Version classiqueVersion mobile

L’économie du Mexique d'aujourd'hui

 | 
Jacques Rueff

L'industrie minière du Mexique1

Jenaro Gonzalez Reyna

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Conférence faite à l’Institut des Hautes Études d’Amérique latine, de l’Université de Paris, le 7 m (...)

1Depuis sa découverte, le Mexique a été un pays minier. L’exploitation de ses gisements ne date pas de la conquête, puisque bien longtemps auparavant les Indigènes exploitaient déjà les métaux, au moyen de méthodes très primitives. L’industrie minière du Mexique date en réalité du début du xvie siècle, à l’époque où l’esprit d’aventure et la soif de richesse incitèrent les Espagnols à entreprendre leurs remarquables voyages et leurs explorations à travers la Nouvelle Espagne, à la recherche de mines et de richesses fabuleuses.

2L’énorme production minière du pays ne signifie, en aucune manière, que notre territoire ait été dûment exploré et, en fait, nous ignorons encore le potentiel exact des réserves minières du sous-sol.

3L’observation des données statistiques de la production minière du Mexique au cours des dernières années, et en particulier celle des zones de forte production, permet de constater l’abondance d’argent, d’or, de plomb, de cuivre, de zinc, de mercure, d’antimoine, etc... Elle permet également de noter l’augmentation ou la diminution de la production minière, en fonction de la demande, l’ampleur de leur exploitation, et enfin leur rareté ou leur abondance.

4En ce qui concerne certains des principaux produits, la production minière métallurgique, de 1521 à 1942 est la suivante :

Or

1 496 830 kg

Étain

9 215,3 t. m

Argent

215 268 198 kg

Graphite

522 906 »

Cuivre

2 882 464 t. m

Minerais de fer

7 621 726 »

Plomb

9 274 592 »

Lingot de fer

4 763 747 »

Zinc

5 011 229*

Manganèse

434 816

Antimoine

264 064 »

Mercure

18 599,3 »

Arsenic

280 060 »

Molybdène

14 066,2 »

Bismuth

4 454 »

Tungstène

3 052,1 »

Cadmium

18 828 »

Vanade

428,6 »

5Les exploitations minières du Mexique se sont développées, en majeure partie, sur le haut plateau ; certains centres miniers métallurgiques sont exploités depuis des siècles, faisant ainsi au Mexique la réputation d’un pays au potentiel extraordinaire. Du reste tout le métal déjà extrait de ses nombreuses mines représente des milliards de millions de pesos. Certains de ces anciens centres miniers sont encore en pleine activité et contribuent pour une large part à la production nationale. Ils sont toutefois déjà presque épuisés en raison des méthodes modernes d’exploitation de l’industrie minière, celle-ci possédant un équipement mécanique très efficace et des uisnes métallurgiques de grande capacité.

6D’autres gisements encore en exploitation sont d’un faible rendement. Il existe dans tous les États du Mexique des mines épuisées, ou abandonnées avec d’immenses œuvres souterraines qui sont, aujourd’hui, les témoins muets de leur grandeur passée.

7Pendant très longtemps, l’exploitation des mines fut l’activité économique la plus importante du Mexique, mais elle perdit peu à peu cette prééminence tandis que se développaient le commerce, l’industrie, l’agriculture et l’élevage, que se multipliaient les voies de communication, et que les autres richesses naturelles du pays étaient mises en exploitation.

8C’est ainsi que, jusqu’à la Guerre de l’Indépendance, 30 % des recettes de la Colonie provenaient de l’exploitation des mines. Les exportations représentaient alors 75 % de la production et comprenaient uniquement de l’or et de l’argent. Ces exportations augmentèrent continuellement jusqu’à la moitié du xixe siècle, et elles atteignirent même parfois 90 % de la production totale.

9Depuis 1521, date de la conquête de México par les Espagnols, jusqu’à nos jours, l’industrie minière du Mexique a eu une influence économique considérable sur le destin du pays. Cette influence se comprend aisément, si l’on considère, par exemple, que le Mexique est le plus gros producteur d’argent du monde : de 1521 à 1954, d’après les statistiques, il a produit 215 268 198 kg. de métal blanc et 1 496 830 kg. d’or. Mais les métaux précieux ne sont pas seuls en cause : le tableau ci-dessous, en effet, permet de juger de l’importance du volume des métaux industriels extraits, et donne ainsi une idée du rôle de l’industrie minière dans la vie économique du Mexique. De 1891 jusqu’à 1954, les mines mexicaines ont fourni — sans compter l’or ni l’argent — les métaux suivants :

Produits.

Tonnes métriques.

Plomb

8 974 592 depuis 1891

Zinc

5 011 229 — 1893

Minerais de fer

7 551 144 — 1900

Lingots de fer

4 726 716 — 1903

Cuivre

2 802 464 — 1891

Graphite

522 905 — 1895

Manganèse

434 816 — 1904

Arsenic

280 060 — 1895

Antimoine

264 064 — 1893

Cadmium

18 828 — 1927

Mercure

15 599,3 — 1891

Molybdène

14 066,2 — 1918

Étain

9 215 — 1903

Bismuth

4 454 — 1932

Tungstène

3 052,1 — 1916

Vanadium

428,6 — 1912

10Depuis les premiers travaux d’exploration minière au Mexique, les mines, qui doivent à leur magnifique production de figurer parmi les plus célèbres de l’histoire nationale et mondiale, ont été très nombreuses.

11Le rôle historique que doit jouer l’industrie minière en relation avec les programmes d’industrialisation dans divers autres domaines, est de la plus haute importance. Il convient, en conséquence, de la développer et d’explorer le territoire à la recherche de nouveaux gisements métallifères qui nous permettront d’augmenter nos réserves. Ces dernières doivent être dûment étudiées et cataloguées de façon à permettre leur utilisation optimale par les générations à venir.

LE MEXIQUE ET SES RESSOURCES MINÉRALES

12Le potentiel d’une nation moderne se mesure à l’abondance ou à la pauvreté de ses richesses naturelles, puisque ce sont elles qui déterminent son aisance ou sa misère matérielles, son développement industriel, sa capacité d’achat, de vente ou de troc ; ce sont elles en somme qui ouvrent les portes du confort et de ses avantages, et leur absence entraîne l’indigence et les innombrables conséquences qui en résultent.

13Aucun pays ne possède tous les minéraux dont il a besoin, et le Mexique, qui est pourtant une nation favorisée par la nature, n’obtient cependant pas tous les minéraux nécessaires à l’industrie et ne peut satisfaire à tous ses besoins. Certains minéraux exploitables du point de vue économique, sont plus abondants que d’autres et permettent de dégager un surplus exportable. Certains autres existent en quantité suffisante pour les besoins industriels, sans qu’il soit nécessaire de recourir aux importations, mais ne sont pas très abondants. Il est, par conséquent essentiel de prendre grand soin de leurs réserves. D’autres, enfin, sont si rares, qu’ils peuvent être classés dans la catégorie des minéraux qu’il faut acheter à l’étranger, en cas de besoin.

14Ce qui précède nous amène à considérer le problème des richesses minérales sous un aspect nouveau : il faut distinguer, en effet, d’une part les minéraux abondants dont un pays peut être prodigue, et d’autre part les minéraux rares ou totalement inexistants qu’il doit se procurer ailleurs. L’achat de ces derniers impose le sacrifice d’une partie des ressources nationales.

15Partant de cette idée, un pays peut classer ses réserves minières en quatre groupes :

Ressources abondantes,
Ressources suffisantes,
Ressources insuffisantes,
Ressources absentes.

16Par ressources abondantes, on entend celles qui existent en quantités telles que l’on puisse exporter leur excédent.

17Les ressources suffisantes sont celles qui permettent de répondre largement à la demande intérieure, mais sans que l’on puisse en exporter.

18Dans la catégorie des ressources insuffisantes, sont classées les réserves trop peu abondantes pour faire face à des accroissements même peu importants de la demande. Des importations doivent donc être éventuellement envisagées.

19Enfin, dans le quatrième groupe sont inclus tous les métaux et minerais dont nous manquons totalement et qui, par conséquent, doivent être entièrement importés.

20Après avoir analysé les richesses minières du Mexique, nous pouvons actuellement les classer en tenant compte des distinctions précédentes, en :

21Ressources abondantes : argent, plomb, zinc, titane, graphite, soufre, kaolin de qualité inférieure, argiles, plâtre, fluorite, tripoli, ocres, chlorures de sodium, carbonate de sodium, sulfate de sodium, marbres, matériaux de construction, matériaux pour la fabrication du ciment, bentonyte, diatomyte, perlite et gaz naturel.

22Ressources suffisantes : mercure, antimoine, or, cuivre, fer, manganèse, tungstène, molybdène, vanadium, étain, arsenic, bismuth, cadmium, magnésium, strontium, mica, charbon minéral, pétrole, pumicite et vermiculite. Certains de ces minéraux se trouvent à la limite inférieure des ressources suffisantes, et il est probable que l’accroissement de la demande, si d’autres gisements ne sont pas découverts, provoquera leur chute dans la catégorie suivante.

23Ressources insuffisantes : uranium, nickel, cobalt, sélénium, béryl, phosphates, sables quartzeux, quartz, tourbe, borates, sels de lithium, calcite optique et talc.

24Ressources absentes : chrome, aluminium (bauxite), platine, métaux du groupe du platine, thorium, radium, diamants, autres pierres précieuses, amiante, sels de potassium, nitrate de sodium, corindon, silicates pour verres réfractaires (andalousite, kianite, sillimanite, etc.).

25Étant donnée l’insuffisance de la prospection minière au Mexique, nous avons dû recourir pour établir la classification précédente, d’une part, aux statistiques de production, d’autre part à l’estimation approximative des besoins futurs.

26Il est possible, grâce aux nouveaux systèmes d’exploration, que cette classification soit modifiée et qu’elle nous réserve de grandes surprises.

27On a beaucoup parlé dernièrement de l’existence d’uranium en quantités appréciables, ceci reste à vérifier. Jusqu’à présent il n’existe aucune production de cet important élément.

RICHESSE RÉELLE ET RICHESSE POTENTIELLE

28On a souvent prétendu, en se basant sur l’histoire de notre richesse minière, que celle-ci était inépuisable, et fréquemment on entend dire sans plus de précisions qu’il existe, encore cachés au plus profond de nos chaînes de montagnes, des gisements fabuleux. Ces affirmations sont purement gratuites. Il faudra les considérer comme fausses, tant que l’existence de telles richesses ne sera pas prouvée effectivement par des travaux adéquats. Il ne faut pas confondre ce qu’on appelle la richesse évaluée approximativement avec la richesse potentielle ni avec la richesse réelle. Cette dernière, étant parfaitement connue, peut seule être exploitée immédiatement.

29La richesse réelle, dont nous profitons depuis des siècles, a été, dans certaines régions, extraordinaires et a fourni, à certaines périodes, un rendement au retentissement mondial. Pourtant, il est temps de penser, il est même parfois bien tard pour penser, à rechercher d’autres gisements qui puissent remplacer ceux qu’une trop longue exploitation a épuisés ou ceux que l’on exploite actuellement, mais que chaque tonne de minerai extraite rapproche de leur épuisement prochain.

RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE

30Le Mexique étant, constitué par des formations très diverses, nous devons en étudier la distribution géographique pour établir la localisation de la richesse minière. Notre territoire, compte tenu des îles du Pacifique et du Golfe du Mexique, a une superficie de 1 970 386 km2.

31L’étude du tableau de la production minière donne la répartition des régions qui possèdent les richesses les plus importantes. La comparaison géologique des différentes zones productrices permet de constater la similitude de leurs formations géologiques.

32Cependant, selon les zones, les minerais s’associent à des roches différentes et les divers gisements prennent de ce fait des caractères morphologiques différents. C’est le cas, par exemple, des gisements de plomb du centre de la République et de la côte du Pacifique, qui sont absolument différents de ceux du Nord, dans les États de Chihuahua, Durango, Coahuila et Zacatecas.

33Des gisements de mine ais d’argent ont été trouvés dans presque tous les États miniers du pays, mais plus particulièrement dans la partie centrale de la République.

34L’or, dans ses gisements les plus importants du centre du pays, se trouve associé à du minerai d’argent. Sur les versants du Pacifique de la « Sierra Madre Occidental » par contre, il apparaît en placers ou en filons.

35Le fer se trouve, sauf quelques exceptions, dans les montagnes de la côte du Pacifique. Les exceptions se rencontrent à Durango et dans quelques autres États du Nord de la République.

36Des gisements d’antimoine d’une réelle valeur commerciale existent dans la Mixtèque (État de Oaxaca), à San Luis Potosi et à Queretaro.

37L’étain a été découvert dans de nombreux gisements, généralement peu importants, dans les États du centre.

38Le mercure possède aussi ses meilleurs gisements dans le centre du Mexique et à Guerrero.

39Quant au cuivre, les principaux centres producteurs se trouvent en basse Californie, à Sonora et à Zacatecas. D’après les recherches qui ont été faites, le potentiel des futures zones de cuivre se situerait dans la « Sierra Madre Occidental » et les États de Chihuahua, Michoacan et Guerrero.

40Le manganèse est largement réparti, notamment dans diverses régions de Basse Californie, à Sonora, Chihuahua, Zacatecas, Oaxaca et Jalisco.

41Le tungstène s’obtient principalement au Nord de la Basse Californie, à Sonora, Chihuahua, Zacatecas, Guanajuato et Guerrero.

42Le vanadium et le molybdène viennent de Chichuahua et dans certains cas, des États de la côte du Pacifique.

43Le cadmium s’obtient à partir du minerai de zinc ; il est récupéré dans les fonderies qui produisent aussi, en quantité considérable, de l’arsenic et du bismuth à l’occasion de la concentration de minerais divers.

44Le magnésium possède ses meilleures réserves dans le district de Basse Californie.

45Il y a trois sources importantes de soufre : les gisements de l’État de San Luis Potosi, le lavage des gaz dans les usines des « Pétroles Mexicains » à Poza Rica (État de Veracruz) et les dômes de l’isthme de Téhuantepec, Ver.

46La production du charbon minéral vient du Nord de l’État de Coahuila. D’autres dépôts peu connus ou non développés se trouvent à Chihuahua, Nuevo León, Sonora et Oaxaca.

47Notre richesse minérale non métallique est très étendue et très variée mais peu connue et encore moins exploitée. On la trouve répandue partout dans le pays.

DISTRIBUTION GÉOLOGIQUE DE LA RICHESSE MINIÈRE

48La distribution géologique des dépôts métallifères du Mexique se trouve bien définie dans les différentes provinces géologiques du pays, ce qui donne en outre des types déterminés de gisements. Par exemple, les grands gisements de plomb et de zinc du Nord de la République avec leurs cheminées de forme typique et leurs couches de grande épaisseur, apparaissent invariablement associés à des roches sédimentaires de composition calcaire ou calcaire dolomitique qu’elles ont remplacées.

49Les filons argentifères et argento-aurifères s’associent aux roches d’origine ignée, en particulier à celles de composition andésitique et dioritique.

50Les gisements d’étain qui apparaissent « in situ » se trouvent sous forme de veines et de filons où elles forment parfois des poches, généralement de petite taille, dans des rochers volcaniques de composition rhyolitique.

51Les gisements de tungstène les plus importants apparaissent sous forme de tungstate de calcium, en tactites, entre les roches intrusives granitiques et des roches sédimentaires, principalement calcaires ou calcaires argileuses.

52Comme dernier exemple, car il serait trop long d’en citer davantage, on peut nommer les gisements ferrifères, généralement de formes irrégulières, qui forment des gisements de contact entre les roches intrusives granitiques ou granodioritiques et les roches calcaires qui couvrent leurs intrusions.

RELATIONS GÉOLOGIQUES ET GISEMENTS MINÉRAUX

53Les gisements minéraux du Mexique, en fonction de leurs caractéristiques, sont classés comme suit : de ségrégation magmatique, en pegmatites, métamorphiques de contact, de remplacement métasomatique, de remplissage de cavités préexistantes, généralement en calcaires ; gisements formés à haute température, gisements formés à une profondeur modérée, gisements formés à très peu de profondeur, et gisements sédimentaires : chimiques, mécaniques, organiques, etc.

54Les gisements minéraux du Mexique présentent, quant à leur morphologie, une variété très intéressante en raison de phénomènes qui se sont produits au cours de leur formation, et des circonstances dans lesquelles ils furent déposés.

55On a observé que les gisements minéraux apparaissaient sous les différentes formes suivantes : filons tabulaires, systèmes de veines tabulaires parallèles entre elles, veines qui pendant leur développement sur le terrain ont pris des directions différentes, s’unissant ou s’entrecroisant parfois. Il y a aussi des veines en forme de coin, des veines conjuguées, des veines « aveugles » ou qui n’affleurent pas, ou bien de simples veinules. D’autres formes des dépôts réticulés, des lentilles dans les corps des veines, des cheminées, des poches, des croûtes, des imprégnations, des brèches et des conglomérés minéralisés, des lentilles contenues dans des roches sédimentaires, des couches, des cavités remplies de minéraux, des boules, etc.

DÉVELOPPEMENT DE L’INDUSTRIE MINIÈRE AU MEXIQUE

56Le développement de l’industrie minéro-métallurgique au Mexique depuis son origine, peut se diviser en cinq périodes parfaitement distinctes, non seulement en raison de l’intensité des opérations minières et des productions obtenues en conséquence, mais également à cause des problèmes différents qui se sont présentés aux diverses époques et qui ont déterminé des modifications d’une importance vitale.

57Au point de vue politique, chacune de ces périodes a vu se dérouler des événements qui provoquèrent des changements importants ayant influencé directement ou indirectement et avec plus ou moins d’ampleur, le développement de l’industrie minière.

58En particulier, et surtout durant les dernières étapes, l’évolution de l’industrie minière mexicaine s’est caractérisée par un progrès technique rapide qui a provoqué une véritable révolution de l’industrie. La mécanisation et l’accélération du rythme de travail se sont traduits par un accroissement de la production en dépit de l’élévation du coût, puisqu’il s’agit d’exploiter des minerais d’une teneur plus faible extraits à des prix plus élevés et à plus grande profondeur.

59L’histoire du développement minier du pays peut se résumer en cinq périodes :

60La période précoloniale ;

61La période coloniale ;

62La période de l’Indépendance ;

63La période postérieure à l’Indépendance ;

64La période de la Révolution, récente et actuelle.

Période précoloniale

65Tous ceux qui ont visité et étudié les collections archéologiques de nos musées datant de l’époque préhispanique, ont pu admirer les remarquables bijoux de Monte Albán (État de Oaxaca) qui attirent l’attention tant par l’excellence qualité de leur orfèvrerie que par la matière première utilisée : l’or.

66Le cuivre était également employé dans l’antiquité précolombienne. Les nombreux objets fabriqués avec ce métal que les anciens ont laissé parsemés dans plusieurs régions en sont témoins. Le problème qui apparemment semble s’être posé à cette époque, fut celui de l’exploitation de certains gisements en raison du manque d’outils adéquats et de l’absence d’explosifs. Ce problème fut résolu en certains cas (par exemple en ce qui concerne une partie de la Veine Mère à Guanajuato) de la façon suivante : on allumait de grands feux de camp sur l’emplacement à exploiter, puis on arrosait d’eau froide les roches ainsi réchauffées, ce qui provoquait leur éclatement. Ce procédé permit de fondre le minerai d’argent qui fut certainement trouvé à l’état natif ou même sous forme de sulfures dociles, en assez grande quantité.

67Outre les métaux déjà mentionnés, les anciens employaient toute une gamme d’ocres pour fabriquer des pigments minéraux. Ces dernières substances, de divers coloris, étaient principalement des oxydes de fer, mais grâce à certaines découvertes archéologiques, nous savons que le cinabre était également employé.

Période coloniale

68Cette période s’étend de 1521 jusqu’à 1810.

69Le début de cette période fut marqué par des découvertes minières très importantes, et c’est pourquoi nous pourrions l’appeler la période des grandes découvertes. A cette époque, le manque de voies de communication sans lesquelles il est impossible de ravitailler les nouveaux centres miniers, créait de nombreuses difficultés et le manque d’eau dans les régions désertiques posait également de gros problèmes.

70A la suite du développement de plus en plus intense des exploitations, le mineur s’est heurté à deux énormes obstacles qui augmentaient en importance au fur et à mesure qu’il fallait creuser plus profondément : l’extraction même du minerai et l’expulsion de l’eau qui envahissait la mine. Dans certains cas, l’écoulement des eaux dut être effectué au moyen d’investissements très onéreux.

71Les pionniers profitèrent seulement des couches supérieures des gisements métallifères, constituées par des minéraux oxydés, d’exploitation facile. Plusieurs d’entre eux trouvèrent, alors qu’ils creusaient le terrain plus profondément, des métaux qu’ils ne connaissaient pas, mais ils abandonnèrent leurs mines, car ils étaient incapables de tirer parti des sulfures qu’ils découvraient immédiatement après les zones oxydées dans les gisements métallifères qu’ils exploitaient.

Période de l’Indépendance

72Cette période historique de notre industrie minière est comprise entre 1810 et 1821, c’est-à-dire, à l’époque de notre guerre d’indépendance.

73Pendant cette période, l’activité minière dans les régions éloignées, fut réduite à sa plus simple expression et les habitants de ces villages émigrèrent.

74A d’autres endroits, on travaillait sur un plan réduit et sans organisation, ceci fut le début de la décadence de l’industrie minière qui entraîna également la disparition de « l’esprit minier » au Mexique et prépara ainsi le terrain à l’exploitation de cette industrie par des capitaux étrangers ; ces derniers souhaitaient profiter de la richesse minière du pays qui, à ce moment précis luttait pour son indépendance politique, sans que ses dirigeants aient eu l’idée de jeter les bases de l’indépendance économique de la jeune nation naissante.

Période postérieure a l’Indépendance

75Cette période comprend les années 1822 à 1910. Entre ces deux dates, l’industrie minière subit une remarquable évolution, grâce aux nouvelles méthodes de prospection et d’exploitation ainsi que d’extraction des minerais.

76Les sociétés minières se consacrèrent alors non seulement à l’exploitation des mines qu’elles avaient acquises, mais également à la prospection à l’intérieur et à l’extérieur des mines dans certaines régions choisies en raison de l’importance de leurs gisements métallifères. Dans l’ensemble, la production minéro-métallurgique, grâce au nombre très important des compagnies d’exploitation, fut extraordinaire.

77Les progrès scientifiques et industriels furent à l’origine d’une importante évolution dans les méthodes de travail à l’intérieur des mines, ce qui eut pour résultat une augmentation progressive et constante de la production. Les nouvelles installations tout autant que les méthodes perfectionnées rendirent possible l’extraction d’un plus grand tonnage.

78La méthode de cyanuration fut très employée pour les minéraux oxydés, ce qui procura un tonnage important de précipités d’or et d’argent qui étaient traités dans les fonderies, puis dans les usines d’affinage.

79La production minière du Mexique durant cette période fut très significative pour l’économie nationale ; de 1891 à 1910, elle a fourni : 35 210,166 kg. d’argent et 328,395 kg. d’or.

80En outre, durant la dernière décade du siècle dernier, et grâce d’une part aux nouvelles techniques minéro-métallurgiques et à l’accroissement de la demande de métaux, et d’autre part, à l’exploitation plus intense des gisements de plomb et de zinc, de nouveaux horizons se sont ouverts à l’industrie minière. On commence à exploiter avec profit d’autres minéraux : le zinc, l’antimoine, le graphite, le charbon minéral et le mercure, et à partir de 1903, le fer.

81D’après les données suivante relatives à la production, on peut apprécier l’importance du développement de l’industrie minière entre 1891 et 1910 ; avant cette date, elle ne produisait presque exclusivement que de l’or et de l’argent.

Production minéro-métallurgique de 1891 à 1910

Produits

tonnes métriques

Plomb

1 637,924

Zinc

76,946

Cuivre

623,846

Antimoine

59,256

Mercure

4,539

Fer

234,093

Graphite

26,587

Période de la Révolution, récente et actuelle

82Cette période débute à la fin de 1910 et s’étend jusqu’à nos jours.

83Il est très intéressant de comparer, par exemple, la production minière qui correspond à l’année 1910 et celle de 1915, alors que la Révolution atteignit son point culminant.

Production minéro-métallurgique comparée des années 1910 et 1915

Production minéro-métallurgique comparée des années 1910 et 1915

84La production minéro-métallurgique diminua donc fortement, mais, sur une échelle limitée, les activités de l’industrie continuèrent à se développer.

85A partir de 1916, les activités de l’industrie minéro-métallurgique s’accrurent au fur et à mesure que le calme revenait, d’autant plus que des demandes urgentes parvenaient de l’étranger, nécessitant un volume plus grand de minéraux et de métaux stratégiques et industriels.

86Durant les dernières années l’industrie minéro-métallurgique a connu un développement sans précédent et sa production totale a atteint des chiffres jamais obtenus auparavant, malgré les problèmes qui se sont posés aux industries, consommatrices de produits minéro-métallurgiques au Mexique comme à l’étranger.

87A certaines époques en effet, les producteurs de minéraux et de métaux se trouvèrent dans des situations difficiles en raison de la baisse des prix des métaux dans les marchés. La baisse provoqua même souvent de véritables paniques chez les industriels qui se trouvaient dans l’impossibilité de vendre leur production à un prix leur permettant de faire face à leur coût d’exploitation.

88Les travaux permettant de calculer les réserves n’ayant pas été faits, il n’est pas possible de connaître celles-ci. Ceci est facile à comprendre, puisque dans la plupart des mines on a exploité des gisements de grande puissance qui ont exigé l’exécution de nombreux travaux souterrains, ainsi qu’un très grand nombre de forages de prospection avec sonde de diamant. Les compagnies ont effectué seulement les travaux permettant d’estimer les tonnages disponibles dans un avenir assez proche, tout en préparant la mine pour l’exploitation des massifs.

89D’après l’expérience accumulée depuis des siècles, et en tenant compte des découvertes résultant des travaux d’exploration (entrepris à la suite des études géologiques-minières), on a conclu que le potentiel des réserves minières du Mexique était considérable et cela, en dépit du rythme de production auquel ont été assujettis les gisements durant les dernières 30 ou 40 années, ainsi qu’en témoignent les statistiques. Très heureusement, quand un gisement de minerai a été exploité jusqu’à son épuisement, ou bien, quand l’extraction du minerai dans cette partie de la mine est arrivée à n’être plus rentable en raison de sa faible teneur, on a découvert de nouveaux gisements métallifères qui sont venus remplacer ceux qui étaient épuisés, ou s’ajouter à ceux qui se trouvent encore en période d’intense exploitation. On ne soupçonnait même pas l’existence de plusieurs de ces gisements, puisqu’ils ne sont pas visibles à la surface du terrain, ni même sur les couches plus profondes mises à nu par l’érosion. Ils ont été localisés grâce aux méthodes modernes de prospection géologique minière, et au moyen de forages au diamant de longue portée lesquels ont prouvé, maintes fois, l’exactitude des déductions géologiques résultant des études entreprises.

EXPLOITATION DE LA RICHESSE MINIÈRE

90Pour exploiter la richesse minière du sous-sol, qui, selon la loi mexicaine, est la propriété de la nation, il est nécessaire de la déclarer aux termes de la Loi des Mines en vigueur.

91Pour donner une idée de l’importance que cette industrie a eue, et présente encore au Mexique, il suffit de ne pas perdre de vue que, depuis 1885 et jusqu’au 15 août 1955, 160,958 titres de concessions minières ont été établis par le Bureau d’enregistrement public des Mines. D’autre part, 1 412 compagnies opèrent au Mexique, dont 118 sont considérées comme des entreprises de grande envergure, ce qui ramène à 1 294 les entreprises de moindre importance.

92En outre, il y a de nombreux « mineurs libres » dans tous les États miniers du pays.

93Actuellement, l’industrie minière mexicaine, en particulier celle des métaux précieux et des métaux industriels, comprend trois types d’exploitation.

Les grandes Compagnies

94Les grandes compagnies sont celles qui travaillent les mines à forte minéralisation, et sont en mesure de fournir la majeure partie de la production ; généralement ces entreprises opèrent dans des gisements dont la teneur en minerai n’est pas très forte, mais leurs mines contiennent — ce qui les distingue tout particulièrement — de grandes quantités de minerais d’une teneur suffisamment rentable pour leur mode d’exploitation. Toutefois, il arrive que même dans ces gisements on rencontre des filons de riches minerais. Les grandes compagnies minéro-métallurgiques fournissent 85 % environ de la production totale de métaux et de minerais. Selon les données officielles, elles produisent 75,6 % de l’or, 87,1 % de l’argent, 87 6 % du plomb, 79,8 % du cuivre, 93,6 % du zinc, 99,7 % de l’arsenic, 63,7 % du charbon et la totalité du fer extrait au Mexique.

95L’exploitation des mines par ces grandes compagnies est totalement mécanisée et permet des rendements élevés tout en réduisant au minimum les risques d’accidents, tant dans les mines que dans les usines et les fonderies.

96Les mines exploitées par ces consortiums sont localisées dans les États miniers qui, d’après le tableau de la production par États, obtiennent les rendements les plus élevés : Chihuahua, Zacatecas, Sonora, Durango, Hidalgo et San Luis Potosí.

97Ces compagnies travaillent aussi dans d’autres États, mais sur une moins grande échelle et possèdent des gisements non exploités pour l’instant, qu’elles réservent comme des futurs centres de production. Dans certains cas, le potentiel de ces gisements a déjà été déterminé par des forages au diamant et des travaux de prospection ont été réalisés sur l’avis des départements géologiques à la suite d’études précédentes.

98Les grandes entreprises disposent de toutes les facilités que donnent de bonnes et rapides voies de communication.

Petites Compagnies et Coopératives minières

99Les compagnies de cette deuxième catégorie et les coopératives minéro-métallurgiques fournissent approximativement 15 % de la production minéro-métallurgique du Mexique. Elles développent leur activité dans tout le pays et opèrent de préférence dans les mines possédant des minerais riches quoique parfois elles exploitent aussi des gisements du même type que ceux des grandes compagnies.

100Ces entreprises opèrent sur une échelle moins importante que les grandes compagnies, car elles ne disposent pas de capitaux suffisants, ni d’installations de grande envergure ; au maximum, leurs opérations ne sont qu’à moitié mécanisées. Leurs voies de communication ne sont pas toujours très bonnes et dans la presque totalité des cas, elles vendent leurs produits minéraux bruts, ou concentrés, aux grandes compagnies propriétaires d’usines de traitement et de grandes fonderies.

101Dans d’autres cas, elles exportent les minerais très purs : manganèse, antimoine, étain, graphite, fluorite, etc.

102Les mines gérées, d’après ces méthodes, sont généralement exploitées à un rythme modéré ou sur une petite échelle au moyen de travaux miniers qui ne sont pas toujours les meilleurs, car on se contente souvent de réaliser les opérations minima suffisant à assurer la rentabilité de l’exploitation. Nombreuses sont les petites compagnies qui travaillent au milieu de difficultés qui, dans beaucoup de cas, faute de pouvoir être surmontées, provoquent un échec et aboutissent à un arrêt de l’exploitation.

103Les entreprises que nous venons de décrire produisent, d’après les renseignements officiels : 16,1 % de l’or, 8,9 % de l’argent, 5,6 % du plomb, 13,3 % du cuivre, 5,5 % du zinc, 62,7 % du manganèse et 22,9 % du charbon extraits.

« Mineurs libres » et prospecteurs

104Il existe une troisième catégorie de producteurs de richesse minière au Mexique ; les « mineurs libres » et les prospecteurs qui, tout en ne formant pas des compagnies légalement constituées, extraient en général de petites quantités de produits minéraux en travaillant dans les mines abandonnées et en retirant le minerai des anciens piliers, ou bien, en exploitant des veines et des veinules ayant souvent du minerai de grande teneur.

105Ces mineurs travaillent dans les mines qu’ils ont découvertes. Cependant, ils opèrent aussi, très souvent, dans de vieilles exploitations avec ou sans l’autorisation de leurs véritables propriétaires, en courant de grands risques et sans le matériel adéquat.

106Les chercheurs opèrent seulement dans les mines d’or et d’argent, le produit de leur travail est vendu aux grandes ou aux petites compagnies, ainsi qu’à des acheteurs locaux.

Réserves minières nationales

107Il y a moins de vingt ans, fut créée une législation spéciale : celle des Réserves Minières Nationales, qui affecte certaines zones minéralisées, ou bien les gisements de certains minerais déterminés.

108C’est ainsi que sont sauvegardés par le contrôle du Gouvernement les gisements de minerais qui, étant insuffisants pour répondre à la demande actuelle ou future du pays, ne peuvent être cédés en concession d’après le régime ordinaire. Dans d’autres cas, il s’agit de minerais de valeur, ou bien d’une signification politique internationale très spéciale.

LA PRODUCTION MINIÈRE MÉTALLURGIQUE

109L’exploitation des mines au Mexique fournit annuellement des produits estimés à des sommes très variables ; mais qui de toute façon atteignent plus de 2 500 millions de pesos. En 1954, d’après les statistiques complètes que nous possédons, le pays a produit un total de 2 212,901 tonnes de produits minéro-métallurgiques évalués à $ 2 682 223, 781 pesos. Dans le tableau ci-dessous, on trouvera la liste des différents produits ainsi que leur pourcentage par rapport à la production globale.

  • 2 Statistiques fournies par le Département des Mines du Ministère de l’Économie Nationale.

La production minéro-métallurgique et sa valeur durant l’année 19542

  • 3 Données sujettes à rectification.

PRODUITS

KILOS

VALEUR

POURCENTAGE EN VALEUR

Or

12,033

149 856,874

5.59

Argent

1 240,919

377 054,739

14.06

Cuivre

54 805,805.

392 824,761

14.65

Plomb

216 624,390

738 625,062

27.54

Zinc

223 748,910

608 838,900

22.70

Antimoine

4153,931

29 021,915

1.08

Arsenic

2 426,781

3 051,155

.11

Bismuth

360,203

17 885,746

.67

Cadmium

512,710

17 716,769

.66

Charbon minéral

1,313 609,145

51 230,696

1.91

Étain

354,630

8 298,062

.31

Graphite

21 783,854

14 394,749

.54

Fer en lingots3

201 566,000

112 876,960

4.21

Fer (minerai)

87 383,905

18 982,642

.71

Manganèse

83 356,461

86 593,982

3.22

Mercure

508,636

42921,115

1.60

Molybdène

119,297

1 695,280

.06

Tungstène

327,244

9 400,197

.35

Sélénium

6,629

954,177

.03

2 212 901,483

2 682233,781

100.00

  • 4 Statistiques fournies par le Département des Mines du Ministère de l’Économie Nationale.

Production d'or, argent, plomb, cuivre et zinc de la République mexicaine et valeur en 1954, par districts fédéraux et rang correspondant4

Production d'or, argent, plomb, cuivre et zinc de la République mexicaine et valeur en 1954, par districts fédéraux et rang correspondant4

110Plusieurs produits n’ont pas été inclus dans ce tableau. Certains d’entre eux ont cependant une valeur considérable, par exemple le soufre, dont la production atteint presque un demi-million de tonnes par an.

111Parfois, pendant un certain nombre d’années consécutives, un ralentissement de la production se fait sentir très nettement, comme il est arrivé pour l’or et l’argent. Ce ralentissement est dû à divers facteurs, en particulier à l’épuisement progressif des gisements dans plusieurs mines. Celui-ci s’est produit sous une forme apparente dans plusieurs endroits, mais à la suite de prospections, de nouvelles zones ont été localisées, plus abondantes ou bien d’une teneur importante. On a observé dans de nombreuses mines l’appauvrissement de la teneur en métal au fur et à mesure que l’on poussait davantage l’exploitation, les gisements ne produisent plus alors que des métaux industriels de faible teneur en or et en argent.

112Une autre cause de la baisse de la production, qui peut être appliquée à tous les métaux et à tous les minerais, résulte de l’augmentation des coûts et des variations dans la fixation de leur prix.

  • 5 Voir p. 14-105.

113La production minéro-métallurgique du pays provient de la plupart des districts qui constituent politiquement le Mexique. Ainsi, pour donner une idée de l’importance comparative de la production de l’or, de l’argent, du plomb, du cuivre et du zinc dans les 24 États fournisseurs en 1954, nous donnons un tableau5 où sont incluses les données correspondant au nombre total de tonnes de produits extraits et traités, la valeur relative de chaque métal dans chacun des États, la valeur totale de la production des cinq métaux dans chacun des districts, enfin dans la dernière colonne, le pourcentage de la production qui détermine l’ordre d’importance des différents États miniers du pays.

114Compte tenu des données officielles du Ministère des Finances, l’État ayant le plus grand nombre de mines, Chihuahua, est arrivé à produire 67,45 % du plomb, 69,5 % du zinc, 26,26 % du cuivre et 41,62 % de l’argent. La production des autres États figurant parmi les premiers a été estimée comme suit : Zacatecas fournit 9,23 % du plomb, 12,94 % du zinc, 14,06 du cuivre et 13,59 % de l’argent ; San Luis Potosí, 3,20 % du plomb 6 75 % du zinc et 7,09 % de l’argent ; Sonora 34,68 % du cuivre. Donc trois États produisent à eux seuls, fournissent 78,8 % du plomb, 89,2 % du zinc, 75 % du cuivre, et 62,3 % de l’argent.

LE MEXIQUE DANS LA PRODUCTION MONDIALE DE MÉTAUX ET DE MINÉRAUX

115Un pays qui à travers les siècles — nous l’avons vu — a produit de grandes quantités de métaux et de minéraux et qui actuellement maintient une industrie minéro-métallurgique si considérable, peut s’attendre à être classé parmi les nations les plus importantes.

116En effet, et selon les dernières statistiques publiées par le Minerais Yearbook of the U. S. Bureau of Mines, et d’après les statistiques du Département des Mines du Mexique, ce pays occupe la première place dans le monde, en tant que producteur d’argent et de graphite ; la deuxième place dans la production du plomb, de l’arsenic, du bismuth, du cadmium, du soufre, du fluorite et du strontium ; la troisième place comme producteur de zinc ; la quatrième, comme producteur d’antimoine ; la cinquième, dans la production du mercure ; la septième, comme producteur de cuivre ; la treizième, dans la production du manganèse et la seizième pour l’étain.

USINES DE TRAITEMENT ET FONDERIES

117Les produits que l’on tire de nos mines (sans tenir compte du charbon minéral et du fer, dont il sera question dans d’autres conférences de ce cycle) sont traités, fondus ou affinés, dans les diverses installations établies dans ce but dans différents États de la République. Les usines travaillent avec des systèmes très différents selon leur but, et d’après les minerais qu’elles reçoivent. Par là même, les capacités des usines sont extrêmement variées, depuis celles consacrées à de petits tonnages, jusqu’aux productrices de 12 000 tonnes quotidiennes. Il faut souligner que, dans de nombreux centres miniers de moindre importance, un nombre considérable d’usines de petite capacité travaillent à la distillation du mercure ou au lavage de minéraux d’antimoine, d’étain, de manganèse ou bien de fluorite et de baryte, etc. Ces installations fonctionnent dans des endroits isolés, tels que les zones désertiques ou dans les « sierras » (chaînes de montagnes), sans voies de communication d’accès facile.

118Les usines fonctionnant dans les 24 États producteurs de richesses minières sont au nombre de 107 et opèrent par système d’amalgamation, de calcination, de cyanuration, de distillation, de flottaison, par gravité, lavage, lixiviation, percolation, précipitation, volatilisation, ou même emploient des méthodes combinées, etc.

119Parmi ces usines, 17 correspondent à des installations traitant de 500 à 12 000 tonnes de minerai en 24 heures. Les 90 autres correspondent à des usines dont le maximum de capacité est inférieur à 500 tonnes de minerai en 24 heures.

120Les grandes usines traitent 84,1 % des produits minéraux, les 15,9 % restant sont traités dans les installations de deuxième catégorie.

121Les produits des usines dont il vient d’être question sont remis aux fonderies, en particulier celles de Avalos (Chihuahua) ; Pachuca (Hidalgo) ; Monterrey (Nuevo León) ; Nueva Rosita (Coahuila) ; Torreon (Coahuila) et San Luis Potosí, dans l’État du même nom. En outre sept fonderies moins importantes fonctionnent dans le pays. On dispose de neuf usines pour l’affinage des métaux et de deux raffineries d’arsenic.

122Le mercure est traité dans les centres miniers mêmes où il est extrait, soit à l’aide d’installations très modernes qui obtiennent un haut pourcentage de récupération, soit dans des fours rudimentaires de sublimation.

123La méthode Frasch est en usage dans les exploitations de soufre de l’isthme de Tebuantepec.

EXPORTATION MINÉRO-MÉTALLURGIQUE

124Malheureusement, étant donné que nos industries consommatrices de produits minéro-métallurgiques sont encore loin d’être suffisamment développées et du fait même qu’une grande partie de cette production est entre les mains de compagnies étrangères, le Mexique est obligé d’exporter une grande partie de ses métaux et de ses minéraux, lesquels sont vendus dans tous les continents, en fonction des demandes créées par les besoins industriels et monétaires de chacune des nations importatrices.

125Certains pays achètent plus particulièrement des métaux et des minéraux industriels ; d’autres acquièrent de l’or et de l’argent pour satisfaire à leurs besoins monétaires, artistiques ou industriels.

126En 1954, par exemple, sans compter la faible production de charbon, consommée d’ailleurs en totalité dans le pays, on a obtenu 899 292 tonnes de produits dont 664 857 furent exportées.

  • 6 Voir p. 108.

127Pour donner une idée de ce qui vient d’être indiqué très brièvement, on pourra étudier le tableau6 comparatif de la production et de l’exportation de produits métallurgiques en 1954. Dans la troisième colonne on trouvera les différences entre l’une et l’autre.

128Dans certains cas, comme cela se produit avec l’argent, l’arsenic, le bismuth, le fer et le mercure, les exportations dépassent la production intérieure ; ceci correspond aux excédents accumulés pendant les années antérieures.

LES PROBLÈMES DE L’INDUSTRIE MINÉRO-MÉTALLURGIQUE

129L’exploitation de la richesse minière du Mexique et le fonctionnement des installations métallurgiques qui extraient et fondent les produits, posent à l’industrie toute une série de problèmes divers. Ceux-ci d’ailleurs se posent à toutes les compagnies, grandes, moyennes ou petites, qui exploitent les gisements producteurs de métaux et de minerais.

130Certains de ces problèmes sont parfois très complexes et il n’est pas facile de leur trouver immédiatement la meilleure solution. Ces problèmes existent depuis des siècles et même actuellement, dans de nombreux cas, ils n’ont pas encore reçu de solution définitive bien plus à cause de leur aspect physique qu’en raison des facteurs humains.

  • 1 Statistiques fournies par le Département des Mines, Ministère de l’Économie Nationale.

Volume de la production minéro-métallurgique du Mexique durant l’année 1954, comparé au volume d'exportations de la même année1

PRODUITS

PRODUCTION kg

EXPORTATION kg

DIFFERENCE kg

Or

12,033

2.352

9 681

Argent

1 240,919

1 462,812

221 8931

Cuivre

54 805,805

44 270,868

10 534,937

Plomb

216 624,390

208 946,292

7 678,098

Zinc

223 748,910

207 882,579

15 866,331

Antimoine

4153,931

3 200,533

953.398

Arsenic

2 426,781

3 449,884

1 023,1031

Bismuth

360,203

456,000

95.7971

Cadmium

512,710

512,710

Charbon minéral

1 313 609,145

1,313 609,145

Étain

354,630

194.670

159.960

Graphite

21 783,854

21 783,854

Fer en lingots

201 566,000

201.566,000

Fer (minerai)

87 383,905

88484.076

1.130,171

Manganèse

83 356,461

83172,116

184,345

Mercure

508,636

636,523

127,8871

Molybdène

119,297

67.427

51,870

Tungstène

327,244

327,244

Sélénium

6,629

6,629

Total

2 212 901,483

664 856,569

1. Exportations dépassant la production (excédents).

131Plusieurs de ces problèmes concernant l’industrie minéro-métallurgique sont très semblables ou même identiques, à ceux qui se posent à la même industrie dans n’importe quel autre pays du monde, en particulier, les problèmes d’ordre économique (main-d’œuvre, approvisionnement et matériel, fiscalité, communications, transport et fret, eau, manque partiel ou total d’énergie électrique et de combustible). De plus, il faut tenir compte des problèmes de marché et des fluctuations de valeurs des métaux et des minerais, ainsi que des problèmes d’ordre social, etc. Comme nous l’avons souligné, chacun d’eux possède des caractéristiques spéciales dans les différents cas.

132La discussion des problèmes énumérés serait longue, mais nous allons cependant examiner brièvement les points suivants : En particulier, le manque de voies de communications appropriées et suffisantes — chemins de fer et grandes routes — affecte gravement le développement de l’industrie minière et métallurgique.

133Les grands centres miniers sont certes pourvus de nombreux moyens de communication et de transport mais, par contre, la grande majorité des centres miniers peu développés ou très éloignés des grands centres d’accès difficile en raison des accidents topographiques du terrain, souffrent du manque de voies de communication.

134Cette inaccessibilité freine le développement industriel, en raison des difficultés d’approvisionnement, de la hausse du coût de la vie et des frets, du manque d’outils et de machines dont le transport est généralement difficile. Dans certains cas, on a pu résoudre partiellement ce problème, en expédiant les machines par pièces détachées.

135On pourrait sûrement transformer en centres industriels un grand nombre de gisements miniers peu développés ou peu connus ainsi que d’autres complètement abandonnés, si l’on arrivait à établir des moyens de communication permettant leur accès.

136L’exploitation des mines relativement pauvres a été interrompue en raison de l’insuffisance ou du manque absolu d’énergie électrique. Ce second facteur est bien souvent à l’origine de la diminution de la production minière de beaucoup de centres qui auraient pu se transformer en producteurs importants, grâce à l’existence de réserves suffisantes, mais qui, en raison du manque de moyens nécessaires pour travailler, n’ont pu se développer dans la mesure de leurs possibilités.

137L’absence de combustibles dans les régions manquant de communications faciles a été de tout temps, un grave problème posé à l’industrie minière.

PROSPECTION DES RÉGIONS MINIÈRES

138Toute personne familiarisée avec l’industrie minière sait parfaitement que la vie d’un gisement métallifère est limitée, même si le minerai, en quantités énormes, est susceptible de garantir le production pendant une période qui peut se mesurer en siècles. C’est ainsi que les mines les plus connues du Mexique s’approchent peu à peu de leur épuisement, d’autant plus vite à l’époque actuelle qu’elles ont dû produire des tonnages très élevés (grâce à de grandes installations de flottation sélective), pour répondre à la demande mondiale de métaux qui, chaque année, devient plus importante, en particulier lors des grandes guerres mondiales. La vie d’une mine dépend, entre autres choses, du rythme des travaux d’exploitation ; c’est ainsi qu’il est de la plus grande importance pour un pays minier comme le Mexique, non seulement de découvrir de nouveaux gisements métallifères, mais aussi, de conserver ceux qu’il possède déjà, grâce à l’intervention directe des autorités fédérales, des gouvernements des États et des conseils municipaux qui veillent à empêcher ceux qui exploitent les richesses minières du sous-sol de dilapider le patrimoine national.

139Lorsque l’on consulte les statistiques de la production minéro-métallurgique du Mexique, il ne faut pas oublier que les gisements de minerais connus dans le pays ont été déjà considérablement exploités et que, par conséquent, ils ne seront plus, dans l’avenir, des centres de production importants et devront même bientôt interrompre leurs opérations, car les travaux d’exploitation ne couvriront plus les frais.

140Avant cette échéance, les compagnies minières étudient et prospectent de nouvelles zones dans les mines qu’ils exploitent afin de découvrir de nouveaux gisements dont l’exploitation serait intéressante du point de vue économique. D’autre part, à côté des organismes techniques officiels, les intérêts privés ont également poursuivi des recherches et ont exploré les anciennes mines. Des éléments officiels et privés sont en train de faire des travaux de prospection, géologiques et miniers, dans le but de localiser de nouveaux dépôts métallifères qui augmenteraient les réserves disponibles et remplaceraient les mines qu’il faudra fermez au bout d’un certain temps.

141Selon notre expérience et d’après les résultats des prospections, le territoire national peut être divisé en sept grandes zones en ce qui concerne la recherche de dépôts métallifères qui un jour, deviendront les centres miniers du Mexique. Ces zones sont les suivantes : Région du Nord. On y trouvera très probablement des gisements d’argent, de plomb, de cuivre et de zinc ; également du vanadium, du manganèse et de l’uranium.

142Région du Centre. On peut y situer des gisements d’argent, de plomb, de mercure, de manganèse, d’antimoine, d’étain, d’uranium, de soufre, de strontium et de roches phosphoritiques.

143Région du Rio Balsas. Nous croyons qu’on peut y trouver des dépôts contenant des minerais d’argent, d’or, de cuivre, de fer, de mercure, de manganèse, d’arsenic et d’antimoine.

144Région du Sud. Il faudrait y chercher des gisements argentifères, aurifères, de fer, d’antimoine, de titanium, de tungstène, d’uranium, de thorium, de soufre et de mica.

145Sierra Madre Oriental. Elle est très peu connue du point de vue des richesses minérales possibles. On y trouverait, peut-être, des mines d’or, de cuivre, de fer et de l’asbeste à Tamaulipas.

146Péninsule de Basse Californie. Nous croyons qu’il est possible d’y découvrir des gisements d’or, d’argent, de fer, de tungstène, de platine, de magnésium, de chrome, de cuivre et de manganèse.

147Sierra Madre Occidental. Elle possède probablement des dépôts métallifères de minerais d’or, d’argent, de cuivre, de nickel, de cobalt, de tungstène, de molybdène, de fer, de plomb, de zinc et des gisements de graphite.

148La prospection de ces régions deviendra plus facile et aura plus de chances de succès quand on aura une connaissance plus complète de la géologie mexicaine. Les travaux seront d’autant plus facilités que les systèmes de communication seront développés et permettront un accès plus aisé et rapide des régions même les plus éloignées.

CONCLUSION

149Toutes les exploitations minières du pays, les grandes aussi bien que les petites, ont extrait de 1922 à 1954, un total de 337 061 154 tonnes de minerais. Elles ont obtenu ce résultat en développant leurs activités en proportion de leurs possibilités afin d’obtenir directement de l’or, de l’argent, du plomb, du zinc, du cuivre, et indirectement du vanadium, du bismuth, du sélénium, et de l’arsenic obtenus après traitement des minerais des métaux précédents.

150Quant au traitement des minerais, il existe un grand nombre d’usines qui travaillent à la cyanuration, l’amalgamation, la séparation mécanique, le lavage, la flottation, la sublimation, etc. Dans le cas du mercure, on dispose d’une grande variété de fours pour brûler le minerai et sublimer le métal.

151Les fonderies du Mexique se divisent en grandes et en petites fonderies. Les grandes installations reçoivent toutes ou presque toutes la production minéro-métallurgique de la nation, provenant soit de leurs propres mines et usines, soit de l’achat à d’autres producteurs.

152Les opérations minéro-métallurgiques modernes ont un rythme de production extraordinaire et opèrent en certains cas dans des mines qui sont exploitées depuis très longtemps et dont les produits sont de plus en plus pauvres. Pour ces raisons, nous sentons le besoin de localiser de nouvelles sources d’extraction, de nouveaux gisements capables de satisfaire des besoins chaque jour plus importants.

153En conséquence, il est indispensable de continuer la recherche de gisements de minerais métalliques et non métalliques dans les grandes étendues du Mexique, méconnues sous cet aspect et qui sont localisées dans les zones situées dans les régions mentionnées ci-dessus. En effet, l’industrie minière continue d’être et sera longtemps encore, l’un des principaux éléments de notre économie nationale.

Notes

1 Conférence faite à l’Institut des Hautes Études d’Amérique latine, de l’Université de Paris, le 7 mai 1956.

2 Statistiques fournies par le Département des Mines du Ministère de l’Économie Nationale.

3 Données sujettes à rectification.

4 Statistiques fournies par le Département des Mines du Ministère de l’Économie Nationale.

5 Voir p. 14-105.

6 Voir p. 108.

Notes de fin

1 Statistiques fournies par le Département des Mines, Ministère de l’Économie Nationale.

Table des illustrations

Titre Production minéro-métallurgique comparée des années 1910 et 1915
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Production d'or, argent, plomb, cuivre et zinc de la République mexicaine et valeur en 1954, par districts fédéraux et rang correspondant4
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 900k

Auteur

Géologue de « Petróleos Mexicanos », et de l'Institut de Géologie de l’Université autonome de México.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search