Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Introduction

Texte intégral

A. ESSAI DE DEFINITION ET IMPORTANCE DU THEME ETUDIE

1Qu’entendons-nous ici par Colonisation, et que représente ce thème dans l’étude du Mexique moderne, a-t-il une importance actuelle ou un simple intérêt historique ? Ces deux interrogations sont étroitement liées, car de l’ampleur de notre définition dépend l’inclusion ou l’exclusion de phénomènes majeurs comme les aménagements de bassins hydrographiques par exemple. Le problème de définition ne se pose donc pas uniquement comme une obligation académique.

1. COLONISATION ET MARCHE PIONNIERE1

  • 1 Les deux études fondamentales sur la définition de la colonisation, des phénomènes pionniers, sont  (...)

2La colonisation dont nous entendons traiter est tout d’abord une colonisation d’agriculteurs, d’éleveurs, de forestiers ; les noyaux pionniers du pétrole, de la pêche, très urbanisés sont laissés en dehors de notre recherche, puisqu’ils représentent des solutions totalement étrangères, comme l’urbanisation en général, à l’absorption par le secteur agricole d’une excédent de main d’oeuvre, né dans ce même secteur.

3La colonisation agricole se confond-elle automatiquement avec la colonisation pionnière ?

4P. MONBEIG, en définissant la région pionnière comme "un de ces secteurs (de la planète encore peu habités) en cours dincorporation à loekoumène" (op.cité p. 974), en insistant sur la notion de "front" ou mieux de "frange pionnière", propose une vision de la colonisation dont sont exclues les "aménagements localisés", les "accommodements secondaires de sociétés très anciennes à leurs besoins actuels".

5De même J.P. RAISON considère que c’est jouer sur les termes que de "considérer comme colonisation agricole la reconquête dun sol par des méthodes radicalement nouvelles, inspirées des derniers progrès de la technique, même si cette reconquête est effectuée sur une terre fort anciennement occupée, et si lon emploie à sa réalisation les propres populations qui peuplaient la région" (op. cité page 23).

6Mais on peut se demander si le défrichement d’un secteur de forêt, et le déplacement d’un migrant tzeltal ou maya sur quelques dizaines de kilomètres suffisent à en faire des pionniers ; on peut se demander d’autre part si au contraire l’aménagement d’un delta déjà peuplé comme la Chontalpa, avec une grande irrigation, une transformation totale du paysage agraire, des types d’exploitations, n’est pas plus susceptible de créer chez les bénéficiaires la mentalité "pionnière" d’entrepreneurs.

7Il nous semble qu’il faut distinguer deux types de colonisations, séparés par tout un éventail de degrés intermédiaires :

  • la colonisation qui est simple conquête de terres nouvelles par des populations mal intégrées à l’économie moderne, et d’autre part la colonisation pionnière, où l’ouverture d’un nouvel espace se fait dans le cadre d’exploitations orientées vers la commercialisation de la production, avec tout ce que cela suppose comme besoins d’infrastructures routières, ferroviaires, comme besoins de services urbains. L’élargissement de l’oekoumène peut être celui de l’oekoumène des communautés indiennes traditionnelles, ou celui de l’oekoumène parallèle de la société technicienne moderne.

8D’autre part ce que l’on pourrait considérer actuellement comme des régions moyennement peuplées des terres chaudes (Chontalpa, Yucatan agricole et forestier...) n’entrant pas dans la catégorie de "terres neuves" (où la densité est très faible, les terres sont libres, le milieu naturel peu transformé), doivent être pourant incluses dans notre étude, si Ton se place dans une perspective historique. Les terres moyennement peuplées du Golfe du Mexique correspondent à un stade local de maturité de la colonisation, commencée au XIXème siècle. La phase ultime de colonisation, c’est pour nous, précisément la phase des grands aménagements hydrauliques, de la révolution agricole et agraire, qui donnent un nouveau souffle aux mouvements d’immigration, et permettent l’absorption de la totalité de l’accroissement naturel de population.

9Il y a actuellement dans les terres chaudes du Golfe et du Yucatan des terres neuves, de plus en plus rares, et des régions parvenues à différents stades du mouvement de colonisation. Les régions que nous considérons comme n’entrant pas dans notre cadre d’étude, ce sont les régions de forte densité de population qui ont conquis la totalité de leurs terroirs, qui sont à la source de mouvements d’émigrations. Dans leur cas l’intensification des techniques agricoles, les grands aménagements visent à ralentir l’émigration ; à élever le niveau de vie, mais n’étendent pas les superficies utilisées.

10Nous ne confondons donc pas colonisation et réforme agraire intégrale ; pour nous le Yucatan du henequen n’est plus une zone de colonisation, pas plus que le centre de la Huastèque ou les sierras du Oaxaca ; en revanche tous les grands deltas, même partiellement peuplés, sont des zones de colonisation, grâce à l’aménagement hydraulique. Les terres de colonisation dont nous parlerons, ce sont la première catégorie de pays neufs (ou déjà évolués) dont parle C. BATAILLON :

11"Lexpression de pays neufs peut avoir deux significations, qui toutes deux sappliquent au Mexique : pays où lon conquiert de nouveaux espaces, mais aussi pays où lon incorpore au marché du travail ou à celui de la consommation nationale de nouvelles masses d’hommes". (Régions Géographiques au Mexique. 1967. p. 193), avec les nuances que nous avons précisées.

  • 2 cf. Angel Bassols Batalla. "La division economica regional de Mexico" Textes universitaires. UNAM 1 (...)

12La véritable colonisation pour nous, c’est celle qui "peuple et développe"2 qui permet à des espaces marginaux d’accueillir des populations mais aussi de les intégrer à la vie économique nationale ; c’est celle qui permet à des zones agricoles moyennement peuplées de retenir au moins la totalité de leur accroissement démographique dans le secteur agricole, sans entraîner surpeuplement ou émiettement des parcelles, ce qui suppose à la fois une intensification des techniques et la conquête d’un minimum de marges en friche.

13Les autres types de peuplement, sans développement, de développement sans peuplement ne sont que des formes marginales du phénomène pionnier.

2. LA COLONISATION : PHENOMENE CAPITAL DANS LE DEVELOPPEMENT DU MEXIQUE MODERNE

14La colonisation agricole, amorcée dans le dernier tiers du XIX ème siècle, a joué un rôle essentiel dans le développement économique et social du Mexique moderne. Dans une première phase elle a créé les bases de grandes entreprises de type capitaliste, dans le secteur agricole ; puis elle a permis pour une bonne part de supporter le choc de la Réforme Agraire ; elle a enfin agrandi le "Mexique Utile", provoqué une redistribution des grandes zones de cultures, et servi d’exutoire partiel à l’accroissement démographique.

a) La colonisation, créatrice d’entreprises agricoles modernes

15A l’époque Porfirienne un nouveau type d’exploitation agricole est apparu : l’entreprise capitaliste disposant de capitaux, de terres abondantes, et appliquant des techniques modernes. Ces entreprises, dirigées pour la plupart par des sociétés de capital étranger (américain, mais aussi français, allemand, anglais...) se sont spécialisées dans des productions hautement rémunératrices destinées aux exportations. Ces nouvelles exploitations se sont installées en dehors du domaine agricole traditionnel : dans les zones arides du Nord et du Nord-Ouest d’une part, dans les "terres vierges" du Tropique Humide d’autre part ; dans les deux cas progrès agricole et progrès capitaliste s’inscrivent dans le cadre d’une entreprise de colonisation, par irrigation, ou par défrichement.

16De grandes plantations sucrières (Sinaloa, Tamaulipas, Veracruz), cotonnières (Coahuila, Nord-Ouest, mais aussi "Bajos" du Veracruz), des plantations de tabac, de café, ont jeté les bases d’un nouveau type d’hacienda ou de finca, utilisant des canaux, des pompes, des machines européennes, des Decauvilles (le réseau Yucatèque si dense est une création du mouvement pionnier du henequen), employant des ingénieurs et des travailleurs salariés, en liaison avec les marchés étrangers ou avec Mexico. Ce sont ces entreprises de colonisation qui ont servi de base à la diffusion ultérieure du progrès agricole au Mexique.

b) La colonisation a permis de supporter le choc de la Réforme Agraire

17Les troubles révolutionnaires avaient stoppé la croissance économique amorcée sous le Porfiriat ; l’application brutale d’une Réforme Agraire substituant le minifundio ou la petite exploitation d’autosubsistance à lhacienda en voie de modernisation eût entraîné une crise agricole rendant difficile la reprise de l’ensemble de l’économie. Le danger était de voir les nouveaux éjidatarios substituer leurs milpas aux cultures commerciales sources de devises, faute de moyens techniques et surtout financiers. De toute façon l’alimentation en céréales des villes n’en eût pas été garantie pour autant : la production nationale de maïs, céréale par excellence des minifundistes et ejidatarios, n’a retrouvé son niveau de l’époque porfirienne, durablement, que vers 1946-1948, et avait atteint ses valeurs minimales au moment où la Réforme Agraire de Cal les et surtout de Cardenas répartissait le plus de terres. (cf. graphique ci-après). Mais trois éléments jouèrent pour amortir le choc de la Réforme Agraire décrétée légalement en 1915 puis 1917 :

  • la répartition des terres s’est faite d’abord lentement ; 2 058 992 hectares seulement furent distribuées de 1915 à 1925, 8 559 249 de 1925 à 1935 ; le mouvement décisif n’est donné que sous Cardenas, qui distribue 20 072 957 hectares de 1935 à 1940 ;

  • la répartition des terres est demeurée sélective : Calles entendait protéger les exploitations de type moderne, favoriser l’exploitation moyenne, et non créer des minifundios ; et même Cardenas a reconnu la nécessité de ne pas bouleverser tout l’édifice des productions commerciales et spéculatives : son Code Agraire étend jusqu’à trois cents hectares les limites de la "petite propriété" inaffectable lorsqu’il s’agit de plantations de café, coton, de vergers... Une telle mesure a d’ailleurs favorisé la colonisation agricole, les propriétaires privés ayant intérêt à exploiter des plantations inaffectables plutôt que de perdre des terres en friches ;

  • enfin une politique de grande colonisation a été pratiquée par Calles et ses successeurs. Les présidents "Sonorenses" comme Obregon et surtout Calles, se sont montrés sensibles aux grandes possibilités d’irrigation qu’offrait leur région natale du Nord-Ouest. La colonisation des terres arides du Nord, grâce à l’irrigation, devait permettre de créer une nouvelle classe sociale agraire, d’exploitants moyens, privés ou éjidatarios, de fournir le blé nécessaire à l’alimentation des villes, et le coton qui, exporté, fournirait des devises pour le développement du pays.

  • 3 Edmundo FLORES : "La significacion de los cambios del uso de la tierra en el desarrollo económico d (...)

18A notre avis cette politique de colonisation dans le Nord constitue bien cette "innovation stratégique"3 qui, jointe à la construction de 87 000 kilomètres de routes et voies ferrées permet au Mexique d’étendre sa gamme de productions agricoles commerciales, de créer un secteur agricole moderne, pendant que la Réforme Agraire satisfaisait politiquement et socialement la grande masse des peones et comuneros. De 1925 à 1947 1,9 millions d’hectares irrigables sont conquis sur les terres de temporal et surtout sur les steppes du Nord, et 7 000 millions de pesos sont ainsi investis par l’Etat. On constate une affinité certaine entre les courbes des productions agricoles et celle des superficies irrigables : l’effet d’entrainement est évident. (cf. graphique).

19Sans une telle politique de colonisation le relèvement puis le "take off" mexicain était-il possible, cela nous semble très douteux ; en revanche on peut se demander s’il n’eût pas été possible, souhaitable même d’un point de vue "agrariste" de réaliser cette colonisation des terres arides dans un cadre entièrement éjidal et coopératif. De toute façon cette colonisation a complété de manière logique le mouvement de répartition des terres : les crédits publics, insuffisant pour une modernisation de l’ensemble des nouveaux ejidos et des terres de temporal ont été réservés à un secteur irrigué étroit mais rentable.

c) La colonisation a agrandi le "Mexique Utile"

  • 4 H. ENJALBERT : "Le milieu naturel et le Mexique utile". Tiers Monde, Tome IV- no 15 - Juillet-septe (...)
  • 5 R. VERNON : "Le dilemme du Mexique" Economie et Civilisation XI, 1966. p. 90.

20Comme le note H. ENJALBERT, c’est seulement un "pays utile de 180 000 Km2 - léquivalent du territoire d’une nation européenne de deuxième rang par la surface - qui a fait vivre le Mexique historique"4. A part les forts noyaux indigènes du nord du Yucatan, du Haut Chiapas, du Centre Oaxaca, la zone fondamentale du peuplement (zone fondamentale des céréales également) distinguée à la fin du XIX ème siècle par Molina Enriquez, se limitait à l’Altiplano et aux bassins du Mexique Central, de Guadalajara à Orizaba, de San Luis Potosi à Morelia. Mais après 1880 la colonisation agricole a multiplié les terroirs en dehors de la zone fondamentale, dans l’altiplano septentrional, et surtout dans les terres basses des versants Pacifique et Atlantique. Outre les effets spatiaux de la colonisation, avec l’occupation et la mise en valeur de zones jusque là peu peuplées et peu utilisées, il y a ses effets multiplicateurs sur les secteurs industriels et commerciaux. La croissance de la production céréalière en terres irriguées a permis d’alimenter les villes, alors qu’"une production alimentaire insuffisante aurait à la longue anémié la croissance industrielle"5 ; une industrie de défibrage du henequen, de rafinage du sucre dans les ingenios, de "despepitadoras" de coton, de. ’’beneficios de café, s’est développée parallèlement à la conquête de terres neuves ; de nouvelles capitales agricoles sont nées, au centre des oasis du Nord-Ouest (Ciudad Obregon, Los Mochis, Mexicali) ou des plantations du Sud-Est (Tapachula, Tuxtla Gutierrez, Villahermosa).

d) La colonisation, exutoire pour l’accroissement démographique

21La fonction la plus revendiquée pour la colonisation est pourtant celle qu’elle a peut-être le moins remplie : servir de soupape de sécurité à la pression démographique. Il est vrai que des courants migratoires nés dans les zones les plus peuplées ont accompagné et permis l’oeuvre de colonisation : migrations saisonnières entre les Altos de Chiapas et les plantations de café du Soconusco, entre la Mixtèque et les plantations de canne du Papaloapan, entre les Etats du Centre Ouest et les champs de coton de la côte Pacifique ; migrations définitives également des Sierras vers les bajos du Veracruz, des Etats centraux vers ceux du Nord-Ouest.

FIGURE N°1. CROISSANCE DE LA PRODUCTION AGRICOLE ET DES SUPERFICIES IRRIGABLES AMENAGEES PAR L’ETAT : 1920 - 1954

FIGURE N°1. CROISSANCE DE LA PRODUCTION AGRICOLE ET DES SUPERFICIES IRRIGABLES AMENAGEES PAR L’ETAT : 1920 - 1954

22Mais que représentent ces mouvements migratoires vers les zones de colonisation, par rapport à d’autres mouvements de grande ampleur comme l’exode vers les villes (surtout la Capitale, Monterrey, Guadalajara), ou l’émigration des braceros vers Tes Etats-Unis ? Et depuis que l’explosion démographique touche indistinctement vieux Etats et Etats pionniers, depuis 1950 semble-t-il, la colonisation en cours n’est-elle pas plutôt le fait de populations autochtones plutôt que de populations migrant à plus longue distance ? Voici deux questions essentielles quant au rôle réel et au rôle souhaitable de la colonisation du point de vue démographique.

23La colonisation par irrigation ou par défrichement de la forêt tropicale est apparue à une époque où la main d’oeuvre manquait dans les zones nouvellement mises en valeur ; la situation est-elle toujours la même dans une époque de mécanisation agricole ? Le déplacement de nouveaux migrants est-il souhaitable du point de vue des régions d’accueil ?

  • 6 Paul Yves DENIS : "Régions sous-développées et régions déprimées en Amérique Latine : Intervention (...)

24Certains, comme Paul Yves DENIS6 jugent que l’occupation rapide des versants de moyenne altitude et des tierras calientes est primordiale : "le relâchement de la pression démographique très élevée quon enregistre sur laltiplano en dépend largement. Ainsi pourra-t-on éviter à la longue que la métropole serve de refuge à ceux que les terres surpeuplées doivent rejetter, transférant ainsi au niveau urbain le poids dun problème de sous-développement qui jusque là avait davantage affecté le milieu rural". Mais la colonisation actuelle du Tropique Mexicain ne présente-t-elle pas de nombreux exemples de transfert de problèmes de sous-développement de l’altiplano vers les terres chaudes, et le migrant vers la grande ville n’a-t-il pas finalement plus de chances d’améliorer sa condition sociale et économique que dans une expérience de colonisation hasardeuse, un cas comme celui des éjidatarios du Rio Candelaria exige que l’on se pose au moins cette question. (cf. chapitre B. III° Partie).

25L’optique des migrations, de la redistribution du peuplement par la colonisation agricole est cependant essentielle pour notre étude, et nous lui avons consacré une très large part.

3. LES DEUX GRANDS AXES DE LA COLONISATION

26La colonisation agricole, les véritables mouvements pionniers qu’a connus le Mexique depuis les années 1870-1880, présentent deux grands types de mise en valeur, de peuplement, de réussite économique, qui correspondent à l’articulation Tropique semi-aride et Tropique Humide.

a) L’irrigation dans les Nords semi-arides

27La colonisation des terres arides présente les caractères suivants :

  • elle est le résultat d’une politique d’ensemble, décidée par le gouvernement fédéral, et réalisée par la Secretaria de Recursos Hidraulicos (au départ par la Commission Nationale d’irrigation) ; elle démarre effectivement pendant la présidence de Calles ;

  • du point de vue technique il s’agit d’une grande irrigation, précédée de la construction de barrages importants ; (la seule exception notable est celle de la Costa de Hermosillo, où l’irrigation s’est faite par pompage, et a été menée par l’initiative de particuliers) ; la construction des ouvrages, leur contrôle entraînent une surveillance continue des districts d’irrigation par le ministère spécialisé ;

  • la colonisation par irrigation est toujours accompagnée de grands travaux d’infrastructure, de construction de routes, d’un quadrillage du périmètre concerné, de l’établissement d’un cadastre précis : le paysage est très humanisé, souvent géométrique ;

  • elle implante dans le désert (Valle de Mexicali) ou au coeur de zones de grand élevage extensif (Sonora, Tamaulipas), des oasis agricoles séparées en général par des centaines de kilomètres inhabités (entre Mexicali et Hermosillo, entre Ciudad Obregon et Hermosillo...).

  • ces oasis sont pourtant très bien reliées entre elles, car le milieu aride offre peu de résistance à la construction et à la conservation d’un réseau de communications ; ces liaisons ont d’ailleurs été facilitées par la construction des grands axes reliant le centre du Mexique aux Etats-Unis.

  • les zones d’irrigation pratiquent une agriculture moderne, mécanisée, utilisant insecticides, engrais, et surtout crédits, et produisant d’une part des cultures spéculatives pour l’exportation (coton, fruits et légumes), d’autre part des céréales (maïs, blé, riz) pour le marché interne ; dans les deux cas il s’agit de productions totalement commercialisées.

  • le peuplement des zones d’irrigation du Nord et du Nord-Ouest s’est fait par des agriculteurs (autochtones ou immigrants) très différents du point de vue mentalité, intégration à la vie moderne, des agriculteurs indigènes ou métis du Centre et du Sud du pays ;

  • enfin le peuplement issu de la colonisation est un peuplement en grosses agglomérations, au coeur des districts d’irrigation ; autour d’une capitale locale, dépassant toujours 50 000 habitants aujourd’hui, atteignant même les 250.000 habitants dans le cas de Méxicali on trouve une auréole de gros éjidos et pueblos, qui par leur taille possèdent tous les services éducatifs et sociaux.

28La colonisation en zone aride a donc une orientation commerciale, urbaine nettement marquée, et reproduit le même paysage de prospérité le long du piedmont de la Sierra Madre Occidental, dans les deltas du Colorado et du Rio Bravo.

b) La "Marche à la Mer" et la conquête des terres chaudes

29Si la colonisation des Nords arides correspond dans la majorité des cas à une marche à la mer, à une occupation du littoral Pacifique subtropical, l’expression de "Marcha al Mar", lancée par le président Avila Camacho, vise plus étroitement une descente de la population de l’Altiplano et des Sierras vers les terres chaudes.

30A notre avis il faut distinguer la question de cette "descente" de population des hautes terres vers les terres chaudes de la question de la colonisation de ces dernières. L’une de nos hypothèses de travail, que nous essayons de vérifier dans une partie démographique, est que la redistribution des populations à l’intérieur même de ces terres chaudes est, depuis au moins trente ans, un trait plus marquant de la colonisation.

31Il nous semble imprudent d’appliquer à la réalité mexicaine une vision élaborée dans des pays andins par exemple, où l’échange entre secteurs d’altitude différente est le processus majeur de la colonisation du haut bassin amazonien (dans la Ceja de Montana péruvienne ou équatorienne par exemple). L’originalité des terres du Golfe du Mexique est d’avoir connu plusieurs vagues de colonisation depuis un siècle, et d’avoir conservé des noyaux d’un peuplement indigène beaucoup plus denses avant la Conquête.

32L’importance des populations indigènes insérées de gré ou de force dans le mouvement de conquête de nouvelles terres différencie déjà terres chaudes du Pacifique et de l’Atlantique des zones pionnières métisses et "espagnoles" du Nord. Autre discordance entre les deux types de colonisation : la difficulté de pénétrer les espaces prétendument "ouverts" est beaucoup plus grande dans le premier secteur.

33Tandis que les oasis du Nord-Ouest voient l’avènement d’une économie et d’une société moderne, avec bien des traits nord-américains, la colonisation des terres chaudes du sud mêle beaucoup plus étroitement entreprises pilotes et communautés attardées, activité spéculative et fuite devant l’intégration à une société métisse ; les échecs sont plus fréquents que dans le nord, les réussites moins spectaculaires.

34Le rôle des villes, leur croissance enfin révèlent des sociétés et un niveau de développement économique très différents. Les "grandes" villes pionnières du sud ont toutes moins de 100 000 habitants, trois fois moins que dans le Nord, en 1970. La conquête des terres chaudes est difficile à saisir, ses résultats difficiles à mesurer ; les fronts de colonisation n’y sont pas nets, l’utilisation du sol changeante.

35Enfin, tandis que le milieu naturel des oasis du nord est homogène, celui des terres chaudes est fait de nuances, c’est une marquetterie de formes, de sols, de végétations.

B. DEFINITION DU CADRE GEOGRAPHIQUE DE L’ETUDE

  • 7 P. GOUROU : "Les Pays Tropicaux" 1966. Chap. I.

36Ce qui compte pour la colonisation agricole, ce qui influe sur sa forme, sur la rapidité de sa diffusion, c’est d’utiliser les traits signalant la moindre résistance du milieu naturel ; l’emprise humaine sur le haut-plateau mexicain a profité d’abord d’espaces découverts, de surfaces planes, et si les sols sont minces, la saison sèche très marquée, la moindre technique d’irrigation transforme la steppe en huerta, un Bajio désolé en grenier du Mexique. Le milieu naturel du Tropique Humide mexicain a mieux résisté à l’occupation humaine ; il ne l’a pas complètement découragée, comme le montre la réussite de grandes civilisations (Olmèque ou Maya), mais il l’a rendue superficielle et beaucoup plus clairsemée que dans les terres tempérées. Forêts et marécages sont encore aujourd’hui des obstacles majeurs, même pour la civilisation technicienne : "les pays chauds et pluvieux ont été jusquà présent, moins aisés à maîtriser que les régions tempérées".7.

1. LE TROPIQUE HUMIDE MEXICAIN

37Le Tropique Humide Mexicain est avant tout une réalité climatique et biogéographique.

    • 8 P. BIROT : "Formations végétales du Globe" SEDES. 1965. p. 375.

    Son domaine peut être défini, en première approximation, par l’isotherme annuel de 18°. Mais ce n’est pas tant la moyenne annuelle que les températures les plus basses qui importent. La plus grande part de la végétation "tropicale" (par opposition à une végétation "tempérée") est inapte à supporter non seulement le gel, mais des températures inférieures à 10°, ce qui correspond à une température mensuelle de 15-16°8. Nous avons donc retenu l’isotherme de 10° des minimas moyens du mois de janvier pour délimiter notre domaine d’étude : cet isotherme décrit une ligne Ciudad Victoria, Tamazunchale, Jalapa, Huautla, Ixtlan de Juarez, Tlacolula, et isole le secteur des Altos de chiapas (cf. carte hors-texte : Le Milieu Naturel. II).

  1. l’humidité disponible, qui règle le bilan de l’accroissement des végétaux, fournit un second critère. La limite entre Tropique Humide et Tropique semi-aride se situe là où la forêt cède la place à la brousse à épineux, à la savane à acacias, ce qui correspond au Mexique, en raison des hautes températures des basses terres, à l’isohyète annuel de 800 mm (à celui de 1000 mm dans les pays calcaires à forte infiltration). Nous avons retenu la limite légèrement restrictive correspondant aux pays calcaires, en raison de la présence de la péninsule yucatèque. Sur notre carte (Milieu naturel. II) l’isohyète annuelle de 1000 mm rejette en dehors de notre zone : le Tamaulipas, au Nord, une étroite bande côtière du Yucatan septentrional, le revers occidental de la Sierra Madre Orientale et le haut-plateau central, le haut-bassin du Grijalva, ou Vallée Intérieure de Chiapas.

  • 9 Le Tropique Humide du versant Pacifique, étroite bande côtière coupée de zones semi-arides, s'étend (...)

38Notre Tropique Humide9 est donc entièrement situé au sud du Tropique du Cancer (qui passe au nord de Tampico), et englobe : la presque totalité de l’Etat de Veracruz, les portions du Tamaulipas, San Luis Potosi, Hidalgo formant la Huastèque, la partie orientale du Oaxaca et des portions du Puebla, le Tabasco, Campeche et Quintana Roo en entier, le liseré nord du Chiapas, le Yucatan à l’exception de sa côte nord.

  • 10 L. HUGUET, F. CHEVALIER : "Miscellanea P. Rivet" "Peuplement et Mise en valeur du Tropique Mexicain (...)

39Ce Tropique Humide est plus ample que celui défini par Louis Huguet10 qui ne retient que les "tierras calientes" de moins de 800 mètres d’altitude. Pour notre part, nous ajoutons à l’étage des terres chaudes proprement dites (moins de 800 m), un étage de terre "chaudes-tempérées", de 800 à 1600 m, où des cultures comme la canne à sucre, le bananier, le café trouvent d’excellentes conditions de développement, de maturation du moins dans la région du Golfe.

40Le Tropique Humide Mexicain du Golfe, c’est un Tropique forestier où peuvent croître sans irrigation les divers types de plantations tropicales.

2. LE VERSANT DU GOLFE ET DES CARAÏBES

41a) Avec une côte développée sur près de 2 500 km, le versant du Golfe et des Caraïbes, étiré en latitude du 22°30' (extrémité du Veracruz) au 18° (Chetumal) et au 16° (Lacandonie), offre une grande variété de climats et de végétations sous l’appellation générique de "Tropique Humide".

42Le versant du Golfe, la péninsule yucatèque appartiennent à un domaine forestier (à l’exception des zones mal drainées) ; c’est là un fait fondamental pour la formation des sols et pour le style de mise en valeur agricole adopté par les populations de l’ère pré-technicienne. Ce domaine forestier se différencie en toute une gamme de forêts associées à autant de climats. La forêt sempervirente est la plus exigeante ; il lui faut une amplitude thermique annuelle inférieure à 5-6 degrés, une saison sèche inférieure à quatre mois (où la précipitation mensuelle est inférieure à 100 mm) et moins de deux mois consécutifs avec moins de 50 mm de pluies (en dessous de ce volume les feuilles commencent à tomber). Plusieurs mois avec une précipitation supérieure à 200 mm permettent de reconstituer les réserves du sol. La forme la plus achevée de la forêt smpervirente, c’est la forêt ombrophile des régions sans saison sèche bien marquée, c’est la selva, (cf. "Le Milieu Naturel III. "carte hors texte). Une station représentative de ce type de climat à fortes pluies d’été mais aussi d’hiver, et de cette selva, c’est Tenosique, (cf. tableau ci-après), qui reçoit 2216 mm de pluies, a une température annuelle de 27,1°, et n’a qu’un mois sec, avril (44 mm),que trois mois déficitaires (moins de 100 mm) : février, mars, avril. La zone de la forêt ombrophile, c’est le Tabasco, le nord de l’Isthme et la Lacandonie (avec les coupures de savanes liées aux conditions locales de drainage), mais également les piémonts du Oaxaca et du Papaloapan.

  • 11 H. ENJALBERT a décrit tous ces milieux dans "Le milieu naturel et le Mexique 'Utile'". Tiers Monde. (...)

43Une forme plus accessible à l’occupation humaine que cette grande forêt de style amazonien, équatorial, c’est la forêt sempervirente de zone à saison sèche marquée, ou "forêt tropicale claire"11 : des stations de Chetumal, Escarcega, ou Tuxpan. La saison sèche dure de 3 à 4 mois, les précipitations annuelles varient de 1200 à 1800 mm ; ce sont les zones du Quintana Roo, du Campeche central et méridional, des côtes du Tabasco et de l’ensemble du Veracruz (à part quelques zones du "Sotavento" ou de la Huastèque littorale).

TABLEAU No 1

TABLEAU No 1

(°) Μ = moyenne annuelle.
VC = Veracruz. C = Campeche. T= Tabasco. Q.R = Quintana Roo. V = Yucatan 1 : période 47/57. 2 : période 41/57. 3 : période 21/41 4 : période variable 21/56

  • les forêts sub-décidues et décidues. Lorsque la saison sèche se prolonge, la forêt s’adapte à ces conditions plus rigoureuses par la chute de son feuillage, fin février début mars ; on trouve ce type de forêt quand la saison sèche atteint 5 mois ou plus, quand les précipitations annuelles sont inférieures à 1200 mm. Ceci correspond au nord-ouest de la péninsule Yucatèque, au coeur de l’isthme de Tehuantepec, à une bande Ozuluama-Valles dans le nord du Veracruz et le Tamaulipas. Des stations caractéristiques sont celles de Tizimin ou Tekax : 1139 mm de pluies, concentrées de mai à octobre. Le paysage de la Sierrita Maya (cf. carte hors texte. Le Milieu Naturel. I) au début mai est celui d’une forêt dépouillée, grise aux reflets mauves, qui reverdit soudain aux premières pluies.

  • les mosaïques de forêts et de savanes correspondent à des zones où les précipitations sont localement moins abondantes (moins de 1200 mm) pour des raisons orographiques : le Sotavento du Veracruz est en position d’abri par rapport aux Nortes apportant des pluies d’hiver, ou bien en raison d’un drainage défectueux asphyxiant les racines desiarbres : les savanes arborées du Quintana Roo correspondent à de vastes poljés, celles du Tabasco à des terrasses pleistocènes parsemées de lagunes, les esteros. Ces savanes ont d’ailleurs été étendues par l’action des défricheurs (surtout les éleveurs) et mordent sur la forêt sempervirente dans le Papaloapan, sur la forêt décidue dans le bassin du Panuco.

44Quand les précipitations tombent au dessous de 880-1000 mm, on entre dans les secteurs de la brousse à épineux du Yucatan septentrional, ou du Tamaulipas, on sort du Tropique Humide.

  • 12 M. REDFIELD, VILLA R. "Chan Kom" Carnegie Inst. no 448. 1934 et P. GOUROU, OD. cité, (note 7)

45b) Le domaine forestier de ce Golfe chaud et humide est le domaine de l’agriculture itinérante sur brûlis pratiquée par les civilisations indigènes précortésiennes, et maintenue vivace jusqu’à nos jours, même au coeur de zones d’agriculture spéculative (les plantations d’ananas ont été d’abord faites selon cette technique agricole ; au coeur de la Chontalpa, au voisinage de la ville pionnière de Villahermosa, on passe directement aujourd’hui de la coa au tracteur lourd et aux charrues à socs multiples). Cette "agriculture caractéristique des pays tropicaux" (P. GOUROU) on la retrouve depuis le Yucatan, avec l’exemple fameux des défrichements de Chan Kom12, jusque chez les Mazatèques du Papaloapan et les nahuatls de la Sierra Norte de Puebla. Nous en donnons ici une brève description sur laquelle nous ne reviendrons pas au cours de notre étude.

  • 13 Ricardo POZAS : "Etnografia de los Mazatecos", Revista Mexicana de Estudios Antropologicos. tomo 16 (...)

46Chez les Mazatèques13 du Oaxaca, dans la zone recouverte partiellement par le lac de barrage "Presa Aleman" depuis 1955, le défrichement d’une parcelle nouvelle est commencé en mars, en saison relativement sèche : la forêt et son sous-bois sont abattus au machete ; c’est la roza ; en avril a lieu la quema, le feu est mis aux branches et aux souches ; en mai c’est la siembra, l’indigène fait un trou avec son espegue (le plantoir, la macana dans le Tabasco), y sème cinq ou six graines de maïs, rebouche le trou avec son pied ; en juin et juillet c’est la limpia, le désherbage fait au crochet, au gancho de bois ; et en octobre, c’est la récolte du maïs del año, une deuxième récolte pouvant être obtenue sur les terres des fonds de vallée plus humides, en janvier et février (milpa de tornamil). Les termes peuvent varier (la préparation c’est l’escarda, la roza, le plantoir c’est l’espegue, la macana, la coa (ou tlaixtli), mais partout la technique est la même qui exige de grandes surfaces, car tous les deux ans il faut laisser la parcelle se reposer et défricher une nouvelle parcelle. La forêt reprend alors lentement possession des terres défrichées, et le cycle peut se poursuivre tant que les populations ne croissent pas à un rythme tel que les jachères doivent être abrégées, ce qui provoque épuisement et érosion du sol et recul à la fois de la forêt et de l’emprise, du bon contrôle agricoles.

47c) L’opposition entre versant Atlantique et versant Pacifique tient d’une part à l’élimination des noyaux indigènes pratiquant cette agriculture de la "roza, tumba y quema" sur la côte Pacifique et d’autre part à la plus grande ampleur des espaces du tropique humide sur le versant Atlantique : ce domaine tropical s’allonge sur plus de deux mille kilomètres, et a une largeur de 60 à 300 km (dans le Yucatan), tandis que le domaine du versant Pacifique se réduit à une mince bande littorale de 30-40 km, à l’exception de la zone plus ample du Tehuantepec (70 km environ).

48Mais la différence de plus de poids est peut-être le cloisonnement du Tropique pacifique, morcelé en petits éléments de plaines, et qu’aucun système de communication ne relie encore aujourd’hui ; c’est aussi une uniformité physique plus grande de plaines avec climat de longue saison sèche, au pied d’une barrière abrupte : la Sierra Madre del Sur. Le Tropique du Golfe plus ample, entièrement unifié par les communications modernes, est beaucoup plus divers par ses formes de relief, ses végétations ; cette diversité offre des chances d’exploitation, de colonisation multiples, en autorisant des terroirs complexes, étagés (de bas versant, de collines, de plaine), des cultures aux exigeances différentes (café et cacao par exemple). Cette variété est d’ailleurs à la source d’une diversité de régions naturelles où les conditions de pente, d’écoulement, varient, alors que le climat reste sensiblement le même.

3. LES GRANDES ARTICULATIONS DU MILIEU NATUREL : FORMES DU RELIEF ET SOLS. (cf. cartes hors texte. Milieu Naturel I et II)

49L’articulation fondamentale se fait entre la Péninsule Yucatèque et le reste du Golfe.

a. Plaines et collines des pays des fleuves

50Du Panuco à la Laguna de Terminos se répète l’alternance de plaines deltaïques et de collines : plaine du Panuco, collines de la Huastèque et du pays totonaque, plaine de piémont et terrasses du Papaloapan, collines de l’Isthme et petite montagne des Tuxtlas, plaines du Tabasco. Cette alternance correspond à la succession de zones d’accumulation alluviale, et de zones de plissements (premiers contreforts des sierras) ou de volcanisme (région de Misantla, Tuxtlas). L’ensemble de ces formes portent des sols du groupe latéritique, mais la jeunesse du relief, la vigueur des incisions, l’abondance des alluvions récentes ont écarté du Golfe le spectre des cuirasses ferrugineuses. Sol latéritique n’est pas ici synonyme de pauvreté. Certains sols sont toutefois plus favorables, les sols limoneux des vegas le long des fleuves, ou les sols noirs forestiers, et surtout les sols des coulées volcaniques anciennes (Misantla, Tuxtlas et aussi zone du volcan Tacana dans le Soconusco Pacifique). Il n’y a toutefois pas de grandes zones homogènes d’un même type de sol, quidant le pionnier par sa fertilité (comme le chernozem sibérien) ou l’écartant de vastes zones (les cuirasses d’Afrique Occidentale).

b. La plateforme (ou table) calcaire du Yucatan

51Les deux tiers du Campeche, la totalité du Quintana Roo et du Yucatan appartienent au domaine karstique. Une émersion plus ancienne, un climat plus pluvieux et chaud ont favorisé une évolution avancée des formes karstiques dans la moitié sud de la péninsule, où l’on repère de vastes dolines, et surtout des petites collines, qui culminent à 275 m grâce à un coup de pouce de la tectonique, dans la Sierrita Maya. Les rendzines développées sous la forêt sempervirente et la forêt subdécidue sont fragiles, et disparaissent rapidement lors des défrichements. Pourtant c’est cette moitié sud la plus accessible à l’agriculture itinérante classique, là sont nés les empires mayas (dans le peten mexicain et guatémaltèque).

52Le nord du Yucatan, dans le domaine de la forêt décidue et de la brousse épineuse, zone d’émersion récente, de pluies moins abondantes, n’a que des sols superficiels ; l’évolution karstique s’y fait encore largement de manière souterraine en faisant apparaître çà et là cenotes et aguadas, mais on n’y retrouve pas le très doux moutonnement du sud, où les fonds recueillent les argiles de décalcification qui évoluent alors vers ce que l’on y appelle la "terrarosa".

53Plateforme beaucoup plus uniforme que l’autre moitié du Golfe, la péninsule yucatèaue, par son relief calcaire, qui fait éclater les terroirs, émiette les parcelles, rend difficile la colonisation par une agriculture moderne ; rares sont les plantes donnant lieu à spéculation qui peuvent s’y installer, c’est là le privilège du henequen, pour le bonheur, mais un temps seulement, de cette région.

c. Le versant de la Sierra Madre Oriental et de la Sierra Norte de Oaxaca, de Chiapas

54c. Le versant de la Sierra Madre Oriental et de la Sierra Norte de Oaxaca, de Chiapas, fournit une troisième articulation des milieux naturels. Ce versant où dominent les calcaires, mais coupés de zone de volcanisme (Cofre de Perote, zone de Misantla, Pic d’Orizaba, Cempoaltepetl) a des sols particulièrement intéressants pour l’agriculture. L’importance de ce versant où monte la forêt tropicale à liquidambar, c’est d’avoir servi de refuge aux populations indigènes, et de constituer un étage, entre 800 et 1600 m, un étage favorable, par ses sols forestiers, son bon drainage, son climat relativement tempéré, à la culture du caféier. Cette portion de versant a été colonisée horizontalement, en suivant une bande de la montagne alors que les autres colonisations du Golfe sont des descentes vers les terres chaudes, donc des passages d’un milieu à un autre, avec ce que cela suppose comme acclimatation de la part du colon.

55On pourrait signaler enfin un autre type d’articulation des grandes régions du golfe, qui tient non pas au milieu naturel, mais à une position géographique par rapport aux plateaux centraux, sièges des populations les plus denses, et centres de colonisation espagnole. Le Centre du Golfe, de la Huastèque aux Tuxtlas, est situé à proximité du coeur économique, démographique et politique du Mexique, d’où des facilités de mise en valeur, de communication, de commercialisation plus grandes ; en revanche l’Isthme, et surtout le "Sureste" (Tabasco, Chiapas, et ensemble du Yucatan) font déjà partie d’une Amérique "Antillaise" ou "Centrale" en raison de leur éloignement, de leur mise en valeur ou plus tardive, ou plus autonome (comme dans le cas du Yucatan).

C. METHODOLOGIE ET PLAN DE L’ETUDE

DIFFICULTE D’UNE ETUDE SYSTEMATIOUE

56Le premier obstacle, pour notre étude, a été l’hétérogénéité des sources. Les statistiques nécessaires se contredisent ou n’ont pas les mêmes définitions ; selon que l’on adopte les définitions des éjidatarios, par exemple du recensement de population ou des recensements agricoles leur nombre varie, et de même les conclusions que l’on peut en tirer. Les statistiques sont hétérogènes dans le temps : par la suite de changements dans les divisions administratives de base, (du partido au municipe par exemple) de la Réforme Agraire d’une part, en raison des changements de définition d’autre part (dans la population active) il est difficile de retracer des évolutions véridiques. Beaucoup de statistiques manquent, ou n’ont pas été publiées, ou ne sont pas connues de nous : c’est précisément le cas de la création de colonies, de nouveaux centres de peuplement, par Etats et par municipes ; souvent il faut nous contenter de résultats globaux de la colonisation, ou bien de données précises, mais ne portant que sur quelques années (les créations de Nouveaux Centres de Peuplement Ejidal pendant les années 1964-1966). La conclusion : de ces insuffisances sont issues les lacunes nombreuxes sur la colonisation officielle que l’on observera ; que dire alors des lacunes concernant les colonisations plus diffuses et spontanées, jamais mesurées ! Pour les connaître, il eut fallu mener de nombreuses enquêtes ; nous n’avons pu le faire et avons donc dû nous contenter d’utiliser des études de tout genre : ethnographiques, historiques, économiques, dont certaines par chance avaient pour sujet direct la colonisation d’une zone plus ou moins vaste.

57Notre étude n’est donc pas systématique, n’a pas la même ampleur selon les régions de colonisation.

58Le deuxième type d’obstacle rencontré a été celui du plan à adopter : vallait-il mieux adopter une étude par thèmes ou par régions ? L’étude par thèmes risquait de faire perdre toute idée des originalités des situations régionales ; l’étude régionale risquait au contraire de faire se perdre les traits majeurs de la colonisation dans les détails, ou de valoriser des situations exceptionnelles. Nous avons finalement retenu peut-être la plus mauvaise solution, celle d’un compromis, amenant un certain nombre de redites :

  • nous avons voulu délimiter les zones de colonisation par une méthode unique, démographique, en insistant sur les migrations internes, en les mesurant par des indices ;

  • nous avons ensuite analysé les facteurs favorables ou adverses pour la colonisation, en insistant sur des cycles de colonisation particuliers (Yucatan, Chiapas) ;

  • puis, et c’est là la partie la plus longue de notre travail, nous avons passé en revue toutes les grandes régions de colonisation en essayant de montrer quels sont les processus pionniers, passés ou en cours, dans leur cadre régional ;

  • tirant les leçons des exemples régionaux, nous avons tenté de donner une typologie des formes de la colonisation,

  • et nous nous sommes demandés enfin quel était le poids de la colonisation du Tropique Humide dans l’organisation de l’espace mexicain, et dans la solution de quelques grands problèmes nationaux comme ceux de l’alimentation de la population, et de la répartition des terres.

Notes

1 Les deux études fondamentales sur la définition de la colonisation, des phénomènes pionniers, sont :
Pierre MONBEIG : "Les franges pionnières", Géographie Générale. Encyclopédie de la Pléiade. 1966 p. 974-1006
et
Jean Pierre RAISON : "La colonisation des terres neuves intertropicales". Etudes Rurales. 31 juillet-septembre l968. p. 5-112.

2 cf. Angel Bassols Batalla. "La division economica regional de Mexico" Textes universitaires. UNAM 1967. p. 232.

3 Edmundo FLORES : "La significacion de los cambios del uso de la tierra en el desarrollo económico de Mexico". El Trimestre Económico. vol. XXVII (1) janvier-mars 1960. no 105 pp.1-14.

4 H. ENJALBERT : "Le milieu naturel et le Mexique utile". Tiers Monde, Tome IV- no 15 - Juillet-septembre 1963 pp. 335-359.

5 R. VERNON : "Le dilemme du Mexique" Economie et Civilisation XI, 1966. p. 90.

6 Paul Yves DENIS : "Régions sous-développées et régions déprimées en Amérique Latine : Intervention et Aménagement". Revista Geoarafica. Décembre 1966 no 65.

7 P. GOUROU : "Les Pays Tropicaux" 1966. Chap. I.

8 P. BIROT : "Formations végétales du Globe" SEDES. 1965. p. 375.

9 Le Tropique Humide du versant Pacifique, étroite bande côtière coupée de zones semi-arides, s'étend du Soconusco à la frontière guatémaltèque, jusqu'au sud du Sinaloa, au niveau de Mazatlan.

10 L. HUGUET, F. CHEVALIER : "Miscellanea P. Rivet" "Peuplement et Mise en valeur du Tropique Mexicain". 1956.

11 H. ENJALBERT a décrit tous ces milieux dans "Le milieu naturel et le Mexique 'Utile'". Tiers Monde. tome IV-no 15, juillet-septembre 1963 p. 335-359.

12 M. REDFIELD, VILLA R. "Chan Kom" Carnegie Inst. no 448. 1934 et P. GOUROU, OD. cité, (note 7)

13 Ricardo POZAS : "Etnografia de los Mazatecos", Revista Mexicana de Estudios Antropologicos. tomo 16. 1960 p. 211-226

Table des illustrations

Titre FIGURE N°1. CROISSANCE DE LA PRODUCTION AGRICOLE ET DES SUPERFICIES IRRIGABLES AMENAGEES PAR L’ETAT : 1920 - 1954
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU No 1
Légende (°) Μ = moyenne annuelle.VC = Veracruz. C = Campeche. T= Tabasco. Q.R = Quintana Roo. V = Yucatan 1 : période 47/57. 2 : période 41/57. 3 : période 21/41 4 : période variable 21/56
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 491k

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search