Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Première partie. Sous-développement énergétique et retard de l’industrialisation

Sous-développement énergétique et retard de l’industrialisation

Texte intégral

  • 1 Cf. Silvio Froes Abreu, Os recursos minerais do Brasil, Rio de Janeiro, 1962, tome 2 (696 p.), p.  (...)

1Jusqu’à la fin du second conflit mondial, « le Brésil vit une étape de la civilisation du bois1 ». L’introduction du charbon minéral étranger puis national, la croissance des importations de dérivés pétroliers et l’implantation de grandes sociétés électriques à capitaux étrangers n’altèrent pas sensiblement ce contexte. On conçoit qu’une telle situation n’ait guère favorisé l’implantation de ces industries de base, grosses consommatrices de charbon, de fuel et d’électricité, autour desquelles peut s’amorcer un processus d’industrialisation. Il ne semble cependant pas que l’on puisse en déduire une relation de cause à effet. Pour qu’il en aille ainsi, il faudrait en effet observer :

  1. qu’une modification de la structure de la consommation par de nouveaux approvisionnements internes ou externes n’était pas possible ;
  2. que des industries de base étaient prêtes à s’installer, mais ont dû y renoncer faute d’énergie.

2Sans prétendre apporter une réponse totalement satisfaisante, nous essayons de montrer que ni l’une ni l’autre de ces conditions n’étaient remplies.

3Au niveau de la consommation tout d’abord (Chapitre I), les principales limites à la transformation rapide de sa structure paraissent moins venir de l’approvisionnement que des utilisateurs, les ménages urbains et les transports, directement ou indirectement liés à l’agriculture d’exportation. Dès lors, la croissance de la consommation se heurte aux limites mêmes d’une économie basée sur l’agriculture tropicale : à moyen terme, la faible élasticité de la demande internationale ; à long terme, la sclérose d’un système productif qui ne s’industrialise pas.

  • 2 Concurrencer est mis entre guillemets pour que l’on ne soit pas tenté de faire un rapprochement av (...)

4Les obstacles au développement de la production énergétique nationale (Chapitre II) ne sont pas d’une nature très différente. En l’absence, non seulement d’une demande en croissance rapide, mais de moyens de transport, de machines, de parcs de stockage... la prospection et la production énergétique demeurent embryonnaires, à l’exception des quelques îlots liés à l’industrie étrangère, donc accouplés à des économies industrialisées. Ce sous-développement se répercute évidemment sur la structure de la consommation, en ce sens que les formes modernes d’énergie ne parviennent pas à « concurrencer » les produits végétaux2.

5Toute explication, tant du caractère archaïque de la structure de la consommation que de l’absence d’un véritable secteur énergétique, doit donc être recherchée au niveau des structures mêmes de l’économie brésilienne (Chapitre III). On vérifie alors que si l’industrie existe, parfois depuis près d’un siècle, le Brésil ne s’est pas industrialisé pour autant. Les causes n’en sont pas le manque de tel ou tel facteur de production, l’énergie par exemple, mais un système foncièrement opposé à toute industrialisation parce que reposant sur une alliance qui lui est hostile : celle des planteurs et des industriels étrangers.

Notes

1 Cf. Silvio Froes Abreu, Os recursos minerais do Brasil, Rio de Janeiro, 1962, tome 2 (696 p.), p. 202.

2 Concurrencer est mis entre guillemets pour que l’on ne soit pas tenté de faire un rapprochement avec marché concurrentiel ou même avec marché tout court.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540