Version classiqueVersion mobile

Amazonies nouvelles

 | 
Pierre Monbeig

L'Amazonie péruvienne

L'évolution de l'agriculture du Huallaga Central

Geneviève Durand

Texte intégral

1Le Huallaga Central est une région bien délimitée géographiquement par des obstacles naturels. Il faut voir là l'origine d'un isolement qui a bloqué son évolution pendant des décennies.

  • 1 Le "sol" était à 0,11 franc en septembre 1974. Un journalier agricole gagnait dans les communes au (...)

2Des récits de voyageurs ayant attiré l'attention sur son riche potentiel agricole, le Gouvernement péruvien, avec une aide internationale, a entrepris l'ouverture de routes et la mise en valeur des richesses naturelles pour développer la région elle-même et nourrir Iquitos, à l'est en pleine forêt, la côte nord à l'ouest et la capitale1.

3Ces infrastructures matérielles et techniques, achèvent de se mettre en place et les résultats commencent à se faire sentir, même s'il s'avère que les rêves avaient dépassé la réalité.

4Le Huallaga Central est une région spécifique grâce à son site et favorisé par sa situation géographique de contact, de transition entre deux zones : montagne et forêt, dont il semble avoir les avantages et non les inconvénients.

5Si le développement interne est suffisamment avancé au moment de l'ouverture de la route, celle-ci sera un canal d'irrigation et non de drainage. Mais la tâche n'est pas aisée car presque tout est à faire.

UNE REGION OUBLIEE

  • 2 "malos pasos" : passages dangereux à cause des rapides, courants violents, remous, pierres... parf (...)

6Le Huallaga, premier grand affluent de la rive droite de l'Amazone, naît dans les Andes du centre d'où il descend, de suite, au nord pour couler entre la cordillère centrale, à plus de 4.000 mètres, et la cordillère orientale ou cordillère Bleue, qui culmine à 1.800 mètres. Il suit cette gouttière, de Tingo Maria à Siόn, sur 220 km. Puis il franchit, vers l'est, le premier chaînon de la cordillère orientale par un étroit et haut défilé qui, avec le "mal paso" de Cayumba, garde, comme une forteresse, la partie du Huallaga que nous allons étudier. La vallée s'ouvre alors que disparaissent les reliefs de l'est, formant ainsi la pampa de Sacramento et que reculent ceux de l'ouest, élargissant le bassin sur environ 180 km du cours d'eau. Le Huallaga franchit alors le second chaînon de la cordillère orientale, rempart aux "malos pasos"2 plus périlleux encore comme le Vaquero et celui d'Aguirre, moins tumultueux, au-delà duquel le Huallaga devient un imposant cours d'eau amazonien, puissant et calme entre ses berges couvertes de végétation. Dans sa partie centrale, les lignes du relief impriment leur orientation NE-SE aux cours d'eau de part et d'autre du Huallaga. Les chaînons aux sommets arrondis et forestiers culminent à 1.500 m.

7La région étudiée se centre sur le confluent du Huallaga avec son plus important affluent le Mayo. La vaste vallée de celui-ci, élargie par celle du Cumbaza qu'il reçoit, lui aussi de sa rive gauche, est la zone du peuplement le plus dense. Elle regroupe sur ses marges trois des principales "villes" : Tabalosos (5.000 habitants), Lamas (6.500) et la capitale économique Tarapoto (27.000) qui a, là, une place de centre géographique, de gravité et de carrefour. Cette vallée est fermée, en amont, par un verrou derrière lequel s'est constituée une vaste cuvette de sédimentation : l'Alto Mayo, que couvrent deux provinces et qui renferme la capitale administrative : Moyobamba (10.000 h.) et la ville de Rioja (6.643 h.).

8En amont du confluent, vers le sud, trois petites vallées débouchent sur la rive gauche et une sur la rive droite ; les autres sont très courtes. Les populations, beaucoup plus dispersées, sont quand même nombreuses, en villages et hameaux, le long du Sisa, du Saposoa et surtout du Huallaga.

9Au sud, Juanjui (6.500 h.) est le port au trafic réduit, à cause des difficultés de la navigation, par où arrivent des marchandises de Lima par la route de Tingo Maria-Tocache.

10Au nord du confluent, une petite partie de la plaine amazonienne, qui appartient déjà au département de Loreto, est économiquement rattachée à notre région, tant par la route qui unit Tarapoto à Yurimaguas, que par la distance qui sépare cette dernière d'Iquitos, sa capitale administrative. Yurimaguas (17.500 h.), deuxième ville de la région, doit ce rang à sa fonction portuaire et d'approvisionnement de la région pour les produits venant d'Iquitos, ou de Lima par Pucallpa.

fond de carte : ministère de l'agriculture — cartes agrologique et écologique du Perou

11L'occupation du sol est ancienne. Les premières expéditions espagnoles, fondatrices de villes, n'ont fait que regrouper des populations existantes. C’est paradoxalement par l'ouest où l'accès est très difficile, mais terrestre, qu'elles sont venues. Au XVIe siècle sont fondées : Moyobamba (1539), Rioja (1586) et les principaux villages de l'Alto Mayo actuel. Le Mayo est descendu. Lamas se crée en 1656, puis Tabalosos, également sur une hauteur. Saposoa (1559 ou 1680) est aussi fondée de l'intérieur. Les indiens de Lamas peuplent la région en franchissant les crêtes (Sisa), puis en suivant les cours d'eau comme c'est la coutume en Amazonie : Tarapoto (1780), Juanjui. Au XIXe siècle, de nombreux villages existent sur ces axes de circulation. Seule, Yurimaguas (1710) est fondée par une expédition venue de l'est : des religieux y ont installé des indigènes de l'Amazone.

12Capitale sud-américaine du chapeau de fibres tressées, Moyobamba doit céder à Iquitos le commandement de l'est péruvien à la fin, du XIXe siècle. Réanimée quelque peu par la fièvre du caoutchouc, qui ne la touche qu'indirectement, la ville et sa région sombrent ensuite dans près d’un demi-siècle d'oubli.

13En 1960, le paysage régional n'est encore que celui d'un ensemble de clairières, plus ou moins vastes, dans la forêt. Chacune d'elles est parcourue de sentiers muletiers. Elles sont reliées entre elles par des cours d'eau, souvent coupés de rapides, des chemins où hommes et mules se partagent les charges. De ce fait, l'avion joue un rôle important, bien que quantitativement réduit. Presque toutes les pistes sont herbeuses. Le trafic est irrégulier sauf pour Tarapoto. C'est, à cette époque, le deuxième aéroport péruvien, après celui de la capitale, pour le trafic des marchandises. Il est le point d'exportation des cultures commerciales : coton, café, tabac. Mis à part quelques produits alimentaires, toute la consommation urbaine est ainsi approvisionnée.

14Les paysans vivent en auto-subsistance. Ils gagnent le numéraire nécessaire à l'achat de vêtements, de machettes, grâce à quelques arpents de cultures commerciales, ou en se louant quelques jours chez des voisins. Les grandes propriétés étaient rares, de même que la pratique du fermage. Les ouvriers agricoles ne sont qu'occasionnels et travaillent leurs terres durant le reste de l'année. Chaque famille d'agriculteurs a 1 ou 2 hectares en activité sur les 5 à 10 que les voisins reconnaissent être sa propriété. L'agriculture se fait sur brûlis, à la machette et au bâton à fouir. Manioc et bananiers sont plantés ensemble la première année, sur 1/2 hectare environ. L'année suivante, un nouveau champ reçoit une culture commerciale. La troisième année, du manioc ou du riz occupent une autre parcelle. Maïs, légumes, arachide, ananas… leur sont aussi associés. Près des maisons se trouvent des arbres fruitiers : orangers, citronniers, avocatiers, papayers, cocotiers, maranon (anacardium occidental), caimito (lucuma), taperiba (spondias mombin)… La pâture de quelques bovins est assurée sur les jachères ou certains pâturages naturels. Les porcs, nombreux, se nourrissent de déchets de cuisine et de ce qu'ils trouvent dans la nature car ils circulent librement dans les villages.

15La population est évaluée à 16.000 habitants dont 85 % vivent de l'agriculture.

16Les sommets, dominant des versants aux pentes supérieures à 20 %, sont inutilisables. Les terres habitées et utilisées s'étagent ainsi de 120 à 1.200 mètres, parfois 1.500 dans l'Alto Mayo.

17C'est vers cette époque que le gouvernement péruvien commence à s'intéresser à cette région. Les récits des voyageurs des XIXe et XXe siècles, ainsi que les rapports de quelques équipes scientifiques envoyées en reconnaissance, sont très prometteurs quant aux possibilités agricoles et d'élevage de la région.

18La situation intermédiaire du département de San Martin, isolée de la côte par des reliefs importants à l'ouest et d'Iquitos par l'étendue de la forêt, si elle fut son principal handicap, peut devenir un atout avec l'intégration active à la vie nationale par le réseau de communication. Il permettra de mettre en valeur une topographie, un climat, des sols, différents de ceux de la plaine amazonienne et de la montagne, qui lui fournissent des cultures spécifiques grâce aussi à sa main-d'oeuvre que représente une densité relativement forte pour une région de forêt tropicale : 4 à 6,5.

19Les planificateurs voient dans cette vallée, où un petit élevage existe, la future ferme et le verger alimentant Iquitos, la côte nord et la capitale (cette dernière pour la viande seulement).

20De grands projets sont mis à l'étude, puis réalisés.

I. LES INFRASTRUCTURES TECHNIQUES ET ADMINISTRATIVES MISES EN PLACE PAR L'ETAT

21En quelques années se dessine un réseau routier régional ; des équipes de techniciens se penchent sur les possibilités de développement agricole et, là aussi, un réseau est mis en place. Des lois, à l'échelle nationale, jouent aussi un rôle pour ce versant qui va se transformer.

A - LE RESEAU ROUTIER

22A la fin des années 50, pour remédier à cet isolement et exploiter le potentiel agricole local, est projetée la construction de la Marginal de la Selva. Cette route de la forêt, internationale, fera à l'est des Andes, le pendant à la Panaméricaine qui longe la côte du Pacifique.

23Dans le département de San Martin, les grandes directions seront, du nord au sud, la vallée du Mayo puis celle du Huallaga avec, à Tarapoto, un embranchement sur Yurimaguas, et des embranchements, plus ou moins longs, dans les vallées du Sisa et du Saposoa.

24En dix ans un réseau routier interne est ouvert, formant l'armature de la région. Il est parallèle aux principaux axes du réseau hydrographique sauf pour la partie Tarapoto-Yurimaguas. Cette route de 135 km dont 60 dans la plaine amazonienne, franchit le dernier chaînon de la cordillère orientale par un col-tunnel à 1.100 mètres d'altitude. Tarapoto-Moyobamba (passage à 1.200 mètres)-Rioja, ce parcours atteint 140 km ; 70 de plus étaient déjà ouverts dans la forêt de l'Alto Mayo, en direction de la cordillère centrale, en juin 1974. Cette cordillère sera franchie par uncol à 2.400 m. et rejoindra, par Olmos, Chiclayo en 700 km. Par la Panaméricaine, Lima sera à 1.400 km. Vers le sud, la route est déjà construite jusqu'à Tingo Maria (400 km) et Lima (1.100 km) mais elle ne peut guère être utilisée que jusqu'à Juanjui (130 km) car au-delà manquent : le pont sur le Huayabamba pour atteindre Campanilla (170 km), et les trois ponts sur le Huallaga pour rejoindre la route qui va à Tingo Maria.

25A l'intérieur de la région étudiée qui reste donc enfermée dans ses barrières physiques, le réseau routier se complète de rameaux, parfois préexistants, d'une vingtaine de kilomètres chacun ; à Lamas, Shapaja, Jepelacio, Yuracyacu, San Pablo de Sisa, Saposoa et sur l'autre berge du Huallaga, dans les vallées du Ponaza et du Mishiyacu. Ces embranchements sont inutilisables en période de pluies car ils n'ont aucun revêtement et les rivières se franchissent à gué. Les grands axes sont aussi fermés aux camions quand il pleut trop pour éviter les ornières profondes qui finissent par détruire le revêtement de pierres et de graviers. Le matériel dans lequel est creusée la route est très meuble. La pluie y cause des éboulements qui obstruent les caniveaux d'écoulement et parfois la route elle-même.

26Les travaux ont été commencés par des compagnies nord-américaines, puis pris en charge par le ministère des Travaux publics en 1972.

27En temps normal, pour un camion de marchandises, Juanjui est à neuf heures de Moyobamba (240 km), Tarapoto à six heures de Yurimaguas, en comptant l'arrêt pour le repas.

28Pour que ces travaux, très importants, soient rentabilisés, des études pour des projets d'aménagement régional sont aussi réalisées.

B - LE PROYECTO HUALLAGA et la mise en place d'une infrastructure technique agricole

29Le "Proyecto Huallaga''est signé entre le gouvernement péruvien et les Nations Unies en septembre 1965. Il se propose de faire une étude régionale approfondie et d'établir un plan de développement rural pour une région plus vaste que celle que nous étudions ici. Elle couvre, en effet, les terres traversées par le Marginal, c'est-à-dire qu'elle s'étend plus au nord-ouest et plus au sud.

30En 1966, une couverture aérienne est effectuée. De 1966 à 1968, une équipe internationale et péruvienne étudie les ressources naturelles, physiques et humaines ; les systèmes de production agricole et les possibilités d'implantation d'agro-industries.

31Le plan de développement régional rédigé en 1969 indiquait les régions les plus favorables où des efforts plus importants devaient être faits tels que : ouvrages pour l'irrigation au confluent du Huallaga et du Sisa ; il estimait la main-d'oeuvre nécessaire pour atteindre les rendements, la production et la productivité par produit, ceci fixé dans le plan d'après les études antérieures. La mise en oeuvre de ce plan revenait au ministère de l'agriculture.

32Il a beaucoup à faire mais de grands espoirs sont permis car les conditions physiques locales se révèlent favorables : cette clairière dans le versant andin correspond, à peu près, sur la carte écologique à la zone de forêt tropicale sèche entourée de tous côtés de forêt tropicale et sub-tropicale humide et, à l'est, très humide. Le centre ne reçoit que 600 à 700 mm de pluie par an, avec une saison sèche bien marquée, de juin à août, qui tend à disparaître dans l'Alto-Mayo et le Bajo Huallaga où tombent 1200 à 2000 mm d'eau, souvent sous forme d'averses. Les températures moyennes annuelles varient de 22 à 27°, ce qui rend ce climat assez sain pour les hommes.

33Les sols alluviaux, récents et profonds, des îles et des terrasses basses, sont excellents. Ceux des terrasses plus anciennes sont bons. Les sols de l'intérieur sont bons pour les cultures pérennes de fruits et arbustes et pour l'élevage, comme l'indique la carte.

34Pour mener à bien ces études, puis pour organiser le développement agricole, le ministère de l'agriculture va étendre, presque créer, un réseau de services techniques et administratifs regroupés sous la direction de la Zona Agraria IX, dont le siège est à Tarapoto, ou dépendants directement de la capitale.

L'infrastructure technique agricole

35Nous ne nous occuperons ici que des trois secteurs qui correspondent exactement à la région étudiée et non de l'ensemble de la Région Agraire no IX ; c'est-à-dire : le département de San Martin au nord de Punta Arenas (Campanilla) et les communes de Yurimaguas et Teniente Cesar Lopez qui appartiennent déjà au département de Loreto.

36Les effectifs du ministère de l'Agriculture ont été multipliés par 10 ou 12 et répartis suivant un réseau de 8 agences plus ou moins complètes, et d'une quarantaine de bureaux ruraux. Avec le siège zonal de Tarapoto, ce personnel atteint les 400 personnes environ, techniciens de base, spécialistes, ingénieurs, assesseurs juridiques, chercheurs et personnel administratif. Les divers services sont nombreux : assistance technique, production agricole et élevage, santé des plantes et des animaux, eaux et forêts, réforme agraire, étude des systèmes et coûts de production, aide à la formation et à la gestion d'entreprises agricoles, commercialisation, éducatrice rurale, information, cartographie et cadastre, pépinières, recherches pour l'élevage, entretien du matériel.

37Au niveau supérieur qui coiffe les trois sous-secteurs : Alto Mayo, Bajo Mayo et Huallaga central, Yurimaguas, plusieurs postes sont périodiquement à pourvoir. Le recrutement est difficilement local puisqu'il n'y a pas d'université. Pour les habitants de la montagne et surtout de la côte, ou pour ceux qui sont allés là-bas faire leurs études, la forêt a très mauvaise réputation et semble professionnellement une oubliette. Les salaires y sont plus bas qu'ailleurs, la vie plus chère, journaux et revues arrivent mal, même pour les publications internes du ministère. La vie culturelle est réduite, de piètre qualité, les loisirs peu nombreux. Le climat est chaud. Bien souvent la femme et les enfants ne suivent pas le fonctionnaire pour des raisons de santé, d'études, de confort. Ceux qui y sont, plus ou moins, placés d'office ne pensent souvent qu'à en repartir. Le fonctionnement de cette administration s'en ressent par le manque de conscience professionnelle ou de connaissances régionales de personnes restant peu, et par le surcroît de travail que cela occasionne pour les autres, déjà chargés lourdement s'ils prennent à cœur leurs responsabilités, dans cette région difficile.

38Pour les techniciens ruraux et les hommes qui travaillent régulièrement sur le terrain, les collèges agricoles locaux leur ont donné une formation de base, sinon un apprentissage sur "le tas", font d'eux un personnel fixe et bien adapté. Ils sont débordés de travail. Dans certains secteurs, les agriculteurs sont difficilement accessibles. Chaque technicien de base a, en moyenne, 580 agriculteurs à sa charge. C'est trop pour 25 jours de travail mensuel, quand il ne pleut pas. Il doit aussi rapporter des relevés statistiques à la réunion technique à l'agence. Celle-ci a lieu une fois par mois ; c'est parfois le seul contact avec l'extérieur, à une demie ou une journée de cheval et en camion. Ceci explique qu'il ne s'occupe souvent que des agriculteurs de son hameau, de ceux qui viennent le voir et de ceux qui ont eu un crédit, car il en est responsable.

39Les services expérimentaux et la recherche ne sont pas rattachés à la Zona Agraria IX, mais directement à Lima.

Les fermes d'élevage de l'Etat

40La région en possède deux : celle de Bellavista qui existe depuis 1969, celle de Yurimaguas plus récente. Sur des milliers d'hectares de pâturages cultivés, des recherches sont faites sur les rendements et la qualité des différents pâturages, les croisements de races pour une meilleure adaptation à la région, une meilleure production de viande et surtout la constitution d'un bon troupeau de reproducteurs et de jeunes animaux pour la vente aux éleveurs locaux. La production de lait reste très faible mais les recherches l'améliorent peu à peu. Elle atteint deux litres par jour et par vache au maximum et dans des cas exceptionnels.

41Ces fermes ont été rattachées à E.P.S.A., entreprise publique de services agricoles.

42Les contacts avec les techniciens de la Zona Agraria IX et de C.R.I.A.N.O. n'existent qu'au niveau personnel bien que leurs travaux soient souvent similaires.

Le C.R.I.A.N.O. "Centro Regional de Investigacion Agricola del Nor-Oriente"

43Ce centre de recherches agricoles a pour principales activités : la recherche de nouvelles variétés locales de plantes de la montagne, le dépistage et l'étude en vue de la lutte des maladies, champignons, insectes, parasites… très nombreux dans ces zones chaudes et humides, qui détruisent les plantations. Dans le domaine de l'élevage des croisements sont expérimentés pour la production, la viande, le lait (ici commercialisé), pour les poules : reproduction, viande et œufs. Les maladies qui déciment périodiquement ces dernières sont trop nombreuses pour que les vaccinations soient efficaces ou rentables. Les élevages, autres que domestiques, sont des tentatives rares et périlleuses. Une étude spéciale est réservée aux cochons d'inde, animal domestique par excellence des Andes, qui pourrait fournir ici aussi un complément appréciable aux menus quotidiens.

44A 15 km de Tarapoto, les laboratoires du C.R.I.A.N.O., entourés de vastes terrains, n'ont commencé leurs travaux qu'en 1972.

45Ils se voudraient directement accessibles aux paysans pour être plus rapidement efficaces. Mais le fait de laisser l'entrée libre n'est pas suffisant. Les chercheurs ne peuvent eux-mêmes aller informer les agriculteurs, sauf quelques fois à Juan Guerra, le village voisin. Administrativement, le centre ne dépend que de Lima et cela semble créer une coupure entre les hommes. L'information ne passe guère au niveau supérieur pour se répercuter jusqu'au technicien de base qui peut la diffuser.

46L'action de l'équipe péruano-hollandaise est en cela plus efficace.

COPERHOLTA

47Un accord a été signé en 1972, pour quatre ans, entre le ministère de l'Agriculture péruvien et le Gouvernement Hollandais pour une assistance technique. Celle-ci se présente sous la forme d'une équipe bi-nationale, dirigée par un hollandais, mais à majorité péruvienne, pour la promotion de la culture du tabac, principale culture commerciale régionale. Le tabac, mais aussi les plantes d'assolement, les bovins et les porcins font l'objet de recherches. Ces travaux se réalisent, pour une petite partie, au C.R.I.A.N.O., mais pour l'essentiel dans la ferme modèle et les champs d'agriculteurs volontaires. Ceux qui acceptent de travailler selon les directives des ingénieurs pour les techniques agricoles et les assolements, doivent être inscrits, pour vendre leur tabac à une compagnie. C'est la garantie des avances d'insecticides, herbicides. Les paysans peuvent refuser la mécanisation car elle représente un gros investissement pour la location du tracteur et le chauffeur. Pour la même raison, la construction d'un séchoir (grand hangar à la charpente de bois, au toit de feuilles de palme ou de tôle ondulée, sans murs) n'est pas systématique.

48D'après l'évaluation effectuée en 1974 par Coperholta, le ministère de l'Agriculture et l'Institut National de Planification, cette coopération a des résultats positifs. Une aide technique y est adjointe par un fonds placé par le gouvernement hollandais à la Banque de Développement agricole.

La Banque de Développement Agricole

49Une succursale du "Banco de Fomento Agropecuario" existe à Tarapoto depuis 1953. C'est le seul organisme local de crédit agricole, les autres banques étant purement commerciales. Les deux autres agences sont à Yurimaguas et Bellavista. Les fonds sont internationaux, pour l'aide au développement. Le personnel est composé, au moins au niveau régional, de fonctionnaires péruviens. Les prêts ont des intérêts de 7 à 12 % par an, suivant qu'ils sont pour une production annuelle, pérenne, ou pour l'élevage, c'est-à-dire de un à vingt ans. Le titre de propriété est exigé comme garantie de base. Cette clause en excluait jusqu'à juin 1974, au moins 50 % des agriculteurs régionaux et parmi eux ceux qui en avaient le plus besoin. Les crédits sont donnés tout au long de l'année, au fur et à mesure des nécessités. Mais avec la difficulté des transports, jointe au manque de succursales et de personnel, il arrive, souvent, que cet argent fasse défaut au moment des dépenses. L'aide technique qui permet une meilleure garantie, doit être donnée par le ministère de l'Agriculture. Celui-ci devrait aussi résoudre les difficultés de commercialisation de la récolte. Ce même ministère a tenté, pendant un an, de donner lui-même les crédits (l'argent venait toujours de la banque). Il semble y avoir renoncé. Les buts de cette initiative étaient : accroître le nombre de bénéficiaires en n'exigeant que des titres de possession (prouvant que le demandeur travaille bien cette terre) plus rapides à obtenir ; accélérer l'octroi des prêts, simplifier la procédure, multiplier les fonctionnaires du crédit en donnant cette fonction supplémentaire aux techniciens ruraux. Ceci permettait de rapprocher le crédit du paysan. Là aussi les fonctionnaires manquaient et la banque a craint pour le remboursement des dettes, souvent échelonné sur plusieurs années pour un crédit d'un an, par suite de mauvaise récolte.

50Nous verrons que la formation de coopératives, prioritaires dans l'octroi de terres et de crédits est un grand pas dans le développement du crédit agricole.

51Ces mesures prennent toute leur signification avec les réformes décrétées au niveau national. Elles transforment peu à peu les structures régionales de la production et quelque peu celles de la commercialisation.

C - LES NOUVELLES LOIS

52En 1968 et 1974, la double loi de réforme agraire fixe les modalités générales, puis régionales, pour les conditions d'utilisation et d'appropriation du sol.

53En 1972, la création de SINAMOS doit permettre aux paysans d'utiliser au maximum ces nouvelles structures.

54Enfin, des prix fixés par l'Etat pour l'achat de certains produits ainsi que le monopole d'état pour la commercialisation du riz et du tabac devraient assurer des revenus plus réguliers aux producteurs pour des cultures très importantes dans la région étudiée.

Les lois de réforme agraire

55Celle de 1969 ne concernait pas la zone de forêt où l'exploitation du sol est très différente de ce que l'on trouvait alors sur la côte ou dans la montagne. Cependant, elle a quand même joué un rôle ces dernières années sur ce versant où la loi de 1910 n'était plus applicable.

56- Les vieux titres de propriété venant de concessions minières ou forestières, ou d'une spéculation sans aucune mise en valeur agronomique ou artisanale, sont déclarés caducs. Ce qui n'a qu'une conséquence juridique car les surfaces concernées n'étaient ni exploitées, ni occupées par les titulaires.

57- La plupart des agriculteurs, comme dans toute l'Amazonie où la densité est faible, sont des occupants sans titres ayant défriché leur lopin de terre dans un endroit qui leur semblait propice. La création d'un bureau de la réforme agraire, à Tarapoto et dans les agences provinciales, permet d'accorder des titres de possession, puis de propriété, aux personnes cultivant régulièrement une parcelle.

58La procédure à suivre pour l'obtention de ces titres est assez longue. Les groupements de paysans et les coopératives ont priorité sur les propriétaires individuels. Ceci peut faciliter la tâche dans une région où tant de titres sont à mettre à jour. Mais ces associations ne se constituent que lentement.

59Le 24 juin 1974 a été proclamée la loi de réforme agraire pour la forêt : Ceja de Selva et Selva. Ce second texte est un document spécifique. La base est l'unité d'exploitation familiale privée, d'une surface minimum de 15 ha pour l'agriculture et de 30 ha pour l'élevage. S'il était difficile pour septembre 1974 d'en voir déjà les effets, il est cependant appréciable pour les fonctionnaires de la réforme d'avoir des textes précis à suivre pour délivrer les titres nécessaires à la modernisation de l'agriculture et faciliter l'organisation de la production par les paysans eux-mêmes. Ceci sera lent et nécessite une formation que le paysan de San Martin n'a pas. Les fonctionnaires de SINAMOS doivent l'aider à l'acquérir.

SINAMOS

60En 1972, le Gouvernement péruvien crée SINAMOS : système d'appui à la mobilisation sociale. Comme son nom l'indique, cet organisme doit aider à la formation juridique et technique de la population en divers groupes, suivant les occupations ou difficultés rencontrées.

61Dans cette région c'est essentiellement des paysans qu'il s'occupe. Le siège est à Moyobamba. Chaque capitale de province a une agence dont les membres rayonnent dans la campagne environnante. Ce travail se fait en coopération avec le ministère de l'Agriculture pour le côté propriété foncière, assistance technique et financière, commercialisation. Il s'agit d'organiser professionnellement l'agriculteur pour accroître son niveau de vie et la production générale, mais aussi de lui faire prendre conscience de la réalité économico-politique locale et nationale pour qu'il puisse participer au processus révolutionnaire fait pour lui. Les conflits sont fréquents entre le ministère de l'Agriculture (pour les titres à longue procédure, la commercialisation des récoltes qui n'est souvent pas résolue et l'aide technique insuffisante), la banque de développement agricole (pour la mauvaise qualité des crédits, la résistance à les accorder collectivement à une coopérative) et SINAMOS, par-dessus les agriculteurs beaucoup plus exigents depuis 1973.

62L'action de cet organisme public est jugée plus politique qu'éducative, par trop gouvernementale, surtout par les opposants au régime actuel, nombreux parmi la classe moyenne locale, donc les fonctionnaires.

63Les problèmes de circulation, les obstacles administratifs à la sortie de véhicules officiels en-dehors des heures de bureau… n'ont pas non plus facilité cette coopération qui, peu à peu, se réalise devant les exigences des agriculteurs et la nécessité pour chacun de rendre son travail efficace.

ΕΝΑΤΑ

64La Empresa Nacional Tabacalera est actuellement la seule compagnie achetant le tabac depuis qu'en juillet 1974, l'Etat a nationalisé cette branche de première transformation et de commercialisation. Des contrats sont passés avec les producteurs (5.000 environ), auxquels l'entreprise prête les tracteurs, avec chauffeur, pour préparer le terrain (0,5 ha en général) : défrichement et labour, les insecticides, pesticides… si le paysan le veut. Un défrichement revient de 3 à 9.000 soles, suivant la nature de la forêt, remboursables en trois ans. Le tracteur pour le labour se paye à la récolte (400 soles l'heure), de même que les produits chimiques. La construction d'un "caney" : hangar pour le séchage des feuilles de tabac, coûte 50.000 soles, avec un toit en feuilles de palmier et se rembourse en cinq ans.

65Les conseils techniques pour les façons agricoles, l'élaboration de pépinières… sont gratuits, en sus. A ce niveau et pour la fourniture de semences sélectionnées, la coopération avec Coperhalta est précieuse, positive et gratuite. Les 2/3 des agriculteurs, environ, travaillent le tabac de façon traditionnelle. 1/3 seulement se sont décidés pour les techniques modernes mises à leur disposition. Les prêts sont parfois à plus longs termes que prévu, quand les récoltes ne sont pas bonnes à cause de maladies ou de la sécheresse. Peu habitués au crédit, les paysans sont un peu affolés devant les sommes, très importantes pour eux, que représentent ces prêts, mais des demi-récoltes se perdent mangées par les insectes.

66Une fois la récolte séchée, elle peut être transportée au siège de l'entreprise la plus proche : Tarapoto ou Picota, dans les camions de Enata, gratuitement. Les feuilles sont alors examinées pour déterminer leur qualité, leur propreté, l'humiditée… pesées et payées aux prix officiels : en 1974 : extra, 20 soles ; première, 17,50 ; seconde, 15 soles ; troisième, 13,50 soles le kilo. Puis les décomptes sont faits suivant les dettes de l'agriculteur.

67Les feuilles sont alors débarrassées de leurs nervures par 2.000 ouvrières temporaires, travaillant en général à domicile, puis mises à fermenter. Ce travail est effectué uniquement pour l'exportation, les fabriques nationales utilisent du tabac fermenté en feuilles entières. Emballée dans des sacs de 50 kilos, la production est envoyée à Lima d'où elle est exportée ou transformée en cigares et cigarettes, redistribuées dans le pays.

E.P.S.A. commercialisation

68Cette "empresa publica de servicios agropecuarios" existe depuis de nombreuses années mais ses services se sont agrandis. EPSA dispose dans la région de deux décortiqueuses sous hangar avec balances de pesée, séchoir, entrepôt, l'une près de Yurimaguas, l'autre de Tarapoto ; de bureaux de vente du riz pour la consommation et les bureaux administratifs à Tarapoto - plus les deux fermes d'élevage que nous avons déjà vues.

69Des prix maximum sont fixés, au niveau national, pour des produits de base, à l'achat. Ici, en 1974, 6,5 soles pour le kilo de riz ; 4 soles pour celui de maïs. EPSA a, théoriquement, le monopole de l'achat et du nettoyage du riz. Comme les décortiqueuses publiques ne sont pas en nombre suffisant, les petits établissements privés subsistent. Les grains sont décortiqués à la machine après séchage supplémentaire, si nécessaire. EPSA est chargé de la distribution régionale, au prix officiel de 10,80 soles le kilo. Ce n'est qu'après cette vente que les producteurs sont payés, suivant la quantité de riz apportée, son taux d'humidité et de propreté. Le riz peut être refusé. Souvent, ce sont des intermédiaires qui apportent le grain à la machine et bénéficient du prix-refuge alors qu'ils ont acheté le riz à 3 ou 4 soles le kilo au paysan qui lui, ne peut payer le transport et souvent ignore l'existence d'EPSA ! Il en va de même pour le maïs. Les fermes de l'Etat n'ont pas les crédits suffisants pour leurs achats de grains et achètent le maïs à 2,5 soles. La décortiqueuse de Moyobamba n'est encore qu'un grand hangar vide. Le moteur qui a été offert par un pays européen attend, dans l'entrepôt du port de Callao, la pièce qui lui manque. C'est un grand handicap pour l'Alto Mayo, sous-région la plus productrice de riz, obligée théoriquement d'aller vendre ses grains jusqu'à Tarapoto. Cela revient au paysan à 300 soles aller-retour, plus 1 sol du kilo pour son chargement ! Alors il vend sa production au premier venu car il a besoin d’argent. Par ailleurs, la redistribution est insuffisante. Certaines villes manquent parfois de riz, ce qui fait monter les prix à 14-15 soles le kilo et même 18 ! Les spéculateurs ne manquent pas, ce sont en général les commerçants qui peuvent acheter et stocker.

70La tâche à accomplir reste importante mais les premiers pas sont faits. Ces mesures devraient être de mieux en mieux appliquées.

II. LES TRANSFORMATIONS DANS LE DOMAINE AGRICOLE

71Les conséquences de ces changements structuraux récents sont plus ou moins directes mais se font sentir à différents niveaux dans l'espace géographique étudié.

72La production agricole augmente tant en qualité qu'en quantité, de même que les échanges.

73La légalisation des rapports juridiques de l'homme avec la terre permet, avec la formation technique, de créer les organisations paysannes qui devraient jouer un rôle décisif dans la mise en valeur et le niveau de vie des populations. Tout ceci ne fait guère que s'ébaucher. Les problèmes sont nombreux et ne font peut-être que commencer avec l'ouverture au monde extérieur pour des paysans souvent habitués à vivre presque en auto-subsistance.

A - ACCROISSEMENT DE LA PRODUCTION

74Elle est due à la conjoncture de plusieurs facteurs différemment répartis sur le territoire étudié.

Accroissement de surfaces cultivées

75Il est le fait de la colonisation le long des routes nouvelles quand elles traversent des zones de forêts peu habitées : Huallaga central, Tarapoto, Yurimaguas et Tarapoto-Moyobamba (après les cols) et surtout Rioja-Olmos dans les 60 km construits après Rioja sur une zone plane mais marécageuse. Cette colonisation est spontanée.

76Les colons sont, pour la plupart, originaires de la région ; seule, la province de Rioja, au nord-ouest, reçoit régulièrement des paysans du sud du département voisin d'Amazonas ou de celui de Cajamarca.

77Pour les habitants du district de Lamas, traditionnelle source du peuplement régional, la colonisation a été un déserrement sur des distances moyennes que ces paysans-transporteurs étaient habitués à parcourir à pied. Ils se sont principalement installés le long de la route Tarapoto à Yurimaguas, au nord du Chaînon au relief abrupt, en suivant le vieux chemin de parcours qui a failli être celui de la route. Ils ont été rejoints par des habitants des rives du Caynarachi, à l'est, qui ont délaissé leurs sites d'habitat sur berges pour les bordures des nouvelles voies de communication.

78Entre les deux recensements de 1961 et 1972, cette région a vu sa population passer de 3.962 à 7.081 personnes.

79Dans l'Alto Mayo, au nord-est de Rioja, le long ou dans les environs, assez plats, de la route nouvellement percée à travers la forêt, s'installent presque journellement des familles de paysans venues de l'ouest (Chachepoyas et Rodriguez de Mendoza, principalement), du sud du département de Cajamarca aussi. Les chemins suivis à pied sont tous aussi traditionnels mais plus accidentés que ceux des lamistes, peuplés de légendes tragiques. Ces émigrants ont marché pendant cinq à six jours avant de rejoindre le bout de terrain choisi par leur père au cours de voyages précédents, durant lesquels il travaillait comme manoeuvre. Certains viennent en avion. Le trajet Rodriguez de Mendoza-Rioja revient à 165 soles (1974). Ils se mêlent aux populations des villages, où ils retrouvent souvent des familiers. Mais de nouveaux hameaux sont aussi fondés, plus à l'ouest. La progression de la route est jalonnée d'installations individuelles. Pour ceux qui sont isolés, parfois en terrain et climat inconnus, les deux premières années sont souvent très difficiles car il faut se nourrir. Par ailleurs, les connaissances écologiques acquises dans des climats ou terrains différents, ne sont pas toujours utilisables et occasionnent des difficultés d'adaptation. La population, estimée rurale, dans cette province est passée entre les deux recensements de 676 à 2.271 personnes.

80Il est très difficile d'évaluer les superficies que ces colons ont mises en valeur. La couverture aérienne de 1966 était incomplète et n'a pas été refaite, le cadastre n'est pas établi dans toutes les provinces.

81Dans le Huallaga central et le Bajo Mayo, déjà régulièrement peuplés, les paysages ont aussi changé. Cela est dû plutôt à l'évolution parfois très rapide des techniques agricoles.

LES PROGRES DES TECHNIQUES AGRICOLES

82Ces régions en ont plus bénéficié que d'autres, du fait d'une topographie assez plane, de leur facile accessibilité, grâce à la route et à quelques chemins moins érodés que dans des terrains accidentés.

83- Grâce à l'aide technique du ministère de l’Agriculture, de COPERHOLTA, d’ENATA, et aux crédits, la mécanisation pour les défrichements et le labour de la terre ; l'utilisation d'engrais, d'insecticides, de pesticides… et un peu l'irrigation s'y sont développés. Les champs deviennent rectangulaires, entièrement nettoyés, ensemencés par sillons. Comme la mécanisation est due au tabac souvent, les séchoirs dressent, de loin en loin, leur toit de palme ou de tôle ondulée. L'habitat, ici, a tendance à se grouper.

84Les rendements du tabac, en culture traditionnelle, sont de 500 à 1.200 kg par hectare, suivant la terre. Avec les techniques nouvelles, ils atteignent 1.500 à 2.500 kg. N'occupant le sol que cinq mois de l'année dans cette région où le climat et de bonnes techniques agricoles permettent un usage intensif de la terre, cette culture se trouve à l'origine de nouvelles rotations.

85- Les coutumes agricoles des migrants venus de la haute ceja de selva ou de la sierra, dans la province de Rioja, sont plus avancées que celles des agriculteurs locaux. Ceci principalement grâce à la pratique de l'irrigation pour le riz, dans des champs labourés à l'aide d'un attelage de boeufs qui tirent une grosse planche sur laquelle monte le paysan, enfonçant dans la terre, de tout son poids, les ferrures adéquates fixées dessous. Ces nouveaux habitants possèdent aussi la pratique des engrais et autres produits chimiques, l'habitude de se grouper et d'utiliser le crédit. Les habitants de Rioja reconnaissent que ce sont eux qui les nourrissent, pour le riz en particulier, base de la nourriture citadine. Les paysans autochtones ne produisent pas en quantités suffisantes ; ils ne semblent d'ailleurs pas du tout décidés à suivre cet exemple.

86Ce sont là les deux sources de transformation des techniques agricoles dans le département. Celles-ci vont de pair et multiplient par là leurs effets, avec l'introduction de cultures jusque là inconnues ou peu développées, et l'extension de la production des meilleurs produits d'exploitation.

Les cultures nouvelles, l'extension du tabac et de l'élevage

87Les rotations introduites par les techniciens sont à l'origine de la culture de plantes nouvelles, essentiellement des oléagineux : cézame et soja. Par ailleurs, se développe la production, autrefois réservée à l'usage familial, des arachides et des noix de coco. A tel point, qu'est envisagée, pour les prochaines années, l'installation d'une usine d'extraction de l'huile pouvant traiter ces différentes productions.

88Répondant à la demande croissante des centres urbains, jusque là privés de ces produits ou ravitaillés de l'extérieur par avion, à un prix de revient élevé, une horticulture commence à conquérir les champs péri-urbains. La production des tomates est parfois excédentaire. Les oignons, le camote (forme locale de tubercule), les choux, les pastèques, les caiguas (cyclantera pedata - espèce de concombre), les haricots secs, les carottes… ne suffisent pas encore à la demande. Mais ils ne correspondent pas à la consommation habituelle du paysan qui ne les cultivera donc pas facilement. Hors des communes urbaines, la culture des choux, du soja, du cézame, sont ainsi freinées, faute de marché.

89Les productions pour l'exportation s'améliorent en quantité et en qualité. La qualité "extra" pour le tabac brun fait son apparition dans les statistiques d'achat, en 1972. La production générale semble avoir été de 2.000 tonnes cette même année. Les 2.500 tonnes sont sans doute dépassées en 1974.

90A côté du tabac, c'est la viande de bœuf - et secondairement, de porc, sur pied, vers Iquitos - qui a occupé les premières places dans les statistiques d'exportation. Ce qui est quand même une indication, même si celles-ci manquent encore de précision. L'élevage bovin et porcin est une tradition dans cette région qui lui est propice. Son développement est donc plus facile que celui de plantes nouvelles car il appartient déjà au mode de vie de l'agriculteur. Par ailleurs, et ce n'est pas négligeable, la viande dispose d'un marché très important au niveau local et national. Les ouvriers temporaires des chantiers pétroliers de la forêt, transforment, de préférence, leur pécul en bovins.

91Les routes ont facilité les ventes et les achats d'animaux dans la région, pour l'élevage ; entre particuliers aussi, bien que les fermes d'Etat jouent un rôle croissant par la qualité de leurs bêtes. Les routes ont aussi permis d'envoyer plus de bêtes sur le marché national, en facilitant l'accès au Huallaga, pour celles qui vont en radeau à Iquitos, et à l'aéroport de Tarapoto pour celles qui, en avion et débitées en morceaux, alimentent en partie les villes de la côte nord, Lima et aussi Iquitos. Les prix étant plus élevés à l'extérieur de la région, la viande manque parfois sur les marchés locaux. L'exportation est entre les mains de groupements d'éleveurs qui achètent aussi aux petits paysans.

92La sélection de bons reproducteurs locaux, l'amélioration des pâturages (les semences sont parfois données gratuitement pour les fermes d'Etat), ainsi que l’aide technique, vétérinaire et financière, ont beaucoup contribué au bon développement du cheptel. La production de viande peut encore être améliorée. A l'abattoir de Tarapoto passent toutes les bêtes pour l'exportation (30 % du nombre et 40 % du poids total) et le marché de la ville - le plus important centre de consommation régional -. Sur les 5.332 bêtes abattues en 1973, le 1/3 ne pesait pas 80 kg en carcasse ; 20 % seulement dépassaient 125 kg. Les paysans mettent trois bêtes par hectare, les fermes d'Etat, deux.

93Il ne faut pas se leurrer sur l'importance de ces changements, très limités en nombre et en surface, très inégaux et très difficilement quantifiables à cause des statistiques, qui, si elles ont aussi fait des progrès en quantité et en qualité, ne permettent pas d'établir des comparaisons et de suivre des progressions sur plusieurs années.

94Peu d'agriculteurs acceptent de sortir de leurs traditions de culture, incités à cela par les échecs de certains innovateurs, dûs le plus souvent, à des difficultés de commercialisation.

B - LA COMMERCIALISATION

95Les routes ont favorisé les échanges. La demande des urbains en produits agricoles s'est grandement accrue, surtout avec la multiplication des fonctionnaires, aux revenus relativement importants et réguliers. Par ailleurs, la pénétration progressive de la vie moderne dans les campagnes favorise la vente des produits agricoles pour répondre aux besoins d'un nouveau mode de consommation.

96Les citadins vont quelques fois dans les villages et les hameaux échanger leurs vieux vêtements contre des poules, car elles coûtent toujours assez cher en ville. Les agriculteurs péri-urbains apportent leurs produits au marché quotidien des bourgs de plus de 5.000 habitants. Les autres, qui sont la grande majorité, dépendent des épiciers locaux, mais surtout des transporteurs qui sont aussi des acheteurs. Ceux-ci font les prix sur le lieu de production et chez le grossiste en ville. S'il veut aller vendre en ville, le paysan doit en passer par eux pour se déplacer et transporter sa marchandise. Les tarifs officiels sont fixés de ville à ville, pour les urbains. Les abus sont chose courante pour des distances plus courtes, et particulièrement pour le paysan qui ne fait pas le poids face au camionneur. Être intermédiaire, c'est la traditionnelle façon de faire fortune en Amazonie. Aucune autre activité régionale ne permet des gains aussi importants. La différence entre les prix dans les champs et sur le marché urbain atteint : 87 % pour les bananes plantain, 150 % pour le manioc, 50 % pour le maïs et 37 % pour la viande de bœuf, d'après une étude du ministère de l'Agriculture. Il arrive que ces gains ne soient dûs qu'au fait de pouvoir stocker les grains achetés à la récolte au producteur qui a besoin d'argent. Ce commerçant local revend, au producteur lui-même, ses propres grains, à son prix, au moment de la soudure. Nous avons vu qu'en période de rareté du riz, souvent pour des raisons de routes bloquées, les propriétaires de petites décortiqueuses peuvent vendre jusqu'à 18 soles le kilo de riz de consommation, officiellement à 10,80. Les commerçants - épicerie ou bazar - des bourgs ruraux et des petites villes, se défendent toujours d'acheter des produits agricoles locaux pour les revendre… ou prétendent rendre service ! Par ailleurs, le grand entrepôt en briques, construit par le ministère de l'Agriculture, à la sortie de Tarapoto, est vide, faute de camion détaché par l'administration pour aller acheter la production des paysans éloignés. Pour le cézame et le soja dont la culture est encouragée par les autorités, il faut les transporter à l'usine d'extraction d'huile de Aucayacu car les paysans ne les consomment pas. Située au sud de la région, à la limite et à l'intérieur du département de Huanuco, cette usine ne peut être jointe que par avion, la remontée du Huallaga est trop périlleuse. Le soja bénéficie aussi d'un prix officiel : 8 soles le kilo. Ceci en favoriserait grandement la production si, le ministère ne pouvant assurer le transport, celui-ci ne se trouvait à la charge du producteur, ce qui diminue de moitié le prix réel. A 4 soles le kilo, la culture du soja n'est plus rentable. Par contre, le sorgho qui alimente trois fabriques de balais, à Tarapoto, occupe chaque année de plus grandes surfaces. Le coton, lui, suit une évolution inverse du fait de la baisse des cours mondiaux. Les deux égreneuses suffisent largement à transformer la production annuelle. Celle de Juanjui, en vente depuis des années, ne trouve pas acquéreur. Le café a disparu de régions entières, sauf pour la consommation familiale après l'épidémie de Broca de 1969-1970. Il ne se maintient commercialement qu'aux environs de Lamas où existe la seule coopérative de commercialisation du département.

97Créée en 1969, la coopérative de commercialisation du café de Lamas était encore la seule en 1974. Elle possède un local en ville, qui fait, tout à la fois, office de lieu d'achat et d'entrepôt avec sa balance ; de bureau d'administrateur et de son adjoint, avec un bureau à tiroirs et deux chaises, et de salle de réunion. Cette coopérative regroupait 283 associés en novembre 1973. Chacun d'entre eux a donné 50 soles en s'inscrivant, auxquels il ajoute 50 autres chaque mois. Ceux-ci inscrits sur son carnet d'épargne lui seront rendus, avec 2 % d'intérêts à son départ. Le café est acheté au prix officiel régional : 13,37 soles le kilo en 1973 et payé comptant grâce à un crédit annuel, remboursé au moment de la vente du café à la centrale des coopératives de Lima. Transportés dans un camion loué, à Tarapoto (0,20 sol le kilo), les sacs sont emmagasinés dans le hangar d'une compagnie aérienne (un sol le sac de 90 kilos), en attendant l'arrivée d'un avion-cargo qui les emmènera à Lima. Là, ils sont achetés (36 soles le kilo) et commercialisés sur le marché national et mondial. L'argent est envoyé à la coopérative qui, une fois les dépenses de fonctionnement effectuées, distribue les bénéfices aux associés, proportionnellement aux quantités de café vendues. En 1972, ils ont reçu 9,30 soles par kilo, soit un prix total de 22,67 soles. La coopérative peut acheter le café de personnes non associées, au prix régional, elles n'auront pas droit aux bénéfices. Les commerçants achètent le café plus cher - jusqu'à 20 soles le kilo - au moment de la récolte, mais le vendent à leur profit.

98Une entreprise privée exploite, depuis 1973, les nombreux chevaux de la région. Ceux-ci sont encore nécessaires au transport des produits des champs et des hommes. Chaque paysan en a souvent un ou deux. Une fois trop âgés pour cela, ils sont inutiles, car les péruviens sont horrifiés quand on leur apprend que des hommes apprécient cette viande. Mais une fois transformés en saucisson, à Lima, qui s'aperçoit qu'il mange du cheval ? Ce sont des italiens qui tiennent ce négoce dans la capitale. A Bellavista, l'abattoir appartient à une société à 50 % péruvienne pour ses membres. Installée le long de l'aéroport, la vaste chambre frigorifique se vide tous les quinze jours quand l'avion-cargo vient charger les 10 à 15 tonnes de viande qui l'attendent. Ce négoce fut une aubaine pour tout le monde. D'un côté il devenait possible de tirer quelque chose des vieux chevaux, de l'autre cela permettait de se procurer la matière première à bon marché et justifiait cette installation. Mais les agriculteurs voyant le marché ouvert n'ont plus voulu se contenter des 400 à 600 soles offerts par tête. Les bêtes, à la longue, se font rares. Il est question de convertir cet abattoir pour y tuer bœufs et porcs, comme dans les autres de la région, car là, il existe une production pour la vente. Une entreprise similaire, installée à Tarapoto en 1974, a eu d'emblée de très grosses difficultés d'approvisionnement. Dans le premier cas, les peaux sont salées et expédiées. Aucun accord n'a pu se faire avec la fabrique d'aliments pour le bétail, ni avec les fermes d'Etat ou criano, pour l'utilisation du calcium des os brûlés, pour des questions de prix.

99Pour résoudre ce problème majeur qu'est la commercialisation, diverses solutions ont été envisagées :

100La construction d'une décortiqueuse pour le riz de l'Alto Mayo est commencée depuis deux ans ; il ne manque plus que le moteur de la machine, bloqué dans un entrepôt du port de Callao par l'absence d'une pièce difficile à retrouver car le moteur vient d'Europe. Il a été prévu à Epsa d’envoyer une camionnette pour acheter sur place cette production.

101Dans les coopératives, des projets sont à l'étude pour construire et gérer des magasins coopératifs à prix réguliers, ceci, grâce à une parcelle cultivée en commun pour en assurer le financement. Il a été également envisagé de profiter des différents groupements pour louer des camions et transporter, à plusieurs, la production de tout le groupe à la ville ou à l'entrepôt d'Epsa.

102Ceci devient indispensable avec l'extension du crédit qu'il est ainsi beaucoup plus facile de rembourser puisque la vente se fait à un meilleur prix. Le coût de la vie est aussi régularisé pour les citadins. Ces divers groupements paysans doivent être reconnus pour avoir droit à une aide financière ; pour cela il leur faut des titres ou des certificats pour leurs terres.

C - L'APPROPRIATION DU SOL

103Autour des principaux bourgs et des villes, le sol est entièrement occupé. Les titres font souvent défaut, mais chacun sait qui travaille les parcelles qui entourent la sienne ; celles-ci sont donc délimitées avec précision. La situation est la même le long des routes et chemins quand la topographie le permet. Ailleurs, l’occupation est beaucoup plus lâche ; les exploitations sont dispersées car la terre ne manque pas. Les parcelles sont disséminées du fait des techniques primitives de travail nécessitant une longue jachère.

104En 1970, les terres occupées par quelqu'un, couvrent une surface approximative de 380000 hectares dans toute la région étudiée, 63.000 sont en cultures diverses, dont quelques prés et 40.000 environ couverts de prairies naturelles.

105Les surfaces des exploitations se répartissent comme suit, en moyenne régionale : 1974

Surface des exploitations

 % du nombre de propriétaires

 % de la surface des propriétés

0 à 20 hectares

85,5

38

21 à 100 "

13,

3 7,5

plus de 100 "

1,5

24,5

106Un cadastre a été tiré des photos aériennes avec des enquêtes complémentaires, sur le terrain, réalisées par le personnel du ministère de l'Agriculture, en 1970 et 1971. Il n'est pas encore établi pour toute la région. Ne sont bien connues, là encore, que les bordures des routes et des chemins, les champs pas trop inaccessibles.

107Près de Lamas et de Saposoa, la pression sur la terre commence à être forte du fait de la croissance démographique et de l'achat de terres par des fonctionnaires (de l'éducation en général), des personnes exerçant des professions libérales et des commerçants de la ville. Ceux-ci ont les moyens d'acheter : terrain, semences, bétail, produits chimiques et main-d'oeuvre. Cette évolution est récente, mais ne devrait pas prendre d'extension étant donnés les textes des nouvelles lois, surtout celle de 1974, qui interdisent l'emploi d'ouvriers agricoles permanents sans participation aux bénéfices.

10830 % seulement des agriculteurs possèdent un titre de propriété en 1969. Ce chiffre a été oublié en cinq ans. La proportion varie en fonction de l'accessibilité. C'est en effet la principale tâche du bureau de la Réforme agraire : donner des titres de propriété et régulariser les anciens parfois illégaux (vente de terres de l'Etat, sans titre ; titre au nom de la grand'mère décédée, etc…).

109Dans le cas d'un titre à un autre nom, ou quand le titre appartient toujours à quelqu'un ne travaillant pas la terre, l'agriculteur qui exploite la parcelle fait une demande de titre au bureau provincial de la Réforme Agraire. Celui-ci fait afficher durant huit jours, au siège de la commune, cette demande, pour que tous ceux qui auraient une objection à cet octroi puissent la formuler. Il arrive parfois que le demandeur ne soit pas la personne mettant cette terre en valeur. Ensuite, commencent les formalités administratives : le technicien agricole local et un géomètre du ministère viennent constater que le terrain est bien travaillé par cette personne et mesurer la parcelle. Les voisins se portent témoins du travail et des limites. Ceci, théoriquement doit se faire dans le mois qui suit la publication. Il faut ensuite vérifier, à la capitale départementale que le vieux titre était bien inscrit et le déclarer caduc. Il peut alors être refait au nom de l'exploitant.

110Ceux qui travaillent des terres sans titre aucun, donc de l'Etat, font aussi une demande qui doit être suivie de la visite oculaire. L'avis est ensuite publié 30 jours au village. Si aucune contestation ne surgit, le titre est établi.

111Quand la personne concernée vient chercher le premier papier la reconnaissant officiellement propriétaire, elle paye la visite oculaire 16 soles l'hectare (mesure de son terrain et établissement d'un plan) ainsi que 10 % du prix de la terre que lui vend l'Etat. Elle a ensuite vingt ans pour régler le reste. Elle peut annuler sa dette plus rapidement et recevoir ainsi plus vite son titre définitif.

112Des "parcellations" sont parfois faites au niveau d'une portion de route, par exemple, ainsi tout le travail de terrain, puis les formalités administratives sont-elles plus rapides.

113La grande hacienda de la région : San Ramon - 31.000 hectares - que traverse la route de Yurimaguas, a été, en partie, distribuée aux 400 paysans qui la travaillaient, parmi lesquels 40 sont organisés en coopérative. Le troupeau, la scierie et la décortiqueuse de riz sont en cours d'évaluation et pourraient être inclus dans la coopérative. Le propriétaire ne vivait pas dans la région. Celui du Huallaga central qui avait mis à la porte ses fermiers quand la terre a été déclarée à qui la travaille, a dû finalement la leur céder, après que ceux-ci soient revenus occuper leurs parcelles. L'action juridique a été longue. Les paysans sont maintenant organisés en coopérative de production avec un titre de propriété collectif. L'ancien propriétaire continue de travailler les hectares qu'il cultivait lui-même auparavant.

114Le prix de la terre varie en fonction de sa fertilité, des disponibilités en eau et de son accessibilité : de 50 à 25 soles l'hectare.

115Les coopératives et les particuliers peuvent aussi demander des terres jusqu'alors inutilisées car elles sont propriété de l'Etat. On ne peut plus les occuper sans papiers.

116Pour sanctionner juridiquement une occupation ancienne ou pour des titres nouveaux, la priorité est donnée aux demandes émanant de groupes reconnus, puis aux petits, enfin moyens propriétaires.

D - LES ORGANISATIONS PAYSANNES

117Elles sont toutes récentes et diverses : du groupe agraire de quinze personnes, purement technique, à la Confédération Départementale Agraire "Selva Maestra" qui, au niveau national, a voix et vote au conseil des ministres.

118- Composé de dix à quinze agriculteurs, le groupe agraire n'a que des préoccupations agricoles, techniques. Son but est de bénéficier d'une façon plus directe et concrète des conseils du technicien agricole du secteur, au cours de réunions et non plus au hasard des visites sur le terrain. Ils acceptent de suivre ses indications à propos de plantes et de pratiques agricoles. En cas de besoin, ils peuvent faire appel à tel ou tel spécialiste ou demander une réunion d'information avec plusieurs d'entre eux, suivant les difficultés qu'ils rencontrent et que le technicien local ne sait pas toujours résoudre. Il sert alors d'intermédiaire avec ses supérieurs. Il existait une cinquantaine de ces groupes en 1974.

119- Les associations agraires sont des groupements de paysans, défensifs et revendicatifs pour des problèmes touchant à leur condition d'agriculteurs : longueur des formalités administratives pour l'obtention des titres de propriété et des crédits, mauvaise attention de la part du technicien local, difficultés de commercialisation de leurs récoltes, ce qui diminue leurs revenus…

120Contrairement aux groupes agraires dont le meneur est le paysan qui a regroupé les autres, les associations agraires ont un bureau, élu en assemblée générale et sont juridiquement reconnues quand elles regroupent un minimum de cent associés. Le capital social est constitué par l'apport mensuel de chaque associé : 5 soles souvent, pour que l'accès en soit ouvert à tous. En juin 1974, douze associations agraires étaient constituées, regroupant 1.519 associés. Deux d'entre elles avaient des terres individuelles et collectives, les autres uniquement individuelles. Deux seulement se trouvaient reconnues, les dix autres attendant la fin des formalités administratives. Huit nouvelles se constituaient.

121- Les coopératives doivent regrouper un minimum de 15 agriculteurs. Le capital est assuré par une cotisation annuelle, décidée en assemblée générale, souvent de 500 soles. 50 en sont données à l'inscription et les 450 autres après la récolte. Elles sont de divers types :

  • Les coopératives de service prennent la responsabilité collective des crédits accordés à ses membres. Elle peut aussi emprunter du matériel agricole (tracteur par exemple) ou en prêter à ses membres (pulvérisateur). Elle a parfois un stock de produits chimiques dont ses membres peuvent bénéficier à prix de gros… Elles ne sont que cinq ; les paysans préfèrent se grouper en coopérative de production qui cumule ces avantages avec une aide technique plus importante.
  • Les coopératives de production : leurs associés doivent avoir eux aussi, un titre pour leurs terres, soit collectif, soit individuel, mais les terres sont travaillées collectivement. Un système d'entraide y est inclus : les terres d'un agriculteur malade ou obligé de s'absenter, pour des formalités par exemple, sont travaillées par le groupe, à charge de revanche. Ces groupes devraient pouvoir écouler plus facilement leur production que des particuliers, grâce à la location d'un camion, à la construction d'un magasin collectif ou encore à la gestion d'une petite entreprise de première transformation. Le projet de magasin collectif est au programme de l'une des sept C.A.P. (coopérative agraire de production) fonctionnant en juin 1974. Elles regroupaient 190 agriculteurs. En se développant elles doivent avoir, à mi-temps ou à temps complet, suivant leur taille, un administrateur, un ou plusieurs techniciens ou ingénieurs agricoles.
  • La coopérative de commercialisation de Lamas, pour le café, dont nous avons déjà traité à propos de la commercialisation, est la seule qui fonctionne dans la région.

122Dès le niveau "association agraire", ces groupements ont un bureau élu en assemblée générale, un nom, et doivent être juridiquement reconnues par SINAMOS quand le nombre de membres minimum est atteint. Chaque associé doit être en possession d'un titre pour sa terre, à moins que le groupe n'ait un titre collectif. Ce sont les fonctionnaires de SINAMOS qui sont chargés de former les agriculteurs pour qu'ils sachent ce qu'est leur association, les droits et les devoirs qu'elle accorde et exige. Nous avons vu, plus haut, en traitant du travail de cet organisme, les oppositions que cela entraînait de la part d'autres fonctionnaires comme ceux du ministère de l'Agriculture ou de la banque qui se sentent espionnés.

123En juillet 1974, ces groupements commençaient à être rodés par la pratique. Les oppositions s'émoussaient de ce fait et ils fonctionnaient mieux, se multipliaient. C'est ainsi que la Confédération Agraire Départementale est née, en septembre, regroupant les huit coopératives de production reconnues à cette date.

124Si les oppositions entre personnes et organismes semblent se réduire avec le temps, subsiste la difficulté, pour les divers responsables, de l'organisation du paysan pour résoudre ses problèmes. Malgré un taux d'analphabétisation inférieur à la moyenne nationale, cela se fait très lentement.

CONCLUSION

125Le paysan amazonien est traditionnellement fort individualiste dans une zone où l'écologie et les techniques agricoles ont favorisé l'isolement, où l'histoire a enseigné la méfiance envers ceux qui venaient de l'extérieur : intermédiaires et commerçants, recruteurs de main-d'oeuvre pour le caoutchouc, policiers pour le service militaire. Cet individualisme voisine avec la pratique, irrégulière, mais habituelle, de l'entraide réciproque, au moment des défrichements par exemple, appelés ici "chova-chova". Assez fataliste, le paysan semble se contenter du minimum que produit son champ. Pourquoi se donner plus de mal puisque sa vie lui suffit comme elle est ? Par ailleurs, les surplus se vendent mal, le paysan risquerait de produire plus pour voir tout pourrir sur pied. Cependant, quelques voyages en ville, le désir de donner une éducation à ses enfants l'y poussent petit à petit et les récentes transformations régionales lui permettent d'espérer être payé de sa peine.

126Dans cette région, en dix ans l'univers du paysan a changé, mais d'une manière différente suivant la localisation de son habitat. Un effort de vulgarisation est fait à la radio, que tous n'ont pas, mais comme il n'y a pas de saison marquée, c'est-à-dire d'époque précise de semailles et de récolte, les informations données en fonction d'un calendrier idéal ne correspondent pas toujours aux préoccupations réelles du paysan. La plupart, pour vendre du manioc ou un régime de bananes ou deux, doivent les porter sur leur dos, des heures, jusqu'à la route ou au hameau où on ne leur en donnera pas cher. S'ils doivent aller en ville, ce sera toute une expédition, surtout pour la capitale du département où certains préfèrent encore se rendre, en quatre jours, à pied, par la montagne, qu'en deux jours en camion, par la route, car cela leur revient trop cher, de Saposoa par exemple. Très nombreux sont encore les paysans qui arrivent tout juste à se mal nourrir et à se couvrir de vêtements d'occasion.

127Le paysan facilement accessible, dans le meilleur des cas, est passé, en quelques années, du bâton à fouir au tracteur. Mais un petit nombre d'entre eux bénéficient à la fois, de mécanisation, des crédits de l'aide technique et d'une coopérative. 2.000 est un chiffre optimiste, sur les quelques 25.000 exploitations que doit compter la région. Le nombre de ceux qui connaissent une de ces aides est beaucoup plus élevé.

128Ceux qui, grâce au tabac, sont parmi les privilégiés se plaignent cependant de ne pas gagner plus que les agriculteurs aux méthodes traditionnelles, une fois leurs dettes payées. On peut noter que leurs maisons sont mieux arrangées (trottoirs de ciment, murs peints, toits de tôle ondulée) et leurs enfants vont au collège. La mère qui travaille aux champs prend alors une jeune fille du village pour les travaux ménagers. L'homme agrandit la maison, côté cour, mais ces nouvelles pièces restent traditionnelles : de bambous, terre séchée et toit de feuilles de palmier. La qualité de la vie est donc améliorée mais l'épargne n'est toujours pas possible. Le paysan doit s'endetter de nouveau chaque année. Il a l'impression de ne pas progresser malgré ses efforts et cela le désespère. Il ressent les dettes qui s'étendent sur plusieurs années comme une atteinte à sa liberté, de même que bien souvent les devoirs inhérents à l'entrée dans un groupement, même s'il doit en tirer des avantages. Il est déjà sédentaire, pour son habitat, pas toujours pour ses cultures, mais il a du mal et parfois se refuse à s'installer dans la société péruvienne. Il lui faut changer de civilisation.

129Il s'agit bien de mentalité puisque l'une des régions, en pointe, dans l'espace étudié, pour l'organisation des paysans et l'amélioration du niveau de vie est la province de Rioja où sont venus s'installer des colons d'autres départements, déjà adaptés à une agriculture technique. Près d'eux mais retirés au pied des montagnes, se sont installées des familles de la commune de Tabalosos qui ont fui les environs du bourg pour pouvoir garder leur mode de vie à base de chasse (montear) et de cueillette, une agriculture à petite échelle leur fournit le manioc pour le masato, boisson fermentée.

130Les réactions sont donc diverses face à un progrès, un mode de vie moderne, qui ne touche pas toute la région avec la même intensité.

131En effet, si le développement économique régional est amorcé, les disparités semblent s'accroître entre les provinces et les communes en fonction de la qualité des sols, de la topographie, mais surtout des facilités d'accès et de la proximité du centre technique, administratif et commercial qu'est Tarapoto. Une redistribution des cultures commerciales s'est d'ailleurs effectuée en fonction de ce critère : le tabac a disparu du Bajo Huallaga très isolé, au profit du Huallaga central ; par contre, c'est la canne à sucre qui profite de l'isolement car l'eau de vie peut ainsi être fabriquée et commercialisée, par la rivière, discrètement, et échappe à l'impôt. L'élevage s'est surtout développé le long des routes qui permettent l'accès aux abattoirs et aux aéroports.

132Ceci revient à dire que la vallée du Cumbaza, le Bajo Mayo et le nord du Huallaga centrai - sur environ 70 km - constituent vraiment le centre du développement régional : viennent ensuite les environs des autres centres Yurimaguas ; le reste du Huallaga central, enfin Rioja et Moyobamba qui sont encore enfermés dans la haute cuvette de l'Alto Mayo. Les petites vallées sont moins et irrégulièrement touchées ; le Bajo Huallaga entre le Vaquero et la limite du département, complètement oublié.

  • 3 Elles utilisent le son du riz, la pâte des graines du coton, les graines du sorgho des balais, le (...)

133Nous retrouvons là les difficultés de communication qui, jointes à celles de la commercialisation, sont le frein majeur du développement régional. Le marché interne est réduit et l'externe fermé à la plupart des produits à cause du prix du fret. Une solution serait d'installer des agro-industries, au moins de première transformation qui accroîtraient la demande sur place, constitueraient un marché sûr, résoudraient par leur approvisionnement les difficultés du paysan et fourniraient des produits manufacturés à exporter ainsi que des emplois régionaux. Actuellement, seuls deux abattoirs, deux égreneuses de coton et ΕΝΑΤΑ transforment ces produits agricoles pour l'exportation extra-régionale (on pourrait y inclure une ou deux scieries et une fabrique de parquet). Pour la consommation régionale le nombre des entreprises, là aussi artisanales, n'est guère plus élevé : en_dehors de quelques abattoirs locaux, rudimentaires, fonctionnent deux fabriques d'aliments pour le bétail3 (CRIANO et un particulier), trois de balais en sorgho, des scieries et menuiseries et une fabrique de meubles. Les installations pour l'eau de vie et le miel de canne sont difficiles à dénombrer ; un planteur réduit des bananes en farine, mais celle-ci revient plus cher que celle de blé importée. Le village de Huimbayoc exporte localement une farine de manioc grossière et faite à la maison comme les chapeaux de fibres tressées de Rioja, résidu d'un artisanat qui fut la richesse locale.

134La rareté et le caractère généralement familial de ces entreprises s'expliquent par le fait que, face aux gains que permettent les services particuliers tels que commerce, transport, ou hôtels dans une moindre mesure, elles ne sont pas des investissements rentables. Elles seraient pourtant les moteurs d'un développement qui ne se fera pas avec le tertiaire qui ne produit que peu d'emplois, non qualifiés de surcroît, et dont les profits sont investis hors de la région.· Les projets devront donc bénéficier d'investissements publics pour se réaliser : une usine d'extraction d'huile végétale, une conserverie de jus de fruit et de fruits au sirop ; une conserverie de viande de boeuf et de porc, et d'ici quelques années, une fabrique de lait concentré et en poudre. D'après les nouvelles lois ce seront des coopératives ou des entreprises en propriété sociale, c'est-à-dire appartenant au personnel et gérées par lui. Là aussi, un gros travail d'information et de formation est à faire.

135L'amélioration de la commercialisation interne et le démarrage de ces industries de transformation doit gagner de vitesse l'achèvement de la route vers l'ouest, sinon la commercialisation des produits agricoles risque de passer aux mains des entreprises de transport et des maisons de gros de Trujillo et de Chiclayo, les grandes villes de la côte nord, encore plus puissantes que celles de la région. L'ouverture sur l'extérieur risquerait alors de favoriser surtout l'exode rural et viderait la région au profit des grandes villes de la côte déjà bien pourvues en bidonvilles. Il existe actuellement un flux migratoire de l'"élite" des villes régionales vers Iquitos et la côte.

136Pour un développement harmonisé de la région, avec et pour les habitants, des mesures restent à prendre qui rencontreront une forte opposition étant données les structures sociales et politiques régionales actuelles. Les commerçants ont les rênes du pouvoir ; par ailleurs, le dualisme Tarapoto-Moyobamba, capitale économique-capitale administrative, ne facilite pas les prises de décision opportunes. L'Institut National de Planification a créé en juillet 1973, une agence à Tarapoto, pour coordonner les projets devant contribuer au développement régional. Ses moyens ne sont pas à la hauteur de ses responsabilités, mais les fonctionnaires autochtones qui l'animent n'ont pas encore perdu leur enthousiasme. La coordination entre les différents secteurs et ministères doit permettre de rationaliser les choix et les dépenses. De bonnes équipes se mettent en place sous l'égide du C.D.R.O - Comité directeur de la région orientale - ramification régionale, au niveau de la zone forestière, de l'institut dont la direction régionale est à Iquitos. Mais un projet prévoit une nouvelle régionalisation donnant plus d'autonomie à Tarapoto, donc plus d'importance à cette région.

Notes

1 Le "sol" était à 0,11 franc en septembre 1974. Un journalier agricole gagnait dans les communes aux meilleurs salaires, 60 soles sans les repas et 40 avec les repas. Le salaire officiel fixé en juin de cette même année, s'élevait à 75 soles. Très peu nombreux étaient ceux qui le touchaient car il n'y a pas de personnel pour contrôler.

2 "malos pasos" : passages dangereux à cause des rapides, courants violents, remous, pierres... parfois, tout à la fois.

3 Elles utilisent le son du riz, la pâte des graines du coton, les graines du sorgho des balais, le maïs et le sel régionaux, n'important ainsi que les sels minéraux et parfois de la farine de poisson.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Légende fond de carte : ministère de l'agriculture — cartes agrologique et écologique du Perou
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/7053/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© Éditions de l’IHEAL, 1977

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search