Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique latine

 | 
Romain Gaignard
, 
Claude Bataillon

Avant-propos

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1L'optique des géographes abordant les phénomènes pionniers a changé depuis une dizaine d'années : tout en multipliant comme par le passé les études locales et régionales, ils replacent la "Frontière" dans le cadre des espaces nationaux, insistent sur le rôle stratégique des terres neuves dans l'économie et la société des pays tropicaux. Ce rôle est essentiel dans les Amériques Latines, où la colonisation est ininterrompue depuis plus de quatre siècles, et où la conquête pionnière est le fondement même de l'organisation de l'espace et de la mentalité nationale, dans un pays comme le Brésil.

2La période récente est marquée par la généralisation de l'Intervention de l'Etat, promoteur, aménageur, entrepreneur, encadreur ; il organise de plus en plus les mouvements pionniers en fonction de ses objectifs de développement économique (nouvelles terres pour l'alimentation du marché urbain et pour l'exportation), de changement social (confusion fréquente entre colonisation et Réforme Agraire), et d'intégration du territoire national (occupation des espaces vides, implantations dans les zones frontalières).

3L'intervention des organismes publics techniques (extension agricole, hydraulique), financiers (banques publiques), politico-administratifs (Réforme Agraire), et des corporations de développement régional (SUDAM, C.V.G.,...) interfère désormais avec les actions classiques des grandes compagnies de colonisation privées, liées aux fronts de spéculation, ainsi qu'avec tous les mouvements de colonisation spontanée issus de zones de surpression démographique. Encadrement public et encadrement privé placent les paysanneries pionnières dans une trame de relations totalitaires reflétant leur dépendance vis-à-vis des centres de décision extérieurs, nationaux ou internationaux.

4La Table Ronde sur le thème de l'encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation reflète les préoccupations du groupe de chercheurs dirigés par M. Pierre Monbeig, dans le L.A. 111, qui ont travaillé depuis 10 ans en Amazonie brésilienne et péruvienne, dans l'Oriente bolivien, l'Oriente et la côte équatorienne, la Guayana Vénézuélienne, le Tropique Humide Mexicain. Elle est également le lieu de rencontre et de confrontation des chercheurs des équipes ayant participé à l'Action Thématique Programmée du C.N.R.S., sur l'Impact du Système Urbain dans les Campagnes du Tiers Monde : CEDRASEMI, CEGET, ERA 706, L.A. 111, RETIMO-GRAL, dont Claude Bataillon a assuré la coordination.

© Éditions de l’IHEAL, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter