Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Deuxième partie. Conséquences énergétiques de l’industrialisation

Chapitre IV. La genèse et les modalités de l’industrialisation

Texte intégral

  • 1 Cf. Celso Furtado, Le Brésil à l’heure du choix..., op. cit., p. 30.

1Chronologiquement, les principales étapes de l’industrialisation d’une économie ne sont pas aisées à circonscrire. A bien des égards, le Brésil de 1965 demeure pré-industriel alors que dès avant 1930, telle branche d’activité ou telle zone géographique commençaient à se « restructurer ». Si l’on embrasse cependant l’ensemble de l’économie brésilienne, il est clair que, tant au niveau des structures industrielles qu’à celui des institutions qui s’opposent à leur évolution, des changements significatifs commencent à se manifester au cours de la décennie 1930-40. Le processus qui s’amorce à cette époque n’est sans doute pas exempt de coups d’arrêts ou de tentations de retour en arrière, ainsi que le prouve l’expérience de l’immédiat après-guerre ; par ailleurs, il n’atteint pas également tous les secteurs d’activités, tous les groupes sociaux et toutes les régions géographiques ; bien plus, il accentue certaines des distorsions que nous avons déjà vu se former dès avant 1930 entre l’industrie et l’agriculture, le Sud et le Nord, la bourgeoisie urbaine et les ruraux sans terre1. Nous reviendrons sur ces déséquilibres qu’explique la trop lente évolution des structures institutionnelles et nous verrons qu’ils constituent de nouveaux obstacles à l’industrialisation. Un fait reste néanmoins certain : à partir de 1930, le Brésil franchit le seuil au-delà duquel un retour à l’économie de traite et à la prédominance de l’agriculture d’exportation n’est plus possible parce que certains liens avec l’industrie étrangère ont été rompus, des centres de décision conquis par les pouvoirs publics, des connexions assurées entre pôles industriels complémentaires, l’intégration du territoire national amorcée par les voies de transport, les réseaux électriques, les circuits commerciaux et financiers.

2Comment le Brésil a-t-il franchi cette étape ? Les nouvelles directions et le progrès de l’industrie que l’on observe à partir de 1932 ne sont évidemment pas indépendants des développements antérieurs, mais ils ne peuvent leur être directement imputés car les obstacles accumulés sur la voie de l’industrialisation sont tels que la seule croissance des industries légères n’est pas susceptible de les entamer. L’origine de la nouvelle étape réside en fait, comme à chaque progrès antérieur de l’industrie, dans l’affaiblissement du pouvoir économique des planteurs dû à la crise économique internationale. On ne saurait cependant y voir un simple renouvellement des crises passées, car si les structures brésiliennes ne se sont pas modifiées, l’industrie nationale et les groupes urbains qui lui sont liés se sont, eux, renforcés. L’arrivée au pouvoir de Getulio Vargas leur permet dès lors d’exploiter cette conjoncture favorable et d’altérer suffisamment les institutions existantes pour assurer la mise en place des industries à partir desquelles les progrès peuvent devenir cumulatifs. Examinons successivement ces deux phénomènes liés et complémentaires, crise économique et crise politique, qui ouvrent la décennie 1930-1940.

  • 2 C’est ainsi qu’en 1929, à la veille de la grande crise, les importations qui, rappelons-le, sont es (...)
  • 3 Soit, de 1925 à 1929, en millions de cruzeiros constant 1937 et en % :
    (...)
  • 4 Celso Furtado, Formaçâo econômica..., op. cit., p. 213.
  • 5 Cf. United Nations, Economic survey 1949..., op. cit., p. 214-215.
  • 6 Cf. sur tous les mécanismes de ce financement : Celso Furtado, A formação económica..., op. cit., c (...)
  • 7 Soit, selon notre évaluation de la valeur de la production industrielle en milliards de cruzeiros 1 (...)

3Deux groupes de facteurs expliquent la particulière sensibilité du Brésil à la crise internationale. Sa dépendance à l’égard de l’industrie étrangère s’est renforcée avec la croissance des industries légères, l’urbanisation et le développement des transports routiers puisqu’en l’absence d’industries lourdes, machines, énergie et matières premières doivent être importées2. Par ailleurs, une partie de ces importations n’est couverte que par un seul produit, le café, qui, dans les années précédant la crise, ne représente jamais moins de 70 % de la valeur totale des exportations3. Or, la fragilité d’un tel système s’avère d’autant plus grande qu’à l’abri de la politique de valorisation du café, les plantations se sont multipliées et les stocks accumulés : en 1929, la valeur de ces derniers dépasse 10 % du produit national brut de l’année4 ! Dans un tel contexte, on imagine aisément les conséquences de l’effondrement des cours du café qui tombent, en moyenne, de 4,71 livres le sac en 1929 à 1,80 livre en 1932-33. Dans le même temps, capitaux nationaux et étrangers profitent du récent retour à la convertibilité pour fuir le Brésil. La rapide dépréciation monétaire qui en résulte renchérit considérablement les importations, ainsi que l’indique la détérioration des termes de l’échange dont l’indice passe de 200 en 1928 à 109 en 1931 et 90 en 1935. Or, de tous les achats à l’étranger, ceux qui subissent le plus fortement les conséquences de la crise sont précisément les biens d’équipement qui, en 1932, ne représentent plus que 18,9 % de leur valeur de 1929. Cette extrême sensibilité des importations de machines se confirme à nouveau à partir de 1937, après la reprise des années 1933-1935, et contribue à libérer partiellement le Brésil de la domination étrangère5. Sous ce seul aspect négatif, la crise de 1930 n’aurait sans doute pas protégé d’abord, puis stimulé l’industrie nationale si elle n’avait été prolongée par la politique de défense caféière. En effet, l’achat, le stockage et la destruction du café, financés par des émissions internes de crédit, permettent de limiter la chute des revenus engendrés par l’économie caféière et, par là, de maintenir la plus grande part des débouchés de l’industrie légère au moment même où la dépréciation monétaire la protège efficacement de la concurrence étrangère6. Ainsi, après un léger fléchissement en 1931-32, la croissance industrielle reprend à un rythme plus rapide que par le passé7. On ne saurait cependant l’expliquer en négligeant les changements intervenus avec l’arrivée au pouvoir de Getulio Vargas.

  • 8 A cela un certain nombre de signes que nous empruntons à C. Moraze. Les 3 âges..., op. cit., chapit (...)
  • 9 Cf. Contribution de l’expérience latino-américaine à une théorie du développement politique après l (...)

4Interpréter la révolution de 1930 comme une victoire partielle de la bourgeoisie industrielle et des groupes urbains sur les propriétaires fonciers jusque-là détenteurs du pouvoir politique n’est probablement pas faux8, à condition de ne pas le faire par référence aux révolutions bourgeoises de l’Europe du xixe siècle, tant les structures économiques diffèrent dans l’un et l’autre cas. L’analyse que nous avons faite de la croissance industrielle jusqu’en 1930 laisse clairement entrevoir combien reste limité le pouvoir économique de la bourgeoisie industrielle face à celui des planteurs et des capitalistes étrangers dont les intérêts respectifs convergent sur bien des points, notamment en matière de liberté du commerce international et de libre convertibilité des devises. Une telle conjoncture est parfaitement décrite par Jacques Lambert lorsqu’il écrit : « Une bourgeoisie en formation a pris le pouvoir en Amérique latine mais, à la différence de ce qui s’était passé un siècle et demi plus tôt en Europe, elle l’a pris alors que la féodalité était encore presque intacte dans la société rurale9. »

  • 10 L’une des institutions les plus significatives à cet égard est le « Registro de similar nacional »,(...)
  • 11 Cf. Pedro C.M. Teichert, Revolucion economica e industrializacion en America Latina, Fondo de cultu (...)
  • 12 A savoir : Instituto Nacional do Sal (1940) ; Instituto Nacional do Pinho (1941) ; Instituto Nacion (...)
  • 13 Cf. Ouvriers et Syndicats d’Amérique latine, Sociologie du Travail, octobre-décembre 1961. E. Bailb (...)

5Dans ce contexte, les chances de l’industrie nationale ne reposent pas sur un modèle de type libéral abandonnant toute initiative aux particuliers, mais au contraire sur la protection, l’assistance et l’initiative des pouvoirs publics. En ce sens, la politique inaugurée par G. Vargas ressemble beaucoup plus aux expériences européennes contemporaines qu’à celles du xixe siècle. Les pouvoirs publics étendent leur domaine d’intervention : vis-à-vis de l’extérieur, ils renforcent la protection de l’industrie nationale, stabilisent les prix à l’exportation et contrôlent les transactions des matières premières vitales pour le pays10 ; à l’intérieur, ils instaurent une réglementation des salaires, un contrôle des prix, une législation sociale11. Mais une telle politique, pour contribuer à l’industrialisation du pays, doit libérer l’économie nationale d’un certain nombre de sujétions et modifier les institutions qui font obstacle au développement de certains secteurs. Parmi ceux-ci, celui de l’énergie est probablement le plus atteint, et nous en analyserons plus loin les modalités. Il n’est pas le seul : des entreprises publiques fédérales sont créées dans le domaine des chemins de fer, de la navigation et de la gestion portuaire ; la production de sel, de bois de pin, de maté est cartellisée sous contrôle public12 ; plus encore, des sociétés d’économie mixte sont mises en place pour exploiter les gisements de fer, produire de l’acier sur une grande échelle et fabriquer de l’ammoniaque. Stoppée quelques années par un retour partiel au libéralisme qu’encourage, à l’issue de la guerre, le volume de devises étrangères accumulées, l’intervention des pouvoirs publics s’étend à nouveau à partir de 1953 et ne se dissocie plus guère de toutes les grandes réalisations dans les secteurs de l’industrie lourde, de l’énergie et des transports. Nous analyserons en détail cette suite d’initiatives et montrerons leur rôle dans l’industrialisation du Brésil. Avec elle, l’urbanisation progresse à une allure désormais très rapide et renforce les groupes sociaux liés directement ou indirectement à l’industrie. Aux côtés de la bourgeoisie industrielle et commerçante, des employés et des fonctionnaires, émerge une classe ouvrière encore trop faible pour affirmer son autonomie mais dont le poids ne peut plus être tenu pour négligeable13. On ne saurait cependant comparer cette nouvelle stratification sociale à celle d’une nation industrialisée de longue date, car ni la révolution de 1930 ni les progrès rapides de l’industrialisation après 1953 n’ont éliminé la puissance des propriétaires terriens, et c’est cette seconde caractéristique de l’expérience brésilienne qu’il convient d’esquisser rapidement.

  • 14 Cf. Celso Furtado, A formaçâo econômica..., op. cit., p. 206-207.
  • 15 Avec plus ou moins de succès, car l’on sait que les rapports de force n'ont cessé de fluctuer depui (...)
  • 16 Sans même tenir compte des liens de parenté d’autant plus forts que les mœurs patriarcales conserve (...)

6A la veille de la crise de 1930, loin de s’être affaibli, le pouvoir économique et politique des planteurs se trouve renforcé par la réussite des mesures de stabilisation des cours du café. Définie à la conférence de Taubaté en 1906 alors que le fléchissement des cours mondiaux souligne la fragilité de la monoculture, cette politique vise à stabiliser les prix du café par l’organisation des achats d’excédents et leur stockage14. Son financement par emprunts externes en limite les répercussions sur la valeur de la monnaie brésilienne et maintient le pouvoir d’achat extérieur des planteurs. Ainsi assurés contre toute fluctuation, ceux-ci étendent leurs domaines, repoussent plus avant dans l’Etat de Sâo Paulo la limite de la zone caféière et consolident leur emprise sur l’économie brésilienne. C’est indirectement une telle puissance qui assure le succès de Vargas au moment où l’ampleur de la crise fait craindre que toute l’économie brésilienne ne soit sacrifiée au maintien des revenus caféiers, mais c’est aussi, nous l’avons vu, la sauvegarde partielle de ces derniers qui limite les conséquences internes de la crise et soutient l’expansion de l’industrie. Ce premier exemple de compromis entre bourgeoisie industrielle et propriétaires terriens illustre parfaitement les conditions dans lesquelles s’opère l’industrialisation depuis 1930. Les groupes urbains n’ont pas supplanté les ruraux mais les obligent à partager un pouvoir que ces derniers étaient seuls à détenir jusque-là15. Cette obligation de composer fixe ainsi les limites de l’industrialisation qui se heurte aux structures agraires et éclaire toute l’ambiguïté des choix politiques de la bourgeoisie industrielle qui s’efforce d’empiéter sur le pouvoir des planteurs sans toutefois se dresser contre ceux qui détiennent encore la plus large fraction du revenu national, de l’épargne disponible et des devises indispensables à l’importation16.

7Une telle structure explique enfin une troisième caractéristique de l’industrialisation brésilienne : aussi audacieuse soit-elle, l’intervention des pouvoirs publics demeure soumise à la logique de la rentabilité capitaliste qui l’oblige à suivre plus qu’à réorienter la tendance normale des entrepreneurs privés à concentrer leurs investissements dans les secteurs et les zones géographiques qui offrent les perspectives de profit les plus avantageuses. Cette constatation d’ordre général ne signifie évidemment pas que les pouvoirs publics s’en soient tenus eux-mêmes à des investissements immédiatement rentables : bien au contraire, nous verrons que sans leurs interventions dans les domaines des transports, de l’énergie électrique ou de la sidérurgie qui n’attiraient aucun capitaux privés, l’industrialisation du Brésil n’aurait probablement pas progressé aux rythmes qui ont été les siens. Mais précisément toutes ces réalisations n’ont fait que renforcer les déséquilibres spatiaux en accentuant la polarisation du triangle Sâo Paulo - Belo Horizonte - Rio de Janeiro qui bénéficie, de ce fait, d’économies externes d’origine publique sans commune mesure avec le reste du pays. Sans doute ne faut-il négliger les tentatives de développement régional, mais leur insuccès ne tient-il pas au caractère peu entraînant des seuls investissements que le Gouvernement Fédéral a accepté d’y réaliser ?

8Réussites et limites de l’industrialisation brésilienne : analysons-les en étudiant successivement la transformation des structures industrielles, les innovations publiques dans le secteur des industries lourdes, l’extension de leurs effets par la planification et le financement de l’infrastructure, les obstacles insurmontés enfin de l’agriculture et des zones retardées.

Section 1. — La transformation des structures industrielles

  • 17 Cf. le tableau 33 ci-joint. Relevons au passage le taux de 43 % du Venezuela qui ne signifie nullem (...)
  • 18 Encore le taux retenu par les Nations-Unies est-il légèrement inférieur à celui que nous avons obte (...)

9En 1960, l’ensemble de l’industrie ne contribue que pour 1/4 à la formation du produit national, ce qui situe le Brésil, selon ce critère, à un niveau sensiblement égal à celui des grands pays sud-américains (Argentine, Chili, Colombie), au-dessus de l’Egypte et de l’Inde et, évidemment, loin derrière les nations industrialisées17. Par son taux de croissance durant la décennie, par contre, le Brésil vient en tête des nations de dimensions et de niveaux comparables ; parmi les « industrialisés », seuls l’U.R.S.S., l’Italie, le Japon et l’Allemagne le dépassent18.

  • 19 Cf. l’évaluation de la production industrielle en Annexe 1.
  • 20 Ce n’est pas tout à fait exact puisque nous avons fait figurer dans ce groupe le papier-carton, don (...)

10Si l’on resitue ce taux dans l’ensemble de la période étudiée, on observe qu’il est le résultat d’une accélération des rythmes de la croissance industrielle qui, ne dépassant pas 5 % par an entre 1930 et 1939, atteignent 6,5 % de 1940 à 1949, puis 8,4 % de 1950 à 1955 et enfin 11 % de 1955 à 196119. On sait cependant que si les taux de croissance fournissent de bonnes indications sur le dynamisme de l’industrie, ils ne sauraient être considérés comme des critères d’industrialisation. A vrai dire, de tels critères n’existent pas encore et l’on comprend aisément la difficulté de leur élaboration qui impliquerait la combinaison non seulement de facteurs mesurables mais impondérables, tels que le degré de concentration technique des firmes, la mécanisation de l’agriculture, l’extension des moyens de transport, etc., mais aussi l’ensemble des progrès directs ou induits que diffuse l’industrie et qui échappent à toute mesure. Plus modestement, nous nous sommes donc limités à l’examen de l’évolution de la structure industrielle prise sous l’angle de la répartition du produit entre les diverses branches. Nous lui donnons la signification suivante : puisque la restructuration d’un ensemble économique n’est pas liée à la croissance de n’importe quelle industrie mais uniquement à celle des branches qui fabriquent des machines et des semi-produits susceptibles d’élever la productivité des secteurs, industriels ou non, qui les utilisent, on peut considérer comme un signe d’industrialisation toute inflexion des structures vers ce type d’industrie. Ce n’est évidemment là qu’une approche très partielle : on n’ignore pas que la même usine peut fabriquer des automobiles particulières ou des tracteurs, des produits de beauté ou des insecticides et que, dans l’un et l’autre cas, les résultats seront diamétralement opposés pour un même taux de croissance. Malgré cette lacune que nous nous efforcerons de combler par une analyse sectorielle plus précise en étudiant les effets des industries de base, il nous a semblé que l’évolution des structures industrielles reflétait le moins mal les progrès de l’industrialisation. Pour ce faire, nous avons repris la classification déjà utilisée dans le chapitre précédent et dont on peut rappeler les caractéristiques : le groupe 1 couvre essentiellement les industries de biens de consommation, implantées de longue date, utilisant surtout des matières premières végétales et représentant assez fidèlement « les industries naturelles » tolérées par les planteurs du xixe siècle ; le second, par contre, englobe toutes les unités qui gravitent directement ou indirectement autour de la sidérurgie et de la chimie minérale. Sans liens prononcés avec l’agriculture, donc « artificielles », ces industries sont, dans l’ensemble, de création récente et se vouent principalement à la fabrication de machines ou de semi-produits industriels20. Le tableau no 34 offre une vue synthétique de cette évolution : de 85 % environ en 1919, l’ensemble du groupe 1 tombe à moins de 50 % en 1961 alors que le groupe 2, qui ne représentait pas 15 % de la valeur du produit industriel en début de période, est devenu le plus important, à son issue. Mais cette transformation ne s’est pas réalisée à des rythmes identiques depuis 1930, aussi convient-il d’opérer quelques distinctions. Elles seront, notons-le au préalable, très imparfaites en ce sens que les dates des recensements ne coïncident absolument pas avec les phases d’évolution de la structure industrielle. En l’absence de cette contrainte méthodologique, il aurait en effet fallu en distinguer trois : 1930-1945, 1946-1953, 1954-1961, soit deux temps forts entrecoupés d’un ralentissement des transformations structurelles. En fait, nous sommes conduits à retenir trois phases différentes, 1919-1939, 1939-1949, 1949-1961, mais on n’oubliera pas les décalages qu’implique ce découpage superficiel.

  • 21 Cf. Nations-Unies, La croissance de l’industrie mondiale, New-York 1963, St/STAT/SER.P/2 (850 p.).

Tableau No 33. — Contribution de l’Industrie à la formation du produit national brut : comparaison avec quelques pays21.

Tableau No 33. — Contribution de l’Industrie à la formation du produit national brut : comparaison avec quelques pays21.
  • 22 Pourcentages calculés sur des évaluations en prix courants qui couvrent toute l’industrie (manufact (...)
  • 23 Le 1er chiffre intéresse l’industrie manufacturière, le second l’industrie extractive.
  • 24 Evolution de 1954 à 1960.
  • 25 Evolution de 1950 à 1958.

Note 2122
Note 2223
Note 2324
Note 2425

  • 26 Ces pourcentages ont été calculés à partir des résultats des recensements industriels de 1920, 1940 (...)

Tableau No 34. — Evolution de la structure des industries de transformation de 1919 à 1961 (en pourcentage)26.

Tableau No 34. — Evolution de la structure des industries de transformation de 1919 à 1961 (en pourcentage)26.

1. 1919-1939

11Si un certain nombre d’entreprises métallurgiques, chimiques et mécaniques, principalement d’origine étrangère, se créent au lendemain du premier conflit mondial, les branches du groupe 2 ne prennent un réel essor qu’à partir de 1932. C’est au cours de cette dernière période que s’opèrent les principales transformations observées entre les recensements de 1920 et 1940.

12L’élévation très nette de la part des industries du groupe 2, de 14,6 à 26,3 %, est d’abord liée à leur croissance plus rapide que la moyenne ainsi qu’on peut l’observer sur le tableau ci-dessous.

  • 27 Taux calculés à partir des résultats des recensements industriels homogénéisés en cruzeiros constan (...)

Tableau No 35. — Taux de croissance annuels moyens de l’emploi, de la production et de la productivité des industries de transformation (1919-1939)27.

Emploi

Valeur de la production

Produit par tête

Groupe 1 :

Textile

3,18

— 0,21

Vêtements, Chaussures

1,91

1,16

— 0,71

Produits alimentaires

7,49

3,72

— 3,56

Boissons

1,24

1,06

— 0,25

Tabac

—0,89

0,56

1,30

Bois

3,64

1,83

— 2,06

Cuirs et Peaux

2,93

2,53

— 0,36

Mobilier

5,36

4,78

— 0,60

Groupe 2 :

Transf, minerais non métal

4,06

5,50

1,22

Métallurgie

7,05

7,50

0,26

Mécanique

17,31

18,59

1,84

Matériel de transport

4,66

8,10

3,47

Chimie et Pharmacie

5,93

6,30

0,38

Caoutchouc

12,61

11,55

— 0,11

Papier-Carton

2,19

5,55

— 0,48

Moyenne de l’ensemble

4,54

4,13

  • 28 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian..., op. cit., p. 110.
  • 29 Il s’agit du décret du 31 mars 1931 qui interdit l’importation de toute machine et tous outils dest (...)

13Alors que les taux de croissance des industries de consommation implantées de longue date sont tous inférieurs ou sensiblement égaux à la moyenne de l’ensemble, ceux des industries de biens d’équipement lui sont nettement supérieurs. Parmi les plus élevés figurent ceux des industries du caoutchouc et de la mécanique. Que représente cette dernière ? Toujours par la méthode de sondage déjà évoquée on trouve, de 1930 à 1940, les créations suivantes : 7 usines de matériel agricole et alimentaire, 8 de machines textiles, 3 d’outillage pour le travail du bois, 13 d’équipement industriel général (presses, pompes, chaudières). On ne saurait expliquer leur apparition que par la nouvelle protection dont elles bénéficient à l’égard de l’industrie étrangère. L’exemple de la fabrication des machines textiles est très révélateur. Depuis longtemps déjà les principales filatures et usines de tissage avaient organisé des ateliers de réparation pour limiter les arrêts de travail qu’entraînait le recours à l’industrie étrangère chaque fois qu’une machine tombait en panne. Certains de ces ateliers s’étaient même suffisamment développés pour fabriquer leurs propres machines, et l’on cite le grand métier de 824 broches présenté en 1922 par la Companhia America Fabril28. Il faut cependant attendre 1931 pour que la production de machines textiles prenne son essor : à cette date en effet, sous la pression des industriels de la branche qui subissent une crise de surproduction depuis 1925, le Gouvernement Vargas décide d’interdire l’importation de machines textiles pendant trois ans, puis proroge la mesure jusqu’en 193729. En dépit des protestations des filateurs et tisserands qui veulent restreindre le parc de machines, la production de ces dernières se développe rapidement. Cet exemple illustre parfaitement les possibilités de séquences remontantes, par substitution aux importations, lorsque l’industrie nationale se trouve efficacement protégée de la concurrence étrangère, mais il en marque aussi les limites. Comment attendre une impulsion massive et soutenue d’un secteur déjà en crise pour des raisons plus structurelles que conjoncturelles, ainsi que nous l’avons déjà analysé ? Or, la situation de l’industrie textile, sans doute plus grave que celle des autres branches, ne constitue cependant pas une exception.

14L’examen des taux de croissance de la productivité du travail permet de s’en convaincre : ils sont tous négatifs pour le premier groupe, à l’exception de l’industrie du tabac, et positifs pour le second, sauf ceux du caoutchouc et du papier-carton qui d’ailleurs occupent une place à part. Cette différence de rythmes s’explique fort bien : faute d’élever la productivité dans les autres secteurs, et par là de faire accéder de nouveaux consommateurs au marché industriel, les industries de consommation voient diminuer la croissance de leurs débouchés. Certaines industries de biens d’équipement et de semi-produits, par contre, substituent progressivement leur production aux importations et amorcent un processus cumulatif en se livrant les unes aux autres leur propre production. Encore ce processus demeure-t-il lui aussi limité par la dépendance étrangère qui se transfère du niveau des biens d’équipement à celui des semi-produits, tels ceux de la chimie et surtout de la sidérurgie. Cette dernière sans doute a progressé, ainsi que l’indique l’élévation de 3,4 à 6,3 % de sa part dans la valeur du produit industriel, mais elle n’a pas encore opéré sa jonction avec toutes les industries de biens d’équipement qui continuent à recourir aux importations.

2. 1939-1949

  • 30 L’évolution du cours du café, en cents par livres, sur le marché de New-York, est la suivante :
    Sou (...)
  • 31 Soit, en millions de Cr. courants :
    Source : I.B.G.E., O Brasil..., op. cit., p. 84.
  • 32 Cf. United Nations, Economic Survey of Latin America, 1957, New-York, 1959 (292 p.), p. 122 et suiv
  • 33 Celso Furtado, Le Brésil à l’heure du choix..., op. cit., p. 90.

15C’est au cours de cette seconde période que les modifications structurelles sont les moins rapides. On l’observe bien sur le tableau no 24 : les industries du groupe 2 ne progressent que de 26,3 % à 29,6 %, alors que celles du groupe 1 maintiennent leur contribution au-dessus de 70 %. Encore convient-il de rappeler que la période 1940-1945 s’apparente à la précédente en ce sens que le conflit mondial prolonge la protection de l’industrie brésilienne inaugurée par la crise internationale de 1930. Dès lors les taux cités dans le tableau no 36 ci-dessous surestiment la croissance des industries du groupe 2 au cours de la 2e phase qui s’étend de 1945 à 1953. En dépit de cette déficience méthodologique, il apparaît bien que les rythmes de croissance entre les industries appartenant à l’un et l’autre groupe ne sont plus aussi différents qu’ils l’étaient précédemment. Non seulement la chimie pharmacie et la fabrication de matériel de transport croissent moins vite que la moyenne de toute l’industrie, mais la transformation des minerais non métalliques, la métallurgie et le papier carton la dépassent peu et se situent au voisinage de la plupart des industries du groupe 1, exception faite pour le textile (3,99 %), le tabac (3,54 %) et les cuirs et peaux (3,94 %). Bien plus, à une seule exception les taux de croissance de la productivité dans le groupe 2 s’élèvent moins vite que ceux du second et parfois fléchissent par rapport à la période antérieure. A cela deux raisons, d’ailleurs liées, l’une d’ordre conjoncturel, l’autre d’ordre structurel. Depuis 1945, en effet, les cours du café ne cessent de s’élever30, augmentant le stock de devises accumulé durant la guerre grâce à une balance commerciale excédentaire31. Croyant juguler ainsi les tensions inflationistes qui commencent à se manifester et hâter le développement du pays par une autre voie que celle de l’industrialisation, le Gouvernement Fédéral, où Getulio Vargas a été remplacé par le général Dutra, favorise les importations par un taux de change fixé très bas (18,5 Cr. pour 1 U.S. $ en 1947). L’épuisement rapide du stock de devises le conduit l’année suivante à une politique plus sélective au profit des importations de biens d’équipement32. Mais une telle mesure, outre qu’elle ne rétablit pas l’équilibre de la balance commerciale (elle ne sera excédentaire qu’en 1950 et en 1953), diminue l’incitation à investir dans les industries d’équipement au profit des industries de consommation les plus diverses, car, « moins un produit était nécessaire, plus difficile était son importation et donc plus rentable sa production33 ».

Tableau No 36. — Taux de croissance annuels moyens de l’emploi, de la production et de la productivité des industries de transformation (1939-1919).

Emploi

Valeur de la production

Produit par tête

Groupe 1 :

Textile

3,60

3,99

0,54

Vêtements et Chaussures

4,91

5,32

1,17

Produits alimentaires

3,56

6,18

3,32

Boissons

11,61

7,77

— 0,50

Tabac

— 0,51

3,54

3,97

Bois

7,12

7,84

2,04

Cuirs et Peaux

4,18

3,94

0,48

Mobilier

6,35

3,50

Edition et divers

6,50

8,50

2,20

Groupe 2 :

Transf. minerais non métal

8,74

7,86

0,23

Métallurgie

5,23

7,82

2,87

Mécanique

9,41

10,06

1,47

Matériel de transport

6,36

3,66

— 2,84

Matériel électrique

13,24

11,19

—1,05

Chimie et Pharmacie

5,51

5,46

0,62

Caoutchouc

9,11

16,17

7,27

Papier-Carton

7,66

7,24

0,57

Moyenne de l’ensemble

6,50

16Ce facteur conjoncturel en rejoint un autre plus fondamental. Le ralentissement relatif et dans certains cas absolu de la croissance des industries de biens d’équipement confirme bien qu’en dehors de périodes exceptionnelles qui assurent à l’économie retardée une protection quasi totale, l’industrialisation ne peut s’opérer par le jeu des séquences remontantes. En d’autres termes, à partir du moment où la conjoncture internationale a favorisé de nouveau l’agriculture d’exportation, celle-ci est redevenue assez forte pour imposer un retour partiel à la liberté des échanges qui ne pouvait qu’élargir la marge séparant la rentabilité des industries de biens de consommation de celle des industries de biens de production. Dès lors les capitaux disponibles se polarisent sur les premières et les entrepreneurs recourent, pour s’équiper, à l’importation, forcément plus avantageuse à ce stade de développement industriel. L’industrialisation pourrait ainsi se trouver stoppée si par ailleurs de profonds changements ne s’étaient opérés qui, leur phase de maturation atteinte, commencent à porter leurs fruits.

3. 1949-1961

17Les transformations de la structure industrielle s’opèrent désormais à des rythmes rapides : de 70 % en 1949, le groupe 1 tombe à moins de 50 % en 1961, tandis que les industries du groupe 2 deviennent majoritaires grâce à leurs taux de croissance très élevés. Ce sont bien elles qui entraînent toute la croissance industrielle au cours de la période. Examinons-les avant et après 1955 sans oublier cependant que le point d’inflexion se situe plutôt aux environs de 1954 et que, de ce fait, la première période se trouve surévaluée.

Tableau No 37. — Taux de croissance annuels moyens des industries du groupe 2.

1949-55

1955-59

Métallurgie

15,0 %

16,8 %

Mécanique

10,4 %

19,3 %

Matériel électrique

27,4 %

11,4 %

Matériel de transport

12,8 %

42,5 %

Caoutchouc

18,5 %

18,6 %

Chimie et Pharmacie

17,9 %

16,8 %

Papier-Carton

20,8 %

8,7 %

Edition

10,3 %

12,2 %

Moyenne des industries de transformation...

8,4 %

10,3 %

  • 34 Le régime cambiaire brésilien à partir de cette date devient de plus en plus complexe. Indiquons se (...)
  • 35 Rappelons qu’il s’agit toujours de sondage à partir des Annuaires Panas.
  • 36 Cette période, rappelons-le, prolonge celle de 1948-49 du point de vue régime des importations : le (...)

18A nouveau la conjoncture extérieure n’est pas étrangère à l’accélération de la croissance industrielle. La stabilisation puis la baisse des cours du café à partir de 1954, accompagnées d’une diminution des exportations de coton et de cacao, entraînent un déficit chronique de la balance commerciale et incitent à un réajustement du régime cambiaire plus favorable aux industries de biens d’équipement34. Pour important qu’il soit, ce facteur n’est pas le plus intéressant. Si nous comparons en effet les taux de croissance des diverses industries du groupe 2, il apparaît bien qu’entre 1949 et 1955 les industries mécaniques s’essoufflent malgré un taux moyen de 10 % par an. On observe, par ailleurs, un ralentissement des créations nouvelles et l’apparition de capacité de production excédentaire dans certaines entreprises. Ce phénomène peut s’expliquer par la structure du secteur tourné vers la construction de matériel pour les industries de biens de consommation. Or, les impulsions en provenance de ces dernières ne sont pas suffisamment fortes, comme l’indiquent les exemples suivants : les entreprises liées à l’équipement des industries du bois sont en perte de vitesse et, sur les 21 recensées, une seule a été créée entre 1950 et 195435. Parmi les 15 nouvelles entreprises destinées à fabriquer des métiers à tisser et des accessoires pour l’industrie textile, 4 seulement sont fondées avant 1954, encore sont-elles de très petite dimension (moins de 30 ouvriers). Il faut attendre l’installation de la grande firme japonaise (Howa do Brasil) en 1956 pour assister à un redémarrage de cette branche qui ne s’affirme vraiment qu’en 1960. Les industries alimentaires ne semblent pas non plus avoir joué de rôle important : de 1950 à 1955, on ne relève la création que de 6 entreprises destinées à équiper cette branche : 1 pour le traitement du café, 2 pour celui des produits laitiers, 1 pour les légumes et les fruits et 1 pour l’emballage. A partir de 1956 seulement, cette dernière activité connaît un certain essor, de même que les industries d’équipement de réfrigération. Par contre, dès cette époque, se créent un nombre important (38) d’entreprises qui se destinent à la fabrication de tours, de presses, de pompes hydrauliques, d’appareils pour l’industrie chimique. Les unes et les autres sont donc entraînées par la croissance des industries du groupe 2 parmi lesquelles on trouve la chimie, la construction de matériel électrique et de transport, le papier-carton..., etc. Quelles sont les entreprises qui assurent un tel dynamisme à ces branches ? Bon nombre sont d’origine étrangère et s’attachent surtout à satisfaire le marché final en se substituant aux importations : c’est le cas des entreprises qui se créent dans les branches de la construction électrique (matériel léger), de la chimie (produits pharmaceutiques) et de la petite mécanique36. Mais à leur côté se créent ou se développent, lorsqu’elles existent déjà, des entreprises vouées à la construction d’équipement de base (pour les industries chimiques, sidérurgiques, pétrolières et électriques), de moyens de transport (matériel ferroviaire et de navigation), des semi-produits enfin, tels que l’acier sous ses multiples formes, la chimie de base, le ciment.

  • 37 Dans un premier temps, tout au moins ; nous verrons plus loin, en citant l’exemple de l’industrie a (...)
  • 38 Au sens large, c’est-à-dire les entreprises publiques et d’économie mixte, les travaux publics fina (...)

19Cet élargissement de l’industrie à la base, dans les secteurs les plus industrialisants parce qu’ils fournissent au reste de l’économie des machines ou des semi-produits susceptibles d’élever sa productivité, se poursuit plus rapidement encore de 1956 à 1961. Malgré le décalage statistique, on peut observer sur le tableau no 37 les taux de croissance atteints par les diverses branches : ils sont tous supérieurs à ceux des cinq premières années de la décennie, sauf pour le matériel électrique, le papier-carton et la chimie, encore dans ce dernier cas la différence est-elle minime (16,8 % au lieu de 17,9 %). Par contre, on note la croissance exceptionnelle des industries de moyens de transport (42,5 % par an, en moyenne), de la mécanique (19,3 %) et de la métallurgie qui comprend, rappelons-le, la sidérurgie (16,8 %). Les entreprises de ces diverses branches ont une origine soit étrangère, soit nationale. Les premières, bien représentées par les firmes de construction automobile à qui l’on doit imputer la croissance très rapide de l’industrie des moyens de transport, investissent massivement après que la S.U.M.O.C. (Instruction no 113 de 1955) les ait autorisées à importer des biens d’équipement sans couverture cambiaire, pourvu que leurs projets aient été reconnus utiles pour le développement de l’économie nationale. Les firmes automobiles ne sont pas seules à profiter d’une pareille conjoncture : d’autres, installées de longue date au Brésil et craignant de futures limitations cambiaires, créent de nouvelles unités susceptibles de les approvisionner en semi-produits et matériel d’équipement (processus d’intégration verticale en amont). On ne saurait cependant rattacher à ces seuls investissements les transformations rapides que connaît l’industrie brésilienne au cours de La dernière décennie. A cela, deux raisons au moins : la plupart des firmes étrangères investissent de préférence dans les derniers stades du processus de production ; pour s’équiper, nous l’avons vu, elles recourent en grande partie à l’industrie étrangère37. Or, la restructuration de l’industrie brésilienne ne se serait pas opérée sans la croissance, rapide elle aussi, d’autres industries telles que la sidérurgie, la métallurgie, la grosse mécanique, la chimie et la pétrochimie, et une telle croissance a comme principale origine, directe ou indirecte, le secteur public38.

4. Essai d’interprétation

  • 39 Il s’agit de la très importante étude parue dans l'Economic bulletin for Latin America (vol. IX, no(...)
  • 40 Et non pas nationale, car il peut aussi bien s’agir de filiales d’entreprises étrangères.

20A ce dernier propos, nous devons élargir notre essai d’interprétation de l’industrialisation brésilienne et confronter nos résultats avec ceux de la C.E.P.A.L. dans son analyse en termes de substitution aux importations39. Abstraction faite de quelques nuances, la thèse est la suivante : toute l’industrialisation du Brésil, depuis 1930, mais surtout depuis 1949, s’explique par une progressive substitution de l’industrie domestique40 aux importations sous la contrainte des restrictions imposées, volontairement ou non, aux échanges internationaux. Economie réflexe, l’économie brésilienne aurait amorcé son industrialisation par une série de réponses à des défis lancés par les restrictions du commerce extérieur. Les industries de biens de consommation (textiles et produits alimentaires notamment) auraient ainsi achevé leur substitution aux alentours de 1950, ce qui expliquerait leur faible croissance au cours de la dernière décennie. Les unités les moins capitalistiques de l’industrie chimique, électrique, mécanique, auraient alors pris le relais, d’où leur taux de croissance très élevé jusqu’en 1958. Elles seraient suivies dans cette voie depuis 1956, et toujours pour les mêmes raisons, par les unités plus « lourdes » appartenant aux mêmes branches. Dans les limites actuelles du marché brésilien, seules quelques-unes de ces dernières auraient encore devant elles un champ de substitutions suffisamment large pour induire de nouveaux développements (transformation des métaux, chimie, caoutchouc), mais le processus toucherait à sa fin et la crise qui dure depuis 1962 en serait le signe. Au total, l’industrialisation brésilienne aurait reposé sur un schéma de ce type :

restrictions du secteur externe → substitution aux importations de biens de consommation → extension du marché interne → croissance de la demande de biens intermédiaires et d’équipement → goulot d’étranglement externe → nouvelles substitutions.

  • 41 Op. cit., p. 49.
  • 42 Op. cit., p. 50.
  • 43 Il en est aussi une troisième que nous ne pouvons examiner de près dans le cadre de cette étude, ma (...)

21Pourquoi un tel schéma se serait-il appliqué avec tant de succès au Brésil, alors qu’il demeure inefficace ailleurs ? D’abord parce que ce pays réunit les deux conditions indispensables à sa réussite : « le volume et la structure des importations représentaient un marché potentiel suffisamment ample pour garantir l’établissement d’un certain nombre d’industries de substitution41 » ; « il existait un degré de diversification de la capacité de production suffisant pour permettre une réaction satisfaisante à l’impulsion donnée par le goulot d’étranglement externe42 ». De plus, le Brésil présentait une caractéristique qui aurait joué un rôle essentiel : la concentration dans une même région géographique du secteur exportateur et du secteur industriel, le premier procurant le marché par le développement du tertiaire qu’il a précédemment induit, le second apportant 1’« entrepreneurial capacity ». Un tel schéma est incontestablement séduisant et explique bien, semble-t-il, un certain nombre de composantes essentielles de l’industrialisation brésilienne. Par ailleurs, il débouche sur une analyse critique des limites de ce processus et sur le caractère inévitable d’une transformation des structures internes : nous marquerons plus loin notre complet accord sur ce point. Ceci dit, l’explication en termes de substitution aux importations nous paraît négliger un aspect essentiel de l’expérience brésilienne, à savoir les effets industrialisants des industries de base construites par les pouvoirs publics ou avec leur aide. Sur quelles hypothèses repose en effet le schéma de l’industrialisation par substitution aux importations ? Sur deux au moins qui nous paraissent essentielles43 :

  1. le secteur extérieur (importations et revenus des exportations) est susceptible de former un marché ;

  2. l’existence de ce marché suffit à entraîner le développement de l’industrie.

22Ces deux hypothèses ne nous paraissent que partiellement valides et, dans le cas du Brésil, nous préférons les formuler ainsi :

  1. le secteur extérieur a contribué à la formation d’un marché interne, mais son action seule n’aurait certainement pas permis d’obtenir tous les débouchés grâce auxquels les industries les plus dynamiques se sont développées ;

    • 44 Les industries industrialisantes ont été définies dans l’introduction de la présente étude.

    l’existence de ce marché a permis une croissance rapide des industries les plus dynamiques parce que s’étaient développées, parallèlement et sans référence à sa logique, d’autres industries aux effets particulièrement industrialisants44 Qu’est-ce à dire ?

  • 45 Cf. toutes les analyses du Professeur F. Perroux et plus particulièrement L’Economie du xxe siècle, (...)

23Il ne s’agit pas de mettre en doute les effets favorables pour l’industrialisation des restrictions apportées aux échanges internationaux et nous n’avons pas expliqué autrement l’amorce du processus au cours de la décennie 30-40. En outre, nous avons observé sur toute l’histoire de l’industrie brésilienne que chaque phase de croissance industrielle correspondait bien à un étranglement, partiel ou total, de la capacité d’importer. Ce qui différencie précisément la croissance industrielle d’avant 1930, du démarrage de l’industrialisation à partir de cette date, c’est précisément que le Brésil commence à opérer certaines substitutions impossibles jusque-là : l’acier sous ses multiples formes, l’ammoniaque, les dérivés pétroliers, les matières plastiques, le caoutchouc synthétique, pour ne retenir que les principales. Or, dans aucun de ces cas, l’existence d’un marché n’a suffi à induire la création d’industries suffisamment vastes pour engendrer économies d’échelle et économies externes grâce auxquelles ces produits contribuent à élever la productivité des branches qui les utilisent. Leur apparition est liée à des initiatives publiques qui s’appellent Companhia Siderurgica Nacional, Companhia de Alcalis, Petrobras, Conjunto Petroquímico Presidente Vargas..., etc. Or, toutes ces entreprises publiques auxquelles nous devrions ajouter les firmes privées, beaucoup plus nombreuses, qui se sont développées avec l’aide, soit d’un financement public, soit de commandes publiques pour la réalisation de travaux d’infrastructure, appartiennent à ce groupe d’industries qui exercent sur leur environnement plus d’effets qu’elles n’en reçoivent45. Plus concrètement, elles ont ouvert, par leurs achats d’inputs et de biens d’équipement, des débouchés entièrement nouveaux ; elles ont entraîné, par leur production désormais à l’abri des aléas du commerce extérieur, des créations industrielles qui n’auraient pas vu le jour en leur absence ; elles ont poussé plus que toutes autres les pouvoirs publics à entreprendre l’extension de l’infrastructure de transport et le développement de l’industrie électrique, ouvrant indirectement par ce biais de nouveaux débouchés aux industries les plus dynamiques ; elles ont contribué enfin à intravertir la demande de biens d’équipement, et nous en fournirons de nombreux exemples en étudiant les transformations du secteur énergétique. La conjonction de tous ces effets nous paraît avoir joué un rôle décisif dans les succès de l’industrialisation brésilienne, elle ne nous en fait pas oublier pour autant les limites. Ces dernières, que nous examinerons plus loin, ne contredisent pas notre analyse mais nous conduisent simplement à penser que l’aménagement des propagations à partir des industries industrialisantes n’a pas été réalisé.

  • 46 Cet examen ne prétend évidemment pas être exhaustif. Il ne s’attachera qu’à quelques points saillan (...)

24L’explication, ébauchée en tête de ce chapitre, tient aux contradictions des forces sociales qui soutiennent l’industrialisation et à l’absence d’un démarcage net entre la bourgeoisie industrielle et les propriétaires fonciers. Examinons alors le rôle des pouvoirs publics dans l’industrialisation46.

Section 2. — Le rôle des pouvoirs publics dans l’industrialisation

  • 47 Cf. Annibal Villela, As empresas do Gôverno Federal e sua importância na economia nacional, 1956-19 (...)

25En 1960, les seules entreprises du Gouvernement Fédéral contribuent à la formation du revenu national dans la proportion de 53 % pour le secteur financier et bancaire, 6 % pour celui des transports et 7 % pour celui de l’industrie47. Ces évaluations reflètent mal le véritable rôle des pouvoirs publics dans l’industrialisation du Brésil, non pas tellement parce qu’elles se limitent aux seules entreprises fédérales que du fait des modes d’interventions publics et de leurs conséquences qui échappent à une comptabilité patrimoniale.

1. La création des industries de base

  • 48 Cf. United Nations, Economie survey, 1949..., op. cit., p. 199.

26Sur les 31 milliards de cruzeiros engendrés par les entreprises fédérales dans le secteur industriel en 1960, 10 proviennent de la sidérurgie et 21 de la chimie, ce qui indique clairement les branches sur lesquelles les pouvoirs publics ont fait porter leur effort. En ce qui concerne la seconde, nous avons déjà mentionné la création en 1943 de la Companhia de Alcalis destinée à produire de l’ammoniaque, et nous verrons surtout au cours d’un chapitre ultérieur le rôle de Petrobras dans le développement de l’industrie chimique brésilienne à partir de 1954. Reste la sidérurgie dont les fonctions industrialisantes ont déjà été évoquées et que nous tenons à souligner de nouveau par ce commentaire explicite de la C.E.P.A.L,48 :

  • 49 Analyse qui est diamétralement opposée à celle de H. Courtin que nous avons déjà citée et pour qui (...)

27« Lorsque le problème du développement économique surgit dans un pays tel que le Brésil, le développement d’une industrie moderne du fer et de l’acier, qui semble peu compatible avec l’existence d’une agriculture primitive, est en fait la première et essentielle démarche qui transformera le travail agricole et accroîtra sa productivité. La croyance qu’un pays doit d’abord améliorer son agriculture puis tourner son attention vers le développement des industries légères avant d’entreprendre l’établissement d’industries lourdes indispensables à la formation de capital n’est rien de plus qu’une théorie dont l’expérience prouve le caractère erroné. Prenons par exemple le cas des Etats-Unis. Là, le progrès technique dans l’agriculture n’a pas précédé le progrès industriel. C’est tout à fait le contraire ; le considérable développement de l’industrie a forcé l’agriculture à se mécaniser, car l’agriculture a abandonné sa force de travail à l’industrie. L’introduction de telles techniques a été facilitée par le développement antérieur de l’industrie du fer et de l’acier et d’autres surgissant à partir des biens de production49. »

  • 50 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 190.
  • 51 Cf. idem..., p. 191.
  • 52 On relève ceux de : The anglo-brazilian iron and steel syndicate limited, Usina Esperança, Cia Sidé (...)
  • 53 Cf. Companhia Sidérurgica Belgo Mineira, Usina de Monlevade, doc. interne, 1960, 26 p.
  • 54 Les premiers hauts fourneaux de Monlevade ne dépassent pas en effet 90 tonnes/jour, et ce n’est que (...)
  • 55 Cf. Pedro C.M. Teichert, Revolucion economica..., op. cit., p. 200, C.S.N., Assim è Volta Redonda, (...)
  • 56 Ce problème est étudié en détail avec l’examen des problèmes charbonniers (ch. VI).

28Or, nous avons vu qu’au début du xxe siècle toutes les expériences antérieures ont échoué : ne subsistent que les petits fourneaux du Minas Gerais et un haut fourneau de 15 tonnes/jour installé à Esperança sur le parcours de l’Estrada de Ferro Central50. Au total, la production brésilienne en 1900 est estimée à environ 755 tonnes. Très faible, la croissance se poursuit sur les mêmes bases au cours de la première décennie du xxe siècle : 3 000 tonnes seulement sont atteintes en 1914. Dès cette époque pourtant, les pouvoirs publics s’efforcent de stimuler la production sidérurgique : des ouvertures de crédit sont décrétées dans ce but entre 1903 et 1910 ; une participation directe du Gouvernement Fédéral est même envisagée en 1911 pour la construction d’une usine de 150 000 t d’acier, mais elle est repoussée par le Congrès51. En 1920, le Brésil ne produit toujours que 10 000 t de fer, mais la consommation est désormais suffisamment élevée pour tenter quelques investissements privés. De 1921 à 1923, de nombreux emprunts sont émis52 ; s’ils n’aboutissent pas tous, la création de la Belgo-Mineira ouvre au Brésil l’ère du fer et de l’acier. La nouvelle entreprise sidérurgique résulte de la fusion d’une petite société locale, la Companhia Siderurgica Mineira, et du puissant groupe belgo-luxembourgeois ARBED53. Elle commence par développer les installations existantes à Sabara puis entreprend en 1935 la construction de l’usine de Monlevade dans laquelle des fours Siemens-Martin puis, en 1940, un train de laminoir prolongent les hauts fourneaux. On peut suivre sur le tableau no 6 la contribution de cette industrie à la consommation brésilienne : après une phase de très faible croissance jusqu’en 1932, elle s’élève rapidement à l’abri de la concurrence étrangère que limite la hausse des prix de l’acier nord-américain : de 1932 à 1937, en effet les prix F.O.B. s’élèvent de 30 % et les prix C.I.F. en cruzeiros d’au moins 70 %. Le second conflit mondial ne fait que renforcer cette protection et permet à la production nationale de dépasser le volume des importations. Aussi bénéfique qu’eût pu être pour le Brésil cette première unité, elle ne pouvait jouer le rôle entraînant d’un grand complexe sidérurgique, compte tenu de ses limites technologiques. Localisée dans le Minas Gerais, près des gisements de fer, mais loin de la métallurgie côtière à laquelle la relie un système déficient de transport, l’usine de Monlevade utilise de plus le charbon de bois comme réducteur. Sans doute suffisant au siècle précédent pour démarrer l’industrialisation, une telle technique n’appelle pas d’amples progrès susceptibles d’engendrer des économies d’échelle et d’innovations54. Il était donc nécessaire de faire franchir un pas à la sidérurgie brésilienne en passant au stade de la réduction par le coke. C’est alors que le Gouvernement Fédéral crée la Companhia Siderurgica Nacional, société d’économie mixte dont il détient les 2/3 du capital social. Dès 1941 commence à Volta Redonda, dans la vallée du Paraiba, la construction d’une nouvelle usine sidérurgique prévue initialement pour produire 350 000 t d’acier55. Elle utilise le minerai de fer d’Itabira distant de 390 km mais auquel la relie le Central do Brasil et le charbon de Santa Catarina qu’elle cokéfie sur place après adjonction d’une houille nord-américaine de meilleure qualité qui accroît l’efficacité de la réduction56. Inauguré en 1946, le complexe n’a cessé depuis lors de se développer (1 200 000 t en 1963) et d’entraîner une triple croissance industrielle : en amont, en aval et à son propre niveau.

  • 57 Presidencia da Republica, Conselho do Desenvolvimento, Anexo 1, Estatísticas relativas a produçâo e (...)

Tableau No 38. — Evolution des importations et de la production de produits sidérurgiques (en 1 000 t)57.

Importation de produits sidérurgiques

Production de fonte

Production

d’acier

1900

0,7

1901

1902

1903

1904

1905

1906

1907

1908

1909

1910

3,0

1911

1912

1913

1914

1915

1916

1917

1918

1919

. —

1920

10,0

1921

15,0

1922

16,0

1923

20,0

1924

20,0

1925

386,1

30,0

7,6

1926

403,1

21,3

9,9

1927

445,6

15,3

8,2

1928

469,7

25,7

21,4

1929

456,1

33,7

16,8

1930

246,0

35,3

21,0

1931

123,5

28,1

23,1

1932

122,8

28,8

34,2

1933

234,6

46,7

53,6

1934

291,8

58,6

61,7

1935

284,1

64,1

64,2

1936

309,9

78,4

73,7

1037

395,7

98,1

76,4

1938

258,5

122,3

92,4

1939

314,6

160,1

114,1

1940

280,7

185,6

141,2

1941

234,3

208,8

155,4

1942

136,5

213,8

160,1

1943

199,9

248,4

185,6

1944

313,3

292,2

221,2

1945

299,0

259,9

205,9

1946

464,2

370,7

342,6

1947

464,2

480,9

386,9

1948

214,5

551,8

483,1

1949

240,9

511,7

615,1

1950

263,9

728,9

788,6

1951

368,4

776,3

843,0

1952

370,9

811,5

893,3

1953

235,8

880,1

1 016,3

1954

645,7

1 088,9

1 148,3

1955

341,0

1 068,5

1 162,5

1956

247,3

1 365,0

1957

387,5

1 470,0

1958

212,8

1 659,0

594,7

1 866,0

1960

434,5

2 279,0

1961

330,7

2 485,0

1963

374,7

2 812,0

1964

3 016,0

29Par sa demande, l’usine de Volta Redonda entraîne la croissance de plusieurs grands secteurs industriels tels que l’extraction du charbon, du minerai de fer et du calcaire, la production d’acide sulfurique, de métaux non ferreux, d’électricité et de dérivés pétroliers. Le bilan matière des achats courants de Volta Redonda en 1962 illustre cet impact. Encore cette demande est-elle loin de couvrir tous les effets en amont car, outre les achats courants, Volta Redonda devient au fur et à mesure de sa croissance un client de plus en plus important pour l’industrie nationale de biens d’équipement à travers les investissements qu’elle réalise à tous les niveaux : extraction de matières premières, transport par fer et par mer, cokéfaction, laminage, production d’électricité...

  • 58 Cf. C.S.N., Relatorio da Diretoria, 1962, p. 10.

Tableau No 39. — Consommation de matières premières par l’usine de Volta Redonda en 196258.

Industrie extractive

Dolomites calcinées

29 219 t

Fondants

399 578 t

Minerais de fer

1 346 381 t

Energie :

Charbon métallurgique national

372 307 t

Charbon vapeur national

26 306 t

Charbon étranger

622 307 t

Dérivés pétroliers

171 807 t

Métaux non ferreux et alliages :

Aluminium

650 t

Cuivre électrolythique

225 t

Etain

859 t

Ferro-alliages

10 607 t

Zinc

4 304 t

Chimie :

Acide sulfurique

15 189 t

Divers :

Ferraille

352 547 t

Autres matières premières

270 688 t

Total

3 622 974 t

  • 59 Cf. Conselho do Desenvolvimento, Estatísticas relativas a produçâo e ao consumo de produtos siderur (...)
  • 60 Cf. Presidencia da Republica, Conselho do Desenvolvimento, Relatorio parcial..., op. cit., tableau (...)

30En aval, c’est-à-dire par l’intermédiaire de sa production, la sidérurgie exerce des effets encore plus importants puisqu’elle entraîne directement le développement de la métallurgie et indirectement celui de toutes les industries mécaniques qui lui sont liées par leur vente et par leurs achats. Ici, effets par les flux et par les prix se mêlent étroitement car toute extension de la production engendre des économies d’échelle et des économies externes qui se répercutent sur les prix. En 1946, au moment où Volta Redonda entre en opération, la production sidérurgique brésilienne se limite à des laminés bruts, à des barres et du fil de fer. Depuis, la gamme de produits ne cesse de s’étendre : plaques, rails, tôles fines à chaud et à froid en 1947, tôles galvanisées et feuilles des Flandres en 1948, fers ronds et fers pour machines en 1952, tubes en 1954, aciers spéciaux plus récemment59. A chacune de ces étapes de nouvelles industries apparaissent et d’anciennes, jusque-là dépendantes d’un approvisionnement étranger, se développent. En effet, non seulement la sidérurgie nationale met à la disposition des industries d’équipement un volume croissant et diversifié de produits, mais elle en diminue les prix tout en les protégeant des fluctuations internationales. Le caractère arbitraire des divers taux de change en vigueur au cours de la décennie ne permet pas une évaluation rigoureuse du bénéfice qu’en retire l’économie brésilienne, mais on peut néanmoins, sur la base du tableau suivant, vérifier que pour la plupart des laminés, Volta Redonda qui joue en matière de prix un rôle de firme-leader, procure au pays des aciers meilleur marché que ceux en provenance de l’étranger, et ce dès 195160.

  • 61 Le taux retenu de 48,05 Cr. par U.S. $ est le plus favorable aux produits importés. Les prix sont c (...)

Tableau No 40. — Prix comparés des laminés importés et de ceux produits à Volta Redonda (en Cr. par tonne)61.

Prix F.O.B. Volta Redonda

Prix U.S. rendus à Volta Redonda

Rail

6 600

6 831

Accessoires

7 500

8 465

Blooms

5 200

7 026

Rillettes

5 000

6 204

Profilés

6 750

7 503

Grosses tôles

6 900

7 355

Tôles fines à chaud

7 500

7 132

Tôles fines à froid

8 150

8 416

Tôles galvanisées, Feuilles des Flandres.

8 650

8 899

31Troisième groupe d’effets enfin : en créant un véritable marché national de l’acier, la Companhia Siderurgica Nacional entraîne l’extension de tout le secteur sidérurgique. Un moment éclipsé par l’essor de Volta Redonda dans l’Etat de Rio de Janeiro, le Minas Gerais, détenteur des minerais de fer mais éloigné des combustibles minéraux, reprend son importance. Aux côtés de l’ancienne Companhia Belgo Mineira, qui s’étend et se modernise tout en gardant son combustible végétal, s’installent à partir de 1950 la Companhia Aços Especiais Itabira (ACESITA) et la Companhia Siderurgica Manesmann qui utilisent les disponibilités électriques rendues abondantes par l’intervention de la C.E.M.I.G. Usiminas (Usinas Siderurgicas de Minas Gerais) enfin implante à la fin de la décennie un ensemble intégré prévu pour produire 700 000 tonnes d’acier par,an dans un premier temps, puis 1 500 000 à 2 000 000 dans un second.

32Moins concentrée, la sidérurgie pauliste (Mineraçâo Geral do Brasil Ltda, Aliperti, etc.) avait encore plus régressé, en termes relatifs, jusqu’à ce que se soit installée à Piaçaguera (près de Santos) la grande unité de la Cosipa, actuellement en voie d’achèvement et prévue pour 500 000 tonnes d’acier en 1965, puis 1 500 000 tonnes en 1970.

33Certains Etats enfin, dépourvus jusque-là d’unités sidérurgiques, vont en être dotés dans les années à venir (usine de Vitoria dans l'Espirito Santo et de Santa Catarina au Sud), tandis qu’à plus long terme sont projetées les installations d’Usiba (180 000 t/an de tôles fines) dans l’Etat de Bahia et de Metamig (1 000 000 de t/an d’acier dans le Minas Gerais).

  • 62 Les unités sont les suivantes : millions de Cr. courants pour les participations et les emprunts ; (...)

Tableau No 41. — Financement de l’industrie sidérurgique brésilienne de 1956 à 196062.

Tableau No 41. — Financement de l’industrie sidérurgique brésilienne de 1956 à 196062.
  • 63 A savoir : Siderurgica Aliperti, Sid. Barra Mansa, Cia Brasileira Metalurgica, Sid. Riograndense, L (...)

Note 6363

34Or, si toutes ces unités ne relèvent pas d’une initiative publique, encore que ce ne soit pas le cas pour les plus importantes d’entre elles, elles bénéficient toutes d’un financement public sous forme soit de participation, soit de prêts des organismes financiers de l’Etat, soit enfin de taux de change préférentiel comme l’indique le tableau ci-joint.

35Le développement de ce secteur, comme celui de la chimie de base et de la pétrochimie, résulte donc bien d’une initiative publique que prolongent et démultiplient les initiatives privées tout au long de séquences se déroulant de haut en bas du processus de production. Mais leurs effets accentuent un certain nombre de goulots d’étranglement que doivent précisément éliminer d’autres actions des pouvoirs publics. Examinons les principales d’entre elles.

2. La planification et le financement de l'industrialisation.

36A partir du moment où les industries de base commencent à exercer leurs effets, c’est-à-dire à susciter la création d’industries métallurgiques, mécaniques, de matériel électrique et de transport qui substituent leur production à celle de l’industrie étrangère, le Brésil doit faire face à un double goulot d’étranglement issu de l’étroitesse de son infrastructure industrielle et de ses insuffisants moyens de mobiliser l’épargne disponible.

37Chemins de fer, voies routières et ports ont été le plus souvent construits pour écouler vers l’extérieur le sucre, le coton, le café et, accessoirement, en recevoir des produits manufacturés. Tant que l’industrie se limite à approvisionner en biens de consommation un marché immédiat (Sâo Paulo ou Bio), l’obstacle n’est pas dirimant, d’autant plus que machines et matières premières, venant de l’extérieur, sont ainsi facilement acheminées. Il n’en va plus de même lorsque s’opèrent les jonctions entre industries de base, ressources minérales et énergétiques, industries clientes et consommateurs. A partir des années 30, le trafic croît sans que soient sensiblement améliorés les moyens de transports et leur infrastructure, si bien que dès la Deuxième Guerre mondiale l’industrie brésilienne se trouve prisonnière d’un réseau de transport insuffisant et vétuste. La situation du secteur énergétique diffère peu, ainsi que nous l’analyserons dans un chapitre ultérieur. Or, tous ces domaines de l’activité économique tendent à échapper à l’initiative privée du double fait de leur rentabilité décroissante et de la nécessaire coordination qu’ils impliquent.

38D’autre part, leur financement comme celui des industries de base hautement capitalistiques requiert des moyens d’une toute autre ampleur que ceux qu’a exigé jusque-là le développement des industries légères. De plus, dans la mesure où le Brésil souhaite renforcer son indépendance économique et orienter l’industrialisation au profit du développement de son économie, il se doit de limiter l’appel aux capitaux privés étrangers et de couvrir ses investissements par des ressources internes. Or, un tel projet n’est pas aisé pour deux raisons au moins : les planteurs et les réseaux de commerce qui leur sont liés, principaux détenteurs de l’épargne brésilienne, préfèrent d’autres opportunités d’investissement ; la capacité d’autofinancement de l’industrie existante est soit insuffisante, compte tenu de la petite dimension des firmes, soit drainée à l’extérieur lorsqu’il s’agit de sociétés étrangères. Seule une initiative publique peut donc suppléer à cette défaillance.

39C’est à ces deux impératifs — élargir l’infrastructure et financer les investissements industriels les plus lourds — que s’efforcent de répondre les tentatives de planification et l’organisation d’un système de mobilisation et de répartition des capitaux disponibles. Malgré des erreurs et des échecs sur lesquels nous reviendrons plus loin, ces deux expériences ont largement contribué à l’industrialisation du Brésil en permettant aux industries de base de se développer et d’opérer leur jonction avec d’autres branches de l’économie nationale.

A) L’expérience de planification

  • 64 Lors de la « Révolution d’avril 1964 », ce plan a été suspendu et remplacé, 6 mois plus tard, par u (...)

40Aucun des documents intitulés « plan » n’en est un à proprement parler, en ce sens qu’aucun ne lie de façon rigoureuse un ensemble d’objectifs cohérents et hiérarchisés à des moyens que l’on sait pouvoir mobiliser. Les uns et les autres se limitent à recenser les principaux goulots d’étranglement de l’économie brésilienne et à en prévoir la résorption par un certain nombre de projets chiffrés. Une évolution cependant se dessine depuis le plan Salte de 1948 jusqu’au récent plan triennal de 1963-1965. Alors que les premiers n’insèrent dans leurs objectifs que les quelques secteurs d’infrastructure où prédomine l’action des pouvoirs publics, les « métas » du Président Kubitschek en 1956 étendent le domaine de la planification à tous les secteurs essentiels de l’industrie et de l’infrastructure. Troisième étape enfin, le plan triennal dépasse le simple stade de l’énumération et envisage les inévitables modifications de structures qu’impliquent la poursuite de l’industrialisation et l’harmonisation du développement64.

  • 65 Il tire son nom de la réunion des initiales de ses 4 objectifs : Saude (santé), Alimentaçâo, Transp (...)
  • 66 Cf. Presidencia da Republica, Departamento Administrativo do Serviço Publico, O Plano Salte, 1950, (...)
  • 67 Nous analyserons plus loin, avec plus de détails, la partie strictement énergétique de ces différen (...)
  • 68 Il s’agit de recettes fédérales affectées par la Constitution de 1946 aux travaux de la Comissão Es (...)

41Le 10 mai 1948, l’exécutif adresse au Congrès National un message accompagnant l’avant-projet du plan Salte65 qui, après de longs débats, est voté deux ans plus tard, le 18 mai 1950 (loi no 1102)66. Malgré son nom, ce document n’est pas un plan mais une sorte de loi-programme se proposant de rationaliser et de coordonner les interventions des pouvoirs publics dans quatre domaines considérés comme les principaux obstacles au développement. Il prévoit, dans ce but, de dépenser en cinq ans 19 909 millions de cruzeiros répartis entre la Santé (2 640), l’Alimentation (2 733), l’Energie (3 190) et les Transports (11 346). Ce dernier poste, de loin le plus important, se ventile ainsi : chemin de fer (7 501), routes (1 263), ports, navigation fluviale et maritime (1 504), oléoducs (141), transports aériens (937)67. Les dépenses doivent être couvertes aux 2/3 par des recettes prélevées sur le budget de l’Union ou sur les dotations constitutionnelles68, le tiers restant faisant l’objet d’emprunts internes et externes.

  • 69 Cf. Banco Nacional do Desenvolvimento Economico, XI Exposição sobre o programa de reaparelhamento e (...)
  • 70 Soit le 19 juillet 1951. Cette commission résulte des accords que viennent de conclure les 2 gouver (...)

42Ce plan ne fut finalement qu’appliqué très partiellement, les pouvoirs publics ne disposant ni des ressources pour son financement, ni des moyens pour en contrôler l’exécution. Après avoir renoncé aux emprunts internes et aux dotations constitutionnelles, ils se limitèrent donc à engager un volume d’investissements compatible avec les dépenses budgétaires courantes69. Comme pour la législation de 1936, néanmoins, les répercussions à longue échéance semblent l’emporter sur les incidences immédiates. Les effets de l’industrialisation commencent à se percevoir et le problème de son aménagement s’impose. D’autres tentatives vont suivre. Presque simultanément à la mise en œuvre du plan Salte, la Comissâo Mista Brasil — Estados Unidos commence ces travaux70, dans le but de définir les projets prioritaires auxquels les U.S.A. pourraient apporter leur aide dans les domaines de l’agriculture, de l’énergie et des transports. Là encore, il n’est pas question de planifier véritablement, mais simplement de recenser les goulots d’étranglement les plus graves auxquels ne peuvent s’attaquer les industriels privés. Ses conclusions diffèrent peu de celles du plan Salte : la Commission propose que soient investis 14 019 millions de cruzeiros pour l’amélioration des principales voies ferrées (7 671), l’électrification (4 605), l’aménagement des ports et la navigation côtière (1 147) et deux projets industriels (production d’ammoniaque et de tubes d’acier).

  • 71 Décret no 36 744 du 1er février 1956.
  • 72 Sur la base des travaux du Grupo Misto B.N.D.E.-C.E.P.A.L. constitué en avril 1953 à l’issue de la (...)
  • 73 Cf. Presidencia da Republica, Conselho Nacional do Desenvolvimento, Plano de Desenvolvimento económ (...)

43Dès son élection, le Président Kubitsohek ajoute une pierre à l’édifice en créant le Conselho do Desenvolvimento71, organisme auquel incombe l’élaboration, la coordination et le contrôle de l’exécution du « Programa de Metas ». Conçu pour la période 1957-196172, ce nouveau document se propose d’élargir l’infrastructure (énergie et transport), de réduire la dépendance externe en matière de biens d’équipement et de semi-produits et pour cela de stimuler les branches industrielles de base. Ces directives sont concrétisées en objectifs chiffrés qui s’attachent essentiellement à l’énergie et aux industries de base, ainsi qu’on peut le voir dans le tableau suivant73.

Tableau No 42. — Objectifs du programme des « Metas ».

1956

1960

Energie électrique (millions de kW)

3

5

Charbon (en millions de t/an)

2,3

4

Pétrole : Production (en 1 000 t/an)

340

5 000

Raffinage (en 1 000 t/an)

6 500

16 500

Sidérurgie (en 1 000 t acier/an)

1 150

2 300

Aluminium (en 1 000 t/an)

2,6

30

Ciment (en millions de t/an)

2,7

5

Ammoniaque (en 1 000 t/an)

20

152

Cellulose (en 1 000 t/an)

90

500

Caoutchouc (en 1000 t/an)

23

53

  • 74 Somme à laquelle s’ajoute une dépense en devises de 2 318,5 millions de U.S. dollars.

44A cela s’ajoute une série de projets relatifs à l’énergie nucléaire (centrale expérimentale de 10 000 kW), à l’industrie automobile (capacité de 100 000 véhicules/an en 1960), à la mécanique lourde, au matériel électrique, à la construction navale, etc. Pour les réaliser, le plan prévoit un investissement de 236,7 milliards de cruzeiros74 réparti comme suit : énergie (43,4 %), transports (29,6 %), industries de base (20,4 %), alimentation (3,2 %), éducation (3,4 %). Depuis le plan Salte, l’intervention publique vise donc toujours, en priorité, l’élargissement de l’infrastructure économique de façon à supprimer les principaux goulots d’étranglement qui font obstacle à l’industrialisation. A partir de 1956 cependant, l’énergie passe devant les transports et les objectifs s’étendent à l’ensemble des industries de base jusque-là négligées par les programmes successifs.

  • 75 Cf. Diario do Congresso Nacional, Ano XVII, no 4. Nous citons ce message parce que connu au Brésil (...)

45Dans son message au Congrès du 16 mars 196275, le nouveau président J. Goulart rappelle les principaux obstacles auxquels se heurte la croissance économique et les efforts entrepris par la puissance publique pour y remédier, mais il ne propose pas de nouveaux objectifs.

  • 76 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit.

46Paru à la fin de la même année, le Plan triennal76 assigne à l’économie nationale un taux annuel de croissance de 7 % par an, faisant ainsi passer le revenu moyen par tête de 323 dollars en 1962 à 363 en 1965. Tant par sa brièveté que par ses lacunes (absence de tous cheminements sectoriels ou régionaux, non-indication des moyens disponibles pour son exécution, etc.), ce document est moins un plan qu’une brillante synthèse de l’économie brésilienne à la fin de la décennie 50. Il traduit néanmoins fort bien les problèmes qui lui sont posés par le niveau d’industrialisation atteint à cette époque et, à ce titre, mérite un bref rappel de ses grandes lignes. Comme le plan de 1957, il reste axé sur le développement des industries de base et l’infrastructure (au sens large) : des 3 500 milliards de cruzeiros 1962 d’investissements prévus pour les trois années, 559 sont destinés à l’industrie, c’est-à-dire la sidérurgie, les métaux non ferreux, la chimie et les biens d’équipement en général, dont la valeur ajoutée devrait passer de 40 % à 52 % de la valeur ajoutée industrielle entre 1960 et 1965. De plus, pétrole et énergie électrique devraient investir environ 640 milliards.

47La croissance industrielle ne peut cependant pas se poursuivre si sa propagation n’est pas vigoureusement aménagée, et ce problème est bien vu par le plan triennal qui, en cela, marque un progrès sur les plans précédents. A côté des transports auxquels d’importants investissements sont toujours consacrés (867 milliards), il retient l’urbanisme (373 milliards), la santé et l’éducation considérées à juste titre comme des investissements productifs (311 milliards) et l’agriculture (252 milliards). Bien qu’encore modeste, cette dernière part reflète l’amorce d’une jonction agriculture-industrie et se concrétise par la croissance récente mais rapide des industries de l’engrais et du matériel agricole. L’aménagement de la propagation des progrès industriels conduit, au-delà des investissements d’infrastructure, à une modification profonde des structures de l’économie brésilienne ; conscient de cette proche et impérative échéance, le plan s’achève sur un appel à une quadruple réforme : administrative, bancaire, fiscale et agraire.

48Tous ces projets, soit confiés à l’initiative publique, soit suggérés aux entrepreneurs privés, n’ont quelques chances d’aboutir que si parallèlement s’organise leur financement. Dans ce domaine encore le rôle des pouvoirs publics est déterminant.

B) Le financement des investissements

  • 77 Pour une analyse détaillée des modes de financement de 1945 à 1955 on peut se reporter à l’étude de (...)

49Autofinancement industriel et marché financier ne peuvent assurer l’industrialisation pour une double raison ; tant que persistent les structures coloniales (alliance des planteurs et de l’industrie étrangère), ils ne drainent que la fraction de l’épargne nationale qui échappe aux exportations de capitaux, à l’autofinancement agricole ou aux investissements somptuaires ; par ailleurs ils ne peuvent assurer le financement des industries de base et de l’infrastructure tant que les opportunités d’investir dans l’agriculture d’exportation, l’industrie légère ou la construction immobilière offrent des taux de rémunération plus élevés que ceux des autres secteurs. Dès lors, seule une organisation publique de collecte et de répartition d’une fraction du revenu national peut permettre la réalisation des investissements indispensables à l’industrialisation. S’il n’est pas question dans le cadre limité de cette section d’analyser l’ensemble de la politique financière du Brésil, il convient cependant de souligner le rôle décisif de quelques institutions77.

50Nous avons vu qu’au cours de la période antérieure à 1930, la plus grande partie de l’infrastructure et de l’industrie légère avait été financée par des capitaux étrangers et par une fraction des fonds accumulés par les planteurs ou leurs intermédiaires commerciaux.

51Dès cette époque, les budgets de l’Union, des Etats et des Municipes qu’alimentent principalement des taxes sur les importations et les exportations contribuent à la réalisation de certains investissements (routes, ports, petites centrales électriques, etc.) mais ne peuvent être considérés comme des moyens de mobilisation et de répartition de l’épargne, puisque aussi bien le secteur public industriel demeure inexistant. Sa constitution à partir de 1930 conduit, comme dans de nombreux autres pays, à utiliser le canal budgétaire pour financer les investissements sous forme de dotations. Les limites d’un tel système sont cependant vite atteintes et le gouvernement brésilien se trouve dans l’obligation d’instituer des fonds spéciaux alimentés par des impôts spécifiques pour financer les investissements prévus dans les secteurs jugés prioritaires. Parmi les premiers ainsi dotés figurent les diverses branches du secteur énergétique, et nous analyserons plus loin les modalités de leur financement. A leurs côtés, citons d’autres institutions telles que :

  • le « Fundo Rodoviario Nacional » et le « Fundo Nacional de Pavimentaçâo » (1955) pour construire et bitumer le réseau routier ;

  • le « Fundo da Aeronáutica » pour moderniser la flotte aérienne ;

  • le « Fundo Portuario Nacional » (1958) pour étendre l’infrastructure portuaire ;

  • le « Fundo de Marinha Mercante », institué la même année, pour rénover et développer la flotte nationale et les chantiers navals ;

  • le « Fundo Nacional de Investimento Ferroviario » (1962) pour remodeler et allonger le réseau ferroviaire ;

    • 78 Cf. B.N.D.E., XI Exposição sôbre o programa..., op. cit., p. 22-23.

    le « Fundo Federal Agropecuario » (1962) pour soutenir l’action des services voués à la modernisation de l’agriculture78.

  • 79 Cf. section suivante consacrée aux conséquences régionales de l’industrialisation.
  • 80 Cf. Institut de développement à vocation générale : la B.N.D.E. Note mensuelle de la Banque Françai (...)
  • 81 Toutes ces ressources alimentent les fonds dont la Banque peut disposer librement pour financer l’i (...)

52Parallèlement à ces institutions spécialisées par grands secteurs sont créés des organismes régionaux financés à la fois par des dotations fédérales et des ressources spécifiques79. Mais ni les uns ni les autres n’ont vocation à financer l’ensemble de l’industrialisation ; une telle tâche revient à la « Banco Nacional de Desenvolvimento Economico », créée par la loi no 1628 du 26 juin 1952 pour gérer le « Fundo de Reaparelhamento Economico » institué l’année précédente sur les recommandations de la Commission mixte Brésil - Etats-Unis80. De quelles ressources disposent-elles ? Outre les dotations initiales de 20 millions de cruzeiros versées par le Gouvernement Fédéral, la Banque perçoit au titre du Fonds de Rééquipement économique une double taxe prélevée sur les revenus des personnes assujetties à l’impôt sur le revenu et sur les bénéfices non distribués des compagnies d’assurances. Par ailleurs, ces dernières compagnies lui affectent obligatoirement 25 % de l’augmentation de leurs réserves. A ces deux sources principales s’ajoutent évidemment les intérêts des prêts consentis et des « revenus de nature spéciale » résultant d’accords entre le gouvernement brésilien et celui des Etats-Unis81. L’utilisation de toutes ces disponibilités s’effectue sous trois formes, parmi lesquelles la première prédomine très nettement : l’octroi de prêts remboursables, la prise de participation et la garantie de prêts extérieurs.

  • 82 Dans ses rapports, la Banque présente à part ses diverses opérations, ce qui s’explique fort bien c (...)
  • 83 Cf. les critères de sélection des investissements par la B.N.D.E., in Un Institut de Développement. (...)
  • 84 Cf. Un Institut de Développement..., op. cit., p. 32.

53Rapportés à la formation brute de capital réalisée par l’économie brésilienne au cours des dix dernières années, les moyens de financement octroyés par la B.N.D.E. paraissent très limités : 1,7 % jusqu’en 1955, puis respectivement 3,3 %, 7,3 %, 5,5 %, 7,4 % et 6,2 % en 1960. On ne saurait cependant s’arrêter à ce seul critère global. Nous avons essayé de regrouper dans le tableau suivant toutes les interventions de la B.N.D.E. en les classant par secteurs d’activité82. Trois d’entre eux dominent très nettement : l’électricité, les transports par chemins de fer et la sidérurgie. D’autres industries essentielles au développement n’ont cependant pas été négligées, telle la chimie de base (ammoniaque principalement), la production de métaux non ferreux qui commence plus tardivement et surtout l’ensemble des industries mécaniques lourdes indispensables à la fabrication de machines pour l’industrie automobile, les chemins de fer, l’électrification et la navigation. Cette répartition des ressources mobilisées n’est évidemment pas arbitraire mais répond à un triple objectif : éliminer les goulots d’étranglement, assurer l’indépendance économique et maximiser les effets d’entraînement des investissements sur le reste de l’économie nationale83. On observe cependant que les actions de la Banque demeurent prisonnières du modèle brésilien d’industrialisation, doublement limité par l’absence de propagation en direction de l’agriculture et des zones retardées : alors que le financement de l’infrastructure agricole ne représente qu’une très faible part des ressources octroyées, le Nordeste brésilien ne reçoit depuis 1952 que 6,4 % des moyens financiers, le Nord (Amazone) et le Centre Ouest 0,6 % et 5 %84.

Tableau No 43. – Evolution des investissements financés ou garantis par la Banque de développement de 1952 à 1962 (en millions de Cr. Courants).

Tableau No 43. – Evolution des investissements financés ou garantis par la Banque de développement de 1952 à 1962 (en millions de Cr. Courants).

54Dans le cadre de ces limites qui sont celles de tout le développement brésilien, la B.N.D.E. a néanmoins joué un rôle de tout premier plan en assurant le financement des industries les plus industrialisantes, lesquelles n’auraient pu se procurer de moyens financiers par les voies strictement mercantiles.

3. La croissance et la diversification des industries de biens de production

  • 85 Rappelons que le coefficient d’importation est le rapport des importations (en volume) à l’offre to (...)
  • 86 Nous disons potentielle et non réelle car, outre que cette maîtrise ne peut être qu’apparente pour (...)

55L’étude de l’évolution des structures industrielles (Section 1) a fourni un premier aperçu de la diversification de l’industrie brésilienne et de la place de plus en plus importante qu’y occupent les branches vouées à la production de machines (mécaniques, électriques, mobiles) ou de semi-produits nécessaires à leur construction et leur utilisation (acier, métaux non ferreux, caoutchouc, produits de synthèse). Au début de la décennie soixante, le Brésil est encore loin de disposer, quantitativement et qualitativement, de toutes les industries indispensables à la poursuite de son industrialisation, mais son coefficient global d’importation de produits secondaires85 s’est abaissé de 16 % en 1949 à 10 % en 1961, ce qui signifie bien une maîtrise potentielle plus grande de son développement futur86. Il n’est pas dans notre objet de procéder à une analyse détaillée de cette diversification, mais nous souhaiterions donner trois exemples de séquences industrielles, choisies hors du domaine énergétique que nous examinerons plus loin : elles sont chacune très différentes mais ont ce point commun de ne pas échapper aux actions directes ou indirectes de la puissance publique, même lorsqu’elles relèvent (la construction automobile) essentiellement d’investisseurs étrangers. Dans les deux premiers exemples, nous observons la convergence des effets amont sur les industries métallurgiques et mécaniques ; dans le troisième, nous évoquons l’apparition toute récente d’une industrie des engrais liée au développement de la pétrochimie publique.

A) Les industries liées au développement de l’infrastructure

  • 87 Il s’agit de 21 sociétés privées, libres ou concessionnaires, de sociétés d'économies mixtes et de  (...)
  • 88 Toutes les informations réunies dans cette section sont tirées de : Presidencia da Republica, Conse (...)
  • 89 Soient les participations suivantes :
    - D.N.E.R. = 14 970 km (routes fédérales) ;
    - D.N.O.C.S. = 3 70 (...)

56La Banque de Développement inaugure ses fonctions par des crédits aux transports ferroviaires. Progressivement s’y ajoutent les voies navigables intérieures, les ports, la marine marchande, le réseau routier et aérien. Ajoutons enfin dans l’infrastructure la constitution, à partir de 1952, d’un réseau de silos et d’établissements frigorifiques (armazagen e matadouro). Toutes ces dépenses augmentent très sensiblement avec la mise en œuvre des « métas » de 1957 ; même si tous les objectifs ne sont pas atteints, à leur terme, 2 000 km de voies ferrées ont été remodelés, 7 000 wagons et 392 locomotives (diesel électrique à 99 %) sont acquis par les sociétés ferroviaires87, la signalisation est modernisée et quelques dizaines de kilomètres électrifiés88. Si l’extension du réseau ferroviaire reste limitée (sur les 1 600 km de nouvelles voies prévues, seuls 826 sont réalisés en 1960), celle du réseau routier est importante : de 1956 à 1960, 5 600 km de routes pavées et 31 544 km de nouvelles routes fédérales sont construites par le « Departemento Nacional de Estradas de Rodagem » (D.N.E.R.) et par les organismes de planification régionale89. Au total, la longueur du réseau routier de 1955 se trouve doublée en 1961 ; si les Etats du Centre Sud polarisent toujours la plupart des travaux, on observe néanmoins une série de grandes jonctions qui repoussent les frontières économiques et pourraient favoriser l’intégration progressive de l’espace brésilien : Brasilia - Fortaleza ; Brasilia - Belem ; Rio de Janeiro - Sâo Salvador ; Sâo Paulo - Cuiaba - Porto Velho ; Sâo Paulo - Rio Grande...

  • 90 Ces dernières occupent une place dominante dans la navigation brésilienne : Loide Brasileiro pour l (...)

57L’extension et la modernisation des moyens de transports ne se limitent pas aux chemins de fer et à la route ; au cours de la même période, le Brésil réorganise sa flotte et son aviation commerciale. La première a toujours joué un rôle important dans les échanges économiques du Brésil dont les principales régions sont soit côtières, soit traversées par des fleuves navigables (Amazone, Sâo Francisco, Parana). Or, au lendemain de la guerre, la plus grande partie de cette flotte (long court, cabotage, spécialisée et fluviale), vétuste (plus de 20 ans d’âge en moyenne et souvent plus de 40) et de petite dimension, ne fait plus face aux besoins de l’économie brésilienne, seules certaines sociétés publiques90 ayant renouvelé partiellement leurs unités en 1948. De 1955 à 1960, 456 000 dwt sont acquis par le Brésil dont 83 % par des sociétés publiques, ce qui implique un dépassement total de 14 % des objectifs révisés du plan de 1957 à l’exception du cabotage et du transport pétrolier.

  • 91 Nous pensons particulièrement aux 13 terrains d’aviation construits par les D.N.O.C.S. dans le Piau (...)

58L’aviation enfin, dont l’importance est bien connue dans un pays aux dimensions continentales, a vu son champ d’action s’étendre considérablement au cours de la dernière décennie. Les pouvoirs publics n’ont pas seulement aidé les compagnies à moderniser leur flotte, ils ont élargi et renforcé l’infrastructure aussi bien pour les longs courriers (Rio de Janeiro, Sâo Paulo, Brasilia...) que pour les transports intérieurs sur courte distance, reliant ainsi certaines régions demeurées jusque-là peu accessibles par le fer ou la route91.

  • 92 Cf. Presidencia da Republica, Relatorio 1956-1960, op. cit., tome 2.
  • 93 Comme on peut le constater, ce dernier chiffre est très faible ; il ne correspond qu’à une fraction (...)

59L’agriculture, nous l’avons indiqué, n’a été abordée par les pouvoirs publics jusqu’en 1960 que sous l’angle de l’infrastructure, ce qui justifie que l’on rappelle brièvement ici les principaux travaux entrepris pour doter le pays d’une capacité de stockage plus importante et d’un réseau d’abattage et de conservation des viandes92. Tous les objectifs de 1957 (révisions incorporées) n’ont pas été également atteints ; néanmoins, en 4 ans, le Brésil a accru sa capacité de stockage de 570 000 t dont 214 000 pour les céréales, ses possibilités d’abattage de 3 000 têtes/jour et son volume de réfrigération (viande, poisson et divers) de 8 000 t environ93. Le déséquilibre au profit des Etats du Sud s’avère beaucoup plus net encore que pour le reste de l’infrastructure puisque plus de 80 % de la capacité installée leur revient.

  • 94 Soit la ventilation suivante (en millions de Cr. courants, réévaluation comprise) :
    (...)
  • 95 C’est ainsi que le Groupe de travail de l’industrie du matériel ferroviaire, créé en 1958 auprès du (...)
  • 96 Cf. Anuario Banas, A industria..., op. cit., Part. VIII.

60Il ne nous a pas été possible de dresser un inventaire précis de toutes ces dépenses d’infrastructure, parce que nous ne disposons pas de leur montant année par année et que l’inflation subie au cours de la période enlève aux évaluations globales une grande part de leur signification ; de plus, une fraction non négligeable des dépenses s’effectue en devises étrangères dont la conversion demeure incertaine en régime de changes multiples. Cependant, pour fixer quelques ordres de grandeur, les dépenses des différents programmes (de 1956 au 15 décembre 1960) ont été agrégées, soit un total de 123 926 millions de Cr. courants (réévaluations comprises), c’est-à-dire 11,5 % de la formation brute de capital fixe de la période et 46 % environ des sommes consacrées à l’infrastructure94. Même compte tenu d’une inévitable marge d’erreur, on conçoit qu’un tel volume d’investissement n’ait pas été sans effet sur la croissance des industries, métallurgiques et mécaniques en particulier. Cet impact diffère évidemment avec les branches, mais aucun investissement ne peut être totalement éliminé. Si tous les appareils de l’aviation et la plupart du matériel spécialisé utilisé pour la construction des routes sont importés, les besoins de ciment, fer et matériaux divers pour la construction des aéroports, ponts, tunnels, etc., se répercutent directement sur l’industrie nationale. Les autres branches exercent des effets plus directs encore : globalement 80 % du matériel ferroviaire, 60 % des équipements électriques et 20 % des biens destinés à la navigation proviennent de l’industrie nationale. Ces pourcentages ne se répartissent pas également dans le temps, mais croissent avec la substitution progressive de la production nationale aux importations à partir de niveaux variables. Dès 1950, par exemple, une grande partie des besoins ferroviaires peut être satisfaite par la métallurgie brésilienne qui, outre sa production de rails, dispose, depuis le second conflit mondial, d’entreprises spécialisées telles que la Fabrica Nacional de Vagôes S. A. fondée en 1943 et la Material Ferroviario S. A. en 1944. Dès lors, l’effet d’entraînement des programmes publics s’exerce plus rapidement et avec plus de force, ainsi qu’on a pu l’observer sur le tableau no 43. Certes, tout le matériel, machines électriques et diesel-électriques notamment, ne peut être fabriqué sur place mais, les pouvoirs publics aidant95, la production de l’industrie brésilienne se diversifie : freins à air comprimé, batteries, accumulateurs, régulateurs de tension, wagons en acier inoxydable, axes et roues estampés, etc. La reconstitution de la flotte commerciale n’exerce pas d’effets immédiats : jusqu’aux alentours de 1958, le Brésil doit commander à l’extérieur ses unités puis, un à un, les anciens chantiers navals se modernisent et de nouveaux apparaissent : Estaleiro SO S. A. à Porto Alegre (R.G.S.), Companhia Commercio e Navegaçâo à Niteroi (R. de J.), Industrias Reunidas Canece S. A., Ishikawajima do Brasil Estaleiros S. A., tous deux dans l’Etat de Guanabara. De dimensions moins grandes, enfin, apparaissent autour des années 54-55 de nouvelles firmes qui se destinent à la production de matériel de travaux publics, en réponse au développement du réseau routier et à son entretien. Ces derniers travaux débouchent directement par ailleurs sur la pétrochimie (bitume) dont nous analyserons plus loin la croissance rapide. Notons enfin, en liaison partielle avec l’extension de l’infrastructure agricole, la croissance rapide à partir de 1950 des entreprises fabriquant des réservoirs métalliques et des installations frigorifiques industrielles96. Cependant, de tous les effets induits par l’extension et la modernisation de l’infrastructure, l’apparition et la croissance très rapide de l’industrie automobile est probablement le plus important, bien que le moins direct.

B) Les industries liées à la construction d’automobiles

  • 97 Soit la répartition suivante, limitée aux plus grandes sociétés :
    (...)
  • 98 Source : Banco Nacional do Desenvolvimento Economico, XI Exposiçâo..., op. cit., p. 51.

61Le tableau des crédits accordés par la Banque de Développement reflète mal le rôle de l’industrie automobile dans la croissance brésilienne. Si l’on excepte, en effet, la Fabrica Nacional de Motores, initiative publique déjà ancienne, l’industrie automobile est une industrie d’importation implantée de toute pièce par les grandes firmes étrangères (Ford, General Motors, Mercedes, Volkswagen, Willys, Renault, Simca, etc.), qui ont elles-mêmes financé leurs nouvelles installations. Au 31 décembre 1960, les investissements réalisés par cette branche (fabrication de pièces détachées comprise) s’élevaient à 332 455 000 U. S. $ et 17 milliards de cruzeiros, soit 20 % environ des investissements industriels de la même période97. Cette immobilisation massive de capitaux techniques, en grande partie acquis à l’étranger, ce qui dans un premier temps en a limité l’impact sur l’industrie brésilienne, est suivie d’une croissance rapide de la production comme l’indique le tableau suivant98 :

Tableau No 44. — Croissance de la production de véhicules (en unités).

Tableau No 44. — Croissance de la production de véhicules (en unités).
  • 99 A titre de référence, citons ici les calculs effectués par M. M. Potier, Le Marché de l’automobile (...)

62Mais la construction automobile appartient à ce groupe d’industries lié aux autres branches, mécaniques, métallurgiques, chimiques et même textiles, par un très grand nombre de flux. En d’autres termes, elle est un des meilleurs clients de toutes ces industries de base dont on a vu la participation croissante dans le produit brésilien99.

  • 100 C’est-à-dire le rapport, en poids, du matériel acheté à l’industrie nationale au matériel livré au (...)
  • 101 Les 2 chiffres des premières années sont relatifs, l’un aux véhicules lourds, l’autre aux véhicules (...)
  • 102 Ce n’est là qu’une indication grossière en attendant les résultats exacts du recensement industriel (...)

63Il convient, pour que joue cet effet d’entraînement, que la branche automobile s’approvisionne directement et indirectement auprès de l’industrie nationale. Or, c’est précisément ce qui se passe puisque l’on observe sur toute la période la croissance du coefficient de nationalisation100 : 25-40 % en 1956, 40-50 % en 1957, 65 % en 1958, 75 % en 1959, 90 % en 1960101. Bien qu’imparfaitement, le tableau no 43 reflète ce processus : chaque année, de nouvelles firmes se créent en réponse aux multiples besoins de pièces détachées et fournitures diverses pour l’industrie automobile. Cet entraînement ne se limite pas aux flux de matières premières et de fournitures dont nous verrons d’ailleurs qu’ils se propagent par-delà les industries satellites, jusqu’aux unités métallurgiques, chimiques et sidérurgiques, mais joue avec une particulière intensité sur toutes les unités fabriquant des machines-outils. Liées jusque-là aux industries de consommation (textile, cuir et bois notamment), elles s’en détachent progressivement pour entrer dans la zone d’influence de l’industrie automobile : les exemples sont nombreux d’unités vouées à la fabrication d’outils pour le bois ou de machines textiles qui, dès 1954, réorientent leur production vers le tour, la perceuse, La presse hydraulique, la fraiseuse, la rectifieuse, etc. De 1950 à 1961, on recense plus de 45 nouvelles firmes totalisant 5 à 6 000 ouvriers, qui sont créées en réponse aux besoins croissants de machines-outils dans l’ensemble des industries mécaniques mais, plus particulièrement, dans l’automobile et ses unités satellites102. Il est donc peu douteux que cet ensemble, joint à celui des autres industries directement liées à l’extension de l’infrastructure, entre dans le noyau dynamique de la croissance industrielle du Brésil au cours de la dernière décennie.

C) Les industries liées à l’agriculture

64Alors que les besoins de machines pour conditionner les produits de l’agriculture d’exportation sont à l’origine des premières industries d’équipement, la production d’engrais et de machines agricoles stricto sensu fait presque complètement défaut jusqu’à ces toutes dernières années.

65L’agriculture comme l’élevage, la pêche, la sylviculture, est longtemps restée en marge de la croissance industrielle, situation que nous avons expliquée par la lente évolution des structures jusqu’au second conflit mondial. A son issue, l’industrialisation commence à mordre sur la frange agricole la moins traditionnelle, soit que proche des grandes cités du Sud elle soit plus vivement sollicitée par l’extension du marché, soit que ses agents d’origine européenne récente y utilisent des méthodes culturales modernes, soit enfin qu’elle ait été stimulée et aidée par un organisme de développement régional. Longtemps, néanmoins, la demande de matériel demeure insuffisante pour susciter l’implantation d’industries. En 1949, 71 % des équipements agricoles sont importés et en 1958 ce pourcentage reste encore globalement supérieur à 50 %. A la fin de la décennie seulement, l’industrie liée à l’équipement de l’agriculture prend son essor.

  • 103 Il s’agit du régime instauré par l’instruction no 70 de 1953 et abrogé en 1961.
  • 104 Cf. Fertilizantes, Mercado e dependência externa crescentes, in Desenvolvimento e Conjuntura, juill (...)

66Favorisée par un régime cambiaire préférentiel et par l’exemption d’impôt sur l’importation103, la consommation apparente d’engrais croît de 1950 à 1961 comme l’indique le tableau ci-dessous104.

67Au début de la décennie, la quasi-totalité de cette consommation est satisfaite par l’importation : 95 % pour les engrais azotés, 88 % pour les phosphatés et 100 % pour les potassiques. La production nationale d’azote se limite aux 750 tonnes de sulfate d’ammoniaque que procure la cokerie de la Cia Siderûrgica Nacional (Volta Redonda), auxquelles s’ajoute en 1953 une petite quantité de cyanamide de calcium produite à Santos Dumont (Minas Gerais). La contribution nationale n’atteint quelque importance (11 000 t) qu’en 1959 avec l’entrée en fonction de l’usine de nitrocalcium, prolongement de la raffinerie de Cubatâo (Petrobras). Bien qu’incapable, pour de nombreuses années encore, de satisfaire les besoins exprimés et potentiels du pays, la production croît désormais rapidement : fabrique d’urée (200 t/jour) construite dans le complexe pétrochimique de Bahia, unités de sulfate d’ammonium prévues avec les cokeries sidérurgiques d’Usiminas et Cosipa, extension de celle de Volta Redonda, nouvelle fabrique d’urée à Jacarei (Sâo Paulo) qui utilisera les huiles lourdes de Bahia, soit un total de 50 000 t d’azote supplémentaires en 1965-66. Par la suite, une nouvelle extension de cette branche est envisagée avec la construction des nouvelles raffineries de Planalto (S. P.), Duque de Caxias (R. J.), Porto Alegre (G. S.) et Belo Horizonte (M. G.), celle du complexe sidérurgique de Vitoria (E. S.) et enfin la valorisation des charbons du Rio Grande do Sul (Prosul installé à Charqueadas).

  • 105 Les fluctuations annuelles ne reflètent que l’irrégularité des importations, et la baisse de la con (...)

Tableau No 45. — Evolution de la consommation apparente d’engrais (en tonnes d’éléments purs)105

Engrais azotés

Engrais phosphatés

Engrais potassiques

1950

14 187

50 836

23 523

1951

18 561

73 569

26 709

1952

10 605

46 923

15 347

1953

20 579

64 816

31 226

1954

17 762

77 389

28 348

1955

22 951

88 575

49 523

1956

30 238

93 559

41 632

1957

28 558

118 689

60 189

1958

41 390

143 349

65 082

1959

44 785

124 005

57 525

1960

66 760

131 591

106146

1961

55 064

118 766

70 727

Croissance :

1960-61

288 %

140 %

93

  • 106 De 6 000 t produites en 1950, dont 90 % en provenance de la Vale da Ribeira (S.P.), elle est passée (...)

68Si aucune fabrication d’engrais potassiques n’a été entreprise à ce jour par absence de gisements reconnus, le développement de la production de phosphate a suivi celui de l’azote. Amorcée par un simple traitement des phosphates naturels de Pernambuco, de Sâo Paulo, puis du Minas Gerais106, elle s’est progressivement étendue à la fabrication de superphosphates simples et à celle du bicalcique : 15 700 t de ce dernier sont fabriquées à partir de 1963 par la Cia Agro-Industria Igarassu dans l’Etat de Pernambuco. Dernier stade enfin, des unités, intégrées ou non, se créent au cours des dernières années pour fabriquer des engrais composés.

  • 107 Cf. Conselho do Desenvolvimento. IX Exposiçâo..., op. cit., p. 61.
  • 108 Décret no 40 260 de novembre 1956.

69Bien que limitée à certaines zones d’agriculture plus avancée, la croissance de la mécanisation et surtout de la motorisation se révèle plus rapide encore que celle des engrais. De 8 500 en 1950, le parc de tracteurs passe à 45 000 en 1955 et 75 000 en 1962. On ne dispose pas d’éléments statistiques précis sur les importations de matériel agricole, mais l’on sait que durant toute la décennie elles occupent une place importante dans le total des achats à l’étranger. L’intervention des pouvoirs publics, là encore, n’y est pas étrangère : à partir de 1953, le Ministère de l’Agriculture utilise un prêt de 18 millions de dollars de l’Eximbank pour acheter charrues, herses, semoirs, épandeuses d’engrais, etc., qu’il revend aux agriculteurs107. En 1956 est constituée la Comissâo de Mecanizaçâo Agricola qui programme toutes les importations de matériel et en prépare la construction sur place108. Avec le développement de l’industrie automobile et de ses satellites, la fabrication de tracteurs devient elle-même possible. Après que le Grupo Executivo de Industria Automobilística (G.E.I.A.) ait retenu 10 modèles susceptibles de satisfaire la plupart des besoins de l’agriculture brésilienne, les premières unités s’installent et livrent 1 678 véhicules en 1961 puis 7 586 en 1962.

Section 3. — Les limites de l’industrialisation

  • 109 Nous ne pouvons malheureusement pas être plus précis, car les indices par branches ne sont élaborés (...)
  • 110 The growth and decline..., op. cit., p. 54.

70L’industrie brésilienne piétine depuis 1962 : à une croissance de 9-10 % par an en moyenne succède une stagnation, parfois même une régression109. De très nombreuses entreprises connaissent le chômage et la sous-production, les projets d’investissement sont renvoyés à des jours meilleurs et le coût de la vie continue à augmenter. La crise a évidemment des causes conjoncturelles, mais les unes et les autres ne sont pas indépendantes de distorsions plus générales qui résultent, directement ou indirectement, de l’industrialisation. Sur ce point, nous acceptons volontiers la conclusion de la CEPAL110, à savoir que « l’effet du récent modèle de développement a été de transformer l’économie brésilienne en l’un des plus parfaits exemples d’économie dualiste que l’on puisse trouver dans toute l’Amérique latine ». D’un côté, un secteur capitaliste dynamique qui absorbe peu de main-d’œuvre grâce à ses procédés très capitalistiques, de l’autre une agriculture, un artisanat, un tertiaire traditionnel, sous-développés, où ne se diffusent aucun progrès. Ce dualisme peut s’analyser sous la forme de trois groupes de distorsions que l’industrialisation a engendrées ou accentuées selon les cas :

  1. entre l’agriculture et l’industrie ;

  2. entre les divers groupes sociaux ;

  3. entre les diverses régions du pays.

  • 111 Evoquons l’expression de Josué de Castro : « L’Amérique Latine est un château féodal avec une vitri (...)
  • 112 Ainsi, pour prendre le cas français, les écarts de revenu, le déséquilibre entre le Nord et le Sud- (...)

71Analyser dans le détail leur origine et leur développement déborde le cadre de cette étude. Disons, au risque de caricaturer une réalité complexe, qu’ils sont le résultat d’une industrialisation de type capitaliste dans un contexte général profondément marqué par des structures et des comportements de type précapitaliste111. En d’autres termes, l’aménagement des propagations grâce auquel les progrès permis par les industries industrialisantes se diffuseraient au profit de toute la collectivité se trouve doublement freiné : par la logique de la rentabilité capitaliste qui conduira, par exemple, à la concentration de toutes les industries dans les zones bénéficiant d’économie externe ; par les structures et les comportements pré-capitalistes qui s’opposeront, autre exemple, à l’élévation des productivités agricoles. Il est sans doute utopique de chercher à dissocier, à propos de chacune des limites, ce qui relève de l’un et de l’autre système, mais nous voyons bien que leur cumul renforce les obstacles à la diffusion des progrès que connaissent les économies capitalistes qui ont fait disparaître presque toutes les survivances des systèmes antérieurs112. On comprend, de ce fait, que les pouvoirs publics qui ont joué un rôle décisif dans l’implantation des industries de base et de biens d’équipement se soient révélés incapables de modifier le système fiscal, de réformer les structures agraires et de promouvoir l’industrialisation des zones les plus retardées. Ainsi, en l’absence d’un aménagement volontaire des propagations, l’industrialisation amorcée dans le Centre Sud n’a diffusé ses progrès que parmi une faible partie de la population brésilienne parce que les structures sociales dominantes en ont interdit l’accès aux paysans, aux habitants du Nordeste et de l’Amazone, au sous-prolétariat urbain réfugié dans les « favellas » de Sâo Paulo, Rio de Janeiro et Recife. Nous évoquerons les deux premiers groupes de distorsions (sectorielles et sociales) et nous nous attarderons plus longuement sur le troisième (régionales).

1. Les distorsions entre l’Industrie et l’Agriculture

  • 113 Cf. W. Baer et I. Kerstenetzky, Substituição de importações e industrialização no Brasil, Revista b (...)
  • 114 Cf. Ministerio do planejamento, Programma de açâo..., op. cit., p. 99-100.

72De 1947 à 1962, alors que le produit réel augmente de 128 %, que celui de l’industrie s’accroît de 262 %, celui de l’agriculture ne dépasse par 87 %113. Parmi les causes directes de cette très faible croissance figure sans aucun doute la stagnation ou même la régression des productivités, ainsi que le montre le tableau ci-dessous114. Encore cette évaluation — très officielle — ne traduit-elle pas l’ampleur de la détérioration des productivités sur les terres anciennes puisqu’elle recouvre aussi les 10 millions d’hectares nouveaux qui ont été mis en culture entre les deux dates.

Tableau No 46. — Evolution des productivités dans l’Agriculture (1947-1961) (en 1 000 kg/ha).

1947-51

1957-61

Indice

Riz

1,58

1,60

101

Bananes (1 000 régimes)

28,98

28,04

97

Patate anglaise

4,79

5,43

115

Canne à sucre

38,43

41,92

109

Feijão

0,68

0,68

100

Orange (1 000 fruits)

15,25

15,30

100

Mandioca

13,10

13,12

100

Blé

0,75

0,59

80

Cacao

0,46

0,37

81

Café

0,41

0,75

187

Coton

0,43

0,50

115

  • 115 Cf. The growth an decline..., opt. cit., p. 28.
  • 116 Les situations des agriculteurs varient tellement, non seulement d’une région à l’autre, mais à l’i (...)

73De nombreuses conséquences en résultent : les importations de produits alimentaires se sont accrues, passant de 40,9 millions de U. S. $ (au prix de 1955) à 59,2 en 1961115 ; les revenus des agriculteurs ont stagné et souvent diminué116, fermant ainsi l’accès au marché industriel à quelque 15 millions de personnes ; l’industrie nationale transformant les produits de l’agriculture aussi bien que le secteur exportateur s’approvisionnent dans de mauvaises conditions..., etc.

Graphique n4. CROISSANCES COPAREES DU PRODUIT REEL, DE L’INDUSTRIE, DES TRANSPORTS ET DE L’AGRICULTURE-indice, base 100 en 1949

Graphique n4. CROISSANCES COPAREES DU PRODUIT REEL, DE L’INDUSTRIE, DES TRANSPORTS ET DE L’AGRICULTURE-indice, base 100 en 1949
  • 117 Cf. Ministerio do planejamento, Programa de açâo…, op. cit.

Tableau No 47. — Structure agraire en 1960117.

Tableau No 47. — Structure agraire en 1960117.

74Les causes de ce retard sont évidemment complexes et nous nous garderons bien de les ramener à une seule, car l’expérience de nombreux pays prouve les difficultés d’industrialiser l’agriculture. Certaines de ces causes sont cependant suffisamment apparentes pour que l’on puisse les évoquer, suivant en cela le programme d’action du nouveau gouvernement :

  • dispersion des exploitations ;

  • absence quasi totale de scolarité ;

  • juxtaposition du latifundium et du minifundium.

75Le tableau suivant est révélateur à cet égard. On y lit que 45 % des exploitations disposent de 2,2 % de la terre alors que moins de 1 % des propriétaires jouissent de 47 % du sol utilisable. Mais un autre enseignement ne saurait être négligé : au fur et à mesure que croît la dimension des exploitations, le pourcentage de la terre cultivée décroît : 8/10e pour celles de moins de 10 hectares ; 3/10e pour celles comprises entre 10 et 49 hectares ; 1,5/10e dans la classe immédiatement supérieure et 4/100e enfin pour les propriétés de 1 000 hectares et plus. On conçoit qu’une telle structure, même si elle ne constitue pas la seule cause du retard de l’agriculture, ne soit pas de celles qui favorisent la diffusion des progrès et que la propagation de ces derniers passe forcément par une réforme agraire.

2. Les distorsions entre les groupes sociaux

  • 118 Cf. par exemple Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 24 à 30. Encore ce documen (...)
  • 119 Cf. The growth and decline..., op. cit., p. 55.

76Ce type de distorsion, qui n’est pas le moins grave, ne peut hélas qu’être mentionné, car nous ne disposons d’aucune information chiffrée sur la distribution réelle des revenus et son évolution au cours des dix dernières années. On sait simplement, à partir de divers textes officiels, que les écarts entre les divers titulaires de revenus sont considérables et qu’ils se sont accrus avec le démarrage de l’industrialisation118 : indépendants de l’industrie, du commerce, des professions libérales et salariés hautement qualifiés de l’industrie d’un côté ; salariés agricoles, paysans sans terre ou propriétaires d’un minifundium, sous-prolétariat urbain de l’autre. A titre d’illustration, nous reproduisons ci-dessous la distribution hypothétique des revenus brésiliens en 1960 élaborée par la CEPAL119.

77Sa signification est la suivante : seul le groupe 4 accède totalement au marché industriel : biens de consommation durables et non durables. Les deux groupes intermédiaires ne disposent pas de revenus suffisants pour se porter acquéreurs du premier type de biens. Quant au groupe 1, il est totalement exclu du marché des produits industriels. De ce fait, les débouchés de l’industrie brésilienne sont réduits d’au moins 50 % et de beaucoup plus lorsqu’il s’agit de produits tels que l’appareillage ménager, l’automobile, les moyens d’information... etc., qui ne bénéficient qu’à une infime minorité. La poursuite de l’industrialisation peut évidemment modifier cette structure, mais à la condition qu’elle soit accompagnée d’un aménagement volontaire des propagations par le canal de la réforme fiscale et bancaire, de la transformation des circuits de distribution, de l’application de la législation sociale dans les campagnes.

Tableau No 48. — Distribution hypothétique des revenus en 1960.

Pourcentage de la population

Nombre de personnes (en millions)

Revenu par tête (en dollars)

Revenu total (en milliards de dollars)

Groupe 1

50

35,0

100

3,5

Groupe 2

45

31,5

325

10,5

Groupe 3

3

2,1

1 430

3,0

Groupe 4

2

1,4

2 850

4,0

Total....

100

70,0

300

21,0

3. Les distorsions entre les régions120

  • 120 Les travaux sur les distorsions régionales et le Nordeste en particulier sont relativement nombreux (...)
  • 121 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 86.

78Si l’on représente par 100, en 1960, le revenu moyen par tête du Brésil dans son ensemble, celui des Etats de Guanabara, Sâo Paulo et Rio Grande do Sul atteint respectivement 291, 178 et 120, alors qu’il ne dépasse pas 60 pour le Pernambuco, 56 pour Bahia, 34 et 29 pour le Maranhâo et le Piaui121. L’industrialisation n’est pas le seul responsable de ce déséquilibre : toute l’histoire économique du Brésil depuis la conquête s’est déroulée selon des cycles de prospérité et d’appauvrissement qui ont successivement marqué la frange sucrière du Nordeste, le Minas Gerais, quelques zones de la vallée de Sâo Francisco (coton) et de l’Amazone (caoutchouc) et les Etats du centre avec la progression caféière.

  • 122 Cette expérience, hélas confirmée par bien d’autres aux U.S.A. ou en Europe, prouve à quel point l’ (...)

79L’apparition de l’industrie et son développement concentré dans les Etats du Centre Sud modifient cependant la nature même des inégalités régionales. Celles-ci ne résultent plus d’une fluctuation plus ou moins passagère du cours de tel ou tel produit sur le marché international, mais d’une orientation définitive des flux de produits et de revenus à l’intérieur d’un espace économique en voie d’intégration. En restructurant autour d’elle l’économie brésilienne, l’industrie pauliste s’oppose à l’industrialisation du Nordeste, accentue son retard et l’institutionnalise à travers la politique économique qui ne reflète de plus en plus que les intérêts des noyaux les plus avancés du pays122.

  • 123 Soit, en 1950, 1 850 000 habitants pour l’Amazone, 1 215 000 pour le Goias et 522 000 pour le Mato (...)
  • 124 A propos de l’agriculture amazonienne : « Dans quelques zones seulement, à partir de procédés rudim (...)
  • 125 Les délimitations exactes du Nordeste ne sont pas rigoureuses ; nous retiendrons les plus extensive (...)
  • 126 Sur ce problème, nous nous référerons fréquemment à ses travaux, notamment : Formaçâo economica do (...)
  • 127 Cf. Celso Furtado, Formação..., op. cit., p. 175.

80Si la plus grande partie du territoire brésilien reste très en retrait sur la région du Centre Sud, ce retard n’a pas la même signification partout. D’un côté, les 4 millions de km2 du bassin amazonien, le plateau central du Goias et le Mato Grosso demeurent jusqu’à nos jours à l’écart des grands courants de l’économie moderne. Une population clairsemée123 y subsiste d’activités archaïques telles que la chasse, la cueillette ou l’agriculture vivrière très primitive124. Les quelques avancées de l’économie de traite et du mercantilisme (caoutchouc amazonien, élevage extensif du Mato Grosso), loin d’ouvrir ces régions aux progrès, ont, la plupart du temps, accentué leur repli sur elles-mêmes. Le cas du Nordeste125, autre grande région retardée, diffère totalement. La stagnation et souvent la régression n’y est pas récente : selon Celso Furtado126, le produit par tête y diminuerait depuis la fin du 1er siècle de la colonisation (1650 environ), accompagnant la longue désagrégation de l’économie sucrière sur la frange côtière et le repli du sertâo que ne parvint pas à enrayer le bref essor de la production cotonnière lors de la guerre de sécession aux Etats-Unis. Alors que le Centre Sud organise sa croissance à partir de 1850 autour de l’expansion caféière, des vagues d’immigration, et des premières industries de transformation, le revenu par tête dans le Nordeste continue à décroître de 0,6 % par an environ127.

  • 128 Cf. Celso Furtado, A operação Nordeste..., op. cit., p. 14.
  • 129 Cf. Celso Furtado, A operaçâo Nordeste..., op. cit., p. 45-47.

81Les inégalités ne vont cesser de s’accroître avec le démarrage de l’industrialisation : la contribution du Nordeste au produit national brut, qui était évaluée à 30 % en 1939, n’atteint plus que 11 % en 1959128. On peut observer sur le tableau et la carte ci-jointe non seulement la profonde inégalité de la croissance industrielle, mais encore son accentuation après l’apparition et le développement des industries d’équipement (groupe n” 2). On retrouve là un processus de polarisation désormais classique auquel n’ont échappé aucune des économies dont l’industrialisation s’effectue dans le cadre d’un modèle libéral et qu’accentue encore au Brésil des structures coloniales plus contraignantes dans le Nordeste que dans les Etats du Sud. L’industrie, en effet, appelle l’industrie soit par le biais des économies externes que procure toute concentration, soit par l’élargissement du marché qu’entraîne la concentration locale des revenus (salaires et profits), soit enfin par les augmentations de productivité que suscitent les industries de biens d’équipement dans leur environnement immédiat. En l’absence de tout aménagement volontaire des propagations en direction des autres régions, non seulement ces dernières ne profitent pas de l’industrialisation, mais elles s’appauvrissent à son contact : hommes, capitaux, matières premières leur sont enlevés sans contrepartie. Une analyse plus précise conduirait à recenser les divers canaux par lesquels se réalise un tel processus cumulatif. Citonsen un seul exemple emprunté à la politique cambiaire du Brésil depuis la fin de la guerre : en fixant à un niveau très bas son taux de change, puis en instituant un système de taux multiples favorable aux importations de biens d’équipement, les pouvoirs publics ont prélevé pendant plus de dix ans un revenu estimé à 25 millions de dollars par an sur le Nordeste exportateur au profit du Centre Sud. Ce dernier, en effet, bénéficie doublement du système : il importe ses machines à bas prix et recueille les 9/10e des investissements publics financés en grande partie par les prélèvements qu’opère le Gouvernement Fédéral sur la vente des devises destinées à d’autres achats que les biens d’équipement129.

  • 130 C’est en 1909 en effet que fut créé l’Inspetoria Federal de Obras contre As Secas transformée en 19 (...)
  • 131 Organisée en 1933, elle s’est transformée 20 ans après (loi no 1806 de 6-1-1953) en Superintendênci (...)
  • 132 Il faudrait aussi ajouter, pour être complet, d’autres agences fédérales au programme plus limité : (...)

82Est-ce à dire que rien n’ait été tenté pour stopper un tel processus et limiter les déséquilibres qu’il engendre ? Bien avant la Seconde Guerre mondiale déjà, le Gouvernement Fédéral se préoccupe du « polígono das secas. », périodiquement et spectaculairement ravagé par les grandes sécheresses, mais les actions entreprises se limitent le plus souvent à des travaux d’hydraulique sans vue d’ensemble sur les structures économiques de cette vaste région qui, plus que les sécheresses périodiques, sont à l’origine de son sous-développement130. En affectant constitutionnellement aux zones retardées une partie des ressources de l’Union, la nouvelle loi fondamentale de 1946 met en relief les distorsions régionales du Brésil : désormais, et pendant 20 ans au moins, 3 % des recettes fédérales seront consacrées à la vallée de l’Amazone, 3 % au polygone de la soif et 1 % à la vallée de Sâo Francisco. A chacune de ces régions correspond un organisme chargé d’élaborer et de mettre en œuvre les programmes de développement : Comissâo Especial do Plano de Valorizaçâo Econômica da Amazonia131, Departamento Nacional de Obras contra as Secas (D.N.O.C.S.) et Comissâo do Vale do Sâo Francisco (C.V.S.F.). A la même époque (1944) est créée la Fundaçâo Brasil Central (F.S.C.) chargée des travaux de défrichage nécessaires à l’extension des voies de communications intérieures entre le Sud du pays et la vallée de l’Amazone (Manaus et Belem) et à l’implantation de noyaux de peuplement sur les plateaux centraux132.

  • 133 Les chiffres sont tirés des divers recensements industriels, nous les avons convertis en Cr. consta (...)

Tableau No 49. — Evolution de la valeur de la production industrielle par Etat : 1920, 1940, 1950, I960 (en milliards de cruzeiros constants)133.

1920

1940

1950

1960

Rondonia

—-

1 578

10 020

Acre

167

685

2 448

5 199

Amazone

11 052

35 753

52 783

295 461

Rio Branco

687

849

Para

59 942

133 436

141 205

327 573

Amapa

30

1 250

11 709

Maranhâo

5 242

42 331

73 020

262 541

Fiaui

16 427

11 257

14 448

78 105

Ceara

60 802

92 819

227 131

637 595

Rio Grande do Norte

42 245

74 589

122 898

374 414

Taraiba

62 144

183 170

309 078

629 233

Pernambuco

256 972

753 496

1 240 394

2 347 068

Alagoas

97 810

167 496

233 161

416 253

Sergipe

70 049

90 691

126 983

195 232

Bahia

171 862

490 782

390 991

1 294 028

Minas

423 967

1 013 672

2 103 305

4 912 460

Espirito Santo

47 585

54 892

207 031

221 388

Rio de Janeiro

323 002

780 330

1 780 044

4 285 714

Guanabara

1 619 624

2 658 411

4 107 385

8 168 156

Sâo Paulo

2 393 302

7 102 143

14 213 422

46 403 676

Parana

235 777

345 370

876 952

3 448 032

Santa Catarina

139 129

281 242

762 038

1 689 615

Rio Grande do Sul

865 734

1 537 801

2 598 258

6 235 006

Matto Grosso

2 725

27 697

65 200

224 826

Goias

7 954

34 051

124 465

366 596

Carte no 6. EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES INDUSTRIES DE TRANSFORMATION, (1920-1940-1950 et 1960)en milliards de cruzeiros constants 1939

Carte no 6. EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES INDUSTRIES DE TRANSFORMATION, (1920-1940-1950 et 1960)en milliards de cruzeiros constants 1939
  • 134 Ce qui avait conduit à la création du Serviço de Navegação da Bacia do Prata dont la principale réa (...)

83A l’autre extrémité du pays, la vallée du Parana, qui relie les Etats du Sud au Paraguay et à l’Argentine, avait déjà attiré l’attention du Gouvernement Fédéral par ses potentialités en matière de navigation et de production hydroélectrique134. Par la suite, les objectifs sont étendus à l’aménagement de toute la zone pionnière que traverse le fleuve, du Mato Grosso au Rio Grande do Sul ; un nouvel organisme régional, la Superintendencia da Comissâo de Valorizaçâo da Fronteira Sudoeste, est créé en 1956 (loi no 2976) pour les réaliser, mais il ne commence véritablement ses travaux qu’en 1960.

  • 135 Soit, pour la seule contribution fédérale, 1,20 % des ressources de l'Union en 1950 ; 8,4 % en 1960 (...)
  • 136 Cf. plano trienal..., op. cit., p. 65-86.

84On peut observer, à partir de la carte no 6, que ces institutions couvrent, parfois en se superposant, l’ensemble du territoire brésilien, exception faite des zones en voie d’industrialisation du Centre Sud. De leur création à nos jours, un certain nombre de résultats ont été acquis (régularisations fluviales, construction de barrages et de centrales hydroélectriques, aménagements fonciers, reboisement, assistance scolaire et sanitaire...), mais, semble-t-il, peu en rapport avec les efforts financiers accomplis et les espérances conçues135. D’importantes sommes ont été dispersées dans une multitude de petits projets isolés sans critères d’efficacité et sans plan d’ensemble136. Le principal bénéficiaire de cette politique d’aménagement régional semble encore avoir été le Centre Sud dont l’industrie d’équipement s’est trouvée stimulée par la demande des organismes publics.

Carte no 7. AIRES D'INFLUENCE DES PROGRAMMES REGIONAUX

Carte no 7. AIRES D'INFLUENCE DES PROGRAMMES REGIONAUX
  • 137 Superintendencia do Desenvolvimento do Nordeste, créée par la loi no 3692 du 15 décembre 1959.
  • 138 Cf. Celso Furtado, A operaçâo Nordeste..., op. cit., p. 18.

85Avec la Sudene137, constituée en 1959, le Gouvernement Fédéral tente alors de coordonner les travaux conduits par le D.N.O.C.S., la C.V.S.F., les collectivités locales et les services spécialisés, dans le cadre d’un plan d’ensemble et au moyen d’une institution capable d’infléchir les structures administratives traditionnelles138. La nouvelle politique s’articule autour de trois objectifs généraux :

  1. Créer dans le « sertâo » une économie capable de résister à la sécheresse ;

  2. Conquérir de nouvelles terres susceptibles de recevoir les excédents de population dégagée par la réalisation de l’objectif no 1 ;

  3. Implanter des industries pour limiter le chômage et l’émigration vers le Sud, fixer et attirer des capitaux, stopper le processus cumulatif de régression.

  • 139 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 85.

86En quelques années, la Sudene a incontestablement réussi un certain nombre d’actions dans le cadre du triple objectif qu’elle s’est fixé, ainsi que le traduisent les quelques indices suivants : en 1960, environ 40 % des nouveaux investissements industriels réalisés par des sociétés anonymes l’ont été dans le Nordeste ; la part des émissions effectuées par ces dernières sur le marché national s’est élevée de 1,9 % en 1958 à 5,1 % en 1961139. Néanmoins, de tels succès demeurent conjonctuels ; ils ne sauraient nous faire oublier que le sous-développement du Nordeste tient avant tout à ses structures économiques et sociales que la Sudene seule ne saurait entamer. On sait bien que ni la réforme agraire ni celle des circuits fiscaux et financiers qui concentrent les revenus aux mains d’une minorité ne suffiront à industrialiser le Nordeste. Il lui faudra comme le Centre Sud restructurer progressivement son économie autour d’un nouveau Volta Redonda que pourrait permettre sur les rives du Sâo Francisco la jonction du pétrole de Carmopolis, du minerai de fer de La Serra do Tombador et de l’électricité de Paulo Afonso. Mais des créations de ce type exigent parallèlement l’ouverture aux progrès de l’agriculture Nordestine, et nous retombons par ce biais sur le problème des structures qui s’y opposent.

87Succès et limites de l’industrialisation conditionnent en grande partie les rythmes du développement énergétique, mais le parallélisme n’est pas parfait. A cela plusieurs raisons qui tiennent aussi bien à la diversité des formes d’énergie auxquelles peut recourir une économie en voie d’industrialisation qu’aux ressources nationales, aux procédés techniques de transformation et aux institutions qui caractérisent chacune d’elles.

88Selon quelles modalités et jusqu’à quel point le secteur énergétique brésilien s’est-il industrialisé au cours des vingt dernières années ? Tel est le problème qu’il convient d’analyser en étudiant les tendances de la consommation et l’adaptation de la production.

Notes

1 Cf. Celso Furtado, Le Brésil à l’heure du choix..., op. cit., p. 30.

2 C’est ainsi qu’en 1929, à la veille de la grande crise, les importations qui, rappelons-le, sont estimées à 50 % de l’offre totale de biens, présentent la structure suivante (en millions de Cr. 1937) :
Image 1000000000000196000000993D5AD72F.jpg
Source : United Nations, Economic survey 1949..., op. cit., p. 214 et 239.

3 Soit, de 1925 à 1929, en millions de cruzeiros constant 1937 et en % :
Image 100000000000025D000000764264795E.jpg
Source : United Nations, Economie survey 1949..., op. cit., p. 236.

4 Celso Furtado, Formaçâo econômica..., op. cit., p. 213.

5 Cf. United Nations, Economic survey 1949..., op. cit., p. 214-215.

6 Cf. sur tous les mécanismes de ce financement : Celso Furtado, A formação económica..., op. cit., chapitre 31.

7 Soit, selon notre évaluation de la valeur de la production industrielle en milliards de cruzeiros 1939 (cf. Annexe 1) :
Image 10000000000001920000006F6F30B1E3.jpg

8 A cela un certain nombre de signes que nous empruntons à C. Moraze. Les 3 âges..., op. cit., chapitre VII.
« Washington Luis (président sortant) était l’homme des grands propriétaires paulistes. » ;
« Autour de Vargas s’étaient rassemblés, à l’occasion de la campagne électorale, tous les progressistes du Brésil. Il dressa, avec l’aide de ses amis du Rio Grande et de ses collaborateurs, un programme audacieux qui visait l'industrialisation du pays... »
D’ailleurs Celso Furtado confirme : « Avec la révolution d’oct. 1930, le pouvoir passe de ces éléments directement associés aux intérêts du café aux mains d’autres éléments plus hétérogènes, supportés principalement par les classes moyennes urbaines. » Cf. Political obstacles to economie growth in Brazil, Doc. polycopié (17 p.), p. 3.

9 Cf. Contribution de l’expérience latino-américaine à une théorie du développement politique après la colonisation, Tiers Monde 1965, no 21, p. 71.

10 L’une des institutions les plus significatives à cet égard est le « Registro de similar nacional », créé par le décret-loi no 300 du 24 février 1938, avec l’objectif d’interdire la concession d’exemption ou réduction de droits d’importation sur les produits que l’industrie nationale peut fabriquer. Notons qu’un tel système avait déjà été utilisé, mais de façon sporadique et exceptionnelle, avant le 1er conflit mondial.
Cf. Naciones Unidas, Comissâo Economica para America Latina, Estudo sobre a fabricaçâo de equipamentos de base no Brasil, E/CN 12/619, juillet 1961 (185 p.), p. 170-172.

11 Cf. Pedro C.M. Teichert, Revolucion economica e industrializacion en America Latina, Fondo de cultura economica, Mexico, 1961 (476 p.), p. 193-196.

12 A savoir : Instituto Nacional do Sal (1940) ; Instituto Nacional do Pinho (1941) ; Instituto Nacional do Maté (1938).

13 Cf. Ouvriers et Syndicats d’Amérique latine, Sociologie du Travail, octobre-décembre 1961. E. Bailby, Brésil, pays clef du Tiers Monde, Calmann Lévy, 1964 (257 p.), p. 67 et suiv.

14 Cf. Celso Furtado, A formaçâo econômica..., op. cit., p. 206-207.

15 Avec plus ou moins de succès, car l’on sait que les rapports de force n'ont cessé de fluctuer depuis une trentaine d’années. On peut se reporter pour une analyse plus précise à :
- Helio Jaguaribe, The dynamics of brazilian nationalisai, ronéoté (33 p.) ;
- Celso Furtado, Political obstacles..., op. cit.

16 Sans même tenir compte des liens de parenté d’autant plus forts que les mœurs patriarcales conservent une certaine importance dans une société que l’industrialisation n’a pas encore bouleversée.

17 Cf. le tableau 33 ci-joint. Relevons au passage le taux de 43 % du Venezuela qui ne signifie nullement un stade d’industrialisation plus avancé, mais simplement le poids de l’activité pétrolière dans le produit national comptabilisé.

18 Encore le taux retenu par les Nations-Unies est-il légèrement inférieur à celui que nous avons obtenu, soit un produit industriel multiplié par 2,4 au lieu de 2,6 entre 1949 et 1959. Or notre évaluation se trouve confirmée par la Banco Nacional de Desenvolvimento qui prend 10 % comme taux moyen de croissance de l’industrie entre 1947 et 1961.

19 Cf. l’évaluation de la production industrielle en Annexe 1.

20 Ce n’est pas tout à fait exact puisque nous avons fait figurer dans ce groupe le papier-carton, dont la technologie s’apparente plus aux industries du groupe 2 qu’à celles du groupe 1, et la pharmacie non dissociée de la chimie jusqu’au recensement de 1960. Ces deux exceptions ne faussent cependant pas l’ensemble de l’analyse. Rappelons par ailleurs que les industries de transformation, seules prises en considération, représentent tout au long de la période environ 90 % de la valeur du produit industriel, le reste étant constitué par l’industrie extractive, la construction civile et les services industriels d’utilité publique.

21 Cf. Nations-Unies, La croissance de l’industrie mondiale, New-York 1963, St/STAT/SER.P/2 (850 p.).

22 Pourcentages calculés sur des évaluations en prix courants qui couvrent toute l’industrie (manufactures, mines, constructions, électricité et gaz).

23 Le 1er chiffre intéresse l’industrie manufacturière, le second l’industrie extractive.

24 Evolution de 1954 à 1960.

25 Evolution de 1950 à 1958.

26 Ces pourcentages ont été calculés à partir des résultats des recensements industriels de 1920, 1940, 1950 et 1960 (cf. Annexe 1). Pour 1958, ils résultent des travaux de la Fundaçâo Getulio Vargas et de la CEPAL. Cf. The growth and decline of import substitution in Brazil, United Nations, Economic bulletin for Latin America, vol. IX, mars 1964, p.40.
Notons bien qu’il s’agit de la valeur de la production industrielle et non de la valeur ajoutée, le choix de ce concept ayant été choisi pour des raisons que nous expliquons en Annexe 1. Néanmoins nous avons refait les pourcentages sur la valeur ajoutée pour les années 1949 et 1958 ; aucune distorsion notable n’apparaît par rapport à ceux obtenus sur la valeur de la production.

27 Taux calculés à partir des résultats des recensements industriels homogénéisés en cruzeiros constants 1939.

28 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian..., op. cit., p. 110.

29 Il s’agit du décret du 31 mars 1931 qui interdit l’importation de toute machine et tous outils destinés à l’équipement des branches d’industrie suivantes : tissus, papiers, chaussures, chapeaux, allumettes, laine, soie, jute et sucre. Cf. R. Courtin, Problèmes de civilisation économique..., op. cit., p. 171.

30 L’évolution du cours du café, en cents par livres, sur le marché de New-York, est la suivante : Image 10000000000002A00000005E84BBA7F2.jpg
Source : I.B.G.E., O Brasil..., op. cit., p. 84.

31 Soit, en millions de Cr. courants : Image 10000000000002A30000002B7BD81CED.jpg
Source : I.B.G.E., O Brasil..., op. cit., p. 84.

32 Cf. United Nations, Economic Survey of Latin America, 1957, New-York, 1959 (292 p.), p. 122 et suiv.

33 Celso Furtado, Le Brésil à l’heure du choix..., op. cit., p. 90.

34 Le régime cambiaire brésilien à partir de cette date devient de plus en plus complexe. Indiquons seulement qu’il fonctionne sur la base de plusieurs taux de change, dont le nombre a varié : successivement 1, 5 et 2 taux pour les exportations ; 5 puis 2, à partir de 1957, pour les importations. Parmi celles-ci, le taux le plus bas favorise les importations de biens essentiels. Ces divers taux se déterminent par adjonction au taux de base de 18,92 Cr. par U.S. $ d’un pourcentage résultant des ventes hebdomadaires de devises aux enchères. A partir de 1961, la plupart des devises nécessaires aux importations sont achetées sur le marché libre. Cf. International Monetary Fund, International Financial Statistics, Supplément to 1962-63 Issues (266 p.), p. 24-25.
Voir aussi : Institut des Hautes Etudes d’Amérique latine. Centre d’Etudes du Développement de l’Amérique latine, Le contrôle des changes au Brésil, Cahier no 1, 26 p.

35 Rappelons qu’il s’agit toujours de sondage à partir des Annuaires Panas.

36 Cette période, rappelons-le, prolonge celle de 1948-49 du point de vue régime des importations : les achats de biens d’équipement à l’étranger sont relativement faciles.

37 Dans un premier temps, tout au moins ; nous verrons plus loin, en citant l’exemple de l’industrie automobile, que l’industrie brésilienne de biens d'équipement a reçu une impulsion de certaines industries à capitaux étrangers.

38 Au sens large, c’est-à-dire les entreprises publiques et d’économie mixte, les travaux publics financés par le budget fédéral ou ceux des Etats, le financement consenti aux entreprises brésiliennes par la Banque de Développement (cf. Section 2).

39 Il s’agit de la très importante étude parue dans l'Economic bulletin for Latin America (vol. IX, no 1, mars 1964) et intitulée : The growth and decline of import substitution in Brazil.

40 Et non pas nationale, car il peut aussi bien s’agir de filiales d’entreprises étrangères.

41 Op. cit., p. 49.

42 Op. cit., p. 50.

43 Il en est aussi une troisième que nous ne pouvons examiner de près dans le cadre de cette étude, mais qui ne nous paraît pas d’une validité à toute épreuve : il s’agit de l’élargissement du marché interne par la croissance des industries de biens de consommation.

44 Les industries industrialisantes ont été définies dans l’introduction de la présente étude.

45 Cf. toutes les analyses du Professeur F. Perroux et plus particulièrement L’Economie du xxe siècle, 1964, P.U.F., Paris (692 p.) et les Techniques quantitatives de la planification, 1965, P.U.F., Paris (315 p.).

46 Cet examen ne prétend évidemment pas être exhaustif. Il ne s’attachera qu’à quelques points saillants. On n’oubliera pas enfin que tout ce qui touche à leur action dans le secteur de l’énergie fait l’objet d’un chapitre plus détaillé (VI).

47 Cf. Annibal Villela, As empresas do Gôverno Federal e sua importância na economia nacional, 1956-1960, Revista Brasileira de economia, mars 1962, p. 99-113.

48 Cf. United Nations, Economie survey, 1949..., op. cit., p. 199.

49 Analyse qui est diamétralement opposée à celle de H. Courtin que nous avons déjà citée et pour qui un principe essentiel doit être respecté, à savoir que l’industrie est au terme et non à l’origine d’une évolution. Cf. Problèmes de civilisation économique..., op. cit., p. 205.

50 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 190.

51 Cf. idem..., p. 191.

52 On relève ceux de : The anglo-brazilian iron and steel syndicate limited, Usina Esperança, Cia Sidérurgica Mineira, Cia Carbonífera Rio Grandense, Cia Norte Paulista de Combustíveis, Cia electro-metalurgica Brasileira, Cia Sidérurgica Belgo-Mineira.

53 Cf. Companhia Sidérurgica Belgo Mineira, Usina de Monlevade, doc. interne, 1960, 26 p.

54 Les premiers hauts fourneaux de Monlevade ne dépassent pas en effet 90 tonnes/jour, et ce n’est que récemment qu’ils sont passés à 140, puis 200 et 250 t/jour. Cf. United Nations, A study of the iron and Steel industry in Latin America, vol. 1, E/CN 12/293, Rev. 1 (124 p.), New-York, 1954, p. 18.

55 Cf. Pedro C.M. Teichert, Revolucion economica..., op. cit., p. 200, C.S.N., Assim è Volta Redonda, Doc. interne.

56 Ce problème est étudié en détail avec l’examen des problèmes charbonniers (ch. VI).

57 Presidencia da Republica, Conselho do Desenvolvimento, Anexo 1, Estatísticas relativas a produçâo e ao consumo de produtos siderurgicos no Brasil, Rio de Janeiro, 1956, doc. polycopié, tableau 6.

58 Cf. C.S.N., Relatorio da Diretoria, 1962, p. 10.

59 Cf. Conselho do Desenvolvimento, Estatísticas relativas a produçâo e ao consumo de produtos siderurgicos no Brasil, Rio de Janeiro, 1956, tableau 4 A.

60 Cf. Presidencia da Republica, Conselho do Desenvolvimento, Relatorio parcial..., op. cit., tableau no 7 A.

61 Le taux retenu de 48,05 Cr. par U.S. $ est le plus favorable aux produits importés. Les prix sont ceux de 1951-1952.

62 Les unités sont les suivantes : millions de Cr. courants pour les participations et les emprunts ; milliers de U.S. $ pour le change préférentiel. Cf. Conselho do Desenvolvimento, Relatorio do periodo 1956-1960, tome II, meta 19, p. 3.

63 A savoir : Siderurgica Aliperti, Sid. Barra Mansa, Cia Brasileira Metalurgica, Sid. Riograndense, Laminaçâo Pains, Cosinor.

64 Lors de la « Révolution d’avril 1964 », ce plan a été suspendu et remplacé, 6 mois plus tard, par un programme d’action économique sur lequel nous reviendrons. Cf. Ministerio do planejamento e coordenaçâo econômica, Programa de açâo econômica do Governo, 1964-66, Doc. E.R.E.A., novembre 1964 (240 p.).

65 Il tire son nom de la réunion des initiales de ses 4 objectifs : Saude (santé), Alimentaçâo, Transporte, Energia. Il est généralement considéré comme le 1er plan brésilien, bien que durant la guerre le Gouvernement Fédéral eût successivement élaboré un Plano de obras publicas e aparelhamento de defesa nacional (1939-1943) et un Plano de obras e equipamentos (1944-1948). Ce n’était en fait que des recensements de travaux urgents et le dernier fut abandonné en 1946 après avoir été incorporé au budget ordinaire. Ci. Romulo Almeida, Experiênca brasileira..., op. cit. (annexe).

66 Cf. Presidencia da Republica, Departamento Administrativo do Serviço Publico, O Plano Salte, 1950, Departamento de Imprensa Nacional, Rio de Janeiro (78 p.).

67 Nous analyserons plus loin, avec plus de détails, la partie strictement énergétique de ces différents plans.

68 Il s’agit de recettes fédérales affectées par la Constitution de 1946 aux travaux de la Comissão Especial do Plano de Valorização Economica de Amazonia (S.P.V.E.A.), du Departamento Nacional de Obras contra as Secas (D.N.O.C.S.) et de la Comissão do Vale do Sâo Francisco (C.V.S.F.).

69 Cf. Banco Nacional do Desenvolvimento Economico, XI Exposição sobre o programa de reaparelhamento economico, Exercício de 1962, Rio de Janeiro (134 p. + Annexes), p. 5.

70 Soit le 19 juillet 1951. Cette commission résulte des accords que viennent de conclure les 2 gouvernements et reprend des études du même genre que celles déjà faites par des experts américains au Brésil : Cooke en 1943 et Abbink en 1948.

71 Décret no 36 744 du 1er février 1956.

72 Sur la base des travaux du Grupo Misto B.N.D.E.-C.E.P.A.L. constitué en avril 1953 à l’issue de la 5° session de la Commission Economique pour l’Amérique latine et composé d’experts des deux organisations.

73 Cf. Presidencia da Republica, Conselho Nacional do Desenvolvimento, Plano de Desenvolvimento económico, Rio de Janeiro, 1957 (3 tomes).

74 Somme à laquelle s’ajoute une dépense en devises de 2 318,5 millions de U.S. dollars.

75 Cf. Diario do Congresso Nacional, Ano XVII, no 4. Nous citons ce message parce que connu au Brésil sous l’appellation de Plano de Emergencia (plan d’urgence).

76 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit.

77 Pour une analyse détaillée des modes de financement de 1945 à 1955 on peut se reporter à l’étude de J. Wolff, Quelques aspects de la désarticulation de l’économie brésilienne et leur influence sur les possibilités de financement interne, Cahiers de l'I.S.E.A., série F, no 7, janvier 1958, p. 35 à 80.

78 Cf. B.N.D.E., XI Exposição sôbre o programa..., op. cit., p. 22-23.

79 Cf. section suivante consacrée aux conséquences régionales de l’industrialisation.

80 Cf. Institut de développement à vocation générale : la B.N.D.E. Note mensuelle de la Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, janv.-février 1964, p. 1 à 44.

81 Toutes ces ressources alimentent les fonds dont la Banque peut disposer librement pour financer l’industrialisation. Parallèlement, elle gère pour le compte des divers « Fonds » énumérés précédemment les ressources spécifiques qu’ils perçoivent.

82 Dans ses rapports, la Banque présente à part ses diverses opérations, ce qui s’explique fort bien compte tenu de leurs significations respectives. Pour avoir une vue d’ensemble, nous les avons toutes regroupées en convertissant les crédits étrangers sur la base du taux de change libre plus près de la réalité que le taux officiel. Les variations annuelles que l’on observe sur le tableau n’ont évidemment qu’une signification économique limitée puisque nous avons enregistré les opérations à la date de passation du contrat.

83 Cf. les critères de sélection des investissements par la B.N.D.E., in Un Institut de Développement..., op. cit., p. 15.

84 Cf. Un Institut de Développement..., op. cit., p. 32.

85 Rappelons que le coefficient d’importation est le rapport des importations (en volume) à l’offre totale du même produit en volume. Produit par produit, sa valeur varie considérablement. En voici quelques exemples classés en ordre croissant (de dépendance) et valables pour l’année 1961 : ciment (0,0), véhicule à moteur (1,1), acier (14,7), pulpe pour papier (26,0), engrais (42,4), soude caustique (59,4), métaux non ferreux (78,0). Cf. The growth and decline..., op. cit., p. 45 à 49.

86 Nous disons potentielle et non réelle car, outre que cette maîtrise ne peut être qu’apparente pour certaines branches appartenant à des sociétés étrangères, elle est surtout fonction de la volonté qu’ont les gouvernants de l’utiliser pour industrialiser véritablement le pays.

87 Il s’agit de 21 sociétés privées, libres ou concessionnaires, de sociétés d'économies mixtes et de 22 sociétés publiques fédérales. Ces dernières sont toutes réunies dans une même entité, la Rede Ferroviaria Federal S.A., par la loi no 3115 du 16 mars 1957. Gomme Petrobras, cette nouvelle société publique bénéficie d’une partie de l’impôt unique sur les combustibles.

88 Toutes les informations réunies dans cette section sont tirées de : Presidencia da Republica, Conselho do Desenvolvimento Relatorio do periodo 1956-60, Rio de Janeiro, 1960, tome 1, 2, 3 et 4.

89 Soient les participations suivantes :
- D.N.E.R. = 14 970 km (routes fédérales) ;
- D.N.O.C.S. = 3 700 km (chantiers ouverts après la sécheresse de 1958) ;
- S.P.V.E.A. = 1 302 km ;
- C.V.S.F. = 704 km.
A cette extension du réseau fédéral, il faut ajouter 83 955 km construits par les Etats et 359 771 par les municipalités avec leur quote-part de l’impôt unique sur les combustibles et la collaboration des organismes régionaux tels que D.N.O.C.S., S.P.V.E.A., etc.

90 Ces dernières occupent une place dominante dans la navigation brésilienne : Loide Brasileiro pour le long cours, Serviço de Navegação e Administração do Porto do Para (S.N.A.P.P.), Serviço de Navegação do Bacia da Prata (S.N.B.P.), Petrobras, Cia Nacional de Navegação Costeira, et autarcies chargées de la gestion des établissements portuaires.

91 Nous pensons particulièrement aux 13 terrains d’aviation construits par les D.N.O.C.S. dans le Piaui, le Ceara, le Goias..., et surtout aux 11 qui furent entrepris par la S.P.V.E.A. dans l’Amazone.

92 Cf. Presidencia da Republica, Relatorio 1956-1960, op. cit., tome 2.

93 Comme on peut le constater, ce dernier chiffre est très faible ; il ne correspond qu’à une fraction de l’objectif fixé à 45 000 t.

94 Soit la ventilation suivante (en millions de Cr. courants, réévaluation comprise) :
Image 100000000000026A000000BC38E204CA.jpg
Les dépenses afférentes à la marine marchande et à l’aviation sont probablement plus incomplètes que les autres.

95 C’est ainsi que le Groupe de travail de l’industrie du matériel ferroviaire, créé en 1958 auprès du Conseil National du Développement, recommande aux sociétés ferroviaires, relevant du Gouvernement Fédéral (R.F.F.S.A.), de réserver à l’industrie nationale leurs commandes de matériel de façon à leur permettre un fonctionnement régulier et sans à-coup. Cf. Conselho do Desenvolvimento, Relatorio..., op. cit., tome 2.

96 Cf. Anuario Banas, A industria..., op. cit., Part. VIII.

97 Soit la répartition suivante, limitée aux plus grandes sociétés :
Image 100000000000026E000000A088BE03DC.jpg
Sur la base du taux moyen et très approximatif de 200 Cr. pour 1 U.S. $ on obtient 66 milliards de Cr.

98 Source : Banco Nacional do Desenvolvimento Economico, XI Exposiçâo..., op. cit., p. 51.

99 A titre de référence, citons ici les calculs effectués par M. M. Potier, Le Marché de l’automobile dans les pays du marché commun, Mémoire de D.E.S., Grenoble, octobre 1961, dactylographié, p. 3.
Consommation de l’industrie automobile :
Image 100000000000026E000000A82F27CDCB.jpg

100 C’est-à-dire le rapport, en poids, du matériel acheté à l’industrie nationale au matériel livré au marché par l’industrie automobile.

101 Les 2 chiffres des premières années sont relatifs, l’un aux véhicules lourds, l’autre aux véhicules légers. Source : Conselho do Desenvolvimento, Relatorio..., op. cit., tome 4.

102 Ce n’est là qu’une indication grossière en attendant les résultats exacts du recensement industriel de 1960.

103 Il s’agit du régime instauré par l’instruction no 70 de 1953 et abrogé en 1961.

104 Cf. Fertilizantes, Mercado e dependência externa crescentes, in Desenvolvimento e Conjuntura, juillet 1963, no 7, p. 24-39.

105 Les fluctuations annuelles ne reflètent que l’irrégularité des importations, et la baisse de la consommation en 1961 est liée à l’augmentation du prix des engrais par suppression du régime cambiaire préférentiel dont ils jouissaient jusque-là et suppression partielle des subventions accordées depuis 1957 (loi 3244). Cf. Instructions nos 204 et 208 de la SUMOC des 13-3-1961 et 27-6-1961.

106 De 6 000 t produites en 1950, dont 90 % en provenance de la Vale da Ribeira (S.P.), elle est passée à 69 766 t en 1961, 60 % provenant toujours de Sâo Paulo, 25 % du Pernambuco et 15 % du Minas Gerais. Sur ce total, 51 457 t sont livrées sous forme de superphosphates simples, fabriqués dans six usines. Les réserves actuelles sont évaluées à 100 millions de tonnes de minerai riche, soit 20 millions de tonnes de P2 O5.

107 Cf. Conselho do Desenvolvimento. IX Exposiçâo..., op. cit., p. 61.

108 Décret no 40 260 de novembre 1956.

109 Nous ne pouvons malheureusement pas être plus précis, car les indices par branches ne sont élaborés qu’avec un grand retard et ne dépassent pas l'année 1963. Cf. la revue Conjuntura Economica.

110 The growth and decline..., op. cit., p. 54.

111 Evoquons l’expression de Josué de Castro : « L’Amérique Latine est un château féodal avec une vitrine capitaliste. »
A la recherche de l’Amérique Latine, Esprit, juillet-août 1965, p. 68. Cf. aussi pour une analyse plus détaillée : Une zone explosive, le Nordeste brésilien, Le Seuil, Paris, 1965 (237 p.).

112 Ainsi, pour prendre le cas français, les écarts de revenu, le déséquilibre entre le Nord et le Sud-Ouest, la faible productivité de certaines exploitations agricoles..., etc.

113 Cf. W. Baer et I. Kerstenetzky, Substituição de importações e industrialização no Brasil, Revista brasileira de economia, sept. 1964, p. 9. Voir aussi graphique no 4.

114 Cf. Ministerio do planejamento, Programma de açâo..., op. cit., p. 99-100.

115 Cf. The growth an decline..., opt. cit., p. 28.

116 Les situations des agriculteurs varient tellement, non seulement d’une région à l’autre, mais à l’intérieur d’une même région selon leurs statuts, que des moyennes ne signifieraient absolument rien. Par ailleurs, nous ne disposons d’aucune enquête suffisamment précise pour livrer quelques indications sur ce sujet.

117 Cf. Ministerio do planejamento, Programa de açâo…, op. cit.

118 Cf. par exemple Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 24 à 30. Encore ce document se montre-t-il très discret sur l’évolution exacte des revenus en reconnaissant qu’on ne la connaît pas de façon précise.

119 Cf. The growth and decline..., op. cit., p. 55.

120 Les travaux sur les distorsions régionales et le Nordeste en particulier sont relativement nombreux. Outre ceux de Celso Furtado cités plus loin, indiquons l’ouvrage de Stefan H. Robock, Brazil’s developing Northeast : a study of regional planning and foreign aid, The brookings institution, 1963 (213 p.).

121 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 86.

122 Cette expérience, hélas confirmée par bien d’autres aux U.S.A. ou en Europe, prouve à quel point l’analyse classique était une fois de plus erronée. Nous en retrouvons l’expression dans l’analyse que R. Courtin faisait de ce même problème il y a vingt-vinq ans : prônant la concentration de tous les investissements publics dans les zones les plus avancées où la productivité marginale du capital et du travail est la plus élevée, il conclut : « Le développement rapide de la richesse dans une région, même limitée, doit nécessairement, dans un délai plus ou moins bref, profiter à l’ensemble du pays. » Problèmes de civilisation économique..., op. cit., p. 194.

123 Soit, en 1950, 1 850 000 habitants pour l’Amazone, 1 215 000 pour le Goias et 522 000 pour le Mato Grosso ; au total, 7 % environ de la population brésilienne à cette époque.

124 A propos de l’agriculture amazonienne : « Dans quelques zones seulement, à partir de procédés rudimentaires, s’est établie une culture primitive de certains produits d’alimentation, comme le manioc, le maïs, le riz et les haricots, cultures insignifiantes, limitées à de petites zones conquises sur la forêt par la méthode du brûlis, procédé précolombien, les graines étant lancées dans un sol mal préparé, encore encombré de troncs, de branches et de souches à demi-carbonisés. » Josué de Castro, Géographie de la Faim, Le Seuil (325 p.), Paris, p. 41, puis 85-86. Cf. aussi Lucio de Castro Soares, Amazonia, Eighteen international geographical congress, Brazil, 1956 (216 p.), p. 93-125.

125 Les délimitations exactes du Nordeste ne sont pas rigoureuses ; nous retiendrons les plus extensives adoptées par la Sudene, à savoir l’ensemble du territoire formé par les Etats du Maranhão, Piaui, Ceara, Rio Grande do Norte, Paraiba, Pernambuco, Sergipe, Alagoas et Bahia.

126 Sur ce problème, nous nous référerons fréquemment à ses travaux, notamment : Formaçâo economica do Brasil..., op. cit. ; A operação Nordeste..., op. cit., et le Brésil à l’heure du choix..., op. cit.

127 Cf. Celso Furtado, Formação..., op. cit., p. 175.

128 Cf. Celso Furtado, A operação Nordeste..., op. cit., p. 14.

129 Cf. Celso Furtado, A operaçâo Nordeste..., op. cit., p. 45-47.

130 C’est en 1909 en effet que fut créé l’Inspetoria Federal de Obras contre As Secas transformée en 1934 en Departamento Nacional de Obras contra as Secas (D.N.O.C.S.).

131 Organisée en 1933, elle s’est transformée 20 ans après (loi no 1806 de 6-1-1953) en Superintendência do Plano de Valorização da Amazonia (S.P.V.E.A.).

132 Il faudrait aussi ajouter, pour être complet, d’autres agences fédérales au programme plus limité : Grupo de Desenvolvimento da Bacia do Paraiba do Sul, Grupo Executivo de Ajuda à Baixada da Guanabara, Grupo do Desenvolvimento do Vale do Itajai. Cf. entre autres, Programação régional, articulação fédéral reclamada, in Desenvolvimento è Conjuntura, juillet 1963, no 7, p. 41-56.

133 Les chiffres sont tirés des divers recensements industriels, nous les avons convertis en Cr. constants 1939 en utilisant l’indice indiqué en Annexe 1.

134 Ce qui avait conduit à la création du Serviço de Navegação da Bacia do Prata dont la principale réalisation fut le chantier naval de Corùmba (Mato Grosso).

135 Soit, pour la seule contribution fédérale, 1,20 % des ressources de l'Union en 1950 ; 8,4 % en 1960 et 12,3 % en 1962. Cf. Programação regional..., op. cit., p. 8.

136 Cf. plano trienal..., op. cit., p. 65-86.

137 Superintendencia do Desenvolvimento do Nordeste, créée par la loi no 3692 du 15 décembre 1959.

138 Cf. Celso Furtado, A operaçâo Nordeste..., op. cit., p. 18.

139 Cf. Presidencia da Republica, Plano trienal..., op. cit., p. 85.

Table des illustrations

Titre Tableau No 33. — Contribution de l’Industrie à la formation du produit national brut : comparaison avec quelques pays21.
Légende Note 2122Note 2223Note 2324Note 2425
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau No 34. — Evolution de la structure des industries de transformation de 1919 à 1961 (en pourcentage)26.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau No 41. — Financement de l’industrie sidérurgique brésilienne de 1956 à 196062.
Légende Note 6363
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau No 43. – Evolution des investissements financés ou garantis par la Banque de développement de 1952 à 1962 (en millions de Cr. Courants).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau No 44. — Croissance de la production de véhicules (en unités).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique n4. CROISSANCES COPAREES DU PRODUIT REEL, DE L’INDUSTRIE, DES TRANSPORTS ET DE L’AGRICULTURE-indice, base 100 en 1949
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau No 47. — Structure agraire en 1960117.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Carte no 6. EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES INDUSTRIES DE TRANSFORMATION, (1920-1940-1950 et 1960)en milliards de cruzeiros constants 1939
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte no 7. AIRES D'INFLUENCE DES PROGRAMMES REGIONAUX
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540