Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Première partie. Grands aménagements et encadrements techniciens

L’aménagement de la vallée du Sao Francisco

Hervé Thery

Texte intégral

1Il est peu de régions au Brésil qui aient bénéficié d'autant de sollicitude de la part du gouvernement fédéral que la vallée de Sao Francisco. Dès 1948, la Constitution prévoyait de lui accorder 1 % des recettes fédérales pendant vingt ans et en 1948 était créée la CVSF (Comissão do Vale do Sao Francisco), doyenne de tous les organismes de développement régional au Brésil. Depuis trente ans, les plans de mise en valeur se sont succédés, des crédits ont été votés, des techniciens ont mené des études sur les causes du "retard" de la vallée et mis en œuvre des moyens souvent importants pour y mettre fin. Malgré cette action prolongée, la région reste pourtant une des plus pauvres du pays. On ne saurait parler d'échec total, car des progrès importants ont été faits dans certains domaines, mais il faut bien constater que les objectifs initiaux n'ont pas été atteints et qu'il semble même qu'on en ait changé. De grands aménagements sont en cours mais l'accent paraît davantage mis sur la mise en valeur des ressources que sur l'amélioration du sort des paysans. Il y a là une évolution intéressante et selon les époques les aménagements réalisés et les formes de l'encadrement ont été très différents, ainsi que l'impact sur les paysanneries.

I. ÉVOLUTION DES OBJECTIFS ET DES MOYENS

2L'origine des actions menées dans la vallée du Sao Francisco est l'inquiétude des responsables brésiliens devant la carte de leur pays. Entre les flots de peuplement qui constituaient au long de la côte l'"archipel brésilien" s'étendaient des zones presque vides dont la plus large séparait le Nordeste, foyer originel de la nation, du Sudeste où se développaient une nouvelle économie et les principales villes du pays. En partie parce que la deuxième guerre mondiale venait de montrer que le cabotage côtier pouvait être interrompu, en partie parce que la disposition de la vallée semblait avoir été voulue par la Providence pour jouer le rôle de trait d'union de la Nation, la décision fut prise de développer par une action volontaire ce couloir qui n'avait jusque là pas su réaliser son destin manifeste. Le précédent de la Tennessee Valley Authority fut beaucoup évoqué, ainsi que la misère d'une région pour sa plus grande part incluse dans le trop célèbre "polygone de la sécheresse". Calculs stratégiques, volonté politique de diminuer les disparités nationales et souci d'assister une population affectée par des calamités naturelles répétées se combinèrent donc pour décider l'Assemblée Constituante à voter l'amendement dotant la vallée de ressources Importantes. Il s'agissait donc d'une action entreprise d'"en haut", dans la genèse de laquelle les habitants de la vallée n'ont eu aucune part, à l'exception de quelques-uns de leurs représentants, et dont les motivations étaient essentiellement stratégiques.

3La décision prise au plus haut échelon politique, il restait à la faire passer dans les faits. L'objectif final étant l'intégration nationale, il fallait viser un peuplement plus dense de l'axe que constituait la vallée, donc la "fixation" des habitants déjà présents et l'immigration de nouveaux colons (par exemple les "flagelados" victimes des sécheresses catastrophiques du Piaui et du Ceara). Celle-ci ne pouvait guère être obtenue que par la colonisation agricole, fondée sur l'irrigation. Pour assurer l'écoulement des produits de cette colonisation, un bon système de transports était nécessaire, et en particulier l'amélioration de la navigabilité du fleuve, indispensable par ailleurs pour les liaisons entre Nordeste et Sudeste. On était donc amené à envisager la régularisation du débit fluvial, dont les crues et les étiages nuisaient aussi bien à la navigation qu'à l'irrigation. Enfin, dans cette région jusque-là si négligée, il fallait mettre en place les services sociaux sans lesquels on ne pouvait envisager de développement réel ni d'élévation du niveau de vie des colons.

4Les objectifs assignés à la CVSF étaient donc très divers mais liés entre eux de façon logique ; aucun d'entre eux ne pouvait être abandonné sans que cela nuise à la réussite de l'ensemble. Il fallut donc tout entreprendre à la fois alors même que la connaissance scientifique de la vallée était à peu près nulle. La tâche était-elle trop lourde, les moyens ont-ils manqué, les pressions particularistes ont-elles été trop fortes ? La question mérite une étude plus approfondie, mais le résultat fut qu'assez vite la CVSF se cantonna dans une "grande politique de petits services" qui dispersa ses ressources sans résultat appréciable pour la paysannerie qui constituait la grande majorité de la population. La vallée entrait, après le "cycle du cuir" et le "cycle de l'or", dans ce qu'on a appelé ironiquement le "cycle des commissions". Pour la plupart de ses habitants, il se traduisit par beaucoup de promesses et quelques inaugurations : sous la pression des autorités locales, soucieuses de laisser leur nom sur des plaques de bronze, la CVSF fonctionna surtout comme bailleuse de fonds pour la construction d'édifices publics (écoles, hôpitaux) et d'infrastructure (adductions d'eau, quais fluviaux). L'essentiel des réalisations alla aux villes, mieux placées pour faire entendre leur voix, et même le grand-œuvre de la commission, le barrage de Tres Marias, fut détourné de son rôle de régularisation du débit au profit de la production d'énergie électrique, exportée vers Belo Horizonte. Si donc les bourgades de la vallées tirèrent de l'époque de la CVSF quelques avantages financiers, l'encadrement de la paysannerie fut à peu près inexistant. Les projets d'irrigation ne sortiront pas des cartons et des deux qui furent réalisés dans la vallée, l'un fut mis en place par le Ministère de l'Agriculture, l'autre fut confié à la Sudene par la F.A.O. Tout au plus, peut-on signaler deux petites colonies agricoles et des actions de soutien technique (distribution de semences, amélioration des races bovines) très ponctuelles, dans des zones où une vocation particulière s'était révélée et où un développement spontané était apparu.

5Les zones rurales ne tirèrent donc pas grand avantage de la mise en œuvre d'une politique qui leur était pourtant en principe destinée, et au bout des vingt ans prévus par la Constitution la vallée du Sao Francisco continuait à être une région déprimée, plus encore qu’en 1946 puisque entre temps le Sudeste avait renforcé son avance, attirant vers ses usines et ses villes les paysans de tout le Nordeste et en particulier de Sao Francisco. Les routes côtières avaient beaucoup réduit l'importance de la voie d'eau et le développement des régions-locomotives avait pris le pas sur la réduction des inégalités. Toute action dans la vallée ne fut pas abandonnée mais objectifs et méthodes furent très sensiblement modifiés quand, en 1967, la Suvale (Superintendencia do Vale de Sao Francisco) succéda à la CVSF.

6Un des mérites de la CVSF avait été de faire progresser la connaissance de la vallée et de ses ressources et l'idée s'était fait jour que la principale de celles-ci était l'eau disponible dans ce milieu semi-aride et que le moyen de la valoriser restait l'irrigation : la Suvale vit pratiquement limiter sa mission à celle-ci. Toutes les autres tâches furent remises aux Ministères spécialisés, quitte à ce que la Suvale veille à leur exécution.

7A la sélection des objectifs répondit par ailleurs celle des zones concernées : neuf "aires prioritaires" furent choisies en fonction des disponibilités en eau, en terres fertiles et de l'existence d'infrastructures. Au total, elles représentaient 90 000 km2, soit 11 % de la superficie du bassin fluvial.

8L'idée qui présida à ce changement d'orientation était que le "saupoudrage" de crédits auquel s'était livré la CVSF avait fait la preuve de son inefficacité et qu'il fallait se concentrer sur l'activité qui avait réellement des chances de succès, là où les conditions étaient les meilleures et renoncer au voeu pieux de "développer" toute la vallée en en faisant une région assistée.

9Cette orientation a été maintenue jusqu'à l'heure actuelle et est appliquée par l'héritière de la Suvale, la Codevasf (Companhia de Desenvolvimento do Vale do Sao Francisco). Toutes les aires prioritaires ne sont pas consacrées à l'irrigation (voir la carte), dans certaines la Codevasf, poursuivant les activités de la CVSF et de la Suvale, soutient des productions spécialisées tout en s'en dégageant progressivement. Ce sont la production laitière en Alagoas-Sergipe, la culture des haricots à Irece, la colonisation agro-pastorale à Paracatu, le reboisement et la culture du manioc destinée aux distilleries sur les bords du lac de barrage de Tres Marias. L'essentiel est toutefois bien l'irrigation : après une phase d'études et de projets techniques les travaux ont commencé en 1973-1974, et les principaux périmètres sont actuellement en cours d'implantation. 17 000 ha. sont pour le moment irrigués par la Codevasf (alors que 80 000 le sont par des particuliers) et la réalisation du programme 1975-1979 devrait porter ce chiffre à près de 300 000 ha. sur une quinzaine de périmètres prévus, quatre fonctionnent déjà, une demi-douzaine sont en construction alors que pour le reste les travaux débutent à peine.

10Une profonde mutation a donc eu lieu dans les méthodes. Si l'on peut penser que l'impact sur le milieu rural sera plus réel que celui de l'époque précédente, on doit désormais distinguer deux cas, celui des zones privilégiées et celui des zones négligées, celui des "bénéficiaires" des nouvelles formes d'encadrement et celui des exclus.

II. AMÉNAGEMENTS HYDRAULIQUES ET PAYSANNERIE LOCALE

  • 1 Par une équipe de l'Université fédérale de Minas Gerais et dont les résultats ont été publiés dans (...)

11Le premier impact des aménagement hydrauliques en cours est très négatif pour les paysanneries locales puisqu'avant toute chose il faut "faire place nette". Même dans cette vallée globalement sous-peuplée (8 millions d'habitants en 1970 pour 640 000 km2 dont il faut déduire 1 600 000 habitants du grand Belo Horizonte, les ruraux proprement dits étant 4 250 000), cela ne va pas sans d'importants mouvements de population, les sites choisis pour la grande irrigation étant souvent ceux où s'était développée une petite irrigation spontanée. Pour implanter la riziculture moderne dans les varzeas (dépressions périodiquement inondées) de la basse vallée, on estime qu'il faudra déplacer 12 000 familles dont plus de 6 000 ne trouveront pas place dans les périmètres aménagés. Dans le cas du périmètre de Sao Desiderio (Rio Grande), une étude a été menée1 qui permet de savoir ce que deviennent les familles ainsi déplacées. Sur un échantillon de 44 d'entre elles, 37 ont gagné la ville voisine et y ont vécu quelque temps de leur indemnité d'expropriation. La moitié des chefs de famille, analphabètes ou semi-analphabètes n'avaient pas compris ce qu'ils signaient et se sont résignés en partie sous la pression, en partie croyant pouvoir retrouver de la terre dans le périmètre irrigué de la Codevasf. En fait, seulement six d'entre eux ont vu leur candidature retenue : nous touchons là une des contradictions d'un système qui déclare vouloir ouvrir en priorité ses lots aux ruraux qui se trouvent sur place, mais fixe, pour des raisons techniques par ailleurs tout à fait valables, des critères qui les excluent : l'âge (moins de 60 ans) l'alphabétisation et l'état de santé. Ces deux derniers vont souvent rejeter ces paysans qui n'ont pu que rarement bénéficier des services d'un médecin ou d'un instituteur. Pour beaucoup de ces ruraux, l'aménagement d'un périmètre irrigué signifie donc l'abandon de l'agriculture et l'exode.

12Pour ceux qui ont franchi avec succès les épreuves de sélection, un stage de trois mois est organisé dans des centres situés dans trois des aires prioritaires, donc dans des conditions proches de celles de leur future parcelle, qui leur est attribuée dès que les travaux sont achevés. A l'heure actuelle seuls les périmètres de Bebedouro, Mandacaru (Juazeiro-Petrolina), Sao Desiderio (Rio Grande) et Proria (Varzeas) ont atteint le stade de la production commercialisée. Encore celui de Sao Desiderio doit-il se limiter aux cultures facilement stockables, la route Brasilia - Salvador qui doit lui permettre d'écouler sa production n'étant pas encore asphaltée. Dans ces périmètres, une coopérative a été mise en place par la Codovasf, qui lui a remis l'ensemble des actifs en échange de "quotas" que les colons doivent payer en vingt ans. Cet artifice comptable permet à la coopérative de donner des garanties aux banques qui lui accordent des crédits de campagne. Les quotas que possède la Codevasf lui donnent un droit de vote et de fait, la présidence de la coopérative, occupée par un de ses agronomes. Celui-ci élabore le calendrier agricole adopté ensuite en assemblée générale et qui devient alors impératif, ce que garantit le déblocage échelonné des crédits bancaires. La Codevasf assure en outre l'assistance technique aux colons, grâce à ses stations expérimentales, et fournit l'eau, facturée de façon à amortir en vingt ans investissements et entretien du réseau. Les dépenses d'éducation et d'assistance médicale ont été récemment transférées à la coopérative, qui signe désormais ses propres contrats avec les autorités locales, ainsi que ses accords de commercialisation et de fournitures de matériel. L'idée de la Codevasf est donc de donner aux coopératives une autonomie de plus en plus grande tout en gardant sur elles pour le moment un contrôle stricte. Si l'idée du "paternalisme" est rejetée, force est de constater que les colons restent étroitement soumis à l'autorité de l'organisme d'aménagement.

13Cela n'empêche pas que des différences apparaissent entre les colons, et vont en s'accentuant. L'explication en est moins la différence de taille des parcelles que l'inégale réussite dans les fonctions d'entrepreneurs que les paysans doivent remplir. En effet, alors que le stage initial forme les sélectionnés aux pratiques de l'irrigation, ceux-ci ont bien plus un rôle d'organisation et de contrôle que d'exécution, confiée à des ouvriers agricoles. Tel qui a acquis rapidement les tours de main délicats de la culture maraîchère n'a pas les qualités requises pour diriger une exploitation : en 1976, alors que certains colons obtenaient un revenu supérieur à 200 000 FF., d'autres s'endettaient auprès de la coopérative. Constatant cette évolution, l'agronome responsable de Mandacaru a tenté de constituer des équipes de production où les qualités et les défauts des uns et des autres se compenseraient, et où le travail effectué serait rétribué selon un système de points calculés selon la difficulté et la qualification. Outre que ces initiatives rencontrent une forte résistance de la part des colons les plus prospères, on voit mal comment elles peuvent s'insérer dans la politique de la Codevasf qui est de faire des colons de petits entrepreneurs, regroupés en coopératives mais indépendants.

14Pourtant l'avenir de la colonisation se joue sur ces problèmes d'organisation et de gestion.

15Pour amortir les gros investissements que constituent les systèmes "lourds" d'irrigation, il a fallu s'orienter vers des cultures à haut revenu monétaire, donc délicates et soumises aux aléas du marché. Dans ces conditions, les problèmes commerciaux (calendrier de livraison, contrats de vente) sont essentiels et dépassent souvent les capacités des colons. L'agriculture devient alors une affaire d'entrepreneur, et il semble bien que la Codevasf en soit venue à la même conclusion : une part croissante de ses périmètres est attribuée à des entreprises. Le cas extrême est celui du périmètre de Jaiba (100 000 ha.) où le groupe Ometto, de Sao Paulo, disposera de 36 000 ha. irrigués. Pour les périmètres actuellement en construction des appels d'offre ont été lancés et certains des concurrents ont soumissionné pour la totalité de la superficie. Parmi eux la Cicanorte, grande société de conserverie et la Cotia, coopérative de Sao Paulo qui propose d'installer à Pirapora 28 familles venues de cet Etat. Il est évident que si ce genre de solution l'emporte, les paysans de la vallée perdront toute chance d'obtenir autre chose que des emplois subalternes et auront vu leurs terres leur échapper, du moins les meilleures d'entre elles. Si les périmètres irrigués augmentent largement la production à l'hectare et le revenu qui en est tiré, la richesse qui est ainsi créée risque fort d'échapper aux habitants de la vallée et d'être captée par des étrangers à la région, voire au pays. On ne trouve parmi les réels bénéficiaires de ces aménagements qu'une petite minorité des ruraux de la vallée, dont la majorité est donc parmi les exclus.

III. LES EXCLUS

16On trouve les premiers d'entre eux à la porte même des périmètres de la Codevasf. Là s'agglomèrent les cabanes des ouvriers agricoles que les colons recrutent pour les travaux de préparation et de cueillette. Alors que des maisons en dur, une gamme de services ont été prévus pour les colons, rien ne l'a été pour eux bien qu'on ne puisse se passer d'eux. Recrutés selon les besoins, iis sont payés à la journée ou au rendement.

17Si donc des clivages apparaissent entre les colons qui réussissent et les autres, c'est un véritable fossé qui se creuse entre ceux qui ont un lot et ceux qui n'ont rien. La distance est plus grande encore quand l'employeur est une entreprise, la prolétarisation des paysans s'aggravant de la déshumanisation des rapports. Encore peut-on considérer que la possibilité de trouver à s'employer assez régulièrement est une relative chance, réservée à bien peu. Même si le programme de la Codevasf est mené à bien, ce ne seront guère que 300 000 ha. qui seront irrigués, soit 0,5 % de la superficie de la vallée. Le recours à la main d'œuvre qualifiée venue de l'extérieur et la mécanisation qu'envisagent certaines entreprises réduiront encore le nombre des emplois créés.

18Descendant encore dans la gamme des privilèges, on peut constater que même la localisation dans une aire prioritaire donne aux paysans qui en bénéficient un certain avantage par rapport à ceux qui n'ont pas cette chance. D'abord parce que la plupart des autres organismes d'encadrement du monde rural ont ratifié le choix de la Suvale et de la Codevasf. Les banques, les services d'extension rurale, la recherche agronomique sont présents dans les mêmes zones, et là seulement, parce que des accords ont été signés pour qu'ils appuient l'action de la Compagnie et parce qu'il était plus commode de localiser à proximité les bureaux et installations censées "couvrir" la région avoisinante. Le fait que les aires prioritaires aient été choisies en fonction des infrastructures existantes a également poussé à cette localisation.

19Dès lors, même si des ruraux voisins des installations de la Codevasf n'ont pas de rapport avec elles, ils bénéficient de services divers qui vont du crédit pour ceux d'entre eux qui sont solvables à la pure et simple assistance pour les plus démunis. Si déficients que soient ces services, ils contrastent avec l'abandon où sont laissés les ruraux situés hors de ces aires.

20Ici encore il faut distinguer deux cas : ceux qui ont pu bénéficier du désenclavement provoqué par l'ouverture des routes, et les autres. La CVSF elle-même a amorcé le processus, le PIN (Programa de Integraçao Nacional), qui finança entre autres la route Transamazonienne, l'a poursuivi ; la desserte même des aires prioritaires le renforce. En outre, le mouvement général de la construction de routes que l'on constate au Brésil va dans le même sens. A partir de Belo Horizonte et de Salvador, deux réseaux routiers pénètrent progressivement dans la vallée. Si son unité, liée à la voie d'eau, y perd, son isolement en est pourtant diminué. L'effet sur le milieu rural est, comme à l'accoutumée, ambigu. La route permet bien sûr l'insertion dans les circuits commerciaux pour un certain nombre de produits (en particulier le charbon de bois qui alimente la sidérurgie du Minas Gerais), elle favorise aussi l'émigration temporaire ou définitive vers le Sudeste. Dans tous les cas, le réseau routier réalise une "capture" du milieu rural par la ville.

21Enfin, au degré zéro de l'encadrement, on trouve une paysannerie dont les conditions de vie sont proches de celles que décrivaient les voyageurs au siècle dernier ou quand l'Empereur du Brésil s'inquiétait-déjà-du sous-développement de la vallée. Peu nombreux, dispersés en petits groupes dans des zones d'accès difficile, ces paysans sont hors d'atteinte des services chargés de l'encadrement. Leur isolement n'est certes pas total, des produits industriels leur parviennent, qu'ils paient en vendant de maigres surplus ou des produits de cueillette. C'est dans ce type de zones reculées que se maintient le mieux le vieux système de "coronelisme" fondé sur le pouvoir quasi féodal des grands propriétaires. La vallée moyenne, et en particulier sa rive gauche, présente un grand nombre de ces communautés qui ne sont reliées au monde extérieur que par une batellerie moribonde.

22L'encadrement des paysanneries de ces zones reculées n'est toutefois pas tout à fait inexistant grâce à une initiative privée et d'origine locale. A Barra (voir la carte) s'est implantée la Fundifran (Fundaçao de Dosenvolvimento Integrado do Sao Francisco). Cette émanation de l'évéché de Barra est financée par des contrats passés avec les organismes brésiliens qui lui délèguent les responsabilités qu'ils n'assumaient pas dans cette zone (35 % du budget), et par des dons d'organisations charitables européennes (16 %) et nord-américaines (49 %). Ses activités sont celles de l'assistance classique (santé, formation), mais aussi la vulgarisation agronomique, l'assistance juridique, les prêts sans intérêt et la mise en place d'une commercialisation sans intermédiaire. La fondation appuie également l'organisation de communautés autour de réalisations communes : cette action incitatrice a touché en 1975, 63 groupes de hameaux ou de petits centres, soit plus de 25 000 personnes. Même si l'origine sociale et géographique des fonds employés et le fait que la région ait été il y a une dizaine d'années le théâtre d'une tentative de guerrilla rurale ont fait suspecter par certains la pureté des motifs de ces actions, il y a là une expérience intéressante en ce qu'elle ne se cantonne pas dans des formes d'assistance paternaliste, mais promeut une auto-organisation des communautés rurales pour un développement dont elle donne les moyens financiers.

  • 2 Sur ce problème et sur les caractères généraux de l'aménagement du Sao Francisco, voir notre artic (...)

23La gamme des types d'encadrement de la paysannerie qu'offre la vallée de Sao Francisco est donc assez vaste : elle va de l'encadrement technique, commercial et financier qui tend vers la prolétarisation des paysans, à l'abandon presque total en passant par toutes les formes de l'intégration dans les circuits commerciaux et de l'assistance octroyée ou qui se veut libératrice. Il faut bien noter toutefois que malgré ces formes variées de l'intervention des initiatives urbaines dans le milieu rural, l'avenir prévisible de la vallée ne ressemble guère aux images du "Nil brésilien" que l'on évoque parfois. Les conditions du milieu naturel et la concurrence d'autres régions font que le seul atout réel que puisse jouer la vallée est l'irrigation pour la production de fruits et légumes. On a vu à quel point dans ce cas l'initiative et les bénéfices appartenaient à l'extérieur, aux villes du littoral qui traitent la vallée en colonie dont elles exploitent les ressources naturelles, la terre, le soleil et l'eau. Or, ce système même de mise en valeur est menacé le Sao Francisco étant le seul grand fleuve du Nordeste, l'irrigation est concurrencée pour l'usage des eaux par l'hydro-electricité2. Des barrages sont en construction ou en cours et affectent les ruraux de la vallée par plusieurs biais. Le remplissage des réservoirs des barrages de Sobradinho et Itaparica, surdimensionnés en prévision des années sèches oblige à déplacer plus de 80 000 personnes des terres les plus fertiles, celles des berges que les inondations mouillaient périodiquement. Le débit régularisé par les barrages, les crues disparaîtront en aval et avec elles l'agriculture de décrue ; en amont les gros besoins des centrales risquent de contraindre à limiter les prélèvements d'eau de l'irrigation. Cette intervention provoquée par la croissance des besoins énergétiques des villes du Nordeste est en partie liée à leur industrialisation qui s'affirme, mais surtout au gonflement de leur population, qu'iront sans doute grossir les ruraux de la vallée déracinés par les aménagements qui ne leur laissent pas de place.

24Au total, tous ces aménagements que les villes mettent en place dans la vallée du Sao Francisco tendent à en faire un simple réservoir de main-d'œuvre et un lieu d'extraction de produits qui leur parviennent à peine élaborés. Les villes, à défaut de s'être transportées à la campagne, en ont pris le plus étroit contrôle.

Légende de la carte
1. Aire prioritaire de la Codevasf comportant un ou plusieurs périmètres irrigués.
2. Autre aire prioritaire.
3. Barrage et lac de barrage.
4. Principales routes.

Notes

1 Par une équipe de l'Université fédérale de Minas Gerais et dont les résultats ont été publiés dans les Cadernos de CEAS, no 44, pp. 38-52.

2 Sur ce problème et sur les caractères généraux de l'aménagement du Sao Francisco, voir notre article à paraître dans les Annales de Géographie : "La vallée de Sao Francisco, une région sous-développée et sa mise en valeur".

Table des illustrations

Légende Légende de la carte1. Aire prioritaire de la Codevasf comportant un ou plusieurs périmètres irrigués.2. Autre aire prioritaire.3. Barrage et lac de barrage.4. Principales routes.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter