Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Citoyenneté, ciudadanía

Numa Murard et Eduardo Rinesi

Texte intégral

1La citoyenneté est la qualité de citoyen partagée par tous ceux qui sont réunis dans une association ou corps politique, cité ou république. L’étymologie de la citoyenneté est la cité antique, grecque ou romaine, qui sert de métaphore à la république, ainsi que l’indique Jean-Jacques Rousseau : « Cette personne publique prenait autrefois le nom de Cité et prend maintenant celui de République ou de corps politique » (Du contrat social, livre I, chapitre VI). Dans la modernité, la citoyenneté est donc consubstantiellement liée à la république, la légitimité des gouvernants reposant sur l’adhésion des gouvernés et la souveraineté se définissant comme une souveraineté populaire, qui résulte de l’expression d’une volonté elle aussi populaire. Encore plus récemment, l’expression de cette volonté a pris la forme du suffrage, et une liaison consubstantielle s’est établie entre citoyenneté, république et démocratie.

2L’agir politique est le fil rouge de cet ensemble. La qualité de citoyen entraîne la possibilité de participer à la décision politique par l’action. De ce fait, il faut inscrire la question de la citoyenneté dans le problème plus général de l’exercice du pouvoir politique. La citoyenneté est une forme politique donnée à l’existence humaine dans une série limitée d’associations politiques caractérisées par un mode d’exercice du pouvoir politique qui se légitime par l’adhésion ou l’allégeance de ses membres, celle-ci équilibrée par la capacité de ces mêmes membres à déterminer par eux-mêmes, par des manifestations d’adhésion ou de refus, les formes de leur gouvernement.

3En établissant que tous les hommes « naissent et demeurent libres et égaux en droit », la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui donne naissance à la France moderne devient la source de la plupart des conflits sociaux à venir, car il s’est agi, dans les deux siècles qui ont suivi, de passer de l’égalité de droit à l’égalité de fait. La question sociale, c’est la question de l’égalité, c’est le conflit social inextinguible, c’est le carburant de la citoyenneté. Cette passion française, analysée par Tocqueville, est parfois considérée comme un danger pour la liberté, dans la mesure où les citoyens, aveuglés par leur passion de l’égalité, seraient disposés à renoncer à une partie de leur liberté. Pour les autres, au contraire, la recherche de l’égalité de fait, par l’éducation, par exemple, ou par la délivrance d’un panier minimum de ressources à chaque citoyen, serait la condition de l’exercice de la liberté.

4Deuxième source de conflit essentielle, la qualité de citoyen est étroitement réservée aux nationaux, à ceux qui possèdent la nationalité française. La citoyenneté à la française est étroitement « nationalitaire ». L’origine de ce fait est également révolutionnaire, c’est la peur des émigrés aristocratiques de l’Ancien Régime regroupés à l’étranger et menaçant la république d’une restauration monarchique. La république crée des citoyens en les assimilant, en faisant d’eux des Français comme les autres. Et elle repousse radicalement les étrangers aux frontières de l’association politique aussi bien que du territoire. Deux frontières étanches, à l’extérieur et à l’intérieur, séparent les citoyens de ceux qui ne le sont pas, tout comme elle sépare, à l’intérieur, les citoyens actifs des citoyens passifs. Une petite brèche a été ouverte dans ce mur lorsque les citoyens de l’Union européenne ont été admis, par le traité de Maastricht, à voter aux élections locales. Mais rien de nouveau depuis, en dépit des nombreux projets de révision constitutionnelle visant à étendre le droit de vote aux étrangers ayant résidé en France pendant un certain temps.

5La question sociale et la question nationale se rejoignent dans l’histoire sociale parce que les étrangers sont venus, très majoritairement, occuper des emplois d’exécution, comme ouvriers ou employés, rejoignant les classes populaires françaises elles-mêmes formées à partir des migrations de l’intérieur, de l’exode rural. Les classes populaires, foyer de la question sociale, sont aussi celui de la question nationale telle qu’elle se présente depuis quelques années. Le conflit, ou plutôt les conflits sont des manifestations politiques de luttes pour la redistribution et la reconnaissance qui ébranlent les frontières de la citoyenneté et remettent en cause la définition héritée de la Révolution de 1789. En effet, dans cette conception, c’est la citoyenneté, conditionnée par la nationalité, qui conditionne elle-même le droit à participer à la décision politique, à agir politiquement. Mais puisque des non-citoyens agissent politiquement, manifestent et se manifestent, ne faut-il pas considérer qu’ils se révèlent ainsi citoyens en acte, et ne faut-il pas inverser la définition de la citoyenneté, en faire non pas la condition mais la conséquence de l’action politique ?

6En Argentine les choses ne se présentent pas de manière radicalement différente, car la construction de la citoyenneté est aussi un mouvement qui se déploie au milieu de ces mêmes deux questions, la question nationale et la question sociale. La première est liée à l’origine transatlantique d’une bonne partie de la population, à la menace que l’arrivée de ces Européens pauvres représentait pour les privilèges de l’élite qui, vers la fin du xixe siècle, dirigeaient le pays sous une forme oligarchique. Les réactions de ces élites face à ce mouvement migratoire qu’elles-mêmes avaient suscité ont oscillé entre le rejet direct et la progressive acceptation qu’il fallait intégrer ces masses de migrants aux institutions de l’État. On peut donc soutenir que l’histoire de la formation d’une citoyenneté argentine est l’histoire de l’intégration progressive de ces masses à la vie sociale, éducative et culturelle de la nation.

7Et un constat similaire peut être observé entre citoyenneté et question sociale. Penser l’histoire de l’expansion de la citoyenneté exige de regarder les modalités sous lesquelles s’est déployée la lutte contre l’exploitation au travail et l’exclusion sociale, parfois contre l’État, parfois avec celui-ci ou même à travers lui. C’est pourquoi la séparation « méthodologique » (héritière de la séparation « disciplinaire » entre la sociologie et la science politique) entre la question de la pauvreté et celle de la citoyenneté est si malheureuse. Une séparation qui a tant de fois rendu aveugles les analyses sur la première sous prétexte que les pauvres sont des citoyens pauvres (c’est-à-dire non pas les pures « victimes » d’une pauvreté qui les atteindrait comme des objets, mais des sujets actifs qui font de la politique à partir de cette situation de privation ou de dépossession) ; et les études sur la deuxième insensibles au fait que les citoyens sont des citoyens pauvres (c’est-à-dire non des citoyens « purs », sans détermination ni conditionnement, mais des sujets situés par certaines coordonnées comprenant leur condition de classe).

8Nous le précisons ainsi pour faire allusion au travail incisif de Denis Merklen, qui a critiqué les conséquences malheureuses de cette mauvaise forme de division des savoirs dans son livre Pobres ciudadanos. Titre certainement éloquent, dont la magie réside dans ce que les deux mots qui le composent peuvent fonctionner aussi bien comme nom et comme adjectif de l’autre, révélant ainsi la pluralité de déterminations qui opèrent sur la condition des citoyens. Un conditionnement qui n’est pas donné une fois pour toutes, et qui ne nous permet pas de dessiner un « dedans » et un « dehors ». Les libertés et les droits que nous associons à l’idée de citoyenneté peuvent avancer ou régresser selon des circonstances diverses, et il existe une quantité de pratiques d’association, de débat ou de lutte politique qui font que la distinction même entre ceux qui sont citoyens et ceux qui ne le sont pas commence à vaciller.

9Ainsi, les progrès des expériences de démocratie participative (par exemple dans les programmes de rénovation urbaine en France) sont des actions qui ne font pas la différence entre les citoyens et ceux qui ne le sont pas. Un autre exemple, c’est le droit d’association reconnu aux étrangers, en 1982, à la suite des émeutes dans les banlieues (voir les notices correspondant à « émeute » et « banlieue » dans ce « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes ») françaises et de la Marche pour l’égalité de 1983 réunissant de nombreux jeunes étrangers ou d’origine étrangère dont les leaders furent reçus et écoutés par le président de la République. En Argentine, dans un cadre général d’extension des libertés et des droits, le Parlement a voté une loi en 2012 accordant le droit de vote à partir de 16 ans (contre 18 auparavant). Ce sont des démonstrations du caractère dynamique de la citoyenneté que nous ne pouvons pas supposer comme un attribut donné une fois pour toutes, mais que nous devons considérer comme un champ permanent de disputes.

Bibliographie

Cheresky Isidoro (dir.), Ciudadanos y política en los albores del siglo XXI, Buenos Aires, Manantial/Clacso, 2010.

Merklen Denis, Pobres ciudadanos: las clases populares en la era democrática: Argentina, 1983-2003, Buenos Aires, Gorla, 2010.

Murard Numa et Tassin Étienne, « La citoyenneté entre les frontières », L’Homme et la Société, n160-161, 2006, p. 17-35.

Murard Numa (dir.), Pauvres et citoyens ? Faites vos preuves !, Paris, TRASS, 1995.

Rousseau Jean-Jacques, Du contrat social [1762], in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959.

Schuster Federico et alii (dir.), Tomar la palabra: estudios sobre protesta social y acción colectiva en la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Prometeo, 2005.

Auteurs

Eduardo Rinesi, politiste et philosophe, est enseignant-chercheur à la UNGS, université dont il a été président (2010-2014). Il y est responsable de la licence spécialité philosophie politique. Il est l’auteur notamment de Ciudades, teatros y balcones. Un ensayo sobre la representación política (Buenos Aires, 1994), et de Política y tragedia. Hamlet, entre Hobbes y Maquiavelo (Colihue, 2003).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540