Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Estallido, émeute, soulèvement, révolte, piquetero

Marina Farinetti et Charlotte Perrot-Dessaux

Texte intégral

1Commençons par interroger les connotations associées respectivement aux termes émeute et estallido social, dans le contexte de l’histoire récente des mouvements de protestation en France et en Argentine. Nous analyserons ensuite la traductibilité des mots « émeute » et estallido.

  • 1 Dans son ouvrage Sociologie des émeutes, Michel Kokoreff revient sur les effets de la qualification (...)

2« Émeute ». D’après le dictionnaire français, émeute correspond à un soulèvement populaire. S’inscrivant dans l’espace urbain et plus précisément dans les quartiers populaires, l’émeute a comme point de départ un événement réactivant la conflictualité opposant une partie de la population de ces quartiers, les « jeunes », et les représentants de la puissance publique, à commencer par les forces de l’ordre. La charge émotionnelle qui en résulte et la réactualisation d’un « Nous » sont à l’origine de violences collectives : dégradations d’équipements publics locaux (écoles, gymnases, bibliothèques, centres culturels…), conflits opposant forces de l’ordre ou autres garants de l’ordre public aux « jeunes », incendies de voitures… Les traitements politiques et médiatiques des émeutes ont largement renvoyé ces événements du côté de la délinquance ou des manifestations ethniques/« communautaires » ou « islamistes ». Le refus de vouloir y lire une dimension politique a essentiellement reposé sur quelques caractéristiques : absence d’organisation, de leader, de revendications et de mots d’ordre explicites. Comment nommer ces modes d’actions1 ?

  • 2 E. J. Hobsbauwm, Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966.
  • 3 R. Castel, La Discrimination négative : citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, 2007.

3Parler d’émeute souligne le caractère spontané et non structuré des violences collectives, pratiques et modes d’action des individus privés d’autres modes d’action collective. D’après Hobsbawm, les émeutes sont des modes d’action collective et de revendications d’individus situés aux marges du système institutionnel et ayant un rapport ambivalent aux institutions, entre défiance et demande de reconnaissance2. Ces modes d’action et d’apparition dans l’espace public sont le propre de ceux que Robert Castel analyse comme étant aux marges du social, c’est-à-dire ni dehors ni dedans3. Associée à la catégorie « jeunes de quartier », renvoyant à la double appartenance de classe et de « race », l’émeute est le mode d’entrée dans l’espace public et politique des individus privés de socialisation politique traditionnelle.

  • 4 « Populaire » est à entendre ici comme position dans l’espace social et non au sens de « peuple ».

4Invention des années 1990 du ministère de l’Intérieur, la catégorie « violences urbaines » souligne, elle, la dimension délictuelle de l’événement, le dépolitise et justifie la mise en place de mesures répressives. Enfin, la qualification de « révolte » ou de « soulèvement » renvoie à la dimension populaire4 et protestataire des actions collectives sans stigmatisation de leurs auteurs.

5Attribuer ou non une dimension politique aux émeutes participe de leur (dé)légitimation. Parler de « protopolitique » disqualifie ces actions et leurs auteurs, considérés comme des dominés incapables de parler et condamnés à « être parlés » car constitutifs d’une « classe objet ». Utiliser le terme « infrapolitique » souligne l’incapacité d’une population pauvre et marginale d’accéder au système politique et [sa] dépendance vis-à-vis de ce système. Le qualificatif « suprapolitique » renvoie à un ordre supérieur, celui des valeurs sociétales. Les émeutes sont dans ce cas l’expression d’une supériorité morale, d’un « Nous » se définissant comme victime de discriminations et mis à l’écart par un système politique. Ces émeutes sont l’occasion d’affirmation d’une morale collective. La dimension politique résulte de l’apparition de groupes sociaux dans l’espace public et se caractérise par la demande de reconnaissance implicite de ces groupes adressée au système politique.

6Les émeutes constituent un registre spécifique de la conflictualité sociale. Elles génèrent un moment de rupture par l’apparition brutale et non organisée d’actions violentes dans l’espace public, concentrées dans les périphéries de l’espace urbain – les quartiers populaires. Elles ne dépassent pas les clivages sociaux et restent portées par une minorité, « la jeunesse des quartiers », considérée comme illégitime quant à son mode de participation au politique.

  • 5 M. Farinetti, « Estallido social », in A. Adelstein et G. Vommaro (dir.), Diccionario del léxico co (...)

7Estallido social. En Argentine, cette expression est entrée dans le lexique politique courant en référence aux formes de protestation des fonctionnaires publics et des habitants qui ont traversé les provinces au cours des années 19905. Dans la langue espagnole, les estallidos les plus violents sont habituellement dénommés au moyen du suffixe -azo ajouté au nom de la ville dans laquelle ils ont eu lieu ou au mot désignant l’origine géographique des habitants. Ce type de dénomination montre la signification du mouvement de protestation dans l’histoire de la ville ainsi que son importance sur le plan des événements politiques nationaux. À l’occasion de la protestation de Santiago del Estero (1993), les mots Santiagazo et Santiagueñazo sont apparus dans le langage.

  • 6 Créée en 1922, YPF (Yacimientos Petrolíferos Fiscales) est l’entreprise d’État de prospection et d’ (...)
  • 7 Real Academia Española, Diccionario de la Lengua Española, Editionélectronique, http://www.rae.es.

8A posteriori, la désignation de ces mouvements par le nom des villes concernées a produit un glissement de sens et estallido social a commencé à être utilisé en tant que synonyme de pueblada dans le vocabulaire politique argentin, de façon à désigner le soulèvement d’une localité. Le cas s’est présenté avec le Cutralcazo qui a donné lieu au terme piquetero. En 1995, les habitants de deux villages pétroliers de Neuquén gravement affectés par la privatisation de la société YPF6 avaient coupé la route et tous les chemins d’accès menant à ces deux villages, entraînant un important conflit. Le dictionnaire de la Real Academia Española7 associe le terme piquetero à deux définitions, à savoir : a) petit groupe de personnes qui exhibe des pancartes avec des slogans, mots d’ordre politique, pétitions, etc. ; b) groupe de personnes qui essayent d’imposer ou de maintenir une grève, pacifiquement ou violemment. Cependant, dans le cas spécifique du Cutralcazo, étant donné la tradition pétrolière des localités, on peut relier le terme à celui de « picadas », mot employé pour désigner les chemins ouverts par les entreprises pétrolières dans lesquels ils installaient des repères de signalisation ou des « piquets ». La dénomination a permis d’articuler les luttes de tous les chômeurs du pays, identifiées au mouvement piquetero.

9Le second moment fondateur dans l’usage de estallido social s’inscrit dans le contexte du mouvement de protestation qui a culminé avec la démission présidentielle en 2001, aussi appelé Argentinazo.

  • 8 Estallido signifie littéralement « explosion », « éclatement ».

10Les événements désignés en tant qu’estallido social ne sont pas le résultat d’une décision, mais le déchaînement d’un processus de crise. Dans cette situation à la fois imprévisible et silencieusement attendue, on tend à présenter le sujet qui explose8 comme un agent indéfini et diffus. L’anonymat apparaît comme l’une des caractéristiques de cette forme d’action populaire. L’estallido social désigne une forme particulière de violence sociale ou populaire : celle qui libère un état intérieur d’accumulation de tension émotionnelle. Ainsi, il apparaît comme une action expressive (à l’opposé d’une action stratégique) et réactive, équivalente, sur le plan individuel, à une explosion de colère.

11Néanmoins, le mot estallido représente la fin d’une situation politique. Si le terme révolution renvoie à un changement social profond et désiré par ses participants – en général, son usage revêt une dimension politique –, estallido évoque une fin brusque et désastreuse. Dans le champ politique, bien qu’ils soient généralement utilisés comme synonymes, les sens des termes estallido, revuelta, rebelión, insurrección et revolución font débat. Aux deux pôles opposés, si revolución ouvre un nouveau processus politique, estallido reste cantonné au moment de la crise et à la fin d’une situation politique. Si revolución désigne une causalité qui resterait impensable, sans organisation et sans processus continu, estallido social évoque une causalité opposée à l’organisation. Il est généralement considéré comme une action spontanée.

  • 9 Personne qui s’infiltre dans la protestation pour provoquer de la violence en vue de fins politique (...)

12Le langage courant de la politique est traditionnellement imprégné du lexique de la psychologie de la foule du xxe siècle, dans lequel les termes pillaje, turba, populacho sont utilisés pour désigner l’action populaire. Une des connotations fréquentes de estallido social dans le langage politique renvoie à l’idée de manipulation des masses à des fins politiques (par l’intermédiaire d’« agitadores » ou d’« infiltrados »9). Ainsi construit, le discours établit une distinction entre une protestation légitime (un état de nécessité ou de colère) et illégitime (instrumentalisation du mouvement à des fins extérieures aux revendications) et désigne le caractère spontané ou organisé des faits. Les partisans utiliseront davantage le terme en tant que synonyme de rebelión, tandis que les adversaires feront référence au sens ancien, chargé d’une vision négative de l’action populaire. Quant aux voix des acteurs des estallidos, elles restent plutôt silencieuses en raison de la forme non individualisée de l’action populaire anonyme.

13Les deux catégories s’appliquent à des formes d’action populaire qui présentent des points communs, principalement rattachés au faible niveau d’organisation de l’action collective et d’articulation du discours protestataire. De la même manière, ces deux étiquettes contribuent à invisibiliser la dimension politique de la protestation.

14Parallèlement, les catégories présentent les différences suivantes. Tandis que les émeutiers se limitent à une catégorie sociale spécifique, les jeunes des quartiers populaires, les manifestants des estallidos sont regroupés à l’intérieur d’une catégorie diffuse et non spécifique (foule, gens, habitants d’une ville). Émeute évoque l’apparition dans l’espace public d’individus habituellement aux marges de l’espace politique et social, stigmatisés, privés de socialisation dans le système institutionnel. En revanche, estallido social, une fois encore, n’est pas associé à une entité sociale spécifique mais à une crise politique. Alors que les émeutes prennent place dans la périphérie urbaine, les estallidos se tiennent au centre politique des villes (les cibles privilégiées de la violence collective sont les sièges du Gouvernement). Dans l’émeute, l’antagonisme entre les « jeunes » et la police est caractéristique ; dans l’estallido, la société conteste en bloc la classe politique.

Bibliographie

Castel Robert, La Discrimination négative : citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, 2007.

Farinetti Marina, « Estallido social », in Andreína Adelstein et Gabriel Vommaro (dir.), Diccionario del léxico corriente de la política argentina: palabras en democracia (1983-2013), Los Polvorines, UNGS, 2014.

Hobsbauwm Eric J., Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966.

Kokoreff Michel, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008.

Lapeyronnie Didier, « Révolte primitive dans les banlieues françaises : essai sur les émeutes de l’automne 2005 », Déviance et Société, vol. 30, n4, 2006, p. 431-448.

Notes

1 Dans son ouvrage Sociologie des émeutes, Michel Kokoreff revient sur les effets de la qualification des faits sociaux en analysant les trois termes principaux utilisés pour nommer les émeutes de novembre 2005. M. Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008.

2 E. J. Hobsbauwm, Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966.

3 R. Castel, La Discrimination négative : citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, 2007.

4 « Populaire » est à entendre ici comme position dans l’espace social et non au sens de « peuple ».

5 M. Farinetti, « Estallido social », in A. Adelstein et G. Vommaro (dir.), Diccionario del léxico corriente de la política argentina: palabras en democracia (1983-2013), Los Polvorines, UNGS, 2014.

6 Créée en 1922, YPF (Yacimientos Petrolíferos Fiscales) est l’entreprise d’État de prospection et d’exploitation pétrolière. Privatisée en 1992, elle fut renationalisée en 2012.

7 Real Academia Española, Diccionario de la Lengua Española, Editionélectronique, http://www.rae.es.

8 Estallido signifie littéralement « explosion », « éclatement ».

9 Personne qui s’infiltre dans la protestation pour provoquer de la violence en vue de fins politiques externes aux revendications « authentiques » des manifestants.

Auteurs

Marina Farinetti est politiste, professeure de théorie politique et chercheure au Centro de investigaciones en historia conceptual de l’université Nacional de San Martín, Argentina. Dernières publications : « Día de furia en Santiago del Estero: el 16 de diciembre de 1993 », in Gabriel Di Meglio et Sergio Serulnikov (dir.), La larga historia de los saqueos en la Argentina. De la Independencia a nuestros días (Buenos Aires, 2017) ; « Montesquieu en Santiago del Estero: Temor y política en la trama imaginaria del juarismo », in Apuntes de investigación del CECYP, n° 26 (2015, en coll. avec C. Zurita).

Charlotte Perrot-Dessaux est sociologue. Elle est l’auteure d’une thèse intitulée La Lecture publique à l’épreuve des quartiers populaires. Enquête dans les bibliothèques de la Seine-Saint-Denis (université Paris-Diderot – Paris 7, 2017). Elle a aussi publié « Les bibliothèques populaires argentines, ou quand la promotion de la lecture est prise en charge par la “communauté” », in A. Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique (Presses de l’Enssib, 2014).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540