Version classiqueVersion mobile

Changement et continuité chez les Mayas du Mexique

 | 
Henri Favre

Première partie. Le cadre historique et l’environnement social

Chapitre premier. Le premier système colonial

Texte intégral

  • 1 Díaz del Castillo, Bernai, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Mexico, 1960, p. (...)

1À la fin de l’année 1523, l’arrière-garde des Conquérants, abandonnée lors du partage de l’empire de Moctezuma dans la ville atlantique de Coatzacoalcos, décida de s’emparer de ces terres des confins que Cortes lui avait promises. En février de Tannée suivante, ces « anciens combattants » de la Nouvelle Espagne quittaient la côte du Golfe et s’enfonçaient en pays zoque, vers le Chiapas central, région alors inconnue. L’expédition qu’ils avaient montée à leurs frais, était dirigée par Luis Marin. Elle comprenait vingt-sept cavaliers, quinze arbalétriers, huit mousquetaires, soixante fantassins armés d’une épée, et un artilleur très couard depuis qu’il avait été blessé en Italie, auxquels s’ajoutaient quatre-vingts supplétifs mexicains. Suivait une bombarde tirée par cinq chevaux inaptes au combat1.

  • 2 Remesal ne mentionne pas la tentative de Luis Marin dont la meilleure relation demeure celle de Be (...)

2Jouant sur le morcellement de la région en groupes jalousement indépendants et farouchement antagonistes, Luis Marin parvint à se concilier les Zoques pour battre les Chiapas, puis à s’allier aux Chiapas pour soumettre les Zinacantèques, enfin à s’appuyer sur les Zinacantèques pour assiéger Chamula et prendre Huixtan. Mais à l’heure de la victoire et de la répartition du butin, des conflits surgirent parmi les Espagnols qui décidèrent d’un commun accord de porter leurs différends devant les instances de Mexico. L’expédition reflua donc, en désordre, vers les bases d’où elle était partie2. Les Tzotzil-Tzeltal devaient bénéficier d’un sursis de trois années.

  • 3 Sur l’expédition de Diego de Mazariegos, voir Remesal, Antonio de, Historia general de las Indias (...)

3Une seconde expédition, celle-ci placée sous le patronage de Cortes et organisée avec l’aide des autorités de Mexico, fut lancée sur les hauts-plateaux en 1527. Son chef, Diego de Mazariegos, à la tête de troupes plus nombreuses et mieux disciplinées que celles que dirigeait son infortuné prédécesseur, parvint non sans mal, à prendre de revers les Chiapas et à les acculer au sommet d’une gorge dans laquelle ils choisirent de se précipiter plutôt que de se rendre. Le moyen Grijalva ainsi pacifié, la voie des hauts-plateaux était ouverte. Sans offrir une grande résistance, les chefferies tzotzil-tzeltal tombèrent les unes après les autres sous la domination espagnole. L’année suivante, Ciudad Real — l’actuelle San Cristobal — était fondée au cœur même de la région, dans l’ample vallée marécageuse connue des Indiens sous le nom de Jovel. La conquête était achevée. Commençait la colonisation3.

L’établissement et la consolidation du système : 1527-1712

  • 4 Wolf, Eric R., The sons of the shaking earth, Chicago, 1959, chap. 8.

4L’établissement du système colonial sur les hauts-plateaux fut lent et finalement tardif. Certes, on peut expliquer cette lenteur par les incertitudes politiques et administratives des conquérants, encore que le pouvoir espagnol et ses représentants à Mexico se fussent déjà ressaisis lorsqu’on 1527, le Chiapas vint s’ajouter au domaine de la Couronne. Faudrait-il donc voir en elle, comme le voudrait Wolf4 le résultat de ces conflits d’utopies qui divisèrent et paralysèrent les conquérants convertis en colons, dans l’ensemble de l’Amérique centrale ? Peut-être, mais à la condition de dégager derrière ces utopies, et profondément enracinés en elles, les intérêts divergents qui les sous-tendaient.

  • 5 Remesal, Antonio de, op. cit., pp. 410-11.

5Utopie des conquérants militaires d’abord, qui après avoir connu les dangers de la vie chevaleresque, veulent en goûter maintenant les plaisirs. « Ils se prétendent si hidalgos, si caballeros, si nobles », écrit Remesal en parlant des Espagnols du Chiapas, « qu’ils ne désirent vivre autrement que de rente »5. Et leur prétention et leur désir sont d’autant plus impérieux de ce côté-ci de l’océan, que leur situation dans la péninsule avait été plus modeste, et plus obscure leur naissance.

6Or, comment vivre ainsi qu’un chevalier médiéval — ou que l’image de ce chevalier — si ce n’est en mobilisant et en faisant produire l’unique richesse de cet âge déjà révolu en Europe : l’homme. Domestiquer l’énergie des Tzotzil-Tzeltal, la canaliser à son profit, tels sont les besoins du conquérant démobilisé, pour être fidèle à son personnage dans une région sans infrastructure économique, où les instruments de production devaient être créés de toute pièce, et la technologie bien souvent réinventée.

  • 6 On n’a pas la prétention de prendre position sur « l’affaire Las Casas » que Ramon Menendez Pidal, (...)

7Utopie des conquérants spirituels aussi, de ces Frères prêcheurs qui vinrent au Chiapas depuis le couvent de San Esteban, à l’appel de Bartolomé de las Casas, en quête d’une pureté évangélique perdue. Échappés d’une Chrétienté qui s’effondre sous les schismes et les hérésies provoquées par sa propre corruption, ils veulent retrouver parmi les Tzotzil-Tzeltal ce christianisme authentique et fraternel dont l’échec en Europe est patent à leurs yeux. Pour cela, il leur faut isoler les nouveaux enfants de Dieu, les protéger des exemples corrupteurs des chrétiens d’Espagne afin de maintenir leur candeur naturelle et leur foi primitive. Entre la Vieille Espagne et la Nouvelle Jérusalem chiapanèque, seuls quelques hommes choisis, les Dominicains, seraient autorisés à jeter une frêle passerelle6.

8Politique de contrôle direct contre politique de contrôle indirect ? Certainement pas. Politique d’assimilation contre politique de ségrégation ? Ces termes traduisent mal la signification du conflit. Le colonisateur militaire rendu à la vie civile, est amené à maintenir, serait-ce artificiellement, la culture du colonisé pour perpétuer et justifier l’exploitation à laquelle il réduit les Tzotzil-Tzeltal. Quant au colonisateur religieux, il défend la culture indigène contre certains aspects de la culture hispanique, mais aussi contre ses tendances profondes, pour mieux la modeler sur l’image idéale qu’il se fait d’elle et qui est, quoiqu’il en pense, une image encore européenne. De par sa nature même, le système colonial ne peut pas choisir entre ces deux politiques qui le nient, et il n’a jamais choisi jusqu’à ce jour.

  • 7 On fait délibérément abstraction ici de l’esclavage des Indiens. Cette institution s’est développé (...)
  • 8 Díaz del Castillo, Bernai, op. cit., p. 395 ; voir aussi sa « Probanza de méritos y servicios... p (...)
  • 9 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 265.
  • 10 Ibid., p. 410.

9Deux institutions résument ce conflit né à l’intérieur du système colonial : l’encomienda et la reducción. Dès avant leur conquête, les hauts-plateaux avaient été répartis en encomiendas7. L’une des causes de l’échec de l’expédition de Marín réside dans le fait qu’après la chute de Chamula, un certain Alonso de Grado exhiba une lettre de Cortes par laquelle celui-ci lui octroyait en encomienda la moitié de la région conquise. Bernai Díaz qui avait obtenu l’encomienda des Chamulas, et Luis Marín celle des Zoques, réagirent de telle façon que les décisions de Cortes furent rapportées et les titres annulés8. Bien après 1527, les conflits d’attribution d’encomiendas continuèrent, plusieurs encomiendas ayant été octroyées à deux ou trois personnes différentes9. C’est ainsi que Diego de Mazariegos se vit contester d’encomienda des Chiapas par Pedro Portocarrero qui était porteur de titres identiques aux siens. Ce fut finalement Portocarrero qui l’emporta après que Mazariegos eut été nommé à Mexico. Bref, il y avait à Ciudad Real, beaucoup plus d’ayants-droit que d’encomiendas à répartir. Chamula échut enfin à Pedro de Solorzano, Pinola au fils de Mazariegos, don Luis, Usolotepeque à Luz Torres, Tenango, Ocosingo et Teguantepeque « situé à l’extrémité de Ciudad Real » à Antonio Sanchez, Ostuta à Pedro Moreno, Zinacantan à Pedro de Estrada, frère utérin de Mazariegos10.

  • 11 Sur la politique de reducción élaborée par Las Casas dans les Caraïbes et ensuite appliquée sur le (...)

10À partir de 1541, date de l’arrivée de Las Casas à Ciudad Real, les Dominicains commencèrent à pénétrer dans les encomiendas pour y concentrer les Tzotzil-Tzeltal en villages11. Les encomenderos virent d’un fort mauvais oeil les religieux s’immiscer ainsi dans leurs circonscriptions et s’intéresser à « leurs » Indiens. Ils envisageaient sans enthousiasme le dénombrement de la population qu’ils devaient administrer, rendu plus aisé aux fonctionnaires royaux dans un ou plusieurs villages que dans une multitude de hameaux dispersés dans la montagne ; la main-d’œuvre indienne et le montant des tributs perçus devenaient plus difficiles à soustraire aux contrôles de l’administration centrale et du fisc ; les obligations et les contraintes imposées à cette main-d’œuvre, qui contrevenaient aux dispositions légales, devenaient elles aussi, plus difficiles à dissimuler. Des preuves accablantes pouvaient être accumulées par les Dominicains contre les encomenderos si ceux-ci leur autorisaient l’accès de leurs encomiendas.

  • 12 Ibid., p. 390.
  • 13 Ibid., p. 508.
  • 14 Ibid., p. 509.
  • 15 Ibid., p. 510.

11En 1545, lorsque deux Dominicains se présentèrent à Zinacantan pour y organiser une reducción, l’encomendero du lieu les fit assiéger dans la demeure où ils avaient trouvé refuge ; les religieux durent être ravitaillés clandestinement12. Néanmoins, l’année suivante, la première « maison commune » était inaugurée chez les Zinacantèques. En 1547, une concentration initiale de Chamulas était réalisée, tandis qu’une cédule royale ordonnait aux encomenderos de faciliter l’action des religieux dans leurs juridictions. C’est à partir de cette date que les Dominicains commencèrent à fusionner les hameaux en villages et à organiser les TzotzilTzeltal en « républiques sociables »13. Quatre ans plus tard, la Couronne faisait un don substantiel à l’Ordre des Frères prêcheurs, afin qu’il poursuive et intensifie son action. Cependant, Bartolomé de Las Casas avait déjà quitté l’évêché du Chiapas pour l’Espagne, et le dynamisme qu’il avait inspiré à ses collaborateurs s’en ressentit. Sans doute, dans les années qui suivirent ce départ, les villages d’Ostutla, d’Ixtapa, de Texpatlan et de Copanaguastla furent-ils créés14. Mais l’application de la politique de reducciόn fut peu à peu abandonnée puisqu’en 1577, un rapport signale que les TzotzilTzeltal fuyaient leurs nouveaux villages pour se réfugier par petits groupes dans les bois15.

  • 16 Ibid., p. 414.

12Reducidos et encomendados, les Tzotzil-Tzeltal étaient liés à leurs conquérants par une série d’obligations et de prestations en nature, en espèce ou en travail. En tête de cette liste figurait le tribut. Il était collecté deux fois par an par l’encomendero qui en versait une partie aux caisses royales. L’assiette devait en être assez mal répartie puisqu’en 1546, l’Audience des Confins envoya à Ciudad Real un de ses membres, le licencié Juan Rogel, pour enquêter sur le système de taxation en vigueur. L’auditeur Rogel parvint à un compromis avec les encomenderos, aux termes duquel les deux plus importantes agglomérations indiennes des hauts-plateaux, Zinacantan et Copanaguastla, payeraient 1 000 castillans d’or au lieu de 1 500, et tous les autres villages 500 castillans16.

13Venaient ensuite les services publics et privés. Ces services exigés des Tzotzil-Teltal depuis 1527, avaient été légalement autorisés par Marroquín et par Montejo lorsque ceux-ci avaient occupé l’alcaldía mayor du Chiapas. En 1542, Montejo, transmettant l’encomienda de Pedro de Estrada décédé à sa veuve Ana Torres remariée à Gonzalo de Ovalle, et à son fils Pedro Luis de Estrada, précise à ce dernier que les Zinacantèques lui sont confiés

  • 17 Cité par Chamberlain, Robert, « The governorship of Adelantado Montejo in Chiapas », CIW, publ. no(...)

« afin qu’ils vous servent dans vos maisons, domaines et » terres, à charge pour vous de les rendre utiles et de les enseigner en Notre Sainte Foi Catholique. »17.

  • 18 Ximenez, Francisco, Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala, Guatemala, 1929 (...)

14L’auditeur Rogel, au cours de sa mission au Chiapas, tenta de revenir sur les licences généreusement accordées par Montejo. Il interdit notamment aux encomenderos d’employer les Tzotzil-Tzeltal dans les mines, les moulins, les propriétés et demeures particulières18. Cette interdiction ne fut jamais respectée. Il semble toutefois que Rogel ait été plus heureux en réglementant les services d’utilité publique afin de limiter les abus auxquels ils donnaient lieu. Mais comme par le passé, les villages indiens continuèrent à devoir maintenir des contingents de tlamemes ou Indiens porteurs qui, sur réquisition des autorités espagnoles, étaient chargés de l’acheminement du courrier et des marchandises, et dont l’entretien courait à la charge des communautés.

  • 19 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 302.

15Enfin, après le départ de Las Casas, s’ajoutèrent aux obligations « civiles » dues par les Tzotzil-Tzeltal, les redevances ecclésiastiques qui allèrent en s’aggravant. Au début de la colonisation, interdiction avait été faite aux religieux de recevoir de l’argent des Indiens, bien qu’il fût d’usage que ceux-ci entretiennent leur curé19. Mais peu à peu, l’obole offerte au prêtre lors de la remise des sacrements, se convertit en droit ou arancel, et l’hommage en espèces ou en nature, en dîmes et en prémices annuelles. C’est là le signe de cette « retraite d’utopie » qu’amorcèrent précocement les Dominicains et l’ensemble du clergé des hauts-plateaux, sous la pression des intérêts séculiers et singulièrement des encomenderos. Ceux-ci d’ailleurs, devaient bientôt s’éveiller également de leurs rêves chevaleresques et s’adapter à une condition nouvelle, celle de propriétaire foncier, d’hacendado ou finquero.

  • 20 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 488 ; et Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 481.
  • 21 D’après la tasación faite la même année, le seul village d’Aguacatenango devait payer annuellement (...)

16En effet, très tôt la Couronne tenta de récupérer les encomiendas que ses représentants locaux avaient distribuées avec autant de libéralité que d’inconséquence. En 1542, les Lois de Barcelone interdirent la concession de nouvelles encomiendas, et elles limitèrent l’usufruit de celles qui existaient, à cinq puis à deux vies. En outre, cette législation renforça le contrôle des fonctionnaires royaux sur les encomenderos, au point que les Audiences purent déchoir ceux d’entre eux dont le comportement envers les Indiens ne correspondait pas aux normes d’humanité édictées. En vertu de ces lois, dix-sept encomenderos furent dépossédés en 1549, et leurs encomiendas passèrent au domaine de la Couronne20. Il semblerait qu’à la fin du xvie siècle la plupart des Tzotzil-Tzeltal fussent déjà placés sous encomienda royale puisque la région des hauts-plateaux était désignée du nom de partido de la Real Corona. Il y avait sans doute quelques exceptions. En 1659, les villages d’Aguacatenango, Socoltenango, Ocosingo et Tenango, étaient encore transmis en encomienda privée, à Isabel Xauregui, fille de l’arrière-petite-fille de Diego de Mazariegos, et femme de Pedro Bermudo21.

17Il ne faudrait pas exagérer la portée de cette législation royale sur la transformation du système colonial au Chiapas, pendant la seconde moitié du xvie siècle. On sait qu’à cette époque, les colons locaux disposaient d’appuis dans la bureaucratie de Mexico et de Guatemala, et que les dispositions prises à Madrid pouvaient être aisément contournées ou simplement ignorées lorsqu’elles lésaient des intérêts trop importants. Le passage de l’encomienda à l’hacienda et les changements sociaux qu’il provoqua, s’expliquent au Chiapas par des facteurs purement locaux qui donnent à ce phénomène général en Amérique, un caractère original et singulier. Les constants remaniements qui avaient affecté la distribution des encomiendas sur les hauts-plateaux, et la précarité des tenures de ces encomiendas qui en résultait, amenèrent les encomenderos à s’assurer en propre certaines extensions foncières qu’ils pourraient transmettre à leurs descendants au cas où 1’encomienda changerait de main. À la requête des colons du Chiapas, la Couronne sanctionna par une cédule, en 1538, l’acquisition légale de terres aux Indiens. En faveur de cette cédule, se développèrent très rapidement au sein des encomiendas, mais nullement liés à elles, des domaines possédés à titre purement individuel et privé par les encomenderos — embryon d’un système seigneurial.

  • 22 Chamberlain, Robert, op. cit., annexe.

18Vers la fin des années 1530, Pedro de Estrada, encomendero de Zinacantan, avait déjà acquis dans sa juridiction plusieurs fanègues de terre qu’il consacrait à la culture de la canne à sucre. Il avait investi dans cette entreprise plus de 2 000 castillans22. Ces acquisitions ne furent pas toutes faites aux termes mêmes de la cédule qui les autorisait, en interdisant cependant la capitalisation foncière aux dépens des Tzotzil-Tzeltal qui ne devaient pas être dépouillés des terres qui leur étaient nécessaires et dont ils étaient traditionnellement détenteurs. Ximenez évoque à ce propos l’épisode suivant :

  • 23 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 352.

« Quelques Indiens se plaignirent que, pour construire un » ingenio, on leur avait pris leurs terres par la force, et que par » la force on les avait contraint d’accepter un prix arbitraire ; » et lorsqu’ils vinrent se plaindre, on les jeta en prison. »23.

  • 24 Chevalier, François, La formation des grands domaines au Mexique, Institut d’Ethnologie, Paris, 19 (...)

19Les zones particulièrement touchées par le développement des domaines furent, bien sûr, les plus fertiles : les terrasses du sud-est, autour de San Bartolomé, bientôt détenues par les encomenderos de Ciudad Real et consacrées à la culture du coton ; les vallées du nord-est surplombant la Lacandonie, occupées par des Espagnols de Comitan, et qui devaient passer ensuite sous le contrôle de l’Ordre des Dominicains qui les vouèrent à la culture de la canne ; les bassins intérieurs des hauts-plateaux, destinés surtout à l’élevage. Lorsqu’à la fin du xvie siècle, les encomiendas disparurent pour la plupart, la nouvelle structure agraire et le nouveau système d’exploitation étaient déjà en place depuis longtemps. François Chevalier a montré que, dans le Mexique central, la constitution de domaines a répondu à l’effondrement des marchés au début du xviie siècle24. Bien qu’il soit encore difficile d’évaluer l’incidence exacte de la crise économique sur ce phénomène au Chiapas, il convient de noter que la formation des grands domaines dans cette région, a largement précédé le commencement du « siècle de la dépression ».

  • 25 Recopilación de las leyes de las Indias, Séville, 1680, livre 13, titre 7, chap. 4.

20Dans ce nouveau système, face à l’hacienda héritière de l’encomienda, se situe la comunidad héritière de la reduction. Les reducciones reprises aux encomenderos par la Couronne furent légalement dotées de terres : terres collectives de labours ou ejidos, distribuées à chaque famille en usufruit ; terres travaillées collectivement pour couvrir les dépenses communautaires ; terres indivises de pâture pour les animaux — l’ensemble devant jouir de bois et d’eau en quantité suffisante25. Les anciennes reducciones reçurent en outre un statut juridique leur permettant d’ester en justice. Dotées d’autorités représentatives élues par la collectivité de leurs membres, elles devinrent des communautés libres. Cependant, cette liberté était relative. Les nouvelles communautés ne payaient plus tribut à l’encomendero mais au fonctionnaire royal. Elles ne servaient plus 1’encomendero mais le propriétaire foncier. Elles avaient changé de maître lorsque celui-ci n’avait pas simplement changé de nom.

21L’exploitation des grands domaines exigeait en effet une importante main-d’œuvre qui ne pouvait être recrutée ailleurs que dans les communautés. Afin de mobiliser les travailleurs nécessaires à cette exploitation, le repartimiento fut institué. Chaque semaine, les autorités communautaires devaient fournir un certain contingent de Tzotzil-Tzeltal aux propriétaires fonciers qui se le répartissaient au prorata de l’extension de leurs domaines. Pendant la semaine que durait leur travail forcé, les Indiens n’étaient payés que d’une manière symbolique. Thomas Gage note que

  • 26 Gage, Thomas, Nouvelle relation contenant les voyages de Thomas Gage dans la Nouvelle Espagne... » (...)

« ... le salaire qu’on lui donne [à l’Indien] est tel qu’à grand peine il peut se nourrir, car il ne reçoit que cinq sols par jour, n’ayant que vingt-cinq sols par semaine en tout. »26.

  • 27 Ibid., p. 84.

22L’auteur conclut sa description du repartimiento par cette formule sans doute un peu trop lapidaire : « Ainsi vendon les Indiens chaque semaine comme esclaves »27.

23Les communautés étaient exploitées non seulement comme source de main-d’œuvre, mais encore comme unités de production et de consommation. Certaines activités économiques leur étaient imposées, telles que l’élevage de la cochenille et la culture de l’indigo. L’achat de certains biens de consommation leur était également rendu obligatoire. Ces achats auxquels les communautés étaient astreintes, portaient bien souvent sur des produits dont la valeur d’usage était minime par rapport à la valeur marchande. Mais la dépendance des communautés tzotzil-tzeltal envers la société coloniale apparaît avec un relief particulier dans le fait que celle-ci détenait le monopole des techniques d’élaboration du produit. Le trapiche, l’ingenio, l’obraje, le moulin, étaient l’apanage exclusif des Espagnols. Interdiction était faite aux Tzotzil-Tzeltal de construire et de posséder de telles industries, si bien que les Indiens devaient passer par les Espagnols pour transformer leurs grains en farine, leur coton en vêtement, leur canne en alcool.

24L’ouvrage de Thomas Gage nous aide à mieux saisir la situation des deux sociétés des hauts-plateaux, et le fonctionnement du système colonial dans cette région, au cours de la première partie du xviie siècle. Ce moine-espion, ce religieux-mercenaire qui sera plus tard le conseiller de Cromwell et l’inspirateur du Western Design, séjourna plusieurs mois à Ciudad Real où il enseigna le latin et même la théologie, avant de passer au Guatemala. Plus intéressé par le mouvement des échanges, l’importance des garnisons et l’épaisseur des remparts, que par les problèmes d’évangélisation, il a laissé un témoignage savoureux qui, malgré ses parti-pris, constitue une abondante mine de renseignements précieux.

  • 28 Ibid., p. 354.
  • 29 Ibid., pp. 358-9.

25Ce qui frappe d’abord ce truculent Dominicain, c’est la pauvreté générale du Chiapas par comparaison aux contrées qu’il vient de traverser depuis Mexico. « La province de Chiapa est l’une des plus pauvres d’Amérique »28 ; sa capitale — Ciudad Real — « est une ville des moindres de tout le continent, car il n’y a environ que quatre cents chefs de famille espagnols et environ cent maisons d’indiens... Parce que les Jésuites ne s’y sont point établis, qui demeurent ordinairement dans les villes qui sont riches et opulentes, l’on peut tirer comme conséquence que celle-ci ne l’est pas »29.

  • 30 Ibid., p. 359.
  • 31 Ibid., p. 359.

26Les instruments monétaires sont rares, même dans les agglomérations urbaines. « Alors qu’à Mexico et Oaxaca l’on y compte par patagons ou pièces de huit réaux, l’on ne compte au Chiapas que par tostons qui ne valent que la moitié d’un patagon »30. Cette rareté des espèces rend partiellement compte du faible développement économique et commercial que Gage observe en remarquant que « les marchands sont resserrés et les gentilshommes ménagés et épargnants ; les plus riches d’entre eux vont au Tabasco, ou ils y envoient pour acheter des marchandises d’Espagne... mais ils ne risquent pas beaucoup en ces choses-là parce qu’il y a peu d’Espagnols dans le pays et la plupart se contentent seulement de ce qui leur est nécessaire pour la vie »31.

  • 32 Ibid., p. 360.
  • 33 Ibid., pp. 369-70.

27La société coloniale, Gage la juge ridicule en mesurant ses prétentions à ses capacités. « Les gentilshommes du Chiapas servent généralement de proverbe et de matière à raillerie quand on veut représenter des fanfarons qui font les grands seigneurs ou les capables quoiqu’ils ne soient que des gueux ou des ignorants. Car ils se disent ordinairement être descendus de quelque maison de ducs en Espagne ou des premiers conquérants quoique dans leurs noms et dans leur entretien ils paraissent rustiques et grossiers comme des paysans, et n’aient ni sens, ni entendement pour la plupart »32. Quant aux femmes, « elles sont adonnées à leurs plaisirs, et le démon leur a appris diverses manières d’attraits et d’hameçons pour attirer les âmes au péché et à la damnation »33.

  • 34 Ibid., p. 420.
  • 35 Ibid., vol. 2, pp. 142-3.

28Mais ce que l’auteur dégage avec la plus grande netteté, c’est l’association intime du clergé, de l’administration et des propriétaires fonciers qui — malgré leurs dissensions sur lesquelles Gage s’étend avec complaisance — constituent, face à la société tzotzil-tzeltal, les trois piliers du système colonial. Sur son chemin du Guatemala, Gage est amené à visiter une communauté, et il est surpris par le respect dont les Indiens l’entourent. Le curé du lieu lui explique que toutes les personnes portant soutane sont considérées comme saintes, et il ajoute qu’« il faut recevoir tous les honneurs que les Indiens nous rendent, parce que tant que nous pourrons passer pour saints à leurs yeux, nous serons toujours en état de les gouverner et de disposer de leurs personnes et de leurs biens »34. Ailleurs, un autre prêtre avoue qu’il a abaissé dans sa paroisse l’âge canonnique du mariage. « Afin que le tribut aille toujours croissant, il faut que tous ceux qui ont atteint l’âge de quinze ans se marient... Quelques fois, les Indiens sont obligés de se marier dès l’âge de douze ou treize ans, s’ils sont bien proportionnés et vigoureux »35. Ainsi, le fonctionnaire gagne des tributaires et le curé des contribuables, car tribut royal et contributions ecclésiastiques sont perçus sur les chefs de famille.

  • 36 Ibid., p. 84.
  • 37 Ibid., p. 49.

29Le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel s’étayent mutuellement. Les colons bénéficient du travail des Indiens qui sont répartis par les fonctionnaires, lesquels sont intéressés à la répartition. « Les juges chargés de la répartition distribuent à chaque propriétaire les Indiens qu’il doit avoir. Ce partage fait, ils reçoivent du propriétaire un droit d’un demi-réal pour chaque Indien, ce qui leur vaut beaucoup par an, car il y a de ces juges qui ont trois cents à quatre cents Indiens à distribuer chaque semaine »36. À côté du curé et du fonctionnaire, le propriétaire foncier est en fait la figure centrale de cette trinité coloniale. Gage en connut un qui « tua sur le chemin du Golfe deux Indiens, et il se tira aussi facilement de cette affaire par le moyen de son argent que s’il n’avait tué qu’un chien... Il n’était point marié et n’avait nul dessein de l’être, parce que ses esclaves lui servaient de femmes, et pas une seule de ses voisines n’osaient le refuser, de sorte qu’il remplit la vallée de bâtards de toutes couleurs »37. Ces propos résument les exorbitantes prérogatives dont jouissaient les colons sur les Tzotzil-Tzeltal.

30C’est en cette brève phrase que Gage concentra son impression sur le système colonial tel qu’il le vit fonctionner au Chiapas :

  • 38 Ibid., pp. 140-1.

« Généralement, tous les Espagnols qui, étant pour la plupart oisifs, paresseux et qui n’aiment point à travailler, s’enrichissent du travail des Indiens, leur font faire tous leurs ouvrages... les tondent comme des brebis et les chargent encore par quantité d’offices inutiles, afin d’avoir toujours quelque prétexte à rapiner sur eux et de prendre le peu qu’ils ont acquis avec beaucoup de peine et de labeur. »38.

L’effondrement du système : 1712-1821

  • 39 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 3, p. 271.

31En 1711, la Vierge apparaît dans la communauté de Santa Marta ; elle se manifeste aussi à Chenalho, à Yajalon, à Cancuc, dans plusieurs autres villages. Et l’année suivante, lorsque l’évêque Alvarez de Toledo entreprend sa visite pastorale, la Vierge par l’intermédiaire de ses oracles, ordonne le soulèvement général des Tzotzil-Tzeltal contre le régime colonial, et « pour la restauration de Tordre ancien »39. Le système colonial éprouvait sa première grande crise.

32Réduite non sans difficulté avec l’aide de troupes amenées du Tabasco et du Guatemala, l’insurrection Tzotzil-Tzeltal porta un coup très dur à la société coloniale. De nombreuses propriétés avaient été détruites. Plusieurs agglomérations espagnoles avaient dû être évacuées. Enfin, l’autorité coloniale avait été démantelée un peu partout. Dans la plupart des communautés, curés, fonctionnaires et propriétaires fonciers avaient été expulsés sinon mis à mort. Ils ne purent jamais restaurer totalement leurs droits et privilèges antérieurs.

33Si la répression fut cruelle, la Couronne parvint toutefois à limiter les effets de la vindicte des colons locaux. Prenant acte de l’avertissement qui venait de lui être lancé, elle ordonna une série de mesures qui battaient en brèche certaines prérogatives anciennes des Espagnols et des créoles. Ces mesures — telles que la révision des tributs, le contrôle des taxations ecclésiastiques, la suppression des achats obligatoires, l’abandon du repartimiento, l’accroissement des pouvoirs des autorités locales indiennes — se multiplièrent sous les Bourbons éclairés et finirent par s’imposer dans l’ensemble du Chiapas. Elles aboutirent, lors de la transformation des alcaldías mayores en intendances, en 1790, à conférer aux communautés une réelle autonomie. Sans remettre en cause le système colonial, ces dispositions royales provoquèrent un remaniement profond des rapports entre la société coloniale et la société colonisée.

34La situation créée dans les groupes tzotzil-tzeltal par le système colonial aux xvie et xviie siècles, avait été désastreuse. A la veille de l’insurrection de 1712, les collectivités indiennes des hauts-plateaux se trouvaient au bord de l’effondrement économique et démographique. Le phénomène de dépopulation commença à se manifester dès la seconde moitié du xvie siècle. En 1605, le village de San Bartolomé de los Platanos fusionne avec celui d’Amaytepec à la demande des Indiens eux-mêmes, les deux agglomérations ne justifiant pas d’une population suffisante. En 1640, le village de Teculuta est abandonné ; en 1665, Citala l’est à son tour, bientôt suivi par Secualpa en 1680, et par Chalchitan en 1698. À la fin du xviie siècle, Ostutla n’est plus habité que par quelques familles, tandis que les derniers habitants de Santa Lucía se replient sur Soyatitan. Pinola, Comalapa et Huixtatlan sont en complète décadence à la même époque.

35Les maladies importées d’Europe affectèrent fortement les populations tzotzil-tzeltal plus réceptives ou moins résistantes à leurs agents. Elles expliquent en partie ce phénomène de dépopulation, ainsi que le soulignent l’auteur de l’Isagoje :

  • 40 Isagoje histórica apologética..., Guatemala, 1935, p. 290. Remesal écrit également qu’en 1565, « s (...)

« Vers les années 545 et 576 et les suivantes jusqu’en 600... il y eut de grandes pestes et hécatombes d’indiens dans toutes » les provinces de Guatemala, Chiapa, Comayagua et Nicaragua. » De très nombreux villages des plus peuplés disparurent totale » ment ainsi que Copanaguastla. »40.

  • 41 Vazquez de Espinoza, Antonio, Compendio y description de las Indias occidentales, Smithsonian Inst (...)
  • 42 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 361.
  • 43 Sur l’architecture de Copanaguastla, voir Olvera, J., « El convento de Copanaguastla : otra joya d (...)

36Cette vaste agglomération de Copanaguastla construite sur les fondations d’un centre cérémoniel préhispanique par l’Ordre des Frères prêcheurs, et située sur une terrasse méridionale des hauts-plateaux, était devenue vers la fin du xvie siècle, « le plus important des vingt-cinq villages indiens de la province des Quelenes »41. Le plus prospère aussi, nous dit Ximenez, puisque « ses alentours sont merveilleux. Il n’y fait point froid et la chaleur n’y est jamais excessive. Il y pousse en abondance tous les aliments des Indiens, comme le maïs et l’aji, et tous les autres qu’ils consomment, et aussi le coton dont sont faits les vêtements de tous les habitants de toutes les provinces voisines »42. En 1617, une épidémie se déclarait à Copanaguastla qui devait emporter la majorité de ses habitants. Trois ans plus tard, en 1620, les derniers survivants quittaient le bourg pour se réfugier à Socoltenango, village distant de quelques lieues. Les magnifiques édifices construits par les Dominicains étaient abandonnés à la forêt sous laquelle ils sont aujourd’hui ensevelis43.

37Parmi les causes de la dépopulation des hauts-plateaux, il faut ajouter à l’effet des maladies, les abus des colonisateurs qui eurent directement ou indirectement, une forte incidence sur la mortalité tzotzil-tzeltal : abus consistant à assigner aux Indiens des tâches dans lesquelles ils épuisaient leurs forces physiques ; abus consistant aussi à accaparer les terres indiennes et à réduire ainsi les Tzotzil-Tzeltal soit au servage, soit à la famine. Sans doute les abus de cette sorte eurent-ils un impact très grand sur le phénomène ici mentionné. Déjà Ximenez notait la corrélation qui existait entre les zones les plus dépeuplées et les zones les plus chaudes et les plus fertiles, c’est-à-dire, celles qui présentaient le plus d’intérêt pour les Espagnols et où ceux-ci exerçaient la plus forte pression sur les terres :

  • 44 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 2, p. 199.

« Les villages qui se trouvent dans les endroits les plus » élevés et arides, non seulement n’ont pas souffert de destruction, mais au contraire se sont accrus de beaucoup... et tous les » villages qui sont situés sur les terres basses sont ceux qui en » partie ou en totalité se sont effondrés. »44.

  • 45 Le tribut imposé à la communauté demeurait inchangé même lorsque celle-ci se dépeuplait, de manièr (...)

38Ce n’est pas souscrire à la légende noire que d’évoquer ces faits. Ce n’est pas non plus verser dans la légende dorée que de rappeler que l’abandon des villages cités par Ximenez, ne signifie pas nécessairement l’extinction totale de leur population. Bien souvent, épidémies et dépossessions de terre ne jouèrent qu’un rôle de catalyseur dans le procès de désintégration des agglomérations indiennes. Elles provoquèrent des départs massifs vers les zones les plus hautes et les plus froides, vers les endroits les plus défavorisés, où la pression de la société coloniale s’exerçait avec moins de force. Il est vraisemblable qu’une bonne partie de la population tzotzil-tzeltal, face à la progression du front pionnier des domaines aux xvie et xviie siècles, se soit transportée sur les terres hautes et dans les vallées septentrionales encore faiblement occupées, pour tenter de se soustraire à l’emprise du système colonial45.

  • 46 Archives de l’État du Chiapas, Tuxtla-Gutierrez, s.r.
  • 47 Ibid.

39Il convient donc de considérer, au-delà de la dépopulation apparente des hauts-plateaux, la dépopulation réelle de cette région en tenant compte des mouvements migratoires internes. Sans doute l’écart entre dépopulation apparente et dépopulation réelle est grand. Mais cet écart qui permettrait de juger du volume de la mortalité indienne d’une part, et de l’importance du reflux de la population d’une zone à une autre, d’autre part, est difficile à évaluer, car loin de s’installer dans des communautés déjà existantes, la plupart des migrants s’établirent par groupes familiaux dans les bois et dans les montagnes, hors de portée des recenseurs, des collecteurs d’impôt et des préposés aux registres paroissiaux. Ces mouvements migratoires se prolongèrent bien au-delà de l’insurrection de 1712, malgré les mesures libérales dictées par la Couronne en faveur des Indiens. En 1761, l’alcalde mayor de Ciudad Real, Joaquin Prieto Isla y Bustamante, note que dans sa circonscription, « les villages qui portent ce nom n’en sont pas, car certains n’ont pas plus de cinq habitants ou chefs de famille »46. Un autre rapport administratif de la même époque signale que de nombreuses familles tzeltal quittent leurs villages pour se diriger vers le nord ou pour s’établir entre Ocosingo et Palenque, chez les Lacandons47. En 1778, en conclusion du recensement qu’il venait de réaliser dans son diocèse, l’évêque de Ciudad Real. Francisco Polanco, écrit :

  • 48 Ibid.

« Je crois fondé de dire qu’il manque plus d’un sixième des » âmes, parce que les Indiens vont vivre dans les bois, à de » grandes distances de leurs villages, fuyant les charges qui les » effrayent et qui les appauvrissent. »48.

40Le dénombrement de Polanco donnait au Chiapas une population indienne totale de 81 118 — soit 94 637, en tenant compte du coefficient de correction suggéré par l’évêque. Si l’on rapporte ce chiffre à l’estimation de 1611 qui donnait à la région quelque 105 258 habitants indiens, et à celles de 1761 et de 1814 dont les résultats respectifs s’établissent à 66 119 et 130 298, on peut affirmer qu’après une longue période de déclin, la population indienne amorçait vers la fin du xviiie siècle une nette progression, et ceci malgré le volume important de ces migrants qui échappaient aux recensements. Bref, dans les dernières décennies du régime espagnol, la natalité des communautés recensées équilibrait la mortalité et l’émigration et laissait encore des excédents, en dépit des épidémies — telle celle de variole, en 1795.

  • 49 Ibid.

41Au cours du xviiie siècle, se manifeste également une reprise assez marquée des économies indiennes des hauts-plateaux. Cette reprise a une double origine. D’abord, elle a été rendue possible par la stabilisation du front pionnier des grands domaines. Depuis le lendemain de l’insurrection de 1712 jusqu’au moment de l’Indépendance, le nombre de domaines enregistrés dans l’ensemble du Chiapas ne varie pas : 34, dont 12 situés sur les hauts-plateaux. Il s’agit de « Cacaté » et de « Burrero », dans la paroisse de Zinacantan ; de « Bochil », dans la paroisse de Jitotol ; de « Santo Domingo », dans la paroisse d’Ocosingo ; et de huit autres propriétés qui se trouvent dans la paroisse de San Bartolomé49. Le centre et le nord de la région demeurent totalement entre les mains des Tzotzil-Tzeltal. Cela ne veut pas dire qu’au xviiie siècle, les litiges entre communautés et haciendas aient disparu, ni que les tentatives d’expansion de la grande propriété seigneuriale se soient toutes soldées par des échecs. Mais la progression massive des domaines par spoliation de vastes fonds communaux qui, à la fin du xviie siècle, semblait menacer du sud et de l’est les collectivités de la zone des crêtes, est enrayée. Cette stabilisation de la structure agraire permet de discerner sur les hauts-plateaux deux ensembles distincts : celui des terres chaudes et tempérées, situé à des seuils d’altitude inférieur à 1 500 m., où prédomine le latifundio colonial ; et celui des terres froides, supérieur au niveau des 1 500 m., où prédomine le minifundio indien à l’intérieur des tenures collectives claniques et lignagères.

  • 50 Ibid.

42La reprise des économies indiennes est également due à la décadence de l’économie coloniale qui se poursuit pendant tout le xviiie siècle. Les économies indiennes et l’économie coloniale fonctionnent en radicale opposition. Les premières produisent des matières premières et des biens semi-élaborés ; la seconde produit des biens finis. Lorsque l’économie coloniale est en expansion, elle offre aux groupes indiens des produits dans lesquels est investi du travail, c’est-à-dire, des produits chers, qui détériorent les termes de l’échange au détriment des Indiens. En revanche, lorsqu’elle entre dans une phase de récession, non seulement elle ne peut plus offrir aux Indiens de tels produits, mais encore elle en demande aux communautés indiennes, ce qui tend à inverser le sens de la détérioration des termes de l’échange. La crise de l’économie coloniale locale au xviiie siècle est provoquée dans un premier temps, par la chute des cours des produits d’exportation et par la fermeture du marché espagnol à certains de ces produits. Les teintures d’indigo et d’écarlate sont les plus touchées. Le tabac et le cacao échappent provisoirement à cette tendance ; mais sur les hauts-plateaux, le tabac n’est cultivé qu’autour de Simojovel, et le cacao seulement dans les vallées de l’extrême nord, proches du pays zoque, tandis que tout le reste de la région cultive l’indigo et élève la cochenille. Aussi les négociants espagnols cessent de procurer des semences de cultures d’exportation aux Tzotzil-Tzeltal. Ils refusent d’acheter par anticipation les récoltes, comme ils le faisaient auparavant50. À leur tour, les Tzotzil-Tzeltal sont amenés à réduire les surfaces consacrées aux cultures coloniales, et ils utilisent les terres récupérées sur celles-ci, à des cultures de subsistance.

43La crise de l’économie coloniale locale s’accélère dans un deuxième temps, à partir de 1790, lorsqu’aux alcaldes mayores se substituent les intendants. Les alcaldes mayores avaient des pouvoirs à la fois politiques et économiques. Ils étaient en quelque sorte, les « entrepreneurs » des circonscriptions à la tête desquelles ils se trouvaient. Ils devaient, entre autres choses, organiser les économies indiennes dans le cadre du système colonial. Les intendants qui leur succèdent, ne reçoivent que des attributions d’ordre administratif qui ne leur permettent pas de contrôler la production des communautés, ni d’orienter cette production dans une direction déterminée. Bien mieux, ils doivent assurer le libre jeu des forces économiques. L’un d’eux, Carlos Castanôn, définira en ces termes la politique qui l’inspire :

  • 51 Ibid.

« Que la sueur des Indiens bénéficie d’abord aux Indiens eux » mêmes... qu’on ne les tiennent pas occupés à des services personnels la majeure partie de l’année, que les hacendados y vecinos pudientes ne les réduisent pas au sort malheureux d’ouvriers ou de journaliers, mais que chaque village occupe dignement ses bras dans toutes les branches de l’activité économique, » élevant ainsi tous les habitants du Chiapas à un certain niveau » d’aisance et de bonheur. »51.

44L’application de cette doctrine fortement teintée de libéralisme européen, joua en faveur des communautés qui purent à nouveau produire pour elles-mêmes, en fonction de leurs propres besoins. La reprise des économies indiennes fut telle que les villages ont été en mesure, à la fois d’absorber l’excédent démographique déjà noté, et d’assurer à l’ensemble de leur population un relatif mieux-être. Certes, il existe encore des périodes de soudure difficile qui dégénèrent parfois en disettes caractérisées, comme en 1770, en 1793 ou en 1803. Mais le fait même que ces famines indiennes soient aujourd’hui connues de nous grâce à de volumineux dossiers remplis par l’administration espagnole, montre bien qu’elles n’étaient plus acceptées par les autorités coloniales, au xviiie siècle, comme des phénomènes normaux et naturels.

  • 52 Beals, Ralph, « The history of acculturation in Mexico », Homenaje al Dr. Alfonso Caso, Mexico, 19 (...)

45Progression démographique d’une part, reprise économique de l’autre — il faudrait ajouter à ce tableau de la société tzotzil-tzeltal de l’époque, une dernière touche importante mais délicate à placer : syncrétisme culturel. Dans son histoire de l’acculturation au Mexique, Ralph Beals prétend qu’après une longue période d’hispanisation forcée, les Indiens auraient eu la possibilité de renouer avec leurs traditions et leur passé au cours du xviiie siècle. Selon cet auteur, à une phase d’acculturation violente, aurait succédé une phase de contre-acculturation non moins violente, pendant laquelle les collectivités indigènes auraient tenté d’éliminer la culture coloniale qui leur avait été imposée, mais qui ne les avait pas marquées en profondeur52.

46Ce schéma des mouvements alternatifs d’acculturation et de contre-acculturation proposé par Beals, demanderait à être nuancé et peut-être révisé en fonction des particularités haut-chiapanèques. En effet, l’impact culturel de la société coloniale sur la société colonisée aux xvie et xviie siècles, fut relativement limité. Les encomenderos, aux termes de l’acte de cession de leurs encomiendas, s’engageaient à apprendre l’espagnol aux Indiens. Tout indique que cette clause ne fut jamais respectée au Chiapas. À la fin du xviie siècle, le nombre de Tzotzil-Tzeltal castillanisés était encore si faible que dans la plupart des communautés, les autorités éprouvaient de la peine à pourvoir les postes d’escribano. D’ailleurs, l’Indien « intelligent dans la langue de Castille » n’était-il pas un danger potentiel pour le colonisateur ? N’aurait-il pas été tenté d’utiliser ses connaissances dans un sens contraire aux intérêts de la société coloniale ? Il fallait donc réserver l’outil linguistique comme l’outil économique — le trapiche, l’ingenio, etc. — aux seuls Espagnols, et faire entrer l’Indien acculturé dans le jeu du colonisateur en le détachant de sa communauté et en l’intégrant par un biais quelconque, au groupe dominant. Cette politique a été suivie avec une remarquable continuité jusqu’à nos jours.

  • 53 Voir en particulier la Relación que hace el obispo de Chiapas, Fray Pedro de Feria, sobre ta reinc (...)

47Quant aux religieux, ces autres vecteurs de culture hispanique, on a vu qu’ils furent paralysés très longtemps dans leurs tentatives de pénétration évangélique par les conflits qui les opposaient aux encomenderos, et qu’ils se rallièrent ensuite à la politique de ces derniers. L’implantation religieuse qui, comme l’implantation linguistique, est un repère assez sûr du degré d’acculturation, était plus que précaire à la fin du xviie siècle, si l’on en juge d’après les rapports épiscopaux dénonçant les « idolâtries »53. En 1684, l’évêque du Chiapas ne disposait d’ailleurs que de vingt-cinq prêtres, dont treize étaient affectés en permanence à la cathédrale. La plupart des communautés tzotzil-tzeltal n’était visitée que périodiquement, à l’occasion des fêtes, et l’exercice des rites et l’enseignement de la doctrine étaient abandonnés à des fiscales indiens sommairement instruits.

  • 54 LaFarge, Oliver, « Maya ethnology : a sequence of culture », The Mayas and their neighbors, New Yo (...)

48La sécularisation de la colonisation et la libéralisation du régime n’eurent pas, au Chiapas, l’effet que leur prête Beals. Elles n’isolèrent pas davantage les Indiens des sources de culture hispanique. Elles ne provoquèrent pas un retour à la tradition. Tout au contraire, il semble que l’assouplissement du système colonial ait permis aux Tzotzil-Tzeltal d’effectuer librement au sein de la société coloniale, de larges emprunts idéologiques et technologiques, d’assimiler ces emprunts au stock culturel traditionnel, et d’élaborer en fin de compte une culture nouvelle, ni maya, ni espagnole, mais cependant formée à partir de ces deux horizons américain et européen. Rappelons que c’est à cette époque que les Tzotzil-Tzeltal commencent à élever le mouton et à semer du blé ; qu’ils cessent de cacher leurs idoles sous le manteau des saints des églises, pour confondre saints et idoles en de mêmes représentations ; qu’ils s’écartent enfin de la tradition préhispanique pour tenter de s’insinuer dans la tradition importée d’Europe et d’opérer avec elle d’audacieuses synthèses. Comme le remarque justement LaFarge, le xviiie siècle ne fut pas marqué par « un retour à la culture antique, mais par une réadaptation des cultures combinées, de façon beaucoup plus satisfaisante »54.

Notes

1 Díaz del Castillo, Bernai, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Mexico, 1960, p. 388. Bernai Díaz prit part à l’expédition de Luis Marín.

2 Remesal ne mentionne pas la tentative de Luis Marin dont la meilleure relation demeure celle de Bernai Díaz.

3 Sur l’expédition de Diego de Mazariegos, voir Remesal, Antonio de, Historia general de las Indias occidentales y particular de la gobernación de Chiapa y Guatemala, Madrid, 1620, pp. 5-15.

4 Wolf, Eric R., The sons of the shaking earth, Chicago, 1959, chap. 8.

5 Remesal, Antonio de, op. cit., pp. 410-11.

6 On n’a pas la prétention de prendre position sur « l’affaire Las Casas » que Ramon Menendez Pidal, Manuel Gimenez Fernandez et Lewis Hanke ont fait récemment rebondir. Quel qu’ait été la pensée de l’évêque du Chiapas, celui-ci n’a, à aucun moment, contesté le système colonial en tant que tel, mais bien plutôt certaines de ses procédures. C’est ici ce qui importe, et c’est ce que les historiens lascasistes et anti-lascasistes se refusent, semble-t-il, à admettre.

7 On fait délibérément abstraction ici de l’esclavage des Indiens. Cette institution s’est développée au cours de la première moitié du xvie siècle, surtout dans les régions minières de la Nouvelle Espagne où elle acquit des caractères spécifiques. Sur les hauts-plateaux du Chiapas, le statut des Tzotzil-Tzeltal encomendados, si l’on en croit Remesal, n’était pas très différent de celui des Indiens esclaves.

8 Díaz del Castillo, Bernai, op. cit., p. 395 ; voir aussi sa « Probanza de méritos y servicios... promovida en 7 de setiembre de 1539 », qui figure en annexe dans l’édition mexicaine de 1960.

9 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 265.

10 Ibid., p. 410.

11 Sur la politique de reducción élaborée par Las Casas dans les Caraïbes et ensuite appliquée sur les hauts-plateaux du Chiapas, voir Remesal, Antonio de op. cit., p. 508.

12 Ibid., p. 390.

13 Ibid., p. 508.

14 Ibid., p. 509.

15 Ibid., p. 510.

16 Ibid., p. 414.

17 Cité par Chamberlain, Robert, « The governorship of Adelantado Montejo in Chiapas », CIW, publ. no 46, 1948, p. 180.

18 Ximenez, Francisco, Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala, Guatemala, 1929, vol. 1, p. 402.

19 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 302.

20 Remesal, Antonio de, op. cit., p. 488 ; et Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 481.

21 D’après la tasación faite la même année, le seul village d’Aguacatenango devait payer annuellement à son encomendero : « 41 mantas y una pierna y media, de tres piernas cada manta ; 47 fanegas de mayz ; 36 gallinas de Castilla ; 1 fanega y 11 almudes y medio de frejoles ; 11 almudes y tres cuartillos de chile ; y tasadas y avaluadas cada manta de tres piernas a 4 tostones y 2 reales ; cada fanega de mayz a 6 reales ; cada gallina de Castilla a 2 reales ; y los frejoles y chile a razón de a 12 reales fanega ; montan los tributos de dicho pueblo en cada año 142 pesos de a ocho reales ». Archives générales du Gouvernement de Guatemala, section Mercedes y nombramientos, vol. 1.

22 Chamberlain, Robert, op. cit., annexe.

23 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 352.

24 Chevalier, François, La formation des grands domaines au Mexique, Institut d’Ethnologie, Paris, 1952.

25 Recopilación de las leyes de las Indias, Séville, 1680, livre 13, titre 7, chap. 4.

26 Gage, Thomas, Nouvelle relation contenant les voyages de Thomas Gage dans la Nouvelle Espagne... », Amsterdam, 1720, vol. 2, p. 85.

27 Ibid., p. 84.

28 Ibid., p. 354.

29 Ibid., pp. 358-9.

30 Ibid., p. 359.

31 Ibid., p. 359.

32 Ibid., p. 360.

33 Ibid., pp. 369-70.

34 Ibid., p. 420.

35 Ibid., vol. 2, pp. 142-3.

36 Ibid., p. 84.

37 Ibid., p. 49.

38 Ibid., pp. 140-1.

39 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 3, p. 271.

40 Isagoje histórica apologética..., Guatemala, 1935, p. 290. Remesal écrit également qu’en 1565, « se déclara une grande peste à Cinacantlan [Zinacantan] qui se développa rapidement et emporta la moitié des habitants », op. cit., p. 647.

41 Vazquez de Espinoza, Antonio, Compendio y description de las Indias occidentales, Smithsonian Institution, miscellaneous collection, vol. 108, Washington, 1948, p. 193.

42 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 1, p. 361.

43 Sur l’architecture de Copanaguastla, voir Olvera, J., « El convento de Copanaguastla : otra joya de arquitectura plateresca », Tlatoani, no 11, 1957.

44 Ximenez, Francisco, op. cit., vol. 2, p. 199.

45 Le tribut imposé à la communauté demeurait inchangé même lorsque celle-ci se dépeuplait, de manière que la population restante payait pour la population disparue ou décédée depuis le moment de la dernière tasación. Les survivants d’une épidémie étaient donc incités à fuir leur communauté pour échapper à la surimposition.

46 Archives de l’État du Chiapas, Tuxtla-Gutierrez, s.r.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Beals, Ralph, « The history of acculturation in Mexico », Homenaje al Dr. Alfonso Caso, Mexico, 1951.

53 Voir en particulier la Relación que hace el obispo de Chiapas, Fray Pedro de Feria, sobre ta reincidencia en sus idolatrías de los Indios de aquel pais despues de treinta años de cristianos, British Museum (copie photostatique à la Bibliothèque San Bartolomé, San Cristobal). À la fin du xviie siècle, l’évêque du Chiapas, Nuñez de la Vega, entreprit une visite pastorale au cours de laquelle il fut « horrifié » par l’abandon matériel et spirituel des Tzotzil-Tzeltal. Quelques années plus tard, en 1692, il promulga ses célèbres Constitutions diocésaines afin de résorber les manifestations du culte indien particulièrement actif, si l’on en croit l’évêque, autour de la communauté d’Oxchuc. Notons que c’est dans cette région d’Oxchuc que naîtra l’insurrection à caractère messianique de 1712.

54 LaFarge, Oliver, « Maya ethnology : a sequence of culture », The Mayas and their neighbors, New York, 1940.

© Éditions de l’IHEAL, 1971

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search