Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Annexe no II. Problèmes méthodologiques posés par l'évaluation de la consommation énergétique

Texte intégral

1Les difficultés rencontrées lors de l’évaluation de la consommation énergétique du Brésil sont de deux ordres :

  • Insuffisance des informations statistiques brutes ;

  • Choix d’une unité d’évaluation commune à toutes les sources d’énergie.

2Mais avant d’aborder ces problèmes et d’indiquer la façon dont nous avons essayé de les résoudre il convient de définir la notion de consommation énergétique elle-même.

Section 1. — Définition de la consommation énergétique

  • 1 Cf. Naciones Unidas, La energia en America Latina, 1957-II/G/2 (244 p.), p. 7 et 8.

3La consommation d’énergie peut être évaluée à trois niveaux différents qui doivent être bien distingués1.

  1. La consommation brute recouvre la totalité de l’approvisionnement énergétique d’un pays comptabilisé au niveau de la production ou de l’importation ; elle comprend donc les quantités utilisées pour l’extraction, le transport et la transformation de l’énergie ;

    • 2 Soient les pertes en ligne pour l’électricité, la consommation de combustible par les centrales the (...)

    La consommation nette est celle dont disposent les utilisateurs avant emploi ; elle est obtenue en déduisant de la consommation brute l’énergie absorbée par le système de production et de transport2 ;

  2. La consommation effective, enfin, représente l’énergie dont a véritablement bénéficié l’économie nationale, compte tenu de la diversité de rendement des machines utilisatrices.

  • 3 Cf. Energy in the future, Van Nostrand Company, New York, 1953 (556 p.).
  • 4 Nous les empruntons à B.C. Mattos et J.C. Ribeiro, Importance de l’énergie..., op. cit., p. 444.

4Les écarts entre les trois évaluations varient certes d’un pays à l’autre mais restent toujours importants. Entre A et B, ils traduisent le degré d’efficacité du système d’approvisionnement énergétique, mais aussi, et ce facteur joue en sens inverse, sa plus ou moins grande extension. Une économie important la totalité de sa consommation énergétique et l’utilisant sur le lieu de débarquement peut obtenir une consommation nette très voisine de la brute, alors qu’un système plus complexe, et peut-être plus efficace (centrales thermiques modernes, réseau de transport bien conçu), verra l’écart s’accroître entre les deux évaluations. Entre B et C, la différence reflète la plus ou moins grande efficacité des installations utilisatrices, mais là encore l’interprétation n’est pas simple car, si le progrès technique contribue à la réduction de l’écart, la diversification de l’économie peut le freiner en faisant surgir de nouvelles utilisations plus dispendieuses. On conçoit bien l’intérêt de disposer de ces trois évaluations pour analyser de façon précise comment évolue la participation de telle ou telle forme d’énergie à la consommation totale. C’est ce qu’a tenté, par exemple, Palmer Putnam lorsque, multipliant l’input d’énergie (consommation brute) par un coefficient global d’efficacité, il obtient l’output d’énergie (consommation effective)3. Indiquons que les valeurs du coefficient auxquelles il parvient pour les cas extrêmes que sont ceux de l’Inde (0,06) et des Etats-Unis (0,30 en 1050) sont suffisamment éloignées pour faire saisir tout l’intérêt d’une évaluation en termes de consommation effective. Cependant, même pour un pays aussi riche en travaux scientifiques que les Etats-Unis, les bases d’évaluation du coefficient demeurent extrêmement fragiles ; à fortiori dans le cas du Brésil. Les incertitudes tenant à la seule évaluation en termes bruts restent trop grandes, comme nous allons le voir, pour que nous nous risquions à pousser plus loin l’analyse statistique en l’absence d’informations précises. De façon générale nous nous en sommes donc tenu à la notion de consommation brute ; lorsque à simple titre de référence elle est évoquée, la consommation effective a été calculée à l’aide des coefficients suivants dont il est inutile de rappeler le caractère très grossier4 :

Hydroélectricité (tous usages)

1,00

Charbon de bois (usages sidérurgiques)

0,50

Charbon minéral et produits pétroliers

0,20

Bois

0,05

5Indiquons enfin que dans tous les cas il s’agit d’une consommation apparente, c’est-à-dire compte non tenu des variations des stocks tant au niveau de la production que du réseau commercial et, à fortiori, de l’utilisateur. Une seule exception à ce principe concerne le charbon national : les écarts entre la production et les livraisons par les entreprises minières deviennent tels au cours de la dernière décennie qu’il eût été dangereux de ne pas en tenir compte. Ce sont donc les statistiques de livraison qui ont été retenues.

Section 2. — L’évaluation de la consommation en unités spécifiques

6La valeur de l’information statistique varie selon les périodes et selon les sources d’énergie envisagées. Aucune évaluation, à notre connaissance, ne remonte au-delà des premières années du siècle : c’est donc de 1900 que nous faisons partir nos séries. De quelles informations disposons-nous depuis cette date ?

  • 5 Gf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 90.
  • 6 Cf. Esbôco de un programa de desenvolvimento para a economia brasileira, Segunda redaçâo, Maio 1955 (...)
  • 7 Gf. Petroleo Brasileiro S.A., Boletim económico e estatístico, ano VII.
  • 8 Gf. I.B.G.E., O Brasil..., op. cit., p. 90 puis documents officiels de la Comissâo Executiva do Car (...)
  • 9 In Recursos minerais do Brasil..., op. cit., p. 59.

7Deux sources d’énergie ne soulèvent pas de très grandes difficultés. Importés en totalité jusqu’à une date récente, les hydrocarbures (essence, fuel, huile, diesel, kérosène, etc.) sont connus par les statistiques douanières jusqu’en 19395. Ces dernières sont ensuite reprises par l’étude du Groupe mixte B.N.D.E. - C.E.P.A.L. qui constitue le travail le plus sérieux effectué à ce jour sur la période 1939-19546. Pour les années les plus récentes, il suffit de se reporter aux publications officielles du C.N.P. et de Petrobras7. Si la connaissance des quantités de charbon importé ne présente pas plus de difficulté8, celle des livraisons par les houillères nationales n’est pas aussi simple, du moins pour les périodes les plus anciennes. De 1924 à nos jours nous avons pu les obtenir directement de la Comissâo Executiva do Carvâo Nacional ; pour les années antérieures (1912-1924), aucune information n’ayant été publiée, à notre connaissance, nous nous sommes efforcé de les reconstituer approximativement à partir d’un graphique qu’en donne Sylvio Froes Abreu9.

  • 10 Cf. toute la collection de la revue Aguas e Energia eletrica.

8Ce n’est cependant qu’avec l’hydroélectricité que les véritables difficultés commencent. La période postérieure à 1939 est bien connue10, celle qui l’a précédée l’est moins. En l’absence de toute statistique de production ou de consommation, nous n’avons pu nous appuyer que sur l’évolution de la puissance installée qui, elle, est connue, mais de dix ans en dix ans seulement. Deux hypothèses ont alors été faites :

  1. Que la durée d’utilisation moyenne n’a cessé de s’élever jusqu’à atteindre les 3 000 heures qui sont réellement effectuées en 1939, d’où une progression de 2 000 heures (1883-1900), 2 500 heures (1900-1920), 2 700 heures (1920-1930) et 3 000 heures (1930-1939) ;

  2. Qu’au cours de chaque décennie la croissance de la production a été constante.

9Le caractère arbitraire de l’une et l’autre hypothèse ne nous a pas échappé ; notons cependant que l’élévation de la durée d’utilisation est confirmée par de multiples témoignages. Pour limiter l’incidence des inévitables erreurs qu’elles impliquent, nous nous sommes efforcé, toutes les fois où cela est possible, de ne raisonner que sur l’évolution des puissances installées de 1883 à 1939.

  • 11 Il s’agit toujours des travaux du Groupe mixte B.N.D.E.-C.E.P.A.L.

10L’évaluation de la consommation d’énergie végétale soulève bien d’autres difficultés. Disposant d’une seule série homogène mais courte (1939-1954), nous avons dû l’utiliser bien que n’en connaissant pas la méthode d’établissement et en en soupçonnant l’inévitable incertitude11. Elle nous a donc servi de point d’appui aussi bien pour la consommation de bagasse que pour celle de charbon de bois et de bois, ce dernier ne comprenant pas évidemment les quantités qui sont carbonisées. Pour les années postérieures à 1954, deux hypothèses ont été faites :

    • 12 Ce qui est confirmé par l’étude de Friedrich-Werner Mollenkamp, Entwicklungsprobleme der brasiliani (...)

    Que la consommation de bois continue à se maintenir à peu près constante, ou en très léger déclin, ainsi qu’elle semble le faire depuis 195012 ;

    • 13 C’est ainsi que selon la Cia Belgo Mineira (documents sur l’usine de Monlevade) le rapport bois sur (...)

    Que la consommation de bagasse a crû avec la production de sucre dont elle est un sous-produit, et que celle de charbon de bois n’a crû que très faiblement, l’augmentation de la production de fonte au bois ayant été contrebalancée par une amélioration importante des rendements dans les installations les plus modernes13.

  • 14 Plano de electrificaçâo de Minas Gerais..., op. cit., tome 3, p. 16.

11Pour la période antérieure au second conflit mondial, l’incertitude est si grande que nous avons renoncé à reconstituer une évolution année par année, pour nous limiter à fournir un ordre de grandeur raisonnable de la consommation globale de bois au début de chaque décennie. La seule indication disponible est tirée des travaux de l’ingénieur Lucas Lopes14 : à partir d’une enquête effectuée dans le Minas Gerais, il observe que hors des zones atteintes par l’industrie, la consommation de bois par habitant s’élève à 2 m3 par tête/an et que les écarts autour de cette moyenne sont très faibles. Autre phénomène intéressant : il ne relève aucune corrélation entre cette consommation et l’existence de forêts, ce qui permettrait d’étendre son évaluation aux autres régions moins bien pourvues en forêts que le Minas. Si les variations climatiques interviennent probablement peu puisque le bois est essentiellement utilisé pour la cuisson des aliments, d’autres facteurs par contre ne peuvent être négligés. Quels sont-ils ? En premier lieu, l'évolution démographique, c’est-à-dire le quintuplement de la population totale en 60 ans. On peut admettre qu’elle constitue l’explication essentielle, sur laquelle s’en greffent deux autres aux effets opposés. L’urbanisation freine la croissance de la consommation végétale en lui substituant gaz et électricité. En 1940, 21 % de la population brésilienne vit dans des villes de plus de 5 000 habitants, mais sur ce total combien de personnes ont abandonné le bois ? Une partie des citadins de Sâo Paulo, Rio de Janeiro, Niteroi, Porto Alegre..., etc., sans doute, qui bénéficient de l’approvisionnement en gaz d’usine, mais qu’en est-il des autres villes ? L’électricité ne satisfait le plus souvent que les besoins d’éclairage, et la diffusion des alcools ou dérivés pétroliers à usage domestique n’a pu entamer sérieusement la place des combustibles végétaux qui restent seuls accessibles à la plus grande partie de la population.

  • 15 Ils ne l’ont peut-être pas obtenu différemment, mais en l’absence d’un exposé des méthodes utilisée (...)

12Inversement, de nouveaux débouchés sont apparus pour le bois au cours de la période, parmi lesquels deux doivent être privilégiés : la sidérurgie et les chemins de fer. Pour la première nous savons qu’une tonne de fonte exige 5 tonnes de charbon de bois, coefficient que nous pouvons supposer approximativement constant sur l’ensemble de la période, même si, le progrès technique jouant, il a pu être légèrement plus élevé en début de période. Sur la base de 10 m3 ou 4 tonnes de bois pour une tonne de charbon de bois nous obtenons, en fonction de la production de fonte, la consommation retracée dans le tableau suivant. On voit que même si nous la doublions pour tenir compte des pertes, du transport et de la consommation des services auxiliaires de la sidérurgie, elle ne constituerait jamais qu’une faible part de la consommation supposée des ménages au début de la période. Remarquons qu’en 1940 elle serait légèrement supérieure à l’évaluation du groupe mixte B.N.D.E. - C.E.P.A.L. qui compte 720 000 tonnes de charbon de bois, soit 2 880 000 t15.

  • 16 Cf. Plano do carvâo nacional..., op. cit., p. 231.
  • 17 Cf. A missâo Cooke..., op. cit., p. 154 et suiv.

13Plus mal connue encore, la consommation de bois par les chemins de fer nous réduit, pour l’évaluer, à une série d’hypothèses dont fort heureusement la convergence nous rassure. Que représente-t-elle à l’issue de la période ? La moitié du trafic ferroviaire environ16. L’autre moitié est assurée par le charbon minéral, soit, en 1939, 44 % de la production nationale et 53 % des importations, c’est-à-dire 360 000 t de l’un et 732 000 t de l’autre17. Compte tenu de leur pouvoir calorifique différent, la consommation s’élèverait donc à : 360 000 x 5 500,103 kcal + 732 000 X 7 500,103 kcal = 7 470 x 109 kcal.

  • 18 B.C. de Mattos et J.C. Ribeiro, in Importance de l’énergie..., op. cit., p. 444, indique un rendeme (...)

14D’un montant théorique égal, la consommation de bois pourrait donc être de 7 440 X 109 kcal : 3 500 kcal = 2 millions de tonnes. On sait cependant que les rendements du bois dans les chemins de fer sont inférieurs d’au moins 50 % à ceux du charbon minéral, ce qui pourrait porter la consommation du premier à 4 millions de tonnes environ18. Rapportée au kilométrage de voie ferrée dont dispose le Brésil en 1939, cette consommation s’élèverait donc à 117 t/an par km.

  • 19 Cf. Enq. Lucas Lopes, Plano Ferroviario..., op. cit., p. 190.
  • 20 Cf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 61.
  • 21 Cf. chapitre I.

15Pouvons-nous contrôler cette hypothèse ? La seule information précise dont nous disposions concerne la consommation de la Rede Mineira de Viaçâo dans l’Etat du Minas Gerais19 : pour 4 000 km de voies, elle consomme, en 1938, 986 645 m3 de bois ou 395 000 tonnes environ, soit 99 t/an par km en moyenne. Compte tenu du caractère très grossier des hypothèses, on voit que les résultats peuvent être considérés comme convergents autour du chiffre de 100 t/an par km en 1939. Comment a évolué cette consommation au cours des 40 premières années du siècle ? Deux facteurs doivent être pris en considération : les variations du trafic et les substitutions énergétiques. En se basant sur le transport de marchandises qui constitue l’activité la plus importante des chemins de fer brésiliens et reflète assez fidèlement l’évolution de leur trafic, on peut estimer que ce dernier a quadruplé par km de voie installée entre 1900 et 194020. Il est néanmoins probable que la croissance de la consommation ait été moins que proportionnelle à celle du trafic, car les machines se sont améliorées, les wagons agrandis et la charge moyenne par train élevée, ce qui nous conduit à adopter une variation de 50 à 100 t/km/an. Quant à l’incidence éventuelle de substitution bois-charbon, il ne nous est pas possible d’en tenir compte en l’absence de toute information, mais on peut penser qu’elle n’a pas altéré profondément la tendance21.

TABLEAU No 101. Evolution supposée de la consommation de bois par la sidérurgie.

Production de fonte (en tonnes)

Consommation (en 1 000 de bois t)

1900

700

14,00

1901

350

19,00

1902

1 200

24,00

1903

1 480

29,60

1904

1 770

34,40

1905

1 980

39,60

1906

2 220

44,40

1907

2 480

49,60

1908

2 720

54,40

1909

3 000

60,00

1910

3 600

72,00

1911

4 250

85,00

1912

4 900

98,00

1913

5 550

101,00

1914

6 200

124,00

1915

6 800

136,00

1916

7 450

149,00

1917

8 100

162,00

1918

8 750

175,00

1919

9 300

186,00

1920

10 000

200,00

1921

14 000

280,00

1922

18 000

360,00

1923

22 000

440,00

1924

26 000

520,00

1925

30 046

600,00

1926

21 299

426,00

1927

15 353

306,00

1928

25 761

514,00

1929

33 707

674,00

1930

35 305

706,00

1931

28 114

562,00

1932

28 809

576,00

1933

46 774

936,00

1934

58 559

1 172,00

1935

64 082

1 280,00

1936

78 419

1 568,00

1937

98 101

1 962,00

1938

122 352

2 446,00

1939

160 016

3 200,00

  • 22 Nous pensons particulièrement aux petites centrales thermiques de municipe.

16Enfin, nous avons ajouté un poste bagasse et divers pour tenir compte de toutes les utilisations, dont celles de la bagasse, qui n’ont pas été comptabilisées ailleurs22. Son évolution a été supposée croissante jusqu’en 1920, en relation avec le développement rapide des industries de consommation et de l’électrification, alors même que l’approvisionnement extérieur en autres formes d’énergie fait défaut.

17Au total, et compte tenu de toutes les réserves qui ont été exprimées à propos de chacune des hypothèses, on peut esquisser les grandes lignes d’évolution de la consommation d’énergie végétale jusqu’en 1939.

Tableau No 102. — Evolution supposée de la consommation d’énergie végétale (en 1 000 t).

Tableau No 102. — Evolution supposée de la consommation d’énergie végétale (en 1 000 t).
  • 23 L’évolution démographique est la suivante :
    1900…..17 984 000
    1910…..22 216 000
    1920…..27 404 000
    1930… (...)

Note 2323

18Quelques observations s’imposent :

  1. Nous n’avons pas tenu compte des effets de l’urbanisation sur la consommation des ménages en les supposant trop faibles sur l’ensemble du territoire pour affecter de façon significative la consommation globale de bois ;

  2. Le chiffre auquel nous parvenons en 1939 n’est pas éloigné, compte tenu de la marge d’erreur que nous pouvons accepter dans ce genre d’évaluation, de celui que retient le Groupe mixte B.N.D.E.-C.E.P.A.L. (40 403 000 t).

Section 3. — Le choix d’une unité de compte

19Il se pose à deux niveaux d’évaluation : celle en unités spécifiques et celle en une unité commune à toutes les formes d’énergie.

  • 24 Lucas Lopes, Balanço energetico..., op. cit., p. 27.
  • 25 C’est le coefficient le plus fréquemment retenu. Cf. B.C. de Mattos et J.C. Ribeiro..., op. cit., p (...)

20Dans le premier cas, seul le bois soulève un problème. L’unité de volume (le m3) par laquelle sa consommation est le plus souvent mesurée ne facilite pas les conversions ultérieures dont les coefficients sont donnés en unité de poids. Or, la densité du bois varie considérablement, non seulement en fonction de sa qualité mais de sa localisation, de l’époque à laquelle il est abattu, etc. C’est ainsi qu’au Brésil, si l’on ne retient que le premier facteur de variation, on rencontrera de l’eucalyptus à 450 kg le m3 et du bois de forêt naturelle à 300 kg seulement24. En retenant 400 kg/m3 nous avons donc choisi une moyenne, mais on n’en oubliera pas le caractère assez arbitraire25.

21La conversion de toutes les formes d’énergie en une unité commune n’est pas moins délicate. A son sujet, il convient de distinguer le problème des combustibles et celui de l’hydroélectricité.

  • 26 C’est la solution retenue par la C.E.P.A.L. Cf. Naciones Unidas, La energia en America Latina..., o (...)

22Si, en Europe et aux Etats-Unis où le charbon a longtemps dominé l’approvisionnement énergétique, la tonne équivalent charbon (T.E.C.) a pu demeurer l’unité de compte la plus fréquemment utilisée, il ne peut en aller ainsi dans les pays d’Amérique latine où précisément cette forme d’énergie est la moins employée parce que les gisements y sont rares et souvent pauvres. On peut donc adopter soit la tonne de pétrole brut26, soit le kWh, mais dans l’un et l’autre cas l’on passe par l’intermédiaire du pouvoir calorifique de chaque combustible, aussi peut-on aussi bien retenir le kcal comme unité de compte. Mais quel pouvoir calorifique affecter à chacun ? Après avoir comparé plusieurs méthodes de conversion pratiquées au Brésil, nous avons finalement retenu les coefficients suivants en kcal/kg :

Pétrole brut

10 000

Essence avion

10 500

Essence ordinaire

10100

Kérosène

9 900

Gas-oil et fuel

9 700

Charbon importé

7 500

Charbon national

5 500

Charbon de bois

7 500

Bois

3 500

Bagasse

2 000

  • 27 Cf. Enq. Lucas Lopes, B.C. de Mattos, J.C. Ribeiro..., dont les œuvres ont été citées.

23On notera que le coefficient affecté à l’essence est probablement surévalué, car le Brésil utilise un carburant auto dans lequel l’alcool anhydre et l’alcool hydraté entrent dans une proportion de 13 % environ. Nous n’avons pu en tenir compte, car nous ne savons si les statistiques portent sur l’essence pure ou sur l’essence additionnée. Par ailleurs, le coefficient de 5 500 appliqué au charbon national peut paraître lui aussi légèrement excessif : la plupart des auteurs brésiliens dont les évaluations sont déjà anciennes retiennent plutôt 5 000 kcal27. En fait, 5 500 se justifie surtout pour les années récentes si l’on tient compte de la part croissante dans l’approvisionnement brésilien des charbons lavés originaires de Santa Catarina.

  • 28 Ces coefficients sont probablement trop faibles pour l’Amérique latine. Ainsi la C.E.P.A.L. ne reti (...)

24Reste l’insoluble problème de l’hydroélectricité. On peut théoriquement choisir entre deux méthodes, mais l’on sait qu’aucune n’est satisfaisante. La première consiste à convertir l’hydroélectricité en calories sur la base de son pouvoir calorifique théorique de 860 kcal/kWh ; elle présente l’avantage de ne pas altérer le trend puisque chaque kWh entre dans la consommation annuelle avec la même pondération, mais elle fausse sensiblement la signification de la structure énergétique en minimisant la contribution de l’hydroélectricité. L’autre méthode consiste à remplacer chaque kWh par le pouvoir calorifique de la quantité de combustible qu’il a permis d’économiser. Si elle aboutit à un résultat plus correct, surtout dans l’optique de la consommation brute d’énergie, elle est par contre plus difficile à mettre en œuvre puisqu’elle suppose que l’on connaisse, année par année, la consommation spécifique de la centrale thermique type qui aurait été utilisée. Nous ne disposons d’aucune information suffisamment précise pour le faire, aussi avons-nous retenu à titre principal la première méthode. Il n’était cependant pas sans intérêt d’évaluer, même de façon assez arbitraire, la contribution effective de l’hydroélectricité. Nous l’avons essayé en appliquant au Brésil l’évolution de la consommation spécifique des centrales thermiques nord-américaines qui décroît de 3,85 kg de charbon à 7 500 kcal en 1890 à 0,380 grammes en 196028. On peut ainsi observer à partir du tableau suivant que la diminution rapide des consommations spécifiques n’empêche pas une croissance rapide de la contribution hydroélectrique.

Tableau No 103. — Evaluation de la contribution effective de l’hydroélectricité à l’approvisionnement énergétique brésilien (en 1012 kcal).

Production hydroélectrique en 106 kWh

Coeff. de conversion retenu

Equivalence en 1012 kcal

1900

13,8

3,10

0,323

1001

16,0

»

0,372

1902

23,0

»

0,535

1903

32,0

»

0,744

1904

45,0

»

1,046

1905

63,0

2,65

1,252

1906

89,0

»

1,768

1907

125.0

»

2,484

1908

174,0

»

3,458

1909

245,0

»

4,869

1910

344,7

2,20

5,687

1911

355,0

»

5,857

1912

386,0

»

6,369

1913

420,0

»

6,930

1914

457,0

»

7,540

1915

497,0

1,78

6,635

1916

540,0

»

7,209

1917

587,0

»

7,836

1918

638,0

»

8,517

1919

694.0

»

9,264

1920

755,0

1,42

8,040

1921

813,0

»

8,658

1922

850,0

»

9,052

1923

880,0

»

9,372

1924

910,0

»

9,691

1925

987,0

0,94

6,958

1926

1 071,0

»

7,550

1927

1 162,0

»

8,192

1928

1 260,0

»

8,883

1929

1 367,0

»

9,637

1930

1 482,5

0,77

8,561

1931

1 530,0

0,77

8,835

1932

1 600,0

»

9,240

1933

1 675,0

»

9,673

1934

1 761,0

»

10,170

1935

1 852,0

0,65

9,028

1936

1 947,0

»

9,492

1937

2 048,0

»

9,984

1938

2 153,0

»

10,496

1939

2 264,1

»

11,037

1940

2 255,8

0,59

9,982

1941

2 780,1

»

12,302

1942

3 022,9

»

13,376

1943

3 228,0

»

14,284

1944

3 546,6

»

15,694

1945

3 714,7

0,52

14,487

1946

4 102,3

»

15,999

1947

4 498,1

»

17,543

1948

5009,8

»

19,538

1949

5 554,2

»

21,661

1950

5 850,2

0,46

20,184

1951

6 305,5

»

21,754

1952

6 658,9

»

22,973

1953

6 858,3

»

23,661

1954

8 037,2

»

27,728

1955

10 759,3

0,42

33,892

1956

12 496,6

»

39,364

1957

13 519,5

»

42,586

1958

15 950,3

»

50,243

1959

16 485,3

»

51,929

1960

17 331,7

0,38

49,395

1961

17 840,0

»

50,844

1962

20 727,8

»

59,074

25L’évaluation de la consommation énergétique brésilienne à laquelle nous parvenons est présentée dans le tableau ci-joint en deux parties :

  • Dans la première, on trouve l’évolution de chaque forme d’énergie en unités spécifiques, c'est-à-dire en tonnes pour les combustibles et en kWh pour l’hydroélectricité ;

  • Dans la seconde, les unes et les autres ont été converties en 1012 x kcal sur la base que nous avons indiquée. Un double total a été effectué :

  • L’un, année par année, n’intéresse que les formes d’énergie dites commerciales, c’est-à-dire à l’exclusion des produits végétaux ;

  • L’autre, par décennies seulement jusqu’en 1939, couvre l’ensemble de la consommation énergétique.

26Notons que malgré le degré élevé d’incertitude inhérent à ce genre d’évaluation, il serait possible de l’améliorer considérablement si nous disposions d’informations précises sur l’évolution de la consommation des chemins de fer, des petites centrales thermiques et de l’industrie sucrière.

Tableau no 104. – Brésil : Evolution globale de la consommation énergétique apparente.

Tableau no 104. – Brésil : Evolution globale de la consommation énergétique apparente.

Notes

1 Cf. Naciones Unidas, La energia en America Latina, 1957-II/G/2 (244 p.), p. 7 et 8.

2 Soient les pertes en ligne pour l’électricité, la consommation de combustible par les centrales thermiques, les raffineries, les installations de traitement de charbon, etc.

3 Cf. Energy in the future, Van Nostrand Company, New York, 1953 (556 p.).

4 Nous les empruntons à B.C. Mattos et J.C. Ribeiro, Importance de l’énergie..., op. cit., p. 444.

5 Gf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 90.

6 Cf. Esbôco de un programa de desenvolvimento para a economia brasileira, Segunda redaçâo, Maio 1955, ronéotypé.

7 Gf. Petroleo Brasileiro S.A., Boletim económico e estatístico, ano VII.

8 Gf. I.B.G.E., O Brasil..., op. cit., p. 90 puis documents officiels de la Comissâo Executiva do Carvâo Nacional.

9 In Recursos minerais do Brasil..., op. cit., p. 59.

10 Cf. toute la collection de la revue Aguas e Energia eletrica.

11 Il s’agit toujours des travaux du Groupe mixte B.N.D.E.-C.E.P.A.L.

12 Ce qui est confirmé par l’étude de Friedrich-Werner Mollenkamp, Entwicklungsprobleme der brasilianischen energiewirtschaft, Rio de Janeiro, 1962 (207 p.), p. 48.

13 C’est ainsi que selon la Cia Belgo Mineira (documents sur l’usine de Monlevade) le rapport bois sur charbon de bois s’est abaissé à 2/1 et celui charbon de bois/fonte ne dépasse plus 1,2/1.

14 Plano de electrificaçâo de Minas Gerais..., op. cit., tome 3, p. 16.

15 Ils ne l’ont peut-être pas obtenu différemment, mais en l’absence d’un exposé des méthodes utilisées nous ne pouvons nous en assurer.

16 Cf. Plano do carvâo nacional..., op. cit., p. 231.

17 Cf. A missâo Cooke..., op. cit., p. 154 et suiv.

18 B.C. de Mattos et J.C. Ribeiro, in Importance de l’énergie..., op. cit., p. 444, indique un rendement de 5 % pour le charbon minéral et 2 % pour le bois employés dans les locomotives à vapeur.

19 Cf. Enq. Lucas Lopes, Plano Ferroviario..., op. cit., p. 190.

20 Cf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 61.

21 Cf. chapitre I.

22 Nous pensons particulièrement aux petites centrales thermiques de municipe.

23 L’évolution démographique est la suivante :
1900…..17 984 000
1910…..22 216 000
1920…..27 404 000
1930…..33 568 000
1939…..40 289 000

24 Lucas Lopes, Balanço energetico..., op. cit., p. 27.

25 C’est le coefficient le plus fréquemment retenu. Cf. B.C. de Mattos et J.C. Ribeiro..., op. cit., p. 451 ; F.W. Mollenkamp..., op. cit., p. 48.

26 C’est la solution retenue par la C.E.P.A.L. Cf. Naciones Unidas, La energia en America Latina..., op. cit., p. 119.

27 Cf. Enq. Lucas Lopes, B.C. de Mattos, J.C. Ribeiro..., dont les œuvres ont été citées.

28 Ces coefficients sont probablement trop faibles pour l’Amérique latine. Ainsi la C.E.P.A.L. ne retient que 4 000 kcal/kWh en 1958-59 et 3 000 kcal/kWh en 1962-63. Cf. E.C.L.A., Economic survey of Latin America, vol. 2, E/CN. 12/696/Add. 1, juillet 1964, p. 168.

Table des illustrations

Titre Tableau No 102. — Evolution supposée de la consommation d’énergie végétale (en 1 000 t).
Légende Note 2323
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no 104. – Brésil : Evolution globale de la consommation énergétique apparente.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 465k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540