut-on délimiter des zones d'immigration ? Ont-elles des caractères pionniers ?

a. Méthodologie

43La grande difficulté de l'étude à l'échelle municipale est que l'on ne dispose pas de statistiques permettant d'obtenir directement les effectifs d'immigrants ou d'émigrants nets : en effet les recensements de population ne fournissent pour la population municipale que des renseignements sur la population résidente née dans un autre Etat ; nous n'avons rien sur la population résidente venue (née) d'un autre municipe du même Etat que celui qui englobe le municipe considéré. Etant donné les dimensions des Etats Mexicains, des mouvements migratoires à longue distance peuvent fort bien s'y dérouler. D'autre part ne compter dans un municipe pionnier que les émigrants venus d'un autre Etat, c'est certainement minimiser l'immigration. De même les recensements ne donnent aucun renseignement sur le nombre d'émigrants qui ont pu quitter un municipe.

44Des études précises pourraient être menées par enquête et sondages dans les "boletines individuales" du recensement de population, non publiés ; des enquêtes directes sur le terrain seraient également précieuses pour connaître quels éléments déterminent les personnes d'une municipe à migrer vers une zone particulière. Nous n'avons pu faute de temps et surtout faute d'avoir pu séjourner suffisamment au Mexique pour un tel travail, mesurer précisément des migrations internes. Des équipes auront à le faire.

45En revanche des méthodes approximatives permettent d'évaluer les mouvements migratoires, aussi bien d'immigration que d'émigration : ce sont les méthodes employant les taux de survie d'une population.

  • 16 Philippe COLOMB, "La problemática poblacional mexicana : de la reforma de estructura agraria a la p (...)

46Nous sommes redevables à l'agronome et démographe Philippe COLLOMB, d'avoir pris connaissance de ces méthodes. Il a bien voulu en outre nous communiquer les taux de survie par Etats qu'il avait calculés avec une équipe du Colegio de México, et employés dans son étude sur les migrations mexicaines.16

47Les taux de survie ont été calculés par classes d'âge, par cohortes pour chaque Etat mexicain ; le taux de survie représente la probabilité qu'a une population x à une date donnée, de ne pas décéder jusqu'à une date y.

48Pour chaque Etat les taux de survie par classes d'âge ont été ramenés à un taux de survie moyen, pour la population prise dans son ensemble, et pour les périodes 1930-1940, 1940-1950, 1950-1960. Ce sont ces taux que nous employons :

TABLEAU no 9. Taux de survie par Etats

30-40

40-50

50-60

OAXACA

0,85188

0,91507

0,91867

VERACRUZ

0,85689

0,91937

0,92282

CHIAPAS

0,85702

0,91483

0,92158

TABASCO

0,86211

0,92725

0,92975

CAMPECHE

0,85168

0,91483

0,92158

YUCATAN

0,84795

0,90937

0,91447

QUINTANA ROO

0,86431

0,93014

0,93559

49Mais ces taux ne concernent que la mortalité ; nous n'avons pas de données sur une natalité probable dans une période, et d'ailleurs les enfants nés dans cette période peuvent également migrer ; enfin les taux de natalité sont aussi fantaisistes que les taux de mortalité, peut-être même un peu plus, ce qui accroîtrait les erreurs déjà présentes. Pour éliminer le facteur natalité, on est donc amené à ne calculer la migration que pour la population âgée de 10 ans et plus ; en effet on utilise les populations de recensements faits à intervalles de 10 ans.

50Une fois ces éléments posés, on peut calculer la migration nette et le nombre de migrants nets, soit M, pendant une décade, par exemple 1950-60 ; la migration nette est M50-60. Cette migration nette est égale à la différence de la population recensée en 1960, moins la population née dans la décennie (population âgée de 0 à 9 ans), moins la population survivante de 1950 soit :

Image 10000000000001060000002AFC6E82FF.jpg

51La population survivante Ps 50 est égale au produit de la population recensée en 1950, P50, et du taux de survie dans cette période, S50-60.

L'EFFECTIF DE MIGRANTS NETS EST DONC EGAL A :

Image 100000000000018C0000002AF453BB1D.jpg

  • 17 Ceci revient à calculer le pourcentage des émigrants nets par rapport à la population qui les a rej (...)

Et l’on peut calculer l'intensité de la migration en la rapportant à la population originelleP5017. Le quotient, ou le taux que Ton obtient (nous employons les deux termes avec le même sens), Image 10000000000000090000000F02546FFD.jpg, est égal pour la période considérée à =

Image 100000000000012C0000003F02629963.jpg

52Nous avons calculé M et Q pour tous les municipes des sept Etats du Golfe et du Sud-Est (plus de 600), pour trois décennies : 1930-40, 40-50, 50-60. Ceci représente une masse considérable de calculs et de chiffres que nous n'avons pas inclus dans ce chapitre. Nous nous contentons de commenter les résultats à l'aide des cartes qui suivent, et des cartes hors-texte : "Les Quotients de Migration Nette", "Effectifs de Migrants".

b. Les quotients de migration nette, les résultats

1. de 1930 à 1940

53Le premier résultat, qui confirme nos hypothèses précédentes, c'est que la migration est hétérogène, en sens comme en intensité à l'intérieur d'un même Etat. Veracruz, Oaxaca, Chiapas, Yucatan opposent des zones d'émigration à des zones d'immigration.

54Si pour simplifier nos résultats, nous ne retenons que quatre classes de quotients de migration nette :

  1. inférieurs à - 5 % (donc situation d'émigration).

  2. entre - 5 et + 5 % (ou bien il n'y a pas de migration, ou bien émigration et immigration s'annulent).

  3. entre + 5 et + 25 % (immigration faible et moyenne).

  4. supérieurs à + 25 % (forte immigration).

55nous constatons que les municipes des classes C et D regroupent :

  • 20 municipes dans le Yucatan (sur 106) ;

  • 3 délégations dans le Quintana Roo (sur 4) ;

  • aucun municipe dans le Campeche (sur 8) ;

  • un seul municipe dans le Tabasco (sur 17) ;

  • 37 municipes dans le Chiapas (sur 111) ;

  • un seul district dans le Oaxaca (sur 30) ;

  • 37 municipes dans le Veracruz (sur 198).

56A l'exception donc du Quintana Roo, moins d'un tiers des municipes des Etats du Golfe et du Sud-Est sont des municipes d'immigration. Si une colonisation se fait dans les autres municipes, c'est avec le surplus de population dû à l'accroissement naturel local, et non avec des immigrants.

57Dans le Yucatan, deux types de régions s'opposent. La zone nord-ouest, celle du henequen, qui est en pleine crise économique, est émigratrice, tandis que la périphérie de l'Etat, zone d'agriculture de subsistance et d'exploitation forestière, attire des immigrants : Tizimin et Ticul sont alors des zones de colonisation agricole, tout comme le Quintana Roo voisin.

Image 1000000000000551000003FA26B29196.jpg

58Le Campeche, sauf autour de sa capitale, est un Etat d'émigration. Mais s'agit-il la d'une réalité, ou de la conséquence des enregistrements trop optimistes des recensements antérieurs ? Dans le Tabasco, qui est en plein boom bananier, une écharpe de municipes de plantations (de Teapa à Comalcalco et Cardenas) sont stabilisés, ou faiblement immigrateurs ; le seul municipe qui ait des caractéristiques démographiques pionnières est le municipe forestier de Tenosique.

59Dans le Chiapas, la répartition des zones d'émigration et d'immigration donne l'image d'une descente du haut plateau central d'une part vers les vallées septentrionales (zones de petites plantations de café et cacao), ensuite vers la vallée centrale de Chiapas, en voie d'irrigation (Venustiano Carranza, Villa Corzo, Villa Flores...), enfin vers le Soconusco, où ce ne sont pas les municipes caféiers des versants, mais les municipes de la plaine côtière (Pueblo Nuevo, Mazatan, Acapetagua) qui sont immigrateurs. Au coeur même des Altos, un noyau de petits municipes très densément peuplés sont pourtant attractifs : Chamula, Chenalho, Soyalo ; en revanche il y a stagnation ou reflux de la population dans tous les municipes urbanisés : Sans Cristobal, Comitan, Tuxtla, Tapachula ont des quotients négatifs. Trois causes nous paraissent expliquer ces comportements étranges : la crise économique mondiale pèse sur les plantations de café qui réduisent leur emploi, et sur les villes caféières comme Tapachula ; la Réforme Agraire est appliquée dans le Chiapas, et il est possible que les ouvriers agricoles retournent dans leurs pueblos pour faire valoir leurs droits, profitant du fait que Cardenas a brisé les chaînes de l'endettement, qui les liaient aux plantations ; la décadence de l'économie commerciale des terres tempérées continue.

60Dans le Veracruz et les terres chaudes du Oaxaca, les municipes d'immigration forment une zone homogène le long du Papaloapan (Tuxtepec, Coasamaloapan) et de ses affluents (San Juan Evangelista, Playa Vicente, Saltabarranca), ainsi que dans l'Isthme (Coatzacoalcos, Minatitlan, Hidalgotitlan, Texistepec). Dans le Nord du Veracruz au contraire, on ne trouve pas de "frontière" de peuplement aussi nette, mais des îlots d'immigration autour de villes (Jalapa), de noyaux pétroliers (Coatzintla, Poza Rica, Tepetzintla), et de zones de plantations : zone bananière de Martinez de la Torre, zone caféière de la sierra de Zongolica.L'ensemble des sierras du Veracruz (sauf celle de Zonqolica) et du Oaxaca, mais également des zones de plaine comme la basse-Huastèque, les piémonts centraux à l'Ouest de Veracruz, ou encore le bas-Papaloapan, sont des zones d'émigration.

61Le fait général à retenir pour la période 1930-40 est la faible intensité de l'immigration, qui ne dépasse un quotient de 50 % que dans 13 municipes sur un total de 474.

2. de 1940 à 1950

62Les municipes des classes C et D déterminées dans le paragraphe antérieur, se répartissent ainsi :

  • Yucatan : 8 municipes sur 106, soit un net recul de l'immigration par rapport à la décennie 1930-40 ;

  • Quintana Roo : 2 délégations sur 4, ce qui est également un recul ;

  • Campeche : 4 municipes sur 8 ; cet Etat devient immigrateur ;

  • Tabasco : 1 municipe sur 17, soit une situation inchangée ;

  • Chiapas : 31 municipes sur 111, en léger recul ;

  • Oaxaca : 2 districts sur 30, soit peu de changement ;

  • Veracruz : 29 municipes sur 198, là encore un net recul.

63Dans l'ensemble de ces Etats les municipes d'immigration tombent de 99 entre 1930 et 1940 à 77 entre 1940 et 1950. L'immigration ne diminue pas seulement spatialement : son intensité est en baisse (sauf dans le Campeche). Six municipes seulement ont un quotient dépassant + 50 %.

64Paradoxalement donc, c'est dans la décennie des Présidents Avila Camacho et Aleman, quand est lancée la politique de "Marche à la Mer", que l'immigration dans les municipes des terres chaudes fléchit. A quoi peut-on attribuer cette tendance générale ? La grande répartition de terres faite par Cardenas, entre 1935 et 1940, doit y être pour quelque chose. A titre d'hypothèse on peut penser que la création d'éjidos a stabilisé la population rurale ; même les paysans sans terre, mais qui ont fait leur demande de dotation sous Cardenas, doivent hésiter à quitter leur village. D'autre part la révolution dans la mortalité, qui date au Mexique des années 40, a sauvé certes plusieurs générations d'enfants, mais ceux-ci ne pèsent pas encore ni sur la terre, ni sur le marché du travail. Le surplus de population est concentré dans les classes d'âge jeune ; ces classes n'atteignent l'âge adulte et la possibilité de décider d'une migration seulement dans la décennie 1950-60. A ces causes d'ordre général, de portée nationale, que nous n'avançons qu'avec prudence, il faut ajouter des causes locales décourageant l'immigration.

65Dans le Veracruz, après la nationalisation du pétrole, et à la suite du vieillissement des puits, la zone pétrolière nord, au voisinage de Tampico (Panuco, Tampico, Alto...) devient émigratrice.

Image 1000000000000555000003FEC45CAC01.jpg

66Au coeur même du Papaloapan, zone ravagée par les inondations de 1944, les municipes de la rive gauche, la plus exposée, émigrent, et il est tentant de tracer des flèches pour représenter un flux de migrants possible vers les municipes périphériques comme Tesechoacan, Tierra Blanca et les vieux centres de peuplement comme Santiago et San Andrés Tuxtla, qui ont des quotients migratoires positifs. Même la "frontière" de l'Isthme semble assoupie, Coatzacoalcos stagne, Minatitlan émigre.

67Pour le Veracruz et le Oaxaca, et à part les villes (Oaxaca, Cordoba, Veracruz) et certains secteurs ouverts à l'irrigation (Tehuantepec en 1937) ou désenclavés par une nouvelle route (Martinez de la Torre), 1940-50 est une étape de consolidation du peuplement, non de grande avancée de la migration.

68Dans le Yucatan le mouvement de balancier entre zone de henequen et périphérie céréalière joue en faveur de la première, où Mérida et les municipes voisins absorbent tout leur accroissement naturel et même des immigrants, attirés par une nouvelle phase de croissance des plantations, par "l'or vert". A la périphérie seuls Tizimin, Chemax, Tzucacab et le centre du Quintana Roo absorbent des immigrants.

69Le Tabasco et les municipes septentrionaux du Chiapas, dont l'économie est similaire, sont en crise les quotients migratoires y sont négatifs. La décadence des bananeraies et l'afflux de la décennie antérieure expliquent ce recul.

70Dans le reste du Chiapas, la descente des Altos se poursuit : ce sont les municipes de communautés indigènes de terres chaudes corme Oxchuc, Chenalho, Tenejapa, Sitala, Chilon et Yajalon qui attirent des immigrants, des essaimages de colonies, qui suivent les vallées des affluents du Grijalva. La zone de Tuxtla Gutierrez, Chiapa de Corzo, de la vallée intérieure de Chiapas, est également immigratrice. Toute la côte Pacifique et l'étage caféier du Soconusco ont des quotients positifs, et après la crise de 30-40, Tapachula redevient municipe d'immigration.

3. de 1950 à 1960

71Le nombre de municipes d'immigration varie peu dans l'ensemble : 31 contre 77 entre 40 et 50 ; les municipes de forte immigration (quotients supérieurs à + 50 %) sont en nombre comparable (3) à ceux de la décennie précédente (6). La période 50-60 se caractérise moins par une diffusion de l'immigration, que par sa concentration dans quelques zones bien délimitées, qui sont :

    1. la périphérie nord-orientale et sud-orientale du Yucatan, avec les municipes fortement immigrateurs de Dzilam de Bravo, Dzilam Gonzalez, Tizimin, Chemax, et les délégations de Mujeres, Cozumel et Carrillo Puerto. Une nouvelle fois la crise du henequen semble repousser des migrants vers les zones à défricher à la périphérie des zones densément peuplées. D'ailleurs une zone également peuplée, mais céréalière, comme celle de la Sierrita Maya, est également émigratrice, vers le Quintana Roo semble-t-il.

    2. le Campeche méridional et le Tabasco oriental : Carmen, Balancan dont le dynamisme immigratoire est à rattacher, d'une part à l'achèvement de la liaison ferroviaire Coatzacoalcos-Campeche, en 1950 et d'autre part à la prospérité de l'économie de la crevette, dans l'Isla del Carmen,

    3. le Veracruz sud-oriental : municipes du Papaloapan (Cosamaloapan, Ixmatlahuacan), Playa Vicente, San Juan Evangelista, Acayucan, Oluta, Texistepec, Coatzacoalcos, Minatitlan, ainsi que Huimanguillo dans le Tabasco. Avec la Quintana Roo il s'agit là de la seule "frontière démographique" d'une certaine ampleur, dans le secteur géographique que nous étudions.

    4. une petite zone autour de Veracruz : municipes de Veracruz, Manlio Fabio Altamirano, Boca del Rio et Jamapa.

    5. la zone agricole et pétrolière du pays totonaque : municipes de Yecuatla, Misantla, Martinez de la Torre, Tecolutla, Poza Rica, Espinal, Coatzintla, Tihuatlan et Teayo. L'immigration est ici de forte intensité dans les municipes pétroliers comme Poza Rica (+ 77 %) et d'intensité moyenne dans les municipes d'agriculture pionnière comme Martinez de la Torre (+ 11 %). On doit souligner que cette zone a été desenclavée en deux étapes, d'abord en 1940, puis en 1956 (cf. 11 ème Partie. Le désenclavement de la région de Misantla).

    6. le Valle de Chiapas : depuis la frontière guatémaltèque jusqu'à Tuxtla Gutierrez. L'immigration est ici liée à l'ouverture de districts d'irrigation comme celui de Rio Blanco en 1956, et S la colonisation éjidale.

    7. le Soconusco : toute la bande de municipes côtiers est légèrement immigratrice (quotient de + 5 à + 15 %), quoiqu'avec une intensité moindre que dans les deux décennies antérieures.

Image 10000000000004AE00000370924AAAE0.jpg

4. Diffusion de l'immigration de 1930 à 1960

72De 1930 à 1960 seuls 29 municipes sur un total de 474 reçoivent en permanence une immigration nette. C'est peu, et cela confirme un trait majeur de la colonisation du Tropique Humide : il ne s'agit pas d'un mouvement continu, mais d'une alternance d'avancée et de recul de la colonisation. (cf. II ème Partie. A.3). Si Ton retient successivement les municipes d'immigration pendant toute la période, ceux qui le deviennent et le restent â partir de 1940, ceux qui le deviennent en 1950-60, nous aboutissons à une carte de diffusion de l'immigration (p.) qui montre une succession de gros archipels d'immigration, et non pas une façade côtière continue. Quelques grandes zones se détachent, comme le sud-est du Veracruz, le Campeche, le Quintana Roo, et ce sont ces zones que nous étudions du point de vue régional dans la III ème Partie. Une quatrième zone, le Soconusco, est en dehors du champ géographique de notre étude.

73Le caractère de jeunesse du phénomène pionnier, que nous prétendons mesurer ici en l'identifiant à une situation d'immigration permanente, s'affirme dans le sud du Veracruz, en Lacandonie, aux limites de la Huastèque et du pays Totonaque, partout ailleurs il a plus de vingt ans.

c. Les effectifs de migrants nets

74Les quotients de migration permettent de mesurer l'intensité de la migration, ce qui est intéressant pour aboutir à une cartographie de zones homogènes, où les résultats des municipes de tailles et populations très différentes demeurent comparables. Mais du point de vue de la question agraire, de la réussite ou simplement de la réalité des mouvements de colonisation, il est indispensable de connaître les effectifs bruts de migrants nets. (cf. cartes hors textes. Les effectifs de migrants).

75Dans le Quintana Roo, l'immigration nette de personnes de plus de 10 ans, correspond, selon notre méthode, à 3 969 immigrants nets de 1930 à 1940, 1 426 seulement de 1940 à 1950, mais 7 463 de 1950 à 1960.

76Dans la zone centrale de Campeche (Campeche, Champoton, Carmen), les gains en immigrants sont de - 2 288 entre 1930 et 1940 (situation d'émigration), de 7 643 entre 1940 et 1950, de 7 309 de 1950 à 1960.

77Dans le Valle Interior de Chiapas (Frontera Comalapa, Chicomucelo, La Condordia, Socoltenango, Venustiano Carranza, Villa Corzo, Villa Flores, Suchiapa, Teran, Tuxtla) les immigrants sont : 217 de 1930 à 1940, 8 290 de 40 à 50, 10 603 de 50 à 60.

78Dans le Papaloapan et l'Isthme (Tuxtepec, Tierra Blanca, Cosamaloapan, Ixmatlahuacan, Ignacio de la Llave, Acula, Amatitlan, Saltabarranca, Angel R. Cabada, Chacaltianguis, Tesechoacan, Playa Vicente, San Juan Evangelista, Hueyapan, Catemaco, Soteapan, Acayucan, Sayula, Texistepec, Jaltipan, Jesus Carranza, Hidalgotitlan, Minatitlan, Coatzacoalcos, Chapopotla, Moloacan et Huimanguillo) les effectifs d'immigrants nets sont de :

1930/40

1940/50

1950/60

+ 19 775

- 6 623

+ 51 895

79Cette dernière région a donc reçu, après une émigration nette entre 1940 et 1950, deux fois plus d'immigrants nets que les trois autres régions du Sud-Est.

80La zone de Veracruz (Veracruz, Boca del Rio, Manlio Fabio Altamirano, Jamapa, Soledad de Doblado, Paso de Ovejas, La Antigua, Ursulo Galvan, Actopan, Puente Nacional) a l'évolution suivante :

1930/40

1940/50

1950/60

- 2 469

+6 307

+ 14 922

81Enfin la zone Totonaque-confins huastèques (Nautla, Martinez de la Torre, Gutierrez Zamora, Tecolutla, Papantla, Espinal, Coatzintla, Poza Rica, Tihuatlan, Teayo, Cazones, Tuxpan, Temapache, Tepetzintla, Tamiahua) a l'immigration nette suivante :

1930/40

1940/50

1950/60

- 5 372

+9 796

+ 37 726

Image 10000000000004A700000388A45CC61D.jpg

82Nous retiendrons donc que les principales zones d'immigration dans la période 1930 - 1960 ne sont pas à l'abris de mouvements centrifuges (émigration nette temporaire), que les effectifs d'immigrants nets ne sont jamais très considérables, qu'ils ont augmenté dans la dernière décennie. Deux zones d'immigration se détachent par leurs effectifs : la zone du Sud Veracruz et la zone Totonaque, ce sont celles que nous étudions plus en détail par la suite.

TABLEAU no 10 MUNICIPES D'IMMIGRATION PENDANT LES TROIS DECENNIES

30/40

40/50

50/60

VERACRUZ

Boca del Rio

+ 14 %

+ 71,5 %

+ 47,4 %

Coatzacoalcos

+ 44,9

+ 4

+ 39,6

Coatzintla

+ 111,9

+ 80,3

+ 69,4

Cuichapa

+ 101,1

+ 25,1

+ 1,1

Hidalgotitlan

+ 14,2

+ 8,3

+ 0,3

Jalapa

+ 3,5

+ 4,4

+ 4,8

Manlio Fabio. A.

+ 4,3

+ 15,4

+ 12,2

Martinez de la Torre

+ 2,0

+ 43,7

+ 10,7

Poza Rica

+ 119,3

+ 87,8

+ 77,2

Tecolutla

+ 11,9

+ 7,2

+ 21,3

Tepetzintla

+ 12,6

+ 9,3

+ 15,1

TABASCO

-

CAMPECHE

Campeche

+ 1,8

+ 7,0

+ 4,5

YUCATAN

Chemax

+ 2,7

+ 10,0

+ 5,2

Tizimin

+ 13,1

+ 33,7

+ 16,8

QUINTANA ROO

Cozumel

+ 2,2

+ 9,1

+ 26,5

F. Carrillo Puerto

+ 42,7

+ 26,5

+ 57,6

CHIAPAS

La Concordia

+ 1,6

+ 4,5

+ 10,8

Chilon

+ 13,9

+ 20,4

+ 35,9

Frontera Comalapa

+ 34,5

+ 5,4

+ 7,8

Huixtla

+ 5,2

+ 1,9

+ 4,5

Mazatan

+ 18,7

+ 14,4

+ 17,1

Palenque

+ 50,5

+ 26,7

+ 34,4

Pijijiapan

+ 4,-

+ 4,1

+ 5,7

Solusuchiapa

+ 45,8

+ 23,6

+ 3,1

Suchiate

+ 38,2

+ 72,7

+ 7,2

V. Carranza

+ 3,4

+ 12,7

+ 13,6

Villa Corzo

+ 8,2

+ 10,9

+ 8,3

Villa Flores

+ 17,2

+ 6,6

+ 1,8

OAXACA

Tuxtepec (district)

+ 6,6

+ 2,3

+ 2,3

Les effectifs d'immigrants selon le type de municipe

83Si dans le cas de zones comme le Quintana Roo ou la vallée intérieure du Chiapas l'immigration est directement assimilable à une colonisation agricole, les zones du Veracruz sont beaucoup plus complexes, car elles comprennent trois grands types de municipes : des municipes agricoles, des municipes pétroliers, et enfin des municipes urbains. Si le premier type est facilement isolable, en ne retenant que les municipes où les localités ont moins de 15 000 habitants, et s'il est facile également de mettre à part les municipes renfermant une ville ou sa banlieue, les municipes pétroliers peuvent conjuguer à la fois l'activité pétrolière, et les activités urbaines et agricoles, comme Coatzacoalcos et Minatitlan. Il n'est donc pas toujours possible d'attribuer l'immigration à un type d'activité très précis. Avec ces réserves préalables, nous avons cependant comparé les effectifs d'immigrants nets des municipes de ces trois catégories, dans le Veracruz, pour la décennie 1950-1960. Une question fondamentale se pose en effet : L'immigration dans les zones agricoles est-elle plus importante que l’exode vers les villes ou que la migration pionnière du pétrole ?

84Les résultats obtenus, (cf. tableau p.) remettent en question le schéma d'une Marche à la Mer, d'une migration dans des municipes d'agriculture pionnière. Les principaux effectifs d'immigrants nets sont enregistrés dans les municipes pétroliers, Poza Rica (+ 22 331 immigrants) et Coatzacoalcos (+ 11 237) venant en tête ; ces municipes accueillent au total 55 819 immigrants nets, contre 41 957 dans les municipes de colonisation agricole ; parmi ces derniers se détachent Cosamaloapan (+ 12 519) San Juan Evangelista (+ 4 199) et Playa Vicente (+ 5 447) dans le sud, Martinez de la Torre (+ 2 631) dans le nord.

85Tous les municipes pétroliers n'attirent pas des immigrants : les zones d'exploitation ancienne et décadente du nord-Veracruz sont au contraire des zones d'émigration, perdant 7 246 émigrants nets de 1950 à 1960. On observe la même hétérogénéité migratoire dans les municipes urbains : les villes traditionnelles du Veracruz perdent des émigrants ou attirent peu ; la seule exception est Veracruz, dont l'effectif d'immigrants nets est comparable à celui de Coatzacoalcos ou de Cosamaloapan : + 13 895.

TABLEAU n° 11. VERACRUZ LES EFFECTIFS DE MIGRANTS (IMMIGRATION NETTE) DE 1950 A 1960, SELON LES TYPES DE MUNICIPES. VERACRUZ.

Image 10000000000003CE00000240B6840873.jpg

Définition et localisation des zones pionnières agricoles du Veracruz. 1950-1960

86L'examen global de l'immigration au niveau municipal, par la méthode des quotients de migration nette, doit être approfondi par une étude de la population active. Le fonds du problème agraire au Mexique, c'est la question de l'emploi de la population rurale, agricole. Dans une zone de colonisation agricole, qui accueille des immigrants, le rythme de croissance de la population active agricole est supérieure à l'accroissement de population active totale sans migration.

87Si nous prenons comme référence l'accroissement de population active totale dans le Veracruz, de 1950 à 1960, soit + 36 %, nous pouvons définir comme zones pionnières agricoles tous les municipes dont la population agricole a augmenté de plus de 36 % dans la même période. Ces municipes ont non seulement absorbé la totalité de l'accroissement de main-d'oeuvre dû au mouvement naturel, mais encore attiré des immigrants agriculteurs, et qui le sont restés.

88L'intensité du phénomène peut être mesurée en employant des classes de croissance comme celles que nous avons utilisées pour le sud et le nord du Veracruz.

Classe A

accroissement de la population agricole égal ou supérieur à 100 %

Classe B.

accroissement compris entre 75 et 99,9 %.

Classe C.

accroissement compris entre 50 et 74,9 %.

Classe D.

accroissement compris entre 36,1 et 49,9 %.

Classe E.

accroissement inférieur à 36 %.

89Dans les classes A, B, C l'immigration dans le secteur agricole a une grande importance. Dans la classe D son rôle est marginal. La classe E correspond à une stabilisation ou un recul du secteur agricole, qui n'arrive pas à absorber la totalité de l'accroissement naturel, il y a donc là un exode rural. Seuls les municipes des classes A, B, C et D peuvent être considérés comme municipes agricoles Dionniers.

90Dans le Sud du Veracruz (42 municipes à partir de Tierra Blanca) si l'ensemble de la région du Papaloapan et l'Isthme a un caractère pionnier par sa croissance de l'emploi agricole, + 49 %, on observe de fortes différences entre la côte et l'intérieur, entre les vieux môles du peuplement et les réduits forestiers. Des municipes côtiers, coupés de lagunes, bordés de dunes ou accidentés par des chicots volcaniques, seul Coatzacoalcos reçoit des immigrants dans le secteur agricole, qui profite du développement urbain et des infrastructures de communication liées à l'Isthme et au pétrole. Dans l'Isthme même les municipes ayant conservé de vieilles populations indigènes comme Soconusco, Oluta, Cosoleacaque, subissent un exode rural, tout comme les noyaux de peuplement ancien des Tuxtlas. La rive droite du Papaloapan (Tuxtilla, Chacaltianguis, Tesechoacan), qui n'est pas à l'abri des inondations du fleuve, et les piémonts secs du nord (Tlalixcoyan, Tierra Blanca) sont également des zones centrifuges pour les travailleurs agricoles.

91Les municipes pionniers agricoles sont finalement concentrés en deux zones :

  1. la rive gauche du Papaloapan, protégée depuis la constructions de la Presa Aleman, grande zone cannière, avec les municipes de Ignacio de la Llave, Ixmatlahuacan, Acula et surtout Cosamaloapan et Amatitlan. Cette zone a absorbé à elle seule 8 739 nouveaux travailleurs agricoles de 1950 à 1960.

  2. la "frontière du sud Veracruz", vaste croissant de municipes d'immigration allant de Playa Vicente au Tabasco. Dans cette zone des municipes comme Playa Vicente, San Juan Evangelista et Sayula ont plus que doublé leur population active agricole en dix ans. Au total la zone a absorbé 25 346 travailleurs agricoles.

92Globalement les zones pionnières du sud Veracruz ont absorbé 34 085 personnes dans le secteur agricole, en dix ans, soit 3 400 environ par an. Si l'on rapporte ce chiffre au total d'emplois à créer annuellement au Mexique, 356 000 environ dans les années 60-70), on s'aperçoit que les frontières agricoles du sud Veracruz contribuent à employer 1 % des travailleurs cherchant un nouvel emploi. La plus grande zone pionnière agricole des Terres Chaudes mexicaines n'a qu'un rôle négligeable dans la solution du problème national de l'emploi.

93Le nord du Veracruz. La zone pionnière agricole s'étend de Tepetzintla au nord à Yecuatla au sud. Si l'on y conserve les municipes de Martinez de la Torre et de Nautla, pour assurer une continuité géographique, la zone comprend 18 municipes qui ont employé de 1950 à 1960, 27 662 nouvelles personnes actives dans le secteur agricole. La zone nord absorbe donc moins de travailleurs agricoles que la "frontière" sud. De plus la croissance de l'emploi agricole se fait à un rythme inférieur à celui du Papaloapan et de l'Isthme, un seul municipe, tout petit, a un rythme de croissance supérieur à 100 %, alors que des accroissements de cet ordre sont courants dans le sud du Veracruz. Il s'agit donc là d'une zone moins dynamique, moins neuve.

Image 1000000000000418000003500BC28712.jpg

TABLEAU no 12. I. - EVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE (1950-1960) DES ZONES PIONNIERES DU VERACRUZ SUD-ORIENTAL (Bas-Papaloapan, Sotavento, Tuxtlas, Isthme)

Image 10000000000003C0000003F7898FDCAA.jpg

TABLEAU no 12 (suite). II. EVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE (1950-1960) DES ZONES PIONNIERES DU VERACRUZ SUD-ORIENTAL (Bas-Papaloapan, Sotavento, Tuxtlas, Isthme)

Image 10000000000003D20000040B449C0D0D.jpg

Image 10000000000003C0000004E1B0E50A78.jpg

TABLEAU no 13. NORD DU VERACRUZ : VARIATION DE LA POPULATION ACTIVE PRIMAIRE DE 1950 À 1960.

1950

1960

variation

%

ETAT DE VERACRUZ

434 878

572 739

+ 137 861

+ 32

PANUCO

6 367

7 468

+ 1 101

+ 17,3

PUEBLO VIEJO

1 440

1 692

+ 252

+ 17,5

TAMPICO ALTO

2 689

2 177

- 512

- 19,0

OZULUAMA

4 205

5 204

+ 999

+ 23,8

TEMPOAL

5 614

6 018

+ 404

+ 7,2

TANTOYUCA

9 810

12 811

+ 3 001

+ 30,6

PLATON SANCHEZ

1 947

2 861

+ 914

+ 46,9

CHICONAMEL

1 011

883

- 123

- 12,7

CHALMA

1 673

1 152

- 521

- 31,1

IXCATEPEC

1 607

1 955

+ 348

+ 21,7

CHONTLA

2 155

2 751

+ 596

+ 27,7

CITLALTEPEC

1 242

1 344

+ 102

+ 8,2

TANTIMA

2 397

3 126

+ 729

+ 30,4

TEPETZINTLA

2 271

3 531

+ 1 260

+ 55,5

TANCOCO

1 327

1 459

+ 132

+ 0,0

TAMALIN

1 514

1 858

+ 344

+ 22,7

CHINAMPA

1 568

1 525

- 43

- 2,7

AMATLAN TUXPAN

1 637

1 803

+ 171

+ 10,4

TAMIAHUA

4 284

5 570

+ 1 205

+ 30,2

TUXPAN

5 094

7 507

+ 1 513

+ 25, 2

TEMAPACHE

7 513

10 886

+ 3 373

+ 44,0

CHICONTEPEC

7 822

0 546

+ 1 724

+ 22,0

BENITO JUAREZ

2 114

3 004

+ 890

+ 42,1

IXHUATLAN M.

6 735

o 124

+ 2 389

+ 35,5

ZONTECOMATLAN

2 091

1 715

- 376

- 13,0

ILAMATLAN

3 193

3 256

+ 63

+ 2,0

TEXISTEPEC

1 285

2 473

+ 1 188

+ 92,5

TLACHICHILCO

2 087

2 630

+ 543

+ 26,0

ZACUALPAN

2 137

2 196

+ 59

+ 2,8

HUAYACOCOTLA

3 338

4 265

+ 927

+ 27,8

TEAYO

1 435

2 414

+ 979

+ 68,2

TIHUATLAN

4 775

7 530

+ 2 755

+ 57,9

CAZONES

2 356

3 569

+ 1 213

+ 51,5

PAPANTLA

11 052

15 197

+ 4 145

+ 37,5

POZA RICA

2 916

COATZINTLA

2 686

2 405

+ 2 638

+ 98,2

ESPINAL

2 020

3 196

+ 1 176

+ 58,2

COYUTLA

1 824

2 689

+ 865

+ 47,4

COAHUITLAN

697

866

+ 169

+ 24,2

MECATLAN

703

1 410

+ 707

+ 100,6

FILOMENO MATA

921

1 262

+ 331

+ 35,0

CHUMATLAN

599

603

+ 4

+ 0,7

COXQUIHUI

2 078

2 329

+ 251

+ 12,1

ZOZOCOLCO

1 738

2 338

+ 1 600

+ 02J

TECOLUTLA

1 926

3 370

+ 1 444

+ 75,0

G. ZAMORA

2 217

2 053

+ 736

+ 33,2

MARTINEZ DE LA TORRE

6 032

6 774

+ 742

+ 12,3

NAUTLA

1 628

2 176

+ 548

+ 33,7

VEGA DE ALATORRE

1 860

2 536

+ 676

+ 36,3

ALTO LUCERO

4 088

4 950

+ 862

+ 21,1

JUCHIQUE

2 351

3 338

+ 987

+ 42,0

COLIPA

988

656

- 332

- 33,6

YECUATLA

1 349

2 475

+ 1 126

+ 83,5

MISANTLA

5 954

8 982

+ 3 028

+ 50,9

TLAPACOYAN

3 038

3 702

+ 664

+ 21,9

ATZALAN

6 468

7 811

+ 1 323

+ 20,5

JALACINGO

3 481

4 539

+ 1 058

+ 30,4

PEROTE

2 856

3 557

+ 701

+ 24,5

VILLA ALDAMA

695

729

+ 33

+ 4,7

ALTOTONGA

5 946

5 534

- 412

- 6,9

LAS MINAS

756

702

- 54

- 7,1

TATATILA

1 024

1 210

+ 186

+ 18,2

ACATLAN

341

374

+ 33

+ 9,7

COACOATZINTLA

640

530

- 110

- 17,2

TONAYAN

837

682

- 175

- 20,9

TOTAL

186 427

237 628

+ 51 201

+ 27,5

MEXIQUE

4 823 800

6 144 930

+1321 130

+ 27,4

94Il est intéressant de noter que l'ensemble de la Huastèque est émigratrice ; la population agricole y progresse à une vitesse inférieure à la population active totale, et diminue même en chiffres absolus dans les municipes de Panuco, Tampico Alto, Chinampa. C'est là un phénomène extrêtement rare au Mexique, en dehors des zones semi-arides. Il est probable que cette tendance se soit d'ailleurs renversée depuis 1960 et les grandes expériences de mise en valeur de la zone de Chapacao.

95Autre trait remarquable, les municipes du versant de la Sierra Madre Oriental ou du Haut Plateau, situés sur les axes routiers unissant Puebla à Nautla (Tlapacoyan, Perote) et Tuxpan à Tulancingo (Tihuatlan) ne présentent pas un exode rural particulièrement fort.

96Dans l'ensemble on peut donc opposer une zone centrale attractive du point de vue de l'emploi agricole, à des sierras où l'exode rural a une intensité moyenne (la moitié de l'accroissement de population active locale) et aux plaines et collines du nord, où l'emploi agricole stagne ou même recule.

d) Migrations, systèmes de production, structures agraires

97Dans les paragraphes précédents nous avons voulu délimiter des zones d'immigration, et des zones pionnières agricoles. Il resterait à analyser les rapports entre le comportement migratoire d'une population, d'un municipe, et sa structure agraire ou son système de production. Il y aurait toute une étude à faire sur les cultures peuplantes, sur le rôle du minifundio ou de l'éjido comme structure favorisant ou freinant la migration.

98Nous n'avons fait qu'ébaucher ici cette étude fondamentale (19) et souligné quelques points d'intérêt, sans réaliser toute l'étude statistique nécessaire.

Le rôle de la spécialisation agricole

99Dans le Veracruz, 40 % des municipes ont eu de 1950 à 1960 un bilan migratoire nul ou positif, ce pourcentage varie-t-il selon la spécialisation agricole des municipes ?

100Les municipes spécialisés dans l'élevage sont un petit peu plus nombreux dans la classe - municipes d'émigration, - que les municipes agricoles (cf. p.). Mais parmi les municipes agricoles deux types doivent être distingués : les municipes où l'agriculture est traditionnelle, céréalière (maïs), et les municipes d'agriculture spéculative, de plantation. Il n'est pas surprenant de constater que la plantation retient la population ou l'attire beaucoup plus que le champ de maïs ; 26 % seulement des municipes d'agriculture traditionnelle ont un bilan migratoire nul ou positif, contre 45 % des municipes de plantations.

101Dans l'ensemble toutefois, quelle que soit la spécialisation agricole du municipe, la tendance à l'émigration l'emporte dans le Veracruz ; ceci est probablement dû, d'une part à la différence de taille entre municipes de peuplement ancien, petits, donc plus nombreux, et municipes de la "frontière", plus grands, donc moins nombreux dans une superficie donnée, ce qui donne finalement plus de poids aux municipes d'émigration ; d'autre part bon nombre des municipes de plantation sont situés dans des zones indigènes, en voie de surpeuplement.

102Ainsi, sur 45 municipes où dominent les plantations tropicales, 29 sont situés sur le versant des sierras de Jalapa et de Cordoba ; 61 % des municipes de plantation de cette zone sont émigrateurs, alors que dans les municipes de plantation de Misantla et du sud Veracruz, 80 % et 58 % respectivement d'entre eux sont immigrateurs.

103Il faut donc tenir compte à la fois de la spécialisation agricole et de l'ancienneté de la mise en valeur pour expliquer le sens du mouvement migratoire.

TABLEAU no 14. REPARTITION DES MUNICIPES DE L'ETAT DE VERACRUZ SELON LEUR SPECIALISATION AGRICOLE ET LEUR COMPORTEMENT MIGRATOIRE. 1960.

Municipes d'immigration ou de bilan migratoire nul (1950-60)

Municipes d'émigration nette (1950-60).

Total du Veracruz

40 % des municipes

60 % des municipes

Municipes spécialisés dans l'élevage (1)

38 %

62 %

Municipes où domine l'agriculture traditionnelle (2)

26 %

74 %

Municipes où dominent les plantations (3)

45 %

55 %

(1) municipes où le rapport bovins/travailleurs agricoles est supérieur à 9.
(2) municipes où les plantations représentent moins de 5 % des superficies récoltées.
(3) municipes où les plantations représentent plus de 40 % des superficies récoltées.
sources : recensement agricole de 1960.

TABLEAU no 15. VARIATION DU COMPORTEMENT MIGRATOIRE DES MUNICIPES DE PLANTATION DU VERACRUZ SELON LEUR LOCALISATION.

Image 10000000000003C70000011D7A4DA719.jpg

Le rôle de la structure agraire

104Est-il possible d'imputer à des structures agraires différentes des comportements migratoires également différents ?

105Ainsi les municipes du Veracruz se distribuent différemment entre les catégories :

  1. municipes d'immigration dans la période 1950-60

  2. municipes stables, de bilan migratoire nul,

  3. municipes d'immigration,

106selon que leur population d'exploitants agricoles est faite d'éjidatarios, de "petits" propriétaires ou de minifundistes. Les municipes où l'éjido domine (cf. tableau p.) sont plus nombreux dans les catégories A et B, 57 % d'entre eux y figurent contre seulement 40 % des municipes de moyenne et grande exploitation, et 27 % des municipes de minifundisme privé. De 1950 à 1960, pour le Veracruz, l'éjido fixe donc la population ou attire une population immigrante, alors que les autres types de structures agraires favorisent l'émigration. Il est certain que les grandes exploitations, qui adaptent leur emploi à leur capital de production, retiennent moins le travailleur agricole que l'éjido, où l'attente d'une nouvelle dotation toujours demandée freine - un certain temps - le départ des jeunes générations sans terre. Le minifundio privé, sans espoir de s'aggrandir aux dépens de la grande propriété, avec une superficie trop petite pour faire vivre et surtout employer tous les membres de la famille est la source de migrations du travail et d'une émigration définitive.

107Nous devons nuancer pourtant ce schéma ; dans les zones de colonisation agricole en effet, la disponibilité de terres a empêché la formation d'un secteur de minifundios privés, que l'on ne trouve que dans les zones anciennement peuplées. En revanche, les éjidatarios sont nombreux dans les zones de colonisation, où les latifundios ont été démembrés à leur profit. On risque donc d'attribuer à la structure agraire - ici l’éjido - une tendance à l'immigration qui est due en réalité à la possibilité de s'approprier de terres vacantes. En toute logique le rôle de la structure agraire doit être étudié d'une part dans les municipes d’émigration, d'autre part dans ceux d'immigration pour ne pas faire interférer causes profondes et formes de la colonisation.

TABLEAU no 16. REPARTITION DES MUNICIPES DE L'ETAT DE VERACRUZ SELON LEUR STRUCTURE AGRAIRE ET LEUR COMPORTEMENT MIGRATOIRE. 1960.

STRUCTURE AGRAIRE

TOTAL DES MUNICIPES

MUNICIPES D'IMMIGRATION

MUNICIPES STABLES

MUNICIPES D'EMIGRATION

municipes où les exploitations de + de 5 has forment 35 % et + des exploitations

68 (100 %)

15 (22 %)

12 (18 %)

41 (60 %)

municipes où les minifundios privés (- de 5 has) comprennent 60 % et + des exploitations

48 (100 %)

2 (5 %)

11 (22 %)

35 (73 %)

municipes où les éjidatarios constituent 60 % et + des exploitants

60 (100 %)

15 (25 %)

19 (32 %)

26 (43 %)

autres municipes

29 (100 %)

3 (11 %)

5 (17 %)

21 (72 %)

total (°)

205 (100 %)

35 (17 %)

47 (23 %)

123 (60 %)

(°) En 1960 le Veracruz ne comprenait que 198 municipes, mais ce tableau comprend des municipes comptés deux fois (catégories 1 et 4)

Emigration et structure agraire

108Nous avons retenu 26 municipes du Veracruz en fonction de leurs quotients de migration nettement négatifs (émigration) entre 1950 et 60, et de leur type de structure agraire prépondérante.

  1. municipes de minifundio privé (l'exploitation privée de moins de 5 has représente plus de 60 % des exploitations).

  2. municipes de petite parcelle éjidale, (parcelle éjidale de 3 à 8 hectares ; les éjidatatios représentent plus de 45 % des exploitants).

  3. municipes de parcelle éjidale moyenne, (parcelle de 10 à 20 hectares ; plus de 60 % d'éjidatarios chez les exploitants).

  4. municipes de moyenne et grande exploitation privée, (exploitation de plus de 25 hechectares ; plus de 49 % d'exploitants privés).

109En mettant en relation le taux d'émigration nette de ces municipes et la taille moyenne des exploitations dominantes (cf. graphique p.) on obtient une distribution de points ordonnée.

  1. L'émigration est la plus intense dans les municipes où l'exploitation moyenne est la plus petite : zone de minifundio privé ou de petite parcelle éjidale.

  2. L'intensité de l'émigration diminue ensuite à mesure que l'exploitation grandit, et tend à s'annuler dans la catégorie 25-50 hectares, qui correspond à l'exploitation familiale capable d'assurer un plein emploi.

  3. L'émigration augmente à nouveau d'intensité quand l'exploitation privée devient une grande exploitation, sans toutefois atteindre le niveau d'émigration des zones de minifundio.

110Plus que la nature de l'exploitation (éjidale ou privée) c'est semble-t-il sa taille qui module l'émigration.

Image 100000000000042A0000061F03305482.jpg

TABLEAU no 17. RAPPORT ENTRE EMIGRATION ET STRUCTURE AGRAIRE DANS 26 MUNICIPES DU VERACRUZ :

 % d'exploitations

(1) taille moyenne l'exploitation

de taux d'émigration (3) (2)

MUNICIPES DE MINIFUNDIO PRIVE

ACAJETE

67 %

2,8 has

- 18 %

ACATLAN

83

1,8

- 20

ALTOTONGA

60

1,7

- 20

AMATLAN. REYES

60

2,0

- 20

ATLAHUILCO

92

1,9

- 25

CAMERINO MENDOZA

89

1,3

- 17

COSAUTLAN

84

1,4

10

MUNICIPES DE PETITE PARCELLE EJIDALE

ATZACAN

45 %

4,5 has

- 10 %

BENITO JUAREZ

82

3,5

- 11

CHONTLA

52

7,6

- 17

IXHUATLANCILLO

57

3,4

- 22

TEXCATEPEC

98

4,9

- 13

ZONTECOMATLAN

72

3,9

35

MUNICIPES DE PARCELLE EJIDALE MOYENNE

ALDABERTO TEJADA

71 %

13,5 has

- 11 %

E. ZAPATA

61

16,5

- 4

CHICONTEPEC

79

14,2

- 15

IGNACIO DE LA LLAVE

92

12,3

- 16

JALCOMULCO

100

13,2

- 6

TAMIAHUA

71

12,5

- 15

MUNICIPES DE MOYENNE ET GRANDE EXPLOITATION PRIVEE

AMATLAN- TUXPAN

73

25,6

- 3

CARRILLO PUERTO

69

45,5

+ 1

COMAPA

49

73,4

- 14

CHALMA

55

54,0

- 11

NAUTLA

60

62,9

- 7

OZULUAMA

67

96,3

- 15

TLACOTALPAN

63

279,1

- 12

(1) Chaque catégorie d'exploitation est rapportée au total : (-5 has) + (+5 has) + ejidatarios du recensement de population de 1960
(2) Total des terres toutes catégories.
(3) Période 1950-1960.

Immigration et structure agraire

111La même méthode de représentation graphique pour 29 municipes de quotient migratoire positif ne donne pas de résultats aussi évidents, (cf. graphique p.). Pourtant l'absence de municipes où le minifundio privé domine devrait simplifier l'interprétation.

112Premier résultat négatif : pour toute une série de municipes, d'exploitation éjidale ou privée, l'immigration demeure très faible, quelle que soit la taille des exploitations.

113Si l'on écarte ces municipes ainsi que les municipes fortement urbanisés comme Poza Rica, Coatzacoalcos et Minatitlan, le nuage de points subsistant s'ordonne, et Ton distingue que :

  • l'intensité de l'immigration croît à mesure qu'augmente la taille de la parcelle éjidale,

  • elle passe par un maximum pour une exploitation de 15 - 25 hectares,

  • puis elle diminue à mesure que la grande exploitation privée augmente de taille.

114Dans l'ensemble donc ces résultats confirment les rapports entre structure agraire, taille de l'exploitation, et migration observée dans les zones d'émigration. On en retiendra surtout que :

L'émigration est minimale, ou bien l'immigration maximale (selon les zones géographiques et l’ancienneté du peuplement) dans les municipes où domine la grande parcelle éjidale ou la moyenne exploitation privée.

Salaires agricoles et migration

115Dans la mesure où notre étude démographique n'est que l'introduction à l'étude de la colonisation agricole, nous ne pouvons pas aborder tous les problèmes de l'émigration, en particulier ceux des population sans terre, des jornaleros.

116Dans les zones de colonisation l'importance de la population salariée, sans terre peut d'ailleurs être beaucoup plus élevée que dans les zones de mise en valeur ancienne. Ainsi dans le Chiapas les salariés agricoles représentent plus de 50 % des travailleurs dans l'agriculture dans le Soconusco et les vallées septentrionales (comme Pichucalco, Simojovel...)(Palenque, Ocosingo) immigratrices, et moins de 30 % dans les Altos, source d'émigration.

117Il ne faut pas confondre travailleur sans terre et travailleur sans emploi : alors que les zones de minifundio sont émigratrices, les zones de colonisation, de plantations attirent et emploient des salariés agricoles. Ce qui compte alors c'est le gradient de salaire entre zone de départ et zone d'accueil. Les salaires agricoles de l'Altiplano Central et des Sierras bordant les terres chaudes sont dans l'ensemble inférieurs à ceux des zones pionnières, et le dynamisme démographique d'une zone est en corrélation positive avec le niveau des salaires.

118Ainsi les zones définies par la Comisión Nacional de los Salarios Minimos ont un salaire agricole d'autant plus élevé que la croissance de la population y est forte, (cf. graphique p.). Dans les zones pionnières la main d'oeuvre est rare par rapport aux tâches à réaliser : défrichement, constitution des plantations, récolte de café, de la canne à sucre. Les salaires offerts sont ainsi de 30 % à 100 % plus forts dans le Papaloapan et le nord de l'Isthme que dans les sierras du Oaxaca, 50 % 70 % plus élevés dans le bas-pays Totonaque (Poza Rica, Papantla) que dans le Hidalgo voisin.

119C'est donc tout un complexe de facteurs, tenure de la terre, taille des exploitations, niveau de salaires agricoles, système de culture, qui intervient pour déterminer l'intensité, le sens de la migration, et seules des études statistiques poussées sont capables de leur rendre leur poids réel respectif.

e) L'origine des migrants : l'exemple de municipes pionniers du pétrole et de l'agriculture

120A l'échelle municipale, si nous pouvons évaluer la migration totale nette, nous ne pouvons pas identifier tous les flux migratoires, en retraçant par exemple le cheminement des migrants à l'intérieur d'un même Etat. Il nous est seulement possible d'évaluer dans un municipe d'un Etat donné, la population résidente originaire d'autres Etats. C'est cette étude rapide et limitée que nous avons faite pour le Veracruz sud-oriental.

Image 10000000000003EA000002F3BCCC35BF.jpg

Image 10000000000002C0000002A6A8AA2E7D.jpg

TABLEAU no 18. INDICES AGRICOLES ET DEMOGRAPHIQUES COMPARES DES ZONES (1) DU GOLFE ET DE L'ALTIPLANO.

Image 10000000000003DF00000447BE7D8681.jpg

(1) Zones établies par la Comisión Nacional de los Salarios Minimos.
(2) (3) Par personne employée dans l'agriculture, sylviculture, chasse, pêche...

Importance de T immigration "allogène"

121La population née hors du Veracruz et résidant dans les 42 municipes du sud de cet Etat a augmenté de 102 % de 1950 à 1960, passant de 34 931 â 78 747 personnes. Compte non tenu de la mortalité, c'est donc un minimum de 43 816 immigrants d'autres Etats qui sont arrivés en dix ans. Malgré cette croissance non négligeable, la population du sud Veracruz reste composée à 88,5 % de gens nés dans l'Etat (contre 92,4 % en 1950) en 1960. A l'échelle régionale l'immigration "allogène" est donc secondaire. Mais elle se concentre dans un petit nombre de municipes. A eux seuls Minatitlan et Coatzacoalcos rassemblent 48 % de la population née hors du Veracruz, et les municipes de la frontière agricole (Cosamaloapan, Playa Vicente, San Juan Evangelista Sayula et Jesus Carranza) 26 %.

122Ce genre de migrants représentent en 1960 :

  • plus du tiers de la population résidente à Coatzacoalcos (37,6 %)

  • entre 20 et 30 % à Playa Vicente, Jesus Carranza, Minatitlan,

  • entre 10 et 20 % à Tierrablanca, Cosamaloapan, Otatitlan, Sayula, Ixhuatlan, et Moloacan.

123On s'aperçoit immédiatement que ces municipes se répartissent : soit au contact immédiat des Etats voisins, soit dans la zone pétrolière du Veracruz du Sud.

124On peut donc faire les hypothèses suivantes :

  1. les immigrants venus d'autres Etats sont attirés par l'activité pétrolière, les grandes villes, les zones récemment ouvertes à la colonisation agricole.

  2. dans les municipes frontaliers, on doit enregistrer des migrations locales qui en tout autre endroit de l'Etat n'apparaîtraient pas. Il suffit que l'oaxaqueño de Tuxtepec fasse quelques kilomètres pour se retrouver dans le Veracruz, On ne doit donc pas confondre migration d'Etat à Etat et migration à longue distance.

Origine des immigrants

125L'examen de l'Etat de naissance de ces immigrants confirme cette hypothèse : les oaxaqueños fournissent 83 % des immigrants cumulés de Playa Vicente, les tabasqueños 39 % des immigrants de Coatzacoalcos. La proximité joue donc un rôle essentiel dans la migration.

126Les Etats de l'Altiplano Central ne participent à la migration que pour un pourcentage moins important, toujours inférieur à 40 % des immigrants. Pourtant la migration à longue distance originaire des Etats de surpeuplement rural est liée à l'existence de la "frontière" : ce sont les municipes agricoles et pionniers comme Sayula, Jesus Carranza, San Juan Evangelista Cosamaloapan, Tierra Blanca, qui comprennent plus du quart de migrants originaires de l'Altiplano. (cf. graphique p.). On retiendra que les municipes urbanisés, comme Coatzacoalcos ou Minatitlan reçoivent autant de migrants du Haut plateau que le plus dynamique des municipes pionniers agricoles, Cosamaloapan.

127Aires de drainage comparées de quelques municipes du Veracruz.

128Dans le Veracruz nous avons constaté que les municipes pétroliers et urbains comme Poza Rica et Coatzacoalcos, attiraient plus d'immigrants que les municipes de colonisation agricole comme Martinez de la Torre et Cosamaloapan. Les aires de drainage des immigrants sont également plus importantes dans le premier cas, et de plus fort différentes à l'intérieur d'une même région, selon que le municipe considéré est pétrolier-urbain ou pionnier-agricole.

129Sur les quatres cartes établies pour les quatre municipes considérés (cf. p.) on constate ainsi :

  1. que Coatzacoalcos et Poza Rica recrutent tous deux des immigrants à longue distance, mais avec une attraction dans des directions opposées : dans les deux cas on trouve comme Etats d’origine des migrants, Tamaulipas, San Luis Potosi, Durango, Jalisco, Michoacan, Guanajuato, Guerrero, Mexico, Puebla, Hidalgo, Oaxaca, Tabasco, Chiapas, Yucatan ; mais Poza Rica recrute surtout dans le Tamaulipas, San Luis Potosi, Hidalgo et Puebla, alors que Coatzacoalcos recrute dans le Tabasco, Oaxaca, Chiapas, Campeche, Yucatan et Puebla.

  2. que Cosamaloapan et Martinez de la Torre attirent des immigrants des Etats du Centre et du Oaxaca, mais que l'Etat contigu du municipe considéré est celui qui fournit la majorité des immigrants : le Puebla pour Martinez de la Torre, le Oaxaca pour Cosamaloapan.

Image 100000000000040B00000606E14EDAC1.jpg

TABLEAU no 19. MIGRATIONS DANS LE VERACRUZ SUD-ORIENTAL POPULATION RESIDENTE NEE DANS D'AUTRES ETATS, EN 1950 ET EN 1960

Image 1000000000000800000008BC4DF2DEBC.jpg

TABLEAU no 20 ORIGINE DES IMMIGRANTS DANS LE VERACRUZ SUD-ORIENTAL

Image 100000000000037C0000023EE4F8CE39.jpg

130Seuls ont été retenus les municipes oü les immigrants représentent plus de 5 % de la population.

131L'"Altiplano" comprend ici les Etats : District Fédéral, Mexico, Puebla, Tlaxcala, Hidalgo, Oueretaro, Morelos, Michoacan, Jalisco, Guanajuato, Aguascalientes, San Luis Potosi.

1323. Les municipes de colonisation agricole exercent donc une attraction surtout sur les zones proches, à l'échelle régionale, alors que les municipes urbains du pétrole ont une attraction s'exerçant sur au moins une dizaine d'Etats, donc à l'échelle nationale.

133Ces observations rapides et peut-être simplistes tendraient donc à nous faire adopter une conclusion fondamentale :

la redistribution de population entre Etats Centraux et Terres Chaudes dépend plus du développement urbain de ces derniers que de la politique de colonisation agricole,

qui en dernière analyse est menée par des immigrants venus de l'Etat même où elle se déroule ou de l'Etat le plus proche.

Image 1000000000000413000005D652C6D6E7.jpg

Image 100000000000041E000005D7DD9D59B3.jpg

Notes

14 Pour une description des méthodes que l'on peut employer pour mesurer les migrations internes au Mexique, voir ; Léon TABAH et Marie Eugénie COSIO : "Mesure de la migration interne au moyen de recensements. Application au Mexique." Population. 1970. No 2 p. 304-345.

15 En réalité ceci n'est qu'une approximation, car dans la décennie considérée, il y a eu mortalité chez les résidents nés hors du Véracruz, et il y a pu y avoir également émigration de certains des résidents de 1950 (nés hors du Veracruz). En outre l'immigratior nette considérée n'est pas un bilan migratoire entre Etats. On ne mesure ici que l'apport de l'extérieur.

16 Philippe COLOMB, "La problemática poblacional mexicana : de la reforma de estructura agraria a la planeación en un marco democrático." Mexico. Centro de Investigaciones Agrarias, 1968. Non publié.

17 Ceci revient à calculer le pourcentage des émigrants nets par rapport à la population qui les a rejetés, le pourcentage est alors un quotient de migration, nette, ou bien le pourcentage des immigrants par rapport â la population qui les a accueillis, c'est alors un taux de migration nette.

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search