Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Première partie. Sous-développement énergétique et retard de l’industrialisation

Chapitre II. Les tentatives de développement et les limites de la production énergétique

Texte intégral

1Dans ses grandes lignes, l’évolution de la production énergétique diffère peu de celle de la consommation : malgré une croissance, parfois rapide, de certaines branches, la participation de la production nationale à l’approvisionnement énergétique du pays demeure marginale à la veille de la Seconde Guerre mondiale. La production charbonnière s’élève certes depuis une vingtaine d’années mais, demeurée prisonnière de structures semi-artisanales, elle ne parvient pas à s’imposer dans l’économie nationale. Après un demi-siècle d’efforts infructueux, la première découverte pétrolière vient d’être réalisée et les premières raffineries, de très petite dimension, construites. La branche de l’électricité enfin, présente une structure typiquement dualiste : à côté de quelques grandes sociétés étrangères qui ont développé autour de Sâo Paulo et de Rio de Janeiro de grands systèmes électriques, une multitude de micro-centrales dispersées sur le territoire alimentent « fazendas », bourgades et petites industries. En d’autres termes, le secteur énergétique ne s’est pas industrialisé : à quelques exceptions près, les productivités demeurent très faibles, les unités de production petites et isolées, les liens avec l’ensemble de l’économie nationale rares et fragiles. Les ressources naturelles connues ou soupçonnées ne favorisent sans doute pas un développement spectaculaire et aucun gisement de charbon ou de pétrole ne peut être comparé à ceux du continent nord-américain ou du Venezuela. Pour important qu’il soit, ce facteur ne suffit cependant pas, car l’on sait bien que le volume et la qualité des ressources naturelles ne constituent pas une donnée immuable mais évoluent avec les propres capacités qu’a l’économie nationale de les valoriser. Sans aller chercher l’appui d’expériences étrangères, encore que celle du Japon, par exemple, offre de riches enseignements, il suffit de se référer aux propres réalisations brésiliennes vingt ans plus tard.

2Quelle est donc l’origine de la production charbonnière, pétrolière et électrique au Brésil ? Comment expliquer qu’au cours de ce demi-siècle leur croissance n’ait pas été plus rapide ? Quels sont les facteurs propres à chaque branche de production qui se sont opposés à une industrialisation de ce secteur ? Tels sont les principaux problèmes que nous nous proposons d’aborder en étudiant séparément l’évolution de chaque branche énergétique.

Section 1. — Le Charbon

  • 1 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos minerais do Brasil, Rio de Janeiro, 1962, vol. 2 (696 p.), p. 5 (...)

3L’existence de la houille est connue au Brésil depuis les toutes premières années du xixe siècle, puisqu’un échantillon de charbon du Rio Grande do Sul fut envoyé à Don Joâo VI après son installation à Rio de Janeiro. En 1832, un mémoire d’Alexandre Davison révèle les gisements de Santa Catarina, puis, beaucoup plus tard, en 1913, Gonzaga de Campos signale des indices en Amazonie. En 1916, enfin, les gisements du Parana, soupçonnés depuis 1878, commencent à être étudiés1.

  • 2 Nous ne citons que pour mémoire, sur la carte no 1 ci-jointe, le petit gisement de Tatui, dans l’Et (...)

4A l’exception de l’Amazonie, actuellement encore mal connue et où ne fut jamais dépassé le stade de la prospection, toute la production charbonnière du Brésil se concentre donc dans les trois Etats du Sud : Parana, Santa Catarina et Rio Grande do Sul2. Bien que de même origine permocarbonifère, la structure des gisements, le volume des réserves et la qualité des charbons varient sensiblement d’un Etat à l’autre.

  • 3 Cf. Aníbal Alves Bastos, Posicâo do carvâo nacional no panorama brasiléiro, in Geologia e Metalurgi (...)
  • 4 Soit, à titre d’exemple, les caractéristiques des houilles du puits no 1, dans le bassin d’Arroio d (...)

5Bien individualisés, les bassins charbonniers du Rio Grande do Sul se succèdent de façon discontinue sur plus de 500 km depuis Gravatai, dans la banlieue de Porto Alegre jusqu’à Candiota, à proximité de la frontière uruguayenne3. A l’exception de ce dernier bassin qui pourrait atteindre 700 millions de tonnes, ils ne dépassent généralement pas la capacité unitaire de 50 à 100 millions de tonnes. La houille s’y présente en plusieurs couches de 0,1 à 2 mètres étagées sur une profondeur totale de 100 à 300 mètres au maximum. Si dans quelques cas l’exploitation à ciel ouvert a pu être entreprise (Irui) ou envisagée (Candiota), elle s’effectue dans l’ensemble par le traditionnel système des galeries. Bien que leurs caractéristiques précises varient d’un bassin à l’autre, les charbons extraits sont tous de forte teneur en eau et en cendre et de bas pouvoir calorifique4.

  • 5 Les caractéristiques de la houille la plus représentative (Rio do Peixe) sont les suivantes : humid (...)

6Les conditions générales de l’exploitation diffèrent peu dans l’Etat charbonnier le plus septentrional, bien que les réserves de houille y soient beaucoup moins importantes. Les petits bassins de Parana en effet se succèdent dans diverses vallées parallèles : Rio das Cinzas et surtout Rio do Peixe au Nord, vallée du Tibagi plus au Sud. Les veines, d’une puissance de 0,30 à 1,30 m se situent généralement à moins de 100 m et sont atteintes par galeries. Le charbon bitumineux qui en est extrait a des caractéristiques très voisines de celles du charbon du Rio Grande do Sul, bien que d’un pouvoir calorifique légèrement supérieur5.

  • 6 Soit, en moyenne, les caractéristiques suivantes : humidité (3,3 %), matières volatiles (24,1 %), c (...)

7Seul des trois Etats, celui de Santa Catarina dispose d’une région charbonnière continue, de 70 km de long sur 15 à 20 de large, délimitée par la « Serra Geral » à l’Ouest et l’océan à l’Est. Des 1 200 millions de tonnes environ de réserves estimées, plus des 4/5e appartiennent à la vaste couche dite « Barro Branco » qui, affleurant au Nord du bassin, s’enfonce progressivement dans sa partie Sud (Araranguà), mais jamais assez profondément pour interdire l’exploitation à ciel ouvert à côté de l’exploitation par galeries. Le charbon n’y diffère pas profondément de celui des autres Etats, mais ses propriétés en matière de cokéfaction lui donneront une importance toute particulière à partir du second conflit mondial6.

8Telles sont les conditions géologiques et physiques générales dans lesquelles s’inscrit l’évolution de l’économie charbonnière du Brésil. Celle-ci passe par deux phases nettement distinctes au cours de la période qui nous intéresse.

  • 7 Source : Anibal Alves Bastos, Posicâo do carvâo nacional no panorama económico brasileiro, Geologia (...)

Tableau No 13. — Evolution de la production charbonnière par Etat (1924-1939) (en tonnes)7.

Parana

Santa Catarina

Rio Grande do Sul

Total

1912

10 000

1913.

15 000

1914.

10 000

1915

25 000

1916.

75 000

1917

150 000

1918

290 000

1919

280 000

1920

310 000

1921

300 000

1922.

310 000

1923.

350 000

1924

82 696

286 618

369 314

1925

85 197

306 682

391 879

1926

63 050

293 131

356 181

1927,

48 216

293 834

342 050

1928

8 859

316 383

385 242

1929

60 629

331 964

372 593

1930

3 000

46 409

335 739

385 143

1931

6 000

67 352

420 408

493 760

1932

9 025

57 118

476 630

542 773

1933

8 706

100 516

536 853

646 075

1934

4 861

134 378

591 383

730 622

1935

150 888

689 200

840 088

1936

137 167

525 029

662 196

1937

106 078

656 711

762 789

1938

264

171 010

735 950

907 224

1939

1 768

204 181

841 021

1 046 975

  • 8 Toute cette partie historique est empruntée à Sylvio Froes Abreu.., Os recursos..., op cit., p. 72 (...)

9Jusqu’en 1916, la production reste nulle ou insignifiante, ainsi qu’on peut l’observer sur le tableau suivant. Les tentatives pour mettre en valeur les charbons du Rio Grande do Sul et de Santa Catarina n’ont cependant pas fait défaut. Les premières sont d’origine publique : dès 1840, le Gouvernement Impérial charge l’ingénieur Parigot d’exploiter pour le compte de l’Etat les gisements de Santa Catarina et, en 1853, le Gouverneur de la province du Rio Grande entreprend, avec l’aide d’un technicien anglais, l’exploitation du bassin d’Arroio dos Ratos8. Les deux entreprises n’ont pas de suite et il faut attendre la décennie suivante pour voir apparaître de nouvelles initiatives.

Carte no 1 – LOCALISATION DES GISEMENTS DE CHARBON

Carte no 1 – LOCALISATION DES GISEMENTS DE CHARBON

10Dans l’Etat de Santa Catarina, le vicomte de Barbacena obtient une concession en 1861, mais l’exploitation ne commence qu’en 1880 avec la constitution d’un syndicat anglais qui construit la ligne de chemin de fer « D. Tereza Cristina » entre la zone minière et le port de Laguna.

  • 9 Tous les textes législatifs que nous citons dans ce paragraphe sont empruntés à : Sindicato Naciona (...)
  • 10 Loi no 957 de 1902, décret no 4803 de 1903, loi no 1316 de 1904, décret no 5439 de 1905 et no 5916 (...)
  • 11 Loi no 957 de 1902, no 1617 de 1906, no 1841 de 1907, no 2050 de 1908, no 4632 de 1923, no 4793 de  (...)
  • 12 Loi no 275 de 1895, no 3213 de 1906, no 3446 de 1917, no 3644 de 1918, no 4440 de 1921, no 4625 de  (...)
  • 13 Loi no 3089 de 1916, no 3232 de 1917, no 3454 de 1918, no 4440 de 1921, no 4632 de 1923, no 4793 de (...)

11Au Rio Grande do Sul, l’Anglais Johnson reprend à son propre compte l’exploitation publique et fonde à cette fin, en 1866, l’impérial Brazilian Collieries Co Ltd, qui construira la ligne d’évacuation entre le bassin d’Arroio dos Ratos et le port fluvial de Sâo Jeronimo. Après diverses péripéties financières, la nouvelle compagnie devient en 1888 l’E. F. e Minas Jeronimo et conserve un quasi-monopole de l’exploitation charbonnière dans cet Etat jusqu’au premier conflit mondial. L’initiative privée et les capitaux étrangers ne réussissent cependant pas mieux que l’initiative publique un demi-siècle plus tôt : en 1912, la production réunie des deux Etats est évaluée à 10 ou 20 000 t, soit moins de 1 % de la consommation totale du Brésil. Les pouvoirs publics ne s’en sont pourtant jamais désintéressés. Dès la fin du xixe siècle ils prennent un certain nombre de mesures dans le but d’abaisser le coût de production et de transport du charbon national, d’en garantir les débouchés et d’en hâter la prospection9. Ainsi, en 1902, une subvention est offerte sans succès semble-t-il, puisqu’elle est reconduite chaque année jusqu’en 1906, pour étudier les possibilités charbonnières de l’Etat du Para, en Amazonie10. Vers la même époque, le gouvernement s’engage, dans une série de textes officiels11, à promouvoir la consommation de charbon national dans les chemins de fer d’abord, puis dans toutes les administrations et compagnies de transport subventionnées par le gouvernement. Par ailleurs, les pouvoirs publics envisagent une série de pressions sur les compagnies de transport pour abaisser les prix rendus sur les marchés de consommation : Rio de Janeiro et Sâo Paulo principalement12. Enfin, une diminution des coûts d’extraction est attendue de l’exemption de tous droits sur les importations de machines et matériels13.

12Il se peut que cet ensemble de mesures ait porté quelques fruits, mais elles n’ont certainement pas fourni à la production charbonnière la puissante impulsion dont elle aurait eu besoin pour se développer sur une large et solide assise. Le premier conflit mondial s’est révélé beaucoup plus efficace : en l’absence de charbons étrangers, les nouvelles installations industrielles s’adaptent au combustible national, tandis que son transport et sa commercialisation s’améliorent lentement. De nouvelles sociétés se créent, telle la Companhia Carbonífera de Jacui dans le Rio Grande do Sul (1916), et des anciennes qui jusqu’à ce jour végétaient se développent en quelques années. De 1914 à 1920 la production décuple, mais cet essor est de courte durée. Dès le conflit mondial achevé et les échanges internationaux rétablis, la fragilité de l’industrie charbonnière brésilienne réapparaît au grand jour. Entre 1920 et 1928, alors que les importations passent de 1 à 2 millions de tonnes environ et retrouvent presque leur niveau de 1912, la production nationale ne croît qu’au taux dérisoire de 2,75 % par an.

  • 14 Comparons, à titre d’exemple, les caractéristiques physiques des charbons de Cardiff et d’un charbo (...)

13Entre les charbons britannique, allemand ou américain et celui des trois Etats du Sud, la lutte n’est pas égale. Outre son infériorité physique14, ce dernier supporte en effet des coûts élevés imputables :

  1. à ses méthodes de production rudimentaires ;

  2. au caractère archaïque du système de transport entre les sièges et les ports d’embarquement ;

  3. à l’insuffisance des moyens de transport et de stockage entre le Sud et les ports de Santos ou de Rio de Janeiro.

  • 15 Cf. chap. III au cours duquel l’ensemble de ce problème est analysé.
  • 16 Loi no 2210 de 1909 : exemption totale pour le charbon destiné à la navigation ; Loi no 2424 de 191 (...)

14De plus, un tel charbon ne saurait être transporté à l’état brut et nécessite un ensemble d’installations de lavage et de traitement qui font entièrement défaut. Tous ces facteurs expliquent que ni les distances ni les bas salaires ne suffisent à protéger le charbon national contre celui de pays qui, outre la meilleure qualité de leurs ressources naturelles, ont acquis une avance considérable dans le domaine industriel. Or, jusqu’en 1930, aucune autre protection ne lui est consentie par les pouvoirs publics. Au cours des dernières décennies du xixe siècle, dans l’espoir de favoriser la croissance des industries de transformation, toutes les sources d’énergie sont exemptes de taxes douanières au même titre que les biens d’équipement15. Cette politique est poursuivie après 1900 : en totalité ou en grande partie le charbon étranger entre au Brésil en franchise de droit16. Une première exception apparaît en 1922 lorsque est frappée d’une taxe de 2,5 $ la tonne de charbon destiné à la production du gaz. Dans ces conditions on ne peut s’étonner qu’à la calorie, les charbons brésiliens ne puissent être compétitifs dans les grands centres de consommation éloignés des bassins. Ajoutons enfin qu’en l’absence d’une politique commerciale des firmes charbonnières (standardisation des produits, barème de prix, réseaux de distribution...), la plupart des consommateurs n’acceptent qu’avec réticence le produit de leurs houillères.

15Au lendemain de la guerre la situation des charbonnages brésiliens apparaît donc d’autant plus grave qu’ils ont atteint une capacité de production bien supérieure à celle de 1914. Outre les mesures déjà prises au cours de la phase antérieure et qui sont pour la plupart maintenues, de nouvelles visent d’une part à assurer des débouchés accrus aux houillères nationales, d’autre part à en accroître la productivité et à en abaisser les coûts.

  • 17 1 conto = 1 000 milreis = 1 000 cruzeiros.
  • 18 Décret no 12440 du 11 avril 1917.
  • 19 Loi no 4081 du 9 janvier 1924, décret no 16552 du 13 août 1924 et loi no 4793 du 7 janvier 1924.

16Dans le cadre du premier objectif, le Ministère des Transports et des Travaux publics ouvre en 1917 un crédit de deux mille contos17 pour installer une usine de pulvérisation du charbon et acheter douze locomotives capables de consommer ce combustible à l’état brut18. Quelques années plus tard, le gouvernement offre des subventions et des exemptions fiscales aux sociétés qui décideraient soit de fonder une sidérurgie utilisant comme réducteur le charbon de Santa Catarina, soit de créer des industries chimiques consommatrices de houille comme matière première, soit de substituer le charbon national aux charbons étrangers pour produire du gaz d’éclairage19.

  • 20 Décret no 12943 du 30 mars 1919.

17L’action en faveur de la modernisation et de l’abaissement des coûts revêt plusieurs formes. A moyen terme, des pressions continuent à être opérées sur les compagnies de navigation pour qu’elles abaissent leurs taux de fret et des prêts de modernisation sont consentis aux entreprises qui extraient plus de 150 t/jour ou espèrent y parvenir dans les deux ans20.

  • 21 Décret no 15209 du 28 décembre 1921.

18Mais l’ensemble des problèmes technico-économiques posés par la valorisation du charbon national doit être étudié à plus long terme : à cette fin est créée en 1921 la Station expérimentale des combustibles et des minerais21.

  • 22 Phénomène que nous analysons plus loin. Cf. ch. III et IV.
  • 23 Froes de Abreu, cité par le député Placido Olympio lors de la discussion au Parlement du projet de (...)
  • 24 Il s’agit du décret no 20089.
  • 25 Décret no 1828 du 21 juillet 1937.

19Quelle qu’ait pu être l’efficacité à moyen et long terme de ces diverses interventions, le taux de croissance de la production ne s’élève pas tant que les importations se maintiennent à un niveau élevé. Il faut attendre la crise de 1929 et la diminution brutale des échanges internationaux22 pour assister à un nouvel essor de l’exploitation charbonnière qui s’accroît de 53 % entre 1928 et 1931. Sera-t-il aussi passager que le premier ? Le rétablissement partiel du commerce international à partir de 1932 va-t-il à nouveau interrompre la croissance ? Ce serait fort probable si, parallèlement à la crise qui affecte les nations industrialisées, le contexte politique brésilien ne s’était lui-même modifié. Avec l’arrivée au pouvoir de G. Vargas, le caractère impératif de l’industrialisation commence à s’imposer. Certes le charbon brésilien est de mauvaise qualité, « toutes les caractéristiques lui sont défavorables, il est sulfureux, il est cendreux, il est humide... mais il est national23 ». Les comptabilités ne sont peut-être pas aussi rigoureuses qu’elles le paraissent et les bas prix des charbons étrangers aussi bénéfiques pour la croissance économique à long terme du pays. Implicitement le décret du 9 juin 1931 reflète cette nouvelle conception : en faisant obligation à tout consommateur d’acquérir un volume de charbon national au moins égal à 10 % de ses importations, en doublant les droits de douane sur tout matériel qui ne serait pas susceptible d’utiliser le produit des houillères nationales et en exemptant ces dernières pendant dix ans de tout impôt ou taxe quelle qu’en soit l’origine, il assure pour la première fois un minimum de sécurité et de protection au charbon des trois Etats du Sud24. Six années plus tard le quota sera même élevé à 20 %25. Les effets de cette nouvelle législation sont visibles : de 1929 à 1939, la production nationale est multipliée par 3. Si le Rio Grande do Sul la domine toujours avec 80 % du produit total, c’est l’Etat de Santa Catarina qui a progressé le plus rapidement en multipliant par 5 sa production. Dans le Parana, l’exploitation commence mais sans croissance appréciable.

20Les progrès réalisés au cours de la deuxième décennie ne sauraient cependant faire illusion. Avec un volume d’un million de tonnes environ à la veille du second conflit mondial, la production totale demeure infime tant au regard des besoins d’un pays comme le Brésil qu’à celui des capacités de l’Europe occidentale ou des Etats-Unis. Les deux objectifs poursuivis par les pouvoirs publics n’ont en effet été que très partiellement atteints.

  • 26 En 1939, les deux structures de consommation sont évaluées ainsi :

21Les sphères de consommation du charbon national restent très limitées. S’il dépasse, en volume, les charbons étrangers, dans la consommation des industries et la production de gaz, il ne fait qu’entamer leur position dans les chemins de fer et la navigation26. Où est-il consommé ? La houille du Rio Grande do Sul ne dépasse guère les limites de cet Etat, et si le charbon de Santa Catarina approvisionne en partie Rio de Janeiro et pénètre jusqu’au Minas Gerais par l’E. F. Central do Brasil, il n’atteint qu’exceptionnellement les ports de la côte Nordestine.

  • 27 Les données chiffrées font défaut pour analyser plus précisément cette structure avant 1939, mais n (...)
  • 28 Cf. Mario da Silva Pinto, Aspectos de problemas energeticos do Brasil, Revista Brasileira de Geogra (...)

22Les conditions de production et de transport par ailleurs, malgré quelques améliorations, ne se sont pas fondamentalement modifiées. Des tendances à la concentration et à l’organisation se dessinent : dans le Rio Grande do Sul, la Companhia Carbonífera de Jacui a été absorbée par la Companhia de Minas de Butià qui concentre tout le matériel sur ce dernier siège. Devenue la grande rivale de l’E. F. e Minas Sâo Jeronimo, elle forme avec cette dernière en 1936 le Consorcio Administrador de Empresas de Mineracâo (CADEM) chargé de l’écoulement de la production. De tels phénomènes ne sont pas représentatifs de l’ensemble : l’industrie charbonnière, surtout dans l’Etat de Santa Catarina où la présence d’affleurements favorise les exploitations semi-artisanales, conserve une structure de petites unités, peu mécanisées et à productivité très faible27. Le système de transport enfin demeure tout aussi archaïque : rendu dans la région de Sâo Paulo, le charbon extrait dans le bassin du Rio Jacui (R.G.S.) a subi jusqu’à quatre ruptures de charges et a utilisé cinq moyens de transports successifs : chemin de fer, navigation fluviale, navigation maritime, chemin de fer et route28.

23Il ne fait aucun doute que l’industrie brésilienne de la houille ait été puissamment handicapée par la médiocrité des ressources charbonnières du pays. Des trois industries de l’énergie qu’elle constitue avec le pétrole et l’électricité, elle sera d’ailleurs la seule au cours de la période suivante à ne pas croître au taux des industries les plus dynamiques. Cette réserve faite, et nous ne la mésestimons pas, il paraît non moins assuré que la faible position de l’industrie nationale de la houille est aussi liée à l’impossibilité dans laquelle elle s’est trouvée de s’industrialiser. Cela ne signifie pas qu’elle n’utilise aucune machine mais que ces machines, lorsqu’elles existent, demeurent trop disséminées et trop marginales pour amener continuellement la branche à se réorganiser à des niveaux supérieurs de productivité. Nous allons voir que si les conditions changent, les résultats ne varient guère dans le cas du pétrole et de l’électricité.

Section 2. — Le Pétrole

  • 29 Le premier permis sollicité semble être celui de Thomas Denny Sargent qui reçut en 1864 le droit de (...)

24Le Brésil a compris très tôt qu’en l’absence de riches gisements charbonniers, son développement économique devrait s’appuyer sur les hydrocarbures. On n’en soupçonne sans doute pas encore toutes les utilisations lorsque les premiers permis de recherche sont sollicités à partir de 1864, soit peu de temps après le célèbre coup de sonde du « colonel » Drake à Oil Creek qui ouvre en 1859 l’ère du pétrole29. Ce précoce intérêt n’a cependant pas permis au Brésil de s’assurer un approvisionnement en pétrole national ni de bâtir une industrie pétrolière au cours de la période que nous analysons.

  • 30 Cf. carte ci-jointe. Ils s’étendent sur plus de 3 millions de km2, soit 1,2 pour l’Amazone ; 1,2 po (...)
  • 31 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 222 et sq.

25L’étendue des bassins sédimentaires30 et la présence en maintes parties du territoire de schistes bitumineux connus de longue date31 pouvaient constituer, on le conçoit, un encouragement à la recherche d’hydrocarbures ou à leur production par distillation. Deux périodes peuvent être distinguées en ce qui concerne la prospection pétrolière.

26Jusqu’au premier conflit mondial, elle n’est le fait que de particuliers pauvres en moyens et elle n’aboutit à aucun résultat malgré la diversité des zones prospectées, ainsi qu’en témoigne la liste des concessions accordées : rives du Rio Marau, Ilheus, Porto Seguro (Bahia) en 1869 ; Sorocaba, Itapetininga, Itu (Sâo Paulo) en 1871 ; vallée du Paraiha en 1881 ; arrondissement de Codo dans le Maranhâo en 1883, etc.

  • 32 Action qui se poursuit en 1917 avec la constitution de la Commission de sondage et recherche de cha (...)
  • 33 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 166.

27Le premier conflit mondial exerce sur la prospection pétrolière des effets similaires à ceux qu’il a eus sur l’industrie charbonnière : pouvoirs publics et entrepreneurs privés mesurent la fragilité de leur approvisionnement et l’intérêt d’une production nationale. Les premiers avaient créé dès 1907, sous la présidence d’Alfonso Pena, le Service Géologique et Minéralogique du Brésil, qui amorce en 1913 la prospection des bassins amazoniens sous la conduite du géologue Gonzaga de Campos32. A l’issue du conflit, la recherche est étendue aux autres bassins sédimentaires : sur les 61 forages qu’il effectue de 1918 à 1933, la majorité se concentre dans le bassin du Parana (37), les autres étant dispersés dans les Etats de Para (11), d’Alagoas (6) et de Bahia (5)33. On notera, à la lecture du tableau suivant qui indique les caractéristiques d’un certain nombre d’entre eux, qu’il s’agit dans l’ensemble de forages peu profonds dépassant rarement 500 m. Le Service de développement de la production minérale qui succède au Service Géologique en 1933 modifie sensiblement les méthodes de recherche en utilisant la géophysique qui vient d’être introduite au Brésil et en la réorientant : vers la haute Amazone (Acre), l’Alagoas et le Reconcavo Bahian au détriment du bassin du Parana. Après quinze années de prospection en effet, ce dernier s’avère stérile malgré les espoirs qu’avait fait naître la présence d’indices géologiques tels que les affleurements de dévonien et les schistes Irati qui joignent l’Etat de Sâo Paulo à celui de Santa Catarina, à travers celui du Parana.

Carte no 2 _ BASSINS SEDIMENTAIRES

Carte no 2 _ BASSINS SEDIMENTAIRES
  • 34 Source : Alpheu Diniz Gonsalves, O Petroleo no Brasil, op. cit., p. 143.

Tableau No 14. — Sondages effectués par le Gouvernement Fédéral de 1919 à 192834.

Etats

Localités

Durée (en mois)

Profondeur

1. Paraná

Marechal Mallet

11

84,77

2. Alagoas

Garça Torta

3

130,26

3. Paraná

Marechal Mallet

18

509,97

4. Alagoas

Garça Torta

4

130,26

5. Bahia

Ilheus, Cucuripe

2

100.51

6. Bahia

Ilheus, Cucuripe

5

197,05

7. Sâo Paulo

Graminha, Sâo Pedro

17

329,43

8. Sâo Paulo

Querozene, Sâo Pedro

14

498,70

9. Alagoas

Garça Torta

10

152,52

10. Sâo Paulo

Santa Maria

4

211,55

11. Bahia

Marau

17

387,30

12. Sâo Paulo

Itirapina, Rio Claro

15

324,54

13. Sâo Paulo

Santa Maria, Sâo Pedro

11

251,24

14. Alagoas

Riacho Doce

2

41,95

15. Sâo Paulo

Sâo Pedro

20

477,53

16. Paraná

Marechal Mallet

9

283,72

17. Alagoas

Riacho Doce

12

220,50

18. Sâo Paulo

Rucum, Sâo Pedro

5

147,11

19. Sâo Paulo

Itirapina, Rio Claro

16

100,05

20. Bahia

Marau

40

240,14

21. Alagoas

Riacho Doce

35

35,35

22. Paraná

Marechal Mallet

27

518,00

23. Sâo Paulo

Araquá, Sâo Pedro

43

380,67

24. Pará

Itaiûba

14

445,10

25. Sâo Paulo

Graminha, Sâo Pedro

28

469,01

26. Sâo Paulo

Arambari, Botucatu

24

446,02

27. Bahia

Santo Amaro

9

91,60

28. Rio Grande do Sul..

Bela Vista, Sâo Gabriel

2

240,14

29. Pará

Bom Jardim, Itaituba

5

201,58

28Loin de les décourager, l’intervention des pouvoirs publics dans le domaine de la recherche des hydrocarbures stimule les initiatives privées au cours des deux dernières décennies. En quelques années, de nombreuses sociétés se constituent qui vont elles aussi concentrer leurs efforts, en vain, dans le bassin du Parana et plus particulièrement dans l’Etat de Sâo Paulo : Empresa Paulista de Petroleo, Companhia Petrolífera Brasileira, Companhia Petrolífera do Cruzeiro do Sul, Companhia Petroleos do Brasil, Companhia Petroleo Brasileiro S. A., Companhia Petroleo Nacional, etc.

29Ce fut finalement l’opiniâtreté d’un isolé, ni fonctionnaire des Services de la production minérale, ni membre d’une société pétrolière, qui livra au Brésil son premier pétrole : convaincu qu’il en existait dans le Reconcavo Bahian, et plus précisément à Lobato, à proximité de Sâo Salvador, Oscar Cordeiro n’eut de cesse que les services officiels s’intéressent à cette région. Le 21 janvier 1939, à 214 mètres de profondeur, un gisement est découvert.

30L’industrie du raffinage n’est pas beaucoup plus avancée à cette même date. Comme la prospection, elle a pourtant de lointaines origines puisque la distillation des schistes bitumineux au Brésil remonte au xixe siècle. Deux expériences sont connues : l’une sur les rives du Rio Maraú dans l’Etat de Bahia, l’autre à Taubaté, dans celui de Sâo Paulo.

  • 35 Alpheu Diniz (O Petroleo no Brasil, op. cit., p. 56) cite la liste suivante des concessions :
  • 36 Notons que les prix de la brasilina (ou brasolina ?) que cite A. Diniz comme inférieurs de 30 % à c (...)
  • 37 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 230. Notons une différence de 10 ans entre cet (...)

31En ce qui concerne le premier, les décrets autorisant à exploiter industriellement les schistes s’échelonnent de 1838 à 186935, mais ce n’est qu’en 1877 qu’est fondée la « John Grant and Company » qui construit une usine fabriquant des huiles d’éclairage, de la parafine, de l’acide sulfurique, des bougies et du savon. Cette société, devenue en 1891 la Companhia Internacional de Maraú, semble avoir prospéré pendant quelques années, notamment par ses ventes dans tout l’Etat de Bahia d’une huile à lampe extraite des tourbes dites « marahuitos ». Elle ne put cependant résister à la concurrence des produits importés et disparut en 189336. L’autre expérience, qui eut le même destin, se situa à Taubaté, dans l’Etat de Sâo Paulo, où une usine de distillation des schistes fut installée en 1881. Après avoir d’abord produit du gaz d’éclairage, elle en vint à fabriquer de l’essence, du kérosène, des huiles lubrifiantes, de la graisse et de la parafine37.

  • 38 Cf. loi no 275 du 4 juillet 1895.
  • 39 Cf. Ipiranga comemorou vinte e cinco anos de luta, Petroleo, no 15, septembre 1962.

32Après ces échecs, aucune tentative, à notre connaissance, n’a lieu avant les années 30, bien que dès 1895, le Gouvernement ait prévu l’exemption de tout droit de douane sur le matériel qui serait importé pour construire une raffinerie dans l’Etat de Rio de Janeiro38. En 1933 enfin, un groupe d’industriels brésiliens et argentins crée la Destilaria Riograndense de Petroleo S.A. qui installe à Uruguiana, à l’extrême Sud-Ouest du Rio Grande do Sul, une petite raffinerie de 250 barils/jour destinée à distiller du pétrole de l’Equateur acheminé par l’Argentine39. Quelques années plus tard, en 1939, un autre groupe d’industriels brésiliens et uruguayens cette fois, décide d’implanter, toujours dans le Rio Grande do Sul, une raffinerie plus importante, d’environ 1 500 barils/jour. Après accord avec le premier groupe qui entre-temps a subi des difficultés (interdiction de transit à travers l’Argentine), l’unité est installée près du port de Rio Grande, sous le couvert de la Ipiranga S.A. (Cia Brasileira de Petroleo). A Sâo Paulo, enfin, le groupe Matarazzo fonde les Industrias Matarazzo de Energia S.A. qui construisent une unité de 900 barils/jour. On ne connaît pas exactement l’évolution de leurs productions, mais si l’on utilise les importations de pétrole brut comme critère, on voit qu’elles passent de 2 400 t en 1935 à 42 300 t en 1939, date à laquelle elles représentent de 3 à 4 % de la consommation nationale d’hydrocarbures.

  • 40 Ce problème sera examiné de façon plus précise au cours du chapitre VI avec l’étude des réserves.
  • 41 Cf. Lourival Coutinho e Joel Silvera, O Petroleo..., op. cit.
  • 42 Son coefficient d’intensité capitalistique, bien qu’inférieur à celui des industries électriques et (...)

33Sans doute la plus grande partie des bassins sédimentaires du Brésil présente-t-elle des difficultés d’accès plus grandes que celles rencontrées au Venezuela ou en Argentine40. On ne saurait cependant y voir la cause principale de la très longue gestation d’une industrie pétrolière nationale. Les nationalistes brésiliens qui, durant toute cette période, ont dénoncé l’intervention des grandes sociétés étrangères ne s’y sont pas trompés, encore qu’il ne soit pas nécessaire de prêter à ces dernières d’aussi tortueuses méthodes que celles qu’ils nous décrivent41. La réalité est beaucoup plus simple. Même si elle l’était moins que de nos jours, l’industrie pétrolière a été dès son origine une industrie très capitalistique42.

  • 43 L’expérience de plusieurs pays pourrait être citée. Reportons-nous particulièrement à celle de l’It (...)
  • 44 Remarque qui ne diminue en rien les mérites de tous les grands géologues brésiliens, mais marque la (...)

34C’est vrai à tous les niveaux, y compris à celui de la recherche, et, dans ce dernier domaine, on ne doit pas se laisser tromper par quelques expériences nord-américaines trop souvent interprétées comme des découvertes faciles et rapides. Si l’on se tourne vers des situations proches de la réalité brésilienne, on observe que plusieurs décennies de recherches semi-artisanales demeurèrent négatives, alors même que les terrains prospectés devaient se révéler riches en hydrocarbures le jour où une puissante société dotée de moyens modernes put intervenir43. Nous avons vu dans quelles conditions fut conduite la recherche pétrolière au Brésil : non seulement le nombre de sondages effectués jusqu’en 1940 reste dérisoire dans un pays où les bassins sédimentaires couvrent plus de 3 millions de km2, mais ils sont le plus souvent entrepris sans matériel suffisant et en l’absence de toute reconnaissance géologique approfondie44. Pas plus les sociétés privées que les services officiels ne disposent en effet des capitaux, de l’équipement et du personnel nécessaires pour affronter avec des chances de succès élevées les aléas d’une telle entreprise.

35Dès lors il suffisait aux grandes sociétés internationales qui dominent l’industrie mondiale du pétrole de s’abstenir pour assurer le maintien de leur monopole de fait sur l’approvisionnement pétrolier du Brésil. Il est clair en effet qu’elles n’avaient aucun intérêt dans le développement d’une production et d’un raffinage national au cours d’une période caractérisée par la menace constante d’une crise de surproduction.

  • 45 De nombreux ouvrages traitent de la stratégie des grandes firmes pétrolières, renvoyons plus partic (...)

36Jusqu’en 1920 le marché international est dominé par la Standard Oil qui ne cherche pas à prospecter les territoires étrangers et préfère écouler les produits du raffinage nord-américain, pétrole lampant et huiles lubrifiantes d’abord, mazout et essence à partir du premier conflit mondial. Les rapides progrès de la motorisation et la politique expansionniste de la Shell et de l’Anglo-Iranian au cours des années 20 forcent les sociétés nord-américaines à rechercher hors du territoire national de nouvelles réserves pétrolières : le Venezuela, dont le gisement de Maracaībo vient d’être découvert (1922), prend le relais du Mexique et suffit largement à alimenter la consommation sud-américaine encore très limitée. Standard of New-Jersey, Shell, Atlantic, Gulf et Texas, qui ont implanté au Brésil leurs réseaux de distribution, l’utilisent pour écouler une production qui menace de jour en jour de devenir excédentaire et le sera véritablement lorsque la crise industrielle et la découverte des gisements du Texas Oriental coïncideront en 193045.

  • 46 Ces accords passés entre les sociétés internationales cartellisent de facto le marché mondial en in (...)
  • 47 Non par nature mais par déficience de nos méthodes d’analyse.

37La situation internationale ne se modifie pas fondamentalement par la suite, et l’entrée du Moyen-Orient parmi les pays producteurs ne peut qu’inciter les sociétés pétrolières à la plus grande prudence et au respect des accords de 192846. Dans un tel contexte on comprend aisément que ni la Standard Oil, ni la Shell, pour ne retenir que les plus grandes, n’aient été tentées par la prospection systématique du sous-sol brésilien et la mise en place d’une nouvelle capacité de raffinage. Compte tenu de leur aire d’intervention depuis les champs producteurs jusqu’aux réseaux de distribution, répartis les uns et les autres sur tous les continents, les sociétés internationales ne réalisent en effet de nouveaux investissements qu’autant qu’ils contribuent à l’augmentation des profits d’ensemble. Notons bien qu’un tel calcul n’est pas forcément conduit sur courte période : dans le cadre d’une stratégie défensive, la société internationale peut fort bien accepter une prospection non rentable à court terme, mais préservant ses positions futures dans telle ou telle partie du monde. Comment se présente à elles la situation brésilienne avant 1940 ? Malgré de rapides progrès, la consommation reste minime, comparée à celle des pays d’Europe ou d’Amérique du Nord. Par ailleurs, elle est facilement satisfaite à partir des raffineries installées dans les Caraïbes ou, éventuellement, du brut venezuelien dont la production est en plein essor. Dès lors, tout investissement, soit pour l’extraction de brut, soit pour son raffinage au Brésil ne ferait qu’entraîner des frais d’installation inutiles et des coûts de production supérieurs, dans un premier temps tout au moins, à ceux qu’elle supporte déjà, pour l’approvisionnement du marché brésilien, et tout cela sans incidence sensible sur les recettes. Valable pour la société internationale qui apprécie la rentabilité d’un investissement dans le cadre d’une stratégie intercontinentale, ce raisonnement ne l’est évidemment pas pour un pays donné. Qu’elle soit ou ne soit pas compétitive avec les produits importés, une production nationale assure à ce dernier un certain nombre d’avantages qui ne sont pas toujours comptabilisables47, mais qui n’en sont pas moins certains et qui se nomment : économie de devises, sécurité d’approvisionnement, effets d’entraînement possibles sur l’environnement. En l’absence de tout investissement de la part des sociétés étrangères, le Brésil ne pouvait donc compter que sur lui-même pour assurer le développement d’une industrie pétrolière, et c’est ce qu’il fera à l’issue de la période que nous étudions. Il ne semble cependant pas inutile de réfléchir sur les raisons de ses échecs antérieurs.

  • 48 Cf. les décrets mentionnés à propos du charbon, car la législation douanière leur est généralement (...)
  • 49 Ce qui peut ne plus être vrai dans quelques années, lorsque les recherches entreprises dans de nomb (...)
  • 50 C’est ce qu’il advint après le demi-échec des petites raffineries privées et les obstacles auxquels (...)

38En matière de raffinage, nous avons noté l’impossible compétition au début du siècle entre le produit des petites unités de distillation des schistes et les raffineries nord-américaines. L’absence de toute protection douanière48 ne suffit probablement pas à l’expliquer ; son instauration eût sans doute pu retarder leur disparition mais n’aurait pas assuré leur survie, compte tenu des différences de productivité considérables dans l’obtention des dérivés pétroliers entre la distillation des schistes et le raffinage du pétrole brut49. En l’absence de production nationale de brut, force eût donc été de recourir à un approvisionnement étranger dont on sait à quel point il est dominé par les sociétés internationales qui s’opposent précisément à la création de raffineries indépendantes. Dans une telle conjoncture, aucun groupe privé brésilien n’est suffisamment fort pour soutenir un conflit de quelque importance, et la seule issue réside dans l’étatisation de la branche, les pouvoirs publics liant désormais leur sort à celui du développement pétrolier50. On conçoit qu’une mesure de ce type implique une rupture profonde avec toutes les traditions libérales jusque-là en honneur dans une économie étroitement liée à l’industrie des pays capitalistes étrangers et qu'elle suppose déjà une altération des structures traditionnelles.

  • 51 Nous faisons référence au gaz de Lacq dans le premier cas et à celui de la vallée du Pô dans le sec (...)

39La mise en œuvre d’une politique indépendante de recherche pétrolière soulève des difficultés plus grandes encore. N’implique-t-elle pas, en effet, la disposition d’un matériel coûteux et techniquement très élaboré qu’une économie non industrialisée ne peut produire ? Ne fait-elle pas appel à des techniciens qualifiés dont un pays comme le Brésil ne dispose pas en nombre suffisant au cours de la période étudiée ? N’exige-t-elle pas enfin, dans l’hypothèse où elle ne relève pas directement des pouvoirs publics, une structure capitaliste suffisamment développée, c’est-à-dire comprenant des firmes d’une taille telle qu’elles puissent faire face avec quelque efficacité aux aléas de la recherche ? On ne peut à cet égard qu’être frappé par l’expérience de pays européens tels la France et l’Italie qui, malgré un niveau d’industrialisation plus élevé que celui du Brésil à la même époque, n’obtinrent aucun résultat et durent attendre l’issue du second conflit mondial ou même plus tard pour exploiter leurs propres hydrocarbures51. Comme pour le raffinage, la solution de l’entreprise publique paraissait donc la seule, mais nous avons déjà indiqué qu’une telle mesure n’est pas indépendante de l’évolution générale des structures de l’économie brésilienne. Ce n’est donc qu’en analysant leur évolution que l’on peut fournir une explication plus complète à l’impossibilité dans laquelle s’est trouvé le Brésil de bâtir une industrie pétrolière avant 1940.

Section 3. — L’Électricité

  • 52 Ce point sera étudié en détail au cours du chapitre VI.

40L’industrie de l’électricité constituerait-elle une exception dans l’évolution générale de la production énergétique brésilienne ? En 1940, plus d’un million de kW ont été installés, parmi lesquels des groupes de 40 000 kW réunis dans des centrales que l’on peut considérer parmi les plus modernes de cette époque. Très riche en ressources hydrauliques52, le Brésil aurait-il réussi à industrialiser cette branche d’activité, prouvant ainsi que ce sont bien les disponibilités naturelles qui conditionnent entièrement l’industrialisation d’une économie ? En examinant de plus près le problème, il s’avère qu’il n’en est rien : certes la production d’électricité a crû plus rapidement que celle du charbon et, à fortiori, du pétrole, mais elle ne s’est pas industrialisée et seules les caractéristiques techniques de son transport et de son stockage expliquent que la domination de l’industrie étrangère y ait revêtu une forme spécifique.

  • 53 Les premières manifestations de l’électricité semblent être les suivantes : installation de 6 lampe (...)

41L’électricité apparaît très tôt au Brésil et son succès y est rapide : moins de 4 années séparent les premières utilisations effectuées à titre expérimental des premières centrales électriques53.

  • 54 Cf. Carlos Berenhauser Junior e Natercio Pereira, Balanço dos serviços de electricidade no Brasil, (...)
  • 55 Cf. Ha quase un seculo, hidreletrica de Juiz de Fora iniciou era da electricidade na America Latina (...)

42Parmi celles-ci figurent, dès 1883, une installation thermique de 52 kW destinée à l’éclairage de la ville de Campos, dans l’Etat de Rio de Janeiro, et une usine hydroélectrique construite sur le Ribeirâo do Inferno dans la commune de Diamantina (Minas Gerais)54. L’hydroélectricité ne s’affirme néanmoins définitivement qu’avec l’inauguration, le 22 août 1889, de la centrale de Juiz de Fora, encore dans le Minas Gerais : composée de deux groupes de 125 kW chacun, elle a été installée sur le rio Paraibuna par un industriel brésilien, Bernardo Mascarenhas, pour actionner son usine de tissage55. Ce succès n’enlève pas toutes ses chances à la production thermique, car ce sont des villes, le plus souvent éloignées d’un petit cours d’eau aisément aménageable, qui appellent l’électricité : en 1887, la Companhia Fiat Lux installe une centrale thermique de 160 kW à Porto Alegre (Rio Grande do Sul) ; à l’autre extrémité du pays, Cuzeiro do Sul (Acre), Manaus (Amazone) et Belem (Para) s’électrifient dans les premières années du xxe siècle. C’est à cette époque que la croissance atteint son taux le plus élevé (29,5 % par an en moyenne) en s’appuyant de plus en plus sur la production hydroélectrique dont l’importance relative s’élève de 46 % en 1900 à 86 % en 1910.

  • 56 Source : Lucas Lopes, Panorama da electrificaçâo en Minas Gerais, Plano de Electrificaçâo..., op. c (...)

Tableau No 15. — Croissance de la puissance installée de 1883 à 1940 (en kW)56.

Thermique

Hydraulique

Total

Part de l’hydraulique (en %)

1883

52

52

1889

3 143

1 475

4 018

31

1900

6 585

5 600

12 185

46

1910

21 996

137 864

159 860

86

1920

77 825

279 378

357 203

80

1930

128 625

618 476

747 101

82

1940

182 318

924 199

1 106 517

83

Graphique no°3 _ EVOLUTION DE LA PUISSANCE INSTALLE ELECTRIQUE (en 106 kw)

Graphique no°3 _ EVOLUTION DE LA PUISSANCE INSTALLE ELECTRIQUE (en 106 kw)
  • 57 Cet amortissement de la tendance se poursuit jusqu’à la fin du second conflit mondial (1,6 % de 194 (...)
  • 58 Alors que l’allure exponentielle se vérifie, pour des périodes similaires, dans la plupart des pays (...)

43Dès lors, la croissance se poursuit mais à des taux sans cesse décroissants jusqu’à la fin de la période : 8,4 % de 1910 à 1920, 7,6 % de 1920 à 1930, 4 % de 1930 à 194057. L’essor pris au cours de la première décennie du xxe siècle tourne court et, loin de s’accélérer, le processus d’électrification s’amortit58. On ne peut comprendre un tel phénomène qu’en se référant à la structure de l’industrie électrique au cours de la période.

44Son caractère dualiste est le premier trait qui s’impose. Nous n’avons pas affaire à une industrie électrique relativement homogène, mais à une juxtaposition, parfois une superposition, de deux industries, aux poids similaires par le nombre de kW installés mais aux structures et aux caractéristiques radicalement opposées. Héritier des premières centrales hydroélectriques du Minas Gerais, le premier groupe réunit trois types au moins d’unités de production : les petites centrales hydrauliques ou thermiques desservant un municipe, les installations autoproductrices des industries, et celles plus petites encore qui alimentent les locaux d’habitation d’une exploitation agricole. Sans attacher à l’expression la moindre valeur péjorative nous pouvons parler d’un secteur archaïque, parce que fractionné en une multitude de petites installations, disséminées sur tout le territoire, peu efficientes et sans aucun lien entre elles. A l’opposé, un bloc homogène de deux grandes sociétés relevant d’un même groupe capitaliste étranger installe dans une zone géographique bien limitée, mais de très loin la plus peuplée, la plus riche et la plus dynamique, un système moderne de grandes centrales, prolongé par un dense réseau de transport et de distribution. Il est clair qu’entre les deux, les conditions de croissance ne pouvaient être identiques et que le second prendrait rapidement l’avantage sur le premier ainsi que l’indique le tableau suivant.

45Etudions-les successivement.

  • 59 Pour plus de détails sur l’histoire de la « Light », on peut voir :
    - The Sâo Paulo Tramway Light an (...)
  • 60 Cf. Mario Savelli, Energia electrica e desenvolvimento industrial no Brasil, Electricidade, Julho-S (...)

46L’implantation du groupe « Ligth » dans l’Etat de Sâo Paulo puis dans celui de Rio de Janeiro date des toutes dernières années du xixe siècle. C’est en 1897, en effet, que deux Brésiliens avaient obtenu la concession des services de transport par moyens électriques dans la ville de Sâo Paulo alors en pleine expansion. Ne parvenant pas à réunir sur place les capitaux nécessaires à l’exécution de ce projet, ils firent appel à des hommes d’affaires canadiens qui fondèrent, deux ans plus tard, la « Sâo Paulo Railway, ligth and power Co59 ». Dès 1898, la concession initiale s’étend à la distribution d’électricité dans toute la ville et ses faubourgs. L’alimentation, commencée au moyen d’une petite installation thermique de 550 kW, est complétée l’année suivante par une centrale de 3 270 kW installée à Parnaïba sur le Rio Tiété. Dès lors la croissance industrielle de Sâo Paulo et le développement de la « Light » ne se dissocient plus60.

Tableau No 16. — Croissance comparée des deux secteurs de l’industrie électrique brésilienne.

Tableau No 16. — Croissance comparée des deux secteurs de l’industrie électrique brésilienne.
  • 61 A l’exclusion des installations rurales.

Note 5961

  • 62 Bien qu’il ne nous appartienne pas, dans cette étude, de décrire techniquement les ouvrages, indiqu (...)

47Parallèlement une société sœur, la « Rio Light », électrifie la ville de Rio de Janeiro en utilisant la dénivellation entre le cours du Pirai et la côte : 24 000 kW sont installés à Fontes en 1908, puis 25 000 en 191362. La croissance du groupe jusqu’en 1940 est reproduite dans le tableau suivant.

Tableau No 17. — Evolution de la puissance installée par le groupe « Light » (en kW).

Tableau No 17. — Evolution de la puissance installée par le groupe « Light » (en kW).
  • 63 En l’absence d’une comptabilité nationale se reportant à une période aussi ancienne, on ne peut la (...)
  • 64 On ne dispose malheureusement pas de statistiques de production et de consommation, mais l’on sait (...)
  • 65 Nous n’avons pas fait figurer le groupe « Empresas » dans le secteur moderne du tableau no 4 parce (...)

48Parmi les facteurs qui sont à l’origine de cette croissance, la très rapide urbanisation de la région et son enrichissement ne sont certainement pas les moindres. Lorsque le groupe s’installe au début du siècle, Rio de Janeiro compte presque 700 000 habitants et Sâo Paulo 240 000 ; en quarante ans la première passe à 1 764 141 habitants et la seconde à 1 326 019, sans compter les faubourgs et bourgades environnantes englobées dans chaque concession. Si l’on ajoute que dès le départ les deux grandes villes du Sud monopolisaient, pour des raisons économiques et politiques, une fraction déjà très élevée du revenu national63, on conçoit l’intérêt d’une telle localisation. Dès lors, un processus cumulatif s’amorce : entraîné par une demande croissante64 et appuyé sur une large assise technique et financière de caractère international, le groupe se trouve à même d’acquérir des unités de plus en plus grandes qu’il concentre en un nombre réduit de centrales. Les prix relativement bas de l’électricité, par rapport à ceux pratiqués dans les autres régions, joints aux économies externes que procure la ville de Sâo Paulo par son infrastructure générale et sa concentration démographique, favorisent les implantations industrielles qui, à leur tour, élèvent la demande d’électricité. La rentabilité des capitaux ainsi investis ne doit pas être négligeable puisqu’en 1928 un second groupe étranger intervient : filiales de l’« American and Foreign Power Company », les « Empresas Electricas Brasileiras » achètent un certain nombre de petites usines desservant les zones urbaines les plus peuplées depuis l’Etat de Pernambuco jusqu’à celui de Rio Grande do Sul. Parmi les nouvelles sociétés créées, la Cia Paulista de Força e Luz et la Cia Brasileira de Energia Electrica renforcent le potentiel productif des deux zones déjà desservies par le groupe « Light ». A la veille du second conflit mondial, les deux sociétés étrangères détiennent ainsi 70 % de la capacité installée totale65.

49Les renseignements relatifs à l’autre partie de l’industrie électrique brésilienne sont moins nombreux. Nous avons vu (tableau no 4) qu’elle avait crû dans son ensemble bien moins rapidement que les groupes étrangers, mais nous ne savons que peu de choses sur sa structure exacte.

  • 66 A partir des recensements industriels de 1920 à 1940. Cf. IBGE, Censo Industrial..., op. cit., p. 1 (...)
  • 67 Cf. Lucas Lopes, Panorama de electrificacâo..., op. cit., p. 4.

50L’autoproduction industrielle n’a jamais été très importante et peut être évaluée à 14 720 kW en 1920 et 78 018 kW en 1940, soit respectivement 6 et 8 % de la capacité installée totale66. Le potentiel productif que constituent les petits groupes thermiques ou hydrauliques à usage rural n’est pas pris en considération dans les statistiques. Nous savons seulement qu’à l’issue du second conflit mondial, le Minas Gerais compte 3 389 de ces unités totalisant 11 551 kW, soit une puissance unitaire de 3 kW chacune environ67. Que représentent-elles pour l’ensemble du pays ? Peut-être 50 à 100 000 kW, soit dans la meilleure des hypothèses 9 % de la puissance installée totale. Restent les petites sociétés de distribution publique dont nous retraçons l’évolution et les principales caractéristiques dans le tableau suivant.

Tableau No 18. — Evolution du nombre d’usines, de sociétés de distribution et de localités desservies de 1883 à 1940.

Usines

Sociétés

Localités desservies

1883

1

1

1

1889

3

3

3

1900

11

11

17

1910

88

88

119

1920

343

306

431

1930

891

791

1 536

1940

1 499

1 312

2 205

51On observe que jusqu’en 1910 aucune société ne dispose de plus d’une usine ; si par la suite la moyenne s’élève très légèrement, 1,12 en 1920 et 1,14 en 1940, elle ne saurait être tenue pour significative, car elle traduit principalement l’extension des grands groupes capitalistes dont nous n’avons pu déduire l’impact. Une remarque similaire peut être faite à propos de l’évolution du nombre de cités desservies par les sociétés ; de toute façon le coefficient de 1,4 atteint en 1940 est suffisamment significatif. Aire de desserte limitée, absence de tout transport d’électricité et de toute concentration technique : telles paraissent être les principales caractéristiques de ce secteur. Mais il y a plus grave encore. Si l’on examine l’évolution de la dimension moyenne des unités de production, après avoir évidemment soustrait la puissance installée et les centrales du groupe « Light », on constate que cette dimension a régulièrement décru depuis 1889 pour le thermique et 1910 pour l’hydraulique.

Tableau No 19. — Evolution de la puissance installée moyenne par centrale (en kW).

Thermique

Hydraulique

1883

52

1889

1 571

1 475

1900

1 200

1 120

1910

800

1 900

1920

550

876

1930

370

580

1940

240

530

  • 68 Le problème a été particulièrement étudié par l’ONU : dans l’un de ses documents il cite les résult (...)
  • 69 Nous pensons à la côte Nordestine, au Sud de Minas, aux parties de l’Etat de Sâo Paulo non encore i (...)

52Ainsi, alors que cette même moyenne, pour l’hydraulique, passe de 13 600 en 1910 à 76 600 kW en 1940 pour le groupe « Light », elle diminue de plus de 2/3 dans le reste du pays. Dans le cas du thermique, la régression s’avère plus nette encore. Bien entendu le phénomène s’explique : au fur et à mesure que progresse l’électrification, les centrales sont conçues pour des cités de moins en moins importantes et par là revêtent de plus petites dimensions. Existe-t-il une autre solution dans les zones à très faible densité de peuplement68 ? Probablement pas, et nous savons que c’est le cas pour une large fraction du territoire brésilien. Pour les autres cependant, et elles restent importantes69, il est probable que dès cette époque des solutions plus efficientes eussent été applicables dans un contexte institutionnel différent. Sur le seul exemple de Minas Gerais, il est facile de voir qu’une structure aussi archaïque que celle reproduite dans le tableau suivant pouvait être transformée, et elle le sera d’ailleurs au cours des décennies suivantes.

  • 70 Cf. Lucas Lopes, Panorama..., op. cit., p. 3. Il s’agit des 439 usines électriques du Minas compren (...)

Tableau No 20. — Structure de la puissance installée dans le Minas Gerais à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale70.

Tranches

Nombre

Pourcentage

1 à 100 kW

262

60

101 à 500 kW

107

25

501 à 1 000 kW

27

6

1 001 à 2 000 kW

15

3

2 001 à 5 000 kW

24

5

Plus de 5 000 kW

4

1

Total

439

100

  • 71 Encore qu’un tel travail ne soit pas impossible si l’on disposait suffisamment d’informations préci (...)
  • 72 D’autant plus qu’à partir de 1930 les devises se raréfient et que les petites entreprises n’ont pas (...)

53Sans pouvoir la chiffrer de façon rigoureuse71, on imagine la déperdition qu’entraîne pour l’économie nationale une telle structure : déforestation ou sortie de devises dans le cas du thermique, interruption de travail due à l’irrégularité des fournitures dans celui de l’hydraulique, faible incitation à substituer une électricité trop chère à des sources moins efficientes encore, dans les deux cas. Par ailleurs on conçoit aussi qu’en l’absence de toute aide publique, financière et technique, les multiples petites sociétés de distribution ne puissent guère entreprendre de grands travaux. Entreprises communales ou petites firmes privées locales, elles manquent de capitaux et de techniciens, se débattent sans cesse avec des difficultés de trésorerie et doivent souvent réaliser des prouesses pour parvenir à importer la pièce de rechange qui leur fait défaut et immobilise leurs installations plusieurs semaines72. Des groupes privés brésiliens de quelque importance, et il en existe, auraient-ils pu réaliser l’industrialisation du secteur ? Probablement pas, car l’on sait que dès cette époque l’industrie électrique (surtout hydroélectrique) se caractérise par un haut coefficient d’intensité capitalistique peu compétitif avec les opportunités d’investir qu’offrent les autres branches d’industries. Le tableau ci-dessous l’indique bien, même s’il se rapporte à une période postérieure.

  • 73 Cf. Lucas Lopes, Política de Electrificaçâo..., op. cit., vol. 3, p. 53.

Tableau No 21. — Comparaison des coefficients de capital dans diverses branches d’industries et dans quelques compagnies électriques en 194873.

Alimentation

0,40

Cia Brasileira de Energia Electrica.

5,42

Métallurgie

0,34

Cia Forca e Luz de Minas Gerais

3,38

Chimie-pharmacie

0,75

Cia Sul Mineira de Electricidade

5,90

Texile

0,77

Cia Paulista de Força e Luz

7,00

Verre et céramique

0,79

Cia Mineira de Electricidade

2,62

  • 74 Ce qui pourrait s’expliquer par le poids très rapidement croissant des charges de transport et de d (...)
  • 75 Cf. Carlos Berenhauser Junior e Natercio Pereira, Balanco..., op. cit. Ce problème sera d’ailleurs (...)

54Ce même facteur ne serait-il pas aussi à l’origine de la diminution du taux de croissance dans les investissements des grandes sociétés et du groupe Light en particulier ? Certes, divers autres facteurs liés aux conjonctures internationale et intérieure ont pu jouer à partir de 1930, mais le taux diminue depuis 1910. Cela signifierait-il que dès le premier conflit mondial la rentabilité financière des capitaux investis dans l’électricité soit entrée dans une zone de rendement décroissant, sinon en termes absolus, du moins en termes relatifs74 ? Il faudrait d’autres informations que celles dont nous disposons pour le prouver, mais s’il en était ainsi ce ne ferait que confirmer l’incapacité dans laquelle se sont trouvées les firmes capitalistes d’industrialiser le secteur de l’électricité en dehors des quelques zones à haute rentabilité. Le déséquilibre spatial qui en résulte ne saurait nous étonner : Rio de Janeiro, Guanabara et Sâo Paulo détiennent en 1940 76 % de la puissance installée. Bien plus, les distorsions se sont accrues depuis 1930 puisqu’à cette date la part des trois Etats n’était que de 70 %75.

55Ainsi, au moment où éclate le second conflit mondial, l’économie brésilienne ne s’appuie pas sur un secteur énergétique développé et dynamique mais demeure tributaire d’un approvisionnement, soit étranger, soit archaïque. Sans doute avons-nous recensé au niveau de chacune des branches des obstacles susceptibles d’expliquer partiellement cette situation, mais il est clair qu’ils n’y suffisent pas et sont eux-mêmes liés à d’autres causes plus générales tenant aux structures mêmes de l’économie brésilienne à cette époque. Tel est le problème qu’il convient alors d’éclairer.

Notes

1 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos minerais do Brasil, Rio de Janeiro, 1962, vol. 2 (696 p.), p. 52 et suivantes.

2 Nous ne citons que pour mémoire, sur la carte no 1 ci-jointe, le petit gisement de Tatui, dans l’Etat de Sâo Paulo, qui fut exploité épisodiquement et produisit un maximum de 30 000 t en 1943.

3 Cf. Aníbal Alves Bastos, Posicâo do carvâo nacional no panorama brasiléiro, in Geologia e Metalurgia, 1960, no 21, p. 93 à 155.

4 Soit, à titre d’exemple, les caractéristiques des houilles du puits no 1, dans le bassin d’Arroio dos Ratos (Sâo Jeronimo) d’où provient la quasitotalité de la production riograndense avant le second conflit mondial : humidité (8,6 %), matières volatiles (26,0 %), carbone fixe (35,4 %), cendre (30 %), soufre (0,7 %), pouvoir calorifique (4 524 kcal/kg), grains de 0,2 mm. Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. oit., p. 79.

5 Les caractéristiques de la houille la plus représentative (Rio do Peixe) sont les suivantes : humidité (3 à 4 %), matières volatiles (22 à 24 %), cendres (25 à 30 %), soufre (5 à 10 %), pouvoir calorifique (4 500 à 5 500 kcal/kg). Il présente des propriétés agglomérantes mais sa teneur en soufre ne permet pas de cokéfaction. Cf. Silvio Froes Abreu, Os Recursos.., op. cit., p. 112-113.

6 Soit, en moyenne, les caractéristiques suivantes : humidité (3,3 %), matières volatiles (24,1 %), carbone fixe (42,8 %), cendres (29,4 %), soufre (de 2 à 8 %), pouvoir calorifique (de 5 000 à 5 800 kcal-kg).

7 Source : Anibal Alves Bastos, Posicâo do carvâo nacional no panorama económico brasileiro, Geologia e metalurgia no 21, 1960, p. 109.
Les chiffres cités pour la période antérieure à 1924 sont des estimations grossières effectuées à partir d’un graphique de Sylvio Froes Abreu in Recursos..., op. cit., p. 59.

8 Toute cette partie historique est empruntée à Sylvio Froes Abreu.., Os recursos..., op cit., p. 72 et sq.

9 Tous les textes législatifs que nous citons dans ce paragraphe sont empruntés à : Sindicato Nacional da Industria de extraçâo do carvão, A Legislação sôbre o carvão nacional, 1961 (198 p.).

10 Loi no 957 de 1902, décret no 4803 de 1903, loi no 1316 de 1904, décret no 5439 de 1905 et no 5916 de 1906.

11 Loi no 957 de 1902, no 1617 de 1906, no 1841 de 1907, no 2050 de 1908, no 4632 de 1923, no 4793 de 1924.

12 Loi no 275 de 1895, no 3213 de 1906, no 3446 de 1917, no 3644 de 1918, no 4440 de 1921, no 4625 de 1922, no 4910 de 1925.

13 Loi no 3089 de 1916, no 3232 de 1917, no 3454 de 1918, no 4440 de 1921, no 4632 de 1923, no 4793 de 1924.

14 Comparons, à titre d’exemple, les caractéristiques physiques des charbons de Cardiff et d’un charbon brésilien moyen (après lavage) :

Image 100000000000027400000056CAAD3EFD.jpg

15 Cf. chap. III au cours duquel l’ensemble de ce problème est analysé.

16 Loi no 2210 de 1909 : exemption totale pour le charbon destiné à la navigation ; Loi no 2424 de 1911 : exemption totale pour le charbon destiné à la navigation et aux chemins de fer ; Loi no 2719 de 1912 : exemption totale pour le charbon destiné à la navigation, aux chemins de fer et aux usages vapeur de l’industrie (avec taxe de 2 %) ; les autres sont aussi exempts, mais avec taxe de 10 %. Loi no 2919 de 1914, no 3213 de 1916, no 3446 de 1917, no 3644 de 1918.

17 1 conto = 1 000 milreis = 1 000 cruzeiros.

18 Décret no 12440 du 11 avril 1917.

19 Loi no 4081 du 9 janvier 1924, décret no 16552 du 13 août 1924 et loi no 4793 du 7 janvier 1924.

20 Décret no 12943 du 30 mars 1919.

21 Décret no 15209 du 28 décembre 1921.

22 Phénomène que nous analysons plus loin. Cf. ch. III et IV.

23 Froes de Abreu, cité par le député Placido Olympio lors de la discussion au Parlement du projet de plan du charbon (session du 10 octobre 1051). Cf. Plano do Carvâo Nacional, Documentos Parlamentares, XCVIII, 1956 (435 p.), p. 197.

24 Il s’agit du décret no 20089.

25 Décret no 1828 du 21 juillet 1937.

26 En 1939, les deux structures de consommation sont évaluées ainsi :

Image 10000000000002A500000061C04F5B04.jpg

27 Les données chiffrées font défaut pour analyser plus précisément cette structure avant 1939, mais nous verrons (ch. VI) que la situation d’après-guerre permet de penser qu’il en était bien ainsi avant.

28 Cf. Mario da Silva Pinto, Aspectos de problemas energeticos do Brasil, Revista Brasileira de Geographia, oct.-déc. 1955, p. 520.

29 Le premier permis sollicité semble être celui de Thomas Denny Sargent qui reçut en 1864 le droit de rechercher du pétrole dans la région de Bahia. Cf. Lourival Coutinho e Joel Silverra, O Petroleo do Brasil : traïcâo e vitoria, Rio de Janeiro, 1957 (552 p. + Annexe), p. 277. Violemment polémique, cet ouvrage n’a été utilisé qu’avec la plus extrême prudence et seules lui ont été empruntées les informations qui ont pu être recoupées par ailleurs.

30 Cf. carte ci-jointe. Ils s’étendent sur plus de 3 millions de km2, soit 1,2 pour l’Amazone ; 1,2 pour la Parana ; 0,6 pour le Maranhâo, sans compter les petits bassins côtiers.

31 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 222 et sq.

32 Action qui se poursuit en 1917 avec la constitution de la Commission de sondage et recherche de charbon et de pétrole dans la vallée de l’Amazone.

33 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 166.

34 Source : Alpheu Diniz Gonsalves, O Petroleo no Brasil, op. cit., p. 143.

35 Alpheu Diniz (O Petroleo no Brasil, op. cit., p. 56) cite la liste suivante des concessions :

  • Décret no 2266 du 2 octobre 1858 : José de Barros Pimental pour l’exploitation des « bituminous shals » ;

  • Décret no 2267 (même date) : Frederico Hamilton Southereth pour extraire de « l’illumination vetegable turf » ;

  • Décret no 4380 du 30 juin 1869 : Eduardo Pallew Wilson pour exploiter le charbon et les autres minerais de Rio Marau.

36 Notons que les prix de la brasilina (ou brasolina ?) que cite A. Diniz comme inférieurs de 30 % à ceux des produits importés (6 à 7 mil-reis les 40 litres au lieu de 9) sont ceux qui eurent cours après la faillite de la société lorsque furent liquidés ses stocks. Cf. A. Diniz, O Petroleo..., op. cit., p. 57.

37 Cf. Sylvio Froes Abreu, Os recursos..., op. cit., p. 230. Notons une différence de 10 ans entre cet auteur et A. Diniz en ce qui concerne le début de l’exploitation des schistes de Marau (1891 et 1881).

38 Cf. loi no 275 du 4 juillet 1895.

39 Cf. Ipiranga comemorou vinte e cinco anos de luta, Petroleo, no 15, septembre 1962.

40 Ce problème sera examiné de façon plus précise au cours du chapitre VI avec l’étude des réserves.

41 Cf. Lourival Coutinho e Joel Silvera, O Petroleo..., op. cit.

42 Son coefficient d’intensité capitalistique, bien qu’inférieur à celui des industries électriques et charbonnières dans les nations industrialisées d’Europe et d’Amérique du Nord, reste parmi les plus élevés de toute l’industrie. Cf. J.-M. Martin, Investissement énergétique et croissance économique, Grenoble, 1960, thèse ronéotée (391 p.), p. 202.

43 L’expérience de plusieurs pays pourrait être citée. Reportons-nous particulièrement à celle de l’Italie : commencée dès 1860 au moins, la prospection y demeure artisanale et sans grands résultats jusqu’à ce que l’A.G.I.P., créée par l’Etat Italien, en prenne la tête et, après 20 ans d’efforts, parvienne à la découverte des grands gisements de la vallée du Pô. Encore n’est-il pas assuré que l’A.G.I.P. ait fait tout ce qui était en son pouvoir pour doter l’Italie de réserves pétrolières prouvées. Cf. notamment Marcello Boldrini, Problemi economici del metano in Italia, Universale Studium, Roma, 1953 (117 p.), p. 12 et sq.

44 Remarque qui ne diminue en rien les mérites de tous les grands géologues brésiliens, mais marque la disproportion entre l’ampleur de la tâche et les moyens disponibles.

45 De nombreux ouvrages traitent de la stratégie des grandes firmes pétrolières, renvoyons plus particulièrement à :
- Harvey O’Connor, L’empire du pétrole, Le Seuil, Paris, 1952 (252 p.) ;
- Harvey O’Connor, World Crisis in Oil, Great James Street, Londres, 1962 (433 p.) ;
- P.H. Frankel, L’économie pétrolière, structure d’une industrie, Médicis, raris, 1948 (257 p.) ;
- M. Laudrain, Le prix du pétrole brut, structure d’un marché, Genin, Paris, 1958 (338 p.).
- D. Durand, La politique pétrolière internationale, P.U.F., Paris (128 p.).

46 Ces accords passés entre les sociétés internationales cartellisent de facto le marché mondial en interdisant toute installation nouvelle qui ne serait pas indispensable, en fixant sur une même base les prix du brut qu’elle qu’en soit l’origine et en décidant d’alimenter chaque marché à partir du champ producteur le plus proche.

47 Non par nature mais par déficience de nos méthodes d’analyse.

48 Cf. les décrets mentionnés à propos du charbon, car la législation douanière leur est généralement commune.

49 Ce qui peut ne plus être vrai dans quelques années, lorsque les recherches entreprises dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis, seront parvenues à la mise au point de nouveaux procédés de traitement.

50 C’est ce qu’il advint après le demi-échec des petites raffineries privées et les obstacles auxquels s’est heurtée la création de la raffinerie Manquinhos, précisément de la part des exportateurs de brut.

51 Nous faisons référence au gaz de Lacq dans le premier cas et à celui de la vallée du Pô dans le second. Sans doute St-Marcet fut-il découvert en 1939, mais il fallut attendre les années 50 pour voir mettre en œuvre une véritable politique nationale de recherche. En ce qui concerne l’Italie, il n’est pas sans intérêt de noter qu’en s’interrogeant sur le nombre d’entreprises italiennes qui auraient été susceptibles à la fin de la guerre d’exploiter dans des conditions techniques et financières satisfaisantes les gisements de gaz de la vallée du Pô, Marcello Boldrini arrive à la conclusion qu’il n’y en aurait eu que quelques-unes et plus particulièrement les sociétés électriques à capitaux internationaux. Cf. M. Boldrini, Problemi Economici..., op. cit., p. 67-68.

52 Ce point sera étudié en détail au cours du chapitre VI.

53 Les premières manifestations de l’électricité semblent être les suivantes : installation de 6 lampes alimentées par une machine Gramme dans la gare Don Pedro II en 1879 ; alimentation d’une lampe à arc à l’école des mines d’Ouro Preto en 1881. Cf. Armando e Achilles de Oliveira Fernandes, A industria de energia electrica no Brasil, Rio de Janeiro, 1953 (250 p.).

54 Cf. Carlos Berenhauser Junior e Natercio Pereira, Balanço dos serviços de electricidade no Brasil, Conferencia mundial da energia, Rio de Janeiro, 1954, Titulo 1.

55 Cf. Ha quase un seculo, hidreletrica de Juiz de Fora iniciou era da electricidade na America Latina, Revista Brasileira da Energia Electrica, no 1, août 1963, p. 11.

56 Source : Lucas Lopes, Panorama da electrificaçâo en Minas Gerais, Plano de Electrificaçâo..., op. cit., 1950, 4° vol., p. 9.

57 Cet amortissement de la tendance se poursuit jusqu’à la fin du second conflit mondial (1,6 % de 1940 à 1945), mais le contexte a changé et la période est exceptionnelle.

58 Alors que l’allure exponentielle se vérifie, pour des périodes similaires, dans la plupart des pays industrialisés.

59 Pour plus de détails sur l’histoire de la « Light », on peut voir :
- The Sâo Paulo Tramway Light and Power Co Limited, Cinquenta anos de progresso com Sâo Paulo, 1900-1950 ;
- Alexandre Henrique Leal, Expansâo do sistema de distribuiçâo, Clube engenharia, 27-11-1962 ;
- Henry Borden, Os empreendimentos da light na regiâo Rio, Sâo Paulo, 1953.

60 Cf. Mario Savelli, Energia electrica e desenvolvimento industrial no Brasil, Electricidade, Julho-Septembre 1960.

61 A l’exclusion des installations rurales.

62 Bien qu’il ne nous appartienne pas, dans cette étude, de décrire techniquement les ouvrages, indiquons que toutes les grandes unités du groupe Light exploitent, au moyen d’un système complexe de pompage et de retenues, la dénivellation que la serra do mar crée entre les bassins du Rio Paraïba ou du rio Tiêté et la mer ; d’où des centrales de haute chute, dont Cubatâo constitue l’exemple le plus typique.

63 En l’absence d’une comptabilité nationale se reportant à une période aussi ancienne, on ne peut la mesurer ; nous verrons cependant, au cours du chapitre suivant, qu’un certain nombre d’indications convergentes confirme ce point. Parmi les raisons politiques évoquées nous pensons particulièrement au rôle de capitale fédérale joué par Rio de Janeiro.

64 On ne dispose malheureusement pas de statistiques de production et de consommation, mais l’on sait par divers témoignages que la demande a toujours précédé la capacité de production, ce qui a entraîné une élévation continue du facteur d’utilisation (30 % en 1940) et de nombreuses crises de sous-production dont la plus connue est celle de 1925-26 à Sâo Paulo.

65 Nous n’avons pas fait figurer le groupe « Empresas » dans le secteur moderne du tableau no 4 parce que nous ne disposions pas de renseignements suffisamment précis sur les caractéristiques de ses centrales à cette époque. Il est néanmoins probable qu’une partie au moins de son potentiel (190 000 kW environ en 1940) doit bien y figurer.

66 A partir des recensements industriels de 1920 à 1940. Cf. IBGE, Censo Industrial..., op. cit., p. 191.

67 Cf. Lucas Lopes, Panorama de electrificacâo..., op. cit., p. 4.

68 Le problème a été particulièrement étudié par l’ONU : dans l’un de ses documents il cite les résultats auxquels sont parvenus Electricité - Gaz d’Algérie, à savoir qu’un raccord au réseau général ne se justifie qu’à partir d’une consommation de 600 000 kWh/an lorsque la localité n’est pas située à plus de 50 km d’une ligne de transport. Cf. Nations-Unies, Electrification rurale, vol. 1, E/ECF/173, Genève, mars 1954 (177 p.), p. 16.

69 Nous pensons à la côte Nordestine, au Sud de Minas, aux parties de l’Etat de Sâo Paulo non encore intégrées aux grands systèmes en 1940, à une large fraction des trois Etats du Sud.

70 Cf. Lucas Lopes, Panorama..., op. cit., p. 3. Il s’agit des 439 usines électriques du Minas comprenant 360 usines de sociétés de distribution publique et 79 usines privées supérieures à 50 kW. Sont exclues, ainsi que nous l’avons déjà indiqué, les petites installations rurales.

71 Encore qu’un tel travail ne soit pas impossible si l’on disposait suffisamment d’informations précises.

72 D’autant plus qu’à partir de 1930 les devises se raréfient et que les petites entreprises n’ont pas les mêmes facilités pour en obtenir que les groupes internationaux.

73 Cf. Lucas Lopes, Política de Electrificaçâo..., op. cit., vol. 3, p. 53.

74 Ce qui pourrait s’expliquer par le poids très rapidement croissant des charges de transport et de distribution dans le coût du kWh dès que l’on déborde la zone urbaine proprement dite.

75 Cf. Carlos Berenhauser Junior e Natercio Pereira, Balanco..., op. cit. Ce problème sera d’ailleurs repris de façon plus précise dans le chapitre V.

Table des illustrations

Titre Carte no 1 – LOCALISATION DES GISEMENTS DE CHARBON
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte no 2 _ BASSINS SEDIMENTAIRES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique no°3 _ EVOLUTION DE LA PUISSANCE INSTALLE ELECTRIQUE (en 106 kw)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau No 16. — Croissance comparée des deux secteurs de l’industrie électrique brésilienne.
Légende Note 5961
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau No 17. — Evolution de la puissance installée par le groupe « Light » (en kW).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/6471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540