Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Troisième partie. L'organisation des colons : migrants et producteurs

L’encadrement des populations rurales des zones pionnières du Bassin Moyen du Parana : les exemples de l’Ouest de l’Etat du Parana (Brésil) et du Paraguay Oriental

Michèle Cail-Coms

Texte intégral

  • 1 Voir l'article de R. GAIGNARD et collaborateurs dans CARAVELLE, no 28 (Toulouse, 1977) : Recherche (...)

1Les observations qui suivent résultent d'une étude entreprise sur place en 1977 des zones de colonisation agricole récente ou actuelle de part et d'autre du Parana, dans l'Ouest de l'Etat du Parana et dans l'Est du Paraguay. Se trouvent confrontés deux types très différents de colonisation et de systèmes de production. Nous n'en reprenons pas ici l'analyse générale qui a été présentée récemment par notre équipe1.

I. COOPÉRATIVES, ÉTAT ET AGROBUSINESS DANS L’OUEST PARANAENSE

2Considérons d'abord l'Ouest de l'Etat du Parana, la zone proche du fleuve défrichée et mise en cultures par les colons venus du Sud au début des années 70. On se trouve ici dans un système agricole agressif qui a complètement détruit la forêt et imposé son empreinte sur l'espace en moins de dix ans parce que pleinement intégré au marché national et international, très puissamment encadré et soutenu à la fois par l'Etat et par les structures de ce qu'il est convenu d'appeler l'agrobusiness international.

3A son niveau, le colon, un fermier à la tête d'une exploitation moyenne capable d'une certaine accumulation, est en contact avec le premier et non avec le second. Et encore, ses relations sont-elles médiatisées par la structure collective d'encadrement qui est la clé de voûte du système ; la coopérative.

4Voyons comment les choses se passent, selon notre expérience personnelle. Ainsi que nous venons de le dire, l'expansion du Parana Brésilien résulte d'une volonté gouvernementale, appuyée par des intérêts internationaux. Le développement de l'économie brésilienne exigeait de faire des paysans de nouveaux producteurs (pour l'exportation, et le marché intérieur), de nouveaux consommateurs (des produits nationaux ou non) et de nouveaux citoyens (par l’intégration sociale et politique). Il fallait promouvoir de nouvelles cultures d'exportation que recherchent les pays industriels, les protéagineux, et de substitution aux importations (blé argentin et américain en particulier).

5Le gouvernement fédéral a donné l'impulsion nécessaire à l'apparition d'une agriculture moderne, mécanisée, introduisant de nouvelles techniques et employant massivement des intrants modernes. L'association blé-soja a été le moyen et l'objet de la modernisation dans l'Ouest du Parana. Le soja, en effet, s'adapte bien au milieu physique ; il y a une demande croissante de ce produit sur le marché international ; l'association blé-soja permet de diminuer le coût de production et les firmes multinationales avaient déjà installé des usines de transformation du soja dans la zone.

6Tout ceci incite donc l'Etat et les grands groupes privés (fournisseurs d'intrants et transformateurs des produits) à favoriser un ensemble de mesures permettant la naissance de cette agriculture "empresariale". L'Etat dirige la transformation par le crédit et les services d'extension rurale. Au départ les moyens seront le financement bancaire (crédit), la distribution gratuite de semences et d'engrais, la protection commerciale.

7Le crédit :

8Le gouvernement fédéral par la Banque du Brésil encourage l'augmentation des surfaces cultivées et la mécanisation des exploitations moyennes en donnant de larges possibilités de crédit pour l'achat de machines, en consentant des financements à moyen terme pour l'engrais, les amendements, etc... La Banque du Brésil conditionne l'octroi de prêts bancaires à la modernisation et à l'emploi de pratiques conservationnistes : rotation du blé en hiver avec une culture d'été, obligation d'employer des fertilisants, correctifs de cultiver en courbes de niveau... Les crédits octroyés sont à faible intérêt et toujours inférieurs au taux d'inflation.

9Prix minimum garanti - Commercialisation :

10L'Etat accorde des crédits et des aides pour la construction de silos mais surtout, il garantit un prix minimum aux producteurs pour certains produits (en particulier blé, soja, mais, porc, café). Le gouvernement fixe un prix et si le paysan ne vend pas sa production sur le marché privé à un prix supérieur à celui garanti par l'Etat, ce dernier achète toute la production. On offre ainsi aux producteurs une garantie de commercialisation au prix plancher.

11Ces deux modes d'incitation ont donné une grande impulsion à l'expansion de la frontière.

12Les coopératives

13Ce fut également pour éviter une trop grande manipulation du prix du soja par les compagnies privées d'exportation et de transformation que le gouvernement appuya les coopératives existantes afin qu'elles s'organisent et prennent en charge une partie de l'exportation des graines.

14Dès 1970, le gouvernement entreprend une politique d'orientation et de création de coopératives.

15L'INCRA (Institut National de Colonisation et Réforme Agraire). L'ACARPA (Association de Crédit et d'Assistance Rurale du Parana et le DAC (Département d'Assistance aux Coopératives), développent alors une série d'actions visant à intéresser les agriculteurs au mouvement coopératif. Ces trois entités décident d'établir une coordination entre elles pour "discipliner et définir les formes et les zones d'action des différentes coopératives" ; on crée donc des "programmes intégrés de Développement coopératif" (PIDCOOPS), dont le "Projet Iguaçu de coopérativisme" (PIC) concernant la région Ouest et Sud-Ouest du Parana. Il est intéressant d'analyser plus à fond le rôle de ces coopératives car elles sont un instrument d'appui important à l'exécution du programme de développement reposant sur une agriculture capitaliste faite par des exploitants de taille moyenne, encadrés à la base par ces nouvelles structures coopératives. Il faut que ces coopératives soient un instrument rationnel et efficace, aussi l'Etat va-t-il promouvoir le regroupement des coopératives tandis que différents organismes jouent un rôle de soutien et de contrôle auprès d'elles. Il s'agit de :

16L'INCRA relié au Ministère de l'Agriculture et qui est l'organe exécutif de la politique nationale de coopérativisme sous le nom de GRUCOOP. Cet organisme s'occupe de la tutelle et du contrôle des coopératives avec deux services : le DAC et le SAC (Service d'Assistance aux Coopératives).

17L'ACARPA qui s'occupe de la vulgarisation agricole, de l'encadrement technique par délégation du Ministère de l'Agriculture et du secrétariat de l'Agriculture.

18L'ASSOCEP : Association d'Orientation des Coopératives de l'Etat du Parana. C'est une association civile organisée par les coopératives pour la formation de techniciens, de dirigeants de coopératives, les recherches socio-économiques, etc...

19La Banque du Brésil est un des plus importants agents financiers du gouvernement fédéral. Elle détient deux instruments d'appui aux coopératives, la CFP (Commission de Financement de la Production) responsable de la politique des prix minimums garantis et le CTRIN (département général de commercialisation du blé national) responsable de l'exécution de la politique gouvernementale en blé.

20La BNCC : Banque Nationale de Crédit Coopératif qui est l'agent financier de la Banque Centrale. Elle prête exclusivement aux coopératives et à travers le crédit elle fait de la propagande sur la doctrine coopérativiste, et incite au développement et à la création de coopératives.

21La BRDE : Banque régionale de Développement de l'extrême sud, qui est un organisme commun aux trois Etats du Sud (Parana - Sta Catarina - Rio Grande). Elle finance l'infrastructure, les projets spéciaux locaux en matière agropastorale, de développement industriel, de construction de silos, d'équipements frigorifiques... Elle prête également une assistance directe afin de préparer l'exécution des projets de développement.

22L'OCEPAR : Organisation des Coopératives de l'Etat du Parana qui représente le système coopératif et dont le Conseil consultatif est composé par l'INCRA, l'ACARPA, la BNCC, l'ASSOCEP, la Banque du Brésil. Cette organisation est faite pour promouvoir l'association de coopératives, la création de coopératives, et proposer des solutions à l'organisation de coopératives, ou donner également une assistance technique pour la recherche agronomique.

23La coopérative face aux paysans

24Les coopératives sont donc puisamment soutenues. Il est vrai que pour les banques, elles permettent de diminuer les coûts de répartition des crédits, car ceux-ci sont versés à la coopérative qui les redistribue aux membres affiliés. De plus, la coopérative a l'avantage de bien connaître les demandeurs de crédit.

25Il est intéressant de noter que depuis un an environ certaines coopératives (la COOPAGRO de Toledo par exemple) conditionnent l'octroi de crédits non seulement à l'emploi de machines et d'intrants mais aussi à l'application de techniques de conservation du sol (courbes de niveau...).

26La coopérative est surtout un agent efficace, pour faire adopter de nouvelles attitudes par le moyen d'une assistance technique omniprésente. La coopérative possède ses propres techniciens (agronomes, vétérinaires...) ; de plus, elle doit obligatoirement avoir recours à l'assistance de techniciens de l'ACARPA. Ceci est une condition à remplir afin d'avoir droit aux crédits de l'Entreprise Brésilienne d'Assistance Technique et Extension Rurale : EMBRATER, qui est un organisme d'Etat chargé de transmettre la technologie aux producteurs, ce qu'elle fait par l'animation rurale : réunion de producteurs, "Fincas" de démonstration, "clubs 4 S" prenant en charge la jeunesse rurale.... Le technicien d'extension est un agent important car il peut servir à attirer de nouveaux membres qui désirent bénéficier directement de l'assistance technique ; l'agriculteur peut ainsi être orienté vers des achats d'intrants et vers des prestations de services offerts par la coopérative. Ces techniciens par un perfectionnement des méthodes de production, par l'élaboration de projets de culture avec le paysan, par l'orientation vers les crédits, contribuent finalement eux aussi à diminuer les risques des Banques prêteuses qui seront par là-même amenées à prêter plus facilement aux coopératives.

27La coopérative fournit également les machines et intrants nécessaires, les semences sélectionnées qui viennent de certains producteurs dont la production est contrôlée par le laboratoire de semences de la coopérative. Le coopérateur n'est pas obligé de vendre toute sa production à la coopérative, ni d'acheter son matériel, mais il est évident qu'il le fait car les avantages sont bien plus grands : le prix d'achat de la production est plus intéressant que celui offert par le réseau privé d'achat, la coopérative joue sur le marché (les coopératives ont des réseaux de télex les reliant directement aux grands marchés de grains), il n'a aucun problème de stockage ou de transport, et les prix d'intrants sont eux-mêmes plus intéressants ; enfin la coopérative est là pour octroyer le crédit.

28Très important également est le rôle des coopératives dans l'encadrement social, et dans l'éducation tendant à développer "un esprit coopérativiste". Dans ce cadre entrent les collèges coopérativistes pour la formation de jeunes, les réunions féminines où l'on apprend la cuisine, la couture, l'hygiène, la diététique, etc...

29Après une vision aussi rapide de l'encadrement, il faut insister sur le fait que le producteur coopérativiste n'a de contact qu'avec la coopérative pour tout ce qui touche à son activité économique ou sociale ; la coopérative est son seul interlocuteur. La modernisation du Brésil repose donc sur un rôle actif de la Banque du Brésil et sur les coopératives appuyées puissamment par l'Etat. Or, ces coopératives dépendent de groupes internationaux fournissant le matériel et les intrants, et des multinationales s'occupant de la transformation de la production. Les coopératives de l'Ouest Parana disposent d'un puissant réseau de transport du grain (COTRIGUAZU qui est l'association de 8 coopératives de l'Ouest du Parana et qui possède un port d'embarquement et une flotte de transport), et elles se tournent de plus en plus vers l'industrialisation (projet de la COTRIGUAZU pour créer 2 usines de transformation du soja, une en association avec un groupe allemand, une autre dépendant exclusivement de la COTRIGUAZU). Les dirigeants de cette coopérative ne cachent pas que c'est pour lutter contre l'emprise de multinationales.

30Actuellement, le gouvernement amplifie de manière significative son appui à différents organismes afin de développer l'effort coopératif pour associer encore plus de producteurs (on prévoit de toucher en 1979 2 5 % des producteurs du Parana).

31Ces coopératives deviennent de grosses entreprises (elles se transforment même en compagnie de colonisation en Amazonie) dont le contrôle échappe totalement aux producteurs. Les dirigeants sont de plus en plus nommés par le gouvernement et sont des techniciens de gestion. L'agriculteur est lui encadré par ce système puissant, qui le contrôle et le dirige.

II. LES COLONS PARAGUAYENS : DE L’AUTOSUBSISTANCE ET DU NONENCADREMENT À L’INTÉGRATION ENCADRÉE DANS L’ÉCONOMIE MARCHANDE

32L'encadrement des populations rurales en cours d'installation sur les plateaux forestiers de l'Est paraguayen présente des caractéristiques très diverses selon les types d'implantation et se situe à un niveau extrêmement différent (disons "antérieur") de celui observé sur la rive gauche du fleuve ou même dans les colonies brésiliennes implantées sur la rive paraguayenne.

33On se trouve face à une dynamique colonisatrice dont les éléments se situent à des phases distinctes du processus et que le sous-développement paraguayen - qui signifie aussi sous-équipement de l'Etat hors des tâches de répression - ne permet pas aux pouvoirs publics de contrôler, tandis que l'agrobusiness international commence à peine à s'y intéresser.

1. La colonisation paraguayenne sous encadrée

34Au point de départ, au début des années soixante, le gouvernement paraguayen a d'abord été préoccupé par l'intégration d'une grande partie de son territoire, jusque là sous occupé et sous exploité. La région du Alto Parana était aux mains de grandes compagnies étrangères exploitant de façon très extensive le bois et la yerba maté. Cette "cueillette" mobilisait peu de main d'œuvre, disséminée au long des cours d'eau dans la forêt. Il fallait en outre que le Paraguay occupe son territoire face à son voisin brésilien et à l'avance de son front de colonisation qui approchait du fleuve. C'est à cet objectif que répond, dès 1959, la création par le Ministre de l'Intérieur de la colonie Puerto Présidente Stroessner dirigée d'une main de fer par le Père salésien, Guido Coronel.

35A cette époque, la route n'existe encore qu'en projet et les premiers colons doivent passer par le Brésil (Foz de Iguaçu) pour gagner les lots de 20 ha. que le Ministère a tracés dans la forêt. Il s'agit encore simplement de prendre date, à l'entrée du Paraguay et du pont qui doit être construit sur le Parana. Après l'achèvement de la route et du pont (1967), la colonie reçoit de nombreux contingents de paysans paraguayens et bénéficie d'une priorité certaine dans l'assistance et l'encadrement. Dans la pratique, il s'agit d'un faible crédit individuel de la toute nouvelle Banque du Développement (Banco de Fomento) pour l'achat de semences de coton, d'oléagineux, de mais, pour l'acquisition d'une truie ou d'une vache ou encore de quelques poules, pour rendre un peu plus habitable la cabane que chaque famille a construite... Crédits pratiquement impossibles à récupérer dans un système productif qui ne vise encore que l'autosubsistance, d'où la création dès 1967, sous l'égide du Père Coronel, d'une coopérative (la Minga Guazù) qui bénéficie désormais de crédits collectifs d'équipement et doit assurer la répartition des crédits de campagne. Les colons restent, pour leur part, soumis au service des emprunts originels et, fortement endettés eu égard à leurs faibles capacités de production, beaucoup vendent leurs lots en tout ou en partie.

36Dans les années soixante dix, la colonie paraguayenne se trouve flanquée à l'Ouest par une très dynamique colonie officielle japonaise (la colonie iguazù) et, au Nord de l'Acaray et au Sud du Monday, par de non moins dynamiques colonies brésiliennes qui s'intègrent au système de l'Ouest paranaense que nous avons décrit. Du coup, la coopérative Minga Guazù a pour objectif d'intégrer aussi à l'économie de marché - à travers la production du soja, et du mars, et l'élevage laitier et porcin, les colons paraguayens. Tandis que s'accentuent à l'intérieur d'une colonie au départ presque homogène des inégalités socio-économiques avec des cessions de lots, des formes de métayage et de salariat plus ou moins déguisées, la coopérative, qui regroupe 1 230 colons en 1977, se limite à assurer la commercialisation et la transformation de la production plus une assistance technique sporadique financée par la Banco de Fomento. Elle possède des services de stockages, un atelier de fabrication d'aliments composés pour l'engraissement des porcs dont l'élevage est surveillé par la coopérative, et monte actuellement une unité de transformation du lait. Elle reçoit de nombreux crédits, parfois sans intérêts, et même certains dons (Service technique suisse, Banco de Fomento, Bank of America, Commission d'administration de PP Stroessner...). Vette coopérative n'apporte en fait pas grand chose à ses membres qui sont encadrés et surveillés y compris politiquement pour la plupart directement par l'administration de la colonie Stroessner.

37Nous insistons sur l'exemple de la colonie Stroessner parce qu'elle a été voulue exemplaire par le gouvernement paraguayen (elle était, d'ailleurs, la seule à dépendre du Ministère de l'Intérieur).

38Aussi parce qu'elle a servi de référence pour lancer dans la deuxième moitié des années soixante le vaste mouvement de colonisation pionnière paraguayenne des forêts de l'Est que l'on sait (axes Nord et Est) sous l'égide de l'Institut du Bien Etre Rural (IBR). M. R. Gaignard a souvent eu l'occasion de présenter cette colonisation misérable, aussi n'y revenons-nous pas. Il n'est d'ailleurs pas question d'encadrement de ces paysanneries pionnières : les colonies ont été créées sur le papier, quelques picadas ouvertes, certains lots repérés et les colons ont été littéralement "largués dans la nature" sans autre moyen de production que leur machete avec quelques sacs de riz, de sucre et de yerba pour subsister les premiers mois : quand R. Gaignard visitait en 1969 les 7 colonies de l'axe nord, "l'encadrement" se limitait pour l'ensemble (plus de 1 000 familles) à un technicien-administrateur et tout l'équipement à la motocyclette de cet homme'.

39La poussée brésilienne qui franchit le fleuve et crée en territoire paraguayen le système de production que nous connaissons ainsi que la réussite des 4 grandes colonies japonaises pleinement intégrées dans les circuits commerciaux internationaux ont amené les responsables paraguayens à rechercher eux aussi la modernisation. En d'autres termes à faire produire pour le marché leurs dizaines de milliers de colons subsistant dans la forêt. De nos jours, nous le savons, l'Etat commence à en avoir les moyens financiers et techniques. Ainsi se met en place une politique d'encadrement et d'intégration des zones pionnières de l'Est, qui s'inscrit dans une stratégie générale d'intégration de la plus grande partie possible du paysannat national dans les rapports marchands. C'est pour permettre de dégager un surplus commercialisable que le gouvernement a décidé d'aider l'agriculture par un encadrement approprié, c'est aussi pour permettre l'industrialisation et la transformation des produits. N'est-ce pas aussi pour tenter de récupérer les Brésiliens, de les encadrer afin de les intégrer à la vie nationale ? En effet, le paysan paraguayen à l'Est du pays cède de plus en plus de terrain ; ce recul est considéré comme dangereux car laissant seul le colon brésilien, il ne crée pas les conditions nécessaires à son intégration dans la structure nationale paraguayenne. Il faut donc, disent les organismes responsables, créer un plan à long terme dans le Alto Parana pour offrir des services sociaux, d'assistance technique et financière, pour encadrer les populations paraguyannes. Il faut faire en sorte que la présence officielle ne soit plus ponctuelle ou inexistante et pour cela créer des bureaux locaux représentant les principaux services officiels.

40On développe donc les projets de "Développement Rural Intégré", avec l'appui de la Banque Mondiale et de différents organismes internationaux, afin d'essayer de pousser le secteur du petit paysannat vers la production, en l'entourant de mesures d'assistance et en créant un contrôle social.

2. La nouvelle stratégie : les programmes intégrés de développement des zones neuves.

411960 voit le début de la planification au travers de la création du Secrétariat Technique de Planification (S.T.P.) et de la formulation à partir de 196 5 de plans nationaux de développement. C'est alors que surgit la nécessité d'intégrer la population à la transformation décidée : en 196 7 on crée le CNPS (Conseil National de Progrès Social) car il "existe dans la population un énorme potentiel d'aptitudes et d'énergie inutilisées jusqu'à présent, qui peuvent constituer un important facteur pour le développement national intégré".

42Le CNPS est un organisme multi-institutionnel qui a la responsabilité de formuler, planifier, coordonner et évaluer les politiques et les actions de développement social, avec deux perspectives :

  • améliorer substantiellement le niveau de vie,
  • "intégrer la population à la dynamique nationale".

43En 1976, on crée l'ONPS qui est l'organisme exécutif et technique s'occupant de la coordination des projets. Le CNPS supervise ainsi plusieurs programmes intégrés de développement rural :

  • le Programme intégré de Développement Rural (colonies de l'axe Nord),
  • le Programme de crédit pour les petits agriculteurs et le Développement Rural (p. 509-PA) touchant les colonies officielles de l'axe Est : P.P. Stroessner, O'Leary, Mallorquin ; il est financé par l'AID, le PNUD, l'I.I.C.A. et s'inscrit dans le cadre des "Programmes Alimentaires" de la FAO,
  • le Programme intégré de développement de la zone du Parana,
  • le Programme intégré de développement rural des colonies de l'Itapua, appuyé par la Banque Mondiale,
  • le Projet de consolidation des colonies paraguayennes de Alta Parana et Canendiyu sous la responsabilité de l'IBR et de la BID (afin de consolider la présence paraguayenne face à la poussée brésilienne).

44Tous ces projets associent donc le CNPS, les différents ministères, la Banco de Fomento et les organismes internationaux qui fournissent financement et assistance technique (nombreux experts latino-américains). Ces projets ont tous le même schéma. Il s'agit de créer des zones de colonies paraguayennes (lots de 20 à 50 ha.) ou bien d'aider des colonies déjà existantes. L'IBR s'occupe de légaliser la propriété et de faire la mesure des lots ; le Ministère de l'Agriculture (MAG) et son service de vulgarisation (SEAG) s'occupent de promouvoir le développement de certaines cultures de rente (soja, coton, tabac) en dispensant une assistance technique ; le Ministère des Travaux Publics se consacre à l'amélioration de chemins pour la commercialisation ; celui de la santé à la multiplication des centres de santé ; la création d'écoles est réservée au Ministère de l'Education, etc... Les crédits eux sont canalisés par la Banque du Développement. Dans la pratique, il est remarquable d'observer que le plus souvent les colons construisent eux-mêmes chemins, écoles, etc... et sont rémunérés pour cela en nature (aliments du P.A. de la FAO). On essaie d'organiser les agriculteurs en comités ou coopératives, de promouvoir la participation des jeunes et des femmes. Or, cette participation est recherchée alors que les colons dans leur majorité ne connaissent pratiquement rien du programme arrêté tandis que les fonctionnaires locaux l'ignorent eux aussi, pour la plupart.

45La priorité donnée aux équipements et services "sociaux" par rapport aux investissements productifs va de pair avec cette recherche de la "participation" transférant la charge des aménagements aux colons eux-mêmes. Cette priorité du "social" sur le "productif" peut avoir ses effets bénéfiques à court terme, mais ne correspond nullement à l'objectif visé qui est d'intégrer activement ses colons à la production marchande de façon à ce que les revenus qu'ils retirent de la mise en marché leur permettent de prendre en mains leur propre développement. Du coup, dès que l'"assistance sociale" cessera (avec le projet) le système s'écroulera. Ou alors, le projet se perpétuera et le colon restera un éternel assisté, par là-même plus facile à contrôler politiquement et socialement. Autant dire que tout cela se discute beaucoup au Paraguay aujourd'hui et que l'ambiguité de ces projets reflète précisément l’état de la discussion au niveau gouvernemental.

46Parallèlement est lancée une tentative plus originale d'encadrement des populations rurales autour de Villarica, au centre du pays. Le CPC (Centro Paraguayo de Cooperativismo) qui travaille avec la Fondation interaméricaine multiplie depuis 1976 une information auprès des paysans minifundiaires de la zone, afin de promouvoir leur regroupement au sein d'une structure de comités d'entraide. Les paysans se regroupent donc pour l'achat de biens de consommation et pour la vente en commun de leur production afin de lutter contre l'emprise des intermédiaires et des commerçants locaux. Ils s'aident également en mettant en commun leurs moyens de production (terre et matériel).

47Ils obtiennent les crédits de la Banco de Fomento au travers du CPC. La Banque essaye en effet de promouvoir la formation de tels comités afin qu'ils puissent bénéficier collectivement de crédits en hypothéquant la récolte, les machines, ou les animaux. (Normalement pour obtenir un crédit, il faut posséder 4 hectares au moins de cultures de rente et être propriétaire).

48Ces comités reçoivent une aide technique du CPC, du MAG par son service de vulgarisation (SEAG) et de l'ONPS. On crée des "Fincas" de démonstration... L'interlocuteur exclusif est le CPC, qui règles tous les litiges et qui sert de lien avec les organismes officiels (avec l'IBR par exemple pour les litiges de propriété ou les demandes de titres de propriété). Au travers du CPC, on peut voir la politique du gouvernement, désireux d'intégrer à l'économie marchande par l'augmentation des cultures de rente, une frange de la paysannerie minifundiaire, en essayant de rompre la monoculture et qui veut également encadrer ces populations afin de les contrôler.

49Quoi qu'il en soit des ambiguités que nous observons quant aux objectifs et aux moyens retenus dans les projets en cours, il faut relever un point important : les services techniques liés aux problèmes de production (structures avec l'I.B.R. ou techniques agronomiques et autres avec le S.E.A.G.) manquent terriblement de moyens financiers et de personnel à tous les niveaux. Leur efficacité sur le terrain s'en trouve extrêmement réduite. Le SEAG travaille avec les paysans paraguayens en leur offrant une aide technique, en encadrant les jeunes au travers des "clubs 4 C" et en incorporant les femmes à ce mouvement par des cours d'hygiène, de diététique, etc... Ils n'offrent leurs services qu'aux Paraguayens car les zones de colonisations étrangères ont leurs propres services d'assistance technique et financière qui sont fournies par les pays d'origine (ainsi des colonies et coopératives allemandes, japonaises, mennonites).

50Les Brésiliens eux aussi sont parfaitement aidés et encadrés par les compagnies de colonisation qui ont créé les colonies, fourni l'infrastructure sociale et économique, offert un réseau de silos, ou bien même une coopérative. Malgré les timides tentatives d'intégration de ces colonies par le gouvernement paraguayen (réunions d'informations parrainées par l'ONPS), ces colons brésiliens gardent des liens étroits et exclusifs avec leur pays d'origine qui leur fournit tous les services nécessaires et vers lequel part, en fait, toute la production.

51Le Paraguay est donc limité dans ses actions par son manque de ressources humaines et financières ; or la demande des biens et de services augmente. Les actions actuelles visent dans leurs phases initiales à sensibiliser les communautés afin qu'elles participent aux efforts de transformation économique et sociale. Par cela même, ces populations paraguayennes, étant donné leur peu de poids financier et politique, sont encadrées de plus en plus et dépendent d'une structure administrative rigide et dirigiste. Tout ce système se met en place avec l'appui de la coopérative technique et financière internationale et profitera surtout au secteur privé national et international.

***

52L'encadrement de la paysannerie pionnière dans la région se fait donc par l'intégration à un processus capitaliste de production qui s'organise autour de l'Etat (encadrement financier, technique, infrastructure) et, au-delà, au profit des grandes entreprises et des multinationales (fournisseurs d'intrants et transformateurs de produits). Quant à l'initiative des populations encadrées, elle est réduite à sa plus simple expression.

LE BASSIN MOYEN DU PARANA COLONIES AGRICOLES ET FRONTS PIONNIERS

LE BASSIN MOYEN DU PARANA COLONIES AGRICOLES ET FRONTS PIONNIERS

Notes

1 Voir l'article de R. GAIGNARD et collaborateurs dans CARAVELLE, no 28 (Toulouse, 1977) : Recherches sur les types de colonisation agricole dans le bassin moyen de Parana (Argentine, Brésil, Paraguay).
Dans le même numéro de CARAVELLE, lire aussi l'article de E. CAMPAL, la soja en Brasil : balance de un ciclo agrario explosivo.
Par ailleurs, le présent "papier" doit beaucoup aux discussions avec M. R. GAIGNARD, notre directeur de recherches, et à sa patiente relecture.

Table des illustrations

Titre LE BASSIN MOYEN DU PARANA COLONIES AGRICOLES ET FRONTS PIONNIERS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter