Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Première partie. Grands aménagements et encadrements techniciens

Logiques d’aménagement et types d’encadrements en Guyane Vénézuélienne

Jean Revel Mouroz

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d'années, on assiste dans le Tiers Monde à la mise en place d'une nouvelle génération de foyers industriels et extractifs (miniers-métallurgiques ou pétroliers-pétrochimiques) qui s'inscrivent dans une stratégie de valorisation des ressources naturelles dont la demande internationale s'accroît.

2De même, la diffusion de la théorie des pôles de développement, à partir des idées de F. Perroux et J. Boudeville, a entrainé la prise en considération de la dimension spatiale, régionale, du développement économique.

3Enfin, de nombreux Etats ont élaboré une politique d'aménagement du territoire s'appuyant sur une division de l'espace national en régions de planification ou d'intervention, ainsi que sur l'action d'organismes publics spécialisés.

4Au Vénézuéla, ces trois facteurs ont joué dans la création du pôle industriel-urbain de Ciudad Guayana, destiné à devenir :

  • le grand foyer d'industrie lourde non pétrolière du pays ;
  • le pôle de mise en valeur de la région périphérique et sous-peuplée de la Guayana (Etat de Bolivar et Territoire du Delta Amacuro).

5La Corporacion Venezolana de Guayana (ou C.V.G.), organisme public autonome chargé de cette mise en valeur, a un double statut politico-administratif (organisme de planification de la Région 8) et empresarial (holding de sociétés publiques ou mixtes, comme SIDOR, EDELCA...). Peu à peu la C.V.G. a été amenée à intervenir en dehors de Ciudad Guayana et du secteur énergético-minéro-industriel, et à prendre en charge le développement de certaines zones rurales.

6C'est cette intervention de la C.V.G. que nous voulons analyser ici, en prenant trois zones-témoins :

  • le Bas-Delta de l'Orénoque, où l'encadrement gouvernemental des Indiens Guaraos se substitue à l'encadrement missionnaire, et où la C.V.G. a encore du mal à définir un programme de développement ;
  • la Grande Savane (Gran Sabana), où la protection du potentiel hydro-électrique du Caroni a conduit la C.V.G. et le gouvernement vénézuélien à "stériliser" l'espace rural indigène traditionnel ;
  • le Haut-Delta de l'Orénoque, où un grand aménagement hydraulique modifie totalement la structure agraire, les systèmes agricoles, et où la C.V.G. essaie de créer un "grenier" pour Ciudad Guayana.

7Dans ces trois cas, on voit comment la grande entreprise publique et le gouvernement introduisent de nouvelles logiques d'organisation de l'espace et des populations rurales, en fonction d'intérêts qui sont avant tout nationaux.

I DE LA « RÉDUCTION » MISSIONNAIRE A L’INTÉGRATION NATIONALE : LES INDIENS GUARAOS DU DELTA DE L’ORÉNOQUE

8Le milieu amphibi du Delta de l'Orénoque (42 000 km2) est occupé par les Indiens Guaraos (7 000 - 9 000 personnes), qui vivent sur les berges des caños, dans les secteurs de mangrove et de morichales (le moriche : palmier Mauritia) où s'élèvent leurs maisons bâties sur pilotis. Pratiquant la pêche et la cueillette (le moriche fournit farine, fruits, boisson, fibres...), les Guaraos ont maintenu ce genre de vie adapté à un milieu difficile, repoussant les intrusions indigènes (Caraïbes) et créoles (au moment du boom du caoutchouc).

9L'installation récente de missions capucines (à partir de 1919) a entraîné la transformation de ces Indiens "colectores de monte" en agriculteurs, et a provoqué une concentration de la population indigène autour des bâtiments missionnaires et de leurs annexes.

10Le processus d'acculturation passe par l'évangélisation, mais surtout par la scolarisation des jeunes, les internats formant le pivot de la transformation. Créant un village indigène autour de l'église, de l'école, de l'internat, du centre de santé, les missionnaires ont conduit les Indiens vers la pratique de l'agriculture : taro (okumo) et riz en aval du delta, mais et manioc en amont. Des scieries, dirigées par les missions, ont fourni de l'emploi rémunéré et créé des revenus monétaires (100 Indiens étaient employés à la scierie de Gayo).

1. Implantation missionnaire et politique des frontières

11La vague missionnaire a été favorisée, soutenue par le gouvernement vénézuélien, aussi bien dans le Delta de l'Orénoque qu'en Grande Savane. La mission permet le contrôle de populations situées dans une zone frontière, à proximité de la Guayana (ex-britannique) dont une partie (l'Esequiba) est revendiquée par le vénézuéla. D'ailleurs, les premières missions ont été créées sur la frontière même (Barima, San José de Amacuro), face aux villages anglophones, face aussi aux missions protestantes.

12Ce rôle d'encadrement et d'intégration nationale des populations indigènes est explicitement défini par les textes régissant les rapports Etat-Missions (accords de 1915 et 1956) :

"La langue officielle des centres missionnaires et des hameaux indigènes sera l'espagnol... les Indigènes devront apprendre à reconnaître le Drapeau, les Armes et l'Hymne nationaux".

  • 1 Elias Martin. "En las bocas del Orinoco...", p. 33.

"Les missionnaires se chargeront de regrouper dans des villages... les Indigènes qui se civilisent... (qui)... ne pourront pas les abandonner sans raison valable et sans avoir obtenu l'autorisation du Vicaire Apostolique ou du Supérieur du centre"1.

13Les missions ont également joué un rôle protecteur de la population indigène face à la pénétration du moyen delta par les colons créoles spontanés, colonisation ayant culminé dans les années quarante ; c'est dans ce sens que l'on peut parler ici de "réductions" capucines.

2. L'intervention récente de l'Etat et du secteur privé

14Aujourd'hui, l'encadrement missionnaire est battu en brèche ou remplacé par :

151) la pénétration de l'économie marchande, dans l'exploitation forestière, la cueillette, l'agriculture, la pêche.

16Poussés par les forestiers (du Cano Pedernales par exemple) et les agents des scieries de Barrancas, les Indigènes ont détruit une partie de la forêt de rives ; l'expansion de la production rizicole, sous la pression des négociants (Tucupita, Barrancas) a contribué également aux défrichements : 5 000 hectares étaient chaque année déforestés jusqu'à la fermeture des scieries.

17A Curiapo, à la Horqueta, des sociétés privées ont installé des conserveries de coeurs de palmiers ; le palmito est cueilli par les Guaraos dans tout le Delta ; le collecteur est payé 10 bolivars pour 100 cœurs (de quoi faire 300 boites, chacune étant revendue 6 bolivares par la conserverie).

18Des grossistes viennent également acheter le poisson séché et salé par les Indiens, et de petits abarrotes, sur les caños, servent d'intermédiaire, vendant le sel et achetant à bas prix le poisson.

192) La présence croissante des organismes publics qui se superpose à cette exploitation du travail et de l'économie indigène par le secteur privé.

20Dans le secteur de la santé, les campagnes d'éradication de la malaria, à partir de 1948, ont laissé un service spécialisé, ayant son siège à Tucupita ; le gouvernement reprend à son compte les dispensaires des missions, et y envoie des infirmières. C'est encore le gouvernement qui construit les écoles, paie les maîtres, et le service scolaire par pirogue... Tout ceci diminue l'influence des missions, tout comme l'interdiction de la coupe du bois, et la fermeture des scieries.

21Dans le secteur agricole, l'intervention publique est encore très limitée : le Banco Agricola commence à acheter la production rizicole. La Corporacion Venezolana de Guayana a un projet encore embryonnaire de modification du système agricole, avec introduction d'une culture maraîchère et de l'élevage du buffle.

22Mais dans l'immédiat, c'est la salinisation des caños, depuis la fermeture du caño Manamo (par remontée de la marée dynamique) qui a provoqué la plus forte intervention gouvernementale : l'économie indigène de cette zone nord étant ruinée par cette invasion du sel, les hameaux se sont vidés, par émigration vers Tucupita et Pedernames. Le gouvernement a alors construit des centres d'accueil, et donné 3 000 hectares pour la formation d'une communauté indigène rénovée. L'impact négatif de l'aménagement hydraulique s'est donc traduit finalement par une intégration accrue des Guaraos à la société nationale. Quant à la survie des communautés orientales, elle résulte, en dernière analyse, outre de l'action missionnaire, du reflux de la colonisation créole spontanée, vers les centres urbains comme Tucupita ou surtout Cd. Guayana.

II. LA GRAN SABANA : ENCADREMENT ET INTERVENTION POUR UNE MISE EN VALEUR LIMITÉE

1. Un potentiel énergétique majeur pour le Vénézuéla

23Le coin sud-est de l'Etat de Bolivar, aux confins de la Guayana ex-britannique et du Brésil, comprend les cours supérieurs des rios Caroni et Paragua, ainsi qu'une partie du bassin du Rio Cuyuni. Le plateau guyanais, qui porte ici le nom de "Gran Sabana" est un véritable château d'eau, alimentant en particulier le Rio Caroni, dont le cours moyen a été équipé à partir de 1953, par le complexe hydroélectrique des barrages et centrales de Macagua et Guri.

24Avec son bassin de 95 000 km2, un débit moyen de 5 000 m3/s., à son débouché dans l'Orénoque, et une dénivellation de 240 m. sur les derniers 210 km. de son cours, le Rio Caroni représente un potentiel hydro-électrique supérieur à 13 millions de Kw. Le Caroni fournissait déjà en 1973 le tiers de la puissance électrique vénézuélienne, et des travaux en cours vont porter la puissance installée à Guri de 2 à 8,7 millions de Kw., entre 1977 et 1988.

25Les équipements du Caroni ont donc une importance stratégique dans le développement national, et constituent le fondement de l'industrialisation régionale autour de Ciudad Guayana.

2. La menace de destruction écologique

26A l'exception du Carrao, les bassins des affluents du Caroni sont aujourd'hui largement dépourvus de végétation forestière. La pratique de la quema, du brûlis, depuis des siècles, par les populations autochtones (les Pemones, groupes appartenant à la branche des caraïbes), est le facteur principal d'une savanisation croissante. Chaque année, on brûle la forêt ou la savane anthropique, pour cultiver un conuco traditionnel de un ou deux hectares. Il ne s'agit pas là d'un brûlis itinérant (avec période de jachère et réutilisation de la parcelle), mais d'une véritable agriculture nomade, les hameaux ou rancherias se déplaçant après utilisation et destruction (souvent irréversible) des sols. Cette pratique est à la fois cause et conséquence de très faibles densités de population (10 000 Indigènes sur 32 000 km2).

27Sur ces plateaux quartzitiques d'altitude en général supérieure à 1 000 m. :

  • 2 J. Demangeot. "L'homme et le milieu en Grande Savane vénézuélienne". Bulletin de l'Association de (...)

"Le climat n'est guère favorable à la repousse forestière... les températures sont médiocres, le vent est constant et fort. Ensuite et surtout le sol dénudé est vite lessivé de ses bases par la violence des pluies (plus de 2 000 mm.)... les sols sont devenus des sables inertes et blancs"2.

28La savane tend donc à devenir irréversible, avec le renouvellement de brûlis se transformant parfois en incendies catastrophiques, comme celui de 1945, venu de Guayana, et qui ravagea une bande de 40 km. de profondeur. Depuis 50 ans, on estime (C.V.G.) que les conucos indigènes ont détruit 35 000 hectares de forêt, et que la déforestation progresserait actuellement au rythme de 2 300 hectares par an.

29La disparition de la forêt risque d'entraîner des modifications dans l'abondance et le régime des précipitations, tandis que l'érosion active des sols de la Gran Sabana charge en débris des rios comme le Kukenan, menaçant de combler les lacs-réservoirs des barrages situés en aval. Dans les deux cas, le potentiel hydro-électrique est dégradé, et la menace s'était aggravée récemment avec la construction de la route El Dorado-frontière brésilienne, axe de pénétration offert aux mineurs, éleveurs et colons.

30Mode de culture indigène et politique de désenclavement frontalier allaient à l'encontre des grands objectifs de développement à base d'énergie électrique.

3. L'action gouvernementale

31Face à ces menaces, les autorités publiques ont réagi en mettant en action une nouvelle politique d'utilisation de l'espace, créant des zones protégées et tendant à limiter le brûlis traditionnel.

a - La constitution d'une zone protégée

32Le gouvernement vénézuélien a d'abord limité les activités forestières, agricoles, d'élevage, liées à l'immigration et à la colonisation, en mettant certains espaces en réserve. Un parc national, celui de Canaima, a été créé en 1962, et une réserve forestière a "gelé" la mise en valeur de la rive droite du Bas Orénoque (cf. carte). Par un décret présidentiel du 9 septembre 1975, le parc de Canaima a été considérablement étendu (30 000 km2) ; il comprend aujourd'hui la plus grande partie de la Gran Sabana. Parmi les attendus de ce décret, on notera que :

33- La mise en valeur est subordonnée à la protection du potentiel hydro-électrique, et accessoirement de certains écosystèmes :

  • 3 Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela. no 30 809 1/10/1975, décret présidentiel du 9 septemb (...)

"(il est nécessaire et urgent)... que soient protégées les sources du Rio Caroni, principal alimenteur des ouvrages de Guri, ainsi que les régions de l'Apoguano, Roraima et Kukenan, qui ont des caractères particuliers du point de vue des ressources du paysage.... ce qui correspond à la politique que le gouvernement national poursuit en matière d'aménagement du territoire, selon les capacités de mise en valeur des sols..."3.

34- Les communautés autochtones devront s'adapter, et respecter le règlement du parc, établi en dehors d'elles, à l'échelon national :

"les activités agropécuaires qui se réalisent dans les zones comprises dans l'aire signalée ….
pourront se poursuivre de la même manière qu'avant la promulgation du décret et tant qu'elles seront nécessaires à la vie des communautés de la région et qu'elles ne feront pas interférence avec les finalités spécifiques du Parc".

35Dans la pratique, cela signifie que les Indiens Pemones peuvent continuer à pratiquer l'agriculture, mais désormais sans brûlis.

36- Le Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage est chargé de la protection, de l'administration du Parc de Canaima, ainsi que de la surveillance de l'usage qui en est fait.

b - Limitation de la colonisation

37Si la colonisation agricole spontanée s’arrête vers El Dorado, et ne pénètre pas la Gran Sabana, en revanche les ranchs d'élevage s'établissaient sur ses marges occidentales (latifundio de la Vergarena, à 200 km. au sud de Cd. Piar, où une compagnie américaine possède 70 000 têtes de bétail) et orientales (au pied du Roraima, hatos de taille moyenne : 5 à 600 têtes de bétail).

38De plus, la route stratégique d'El Dorado au Brésil a fait surgir des postes militaires, des campements de travaux publics, et de nouveaux villages de peuplement, à proximité de la frontière guyanaise contestée : à San Francisco de Yuruni, le Ministère de la Santé a contruit des maisons pour 350 indigènes que l'on a concentrés là, et qui vivent d'un petit élevage, d'agriculture (manioc) et de ventes d'objets "folkloriques" aux automobilistes de passage.

39En 1969, la Direction Nationale des Frontières a créé le village de San Ignacio de Turuani, pour installer des Indigènes anglophones fuyant la Guayana devenue indépendante. Vivant en assistés du Gouvernement, ces réfugiés constituent un symbole de l'irrédentisme.

40Un accommodement a été finalement trouvé entre la politique de peuplement frontalier et la politique de protection de la Gran Sabana : si le parc national de Canaima n'englobe pas un liseré frontalier variant entre 5 et 70 km. de profondeur, le Président de la République a toutefois suspendu un projet de création de colonies frontalières impliquant la mise en valeur de 300 000 hectares, et la construction de pistes de pénétration a été interrompue.

4. L'intervention de la Corporation Vénézuélienne de Guyana

41Depuis 1970, la C.V.G. a lancé des études visant à une "récupération écologique" de la Gran Sabana, et a créé à Parupa une station de recherches agricoles et forestières, chargée de mettre en évidence les problèmes existants et de leur trouver des solutions.

a - Le projet de concentration et d'encadrement des Indigènes

  • 4 Catastro hecho en la region habitada por las tribus pemones. 1976.

42Le problème central est celui de l'élimination du brûlis, ce qui suppose un contrôle des activités indigènes ; le grand obstacle à vaincre est ici la dispersion de la population : en 1976, les 10 207 Pemones recensés vivaient dans 278 poblados, dont 71 % comprenaient moins de quatre familles4. L'objectif de C.V.G. et des autorités avec lesquelles elle collabore (comme la Direction des Frontières) est d'attirer cette population indigène dispersée et de la concentrer dans des villages (nucleos agricolas sociales) où les Pemones trouveraient : des maisons en dur, des services (école, centre de santé, eau potable, électricité, maison communale), une maison de la C.V.G. avec un expert agricole ; autour de chaque village des terres seraient préparées pour des cultures permanentes et une arboriculture. Les jeunes (les moins de 25 ans forment 72 % de la population) seraient formés à cette nouvelle agriculture, où le brûlis disparaîtrait et où la forêt serait respectée.

43Cinq centres ont été déterminés pour regrouper les 1 807 familles indigènes recensées :

  • d'abord les villages des missions capucines : Kavanayen, Kamarata, Wonken, dont la population serait ainsi multipliée par trois ou quatre. Dans chaque cas, de 300 à 700 hectares seraient mis en culture (1 ha. minimum par famille). Des maisons en pierre sont déjà en construction, les experts de la C.V.G. utilisent comme relais l'autorité des missionnaires ; les missions se transforment en "visites" laïques de la métropole de la C.V.G.
  • les nouveaux centres situés à Icabaru et au voisinage de Sta Elena de Wairen, où la Commission des Frontières a entamé le processus de dotation en maisons.

44Il est certain que la réalisation complète de ce projet sera facilitée par l'habitude qu'ont les Pemones de se déplacer ; à la recherche de meilleurs sols pour leurs brûlis, mais aussi vers les endroits où ils trouvent de meilleures conditions de vie ; un mouvement spontané a déjà été observé récemment vers les villages de la périphérie de la Gran Sabana : Uriman, centre de mines de diamants, Canaima, centre touristique mis en place par l'administration vénézuélienne (AVENSA) et Kilométro 88, village relais sur la route d'El Dorado.

45Mais la réussite dépend avant tout de la conviction qu'auront les Pemones de profiter des transformations qui leur sont imposées, et que les expériences actuellement en cours soient soutenues par la C.V.G.

b - Les essais de stabilisation des Indigènes Pemones

46Malgré plusieurs années de persuasion, les brûlis des Pemones continuent d'enfumer le ciel de la Gran Sabana. L'équipe de techniciens et moniteurs (peritos) que la C.V.G. maintient à Parupa, a cependant mené plusieurs expériences techniquement concluantes. A San Luis de Abarcay, sur le Haut-Plateau, le hameau indigène a été converti à la culture des choux, betteraves, tomates, pratiquée par chaque cellule familiale, avec une véritable technique de maraîchers. Le produit est ramassé par un camion de la C.V.G. et expédié à Cd. Guayâna.

47La même évolution, du conuco traditionnel à l'horticulture, a été acceptée par la communauté indigène de Matacuchillos (sur la piste frontalière, à 20 km. au S-W de Sta Elena). Sur les versants de collines boisées vivent une quarantaine de familles, près de 400 personnes, réparties en deux hameaux et des écarts. Le trait spécifique de ce groupe : il s'agit d'adventistes, pratiquant un travail en commun, et désirant dépasser les limites de leur genre de vie passé. Chaque hameau (10-12 familles) a conquis une douzaine d'hectares de bons sols forestiers, dont dix sont consacrés au manioc et aux bananiers (pour la vente). L'action récente de la C.V.G., outre la visite de techniciens, se manifeste par l'octroi d'un équipement (motoculteurs, bientôt pompes pour irriguer), par l'introduction de nouvelles techniques de cultures (terrasses avec soutènement de bois, cultures de plain champ avec billons) et l'orientation vers la production de fruits et légumes : deux hectares en tomates, carottes, choux, radis... L'expérience, récente, ne fonctionne qu'artificiellement encore, dans la mesure où la production marchande est achetée par le centre C.V.G. (et quelques commerçants de Sta Elena), sans que l'écoulement vers Cd. Guayana soit réellement organisé. Or, la réussite de la communauté, la mise en place d'une coopérative, la multiplication d'expériences de ce genre dépendent d’abord de l'organisation de la demande de produits horticoles, que l'initiative soit prise par le secteur privé, ou ce qui serait plus logique, par la C.V.G. elle-même, qui dispose de magasins pour ses employés, à Cd. Guayana. Sans circuit commercial, les productions nouvelles et finalement inutiles (elles n'entrent pas dans la diète autochtone) seront rejetées au bénéfice de l'ancien conuco, moins productif, mais aussi moins illusoire.

48Faute d'un marché local de quelque importance, l'expansion de la production de fruits et légumes, et la réussite de l'encadrement des Pemones supposent donc une intervention accrue de la C.V.G.

III. LE PLAN DELTA : UN AMÉNAGEMENT ET ENCADREMENT À BUT AGRICOLE

49Face à la croissance de Ciudad Guayana (250 000 habitants en 1977, et un million en l'an 2 000 selon les projections du COPLANARH) et aux problèmes d'approvisionnement de la région guyanaise, la C.V.G. a entrepris en 1965 un grand aménagement hydraulique dans le Haut-Delta de l'Orénoque, zone jusque là d'agriculture stagnante (manioc et quelques plantations de cacao-banane) et d'élevage extensif.

1. Le projet Delta et les difficultés de la mise en valeur

50Pour assurer un débit suffisant dans le bras principal de l'Orénoque, par lequel les minéraliers de 80 000 tonnes remontent jusqu'à Puerto Ordaz, et pour transformer le Delta en "grenier de Ciudad Guayana", la C.V.G. ferme en 1966 le chenal (caño) Manamo par une digue filtrante ; 153 km. de digues de protection sont élevés contre les crues de l'Orénoque. Dans cette "Première Etape", pres qu'achevée en 1977, 300 000 hectares étaient protégés des inondations fluviales, dans les "iles" de Guara, Manamito, Cocuina, Tucupita, ainsi qu'au contact des Llanos et du Delta. La C.V.G. a entrepris de convertir 80 000 hectares et 150 000 hectares en pâturages.

51L'aménagement hydraulique a été complété par un réseau de canaux de drainage (300 km. de drains) permettant d'utiliser le centre des "iles", engorgées par les pluies, selon un système s'apparentant aux polders. Depuis 1966, 150 millions de bolivars auraient été investis dans cette opération d'aménagement.

52Toutefois, selon les dirigeants de la C.V.G. eux-mêmes, la réussite est loin d'être complète. Des erreurs techniques dans le système de drainage rendent encore une partie de la zone incultivable ; de plus, les argiles marines riches en pyrites qui affleurent subissent une oxydation rapide avec formation de sulfates ; l'acidité des sols interdit toute culture et stérilise les pâturages naturels dans une vaste zone. La pratique des labours mécanisés a renforcé ce processus de détérioration.

53Face à ces facteurs adverses, la C.V.G. a arrêté la construction de nouveaux ouvrages de protection en attendant de pouvoir contrôler le processus de détérioration des sols. Elle a dû également réviser son grand projet de complexe agro-industriel où la grande culture aurait rapidement remplacé les pratiques traditionnelles. Très pragmatiquement, la C.V.G. favorise donc provisoirement une "conuco" amélioré, ainsi qu'un élevage semi-intensif, en éliminant les techniques destructrices des sols.

54L'agriculture continue d'associer cultures annuelles (mais et surtout sorgho et riz) et cultures permanentes : c'est le bananier qui est choisi pour coloniser les sols hydromorphes. Le petit exploitant vit de ses céréales en attendant que les plantations entrent en production. Les pâturages cultivés (pangola) sont également une bonne solution pour améliorer les sols, et le pacage en plain champ évite les coupes mécanisées dangereuses.

55Mais cette intégration des exploitants créoles traditionnels à de nouvelles pratiques culturales, et à une agriculture entièrement commercialisée, où le crédit joue un rôle fondamental, est très lente.

56La zone protégée demeure largement inexploitée : en 1976, elle ne comprend que 21 000 hectares en cultures, soit le quart seulement des objectifs de la Première Etape ; en 1979, ce ne sont encore que 48 000 hectares qui seront cultivés (dont 25 000 en fourrages).

57Mis en veilleuse, l'aménagement agricole du Delta ne progresse actuellement de manière coordonnée et relativement cohérente que dans l'île de Guara, devenue zone d'expérimentation et zone pilote.

2. La zone pilote de Guara : un encadrement "intégral"

58Les exploitants agricoles de l'île de Guara (environ 450) étaient des occupants sans titre ; distribués linéairement le long des chenaux, ils pratiquaient une forme de conuco sur les digues naturelles (manioc-banane) tandis que les zones inondables constituaient des réserves fourragères, en saison sèche, pour les troupeaux des Llanos voisins.

59Un décret présidentiel a "assigné" l'île de Guara (23 500 ha.) à la C.V.G., qui y mène plusieurs politiques complémentaires : construction d'infrastructures, recherche et extension agricoles, programmation des cultures, refonte de la structure agraire et de l'habitat, encadrement de la paysannerie.

60Encadrement technique et financier :

61Outre le contrôle du drainage et de l'irrigation d'appoint, la C.V.G. participe :

  • à l'extension agricole : avec l'aide de l'I.R.I. Research Institute (Rockefeller) et du FUSAGRI vénézuélien, elle a mis en place une station d'agriculture expérimentale (essais sur le mais, le riz, le sorgho ; introduction de nouveaux fourrages). Le Ministère de l'Agriculture sélectionne un troupeau zébué dans une station d'élevage, et la C.V.G. expérimente l'introduction de buffles importés d'Australie ;
  • à la programmation-financement des cultures : la C.V.G. programme les cultures des producteurs de Guara, incités par des crédits préférentiels de la banque officielle (Banco de Desarrollo Agropécuario, Banco Agricola y Pecuario) et de la C.V.G. elle-même, à produire sorgho et haricots. Les crédits, reçus par les Unions d'Agriculteurs, servent à rémunérer : d'abord les sociétés de "maquila", ayant leur siège à Caracas, et qui se chargent des travaux de culture avec leur parc-machines, puis l'exploitant lui-même, qui devient une sorte de salarié de la banque et de la C.V.G.

62Lotissement des terres et relocalisation de l'habitat :

63La C.V.G. a divisé l'île de Guara en lots (122) ; certains constituent un patrimoine public (campement et ferme-école de la C.V.G., station expérimentale, centres d'élevages) ; quant aux autres lots, la C.V.G. a, semble-t-il, hésité entre un parcellement proche d'une opération de Réforme Agraire, et la vente à de grands exploitants privés. Les occupants sans titre ont peu à peu reçu, gratuitement, des parcelles de 6 à 12 hectares, puis de 18 hectares à partir de 1976 (mais les techniciens estiment que les futures parcelles d'élevage devront atteindre 25 hectares par famille). Commencée le long des caños. cette redistribution de terres s'accompagne d'un resserrement de l'habitat en hameaux (Sarabia, Aguas Dulces...) de 15-20 maisons ; un nouvel "asentamiento" doit regrouper 500 personnes et 60 maisons à El Paraiso, et devenir le centre de l'île. Au total, 80 % de la population seront regroupés, ce qui facilite l'installation des services (eau, électricité). Les parcelles distribuées sont nivelées, préparées, encloses par la C.V.G., avec un coût de 200 à 1 000 bolivars par hectare. On s'oriente actuellement vers des systèmes de culture collectifs et des pâturages communaux sont constitués.

64Invoquant la nécessité d'amortir ses investissements, la C.V.G. a mis en vente des lots du centre de l'île. En 1976, six propriétés de 200 ha. chacune avaient été vendues (800 bolivars/ha.) à des commerçants de la ville voisine de Tucupita, voire à des techniciens de la C.V.G. ; ces terres sont exclusivement consacrées à l'élevage. Ces ventes ont été finalement arrêtées.

65La formation des paysans

66La formation des paysans est la phase la plus récente de l'aménagement. En 1976, une "Sub - Gerencia de Capacitacion Agricola" s'est chargée d'établir et de coordonner des programmes de formation des agriculteurs de Guara. Il s'agit de faire entrer le petit exploitant dans la production commerciale de masse, de l'habituer à gérer un crédit, à employer des machines, à élever un troupeau. Pour retenir l'intérêt des "campesinos" et les convaincre, le programme de formation s'appuie :

  • sur l'accueil des producteurs dans la ferme-école ;
  • sur l'envoi d'équipes de moniteurs auprès des exploitants, pour surveiller l'application des modèles de production retenus ;
  • sur des émissions radio hebdomadaires.

67Au début de 1977, 210 exploitants, regroupés dans une Union, étaient intégrés à ce programme.

68L'aménagement du Delta est une bataille difficile ; mené très rapidement, le programme hydraulique a entraîné l'acidification des sols, et ainsi sapé le programme agro-industriel. Il est d'autant plus malaisé maintenant de convaincre les paysans du sérieux des programmes techniciens. Si l'élevage semble aujourd'hui la solution la plus facile pour la mise en valeur (comme dans tout le Tropique Humide Latino-Américain), créer une paysannerie maîtrisant la grande agriculture est une œuvre de longue haleine. L'encadrement technique, financier, coopératif est d'autant plus difficile à réaliser que la population paysanne est très instable : la ville de Ciudad Guayana est devenue un pôle d'attraction pour les migrations définitives et temporaires : de plus en plus, les exploitants des conucos, les jeunes vont y chercher un travail temporaire dans le secteur tertiaire, la construction, travail finalement plus rémunérateur que l'activité agricole.

CONCLUSION

69L'exemple de la Guyana vénézuélienne montre que la création d'un grand pôle industriel-urbain (Cd. Guayana) et sa prise en charge par la Corporation Vénézuélienne de Guayana a provoqué une restructuration totale de l'espace rural, et un encadrement croissant des populations indigènes et créoles :

  • l'utilisation du sol est désormais subordonnée à des objectifs définis à l'échelon national (peuplement stratégique des frontières, sauvegarde du potentiel hydro-électrique) ;
  • la priorité à l'échelle régionale est l'alimentation du foyer industriel-urbain (productions vivrières pour la population, fourniture d'énergie pour l'industrie) ;
  • les populations rurales doivent subir l'impact de ce développement "polarisé", accepter des changements complets dans leur système de production et leur mode de vie. Le monde rural doit s'adapter aux solutions imposées par les cadres urbains, par les techniciens, l'administration ; mais les ruraux ne participent pas à l'élaboration de ces solutions, ne sont pas consultés sur les projets d'aménagements, même lorsqu'ils sont présentés comme les bénéficiaires de ces opérations.

Légende de la figure
1. Zone de bonification du Delta (par la C.V.G.)
2. Zone de reforestation de la C.V.G.
3. Réserve forestière fédérale.
4. Parc national de Canaima.
5. Routes et pistes principales.
6. Barrages.
7. Digues.
8. Chenaux de l'Orénoque (caños).
9. Missions capucines et annexes.
10. Scieries.
11. Postes militaires du sud.
12. Campements de la C.V.G.
13. Nouveaux villages.
14. Nouveaux centres indigènes projetés.
15. 16. Villes.
17. Frontière internationale.
18. Frontière d'Etat.
19. Limite nord de la zone administrée par la C.V.G.
20. Isohypses de 1 000 et 2 000 mètres.

Bibliographie

Eléments de bibliographie

1. Compte-rendu de mission dans le bassin de l'Orénoque.
Bulletin de l'Association des Géographes Français. no 447-448. nov.-déc. 1977.

2. Corporacion Venezolana de Guayana.
Informes Annales.

3. Romain Gaignard
Ciudad Guayana : croissance industrielle ou développement régional.
Cahiers de Géographie de Québec 15 (35), sept. 1971.

Notes

1 Elias Martin. "En las bocas del Orinoco...", p. 33.

2 J. Demangeot. "L'homme et le milieu en Grande Savane vénézuélienne". Bulletin de l'Association de Géographes Français. Paris 1977, no 447, p. 283.

3 Gaceta Oficial de la Republica de Venezuela. no 30 809 1/10/1975, décret présidentiel du 9 septembre 1975.

4 Catastro hecho en la region habitada por las tribus pemones. 1976.

Table des illustrations

Légende Légende de la figure1. Zone de bonification du Delta (par la C.V.G.)2. Zone de reforestation de la C.V.G.3. Réserve forestière fédérale.4. Parc national de Canaima.5. Routes et pistes principales.6. Barrages.7. Digues.8. Chenaux de l'Orénoque (caños).9. Missions capucines et annexes.10. Scieries.11. Postes militaires du sud.12. Campements de la C.V.G.13. Nouveaux villages.14. Nouveaux centres indigènes projetés.15. 16. Villes.17. Frontière internationale.18. Frontière d'Etat.19. Limite nord de la zone administrée par la C.V.G.20. Isohypses de 1 000 et 2 000 mètres.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 601k

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter