Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Troisième partie. L'organisation des colons : migrants et producteurs

Coopérativisme, syndicalisme et colonisation en Amazonie Brésilienne

Patrick Maury

Texte intégral

1Nous avons cherché, en rédigeant cette communication, à caractériser du point de vue sociologique l'encadrement et l'organisation des paysanneries dans l'Amazonie brésilienne comme une relation dialectique entre dominant et dominé.

2Avant d'aborder le sujet en lui-même, il est important de préciser que la population étudiée est celle de "l'Amazonie traditionnelle". Il s'agit donc d'un processus de colonisation à partir des fleuves qui débute avec l'exploitation des drogues du sertao (XVIIe), du caoutchouc (1880-1912) et plus récemment (1934) avec la culture du jute

3C'est une population relativement stable, jouissant déjà d'une connaissance certaine du milieu.

COOPÉRATIVISME ET SYNDICALISME

4Le coopérativisme, et le syndicalisme rural, constituent des instruments d'encadrement des paysanneries.

5Coopérativisme et syndicalisme commencèrent à être réglementés, au Brésil, dans les années 30, sous la dictature de Gétulio Vargas. Ces deux formes d'organisation des travailleurs furent durant une très longue période régies par les mêmes lois et promues à l'initiative du gouvernement.

6Dès les années 30 et plus particulièrement depuis les années 57 et 62, qui marquent une nouvelle phase de l'utilisation, à l'initiative des organisations politiques, des structures coopérativistes pour atteindre des objectifs de production agricole, se vérifie, au Brésil, la prédominance du politique et l'organisation des producteurs du haut vers le bas, c'est-à-dire l'encadrement des paysanneries.

  • 1 Patrick Maury, thèse de 3° cycle, IHEAL, 1978.
  • 2 Leal, V.N. Coronélismo, Enxada e voto. Sao-Paulo, Alfa-Omega, 1975.

7Dans l'étude menée avec les juticulteurs de Parintins1, nous avons pu vérifier ceci ; le Président de la coopérative (COOPJUTA) se maintint à la tête de la coopérative pendant 12 ans (62-74) sans que celle-ci réalise aucune opération commerciale, jouant seulement un rôle de contrôle des votes. Il s'agit d'un phénomène connu au Brésil comme "coronélisme", c'est une forme très ancienne de leadérance politique2.

8Dans d'autres cas de création de coopératives, l'initiative vient directement des services gouvernementaux (à Itacoatiara) ou d'organisations religieuses d'obédience catholique (à Téfé et Mauès).

9Au niveau syndical, en milieu rural, existent deux types de syndicat. L'un qualifié de patronal, l'autre plus récent : syndicat des travailleurs dans l'agriculture. Tous deux sont organisés en fédérations nationales soumises à la tutelle du Ministère du Travail ; ils ont un caractère principalement assistencialiste (sanitaire et social).

10Leur origine est cependant fondamentalement différente : le syndicat rural (patronal) est issu d'associations rurales, fondées par les latifundistes et le plus souvent de type "coronélistique". Le syndicat des travailleurs ruraux est proche de l'Eglise catholique et en général orienté par l'Evêque local.

  • 3 JULIAO, F. Cambao (le joug), Paris, François Maspéro, 1968.

11La formation des syndicats de travailleurs ruraux offre un exemple intéressant de récupération, par l'Eglise catholique, d'un mouvement spontané d'organisation des paysans. Au lieu d'appuyer et de renforcer les ligues paysannes3 nées de la volonté de travailleurs de la canne à sucre de s'organiser pour faire respecter leur dignité d'être humain (1ère revendication : droit à être enterré dans un cercueil), l'Eglise s'efforce de déstructurer le mouvement et crée ses propres syndicats pour encadrer les paysans.

  • 4 Ibid., p. 148.

12Cette préoccupation d'encadrement des paysans, pour asseoir son pouvoir face à celui de l'Etat, se traduit même dans certaines situations par une alliance de l'Eglise avec ce dernier ou avec des latifundistes pour réprimer les mouvements paysans quand ceux-ci échappent à son contrôle4.

13Quels que soient les caractères spécifiques, des luttes sociales, de chaque région du Brésil, et bien que, tant dans l'administration publique que dans le clergé, on puisse rencontrer des éléments progressistes capables d'exercer localement une certaine influence, il n'en demeure pas moins qu'au niveau institutionnel il faut chercher la logique des processus de prise de décision dans la recherche d'un encadrement des paysanneries tant au niveau du potentiel de production que de l'organisation sociale.

14Seulement dans cette perspective, il est possible d'expliquer l'échec relatif de tous les programmes officiels de colonisation sociale.

15Les transformations survenant dans les zones de colonisation sont profondément déterminées par la relation entre le type d'encadrement qui y est mis en place par le pouvoir dominant et la capacité des paysans à créer eux-mêmes leur propre encadrement.

LE PROCESSUS DE COLONISATION

16Depuis l'époque coloniale, l'Amazonie a connu un processus graduel de sous-développement. Dès la moitié du XVIIème siècle, quand les Portuguais sortent victorieux des conflits avec les autres puissances colonisatrices (Anglais, Hollandais et Français), la population indigène a déjà été en grande partie décimée.

17La destruction des tribus indigènes et leur soumission aux missions de l'Eglise catholique permettent qu'elles soient exploitées comme main-d'œuvre pour l'extraction des ressources de la forêt intéressant la cour de Lisbonne.

18Les centres de décision politiques et économiques amazoniens furent ainsi détruits.

19L'époque du caoutchouc a attiré en Amazonie une importante population, essentiellement constituée d'émigrants du Nordeste.

20Le régime "d'aviamento" qui caractérise la pénétration du capitalisme dans l'agriculture, se perpétue depuis l'époque de l'extraction des matières premières destinées au marché international (bois, épices, cacao), il caractérise également l'économie du caoutchouc et se rencontre de nouveau à la fin des années 30 quand se développe la culture du jute, à l'Initiative de colonisateurs japonais.

21Ce sont les Japonais qui, en 1954, créeront à Parintins la première coopérative de commercialisation de jute. Cette culture connut une période extrêmement favorable, durant la seconde guerre mondiale, quand les principaux pays producteurs (Inde Pakistan, Indonésie) se trouvèrent isolés des pays industrialisant la fibre (Angleterre, France). Depuis la réouverture des liaisons maritimes avec l'Orient, le jute comme le caoutchouc n'ont conservé leur place sur le marché brésilien que grâce à une politique protectionniste du gouvernement fédéral.

22L'absence d'alternatives pour des investissements plus rentables maintint une partie du capital local dans les circuits de commercialisation du jute, jusqu'à la création, des systèmes d'encouragements fiscaux et, de la zone franche de Manaus, avec son district agricole.

MÉCANISMES DE L’ENCADREMENT

23Le capital circulant au niveau de la commercialisation du jute et des produits bénéficiant de la politique de "prix minimum garanti" passe à être fourni par les banques d'état, et plus particulièrement par la Banque du Brésil.

24Les conditions sont favorables à l'apparition de coopératives ; le capital, principal facteur limitant, n'est plus un préalable au développement de leurs activités. La première étape de la croissance coopérative (par augmentation du nombre d'associés) peut se réaliser relativement facilement.

25Progressivement et sous contrôle de fonctionnaires de services publiques, les coopératives passent à assurer les services qui conditionnent l'intensification de l'agriculture, tel que la repasse de crédit. Par là même une grande partie des risques et des dépenses de contrôle de l'application du crédit passe à être prise en charge par les producteurs eux-mêmes. Le gouvernement continuant à disposer des moyens d'orientation de l'activité agricole, en définissant les lignes de crédit.

26Un autre élément, indispensable aux coopératives : les moyens de stockage, qui soumettent celles-ci à la tutelle des organisations gouvernementales ou aux projets charitatifs sous contrôle de l'église.

27L'implantation de ces coopératives a pour principal effet d'affaiblir les formes de pouvoir local de type "coronelistique", notamment en éliminant l'élément fondamental sur lequel s'appuie traditionnellement cette relation de pouvoir : la dépendance du petit agriculteur vis-à-vis de celui qui possède la terre. Ce qui explique la tentative des "coroneis" pour s'assurer la présidence des coopératives.

28Quand les coopératives limitent leur action au processus décrit ci-dessus, elles ne sont en fait rien d'autre que des entreprises de prestation de services, totalement soumises au contrôle et à l'orientation des pouvoirs publics.

  • 5 JUNQUEIRA, M. Desarollo y perspectives de la estrutura del yute en Amazonas, Thèse de Maîtrise, IC (...)

29On observe, par ailleurs, que la présence des coopératives sur les marchés locaux, si elle permet que soit assuré, en partie, le paiement du prix minimum garanti au paysan, ne permet pas cependant une augmentation sensible du revenu net de l'agriculteur5 et surtout ne lui offre pas la moindre condition d'améliorer durablement ses conditions de vie ; en l'empêchant de sortir du régime de mono-culture industrielle.

30Enfin, il est facile de comprendre que, dans la mesure où le pouvoir à l'intérieur des coopératives est contrôlé par des latifundistes ou des agents soumis au pouvoir fédéral, les revendications pour l'accès des petits producteurs à la propriété de la terre soient transformées en ambitieux et le plus souvent irréalistes projets de colonisation, plus facilement exploitables comme instruments de propagande politique que comme programmes de développement.

  • 6 FECOTRIGO, Agricultura et cooperativismo, setembro de 1977.

31Quand de grandes coopératives du Sud du Brésil (Cotrijui, Encantado, 31 de Março) organisent des projets de colonisation en Amazonie6, elle recherchent en premier lieu un moyen de réaliser une politique de restructuration agraire dans leur région, en favorisant le départ de petits propriétaires, et sélectionnent ceux qui se sont déjà montrés aptes à l'utilisation de machines agricoles, ou remboursent régulièrement les prêts agricoles et surtout ont la possibilité, en vendant les quelques hectares qu'ils possèdent dans le Sud, d'acquérir un des lots du programme de colonisation et de disposer d'un capital suffisant pour en commencer la mise en valeur.

32Le rôle joué par les syndicats ruraux est, ou réactionnaire, cherchant à préserver les domaines des latifundistes qui n'ont le plus souvent que des titres provisoires de propriété ("posse"), ou sans relation avec la recherche de moyens d'affirmer les droits des paysans en face du problème posé par l'aliénation des terres publiques à de grands groupes financiers.

33Les programmes de création de colonies agricoles tels qu'ils sont conçus par le syndicat des travailleurs agricoles, cherchent à soustraire les producteurs de jute aux mauvaises conditions de travail (long séjour dans l'eau, provoquant des rhumatismes) et faiblesse des revenus, en motivant ceux-ci à s'installer sur les terres-fermes. Ce qui correspond en fait à provoquer le départ des paysans des terres de varzéas, naturellement fertiles et faciles d'accès, pour créer des colonies en terre ferme, où il devient beaucoup plus difficile de pêcher, où l'écoulement de la production devient un problème et où le seul mode de mise en valeur possible, dans les conditions actuelles, est la culture itinérante sur brûlis qui rend pratiquement inviable les petits lots attribués aux colons.

34Les cultures permanentes (cacao, café, guarana) n'entrant en production que la 3ème année, représenteraient une forme de capitalisation de ces petits producteurs mais s'avèrent irréalisables hors d'un système de colonisation intégrée capable de disposer de moyens d'investissement.

35En tentant de recréer sous l'Equateur le modèle de l'agriculteur travaillant avec sa famille, hors de tout schéma dirigiste, le syndicat des travailleurs ruraux ignore deux facteurs fondamentaux des possibilités d'un auto-développement local. D'abord que le jute constitue pratiquement la seule possibilité pour l'agriculteur d'avoir un revenu monétaire et d'autre part que les varzéas offrent un potentiel agricole immédiat, pour l'amélioration des conditions de vie des paysans.

Les paysans peuvent-ils s'organiser ?

36L'état de prolétarisation presque totale auquel le système d'"aviamento" a réduit les paysans amazoniens rend extrêmement difficile, dans les conditions d'isolement où vit celui-ci, l'apparition de groupes de producteurs capables de formuler dans le cadre coopératif ou syndical pré-existant des revendications dépassant le cadre des services habituellement offerts par ces institutions.

37Quand dans ces conditions particulières, des groupes de petits producteurs de coopératives du Rio Grance do Sul réussirent à négocier des revendications avec les grands propriétaires (grangeiros) qui contrôlent les coopératives, se fut en organisant une rétention de leur production à un moment où cela compromettait la réalisation de contrats assumés antérieurement par les coopératives.

38Les relations des producteurs avec la direction des coopératives supposent donc des formes d'organisation de type syndical à la base. Pour que les administrateurs des coopératives, soumis aux règles de la concurrence du marché capitaliste, transforment la plus-value réalisée en avantages sociaux et non seulement en moyens de capitalisation de l'entreprise coopérative.

39Si on admet que la plus-value que les coopératives peuvent contrôler sur la commercialisation des denrées actuellement produites en Amazonie ne permet pas de redistribuer une ristourne capable d'apporter un changement substantiel des conditions de vie des paysans au niveau individuel, la principale justification de cette forme d'encadrement se trouve dans le fait qu'elle peut créer, au niveau collectif et en s'appuyant sur des groupes de producteurs, les conditions d'une croissance intégrée, assurant en priorité la satisfaction des besoins de ses associés.

40Ceci suppose que les coopératives contrôlent un volume de production suffisamment important pour pouvoir prendre à leur charge les fonctions de formation et de recherche pour valoriser la connaissance du milieu dont disposent leurs membres et s'assurent les services de techniciens pour la production d'une technologie adaptée aux conditions régionales, et aux exigences de la réalisation de l'avantage social.

41L'Amazonie brésilienne est aujourd'hui en grande partie vendue à des firmes multinationales, soit directement, soit sous le couvert d'entreprises brésiliennes.

42L'étendue des zones ainsi vendues, souvent plusieurs centaines de milliers d'hectares, a des dimensions bien supérieures à celles nécessaires à une entreprise agricole, même industrialisée.

43La situation est proche de celle, connue à l'époque coloniale, du Portugal divisant le territoire dont il disposait en Amérique du Sud en capitaineries héréditaires. Les débats actuels sur la redivision territoriale de l'Amazonie, pour faciliter sa mise en valeur, mériteraient une étude approfondie afin de rendre intelligibles les relations entre encadrement des paysanneries amazoniennes, aliénation de terres et expansion du capitalisme en Amazonie.

Notes

1 Patrick Maury, thèse de 3° cycle, IHEAL, 1978.

2 Leal, V.N. Coronélismo, Enxada e voto. Sao-Paulo, Alfa-Omega, 1975.

3 JULIAO, F. Cambao (le joug), Paris, François Maspéro, 1968.

4 Ibid., p. 148.

5 JUNQUEIRA, M. Desarollo y perspectives de la estrutura del yute en Amazonas, Thèse de Maîtrise, ICA, Bogota, 1972.

6 FECOTRIGO, Agricultura et cooperativismo, setembro de 1977.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter