Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Commentaires généraux

Texte intégral

1Commentaires généraux : Henri FAVRE

2Je retiens de ce qui a été dit au cours de ces deux journées, que l'aménagement des zones de colonisation en Amérique latine, 1) vise le plus souvent à promouvoir des cultures d'exportation dans un souci d'améliorer la balance des paiements ; et 2) tend dans tous les cas, au travers d'investissements massifs de capitaux, à limiter le recours à la main d'œuvre, par ailleurs réduite à un rôle passif. La colonisation s'inscrit ainsi dans le modèle de développement agricole suivi par l'ensemble des pays latino-américains, qui ne fait que reproduire le modèle de développement industriel en ce qu'il est "capital intensive" et "labor saving".

3L'application à l'agriculture des principes qui commandent au processus d'industrialisation et qui conduisent à l'intensification agricole par la voie de la technification, de la mécanisation et de la substitution de la machine à l'homme, est à maints égards étonnante dans des pays qui sont confrontés à un problème de croissance démographique dont la gravité, longtemps ignorée, est cependant mesurée dans toute son ampleur par les responsables politiques depuis une dizaine d'années. On peut invoquer pour l'expliquer, la logique du capitalisme qui s'étendrait progressivement à tous les secteurs de l'activité économique, mais une explication de cette sorte me semble un peu courte. En effet, les contraintes de la technologie dans le cadre des lois du marché mondial auxquelles le développement industriel est impérativement soumis, ne s'exercent pas sur l'agriculture, et a fortiori sur des agricultures qui sont encore loin de répondre à la demande interne. En tout cas, elles laissent toujours de grandes possibilités de choix et d'alternatives dont on trouve l'expression notamment en Asie. Formose par exemple, et mieux encore le Japon dont nul ne contestera le caractère éminemment capitaliste de la puissance industrielle, offrent des cas d'agricultures peu technifiées et faiblement capitalisées, qui parviennent à une productivité élevée par l'absorption d'une main d'œuvre abondante. Nulle part au Japon, que je sache, on ne sème le riz par avion, comme on nous a dit que cela se faisait aujourd'hui dans le Quintana Roo...

4Il conviendrait donc d'identifier à l'intérieur de l'Etat, les intérêts qui conspirent à l'adoption et à la généralisation de ce modèle de développement agricole dont on voit déjà les limites posées par l'exubérance démographique - limites que les tentatives récentes d'endiguement, voire d'enfermement, des masses rurales pléthoriques (cf. les essais de réindianisation effectués au Mexique depuis 1970) ne parviendront sans soute pas à reculer indéfiniment.

5Intervention de GUERRERO :

6Peut-être serait-il intéressant de séparer d'un point de vue méthodologique, dans un premier temps, le problème de la colonisation du problème de l'encadrement des paysanneries, puis voir dans un deuxième temps celui de l'encadrement dans les zones de colonisation.

7En ce qui concerne les zones de colonisation, il paraît important au départ, de définir les caractères particuliers des régions intéressées, tout en établissant une différence entre la colonisation de franges pionnières dynamiques (du type de l'Amérique du Nord) et les enclaves de colonisation en Amérique Latine Tropicale, lesquelles, sauf exception (cf. Preston James) se rattachent à un type de frontières statiques.

8Certaines particularités propres aux régions de colonisation, entendues en termes de "terres neuves" tiennent au caractère de terres disponibles et bon marché où les investissements initiaux peuvent produire une croissance économique rapide ; de même, dans ces régions, les colons libres réunissent une même personne le "rentiste", l'"entrepreneur" et le "travailleur".

9Ces quelques remarques pourraient permettre d'amorcer un principe de définition et de typologie de ces régions.

10Les changements de politique de colonisation, très courants en Amérique Latine, ont de grandes conséquences sur l'utilisation du sol et sur les stratégies de développement rural.

11A propos des phases successives d'utilisation du sol, dont le Brésil fournit l'exemple, dans un laps de temps très court, du passage de la colonisation-peuplement, à l'élevage, puis à la grande culture, elles tiennent, dans une large mesure, à des rapports de type capitaliste se développant en étendue. Infrastructures sommaires, aménagements rapides, seront allègrement abandonnés, si de nouvelles perspectives de spéculation apparaissent. On peut deviner facilement les conséquences sociales et écologiques d'une telle attitude.

12Quant aux modifications apportées aux stratégies de développement, la Bolivie offre des exemples tout à fait parlants. Vers les années 60, il était surtout question de projets de colonisation dans les "yungas" et la vallée du Beni, régions bien connues pour être des zones de conflits et de révoltes. Le BID, l'USAID s'empressent alors de mettre en place, pour les encadrer, une politique à l'intention des petits colons. Or, actuellement, on n'en parle guère plus et les efforts s'orientent vers la colonisation à grande échelle de l'Orient. La Bolivie, mise au pas, est devenue la Bolivie des grosses affaires.

13Commentaires généraux : Claude COLLIN-DELAVAUD

14L'encadrement en secteur de colonisation semble appartenir à deux grands courants qui demeurent pratiquement indépendants des facteurs objectifs de milieu physique et humain et des conditions techniques. Ce sont les courants politiques.

15Ou bien on se place en économie très libérale avec le refus avoué ou non de constituer un système de production collectif ; ou bien on tente dès le départ d'établir une structure coopérative fortement contrôlée par l'Etat. Dans ce cas nous n'avons pas affaire à des régimes politiques socialistes mais à des régimes d' "économie de marché" associée à une politique économique volontariste.

16Le Mexique, le Pérou, l'Equateur appartiennent à ce dernier type alors que le Brésil, l'Argentine, le Vénézuela et la Colombie appartiennent au premier.

17Dans l'ensemble des communications qui ont été proposées, on trouve une communauté de moyens : Financement et technologie de haut niveau, et encadrement officiel. Mais tout semble diverger à partir de l'établissement des colons et leur intégration à un système de production ; ou bien on laisse livré à lui-même le petit colon, face au marché, avec un encadrement technique à caractère consultatif ; ou bien il est intégré à un système de coopératives autogestionnaires ou d'Etat. En réalité on aboutit très souvent aux extrêmes de ces deux cas. Le petit colon livré à lui-même fait faillite et est remplacé très vite par de grands propriétaires ou plutôt des sociétés ; ou bien, tant dans le système libéral que dans celui d'économie volontariste, le petit colon va être intégré à une entreprise d'Etat et non à une entreprise autogestionnaire.

18Les pays collectivistes vont regrouper non la terre et les familles paysannes, mais l’exploitation de cette terre par l'intermédiaire des sociétés qui interviennent dans tout le train de culture. Le paysan devient alors un rentier du sol, peu concerné par l'exploitation.

19Dans le cas des nations qui tentent une exploitation collective, le stade des coopératives autogestionnaires est aussi vite dépassé, l'Etat intervenant de plus en plus dans la gestion de l'entreprise.

20Dans les deux cas on aboutit à un encadrement strict de la production mais guère des paysans, colons libres, ni des coopérateurs vite prolétarisés. Le seul encadrement des paysans qui interviendra restera celui des syndicats, ligues agraires ou mouvements politiques prenant la défense de ces paysans, qu'ils soient ouvriers ou rentiers du sol.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter