Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Classes populaires, sectores populares

Pauline Beunardeau y Denis Merklen

Texto completo

1Le passage du français « classe ouvrière » à l’espagnol clase obrera ne pose aucun problème, de même que celui de bourgeoisie à burguesía ou de paysannerie à campesinado. Cependant, on ne traduit pas sans difficulté « classes populaires » (ou catégories populaires) en sectores populares – ni vice versa. Est-ce le terme « populaire » qui pose problème dans l’expression ?

2L’emploi de « classes populaires » provoque une certaine gêne en sciences sociales. La sociologie, de Marx à Weber, a fait de la conceptualisation de la « classe » et de la « classe sociale » un élément central de son programme. Cependant, son couplage avec « populaire » a toujours été source d’inconvénients. En effet, la notion de classe rend possibles des vérifications empiriques, une délimitation précise de ce qu’on laisse à l’intérieur de la catégorie, comme lorsqu’on se réfère à la classe ouvrière, à la bourgeoisie ou à la paysannerie. L’association avec les appareils statistiques nationaux a par ailleurs provoqué un glissement lexical de la classe vers la « catégorie socioprofessionnelle » dans la recherche de précision (souvent au détriment d’un nécessaire approfondissement de la théorie des classes sociales). « Populaire », en revanche, est un mot d’une tout autre nature et il nuit aux exigences de la pensée scientifique à base empirique. Il engage de plus directement la pensée sociale sur le terrain de la culture et de la politique. Doit-on renoncer aux dangers de l’imprécision et écarter le populaire de toute recherche scientifique ? Doit-on prendre le mot seulement pour objet de la recherche, laissant de côté toute tentative de conceptualisation du réel à travers un terme situé au cœur des conflits qui habitent les démocraties contemporaines ?

3La sociologie latino-américaine s’est vue confrontée à ce problème dès la fin des années 1950. Il était évident pour les observateurs de l’époque que les classes populaires qui peuplaient ce continent de l’Argentine et du Chili jusqu’au Mexique n’étaient pas faites d’ouvriers. Il y avait bien ici ou là des classes ouvrières plus ou moins « mûres », comme les mineurs boliviens et chiliens ou les descamisados en Argentine. Mais le marxisme éprouvait des difficultés à saisir le populaire à partir de la seule détermination du rapport capital-travail dans des sociétés où le salariat ne parvenait pas à subsumer une large diversité de rapports économiques et sociaux. C’est dans ce cadre que l’expression sectores populares s’est imposée.

4Ce qui posait problème aux chercheurs latino-américains n’était pas le terme « populaire », mais le mot « classe » qui se présentait comme trop restrictif. Ainsi l’ont problématisé la plupart des observateurs, de José Carlos Mariátegui et son insistance sur la « question indienne » à la « théorie de la dépendance » de Fernando Henrique Cardoso ou à celle de la « marginalité », dans la version marxiste de José Nun comme dans la version culturaliste de Gino Germani. Plus informe que structuré, le populaire était constitué d’ouvriers et de travailleurs manuels, teinté de question indienne (« ethnique », dit-on aujourd’hui), d’informalité et d’illégalité, de culture et de politique, d’inscription territoriale et de pauvreté. Au sein de cette tradition, « populaire » veut aussi bien dire ouvrier que marginal, pauvre, paysan, villero, favelado ou péroniste – d’où la préférence pour le mot sectores (secteurs) plutôt que clase. Au fond, on peut dire que l’expression sectores populares venait nommer un univers hétérogène et multidimensionnel pratiquement impossible à stabiliser dans une définition aux contours empiriques précis. Non seulement parce que cette identité changeait beaucoup d’un pays à l’autre, mais aussi parce que la réalité qu’on nommait ainsi évoluait beaucoup d’année en année, de conjoncture en conjoncture.

5La sociologie latino-américaine s’est ainsi rapidement rapprochée d’auteurs comme Eric Hobsbawm, Edward Thompson ou Raymond Williams, cette historiographie permettant de faire du populaire un monde relationnel et en évolution ; et c’est probablement pourquoi l’influence d’Antonio Gramsci a été si importante. Sa théorisation des classes qui conforment des « blocs » et des « alliances » permettait de faire davantage porter la conceptualisation sur l’hétérogénéité que sur l’homogénéité du monde populaire. Mais une hétérogénéité qui ne se limite pas à une subdivision de la « classe » en plus petits segments pour parler de « catégories », comme si le pluriel suffisait à rendre lisible la complexité. L’hétérogénéité est ici comprise à partir des segments parfois très différents qui l’intègrent, mais elle est aussi là pour essayer de soumettre à l’analyse ce qui contribue à faire l’ensemble ou, au contraire, ce qui va dans le sens de l’éclatement. La question n’était pas d’ordre analytique (comment décrire l’hétérogénéité ?) mais relationnelle : quels sont les processus politiques qui rendent possible l’unité ? Parler en termes de classes ainsi conçues comme des sectores populares, c’est se donner la possibilité d’observer un monde qui est bien là même lorsque le sociologue est incapable de déterminer avec précision ses contours, c’est surtout être capable de l’observer dans sa « formation ». Une formation toujours mise en question dans des rapports conflictuels avec les autres et au sein même de l’univers populaire.

6Redonner de la visibilité à l’antagonisme, tel est l’enjeu qui conduit actuellement, au sein de la production scientifique française, au timide retour de la notion de « classe ». Paradoxalement, alors qu’après-guerre l’unité de la classe ouvrière arrive à son apogée grâce à la force acquise par les organisations syndicales, les conditions de croissance rapide vident le concept d’une partie de son sens et conduisent à l’obsolescence des analyses en termes de « classe sociale », jugées empiriquement anachroniques et idéologiquement connotées. À partir de la fin des années 1970, les inégalités resurgissent mais sont l’objet d’une fragmentation croissante qui aboutit à la perte de l’unité dans l’action. La sociologie privilégie alors la question de l’hétérogénéité. La recherche d’une conscience partagée capable d’animer un collectif durable et vecteur de transformation sociale semble vaine. L’heure est au morcellement des identités et à l’extrême diversité des situations de vulnérabilité sociale. Ce constat conduit les scientifiques à privilégier les notions prudentes de « catégories », « couches », « milieux » populaires ou à refuser tout bonnement l’usage d’une notion aux contours imprécis, jugée « fourre-tout », totalisante et déterministe, au plus près des risques d’essentialisme et de schématisme. Le concept classificateur de « classes populaires » semble inapte à retranscrire la finesse des réalités empiriques, que l’on recherche à une échelle de plus en plus locale. Ainsi, à partir des années 1980, la question sociale se déplace vers l’examen approfondi et sans cesse renouvelé des « quartiers » où symptômes et causalités semblent s’offrir conjointement à l’observation scientifique. Les titres d’ouvrages et d’articles mettent en avant de nouvelles figures du peuple telles que les catégories « jeunes de banlieue » ou « jeunes de cités », cible privilégiée des enquêtes sur les sources des conflits sociaux. Progressivement, deux thèmes succèdent au paradigme de l’exploitation d’une classe par l’autre : celui des « discriminations » désignant une réalité pluridimensionnelle composée d’ensembles d’individualités et d’agrégats précaires (discriminations résidentielles, raciales, genrées, fondées sur l’âge…), et celui de « l’exclusion » visant à saisir les effets que le chômage de masse commence à produire sur les individus.

7Sur le plan des organisations sociales, le mouvement ouvrier perd, aussi bien en Europe qu’en Amérique latine, sa capacité à condenser l’ensemble des luttes sociales dans un seul front de conflit. Les mouvements féministe, écologiste, de consommateurs, nationaliste ou d’habitants font émerger un ensemble de « nouveaux mouvements sociaux » dont la problématique n’est pas réductible à celle de la classe.

  • 1 C. Grignon et J.-C. Passeron, Le Savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie (...)

8Derrière le changement de conjoncture émerge une vieille question. La défense ou le rejet du concept de « classes populaires » semble illustrer la nature du rapport politique que les intellectuels entretiennent avec le monde social observé, tant il s’agit de relativiser ou d’admettre l’existence d’un antagonisme central, défini par l’organisation salariale. La force de cet engagement théorique en fait aussi la faiblesse. En France, parler de « classes populaires » expose le chercheur au soupçon permanent d’un rapport politique « refoulé » au peuple. On peut y voir l’héritage de l’ouvrage de Passeron et Grignon1 qui dénonçaient le balancement permanent de l’intérêt savant pour le « populaire » entre misérabilisme et populisme. La sociologie des classes populaires semble en effet divisée en deux axes : le premier, dans l’héritage de Pierre Bourdieu, prolongeant l’analyse du sociologue en termes de « domination » d’une classe sur l’autre ; le deuxième, parfois inspiré des textes de Jacques Rancière, ramenant l’examen des classes populaires du côté d’une pensée de l’émancipation politique et sociale.

  • 2 G. Bras, Les Ambiguïtés du peuple, Nantes, Pleins Feux, 2008.

9Les tenants de cette construction artefactuelle – reconnue et valorisée en tant que telle – ont néanmoins en commun de souligner l’intérêt de penser l’organisation sociale et le mode de production économique dans leur continuité historique. Il s’agit d’observer, par-delà les changements, la persistance des inégalités structurées, organisées en système et porteuses de conflictualité. Cette lecture en termes de rapports sociaux n’abandonne pas la recherche des critères vérifiables empiriquement tels que le revenu, les niveaux et les types de consommation ou les conditions de vie. Mais elle prend acte de la difficulté de délimiter ainsi le « populaire » et déplace l’analyse : plutôt que de caractériser en substance les classes populaires, il s’agit d’examiner les relations et les conflits dont elles procèdent, qui ne sont nullement réductibles aux interactions observables. Comme le formulait Gérard Bras, « la question n’est pas de savoir qui est membre du peuple ou non, mais de comprendre ce qui fait que subjectivement, des hommes s’affirment en actes comme étant le peuple, c’est-à-dire comme étant ceux avec qui il faut compter même si jusque-là ils ne comptaient pour rien2 ».

10Dans ce cadre, l’action monte au premier plan. Les classes populaires ne sont pas compréhensibles par la seule description de leur situation. Il importe de prendre en considération ce qu’elles font, ce que leurs productions culturelles signifient et comment elles caractérisent les classes populaires elles-mêmes.

Bibliografía

Arico José, La cola del diablo: itinerario de Gramsci en América Latina, Buenos Aires, Puntosur, 1988.

Bourdieu Pierre, « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n46, 1983, p. 98-105.

Bras Gérard, Les Ambiguïtés du peuple, Nantes, Pleins Feux, 2008.

Chauvel Louis, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, n79, 2001, p. 315-359.

Dubet François, « Classes sociales et description de la société », Revue française de socio-économie, n10, 2012, p. 259-264.

Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, Le Savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989.

Pudal Bernard, « Le populaire à l’encan », Politix, vol. IV, n14, 1991, p. 53-64.

Rey Henri, « Des classes populaires (presque) invisibles », in Stéphane Beaud, Jade Lindgaard et Joseph Confavreux (éd.), La France invisible, Paris, La Découverte, 2006, p. 547-559.

Schwartz Olivier, La Notion de « classes populaires », Habilitation à diriger des recherches en sociologie, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998.

Touraine Alain, La Parole et le sang : politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988.

Notas

1 C. Grignon et J.-C. Passeron, Le Savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989.

2 G. Bras, Les Ambiguïtés du peuple, Nantes, Pleins Feux, 2008.

Autores

Pauline Beunardeau, doctorante en sociologie et en anthropologie, université Paris-Diderot – Paris 7, Laboratoire du changement social et politique (LCSP). Attachée temporaire d’enseignement et de recherche, université de Lille 3, département de sociologie et développement social, centre de recherche « Individus, Épreuves, Sociétés » (Ceries).

Denis Merklen est professeur de sociologie à la Sorbonne Nouvelle et membre de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine et du Creda. Il est connu pour sa sociologie politique des classes populaires et a mené de nombreuses recherches en Argentine et en France, en Chine, à Haïti, au Sénégal et en Uruguay. Il est l’auteur de En quête des classes populaires. Un essai politique (La Dispute, 2016, avec S. Béroud, P. Bouffartigue et H. Eckert), Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? (Presses de l’Enssib, 2013), Quartiers populaires, quartiers politiques (La Dispute, 2009), Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Gorla, 2005 et 2010), Asentamientos en La Matanza (Catálogos, 1991).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540