Version classiqueVersion mobile

Mexique : Aménagement et colonisation du tropique humide

 | 
Jean Revel-Mouroz

Avant-propos

Texte intégral

1Au cours de deux années de coopération technique auprès du Centro de Investigaciones Agrarias de México, j'avais pu me familiariser avec les problèmes agraires mexicains, les ingénieurs Sergio Reves Osorio et Juan Ballesteros Porta m'apportant leur aide amicale.

2Les conséquences de l'explosion démographique mexicaine sur l'évolution des structures agraires et agricoles m'avaient véritablement passionné. Comment le Mexique pouvait-il satisfaire les demandes de terres et d'emplois d'une population agricole et de travailleurs sans terre plus nombreux qu'à l'époque porfirienne, malgré près de soixante ans d'application de la Réforme Agraire ?

  • 1 Menant par ailleurs une recherche sur la "Frontière" d'irrigation et d'urbanisation du Nord du Mexi (...)

3La solution "miracle" de la colonisation, déversant le trop plein humain de campagnes asphyxiées dans les espaces ouverts du Tropique, m'a parue justifier une étude devant répondre à quelques questions fondamentales :1

  • la colonisation agricole, dans une période récente (depuis 1930 environ), a-t-elle réellement mobilisé l'excédent de population rurale des zones de peuplement ancien, pour le lancer vers les terres neuves ?

  • quelles formes a prises cette colonisation ?

  • reste-t-il actuellement encore des terres colonisables, quelle masse de population peuvent-elles absorber ?

  • enfin quel sont le coût, la rentabilité de la colonisation, ainsi que son impact sur l'organisation régionale ?

4J'ai essayé de répondre à ces question, mais les réponses manquent souvent d'assises suffisantes. En effet d'une part je n'ai guère dépassé le stade des calculs simples et des statistiques descriptives ; une étude systématique des corrélations et une analyse factorielle sont pourtant possibles dans le cas des migrations, mais le savoir-faire m'a manqué. D'autre part, les questions plus qualitatives des paysages ou de l'analyse sociale ont été finalement réléguées au second plan ; si je connaissais bien les paysages pour avoir parcouru l'ensemble du Golfe, de la péninsule Yucatèque, du Peten guatémaltèque, je n'avais pu cependant mener les enquêtes agraires nécessaires, sur le terrain. Cela m'a finalement amené à utiliser une littérature abondante, qui les remplace... mal.

5Il me semble cependant difficile pour un individu de mener des enquêtes détaillées dans un espace étiré sur plus de 1 500 Km ; s'il s'en tient au contraire à l'étude plus ou moins monographique d'une petite zone, comment peut-il arriver à évaluer les effectifs de migrants engagés dans la colonisation, et à localiser les zones d'accueil ?

6Cette étude, quoiqu'imparfaite, essaye cependant d'éclairer ces derniers points.

7M. Pierre MONBEIG, en m'accueillant dans le Laboratoire Associé 111 du C.N.R.S., en me fournissant ainsi les moyens matériels de ma recherche, en a rendu possible la réalisation et la publication ; je l'en remercie ici.

  • 2 Thèse pour le Doctorat de Troisième Cycle de Géographie, soutenue devant l'Université de Paris VII, (...)

8M. Olivier DOLLFUS a bien voulu diriger ce travail2, où l'on trouvera l'écho de ses orientations de lecture, et des idées échangées lors des réunions de la R.C.P. 147 "Villes et Régions en Amérique Latine", qu'il dirigeait.

9M. Claude BATAILLON, dont l'ouvrage "Les Régions Géographiques au Mexique" m'a servi de guide, a corrigé et commenté mon texte initial, et m'a conseillé pour son édition.

10Je suis également redevable envers M. Jean-Pierre BERTHE, qui m'a ouvert sa bibliothèque mexicaniste, me permettant ainsi d'utiliser des ouvrages anciens ou des monographies inaccessibles par ailleurs, et envers M. Philippe COLLOMB qui m'a fait connaître certaines méthodes d’évaluation des migrations, et qui m'a communiqué le résultat de ses propres travaux.

11Enfin M. SAFON et Mademoiselle LACROIX m'ont aidé à préparer cette édition.

Notes

1 Menant par ailleurs une recherche sur la "Frontière" d'irrigation et d'urbanisation du Nord du Mexique, je trouvais dans l'étude de la colonisation des terres chaudes, la source de multiples comparaisons l'amorce de nouveaux développement.

2 Thèse pour le Doctorat de Troisième Cycle de Géographie, soutenue devant l'Université de Paris VII, le 18 Juin 1971.

© Éditions de l’IHEAL, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search