Version classiqueVersion mobile

Foyers industriels nouveaux en Amérique latine, Afrique noire et Asie

 | 
Pierre Monbeig

I. Un modèle national complexe : le cas mexicain

L’emploi à Las Truchas - cd lazaro cardenas : pôle de développement en expectative

René Pietri

Texte intégral

1La création du complexe sidérurgique SICARTSA, entre 1971 et 1976 à l'embouchure du Rio Balsas, vise plusieurs objectifs : pallier un éventuel déficit en acier du marché national dans les prochaines années et surtout promouvoir, à partir de cet important foyer industriel, l'apparition d'un pôle de développement à moyen et à long terme sur la côte pacifique.

2La présence d'importantes ressources en fer (gisements de Las Truchas), en eau (Rio Balsas) et électricité (barrage de La Villita) rend possible l'implantation d'un complexe sidérurgique dans cette zone ; mais la localisation d'un tel centre industriel dans une zone rurale isolée et peu peuplée jusqu'en 1970 rend nécessaire la création d'importants travaux d'infrastructure et d'équipement, dont une ville nouvelle et un port, et requiert l'immigration d'un grand volume de population.

  • 1 La décision officielle est prise en août 1971 ; le 4 novembre 1976, a lieu l'inauguration et la mis (...)

3Malgré la rapidité et l'ampleur du changement qui s'est opéré dans la partie orientale du municipe de Lázaro Cárdenas (cf cartes)1 et l'absence de statistiques précises pour chaque phase de la réalisation, il est possible de faire une première évaluation de l'impact de la création du complexe sidérurgique tant sur le volume de l'emploi local que sur la diversification de la nature des activités.

I. — IMPACT DE SICARTSA SUR LE VOLUME DE L’EMPLOI

4Afin de pouvoir évaluer le rôle de SICARTSA au niveau de l'emploi, il est nécessaire d'analyser rapidement l'évolution de l'emploi (population économiquement active) dans le municipe entre 1970 et 1977. (cf. tableau no 1).

5a) En 1970, soit avant la décision officielle de créer le complexe sidérurgique, l'économie locale est dominée par l'agriculture (2/3 des actifs). La situation locale de l'emploi est, dans l'ensemble, similaire à celle qui prévaut dans la majorité des campagnes mexicaines avec cependant certaines caractéristiques propres à une colonisation agro-pastorale pionnière liée à l'extension des plantations de cocotiers (du même type que celle que connaît la Costa Grande de Guerrero). Malgré l'accroissement continu de l'emploi dans l'agriculture depuis une vingtaine d'années, il règne un fort sous-emploi temporaire, tant dans les secteurs de culture de temporal (collines) que dans les plantations de cocotiers.

6Toutefois, en 1964, la construction du barrage de La Villita attire un contingent d'ouvriers et de techniciens qui créent un centre de population sans liens avec l'agriculture.

  • 2 Ces 16 000 personnes ne sont pas toutes des immigrés récents, pour la plupart population flottante (...)

7b) Avec le début de la construction du complexe sidérurgique (1973) et de la réalisation de divers travaux d'infrastructure (routes, port, etc...) et d'urbanisation, l'emploi connaît une croissance spectaculaire (cf. tableau no 1) Le maximum est atteint en 1975, année où, rien que dans le périmètre de l'usine, travaillent 16 000 ouvriers et techniciens2.

8Cette main-d’oeuvre liée au chantier de construction décroît ensuite progressivement pour n'être plus que de 8 000 personnes en octobre 1976 à la veille de l'inauguration de l'usine.

Tableau no 1 : ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÉCONOMIQUEMENT ACTIVE ENTRE 1970 ET 1977

1970

1975

1977

Population totale

24 319

67 500

entre 70 000 et 80 000

Population économiquement active de plus de 15 ans

5 850

26 400

de 15 000 à 20 000

Taux d'activité

24 %

39,1 %

environ 25 %

 % du Primaire

64 %

19,8 %

environ 30 %

 % du Secondaire

15 %

52,3 %

environ 30 %

 % du Tertiaire

13,4 %

27,9 %

environ 30 %

  • 3 L'entreprise emploie également 1 350 personnes dans ses bureaux de Mexico.

9Avec la mise en route du complexe sidérurgique, le volume de l'emploi lié à celui-ci se stabilise autour de 4 500 personnes : 3 900 ouvriers et 600 cadres et techniciens.3

10Donc finalement en 1977, après le boom de la construction de l'usine, après l'achèvement de l'essentiel des travaux d'infrastructure et surtout du fait de report à une date indéterminée de la mise en chantier de la 2ème étape de SICARTSA et par conséquence de l'arrêt du programme d'urbanisation, le volume de l'emploi a considérablement diminué dans le municipe.

  • 4 11,5 milliards de pesos sur environ 420 milliards à prix constants (avant la dévaluation : 12,5 pes (...)
  • 5 Il s'agit de la production de produits plats devant permettre l’implantation d'industries de transf (...)

11En 1977, SICARTSA fournit environ le tiers des emplois du municipe, soit à peu près autant que l'agriculture. La création d'emplois est donc faible (elle est en gros équivalente à celle due au développement de l'agriculture locale au cours des 25 dernières années) si l'on tient compte du fait que la création de l'usine a absorbé environ 3 % des investissements fédéraux du sexennat 1970-19764. Cette situation paradoxale s'explique par le caractère très récent du foyer industriel (faible production et encore aucune industrialisation induite) et surtout par la mise en attente, du fait de la crise économique nationale, de la réalisation de la deuxième étape de construction de l'usine qui devait, avec de moindres investissements fournir des emplois en plus grand nombre.5

12Non seulement le volume de l'emploi créé par la sidérurgie ou par les activités induites (industrielles ou tertiaires) peut paraître faible mais est apparu un phénomène de chômage : on estime que si 80 % des ouvriers employés sur les chantiers de construction sont repartis, 20 % sont restés dans l'attente d'un emploi hypothétique.

13En fin de compte il est possible d'estimer, avec une certaine approximation à partir des données disparates dont nous disposons pour chaque phase, que le taux global d'activité pour la population établie (c'est-à-dire exclusion faite de la population flottante des chantiers constituée de célibataires ou d'hommes venus sans leur famille) reste sensiblement le même tout au long de la période, soit environ 25 %. Population totale et population économiquement active se sont multipliées par trois de 1970 à 1977.

14Cependant, si en 1970 une forte proportion des actifs connaissait un sous-emploi temporaire chronique du fait de la prédominance des activités agricoles, en 1977, l'essentiel des emplois sont des emplois stables tout au long de l'année. Donc, du fait de la création de SICARTSA, on passe soudainement, de 1970 à 1977, d'un milieu rural caractérisé par une lente croissance de l'emploi et par un sous-emploi chronique à une structure industrielle-urbaine avec l'existence d'un chômage local important.

II. — EFFET D’ENTRAINEMENT DE SICARTSA SUR LES ACTIVITÉS LOCALES

15La présence de SICARTSA n'a encore entraîné la création d'aucune entreprise industrielle et il est à craindre que la crise économique actuelle ne reporte à bien plus tard l'apparition d'industries directement liées à la sidérurgie.

16Seules quelques modestes entreprises se sont établies depuis 1970 : fabriques de matériaux de construction (briques, ciment,...), ateliers (10 à 15 employés) de transformation des matières premières locales (coprah,...), ateliers de fabrication de meubles, de couture, etc... visant à approvisionner le marché local.

17Les effets de la création de SICARTSA sur l'évolution des activités primaires et tertiaires sont différents selon la période considérée : avant ou après août 1976 (fin de la construction de la première partie du complexe sidérurgique et mise en attente de la fin du projet).

18a) Dans un premier temps de 1973 à 1976, c'est-à-dire pendant la période de construction, le tertiaire se développe : ouverture de services, de commerces, investissements dans l'hôtellerie, création par les organismes publics, quoique avec un certain retard, de l'infrastructure sociale (santé, éducation, administration). Cependant, du fait du très faible équipement tertiaire dont disposaient les quelques localités, encore rurale en 1970, et du fait de la rapidité de l'immigration et de l'importance de la population flottante, l'équipement urbain, social et commercial demeure largement déficitaire.

19Parallèlement, l'agriculture est un peu délaissée, non tant par les exploitants eux-mêmes que par les ouvriers agricoles (salaires sensiblement plus élevés dans la construction que dans l'agriculture) et par nombre de jeunes, travaillant sur l'exploitation familiale, qui préfèrent s'employer dans la construction ou, éventuellement, dans les commerces et les services.

20b) L'arrêt des chantiers de construction, fin 1976, provoque des effets inverses : fermeture de commerces et de nombreux services, comme les restaurants (diminution du tiers du nombre des établissements en 1977), baisse des chiffres d'affaires (hôtels à peine terminés et aux trois quarts vides, maisons en location sans occupants, etc...), c'est-à-dire un ralentissement de l'activité économique : nombre d'investissements réalisés ne rapportent plus, de nombreux emplois, essentiellement féminins (personnel des hôtels, restaurants) sont supprimés. Les activités tertiaires doivent se réajuster à la demande d'une clientèle réduite constituée principalement par le personnel de SICARTSA et, dans une moindre mesure, par les employés publics.

21A l'opposé, certains indices laissent supposer que l'agriculture repart : par le retour à la terre de nombreux agriculteurs, par des investissements individuels dans l'agriculture d'économies réalisées grâce au travail dans les chantiers, par la prise de conscience des agriculteurs des possibilités qui leur sont offertes (district de riego, marché urbain, existence d'infrastructures de transport), un début d'organisation, du moins dans les ejidos, et une plus forte pression sur les organismes agraires, d'encadrement technique et de crédit.

22Le report de l'achèvement du complexe sidérurgique a donc un effet bénéfique sur le développement et la réorganisation de l'agriculture locale.

III. — LES SALAIRES

23L'implantation du complexe sidérurgique a des répercussions considérables sur le niveau des revenus.

24En 1970, le niveau des revenus était uniformément bas : 80 % des revenus déclarés lors du recensement étaient inférieurs à 1 000 pesos, 50 % inférieurs au salaire minimum officiel d'alors pour la zone, soit 550 pesos.

25Un sondage réalisé en 1975 indiquait que les trois quarts des actifs avaient alors un revenu mensuel de 2 500 à 3 000 pesos tandis que le salaire minimum était de 2 000 pesos.

26En 1977, le salaire moyen des ouvriers de SICARTSA est de 4 000 à 5 000 pesos (salaire minimum : 2 500 pesos) avec des différences sensibles selon la qualification : le tiers des ouvriers touchent 3 500 pesos, un tiers 5 500 pesos, un tiers de 4 à 5 000 pesos ; les cadres et techniciens touchent en moyenne de 8 à 9 000 pesos. Les employés de SICARTSA constituent donc un contingent d'actifs particulièrement bien rémunérés, c'est-à-dire dont les salaires sont plus ou moins alignés sur les salaires en vigueur dans les grands centres urbains du pays.

27Il convient toutefois de signaler que la vie est particulièrement chère à Cd Lazaro Cardenas - soit 15 % plus chère qu'à Mexico où le salaire minimum est de 2 600 pesos - du fait de l'éloignement des grands centres urbains et de la nécessité d'importer, non seulement les produits d'usage courant, mais également l'essentiel de la nourriture.

28Le niveau global des salaires augmente donc en même temps que l'on assiste localement à une plus grande diversification du niveau des revenus.

  • 6 12 à 15 millions de pesos sont payés mensuellement au personnel de SICARTSA à Mexico.

29Il est vraisemblable que le poids et l'importance actuels de SICARTSA sur le milieu local soient essentiellement dus au niveau des salaires, c'es-à-dire à la masse monétaire injectée mensuellement dans le municipe : environ 35 millions de pesos6.

30Il est certes trop tôt pour prévoir l'avenir exact d'un projet présenté comme devant être le point de départ d'un pôle de développement ; avec le report de la deuxième étape il est encore plus difficile de prévoir dans quelle mesure et sous quelles formes il va entraîner l'apparition ou le développement d'autres activités et d'une façon plus générale le développement global du milieu local et limitrophe et l'accroissement du niveau de vie de l'ensemble de la population.

31Cependant, le faible impact de l'existence du complexe sidérurgique sur la création d'emplois directs ou indirects et d'une façon générale sur l'économie locale, comparé aux énormes investissements réalisés localement en quelques années, permet de se poser un certain nombre de questions, non tant sur l'opportunité elle-même de l'industrialisation dans un pays en voie de développement que sur les modalités de cette industrialisation - absence de planification globale, peu d'intérêt pour le développement des ressources locales, court délai prévu pour l'implantation industrielle de base - surtout quand, comme dans le cas présent, le projet est présenté comme devant être la base d'un futur pôle de développement

Notes

1 La décision officielle est prise en août 1971 ; le 4 novembre 1976, a lieu l'inauguration et la mise en marche de la première partie du complexe sidérurgique (capacité installée : 1,4 million de tonnes d'acier.

2 Ces 16 000 personnes ne sont pas toutes des immigrés récents, pour la plupart population flottante des chantiers : 10 à 20 % sont originaires du municipe.

3 L'entreprise emploie également 1 350 personnes dans ses bureaux de Mexico.

4 11,5 milliards de pesos sur environ 420 milliards à prix constants (avant la dévaluation : 12,5 pesos = 1 dollar).

5 Il s'agit de la production de produits plats devant permettre l’implantation d'industries de transformation.

6 12 à 15 millions de pesos sont payés mensuellement au personnel de SICARTSA à Mexico.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1978

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search