Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Cinquième partie. Quelques exemples d'encadrement hors de l'Amérique latine

L’encadrement des colonisations organisées : réflexions sur quelques exemples Africains

Jean-Pierre Raison

Texte intégral

1Sans vouloir trop longuement discuter les termes mêmes du sujet de cette table ronde, il ne me semble pas inutile de revenir, en préalable sur la notion d'encadrement. Le mot a un sens banal, qui fait référence au personnel que toute entreprise, privée ou publique, choisit pour orienter l'effort des travailleurs ou exploitants dans le sens qu'elle a défini. L'encadrement d'une société est néanmoins une notion plus vaste, qui englobe l'ensemble des personnes et des institutions qui, sur le plan technique sans doute mais aussi dans les domaines politique, social religieux, etc, assurent la régulation de la vie d'une société et de ses rapports à l'espace Lorsque des institutions ou des usages ont par leur ancienneté et leur poids social, pris une importance telle qu'elles semblent naturelles à une société, essentielles à sa définition, on en vient souvent à oublier qu'elles constituent des structures d'encadrement, tant il est vrai que l'usage banal tend à réserver le mot à ce qui est, d'une certaine manière, "du mécanique plaqué sur de l'humain". Les conseils d'anciens des communautés rurales africaines, les églises et les temples avec leurs missionnaires, leurs catéchistes, leurs assemblées, sont des structures d'encadrement au même titre que l'administration territoriale ou les services agricoles.

2La faiblesse générale de l'encadrement, pris au sens large comme au sens étroit, parait souvent caractériser les régions d'immigration. En raison des densités médiocres et du peuplement récent, de l'éloignement et des mauvaises communications, les structures administratives et techniques sont le plus souvent incomplètes, squelettiques et peu efficaces. Mais de surcroît les structures plus spontanées - ou plus librement acceptées - notamment les encadrements sociaux et religieux peuvent sembler à certains peu développées, voire inexistantes. Quittant les territoires où s'est consolidée leur société, les émigrants perdraient leurs cadres habituels, sécurisants mais aussi paralysants, ne seraient plus qu'une masse en quête de nouveaux encadrements, dynamique certes mais d'un dynamisme qu'il faudrait contrôler. Vue extrêmement schématique à n'en pas douter, inspirée d'une interprétation très discutable des exemples américains : nous avons montré ailleurs que bien des mouvements de colonisation de terres neuves en Afrique correspondaient à des dynamismes propres aux sociétés rurales qui les contrôlaient véritablement ; il est d'autres cas - qu'on pense seulement aux Mourid sénégalais - où la colonisation de terres neuves est précisément ce qui donne son sens plein à une structure d'encadrement. Les mouvements anarchiques, spatialement et socialement, seraient en définitive plutôt l'exception et c'est bien une vue européenne - historiquement tardive de surcroît - que celle qui associe ordre social et stabilité territoriale.

3Rien n'oblige donc à ne traiter de l'encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation sur le seul cas des phénomènes de colonisation organisée. Je ne le fais ici que par commodité : il ne me semble, en effet, pas possible de parler d'encadrement d'une migration spontanée sans faire référence aux régions de départ de la migration. Dans un domaine plus restreint et plus homogène, cette généralisation est possible : j'y procèderai en grossissant volontairement parfois les traits, peut-être de façon un peu provocatrice, dans l'espoir de susciter discussion et comparaison.

4Ce qui pour moi n'est que facilité serait sans doute pour beaucoup, dans le monde des "aménageurs", un principe. Le schéma des sociétés pionnières désencadrées exerce une attraction puissante : il n'est sans doute pas d'Etat en Afrique où la masse des immigrants actuels ou potentiels ne soit pas considérée comme une cire molle qui peut être modelée dans des formes nouvelles et qui doit l'être sous peine d'être facteur de désordre. A cette idéologie de l' "homme nouveau", qui plus que tout autre critère définit la "terre neuve", s'ajoute évidemment le souci de contrôler et gérer plus rationnellement un capital d'espace d'une valeur non négligeable, même si elle est trop souvent surestimée. Enfin, à la recherche d'actions efficaces et spectaculaires, mais qui ne bouleversent pas les équilibres délicatement établis dans les régions de vieux peuplement, bien des autorités jugent plus prudent d'introduire les nouveautés radicales dans des espaces sans passé, ou jugés tels. On fera donc volontiers de la terre neuve le lieu où l'on peut établir non seulement les nouvelles formes d'utilisation du sol, mais aussi, pour elles et grâce à elles, des types de rapports sociaux au moins apparemment nouveaux, fonction de l'idéologie des Etats... ou des puissances qui les dominent économiquement.

5Ce rapport entre formes d'encadrement dans les terres neuves et idéologies politiques et sociales suggère l'existence d'une variété de types sur le continent africain et l'on pourra donc s'étonner de nous voir maintenant insister sur les caractères généraux des formes d'encadrement. A ceci deux motifs : le premier est que, derrière le langage plus ou moins socialisant de beaucoup, se cache le plus souvent un extrême conformisme, conservatisme ou soumission aux modèles importés que véhiculent et imposent de surcroît les aménageurs étrangers ; le second est que les assez rares Etats qui cherchent à mettre en place des structures nouvelles, véritablement inspirées d'un socialisme, villages Ujamaa de Tanzanie ou "aldeias comunales" du Mozambique par exemple, me restent trop mal connus pour que je puisse analyser sérieusement leurs expériences. Ces cas mêmes ne sont pas à l'évidence dénués de tout point commun avec les expériences tentées dans les pays d'idéologie libérale : les différences peuvent être manifestes dans les rapports de production mais beaucoup moins nettes dans la structuration de l'espace et les systèmes de production.

6De manière très générale, même si la réalité infirme partout les principes, l'encadrement des terres neuves se veut total, spatialement, techniquement, voire socialement. Nulle part, et pas même dans des pays comme la Côte d'Ivoire où l'avancée pionnière fut largement individuelle et créatrice de leaders, on ne voit systématiquement prônée la liberté personnelle d'entreprendre en "usant et abusant" ; partout l'Etat est considéré comme l'agent essentiel de l'organisation du territoire. Une seule exception notable, celle du Kenya, où la force du modèle britannique du gentleman-farmer était telle qu'on a pu officiellement encourager la constitution (ou plus souvent le maintien) sur les terres neuves de grands domaines au profit d'une nouvelle bourgeoisie africaine. L'étatisme affiché ne doit évidemment pas tromper : il n'est bien souvent que le paravent derrière lequel se cachent les intérêts des mieux nantis, bourgeoisie encore essentiellement administrative et politique. Mais, même alors, l'encadrement des mouvements de colonisation ne vise pas en principe à la reproduction des systèmes établis : il entend créer du neuf, des systèmes qui, débarrassés des vieilles contraintes, fonctionnent au bénéfice des forces sociales politiquement dominantes, prises sous leur aspect moderne.

  • 1 Nuançons néanmoins : par la force des choses, la programmation est à plus long terme dans les proj (...)

7Autre trait frappant que l'absence quasi générale de perspectives d'évolution : si l'histoire des fronts pionniers insiste, de façon parfois schématique, sur la succession de phases de mise en valeur, qu'il s'agisse de mutations nettes ou d'une intensification plus subtile du peuplement et de l'utilisation du sol, rien de tel n'apparait dans les schémas de mise en valeur des terres neuves du continent africain : l'aménagement du sol doit être rapide, total, aussi intensif que possible selon les techniques connues et les contraintes économiques et, pour un secteur donné, le délai de transformation prévu n'excède guère un ou deux lustres1. Le principe est celui de la concrétisation immédiate d'un "modèle" qui n'est pas un guide mais un objet à copier, d'un changement brutal et décisif, suivi d'une quasi stabilité économique et démographique : d'ordinaire férus de perspectives à long terme, les économistes s'y livrent fort peu sur les terres neuves et aussi, curieusement, ne projettent guère dans l'avenir les effets des investissements qu'un niveau de vie plus élevé devrait permettre aux immigrants. A la stabilité "traditionnelle" des régions de vieux peuplement répondrait dans les terres neuves une volonté de stabilité moderniste. Le témoignage le plus frappant en est la mesure très générale, et d'ailleurs à maints égards justifiable, qui interdit aux immigrants de diviser leurs lots entre plusieurs héritiers, alors que, par ailleurs, on ne se soucie guère ouvertement des perspectives d'emploi hors du secteur agricole. Après avoir surestimé le paysan en le disant capable de franchir en quelques années des étapes qui ont duré des siècles en Europe, on l'estime incapable d'aller ensuite au-delà. Le modèle prétendait surmonter le dilemme entre colonisation de peuplement et colonisation de production, en choisissant le plus souvent l'établissement de petites exploitations, vouées à l'agriculture intensive, un système peuplant et économiquement productif, où l'intensification est la clef de la réussite. Mais il achoppe ensuite devant les risques de surpeuplement à la génération suivante.

  • 2 R. Chambers et J. Moris eds : "Mwea. An irrigated rice settlement in Kenya". Munich. Weltforum Ver (...)

8La fixité des structures, l'unité des paysages conçus pour les terres neuves ont un corollaire : faute de perspectives d'évolution, il est rarissime qu'on imagine des points de passage possibles entre colonisation spontanée et colonisation encadrée des terres neuves. L'idéal serait donc d'occuper d'emblée la totalité de l'espace disponible ; la faiblesse des moyens rendant la chose impossible, il convient du moins d'aller vite et d'essayer, par des mesures juridiques, de bloquer l'immigration spontanée. St l'on n'y parvient pas, il n'est d'autre solution que de nier son existence et de l'éliminer lorsque l'aménagement encadré est enfin entrepris. On comprend assez bien que, dans une logique technicienne, on procède ainsi lorsque les immigrants ne pratiquent qu'une agriculture sommaire, ou ne possèdent en tout cas que des techniques archaïques, mais l'exclusion peut jouer au détriment d'exploitants beaucoup plus évolués : à Mwea, au Kenya, l'extension des périmètres rizicoles s'est effectuée, à la fin des années soixante, par l'expulsion d'immigrés qui pratiquaient la culture pluviale du maïs en utilisant des tracteurs et qui obtenaient des rendements plus qu'honorables2.

  • 3 A. Gaitskell : "Gezira A story of development in the Sudan". Londres Faber and Faber. 1959.
  • 4 M Delenne : "Un type de migration et d'aménagement agricole sur les Hautes Terres malgaches : le s (...)

9L'occupation encadrée des terres neuves frappe également par son caractère théoriquement égalitaire. Certes, à l'échelle d'un pays ou d'une grande région, différents systèmes ont pu être conçus, allant de la petite à la grande exploitation ; et encore se tient-on le plus souvent à des niveaux moyens, loin bien sûr du microfundium, mais loin aussi du domaine. Surtout, à l'échelle d'une unité de réalisation, les surfaces attribuées sont à peu près strictement égales, sans que même on prenne en compte le nombre de bouches à nourrir ou le nombre de personnes actives par exploitation. Lorsqu'il est envisagé d'attribuer, au bout d'un certain temps, des lots plus grands à une fraction des agriculteurs, cela est conçu comme une récompense pour les plus méritants et non comme une chance qui puisse être offerte à tous, pour peu qu'ils aient réalisé les objectifs initialement fixés. Les exceptions majeures à ce principe me semblent confirmer la règle. A Gezira, périmètre cotonnier du Soudan3, comme au lac Alaotra à Madagascar4, les exploitations sont de taille variable, le seul principe étant le respect d'une dimension minimale ; mais ces opérations n'ont pas été conçues comme des actions de colonisation de terres neuves. Il s'agissait de conforter là des organisations sociales déjà structurées, en répartissant les surfaces aménagées en fonction des superficies que chacun possédait auparavant ; au lac Alaotra, lorsque des paysans sans terre ou des immigrants ont été établis, ce fut sur une base strictement égalitaire.

  • 5 Stanner : "Les paysannats indigènes du Congo belge et du Ruanda-Urundi". Bulletin agricole du Cong (...)

10L'uniformité s'étend aussi à l'utilisation du sol et aux techniques de culture. Le fait est évident pour les périmètres pratiquement voués à une seule production - riz à Mwea ou au lac Alaotra, coton dans la Gezira... - mais il n'en va pas différemment en principe lorsque les exploitations pratiquent la polyculture. Le cas limite - et l'image nous semble particulièrement symbolique - est celui des paysannats de l'ancien Congo belge5. Sur des exploitations de taille et de forme identique, de longues lanières disposées perpendiculairement à une route, chaque exploitant devait annuellement défricher une parcelle nouvelle, de taille uniforme, en s'éloignant progressivement du bord de la route et tous devaient pratiquer strictement la même rotation. Au parcellaire d'exploitation, constitué de petites parcelles perpendiculaires à un axe principal, se superposait ainsi un plan des cultures formé de grandes lanières parallèles à la route, où l'usage du tracteur était possible ; sur la trame du parcellaire menu, l'apparence d'une promotion du petit paysan, se posait la réalité de grande entreprise. De façon plus nuancée, la même ambiguité est fréquente, justifiée par d'autres biais techniques, comme la nécessité de traitements aériens pour les champs de coton.

  • 6 V. Silvestre : "Masaka au Rwanda. Contribution à l'étude de la colonisation planifiée des terres n (...)

11L'autre grand trait des systèmes organisés d'occupation des terres neuves africaines est leur caractère étranger. Point n'est besoin, à proprement parler, que la conception des projets leur encadrement technique soient vraiment assurés par des non-Africains, quoique cela soit encore bien fréquent. Il est des cadres africains qui sont cadres avant d'être africains et qui ont parfaitement intériorisé les modèles importés. A Masaka, paysannat du Ruanda6, les agronomes ruandais ne connaissaient que les rapports d'autorité, tandis que la participation était prônée par un coopérant belge. La situation inverse n'est sans doute pas plus fréquente. Ce qui en tout état de cause reste étranger dans l'immense majorité des cas, et cela est déterminant, c’est le financement et la technologie. A l'exception très partielle de certains Etats socialistes, ou de quelques pays d'économie libérale relativement nantis, comme la Côte d'Ivoire, les gouvernements dépendent totalement de l'extérieur pour l'organisation de la colonisation des terres neuves : ceci s'explique par la faible capacité d'investissement de ces pays, mais aussi par le fait que, jusqu'à date récente du moins, ce type d'opération intéressait les bailleurs de fonds étrangers beaucoup plus que toute entreprise dans les secteurs de vieux peuplement. Ce choix ne tient pas seulement au sentiment que sur des terres riches la rentabilité des investissements serait mieux assurée ; y entre aussi pour une bonne part une réaction classique à toute organisation, le désir de voir rapidement se concrétiser dans l'espace un projet clairement défini, dont les effets sont visibles et peuvent sembler clairement mesurables.

  • 7 A la fin des années soixante, la F.A.O. fixait ce seuil à 100 dollars par habitant et par an.

12Cette dépendance qu'on ne retrouve pas, me semble-t-il, au même degré en Amérique latine, a des conséquences particulièrement importantes. Elle seule permet de comprendre véritablement la plupart des traits précédemment relevés. L'égalitarisme théorique n'est pas sans rapport avec la conception d'une société africaine foncièrement égalitaire qui, si discutable soit-elle, réunit dans un accord ambigu des théoriciens africains, des "développeurs" européens du type lebrettiste, mais aussi des nostalgiques de la colonisation pour qui égalité se conjugue au passé avec médiocrité, au présent ou au futur, avec soumission. Egalité permet uniformité locale ; l'uniformité des paysages de terres neuves encadrées à travers l'Afrique tient aussi au petit nombre de modèles mis au point par les entreprises d'aménagement, reproduits ensuite en autant d'exemplaires que possible. Mais la dépendance extérieure a d'autres conséquences spécifiques. L'encadrement des terres neuves doit se plier à un certain nombre de règles inspirées sinon imposées par le mode de fonctionnement des organismes bailleurs de fonds. Ceux-ci ne programment jusqu'à présent leurs interventions que pour un nombre réduit d'années, le plus souvent par tranches de cinq ans, et sans guère de perspectives assurées au delà de dix ans. C'est donc dans ces conditions spécifiques de durée qu'il faut fixer des objectifs ; d'où le rythme accéléré des interventions et l'absence de perspectives à long terme : on vit sur le principe de l'existence de "seuils de décollage"7 atteints au bout d'un nombre limité d'années, au terme duquel le mouvement pourrait s'entretenir de lui-même. Tout se passe comme si l'établissement d'un secteur de colonisation dirigée était l'équivalent de la construction d'une usine "clefs en mains" : au bout d'un laps de temps déterminé, un instrument sera remis à l'Etat intéressé sans qu'on se soucie particulièrement de savoir s'il trouvera un marché et si celui-ci connaîtra une expansion, sans qu'on imagine en tout cas que puisse être foncièrement modifié le fonctionnement des machines. De surcroît, c'est d'année en année que l'opération doit pouvoir être jugée, et elle ne peut l'être que selon des critères simples, aisément comptabilisables, longueur des aménagements en courbes de niveau, nombre de lots attribués ou nombre de porcheries modernes. On fait difficilement comprendre à Bruxelles ou Paris que, en cas de relations difficiles avec les populations concernées, mieux vaut prendre du temps pour expliquer et faire admettre. L'obstination à réaliser coûte que coûte, qui est imposée par la logique du système, est une des causes majeures d'échec des entreprises de colonisation dirigée ; le choix d'indices parlants mais non pas nécessairement significatifs déforme maintes entreprises et fait confondre accessoire et essentiel, facteurs majeurs d'évolution et conséquences de celle-ci.

  • 8 J. Y. Marchai : "A propos de l'aménagement des Voltas et de l'encadrement sanitaire et agricole de (...)

13L'éparpillement des formes d'aide, la volonté des donateurs d'encourager des actions quelque peu spectaculaires, donc de ne pas réduire leur surface d'intervention tout en limitant l'intensité de celle-ci, parfois aussi le désir des pays "aidés" de balancer leurs liaisons extérieures provoquent un fréquent morcellement des projets en une série de sous-programmes qui ne s'harmonisent guère. Il n'est pas rare que l'ordre logique des séquences soit bouleversé, ou que certaines soient purement et simplement escamotées : dans sa communication8, J. Y. Marchai note que l'aménagement des vallées des Voltas a débuté avant que soit entreprise la campagne d'éradication de l'onchocercose qui devait la rendre possible ; combien de constructions de barrages sont effectuées sans que, moins spectaculaire et plus lente, soit réalisée la protection des bassins versants qui assurerait la pérennité des aménagements ! Hors de ces cas extrêmes, il est presque de règle que différents éléments d'une opération dépendent de financements disparates, mal harmonisés dans leur durée et leur rythme et soient menés par des personnels d'encadrement qui n'ont entre eux aucune communauté de statut, de formation et surtout de politique. Sans être éliminées ces difficultés pourraient être pour une part surmontées ou réduites si les Etats disposaient d'organismes spécialisés dans la planification de la colonisation agricoles ; c'est rarement le cas et un organisme comme le National Irrigation Board Kenyan compte peu d'équivalents : s'il a les défauts qui tiennent à une étroite spécialisation et à une optique strictement technicienne, il a du moins permis, chose rare, une gestion sans à-coups majeurs.

14A la prédominance des investissements extérieurs on associe volontiers une orientation quasi exclusive vers les productions d'exportation. Les périmètres de colonisation encadrée leur ont été longtemps largement consacrés : Gezira au Soudan ou l'Office du Niger au Mali en sont de bons exemples et même les paysannats du Ruanda où seules les caféières ont été le centre d'intérêt. Dès avant la fin des années cinquante, une réorientation a pu être réalisée au bénéfice du marché intérieur (riz du lac Alaotra ou coton de la Samangoky à Madagascar, riz de Mwea au Kenya) sans changer sensiblement des entreprises conçues pour la mono-production et une monétarisation poussée de l'économie. Au vrai, une activité plus diverse, plus fondée en théorie sur les besoins des exploitants et l'autoconsommation ne sont pas des nouveautés totales même si elles trouvent aujourd'hui plus de place et si des organismes jadis très étroitement spécialisés, comme la C.F.D.T., animent maintenant, au Mali par exemple, des périmètres de polyculture. Mais le secteur monétarisé de l'exploitation reste l'objet majeur de l'attention et la diversification des cultures a peut-être principalement pour fin de donner des bases techniques plus sûres à la production commerciale. Sans nul doute, l'optique comptable est prédominante et l'encadrement se veut d'autant plus rigoureux que les investissements sont plus importants.

  • 9 J.P. Raison : "Immigration in the Sakay District" in S. H. Ominde et C.N. Ejiogu : "Population gro (...)

15Ceci est d'autant plus net que le périmètre encadré reste, et en tout cas parait, un isolat, voire un fief lorsqu'une société étrangère y marque fortement son empreinte ou que telle personnalité politique en fait son affaire. Nous avons dégagé plus haut la cause théorique de cet état de fait. Le périmètre encadré ne peut sans se nier lui-même admettre l'existence d'un environnement susceptible d'évoluer : ce serait supposer qu'une autre approche du monde pionnier, fondée sur les dynanismes de celui-ci, est possible, que l'optique de transformation intégrale n'est pas indispensable. Et ce n'est certainement pas par simple paresse intellectuelle que les économistes chargés de l'évaluation des projets n'en mesurent pratiquement pas les effets périphériques. Il· est juste de reconnaître que certains efforts ont été faits pour briser l'isolement, que ce soit par souci d'intégrer des périmètres encadrés dans un ensemble régional, par la crainte des techniciens de se laisser détourner de leur objectif, l'accroissement de la production, voire pour de simples raisons d'économie. A Mwea, les problèmes d'encadrement sanitaire, scolaire, administratif des immigrés devaient être résolus dans le cadre des districts et des techniciens ne se sont résolus à traiter certains d'entre eux qu'en désespoir de cause, tout préoccupés qu'ils étaient de gagner la "bataille du riz". Cette attitude pragmatique aurait pu conduire à d'assez saines formes d'intégration régionale. Dans des cas plus rares, que j'ai pu observer notamment dans le Moyen Ouest malgache9, l'encadrement d'opérations de colonisation s'est au contraire délibérément engagé dans une action de diffusion, allant jusqu'à estimer (sans pour autant oser l'écrire dans des rapports officiels !) que les progrès véritables ne seraient pas le fait des exploitants encadrés, incapables de surmonter une position d'assistés, mais viendraient de ceux qui, à l'extérieur, opposés à toute contrainte trop stricte, conservaient leur dynanisme et adoptaient, sans presque l'avouer, les innovations qui leur semblaient les plus profitables. L'observation est exacte, et doit nous conduire à éviter un trop strict pessimisme, mais il y a loin de la diffusion des techniques à la diffusion de l'encadrement. Les deux approches, si différentes, ont échoué : les colons de Mwea sont demeurés à part, négligés par des services administratifs qui les considéraient, sans doute à tort, comme des privilégiés, et qui n'étaient que trop contents de se décharger de certaines de leurs tâches sur un encadrement qu'ils enviaient. Les paysans du Moyen Ouest ont continué de s'inspirer de certaines techniques importées dans les zones de colonisation dirigée ; ils n'ont pas répondu aux avances d'un encadrement soucieux de les aider à rationaliser leurs pratiques, par crainte de se faire peu à peu absorber dans un système contraignant. Ils n'auraient répondu aux invites que si, reniant leur contrat, les techniciens avaient vraiment renoncé à pratiquer où que ce soit un encadrement strict d'exploitations paysannes. Ce n'est pas seulement par sa logique propre d'organisation que l'encadrement est renvoyé à sa fonction stricte : les autres organismes, les paysans non encadrés eux-mêmes le remettent sans cesse à sa place, le réduisant au tête-à-tête avec ses propres administrés et à ses conflits internes.

  • 10 De ce point de vue, sans juger de la qualité et de l'efficacité des choix, la plantation classique (...)

16Les modes d'organisation de l'encadrement, s'ils relèvent moins de la géographie que de la sociologie des entreprises, ne peuvent être totalement ignorés dans la mesure où l'aménagement et l'utilisation de l'espace dépendent très largement d'eux. Eléments et agencements peuvent être d'autant plus variés que les tâches dévolues à l'encadrement officiel sont particulièrement nombreuses dans les terres neuves : relations avec le monde extérieur, politique et économique, aménagement du sol, entretien d'un parc de matériel, vulgarisation des techniques d'agriculture et d'élevage, commercialisation et éventuellement transformation des produits, action sociale et "animation" de la population constituent une liste déjà longue sans être exhaustive. Il peut en résulter une organisation d'autant plus délicate que ses éléments constituants ont de grandes chances d'être, nous l'avons vu, hétérogènes. Dans la pratique, le tableau est simplifié de diverses manières : certaines fonctions sont logiquement dévolues à un état major central, au risque d'une certaine hypertrophie de celui-ci ; d'autres peuvent être purement et simplement négligées (aucun personnel n'est chargé, à Mwea, des problèmes sociaux) ou une même personne peut se voir confier un nombre élevé de fonctions (à Masaka au Ruanda, un seul agronome avait pratiquement en charge l'ensemble des problèmes d'expérimentation et de vulgarisation). Le plus souvent, fortement hiérarchisées, les organisations d'encadrement superposent des services centraux diversifiés et des échelons Intermédiaires et inférieurs polyvalents et dépourvus de moyens d'action propres. Cela n'est pas sans conséquences sur le paysage lui-même : bien des zones de colonisation voient s'opposer un centre qui revêt vite des aspects urbains et des "campagnes" peu équipées, où les conditions de vie n'ont guère évolué matériellement et où les emplois restent strictement ruraux. Mais les effets sont plus flagrants encore sur les rapports entre encadrement et population paysanne : essentiellement chargés de répercuter les consignes venues du sommet, et incapables, faute de spécialisation et de moyens, de les ajuster aux réalités qu'ils affrontent, les cadres moyens et subalternes se trouvent dans une position de tampon particulièrement inconfortable, toujours tentés de s'en tirer par le seul argument d'autorité, où guettés par le renoncement et la complicité - éventuellement monnayée - avec ceux qu'ils sont chargés d'encadrer. Il faudrait qu'ils puissent remplir une fonction de relation, assurer la circulation de l'information, les propositions d'initiative de haut en bas et de bas en haut, mais comment pourraient-ils le faire ? Ils sont trop extérieurs pour cela au monde paysan dont ils ont la charge ; certes le problème n'est pas spécifique aux zones de colonisation organisée, mais il peut y être plus grave qu'ailleurs : les fonctions d'encadrement dévolues aux agents y sont en effet plus nombreuses, les structures d'encadrement propres au monde paysan plus fragiles ou moins visibles, les perspectives d'intégration des exploitants ou leurs enfants à l'encadrement très faibles sinon nulles car celui-ci recrute à l'échelle du pays, voire d'un ensemble international10.

  • 11 G. Roy : "La Société malgache d'aménagement de la Sakay (SOMA SAK). Bilan de quatre années d'actio (...)
  • 12 "A long terme la Somalac est appelée à se retirer des périmètres aménagés après y avoir assuré un (...)

17Or ce n'est pas à une masse amorphe que ces agents se trouvent confrontés : en fait, les capacités de structuration et d'encadrement spontané dont font preuve les immigrants sont souvent remarquables, compte tenu de l'hétérogénéité de leur origine, de leur déracinement et de la domination de l'encadrement officiel. Souvent, à vrai dire, c'est précisément celle-ci qui suscite des structures paysannes d'encadrement. Leur but peut être à peu près strictement négatif, lorsqu'une opposition systématique se dessine à l'égard du projet technique ; tel fut le cas par exemple, en Moyen Ouest malgache, sur le périmètre de la Somasak11. Mais l'opposition peut tout aussi bien provoquer des actions positives ; V. Silvestre nous décrit à Masaka la constitution d'une coopérative efficace, qui prit en charge la commercialisation du café, la production de farine de manioc, la vente d'objets de consommation ; or elle apparaît bien comme un phénomène de réaction à l'autoritarisme borné de la direction. La naissance de la coopérative de Mwea parait plus complexe : elle a bien tenté dans un premier temps de se poser face à la direction en champion des exploitants, en moyen d'expression des revendiactions, mais elle n'a pas persisté dans ce rôle qui ne lui était sans doute pas essentiel. Canalisée vers des activités économiques, séchage du paddy, participation à la création d'une rizerie, elle exprime probablement mieux là sa vraie nature et les revendications essentielles de ses habitants : accroître leurs revenus, placer leur argent de façon telle qu'ils puissent assurer l'avenir de leurs enfants (puisque leur terre ne peut être divisée), multiplier dans le périmètre les emplois non agricoles. Dans les deux cas, il s'agit d'une structuration visible du monde paysan, qui se situe par rapport à l'encadrement officiel ; mais bien souvent l'encadrement propre aux exploitants se situe "ailleurs", sans articulation réelle avec celui qu'on leur impose. Au lac Alaotra, la Somalac avait théoriquement prévu d'organiser sa relève partielle par des cadres issus de la population locale12, des chefs de bloc, agriculteurs pilotes, devaient progressivement remplacer les moniteurs, les Associations d'intérêt Rural regroupaient les exploitants dans le cadre d'une maille hydraulique et pouvaient se charger de la commercialisation, se doter de matériel agricole à usage collectif. En fait, imposées d'en haut, ces structures ont été peu efficaces, ou réutilisées à d'autres fins par une société inégalitaire que l'aménagement n'avait pas remise en cause ; la crise politique de 1972 permettant à la contestation de se manifester, ce sont toutes les catégories de la société qui se sont dressées contre la Somalac, animées certes par des sentiments différents, mais toutes préféraient en définitive jouer leur jeu dans des structures proprement paysannes qui n'avaient cessé d'évoluer parallèlement à l'entreprise d'aménagement.

18Cette dualité fondamentale des structures d'encadrement est source de faiblesse profonde et peut provoquer la remise en cause de l'ensemble des acquis. On penserait a priori que la colonisation dirigée possède au moins une puissante "efficacité paysagique" pour reprendre l'expression de P. Gourou, qu'elle remodèle l'espace d'une façon presque irréversible : barrages, réseaux de canaux, terrasses, courbes de niveau ne sont-ils pas des éléments permanents du paysage, fussent-ils utilisés autrement que prévu ? Rien de moins certains : ces aménagements peuvent disparaître très vite sous l'effet de l'érosion ou de l'alluvionnement, mais les hommes aussi peuvent volontairement changer à rythme rapide, avec leurs rapports sociaux, les paysages dans lesquels ils se jouent. Que reste-t-il aujourd'hui, au Zaïre, des paysannats du Congo Belge ?

19Dans des conditions aussi délicates, on est donc frappé par le caractère partiel, inachevé et précaire des formes d'encadrement systématique sur les terres neuves. Mais, quittant les généralités, on est conduit à se demander si les chances d'achèvement et de survie de ces entreprises ne varient pas en fonction de leurs caractères spécifiques, et à tenter d'esquisser de ce point de vue l'amorce d'une typologie.

20On peut être tenté de s'interroger d'abord sur les différences qui apparaissent entre les entreprises selon qu'elles se déroulent dans des pays d'orientation socialiste ou libérale. Les options techniques seront souvent d'autant moins divergentes que certains pays reprennent en charge des héritages coloniaux, comme le Mozambique dans la vallée du Limpopo. Par contre les expériences peuvent différer d'un pays socialiste à un autre : les villages Ujamaa de Tanzanie, où l'encadrement comme les initiatives techniques émanent en principe de la communauté elle-même, diffèrent profondément des "aldeais comunales" du Limpopo, largement déterminées par les contraintes de l'irrigation, donc par une organisation à une échelle bien plus vaste. Une pétition de principe politique pourrait mener à dire qu'en tout état de cause une autre qualité des rapports sociaux, l'émergence d'un personnel d'encadrement issu de la masse seraient une garantie de pérennité. Il est au moins prématuré de l'affirmer et, à maintes reprises déjà, il a semblé que l'entreprise Ujamaa courait le risque d'une cristallisation de l'encadrement et d'une centralisation des décisions qui lui feraient perdre son originalité principale et sans doute son dynamisme.

  • 13 W. Scheffler : Tobacco schemes in the Central Region" in H. Ruthenberg : "Smallholder farming and (...)

21Le type de traitement de la nature introduit-il des distinctions plus assurées ? On tendrait à opposer, en fonction d'inégales contraintes, périmètres irrigués et périmètres de cultures pluviales. Plus coûteux, plus contraignants, les premiers seraient-ils assurés de plus de pérennité ? Les investissements déjà réalisés justifieraient, ne serait-ce que par la force d'inertie, le maintien d'un encadrement solide, la poursuite des financements jusqu'à un certain point de non-retour. Rien n'est moins sûr : la présence d'un lourd encadrement n'est en rien (l'Alaotra en est un bel exemple) un facteur de pérennité, et il se peut que les plus gros ouvrages laissent simplement les ruines les plus impressionnantes. L'irrigation, à elle seule, n'est pas même une contrainte telle qu'elle assure le respect d'un programme et d'une technique de travail : celui-ci était réel à Mwea, mais très faible au lac Alaotra où le calendrier de travail était très flottant et le repiquage beaucoup moins largement adopté que prévu. Il est juste de dire que les écarts à la norme officielle sont peut-être encore plus fréquents dans le cas des périmètres de cultures pluviales, où les contraintes techniques sont effectivement moins grandes, mais les exploitations tabacoles de Tabora en Tanzanie13 étaient, entre autres, de réelles réussites.

22On est en droit de penser que beaucoup d'essais d'encadrement de la paysannerie échouent par ambition excessive. Peut-on sérieusement espérer faire adopter en quelques années une polyculture minutieuse, réalisée grâce à la culture attelée, et associée à l'élevage, par des exploitants qui ne l'ont jamais pratiquée ? Pour certains, la sagesse est de se concentrer sur une production-clé, qui soit une monoculture, ou un élément si décisif du système que son succès provoque une évolution d'ensemble. Il est vrai que, à ma connaissance, les succès en matière de polyculture sont rarissimes, mais la polarisation sur une culture n'est pas un gage de succès : Mwea en est un, où l’encadrement s'est obstinément cantonné dans la culture du riz, mais la Somalac était tout aussi spécialisée dans cette activité ; à Masaka, les agronomes ne s'intéressaient qu'au café et ils n'ont pas réussi, de même combien de périmètres cotonniers de la C.F.D.T. ont été des insuccès !

  • 14 On pourrait citer d'innombrables échecs d'entreprises contraignantes : la Samangoky, périmètre cot (...)

23En définitive, il me semble que ce qui différencie le mieux les entreprises où, sans préjuger d'une réussite finale, l'encadrement a le plus de prise sur la réalité de celles qui ne sont en définitive qu'agitation vaine, c'est la combinaison de deux facteurs : premièrement, évidence qu'il est bon de rappeler, la justesse des choix techniques et économiques, et la justice, au moins relative, de la répartition des bénéfices, mais d'autre part, et peut-être surtout, l’intervention des structures d'encadrement dans l'action de production et de conditionnement. L'efficacité de l'encadrement à Mwea tient essentiellement à une organisation collective rationnelle de la préparation du sol par les tracteurs, pivot de toute l'organisation, qui oblige au respect des calendriers et fournit argument pour une surveillance croissante des exploitants : elle tient secondairement au monopole de la commercialisation du paddy, relativement respecté parce que de ce point de vue Mwea est un isolat dans un pays producteur et consommateur de maïs. Dans son étude sur Mwea, R. Chambers remarque judicieusement qu'en Afrique de l'Est les autres exemples de réussite technique sont des périmètres où l'effort a porté sur des productions comme le tabac et le thé qui ne présentent d'intérêt que si elles sont effectuées selon un calendrier très rigoureux et où l'encadrement exerce nécessairement un contrôle strict par la maîtrise de la transformation et l'appréciation de la qualité des produits. J'aurais tendance à penser que si elle n'est en rien une condition suffisante14, la contrainte matérielle ainsi exercée est indispensable au fonctionnement de ce type d'entreprise.

24Non que je veuille prononcer un plaidoyer pour la contrainte ; je crois simplement que, lorsqu'elle est concrètement appliquée, et pas seulement affirmée dans des cahiers de charges que nul ne respecte, elle conduit les entreprises de colonisation encadrée à reconnaître puis affirmer leur vraie nature, qui est celle d'entreprises agro-industrielles (ou si l'on veut de plantations) émanant du capitalisme banal ou du capitalisme d'Etat, où celui qu'on nomme par pudeur ou hypocrisie exploitant n'est qu'un maillon d'une chaîne de production bâtie selon le modèle industriel. R. Chambers et J. Moris soulignent ce caractère à Mwea où les paysans, qui sont très souvent passés par l'expérience de la ville ou de la plantation européenne, qui n'ont d'autre "garantie" qu'un contrat d'un an, ont à maints égards des comportements de prolétaires du monde industriel, ou, s'ils connaissent quelque réussite, d'élite ouvrière de style quasi britannique. La grande majorité des entreprises de colonisation dirigée meurt au bout de quelque temps pour avoir entretenu l'illusion d'une promotion du petit paysannat sour le manteau de la grande entreprise, du progrès égalitaire dans un système économique qui ne peut engendrer que promotion individuelle par la concurrence ou égalité dans l'asservissement : aucune structure d'encadrement ne peut surmonter ces contradictions profondes et le paysage ne le supporte pas plus que les hommes ne l'admettent.

QUESTIONS

25Questions posées à J.P. RAISON :

26Cl. BATAILLON : "Dans le modèle général Africain, où la dépendance vis à vis des cadres étrangers est très forte, n'apparait-il pas une différenciation d'un pays à l'autre ?

27R. : L'énorme différence avec l'Amérique Latine, est l'absence de bourgeoisie foncière ; elle essaie de se constituer par le biais de l'action administrative. Ceci dit, il y a cependant deux nuances :

28- Soit il y a des embryons, cad de la Côte d'Ivoire, du Nigéria.

29- Soit elle cherche à vite se consituer, ce qui est le cas du Kenya.

30O. FORT : "Vous dites qu'une des conditions pour le bon fonctionnement des programmes, c'est de les faire rationnels. Ne croyez vous pas qu'il y a une certaine rationnalité à ces programmes ?"

31R. : Il y a aussi beaucoup d'encadrements non rationnels techniquement, par exemple des barrages sans protection du bassin versant !

32G. SCHNEIER : "Quel est le rôle de l'animation dans l'encadrement ; dans quels projets peut-on l'observer ?"

33R. : Très souvent, on a essayé d'éviter la présence de l'animation, cantonnée dans les régions de colonisation spontanée. Lorsqu'elle a été acceptée.

34- ou bien elle a été réellement oppositionnelle (cf. la coopérative de Masaka au Ruanda)

35- ou bien on est parvenu à la cantonner dans des services subsidiaires, économisant ainsi certaines tâches à l'encadrement (par exemple, services sociaux, groupage des produits, etc...)

36A propos du recrutement, le problème ne s'est guère posé les gens venaient sur les plantations spontanément ; ils y étaient finalement moins exploités que par l'administration

37- Quelques remarques générales : Pour ce qui est de la survie des petites paysanneries, il est toujours frappant de noter, dans les zones de forte densités, la masse des gens qui ne vivent que très partiellement de l'agriculture.

38Beaucoup d'opérations de "développement" agricole, arrivent non à augmenter la production commercialisée, mais à maintenir seulement les gens sur la terre, en augmentant la part auto-consommée.

39Une fraction de ces gens vit des terres neuves : le salariat saisonnier est préféré de beaucoup à l'établissement sur place de gens qui forcément "mangeraient" alors une bonne part de la terre disponible.

Notes

1 Nuançons néanmoins : par la force des choses, la programmation est à plus long terme dans les projets qui touchent à l'élevage que dans ceux qui sont essentiellement agricoles et, parmi ceux-ci pour ceux qui intéressent l'arboriculture.

2 R. Chambers et J. Moris eds : "Mwea. An irrigated rice settlement in Kenya". Munich. Weltforum Verlag. 1973.

3 A. Gaitskell : "Gezira A story of development in the Sudan". Londres Faber and Faber. 1959.

4 M Delenne : "Un type de migration et d'aménagement agricole sur les Hautes Terres malgaches : le sud-ouest de l'Alaotra Des riziculteurs à la conquête du marais". Université de Nice 1976.

5 Stanner : "Les paysannats indigènes du Congo belge et du Ruanda-Urundi". Bulletin agricole du Congo belge XLVI-3-1955. p. 468-558.

6 V. Silvestre : "Masaka au Rwanda. Contribution à l'étude de la colonisation planifiée des terres neuves en Afrique". Paris. E.H.E.S.S. 1974.

7 A la fin des années soixante, la F.A.O. fixait ce seuil à 100 dollars par habitant et par an.

8 J. Y. Marchai : "A propos de l'aménagement des Voltas et de l'encadrement sanitaire et agricole des colons".

9 J.P. Raison : "Immigration in the Sakay District" in S. H. Ominde et C.N. Ejiogu : "Population growth and economic development in Africa". Londres Heinemann. 1972.

10 De ce point de vue, sans juger de la qualité et de l'efficacité des choix, la plantation classique parait un ensemble mieux intégré, où le recrutement interne, jusqu'à un certain niveau du moins, est sensiblement plus poussé.

11 G. Roy : "La Société malgache d'aménagement de la Sakay (SOMA SAK). Bilan de quatre années d'actions". Tananarive. O.R.S.T.O.M. 1965.

12 "A long terme la Somalac est appelée à se retirer des périmètres aménagés après y avoir assuré un encadrement de démarrage suffisant pour introduire le décollage économique des attributaires", cité par M. Delenne, op. Cit. p. 97.

13 W. Scheffler : Tobacco schemes in the Central Region" in H. Ruthenberg : "Smallholder farming and smallholder development in Tanzania". Munich. Weltforum Verlag. 1968

14 On pourrait citer d'innombrables échecs d'entreprises contraignantes : la Samangoky, périmètre cotonnier malgache, en est un parmi d'autres.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter