Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Quatrième partie. Les mécanismes d'intervention de l'Etat et du secteur privé

Politique Amazonienne et encadrement des colons dans le Nord du Mato Grosso

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

1Malgré l'absence de villes importantes, malgré les distances immenses qui séparent entre elles les zones de colonisation, malgré les difficultés de communication, les terres neuves - et notamment l'Amazonie - sont le lieu privilégié d'un encadrement rural par les organismes ou les groupes urbains. Il est clair que cette affirmation ne vaut que si l'on raisonne à l'échelle nationale et éventuellement internationale : ce sont en effet les dépendances du Gouvernement central de Brasilia et les milieux d'affaires paulistes qui fournissent les structures d'encadrement du milieu rural amazonien et les hommes qui les animent ou du moins qui contrôlent directement d'éventuels relais.

2Une première explication à cette apparente planification globale, élaborée par les technocrates et financée par le capital urbain ou par l'Etat, à laquelle aucun aspect de la mise en valeur des terres neuves ne semble échapper, vient rapidement à l'esprit : le Brésil n'a pas connu de réforme agraire, la colonisation tenant toujours lieu de substitut ; par ailleurs, l'Amazonie entre d'emblée dans la phase de capitalisme agraire puisqu'avant 1966, elle constituait seulement dans l'esprit des colonisateurs actuels, "le Brésil extractiviste".

3Il faut pourtant se garder d'une généralisation trop simplificatrice. L'Amazonie avant les années soixante n'était pas vide. Des noyaux d'occupation spontanée avaient surgi le long des fleuves, des micro-régions d'économie de subsistance avaient été constituées par les migrants inoccupés à la suite des différentes crises issues des phases de cueillette, dont les plus récentes furent celles du caoutchouc à l'échelle de l'Amazonie, et plus localement de la chataigne... De même, des plans locaux de colonisation dirigée s'était succédés depuis les années 1920 dans le cadre des états, dont les réalisations atteignaient notamment le front pionnier sud-nord ; cette colonisation semi-organisée était toujours accompagnée par un mouvement spontané dont on peut approximativement fixer la limite, en 1965, à une centaine de kilomètres au-delà du tracé de l'Amazonie légale, fixé en 1953.

L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE AMAZONIENNE D’AMÉNAGEMENT RURAL DEPUIS 1964

4On constate cependant que les projets de mise en valeur de l'Amazonie élaborés par les organismes nationaux (notamment la SPVEA), jusqu'au premier PIN (Plan d'intégration Nationale) de 1970, sont extrêmement flous, en ce qui concerne l'utilisation agricole de l'Amazonie. Ils ont donc permis la stabilisation micro-régionale, en certains points précis, de l'économie de semi-subsistance, et le dévéloppement sans contrôle d'une petite agriculture sur brûlis, d'un élevage peu rentable et très extensif, sans fixer réellement de statut à la terre.

5Rappelons rapidement les principaux repères de la politique amazonienne depuis la prise du pouvoir par les militaires en 1964 :

  • 1964 : Elaboration d'un statut de la terre ;
  • 1966 : Création de la Super-Intendance de développement de l'Amazonie ; ouverture de la Cuiaba-Porto Velho ;
  • 1967 : Projet de construction de la Transamazonienne ;
  • 1972 : Ouverture de la Transamazonienne ; démarrage de la colonisation dirigée par l'INCRA (Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire) ;
  • 1973 : Construction de la Cuiaba-Santarem ;
  • 1974 : Premières critiques à l'INCRA, développement des thèses sur les avantages de la colonisation privée ; développement massif de la colonisation dans le cadre d'immenses fazendas d'élevage ;
  • 1975 : Programme gouvernemental Polamazonia ;
  • 1976-1977 : Priorité donnée au développement de l'agriculture vivrière et d'exportation, dans le cadre de la colonisation privée.

6Si l'on observe l'Amazonie depuis 1970 - année repère puisqu'il s'agit de la grande année "publicitaire", on s'aperçoit nous semble-t-il, que trois étapes ont déjà été franchies sans pour autant, que les deux premières aient complètement atteint leur objectif : celle de la colonisation publique, celle de la priorité donnée à l'élevage dans une perspective d'exportation qui n'est pas réalisée, celle enfin du développement de l'agriculture.

7Dans la pratique, à chacune de ces phases, a correspondu la mise en place de formes d'encadrement qui ne disparaissent pas complètement mais qui peuvent s'affaiblir (l'encadrement par l'INCRA et par les compagnies de développement liées aux états fédéraux, telle que la CODEMAT, dans le Mato Grosso) ; tandis que d'autres se renforcent (capitaux paulistes et gauchos, technocrates "privés" et fonctionnaires d'Etat appartenant aux organismes de développement : SUDAM, SUDECO (Super-Intendance de Développement du Centre-Ouest, ACAR (Association de Crédit et d'Assistance Rurale) ; EMBRAPA (Entreprise Brésilienne de Recherche Agro-Pastorale) destinés à leur apporter un soutien.

L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE AGRICOLE ET DES FORMES D’ENCADREMENT DANS LE NORD DU MATO GROSSO

8Pour cerner l'évolution des formes d'encadrement au cours des sept années qui viennent de s'écouler, nous prendrons ici l'exemple très significatif du Mato Grosso et notamment de sa partie Nord, inclue dans l'Amazonie légale et comprise à la fois dans la zone d'intervention de la SUDAM et de la SUDECO.

9Pour des raisons historiques et structurelles, le Nord du Mato Grosso n'a subi que très faiblement le contrôle de l'INCRA. Il était dès avant 1964 ; le cadre de l'avancée pionnière spontanée et le domaine privilégié des marchands de terre paulistes qui entretenaient d'excellents et très étroits rapports avec les gouvernements locaux. L'INCRA a donc du se contenter du rôle de "discriminateur" des terres et d'approbateur des projets de colonisation privée. On a par ailleurs attendu de lui qu'il "bloque" l'arrivée ou la progression vers le Nord ou vers l'Ouest des colons spontanés ou posseiros, éléments perturbateurs des projets locaux de mise en valeur agro-pastorale. Le sort des colonies de posseiros existantes et qui ne pouvaient pas être expulsées, mais qui ne devaient pas se multiplier, était pris en charge par la CODEMAT (Compagnie de Développement du Mato Grosso) avec des moyens réduits ; attribution de titres, modeste encadrement sanitaire, d'enseignement et technique (cours d'agriculture) afin de fixer la population et de lui permettre de trouver les moyens de dégager un surplus commercialisable, destiné à la consommation locale, notamment à celle de Cuiaba et des quelques petites villes du front pionnier. Dans ce genre de cas, qui est plutôt celui des "laissés pour compte", on a fait le plus souvent appel au financement des organismes internationaux (Banque Mondiale). Actuellement, la CODEMAT s'est en fait transformée en marchand de terres et une forte différenciation se développe dans ses zones de colonisation entre ceux qui ont réussi, pour diverses raisons et ceux qui ont échoué.

  • 1 Association des éleveurs d'Amazonie, qui est devenue, ce qui est significatif, depuis 1977, Associ (...)

10Depuis 1974, il est apparu plus réaliste que la terre en Amazonie devait être achetée et non plus attribuée ; la sélection du colon devait ainsi se faire par l'argent, et les investissements par le profit des sociétés, pressées de voir le Gouvernement résoudre le problème du statut de la terre, c'est-à-dire du "désordre foncier", et de pouvoir réaliser leur plan de mise en valeur des terres neuves, exprimé par la voix de leur Association1. Dans une première phase, la priorité a été donnée à l'élevage, dans une perspective officielle, à moyen terme, d'exportation. Cette forme d'exploitation par le propriétaire ou la société qui s'était portée acquéreur de terres, n'exigeait pas une très grande quantité de capitaux, ni une nombreuse main-d'œuvre permanente. Les fazendas d'élevage, implantées grâce aux capitaux urbains (bancaires, immobiliers, commerciaux, parfois industriels, presque toujours paulistes) sont devenues des enclaves locales, aidées par les organismes de développement gouvernementaux fédéraux (SUDAM pour les plus grandes, ACAR pour les plus modestes, PROTERRA). Enclaves, ce sont pourtant elles, c'est-à-dire leurs propriétaires et leurs administrateurs, qui jusqu'à aujourd'hui, ont presque seuls le contrôle de l'espace et l'initiative de son aménagement, sous de nombreuses formes et aux dépens des autorités locales qui n'ont, en général, qu'à entériner leurs prises de position et leurs projets et à les seconder (on connaît peu de cas de conflits entre les autorités municipales et les fazenderos). Ce contrôle s'exerce par différentes formes de pressions sur les fonctionnaires auxquels il incombe de délimiter les terres ; les initiatives d'aménagement se traduisent par l'élaboration de plans d'infrastructure (routiers et d'équipement) par les organismes gouvernementaux, qui les favorisent au premier chef. Les instituts nationaux de recherche agronomique tels que l'EMBRAPA et l'ACARMAT, sont en définitive à leur service presqu'exclusif, bien que les plus puissants d'entre eux préfèrent avoir recours à leurs propres bureaux d'étude.

11Il faut souligner cependant que leur présence détermine indirectement la survie, le développement ou la dégradation des micro-régions ou des petites villes traditionnelles (qui ont entre 50 et 20 ans d'existence) situées dans leurs environs. La vallée de l'Araguaia nous apparaît comme très significative de ce phénomène, il ne convient pas d'entrer dans le détail à ce propos. Disons seulement que Barra do Garças par exemple, devenue ville-relais pour les services nécessaires aux fazendas et aux sociétés de colonisation, est dans une phase de dynamisme urbain accéléré. Sao Felix et Luciara, en revanche, et pour des raisons assez précises, se trouvent au contraire dans des situations plutôt alarmantes.

LA PRIORITÉ À LA COLONISATION PRIVÉE

12Nous avons fait allusion au début de cet article, à l'existence à l'heure actuelle, d'une troisième phase de la politique de développement de l'Amazonie, définie à l'échelle nationale, à la fois par le Gouvernement et les entrepreneurs. Cette nouvelle orientation n'annule pas la précédente mais tend à donner la priorité au développement de l'agriculture. Ceci suppose comme on va le voir, une sélection beaucoup plus marquée et un encadrement plus rigoureux des colons. Les raisons de cette nouvelle politique sont nombreuses et en 1974, lorsque l'accent était mis en priorité sur l'élevage, on pouvait déjà en déceler quelques-unes ; elles sont à présent très claires :

  • Au niveau international, le Brésil très touché par la crise (endettement extérieur et difficulté de trouver des marchés pour les produits industriels) tente de devenir un grand exportateur de produits alimentaires ; d'où l'amorce d'une redistribution de l'espace agricole ; le Sud se spécialise dans le soja (pour l'exportation) et le blé (pour éviter d'en importer d'Argentine). Le Mato Grosso peut se substituer au Sud pour certains produits vivriers (notamment le riz) et certains produits d'exportation (le café), et en développer d'autres (le guarana, le poivre, le cacao) à des coûts de production relativement peu élevés dans une première étape (la jeunesse des sols et l'extension des surfaces disponibles permettant de travailler sans utiliser d'engrais2.
  • Les projets d'élevage n'ont pas atteint les objectifs qu'ils s'étaient fixés (les surfaces ont été surdimensionnées ; les investissements trop faibles, les frigorifiques prévus n'ont pas toujours été construits ou sont trop éloignés, les débouchés extérieurs escomptés - notamment l'Europe - sont difficilement accessibles). La spéculation est alors apparue dans de nombreux cas comme beaucoup plus rentable à court terme. De nombreuses fazendas ont été vendues deux ou trois fois au cours des cinq dernières années, notamment la fameuse fazenda de Suia Missu qui appartenait en 1974, à la société italienne Liquigaz, qui est maintenant à un groupe d'éleveurs du Rio Grande do Sul.
  • La reconversion et la mécanisation du Sud provoquent la concentration de la terre et l'expulsion des petits agriculteurs et des ouvriers agricoles (en particulier des ramasseurs de café depuis les gelées de 1975). Toutes ces personnes se trouvent donc disponibles pour aller coloniser le Mato Grosso, les unes comme propriétaires, les autres comme "agregados" (aides).
  • La colonisation agricole particulière est à court terme plus rentable pour les sociétés que l'élevage. La vente des terres leur permet de reconstituer immédiatement leur capital, surtout lorsqu'elles bénéficient de prêts à intérêt très bas de la Banque du Brésil (6 à 7 % alors que l'inflation atteint 30 à 40 %).
  • Pour atteindre les objectifs de cette nouvelle politique agricole, l'Etat favorise la création dans le Mato Grosso, d'une classe de moyens agriculteurs qui, à leur tour, peuvent bénéficier de prêts à long terme à 6 % pour l'achat par petits groupes de machines agricoles, et jouer ainsi sur l'inflation.
  • 3 Modelo de integração da Amazonia. Asociação dos Empresarios da Amazonia, São Paulo, déc. 1976.

13Cette analyse donne un sens au document élaboré en décembre 1976 par les entrepreneurs de l'Amazonie dont les principaux points sont les suivants3 :

  1. Le Brésil ne possède pas les ressources financières pour procéder à un développement industriel équilibré4. Il faut concentrer et intensifier les efforts de développement des secteurs agricoles, d'élevage et "extractiviste" afin de produire une matière première susceptible d'être industrialisée localement. Pour cela, il bénéficie "d'avantages comparatifs" :
    • la terre : 75 % du territoire est "géographiquement, morphologiquement et écologiquement" apte au développement de l'agriculture, de l'élevage et de l'"extractivisme" ;
    • le peuple : le Brésil dispose d'un peuple prêt à assurer ce défi (ce qui n'existe dans aucun autre pays). Il possède une vocation historique pour la conquête de nouvelles frontières ;
    • l'Etat : le Brésil dispose d'un système politique capable de donner une continuité à ce programme.
  2. L'arme stratégique, dans les prochaines décennies sera l'alimentation : celle-ci doit donc être une priorité pour le Brésil et susciter une industrialisation dérivée de son potentiel agricole et minier propre ;
  3. Utilisation agricole du Brésil :
    • intensification de la mécanisation et de l'utilisation d'engrais dans les régions anciennes ;
    • ouverture de nouvelles frontières agricoles (Amazonie, Centre-Ouest), avec peu d'engrais. Au début, bas niveau de mécanisation.
  4. Occupation de l'espace : délimitation rigoureuse des réserves écologiques, des parcs nationaux, des réserves indigènes.
  5. Logique de l'occupation : utilisation progressive des espaces, le long de l'infrastructure existante ou à réaliser par le Gouvernement fédéral et les entrepreneurs (c'est-à-dire occupation des espaces adjacents à ceux qui sont déjà occupés : il s'agit de repousser progressivement la frontière agricole vers le Nord et le Centre-Ouest, autrement dit, priorité au Mato Grosso et au Goias, à la vallée de l'Araguaia, aux environs de la Cuiaba-Santarem) ; - problème social : élaborer un programme cohérent de colonisation qui tienne compte du nouveau peuplement de l'Amazonie : migrants (c'est-à-dire les braçais), libérés par la première étape d'installation des fazendas, petits agriculteurs du Sud à la recherche de terre (les Nord-estins sont un peu "oubliés").
  6. Rôle du Gouvernement : décider de la politique d'occupation, et attribuer ensuite le rôle exécutif à l'entreprise privée tout en contrôlant et en accompagnant l'Implantation des "projets intégrés"5.

14Cependant, les entrepreneurs reprochent au Gouvernement et notamment à l'INCRA, de ne pas encore avoir résolu le problème de la discrimination des terres disponibles, c'est-à-dire celui des immigrants spontanés, des anciens posseiros et des Indiens.

15Quelles sont alors les répercussions de cette politique sur les populations concernées dans le Mato Grosso ? Nous n'aborderons pas ici en détail le problème des salariés permanents et non permanents des grandes fazendas d'élevage, car il a été traité dans plusieurs travaux des chercheurs du LA 111. Nous examinerons plutôt les formes d'encadrement propres aux zones de colonisation privée et les effets que l'on peut en percevoir jusqu'à maintenant.

1°) Les financements

16Comme on l'a déjà dit, la colonisation, qu'elle soit d'élevage ou agricole, est en grande partie financée par des capitaux paulistes, organisés en sociétés par actions (70 % des "projets" déposés à la SUDAM sont paulistes, le reste vient de Rio, du Parana, du Rio Grande do Sul, de sociétés multinationales, généralement - mais pas toujours - déjà présentes au Brésil). Ils proviennent le plus souvent des secteurs immobilier, bancaire et financier (Herbert Levy), commerciaux, travaux publics (Camargo Correia), mais aussi des grandes entreprises brésiliennes traditionnelles agro-alimentaires : Ometto, roi du sucre, Lunardelli, roi du café, Junquiera Villela, élevage, Bordon, frigorifiques, etc... La colonisation agricole est souvent l'oeuvre d'anciens marchands de terre, mais certaines sociétés ont été créées à partir d'un capital réduit (éventuellement des coopératives agricoles), les mécanismes des prêts et de l'inflation permettant comme on l'a déjà dit, la constitution extrêmement rapide d'une sorte de "fond de roulement" (Canarana).

  • 6 Le salarié de fazenda permanent n'est généralement pas autorisé à cultiver de parcelle. La plupart (...)

17La plupart des entreprises ont commencé, grâce aux facilités offertes par la SUDAM, par développer l'élevage. La majorité s'y consacre encore. Ce type de capitalisme agraire a provoqué la formation d'un prolétariat agricole temporaire et permanent dont l'introduction en Amazonie n'a pas été sans susciter l'apparition d'abus et de heurts avec les structures locales existantes6. Le problème de la présence à l'heure actuelle d'une importante population flottante, est d'ailleurs soulevé par les entrepreneurs ; que faudra-t-il en faire ? On notera que la ségrégation entre population flottante, souvent originaire du Nord-Est et population fixe venue du Sud, est déjà nettement perceptible, y compris dans les zones de colonisation agricole.

18Il est en revanche assez difficile de mesurer les résultats à court terme, d'un système de production que l'on pourrait qualifier d'agro-business, mais qui ne fonctionne encore comme tel que dans de très rares cas (Ludwig, dans le Nord du Para ; Bordon, dans le Mato Grosso...). La majorité des fazendas d'élevage n'ont pas atteint les objectifs prévus. Beaucoup d'entre elles se vendent et se revendent, la plupart mettent une grande partie de leurs terre "en réserve" ; la spéculation sur la terre est donc encore vue comme une des principales sources de profit. Parallèlement, plusieurs d'entre elles envisagent l'élargissement de leur activité à une production agricole ou de bois ; c'est-à-dire à la vente par lot, dont on a vu dans quelle mesure elle était à court terme plus rentable et plus adaptée à la conjoncture et à la politique du moment.

2°) Le fonctionnement interne des sociétés de colonisation

  • 7 La réussite actuelle de la Canarana par exemple, dirigée par un ancien pasteur luthérien, d'origin (...)

19Il est fondé, nous l'avons déjà dit, sur la sélection des colons par l'argent ; la "raréfaction" de la terre en Amazonie a été en fait créée afin de la justifier. La valeur de la terre est fonction, d'une part de la connaissance fragmentaire du terrain que les agronomes des sociétés ont approfondie, d'autre part, du seuil de "viabilité" de l'exploitation agricole dans tel ou tel lieu du Mato Grosso, seuil auquel permet d'accéder la vente de tel type d'exploitation dans le Sud. Par exemple, en vendant 10 hectares dans le Parana, on peut prétendre à l'achat de 100 hectares dans le Nord du Mato Grosso. Sur cette base assez simple, le profil du colon est donc ainsi tracé. Certaines colonizadoras sont plus dirigistes car elles introduisent d'autres dimensions que celle de l'argent : l'expérience, l'esprit coopérativiste soudé par une cohérence du groupe autour de la religion par exemple, ou de l'origine européenne relativement récente7.

  • 8 Celui-ci a évalué la quantité d'argent nécessaire au colon pour s'installer, de même que la rentab (...)

20Les cadres de la société de colonisation gèrent la coopérative, s'il en existe une, et conseillent sur le type de cultures. En fait, le colon s'aperçoit vite que son choix est assez réduit, car il bénéficie d'une aide technique dans la mesure où il cultive ce que les agronomes lui ont recommandé8. L'observateur se rend vite compte que l'initiative personnelle pour ajuster quelques plants d'arbres fruitiers ou des légumes est extrêmement rare. Il est cependant indéniable qu'une différenciation s'insinue vite dans le milieu pionnier. Les abandons sont assez nombreux dans certaines colonies où la sélection ne va guère au-delà des moyens financiers du candidat qui, de surcroît, ne bénéficie d'aucun prêt de la Banque du Brésil, et plus rares bien entendu, dans celles qui en bénéficient et sont plus dirigistes.

21S'il n'existe pas de coopérative, c'est la société elle-même qui se charge d'assurer la vente des surplus et de mettre en place les petites industries de transformation destinées à traiter les produits locaux. L'assistance médicale et scolaire est assurée par l'entreprise ou bien par des contrats établis avec le Gouvernement de l'Etat ou les Eglises. En définitive, la société gère provisoirement tout, et son contrôle peut aller jusqu'à s'exercer dans certains cas sur les entrées et les sorties, afin d'empêcher la venue d'éléments indésirables : aucun colon, par exemple, ne peut quitter la Floresta (Colonie gérée par la société Indeco, dans le Municipe d'Aripuana), sans prévenir le gérant ; personne ne peut y entrer sans son autorisation. La police de l'Etat est souvent présente sous forme d'un poste local et intervient dans le cas de délits ou de conflits. L'occupation stratégique du territoire et la "sécurité nationale" sont, par ailleurs, assurées par l'armée qui peut apporter, en différentes circonstances, un appui logistique.

22A partir de quel moment, se demandera-t-on alors, une colonie est-elle jugée "autonome" ? Aucune réponse ne nous a été apportée à ce sujet. De multiples facteurs interviennent à ce propos et les différences dans la "philosophie" et les perspectives des colonizadoras ne permettent aucune généralisation. Il existe d'ailleurs une certaine compétition, entre les entreprises, qui les stimule pour développer tel ou tel aspect de leur encadrement ou de leur assistance, tandis que les organismes publics ont au contraire, le plus souvent renoncé aux leurs (CODEMAT).

23Il n'est pas du propos de cet article de donner des détails sur les résultats de ces expériences, en matière de production. Nous nous contenterons donc ici de remarquer qu'ils semblent provisoirement assez bons et que les problèmes éventuels de monoculture, d'érosion des sols, de commercialisation, sont généralement posés. Précisons cependant que certaines d'entre elles, ont abandonné leurs colons, et les ont même complètement trompés ; que, par ailleurs, la colonisation privée n'est pas un phénomène nouveau au Mato Grosso et que certaines expériences, qui ont maintenant plus de vingt ans, sont des échecs, reconnus comme tels, pour un certain nombre de raisons, officielles ou non, qu'il n'y a pas lieu d'évoquer ici.

  • 9 La société vend généralement tous ses lots au même prix. La seule différence provient du fait qu'i (...)

24Il faut enfin souligner qu'il y a souvent une très grande marge entre la publicité déployée par le département de vente des sociétés et les rumeurs qui courent localement sur la qualité des sols, par exemple. Les travaux des agronomes "privés" sont en général très peu diffusés ou bien seulement sous une forme extrêmement succincte. Or, les candidats connaissent mal la nature du sol amazonien dont la couverture végétale leur apparaît comme partout la même9.

CONCLUSION

25Pour terminer, nous tenterons de classer les différentes formes d'encadrement et de mesurer très brièvement les effets que l'on peut provisoirement repérer.

1° - Les rapports entre le Gouvernement fédéral, les états et les entreprises

26Le désengagement de l'Etat entrepreneur n'est pas la constatation essentielle dans le Nord du Mato Grosso, puisque le rôle de l'IMCRA y a toujours été relativement faible. On notera par contre une diminution des prérogatives des ministères locaux et des municipalités. Les grands entrepreneurs paulistes préfèrent traiter directement avec les responsables fédéraux, avec lesquels ils entretiennent des relations généralement amicales, court-circuitant ainsi les autorités locales. Brasilia devient le relais de Sao Paulo, beaucoup plus que Cuiaba ou Goiania (cette dernière faisant pourtant fonction de relais pour de nombreux bureaux d'étude et pour l'approvisionnement des zones pionnières). Les entrepreneurs sont, par ailleurs, en passe d'obtenir satisfaction sur leurs revendications en matière d'équipement et d'infrastructure (rôle qui revient aux organismes fédéraux ou étataux, dont les compétences interfèrent souvent, ce qui peut provoquer des conflits). Enfin, la plupart des organismes fédéraux de développement consacrent à leur réussite, l'essentiel de leurs recherches (ACARMAT, EMBRAPA).

2° - Freiner la colonisation spontanée

27Le frein à la colonisation "sauvage" est vite apparu comme une nécessité. Le sort des colons spontanés est entre les mains de l'INCRA et de la CODEMAT qui sont chargés de leur donner un statut ; iis sont aidés par le FUNRURAL (syndicat) qui sert de relais entre eux et les différents organismes du Gouvernement du Mato Grosso. Leur production locale suffit pour satisfaire la consommation alimentaire de base (riz, manioc, haricots) de leurs villages. Mais, afin que ce type de colonisation sur brûlis et souvent itinérante ne se répande plus, surtout de part et d'autre des routes, l'INCRA avait été chargé de filtrer les migrants à l'entrée de la Cuiba à Santarem et de la Cuiaba-Porto Velho. Actuellement, les entreprises préfèrent se charger elles-mêmes du contrôle des hommes.

3° - Certains effets du dirigisme

28Dans ces conditions, les aspects "opérationnels" si l'on peut dire, de l'encadrement concernent évidemment, comme on l'a vu, les zones de colonisation particulières. Nous avons déjà fait allusion à l'organisation de la raréfaction de la terre et à ses effets sur le développement de la spéculation, à la sélection sévère des colons par l'argent et à la discrimination rapide qui s'ensuivit, prix d'une certaine réussite sur le plan de la production et du niveau de vie des colons.

29Nous terminerons sur quelques observations qui mériteraient sans doute d'être approfondies. D'une part, le principe même et le fonctionnement de la société privée de colonisation, l'obligent à obtenir un profit à court terme ; d'autre part, la nécessité pour le colon de produire le maximum dès les premières années pour rembourser ses dettes d'installation l'oblige à s'orienter exclusivement vers le produit que la société prendra en charge. L'aménagement de l'espace se ressent de la conjugaison de ces deux éléments. La monotonie des plans d'urbanisme, les modèles de consommation offerts aux colons par les plans de technocrates urbains, font des colonies, le plus souvent, de petites villes "ratées".

30On n'y trouve guère de petits commerces, mais en général un grand supermarché entièrement achalandé avec des produits extrêmement chers, importés de Goiania et de Sao Paulo. L'artisanat, les petits ateliers sont complètement absents. Il est très rare, on l'a déjà dit, de trouver le moindre plant d'arbres fruitiers ou une parcelle de légumes. En bref, l'initiative individuelle et collective des colons est rendue inutile et finalement bloquée par des liens qui les rendent dépendants, peut-être même solidaires, de la réussite de la société.

Notes

1 Association des éleveurs d'Amazonie, qui est devenue, ce qui est significatif, depuis 1977, Association des Entrepreneurs d'Amazonie.

2 Certaines zones de colonisation, Sinop par exemple, commencent à cultiver la canne pour la fabrication d'alcool, destiné à être mélangé à l'essence.

3 Modelo de integração da Amazonia. Asociação dos Empresarios da Amazonia, São Paulo, déc. 1976.

4 Le capital pauliste se sent étranglé entre l'Etat entrepreneur et les multinationales qui accaparent les secteurs de pointe, d'où, à notre avis, l'intérêt pour "le retour à la terre". Cf. le débat qui a eu lieu à Rio en novembre 1977, sur l'étatisation et l'internationalisation de l'économie brésilienne, relaté dans la presse de l'époque, notamment dans Veja.

5 Par "projet intégré", les entrepreneurs entendent : répartition d'une zone de colonisation entre fazendas d'élevage (20 à 30 000 hectares) appartenant à l'entreprise et lots destinés à être vendus aux petits agriculteurs du Sud et d'où viendra éventuellement la main d'œuvre des fazendas.

6 Le salarié de fazenda permanent n'est généralement pas autorisé à cultiver de parcelle. La plupart des fazendas ne disposent ni de fruits, ni de légumes, ni de volailles.

7 La réussite actuelle de la Canarana par exemple, dirigée par un ancien pasteur luthérien, d'origine allemande reposerait sur la mentalité "coopérativiste" du groupe de colons d'origine allemande, gaucha, luthériens à 70 %. En marge du Mato Grosso, signalons que l'origine européenne est un élément important dans le raisonnement des autorités paraguayennes pour accepter les colons brésiliens.

8 Celui-ci a évalué la quantité d'argent nécessaire au colon pour s'installer, de même que la rentabilité de son exploitation, grâce à la culture de tel ou tel produit, au bout de tant d'années.

9 La société vend généralement tous ses lots au même prix. La seule différence provient du fait qu'il s'agit d'un lot "urbain" ou d'un lot "rural".

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter