Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Première partie. Grands aménagements et encadrements techniciens

L’encadrement des paysans dans un secteur d’aménagement hydraulique de la côte équatorienne : le projet babahoyo

Anne Collin-Delavaud

Texte intégral

1Après plusieurs décennies de colonisation spontanée et de laisser-faire, l'Equateur tente sur la Côte de nouvelles formes d'encadrement de la paysannerie. Cette assistance, souhaitée à tous les niveaux s'impose de plus en plus pour obtenir de meilleurs résultats tant sur le plan économique que sur le plan social. Ce sont souvent les projets d'aménagement hydraulique qui servent de point de départ à une restructuration des espaces régionaux sur le plan foncier et à la modernisation des méthodes de culture tant pour l'exportation que pour la consommation interne et en particulier pour la ville de Guayaquil qui regroupe près de 900 000 habitants.

2Près de Babahoyo, l'Equateur s'est lancé dans un projet d'encadrement très poussé avec 1a mise en place de techniques de production modernes et en bouleversant le système d'exploitation traditionnel par une expérience de réforme agraire intégrale avec expropriation et création de coopératives de production. Le Projet Babahoyo mis en place par la CEDEGE (Comision de Estudios para el desarrollo de la Cuenca del Guayas) est une opération à la fois pilote et de prestige qui concentre tous les efforts sur la création de petits producteurs riziculteurs.

I. LA RECHERCHE D’UNE MEILLEURE OCCUPATION DE L’ESPACE

3Comme dans toute la plaine du Guayas traversée par de grands fleuves, la région de Babahoyo offre de vastes interfluves inondables ou marécageux de part et d'autre des berges qui longent les rivières et les anciens lits. L'occupation du sol suit ces conditions du milieu : pâturages et rizières dans les bas fonds et plantations de cacao et bananes sur les terrasses souvent étroites. De vastes secteurs drafnés et aménagés portent de la canne à sucre depuis plus d'un siècle mais en dehors de cette zone, il reste beaucoup à faire pour exploiter au mieux les ressources de cette plaine alluviale qui demeure trop dépendante des conditions climatiques (sécheresse - inondations) qui détruisent les récoltes et font varier chaque année les surfaces utilisées et les récoltes obtenues.

4La protection réalisée au niveau individuel est encore aujourd'hui bien trop faible (digue, mur, pompage et drainage) et reste toujours à la merci des interventions ou des absences de contrôle de ceux situés plus en amont. Au total, seules quelques grandes haciendas notamment celles de canne à sucre ont pu réaliser les investissements nécessaires en adaptant à chaque changement de production les techniques adéquates mais ce ne put être le cas des petits planteurs et encore moins celui des métayers.

5Très nombreux, ces derniers, souvent précaristes, reçoivent une petite superficie d'interfluve pour y faire du riz, mais sans aucune aide pour le contrôle de l'eau. L'unique récolte obtenue par an et le rendement faible entretiennent à peine une famille alors que les sols et une vraie distribution de l'eau aboutiraient à de très bons résultats, à condition également de rompre le cercle des intermédiaires, propriétaires de moulin et commerçants souvent réunis en une seule personne se chargeant de l'usure.

6Cette recherche d'une meilleure occupation de l'espace est vivement souhaitée de toutes parts" pour obtenir une amélioration de la production rizicole. L'irrégularité est telle, qu'en dépit des progrès observés dans l'actuelle décennie, il fallut importer du riz en 1973, année de sécheresse. Depuis, la production est passée de 222 800 t. en 1973 à 449 000 t. en 1975, grâce à une augmentation de plus de 50 000 hectares gagnés à la riziculture dans tout le bassin de Guayas. La production doit devancer la croissance rapide de la consommation du riz, aliment de base de la Côte qui regroupe plus de trois millions et demi d'habitants.

7Au niveau local, depuis 15 ans, les conflits fonciers sont de plus en plus présents pour mettre en évidence cette trop faible mise en valeur des interfluves alors que le nombre des précaristes augmente très vite. Les lois de Réforme Agraire de 1964 et 1973 n'ont en aucune façon changé leur sort. Seul le décret 1 001 de 1970 qui attribue d'office la terre au précariste qui la travaille a effectivement trouvé son application dans le bassin du Guayas. Il a forcé les propriétaires à vendre des lots et à Intensifier leurs exploitations mais aussi à se débarrasser de leurs métayers en ne les reconnaissant pas comme tels. Cependant, plusieurs invasions et occupations dans les haciendas rizicoles ont permis le passage à la petite propriété après légalisation par l'Institut de Réforme Agraire et de Colonisation (IERAC) souvent après de longues années d'attente. Mais devenu propriétaire, le paysan demeure sans moyen et sans solution face au problème de l'eau.

8C'est donc dans un aménagement général du Bassin du Guayas que se trouve la solution des problèmes de l'eau et d'augmentation de la production. Un vaste programme couvre l'ensemble du bassin de Guayas depuis 1964, date à laquelle ont commencé les premières études. Mais, ce sont les nouvelles circonstances économiques et financières liées à la vente du pétrole commencée dès 1972 qui permettent à ce projet d'avoir enfin les moyens d'aboutir. L'Etat dispose de moyens qui lui assurent un nouveau poids dans sa volonté d'encadrer l'aménagement de l'espace.

9Au niveau international, la confiance augmente et facilite les emprunts tandis qu'au niveau national, les Equatoriens entrepreneurs bénéficient de facilités nouvelles pour obtenir du crédit et investir dans l'industrie mais aussi dans l'agriculture. C'est, depuis cette date, le démarrage de la modernisation du secteur primaire grâce à l'amélioration des techniques (matériel, semences, engrais). Le début de la décennie enregistre une reprise des exportations qui bénéficient de prix exceptionnels pour le cacao et le café mais aussi d'une diversification dans les produits exportés avec l'essor des productions de la mer, de la forêt, des élaborés de chocolat et des articles manufacturés.

10C'est dans cette nouvelle phase économique que démarre le projet Babahoyo.

II. L’ENCADREMENT PAR L’AMÉNAGEMENT HYDRAULIQUE DU BASSIN GUAYAS

11En raison de la topographie très plane du bassin du Guayas et de la pente très faible des interfluves en direction du Sud-Est amenant une concentration des eaux d'inondation dans cette zone une fois franchies les berges chargées de canaliser les eaux fluviales, tout aménagement doit obligatoirement concerner les 41 000 ha. de la Cuenca. Tout repose sur le grand barrage réservoir de Daule-Péripa qui constitue l'élément clef, devant régulariser les crues et permettre à côté d’une production d'électricité de l'ordre de 100 000 kw. une irrigation de plus de 300 000 ha. lorsque les travaux seront terminés.

12Seront également construits des canaux de jonction entre réservoirs artificiels et naturels, des canaux d'irrigation et de drainage ainsi que des routes en digue sur un nombre de km. fort impressionnant. Il est également prévu dans un avenir plus ou moins proche de détourner les excédents d'eau du Daule vers la péninsule de Santa Elena particulièrement aride et dépourvue de cours d'eau pérennes.

13Les études commencées en 1964 à l'instigation de l'ΟΕΑ ont été confiées à un groupe de sociétés d'études équatoriano-canadiennes-Guayas Consult - avec des prêts de la BID. Depuis c'est la CEDEGE (Comision de Estudios para el desarrollo de la Cuenca del Guayas) qui est entièrement chargée des travaux et de la coordination entre les sociétés constructrices et les divers programmes et institutions nationales chargées de l'assistance technique auprès des agriculteurs.

14Les enquêtes de la CEDEGE (1965-1970) ont mis en évidence que les travaux hydrauliques devaient également s'accompagner de changements sociaux car le système de production traditionnel mis en place ne peut être ni économiquement, ni moralement défendu. L'association grandes haciendas et système de métayage mal adapté ne peuvent, même dans des conditions nouvelles d'aménagement, répondre aux besoins de la nation. C'est sur cette constatation d'un organisme appuyé par le gouvernement que l'Etat promulgue la loi contre le Précarisme en 1970 et décide que le projet de Babahoyo doit servir de modèle pour une réforme agraire étendue plus tard à toute la Côte.

III. LE PROJET BABAHOYO, UN EXEMPLE D’ENCADREMENT GLOBAL

15La CEDEGE a choisi ce périmètre d'irrigation comme avant projet pilote de tout le vaste programme d'aménagement du bassin du Guayas. Les études du projet Daule-Péripa ne sont pas encore tout à fait achevées, étant donnée leur ampleur ; aussi, il était bon pour cette Commission de réaliser un programme limité dans l'espace et capable d'être effectué immédiatement comme éventuel prototype sur lequel les techniciens de la CEDEGE pourraient mesurer leurs possibilités d'encadrement et affronter les difficultés du terrain.

16Il s'agit d'un programme totalement indépendant du projet Daule-Péripa dans sa conception technique puisqu'il est réalisé à partir de prises d'eau effectuées dans trois cours d'eau du piemont occidental de la Cordillère andine. Situé au Sud-Est de la ville de Babahoyo, capitale de la province de Los Rios, à 70 km. de Guayaquil, le projet comprend l'aménagement de 11 000 ha. irrigués sur un ensemble de 18 500 ha. pour environ 1 500 familles.

17C'était un secteur de grandes haciendas plus ou moins bien exploitées de façon traditionnelle sur la Côte avec un secteur de berges couvertes de plantations de cacao, gérées directement par un administrateur, et un secteur de rizières travaillées par des métayers aux contrats oraux plus que précaires. De vastes espaces de broussailles, bois et marécages étaient laissés non exploités (6 000 ha.) par manque de drainage suffisant. Malgré une diminution générale des superficies possédées, on comptait encore en 1974 2 7 grandes haciendas de plus de 500 ha. occupant plus du tiers de la superficie (34 %) exploitée dans le canton de Babahoyo alors que 4 900 petits exploitants travaillaient seulement 22 % de l’espace. Depuis quelques années et surtout depuis 1970, une partie des haciendas était occupée par les ouvriers qui s'appropriaient des parcelles de 1 à 15 hectares. C'était le cas de l'hacienda Chilintomo qui appartenait au Banco Hipotecario de Guayaquil propriétaire de plusieurs haciendas dans ce secteur dont certaines ont pu être vendues en entier ou divisées en lots dans les années précédentes.

  • 1 Le projet Babahoyo est financé à 70 % par des emprunts internationaux, 21 % par la CEDEGE, 3 % par (...)

18Des travaux représentant des investissements considérables, 745 millions de sucres pour la totalité du projet, ont été entrepris grâce à un matériel moderne de terrassement qui a été importé pour remodeler entièrement les périmètres choisis. 56 km. de canaux ont été construits pour amener l'eau des rios Chilintomo, San Pablo et Embarcadero. Une digue le long des canaux sert de route à la zone du projet divisée en trois secteurs avec chacun son système de dérivation et d'irrigation par gravité et de drainage. Tout a été conçu en fonction d'une protection générale contre les inondations particulièrement violentes ici à cause des cours d'eau qui dévalent la forte pente de la cordillère avec une allure torrentielle. Ces travaux achevés en 1976 ont permis de commencer la production de riz en de vastes champs nivelés et irrigués remis tout aménagés aux bénéficiaires. C'est le riz à haut rendement qui est considéré comme première utilisation de ces nouveaux espaces aménagés1.

IV. LE NOUVEL ENCADREMENT DES RIZICULTEURS

19En 1969, on trouvait sur place 16 coopératives et précoopératives mises en place en partie par l'AID et établies sur des terres qui avaient été vendues par les propriétaires aux métayers lors de lotissements effectués dans la crainte d'une véritable application de la réforme agraire.

20En 1970, le décret 1 001 encourage tacitement les occupations d'haciendas et facilite l'opération d'expropriation des haciendas qu'entreprend l'Ierac officiellement en 1974. L’année suivante, en 1975, 24 coopératives sont en place et possèdent environ 13000 hectares que Ierac a repertorié et cadastré. Les propriétaires ont reçu 2 3 millions de $ en bons de la réforme agraire selon un agrément signé entre Ierac et CEDEGE en 1974. De leur côté, les ex-métayers recevaient un important crédit du Banco de Fomento et la CEDEGE obtenait un emprunt de 20 millions de $ pour le projet de la Bid.

21Cela représente un bond en avant tout à fait inconcevable 10 ans auparavant notamment au moment de la première loi de réforme agraire de 1964. On va plus loin encore. Chaque coopérative possède entre 150 et 700 hectares cultivés individuellement et une partie plus modeste travaillée en commun. Le nombre réel des bénéficiaires reste difficile à connaître comme d'ailleurs les superficies des coopératives car les enquêtes réalisées en 1974 et 1977 à Babahoyo montraient surtout les étapes d'évolution et l'apport de nouveaux membres comme de nouvelles superficies dans l'organisation générale. Mais déjà on notait un nombre croissant de membres dans les coopératives. Une grande partie de la population, jusqu'ici dispersée a été regroupée en village communautaire aux maisons disposées en cercle autour d'un centre de service.

22La multiplicité des opérations dans le cadre du développement global a amené de nombreuses autorités à participer directement à l'opération qui s'étend de l'expropriation des terres à ia commercialisation des récoltes sans compter les réalisations techniques et les programmes de promotion paysanne. La liste suivante loin d'être complète donne un aperçu du nombre d'entités chargées de l'encadrement des paysans du secteur irrigué de Babahoyo :

  • IERAC pour l'exécution de la restructuration de la propriété et l'organisation paysanne.
  • Junta Nacional de Vivienda pour les études des nouvelles communautés paysannes et la construction des maisons.
  • INERHI pour les travaux d'irrigation et de drainage.
  • INIAP pour les recherches agronomiques sur le riz et la création de semences améliorées convenant aux sols de cette région.
  • Programme National du Riz pour l'assistance technique aux rizières.
  • INECEL et Empresa Eiectrica de Los Rios pour l'électrification de la zone.
  • Banco Nacional de Fomento pour le crédit nécessaire auprès des exploitants des coopératives.
  • CESA Central Ecuatoriana de Servicios Agricoles.
  • Ministerio de Educación.
  • Ministerio de Salud.
  • Ministerio de Obras Publicas.

23Au-delà de cet encadrement d'administration et d'exécution de niveau national, diverses entités se sont créées sur place :

  • Bureau CEDEGE installé à Babahoyo même.
  • Empresas Cooperativas de Economias Mixtas chargées de la mécanisation et du traitement du riz constituées de participations de l'Etat et des Coopératives de paysans.
  • Comision de Riego organisée par la CEDEGE pour diriger, superviser et coordonner les diverses actions de construction et de maintenance.
  • Centro de Capacitacion del Proyecto de Riego de Babahoyo (CENCA) chargé de la préparation sociologique et professionnelle des paysans du projet, créé en 1975.
  • Centro de servicios créé dans les Empresas Cooperativas de Economia Mixta.

V. LES DIFFICULTÉS ET LES PREMIERS RÉSULTATS

24Cet encadrement particulièrement renforcé dans la structure du projet amène donc sur place un nombre souvent impressionnant de techniciens, d'administrateurs et de spécialistes qui forment un contingent d'encadreurs bien important pour le nombre d'assistés. Le rôle du colon bénéficiaire est d'autant plus faible que toute initiative individuelle doit être soumise en quelque sorte à ces administrateurs qui coiffent l'ensemble. La coopérative constitue, elle, un instrument de cette politique ; du moins a-t-elle pu créer un autre pouvoir local relayant le pouvoir administratif de l'Etat représenté ici par ses administrations. Il reste à connaître ce qu'est devenu dans la pratique le pouvoir de ces nouvelles coopératives, ses activités propres, ses relations avec la CEDEGE, ses possibilités de défense syndicales.

25La situation qui n'est pas encore définitivement étabiie en 1976-1977 évolue également en fonction des tendances récentes du marché du riz. En effet, l'Etat par des mesures de libéralisation du crédit dans tout le domaine rizicole de Guayas et de Los Rios avait permis l'essor de nombreuses coopératives rizicoles et leur modernisation ainsi que celle des haciendas qui se sont tournées récemment vers cette production de façon intensive. L'Etat avait même fixé un prix pour tous les producteurs et organisé l'achat de riz par des organismes propres comme Enac et Emprovit chargés de contrôler la commercialisation. Depuis 1975, le resserrement du crédit frappe les coopératives qui avaient tardé à rembourser leurs dettes et qui végètent au profit des haciendas bénéficiant de toute l'aide que l'Etat voulait donner aux coopératives. La liberté des prix reprend le dessus et aggrave la situation des petits producteurs. Qu'en est-il actuellement ? Le secteur de Babahoyo a-t-il été affecté par ces mesures ?

26Les travaux d'aménagement sont presque tous terminés aujourd'hui. Les rizières ont déjà donné des récoltes satisfaisantes et l'on espère atteindre prochainement les buts poursuivis : soit deux récoltes annuelles avec un rendement de 140 q. par ha. au lieu des 50 q/ha. actuellement obtenus. Les plantations existantes de cacao et de café ne sont pas touchées et apportent des revenus complémentaires sans beaucoup de travail. Il s'agit de terrasses bien drainées qui ne peuvent convenir au riz. Durant l'hiver 1975, la production de riz réalisée par les coopératives atteint 123 000 sacs de 200 livres de riz (paddy) obtenus sur 4 000 ha. dont un quart environ fut obtenu sur les terres communales. Le tableau suivant met en évidence les changements récents et les objectifs du projet :

Répartition des terres du projet Babahoyo

1970

1976

Prévisions

riz et jachère

7 150 ha.

6 000 ha.

7 400

café, cacao

1 525

1 100

1 100

culture de cycle court soja, sésame, mais, coton haricots

100

400

2500

pâturages naturels

2 000

2 800

forêt

500

1 400

marécage

300

édifices, chemins, canaux

200

1 000

11 500

12 000

12 000

27La vocation rizicoie des périmètres sert d'objectif premier dans la nouvelle utilisation du sol marquée par la suppression des jachères et la double récolte annuelle. En effet, une petite diversification à partir du mais semé pendant la saison des pluies, le soja, l'arachide, le sésame et les haricots cultivés en saison sèche en culture de "secano" laisse de nouveau la terre pour le riz en hiver à la saison des pluies.

28Toute la mécanisation des cultures, le stockage, le séchage et le contrôle phytosanitaire ont été mis en place par la CEDEGE sous la gestion des coopératives. La vente des récoltes se fait par une entreprise d'achat contrôlée par l'Etat.

29Actuellement, le riz est fortement demandé par le marché national et les progressions spectaculaires des quatre dernières années permettent d'envisager une hausse liée à la forte croissance démographique et d'entreprendre même une exportation. Mais que se passera-t-il dans le cas d'un repli de cette production par suite de maladies ou de concurrence des haciendas privées ?

30Les difficultés sociales tardent à trouver une solution. Pendant plus de 10 ans, ces paysans ont entendu que tout allait changer pour eux, que cette masse de travaux et d'argent était engloutie pour eux. Les bonnes comme les mauvaises nouvelles leur parvenaient : la terre leur appartient mais il faut la payer, les travaux mécanisés sont indispensables mais il faut des tracteurs et des techniciens pour effectuer le travail. Certes, ces anciens métayers et petits paysans de la zone de Babahoyo sont devenus des propriétaires et leur niveau de vie a un peu changé grâce à cette aide qui s'est abattue sur eux depuis la mise en route du projet leur permettant d'attendre les premiers résultats. Mais après ? Que deviendront-ils quand ils seront seuls à supporter les risques de ce train de culture et qu'il leur faudra commencer à rembourser des sommes même très faibles par rapport aux investissements réels ?

31De plus, IERAC en accordant des titres de propriété aux métayers installés sur place n'a pu reconnaître tous les travailleurs, c'est-à-dire les temporaires, les métayers de plus ou moins longue date aux contrats oraux non reconnus par les propriétaires des haciendas expropriées, et pour lesquels Ierac n'a rien fait. Ces Exclus au nombre méconnu ont du quitter le secteur et gagner dans la plupart des cas les villes de Babahoyo et de Guayaquil.

CONCLUSION

32Le projet Babahoyo vient juste d'achever ses travaux et tenter deux années de production de riz, aussi n'est-il guère possible de cerner les réelles difficultés qui, avec le temps, peuvent être résolues comme par exemple les problèmes techniques qui, dans l'hiver 76-77 pourtant très sec pour la saison des pluies, avaient laissé quelques rizières inondées, détruisant une petite partie de la récolte.

33Toutefois, on s'aperçoit qu'il s'agit d'un projet parachuté par le gouvernement et les organismes internationaux dans une paysannerie locale qui aspirait à un mieux être fort justifié et dans un milieu déjà partiellement mis en valeur. Mais ces mêmes paysans devenus propriétaires ont en fait changé de patron, lequel dans le projet, a le visage d'entités administratives et techniques qui leur imposent la culture du riz et des techniques de culture qui leur sont étrangères. Finalement, quel travail effectue le paysan de la coopérative puisque tout est mécanisé et confié à des techniciens ? Cette situation confère cependant au colon de la coopérative un pouvoir de gestion mais comment peut-on passer de "machetero" à gestionnaire en si peu de temps malgré les efforts de promotion paysanne réalisés par la CEDEGE ?

34Il n'est pas facile de décider de la rotation des cultures, du matériel, de l'eau, de la vente des récoltes, etc... Le colon est devenu propriétaire mais non un exploitant direct et de ce fait, il reste peu motivé pour envisager la prise en main de la coopérative et le paiement de ce que des organismes divers lui ont financé largement jusqu'ici.

35Le cercle se referme et on peut alors penser que si les colons n'existaient pas et si les rizières étaient cultivées par des techniciens salariés, le projet Babahoyo arriverait au même résultat de production sans tous les problèmes sociaux qui pèsent aujourd'hui sur son avenir.

* Remarques, questions et discussion ayant trait au thème : GRANDS AMENAGEMENTS ET ENCADREMENTS TECHNICIENS, ou bien suscitées par les différentes communications s’y rattachant

36Questions à Hervé THERY

37P. Maury : "Brasilia Joue-t-il un rôle polarisateur de la même manière que Salvador et Belo Horizonte ?". "Quelle est la place de Brasilia dans la mise en valeur de la vallée du Sao Francisco ?"

38R : "A part celui de centre des initiatives officielles, il est très limité. La route qui relie la capitale à la vallée n'est pas asphaltée et les relations réelles se font avec les villes du Nordeste et Sao Paulo".

39P. Monbeig : "Peut-on parler de paysanneries dans la vallée du Sao Francisco ? Si oui, que sont devenus les anciens cadres ?" R : "Au moins dans la zone de "vazante" (Agriculture de décrue), il existait des groupes de petits agriculteurs, dépendants le plus souvent de "propriétaires" mais dont l'homogénéité était assez grande. Ce sont ces groupes qui ont été les plus atteints par les aménagements ; ils ont été destructurés et en grande partie prolétarisés.

40Quant à la deuxième partie de la question, je n'ai pas d'éléments suffisants pour répondre aujourd'hui".

41R. Pebayle : "La mise en valeur du Sao Paulo va-t-elle enfin aboutir à une maîtrise de l'espace ?"

42R : "Il s'agit une fois de plus de la valorisation de richesses naturelles qui a au moins cette fois l'avantage d'être moins prédatrice qu'à l'ordinaire puisque ce sont des ressources renouvelables ; toutefois les infrastructures qui sont implantées à cette occasion permettent une meilleure domination de cet espace".

43H, Favre : "La région de Juazeiro a connu une auto-colonisation menée par un encadrement de type messianique ; qu'en est-il actuellement ?"

44R : "Le Juazeiro de la vallée du Sao Paulo est un simple homonyme ; la colonisation en question se situe autour de Juazeiro do Norte".

45Questions à Elizabeth Allen

46J, Chonchol : "Cual es la situacion actual de los dos grupos de comunidade desplazados cuando se concluyo la presa Miguel Aleman ? Los reubicados por la comision en nuevas zonas de colonisacion y los que no aceptaron esto y se subieron a los cerros vecinos ?"

47R : "The "reacomodados" from the Miguel Aleman Dam construction have received little benefit from their relocation, except, perhaps, in the example of "pequeno proprietario". Infrastructural investments within the settlements are wider in vanity than in many others, but they have become dependant to a high degree upon provision by the Comision del Papaloapan. Agricultural production in the resettlement areas has decreased in recent years. Those remainings, for example in Nuevo Ixcatlan, have little land for cultivation and have received no infrastructural benefit".

48Remarque : Cl. Bataillon : "Le projet du Papaloapan est à l'origine (ancienne) purement hydro-électrique ; les terres libres n'existent pas et la petite agriculture locale (indigène) est établie dans les collines et sierras : ainsi aucun développement agricole spécifique ne s'impose ici".

49R : "The Papaloapan basin has, effectively, very small areas of land now avalaible for new settlement.

50It was for this reason that the zone of Uxpanapa was chosen by the Comision del Papaloapan as the main region for resettlement of reacomodados from the dam Cerro de Oro (Others are being resettled on a "Distrito de Riego" within the Papaloapan Basin)".

51Question et remarques de J, Revel-Mouroz : "Il semble, d'après votre texte, que les infrastructures routières sont une source d'émigration des colons spontanés et provoquent une concentration le long des routes.

52Une comparaison entre le Papaloapan et le plan Chontalpa s'impose :

  • il n'y a pas d'aménagement agricole intégral dans le Papaloapan, seulement un encadrement léger, une colonisation semi-dirigée, souvent limitée d'ailleurs à la relocalisation des indigènes déplacés par le barrage.
  • le projet Papaloapan qui a démarré avant celui de la Chontalpa a été mis en veilleuse après :
    • le changement de Président,
    • et surtout la priorité donnée aux investissements hydro-électriques du Grijalva, au potentiel beaucoup plus important que celui du Papaloapan.

53Le choix de la zone de colonisation dépend en dernière analyse des priorités énergétiques à l'échelle nationale".

54R : "The grouping of previously scattered houses in one area (Zona urbana) beside the newly constructed roads, is an incidental development to the stated policy of opening agriculturally productive areas to communications and access to market".

55Questions à Anne Collin-Delavaud

56D, Preston : "Quels sont les paysans exclus des bénéfices du projet ; y a-t-il des peones ayant reçu ni terre ni travail ; ces exclus sont-ils tous du périmètre (dans le sens géographique du terme) ?"

57R : "Les paysans exclus du projet sont ceux qui n'ont pu se faire reconnaître comme travailleurs précaristes des haciendas expropriées auprès de l'Institut de Réforme Agraire (IERAC) ; les ouvriers salariés et fixés ont été les principaux bénéficiaires au détriment des métayers temporaires et parfois installés depuis plusieurs années".

58R. Santana : "Est-ce que l'opération riz dans le projet Babahoyo peut être interprété dans le cadre d'une tendance de la production nationale de riz qui passe la responsabilité pour ce produit des grosses exploitations côtières à la petite et moyenne exploitation ?"

59Cl. Bataillon : " - L'opération Babahoyo semble ne pas pouvoir attirer une paysannerie "pionnière" grâce à l'intensification ? Y a-t-il assez de main d'oeuvre sur place ?

60-Quel est le but prioritaire du projet : fourniture de la consommation nationale de riz ? Eviter une révolte agraire dans une zone très sensible ? Qu'en est-il du futur barrage hydro-électrique ?"

61Remarques à propos de l'intervention d'A, Collin Delavaud

62I. Revel-Mouroz : - L'aménagement hydraulique - bonification intégrale, implante au départ de gros équipements (parc-machines pour les cultures par exemple) ; le problème posé est celui du transfert des équipements à des paysans qui n'ont qu'une autonomie apparente de gestion

63-Les opérations de la bonification - irrigation sont l'occasion d'appliquer une réforme agraire. Le paradoxe me semble le suivant : au moment même où les bénéficiaires reçoivent des terres, l'encadrement économique et technique les prive de leur "souveraineté".

64-Au contraire, la réforme agraire appliquée dans les zones non aménagées, laisse au moins à la population concernée la possibilité d'une survie (par la pratique d'une agriculture vivrière de subsistance), laissant de plus une autonomie relative aux communautés.

65R. Pébayle : L'intervention sur le projet Babahoyo met l'accent sur les limites d'une pluralité d'encadrements destinés à la colonisation - vitrine. On est frappé par la ressemblance de cette situation Equatorienne avec celle par exemple de la colonie Alexandre Gusmao de Brasilia ; dans les deux cas, il y a une inadaptation des encadrements par excès d'aide et sûrement par manque de réalisme de la part des responsables chargés de la coordination. L'étude de cette colonie A.G. peut amener à poser cette question :

66- Le programme est-il inadapté techniquement aux petits colons au point d'entraîner des réflexes semblables à celui de ce néo-éleveur "laitier" de Brasilia qui, ignorant tout de la spécialisation qu'on lui avait donnée, a eu recours au lasso pour traire une vache couchée sur le flanc'.

67DISCUSSION GENERALE

68Hervé Théry

69"L'impression que l'on retire en comparant ces cas de grands aménagements est qu'ils donnent lieu à un sur-encadrement des paysans qui ne leur laisse que des tâches d'exécution, alors qu'à l'extérieur des périmètres, ils sont laissés à eux-mêmes. Dans le cas où l'aménagement vise une production précise, pour des besoins nationaux ou pour l'exportation, les résultats sont parfois bons ; ce n'est pas toujours le cas quant il s'agit simplement de pouvoir et vouloir montrer une "vitrine".

70Les rapports entre grands aménagements techniciens et paysanneries locales sont ambigus ; il ne faut pas oublier qu'à l'origine les projets sont présentés comme devant les intégrer et "faire leur bonheur", alors qu'au cours de leur réalisation on se rend compte que leur présence provoque le plus souvent une gêne. C'est dans le cas de ces aménagements techniques que la distance est la plus grande entre les intentions affirmées et les réalisations qui conduisent le plus souvent à "laminer" la paysannerie".

71Jacques Chonchol

72"Les actions se font en fonction des ressources (Energie, irrigation), en appui du système urbain, industriel, ou de la balance des paiements, et non nécessairement en vue d'améliorer les conditions de vie des paysans sur place ; ceux-ci voient même souvent empirer leur situation. On peut remarquer également l'impossibilité d'attirer d'autres paysans de zones plus densément peuplées et ayant d'autres besoins ; d'autre part, il y a excès de capital pour peu de paysans ; grandes sociétés et excès de capital empêchent de couvrir de plus larges couches de la paysannerie et sont négatifs pour la participation des paysans locaux".

73Claude Bataillon

74"Deux aspects extrêmes des cas étudiés :

  • en zone pionnière, le projet technique est "théoriquement optimal" ;
  • là où il y a "grand projet", il y a priorité nationale, désir de réussite à tout coup.

75Mais pourquoi ne pas implanter alors directement de grandes entreprises publiques ou privées avec une main d'oeuvre d'ouvriers très qualifiés, permanents, et de peones temporaires ? Parce que des paysans assurent une base de permanence, de répondant financier (ils sont fortement endettés), de capacité de reconversion. De plus, le "peuplement" assez stable peut être un but socio-politique".

76Hélène Rivière d'Arc

77"Le projet de l'armée Bolivienne à Abapo-Irorog, était destiné à la répartition des terres ; les investissements (financement des Nations Unies) étaient gigantesques (irrigation, matériel agricole).

78L'attribution de la terre traîne parce qu'il existe un débat entre certains groupes de l'armée ; les uns veulent développer le projet dans le cadre du capitalisme agraire, les autres voulant effectivement que l'on procède à la distribution. Se greffent là-dessus les entrepreneurs de Santa Cruz qui estiment qu'il est temps de concéder la zone à l'entreprise ; opinion partagée par certains experts américains ; cet exemple me semble illustrer les propos de Bataillon".

79Claude Collin Delavaud "Les pays dont il a été question, Mexique, Vénézuéla, Brésil, ont en commun de ne pas vouloir promouvoir une production agricole collective, ni même coopérativiste. Tous les projets d'aménagements nouveaux ont une justification sociale. Mais si la terre et l'eau sont attribuées individuellement, la totalité de la production est assurée globalement par des entreprises de travaux, voire avec des ouvriers venus d'ailleurs ; et la paysannerie bénéficie alors d'une rente foncière, mais elle n'est pas exploitante. On concilie ainsi trois objectifs :

  • une aide sociale à la paysannerie,
  • une production massive,
  • le maintien de l'économie libérale".

80Graciela Schneier

81"Pour ajouter quelques éléments à la réflexion portant sur la formation d'une couche paysanne d'élite, je voudrais signaler combien les aspects d'encadrement social jouent un rôle fondamental.

82C'est en ce sens que vont les projets d'habitat rural. Je pense aux projets multilatéraux (Equateur, Colombie, Vénézuéla) établis avec le Conseil des Nations Unies, de l'OAS, OMS, IBDI, USAID, et des organismes publics (Caja Agraria de Colombia, Instituto Ecuatoriano de Reforma Agraria de l'Equateur).

83Le Ministerio de Sanidad du Venezuela ; il s'agit en fait de projets pilotes (qui recoupent la discussion des projets - vitrines) pour 200 familles chacun, dans d'anciennes haciendas ou des projets de Réforme Agraire (ceux de Cartagena, zona de irrigacion, et de Quito, proyecto Cuyambe).

84Ces projets signalaient une approche intégrale qui assurerait les aspects socio-économiques, économiques et administratifs, avec non seulement les logements mais aussi les services, l'infrastructure, l'équipement, le crédit agricole, la production et le marché. Il s'agissait de mesurer les effets du logement groupé, en tant que partie des programmes de réforme agraire, sur la santé, l'éducation, l'emploi, la migration, et notamment de calculer les incidences du logement amélioré et de la propriété de la terre sur la productivité et l'émigration

85Intervention de R. Pébayle

86A propos de la dépression nerveuse chez le technicien : l'encadreur peut heureusement dominer cette phase délicate ; la plupart du temps, il devient lui-même un exploiteur qui, profitant de ses connaissances et de ses relations personnelles, réussit fort bien dans la nouvelle entreprise.

87- En ce qui concerne le passage de la colonisation privée à la "municipalisation", il y a souvent des frictions entre la compagnie de la Colonisation qui doit abandonner ses prérogatives au profit d'une municipalité élue. On retrouve cette situation dans le domaine de la compagnie Melloramento Norte Paranense, où c'est la compagnie qui marque le pas devant une municipalité qui grève de lourds impôts les terres que possède encore la Compagnie dans le nouveau territoire administratif.

88- La Catena pionnière confirme qu'il y a effectivement des phases d'évolution dans l'expansion régionale qui succèdent à la phase de colonisation pure. Cette "catena" est évidemment très différente selon la teneur de la terre, le dynamisme des encadrements et des colons, la résistance des premiers habitants, etc...

Notes

1 Le projet Babahoyo est financé à 70 % par des emprunts internationaux, 21 % par la CEDEGE, 3 % par IERAC et 6 % par la Banque de Développement de l'Equateur. Les entreprises ont reçu de la CEDEGE la licitation pour le matériel et l'exécution des travaux.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter