Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Quatrième partie. Les mécanismes d'intervention de l'Etat et du secteur privé

L’encadrement de la paysannerie dans les zones d’irrigation de la côte Péruvienne

Claude Collin-Delavaud

Texte intégral

I. LA SITUATION AVANT LA RÉFORME AGRAIRE

1Dans la côte péruvienne, la question agraire était devenue explosive depuis les années 40, situation qui découlait d'une longue évolution du latifundio colonial vers la plantation capitaliste, amorcée dès la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Celle-ci s'était constituée par regroupement, par héritage et acquisition des haciendas peu productives et morcellées par les divisions successorales, incapables de se moderniser et de s'intégrer au niveau système d'exportation. Mais elles avaient aussi pris à leur charge toutes les spoliations historiques des communautés indigènes et elles aggravèrent ces dernières tout au long du siècle dernier et même encore au cours des premières trente années du présent.

2Cependant sur la côte septentrionale, la nécessité impérieuse d'irriguer se traduisit par un autre type de spoliation, celui du "droit d'eau". Pratiquement de 1850 à 1930, les systèmes d'irrigation antique furent modernisés par les grandes haciendas qui détenaient à la fois les positions clef à l'amont des cônes fluviaux et les capitaux nécessaires.

3De plus, les grands complexes agro-industriels puis les haciendas moyennes se mirent, dès l'entre deux guerres, à percer le sol de puits équipés de pompes qui puisèrent l'eau des inferoflux et surtout celle des nappes aquifères dynamiques entre 15 et 120 m. de profondeur.

4De nouvelles terres achetées ou prises au communautés furent ainsi mises en irrigation. Mais par contre coup, le changement de système de production lié à une irrigation massive entraîna un lessivage exagéré des sols en amont et des affleurements d'eau saumâtres en aval sur les territoires des communautés qui avaient vu depuis un siècle déjà leurs droits d'eau réduits à l'extrême. En 1964, à la veille de la réforme agraire, la paysannerie côtière est triplement marginalisée. D'abord géographiquement.

5Avec des terroirs situés à l'aval des grands cônes alluviaux qui constituent les oasis, ou "valles" de la côte péruvienne. L'eau qui leur parvient est donc celle qui reste après que les grandes haciendas de l'amont et la moyenne propriété, reliquat colonial autour des villes du cœur de l'oasis, aient été servies.

6Ensuite techniquement. Alors que le système d'irrigation en amont prend l'eau pour toute une série d'ouvrages de dérivation qui l'envoient par des canaux de ciment sur les grands domaines, celui de l'aval est constitué par les lits du cône, ce qui contraint à des équipements de fortune pour élever l'eau au niveau des champs. Souvent le droit d'eau de ces communautés stipule que seul est alloué le "sobrante" (ce qui restera après irrigation de l'amont) comme à Morrope en Lambayeque, la plus importante communauté de la Leche, ou toujours dans le même département, à Monsefu la plus peuplée du rio Chancay qui a droit aux "sobrantes" et aux résurgences. Dans le Piura, il a été prévu que les communautés seraient traditionnellement irriguées à l'amont par des résurgences (poechos, jagueyes) et à l'aval par l'inferoflux, sauf quand il y a "sobrante", c'est-à-dire excès d'eau en amont.

7Enfin socialement, puisqu'il s'agit d'une zone de "minifundio" où plus de 25 000 familles disposent de 0,4 à 3 hectares de terres, insuffisamment irriguées et doivent travailler temporairement sur les haciendas voisines. Vingt mille autres familles n'ont plus de terre et doivent uniquement compter sur l'embauche dans les grands ou moyens domaines. Or, ce marginalisme social s'aggrave d'un marginalisme culturel et politique.

8L'encadrement techniquement des communautés est quasiment nul. La Banco de Fomento Agro-Pecuario ne peut intervenir à titre individuel et les coopératives en dehors de trois tentatives religieuses n'existent pas. L'intervention des agronomes du Ministère de l'Agriculture enfin reste extrêmement limitée, tout changement de système de production étant conditionné par des crédits et un encadrement qui ne peuvent être fournis aux minifundistes.

9D'autant plus que ces minifundistes sont culturellement isolés. Les communautés ne sont que des entités communales ; au mieux des groupements de défense contre les empiètements des haciendas. Mais l'encadrement syndical et politique reste faible ou surtout très variable selon les types d'exploitation et les secteurs géographiques.

10L'encadrement syndical le plus ancien et le mieux structuré est lié à l'essor de l'APRA dans le Nord, en Libertad et Lambayeque, base principale du syndicalisme agraire apriste ou Solido Norte. Il a pris naissance dans les grandes haciendas sucrières dès les années 20 où même sans être officiellement admis dans les plantations, il a encadré fortement les travailleurs salariés, fixés sur ces grands complexes agro-industriels. La masse de manœuvres fournie par des concentrations de un à plusieurs milliers de prolétaires dans chaque hacienda permettait une véritable action syndicale. Encadrés par l'APRA, les travailleurs de la canne à sucre et des raffineries ont pu peser sur leurs conditions d'existence. On assiste pendant quarante ans à une lutte d'influence entre ce type d'encadrement et celui du patronat sucrier, paternaliste et couvrant une grande partie de la vie des salariés.

11Ceux-ci sont fixés à l'année et ils sont logés par l'hacienda avec leur famille. Cela revient à dire que le patronat, pour relâcher l'emprise du syndicat sur les travailleurs, va chercher à régler tous les éléments de leur existence. Tout à tour, le logement, l'eau et l'éclairage, l'école, le collège et les centres d'apprentissage pour les enfants, le dispensaire et même l'hôpital pour les plus grandes haciendas comme Casa Grande et Cartavio en Chicama, enfin les rations alimentaires quotidiennes en riz et viande vont fixer les familles d'ouvriers, en constituant jusqu'à 70 % de la rétribution. Le syndicat devra se battre sur le terrain des salaires nominatifs, des congés, du temps et des conditions de travail.

12Mais en cas de conflit, le recours à la grève, surtout avant guerre où les syndicats sont illégaux dans la plupart des complexes, est nécessairement une épreuve de force qui peut tourner à l'émeute, voire à une insurrection suivie d'une répression extrêmement brutale comme à Trujillo. Les pressions du patronat sont très fortes sur les familles auxquelles il accorde gîte, couvert, éducation secondaire et sécurité sociale. Même si au total tout cela est déduit des impôts et charges sociales.

13Aussi l'emprise paternaliste ne sera vraiment équilibrée par le syndicat APRA que dans les très grosses entreprises liées à une raffinerie comme Casa Grande, Paramonga, Cartavio et Pucala. De même régionalement, l'influence de l'APRA se fera moins sentir en Lambayeque qu'en Libertad et Lima. Et les haciendas sucrières, sans raffinerie, comme les plantations cotonnières du Piura seront peu pénétrées. Seule l'hacienda rizicole Limoncarro du Jequetepeque et qui appartient au même groupe que Casa Grande (Gildemeister) sera bien encadrée par l'APRA et connaîtra des grèves très dures jusque dans les années 60.

14En revanche, les petites haciendas ne connaissent pas d'autre encadrement que celui discrétionnaire du "Gamonal", de l'"hacendado". Le Yanacona du Piura, l'aparcero du Lambayeque le colono de la Libertad sont des tenanciers indirects. Et même si leur éviction devient plus rare après la seconde guerre mondiale, leur sort est précaire. Ces "feudatarios" ont un sort un peu plus enviable que dans la sierra, mais en fait, s'ils ne doivent travailler que un ou deux jours sur le domaine direct de l'hacendado, ils sont à la merci, pour leur tenure, d'une répartition de l'eau qui ne sera dans la plupart des cas suffisante que si les pluies de l'année permettent un excédent. Le métayer échappe à l'encadrement de l'office d'irrigation. Il dépend de l'hacienda. Comme il en dépend pour le système de culture, choisi par le patron, comme il en dépend pour tout le système de commercialisation de la récolte et pour son approvisionnement. On peut dire qu'il est totalement encadré par l'hacienda et que cet encadrement, le déchargeant de toute initiative et de toute confrontation avec le marché, en fait un paysan sans aucune expérience ni défense. Et le syndicalisme ne pénétrera pas dans ce type d'hacienda traditionnelle avant la fin des années 60. Encore ne le fera-t-il que par le biais de la main-d'œuvre journalière destinée aux grands complexes agro-industriels. Là encore, l'encadrement qui se fera à deux degrés, le complexe recrutant par l'intermédiaire d'entrepreneurs-transporteurs de main-d'œuvre temporaire, empêche toute action syndicale qui aboutisse au chômage.

15Les secteurs d'irrigation de minifundistes seront à peine plus touchés par le syndicalisme puisqu'ils participent de la même manière au travail temporaire. En revanche, certaines communautés de petits irrigateurs sont anciennes et leur lutte séculaire contre les empiètements des haciendas voisines a forgé des réflexes de défense. Leur exploitation de la terre est certes individuelle et nullement collective sur la côte mais leur sens de la résistance aux spoliations des terres et de l'eau est éveillé.

16Les luttes des communautés de Chepen et Paijan en Libertad, de Monsefu en Lambayeque, Catacaos et Quenrrecotillo en Piura, seront à la fois des luttes juridiques, avec d'interminables procès où le mouvement intellectuel indigéniste du début du siècle puis les courants bientôt rivaux de l'APRA et du parti communiste vont jouer un rôle d'appui, souvent entravé ou mal aiguillé par des avocats peu scrupuleux.

17Issu d'une rupture tardive avec l'APRA, le MIR prendra la relève sur toute la côte extrême Nord, au moment même où les Trotskystes de Hugo Blanco agissent sur le piémont amazonien au Sud de la Convencion dès le début des années 60.

18Mais toute la lutte de la paysannerie devra s'exercer envers les spoliations du droit d'eau. Lutte perdue à l'intérieur des haciendas mais plus fructueuse à l'égard des offices nationaux d'irrigation sur lesquels les communautés de minifundistes exerceront une pression de plus en plus forte de 1930 à 1969.

II. LES GRANDES IRRIGATIONS MODERNES ET LA RÉFORME AGRAIRE

1. Projets, mythes et réalités

19A la fin des années 50, neuf grands projets d'irrigation sont en cours d'étude et déjà le premier San Lorenzo dans le Piura est mis en service. Théoriquement, ces neuf projets doivent couvrir la superficie agricole côtière, soit faire passer les oasis de 500 000 à 1 000 000 ha. En fait, il s'agit avant tout de régulariser l'irrigation des oasis existantes où l'appropriation de l'eau devient caduque en fonction de la double pression de la démographie rurale dans les communautés de petits irrigateurs et des nouvelles mises en valeur des moyennes et grandes exploitations. En dehors du grand projet du Canon du Majes dans le Pérou méridional, et de quelques réajustements dans les départements du centre côtier d'Ica et Lima, la quasi-totalité des projets concernent la côte septentrionale. Il s'agit d'abord de capter l'eau des fleuves pérennes qui se perdent dans la mer faute de grands équipements hydrauliques. C'est le cas des rios Santa, Chira et Tumbes aux débits mal contrôlés en période des crues estivales.

20Les autres fleuves, comme les Jequetepeque, Chancay de Lambayeque, Olmos et Piura peuvent voir leur débit renforcé par des eaux tombées sur le versant amazonien à condition de percer des tunnels longs de sept à douze kilomètres. Ces aménagements exigent des études approfondies et des travaux considérables, donc des délais et des budgets importants. Tunnels de dérivation, barrages de retenues, système de canaux d'irrigation et de draînage ne pourront être financés que par l'aide d'organismes internationaux ou des accords bilatéraux. Mais leur financement ne sera assuré que si la vente de l'eau permet un amortissement total ou au moins partiel.

21D'où des études préliminaires approfondies et longues, techniques mais aussi économiques, qui vont étaler les délais de projection sur plusieurs décennies. Ce qui revient à remettre toute la gestion de l'eau, et donc l'encadrement de la paysannerie côtière, entre les mains de l'Etat qui se porte garant auprès des organismes prêteurs étrangers ou internationaux.

22Le premier grand ensemble exécuté fut celui de San Lorenzo. Il devait assurer la régularisation de quelques 41 000 hectares de culture existante mais très irrégulièrement arrosée dans le Piura. Le quart de l'eau revenait aux grandes haciendas cotonnières du cours moyen et le reste irait enfin irriguer les terres assoiffées des grosses communautés indigènes de minifundistes de Caracaos et de Sechera à l'aval. Enfin, pour rentabiliser l'opération, soit un tunnel et un barrage de retenue, on établirait une zone de colonisation nouvelle, surgie ex nihilo sur le "tablazo", interfluve des rios Chira et Piura. 40 000 ha. environ y seraient aménagés de toute pièce, aplanis, irrigués, draînés, lotis par unités de 12 à 40 ha. pour créer une classe moyenne de colons, susceptibles, en achetant leur terre équipée et leur maison toute faite, de payer l'ensemble de l'ouvrage. Car il n'était point entré dans les mœurs de faire payer l'eau d'irrigation.

23On comprend dès lors que l’encadrement par l'Etat sera très fort mais malgré tout très différent suivant que l'on s'adressera aux grands hacendados du Moyen Piura, aux propriétaires minifundistes de l'aval ou aux colons de San Lorenzo. Les premiers seront laissés totalement libres d'utiliser l'eau comme ils l'entendent. Seule la dotation, assez restreinte, les contraindra à choisir le coton comme monoculture. Les moyens propriétaires et surtout les minifundistes de Catacaos et Sechura recevront enfin une dotation, mais pour 31 000 ha. alors que 48 000 sont aménagés et que la surface irrigable facilement aménageable est de 61 000 !. La direction des eaux d'irrigation sera cependant impuissante à empêcher la mise en valeur des 48 000 ha. et finira par leur accorder une dotation d'eau ; en retardant la colonisation du Tablazo interfluve. Les paysans du Bas Piura, peu syndiqués et politisés, jamais encadrés par l'APRA et peu touchés par le MIR qui se constitue au tout début des années 60 vont toutefois utiliser leur relative cohésion communautaire pour faire pression sur les services publics, voire le Parlement. Et dès janvier 1964, il y aura des heurts entre "invadores" et parachutistes près de Castilla du Piura. Réprimés et sans lendemain, ces mouvements indiquent au gouvernement les limites à ne pas dépasser. En revanche, ni le crédit ni la promotion agronomique ne sont offerts aux minifundistes. Ceux-ci vont utiliser l'eau librement, certes, mais sans en retirer tout le bénéfice souhaitable, dans un marché national contrôlé uniquement par les négociants privés. Malgré tout, on peut dire que l'eau a permis de mobiliser les paysans dans un cadre communautaire très lâche sur la côte. A la vieille structure des villages de réduction se substitue celle des secteurs d'irrigation dépendants de tel ou tel canal.

24Quant aux coopératives, peu encouragées par l'Etat, elles se limitent à une tentative de coopérative de production dans la communauté indigène de Sin Chao et à quelques coopératives de crédit et de location de matériel, toutes promues par la très grosse paroisse de Catacaos où un clergé espagnol progressiste tente de réanimer l'encadrement religieux des réductions indigènes des deux premiers siècles de la vice-royauté péruvienne.

25Tout autre sera l'encadrement des premiers secteurs de colons sur le Tablazo. Ici, il s'agit d'un secteur d'irrigation tout nouveau. Le paysan moyen reçoit une exploitation de 8 à 40 ha. qui lui permet d'avoir un revenu suffisant pour dégager une plus-value avec laquelle il réglera les annuités. Il sera favorisé par une dotation d'eau exceptionnelle qui lui assurera une double récolte annuelle à fort rendement, Un titulaire de 8 ha. de San Lorenzo pourra obtenir une récolte 12 fois plus importante que celle d'un exploitant familial de 2 ha. dans le Bas Piura, bien qu'il n'ait que 4 fois plus de superficie.

26Le Banco de Fomento Agropecuario lui prêtera sur 20 ans, à 4 % pour le capital, et chaque année pour la campagne agricole à 7 ou 9 %. Mais les banques privées, s'il doit avoir recours à elles, lui prêteront à 17, voire 21 %. Or, va être créé ici un type de moyen propriétaire, sans patrimoine de départ, sans aucune capital d'avance, et qui ne va acheter sa terre et sa maison qu'à crédit mais surtout n'engager un cycle agricole qu'en empruntant la totalité du train de culture. Chaque campagne normale voit la moitié des bénéfices absorbée par les intérêts et chaque crise climatique entraîne un moratoire bancaire ou une situation vite explosive.

27Tenus par le crédit, les colons cependant richement dotés, doivent accepter un encadrement agronomique complet. Le système de culture leur est imposé, par secteurs et si les prix montent pour telle ou telle production, les colons dont le système imposé ne prévoyait pas cette production, ont un manque à gagner. D'où une syndicalisation assez rapide. Des colons se regroupent pour lutter contre la direction de la colonisation, pour assurer leur dotation d'eau, pour faire évoluer leur système de culture, pour retarder l'amortissement des dettes, et pour éviter les intermédiaires du système commercial collecteur.

28A rebours, l'Etat essaye de faire entrer les colons dans les coopératives de production. Sans résultat. Toutefois, les colons voient les enfants scolarisés tandis que les assistants médicaux et sociaux contrôlent l'état sanitaire et la famille ; sociologues ruraux d'une part et agronomes d'autre part, se préoccupent de l'acclimatation des colons à leur nouveau terroir et surtout à l'habitat dispersé et à l'éclatement de leur milieu sociologique d'origine.

29En fait, San Lorenzo est une expérience d'encadrement technique, économique, social et sociologique très poussé, mais en économie libérale et sans coopérative de production. Et cela aboutit à de durs mécomptes dès 1967.

30L'autre grand équipement qui sera terminé avant la réforme agraire est le barrage de Tinajones sur le rio Chancay de Lambayeque. Il s'agit ici uniquement de régulariser l'irrigation des 101 000 ha. des vallées de Chancay et de la Leche. Les empiètements des haciendas sucrières et rizicoles au XIXème et au XXème siècles ont réduit les communautés de minifundistes ou d'exploitants familiaux à un quota très faible, mais surtout, pour la plupart d'entre eux, situés à l'aval, à une dotation éventuelle, en cas de sobrante)s, c'est-à-dire de surplus en période d'inondations. La plupart des communautés de la Leche, et notamment la grosse communauté de Morrope n'a en temps normal que 3 passages d'eau au lieu de six ou sept pour les haciendas de l'amont. Il faut donc à la fois élargir les superficies dotées et leur assurer au moins cinq tours d'eau. Mais cela ne coincide pas avec un encadrement par l'Etat.

2. La réforme agraire et l'encadrement par l'Etat et les ligues

31La réforme agraire de 1964 n'avait pratiquement pas touché la côte septentrionale, mis à part quelques centaines de "colons" qui s'étaient vus attribuer la tenure qu'ils travaillaient dans certaines haciendas.

32En revanche, la réforme de 1969 a bouleversé les cadres existants tant par ses aspects radicaux que par le remplacement, par un système coopératif, de la vieille structure latifundiaire et aussi des plantations capitalistes. En effet, la quasi totalité des exploitations agricoles de plus de 30 hectares irrigués est dans un premier temps "affectée" par la Réforme, puis au grè des ans entre 1971 et 1976, transformée en coopératives de production. Et non seulement les haciendas traditionnelles, du reste déjà fortement prolétarisées ici, mais aussi les grandes entreprises sucrières à caractère industriel. Politiquement, l'oligarchie perd sa base foncière. Economiquement, l'Etat maintient la production en conservant les structures de gestion de la grande entreprise devenue coopérative de production. Et la productivité est maintenue tant par les moyens mis en œuvre dans le cadre de la grande exploitation hautement technifiée et capitalisée que par la transformation d'une paysannerie déjà prolétarisée en membres de coopératives. D'autant plus, que celles-ci seront auto-gestionnaires, même si l'Etat conserve un contrôle assez strict sur l'organisation de la production.

33En fait, le problème majeur de la question agraire sur la côte est au départ à peine posé. La masse paysanne des communautés de petits irrigateurs n'est pas vivement concernée par la création des coopératives. Celles-ci, soit, sont calquées sur les plantations sucrières, soit, constituées par le regroupement de plusieurs haciendas. Et le minifundio demeure intact de même que les travailleurs journaliers ne peuvent, pour l'immense majorité, devenir membres des coopératives issues des haciendas où ils travaillaient temporairement. Or, la moitié d'entre eux environ est formée de paysans sans terre.

34En revanche, la situation des Communautés doit s'améliorer grâce au nouveau code de l'eau. Celui-ci prévoit des dotations régulières et plus abondantes pour les secteurs d'anciens "feudatario" et pour les communautés de minifundistes.

35Mais en fait, seules les aspérités les plus aiguës des disparités sont rognées, car les coopératives restent prioritaires. Le moindre abaissement de leur dotation signifierait un échec ainsi qu'un manque à gagner sur les exportations de sucre et de coton. Donc, le minifundio restera très déficitaire. A moins que l'on active la construction des grands ouvrages d'irrigation étudiés depuis des décennies'.

36Dès 1969, celui de Tinajones sur le Chancay de Lambayeque fonctionne normalement. Il permet donc de régulariser toute l'irrigation du delta commun des Rios Chancay et Leche. Les communautés de l'aval, Monsefu, Mochuni, Tucume, Jayanca et même la lointaine Morrope voient les terres inscrites sur le "patron de regantes" enfin dotées d'attributions régulières sinon aussi abondantes que celles des coopératives. Mais leurs système de culture, essentiellement des légumes secs, exige moins d'eau que la canne à sucre et le riz des grandes entreprises collectives.

37Quant aux secteurs de minifundistes non dotés légalement d'eau qui se sont établis sur les interfluves des deltas intérieurs de la Leche dans la Pampa de Morrope, ou sur les résurgences d'eau saumâtre dans le secteur aval du Reque à Eten et Monsefu, ils se voient pour la première fois attribuer, pour une partie d'entre eux, quelques tours d'irrigation.

38Cependant Tinajonesi ne pourra réellement qu'assurer l'approvisionnement régulier des grandes coopératives sucrières du Chancay et des coopératives rizicoles de Ferrenafe-Lambayeque. En effet, le système ne comporte qu'un barrage de retenue de 300 000 millions de m3 qui étale les crues mais ne crée pas une nouvelle source d'eau. Pour cela, il faut attendre Tinajones II avec un percement de tunnel captant l'eau du versant oriental.

39Tout différent est le barrage de Poechos en amont de Sullan sur le rio Chira. Ce dernier fleuve possède l'essentiel de son bassin d'alimentation dans l'Equateur méridional déjà bien arrosé. Et chaque année, les 3/4 de l'eau se perdaient vers la mer tandis qu'à 60 km. au Sud, le rio Piura pauvrement alimenté laissait 32 000 hectares à l'amont et 61 000 autres à l'aval si mal irrigués que, certaines années, 19 000 ha. à peine pourraient être semés.

40Or, l'ouvrage de San Lorenzo déjà cité n'a pu que régulariser 22 000 ha. tandis que l'on créait, à côté des 61 000 ha. et 90 000 paysans assoiffés, une colonisation de prestige, ex nihilo, destinée à 12 000 colons dotés superbement, pour constituer une classe moyenne agricole.

41Avec Poechos, on agit tout différemment. Cet énorme barrage de terre et la retenue de 700 millions de m3 permettent de régulariser les 49 000 ha. du Bas Piura et d'irriguer 30 000 ha. sur le Chira, donc de répondre au moins partiellement à la situation tragique des minifundistes de Catacaos et Sechura sur le Bas Piura tout en créant une zone de prospérité dans le Chira.

42Ce n'est pas encore la prospérité car, à condition d'être bien drainés, on pourrait irriguer 61 000 ha. sur le Bas Piura et 48 000 sur le Chira. Plus de 12 000 familles paysannes demeurent sans terre dans le Piura et 14 000 autres ont entre 0,5 et 5 ha. irrigués, les deux tiers ayant moins de 1,5 ha.

43Et la réforme agraire ici ne va pratiquement régler aucun problème. Les oasis de Chira et de Piura voient leurs superficies réparties entre des secteurs d'haciendas cotonnières à main d'œuvre prolétarisée et fixée peu importante, et des secteurs de minifundistes très denses où se recrutent les ouvriers temporaires nécessaires au desherbage et à la cueillette du coton. Les CAP ou coopératives de production établies sur le latifundio cotonnier, ici en Piura, comme du reste celles établies sur les haciendas traditionnelles rizicoles du Lambayeque, vont être d'abord attribuées aux ouvriers fixes et aux métayers (Yacaconas résidant et travaillant avant la réforme).

44C'est-à-dire peu de gens, et surtout une classe d'ouvriers bien établis, jouissant de revenus fixes sinon élevés, qualifiés comme tractoristes, électriciens de pompes d'irrigation, chefs de cultures, camionneurs et domestiques. Même les métayers ("yanoconas") ont une dotation de terre, entre 3 et 15 ha. très supérieure au minifundistes.

45Ils verront avec inquiètude les réclamations des braceros, journaliers demandant à entrer dans les coopératives. Ils en limiteront le nombre et en fait ils continueront à les embaucher à la journée ou à la semaine, créant une situation conflictuelle aiguë.

46Par ailleurs, ces coopératives de taille assez grande, de 600 à 3 000 ha. irrigués, exigent un personnel de gestion financière et de direction technique très qualifié.

47D'où, même si le conseil de la coopérative est élu librement et s'il choisit ses administrateurs et cadres, un très fort contrôle de l'Etat. C'est lui qui encadre par une fédération les coopératives du département, et reste maître de l'importation de tout le matériel, des pesticides et des engrais, du prix de vente, mais aussi de la hiérarchie des salaires et de la qualification des administrateurs agréés par lui.

48D'où un double conflit : de lutte de classe d'abord entre les cadres souvent très bien rémunérés (échelle de 1 à 7 dans les coopératives) et les travailleurs coopérateurs, mais aussi avec les minifundistes ouvriers temporaires, qui ne peuvent pénétrer dans la coopérative et reçoivent un salaire minimum et irrégulier sans aucun avantage en nature des coopérateurs.

49S'ajoute un combat politique, entre les coopérateurs eux-mêmes et l'Etat. Ce dernier essaye, par l'intermédiaire de ses organismes de promotion coopérativistes, Ondecop puis Sinamos puis Leucira, d'intervenir au sein de la coopérative. Et les élections seront souvent influencées par le Sinamos progouvernemental, et contestées par les Apristes en Lambayeque et les ligues agraires de CCP marxiste, anti-gouvernemental, en Piura et Chira.

50Le combat pour un encadrement total par l'Etat sera vif au sein même des coopératives et se manifestera par la remise en question des cadres techniques et gestionnaires aboutissant à des crises telles que la productivité, va faiblir dangereusement, puis la production, conduisant entre décembre 76 et février 77 à une grande série de faillites pudiquement déclarées "demandes d'intervention de l'Etat", pas au sens politique mais financier.

51Or, dès 1972, on s'est évidemment aperçu des risques de clivage entre les coopératives puissantes, les coopératives faibles et le minifundio sans espoir.

52D'où l'idée des PIAR, projet intégral d'établissement rural qui doit réunir dans un vaste ensemble sous régional (de 7 000 à 12 000 ha. irrigués), des coopératives et des secteurs minifundistes, associés étroitement dans la même entreprise agricole. Cela revient à supprimer l'autogestion et remettre à l'Etat l'exploitation du sol.

53Encore faut-il que les intéressés acceptent et que cela soit économiquement possible. On ne voit guère comment, à moins de changer le système d'exploitation et expulser entre les 3/4 ou les 4/5 des minifundistes, l'on pourrait, en économie de marché, intégrer les deux secteurs. Mais surtout les intéressés émettent les plus vives protestations. Les coopérateurs ne veulent ni supporter le poids des communautés ni perdre le peu d'autonomie qui leur restait. Et les minifundistes, encadrés culturellement au sein des vieilles réductions indigènes d'une part et nouvellement pénétrés par les ligues agraires d'opposition CCP ou le syndicalisme apriste, vont s'opposer énergiquement à ces projets. Seuls les paysans sans terre y trouveraient un intérêt mais à peine 20 % d'entre eux pourraient y pénétrer.

54Ainsi voit-on, par la redistribution de l'irrigation et la réforme agraire, l'encadrement des paysans du Nord côtier péruvien passer sous la coupe de l'Etat. L'autogestion a très peu fonctionné et l'Etat doit intervenir de plus en plus, et il envisage de le faire aussi dans les secteurs de minifundistes. Mais, parallèlement à cet encadrement publique se développe un contre pouvoir d'opposition, à caractère syndical et politique, des zones et des groupes sociaux peu touchés.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter