Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Première partie. Sous-développement énergétique et retard de l’industrialisation

Chapitre III. La croissance des industries et les obstacles à l’industrialisation

Texte intégral

  • 1 René Courtin, Le problème de la civilisation..., op. cit., p. 83-84.

1La faible consommation d’énergie et le lent développement de sa production reflètent plus qu’ils n’expliquent la non-industrialisation du Brésil au début des années trente. Qu’est-ce à dire ? L’industrie existe, sa croissance a parfois même été rapide, et certaines branches comme celle du textile connaissent déjà une crise de surproduction. Depuis le premier conflit mondial ont surgi des unités appartenant à des secteurs nouveaux, tels ceux des métaux et de la chimie. Au niveau des structures d’ensemble, les changements n’ont pas manqué depuis que l’essor du café dans la seconde moitié du xixe siècle remodèle la distribution de la population et du revenu national au profit des Etats de Rio de Janeiro et de Sâo Paulo, accélère l’urbanisation et le développement des chemins de fer. Les institutions elles-mêmes ne demeurent pas à l’abri de tels changements : l’abolition de l’esclavage en 1888 entraîne la chute de l’Empire et la proclamation de la République. Dix années avant le second conflit mondial, néanmoins, rien n’est fondamentalement modifié dans les structures économiques du Brésil et nul ne résume mieux cette situation que René Courtin1 : « Totalement indépendant depuis 1822, le Brésil a conservé une structure essentiellement coloniale, caractérisée à la fois par la prééminence des activités agricoles et extractives du type latifundiaire et patriarcal, la monoculture extensive, le rôle considérable du marché international et l’état embryonnaire de l’industrie, en sorte que l’on a pu parler d’une « Russie américaine ». C’est depuis quelques années à peine que ces traits ont commencé à s’altérer, mais l’évolution encore peu sensible dans l’ensemble du pays ne s’est, jusqu’ici, précipitée que dans le seul Etat de Sâo Paulo ».

2Approches quantitative et institutionnelle doivent être combinées pour une analyse plus détaillée.

  • 2 Cf. United Nations, Economic survey of Latin America 1949, New-York, 1951. 536 p., p. 204. Selon ce (...)

3La première reste limitée par l’absence d’une véritable comptabilité nationale s’étendant à l’ensemble de l’activité économique du Brésil à cette époque. Quelques évaluations existent mais, circonscrites à la seule production commercialisée, elles reflètent très mal le degré d’évolution des structures productives2. La répartition de la population active semble à cet égard plus significative, encore qu’elle agrège des emplois aux productivités très différentes puisque aussi bien industrie et artisanat, agriculture vivrière et d’exportation se trouvent mêlés dans de mêmes rubriques. On peut cependant observer sur le tableau suivant que même en 1940, soit dix années après l’amorce du processus d’industrialisation, les activités secondaires ne représentent pas 10 % de l’emploi et n’atteignent pas 13 % si on leur adjoint l’industrie extractive.

  • 3 Il s’agit de la population âgée de plus de 10 ans employée dans des activités non domestiques. Cf. (...)

Tableau No 22. — Structure de la population active en 1940 (en milliers de personnes)3.

Agriculture, élevage, forêt

9 454

67,46 %

Industrie extractive

390

2,78 %

Industrie de transformation

1 398

9,98 %

Commerce

748

5,33 %

Banque, assurance, immobilier

52

0,37 %

Transport et communication

473

3,38 %

Administration

481

3,44 %

Professions libérales, administrations privées, divers....

1 018

7,26 %

Total

14 014

100,00 %

4Mais quelle est la structure de cette industrie elle-même ? A quelles productions est-elle vouée, quelles sont les dimensions des unités qui la composent ? L’absence d’un recensement en 1930 ne permet pas de le dire avec toute la précision souhaitée, mais l’on peut se reporter à celui de 1919 puisque nous verrons qu’au cours de la décennie 1920-1930 les structures de l’industrie n’ont pas subi d’altération significative.

  • 4 Ces évaluations sont tirées du recensement de 1920. Nous les avons converties en cruzeiros 1939 pou (...)

Tableau No 23. — Structure des industries de transformation en 1919 selon la valeur de leur production (en millions de cruzeiros 1939 et en pourcentage)4.

Tableau No 23. — Structure des industries de transformation en 1919 selon la valeur de leur production (en millions de cruzeiros 1939 et en pourcentage)4.

5La place qu’occupe le groupe 1 apparaît de façon parfaitement claire : il est composé de toutes les industries de biens de consommation qui prolongent directement ou indirectement les activités agricoles et dont la production satisfait presque exclusivement les besoins du consommateur final. Celles du groupe 2, au contraire, qui produisent des biens d’équipement susceptibles d’élever la productivité des autres secteurs, n’atteignent probablement pas 10 % du produit industriel total si on leur retranche la valeur des biens à usage domestique, tels ceux des usines pharmaceutiques ou papetières.

6Vouées en majorité à la production de biens de consommation, ces industries sont aussi, dans leur ensemble, de très petites dimensions et un grand nombre d’entre elles s’apparentent plus à l’atelier artisanal qu’à l’usine moderne. On peut le vérifier en examinant la répartition des entreprises de l’Etat de Sâo Paulo en 1939 qui est pourtant le plus avancé sur la voie du développement industriel.

  • 5 Cf. H. William Spiegel, The brazilian economy, Chronic inflation and sporadic industrialization, Th (...)

Tableau No 24. — Structure de l’industrie pauliste en 1939-1943 selon la répartition des employés et des capitaux (en pourcentage)5.

Tableau No 24. — Structure de l’industrie pauliste en 1939-1943 selon la répartition des employés et des capitaux (en pourcentage)5.

7La concentration de la moitié du capital industriel dans quelques très grandes entreprises, dont la plupart d’origine étrangère telle la S. P. Light dans la branche de l’électricité, ne peut qu’accentuer la faible intensité capitalistique du plus grand nombre. Le caractère dualiste de cette industrie est indéniable : d’un côté quelques très grandes firmes, peu nombreuses, d’origine étrangère pour la plupart et concentrant plus de 50 % du capital ; de l’autre un grand nombre de petites et très petites entreprises plus artisanales qu’industrielles à proprement parler.

  • 6 Dans le chapitre suivant, nous montrerons que si la suppression ou tout au moins l’atténuation de c (...)

8Pourquoi le Brésil en est-il là à la veille du second conflit mondial ? Quels sont les facteurs qui ont fait obstacle à une croissance plus rapide de l’industrie ? Il semble que nous devions nous tourner vers les structures institutionnelles du Brésil qui ne se modifient qu’insensiblement depuis le début du xixe siècle. Elles expliquent doublement la situation de l’industrie en 1930 : 1o par le retard et la lenteur avec lesquels se forme une bourgeoisie nationale décidée à jouer la carte de l’industrie ; 2° par l’impossibilité dans laquelle se trouve l’initiative privée de franchir les étapes successives qui conduisent à l’industrialisation lorsque l’industrie nationale demeure dépendante à la fois d’une agriculture de traite et des nations étrangères déjà industrialisées6.

Section 1. — L’origine de l’Industrie brésilienne

  • 7 Cf. Jean Barthe, Le rôle de Maua dans la formation de l’économie brésilienne. Thèse de Droit, Toulo (...)

9C’est entre 1845 et 1855 que prend naissance l’industrie brésilienne : au cours de ces quelques années, non seulement plusieurs dizaines d’entreprises, textiles, alimentaires, métallurgiques et chimiques se créent, mais la première voie de chemin de fer est inaugurée, une compagnie de gaz s’installe à Rio de Janeiro, un chantier naval et une fonderie occupant jusqu’à 1 000 ouvriers sont ouverts à Ponta Da Areia. Le baron de Maua, que l’on retrouve dans nombre de ces entreprises, symbolise le jeune capitalisme brésilien à l’époque de ses premières victoires7, mais celles-ci s’inscrivent dans un contexte fondamentalement différent de celui que connaissent à la même époque les pays européens. Nous allons essayer de le montrer en étudiant quelques expériences antérieures qui ne parviennent pas à déboucher sur l’industrie, puis, dans un deuxième temps, nous chercherons à expliquer l’apparition des industries de biens de consommation et leur croissance à partir de 1850 en analysant le rôle complexe de l’agriculture d’exportation.

1 Les obstacles initiaux

  • 8 Nous ne prétendons évidemment pas être exhaustif, mais ces trois expériences nous ont paru particul (...)

10Bien qu’il n’existe probablement pas de filiation directe entre les expériences que nous allons évoquer et l’industrie de la fin du xixe siècle, il convient, pour bien comprendre les retards de l’industrialisation, d’observer comment les structures coloniales étouffent les premiers germes d’un capitalisme industriel. Ceux-ci auraient pu se développer à partir de l’artisanat domanial, de la politique mercantiliste de Don Joâo VI et de l’artisanat d’immigration8.

A) L’artisanat domanial

  • 9 Hostilité qui s’étend aussi aux cultures vivrières. Cf. Gilberto Freyre, Terre du sucre, Gallimard, (...)
  • 10 Cf. Ernesto Pellanda, Indices de Produção adequados ao actual estâgio de desenvolvimento da industr (...)
  • 11 Cf. Ernesto Pellanda..., op. cit., p. 8 et 9.
  • 12 Cf. Roger Bastide, Brésil, terre des contrastes..., op. cit., p. 193.

11Hostile à toute activité économique étrangère à la culture du sucre et à ses prolongements commerciaux9, le planteur du xviiie siècle ne peut néanmoins se passer d’un certain nombre de services artisanaux qui se développent à l’intérieur du grand domaine. Ce dernier abrite ainsi, à côté de ses esclaves de houes, « ses métis, libres ou esclaves, menuisiers, maçons, aides-maçons, chaudronniers, tisserands, cordonniers, confiseurs10 ». Les productions sont nombreuses et diverses, les artisans des « engenhos do Nordeste », nous dit le même auteur11, « fabriquaient eux-mêmes pièces et engrenages pour les machines et, dans les plus grands établissements, mobilier, travaux au tour et sculpture, étriers, lampes, souliers, briques, tuiles, tonneaux, vases, bassines, chaudrons, bougies, farine de manioc, etc. ». R. Bastide confirme12 : « La fazenda constituait une autarcie et se suffisait à elle-même avec ses esclaves forgerons, bourreliers, cordonniers, menuisiers, etc. »

  • 13 Ajoutons que l’esclave, pour des raisons évidentes, est peu sensible aux stimulations telles que le (...)
  • 14 Cf. Ch. Morazé, Les 3 âges du Brésil, A. Colin, 1954, 298 p., p. 69.
  • 15 Il s’agit essentiellement de produits alimentaires et principalement de vins portugais. Le Brésil n (...)
  • 16 Cf. Stefan Zweig, Le Brésil, terre d’avenir. A Michel, Paris, 1942 (334 p.), p. 86. Cet auteur comm (...)
  • 17 Cf. Hugo Schlesinger, Geografia industrial do Brasil, I.E.P.E., Sâo Paulo, 1956 (256 p.), p. 6.
  • 18 Cf. Roberto Simonsen, A evoluçâo industrial do Brasil, Sâo Paulo, 1939 (75 p.), p. 21.

12L’habileté manuelle cependant ne suffit pas ; pour que de l’artisanat naisse l’industrie, encore faut-il un stimulant suffisamment fort qui brise la routine, suscite l’innovation, encourage l’autofinancement nécessaire au stockage des marchandises dans un premier temps, à l’achat de machines dans un second. Le cadre de la fazenda esclavagiste, même si les artisans y sont souvent des métis ou des affranchis, s’oppose à cette évolution : les rythmes de production demeurent soumis aux seuls besoins de l’exploitation et ses méthodes à l’expérience transmise oralement ; l’accumulation par ailleurs ne s’opère pas au profit des artisans dont les services ne sont pas ou peu rémunérés, mais demeure le privilège des planteurs et des commerçants qui réinvestissent leur bénéfice soit dans les plantations elles-mêmes, soit dans le trafic fort lucratif de la main-d’œuvre servile. Si exceptionnellement des esclaves parviennent à réaliser quelques économies, elles servent à acheter leur libération et, par ce biais, reviennent au planteur13. Aussi contraignant soit-il, ce système laisse cependant se développer « parmi les moins riches des propriétaires ruraux ou parmi les serviteurs non esclaves des grands féodaux de la terre, une population flottante de petits artisans, de petits négociants, dont l’existence est tolérée, encouragée même, pourvu qu’elle reste respectueuse de l’autorité des seigneurs de la terre14 ». Avec eux pourrait bien se former un embryon de bourgeoisie industrielle urbaine s’émancipant progressivement de la tutelle des planteurs. Mais l’emprise des structures coloniales demeure très forte ; le groupe des propriétaires terriens, par la puissance, économique et politique, et le prestige dont il jouit, attire et absorbe cette bourgeoisie naissante qui réinvestit ses profits en achetant des domaines. On peut cependant se demander si un tel système aurait conservé aussi intacte sa cohésion sans l’appui du pacte colonial qui s’exerce avec la plus grande rigueur tout au long du xviiie siècle. La naissance du capitalisme commercial au Portugal et surtout les besoins financiers de la couronne portugaise incitent en effet le colonisateur à maintenir sa domination non seulement sur les produits brésiliens mais sur les débouchés que constitue ce pays pour l’agriculture, l’artisanat et l’industrie lusitaniennes. La Compagnie Générale du Commerce, créée dans ce but au xviie siècle, obtient le monopole du commerce avec le Brésil et l’interdiction pour ce dernier de produire tout bien susceptible de concurrencer directement ou indirectement les produits importés15. Encore trop faible pour plier les planteurs à ces contraintes, le capitalisme portugais doit abandonner le commerce à la couronne qui ne cesse, au cours du xviiie siècle, de renforcer les interdits. Un décret de 1775 prohibe la fabrication de savon16. Dix années plus tard, le 7 juin 1785, un nouveau texte ordonne la destruction de toutes les fabriques et manufactures de galons, tissus d’or et d’argent, velours, satins, taffetas, percales, flanelles, chapeaux, etc.17. Ne reste autorisée que la production de grosses étoffes de coton destinées à l’habillement des esclaves et à l’emballage des marchandises, c’est-à-dire celles dont le marché ne présente pas d’intérêt pour l’industrie étrangère18. Ces mesures appellent deux ordres d’observations.

13Elles n’ont pas été prises à titre seulement préventif puisqu’elles envisagent la « destruction de manufactures » : bien que le terme même de manufacture paraisse excessif, l’on sait qu’existe à cette époque un artisanat textile dans les provinces du Minas Gerais et de Sâo Paulo récemment peuplées par les découvertes d’or et de diamant et par l’incidence de ces découvertes sur l’agriculture vivrière et l’élevage. Dans l’une et l’autre, deux facteurs favorisent cette apparition : la protection géographique dont jouissent ces régions à l’égard des importations portugaises et la relative faiblesse des structures coloniales (latifundium, monoculture, esclavage) qui dominent les zones côtières du sucre et du cacao. Dès cette époque, une corrélation inverse semble donc bien lier le développement artisanal ou pré-industriel et l’enrichissement fondé sur les cultures d’exportation.

  • 19 On ne saurait en effet leur relier directement la tentative des libéraux du Minas Gerais en 1792, p (...)

14La deuxième observation confirme la première à un niveau plus général : si les mesures édictées par la couronne portugaise dans le cadre du pacte colonial ont soulevé ici et là des protestations et des mouvements d’humeur, elles ne semblent jamais s’être heurtées à une opposition systématique ou à quelques velléités de révolte de la part des planteurs19.

  • 20 Ceci ne contredit nullement l’échec de la Compagnie Générale qui, plus d’un siècle auparavant, semb (...)

15Or, rapprochée de l’indépendance dont font preuve ces derniers à maintes occasions, une telle passivité ressemble étrangement à de la complicité, et toute l’expérience du xixe siècle confirme bien cette interprétation20. Cette alliance tacite des planteurs et du capitalisme européen, que domine déjà l’industrie britannique, explique suffisamment l’échec de toute production industrielle nationale à la veille du xixe siècle ; elle se maintient par la suite mais en revêtant de nouvelles formes.

  • 21 Rappelons que l’invasion de la péninsule ibérique par les armées napoléoniennes et le refus du Port (...)

16Deux faits nouveaux, en effet, interviennent en faveur de l’industrie au cours des premières décennies du xixe siècle : le transfert de la monarchie portugaise à Rio de Janeiro en 1807 et la première immigration suisse allemande dans le Rio Grande do Sul21.

B) La politique mercantiliste de Don Joâo VI

  • 22 Cf. Nicia Vilela Luz, A Luta pela industrializaçâo do Brasil (1808-1930), Difusâo europeia do livro (...)

17Coupé de l’Europe et du Portugal par les guerres napoléoniennes, le roi Don Joâo VI s’efforce, dès son arrivée, de créer au Brésil les industries dont les produits font le plus défaut. Après avoir rapporté tous les interdits édictés dans le cadre du pacte colonial, il pose les fondements de la première politique industrielle du Brésil par le décret du 28 avril 1809 qui prévoit : l’exemption de taxes douanières sur les matières premières nécessaires à l’industrie nationale, l’exemption d’impôts sur les produits manufacturés destinés à l’exportation, un privilège de quatorze ans pour tout inventeur ou toute personne introduisant au Brésil un procédé technique nouveau, enfin, une subvention aux industries méritant une aide particulière, notamment celles de la laine, de la soie, du fer et de l’acier22.

18Certaines réalisations s’ensuivent, dont un certain nombre de manufactures textiles, telle celle de Villa Rica en 1814, mais la plus significative de toutes est sans aucun doute l’expérience sidérurgique qui, si elle avait réussi, aurait pu modifier l’évolution économique du pays.

  • 23 Par directe et indirecte, nous entendons la transformation du minerai de fer en acier, soit directe (...)
  • 24 On peut avoir, sur ces divers procédés sidérurgiques :
    - P.J. Le Thomas, La métallurgie, Le Seuil, P (...)

19Sous une forme plus artisanale qu’industrielle, les techniques sidérurgiques sont en effet pratiquées de longue date au Brésil. Dès la fin du xvie siècle, des forges qui utilisent le minerai de Birocoyaba sont installées, avec l’aide de l’administration portugaise, à Sorocaba et à Sâo Vicente dans la province de Sâo Paulo ; elles utilisent la méthode du feu catalan, c’est-à-dire la réduction directe du minerai dans un bas foyer qu’attise un soufflet à main ou hydraulique et d’où l’on retire une masse de métal pâteux mêlée de scories qui est purifiée et étirée en barre par forgeage à la main23. Ce sont les découvertes de métaux précieux dans le Minas Gerais qui font échouer cette première tentative : soucieuse de ne pas détourner des mines une main-d’œuvre rare, l’administration portugaise devient de plus en plus tatillonne vers la fin du xviie siècle et va jusqu’à interdire toute activité industrielle concurrente. Les besoins en armement et munitions nécessaires à la défense de l’empire lusitanien éloigné de la métropole incitent cependant à une plus grande souplesse en faveur de la sidérurgie : toujours dans la région de Sorocaba, une nouvelle tentative est faite en 1765. Bien que reposant sur le même principe (réduction directe), la méthode du creuset (cadinhos) qui semble prévaloir à cette époque marque un léger progrès : le foyer s’élève en forme de fourneau, le métal est séparé du combustible et directement extrait sous forme d’une loupe par l’orifice supérieur du creuset24.

  • 25 Si la contribution de sidérurgistes tels que Eschwege, Varnhagen et celle du Français Monlevade a é (...)

20Très vite cependant cette sidérurgie traditionnelle se révèle incapable d’assurer une production massive et régulière. La capacité du four ou du creuset est minime et le produit d’une fusion oscille entre 1/2 et 2 arrobes (7,5 à 30 kg) ; le nombre de fusions est lui-même limité par la force de travail nécessaire pour actionner les soufflets et battre le métal fondu. Sollicité par l’administration portugaise du Brésil, D. Joâo VI autorise, dès 1795, l’exploitation des mines de fer et l’implantation d’unités sidérurgiques de grande dimension ; bien plus, dès son arrivée au Brésil, il s’attache lui-même à les réaliser. Malgré difficultés et retards imputables, semble-t-il, aux déficiences de l’assistance technique étrangère25, deux usines modernes sont construites par les pouvoirs publics : l’une au Moro do Pilar, dans le Minas Gerais, l’autre à Ipanema, dans la province de Sâo Paulo. Si la seconde parvint à posséder un haut fourneau, la première échoua dans cette tâche et se rabattit finalement sur de petits fours suédois. La sidérurgie ne demeure cependant pas un monopole public et très vite l’initiative privée prend le relais : bien qu’utilisant le petit four à réduction directe, l’usine de Congonhas atteint le stade industriel grâce à l’introduction du soufflet et du marteau hydrauliques qui économisent de la main-d’œuvre. Dans le Minas Gerais, de nombreuses forges apparaissent et se développent autour d’Itabira, de Matto Dentro, de Serro. Monlevade lui-même revient au four catalan après l’insuccès de son haut fourneau de Caethé ; sa nouvelle usine de Sâo Miguel de Piracicaba semble avoir parfaitement fonctionné de son vivant.

Tableau No 25. — Production sidérurgique brésilienne au début du xixe siècle (en kg).

Tableau No 25. — Production sidérurgique brésilienne au début du xixe siècle (en kg).

21Aucun des deux procédés, on le voit, ne parvient à l’emporter nettement sur l’autre ; certes, la production d’Ipanema, connue pour les années 1818-1820, indique bien que seul le haut fourneau et le détour par la fonte permettent des productions massives ; le bas fourneau, cependant, continue à offrir plus de sécurité par la simplicité de sa technique et la souplesse de son fonctionnement dans une industrie qui travaille le plus souvent encore à la commande. De plus, sa faible capacité de production s’adapte à une économie fractionnée en petits marchés encore peu liés entre eux.

22On ne dispose pas d’informations pour suivre après 1820 l’évolution de la sidérurgie d’Ipanema, mais l’on sait qu’après un très bref essor elle végète tout au long du xixe siècle jusqu’à sa disparition définitive en 1895. Seules subsistent, repliées dans le Minas riche en forêts et en gisements de fer, mais sans lien avec les autres industries qui vont faire leur apparition près des côtes, les petites unités utilisant les procédés de réduction directe. Le four catalan et le creuset, en effet, ne font appel qu’à des techniques rudimentaires et ne nécessitent qu’une main-d’œuvre abondante pour préparer le minerai de fer et le charbon de bois, actionner les soufflets, battre le métal en fusion et reconstruire périodiquement les installations en terre réfractaire. Ce niveau technique est d’autant mieux adapté à la situation esclavagiste que la sidérurgie par réduction directe n’est pas inconnue de certains Africains qui l’ont pratiquée dans leur pays d’origine avant d’être transplantés sur le sol brésilien.

C) L’artisanat d’immigration

23Avant de chercher à tirer l’enseignement de cet échec, il convient d’en examiner un autre, de nature très différente, mais dont les causes sont identiques.

  • 26 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton manufacture, Textile entre-prise in an underdeveloped ar (...)
  • 27 Cf. Stefan Zweig, Le Brésil..., op. cit., p. 160.
  • 28 Cf. E. Pellanda, Indices da produção..., op. cit., p. 16-17.

24On connaît mal la situation exacte de l’artisanat à l’époque de l’indépendance du Brésil (1822), mais l’on sait par des témoignages d’historiens que depuis l’abolition du pacte colonial, il s’est développé dans les provinces où les structures coloniales exercent les pressions les moins fortes. C’est le cas notamment de certaines régions du Minas Gerais où, vers 1830, les métiers à tisser manuels produisent presque 6 millions de yards de tissu en coton chaque année26 ; ce l’est aussi du Rio Grande do Sul où intervient un fait nouveau entre 1815 et 1830 : la première vague d’immigration allemande27. Parmi les immigrants, des artisans et des ouvriers spécialisés fondent des ateliers en grand nombre. En 1829, il existe à Novo Hamburgo 7 tanneries, 8 minoteries, une fabrique de savon, un atelier d’orfèvrerie, d’autres de ferronnerie, serrurerie, menuiserie, cordonnerie, vêtement et tissage. Sâo Leopoldo compte, en 1858, 32 tanneries et fabriques de harnais, 16 de sabots, 20 de chaussures, 30 moulins à huile, 28 à sucre, 7 poteries, 3 fabriques de vaisselle, 4 de colle, 12 de cigares, 2 de chapeaux, 50 moulins à grain, 5 scieries, 3 corderies, 4 fabriques de charrettes, 23 ferronneries, 2 corderies et 267 artisans divers28. Certes, bien des obstacles s’opposent à une transformation rapide de cet artisanat en petites unités industrielles. La région demeure peu peuplée, les distances à franchir immenses, l’infrastructure économique et bancaire inexistante. Par ailleurs, une accumulation primitive n’a pas été réalisée comme dans le Nordeste grâce aux bénéfices d’une riche culture d’exportation. On peut cependant se demander si, protégé par une barrière douanière efficace, ce premier développement artisanal n’aurait pas pu se muer en industrie par concentration puis mécanisation des ateliers sur l’initiative des artisans les plus dynamiques, et cela au fur et à mesure que s’accroît la population et que se déplace vers l’Ouest la limite des cultures. Introduite à Bahia vers cette époque, la machine à vapeur n’aurait-elle pu être implantée dans les Etats du Sud qui connaissent déjà l’existence du charbon ? Les profits d’une telle innovation dans des Etats pauvres en main-d’œuvre, parce que sans esclavage, n’auraient-ils pu financer le développement ultérieur du textile, de la céramique, de la petite métallurgie ? Sans doute connaît-on les limites d’un modèle d’industrialisation appuyé sur des séquences remontantes, mais la sidérurgie existe dans l’Etat de Sâo Paulo et, malgré les distances, pourquoi refuserait-on d’envisager une jonction ?

  • 29 Nous avons déjà vu combien ce point a pu jouer en matière d’importation charbonnière. Cf. chapitre (...)
  • 30 En l’occurrence le prix d’achat de l’esclave puisque les 9/10e de la main-d’œuvre sont serviles.
  • 31 Rappelons que de 1781 à 1800 la consommation des seules manufactures du Lancashire passe de 5 à 11  (...)
  • 32 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit.

25La seule réponse tient une fois de plus dans l’obstacle que constituent les structures coloniales. Les raisons qu’ont les planteurs de préférer l’importation de produits industriels à leur fabrication par une industrie locale sont en effet très claires. A très court terme, les produits manufacturés étrangers sont supérieurs en qualité pour leur propre consommation, et meilleur marché pour l’exploitation de leur domaine et l’entretien de leurs esclaves. Ces deux avantages s’expliquent non seulement par l’avance industrielle des pays d’Europe, mais par les très bas frets que peuvent consentir les transporteurs qui font à vide le parcours Europe-Brésil29. Par ailleurs, n’intervient pour les planteurs aucune limite monétaire puisqu’ils détiennent seuls ou presque les devises accumulées grâce à la vente du sucre, du cacao et bientôt du café. Seule une baisse des cours mondiaux ou une chute des ventes peuvent les restreindre, et nous verrons précisément le rôle décisif de ces fluctuations dans l’industrialisation du Brésil. A plus long terme, l’industrie nationale représente une menace plus sérieuse encore que la baisse de qualité ou la hausse des prix. La culture extensive de la canne, du cacao ou du café exige une main-d’œuvre d’autant plus abondante et bon marché qu’elle n’est pleinement employée que peu de jours par an, au moment de la récolte. Or, toute nouvelle activité qui, surtout dans une première étape de faible mécanisation, risque de drainer une fraction de la main-d’œuvre disponible ou d’en élever le prix30, porte gravement atteinte aux bénéfices des plantations. Pays sous-peuplé, le Brésil colonial s’est heurté à cet obstacle tout au long de son évolution et ne l’a partiellement levé que par l’esclavage. Dans une telle perspective on comprend aisément l’hostilité des planteurs à toute protection ou à tout encouragement à la création d’une industrie nationale et leur volonté de voir appliquer une politique libre échangiste. Tel est aussi, par ailleurs, le souhait de l’Angleterre dont l’industrialisation appelle des débouchés nouveaux et qui ne manque pas de monnayer son aide au Portugal envahi par les troupes napoléoniennes31. Cette conjonction explique l’échec des tentatives industrielles de Don Joâo VI qui, au moment même où il s’efforce d’aider à la création d’une industrie nationale, décrète le 12 avril 1808 l’ouverture des ports au commerce international et signe avec la Grande-Bretagne (1810) un traité qui fait de cette dernière une puissance privilégiée puisque ses produits manufacturés bénéficient d’un taux (15 % ad valorem) inférieur même à celui des marchandises portugaises (16 %)32.

  • 33 Cf. Celso Furtado, Forrnaçâo ecônomica..., op. cit., p. 116.
  • 34 Chiffres empruntés à P. Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, S.E.D.E.S., Paris, (...)
  • 35 Ces évaluations ne peuvent être que des ordres de grandeur ; elles sont de plus sujettes à caution (...)
  • 36 Cf. W.S. Von Echwege, Pluto..., op. cit., p. 99.
  • 37 Cf. Luis Castanha de Almeida, Achegas..., op. cit., p. 158.
  • 38 En 1885, le directeur de l’usine d’Ipanema indique les écarts suivants pour le transport d’une tonn (...)
  • 39 Ce point mériterait évidemment d’être analysé de façon plus systématique. Nous savons en effet que (...)

26L’indépendance politique acquise en 1822 par la grande bourgeoisie terrienne ne modifie pas cette situation ; bien plus, elle la renforce en 1828 en étendant le tarif le plus favorable à toutes les marchandises sans discrimination de nature ou d’origine33. On en conçoit aisément les conséquences. Bénéficiant d’une avance industrielle sans égale, l’industrie britannique livre au Brésil des quantités croissantes de produits manufacturés à des prix de plus en plus bas : de 1786 à 1886 le prix de la livre de coton en Grande-Bretagne tombe de 38 à 1 shilling, tandis qu’entre 1822 et 1850 le fret par voilier entre Anvers et Rio de Janeiro passe de 73 à 40 francs la tonne34. Dans ce contexte, se développe une bourgeoisie commerciale, souvent d’origine portugaise, qui s’enrichit par la vente des produits importés, façonne les réseaux de commerce, prend des participations dans les banques existantes ou en crée de nouvelles et s’allie tout naturellement aux planteurs dans une même hostilité à l’égard de l’industrie nationale. Embryonnaire, celle-ci n’a ainsi aucune chance de croître en l’absence de toute protection douanière. Même à l’abri de plusieurs centaines de kilomètres de mauvais chemins en terre qui les relient à Rio de Janeiro, les petites usines du Minas doivent fermer leurs portes ou limiter leur production à des draps grossiers qui n’intéressent pas les exportateurs britanniques. Le même facteur explique l’échec de la sidérurgie d’Ipanema. Le manque de débouchés si souvent invoqué résulte en grande partie des exportations britanniques et suédoises. Les besoins en fer, en effet, se manifestent dès la fin du xviiie siècle et pas seulement de la part des arsenaux. Si les provinces de Minas et de Goias réunies n’ont absorbé en cinq ans, au dire d’Eschwege, que 200 tonnes de fer en barre, celle de Sâo Paulo en a consommé 400 tonnes pour la seule année de 181735. Qui utilise ces produits sidérurgiques ? Les sucreries qui demandent des chaudrons, des marmites, des cylindres et même des machines entières en grand nombre36. Des débouchés similaires sont cités, vers la fin du siècle (1883), par le directeur de l’usine d’Ipanema : matériel pour sucreries et scieries, pièces de moulins, ventilateurs, égreneurs de café et matériel pour les filatures de Sorocaba et Tatui37. Il faudrait y ajouter, parce que nous avons vu leur relative importance, les besoins en fer des chantiers navals, des chemins de fer et de l’ensemble de l’industrie textile. Or, la sidérurgie brésilienne ne reçoit qu’une infime part de toute cette demande parce que le fer suédois parvient à plus bas prix dans les ports de Rio ou de Santos, soit de 1,4 à 1,6 mil-reis l’arrobe (15 kg). Il est intéressant de noter que la difficile compétitivité du fer brésilien tient à la fois à son coût de production et à celui de son transport depuis les petits fours du Minas ou le haut fourneau d’Ipanema jusqu’aux consommateurs localisés près des ports ou dans la zone caféière de Sâo Paulo38. Une protection douanière efficace (nous avons vu qu’elle était quasiment nulle) ou (et) un aménagement des voies de communication entre centres sidérurgiques et lieux de consommation auraient donc pu favoriser l’essor de la sidérurgie. Que celle-ci utilise le charbon de bois au lieu du charbon minéral ne semble pas, en effet, l’obstacle dirimant que l’on a voulu en faire puisque précisément le fer suédois longtemps importé par le Brésil était lui-même obtenu à partir du même combustible réducteur39.

27Telles sont les causes essentielles du retard de l’industrie brésilienne qui, en 1840, est toujours inexistante. Comment cette situation se modifie-t-elle au cours des dix années suivantes, de telle façon qu’apparaissent les premières industries brésiliennes ?

2. L’apparition des industries

28On ne dispose pas de séries homogènes et continues pour mesurer la croissance de l’industrie brésilienne sur une très longue période mais il est possible d’en fournir une bonne approximation au moyen des indications regroupées dans le tableau suivant.

  • 40 Ils sont empruntés à R.C. Simonsen, A evolução industrial..., op. cit., et à I.B.G.E., Recensamento (...)

Tableau No 26. — Eléments sur la croissance des industries de transformation40.

  • 41 Les mil-reis et les cruzeiros valeur courante ont été déflatés par R.C. Simonsen sur la base de leu (...)

Nombre d’établissements

Nombre d’ouvriers

Valeur de la production (en millions de Cr.)41

1850

50

3 000 (?)

1889

636

54 000

507

1907

3 250

151 000

741

1919

13 336

275 000

2 843

1939

40 983

670 000

5 333

  • 42 Evaluations faites à partir de chiffres cités par E. Pellanda..., Indices...,. op. cit.

29Les données restent trop espacées et parfois trop incertaines (en 1854 notamment) pour que l’on puisse en déduire des taux de croissance vraiment significatifs. Ceux que l’on peut calculer, sur la base des effectifs ouvriers, traduisent une croissance assez lente puisqu’elle ne dépasse pas 6 % par an, sauf de 1850 à 1889 où elle semblerait atteindre 7,7 %, mais encore ce dernier taux ne revêt-il pas une grande signification sur une aussi longue période. On peut s’en convaincre en examinant les rythmes d’installation des établissements industriels : sur les 636 fondés avant 1889, 18 % l’ont été de 1845 à 1869, 20 % de 1870 à 1879 et 62 % de 1880 à 188 942. Au total, la première étape de la croissance industrielle du Brésil se serait donc déroulée à un rythme assez lent, entrecoupé de deux phases plus rapides, l’une au cours des deux dernières décennies du xixe siècle, l’autre durant le premier conflit mondial. Dire qu’une telle croissance est indissociablement liée à l’évolution de l’agriculture de traite ne présente pas une grande originalité. Peut-il en aller autrement dans une économie où 90 % au moins des revenus monétaires, du commerce extérieur, de la capacité de financement des investissements et des ressources publiques proviennent des plantations de sucre, de cacao, de tabac, et surtout, à partir de 1850, du café ? Beaucoup plus intéressant par contre est le jeu complexe de cette agriculture dans la formation et la croissance de l’industrie nationale. Jusqu’au milieu du xixe siècle, nous l’avons vu, elle constitue surtout un obstacle : elle le reste jusqu’à l’issue de la période qui nous occupe. En d’autres termes, tout progrès de l’industrie, c’est-à-dire toute victoire de la bourgeoisie industrielle, se réalise à l’encontre et au détriment des intérêts immédiats de l’agriculture d’exportation et du groupe des planteurs. Mais comment sont arrachées ces victoires dans des structures qui assurent la prédominance des seconds ? A l’occasion de chaque affaiblissement de leur pouvoir économique et politique, c’est-à-dire toutes les fois que des événements internationaux, telles les guerres mondiales ou les fluctuations des marchés de produits tropicaux, amenuisent leurs revenus et leurs profits. Ainsi toute la première étape de la croissance industrielle du Brésil peut être considérée comme ayant été commandée de l’extérieur. Il ne fait aucun doute que si nous disposions de séries statistiques longues et complètes, nous vérifierions une très bonne corrélation inverse, sur phases courtes, entre la croissance industrielle et les revenus de l’agriculture d’exportation. Mais, à son corps défendant, cette dernière n’a pas joué un rôle uniquement négatif : détentrice des capitaux, de la main-d’œuvre disponible et du revenu monétarisable, elle fournit à l’industrie naissante, directement ou indirectement, ses capitaux, sa main-d’œuvre et son marché. Avantage indéniable par rapport aux pays actuellement sous-développés qui ne disposent pas de telles sources, mais aussi faiblesse de l’industrie brésilienne qu’il convient de signaler dès ici et que nous analyserons dans la section suivante : la croissance industrielle demeure prisonnière de l’agriculture d’exportation qui, malgré son affaiblissement et ses défaillances passagères, conserve jusqu’en 1930 son double pouvoir économique et politique.

A) L’altération des structures coloniales au profit de l’industrie

  • 43 C. Morazé, Les 3 âges..., op. cit., p. 31.
  • 44 Les fondements et les modalités de ce pouvoir sont analysés par C. Morazé, Les 3 âges..., op. cit. (...)

30La chute de l’Empire et la proclamation de la République en 1889 ne signifient pas une transformation des structures sociales du Brésil : elles marquent « le passage d’une société terrienne à esclavage à une société terrienne sans esclavage mais non pas d’une société agricole à une société urbaine43 ». Le suffrage universel n’enlève rien au pouvoir politique des propriétaires fonciers qui, maîtres de la terre, le sont aussi de ceux qui la travaillent et qui en vivent, quel que soit leur statut d’esclave, de salarié, de fermier ou de métayer. Trop faible, la bourgeoisie urbaine ne songe pas à contester sérieusement l’ensemble du système solidement appuyé sur le « coronélisme » local et stabilisé par le « pouvoir modérateur » de quelques représentants influents des propriétaires fonciers44. C’est donc au sein de ces institutions qui assurent la domination des planteurs que naît et progresse l’industrie brésilienne au fur et à mesure que la bourgeoisie urbaine parvient à imposer un renforcement de la protection douanière et un élargissement du marché intérieur, c’est-à-dire, dans un premier temps, la substitution du salariat à l’esclavage. Cette double conquête s’effectue en trois temps : 1845-1855, dernières décennies du xixe siècle et premier conflit mondial, c’est-à-dire toutes les fois où l’agriculture d’exportation se trouve affaiblie par l’évolution de la conjoncture internationale.

  • 45 Sucre et coton constituent l’essentiel des exportations brésiliennes au début du xixe siècle. Elles (...)
  • 46 Cf. Celso Furtado, A formaçâo..., op. cit., p. 134.
  • 47 Toutes ces évaluations sont empruntées à Celso Furtado, Formação..., op. cit., p. 130.
  • 48 Cf. Nicia Vilela Luz, A Luta..., op. cit., p. 17-18.
  • 49 Nous ne dirons rien de l’histoire du café malgré son rôle déterminant dans la formation industriell (...)
  • 50 Cf. Caio Prado Junior, Historia economica do Brasil, Ed. Brasilieuse, 1962 (345 p.), p. 164.
  • 51 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 22 et suivantes.

31Après un bref essor procuré à la côte du Nordeste par l’ouverture des ports, les plantations brésiliennes stagnent et parfois même régressent durant toute la première moitié du xixe siècle45. Plusieurs facteurs se conjuguent dans ce sens. Les ventes de sucre, jusque-là dominantes dans les exportations brésiliennes, se trouvent triplement limitées par l’essor de la culture des betteraves commencée en Europe lors du blocus napoléonien, par la croissance rapide de la production cubaine (de 20 000 à 300 000 t en cinquante ans), par la colonisation de la Louisiane que viennent d’acquérir les Etats-Unis46. Les débouchés de la production cotonnière évoluent dans le même sens avec le développement des plantations nord-américaines qui approvisionnent l’industrie britannique en pleine expansion. Produits mineurs à l’époque, mais non négligeables, le tabac, les cuirs et peaux, le riz et le cacao subissent la concurrence de plus en plus vive des Etats-Unis et des pays du Rio de la Plata. Au total, de 1821-30 à 1841-50, la baisse du prix des exportations brésiliennes atteint 40 % et leur valeur totale ne s’accroît pas de plus de 0,8 % par an, alors même que la population progresse au taux de 1,3 %47. Telle est la situation qui explique les premières victoires des tenants de l’industrie. Malgré l’opposition des planteurs, un nouveau tarif douanier, dit « Alves Branco », entre en application en 1844 : il élève de 15 % à 30 % les droits prélevés sur la plupart des importations. Deux ans plus tard, en 1846, cette mesure est complétée par une série de privilèges accordés aux fabriques de tissus de coton48. Non moins décisive pour l’avenir de la croissance industrielle, la suppression du trafic esclavagiste est imposée en 1850. A vrai dire elle l’avait déjà été vingt-cinq ans plus tôt, mais sans succès malgré la surveillance maritime assurée par la Grande-Bretagne. La prohibition de 1850 confirme bien la corrélation observée entre l’affaiblissement de l’agriculture d’exportation et l’instauration des mesures favorables à l’industrie. La suppression du trafic favorise en effet doublement cette dernière, ainsi que nous le verrons plus loin, puisqu’elle libère des capitaux pour l’industrie et annonce l’élargissement du marché de consommation par substitution de petits propriétaires ou de travailleurs salariés aux esclaves. Tel est le contexte dans lequel surgit le premier noyau industriel brésilien autour de 1850. Sa croissance, nous l’avons indiqué, demeure lente au cours des trente années suivantes, malgré l’impulsion indirecte fournie par la guerre du Paraguay (1864-1870). De tous les facteurs explicatifs, le plus fondamental réside sans aucun doute dans l’expansion caféière qui, amorcée quelques décennies plus tôt dans la vallée du Paraïba, atteint l’Etat de Sâo Paulo où la richesse de la terre (terra rôxa) n’a d’égale que son étendue49. Le café devient bientôt l’activité dominante ; son exportation, qui n’atteignait que 3 178 000 sacs (60 kg) au cours de la décennie 1821-30, dépasse 18 millions de 1841 à 1850, 25 millions de 1851 à 1860, 30 millions de 1871 à 1880 et 50 millions de 1881 à 189050. Du Nordeste, l’agriculture d’exportation glisse vers le Sud, et si ce transfert accentue la décadence des zones sucrières, il renforce le pouvoir des planteurs pris dans leur ensemble. Enivré par le succès de la culture caféière, le Brésil réaffirme ce qu’il croit être sa vocation agricole et n’hésite pas à lui sacrifier l’avenir de l’industrie. Dès 1850, une commission prépare un nouveau tarif douanier moins protectionniste que celui de 1844 ; de 1857 à 1860 une série de décrets accentue encore la libéralisation des échanges ; le tout est parachevé par le nouveau tarif de 1874 qui fixe à 40 % ad valorem le niveau des taxes douanières et abaisse de ce fait les protections plus élevées qu’avaient obtenues certaines industries brésiliennes51. Dans tous ces tarifs successifs, ce sont d’ailleurs moins les industries en place (textile notamment) qui sont touchées que celles qui auraient pu être installées. Les revendications libérales des planteurs tout au long de la période portent en effet sur deux types d’importations : les produits alimentaires que raréfie et renchérit l’extension de la culture caféière et les machines, les produits métallurgiques et les combustibles nécessaires au conditionnement et au transport des récoltes vers les ports d’embarquement.

  • 52 Evolution du prix du sac (60 kg) de café et du taux de change :
    (...)

32A partir de 1880 les relations agriculture d’exportation - industrie se modifient sensiblement. La situation de la première prise dans son ensemble demeure certes favorable, mais les exportations de coton se sont effondrées après que la fin de la guerre de sécession ait permis aux U.S.A. de reprendre leur place sur le marché mondial ; par ailleurs, les cours du café déclinent et entraînent avec eux la baisse du taux de change52. Dans ce contexte, la bourgeoisie industrielle et urbaine, plus particulièrement celle de Sâo Paulo enrichie indirectement par la prospérité caféière, obtient deux victoires : une protection plus efficace de l’industrie et l’abolition de l’esclavage.

  • 53 Les conséquences de telles émissions sur le taux de change sont les suivantes (valeur en pences du (...)

33Bien que progressive, l’élévation des tarifs douaniers au cours des dernières décennies du xixe siècle commence à devenir efficace. En 1878 (décret no 6829), les taxes sont portées de 40 à 50 % ad valorem ; l’année suivante (décret no 7552), elles sont de nouveau élevées ; à partir de 1890, non seulement les droits sont encore accrus, mais ils doivent être payés partiellement en or à un moment où précisément la monnaie brésilienne se dévalue. A cela plusieurs raisons : l’abolition de l’esclavage oblige, pour rembourser les propriétaires, à un accroissement des liquidités ; par ailleurs, la bourgeoisie industrielle obtient du nouveau gouvernement une extension du crédit53. Au total, on peut estimer qu’au cours des trente dernières années la protection douanière des produits de consommation manufacturés est passée de 30 % ad valorem à 60 % et, dans certains cas, 100 %.

34Parallèlement, la suppression définitive de l’esclavage a été acquise. Certes l’institution était condamnée à terme depuis que sa source, le trafic, avait été tarie et surtout depuis la loi du « ventre libre » de 1877 selon laquelle tout enfant d’esclave était émancipé à sa naissance. Encore restait-il à le supprimer définitivement, ce qui est fait en 1888. L’abolition entraîne avec elle la Chute de l’Empire mais affaiblit moins la puissance économique et politique des planteurs que certains ne l’espéraient. L’agriculture d’exportation en effet s’est concentrée dans le Sud caféier et, dans la perspective prévisible dès 1850 d’une disparition à terme de l’esclavage, lui a préféré la main-d’œuvre salariée d’origine européenne. Les effets de l’abolition ont ainsi joué par anticipation, et nous verrons qu’ils n’ont pas été négligeables.

  • 54 Cf. Annexe 1.
  • 55 Toujours en cruzeiros constants 1939, la valeur du produit industriel, qui avait atteint 8,88 milli (...)
  • 56 Cf. chapitre IV.

35Dernière étape enfin, durant le premier conflit mondial, l’industrie brésilienne atteint un rythme de croissance qu’elle n’avait jamais connu, sauf peut-être au cours des années 1890-1892. De 1914 à 1919, la valeur de sa production s’élève, en cruzeiros constants (1939), de 4,23 milliards à 8,88, soit à un taux voisin de 15 % par an54. Si les causes exactes de cette expansion diffèrent d’avec celles des deux phases précédentes, elles relèvent cependant de la même interprétation. Atténué par la protection douanière acquise, la formation progressive d’un marché et les difficultés que connaissent les planteurs depuis la première grande crise du café de 1896, l’obstacle fondamental reste toujours le même : l’opposition des propriétaires fonciers à un développement industriel autonome qui impliquerait la rupture d’un certain nombre de liens avec l’industrie étrangère. Or, ce que les partisans de l’industrie ne peuvent imposer dans un contexte institutionnel qui leur est hostile, le conflit mondial le réalise partiellement en isolant provisoirement le Brésil de ses fournisseurs traditionnels. La rupture n’est pas complète parce que les Etats-Unis prennent le relais de la Grande-Bretagne, mais elle suffit à stimuler les industries existantes et à provoquer l’apparition de nouvelles. A l’issue du conflit, la reprise des exportations de café et des importations étrangères marquent un coup d’arrêt pour la croissance industrielle55. Mais si les institutions se sont peu modifiées, l’apparition et le développement de l’industrie, aussi lent soit-il, l’urbanisation plus rapide parce que directement liée à la culture caféière commencent à exercer des pressions sur les structures sociales. Les groupes sociaux urbains (bourgeoisie industrielle, commerçants, fonctionnaires, employés et ouvriers) ne disposent pas encore de la force nécessaire pour supplanter les propriétaires fonciers, mais à nouveau un événement externe va suffisamment les affaiblir (la crise mondiale de 1929) pour permettre le progrès de l’industrie. Toutefois, avant d’analyser cette seconde étape au cours de laquelle le Brésil amorce véritablement son industrialisation56, il convient de s’interroger sur la façon dont l’agriculture d’exportation a favorisé la croissance des industries de consommation entre 1850 et 1930.

B) Le rôle de l’agriculture d’exportation dans la croissance de l’industrie.

36Obstacle majeur sur le chemin de l’industrie, l’agriculture d’exportation reste néanmoins à l’origine de son apparition et de sa croissance. Si tel n’était pas le cas, on comprendrait difficilement qu’après une toute première phase de relative dispersion sur le territoire brésilien, l’industrie se soit aussi vite concentrée dans l’Etat de Sâo Paulo qui devient, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, le grand producteur de café. Parmi les nombreux liens qui unissent l’industrie à l’agriculture, celui que constitue la fourniture de matières premières d’origine végétale ou animale semble le plus évident, mais il ne paraît pas le plus significatif. S’il n’est pas douteux en effet que la quasi-totalité de l’industrie brésilienne au cours de cette première étape s’adonne à la transformation des produits de la terre, on ne peut, sauf exception, en déduire un effet spécifique de l’agriculture sur l’industrie, considérée comme activité autonome. Expliquons-nous.

  • 57 Cf. Gilberto Freyre, Terre du sucre..., op. cit.
  • 58 Une telle dépendance est soulignée par la plupart des auteurs. Citons : « Les plantations et les su (...)

37La plus vieille industrie brésilienne est probablement celle de la production de sucre implantée dans le Nordeste depuis le xvie siècle. Avec l’introduction de la machine à vapeur au xixe siècle, les petits moulins à canne actionnés par les bœufs, les esclaves ou la force hydraulique57 se muent en usines desservant plusieurs exploitations, mais ne brisent pas pour autant leurs liens avec le ou les grands domaines. Ils font corps avec lui, le prolongent, en sont un complément obligé, puisque le sucre ne saurait être transporté en canne, et demeurent, bien qu’utilisant la machine, une activité rurale antérieure à l’apparition d’une industrie autonome58. C’est encore plus vrai des installations de conditionnement du café ou du cacao dans chaque « fazenda » des Etats producteurs. Faut-il considérer de la même manière le traitement des viandes (abattoirs, réfrigérateurs) qui se développe dans le Rio Grande do Sul ? Peut-être pas dans la mesure où l’initiative industrielle est souvent dans ce cas distincte de l’élevage, mais il faudrait disposer d’informations plus précises pour établir la nature exacte des liens entre la production et l’exploitation du bétail.

  • 59 Cf. Lucien Marchai, L’or blanc..., op. cit.
  • 60 Ce problème est étudié dans la section suivante.

38Le problème de l’industrie textile est évidemment d’une toute autre nature. Là, le caractère autonome de l’industrie ne fait pas de doute et la question que l’on peut se poser est précisément inverse de la précédente : l’existence d’une culture cotonnière joue-t-elle un rôle décisif dans l’apparition et la croissance de cette industrie ? Il est probable que l’existence de plantations de coton initialement dirigées vers l’exportation ait favorisé le passage de l’artisanat à l’industrie. Nous en verrons un indice dans la relative bienveillance manifestée par les planteurs envers ce qu’ils appellent une « industrie naturelle », parce qu’elle transforme des produits locaux, mais l’on sait aussi que de nombreux pays producteurs n’ont accédé que tardivement à l’industrie textile alors qu’en de toutes autres structures, des non-producteurs ont créé de puissantes industries textiles59. Dans le cas brésilien, on ne peut manquer d’être frappé par la rapide délocalisation des usines par rapport aux plantations, délocalisation qui indiquerait que les perspectives de débouchés l’emportent sur l’existence de matières premières60. Ces quelques observations ne sauraient en aucun cas trancher le problème et n’ont d’autres buts que d’inciter à la prudence dans ce domaine. Ceci dit, on peut distinguer trois voies par lesquelles l’agriculture d’exportation a, sans conteste, joué un rôle dans l’apparition et la croissance de l’industrie brésilienne. Il s’agit de la formation du capital, de la réunion de la main-d’œuvre et de la constitution d’un marché pour les biens de consommation.

  • 61 Raul Sosa Rodriguez [Les problèmes structurels des relations économiques internationales de l’Améri (...)
  • 62 Dans la mesure où la plupart des ressources publiques proviennent directement ou indirectement de l (...)

39Que le groupe de planteurs ait contribué à la formation du capital dans l’industrie ne saurait nous étonner puisque au milieu du xixe siècle ils sont à l’origine de la quasi-totalité de l’épargne disponible et du stock de devises étrangères accumulées. Cela ne signifie cependant pas qu’ils détiennent toujours l’une et l’autre. Une part non négligeable (mais laquelle ?) est sans aucun doute recélée par les importateurs et trafiquants d’esclaves qui les approvisionnent en produits manufacturés et en main-d’œuvre servile. Mais une autre source ne saurait être négligée : l’agriculture d’exportation par les profits qu’elle procure au niveau du transport et du traitement de ses produits attire les capitaux étrangers. Ce dernier effet peut-il être assimilé avec celui résultant de la seule disponibilité de matières premières ? Probablement pas, car dans le cas présent l’attrait du Brésil pour les capitaux étrangers nous semble tenir aussi bien à ses structures coloniales qu’à l’existence de telle ou telle matière première. Plus concrètement, lorsque les capitaux britanniques s’investissent dans les chemins de fer, les banques ou même le traitement des viandes, ils le font dans la perspective de profits directement liés à l’agriculture de traite61. Notons enfin que, sauf exception, cette liaison ne contredit pas le rôle négatif que nous avons vu jouer aux planteurs dans la croissance de l’industrie, car la plupart des investissements étrangers s’effectuent, du moins jusqu’au premier conflit mondial, dans des secteurs à l’abri de toute concurrence des industries étrangères. Par ailleurs, ils bénéficient du régime libéral pour importer leur matériel et réexporter leurs profits. Au total, l’agriculture d’exportation participe au financement de l’industrie brésilienne par trois canaux : les planteurs, les commerçants qui leur sont liés, et les capitalistes étrangers62. On ne dispose pas d’informations chiffrées et précises sur leurs contributions respectives, aussi devra-t-on se limiter à esquisser leurs principales interventions tout au long de la croissance industrielle.

  • 63 Cf. S.J. Stein, The brazilian..., op. cit., p. 6.
  • 64 Parlant des planteurs de café : « ou bien ils plaçaient cet argent dans des banques, dans des usine (...)
  • 65 Affectations auxquelles on peut ajouter celle des chemins de fer construits pour desservir les gran (...)
  • 66 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 100.

40Les premières se situent à la naissance de l’industrie brésilienne vers 1850 et revêtent plusieurs formes : un certain nombre de capitaux originaires des plantations de sucre s’investissent dans l’industrie textile de Bahia qui est, à cette époque, la plus importante du Brésil ; par ailleurs, la prohibition du trafic d’esclaves libère d’importantes ressources que l’on évalue à 15 ou 20 millions de milreis et dont une partie semble être allée à l’industrie, encore que l’agriculture et la banque conservent un plus grand pouvoir de séduction63. Progressivement les capitaux caféiers prennent la relève et l’on note quelques transferts vers l’industrie lorsque les perspectives agricoles paraissent peu favorables. Ainsi en va-t-il après l’épuisement des plantations de la vallée du Paraiba pour les propriétaires qui n’osent s’aventurer plus à l’Ouest, au début de la décennie de 1880 quand les cours déclinent et surtout lors des grandes crises de surproduction qui surviennent à partir de 189064. Quelle est leur importance ? A quelles industries vont-ils de préférence ? Les informations manquent pour le dire avec quelque précision, mais l’on peut penser, au vu de la faiblesse des investissements industriels jusqu’en 1889, qu’ils ne représentent qu’une très modique fraction de l’accumulation agricole et que le reste est affecté de préférence à l’achat de terres et d’immeubles ou à la spéculation bancaire à moyen terme65. On ne saurait cependant négliger une voie indirecte qui a revêtu quelque importance, surtout dans l’industrie textile : à partir de 1880, lorsque la protection douanière commence à devenir efficace, les importateurs portugais, enrichis par leurs ventes de textile anglais aux planteurs, investissent une partie de leurs bénéfices au Brésil pour maintenir l’approvisionnement de leur réseau commercial menacé à long terme par le déclin du libéralisme66.

  • 67 Cf. Raul Sosa Rodriguez, Les problèmes structurels..., op. cit., p. 39.
  • 68 Pour donner une idée de leur importance, citons cette statistique officielle de 1899 à 1910, pour 4 (...)

41Les capitaux étrangers, quant à eux, entrent tôt au Brésil mais ne s’investissent que partiellement dans l’industrie. Dès 1850 en effet, les Britanniques jettent leur dévolu sur l’infrastructure urbaine, production et distribution de gaz par exemple, sur les banques et surtout les chemins de fer. En 1913, sur les 106 531 livres sterling investies directement, 52 348 l’ont été dans les chemins de fer. Cette tendance ne leur est pas propre et, bien que d’un moindre volume, les capitaux français sont affectés pour plus de 50 % aux voies ferrées67. Avec l’afflux de capitaux étrangers au cours de la dernière décennie du xixe siècle et des premières années du XXe, on note cependant une inflexion vers l’industrie proprement dite68. Ainsi les sociétés constituées en 1907 se répartissent comme suit : mines et métallurgie (6), chemins de fer et travaux publics (5), produits agricoles et forestiers (5), textile (2), divers (5).

42Directement et indirectement l’agriculture d’exportation a donc bien financé l’industrie brésilienne, mais peut-être a-t-elle joué un rôle plus décisif encore en concentrant dans la zone caféière du Centre Sud une forte population d’origine européenne susceptible de consommer les produits de l’industrie brésilienne et de lui fournir la main-d’œuvre spécialisée dont elle a besoin.

  • 69 Le premier essor du café dans la vallée du Paraiba et le Sud Minas a bien eu lieu au moyen d’une ma (...)
  • 70 Cf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 12.

43A l’instar des propriétaires de la zone sucrière, les planteurs de café auraient sans doute préféré une main-d’œuvre servile, mais sa rareté, qu’accentue au milieu du xixe siècle la prohibition du trafic d’esclaves, les oblige à rechercher de nouvelles sources de main-d’œuvre69. Cette pénurie déjà ancienne avait conduit les pouvoirs publics, avant même l’indépendance, à organiser une colonisation officielle, telle l’expérience du Rio Grande do Sul que nous avons citée. Son échec ne décourage pas certains grands planteurs de faire venir à leur compte des familles européennes. A partir du moment où les pouvoirs publics prennent en charge les frais de voyage, la nouvelle politique réussit : de moins de 10 000 par an avant 1858, le nombre d’immigrants passe à 26 000 en moyenne à partir de 1870 pour atteindre 100 000 et parfois 200 000 certaines années des dernières décennies du xixe siècle70. L’industrie brésilienne bénéficie doublement de cet afflux.

  • 71 P. Denis, Le Brésil au xxe siècle, A. Colin, Paris, 1909 (312 p.), p. 6.
  • 72 Autre témoignage emprunté à P. Monbeig, Planteurs et pionniers..., op. oit., p. 65 : « Plus d’un (f (...)

44La stagnation et parfois le déclin de l’agriculture d’exportation durant la première moitié du xixe siècle ont accentué le repliement des grands domaines sur eux-mêmes et la plupart des exploitations agricoles de moindre dimension, dans le Sud et Centre Sud principalement, mais aussi dans le sertâo du Nordeste, ont rarement franchi le stade autarcique. P. Denis en décrit un exemple71. « C’est à Minas qu’il a existé jadis et qu’on retrouverait peut-être encore ces fazendas où une famille vit plantureusement et cependant sans ressources, exportant peu, demandant peu de choses au reste du monde et faiblement atteinte dans sa vie isolée par le contrecoup des révolutions économiques qui bouleversent les marchés lointains72. »

45Or, ce sont précisément ces zones marginales, ces franges pionnières que le formidable rush du café inclut progressivement dans les zones de colonisation, monétarisé et ouvre aux produits de l’industrie. Salariés ou métayers, les immigrants disposent après la vente du café de quelques ressources monétaires prêtes à s’échanger contre des vêtements, des céramiques, des produits alimentaires autres que ceux issus de la fazenda. Certes, un tel marché demeure limité, géographiquement et économiquement ; nous verrons plus loin que, faute de s’être développée en direction des branches dont le produit est susceptible d’élever la productivité de l’agriculture et d’étendre rapidement les moyens de transport, l’industrie brésilienne dans sa première étape n’a pas réussi à intégrer le marché national. De plus, seule une fraction des revenus de la plantation parvient à l’industrie brésilienne car les grands propriétaires continuent à recourir à l’importation, tout au moins en période d’abondance de devises étrangères. Ce n’est donc que progressivement avec la constitution d’un groupe de petits planteurs indépendants, suffisamment aisés pour accéder au marché industriel, que ce dernier peut s’élargir. A l’intérieur de ces limites, c’est cependant bien l’afflux d’Européens attirés par la culture du café et déjà sensibilisés dans leurs pays d’origine aux produits industriels, qui forme cet embryon de marché grâce auquel l’industrie effectue ses premiers pas.

46Un troisième effet de l’agriculture d’exportation sur l’industrie, étroitement lié au précédent, ne saurait être négligé. Soit qu’ils ne s’habituent pas au travail de la terre et à l’isolement de la fazenda, soit qu’une mauvaise conjoncture limite le nombre d’emplois, immigrants et fils d’immigrants viennent grossir la population urbaine de Rio de Janeiro, Santos et surtout Sâo Paulo. S’ils n’ont pas réussi à accumuler un capital suffisant pour créer un commerce ou un atelier artisanal, il ne leur reste qu’à chercher un emploi salarié dans le commerce, l’administration ou l’industrie. Cette dernière bénéficie de la sorte d’une main-d’œuvre d’autant meilleur marché que l’afflux d’immigrants dans les villes s’effectue plus rapidement que la croissance industrielle tout au " long de cette période. A cet avantage s’en ajoute un autre : la familiarité plus grande de l’immigrant européen avec la machine que celle de l’ancien esclave fuyant les plantations sucrières du Nordeste après l’abolition du servage.

  • 73 Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 99.

47Dans le cadre contraignant des structures coloniales hostiles à l’industrie, l’agriculture d’exportation contribue ainsi, après chacune de ses dépressions, à la croissance industrielle du Brésil, et Stanley J. Stein illustre ainsi quelques-uns de ses effets73 :

48« Bien que le boom caféier de Sâo Paulo ait probablement freiné la croissance industrielle, il présente des aspects positifs. Le boom hâte la formation du capital ; il attire à Sâo Paulo seul et y fait vivre plus de 1 million des 1 894 000 immigrants qui entrent au Brésil dans les 25 premières années du xxe siècle ; il stimule la construction de routes et de Chemins de fer ; il conduit à l’urbanisation de Sâo Paulo et il crée de nouveaux marchés. Par-dessus tout, il offre des conditions particulièrement propices au développement de l’initiative et de l’expérience dans de nouveaux domaines de l’activité économique.  »

Section 2. — La croissance industrielle sans industrialisation

49Croissance tardive, croissance lente, mais aussi croissance limitée à quelques branches d’industrie dans le secteur de la production des biens de consommation. Toutes ces caractéristiques de la croissance industrielle du Brésil sont étroitement liées, mais il convient de les distinguer pour en comprendre les interactions. Nous avons analysé jusque-là les obstacles dressés par l’agriculture de traite à la naissance et au développement d’une bourgeoisie industrielle, mais aussi les empiétements successifs de cette dernière à l’occasion de chaque fléchissement de la conjoncture caféière. A la question de savoir pourquoi ces empiétements n’ont été ni plus nombreux ni plus profonds, nous avons répondu que la bourgeoisie industrielle et les groupes urbains qui l’appuient ne se sont pas suffisamment développés pour ébranler sérieusement les structures coloniales, c’est-à-dire la domination des planteurs. En d’autres termes, l’industrie demeure tout au long de la période une activité marginale, dépendante de l’agriculture d’exportation, sans autonomie réelle et sans effet sur son environnement. De façon plus concise encore, le Brésil ne s’industrialise pas, son économie ne se restructure pas. Quelles en sont les causes ? Pour quelles raisons le Brésil ne renouvelle-t-il pas l’expérience des premières nations industrialisées selon laquelle, • à partir d’un premier essor de l’industrie textile, des effets d’entraînement s’exercent de bas en haut du processus de production, suscitant la fabrication de métiers à tisser mécaniques et de machines à vapeur, le développement de la sidérurgie et de l’extraction charbonnière, lesquelles permettent à leur tour la production en série de machines dont l’emploi élève la productivité du travail dans tous les secteurs de l’activité économique ? Nous avons déjà noté que la pauvreté des ressources houillères du Brésil ne nous paraissait pas un facteur suffisant pour expliquer l’échec des expériences sidérurgiques ; à fortiori en est-il ainsi pour toutes les autres industries fabriquant des machines, des produits chimiques, du ciment qui dépendent moins étroitement que la sidérurgie d’un seul combustible réducteur. En fait, la non-industrialisation du Brésil jusqu’aux années trente n’a pas de causes fondamentalement différentes de celles que nous avons déjà analysées, mais nous allons voir que le passage des industries de biens de consommation aux industries « industrialisantes » se heurte à des obstacles encore plus grands que les précédents. En d’autres termes, si la bourgeoisie nationale est parvenue à créer des industries de biens de consommation à l’intérieur des structures coloniales, elle se révèle incapable de dépasser ce stade parce qu’aucune séquence remontante ne peut s’exercer dans une économie dominée par l’avance industrielle d’autres nations. Dès lors, l’industrialisation ne peut procéder que de haut en bas, fruit d’une initiative publique dans la sphère des quelques industries susceptibles d’ébranler suffisamment les structures qui s’opposent à la remontée des séquences. Mais une telle impulsion n’a pas lieu avant les années trente et le second conflit mondial.

1. La croissance des industries de biens de consommation

  • 74 Toutes les évaluations concernant cette époque ne concordent pas et la cause semble en être dans la (...)
  • 75 Source : I.B.G.E., Censo industrial 1950..., op. cit., p. 8. Il convient de noter :
    1° que les inves (...)
  • 76 Gf. Tableau no 23 au début du présent chapitre.

50Si, en 1850, les premières unités recensées appartiennent à un assez large éventail d’industries74, très vite, la croissance se restreint essentiellement à deux branches, celle des industries alimentaires et celle du textile. A leurs côtés apparaissent sans doute de nombreuses petites entreprises s’adonnant au travail du bois et des métaux ou fabriquant des produits chimiques de grande consommation, mais elles ne représentent qu’une très faible partie de la valeur du produit industriel, de la formation du capital et des effectifs industriels. De plus, il n’est pas toujours facile de distinguer parmi elles ce qui relève vraiment de l’industrie et ce qui reste officine ou atelier semi-artisanal. Deux indicateurs fournissent une bonne approximation de l’importance des deux branches précitées dans la croissance industrielle du Brésil au cours de toute cette période. Sur le total des investissements que l’on estime avoir été effectués par les industries de transformation avant 1900, 45 % auraient été affectés au textile et à l’habillement, 35 % aux industries alimentaires, boisson et tabac compris75. Quant à la valeur de la production des industries de transformation en 1919 elle se répartit comme suit : 35,2 % pour le textile, 41,2 % pour le groupe des industries alimentaires, soit à nouveau un total avoisinant 80 %76.

  • 77 Gf. toute l’œuvre de Gilberto Freyre et, en particulier, « Terre du sucre » et « Maîtres et Esclave (...)

51Les plus anciennes, et probablement les plus nombreuses des industries alimentaires existantes jusqu’au xxe siècle, prolongent l’agriculture coloniale par le décorticage ou le raffinage sur place des produits traditionnellement exportés : sucre, cacao et plus récemment café. Une place particulière doit être faite dans ce groupe aux « ingenhos du Nordeste », autour desquels s’est organisée depuis longtemps déjà toute la vie sociale de cette région77.

52A l’autre extrémité du pays, l’abattage et le traitement des viandes se développent dans le Rio Grande do Sul aussi bien pour l’exportation que pour le marché intérieur au fur et à mesure qu’il se forme.

  • 78 « Nourrir la capitale est pour l’Etat de Minas une industrie lucrative et, depuis le début de la cr (...)
  • 79 Soit, selon le recensement industriel de 1920 :
    - 10 196 pour le traitement des céréales, du café, d (...)

53Parallèlement, les immigrants affluent, les anciennes cités s’étendent, de nouvelles naissent le long des zones pionnières. Les besoins alimentaires, qui ne peuvent plus être entièrement satisfaits sur les bases traditionnelles de l’autoconsommation rurale et de l’importation de denrées européennes, suscitent la création d’industries de transformation des produits de l’agriculture locale : meuneries, rizeries, huileries, abattoirs, fabriques de pâtes alimentaires et de boissons, etc. Avec elles s’amorce l’intégration aux marchés urbains des zones rurales les moins éloignées : les environs immédiats de Sâo Paulo et surtout le Sud Minas qui approvisionne la ville de Rio de Janeiro en produits laitiers, légumes et viandes78. Telle semble être la double origine de ces entreprises de produits alimentaires dont on évalue le nombre à plus de 3 000 en 1930 et qui emploient environ 40 000 personnes en 192079. Où sont-elles localisées ? Si l’on se réfère à la carte no 3, on observe que les Etats du Centre-Sud (Sâo Paulo, Minas Gerais, Rio de Janeiro et Guanabara) occupent presque la moitié des ouvriers de cette branche et offrent une structure très diversifiée où prédominent cependant le traitement des céréales et du café et la fabrication de boissons. Viennent ensuite les trois Etats du Sud avec 12 000 ouvriers environ, dont plus de la moitié employés dans les industries de la viande et concentrés dans le Rio Grande do Sul. Les Etats du Nordeste ne sont pas pour autant démunis de toute industrie alimentaire : 3 769 personnes (Bahia et Piauí inclus) sont occupées au traitement des céréales, du sucre, des fruits et légumes et à la fabrication de boissons. Dans cet ensemble, l’Etat du Pernambuco vient largement en tête avec 1 282 ouvriers. Ces Chiffres sous-estiment cependant la contribution du Nordeste puisqu’ils excluent toutes les activités industrielles rattachées à un domaine agricole, donc les « ingenhos » du sucre dont on sait l’importance dans cette région. Si on les inclut, il n’est pas déraisonnable d’évaluer à 10 ou 15 000 au moins le nombre d’ouvriers occupés dans l’industrie alimentaire.

Carte n°3. LOCALISATION DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES EN 1920

Carte n°3. LOCALISATION DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES EN 1920

54Deux groupes de facteurs ont contribué à l’apparition et à la croissance de l’industrie textile brésilienne.

  • 80 Cf. Raul Sosa Rodriguez, Les problèmes structurels..., op. cit., p. 21.
  • 81 D’après le recensement de 1872, le nombre d’esclaves des deux sexes s’élève à 1 510 806, dont 819 7 (...)

55Dans le Brésil colonial, les planteurs importent des tissus européens, généralement de qualité supérieure, pour couvrir leurs propres besoins ; quant au reste de la population, libre et servile, elle est vêtue par l’artisanat domanial et urbain. Pacte colonial et ouverture des ports, nous l’avons indiqué, le condamnent à la régression et créent un marché pour les produits de l’industrie textile britannique dont les ventes ne cessent de s’élever pendant la première moitié du xixe siècle80. Les importations ne satisfont cependant pas tous les besoins auxquels répondait l’artisanat rural, car, du fait de leur bas niveau de vie, les esclaves encore nombreux après 185081 et les couches les plus défavorisées de la population libre ne peuvent consommer que des cotonnades très grossières que l’industrie étrangère fabrique de moins en moins au fur et à mesure qu’elle progresse. C’est à partir de cette demande insatisfaite que se créent les premières manufactures.

  • 82 Rappelons qu’en 1860 la Grande-Bretagne dispose déjà de 30 millions de broches, la France de 5, l’A (...)
  • 83 D’où la croissance rapide, la stagnation et le déclin des exportations brésiliennes de coton (en mi (...)

56Le Brésil, par ailleurs, dispose d’un coton de très bonne qualité (longue fibre) qui pousse à l’état naturel dans les sertões du Nordeste. A elle seule, l’existence d’une matière première ne suffit pas à en inciter la transformation industrielle jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle et sa culture ne se développe que dans la perspective de l’exportation. Elle prend un essor notable lorsque, menacée dans ses sources de matière première par la guerre de sécession aux Etats-Unis, l’industrie textile européenne et plus particulièrement britannique82 encourage de nouvelles plantations en divers points du monde, dont le Nordeste brésilien. La victoire des Nordistes, en rétablissant les courants d’échanges traditionnels entre les Etats-Unis et l’Europe, stoppe l’essor des exportations brésiliennes83. La pression de cette masse de coton fibre inemployée n’est sans doute pas étrangère à la relative faveur dont jouit l’industrie textile de la part des planteurs. « Industrie naturelle » parce qu’elle transforme un produit de l’agriculture locale, elle bénéficie en effet dès 1857 d’un tarif préférentiel qui maintient sa protection au niveau de celle de 1844, alors que les autres industries voient la leur s’abaisser. Par la suite, toutes les modifications de tarif douanier maintiendront quelques faveurs à son profit.

57La croissance qui en résulte peut être ainsi retracée.

  • 84 Les données figurant dans ce tableau sont empruntées à Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., o (...)

Tableau No 27. — Croissance de l’industrie textile, 1853-193984.

Tableau No 27. — Croissance de l’industrie textile, 1853-193984.
  • 85 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 12 et suiv.
  • 86 Ils proviennent en effet très probablement du Pernambuco, du Sergipe, de l’Alagoas et du Maranhâo o (...)

58Où se localise cette industrie ? Elle prend naissance dans l’Etat de Bahia où cinq des neuf manufactures recensées en 1866 sont implantées. Elle y trouve en effet, outre une énergie hydraulique abondante, une main-d’œuvre servile et des capitaux libérés par le déclin de la culture sucrière. Mais elle y est aussi à proximité des champs producteurs, ce qui tendrait à indiquer que, dans un premier temps tout au moins, l’existence de matières premières joue un rôle85. Très vite cependant un transfert s’opère vers le Sud. Dès 1881, ainsi qu’il ressort du tableau suivant, la production est déjà concentrée autour de la ville de Rio de Janeiro (68 % du total), donc à proximité du principal marché de consommation. Les manufactures y sont aussi les plus importantes si l’on compare le nombre de fuseaux et de métiers par établissement. Le Nordeste cependant contribue pour 20 % à la production brésilienne si l’on ajoute à ceux de Bahia la plus grande partie des 248 000 mètres de toiles non localisée86. Par sa croissance rapide à partir de 1900 et surtout de 1914, Sâo Paulo arrive en tête, avec 1/3 des ouvriers occupés dans l’industrie textile, le reste se répartissant également entre Rio de Janeiro - District Fédéral d’une part, le Nordeste de l’autre (cf. carte no 4). Pour sa part, l’industrie du vêtement se concentre très largement dans les deux métropoles du Centre Sud (14 954 ouvriers sur 20 669).

Carte n°4 - LOCALISATION DES INDUSTRIES TEXTILES EN 1920

Carte n°4 - LOCALISATION DES INDUSTRIES TEXTILES EN 1920
  • 87 Source : R.C. Simonsen, A evoluçâo..., op. cit., p. 24. On peut observer que ces données correspond (...)

Tableau No 28. — Localisation de l’industrie textile en 188187.

Localisation

Nombre d’établissements

Nombre de fuseaux

Nombre de métiers

Production (1 000 m de toile)

Bahia

12

13 056

340

3 559

Sâo Paulo

9

3 100

336

1 970

Minas Gerais

8

240

78

361

Rio de Janeiro

6

38 532

848

8 800

District Fédéral

5

5 500

332

4 350

Ailleurs (not. Nor deste)

4

2 100

60

248

Total

44

62 528

1 994

19 288

  • 88 Cf. Annexe 1.

59Après le boom des deux dernières décennies du xixe siècle au cours desquelles le nombre d’emplois décuple, l’industrie textile connaît 25 ans de prospérité à l’abri des barrières douanières qui ont été imposées. Diversifiée, sa production se substitue progressivement aux importations qui tombent de 10 000 t environ en 1900 à un millier en 1930, mais cette croissance demeure fragile et la crise que connaît le textile à partir de 1924 révèle clairement les limites de l’industrie brésilienne. Il suffit en effet que les prix du café, du coton et du cacao déclinent pour entraîner une compression des revenus, une diminution des achats de produits industriels et, par là, une crise de surproduction dans une industrie qui n’approvisionne qu’un marché très étroit — géographiquement et économiquement. Si l’industrie textile est la plus touchée parce que la plus développée, elle n’est pas la seule à accuser une telle sensibilité. De 12,86 milliards de cruzeiros constants en 1923, la valeur de la production des industries de transformation tombe à 7,57 en 1925 et ne dépasse pas 10,39 en 193088. Comment expliquer ce blocage de la croissance ? Certainement pas par la satisfaction de tous les besoins du Brésil en biens de consommation, mais par la situation de dépendance dans laquelle se trouve l’industrie par rapport à l’agriculture d’exportation. Cette dépendance revêt deux aspects complémentaires dont les effets se cumulent : en l’absence d’une industrie nationale de biens d’équipement, les branches qui fabriquent des biens de consommation disposent d’un stock insuffisant de machines, qualitativement aussi bien que quantitativement, d’où leur faible productivité et le prix élevé de leur production ; pour la même raison, mais par des voies différentes, le marché de l’industrie nationale demeure circonscrit aux zones caféières sans que s’amorce l’intégration des multiples îlots autarciques qui couvrent le reste du territoire national.

60En d’autres termes, les industries alimentaires et textiles n’ont été à l’origine d’aucun processus d’industrialisation parce qu’elles n’ont promu aucune ou fort peu d’industries nouvelles fabriquant des machines, et par là n’ont pas permis que se restructure l’économie brésilienne. Essayons d’en dégager les principales causes.

2. Limites de la propagation en direction des industries d’équipement

  • 89 Cf. divers articles de G. de Bernis :
    - L’industrialisation en Algérie, in « Problèmes de l’Algérie (...)
  • 90 Le concept de « progrès » (au pluriel) est employé ici dans le sens que lui donne F. Perroux, in La (...)

61Toutes les industries ne sont pas « industrialisantes », parce que toutes ne sont pas susceptibles d’accroître la productivité du travail dans les divers secteurs de l’activité économique (agriculture, industries de transformation, transport, etc.)89. Or l’on sait bien, et l’exemple des nations aujourd’hui industrialisées même s’il n’est pas toujours transposable nous le montre bien, que la croissance d’une économie ne devient cumulative qu’à partir du moment où la productivité s’élève dans tous les secteurs. Cela ne signifie évidemment pas que ces progrès soient concomitants et identiques90 : les modes de production et les délais d’adaptation varient d’une activité à l’autre, tous les travaux ne se mécanisent pas également et toutes les régions d’un même territoire ne disposent pas des mêmes ressources. On conçoit bien cependant que l’introduction de la machine, en un point donné du processus productif, peut diffuser, pour peu que les obstacles ne soient pas insurmontables, des incitations à en introduire d’autres en amont, en aval, ou au même niveau, parce qu’elle consomme plus d’énergie et de matières premières, livre des quantités additionnelles de semi-produits, abaisse les coûts de production et élargit les débouchés. Pourquoi un tel processus ne se déroule-t-il pas au Brésil tout au long de la période étudiée ? On peut répondre en examinant l’origine des premières industries d’équipement et en cherchant les facteurs qui se sont opposés à leur développement.

A) L’origine des premières industries de biens d’équipement.

  • 91 Cette situation n’est, pas propre au Brésil. On sait qu’aussi bien en Argentine qu’au Chili ou au M (...)

62De telles industries existent-elles dans le Brésil d’avant 1930 ? En réunissant toutes les unités qui transforment des produits métalliques, on en compte, d’après le recensement industriel de 1920, 651, qui se répartissent ainsi : fonderie de produits métalliques (149), laminage et tréfilage (13), estampage et ferblanterie (109), serrurerie, chaudronnerie et ferronnerie (198), construction et montage de matériel de transport (232). Ces chiffres ne doivent pas faire illusion : il s’agit dans l’ensemble de très petites unités puisqu’elles occupent au total 16 858 ouvriers, soit 25 en moyenne par entreprise. Bien plus, nous ne disposons pas d’informations précises sur leur structure mais, par référence à celle de l’Etat de Sâo Paulo que nous avons déjà examinée, il y a tout lieu de penser qu’à côté de quelques unités d’une certaine importance, la plupart d’entre elles conservent un caractère semi-artisanal et s’adonnent plus à la réparation d’outillage et de machines qu’à leur fabrication proprement dite. Leur seule existence revêt néanmoins une signification puisqu’elle indique que, contrairement à la situation actuelle de certains pays non industrialisés d’Afrique ou d’Asie, le Brésil dispose à cette époque d’un nombre non négligeable d’artisans et d’ouvriers familiarisés avec les techniques modernes de production industrielle — et l’on sait que l’immigration européenne du début du siècle n’y est pas étrangère91.

63Quelle est l’origine de ces industries ? Ont-elles été induites par les besoins en machines des industries textiles et alimentaires ? Constituent-elles l’amorce de séquences remontant des industries de consommation vers les industries de base ? Il est clair que seule une étude approfondie des origines de chacune d’elles permettrait de répondre avec une certitude suffisante à cette question, mais l’on peut cependant approcher le problème par le double examen de leur localisation et de la nature de leur production.

  • 92 Ce chiffre est inférieur à celui que nous avons précédemment cité (651), mais nous n’avons pas pu l (...)
  • 93 Il ne s’agit là que d’un sondage doublement imparfait :
    - parce qu’il ne porte que sur des industrie (...)

64La carte no 5 ci-jointe indique clairement leur répartition géographique en 1920 : 260 d’entre elles sont localisées à Sâo Paulo, 147 à Rio de Janeiro, 131 dans le Rio Grande do Sul, alors que l’on en trouve seulement 3 dans le Ceara, 6 dans le Pernambuco, 6 dans 1’Alagoas et 3 à Bahia92. A eux seuls, les Etats de Sâo Paulo et de Rio de Janeiro en détiennent donc 73 % et cette concentration dépasse 95 % si l’on ajoute le Rio Grande do Sul. Certes, les deux premiers disposent déjà à cette époque d’une part considérable des industries textiles et alimentaires, mais la comparaison des 3 cartes fait nettement ressortir l’insuffisance de la corrélation. Ni l’industrie sucrière, ni l’industrie textile du Nordeste n’ont induit localement la création d’une industrie de biens d’équipement. A un degré moindre, l’industrie alimentaire du Rio Grande do Sul ne semble pas avoir exercé d’effets déterminants. Peut-on au moins rattacher à la croissance des industries de biens de consommation l’apparition des usines travaillant le métal que l’on trouve dans les Etats de Sâo Paulo et de Rio de Janeiro ? Nous avons essayé de le vérifier en classant par ordre chronologique et selon leurs principales lignes de production les industries métallurgiques pour lesquelles quelques renseignements sont disponibles93. Pour autant que l’on puisse les esquisser, les grands traits de cette métallurgie naissante sont les suivants.

Carte no 5 – REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES INDUSTRIES D'EQUIPEMENT

Carte no 5 – REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES INDUSTRIES D'EQUIPEMENT
  • 94 Les plantations de caféiers par exemple se prêtent mal au labour à cause des racines superficielles (...)
  • 95 Rappelons la difficulté déjà évoquée de distinguer ce qui est activité industrielle proprement dite (...)

65A l’exception de quelques entreprises apparues d’ailleurs assez tard et qui se vouent à la fabrication de machines spécifiques (textile notamment), la plupart sont organisées autour d’une petite fonderie de métaux ferreux et s’adonnent à la production d’une large gamme d’outils et d’appareils. Parmi eux, semblent prédominer tous ceux que requiert le traitement des produits de l’agriculture d’exportation : moulins, broyeurs, dépouilleurs, égrenoirs, ensacheurs, pressoirs, etc., et ce n’est que progressivement que leur activité s’étend à des machines utilisées par l’industrie. C’est ainsi que l’on a pu vérifier que la plupart des entreprises classées dans la rubrique « équipement industriel général » ont en fait débuté par la fabrication de matériel agricole. Soulignons à ce propos qu’il ne s’agit pas, ou très rarement, de machines pour la production agricole proprement dite du type charrues, herses ou batteuses, mais uniquement d’appareils pour le conditionnement de la récolte, ce qui s’explique sans doute par les caractéristiques de certaines cultures qui se prêtent mal à une mécanisation94, mais plus encore par les conditions générales de l’agriculture d’exportation et les structures agraires dominantes. Il est fort probable enfin que l’activité de certaines de ces entreprises soit liée directement ou indirectement à l’urbanisation dont on sait l’importance dans les deux Etats du Centre Sud ainsi qu’à la réparation et l’entretien des moyens de transport utilisés pour l’évacuation de la récolte. Sans mésestimer les liens qui ont pu se nouer entre certaines d’entre elles et les industries de transformation, il semble donc que leur origine soit beaucoup plus agricole qu’industrielle à proprement parler95.

66Notons enfin que, même localisées à l’intérieur de l’Etat de Sâo Paulo (Jaboticabal, Campinas, Rio Claro, Jau, etc.), ces petites unités conservent tous les traits d’une métallurgie portuaire, en contact étroit avec l’industrie étrangère dont elles reçoivent leur matière première, leurs machines, souvent même leur énergie. Dans un premier temps, ces industries d’équipement constituent moins un maillon d’un processus cumulatif d’industrialisation qui remonterait des industries de consommation vers les industries de base qu’un prolongement industriel de l’agriculture d’exportation. Elles ne connectent pas encore entre elles les industries textiles et alimentaires aux industries de base, et nous devons en rechercher les raisons.

Tableau No 29. — Ordre chronologique d’apparition des industries d’équipement.

Tableau No 29. — Ordre chronologique d’apparition des industries d’équipement.
  • 96 Chaque croix représente la création d’une entreprise.
  • 97 Charrues, herses, charrettes, batteuses, faucheuses.
  • 98 Moulins, broyeurs, décortiqueurs, appareils pour conditionner le tabac, le sucre, la viande.

Note 9696
Note 97
97
Note 98
98

B) La domination de l’industrie étrangère

67De nombreux facteurs ont sans aucun doute contribué à maintenir à un stade embryonnaire l’industrie lourde brésilienne, mais l’un d’entre eux les commande tous : la domination de l’industrie étrangère. Tout au long de la période, demandes de matériel, de machines, de matières premières industrielles sont détournées au profit des nations plus avancées et de la Grande-Bretagne en particulier.

68Des statistiques précises et longues du commerce extérieur permettraient d’évaluer l’ampleur de cette demande déviée. En leur absence, limitons-nous à quelques exemples.

  • 99 Sources : Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., appendice 5.

Tableau No 30. — Evolution des importations de matériel pour l’industrie textile - 1913-1930 (en kilos)99.

Tableau No 30. — Evolution des importations de matériel pour l’industrie textile - 1913-1930 (en kilos)99.

69Bien que la plus avancée, l’industrie textile n’est à l’origine que d’une fraction du matériel et des machines importées par le Brésil. Aux broches et aux métiers à tisser, il faut ajouter, dès le xixe siècle, les rails de chemins de fer, les locomotives, les wagons, les machines à vapeur utilisées dans les engenhos du Nordeste aussi bien que dans l’industrie du Centre-Sud, puis, à partir des premières années du xxe siècle, le matériel électrique, les moteurs à combustion interne, les véhicules routiers, etc. Le tableau suivant offre une évaluation plus synthétique de tous ces besoins que ne satisfait toujours pas l’industrie nationale à la fin de la période étudiée.

70Encore ne devons-nous pas oublier combien est trompeuse une évaluation de la demande à partir des seules importations. L’industrie crée son propre marché, et nombre de machines qui auraient été substituées à du travail ou utilisées dans un nouveau domaine d’activité ne le sont pas en l’absence d’une industrie nationale pour les produire.

  • 100 Source : Société des Nations, Statistiques du commerce international, série 4853 E, vol. III.

Tableau No 31. — Evolution des importations de matériels et machines - 1925-1930 (en milliers de tonnes)100.

Tableau No 31. — Evolution des importations de matériels et machines - 1925-1930 (en milliers de tonnes)100.

71Ce détournement de la demande au profit de l’industrie étrangère ne s’explique pas autrement que celui observé plus tôt pour les produits de consommation, mais il bénéficie de circonstances encore plus favorables.

72Alors qu’une protection douanière est progressivement mise en place pour les industries légères, le libéralisme reste de rigueur tout au long de la période pour les biens d’équipement. Le tarif douanier de 1857 diminue les droits sur les importations d’instruments destinés à l’agriculture et fixe à 5 % ceux sur les matières premières (jusque-là exemptées). De 1857 à 1860, une série de décrets libèrent de tout droit les importations de machines agricoles et de matériel pour les chemins de fer et l’extraction de charbon. En 1874, l’exemption est étendue aux charrues et aux machines destinées aux fabriques ou à la navigation. Il faut attendre la dernière décennie du xixe siècle pour trouver des tarifs légèrement plus protectionnistes, encore ne sont-ils jamais suffisamment élevés pour mettre à l’abri une industrie nationale naissante. Une telle ouverture à l’industrie étrangère s’explique fort bien. Dans le cas des machines en effet, les intérêts des planteurs coïncident avec les intérêts immédiats des propriétaires de manufactures pour qui l’importation de matériel étranger est évidemment le moyen le plus rapide et le moins coûteux de développer leur activité. Il est bien évident qu’aucune industrie lourde de quelque importance ne peut envisager de soutenir la concurrence avec l’industrie britannique et nord-américaine. Dans l’immédiat, se refuser à importer certains biens d’équipement pour les produire sur place ne peut donc conduire qu’à un alourdissement considérable des charges en capital qui se répercuteront inévitablement sur les prix des biens de consommation déjà difficilement compétitifs. Cela prouve, bien sûr, combien les comptabilités apparentes sont fausses puisque l’on sait que la seule façon d’assurer à plus long terme une production massive et bon marché consiste précisément à élargir les bases capitalistiques de l’économie. Une telle contradiction entre court et long terme nous permet d’ailleurs de prévoir que l’industrialisation ne pourra avoir d’autre origine que publique.

  • 101 Cité par Ernesto Pellanda, Indices..., op. cit., p. 19.

73Dans l’immédiat, un autre facteur renforce encore cette domination des industries étrangères de biens d’équipement : c’est la place qu’occupent les propres capitaux étrangers dans l’industrie des biens de consommation, les transports, la production de gaz et d’électricité, le système bancaire. Une longue analyse n’est pas nécessaire pour comprendre tout l’intérêt que peuvent avoir ces firmes à se procurer au meilleur prix des machines avec lesquelles sont familiarisés leurs techniciens sans même tenir compte des liens financiers qui peuvent unir telle grande entreprise textile avec telle autre société britannique ou nord-américaine qui fabrique broches et métiers à tisser. « Au début du xxe siècle, écrit Vivaldo Coaracy101, le capital est, en règle générale, étranger ; la machine est étrangère ; les industriels étrangers ; la matière première en grande partie étrangère ; les techniciens sont étrangers ; l’ouvrier est étranger ; seul le consommateur est national. »

  • 102 Stanley J. Stein cite le cas de cet industriel en textile du Minas Gerais qui, dès le xixe siècle, (...)

74De telles structures ne peuvent qu’étouffer toute velléité de dépasser le stade des industries légères102. L’exemple de la sidérurgie est à cet égard significatif. Au moment où les importations d’acier ne cessent de s’élever, les hauts fourneaux de Caethé et d’Ipanema disparaissent (1895). A la même époque (1892), la tentative de la Companhia Nacional de Forjas e Estaleiros de moderniser l’ancienne usine de Sâo Miguel de Piracicaba se solde par un échec. Ne survivent que les petits fourneaux du Minas Gerais concentrés dans la région d’Ouro Preto et Diamantina qui bénéficient à la fois d’une relative protection géographique et de la proximité des gisements de fer et des sources de combustibles (bois). Mais cette sidérurgie ne progresse pas techniquement : les gains de productivité qu’autorise l’adjonction du soufflet et du marteau hydrauliques n’atteignent pas le seuil au-delà duquel ils se diffusent parmi les industries consommatrices d’acier.

75L’absence quasi totale de propagation en direction des industries d’équipement ne se traduit pas seulement par une croissance plus lente de l’industrie parce que limitée à quelques branches mais par un blocage de l’industrialisation dont il convient dès lors d’analyser les principales conséquences.

3. La non-intégration de l’économie brésilienne et la faible diffusion des progrès.

76Parce qu’elles n’exercent aucun effet sur la productivité des autres secteurs de l’activité économique, les industries de biens de consommation n’ont pas modifié l’environnement dans lequel elles s’insèrent. De ce fait, elles demeurent elles-mêmes prisonnières d’un marché étroit, d’un approvisionnement irrégulier, de moyens de transport défectueux. Tous ces facteurs maintiennent la productivité de l’industrie brésilienne à un bas niveau et amenuisent ses possibilités de résister à la domination étrangère. On voit ainsi qu’en s’opposant à toute croissance des industries fabriquant des machines, les structures coloniales, entendues au sens d’une alliance des planteurs et de l’industrie étrangère par l’intermédiaire des sociétés d’import-export, interdisent l’amorce d’un processus d’industrialisation au travers duquel le secteur industriel acquerrait son autonomie en se libérant de la tutelle de l’agriculture d’exportation et, par là, modifierait radicalement les conditions du développement de l’économie brésilienne. Sans prétendre analyser de façon exhaustive un tel problème, nous pouvons en esquisser quelques aspects en montrant comment la non-restructuration de l’agriculture, du transport et des réseaux commerciaux bloque toute nouvelle avance de l’industrie.

  • 103 Cf. P. Monbeig, Le Brésil..., op. cit., p. 88. — J. de Castro, Geopolitique..., pp. cit., p. 239. — (...)
  • 104 Cf. H. William Spiegel, The brazilian economy..., op. cit., p. 166.
  • 105 J. de Castro, Geographie..., op. cit., p. 266-267.

77En 1930, près de 70 % de la population active brésilienne vit directement de l’agriculture. Par-delà la diversité des cultures et des formes de tenures, la caractéristique essentielle de l’agriculture brésilienne reste sa très faible productivité. Culture extensive, pratiquée sur brûlis après défrichement hâtif de la forêt, elle ignore l’engrais et n’utilise que des outils primitifs, telles la houe (enxada) et la machette (machado)103. On estime en 1920 que les machines et l’équipement ne représentent pas plus de 3 % de la valeur du capital agricole, soit une proportion inférieure à celle qui prévalait aux Etats-Unis en 1850. A la même date, 15 % seulement des exploitations disposent de charrues dont la plupart sont en bois et du type le plus primitif. Encore faut-il ajouter que plus de la moitié des 142 000 charrues ainsi recensées est concentrée dans le Rio Grande do Sul104. On déduit aisément les conséquences d’une telle situation ; « les indices de productivité de l’agriculture brésilienne se rangent parmi les plus bas du monde » ; 38 t de canne à sucre par ha dans le Nordeste contre 70 à Porto Rico, 0,070 t de coton dans la même région contre 0,304 aux Etats-Unis, 1,402 t de maïs dans le Minas Gerais contre 2,271 aux Etats-Unis105.

78Les causes de ce retard sont évidemment complexes. Au premier rang sans doute viennent les structures agraires et le statut des agriculteurs qui en dérive. Travailleurs nomades (garimpeiros), salariés des grands domaines, métayers (meeiros) et fermiers (rendeiros) du sertâo, de la zone sucrière ou du Sud caféier, caboclos tolérés par le propriétaire sur les franges de son domaine tirent de la terre un minimum de produits vivriers sans chercher à améliorer leurs techniques culturales. Ils n’en ont ni les moyens ni la volonté puisque aussi bien la terre ne leur appartient pas ou, s’ils en sont propriétaires, ne rémunère pas leurs efforts puisque les débouchés sont rares et peu profitables, compte tenu des distances et de la cherté des moyens de transport.

  • 106 Cf. Wythe, Wigth, Midkiff, Brazil..., op. cit., p. 42.

Tableau No 32. — Structure de la propriété agraire en I960106.

Nombre de propriétés

 %

Surface (1 000 ha)

 %

— 1 ha

39 306

2,06

22,9

0,01

1 à 5

375 163

19,70

1 069,8

0,54

5 à 10

240 089

12,61

1 800,7

0,91

10 à 20

315 676

16,57

4 557,6

2,31

20 à 50

455 057

23,89

14 298,5

7,23

50 à 200

327 713

17,21

31 434,8

15,90

200 à 1 000

120 810

6,34

49 006,3

24,79

1 000 à 5 000

24 322

1,28

46 956,4

23,75

5 000 à 100 000

3 453

0,18

41 369,1

20,92

100 000 et +

37

0,00

7 204,2

3,64

Total

1 904 589

100

197 720,247

100

79Quelques exceptions néanmoins commencent à apparaître. Autour des grandes villes grosses consommatrices de produits de la terre, les petites propriétés se développent souvent à l’initiative d’un émigré qui adapte au sol brésilien certaines méthodes culturales pratiquées en Europe. Par ailleurs, dans les zones de grande culture où la main-d’œuvre devient moins abondante, certains propriétaires sont incités à améliorer leurs techniques d’exploitation. Mais l’obstacle à une élévation rapide des productivités provient cette fois de la rareté et de la cherté du matériel agricole et des engrais, elles-mêmes liées à la quasi-inexistence d’une industrie nationale de biens de production.

80Une telle situation handicape l’industrie de transformation de trois façons :

    • 107 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 46.

    L’agriculture n’est pas capable de lui assurer dans des conditions satisfaisantes de qualité et de régularité les matières premières dont elle a besoin ; citons l’exemple du textile : les manufactures brésiliennes n’ont jamais été correctement approvisionnées en coton, les filatures sont arrêtées par le manque de matières premières ou leur mauvaise qualité, ce qui est dû, certes, au système de transport défectueux entre le Nord et le Sud, mais plus encore à la faible productivité de l’agriculture107.

  1. Le faible pouvoir d’achat de la grande majorité des agriculteurs brésiliens ne leur autorise pas l’accès au marché des produits industriels ; circonscrit aux îlots urbains et à leur environnement rural immédiat, ce dernier n’atteint que difficilement le seuil au-delà duquel de grandes unités peuvent être envisagées, la mécanisation poussée et les prix de revient abaissés.

  2. L’approvisionnement des villes en produits agricoles reste défectueux et cher, conduisant ainsi à de hauts salaires sans que ne s’améliore pour autant le pouvoir d’achat des ouvriers de l’industrie. La répercussion sur les prix de revient des produits industriels est d’autant plus grande que l’absence d’une industrie de biens d’équipement et l’étroitesse du marché limitent précisément le degré de mécanisation.

  • 108 P. Denis, Le Brésil au xxe siècle..., op. cit., p. 70.

81Ces obstacles d’origine agricole ne se dissocient pas de ceux que constitue l’insuffisance des réseaux de transport et de commerce. Les uns et les autres ont été conçus dans le cadre des structures coloniales pour évacuer les récoltes et drainer jusqu’aux grands domaines les produits de l’industrie étrangère. Dès lors, seules certaines zones où dominent les cultures d’exportation sont reliées aux ports et aux dépôts des importations. Encore le sont-elles fort mal par des chemins de fer au trafic lent et coûteux. Ce facteur contribue au cloisonnement du territoire brésilien ainsi que le décrit P. Denis au début du siècle : « La difficulté des communications, et peut-être aussi la défectueuse organisation commerciale, font que le Brésil est loin de former un marché national. Elle décompose le territoire en une foule de petits marchés locaux isolés et indépendants ; chacun d’eux a sa vie propre108 ».

82Tous ces facteurs réunis expliquent bien que la croissance de l’industrie brésilienne n’ait été accompagnée d’aucune élévation sensible des productivités et d’aucune tendance nette à la concentration. Au fur et à mesure que la protection douanière abritait les industries textiles et alimentaires, de nouvelles unités se créaient à l’échelon d’un marché local. L’exemple du textile est significatif. Si l’on prend le nombre de mètres de toile par ouvrier comme critère de productivité, on constate qu’après s’être élevé au cours des trente premières années, non seulement il n’a plus augmenté mais il a décru :

1853

2 800 m/ouvrier

1885

6 400 »

1909

5 600 »

1915

5 700 »

1924

5 200 »

1929

3 800 »

83Bien que l’industrie textile ait connu une crise particulièrement aiguë à partir de 1924, son expérience n’est pas isolée. On pourrait montrer que toutes les branches des industries de biens de consommation se heurtent, après leur croissance au cours du premier conflit mondial, à une limite que constitue la trop lente évolution des structures de l’ensemble de l’économie brésilienne. Or, ces limites sont aussi celles qui ont jusque-là entravé tout développement du système énergétique. Nous allons le prouver a contrario en montrant comment, à partir de 1930 et du second conflit mondial, le démarrage de l’industrialisation entraîne à sa suite celle du secteur énergétique.

Notes

1 René Courtin, Le problème de la civilisation..., op. cit., p. 83-84.

2 Cf. United Nations, Economic survey of Latin America 1949, New-York, 1951. 536 p., p. 204. Selon cette étude, la valeur annuelle moyenne de l’offre de biens, en millions de cruzeiros 1939, au cours des années 1925-1929, s’établirait comme suit :

Image 1000000000000268000000475DEE5085.jpg
Il est clair qu’une telle évaluation représente très mal la situation d’une économie dans laquelle seule une fraction de la production agricole est commercialisée. On peut néanmoins en retenir le pourcentage très élevé des importations qui reflète, bien qu’imparfaitement, le degré de dépendance de l’économie brésilienne.

3 Il s’agit de la population âgée de plus de 10 ans employée dans des activités non domestiques. Cf. Wythe, Wight, Midkiff, Brasil uma economia em expansâo ed. Fundaçâo Getulio Vargas, Rio de Janeiro, 1953 (272 p.), p. 37.

4 Ces évaluations sont tirées du recensement de 1920. Nous les avons converties en cruzeiros 1939 pour permettre plus loin l’analyse de l’évolution des structures. Les problèmes méthodologiques soulevés par cette conversion sont examinés dans l’annexe no°1.

5 Cf. H. William Spiegel, The brazilian economy, Chronic inflation and sporadic industrialization, The blakiston company, Philadelfia, Toronto, 1949 (246 p.), p. 227-228.

6 Dans le chapitre suivant, nous montrerons que si la suppression ou tout au moins l’atténuation de ces deux contraintes constituent des préalables à l’industrialisation, elles ne suffisent à en assurer ni le succès, ni surtout le caractère harmonisé, ce qui nous conduira à dégager le rôle des pouvoirs publics.

7 Cf. Jean Barthe, Le rôle de Maua dans la formation de l’économie brésilienne. Thèse de Droit, Toulouse, 1940 (133 p.).

8 Nous ne prétendons évidemment pas être exhaustif, mais ces trois expériences nous ont paru particulièrement significatives.

9 Hostilité qui s’étend aussi aux cultures vivrières. Cf. Gilberto Freyre, Terre du sucre, Gallimard, Paris, 1956 (292 p.) ; Josué de Castro, Géopolitique de la faim, Le Seuil, Paris, 1964 (325 p.).

10 Cf. Ernesto Pellanda, Indices de Produção adequados ao actual estâgio de desenvolvimento da industria brasileira, Ed. la Salle R.G. do Sul (111 p.), p. 8.

11 Cf. Ernesto Pellanda..., op. cit., p. 8 et 9.

12 Cf. Roger Bastide, Brésil, terre des contrastes..., op. cit., p. 193.

13 Ajoutons que l’esclave, pour des raisons évidentes, est peu sensible aux stimulations telles que le profit et que l’idée d’accumuler des richesses lui est totalement étrangère. Cf. Celso Furtado, Formaçâo éconômica do Brasil, Fundo de Cultura, Rio de Janeiro, 1963 (289 p.), p. 166.

14 Cf. Ch. Morazé, Les 3 âges du Brésil, A. Colin, 1954, 298 p., p. 69.

15 Il s’agit essentiellement de produits alimentaires et principalement de vins portugais. Le Brésil n’en produit pas mais on lui interdit la fabrication d’alcool de canne considéré comme un substitut dangereux.

16 Cf. Stefan Zweig, Le Brésil, terre d’avenir. A Michel, Paris, 1942 (334 p.), p. 86. Cet auteur commente ainsi la politique portugaise : « Car pour tirer le maximum de sa colonie, la couronne portugaise étouffe le Brésil dans un réseau de lois qui comprime ses artères toutes gonflées de force et le tient éloigné du commerce international », p. 86-87.

17 Cf. Hugo Schlesinger, Geografia industrial do Brasil, I.E.P.E., Sâo Paulo, 1956 (256 p.), p. 6.

18 Cf. Roberto Simonsen, A evoluçâo industrial do Brasil, Sâo Paulo, 1939 (75 p.), p. 21.

19 On ne saurait en effet leur relier directement la tentative des libéraux du Minas Gerais en 1792, plus connue sous le nom d’« inconfidencia mineira ».

20 Ceci ne contredit nullement l’échec de la Compagnie Générale qui, plus d’un siècle auparavant, semble s’être heurtée à l’hostilité des planteurs. Dans ce cas précis, ces derniers craignaient essentiellement qu’un monopole privé ne limite leur liberté de commercer avec le vieux continent ; de plus les interdits portaient moins sur des produits industriels ou artisanaux que sur des produits agricoles issus du grand domaine lui-même (eau-de-vie de canne).

21 Rappelons que l’invasion de la péninsule ibérique par les armées napoléoniennes et le refus du Portugal de fermer ses ports aux Anglais contraignent le roi Don Joâo VI et sa cour à s’embarquer pour le Brésil.

22 Cf. Nicia Vilela Luz, A Luta pela industrializaçâo do Brasil (1808-1930), Difusâo europeia do livro, Sâo Paulo, 1961 (216 p.), p. 14-15.

23 Par directe et indirecte, nous entendons la transformation du minerai de fer en acier, soit directement (bas fourneau ou creuset), soit par l’intermédiaire de la fonte (haut fourneau). Pour retracer l’histoire de ces 2 sidérurgies, nous avons utilisé :
- J. Pandia Calogeras, O ferro, ensaio de historia industrial,
Revista do Instituto historico e geografico de Sâo Paulo, 1904, p. 20 à 100 ;
- W.S. von Eschwege, Pluto brasiliensis, extraits reproduits dans
Revista do Instituto historico..., op. cit., 1909, p. 98-99 ;
- Conêgo Luiz Castanho de Almeida, Achegas a historia de Sorocaba,
Revista do Instituto historico..., op. cit., 1939, p. 151-173.

24 On peut avoir, sur ces divers procédés sidérurgiques :
- P.J. Le Thomas, La métallurgie, Le Seuil, Paris, 1963 (190 p.).
- R. Durer, Réduction des minerais de fer, Dunod, Paris, 1957 (152 p.).

25 Si la contribution de sidérurgistes tels que Eschwege, Varnhagen et celle du Français Monlevade a été efficace, il ne semble pas en avoir été ainsi avec les Suédois dont la venue au Brésil a soulevé d’ardentes controverses.

26 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton manufacture, Textile entre-prise in an underdeveloped area, 1850-1950, Harvard University Press, 1957 (273 p.), p. 4-5.

27 Cf. Stefan Zweig, Le Brésil..., op. cit., p. 160.

28 Cf. E. Pellanda, Indices da produção..., op. cit., p. 16-17.

29 Nous avons déjà vu combien ce point a pu jouer en matière d’importation charbonnière. Cf. chapitre I.

30 En l’occurrence le prix d’achat de l’esclave puisque les 9/10e de la main-d’œuvre sont serviles.

31 Rappelons que de 1781 à 1800 la consommation des seules manufactures du Lancashire passe de 5 à 11 millions de livres de coton libre. Cf. Lucien Marchai, L’or blanc, Marabout Université, Bruxelles, 1964 (284 p.), p. 214.

32 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit.

33 Cf. Celso Furtado, Forrnaçâo ecônomica..., op. cit., p. 116.

34 Chiffres empruntés à P. Bairoch, Révolution industrielle et sous-développement, S.E.D.E.S., Paris, 1963 (360 p.), p. 237 et 177.

35 Ces évaluations ne peuvent être que des ordres de grandeur ; elles sont de plus sujettes à caution car utilisées dans une controverse entre Varnhagen, partisan de l’installation de hauts fourneaux, et Eschwege, défenseur des petits bas fourneaux.

36 Cf. W.S. Von Echwege, Pluto..., op. cit., p. 99.

37 Cf. Luis Castanha de Almeida, Achegas..., op. cit., p. 158.

38 En 1885, le directeur de l’usine d’Ipanema indique les écarts suivants pour le transport d’une tonne de fer battu :
Ipanema – Santos 34 $ 000
Liverpool – Santos 11 $ 000

39 Ce point mériterait évidemment d’être analysé de façon plus systématique. Nous savons en effet que Celso Furtado (Formação..., op. cit., p. 118) conteste le poids donné au libre échangisme dans les causes du retard industriel du Brésil. Selon lui, le seul facteur déterminant serait la toute-puissance des planteurs et l’inexistence d’une bourgeoisie nationale. Sans mésestimer effectivement l’impact de cette structure sociale, nous nous demandons cependant si elle ne tire pas une partie de sa puissance précisément du libre échange qui, interdisant toute activité industrielle, s’opposa à la formation d’une bourgeoisie distincte de l’aristocratie foncière.

40 Ils sont empruntés à R.C. Simonsen, A evolução industrial..., op. cit., et à I.B.G.E., Recensamento gérai do Brasil..., op. cit.

41 Les mil-reis et les cruzeiros valeur courante ont été déflatés par R.C. Simonsen sur la base de leur pouvoir d’achat en 1914-1919. Notons bien que les chiffres du tableau ne couvrent que les industries de transformation : en sont exclus les industries extractives et les services publics industriels.

42 Evaluations faites à partir de chiffres cités par E. Pellanda..., Indices...,. op. cit.

43 C. Morazé, Les 3 âges..., op. cit., p. 31.

44 Les fondements et les modalités de ce pouvoir sont analysés par C. Morazé, Les 3 âges..., op. cit. Sur les institutions impériales du xixe siècle on peut voir : James Heywood, Resources of Brazil, Journal of the Royal Statistical Society of London, vol. XXVII, 1864, p. 245-246.

45 Sucre et coton constituent l’essentiel des exportations brésiliennes au début du xixe siècle. Elles sont estimées ainsi en 1800 : — Sucre : 44 000 caisses, dont 20 000 à partir de Bahia et 14 000 de Pernambuco ; — Coton : 7 000 « fardos », dont 10 000 par Bahia et 40 000 par Pernambuco. Cf. Theodoro Sampaio, Sâo Paulo no seculo XIX, Revista do Instituto..., op. cit., 1900-1901, p. 159-205.

46 Cf. Celso Furtado, A formaçâo..., op. cit., p. 134.

47 Toutes ces évaluations sont empruntées à Celso Furtado, Formação..., op. cit., p. 130.

48 Cf. Nicia Vilela Luz, A Luta..., op. cit., p. 17-18.

49 Nous ne dirons rien de l’histoire du café malgré son rôle déterminant dans la formation industrielle du Brésil. On peut voir à son sujet : P. Monbeig, Le Brésil, P.U.F. (128 p.) ; P. Monbeig, Pionniers et Planteurs..., op. cit.

50 Cf. Caio Prado Junior, Historia economica do Brasil, Ed. Brasilieuse, 1962 (345 p.), p. 164.

51 Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 22 et suivantes.

52 Evolution du prix du sac (60 kg) de café et du taux de change :
Image 100000000000026D0000006DF594C45E.jpg
A partir de 1886 la cotation du café remonte mais le change continue à se détériorer : nous en verrons plus loin les raisons. Cf. Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 53.

53 Les conséquences de telles émissions sur le taux de change sont les suivantes (valeur en pences du milreis) :
Image 100000000000024B00000026F1C3AA55.jpg

54 Cf. Annexe 1.

55 Toujours en cruzeiros constants 1939, la valeur du produit industriel, qui avait atteint 8,88 milliards en 1919, atteint 10,39 milliards en 1930 après s’être abaissé à 7,96 en 1920 et 7,57 en 1925.
Rapprochons cette stagnation de l’essor des exportations de café et de leur prix.
Image 1000000000000269000000AB3B817858.jpg
Source : Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 109.

56 Cf. chapitre IV.

57 Cf. Gilberto Freyre, Terre du sucre..., op. cit.

58 Une telle dépendance est soulignée par la plupart des auteurs. Citons : « Les plantations et les sucreries constituent en réalité une unité économique et une unité de paysage géographique... » Mario Lacerda de Melo, Nord-Est, XVIIIe Congrès international de Géographie, Brésil, 1956 (256 p.), p. 83. Cf. aussi Josué de Castro, Une zone explosive, le Nordeste brésilien, Le Seuil, Paris, 1965 (237 p.), p. 123-125.

59 Cf. Lucien Marchai, L’or blanc..., op. cit.

60 Ce problème est étudié dans la section suivante.

61 Raul Sosa Rodriguez [Les problèmes structurels des relations économiques internationales de l’Amérique Latine, Droz, Genève, 1963 (252 p.), p. 37] souligne un des aspects de ce problème lorsqu’il indique : « Il est clair que les capitaux étaient mieux placés dans les régions dont la production était absorbée par la Grande-Bretagne même. »

62 Dans la mesure où la plupart des ressources publiques proviennent directement ou indirectement de l'exportation, il conviendrait d’en ajouter une quatrième. Précisément elle jouera un rôle décisif après le second conflit mondial, mais l’on peut ici la négliger, compte tenu de l’inexistence d’interventions sérieuses de l’Etat en matière d’investissement industriel.

63 Cf. S.J. Stein, The brazilian..., op. cit., p. 6.

64 Parlant des planteurs de café : « ou bien ils plaçaient cet argent dans des banques, dans des usines ; d’agriculteurs, ils se muaient en hommes d’affaires ou en industriels ». R. Bastide, Le Brésil..., op. cit., p. 171.

65 Affectations auxquelles on peut ajouter celle des chemins de fer construits pour desservir les grandes plantations. C’est ainsi que P. Monbeig cite l’exemple de la Cia Paulista de Estradas de Ferro au capital de 5 000 contos de reis en 1868 et constituée en majorité par des planteurs. Cf. P. Monbeig, Pionniers et planteurs, op. cit., p. 86.

66 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 100.

67 Cf. Raul Sosa Rodriguez, Les problèmes structurels..., op. cit., p. 39.

68 Pour donner une idée de leur importance, citons cette statistique officielle de 1899 à 1910, pour 41 sociétés anonymes brésiliennes qui se constituent, 160 entreprises étrangères sont autorisées parmi lesquelles les nord-américaines dominent très largement par le montant de leurs capitaux. Citée par Nicia Vilela Luz, A luta..., op. cit., p. 87.

69 Le premier essor du café dans la vallée du Paraiba et le Sud Minas a bien eu lieu au moyen d’une main-d’œuvre servile, mais lorsque la culture s’étend dans l’Etat de Sâo Paulo les ressources sont épuisées. Sur ce point, renvoyons à nouveau à l’ouvrage de P. Monbeig, Pionniers et planteurs..., op. cit., p. 90.

70 Cf. I.B.G.E., O Brasil em numeros..., op. cit., p. 12.

71 P. Denis, Le Brésil au xxe siècle, A. Colin, Paris, 1909 (312 p.), p. 6.

72 Autre témoignage emprunté à P. Monbeig, Planteurs et pionniers..., op. oit., p. 65 : « Plus d’un (fazendeiro), dans les régions montagneuses entre Rio et Sâo Paulo ou dans l’intérieur de Sâo Paulo tiraient une certaine satisfaction à ne rien acheter sinon le sel et la poudre. »

73 Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 99.

74 Toutes les évaluations concernant cette époque ne concordent pas et la cause semble en être dans la difficulté de distinguer ce qui n’est qu’artisanat évolué de ce qui est déjà manufactures. Nicia Vilela Luz (A luta..., op. cit., p. 29) compte 64 fabriques nationales, c’est-à-dire établissements bénéficiant de l’exemption de droits sur leurs importations de matière première. Il s’agit de fabriques de chapeaux, de tissus de coton, de tabac, de savon et des fonderies.
Ernesto Pellanda (Indices..., op. cit., p. 14) cite 35 établissements dont 4 textiles, 5 métallurgiques, 4 céramiques, 7 chimiques, 10 alimentaires et 5 divers.
R.C. Simonsen (A evolução..., op. cit., p. 23) confirme cette dernière évaluation.

75 Source : I.B.G.E., Censo industrial 1950..., op. cit., p. 8. Il convient de noter :
1° que les investissements des industries de transformation ne représentent que 70 % de la formation brute de capital au sens large qui comprend aussi les industries extractives (2,90 %) et les services industriels d’utilité publique tels les transports, l’électricité et le gaz (27,10 %) ;
2° que les chiffres cités ne portent que sur les industries encore existantes en 1919, alors qu’un nombre non négligeable mais inconnu a dû disparaître auparavant.

76 Gf. Tableau no 23 au début du présent chapitre.

77 Gf. toute l’œuvre de Gilberto Freyre et, en particulier, « Terre du sucre » et « Maîtres et Esclaves »... op. cit.

78 « Nourrir la capitale est pour l’Etat de Minas une industrie lucrative et, depuis le début de la crise caféière, c’est à elle qu’il se consacre surtout. » P. Denis, Le Brésil au xxe siècle..., op. cit., p. 78.

79 Soit, selon le recensement industriel de 1920 :
- 10 196 pour le traitement des céréales, du café, du maté et des farines ;
- 2 874 pour celui des fruits et légumes ;
- 10 373 pour celui de la viande et du poisson ;
- 1 478 pour celui des produits laitiers ;
- 1 112 pour celui du sucre ;
- 1 826 pour la fabrication des pâtes alimentaires ;
- 9144 pour celle des boissons ;
- 1 782 pour celle des autres produits alimentaires.
Rappelons que le recensement de 1920 (cf. Annexe 1) exclut les activités industrielles rattachées à un domaine agricole d’où, notamment, le faible poids de l’activité sucrière dans les chiffres ci-dessus.

80 Cf. Raul Sosa Rodriguez, Les problèmes structurels..., op. cit., p. 21.

81 D’après le recensement de 1872, le nombre d’esclaves des deux sexes s’élève à 1 510 806, dont 819 708 dans les Etats de Sâo Paulo, Rio de Janeiro et Minas Gerais. Cf. Theodoro Sampaio, Sâo Paulo..., op. cit., p. 188.

82 Rappelons qu’en 1860 la Grande-Bretagne dispose déjà de 30 millions de broches, la France de 5, l’Allemagne de 2, l’Espagne de 1 et les Etats-Unis de 5,2. Cf. Lucien Marchai, L’or blanc..., op. cit., p. 142.

83 D’où la croissance rapide, la stagnation et le déclin des exportations brésiliennes de coton (en millions de pounds) :
Image 10000000000002AF0000002E02957E21.jpg
Cf. Stanley J. Stein, The brazilian..., op. cit., p. 45.

84 Les données figurant dans ce tableau sont empruntées à Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 191. A l’exception de l’évaluation du nombre d’usines, elles coïncident avec celles que nous avons trouvées dans :
- R.C. Simonsen, A evoluçâo..., op. cit. ;
-
I.B.G.E., Censo industrial..., op. cit. ;
-
Industria textil, problemas actuais e perspectivas, Desenvolvimento e Conjuntura, 1959, no 9, p. 27-42.
Par contre, le nombre d’usines diffère totalement pour les recensements de 1920 (1 135 au lieu de 242) et 1940 (2 212 au lieu d’environ 400). Cette divergence supposerait donc l’existence d’un grand nombre de petites unités semi-artisanales sans équipement et à production insignifiante.

85 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 12 et suiv.

86 Ils proviennent en effet très probablement du Pernambuco, du Sergipe, de l’Alagoas et du Maranhâo où sont recensées 4 entreprises en 1885. Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 12 et suiv.

87 Source : R.C. Simonsen, A evoluçâo..., op. cit., p. 24. On peut observer que ces données correspondent assez bien avec celles que cite J. Stein pour 1882, à l’exception du nombre de broches ou fuseaux qui semble surévalué par Simonsen.

88 Cf. Annexe 1.

89 Cf. divers articles de G. de Bernis :
- L’industrialisation en Algérie, in « Problèmes de l’Algérie indépendante », Tiers Monde, Paris, 1963 ;
- L’industrialisation des pays en voie de développement, in « Développement et civilisation », no 18, juin 1964.

90 Le concept de « progrès » (au pluriel) est employé ici dans le sens que lui donne F. Perroux, in La firme motrice dans une région et la région motrice, doc. ronéoté (73 p.), p. 1.

91 Cette situation n’est, pas propre au Brésil. On sait qu’aussi bien en Argentine qu’au Chili ou au Mexique, la classe ouvrière a été formée, au départ, par des immigrants européens. Cf. par exemple :
- Victor Alba, The Latin american style and the new social forces, in Latin American issues, The twentieth century fund, New-York, 1961 (201 p.) ;
- V. Emmolaiev, Naissance du mouvement ouvrier, in Recherches internationales à la lumière du marxisme, 1962, no 32.

92 Ce chiffre est inférieur à celui que nous avons précédemment cité (651), mais nous n’avons pas pu localiser, à partir des résultats du recensement de 1920, celles qui manquent.

93 Il ne s’agit là que d’un sondage doublement imparfait :
- parce qu’il ne porte que sur des industries encore existantes en 1961 :
- parce que les productions à l’époque de la création de ces usines sont très mal connues.
Les renseignements utilisés sont tirés d’un dépouillement de l’Annuaire llanas : A industria de maquinas e ferramentas, Sâo Paulo, 1962.

94 Les plantations de caféiers par exemple se prêtent mal au labour à cause des racines superficielles des arbustes.

95 Rappelons la difficulté déjà évoquée de distinguer ce qui est activité industrielle proprement dite et simple prolongement du grand domaine.

96 Chaque croix représente la création d’une entreprise.

97 Charrues, herses, charrettes, batteuses, faucheuses.

98 Moulins, broyeurs, décortiqueurs, appareils pour conditionner le tabac, le sucre, la viande.

99 Sources : Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., appendice 5.

100 Source : Société des Nations, Statistiques du commerce international, série 4853 E, vol. III.

101 Cité par Ernesto Pellanda, Indices..., op. cit., p. 19.

102 Stanley J. Stein cite le cas de cet industriel en textile du Minas Gerais qui, dès le xixe siècle, s’étonne que le Brésil dusse importer ses machines alors qu’il dispose de tant de fer et demande au Gouvernement d’aider les fonderies d'acier pour qu’elles en fabriquent. The brazilian cotton..., op. cit., p. 38.

103 Cf. P. Monbeig, Le Brésil..., op. cit., p. 88. — J. de Castro, Geopolitique..., pp. cit., p. 239. — Wythe, Wigth, Midkiff, Brazil..., op. cit., p. 43 et suivantes. — I.. Papy, La façade atlantique de Sâo Paulo, Les Cahiers d’Outre-Mer, octobredécembre 1952. p. 374-375.

104 Cf. H. William Spiegel, The brazilian economy..., op. cit., p. 166.

105 J. de Castro, Geographie..., op. cit., p. 266-267.

106 Cf. Wythe, Wigth, Midkiff, Brazil..., op. cit., p. 42.

107 Cf. Stanley J. Stein, The brazilian cotton..., op. cit., p. 46.

108 P. Denis, Le Brésil au xxe siècle..., op. cit., p. 70.

Table des illustrations

Titre Tableau No 23. — Structure des industries de transformation en 1919 selon la valeur de leur production (en millions de cruzeiros 1939 et en pourcentage)4.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau No 24. — Structure de l’industrie pauliste en 1939-1943 selon la répartition des employés et des capitaux (en pourcentage)5.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau No 25. — Production sidérurgique brésilienne au début du xixe siècle (en kg).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte n°3. LOCALISATION DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES EN 1920
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau No 27. — Croissance de l’industrie textile, 1853-193984.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte n°4 - LOCALISATION DES INDUSTRIES TEXTILES EN 1920
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Carte no 5 – REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES INDUSTRIES D'EQUIPEMENT
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau No 29. — Ordre chronologique d’apparition des industries d’équipement.
Légende Note 9696Note 9797Note 9898
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau No 30. — Evolution des importations de matériel pour l’industrie textile - 1913-1930 (en kilos)99.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau No 31. — Evolution des importations de matériels et machines - 1925-1930 (en milliers de tonnes)100.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6474/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter