Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Deuxième partie. Conséquences énergétiques de l’industrialisation

Chapitre V. Les modifications structurelles de la consommation énergétique induites par l’industrialisation

Texte intégral

  • 1 Durant toute cette période, non seulement de nombreux utilisateurs domestiques ou industriels revie (...)

1Plus qu’en tout autre domaine, le second conflit mondial marque un tournant dans l’évolution de la consommation énergétique brésilienne. Le graphique ci-joint désigne clairement l’année 1946 comme point d’inflexion : à partir de cette date, non seulement le taux de croissance s’élève d’un seul coup, mais la structure du produit énergétique se transforme radicalement. On n’oubliera cependant pas le caractère partiellement artificiel de ce point d’inflexion qui correspond à la fin des hostilités. Ne serait-ce la rupture plus ou moins complète des échanges internationaux qui limite l’approvisionnement extérieur et les possibilités d’équipement intérieur, tout laisse à penser que les répercussions énergétiques du processus d’industrialisation amorcé au cours des années 30 se seraient manifestées plus tôt. L’augmentation de 20 % en quatre ans de la consommation de bois ne constitue qu’un faible indice des compressions que subit la demande pendant la durée des hostilités1. Plutôt qu’une année précise, c’est donc l’ensemble de la période de guerre qui doit être retenue comme point d’inflexion dans l’évolution de la consommation énergétique. La rupture d’avec les années antérieures est en effet complète : si, jusque-là, le quasi-monopole des produits végétaux n’avait pas été sérieusement entamé, il n’en va plus ainsi avec l’irruption des hydrocarbures dans l’économie brésilienne. Certes, la croissance de leur consommation a été accélérée par des facteurs conjoncturels tels que la politique des prix des produits pétroliers importés, mais l’on ne saurait se limiter à cette explication. Plus profondément, toute l’évolution de la consommation énergétique apparaît désormais liée à l’industrialisation du Brésil à travers la demande des industries elles-mêmes et celle des autres activités conduites à se restructurer à un niveau supérieur de productivité. En d’autres termes, nous verrons que si l’évolution des besoins énergétiques du secteur domestique et de celui des transports joue un rôle très important, elle n’est plus comme dans le passé indépendante du développement de l’industrie. Le fait que cette jonction ne s’effectue pas également dans tous les Etats brésiliens explique ainsi l’évolution des distorsions que nous observerons dans la répartition spatiale de la consommation énergétique. Ce schéma d’analyse nous conduit dès lors à examiner l’évolution de la consommation énergétique sous l’angle de trois modifications structurelles : celle du flux énergétique, celle de ses utilisations et celle de sa répartition dans l’espace brésilien.

Graphique no 5 - EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ENERGETIQUE GLOBALE (unité : 1012 Kcal.)

Graphique no 5 - EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ENERGETIQUE GLOBALE (unité : 1012 Kcal.)

Section 1. — Transformations de la structure de l’approvisionnement énergétique.

  • 2 Nous renvoyons toujours à l’Annexe 2 pour tous les problèmes méthodologiques.
  • 3 Cf. chapitre VI, 1re partie.
  • 4 Cf. sur ce point la 1re partie du chapitre VI.

2Le tableau suivant en retrace les grandes lignes. Bien qu’en valeur absolue, la consommation de produits végétaux (bois, bagasse, charbon végétal) semble s’être maintenue au même niveau, elle n’a cessé de décliner en valeur relative, passant de 82 % à la veille de la guerre et même 86 % en 1946 à 45 % en 19622. Le charbon minéral, qui n’a jamais occupé une place importante dans la consommation brésilienne, a suivi la même tendance puisque sa contribution diminue de 9 % en 1939 à 5 % en moyenne au début de la décennie soixante. Encore convient-il de noter que cette baisse a été plus accentuée pour le charbon étranger que pour le charbon national, ce dernier, malgré la crise qu’il traverse tout au long de la période3, s’étant progressivement substitué au premier. Le million de tonnes environ que le Brésil importe encore en 1962 est affecté aux 9/10e à la production sidérurgique et gazière pour laquelle la houille brésilienne ne présente pas toutes les caractéristiques voulues4. Restent les deux grands vainqueurs de cette transformation des structures énergétiques : l’hydroélectricité et les hydrocarbures. La part apparemment très minime qu’occupe la première dans le flux énergétique est liée, nous le savons, à un système de conversion défectueux qui ne pourrait être amélioré que moyennant un volume d’informations dont nous ne disposons pas. Cette réserve faite, la rapidité de sa croissance ne peut être sous-estimée : en passant de 2,2 à plus de 20 milliards de kWh entre 1939 et 1963, la consommation d’électricité a crû au même rythme que celle des dérivés pétroliers. Seuls les temps de cette croissance diffèrent : l’électricité ne pouvant être importée, sa consommation a été contenue jusqu’à ce que la production nationale s’industrialise à partir de 1954. Les dérivés pétroliers, par contre, envahissent le marché énergétique dès l’issue de la guerre, alors même que l’industrie brésilienne du pétrole reste embryonnaire et son développement après 1950 ne pourra qu’accélérer la tendance. Avec 44 % environ de la consommation d’énergie primaire en 1962, fuel, gas-oil et essence dépassent en pouvoir calorifique la quantité d’énergie végétale absorbée par le pays et constituent environ 80 % de l’approvisionnement en formes d’énergies dites commerciales.

Tableau No 50. — Evolution de la structure de la consommation énergétique en pourcentage sur la base de l’évaluation en 1012 kcal.

Tableau No 50. — Evolution de la structure de la consommation énergétique en pourcentage sur la base de l’évaluation en 1012 kcal.
  • 5 Les sources, les méthodes d’évaluation et le détail des conversions en 1012 kcal source par source (...)

Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 kcal5.

Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 kcal5.

Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 (suite).

Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 (suite).
  • 6 La part plus élevée de cette dernière s’explique par le système de conversion utilisé. Cf. E.C.L.A. (...)

3De ce dernier point de vue, la structure de la consommation énergétique du Brésil se révèle très voisine de celle de l’ensemble du continent sud-américain où, en 1963, les hydrocarbures représentent 81,5 %, les combustibles solides 6 % et l’hydroélectricité 12,5 %6.

  • 7 Nous avons choisi comme lieu de comparaison le port de Santos dans l'Etat de Sâo Paulo. Les prix, à (...)
  • 8 Nous manquons malheureusement de données pour poursuivre la comparaison de façon homogène après 195 (...)
  • 9 Ceci jusqu’à l’instruction 270 du 9 mai 1964 de la S.U.M.O.C. qui a supprimé les avantages de ce ta (...)
  • 10 Cf. Général Arthur Levy, Programa para a produçâo..., op. cit.

4Mais tous les produits pétroliers ne croissent pas au même rythme parce que différemment affectés par l’industrialisation. On peut observer sur les tableaux nos 2 et 3 que, malgré d’amples fluctuations annuelles, la part du kérosène a diminué de moitié, celle de l’essence a eu tendance à décliner, celle du fuel a peu varié, tandis que celle du diesel-oil a doublé et celle des autres dérivés, dont le gaz liquéfié, triplé en moyenne. En analysant plus loin l’évolution de la structure des utilisations, nous verrons que ces tendances reflètent à la fois les nouvelles directions de l’industrialisation brésilienne et les substitutions qu’elle a entraînées. Mais il convient auparavant de s’interroger sur les causes de cette domination rapide des hydrocarbures depuis la fin du second conflit mondial. A cette époque en effet le Brésil, qui ne produit pratiquement pas encore de pétrole, dispose de gisements charbonniers limités, mais en croissance, et de ressources forestières qu’il exploite depuis le début de la colonisation. Quels sont les facteurs qui ont conduit à leur substituer aussi rapidement des produits pétroliers nécessairement importés ? Les écarts de prix entre chaque forme d’énergie ont sans aucun doute joué un rôle important, mais il convient de n’interpréter ce facteur qu’avec prudence, en limitant sa portée aux usages et aux régions dans lesquelles la compétition s’est effectivement exercée. Doivent donc être exclus du champ d’action de ce facteur, non seulement les usages spécifiques tels l’emploi de carburant pour la traction routière ou l’utilisation de produits pétroliers à des fins domestiques (éclairage et cuisson des aliments), mais aussi tous ceux, spécifiques ou non, qui intéressent les zones les plus intérieures du Brésil où n’existent pas encore un véritable marché. Cela ne signifie évidemment pas que la consommation des dérivés pétroliers n’ait fait aucun progrès dans ces dernières régions ; nous savons au contraire que les produits raffinés s’y sont fréquemment substitués au bois, mais dans ce cas, c’est probablement moins un effet du prix du combustible lui-même que celui d’une économie liée à la possibilité d’installer un équipement plus moderne. Dans les régions industrialisées du Centre Sud, par contre, il ne fait aucun doute que les hydrocarbures destinés aux usages vapeur de l’industrie, à la traction ferroviaire et maritime aient bénéficié d’un net avantage de prix sur le charbon et dans certains cas le bois, avantage qui doit être ajouté à celui qui découle de leur commodité d’emploi et de leur rendement plus élevé pour le consommateur. Pour analyser ce problème de façon plus précise, nous nous sommes efforcés de réunir sur un même tableau quelques indications de prix, limitées mais homogènes7. Si l’on confronte les prix par unité de pouvoir calorifique, l’avantage du fuel sur le charbon apparaît nettement à partir de 1945 et ne cesse de s’accroître jusqu’en 19558. Comment expliquer cet écart ? La hausse continue des prix du charbon, nous le verrons plus loin, résulte des difficultés auxquelles se sont heurtées les houillères brésiliennes pour moderniser leurs méthodes d’exploitation et leurs moyens de transport depuis les Etats charbonniers du Sud jusqu’aux grands centres de consommation. Les bas prix des dérivés pétroliers, quant à eux, proviennent d’une double conjoncture favorable : la baisse et la stabilisation des prix internationaux, la politique cambiaire brésilienne. Sans reprendre ce dernier point qui a déjà été évoqué, rappelons que la stabilisation du taux de change à partir de 1939, puis l’institution en 1953 d’un taux préférentiel pour les importations de pétrole maintiennent les prix C.I.F. des dérivés pétroliers, en cruzeiros, à un niveau relativement bas9. Le développement du raffinage sur le territoire brésilien ne modifie d’ailleurs pas sensiblement cette situation puisque le C.N.P. adopte les prix d’importation comme base de tarification pour les ventes de dérivés pétroliers quelle qu’en soit la provenance10.

Tableau No 52. — Evolution de la structure de la consommation pétrolière en pourcentages sur la base de l’évaluation en poids.

Tableau No 52. — Evolution de la structure de la consommation pétrolière en pourcentages sur la base de l’évaluation en poids.
  • 11 Il s’agit évidemment de cruzeiros courants. La conversion en unités de pouvoir calorifique a été ef (...)

Tableau No 53. — Evolution comparée des prix du charbon national, du fuel et du gas-oil, à la tonne et à l’unité de pouvoir calorifique11.

Tableau No 53. — Evolution comparée des prix du charbon national, du fuel et du gas-oil, à la tonne et à l’unité de pouvoir calorifique11.
  • 12 Les prix du fuel et du gas-oil sont des moyennes, car les tarifs ont été modifiés plusieurs fois en (...)

Note 1012

Tableau No 54. — Evolution comparée des prix du bois et du charbon national de 1938 à 1948 (en Cr. courants).

Tableau No 54. — Evolution comparée des prix du bois et du charbon national de 1938 à 1948 (en Cr. courants).

5Avantage des produits pétroliers sur le charbon national, mais aussi sur le bois. Dans ce dernier cas, cependant, les écarts de prix en faveur du pétrole ne jouent pas également dans toutes les régions, tout au moins en début de période.

  • 13 Il s’agit du prix des combustibles rendus aux entrepôts de la Rede Mineira de Viação, dans le Minas (...)
  • 14 Cf. Grupo mixto B.N.D.E.-C.E.P.A.L., Esbôço de un programa..., op. cit.

6C’est ainsi que, même en prenant un prix de la calorie fuel inférieur à celui de la calorie charbon, et en tenant compte des faibles rendements à l’utilisation du bois, ce dernier demeure avantageux dans l’exemple cité ci-dessus13. On ne saurait cependant le tenir pour représentatif des zones côtières industrialisées où le bois devient rare et ne peut être amené que moyennant des frais de transport très élevés. Pour ces dernières, on peut synthétiser ainsi l’évolution des prix de l’énergie, de 1939 à 195114 :

Bois

+ 325 %

Charbon national

+ 225 %

Produits pétroliers

+ 64 %

  • 15 L’énergie, on le sait, ne constitue que très rarement un poste important dans la structure des coût (...)

7Ces écarts ne sont certainement pas étrangers à la très rapide progression des produits pétroliers, mais ils n’interviennent pas seuls. Dans un très grand nombre de cas, les substitutions d’énergie impliquent un changement des machines utilisatrices et il est peu probable que le seul prix du combustible, aussi avantageux soit-il, détermine ce changement15. Il semble donc qu’il faille surtout lier la transformation de la structure du produit énergétique à celle des utilisations, c’est-à-dire à l’apparition d’usagers nouveaux dans les secteurs industriels de base et à leurs effets d’entraînement sur les autres branches de l’activité économique.

Section 2. — Transformation de la structure des utilisations

8Un premier aperçu des conséquences de l’industrialisation sur la structure des utilisations énergétiques nous est fourni par le tableau ci-joint : en vingt années, la place occupée par l’industrie dans les débouchés énergétiques s’est considérablement accrue. On ne saurait cependant limiter l’analyse à ce seul aspect du problème : si l’industrialisation, selon la définition que nous avons choisie, est un phénomène total de restructuration, il convient d’étudier aussi ses répercussions énergétiques dans les autres secteurs tels que les transports et les utilisations finales étroitement liée à l’urbanisation.

  • 16 Les calculs ont été faits à partir des résultats de recensement industriel de 1950. Cf. I.B.G.E., C (...)
  • 17 Ces chiffres sont extraits du tableau no 56. Il s’agit de consommations spécifiques calculées pour (...)

9La croissance de la demande industrielle affecte toutes les branches énergétiques sans exception, mais toutes les industries n’ont pas joué le même rôle dans l’inflexion de la structure des utilisations qui en résulte. Il eût été du plus haut intérêt de pouvoir suivre, en valeur absolue, la demande de chacune d’elles. Les données faisant hélas défaut, nous n’avons pu retenir qu’une approche statique du problème en comparant les consommations spécifiques de chaque branche en 194916. Si la demande de charbon par l’industrie demeure faible, elle présente cependant de très nets écarts entre les industries du groupe 2 (transformation des minerais non métalliques : 8,90 t ; matériel de transport : 8,07 t ; industries extractives : 7,67 t ; papier carton : 6,22 t) et celles du groupe 1 parmi lesquelles le textile avec 3,35 t et les industries alimentaires avec 2,89 t viennent en tête17. La consommation des dérivés énergétiques du charbon minéral est encore plus dispersée : seule la métallurgie (qui comprend, rappelons-le, la sidérurgie), consomme en abondance du gaz de houille ; quant au coke, il n’est utilisé en quantité appréciable que par la métallurgie et les industries mécaniques. Or, c’est précisément le développement très rapide de la sidérurgie au coke à partir de 1946 qui entraîne certaines transformations fondamentales dans l’industrie charbonnière brésilienne, ainsi que nous le verrons au cours du chapitre ultérieur.

  • 18 Les conventions suivantes ont été adoptées pour l’élaboration du tableau :
    - Charbon national et cha (...)

Tableau No 55. — Evolution de la pourcentages18. structure des utilisations, en

Charbon

1940

1950

1960

Industrie

15

30

41

Transport

62

42

21

Energie secondaire

23

28

38

Produits pétroliers :

Industrie

17

26

25

Transport

38

54

54

Usages finals

10

6

8

Energie secondaire

35

14

13

Electricité :

Industrie

31

47

50

Transport

10

7

5

Usages finals

59

46

45

10Dans le groupe des hydrocarbures, le kérosène et l’essence ne présentent que peu d’intérêt : le premier n’est destiné qu’aux usages domestiques (éclairages ruraux), le second sert principalement aux transports routiers. Néanmoins, les consommations industrielles d’essence les plus élevées appartiennent encore aux industries extractives, à la transformation des minerais non métalliques et à la construction civile. L’utilisation du fuel par contre apparaît à la fois concentrée et dispersée : viennent en tête la transformation des minerais non métalliques (300 t), les services industriels d’utilité publique (163 t), le papier-carton (84 t), la métallurgie (50 t), l’industrie chimique (43 t) et celle du caoutchouc (40 t). Parmi les industries du groupe 1, seul le textile (30 t) et la fabrication de boissons (26 t) se rapprochent des consommations spécifiques du groupe 2.

11En 1949, l’énergie végétale n’occupe plus la place qui était la sienne vingt ans plus tôt ; néanmoins, bois et charbon de bois conservent une certaine importance dans l’approvisionnement énergétique de la sidérurgie (176,4 t de charbon végétal) et de la transformation des minerais non métalliques (4,54 t). L’une et l’autre industrie appartiennent encore au groupe no 2.

12La prééminence de ce dernier groupe est moins absolue pour l’électricité. Si l’on relève cependant, par ordre décroissant, toutes les consommations unitaires (en 1 000 kWh pour 1 million de Cr. 1939), on obtient : papier-carton (460), métallurgie (220), transformation des minerais non métalliques (193), extraction des produits minéraux (148), caoutchouc (126), chimie et pharmacie (125), services industriels d’utilité publique (123) et enfin, première industrie du groupe 1, le textile (111).

13On conçoit dès lors que l’apparition et la croissance rapide des industries d’équipement et de production des matières premières (acier, ciment, produits chimiques, etc.) aient exercé une forte pression à la hausse sur la consommation énergétique, et qu’elles aient joué un rôle plus déterminant que les substitutions du fuel au charbon ou au bois dans les unités industrielles déjà anciennes mais peu nombreuses et à consommation spécifique généralement basse. Mais à cette induction directe, il convient aussi d’ajouter celle qui utilise le canal des transports et de l’urbanisation.

14Les premiers en effet jouent un rôle décisif dans la croissance de la consommation d’hydrocarbures non seulement par le développement rapide des transports routiers, de l’aviation civile et du cabotage, mais par l’ampleur des substitutions qui s’opèrent en matière de traction ferroviaire (diesélisation). Ces dernières, particulièrement intenses à partir de 1950, expliquent la décroissance de la part du charbon affectée aux transports. Le fait qu’un tel phénomène ne transparaisse pas dans l’évolution des débouchés pétroliers tient à la compensation qui s’opère à partir de 1953 entre la croissance rapide des ventes de gas-oil et celle plus lente des ventes d’essence liée à la diminution des importations d’automobiles. Il est probable, encore que nous manquions d’informations pour analyser avec précision ce problème, que le bas prix des hydrocarbures ait accéléré la croissance de leur demande, mais il est non moins certain que l’expansion du secteur des transports sous toutes ses formes soit une conséquence directe de l’industrialisation. Axés principalement avant-guerre sur le transport des récoltes (caféières, sucrières, cotonnières) vers les ports, chemins de fer et véhicules routiers tendent de plus en plus, au cours de la période étudiée, à relier entre eux les grands centres de production et de consommation industrielle.

  • 19 Le développement de la consommation de gaz liquéfié peut être illustré par l’évolution du nombre de (...)

15Une autre incidence énergétique de l’industrialisation se manifeste à travers l’urbanisation particulièrement rapide dans les années qui suivent la guerre. Elle affecte cependant très inégalement les diverses branches et de toute façon apparaît mal dans une évaluation en termes d’énergie primaire. Les formes élaborées d’énergie l’emportent évidemment et, parmi elles, l’électricité et le gaz liquéfié19. En contrepartie l’importance relative du kérosène régresse au fur et à mesure que l’électrification s’étend.

16Mais précisément parce qu’elle est liée à l’industrialisation, la croissance de la consommation énergétique s’est opérée très inégalement sur l’ensemble du territoire brésilien.

Section 3. — Evolution de la consommation énergétique dans l’espace

17A défaut d’une comparaison des bilans énergétiques régionaux que la méconnaissance des consommations d’énergie végétale interdit de calculer, on peut esquisser l’évolution de la répartition dans l’espace des consommations d’électricité et de dérivés pétroliers, formes dominantes d’énergie commerciale. Les utilisations de charbon national en effet ne débordent pas les frontières des trois Etats du Sud, à l’exception d’une partie de celui de Santa Catarina qui approvisionne sidérurgie, usine à gaz et industries diverses dans la zone Sâo Paulo - Rio de Janeiro. Quant aux importations du même combustible, outre leur faible volume, elles n’approvisionnent aussi que le même noyau industriel.

  • 20 Charbon minéral, fuel, coke, charbon végétal : en tonnes par million de Cr., valeur 1939. Essence e (...)

Tableau No 56 – Consommation d’énergie par branches d’industries en 194920.

Tableau No 56 – Consommation d’énergie par branches d’industries en 194920.
  • 21 Liés par la présentation des statistiques pétrolières, nous avons dû utiliser le découpage géograph (...)

18L’extrême concentration spatiale de la consommation énergétique ne saurait nous étonner après qu’ait été analysé le modèle brésilien d’industrialisation. Tant pour les dérivés pétroliers que pour l’électricité, les Etats du Centre Sud, et parmi eux tout spécialement Sâo Paulo, dominent l’utilisation des formes d’énergie commerciale. Bien plus, le déséquilibre ainsi créé à leur profit tend à s’accentuer tout au long de la période étudiée21.

  • 22 Les seules statistiques disponibles se rapportent aux puissances installées. En l’absence d’interco (...)

19De sensibles différences apparaissent cependant entre les répartitions de la consommation de pétrole et celle d’électricité. Dans le cas de la seconde, la domination des Etats du Centre Sud est déjà bien établie avant le second conflit mondial et l’industrialisation n’a fait qu’accroître l’écart qui les sépare des régions septentrionales, centrales et nordestines, tout au moins jusqu’à la fin de la décennie cinquante22.

Tableau No 57. — Evolution de la puissance installée électrique par région, en 1930, 1940, 1950, 1961 (en MW et en pourcentages).

Tableau No 57. — Evolution de la puissance installée électrique par région, en 1930, 1940, 1950, 1961 (en MW et en pourcentages).
  • 23 Il faut ajouter à cette somme 451,3 MW qui n’ont pu être ventilés entre les régions.

Note2323

20Avec les dérivés pétroliers, le déséquilibre initial revêt moins d’ampleur mais il s’aggrave beaucoup plus vite : la croissance observée au cours des dix années qui suivent la guerre ne profite pratiquement qu’au Sud et au Centre Sud.

  • 24 Source : Rapports annuels du C.N.P.

Tableau No 58. — Evolution des consommations de dérivés pétroliers par régions, en 1944, 1954, 1961 (en tonnes et en pourcentages)24.

Tableau No 58. — Evolution des consommations de dérivés pétroliers par régions, en 1944, 1954, 1961 (en tonnes et en pourcentages)24.

21L’impact de l’industrialisation semble dans ce cas d’autant plus déterminant que les différences de prix ne jouent pas au profit des zones les plus industrialisées, ainsi qu’on peut l’observer sur le tableau suivant. Aussi bien en 1954 qu’en 1944 les ports du Nord et du Nordeste, plus proches des raffineries de la mer des Caraïbes que ceux du Sud et Centre Sud, bénéficient de dérivés pétroliers meilleur marché, mais ce seul facteur ne suffit ni à susciter la substitution des hydrocarbures aux énergies végétales, ni surtout à entraîner le développement d’industries et de moyens de transports. Le développement de la production de brut dans le Nordeste à partir de 1954 ne corrige pas le déséquilibre. Bien au contraire, le pétrole extrait à Bahia est en grande partie drainé vers Rio de Janeiro et Sâo Paulo où s’installent les grandes raffineries de Petrobras, dont nous analyserons plus loin les effets induits sur ces régions.

22A cette poussée de la consommation de formes d’énergie nouvelles répond, à partir de la décennie 1950, une industrialisation progressive du secteur énergétique, mais cette dernière s’effectue dans des conditions et selon des modalités fort variables d’une source d’énergie à l’autre.

  • 25 Les prix sont donnés au litre pour l’essence, à la tonne pour gas-oil et fuel-oil. Il s’agit de pri (...)

Tableau No 59. — Prix de vente comparés de divers dérivés pétroliers dans les grands centres urbains de chaque région (en cruzeiros courants)25.

Tableau No 59. — Prix de vente comparés de divers dérivés pétroliers dans les grands centres urbains de chaque région (en cruzeiros courants)25.

Notes

1 Durant toute cette période, non seulement de nombreux utilisateurs domestiques ou industriels reviennent aux produits végétaux, mais la pénurie d’énergie paralyse certaines industries et les contraint à ralentir leur activité, donc leur consommation.

2 Nous renvoyons toujours à l’Annexe 2 pour tous les problèmes méthodologiques.

3 Cf. chapitre VI, 1re partie.

4 Cf. sur ce point la 1re partie du chapitre VI.

5 Les sources, les méthodes d’évaluation et le détail des conversions en 1012 kcal source par source sont réunis en Annexe 2. On notera seulement que si l’évolution de la consommation d’électricité reproduite ci-dessus comprend celles d’origine hydraulique et thermique, seule la première figure évidemment dans les sommations en 1012 kcal et les données en pourcentage. Rappelons enfin qu’il s’agit d’une consommation brute apparente, c’est-à-dire comprenant l’autoconsommation et les pertes des systèmes électriques. En 1963, la consommation nette n’a atteint que 81 % de la consommation brute (cf. Annexe 2).

6 La part plus élevée de cette dernière s’explique par le système de conversion utilisé. Cf. E.C.L.A., Economie survey for Latin America..., op. cit., p. 168.

7 Nous avons choisi comme lieu de comparaison le port de Santos dans l'Etat de Sâo Paulo. Les prix, à la tonne, s’entendent toutes taxes comprises, après débarquement mais avant stockage et transport vers l’intérieur. Le charbon choisi est du type « vapor grosso » de Santa Catarina.
Les prix du pétrole sont empruntés aux rapports du C.N.P. dont nous avons pu disposer ; ceux du charbon sont ceux fixés par l’administration fédérale depuis 1942, augmentés des frais de transport et de débarquement ainsi que des taxes.

8 Nous manquons malheureusement de données pour poursuivre la comparaison de façon homogène après 1955. Il semble cependant, si l’on utilise d’autres sources, que les écarts de prix se soient très sensiblement atténués. Voici, par exemple, l’évolution d’indices de prix calculés sur la base du prix du charbon en 1948 : Image 10000000000002B10000005E8C7AE200.jpg
Cf. Conselho Nacional de economia, Exposiçâo geral..., op. cit., p. 96.

9 Ceci jusqu’à l’instruction 270 du 9 mai 1964 de la S.U.M.O.C. qui a supprimé les avantages de ce taux de change qui, outre le pétrole, intéressait le blé et le papier d’imprimerie. Cf. Governo regulamenta importaçâo de petrôleo, Petrobras, 1964, no 208-209.

10 Cf. Général Arthur Levy, Programa para a produçâo..., op. cit.

11 Il s’agit évidemment de cruzeiros courants. La conversion en unités de pouvoir calorifique a été effectuée sur la base d’une tonne de charbon = 5 500 000 de kcal et 1 tonne de produits pétroliers = 10 000 000 de kcal.

12 Les prix du fuel et du gas-oil sont des moyennes, car les tarifs ont été modifiés plusieurs fois en cours d’année.

13 Il s’agit du prix des combustibles rendus aux entrepôts de la Rede Mineira de Viação, dans le Minas Gerais. Cf. Lucas Lopes, Estudo do Plano de eletrificação ferroviaria de Minas Gerais, Plano de Eletrificação..., op. cit., vol. 5, p. 191.

14 Cf. Grupo mixto B.N.D.E.-C.E.P.A.L., Esbôço de un programa..., op. cit.

15 L’énergie, on le sait, ne constitue que très rarement un poste important dans la structure des coûts. Cf. pour la France, P. Maillet, L’apport de la comptabilité nationale aux études de l’énergie, Actes du 1er Colloque francoitalien d’économie de l’énergie, Grenoble, avril 1962, p. 160 à 186. Dans le cas d’un pays en voie d’industrialisation, où les marges bénéficiaires sont beaucoup plus élastiques, il y a tout lieu de croire que l’incidence des prix énergétiques soit encore plus faible.

16 Les calculs ont été faits à partir des résultats de recensement industriel de 1950. Cf. I.B.G.E., Censo industrial..., op. cit., p. 56-57.

17 Ces chiffres sont extraits du tableau no 56. Il s’agit de consommations spécifiques calculées pour une production dont la valeur s’élève à 1 million de O. de 1939.

18 Les conventions suivantes ont été adoptées pour l’élaboration du tableau :
- Charbon national et charbon étranger sont retenus ;
- Consommation finale d’électricité à l’exclusion de l’autoproduction, et évidemment des pertes ; les usages finals comprennent les ménages, les commerces et l’éclairage public ;
- Pour le pétrole, affectation du kérosène aux usages finais, de l’essence au transport ; ventilation du fuel-oil et du gas-oil entre tous les postes sur la base des travaux du groupe mixte B.N.D.E.-C.E.P.A.L. et, pour 1960, du rapport d’activité de Petrobras, de cette même année. On notera cependant que cette ventilation reste très approximative, car on connaît mal la part des fuel et gas-oil qui servent à la production d’électricité dans les installations auto-productrices.

19 Le développement de la consommation de gaz liquéfié peut être illustré par l’évolution du nombre de clients desservis :
1938 166
1943 5 160
1954 241 523
1960 1 000 000 (dont 400 000 à Sâo Paulo).
Cf. Petroleo, novembre 1961, p. 11 et suiv.

20 Charbon minéral, fuel, coke, charbon végétal : en tonnes par million de Cr., valeur 1939. Essence et kérosène : en 1 000 litres par million de Cr., valeur 1939. Bois et gaz de houille : en 1 000 m3 par million de Cr., valeur 1939. Electricité : en 1 000 kWh par million de Cr., valeur 1939.

21 Liés par la présentation des statistiques pétrolières, nous avons dû utiliser le découpage géographique suivant :
- Nord : Rondonia, Acre, Amazone, Rio Branco, Para, Amapa, Maranhâo ;
- Nordeste : Piaui, Ceara, Rio Grande do Norte, Paraiba, Pernambuco, Alagoas, Sergipe, Bahia ;
- Centre-Sud (ou Centre-Est) : Minas Gerais, Espirito Santo, Rio de Janeiro, Guanabara (ex-district fédéral), Sâo Paulo ;
- Sud : Parana, Santa Catarina, Rio Grande do Sul ;
-
Centre-Ouest : Mato Grosso, Goias et Brasilia (nouveau district fédéral).

22 Les seules statistiques disponibles se rapportent aux puissances installées. En l’absence d’interconnection entre les régions ci-dessus définies, de telles données peuvent être utilisées pour représenter les consommations bien que les variations du nombre d’heures d’utilisation puissent introduire quelques distorsions. De toute façon, consommation et production se dissocient difficilement dans le cas de l’électricité, aussi renvoyons-nous au chapitre suivant (3e Partie) qui traite du problème de façon plus précise.

23 Il faut ajouter à cette somme 451,3 MW qui n’ont pu être ventilés entre les régions.

24 Source : Rapports annuels du C.N.P.

25 Les prix sont donnés au litre pour l’essence, à la tonne pour gas-oil et fuel-oil. Il s’agit de prix de vente au détail dans le premier cas, ex-raffinerie ou ex-dépôt dans le second. Source : C.N.P., Relatorio 1944 et 1954.

Table des illustrations

Titre Graphique no 5 - EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ENERGETIQUE GLOBALE (unité : 1012 Kcal.)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau No 50. — Evolution de la structure de la consommation énergétique en pourcentage sur la base de l’évaluation en 1012 kcal.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 kcal5.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau No 51. – Evolution de la consommation énergétique en unités spécifiques et en 1012 (suite).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau No 52. — Evolution de la structure de la consommation pétrolière en pourcentages sur la base de l’évaluation en poids.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau No 53. — Evolution comparée des prix du charbon national, du fuel et du gas-oil, à la tonne et à l’unité de pouvoir calorifique11.
Légende Note 1012
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau No 54. — Evolution comparée des prix du bois et du charbon national de 1938 à 1948 (en Cr. courants).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau No 56 – Consommation d’énergie par branches d’industries en 194920.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau No 57. — Evolution de la puissance installée électrique par région, en 1930, 1940, 1950, 1961 (en MW et en pourcentages).
Légende Note2323
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau No 58. — Evolution des consommations de dérivés pétroliers par régions, en 1944, 1954, 1961 (en tonnes et en pourcentages)24.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau No 59. — Prix de vente comparés de divers dérivés pétroliers dans les grands centres urbains de chaque région (en cruzeiros courants)25.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6486/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540