Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Introduction. Paysanneries, encadrements et encadreurs

Introduction*

C. Bataillon et R. Gaignard

Texte intégral

  • * Le présent texte, partant d’une courte note diffusée lors du séminaire, est nourri de remarques, r (...)

1Le thème de l'encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation est apparu particulièrement pertinent parce que c'est dans ces zones que luit l'espoir d'une solution à deux problèmes majeurs des campagnes du Tiers Monde : accroître la production agricole et trouver que faire d'une population rurale en surnombre qui ne cesse de s'accroître dans la majorité des pays.

2Il semble inutile de préciser ici ce qu'est cet encadrement ; les formules de J.P. Raison au début de sa communication y suffisant largement. Ajoutons simplement que c'est dans les zones de colonisation que le concept se simplifie et semble montrer ses aspects les plus positifs : en l'absence supposée de cadres traditionnels issus de la paysannerie, face à un maillage d'administration territoriale récent, rudimentaire et lâche, ce sont les aménageurs de la colonisation qui mettent sur pied les organismes nouveaux nécessaires, en donnant la prépondérance aux techniciens sur les politiques, afin de façonner les hommes et le territoire dans un but productif.

3D'emblée, ce schéma mérite d'être nuancé : le vide initial des zones pionnières est généralement très relatif et toute opération de colonisation doit tenir compte des populations déjà en place, soit qu'il faille les cantonner en marge du périmètre - si elles sont considérées comme inassimilables -, soit qu'on se doive de les intégrer au projet.

4En corollaire, ii faut être attentif à la provenance et au mode de recrutement des migrants, dans la mesure même où l'encadrement peut commencer dès la zone de départ. En fait, mis à part l'exemple décrit par Blanadet en Asie du Sud-est, le recrutement de migrants que l'on transporte vers la zone neuve est exceptionnel et ces transferts ne portent alors que sur des effectifs humains très limités (des centaines de familles plus souvent que des milliers). Plus souvent, quand des colons proviennent effectivement de secteurs extérieurs au périmètre aménagé, ceux-ci sont arrivés par leurs propres moyens, avec ou sans l'aveu des organisateurs, depuis des zones peu éloignées qui ne sont pas nécessairement "surpeuplées", mais où les possibilités d'emploi n'égalaient pas ce qu'on espère en zone de colonisation.

5La plupart des expériences décrites dans ce séminaire se rapportent à l'Amérique Latine : certains pays connaissent ici un capitalisme dynamique - le Brésil entre autres - et tous ont connu l'installation précoce de la propriété privée sous forme de latifundia de très grandes dimensions, comptés en dizaines et centaines de milliers d'hectares. Cette situation rend plus conflictuelle toute opération de colonisation, soit qu'elle la reporte en zones forestières éloignées restées non appropriées, soit qu'elle l'intègre dans le cadre du grand domaine privé et à son profit. On peut constater que les Etats latino-américains, vieux de plus d'un siècle, ont une marge d'initiative non négligeable dans leur politique d'encadrement des paysans en zone pionnière. Inversement, la dynamique des groupes ethniques, fondamentale en Afrique dans les colonisations de "terres neuves", reste un élément mineur, en Amérique Latine, si l'on envisage la masse de territoires en voie de colonisation ; cependant des groupes indigènes manifestent leur originalité ou leur cohésion, tant ceux de la forêt - quand ils en ont exceptionnellement la possibilité - que ceux des montagnes andines ou méso-américaines. Notons que notre échantillon de comparaison hors de l'Amérique Latine reste limité pour l'Asie et que nous manquons d'analyses des opérations de colonisation agricole reposant sur la maîtrise de l'eau entreprises dans le Sahel africain et dans le monde arabe.

I. LA RAISON DE L’ENCADREMENT ET DES ENCADREURS

6Les opérations de colonisation et leur encadrement sont le fait des Etats, en fonction de schémas techniques de modernisation. La nature des projets, la pratique de ceux qui les conduisent méritent une première série d'examens.

71. Le pourquoi de l'établissement des projets est déjà souvent significatif. Les buts généraux évoqués au début de ce texte,-produire, soulager les zones rurales surpeuplées - sont en effet loin d'arriver en première ligne. La colonisation se révèle d'abord urgente dans des zones frontalières où se manifeste - en face - le dynamisme d'un peuplement (dirigé ou non) capable de combler le vide d'un no mans' land. Le Brésil en Amazonie, le Paraguay et la Bolivie, face aux Brésiliens, le Guatemala face aux Mexicains, le Panama face aux Costariciens et aux Colombiens, se sentent tenus d'occuper leur territoire national.

8Des projets naissent ensuite de la nécessité de protéger l'espace qui entoure de grands projets miniers ou énergétiques : si des populations sont déjà implantées, leur pratique agricole peut faire craindre une érosion des sols catastrophique pour un barrage de retenue. Mais surtout ces grands projets nécessitent une infrastructure de communications qui ne manquera pas d'attirer, si on n'y met le holà, un afflux plus dangereux encore de colons venus spontanément et mai contrôlés. La colonisation sera donc regroupement des paysans-ou des groupes indigènes que l'on veut transformer en paysans - sur des secteurs limités pour préserver des réserves naturelles, tant dans le bassin du Grijalva mexicain qu'en Guyane vénézuélienne.

9Puis seulement viennent les politiques démographiques de peuplement, plus souvent déployées pour assurer l'occupation ordonnée de secteurs où démarre spontanément une colonisation d'individus qui vont créer des conflits en se heurtant au latifundium installé, en Amazonie brésilienne par exemple.

10Enfin, les opérations de peuplement principalement destinées à la production agricole nécessitent de gros investissements dont les périmètres irrigués forment un exemple lourd. La production commercialisée pour un marché national ou international doit assurer la rentabilité de tels projets ; il convient donc de limiter soigneusement le nombre des colons qui, s'ils sont petitement dotés en terres et en capitaux, sont contraints de se tourner vers les cultures de subsistance.

112. Le mode d'organisation - l'encadrement proprement dit - est, avons-nous dit, essentiellement technicien dans les zones de colonisation. C'est un peu plus tard que nous aurons à revoir comment cette organisation s'articule avec les autorités, traditionnelles ou non, issues de la paysannerie elle-même. Notons que l'encadrement technicien peut malgré tout faire défaut, ce qui laisse les populations dans un profond dénuément, d'autant plus qu'elles sont récemment implantées et que de ce fait elles n'ont pu se créer leurs propres autorités : situations qui se présentent tant au Guatemala et au Paraguay qu'en Afrique Noire.

12Quelle est la part respective des échelons locaux des administrations "sectorielles" nationales et des "compagnies" intégrant pour un projet l'ensemble des actions d'encadrement ? Les cas diffèrent notablement selon les pays et la puissance de leur appareil d'Etat. Mexique, Brésil semblent agir en projetant leurs différentes administrations - souvent mal coordonnées - dans les opérations de colonisation. Selon le milieu d'accueil une même administration aura des capacités très différentes sur le plan local ou régional : inefficace et isolée dans un milieu socialement et techniquement trop pauvre, réutilisée et récupérée à leur profit par certaines couches sociales ou certains cadres locaux ailleurs, capable de généraliser efficacement un changement prévu dans les milieux les plus favorables. Les projets spécifiques intégrés, disposant d'un bailleur de fonds unique (agence internationale souvent) et d'un encadrement d'experts souvent étrangers qui se concertent sous une seule direction, sont plus fréquents là où l'Etat a peu de traditions - peut-être au Vénézuéla ou à Panama - et peu de moyens propres - sans doute en Afrique Noire. Si la conduite d'un projet donné peut être ainsi plus sûre à moyen terme, les chances que celui-ci réussisse à se greffer sur le tissu régional ou national sont au contraire plus fragiles.

13Sans doute un indice du mode d'insertion d'un secteur de colonisation dans de plus vastes ensembles est le style du noyau urbain qu'il suscite ou transforme : enclave éphémère ou élément d'un maillage inter-connecté de centres de services plus ou moins solides, plus ou moins dynamiques.

143. Les hommes de l'encadrement nous montrent bien comment une opération de colonisation s'articule dans la société, qu'on peut à cette occasion mieux comprendre.

15Les cadres étrangers, "experts" et techniciens variés, prédominent certes dans les sociétés peu intégrées et dépourvues d'élites techniciennes, comme dans la plupart des pays d'Afrique Noire. Mais de tels experts sont nombreux dans les zones périphériques de l'"intérieur" du Vénézuéla ; et la demande est loin d'être négligeable pour de tels cadres dans le Chiapas mexicain : pays pétroliers riches, certes, mais aussi pays dont les cadres formés hésitent à trop s'éloigner de la capitale ou de la grande ville, où réside le pouvoir avec lequel des relations étroites sont nécessaires pour mener à bien une carrière.

16Le cadre local, surtout s'il est d'origine nationale, se bat de loin avec son bailleur de fonds, peut être avec ses homologues d'autres spécialités, sans doute avec ses supérieurs des instances provinciales et nationales. Son rôle parfois polyvalent par rapport à des administrations supérieures beaucoup plus finement sectorialisées, est rarement confortable. Si dans bien des zones pionnières les cadres techniques sont les plus nombreux, ce sont parfois les personnels chargés de contrôles répressifs qui prédominent, soit privés comme dans le nord colombien, soit cadres de l'armée comme en Amazonie brésilienne (mais ici l'armée est aussi engagée dans des tâches techniques de développement...) et agents du pouvoir centrai (politiques et policiers) au Paraguay.

  • 1 Voir par exemple E. Gorms en Actes du 42e Congrès international des américanistes, Tome I, pp. 415 (...)

17L'isolement physique et moral est le lot habituel de ces techniciens, dont Pebayle pour le Brésil évoque à la fois la compétence et la neurasthénie... Il n'empêche que dans bien des milieux paysans pauvres, les revenus salariaux des cadres forment en zone pionnière une masse importante voire majoritaire (et c'est une critique adressée à bien des projets que le coût relatif de leur encadrement par rapport au flux financier dont bénéficient les paysans). Ceci représente une position économique de poids pour assurer la pérennité de certains projets : commerces et services locaux dépendent plus de cette couche sociale locale que des paysans et l'élimination de ces salariés entraînerait celle des commerçants ou artisans qui se sont installés derrière eux. Les liens qui s'établissent sur le plan local peuvent aller plus loin : certains cadre salariés élaborent des projets d'entreprises individuelles, soit comme chefs d'entreprises agricoles moyennes ou grandes1, soit encore comme commerçants (grossistes d'entrants de l'agriculture ou de produits agricoles par exemple), soit simplement comme néo-latifundistes.

II. LES PAYSANNERIES ET L’ENCADREMENT EN ZONE DE COLONISATION

18Bien des déboires sont dus au fait que les paysans encadrés s'adaptent mal à une planification rigide à court terme. Celle-ci, tant pour les financements que pour les étapes de réalisation, dépasse rarement 5 ans, comme le rappelle J.P. Raison. Si les bailleurs de fonds veulent des résultats tangibles, ils les chercheront dans les équipements et aménagements réalisés, non dans les mentalités paysannes, qui, elles peuvent au mieux évoluer le temps d'une génération, soit une vingtaine d'années.

19Le dynamisme interne de la société paysanne ne peut donc être "programmé" dans le plan d'une zone de colonisation. Tout d'abord parce que la distribution des lots de terre une fois pour toute, avec généralement interdiction de les diviser ou de les aliéner, se heurte à une croissance démographique rapide, au moins égale le plus souvent à 3 % par an en raison de la fécondité de populations où prédominent les adultes jeunes. Ces taux sont plus forts si la mortalité est plus basse que dans le reste des zones rurales, en raison d'un encadrement sanitaire privilégié. A ceci s'ajoute avec le temps la différenciation sociale que nous envisageons ci-dessous. Par ailleurs l'encadrement technique, s'il est étoffé, est généralement prévu pour le développement d'une monoculture ou d'une culture dominante destinée à "rentabiliser le projet". Là où des solutions plus complexes sont envisagées recherchant un "développement intégral", c'est l'ensemble des activités qui est programmé de façon suffisamment rigide pour interdire les adaptations rapides et souples tant aux fluctuations de la conjoncture (locale ou lointaine) qu'aux besoins nouveaux du milieu paysan et aux initiatives qui en émanent. Les administrations ont rarement prévu l'indéterminé.

20Les projets de colonisation se réfèrent presque toujours à un projet de modelage d'hommes nouveaux : grâce à la formation technique toujours, parfois par une formation idéologique, les nouveaux agriculteurs sont censés rompre avec la coutûme et la routine. Exceptionnellement (Kenya évoqué par J.P. Raison) on formera des farmers, gros ou moyens agriculteurs. Le plus souvent on envisage de sélectionner de "bons paysans" assurant un peuplement stable, égalitaire grâce à la distribution de lots semblables. Si les moyens financiers le permettent, la tentation de livrer des logements "modernes" aux colons est grande : signe de mutation technique et moyen de contrôler la distribution normalisée de l'habitat. Souvent, on admettra que la famille paysanne assure sa nourriture directement, là où les cultures commerciales assurent par les ventes la possibilité d'acheter des biens de consommation industriels (vélo, meubles, habits, etc.) qui seront le signe de la croissance des niveaux de vie. Quel que soit le terme employé localement pour désigner l'organisme qui groupe les paysans-colons, sa traduction sera presque toujours la même : coopérative. Malgré des contenus très variables et de toute manière sans que l'union volontaire et la gestion autonome soient fréquentes, même si telle est la définition supposée de la coopérative'. Parfois le mot d'usage local se réfère à une institution collective traditionnelle (fokonolona à Madagascar, ejido au Mexique, Ujamaa en Tanzanie...).

21La société paysanne réelle connaît une dynamique différente dans les zones de colonisation : avec une "économie rurale fortement monétarisée (place des cultures commerciales, achats d'entrants) et adoptant des techniques complexes la différenciation sociale est particulièrement stimulée. Si elle existait pour les paysans avant leur insertion dans un projet, la communauté paysanne est ici particulièrement insaisissable et les clivages entre ceux qui réussissent et les autres sont vite marqués. De plus, un grand nombre de cultures nécessitent des "pointes de travail" et l'usage de main-d'œuvre temporaire généralement peu payée se généralise, même au profit de colons petits exploitants. Si le système foncier se veut rigide (ejido mexicain), il est mieux tourné qu'ailleurs dans les zones de colonisation "riches" (périmètres irrigués par exemple).

22Un aspect moderne de la société rurale est la syndicalisation des colons : à cette occasion apparaissent des leaders locaux et nous touchons ici aux aspects qui apparentent les colons à un prolétariat agricole. Même relativement bien lotis, ceux-ci, au moins juste après leur installation, sont parfois soutenus d'un salaire jusqu'à leur première récolte, ou reçoivent des avances calculées en journées de travail salarié nécessaires aux phases successives d'une culture : ce seront alors des revendications salariales qu'avanceront les colons si ces appuis financiers viennent à baisser ou disparaître. Le bailleur de fonds (banque publique en général) comme le technicien qui impose les travaux agricoles à exécuter pour telle culture seront considérés comme les patrons des colons.

23Mais cet aspect moderne n'empêche pas dans certains cas le maintien de cohésions sociales ethniques au sein d'une paysannerie transplantée : si les cas de ce genre abondent en Afrique, on en trouve aussi dans les zones indigènes du Oaxaca et du Chiapas mexicains ou des Andes. Certes, la réalisation d'un projet de colonisation au sein même d'une ethnie "primaire" est un cas exceptionnel, que R. Santana nous décrit en Amazonie équatorienne : ici le groupe a pu négocier avec l'Etat équatorien dans des conditions exceptionnellement favorables, à la fois grâce aux appuis étrangers (églises catholiques européennes) et parce que l'Etat équatorien se veut moins intégrateur que la plupart de ses voisins.

24Laissons ici la parole aux expériences de terrain.

Notes

1 Voir par exemple E. Gorms en Actes du 42e Congrès international des américanistes, Tome I, pp. 415-433, Factores socio-economicos como base para inovaciones agrocpeuarias : un perfil por la vertiente oriental de México (in Symposium Régions et Régionalisation en Amérique Latine).

Notes de fin

* Le présent texte, partant d’une courte note diffusée lors du séminaire, est nourri de remarques, réflexions, exemples recueillis durant les deux journées de celui-ci. Bien des vues synthétiques exprimées dans la communication de J.P. Raison, ci-dessous, s'appliquent à l'ensemble des problèmes traités ici ; à ceci près que le milieu de l'Afrique Noire ignore l'emprise du latifundium traditionnel (mais non de la grande plantation) et que ce continent, de par une histoire coloniale généralisée et très récente (plus encore dans les pays de langue portugaise qu'ailleurs) est très perméable aux modèles internationaux et à l'emprise néo-coloniale avec des Etats particulièrement faibles le plus souvent.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter