Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Deuxième partie. Pénétration des communautés et contrôle des colons indigènes

La Selva Lacandona cihiapas, Mexique : contrôle de l’espace ; des productions et encadrement de la paysannerie indigène

Frederick Port-Levet

Texte intégral

1La Selva Lacandona située dans l'extrémité orientale de l'Etat du Chiapas est sans doute une des zones de forêt parmi les plus peuplées et les plus actives du monde tropical, de par sa densité de près de 5 habitants/km2 et la variété de ses productions agraires.

  • 1 Il s'agit en fait dans cette zone de l'extension d'un type d'agrobusiness à caractère national, re (...)

2Région économique neuve au peuplement récent dû à un fort mouvement migratoire accompagné d'une colonisation agraire amorcée dans les années cinquante, elle représente actuellement une zone de crises aussi bien économique démographique qu'écologique, qui lui font courir le risque d'une "Amazonisation", ce qui signifierait comme pour le Brésil et les paysans du Bassin amazonien, une destruction du milieu naturel et une exploitation des ressources pour le bénéfice d'une élite économique liée aux puissants groupes financiers extérieurs à la région1.

3Sans préparation, sans encadrement, sans programme précis de développement, entrèrent dans la forêt Lacandone de nombreuses ethnies indigènes de l'Etat du Chiapas, des paysans ladinos, des entreprises forestières et d'élevage. Face au caractère improvisé des établissements et des actions humaines, cette zone a connu depuis quinze ans différents types d'interventions de la part des entités gouvernementales et de leurs services visant à la contrôler ou à résoudre les problèmes nés du mouvement initial de colonisation.

4L'agriculture mexicaine a toujours été caractérisée par le grand nombre d'organismes d'état chargés d'intervenir dans ses problèmes structurels ou ses problèmes de développement. Leur prise en compte a rarement conduit à des changements radicaux, mais elle a plutôt entraîné la multiplication de palliatifs administratifs où semblent se diluer les actions directes ; les problèmes agraires sont traités par une multitude d'institutions officielles qui agissent généralement sur un plan national et prolongent leurs fonctions par des homologues régionaux ou locaux qui peuvent être chargés d'objectifs plus spécifiques.

5Instruments directs de contrôle par le pouvoir et l'administration centrale, ces services sont chargés d'établir des programmes d'aide et d'intervention modulés selon la nature des problèmes rencontrés et d'intenter des actions purement administratives auprès des paysanneries.

6Dans le cadre de la Selva Lacandona, leur objectif a été aussi bien celui de préserver le milieu naturel menacé que d'aider les établissements humains qui y ont proliféré, en fait d'aboutir à une appropriation de l'espace et des ressources et à une organisation de leur exploitation.

7Ecologistes, économistes, hommes politiques, ont tenté de corriger le "chaos" créé par l'homme et ses actions improvisées et de réduire le problème humain et écologique généré par la colonisation spontanée : fixer la population, planifier et restaurer les ressources devaient permettre de répondre aux espoirs d'un développement régional émis par les divers groupes économiques et financiers de l'Etat mais aussi du pays, qui ont mesuré l'ampleur des richesses potentielles et des bénéfices qui pouvaient être tirés de cette frange forestière. La forêt Lacandone est devenue le théâtre d'un nouvel enjeu national, de conflits d'intérêts de la part principalement de certains secteurs spéculatifs (agropecuaire et forestier) organisés selon un mode capitaliste de production qui contraste avec la présence d'un vaste secteur d'économie traditionnelle pratiquée au sein des structures ejidales.

8C'est le choix d'un modèle de développement régional qui est aujourd'hui posé : pour influer sur celui-ci de nombreuses stratégies d'intervention et de contrôle ont été mises en place, visant d'abord l'espace et par voie de conséquence les populations, puis les différentes productions. Les instruments de ce contrôle ont été de toute évidence les organismes d'Etat ou les organismes privés chargés des questions du développement agricole, de son financement ou bien de l'encadrement juridique et politique de la paysannerie.

9Nous voudrions tenter, plutôt que d'établir une liste et une classification de ces organismes en fonction de leur type d'actions, de caractériser les divers processus qui ont conduit à l'appropriation spatiale et économique de la région et relever au fur et à mesure de leur apparition, les différentes entités administratives qui y ont été intéressées ou qui en ont été les principaux acteurs. Auparavant, il est sans doute nécessaire de reconstituer brièvement les étapes du peuplement régional en soulignant leur correspondance avec les divers cycles économiques qui s'y sont succédés.

CYCLES ÉCONOMIQUES ET PAYSANNERIE : des premiers « extracteurs » à la colonisation ejidale et privée.

10L'Histoire contemporaine de la forêt Lacandone se confond avec celle des différents cycles économiques qui ont apporté dans la région des populations diverses par leur origine, leur importance et l'organisation de l'espace sur laquelle elles vont s'appuyer.

11Depuis le début du siècle, la forêt tropicale de l'Etat du Chiapas, était perçue comme réserve de certaines matières premières dont le négoce pouvait être très lucratif : bois précieux et latex surtout donnent lieu à des activités d'extraction de faible ampleur, marquant peu les paysages naturels ; l'exploitation de la forêt demeure superficielle. Monteras (coupeurs de bois, d'acajou surtout, ou de caoutchouc), puis les chicleros (collecteurs du chiclé, gomme du chicozapote ou manilkara zapota) pénètrent l'espace Lacandon en prédateurs travaillant pour le compte de compagnies ou de particuliers souvent étrangers à la région mais ayant reçu de vastes concessions territoriales. La forêt jusque dans les années quarante est découpée en lots pouvant atteindre quarante mille hectares consacrés à la seule exploitation extensive de quelques ressources.

12Venus de Palenque, du Tabasco ou du Campeche, ces travailleurs sont saisonniers et ne créent pas d'implantations humaines : seuls des campements reliés par des brechas (chemins de terre), apparaissent dans le paysage. Tenosique, Ocosingo demeurent les portes commerciales de la forêt pour ces "aventuriers" d'un type nouveau profitant de l'absence de tout contrôle par les services d'Etat pour pratiquer un pillage systématique des quelques autochtones habitant la zone ; (avec le groupe Lacandon, les contacts s'avèrent désastreux). Ce premier cycle économique prend fin au tournant des années 40, avec l'abandon du latex au profit des gommes synthétiques ; les campements de chicleros se retirent peu à peu, tandis que les "monterias" tombent en décadence avec l'annulation des concessions territoriales, la forêt lacandone devenant un ensemble de terres nationales ; quelques entreprises forestières poursuivent cependant leur activité d'extraction, l'une d'elles survivant jusqu'à très récemment avant d'être d'objet d'une expropriation.

13Dès le début des années 50, un deuxième cycle économique se met lentement en place, beaucoup plus significatif pour la région par l'importance numérique des populations qui vont y participer.

14Ce sont tout d'abord des particuliers, ladinos pour la plupart qui vont constituer de grandes propriétés en achetant pour des sommes dérisoires les terrains nationaux. Leur objectif est de développer dans la forêt un élevage extensif, sur le modèle de celui pratiqué dans l'état voisin du Tabasco.

15Puis survient la descente régulière d'agriculteurs depuis les hautes terres du Chiapas et des bordures occidentales de la forêt, anciens "baldios" libérés de leurs dettes ou fuyant les "fincas" où ils étaient employés comme "peones", paysans sans terre à la recherche de nouvelles surfaces à cultiver. Ce double mouvement marque une deuxième étape décisive de pénétration économique et humaine de l'espace lacandon, car il va orienter l'organisation et la distribution actuelles des activités économiques de la région. Cette migration prenant le caractère d'une colonisation spontanée de la forêt, s'accentue dans les années soixante. De nombreuses communautés se fondent sans avoir de statut légal par rapport à la propriété des terrains qu'elles vont cultiver. La zone Nord correspondant au municipe de Palenque, s'est transformée en une grande région d'élevage sous forme essentiellement de grandes et moyennes propriétés privées.

16Le peuplement va se poursuivre jusqu'à ces cinq dernières années peu à peu contrôlé cependant par le gouvernement qui intègre les populations déjà établies et les nouveaux arrivants dans le cadre de la colonisation ejidale.

17Aujourd'hui c'est une population de 70 000 personnes réparties en près de 2 00 communautés qui exploite l'écosystème tropical selon la méthode traditionnelle de "roza, tumba y quema", à laquelle il faut ajouter de nombreuses exploitations privées dont le nombre est difficilement évaluable (sans doute près de 300).

18Cette paysannerie est constituée pour sa quasi totalité de groupes Tzeltales, mais aussi de Choies et Tojolabales, auxquels se sont joints ladinos ou autres paysans venus de régions extérieures au Chiapas.

19Il n'est pas dans notre objectif de développer ici le pourquoi de cette migration, mais nous pouvons en évoquer rapidement les principales causes :

  • sur les Altos du Chiapas, la topographie accidentée a pour conséquence une faible disponibilité en terres aptes à l'agriculture et à l'élevage,
  • la monoculture séculaire du mais, la forte érosion et l'absence de protection des sols ont contribué à l'appauvrissement général de ceux-ci,
  • le minifundisme domine toujours dans cette zone de fortes densités humaines (jusqu'à 120 habitants au Km2) alors qu'existent de vastes propriétés monopolisant de grandes superficies sur lesquelles sont employés comme "peones" de nombreux indigènes.

20Ce sont donc des populations en quête de nouvelles ressources, poussées par la pression croissante sur la terre, qui vont alimenter les flux migratoires vers la forêt. Dans ces hautes terres surpeuplées où les structures coloniales se sont maintenues, les possibilités d'affectation de terres privées dans le cadre de la nouvelle législation agraire, étaient très limitées. Celà imposait comme unique solution l'octroi de terres nationales dans les zones moins peuplées en l'occurence pour le Chiapas, les basses terres tropicales et forestières de l'état, le long du rio Usumacinta et de ses affluents. Du moins la dotation de terres dans cette zone ne s'est-elle faite que forcée par l'ampleur du mouvement spontané de colonisation, et comme moyen de canaliser celui-ci. La selva Lacandona, dans la logique du statu-quo relatif à la propriété sur les Altos, demeurait l'unique exutoire territorial pour les vieilles populations des terres centrales. Celles-ci ont depuis longtemps constitué la principale réserve de main-d'oeuvre saisonnière pour les régions agricoles du Soconusco et du bassin du Grijalva ou Mésochiapas. Le courant migratoire vers la Selva revêt un caractère de migration définitive due à la sollicitation de la dotation ejidale qui représente pour ces paysans l'accès à une parcelle dont l'usufruit est garanti par la loi, donc une possibilité permanente d'améliorer leurs ressources et leurs moyens d'existence.

21Aujourd'hui sur les 1 200 000 hectares que couvre la forêt, on estime que près de la moitié (565 000 hactares) a été distribuée ou est l'objet d'une activité agricole, donc pour l'essentiel défrichée par plus de 15 000 ejidataires et propriétaires privés, ceci pour l'ensemble des trois municipes de Chilon, Ocosingo, Altamirano qui se partagent l'actuel territoire de la Selva Lacandona. (Le plus souvent en effet, comme dans les programmes d'intervention, le municipe de Palenque est exclu de la délimitation de la forêt lacandone, dans la mesure où est retenu comme critère celui de l'état du peuplement végétal, à savoir la haute forêt tropicale sempervirente qui n'est plus que résiduelle ou profondément altérée dans ce municipe. De plus, le mode de production dominant dans l'économie agraire de cette zone, l'agriculture mais surtout l'élevage capitalistes privés, la détache de l'ensemble économique que représentent les trois municipes cités, où le système de production demeure encore traditionnel et marginalisé dans le cadre éjidal par rapport aux structures du marché régional).

22Le mouvement de colonisation s'est stabilisé aujourd'hui, freiné par l'intervention gouvernementale ; les organismes chargés des questions agraires ont joué un rôle d'arbitrage et de contrôle décisif par rapport aux questions de propriété soulevées par la colonisation spontanée dans cette zone qui même excessivement peu peuplée, n'avait jamais réellement été vide d'hommes. Mais surtout, l'enjeu spatial représenté par la forêt Lacandone est venu confirmer l'omnipotence du gouvernement central et la collusion existant entre pouvoir politique et intérêts privés.

CONTRÔLE DE L’ESPACE ET FIXATION DES POPULATIONS : Cadre ejidal et découpage territorial

- La colonisation dirigée et "mystifiée"

23L'intervention gouvernementale a eu pour premier souci de donner une base légale à la colonisation ; en l'inscrivant dans le contexte de la colonisation dirigée des terres tropicales, elle allait surtout la contrôler et la limiter ; la législation agraire et de colonisation de 1962 devait constituer le cadre juridique protégeant et définissant le mouvement d'installation des colons. Les textes réaffirment que les propriétés privées (fincas) dont les limites seront atteintes par un rayon de 7 km. ayant pour origine le lieu le plus peuplé du centre solliciteur, seront affectées à la dotation ejidale. Les demandeurs vivant dans les zones où il n'y a déjà plus de terres affectables, recevront un "derecho a salvo", c'est-à-dire l'autorisation de créer de nouveaux centres de peuplement dans les terres nationales qui ne pourront en aucun cas être l'objet de vente. La Selva Lacandona constituait la grande réserve où doter les contingents de paysans sans terre des Altos, sans remettre ainsi en cause la structure de la propriété dans ces régions. La loi interdisait également toute nouvelle colonisation sous forme de propriétés privées. Cependant, sans effet rétroactif, elle entérinait les occupations antérieures et protégeait le secteur privé des fincas d'élevage qui avaient pu se constituer en achetant à très bas prix de vastes superficies.

24Si la dotation ejidale était rendue possible, le nombre des bénéficiaires était par contre limité à celui des familles déjà en place. Tout en respectant l'attribution de parcelles jusqu'à concurrence de 20 hectares par ejidataire, la législation qui maintenait intacte la présence des fermes privées, restreignait ainsi considérablement les superficies qui pouvaient être allouées aux ejidos ; toute perspective d'extension future de ceux-ci se trouvait donc bloquée. En effet, au-delà des premiers demandeurs, les possibilités d'installation de nouveaux colons furent très vite réduites, faute de place, la quasi totalité de l'espace disponible ayant été absorbée, en moins d'une génération, par les demandes d'ampliation visant à doter en parcelles les enfants d'ejidataires arrivés en âge d'être à leur tour demandeurs ; les frontières des éjidos étant contiguës, il leur est impossible désormais de prétendre s'étendre au-delà du territoire qu'ils ont reçu. La taille moyenne des ejidos de la forêt est de l'ordre de 2 000 hectares pour un chiffre initial de 60 familles. La topographie dans cette zone de collines calcaires aux versants caillouteux ou formant falaises interdit la mise en culture de tous les terrains disponibles ; nous pouvons affirmer à la suite des enquêtes réalisées auprès des communautés tzeltales, que la plupart des ejidos seront confrontés à d'insolubles problèmes de place pour les nouvelles générations, d'autant plus que la croissance démographique de ces groupes indigènes reste très élevée, avec une moyenne de 6 enfants par famille.

25Aujourd'hui, les conflits soulevés entre ejidos et propriétés privées par l'exiguité des limites territoriales confirment que la loi de 1962 n'a pas servi les intérêts de la paysannerie migrante.

26Elle a certes officiellement empêché la prolifération des exploitations privées, mais celles-ci par ia destination de leur production, la qualité des terres et leur situation, offrent toutes les garanties pour le système bancaire ; elles ont donc par là-même toutes les chances de pouvoir accroître leurs ressources par des investissements techniques indispensables dont resteront privés beaucoup d'éjidos, très peu se tournant vers une organisation collective de la production ; or la solution au manque de place, en dehors d'une expropriation des propriétés privées qui semble peu probable, ne peut être fournie que par une intensification des productions et par la protection des sols, c'est-à-dire un encadrement technique du secteur ejidal qui fait à l'heure actuelle totalement défaut dans la forêt.

27L'imposition du cadre éjidal aux populations migrantes sans politique d'aide à la production, illustre parfaitement ce que Michel Gutelman, dans son ouvrage traduit au Mexique sous le titre édulcoré de "Capitalisme et réforme agraire au Mexique", appelait les mystifications de la réforme agraire.

28Le principal artisan en a été le Secrétariat de la Réforme Agraire (SRA), lequel, à travers les actes d'expropriation, de dotation ejidale, de restitution de terres aux communautés indigènes, remplit le rôle de gestionnaire de la Réforme Agraire ; il possède de plus une fonction d’autorité et de tutelle sur l'ensemble du monde ejidal par ses politiques d'impulsion et d'organisation de la production ; sa fonction d'arbitre est aussi primordiale puisqu'il est habilité à régler les questions litigieuses en matière de propriété. Cet organisme dépendant directement du Ministère de l'Agriculture, ouvre à l'Etat un champ immense de contrôle politique et économique sur la paysannerie, celle-ci étant soumise au bon vouloir et aux caprices de la machine administrative dont les tendances à la corruption, à la prévarication, sont très souvent vérifiées par des scandales qui ne semblent plus émouvoir l'opinion nationale. Mais c'est surtout la lenteur administrative qui demeure un des traits caractéristiques des services de la Réforme Agraire ; la délégation régionale située à Tuxtla Gutiérrez rassemble les demandes pour la dotation ejidale et les ampliations de toute la Selva Lacandona (obligeant d'ailleurs les solliciteurs à d'interminables déplacements). Actuellement, le problème du statut définitif des communautés indigènes de la forêt est loin d'avoir été résolu.

29En effet, sur les 200 villages existants, seuls 120 ont reçu une dotation définitive ; les autres sont toujours en transactions auprès du SRA ; l'incertitude demeure la règle quant à ces communautés. Rares sont actuellement les ejidos qui ont obtenu satisfaction pour leur demande d'ampliation. Le SRA a d'ailleurs élaboré un programme dont le titre : "Organisation, formation paysanne et régularisation de la possession de la terre", signale l'ampleur et la nature des problèmes rencontrés dans la zone. De plus, afin de voir régler leur situation juridique et sortir du labyrinthe que représente pour des populations souvent analphabètes les textes du code rural, appel est souvent fait à la médiation de 1ΊΝΙ, l'Institut National Indigéniste, autre organisme d'Etat plus spécialement chargé des tâches d'éducation, de santé et d'organisation des groupes indigènes. Or ce lien indispensable entre paysannerie et administration fait souvent défaut dans la forêt. C'est une double tutelle qui pèse sur les ejidos, ceux-ci faisant constamment l'expérience de la lourdeur et de l'impéritie bureaucratiques.

30Nous n'entendons pas reprendre ici l'ensemble des dispositions relatives au secteur ejidal contenues dans la législation agraire mexicaine : elles ont fait l'objet de nombreux développements en particulier par François Chevalier ("Ejido et stabilité au Mexique") et Claude Bataillon ("Réforme agraire au Mexique : ses conséquences pour le monde rural"). Nous voudrions seulement rappeler combien le cadre ejidal constitue un formidable instrument de contrôle et de fixation des populations ; le contrôle n'est pas seulement spatial mais aussi économique et idéologique dans la mesure où le secteur paysan ejidal peut entrer beaucoup plus facilement dans les objectifs de planification des productions agricoles et pour ce faire est directement soumis aux divers impératifs de la politique officielle ; la dépendance du secteur éjidal vis-à-vis des organismes d'état est totale, tant sur le plan du crédit que de l'organisation de la production ou de la commercialisation de celle-ci. Politiquement, l'Etat peut agir directement sur la paysannerie par le biais de la CNC (Confédération Nationale Paysanne), intégrée au PRI, le Parti Révolutionnaire Institutionnel, base politique du régime. La CNC recrute essentiellement parmi les ejidataires, et en tant qu'organe de transmission des directives du Pouvoir Central, elle contribue à faire de l'ejido l'élément de la stabilité politique et sociale dans les campagnes.

31Dans la Selva Lacandona cependant, l'influence de la confédération est peu sensible, les communautés indigènes semblant peu soucieuses de s'intégrer à la structure syndicale du pays. Elles n'en demeurent pas moins dépendantes dans la mesure où la centrale paysanne influe sur les objectifs du développement ejidal par des stratégies d'information et d'action dans les campagnes ; la situation sociopolitique de la forêt est surtout actuellement déterminée par la pénétration de différents missionnaires (jésuites, adventistes, évangélistes, presbytériens) qui exercent par la conversion un contrôle non seulement sur le mode de pensée, mais aussi sur l'organisation des groupes indigènes ; cette influence se traduit par un système de "troc" : services médicaux, aide et conseils techniques, installation de certains équipements, information sur les droits des ejidataires et défense de ceux-ci, contre la conversion religieuse ; ces actions font évidemment obstacle à l'influence et au contrôle de l'Etat, tant et si bien que se répand dans le pays l'image de missionnaires subversifs organisant les ejidataires en ligues de défense et de combat pour pousser à l'expropriation des grandes fermes d'élevage, ou les protéger des abus et de la lenteur des services officiels. La paysannerie demeure ainsi l'objet d'une lutte ouverte entre pouvoir civil et pouvoir religieux, tous d'eux visant à s'imposer dans la forêt pour la contrôler à des fins d'hégémonie idéologique pouvant servir leurs intérêts, schéma devenu classique dans les régions neuves ou pionnières.

32Cependant, le SRA demeure par son pouvoir distributif de reconnaissance ou non des droits des colons sur les terres qu'ils cultivent parfois depuis plus de 20 ans, et par le découpage territorial dont il est responsable et exécuteur, l'instance toute puissante, pour la forêt, du contrôle de l'espace et des populations.

33Un autre élément décisif du découpage actuel de la région a été l'intervention directe de l'exécutif, celui-ci par divers décrets de loi est venu bouleverser et orienter la répartition territoriale entre les différentes communautés de la région. Cette intervention a été le résultat d'une double préoccupation : préserver les intérêts des compagnies forestières, et répondre à l'émotion de certains milieux de l'opinion nationale sensibles à la destruction du milieu forestier ; le pion déplacé sur cet échiquier politique et économique a été principalement le groupe ethnique des Lacandons.

- Décret présidentiel et nouvelles frontières : le frein définitif à la colonisation

34Le gouvernement s'est efforcé pendant plusieurs années avec l'aide involontaire d'anthropologues "officiels" de répandre l'idée que le groupe des lacandons (à peine 400 personnes aujourd'hui) était le propriétaire ancestral de la forêt. Pour ce faire, il s'agissait de prouver qu'il était constitué des descendants directs des Mayas de l'époque classique dont témoignent les très nombreux sites découverts depuis le début du siècle (Palenque, Yaxchilan, Bonampak surtout). Fossilisés dans le temps sous le couvert des grands arbres de la "jungle", ils auraient dû livrer la clef de l'énigme Maya ; or cette clef s'est vite avérée inutilisable dans la mesure où les Lacandons semblent être apparus dans la forêt bien après la chute de l'Empire Maya, en provenance du Yucatan et du Péten guatémaltèque ; ils appartiennent certes à la famille et au groupe linguistique Maya, mais ils n'ont peuplé que tardivement la région qui porte actuellement leur nom. L'entorse à la vérité historique va-t-elle du moins permettre de spolier de leurs droits légitimes Tzeltales et Choies qui s'avèrent être les représentants de la classe paysanne développée autour des grands centres religieux et que la chute toujours inexpliquée de ceux-ci avait conduit à migrer vers les bordures occidentales de la forêt avant d'être déplacés par les colonisateurs vers les plus hautes terres centrales pour travailler sur les haciendas de la Nouvelle Espagne. (Voir à ce sujet la thèse proposée par James D., Nations et Ronald Nigh dans diverses publications de l'INAREMAC, ainsi que celle d'Henri Favre qui semblent faire autorité aujourd'hui).

35En 1971, un décret présidentiel reconnaît un droit de propriété au groupe Lacandon, puisque celui-ci"a été en possession continue, pacifique, publique de ces terres depuis des temps immémoriaux" (Journal Officel correspondant à la publication du décret), sur près de 660 000 hectares, soit exactement la moitié de la région.

36Ainsi se voyait définitivement freiné le mouvement de colonisation qui, parti des franges Nord et Occidentales de la Selva, se poursuivait au tournant des années 1970 vers le Sud et l'Est, jusqu'à Bonampak et les rios Usumacinta et Lacantun.

37Cette décision semble avoir été animée davantage par des intérêts économiques et politiques, que par la volonté de rendre justice au groupe Lacandon ; en effet, en dehors du cri d'alarme poussé par certains anthropologues inquiets de la disparition du groupe primitif des Lacandons et par de nombreux défenseurs du milieu Naturel voyant dans la prolifération des communautés Tzeltales une menace pour l'équilibre écologique de la forêt, semble avoir été surtout entendu celui des compagnies forestières désireuses de mettre rapidement en place des campagnes de coupe du bois précieux avant que les colons ne détruisent celui-ci par la pratique séculaire des brûlis.

38Le décret remettait entre les mains du chef du groupe Lacandon la possibilité d'autoriser ou non la coupe de ces bois sur son nouveau Territoire ; or, sous l'effet de nombreuses pressions et manipulations plus aisées auprès d'une seule personne que de milliers d'indigènes, l'autorisation a été constamment accordée et renouvelée depuis cette date, permettant ainsi aux compagnies forestières de poursuivre en toute légalité le pillage des ressources forestières en échange d'un dérisoire "derecho a monte", (tarif de coupe) remis aux communautés.

39Quant au Gouvernement, il soignait habilement une double image de défenseur du milieu naturel et de protecteur des valeurs culturelles indigènes.

40Cette décision allait surtout entraîner le premier déplacement massif et forcé de populations dans l'histoire de la forêt Lacandone. En effet, à l'intérieur de ces nouvelles frontières passant au cœur de la région, de nombreux villages tzeltales et choies s'étaient depuis de nombreuses années établis ; ceux-ci furent brutalement privés de tout droit sur la terre qu'ils cultivaient, et le Gouvernement procéda avec l'appui de l'armée au regroupement des populations en trois centres, Palestina, Corozal, Granizo, devenus de véritables enclaves et ghettos au cœur du nouveau domaine Lacandon. Près de 20 villages durent ainsi être abandonnés, et plus de 5 000 personnes furent victimes du contre-coup de la décision présidentielle. Les émigrants les plus récents furent également contraints de s'intégrer à ces nouveaux centres.

  • 2 Il a même été question d'un "sabotage" de ces tentatives d'entreprises par l'ΙΝΙ (en particulier p (...)

41Ce programme de réinstallation des colons, fruit de l'improvision et de la toute puissance du pouvoir central se solde aujourd'hui par un coût social très élevé que les tentatives d'entreprises collectives de production proposées pour pallier le manque de terres de ces nouveaux centres, semblent avoir quelque difficulté à réduire2.

- Un découpage technocratique de l'espace

42A la suite de ces diverses interventions, la forêt Lacandone offre aujourd'hui le découpage suivant (voir carte) :

L'ESPACE DE LA SELVA LACANDONA

  • une frange Nord couvrant le Municipe de Chilon, la bordure septentrionale du Municipe d'Ocosingo ainsi que les bordures Orientales du municipe d'Altamirano, portant l'essentiel des ejidos d'ethnie tzeltate et choie ; les actions improvisées des dernières années ont provoqué dans cette région un chaos écologique, économique et social que s'efforcent de limiter le CECODES, Centro de Ecodesarollo, et la Reforma agraria, par l'élaboration d'un programme PIDER (Programme d'investissements publics pour le développement rural), dont nous voudrions rappeler les principaux objectifs : extension agropécuaire, ouvrages de communications, conservation des sols, développement fruiticole, programmes d'élevage, amélioration des cultures de base, développement de la pisciculture et de la sylviculture, organisation et formation paysanne, construction de centres de santé, de silos, de magasins, d'ateliers ruraux, aide à la commercialisation. Donc aménager les ressources naturelles et aboutir à un développement régional équilibré. Programme ambitieux, dépendant du Secrétariat de la Présidence et du Gouvernement et qui, par le grand nombre d’organismes qu'il Intéresse, revêt une extrême complexité institutionnelle et de fonctionnement, se traduisant par une dilution des tâches et des actions ; nous vérifierons plus loin par l'examen plus détaillé de ce programme qu'il y a loin des projets ou intentions aux réalisations. Cette région Nord de la forêt reste le domaine de la milpa traditionnelle, même si elle se tourne de plus en plus vers le marché avec l'introduction de la culture du café et une tendance au développement de l'élevage. La limite avec la zone de palenque et de ses agro-industries est difficile à tracer, la zone d'influence de cette dernière pénétrant profondément les structures ejidales situées à sa périphérie.
  • Une partie centrale, propriété du groupe lacandon s'étendant jusqu’au rio Lacantun et prolongé par deux étroits corridors jusqu'aux groupes Lacandons du Nord (lacs de Metzabok et de Naja), afin de rattacher ceux-ci à ceux du Sud (Lac de Lacanja). Elle porte, outre les trois villages Lacandons les centres de regroupement Tzeltal et Chol que la COPLAMAR (coordination générale du plan des zones arides et des groupes marginaux) tente d'intéresser à des programmes d'exploitation forestière. Le CECODES a également tenté de mettre en place dans ces centres des entreprises agricoles collectives ; mais la plupart ont été abandonnées à l'heure actuelle. Dans cette zone, toute nouvelle installation humaine est interdite, bien que l'on signale un mouvement de réoccupation par les populations déplacées des anciens villages abandonnés.

43Une nouvelle frontière est apparue à l'intérieur de cette zone, celle de la Réserve Intégrale de la Biosphère, formant avec la région Marques de Comilla, un vaste ensemble où doit être préservé le milieu naturel. Cette réserve a été créée par décret présidentiel pris très récemment dans le cadre du programme MAB (Man and Biosphère) de l'UNESCO. Couvrant plus de 300 000 hectares, elle constitue une sorte de poumon écologique entre les rivières Jataté et Lacanja, fermé au Sud par le rio Lacantun mais cependant prolongé par le parc naturel de Marques de Comilla. Cette réserve est donc en grande partie incluse dans le territoire Lacandon et vise outre une opération de conservation du matériel biologique, un développement intégré à partir du tourisme (lac de Miramar) et d'une exploitation rationnelle de la faune et de la flore ; elle devrait être en quelque sorte un laboratoire où expérimenter de nouvelles sources de travail et des modèles d'organisation devant fournir des solutions originales aux problèmes de la colonisation en milieu Tropical.

44Ce découpage semble rigide et marqué par toute la froideur de l'intervention administrative ; en ce sens, il n'est sans doute pas définitif, car toute nouvelle intervention de l'Etat peut modifier la distribution de ces territoires et surtout leur destination économique, défaisant ainsi le bel assemblage technocratique actuel. Geler une partie de la forêt lacandone est certes une préoccupation louable du point de vue de l'écologie mais la brutalité de l'intervention en ce domaine a contribué à multiplier les difficultés des groupes de migrants tout en entretenant une tension sociale très forte, née d'un sentiment d'injustice, les Lacandons apparaissant comme un groupe privilégié, objet de tous les soins de l'Etat.

45De plus, commence à se développer l'opposition de certains groupes d'intérêts privés qui veulent pousser à l'extension des centres agro-industriels dans toute la forêt.

46Ce contrôle de l'espace Lacandon apparaît donc instable si l'on tient compte des conflits d'intérêts qu'il suscite. Il semble par contre avoir plus de chance de marquer profondément les orientations économiques de la région de colonisation éjidale, dans la mesure où pouvoirs publics et privés se mêlent, s'associent par le biais de leurs différents organismes représentatifs pour servir des intérêts semblables et atteindre les mêmes objectifs : tirer le maximum de profits des ressources de la forêt en l'ouvrant toujours davantage aux marchés par le développement de certaines spéculations agro-pécuaires.

LES PRINCIPALES PRODUCTIONS RÉGIONALES ou le rôle prépondérant du système de crédit et des services de commercialisation

- Milpa contre élevage

47Actuellement deux processus économiques doivent être retenus :

  • d'une part, un cycle spéculatif et marchand représenté par le développement de l'élevage bovin à partir de races rustiques (brahma zébu ou Indo-brasil) qui est le fait, essentiellement, de rancheros ladinos en propriétés privées de grande et moyenne superficie (entre 200 et 1 000 hectares) ; cette activité pénètre lentement le secteur ejidal où elle contribue à une différenciation sociale marquée.
  • d'autre part, un cycle économique traditionnel faisant de la Selva une région grande productrice de denrées alimentaires inscrites dans le circuit de l'auto-consommation mais dont les surplus tendent à être commercialisés, constituant pour les éjidataires des sources de revenus relativement importants : il s'agit du mais, des haricots noirs, du piment et de quelques fruits, en particulier oranges et bananes.

48La différence de nature et de destination entre ces deux domaines de production tient bien sûr au caractère de la tenure foncière, mais se trouve renforcée par l'accès ou non aux crédits, lui-même déterminé par la forme de propriété, et par la situation vis-à-vis des voies de communication décisives pour les possibilités d'ouverture vers le système mercantile.

49Nous ne pouvons détailler ici le mode de fonctionnement des organismes et du système de crédit mis en place pour soutenir et orienter la production agricole ; l'ensemble du système de Crédit Public coiffé par les Ministères des Finances, de l'Agriculture et le Département des Affaires Etrangères, est chargé d'assurer le financement à court terme (crédits pour les cycles de culture) et à moyen ou long terme (crédits d'équipement) des communautés rurales.

50Il semble évident, en raison des caractéristiques juridiques de la propriété éjidale que celle-ci offre peu de garanties pour le système bancaire privé ; l'éjidataire semble n'en pas offrir davantage individuellement pour le système public. L'organisme de crédit Ejidal (Banco Nacional de Credito Ejidal, Banco Nacional Agropecuario, et Banco Nacional de credito agricola ont fusionné en 1975 pour former la Banco Nacional de credito rural S.A., alimentée par des capitaux d'Etat mais aussi étrangers, ceux de la Banque Mondiale et du BID, Banco interamericana de desarollo) accorde des prêts seulement aux "sujets de crédit collectifs" aux groupes d'éjidataires formant des entreprises collectives ou des sociétés de production ; cette clause reflétait les préoccupations de la politique officielle de l'époque qui voulait pousser à la collectivisation du secteur ejidal ; cette condition présente certes l'avantage de lutter contre les fortes tendances au caciquisme, mais laisse sans soutien financier la grande majorité des communautés de la forêt dans la mesure où elles ne se sont pratiquement jamais constituées en ejidos collectifs ; le type d'organisation individuelle pour la production demeure la règle et les ejidos restent un assemblage de parcelles individuelles sans homogénéité et sans aucune unité économique. Faute de ce noyau coopératif, rares sont donc les ejidos qui peuvent prétendre recevoir des crédits de développement. Sur l'ensemble du Mexique, la banque de crédit rural estimait que seuls 35 % des éjidataires possédaient la capacité réelle ou potentielle de paiement et pouvaient recevoir des crédits de l'institution ; ce chiffre devrait être considérablement réduit pour la région lacandone.

51Il est difficile d'évaluer la part et l'importance des crédits publics consacrés à l'aide au secteur ejidal ; nous savons que pour l'ensemble du pays, le Banco Nacional de crédito Ejidal n'avait pu accorder de crédits qu'à 16 % des éjidataires en 1968 et à 25 % d'entre eux en 1975, faible progression qui laisse supposer que la plupart des producteurs ne peuvent espérer obtenir de financement autre que de la part de particuliers ; le secteur privé de la production recevait par contre en 1971 70 % des crédits d'Etat

52Nous possédons cependant quelques données globales concernant le volume et la destination des investissements publics pour l'ensemble de la région dans le cadre des programmes PIDER. L'analyse de celui-ci permet de discerner les secteurs sur lesquels porte l'essentiel de l'aide publique et de relever les principaux organismes chargés de distribuer cette aide et donc de mettre en place le modèle de développement régional.

53Le premier tableau donne le montant des sommes distribuées à chacun des organismes ; nous pouvons remarquer l'importance des crédits accordés aux travaux de communications et les parts importantes reçues par le SRA et le SAG au titre de leurs différents programmes, il en est de même pour FINI. Nous pouvons noter également qu'avec la fusion bancaire la somme des crédits bancaires est divisée par 10, l'organisme régional de la banque nationale de crédit rural, la banque de l'isthme recevant des investissements dérisoires.

54Le deuxième tableau permet de préciser l'utilisation de ces investissements ; outre la confirmation de l'effort consacré aux communications (au détriment apparemment des services sanitaires ou d'éducation), il est intéressant de noter que l'ensemble des sommes attribuées à la BANAGRO sont destinées à l'élevage sous la forme de crédits distribués à des unités collectives d'éjidataires ; l'INI de même consacre la moitié de son budget au programme de développement pécuaire. L'essentiel de l'aide directe à la production s'oriente donc vers le secteur de l'élevage et néglige le secteur traditionnel des milpas. Quant aux crédits d'équipements, leur faiblesse renforce le sentiment de désintérêt constaté vis-à-vis du secteur de production traditionnel ; les sommes allouées pour les magasins et dépôts ruraux ne permettent de construire que des unités de faible capacité, ce qui laisse supposer la nécessité d'acheminer les récoltes jusqu'aux places de marché (Palenque, Tenosique, Ocosingo) situées hors des zones de production, maintenant ainsi intacte la dépendance vis-à-vis des intermédiaires et grossistes, dont le pouvoir se trouve renforcé.

55Nous pouvons de même nous interroger sur la nature des travaux de communications réalisés ; l'importance des sommes allouées à la SOP marquerait une volonté de désenclaver la région en facilitant l'accès aux différents marchés. Or, la forêt Lacandone ne possède toujours qu'une seule piste (certes utilisable toute l'année) reliant Palenque à Bonampak, sur laquelle viennent se greffer deux tronçons peu développés et desservant surtout de grandes fermes d'élevage.

TABLEAU 1

1975

1976

TOTAL

Secretariá de Obras Públicas

11'984,000

10'166,275

22'150,275

Secretariá de Recursos Hidrâulicos

2'115,300

1'450,61 7

3'565,917

Secretariá de Agriculture y Ganaderiá

2'526,402

2'512,100

5'038,502

Secretariá de la Reforma Agraria

1'6 32,624

1'080,369

2'712,993

Secretariá de Salubridad y Asistencia

1'310,000

151,127

1'461,127

Comité Administrador del Programa Federal de Construcción de Escuelas

781,300

241,200

1'022,500

Comisión Federal de Electricidad

1'223,000

698,000

1'921,000

Compañiá Nacional de Subsistencias Populares

760,000

760,000

Instituto Nacional Indigenista

3'1 38,297

5'179,166

8'317,463

Banco Nacional Agropecuario

3'632,000

3'632,000

Banco de Crédito Rural del Istmo S.A.

35,200

35,200

TABLEAU II - PROGRAMME D'INVESTISSEMENTS PUBLICS POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL Région Lacandone.

TABLEAU II - PROGRAMME D'INVESTISSEMENTS PUBLICS POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL Région Lacandone.

Source : Dirección General de Inversiones Públicas. Secretaría de la Presidencia. Vocalía PIDER en el Estado. Chiapas. Quinto Informe. 1975.

56Quant à la route périphérique actuellement en construction, partant de Tenosique pour longer l'Usumacinta et la frontière artificielle du Sud jusqu'à Montebello (voir croquis), elle revêt de toute évidence un caractère plus stratégique qu'économique. L'essentiel du "réseau de communications" demeure constitué de chemins de terre praticables seulement par des animaux de bât et surtout en saison sèche.

57La quasi totalité des investissements d'infrastructures routières est absorbée par des travaux touchant la bordure de la forêt et donc intéressant peu le cœur de la zone de colonisation toujours confrontée à la faiblesse des communications.

58C'est en fait près de la moitié du budget global du programme PIDER qui est destinée à des ouvrages ne bénéficiant pas directement à la paysannerie régionale.

59Or, il est important de souligner le rôle joué par les réseaux de communication dans la diffusion et le développement de certaines activités agraires : ainsi l'unique route de la forêt est devenue l'axe majeur de pénétration de l'élevage autant de la part des propriétés privées que des quelques Ejidos situés à proximité de celle-ci, privilégiés donc par rapport aux possibilités de transport et de commercialisation. Une hiérarchie se dessine entre les ejidos ayant un accès rapide ou immédiat à la route, et ceux de l'intérieur, cantonnés dans un système de production traditionnelle par suite de leur isolement géographique.

60Nous avons pu de même constater que les crédits suivaient les infrastructures de communication ; ainsi, des 15 Ejidos inclus dans la zone d'étude où nous avons pu réaliser des enquêtes directes, seul celui situé sur la route principale (Damasco) était parvenu à recevoir quelques crédits de la Banque de crédit rural de l'Isthme, afin de développer une petite activité collective d'engraissement de jeunes veaux ; cet exemple confirme que d'une manière générale le crédit bancaire est distribué aux unités de production déjà les mieux pourvues ou les mieux placées par rapport aux possibilités de commercialisation, et s'oriente vers les activités les plus rentables à court terme, en l'occurence l'élevage.

61En imposant de plus aux paysans des taux d'intérêts élevés (tant de la part du secteur public que privé), de l'ordre de 8 à 10 %, des formes d'organisation et certains types d'activités, le système de crédit soumet le paysan aux exigences du fonctionnement du secteur capitaliste de la production, lui-même victime d'un important processus d'extraction des excédents par ce même mécanisme de crédit.

62Quant au secteur traditionnel de la milpa, le tableau confirme qu'il n'arrive pas à attirer vers lui crédits ou investissements et qu'il demeure le secteur dont sont extraites les plus-values orientées vers d'autres secteurs jugés plus productifs de l'économie rurale.

63Ainsi la CONASUPO qui, par ses attributions, demeure l'élément central de la commercialisation du secteur Ejidal, ne reçoit que le l/10ème des investissements consacrés au secteur pécuaire. La CONASUPO possède un double rôle : organisme de régulation des prix, il est chargé de l'achat à des prix de garantie de la production agricole, en particulier des produits de base (mais, haricots) et est chargé de la vente de ces produits à des prix théoriquement plus bas que ceux pratiqués sur les lieux de vente privés. Mais le problème demeure toujours celui des lieux d'achat souvent très éloignés des lieux de production ; un meilleur réseau de points de stockage des récoltes devrait permettre de pallier cet handicap, or, nous avons vu que les réalisations en ce domaine sont modestes.

64Restent donc favorisés ceux qui ont un meilleur accès aux lieux d'achat et de vente, de plus gros volumes de récoltes et de meilleures facilités d'emmagasinage. Quant aux "tiendas" rurales de la CONASUPO, nous avons pu vérifier leur rareté dans le secteur ejidal ; pour reprendre l'exemple cité, sur l'ensemble des villages que nous avons pu étudier, un seul possédait un magasin CONASUPO, et il s'agissait à nouveau de celui situé sur la route principale.

65L'essentiel du réseau marchand est constitué de points de vente privés, propriétés de quelques éjidataires plus entreprenants ou déjà plus fortunés, mais surtout de "rancheros" dotant leurs fermes de points de vente où les paysans peuvent s'approvisionner, à des prix prohibitifs, en différents produits de base, mais aussi en alcool, dont la vente est interdite à l'intérieur des ejidos. Ainsi, la fonction strictement populaire d'aide au secteur ejidale de la CONASUPO n'est pas vérifiée par les faits. Le petit producteur est rejeté vers les intermédiaires privés, caciques locaux ou étrangers à la région ; ce sont par exemple des grossistes de Puebla qui viennent acheter sur place le "chile", ou bien de Campeche qui viennent chercher le peu de la production de "chicle" maintenue comme ressource d'appoint dans certaines communautés ; quant aux petits commerçants, ils sont approvisionnés par des grossistes dont certains viennent de Villa Hermosa'. Ce qui signifie pour le secteur traditionnel une double exploitation tant au niveau de la vente des récoltes que de l'achat des produits de première nécessité.

66Manifestement, les programmes de développement semblent ne pas s'adresser au secteur éjidal, et jouent l'élevage contre la milpa.

LE CAFÉ : ouverture spéculative dans le cycle de production traditionnelle et soumission de celui-ci aux lois du marché

67Un nouveau type d'incitation et d'orientation de la production régionale vers une activité spéculative s'est mis en place au début des années 1970 sous l'influence d'un organisme d'Etat particulièrement intéressé par l'abondante main d'œuvre que constituent les éjidataires ; l'INMECAFE (L'Institut Mexicain du café) a habilement répandu un programme d'information auprès des communautés à propos des avantages de la culture du café, pouvant être pratiquée individuellement avec des techniques simples réclamant très peu d'investissements.

68Cultivée sous ombre, cette variété de café réclame un moindre travail de préparation des zones de culture, seul le défrichement du sous-bois étant nécessaire. Ne permet-elle pas ainsi la préservation du milieu forestier en évitant le brûlis et la destruction de l'étage supérieur de la végétation ? Cet argument a pu convaincre certains écologistes : le paysan lui a surtout été sensible aux perspectives de gains importants et réguliers assurés par la vente de ce produit.

69L'INMECAFE dans un premier temps s'est chargé d'introduire gratuitement les premiers plants par l'intermédiaire de l'ΙΝΙ qui allait jouer un rôle de transmission entre l'institut et les communautés, se chargeant d'ailleurs dans un second temps d'assurer la commercialisation de la récolte à des prix de garantie. Cette nouvelle spéculation est donc entièrement contrôlée par des organismes d'état.

70Aujourd'hui de nombreux éjidataires consacrent une part importante de leur activité à cette culture sur des superficies moyennes de deux hectares, mais le nettoyage des "cafetales", la récolte, le dépulpage réclament de longues journées de travail prises sur le calendrier agricole traditionnel. Lentement l'introduction du café devient un élément de rupture de l'économie de la milpa, le transfert de temps et de travail se faisant au détriment des cultures de base de l'alimentation. Une baisse sensible de la production tant de mais que de haricots dans les communautés qui s'orientent vers une véritable monoculture du café, pousse les éjidataires à consacrer une bonne part de l'argent gagné par sa vente à l'achat des denrées alimentaires dont traditionnellement ils assuraient la récolte. Aujourd'hui, les prix d'achat restent favorables ayant connu une progression rapide : le bulto (50 kg) acheté il y a deux ans 800 pesos se vend aujourd'hui plus de 2 000 pesos auprès de l'INI. Un tassement des prix s'amorce cependant et beaucoup de producteurs craignent une baisse sensible pour la prochaine récolte. Le système de commercialisation n'est pas non plus parfait. L'INI assure l'achat des récoltes tant que ses disponibilités financières le lui permettent : souvent l'argent manque dans les fonds de l'INI et les producteurs doivent se tourner alors vers les acheteurs privés et accepter de perdre parfois plus du 1/3 du prix d'achat qu'ils auraient pu escompter. De plus, l'INI a installé ses services à Tenosique et Ocosingo, forçant donc les producteurs à de longs et coûteux déplacements jusqu'à ses centres d'achat. La dépendance vis-à-vis des intermédiaires n'a donc pas été levée : le paysan se heurte toujours à la carence des infrastructures de communications et à l'absence d'un circuit de commercialisation, organisé de l'amont à l'aval de la production, susceptible de faciliter l'acheminement des récoltes à des prix sûrs. L’ouverture commerciale représentée par la culture du café fragilise le système économique des ejidos dans la mesure où les producteurs ne maîtrisent aucun des rouages du marché. Si l'amélioration du niveau de vie est sensible, celle-ci peut être rapidement pénalisée par la moindre spéculation affectant les prix de vente de la récolte et ceux d'achat des produits que les paysans se trouvent aujourd'hui dans la nécessité de se procurer pour assurer leur alimentation : les fluctuations du volume des ressources sont donc des motifs d'insécurité pour les petits producteurs de café.

71La diversification de la production et de l'utilisation des sols provoquée par l'introduction d'une culture commerciale comme le café (ou l'élevage) fait que la milpa devient en réalité un système de transition dans l'usage des terroirs dont la finalité sera orientée vers l'extension des plantations (ou des pâturages).

72Paradoxalement, si la tendance est celle d'une diminution de la culture et des surfaces consacrées au mais (comme dans la région de Palenque), nous pouvons constater de la part des éjidataires n'ayant pas su diversifier leur production par l'adoption d'une activité spéculative, la tendance a suppléer au manque à gagner qui en découle, par l'augmentation des parcelles devant porter des milpas ; leur objectif étant de constituer des surplus susceptibles d'être commercialisés et d'atteindre, ce faisant, un niveau de ressources comparables à celui des possesseurs de "cafetales". Les conséquences tant du point de vue écologique que social peuvent être importantes. Tout d'abord à cause de la limitation des terroirs une surproduction de la Milpa est à craindre. Celle-ci n'est possible qu'en réduisant les temps de repos du sol, ce qui pourrait provoquer une baisse à moyen terme de la production et donc conduire au résultat inverse de celui recherché : or, la détérioration des sols est souvent irréversible dans le système traditionnel de production dans la mesure où l'accès à des techniques nouvelles de bonification lui est pratiquement interdit.

73Les éjidataires n'auraient donc guère d'autre possibilité dans une deuxième étape que d'adopter à leur tour une culture spéculative. Le niveau des ressources est aujourd'hui responsable d'une différenciation sociale déjà très nette au cœur des ejidos, on a pu assister tout d'abord à la concentration du. pouvoir entre les mains de ceux qui, les premiers ont su diversifier leur production pour accroître leurs revenus monétaires, puis à la réactivation de formes directes d'exploitation entre éjidataires par le système d'embauche saisonnier (par exemple sur les "cafetales" ou pour l'entretien des pâturages). L'introduction progressive de l'élevage et de la culture du café dans la zone de colonisation de la forêt lacandone permet sans aucun doute d'intégrer et de valoriser économiquement un espace auparavant peu productif et cela sans coût réel pour le capital financier de l'Etat et du pays. Elle favorise également la canalisation vers le marché régional et étatique de volumes grandissants de produits auparavant inexistants et celà toujours à un coût très bas. Mais, ces différentes spéculations traduisent surtout la volonté que montrent les instances et les secteurs détenant le pouvoir économique, de vouloir orienter les activités économiques de la forêt vers des productions leur assurant le maximum de bénéfices sur un laps de temps très court tout en désintégrant et soumettant la paysannerie aux lois du marché, donc renforçant son exploitation et son contrôle.

74Cette tendance à l'exploitation des ressources naturelles et humaines de la forêt Lacandone dans un objectif de rapides profits est à nouveau illustrée par l'activité d'extraction du bois précieux, exemple presque caricatural d'un pillage pour le compte d'intérêts totalement étrangers à la région et sans impact sur le développement de celle-ci.

- Une exploitation forestière sans bénéfice pour la paysannerie et le développement régional

75Le cycle extractif qui s'était mis en place dans la forêt lacandone durant la première moitié du XXème siècle n'avait jamais totalement cessé, et une compagnie privée, Asseraderos Bonampak, poursuivait, même ralentie, l'exploitation du bois précieux ; cette activité reprend cependant de l'ampleur à partir de 1974, date à laquelle la compagnie privée se métamorphose en une société d'Etat, la COFOLASA, financée par la banque d'Etat, Nacional Financeira ; cette société possède de fait le monopole de la coupe du bois précieux pour la région, même si elle doit chaque année établir des contrats avec les communautés indigènes et obtenir l'autorisation de celles-ci, en particulier du groupe Lacandon dont le territoire partiellement touché par les campagnes d'extraction précédentes, constitue la dernière grande réserve d'acajou et de cèdres.

76Plus de 26 000 acajous ont été coupés en 4 ans, les zones de coupe progressant avec l'ouverture de la route dont les premiers tronçons avaient été réalisés par la compagnie privée et que la COFOLASA prolongera jusqu'à Bonampak, achevant de la viabiliser seulement il y a deux ans.

77L'exploitation forestière en région tropicale suppose de par la nécessité de créer des voies de pénétration, d'importants capitaux ; l'Etat pouvait supporter les investissements que réclamait une exploitation à grande échelle des ressources de la région. L'activité de la COFOLASA présente comme caractéristique celle d'utiliser une haute technologie et d'importants capitaux afin d'aboutir à une exploitation sélective de la forêt, c'est-à-dire ne concernant que quelques espèces, laissant sur pieds celles jugées de moindre valeur marchande. En ce sens, l'accusation faite à la compagnie de détruire le milieu forestier n'est pas fondée, d'autant plus que l'acajou se présente rarement sous forme d'un peuplement homogène mais apparaît dispersé dans l'étage supérieur de la forêt tropicale (moyenne de deux arbres par hectare). Cependant n'observant ni la conservation, ni la reproduction des espèces abattues, elle est responsable de leur disparition dans les zones qu'elle exploite.

78Etant donnée la rapidité d'extraction, on estime que dans 5 ans, l'ensemble des acajous et cèdres devrait être épuisé, l'activité de la compagnie devant cesser avec cette proche échéance. Il s'agit donc d'un pillage volontairement limité dans le temps, sans rapport avec une exploitation rationnelle et planifiée de la forêt susceptible de fournir à la région une activité permanente et des ressources régulières. On ne peut donc parler dans ce cas précis de sylviculture, celle-ci supposant une culture dirigée des ressources de la forêt afin d'en protéger le renouvellement, mais plutôt d'une collecte permettant d'assurer rapidement d'énormes bénéfices pour l'Etat.

79La société possède son siège à Chancala, où elle a équipé une scierie effectuant le simple débitage des arbres ; cette activité, avec celle de l'inventaire des espèces précieuses et de l'extraction, occupe au total 300 personnes, en majorité originaires du Campeche et du Tabasco, auxquels s'ajoutent quelques travailleurs saisonniers recrutés parmi la population indigène ; elle n'a donc pas été réellement créatrice d'emplois pour la région, d'autant plus que la phase industrielle à laquelle elle est liée, s'est développée soit à la périphérie de la Selva Lacandona, soit dans des états autres que celui du Chiapas.

80L'aval de la production est représenté principalement par la société d'Etat Triplay de Palenque, alimentée par les bois d'acajou de meilleure qualité sous forme de troncs qui seront découpés en bandes de fines feuilles, lesquelles agglomérées serviront à la décoration intérieure d'appartements ; le reste de la production est acheminé vers les usines de la capitale pour la fabrication de meubles écoulés sur le marché national.

81L'extraction forestière n'a donc induit sur place aucune usine de transformation ou de traitement de la matière première et ne joue aucun rôle d'entraînement pour le développement régional.

82Elle a par contre indirectement orienté les activités agraires de la région par la création de voies de communications qui ont permis l'introduction des activités spéculatives, en particulier de l'élevage.

83Elle contribue également par l'institution du "derecho a monte" (qui représente le prix du m3 de bois coupé) à restituer aux différentes communautés une somme d'argent dont le montant apparaît cependant sans commune mesure avec les bénéfices réels procurés par la vente du bois précieux après transformation. Le prix du m3 est actuellement de 350 pesos, ce qui représente pour un arbre de volume moyen une somme de 1 200 pesos.

84La plupart des ejidos possédaient quelques acajous sur leur territoire avec le droit de refuser ou non leur abattage. Mais il n'y a pas d'exemple de communauté ayant repoussé la manne (il faudra sans doute attendre plusieurs générations avant que l'acajou puisse se reconstituer), représentée par l'extraction du bois précieux sur leur domaine.

85Nous pouvons nous interroger sur les bénéfices réels qu'aurait pu procurer à ces paysans une exploitation du bois précieux dans le cadre d'entreprises collectives dont ils auraient été les gestionnaires. Faute de disposer de moyens techniques et financiers, séduits de plus par les perspectives d'argent frais distribué tant individuellement que pour l'ensemble de la communauté (ce qui a permis aux villages de se doter d'équipements indispensables sans bourse déliée de la part de l'Etat), les éjidataires ont accepté d'être dépossédés d'une richesse qu'ils n'auraient pu, par eux-mêmes, exploiter. Nous pourrions parler de véritable spoliation de ces communautés dans la mesure où le 1/3 du "Derecho a Monte" est géré par la Nacional Financeira qui réintroduit ainsi d’importantes sommes dans le circuit économique et nombre de communautés n'ont pu obtenir lorsqu'elles le désiraient, cet argent leur appartenant.

86Quant à la Communauté Lacandone, l'ensemble du Derecho a Monte est géré par la Cofolasa elle-même qui distribue de temps en temps au groupe des sommes réduites (5 000 pesos par semestre à chaque chef de famille) et utilise la plus grande part de l'argent pour son propre financement.

87La nouvelle campagne de coupe de cette année se heurte cependant à l'opposition de quelques communautés (comme celle de Corozal) qui exigent comme condition préalable à l'abattage du bois précieux, que les chemins conduisant aux lieux de coupe ne soient pas laissés en l'état de simples "brechas", mais soient viabilisés pour faciliter les communications au cœur de la forêt. Il ne semble pas qu'ils puissent obtenir satisfaction car les promesses demeurent verbales. Cette exigence est cependant le signe d'une prise de conscience au sein de la paysannerie face aux nombreuses spoliations officielles dont elle est l'objet.

88Protégée directement par l'Etat, la COFOLASA n'est pas menacée d'un arrêt de son activité ; elle devra seulement faire intervenir d'autres pressions pour obtenir l'assentiment de la paysannerie et poursuivre son exploitation dans la logique des mécanismes économiques nationaux.

CONCLUSION

89Dans un avenir sans doute proche, la Selva Lacandona peut connaître un nouveau cycle économique plus dangereux pour l'équilibre naturel de la région : après ceux du "chicle", du bois précieux, de l'élevage et du café peut se mettre en place un deuxième cycle extractif visant les richesses énergétiques du sous-sol. En effet, la PEMEX effectue depuis plusieurs années des recherches géologiques dans la zone, dans l'espoir de découvrir une nappe pétrolifère, prolongement de celle du Peten Guatemalteque, aujourd'hui en exploitation. Récemment un journal de la capitale faisait état de la présence d'une immense nappe se développant sous différentes régions du Golfe, incluant celle du Chiapas. Les promesses énergétiques de la région pourraient dont se confirmer.

90Dès lors, les similitudes avec la situation amazonienne se multiplient :

  • une écologie et une géographie semblables ; des perspectives économiques et des espérances de développement similaires afin de résoudre certaines angoisses nationales (sous emploi, relance indispensable de la Réforme Agraire) ;
  • mêmes promesses : pétrole, bois précieux, élevage, tourisme, et sans doute mêmes insolubles problèmes liés aux investissements énormes qu'impose l'exploitation complète des ressources de la forêt, et qui peuvent conduire aux mêmes options économiques ; des formes de contrôle et d'exploitation de la paysannerie déjà fort semblables.

91Au-delà de la reconstitution de l'histoire de la production de la Selva Lacandona, l'analyse de la création de l'espace de colonisation puis de son contrôle et de sa soumission aux règles du marché, nous renseigne sur les modalités d'action et d'intervention des différents pouvoirs, en particulier celui de l'Etat beaucoup plus sensible que le privé auquel il a cependant partie liée puisqu'il se distribue à l'intérieur du système d'économie capitaliste - libérale.

92Différents espaces (géographique, humain, économique et politique) s'imbriquent dans cette zone pour en établir sa spécificité, à savoir une région dont le projet d'existence n'est plus aujourd'hui maîtrisé par ceux qui, initialement, l'avaient peuplé mais par l'Etat contrôleur et entrepreneur qui a failli à son rôle d'aménageur.

93L'espace engendré par la colonisation Tzeltale demeure encore ouvert, malgré l'éclatement du modèle régional traditionnel sous les coups d'une logique allogène de mise en valeur, adaptée à des impératifs de rentabilité immédiate et d'extraction rapide des ressources. Les spéculations nouvelles qui court-circuitent l'expérience ejidale prouvent que le schéma d'organisation défini dans les années 70, a été profondément infléchi par le mécanisme de production privée. Il s'agit en fait d'un changement fondamental des objectifs assignés à la région par l'économie nationale.

94L'interrogation doit désormais porter sur la capacité des communautés indigènes à répondre à ces nouveaux impératifs ; il serait intéressant de pouvoir suivre les variations du rapport de force entre secteur interne de production (indigène) et secteur externe (privé et d'Etat) dont les poids respectifs devraient être replacés dans une perspective diachronique, de manière à en mieux saisir l'évolution.

Remarques et questions relatives aux interventions portant sur le thème de : PÉNÉTRATION DES COMMUNAUTÉS ET CONTRÔLE DES COLONS INDIGÈNES

95Questions à Danièle Dehouve :

96Ch. Taillard

97"L'indigénisme mexicain, à la lumière des zones autonomes existant dans les pays de l'Asie du Sud-Est, fait plus penser à une stratégie de destruction des communautés indigènes qu'à un cadre devant leur permettre de se reproduire en se transformant et s'adaptant aux nouvelles conditions nationales.

98Plus qu'une question de colonisation n'y a-t-il pas au centre de ce problème, le statut des minorités dans la construction d'un Etat National ? "

99J. Revel Mouroz

100"Il faut remarquer d'abord que la répartition des tâches entre la côte et la vallée intérieure (production et travail salarié) est équivalente au résultat d'un aménagement volontaire.

101- Quel est le rôle exact de l'Institut Mexicain du Café dans l'organisation de la production caféière indigène ?"

102R : "L'intervention d’INMECAFE concerne essentiellement la production (qualité des plants, fertilisants, crédits) ; la commercialisation est prise en charge par la CONASUPO".

103Questions à Roberto Santana :

104H. Favre

105"Comment s'est développée l'idée d'un développement séparé Shuar ? Quelles ont été les grandes étapes du processus Shuar ? Qui, parmi les Shuar, pousse à l'idée de ce développement séparé ? Comment se caractérisent socialement et économiquement ces leaders Shuar ?"

106A. Collin Delavaud

107"Il faut insister sur l'exemple d'un encadrement missionnaire assez unique en Amérique Latine, où les Indiens mêmes ont souvent dépassé leurs encadreurs.

108Quel pouvoir a la fédération auprès du Gouvernement ?"

109Remarques :

110Piel

111"Je voudrais insister sur le danger d'établir des différences nationales trop marquées concernant des thèmes dont les formes et les fréquences transnationales sont évidentes (ex. : la violence dans les zones forestières, qui se retrouve avec d'étonnantes similitudes, formelles et structurelles au Pérou, en Bolivie, en Equateur, en Colombie..., mais aussi dans le Peten et la Zona Raina au Guatemala). Il est aussi nécessaire que se développent une réflexion et des études sur le marché et l'agriculture des drogues en Amérique Tropicale".

112J.P. Deler

113"Faut-il distinguer des politiques d'Etat différentes ?

  • en ce qui concerne la Colombie et l'Equateur de part et d'autre du Putamayo, nous retrouvons les mêmes problèmes de colonisation (colonisation spontanée, compagnies forestières et ressources pétrolières, même TEXACO).
  • Donc, en Equateur une "non-intervention" de l'Etat différente dans le Nord pétrolier et dans la Zone Shuar.
  • Il faut aussi tenir compte de données banales, comme les densités, le passé (SHUAR : 70 000/80 000 personnes, à cheval sur la frontière peruano-équatorienne, qui est par ailleurs mal fixée ; Aucas de la zone pétrolière : 2 000 personnes).
  • Enfin, en Equateur, il existe une zone de forêt tropicale en cours de colonisation sur la côte Ouest, d'accès plus commode par rapport à l'axe Quito-Guayaquil (Sto Dominguo de los Colorados), ce qui contribue à expliquer une certaine faiblesse de la colonisation Amazonienne à l'exception du secteur pétrolier du Nord-Ouest".

114Henri Favre

115- "Il y a un certain épanchement des Tzeltales vers l'Usumacinta depuis la fin du XIXème siècle et qui devient de plus en plus massif vers 1940-1950.

116- La "défense des écosystèmes" de la Lacandonie dissimule les appétits des grands éleveurs d'Ocosingo qui entendent bien mettre la main sur la région.

117- Il faut faire quelques réserves sur le degré d'intégration des communautés indiennes paysannes par le biais du plan d'aménagement du Grijalva ; il faut par exemple citer le cas de Venustiano Carranza où les terres de temporal ont été rachetées aux Indiens puis revendues une fois irriguées à des non-indiens".

Notes

1 Il s'agit en fait dans cette zone de l'extension d'un type d'agrobusiness à caractère national, représenté par des initiatives et des capitaux urbains qui orientent la production agraire en fonction de priorités définies par les objectifs gouvernementaux. L'influence de cet agro-business dans la forêt lacandone s'inscrit en fait dans la logique de l'incorporation de tout nouvel espace, mis en valeur par une colonisation spontanée ou dirigée, à une économie de marché.

2 Il a même été question d'un "sabotage" de ces tentatives d'entreprises par l'ΙΝΙ (en particulier pour Palestina), inquiet de voir lui échapper le contrôle de populations qui, loin de se résigner et d'attendre une quelconque assistance de ce dernier, prenaient des initiatives ; laisser se développer celles-ci, c'était reconnaître l'inaction de l'ΙΝΙ et Ôter toute raison à sa présence en forêt (tout au moins les centres coordinateurs sont-ils situés dans les villes à la porte de la forêt, Palenque et Ocosingo).
Les tensions sont déjà très vives entre communautés et INI, en particulier vis-à-vis des maestros formés par l'Institut et dont l'incapacité et l'absentéisme sont trop flagrants. Il en est de même pour les médecins dont les "tournées" se limitent aux villages localisés près de la route et semblent singulièrement s'espacer dans le temps. Cet exemple illustre le caractère anémique et lâche du réseau d'assistance et d'encadrement lorsqu'il s'agit d'actions touchant au domaine social. En revanche, de manière directe ou occulte, le contrôle par l'administration est partout sensible pour contrecarrer tout Initiative en marge de ses objectifs.

Table des illustrations

Légende L'ESPACE DE LA SELVA LACANDONA
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre TABLEAU II - PROGRAMME D'INVESTISSEMENTS PUBLICS POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL Région Lacandone.
Légende Source : Dirección General de Inversiones Públicas. Secretaría de la Presidencia. Vocalía PIDER en el Estado. Chiapas. Quinto Informe. 1975.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter