Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Deuxième partie. Conséquences énergétiques de l’industrialisation

Conséquences énergétiques de l’industrialisation

Texte intégral

1Jusqu’aux dernières années qui précèdent le second conflit mondial, l’industrie n’exerce donc que peu d’effets sur son environnement et l’on en perçoit déjà quelques conséquences énergétiques. Axée sur la seule fabrication de biens de consommation et n’utilisant en règle générale que des processus peu capitalistiques, elle ne requiert pas pour elle-même de grandes quantités d’énergie. Mais ses répercussions indirectes revêtent une tout autre importance : ne produisant pas ou peu de machines, elle n’en favorise pas la diffusion aux autres branches de l’économie nationale. Dès lors, plusieurs situations se présentent : ou la branche peut se passer de machines en utilisant plus de travail, mais elle n’améliore pas sensiblement sa productivité et de ce fait n’est le lieu d’aucun processus cumulatif au travers duquel progressent les techniques ; ou elle ne peut se passer de la machine parce que cette dernière doit accomplir des opérations spécifiques et elle se trouve à la merci, soit des investisseurs étrangers, soit des disponibilités nationales en devises, c’est-à-dire de l’agriculture d’exportation seule pourvoyeuse. Or cette dernière source demeure des plus aléatoires, non seulement parce que les planteurs ne maîtrisent ni le volume ni le prix de leurs exportations, mais aussi parce qu’en l’absence d’un contrôle des changes ils demeurent libres d’utiliser leurs devises et n’ont aucune raison de les laisser à la disposition d’un secteur dont ils redoutent le développement. Dans tous les cas, la croissance énergétique est freinée, mais elle l’est tout particulièrement dans le second où consommation et production sont atteintes puisque aussi bien en matière de pétrole que d’électricité et parfois même de charbon s’il s’agit de gisements profonds, la machine se révèle indispensable et ne peut être remplacée par du travail.

2Comment cette situation se modifie-t-elle au cours des dernières décennies ?

3Le démarrage de l’industrialisation constitue le fait premier que nous devons prendre comme point de départ (chapitre IV). Dans des conditions et sous l’influence de facteurs que nous nous efforçons de définir, le Brésil commence au cours des années trente puis pendant le second conflit mondial à mettre en place certaines industries industrialisantes à partir desquelles s’amorce une restructuration plus générale. Certes, le phénomène demeure enfermé dans certaines limites, et nous ne manquerons pas d’évoquer les obstacles auxquels il se heurte, mais il s’avère suffisamment fort pour provoquer, dès la fin du second conflit mondial, une transformation profonde des structures de la consommation énergétique (chapitre V). De 1944 à 1954, la consommation de charbon minéral, de dérivés pétroliers et d’hydroélectricité croît à un taux annuel moyen de l’ordre de 14 %, exerçant ainsi des pressions de plus en plus fortes sur un appareil de production qui ne s’adapte pas aux nouveaux besoins de l’économie brésilienne. Sans doute les caractéristiques des ressources énergétiques dont dispose le pays ne sont-elles pas totalement étrangères à cette rigidité, mais les véritables obstacles sont d’ordre institutionnel. Branche par branche (chapitre VI), nous essayons alors d’analyser les solutions que les pouvoirs publics apportent à ce goulot d’étranglement. Le secteur énergétique serait-il un ensemble passif, entièrement dominé par les industries qui consomment sa production ? Certainement pas. Les nouvelles unités implantées par les firmes publiques ou semi-publiques dans les branches du pétrole et de l’électricité exercent, par leurs dimensions et leurs innovations, une série d’effets d’entraînement sur les industries les plus dynamiques (métallurgie, grosse mécanique, construction électrique et matériel de transport). Autour de ces couplages s’ébauche la restructuration de l’économie brésilienne.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540