Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Processus d’industrialisation et développement énergétique du Brésil

 | 
Jean-Marie Martin

Préface

Pierre Monbeig

Texte intégral

1Que l’essor industriel ne soit pas nécessairement lié à la présence ou à la proximité d’un bassin houiller, économistes, géographes et historiens le savent bien. La plus somptueuse abondance en sources d’énergie n’est pas suffisante pour que surgissent les usines. Mais si le facteur énergétique n’est que l’un de ceux qui favorisent l’industrialisation, il n’en reste pas moins l’un des plus décisifs. On n’a pas encore pris la mesure exacte de son rôle. Dans les pays du Tiers Monde où tout, ou presque, reste à faire, il est particulièrement intéressant de se demander si la localisation des sources d’énergie, leur importance, la facilité de leur exploitation sont déterminantes dans l’organisation de l’espace industriel et, par cela même, dans la formation de nouvelles régions, ou au contraire jusqu’à quel point des situations énergétiques peu satisfaisantes ne constituent-elles pas des obstacles si difficiles à surmonter techniquement et financièrement qu’il serait folie d’envisager un démarrage industriel. Mais jusqu’à présent les expériences ne permettent pas de répondre sans hésiter dans l’un ou l’autre sens.

2Ce ne sont pas les seules questions que se posent hommes de science ou de gouvernement. Qui exploite ou exploitera les réserves énergétiques ? Au profit de qui ? Dans quel contexte institutionnel et quel sera l’usage de la production énergétique ? Autant de questions, autant d’hypothèses de travail relatives aux effets d’entraînement que les centres d’énergie sont susceptibles d’exercer sur l’économie des nations en voie de développement. Parmi celles-ci, le Brésil offre aux chercheurs un modèle riche d’enseignements. Modèle paradoxal peut-être, mais qui, pour cela même, doit être source de réflexions. Entre tous les pays de l’Amérique Latine, il est l’un de ceux qui, depuis trente ans, ont connu le plus grand développement industriel, et pourtant il n’est pas l’un des plus favorisés quant au potentiel énergétique. Certes, les disponibilités hydroélectriques y sont immenses et le Brésil fut sans doute le premier qui, dans le continent latino-américain, entreprit de tirer parti de la houille blanche. Par contre, rien ici qui ressemble aux gisements de pétrole ou de gaz naturels du Venezuela, du Mexique ou de l’Argentine. Quant au charbon, il est rare, et sa qualité inférieure à celle du charbon chilien ou colombien.

3Dans de telles conditions, comment le Brésil a-t-il bâti ses industries énergétiques ? Quelles en sont les conséquences indirectes et induites sur les autres secteurs de l’économie nationale ? Telles sont les principales questions auxquelles M. J.-M. Martin a consacré un livre que l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine est heureux de publier. A l’analyse du développement énergétique, il a joint une interprétation de l’industrialisation. La tâche n’était pas aisée, car il fallait réunir une documentation très dispersée et passablement disparate. Pour bien comprendre les situations brésiliennes, il était nécessaire de dépouiller l’Européen qui juge de tout en se référant à son continent.

4J.-M. Martin y a pleinement réussi et sa première étude latino-américaine est une promesse qu’il saura tenir. En accueillant son étude dans la collection des Travaux et Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, je souhaite contribuer à faire connaître les problèmes du Brésil et répondre ainsi au vœu du Dr Assis de Chateaubriand, Président de la Fondation Pedro Segundo, grâce à qui la bibliographie brésilienne s’est déjà enrichie de plus d’un bon livre.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540