Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Introduction

Texte intégral

  • 1 De façon plus ou moins nuancée, l’argument se retrouve chez plusieurs auteurs. C’est ainsi que pou (...)

1L’économie brésilienne n’a pas échappé à la tentation d’une interprétation moniste : l’essor tardif de l’industrie et la lenteur de sa croissance jusqu’à une période récente seraient imputables à la rareté et à la pauvreté de ses ressources énergétiques1. Négativement, charbon et pétrole y auraient ainsi joué un rôle aussi déterminant que celui qui leur a été fréquemment attribué dans l’industrialisation précoce et rapide de la Grande-Bretagne au xviiie siècle ou des Etats-Unis à la fin du xixe siècle.

2Sans doute le Brésil ne dispose-t-il pas, en l’état actuel de nos connaissances, de ressources en combustibles solides ou liquides comparables à celles des nations industrialisées d’Europe ou d’Amérique du Nord. Plus proche, en ce domaine, de la plupart des pays du Tiers Monde — qu’ils appartiennent au continent américain, africain ou asiatique — il n’extrait de son sous-sol que de faibles quantités de charbon et tente vainement d’acquérir son autonomie en matière pétrolière.

  • 2 Sans recourir au témoignage suspect de ceux qui avaient et ont toujours des intérêts réels dans ce (...)

3Son potentiel hydroélectrique s’inscrit certes parmi les plus riches du monde, mais l’on sait aussi que cette forme d’énergie n’est pas susceptible de satisfaire tous les besoins mécaniques, thermiques et spécifiques d’une économie industrialisée, et surtout que son exploitation systématique requiert un appareil productif plus capitalistique que ne l’exige celle des autres ressources énergétiques. Dernier handicap, enfin, le caractère réputé incokéfiable de sa houille était censé lui fermer les portes de l’univers technologique moderne qui repose, depuis le xixe siècle, sur le complexe fer-charbon. On conçoit qu’un tel faisceau d’éléments défavorables ait pu longtemps apparaître comme un obstacle déterminant à l'industrialisation ou tout au moins servir d’alibi solide aux tenants de la vocation agricole du Brésil2.

  • 3 F. Perroux, Communication et industrialisation, Colloque U.N.E.S.C.O., 12-15 septembre 1961, docum (...)
  • 4 Cf., entre autres, les divers articles consacrés à la classe ouvrière brésilienne, in Ouvriers et (...)

4En dépit de ces déficiences énergétiques, le Brésil a commencé son industrialisation depuis une trentaine d’années, et nul n’en conteste plus les réussites. Précisons aussitôt, pour ne laisser place à aucune équivoque : nous ne prétendons pas que l’économie brésilienne soit d’ores et déjà industrialisée ni que le chemin parcouru sur cette voie ait été forcément le plus court et le plus efficace. Bien plus, nous nous efforcerons, dans le cadre d’une analyse qui ne prétend pas, et de loin, à l’exhaustivité, d’esquisser les limites et le coût de cette première phase d’industrialisation, c’est-à-dire les distorsions entre les secteurs, les régions et les groupes sociaux qui se sont créées ou se sont accentuées au cours des trente dernières années. Ceci admis, et si l’on accepte avec F. Perroux de définir l’industrialisation comme « un processus de restructuration d’un ensemble économique et social sous l’influence d’un complexe coordonné de machines3 », on doit reconnaître qu’une telle restructuration est bien amorcée. Aucun critère unique n’en permet la mesure, mais les transformations observables dans la composition du produit national, du produit industriel et du volume des importations, la création d’un secteur public industriel et les tentatives partielles de planification, l’altération de certains comportements que décèlent les sociologues...4 constituent un faisceau d’indices non négligeables. Le secteur énergétique ne reste pas à l’abri de telles transformations : non seulement du pétrole est découvert et de puissantes raffineries installées, mais les îlots d’électrification sont interconnectés par l’intermédiaire de grandes centrales et les houillères couplées à la sidérurgie naissante. Institutionnellement, les entreprises publiques se substituent aux firmes privées et une amorce de coordination s’instaure entre les diverses branches de l’économie énergétique. Un triple enseignement découle de cette évolution.

  • 5 Par la voie des associations d’Etats à l’échelle régionale ou sous-régionale : l’Afrique et l’Amér (...)

5Les déficiences énergétiques ne constituent pas un obstacle insurmontable pour une économie qui a décidé de s’industrialiser. Ce n’est pas là minimiser le rôle de l’énergie, car l’on sait bien que la diffusion des machines signifie substitution d’une énergie extra-humaine au travail, mais cela conduit à concevoir des expériences d’industrialisation moins autarciques que celles de l’Europe du xixe siècle5. De ce point de vue, l’expérience brésilienne confirme bien celle d’autres pays tels que le Japon qui, dans un contexte différent, ont implanté une industrie lourde en dépit de la mauvaise qualité de leur houille et de leur pénurie en produits pétroliers.

6L’industrialisation permet d’inventer de nouvelles ressources énergétiques lorsque celles qui sont connues se révèlent insuffisantes : ce peut être la découverte pure et simple d’un nouveau gisement qu’autorise un effort accru de prospection ; l’intégration à l’économie nationale d’une ressource connue mais inaccessible, faute de voies de communication ; la construction de grands barrages rendue possible par les progrès des industries de biens d’équipement ; la mise en œuvre d’une source énergétique entièrement nouvelle par une innovation. Ainsi, dans une économie en voie d’industrialisation, les ressources énergétiques disponibles cessent d’être une donnée immuable et tendent à devenir fonction des progrès de l’ensemble.

  • 6 Cf. notre rapport au Colloque de Cordoba. Les Centres d’énergie comme facteurs d’intégration, juil (...)
  • 7 Ce concept est de G. Destanne de Bernis. Nous savons qu’il le considère comme encore insuffisammen (...)

7Enfin, et surtout, en libérant progressivement l’économie nationale de la tutelle étrangère, l’industrialisation permet au secteur énergétique de contribuer pleinement à la restructuration de l’ensemble6. On ne saurait limiter ses effets sur les autres branches de l’économie à la fourniture d’énergie. Sans doute est-ce sa principale fonction, mais ses actions indirectes et induites ne peuvent être négligées. Sièges d’extraction du pétrole et de la houille, raffineries et centrales électriques, réseaux de transport par fils et tubes requièrent des équipements massifs susceptibles d’entraîner la création et le développement d’une industrie nationale qui, à son tour, équipe d’autres secteurs industriels. En aval, les substitutions induites par l’apparition d’une nouvelle forme d’énergie appellent la fabrication de machines que rend possible le développement de l’industrie lourde de l’acier et des métaux non ferreux, elle-même appuyée sur les centres d’énergie. Par tous ces canaux, le secteur de l’énergie exerce des effets d’entraînement d’autant plus puissants que ses unités sont généralement de grande dimension et de statut public, et par ailleurs que les industries les plus concernées par ses réseaux de flux, de prix et d’informations figurent parmi les plus industrialisantes7. Au total, il semble bien que l’on puisse considérer le développement énergétique du Brésil comme le fruit de son industrialisation, et nous nous efforcerons de montrer comment un pays dépourvu de ressources énergétiques abondantes en provoque l’apparition en s’industrialisant. On ne saurait cependant réduire le secteur énergétique, ou tout au moins certaines de ses composantes, à ce rôle passif ; aussi analyserons-nous parallèlement les diverses modalités de sa contribution au processus dont il est issu. Nous observerons alors que, par-delà son originalité, l’expérience brésilienne est susceptible d’éclairer, par ses succès et ses échecs, la croissance énergétique dans des pays moins avancés sur la voie de l’industrialisation.

  • 8 Théoriquement tout au moins, car nous verrons que les contraintes statistiques, les dates de recen (...)

8Telles sont les deux principales préoccupations qui ont guidé notre étude et en explique le découpage chronologique. Bien que la reconstitution des principales séries statistiques de consommation et de production énergétique ne révèle aucun point d’inflexion remarquable au cours des années trente, cette décennie a été Choisie comme point de clivage8. Elle constitue la période de gestation de l’industrialisation brésilienne et tous les développements énergétiques suivants y trouvent leur origine directe ou indirecte.

9Jusqu’aux années trente, l’économie énergétique brésilienne présente toutes les caractéristiques d’un système archaïque et dualiste : très sommairement, les produits végétaux couvrent la quasi-totalité des besoins, les consommations de charbon, de produits pétroliers et d’électricité circonscrites à quelques îlots économiques et géographiques relèvent à tous égards des pays étrangers déjà industrialisés. Le potentiel brésilien connu, soupçonné ou inconnu demeure quasiment inentamé. Si l’on s’interroge sur les causes de ce sous-développement, on ne manque pas de recenser un certain nombre de facteurs immédiats, mais aucun ne paraît déterminant, et l’on est bien obligé d’en chercher les véritables origines dans les structures de l’économie brésilienne que ne parvient pas à ébranler une croissance industrielle observable depuis la deuxième moitié du xixe siècle.

10Au début des années soixante, la situation énergétique du Brésil s’est profondément modifiée. Tous les handicaps n’ont certes pas disparu, mais depuis la fin du second conflit mondial la structure de la consommation se transforme rapidement et entraîne, au cours de la décennie 1950, l’émergence d’un véritable secteur énergétique progressivement intégré au reste de l’économie nationale. Il trouve évidemment son origine dans le démarrage de l’industrialisation que connaît le Brésil depuis la veille du second conflit mondial, mais on aurait tort de voir dans cette croissance induite le résultat d’une simple pression de la demande insatisfaite. La plasticité des structures dans une économie dominée par les planteurs et par l’industrie étrangère s’oppose à ce type « d’automatisme » : la création d’une industrie charbonnière, pétrolière et électrique passe par la constitution de sociétés publiques et l’intervention de l’Etat. En retour, cette « nationalisation » — dans les deux sens du terme — conduit le secteur énergétique à jouer un rôle de premier plan dans la restructuration amorcée de l’économie brésilienne.

11Nous ne voudrions pas achever cette brève présentation de notre étude sans adresser nos remerciements à tous ceux qui en ont permis la réalisation et sans solliciter l’indulgence du lecteur pour les nombreuses lacunes et éventuellement erreurs d’interprétation qu’elle contient.

12Nos remerciements vont d’abord à M. l’Ambassadeur Assis Chateaubriand Bandeira de Melo, Président de la Fundaçâo Pedro Segundo de Sâo Paulo. C’est sur son invitation que nous avons pu nous rendre au Brésil durant les vacances universitaires de l’année 1963 et avec son aide que nous avons pu y séjourner pour recueillir les matériaux indispensables à ce travail. Nous ne lui exprimerons jamais suffisamment notre gratitude, non seulement pour l’aide matérielle qu’il nous a offert, mais pour l’accueil si cordial qu’il a bien voulu nous réserver personnellement et nous faire réserver par ses amis et collaborateurs dans les nombreuses entreprises qu’il dirige. Les mêmes remerciements s’adressent à M. le Professeur Pierre Monbeig, Directeur adjoint du C.N.R.S. et Directeur de l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique latine, qui nous a initié aux problèmes brésiliens et qui nous a confié la tâche de mener à bien cette étude. Elle n’a pu l’être qu’avec l’appui et les conseils amicaux de Gérard Destanne de Bernis, Professeur à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Grenoble, notre Directeur de recherches, et de M. le Professeur Maurice Bye, de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Paris : qu’ils veuillent bien trouver ici l’expression de toute notre gratitude.

13Au Brésil même, de nombreuses personnalités ont bien voulu s’intéresser à cette étude ; nous leur devons non seulement une abondante documentation, mais le souvenir d’un accueil et d’une hospitalité dont la renommée n’est pas surfaite : M. Robert Appy (Estado de Sâo Paulo) ; Dr Mario Savelli (Sâo Paulo Light) ; Dr Oris Oliveira (C.E.L.U.S.A.) ; Dr Joâo Camilo Penna (C.E.M.I.G.) ; Dr Palmeira Ripper et Renato Bentes (Carbonifera Treviso) ; Professeur Walter T. Alvares, Directeur de l’Institut de Droit de l’Electricité de Belo Horizonte ; Ingénieur de Melo (S.U.D.E.N.E.) ; Dr Geonisio Barroso (Petrobras) ; Dr Joâo da Silva Monteiro (Rio Light) ; Dr Aguiar Pinto (Electrobras).

14Nous n’aurions garde d’oublier les personnalités qui, une fois notre étude achevée, ont accepté de la lire ; les multiples corrections qui lui ont ainsi été apportées témoignent de l’intérêt de leurs critiques : M. Yves Barel ; M. Leguay, du Commissariat général au Plan ; M. Maurice Mainguy, Ingénieur géologue de l’Ecole Nationale Supérieure des Pétroles ; M. Leroy, Géologue à la Compagnie d’Exploration pétrolière ; M. Bouvard, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Electrotechnique, d’Hydraulique, de Radio Electricité et de Mathématiques appliquées de Grenoble.

15Associons enfin à ces remerciements toute l’équipe des chercheurs et des collaborateurs techniques et administratifs de l’Institut Economique et Juridique de l’Energie de Grenoble, qui n’ont jamais hésité à nous aider toutes les fois que nous avons eu recours à eux.

16La valeur des critiques et des conseils reçus ne saurait nous faire oublier les limites et les lacunes de notre étude. Nous en sommes conscient et nous ne pensons pas chercher à les minimiser en rappelant quelques-unes des difficultés auxquelles nous nous sommes heurté.

  • 9 En dépit de la remarquable bibliothèque de l’Institut des Hautes Etudes d'Amérique latine à Paris. (...)
  • 10 Nous regrettons tout particulièrement de n’avoir pu suivre l’évolution économique et énergétique j (...)

17— Les premières sont de l’ordre de l’information. Aussi fructueux soit-il, un voyage de quelques semaines au Brésil ne peut permettre de réunir toute la documentation utile, et nul n’ignore combien la France est encore pauvre en documents originaux et ouvrages spécialisés sur les pays d’Amérique latine9. De plus, lorsque l’on dispose des informations souhaitées, l’exploitation n’est pas toujours aisée, soit que l’indication des sources se révèle défectueuse, soit que les séries statistiques divergent d’un document à l’autre. Inutile enfin d’insister sur les distorsions qu’introduit dans les données en valeur l’inflation subie par le Brésil depuis de longues années. Pour toutes ces raisons, et malgré les précautions prises, nous ne sommes pas assuré d’avoir toujours décrit fidèlement la réalité brésilienne et nous ne pouvons qu’appeler de nouvelles critiques qui permettraient d’améliorer les évaluations et les faits utilisés dans cette étude10.

  • 11 Charles Morazé. Les 3 âges du Brésil, A. Colin, 1954 (298 p.), p. 10.

18— Les secondes, beaucoup plus graves, relèvent de l’interprétation. Maints ouvrages ont déjà souligné les déformations et les erreurs commises par les auteurs étrangers qui ont voulu enfermer une réalité trop riche et trop mouvante dans le cadre de concepts forgés en Europe ou aux Etats-Unis. Fallait-il y renoncer en « sachant combien toute formule est fausse dans ce pays de luxuriante croissance11 » ? Certes, toute tentative d’interprétation déforme et mutile : nous sommes conscient du risque même si nous n’en mesurons pas exactement l’ampleur. Bien plus, le sujet même nous a contraint à ne retenir du processus d’industrialisation que les éléments jugés les plus propres à éclairer le développement énergétique. D’autres aspects, non moins essentiels pour une interprétation générale de l’industrialisation brésilienne, ont été négligés ou simplement évoqués. Même ainsi limitée, notre analyse ne cerne pas ou cerne mal toutes les transformations de l’environnement énergétique brésilien depuis une trentaine d’années : d’autres travaux devront la corriger et la prolonger.

Notes

1 De façon plus ou moins nuancée, l’argument se retrouve chez plusieurs auteurs. C’est ainsi que pour Roger Bastide « tous les développements se ramènent finalement à une question de combustible, charbon de bois contre houille ». Le Brésil, terre des contrastes, Hachette, Paris, 1958 (343 p.), p. 323.
De même, selon Pires do Rio (O combustivel na economia universal), le retard du Brésil sur les Etats-Unis s’expliquerait par la différence des ressources charbonnières entre les deux pays. Cf. Vianna Moog, Défricheurs et Pionniers, Gallimard, 1963 (341 p.), p. 58-59.

2 Sans recourir au témoignage suspect de ceux qui avaient et ont toujours des intérêts réels dans cette « vocation » qu’il nous suffise de rappeler le jugement de René Courtin qui, après avoir énuméré tous les facteurs défavorables à la métallurgie, conclut : « Echanges directs et compensés entre le bassin de la Ruhr et la Serra do Caraça ? Il suffit, semble-t-il, de préciser l’hypothèse pour en faire éclater l’invraisemblance. » R. Courtin, Le problème de la civilisation économique au Brésil, Médicis, Paris, 1941 (239 p.), p. 210.

3 F. Perroux, Communication et industrialisation, Colloque U.N.E.S.C.O., 12-15 septembre 1961, document ronéoté.

4 Cf., entre autres, les divers articles consacrés à la classe ouvrière brésilienne, in Ouvriers et Syndicats d’Amérique latine, Sociologie du travail, oct.-déc. 1961, et l’analyse de Juarez R. Lopez, Etude de quelques changements fondamentaux dans la politique et la société brésiliennes (Sociologie du Travail, juillet-septembre 1965, p. 238-253).

5 Par la voie des associations d’Etats à l’échelle régionale ou sous-régionale : l’Afrique et l’Amérique latine nous en offrent plusieurs ébauches.

6 Cf. notre rapport au Colloque de Cordoba. Les Centres d’énergie comme facteurs d’intégration, juillet 1960.

7 Ce concept est de G. Destanne de Bernis. Nous savons qu’il le considère comme encore insuffisamment élaboré, mais nous l’utiliserons néanmoins parce que nous croyons qu’il fait progresser l’analyse. Sa définition provisoire est la suivante : « Les industries industrialisantes sont celles qui entraînent dans leur environnement des substitutions de techniques à base de machines aux techniques pré-industrielles et par là contribuent à la restructuration de l’ensemble dans lequel elles s’insèrent. »

8 Théoriquement tout au moins, car nous verrons que les contraintes statistiques, les dates de recensements industriels notamment ne nous ont pas toujours permis de respecter parfaitement ce clivage

9 En dépit de la remarquable bibliothèque de l’Institut des Hautes Etudes d'Amérique latine à Paris. De par sa vocation, elle ne peut cependant envisager des spécialisations comme celles de l’économie de l’énergie.

10 Nous regrettons tout particulièrement de n’avoir pu suivre l’évolution économique et énergétique jusqu’à une date plus récente. Les quelques périodiques reçus grâce à l’obligeance de nos amis brésiliens ne se sont pas toujours révélés suffisamment précis.

11 Charles Morazé. Les 3 âges du Brésil, A. Colin, 1954 (298 p.), p. 10.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540