Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Banlieue, barrio, bidonville, cité, conurbano, faubourg, logements sociaux, quartier, vecino, villa, périphérie

Numa Murard et Denis Merklen

Texte intégral

1Une ligne de fracture organise l’espace de la culture urbaine en Argentine. Cette ligne sépare le quartier du bidonville, la villa du barrio. Dite aussi villa miseria ou villa de emergencia selon que ce soit l’ironie populaire ou l’euphémisme administratif qui adjective, cette forme de l’habitat populaire marginal émerge à Buenos Aires dans les années 1930 pour devenir plus tard une composante fondamentale de toutes les grandes villes du pays.

2La fracture principale, en France, oppose le centre-ville à la périphérie. La plupart des villes se sont développées de manière concentrique à partir d’un centre ancien, les constructions nouvelles formant des faubourgs (accolés à un bourg, synonyme de ville, désignant aujourd’hui une petite ville) puis des banlieues (zone d’une lieue, mesure ancienne équivalente à cinq kilomètres, sur laquelle s’applique le ban, c’est-à-dire la juridiction de la ville). Au centre comme en périphérie, les habitants de la ville distinguent et nomment des quartiers. Cette notion n’a aucune définition précise, le quartier peut être très petit ou très grand, très riche ou très pauvre, la notion peut être purement toponymique, ou désigner une spécificité, géographique, historique ou sociologique, du lieu et/ou de ses habitants.

  • 1 NHT : Núcleo habitacional transitorio (ensemble d’habitations transitoires, se rapprochent des cité (...)

3Les formes d’habitat populaire sont nombreuses dans le xxe siècle argentin et certaines ont reçu des noms particuliers comme conventillo, monobloks, asentamiento ou loteo, en provenance du langage populaire, ou NHT ou NHD1, selon les désignations technocratiques. Bien que très minoritaires, des espaces de logement collectif existent, bâtis notamment par les syndicats, par l’État et par des coopératives – la plupart des initiatives étant marquées par l’échec. Mais cette diversité est structurée par l’opposition villa-barrio (bidonville-quartier) et dominée par la propriété de l’habitation individuelle. Certes, la relation centre-périphérie est aussi importante notamment à Buenos Aires. Toute une fantasmagorie analogue à celle évoquée par la « banlieue » est éveillée par le mot conurbano à partir des années 1980. Mais l’opposition centre-périphérie n’est pas la même qu’en France.

4L’histoire de l’habitat populaire en France est dérivée de l’industrialisation, de l’exode rural consécutif à cette industrialisation et des efforts de l’État pour gérer les formes spontanées de l’urbanisation. Les grands entrepreneurs capitalistes ont parfois construit des petites maisons et même des villes entières pour fixer sur place les ouvriers et surveiller leur mode de vie. Il reste quelques traces de cette histoire comme les courrées et les corons des villes du Nord de la France. Mais c’est surtout l’État qui a formé la ville, par de grandes opérations d’urbanisme (comme le percement des boulevards et des avenues de Paris au milieu du xixe siècle), et la production en masse, après la Seconde Guerre mondiale (jusqu’à 500 000 logements chaque année entre 1955 et 1970) de logements populaires en location, les HLM (habitations à loyer modéré), construits de manière industrielle à la périphérie des villes, en prenant sur les terres agricoles. Un processus continu de rénovation urbaine a abouti un peu partout à la gentrification des centres-villes, qui a permis d’éliminer ou de rénover les taudis, c’est-à-dire les vieux immeubles délabrés où sévissaient les fléaux sociaux comme la tuberculose, mais a également abouti à repousser les classes populaires vers la périphérie.

5La banlieue, au sens moderne du terme, est le résultat de cette action. On y distingue des cités, qui sont nommées par les promoteurs publics et privés de ces HLM et qui désignent des ensembles plus ou moins larges d’immeubles construits dans le cadre d’une même opération immobilière. La plupart des anciens habitants des HLM ont quitté les cités dans les années 1970 et 1980 pour accéder à la propriété individuelle, au pavillon individuel, dans des zones pavillonnaires qui s’étendent de plus en plus loin à la périphérie des villes. La cité, aujourd’hui, est la figure dominante de la pauvreté urbaine, du chômage, de la désindustrialisation et des problèmes de l’immigration, avec la figure emblématique du jeune garçon d’origine étrangère désœuvré et potentiellement délinquant ou violent. Pour distinguer les immeubles collectifs où vivent des habitants plus aisés que ceux des cités, on les qualifie de résidences. Leurs occupants sont aussi plus souvent propriétaires de leur logement.

  • 2 J. S. Scobie, Buenos Aires: Plaza to suburb, 1870-1910, New York, Oxford University Press, 1974.

6El barrio est la figure dominante en Argentine. Comme « quartier » en français, le mot est polysémique et désigne aussi un secteur de la ville (barrio pobre, barrio residencial, el barrio de la casa de gobierno, barrio bajo ou barrio alto, etc.). Mais le mot désigne surtout à la fois une réalité physique et une réalité morale et fait partie intégrante de la culture de Buenos Aires, ou de l’« idiosyncrasie des porteños2 », pour parler comme James Scobie. Dès l’entrée de la ville dans la modernité vers les années 1910, la figure du barrio s’organise autour de maisons individuelles où vivent des familles de travailleurs. La maison comme foyer en constitue l’élément principal, et très tôt, dès la première grande vague de migrants européens, la maison est de propriété privée – plus précisément de propriété familiale. Un quartier se constitue très vite comme un espace de vie collective et d’une sociabilité qui évolue avec le temps. La sociedad de fomento en est l’institution fondamentale : une association d’habitants dont le but est de « promouvoir » (fomentar) la vie locale et de faciliter la communication avec la municipalité. Mais le quartier est peuplé aussi par d’autres espaces de la vie commune parmi lesquels le club, et en premier lieu le club de football, le café, la chapelle, l’école et le jardin d’enfants (souvent comunitarios – « associatifs »), des locaux des partis politiques et des institutions culturelles, principalement des bibliothèques populaires.

7Cette véritable sociedad barrial entre dans la culture à travers la littérature lorsque des auteurs comme Jorge Luis Borges, Roberto Arlt ou Oliverio Girondo en font l’un des centres de leur écriture, ou grâce au cinéma de réalisateurs comme Leopoldo Torre Nilson et à la chanson populaire où le tango apparaît comme l’expression de la culture urbaine par excellence faisant du barrio le centre de son espace mythologique. Aujourd’hui, les expressions contemporaines de la culture gardent le quartier comme espace privilégié de perception de la vie quotidienne et de la sociabilité. Dans la musique populaire, le barrio demeure toujours non seulement l’un des principaux objets de la chanson, mais aussi la surface d’où la chanson émerge – comme dans le cas de la cumbia.

8Dès les années 1970, en France, apparaît le mal des banlieues, la critique des cités-dortoirs, qui sont désertées dans la journée parce que les habitants sont partis au travail, et dangereuses le soir, lieux où les femmes restées au foyer s’ennuient, souffrant de la sarcellite (du nom de la ville de Sarcelles), c’est-à-dire des effets négatifs de l’urbanisme fonctionnel (séparant les espaces de travail, de logement, de loisirs, etc.) promu par l’architecte Le Corbusier et la doctrine développée dans la charte d’Athènes. Par contrecoup, s’exprime toute une nostalgie des quartiers anciens, du village urbain, d’une écologie urbaine spontanée, sans intervention de l’État. Mais en réalité, le logement reste une ressource difficile d’accès et dans de nombreuses villes les listes d’attente s’allongent pour obtenir un logement HLM. Environ 20 000 personnes sont recensées comme sans abri ou SDF (sans domicile fixe) et fréquentent périodiquement ou régulièrement les centres d’hébergement d’urgence. L’habitat insalubre ou indigne, les taudis se reforment sans cesse. Sans parler des très nombreuses personnes hébergées par des parents, des amis, à titre précaire. Les bidonvilles des années 1960 et 1970 étaient des constructions spontanées extrêmement précaires, faites principalement de bois et de quelques briques hâtivement maçonnées. Ils avaient accueilli des travailleurs étrangers et parfois leurs familles, notamment pendant la guerre d’Algérie, et les baraques étaient souvent détruites par la police avant d’être reconstruites. Les derniers bidonvilles ont disparu dans les années 1970, et une bonne partie de leurs habitants ont été relogés dans des cités de transit, où ils n’avaient même pas de titre officiel de location. Mais de nouveaux bidonvilles apparaissent depuis les années 1990, notamment les campements de ceux que l’on appelle les Roms – encore une notion très floue qui désigne tantôt des groupes itinérants, tziganes, gens du voyage, tantôt des migrants des pays de l’ancien bloc communiste, Roumanie, Bulgarie, Hongrie – et des migrants ou exilés qui cherchent refuge en Europe.

9Les quartiers argentins sont peuplés de vecinos, et ce mot mérite une attention particulière parce que c’est en lui que le quartier rentre en politique. Vecino en castillan traduit à la fois l’habitant d’un quartier et le voisin, et le vecinazgo invoque les rapports de solidarité locale – « voisinage » en français. Mais cette correspondance peut rendre invisible une signification massive portée par le mot. Depuis l’époque de la colonie espagnole, les vecinos des bourgs et des villes (blancs et créoles) se distinguent des infieles (les infidèles non catholiques, amérindiens et esclaves noirs). Vecino s’associe alors à citoyen, le membre de la communauté politique – de la « Cité » avec un grand C, dirait-on en français. Déjà dans le monde moderne, le vecino est l’homme probe, qui vit dans sa maison avec sa famille, travaille, est solidaire, fait preuve de civilité et va fréquemment à la messe. C’est l’habitant d’un barrio à qui on doit respectabilité.

10Les relations de voisinage restent très importantes en France, malgré les discours récurrents sur la perte ou le délitement du lien social. Mais le local est étroitement articulé au global et de très nombreux citadins, surtout dans les grandes villes, ont très peu ou pas du tout de relations avec leurs voisins et les autres habitants de leur quartier. Dans les quartiers populaires, la norme des relations est le « bonjour-bonsoir », c’est-à-dire que les relations entre voisins restent dans les cages d’escalier et les parties communes. On ne franchit pas, ou seulement de manière exceptionnelle, la porte du domicile qui marque la frontière entre le public et le privé. Des relations denses, qui vont au-delà de cette porte, caractérisent les quartiers les plus pauvres où s’installent une économie de pénurie et une solidarité obligatoire entre ceux qui ont le moins de ressources.

11En Argentine, l’intégration de la première vague migratoire en provenance de l’Europe est réussie et l’immense majorité des migrants sont propriétaires de leur logement individuel. Mais à partir des années 1940, l’industrialisation attire la migration rurale sans pouvoir l’intégrer faute d’une politique sociale du logement. En opposition au quartier de propriétaires s’installe peu à peu la villa qui marque aussi sa frontière, car l’évidence montre qu’on sort de l’espace normal de la ville quand on rentre dans le bidonville. La villa ne se compose pas de maisons mais de ranchos et de casillas, de baraques et d’habitations faites avec des matériaux de récupération allant de la tôle et du carton à la brique nue. La villa est un habitat quasiment dépourvu d’espaces collectifs, à l’exception du terrain de football, des églises et des locaux politiques. Les barrios en revanche ont été décrits dès 1910 comme des « microsociétés » où la vie politique est intense, alimentée par divers partis politiques et organisations. À partir de 1945, le local du parti péroniste, la unidad básica, occupe toute la place, là où régnait jusqu’alors le comité du parti radical. La villa n’est pas formée de pâtés de maison et son espace n’est pas organisé par la rue et la démarcation nette de l’espace public et de l’espace privé. On rentre à la villa par le pasillo (couloir) dans un espace caractérisé par l’entassement, la promiscuité et l’impression de désordre. Contrairement à l’habitant du quartier (le vecino) qui achète une parcelle pour y construire sa maison comme un projet familial, dans le bidonville on occupe illégalement un terrain et on accède illégalement à la plupart des services urbains. Ainsi la population des villas a toujours souffert d’une forte stigmatisation, suspectée de délinquance car elle se distingue, point par point, de la figure du quartier. Et naturellement, la villa n’est pas peuplée de vecinos. Le langage populaire a créé la figure de villero (comme existe le favelado des favelas brésiliennes et le banlieusard ou le zonard en France). Par vice ou par effet de la pauvreté, le villero est ainsi exclu de la citoyenneté, car la vie dans un habitat malsain ne peut pas être une vie bonne. Les conditions d’habitation renseignent, à travers les figures de vecino et de villero, sur la condition politique de l’être humain ou, si l’on préfère, sur sa politicité.

12Dans les villes en France, il existe de très nombreuses associations, notamment sportives et culturelles, ainsi que des églises et autres lieux de culte, telles les mosquées, qui focalisent les peurs et sentiments xénophobes, ainsi que des partis politiques, qui essaient de s’y implanter. Mais leur ancrage local est faible. Les associations de quartier rassemblent quelques militants et ont peu de prise sur la vie sociale ordinaire. La perte d’influence des églises (à l’exception des lieux de culte musulmans et juifs) a coïncidé avec la perte d’influence du parti communiste, qui réalisait un encadrement des quartiers populaires très influent jusque dans les années 1970. Aujourd’hui, la cohésion sociale repose principalement sur la citoyenneté sociale et politique. Les droits sociaux sont garantis par l’existence de services publics présents dans les quartiers, comme les écoles, les centres sociaux, les caisses d’allocations familiales, les médiathèques et centres de loisirs, etc. Ce sont les institutions publiques qui encadrent la vie sociale. Dans les quartiers difficiles ou quartiers sensibles, qui sont la cible des politiques de la ville, les relations des institutions avec les habitants sont souvent conflictuelles. La citoyenneté sociale est en grande partie utopique parce que les habitants des quartiers pauvres sont toujours soupçonnés de préférer l’assistance sociale au travail. Quant à la politique, sa dimension locale se manifeste seulement de manière épisodique, au moment des élections municipales, ou alors dans les périodes de conflit, dont la forme la plus évidente est l’émeute. Lorsque surviennent des émeutes, la réaction des autorités est invariablement de prendre des mesures pour renforcer l’action sociale et culturelle, ce qui n’est pas une réponse directement politique. En ce qui concerne la politique, il est difficile de parler du vote des habitants d’un quartier parce que le découpage électoral ne correspond pas aux limites, elles-mêmes discutables, des quartiers. On dit souvent que les classes populaires sont la principale clientèle électorale du Front national, mais ce point de vue est contesté et ce qui est certain, c’est que le principal parti dans les classes et les quartiers populaires est celui de l’abstention. On peut donc dire que la politique en France, contrairement à ce qui se passe en Argentine, n’est pas une dimension essentielle de la vie de quartier. La politicité des habitants s’exprime principalement dans le rapport aux institutions, à l’État, et dans les relations qu’ils entretiennent entre eux.

Bibliographie

Collovald Annie, Le Populisme du FN : un dangereux contresens, Paris, Le Croquant, 2004.

Dufaux Frédéric, Fourcaut Annie et Skouletsky Rémy, Faire l’histoire des grands ensembles : bibliographie 1950-1980, Paris, ENS éditions, 2003.

Fourcaut Annie, Un siècle de banlieue parisienne : guide de recherche, Paris, L’Harmattan, 1996.

Frederic Sabina, Buenos vecinos, malos políticos: moralidad y política en el Gran Buenos Aires, Buenos Aires, Prometeo, 2004.

Grafmeyer Yves, Sociologie urbaine, Paris, La Découverte, 2005.

Gutierrez Leandro et Romero Luis Alberto, Sectores Populares, cultura y política: Buenos Aires en la entreguerra, Buenos Aires, Sudamericana, 1995.

Merklen Denis, « Deux figures de l’habitat populaire : le quartier et le bidonville », in Inscription territoriale et action collective : les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine, Lille, ANRT, 2006, p. 171-256.

Privitellio Luciano de, Vecinos y ciudadanos: política y sociedad en la Buenos Aires de entreguerras, Buenos Aires, Siglo XXI, 2003.

Scobie James R., Buenos Aires: Plaza to suburb, 1870-1910, New York, Oxford University Press, 1974.

Topalov Christian, Coudroy de Lille Laurent, Depaule Jean-Charles et Marin Brigitte, L’Aventure des mots de la ville : à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, 2011.

Notes

1 NHT : Núcleo habitacional transitorio (ensemble d’habitations transitoires, se rapprochent des cités de transit en France). NHD : Núcleo habitacional definitivo (Ensemble d’habitations définitives, la plupart du temps des grands ensembles). Destinés à reloger les habitants des bidonvilles, les NHT étaient conçus pour être remplacés par des NHD une fois la construction des immeubles finie.

2 J. S. Scobie, Buenos Aires: Plaza to suburb, 1870-1910, New York, Oxford University Press, 1974.

Auteurs

Numa Murard est professeur émérite de sociologie à l’université Paris-Diderot. Il est l’auteur notamment de Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière (Bayard, 2012) et de La Morale de la question sociale (La Dispute, 2003).

Denis Merklen est professeur de sociologie à la Sorbonne Nouvelle et membre de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine et du Creda. Il est connu pour sa sociologie politique des classes populaires et a mené de nombreuses recherches en Argentine et en France, en Chine, à Haïti, au Sénégal et en Uruguay. Il est l’auteur de En quête des classes populaires. Un essai politique (La Dispute, 2016, avec S. Béroud, P. Bouffartigue et H. Eckert), Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? (Presses de l’Enssib, 2013), Quartiers populaires, quartiers politiques (La Dispute, 2009), Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Gorla, 2005 et 2010), Asentamientos en La Matanza (Catálogos, 1991).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540