Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

SDF, sans-abri, immigré, persona en situacion de calle, sans-papiers, clandestin, cartonero

Claudia Girola et Valentine de Boisriou

Texte intégral

1Sans domicile fixe, SDF, sans-abri, grand exclu, sont les termes employés depuis la fin des années 1980 en France pour désigner les personnes sans résidence stable et qui ont fait leur apparition dans l’espace de la ville et aux guichets de l’État social, rendant visible leur situation d’extrême dénuement, alarmant ainsi les pouvoirs publics et les acteurs sociaux. La « pauvreté résiduelle » diagnostiquée dans les années 1970-1980, qui était censée être résorbée progressivement par les politiques de développement de l’époque, « était là » – elle est toujours là, encore accrue, injustement présente. Dans un contexte caractérisé par la pénurie d’emploi due aux politiques de flexibilisation et de dérégulation du marché des années 1990, émergent ainsi ces nouvelles figures de la vulnérabilité sociale.

2Dépourvus de catégories pour les désigner, les différents acteurs administratifs, sociaux, médiatiques, politiques et souvent savants s’y intéressant ont qualifié hâtivement ces personnes d’« exclus », en imposant une vision dualiste selon laquelle la société serait scindée entre « ceux du dedans » et « ceux du dehors ». Les personnes « à la rue » ont ainsi été placées à l’extrême du pôle négatif de cette société perçue comme duale, devenant l’expression maximale de la condition de l’individu « hors du monde – hors échange ».

3C’est le terme sans domicile fixe et son acronyme SDF qui ont été alors utilisés par le discours de l’assistance et les politiques sociales pour indiquer une variable fondatrice de la situation de ces personnes : le déficit de logement. Dans la pratique, pourtant, cette catégorie parlait moins de l’absence d’un espace à soi et/ou d’une situation de hors droit subi par ces personnes que du conflit sur la responsabilité politico-financière des pauvres sans abri. En effet, depuis la décentralisation, les populations en grande précarité sont en France sous la responsabilité financière de l’État, mais celle-ci ne peut se matérialiser qu’à travers l’action concrète de gouvernements locaux qui, eux, ne reconnaissent pas les personnes incapables de prouver qu’elles sont habitantes de la commune. Désignées comme « étrangères à la ville », ces personnes demeurent ainsi exclues de l’accès au welfare local. À ce processus de déterritorialisation s’associe une dynamique de désubjectivation induite par les politiques sociales et le regard public. La traditionnelle équation psychosociologique s’installe alors, établissant une relation causale entre précarité socioéconomique extrême et défaillance de la capacité à être dans le monde. Ce sont les théories de la désocialisation en vogue depuis les années 1990 qui ont conféré une autorité académique à cette figure négative. Il faudrait rappeler les termes qui ont été utilisés et continuent de l’être pour les désigner : le « désocialisé » (Declerck), le « disqualifié » (Paugam), « l’individu négatif » (Castel), autant d’expressions qui indiquent un manque, et que chaque auteur analyse et argumente à partir d’un cadre historique et conceptuel précis, mais qui, repris par le sens commun acritique, celui de l’action sociale et des médias notamment, et en dehors du contexte de production scientifique de ces auteurs, ont contribué à produire l’image paroxystique mais fausse de l’exclu terminal.

4Une telle vision combinée à l’image de l’abandon social, exprimée par les corps fragilisés de ces personnes, par leur simple présence solitaire sur la voie publique, empêche de concevoir et de voir les liens sociaux, certes parfois fragiles et pourtant toujours existants, ainsi que les pratiques quotidiennes de survie, que ces personnes mettent en place comme de véritables formes d’affirmation de soi « malgré tout », ainsi qu’en attestent les nombreuses recherches anthropologiques et sociologiques réalisées ces vingt dernières années.

5Inquiets du sens restrictif et négatif de la catégorie de SDF, les analystes des sciences sociales ont essayé de s’en défaire. Le terme sans-abri est ainsi apparu aux yeux de plusieurs chercheurs comme le plus approprié pour se démarquer des catégories de l’action sociale ou de l’expertise et se rapprocher de l’expérience des personnes et de leurs propres auto-assignations. Il a le mérite de rappeler ce que réunissent fondamentalement ces personnes : la désignation privative, leur situation de non-droit, l’absence d’inquiétude sociale et politique que leur non-protection devrait susciter, leur citoyenneté jamais démentie mais toujours trahie, et l’expérience commune de la vie extrême. Cependant, il n’en demeure pas moins problématique, car il tend à homogénéiser un secteur de la population qui, en réalité, est composé d’individus aux conditions de vie différentes en termes de revenus, de modes d’habitat, de trajectoires de vie, de formation, d’âge et qui ces dernières années s’est vu se féminiser, se rajeunir, se familiariser et « s’étrangéiser », dévoilant sa complexité. La diversité des situations est ainsi complètement effacée. Le terme de sans-abrisme, qui s’est installé progressivement dans le discours ordinaire comme dans le discours politique et savant pour spécifier la condition des personnes « à la rue », risque ainsi de s’imposer en substantialisant, et donc en déshistoricisant, les vies des sujets.

6Sur l’autre rive de l’Atlantique, en Argentine, un travail catégoriel similaire semble se dessiner face à cette nouvelle figure de la grande pauvreté. La crise de la fin des années 1990 arrivée à son paroxysme en 2001 a contribué à approfondir une précarisation déjà généralisée des catégories populaires. Avec la revalorisation du marché immobilier, des hommes et quelques femmes tout au début, puis progressivement des familles entières se sont vus expulsés de leurs logements. Les parcs, les places, les interstices urbains ont été occupés par ces nouveaux « habitants de la ville », perçus pourtant comme des envahisseurs sans droit de la cité. Sin techo (« sans toit ») sera la catégorie utilisée pour désigner les bénéficiaires du premier programme d’assistance de la ville de Buenos Aires. Mais à l’instar des politiques appliquées à ces personnes en France, le manque de logement ne sera pas interprété ni traité comme l’absence d’un droit, mais tel le besoin d’une assistance d’hébergement pour resocialiser ceux qui, en réalité, sont considérés d’une manière discriminatoire comme inaptes à investir de manière autonome un chez-soi. Il est symptomatique que dans la catégorie des sin techo n’entrent pas les personnes habitant dans les villas miseria (bidonvilles) ou dans des casas tomadas (squats), mais uniquement ceux qui n’ont aucun abri.

  • 1 G. Palleres et P. Rosa, « Loi pour la protection intégrale des droits de personnes en situation de (...)

7En 2010, un collectif constitué par des acteurs associatifs et des sociologues et anthropologues a proposé un projet de loi qui a été sanctionné par le pouvoir législatif de la ville de Buenos Aires : la loi de protection et restitution des droits des personnes en situation de rue ou en risque de le devenir1. L’accent est mis sur leur reconnaissance comme des sujets de droit, citoyens de fait, et non comme des objets d’un programme d’assistance. La catégorie de personnes en situation de rue qui avait déjà remplacé celle de sin techo, mais sans modifier réellement le regard porté sur elles, prend enfin tout son sens. D’après cette catégorie, leurs conditions de vie ne constituent pas un état. « Situation de rue » part d’une conception processuelle. Celle-ci reflète un moment socioéconomique et d’injustice sociale vécu par la personne qui paradoxalement l’intègre dans une histoire sociale, celle de la pauvreté, et rompt avec l’idée que sa pauvreté serait le résultat d’une nature propre et essentielle à elle. En effet, le terme « situation de rue » ouvre la possibilité de penser la transformation des conditions de vie de ces personnes par une volonté politique des pouvoirs publics qui devrait dans un même mouvement s’associer au propre agir des personnes concernées. Cette catégorie pourrait-elle migrer vers le vieux continent européen et contribuer à un travail critique vis-à-vis du terme de sans-abrisme utilisé en France, qui enferme les personnes à la rue dans une désignation statutaire sans issue, renforçant le grand partage historique entre eux et nous ?

  • 2 M. Agier, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 2002.

8Les mouvements migratoires internes aux États-nations et les mobilités internationales, conséquences des décolonisations et de la globalisation, ont nourri ces dernières années, tant en France qu’en Argentine et bien sûr dans d’autres géographies du monde, des contingents de personnes sans abri/en situation de rue. Toutes cherchant refuge dans les espaces de la ville, donnant naissance à une nouvelle figure de l’étranger, l’étranger global2. L’étranger national se confond ainsi avec celui désigné comme étranger de la cité. Mais à l’instar de ce dernier, il n’échappe pas non plus à une histoire catégorielle spécifique, celle de l’immigré, du sans-papiers, du clandestin.

9L’immigré en France tisse une relation intime avec l’histoire du pays. À l’origine du vocable utilisé pour définir l’autre, cet extérieur intérieur qu’est l’étranger dans la cité depuis le début du xxe siècle français, il y a une série de pays qui dessinent les contours d’une Europe avant même qu’elle ne devienne un projet politique. L’immigré est polonais, italien, portugais, etc. Les textes de loi, les discours et les assignations entérinent l’usage du terme « immigré » pour désigner les nouveaux arrivants sur le territoire français, puis leurs enfants et leurs petits-enfants. Une zone peu claire s’installe : à partir de quand cesse-t-on d’être un immigré ? On parle à présent d’immigrés de troisième génération, d’enfants d’immigrés. Ils se considèrent tour à tour comme Français, niant la validité de la dénomination « enfant d’immigrés », ou se dressent contre l’assignation qui leur est faite de correspondre à des valeurs qui leur feraient défaut. Il importe alors de savoir, lorsque l’on parle d’immigré, ce qui, ou qui, définit et justifie cette assignation. Il y a, dans la définition de l’immigré et dans son évolution dans le temps, dans le jeu entre les assignations identitaires et la définition de soi, une inadéquation entre les papiers et le fait, entre la vie et le droit, qui laisse à penser que le droit est souvent en retard sur les pratiques.

  • 3 J. Le Gall et S. M. Sassone, « Tournant des politiques migratoires en Argentine : vers une nouvelle (...)

10En Argentine, l’immigration se joue en d’autres termes, selon un mode binaire, dans lequel un immigré n’est pas égal à un autre immigré. La Constitution de 1853 encourage l’immigration : « Gouverner, c’est peupler » (Juan Bautista Alberdi, son rédacteur). Mais puisqu’il s’agit de gouverner, elle favorise une certaine immigration : tournée vers l’Europe, elle écarte implicitement l’immigration venue des pays limitrophes : les immigrés venus des pays voisins (Bolivie, Paraguay) sont « particulièrement étrangers3 ». L’immigration de travail est cependant encouragée. Les politiques migratoires d’un pays qui s’est construit à partir de ses immigrés dévoilent une volonté de gouvernement, celle de la construction d’une nation à partir d’un certain cépage, dans laquelle tout immigré n’est pas clandestin, et où le prochain n’est pas synonyme de souhaitable.

11Le sans-papiers est le nœud stratégique de la trame des assignations tissée par les sens du mot immigré et ses variantes. Le sans-papiers est candidat à l’immigration. Il a émigré, devrait être immigré, mais il n’est pas admis à entrer dans cette catégorie et se trouve placé dans une zone franche du droit que des années de législation n’ont pas encore réussi à ordonner. Comme pour l’immigré, il s’agit avant tout de savoir qui nomme, car le sans-papiers qui a émigré se considère immigré. Il est dedans, dit-il à ceux qui voudraient le voir dehors. Les collectifs de sans-papiers qui se sont créés en France à partir des années 1990 manifestent cet être en dedans qui leur est refusé. Les sans-papiers travaillent, disent-ils, ils sont déjà ici. Le sans-papiers est un émigré à qui l’on refuse d’immigrer. Il a quitté son lieu d’origine, mais il est empêché d’atteindre son but. Il est alors déplacé, en suspens dans un non-lieu. Il est un émigré à qui il manque le papier qui lui permettrait d’être un immigré. Pour le pouvoir, il est un clandestin.

12Or, clandestin, c’est le nom donné aux sans-papiers avant la lutte des sans-papiers. Les sans-papiers ont travaillé à être ainsi nommés, manifestant par là que la seule chose qui les différencie des citoyens et des résidents ayant reçu l’aval du droit est un papier. Ils se détachent ainsi de la consonance négative du terme clandestin. Le clandestin se rattache à la dissimulation et porte en lui une menace. Le sans-papiers est mis en évidence dans l’action des collectifs qui montrent sa présence dans la société. Ils exposent sa participation à la société. Le clandestin est un mot qui constitue un déni et sert à invisibiliser les sans-papiers. Le sans-papiers vit sur le territoire et ne dissimule que son défaut de papier. « Clandestin » lui retire son droit au séjour, et nie l’existence même des conditions de son séjour. Le clandestin se situe alors au plus bas de la trame des assignations puisque le terme désigne l’immigré non légalisé qui n’a pas eu la possibilité d’affirmer sa présence dans la cité ni de transformer l’assignation identitaire qui l’invisibilise en subjectivation politique singulière.

13Actuellement, l’Argentine dévoile une autre facette des politiques migratoires. En 2004, une nouvelle loi sur les migrations est promulguée. S’inscrivant explicitement dans la perspective des Droits de l’homme, elle affirme et définit le rôle de l’État dans l’intégration des immigrés. Elle se confronte à la question des indocumentados (sans-papiers) et se propose de régulariser l’ensemble des immigrés présents sur le territoire n’ayant pas de titres de séjour. Dans la perspective de la « société multiculturelle », il s’agit d’accorder le droit au fait. Un ensemble de mesures et de dispositifs visent à régulariser les indocumentados qui ne sont plus considérés en termes de clandestins mais de migrants, auxquels l’État doit aménager une place.

Bibliographie

Agier Michel, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 2002.

, « Protéger les sans-État ou contrôler les indésirables : où en est le HCR ? », Conjoncture, n103, 2006.

, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008.

, « Penser le sujet, observer la frontière », L’Homme, n203-204, 2012/3, p. 51-75.

, La Condition cosmopolite : l’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

Agier Michel, Bouillon Florence, Girola Claudia, Kassa Sabrina et Vallet Anne-Claire (dir.), Paris refuge : habiter les interstices, Paris, Le Croquant, 2011.

Bruneauteaux Patrick et Terrolle Daniel, L’Arrière-cour de la mondialisation : ethnographie des paupérisés, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2010.

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

, « Les marginaux dans l’histoire », in Serge Paugam (dir.), L’Exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2001.

, L’Insécurité sociale, qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003.

Declerck Patrick, Les Naufragés, Paris, Plon, 2001.

Fassin Didier, Morice Alain et Quiminal Catherine (dir.), Les Lois de l’inhospitalité : les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte, 1997.

Girola Claudia, De l’homme liminaire à la personne sociale : la lutte quotidienne des sans-abri [thèse], Lille, ANRT, 2007.

, Vivre sans abri : de la mémoire des lieux à l’affirmation de soi, Paris, Éd. rue d’Ulm, 2011.

Grimson Alejandro, « La vida política de la etnicidad migrante: hipótesis en transformación », Estudios Migratorios Latinoamericanos, no 50, 2003.

Le Gall Julie et Sassone Susana Maria, « Tournant des politiques migratoires en Argentine : vers une nouvelle politique territoriale ? », EchoGéo, n3, 2007, p. 1-11.

Palleres Griselda et Rosa Paula, « Loi pour la protection intégrale des droits de personnes en situation de rue dans la ville de Buenos Aires, Argentine : chronique d’un processus de construction collective », in Pascale Pichon, Claudia Girola et Élodie Jouve (dir.), Au temps du sans-abrisme : enquêtes de terrain et problème public, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2016.

Paugam Serge, La Disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF, 1991.

Pichon Pascale, Vivre dans la rue : sociologie des sans domicile fixe, Paris, Aux lieux d’être, 2007.

Siméant Johanna, La Cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 44.

, « Violence d’un répertoire : les sans-papiers en grève de la faim », Cultures et Conflits, n9, printemps-été 1993.

Tassin Étienne, « La cosmopolítica a prueba: la cuestión del extranjero », Revista Posdata. Reflexión y análisis Político, n9, 2003.

Notes

1 G. Palleres et P. Rosa, « Loi pour la protection intégrale des droits de personnes en situation de rue dans la ville de Buenos Aires, Argentine : chronique d’un processus de construction collective », in P. Pichon, C. Girola et É. Jouve (dir.), Au temps du sans-abrisme : enquêtes de terrain et problème public, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2016.

2 M. Agier, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 2002.

3 J. Le Gall et S. M. Sassone, « Tournant des politiques migratoires en Argentine : vers une nouvelle politique territoriale ? », EchoGéo, n3, 2007, p. 1-11.

Auteurs

Claudia Girola est anthropologue, maîtresse de conférences à l’université Paris-Diderot et membre du Laboratoire du changement social et politique. Elle est l’auteure de Vivre sans abri. De la mémoire des lieux à l’affirmation de soi (Édition rue d’Ulm, Presse de l’École normale supérieure, 2011) et de Au temps du sans-abrisme. Enquêtes de terrain et problème public (Puse, 2016 — avec P. Pichon et E. Jouve).

Valentine de Boisriou est docteure en sciences juridiques et politiques (université Paris-Diderot) et en sciences sociales (université de Buenos Aires). Elle est enseignante-chercheuse de la faculté de sciences sociales et de l’Institut de recherches Gino Germani de l’université de Buenos Aires.

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540