Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Première partie. L’approche démographique. Les mouvements de population dans les États du Golfe et du Sud-Est

B. La croissance de la population des États

Texte intégral

1Une des constatations les plus importantes faites grâce à l'examen de cartes de densité, est que les terres chaudes du Golfe ne sont pas vides, ne sont pas comparables à une quelconque Amazonie. La présence de ces populations complique l'approche des phénomènes pionniers ; avant d'aborder les problèmes de migration, il faut s'interroger sur l'accroissement de la population des Etats du Golfe, sur les modifications qui ont pu intervenir dans leur état sanitaire, dans la survie de leurs populations.

1. L'ACCROISSEMENT DEMOGRAPHIQUE DE 1930 À 1970. ETATS DYNAMIQUES ET ETATS DECLINANTS

2Si nous comparons la croissance de la population des Etats du Golfe et du Sud-Est (en considérant également l'ensemble du Chiapas et du Oaxaca) dans la période 1930-1970, nous constatons une division entre Etats dynamiques et Etats déclinants : le Tabasco (+242 %), le Campeche (+196 %), le Chiapas (+198 %) et surtout le Quintana Roo (+757 %) ne démentent pas leur réputation d'Etats pionniers, en dépassant la moyenne nationale (+192 %) ; le Yucatan (+100 %) et le Oaxaca (+85 %) ont une croissance inférieure de moitié ; le Veracruz (+177 %) est dans une situation moyenne, quoique inférieure à la moyenne nationale.

3Dans leur ensemble les cinq Etats du Golfe ont gagné environ 3 613 000 habitants de 1930 à 1970, le Oaxaca 927 000 et le Chiapas 1 048 000. Malgré des rythmes divers, le Tropique Humide du sud (et ses montagnes et plateaux) s'est fortement peuplé. Mais dans l'ensemble ces gains absolus n'ont pas modifié de façon très nette la répartition de la population mexicaine : Veracruz, Tabasco, Campeche, Chiapas ont à peu près la même importance relative qu'en 1930, et si un Quintana Roo de faible poids absolu (91 044 habitants) double sa participation relative dans la population nationale, Oaxaca et Yucatan reculent, (cf. tableau suivant).

4Mais l'évolution d'ensemble cache une grande variété de rythmes de croissance décennaux.

    • 11 Mais le cas du Campeche n'est pas très clair, vu les irrégularités des recensements antérieurs : cf (...)

    Dans la période 1930-40, trois Etats sont particulièrement dynamiques : Le Tabasco (+27,5 %), le Quintana Roo (+76,6 %) et le Chiapas (+28,3 %), par rapport à un accroissement national de + 18,7 % seulement. Le Veracruz est proche de la moyenne, Yucatan, Oaxaca et Campeche sont très nettement en dessous11.

  1. Dans la période 1940-1950, le Tabasco disparaît de la liste des Etats dynamiques, réduite au Campeche, Quintana Roo et Chiapas (respectivement +35 %, +44 % et +33 %, pour une moyenne nationale de +31 %).

  2. Dans la période 1950-1960, Veracruz, Tabasco, Campeche, Chiapas ont un accroissement légèrement inférieur ou supérieur à la moyenne nationale (+35 %), le seul territoire dynamique est le Quintana Roo (+86 %).

  3. Enfin de 1960 à 1970, c'est une nouvelle reprise de l'accroissement, supérieure à la moyenne (+38 %),dans le Veracruz (+40 %), le Tabasco (+54 %), le Campeche (+49 %) et le Quintana Roo (+81 %) partout inférieure ailleurs.

5En résumant donc :

  • Oaxaca et Yucatan n'apparaissent jamais dans cette période 1930-1970 comme des Etats dynamiques ;

  • le Chiapas décline régulièrement et passe de la catégorie dynamique à la catégorie inférieure, mais demeure proche de la moyenne nationale ;

  • le Veracruz augmente au contraire régulièrement son rythme d'accroissement, mais ne parvient dans la catégorie dynamique qu'après 1960 ;

  • le Tabasco suit une évolution en dents de scie, passant d'une catégorie à l'autre, mais apparait récemment comme particulièrement dynamique ;

  • Campeche et Quintana Roo sont les deux seuls Etats à maintenir leur caractère manifestement pionnier. Ce sont d'ailleurs les territoires les moins peuplés.

TABLEAU no 2. CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1930 A 1970.

TABLEAU no 2. CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1930 A 1970.

Sources : recensements de population de 1930, 1940, 1950, 1960, 1970.
(1) population non corrigée (un peu plus de 36 millions avec correction)
(2) population non corrigée (on s'attend à 50 millions avec correction)

6Les comportements démographiques très divers observés ne permettent guère de distinguer a-priori les Etats pionniers de ceux qui ne le sont pas, sauf pour les plus petits d'entre eux. D'ailleurs ces accroissements variables sont les moyennes d'accroissements régionaux qui peuvent être, qui sont, comme nous le savons, opposés. On doit seulement retenir le fait qu'à l'échelle macro-régionale, et sur une longue période l'ensemble des Etats du Golfe n'ont pas les accroissements de population massifs et rapides des grands pays neufs et des grandes périodes de colonisation ; le Golfe n'est ni la Pampa Argentine de la seconde moitié du XIXème siècle, ni la frontière du Sâo Paulo de la Dériode 1880-1930.

7Et si les accroissements constatés s'élèvent dans la dernière décade, il faut tenir compte de ce qui revient à l'explosion démographique, et ne pas les attribuer immédiatement à des migrations d'une grande région à une autre.

2. L'EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE DANS LES ETATS DES TERRES CHAUDES

8La question fondamentale à se poser, pour comprendre l'accroissement de la population des terres chaudes depuis 1930 est celle de la mortalité. Trois hypothèses peuvent être envisagées : (en supposant un niveau de fécondité et de natalité variant peu) :

  1. la mortalité des terres chaudes à faiblement diminué par rapport à la mortalité nationale ; les accroissements de population constatés dans les Etats dynamiques correspondent alors à des migrations considérables issues d'autres Etats.

  2. la mortalité des terres chaudes a au contraire très fortement diminué, plus vite que la moyenne ; la casi-totalité des accroissements considérés seraient alors uniquement dus à l'explosion démographique, à l'accroissement naturel.

  3. si la mortalité est à un niveau toujours comparable à celui du Mexique tout entier, les différences entre les deux accroissements (estatal et national) sont à attribuer à des migrations ; mais cette différence ne représente que peu de chose par rapport à l'accroissement naturel (sauf dans le Quintana Roo, où les écarts avec la moyenne sont considérables).

  • 12 cf. Eduardo CORDERO. "La subestimación de la mortalidad infantil en México." Demografia y Economia (...)

9Les taux de mortalité et de natalité officiels, par Etats, ne correspondent guère à la réalité que l'on devine à travers les enquêtes et les travaux des démographes12, aussi n'est-ce qu'à titre indicatif, documentaire, que nous pouvons considérer ces taux ; il est d'ailleurs probable que les évolutions constatées quoique décalées par rapport à la courbe réelle, sont exactes, alors que les taux bruts sont erronnés.

10Sur une longue période (cf. tableau 1903-1967) l'évolution de la mortalité générale n'est pas sensiblement différente de la tendance nationale ; les Etats comprenant d'importants secteurs de Sierras, de hauts plateaux, de population indigènes ayant toutefois un niveau de mortalité supérieur à celui des Etats plus métis, où dominent les tierras calientes (Veracruz, Tabasco). Nous n'avons pu comparer les taux de natalité aux taux de mortalité pour toute la période, ils sont vraiment trop anarchiques (pour 1905 on trouve ainsi un taux de natalité de 27 pour 1 000 dans le Veracruz, et un taux de mortalité de 30 ; en 1900 le taux de natalité du Tabasco est de 68 pour 1 000, battant certainement un record mondial...). De manière générale les taux de mortalité sont cependant moins faux, l'enregistrement des décès étant meilleur que celui des naissances.

11Pour une période récente, 1950-1967, les statistiques de naissance et décès sont un peu plus proches de la réalité. On constate dans cette période d'une part que le taux de natalité baisse légèrement (sauf dans le Tabasco, où il monte subitement, ce qui pourrait être un signe de grosse immigration d'éléments jeunes), mais que le taux de mortalité baisse encore plus, signe de l'amélioration de l'état sanitaire des populations, de l'élimination au moins partielle des maladies tropicales : paludisme, fièvre jaune, et également du rajeunissement de la population. Le résultat est que dans les Etats des terres chaudes l'accroissement naturel est plus élevé en 1967 qu'en 1950 (40,6‰ pour le Tabasco en 1967, 29,6‰ en 1950, 31, 1‰ et 27,8‰ pour le Veracruz...). Cela signifie que chaque année des cohortes nouvelles toujours plus nombreuses grossissent les populations autochtones, sans qu'il faille faire appel à une quelconque migration.

TABLEAU No 3. EVOLUTION COMPAREE DE LA NATALITE, DE LA MORTALITE ET DE L'ACCROISSEMENT NATUREL POUR QUELQUES ETATS DU GOLFE ET DE L’ALTIPLANO. 1950 - 1967.

TABLEAU No 3. EVOLUTION COMPAREE DE LA NATALITE, DE LA MORTALITE ET DE L'ACCROISSEMENT NATUREL POUR QUELQUES ETATS DU GOLFE ET DE L’ALTIPLANO. 1950 - 1967.

TABLEAU no 4 EVOLUTION DU TAUX DE MORTALITE GENERALE DANS LES ETATS DU GOLFE ET DU SUD-EST : 1903 - 1967.

1903

1943

1950

1967

MEXIQUE

26

22,4

16,2

9,2

VERACRUZ

28

17,3

13,4

8,4

TABASCO

23

21,4

12,6

8,7

CAMPECHE

24

24,1

YUCATAN

53

27,0

16,6

8,4

OAXACA

33

25,1

13,0

CHIAPAS

29

20,9

10,5

sources : 1903 : calculs à partir des "Estadisticas sociales del Porfiriato. 1877-1910" - Mexico. 1956.
Secretaria de Economia. Dirección General de Estadlsticas. Pour les autres années les taux sont extraits des "Anuarios Estadisticos de los Estados Mexi
canos" publiés par le même ministère.

12Le gonflement de l'accroissement naturel dans les Etats du Golfe est la conséquence avant tout de la baisse de la mortalité infantile, comme dans le reste du Mexique d'ailleurs.

13En comparant les chiffres donnés par le Département de Statistiques, et ceux recalculés par E. CORDERO (cf. op. cité), on constate une chute vertigineuse de la mortalité infantile de 1940 à 1960 : alors que la moyenne mexicaine passe de 126 ‰ en 1940 à 74 ‰o en 1960 (chiffres non corrigés), le taux du Veracruz baisse de 89 à 50, celui du Oaxaca de 132 à 69, celui du Chiapas de 93 à 62, celui du Yucatan de 121 à 70 (chiffres non corrigés). Cela signifie que l'on sauvait en 1960, sur 10 naissances, de 3 à 4 enfants dans la première année. Si l'on considère les taux corrigés par E. CORDERO pour la période 1950-1965, on constate que jusqu'en 1960 la chute est aussi brutale, (mais la mortalité à une période donnée est supérieure à la mortalité officielle : en 1960 le taux de mortalité infantile officielle du Veracruz est de 50 ‰ alors que le taux calculé est de 82 ‰) ; mais à partir de 1960 une sorte de palier est atteint, le taux se stabilisant dans le Oaxaca et remontant même le Chiapas (s'agit-il là d'une conséquence d'un surpeuplement et d'une crise alimentaire dans les Etats les plus indigènes ?).

14L'examen des taux corrigés permet de distinguer des Etats de très faible mortalité infantile par rapport à la moyenne nationale : Campeche, Quintana Roo, Tabasco ; deux Etats voisins de la moyenne, Veracruz et Yucatan ; deux Etats nettement moins favorisés ; Chiapas et Oaxaca. Cela semblerait conforme à la division entre Etats pionniers et Etats où régions pionnières et régions décadentes s'équilibrent, les tendances opposées donnant une moyenne semblable à la moyenne nationale qui n'est qu'un moyen terme entre Etats développés, avancés et Etats en crise économique et démographique.

15De toute façon le fait à retenir est la présence d'un gros surplus local de population dans les Etats du Golfe et du Sud-Est, qui n'apparaissent plus comme ces zones de souspeuplement chronique, de main-d'oeuvre déficitaire, qu'ils étaient encore sous le Porfiriat.

3. POPULATION ACTIVE ET ABSORPTION DE MAIN-D'OEUVRE AGRICOLE

  • 13 Pour se faire une idée des conséquences de l'accroissement démographique : pression sur la terre, l (...)

16La colonisation agricole des Terres Chaudes, la Marche à la Mer, outre ses objectifs purement économiques (développement de l'agriculture de plantation par exemple), était conçue comme une solution du problème majeur des Etats Centraux : la pression d'une population agricole trop nombreuse, sur la terre. Or de 1940 à 1970 la population agricole mexicaine (primaire : les recensements ne distinguent pas les agriculteurs des pêcheurs, forestiers...) s'est accrue de 4 069 000 travailleurs13. Les Etats du Golfe et du Sud-Est ont-ils absorbé proportionnellement plus de travailleurs agricoles que le reste du pays, ont-ils véritablement fonctionné comme une soupape de sécurité ?

17De 1940 à 1960, Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo gagnent 324 800 travailleurs dans l'agriculture, soit 14 % seulement de l'accroissement du nombre de ces travailleurs pour l'ensemble du Mexique. En revanche les Etats de Chiapas, d'Oaxaca, qui associent terres tempérées et terres chaudes, gagnent 364 000 travailleurs agricoles, soit une masse équivalente et même légèrement supérieure à la précédente. Le total des 7 Etats absorbe finalement 26 % de l'accroissement des travailleurs agricoles n. mexicains de 1940 à 1950, 33 % de 1950 à 1960, et 34 % (évaluation) de 1960 à 1970 : soit un total de 1 285 000 de 1940 à 1970.

18Nous pouvons tirer deux conclusions provisoires de ces premiers calculs :

    1. Les cinq Etats des Terres Chaudes, quand l'accroissement de leur population totale représente 11 % de l'accroissement mexicain de 1940 à 1960, absorbent 14 % de la masse nouvelle de travailleurs agricoles. La différence encore faible entre ces deux pourcentages ne peut permettre de parler a-priori d'une descente massive d'agriculteurs des hautes terres vers les Tierras Calientes.

    2. D'ailleurs le décalage observé peut être dû, non pas à un quelconque mouvement de colonisation, mais simplement à un retard dans le développement, les populations secondaires et primaires croissant plus vite dans le reste du pays.

TABLEAU no 5. CROISSANCE DE LA POPULATION ACTIVE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1940 A 1970.

TABLEAU no 5. CROISSANCE DE LA POPULATION ACTIVE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1940 A 1970.

NOTE : Les données de 1970 correspondent à des estimations provisoires du Département de Statistiques (Mexico), à partir des premiers résultats du recensement de population ; l'évolution 60/70 n'est pas confirmée.

(°°)= chiffres non disponibles
(°) Les chiffres de population de 1970 sont des évaluations du Départamento de Estadistcas.

TABLEAU no 6. ABSORPTION DE TRAVAILLEURS AGRICOLES DANS LES ETATS DU GOLFE OAXACA ET CHIAPAS.

période 40/50

période 50/60

période 60/70

total

MEXIQUE

992 908

1 321 130

1 755 261

4 069 299

VERACRUZ

100 932

137 861

233 161

471 954

TABASCO

17 686

20 819

30 315

68 820

CAMPECHE

4 995

8 749

12 341

26 085

YUCATAN

11 070

16 026

22 696

49 792

QUINTANA ROO

755

5 870

10 893

17 518

OAXACA

68 256

151 196

184 973

404 395

CHIAPAS

52 708

92 198

(°°)

(100 000 minima ?)

% 7 ETATS/MEXIQUE

25,8 %

32,8 %

34,0 %

31,6 %

19Que se passe-t-il ainsi dans le Veracruz, premier Etat des Terres Chaudes par la population et par l'accroissement de main-d'oeuvre ? (+472 000 de 1940 à 1970). Nous nous bornerons à examiner la période 50-60.

20a) Tout d'abord il faut se demander si l'évolution de la population active totale du Veracruz peut être comparée à l'évolution nationale. La croissance de la population active est en effet la résultante de facteurs démographiques et socio-économiques. Parmi les premiers entrent en jeu la croissance naturelle de la population et les migrations ; parmi les seconds on peut relever l'urbanisation et la croissance de l'industrie et des services qui donnent une plus grande participation à la main-d'oeuvre féminine et gonflent donc localement les effectifs de la population active totale ; en revanche d'autres résultats du progrès économique et social, comme la scolarisation plus poussée, le vieillissement de la population, peuvent contrebalancer en partie l'effet des facteurs précédents en augmentant le nombre des inactifs.

21La résultante de toutes ces forces parait identique dans le Veracruz et le Mexique entier :

Pop. Active Totale 1950

Pop. Active Totale 1960

Variation 50/60

MEXIQUE

8 345 240

11 332 016

+ 35,8 %

VERACRUZ

651 872

887 472

+ 36,1 %

22b) Alors que la croissance de la population active totale du Veracruz est légèrement supérieure à la moyenne nationale, la croissance de sa population totale lui est inférieure (+ 33,7 % contre 35,4 %). Ceci est un trait significatif d'une situation d'immigration de travailleurs. Vers quelles activités se dirigent-ils ?

23c) Les croissances sectorielles sont très différentes dans le cas du Veracruz et dans le Mexique tout entier.

Primaire

Secondaire

Tertiaire

MEXIQUE

+ 27,4 %

+ 62,8 %

+ 38,0 %

VERACRUZ

+ 31,7 %

+ 49 %

+ 42,3 %

VARIATIONS POPULATION ACTIVE 1950-60

24Le Veracruz présente deux caractéristiques principales, par rapport à la moyenne nationale :

  1. Son accroissement de population active primaire nettement plus fort, lié à une situation caractéristique d'immigration, dénote l'existence probable de mouvements de colonisation.

  2. Son développement beaucoup plus lent du secteur secondaire (toujours par rapport à la croissance nationale) témoigne d'une évolution lourde de menace : sans industrialisation le Veracruz ne peut prétendre accéder à la catégorie des Etats développés (il faudrait ici replacer le Veracruz parmi ces Etats, mais ce n'est pas là notre propos).

25Mais la croissance de la population active primaire du Veracruz est inférieure à celle de la population active totale ; s'il y a phénomène pionnier, s'il y a immigration, cela ne veut pas dire que cela corresponde entièrement à un phénomène pionnier agricole. Mais cela seul un examen détaillé des migrations, des changements qu'elles entraînent dans la structure de la population active, peut nous le révéler.

Notes

11 Mais le cas du Campeche n'est pas très clair, vu les irrégularités des recensements antérieurs : cf. V° Partie. L'évolution des trames administratives.

12 cf. Eduardo CORDERO. "La subestimación de la mortalidad infantil en México." Demografia y Economia vol. II. no 1. 1968.

13 Pour se faire une idée des conséquences de l'accroissement démographique : pression sur la terre, laminage des effets de la Réforme Agraire, accroissement des masses de "jornaleros", on peut lire notre article : "Mexique : la Réforme Agraire à un tournant." Notes et Etudes Documentaires. Problèmes d'Amérique Latine. 15, 30 janvier 1970. p. 41-60.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 2. CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1930 A 1970.
Légende Sources : recensements de population de 1930, 1940, 1950, 1960, 1970.(1) population non corrigée (un peu plus de 36 millions avec correction)(2) population non corrigée (on s'attend à 50 millions avec correction)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre TABLEAU No 3. EVOLUTION COMPAREE DE LA NATALITE, DE LA MORTALITE ET DE L'ACCROISSEMENT NATUREL POUR QUELQUES ETATS DU GOLFE ET DE L’ALTIPLANO. 1950 - 1967.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre TABLEAU no 5. CROISSANCE DE LA POPULATION ACTIVE DES ETATS DU GOLFE, DE OAXACA ET DE CHIAPAS, DE 1940 A 1970.
Légende NOTE : Les données de 1970 correspondent à des estimations provisoires du Département de Statistiques (Mexico), à partir des premiers résultats du recensement de population ; l'évolution 60/70 n'est pas confirmée.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende (°°)= chiffres non disponibles(°) Les chiffres de population de 1970 sont des évaluations du Départamento de Estadistcas.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search