Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Jacobinismo/me, populismo/me, peronismo/me, republicanismo/me

Martine Leibovici et Leonardo Eiff

Texte intégral

1La France est à l’évidence la terre natale du jacobinisme. Ce terme renvoie immédiatement à l’histoire du Club des jacobins pendant la Révolution française, qui culmina avec le gouvernement révolutionnaire du Comité de salut public (1793-1794). Du rang des jacobins sont issues les figures emblématiques de la Révolution : Robespierre, Danton, Camille Desmoulins ou Saint-Just. C’est leur ligne politique qui l’a emporté quand les députés de la Convention nationale, où ils dominaient, ont proclamé la République le 21 septembre 1792, déclarée « une et indivisible ». Quelles qu’aient été par la suite les divisions entre les républicains, leur filiation avec les jacobins a toujours fait question, dans la mesure où ils étaient associés non seulement à la fondation de la République, mais aussi à la Terreur. D’un côté, la pratique jacobine du pouvoir a mis en place certains éléments fondamentaux du républicanisme en France, et c’est la raison pour laquelle elle fut d’emblée revendiquée par le parti républicain de la Restauration à la Troisième République ; mais, d’un autre côté, pour les libéraux ou les monarchistes, le jacobinisme a laissé le souvenir d’une dictature sanglante prenant en outre des mesures attentatoires à la propriété privée. D’où ce que Pierre Rosanvallon a appelé la « recomposition libérale du jacobinisme » (Thiers, Guizot), qui consistait à le détacher des « formulations et des images révolutionnaires ». Pour mettre un terme aux discussions sur l’héritage de la Révolution française (1789 et les Droits de l’homme et du citoyen avec ou sans 1793), les républicains de la Troisième République pourront à la fois revendiquer le legs jacobin débarrassé du sang et de la violence, tout en reconnaissant le caractère fondateur et irréversible de la Révolution française grâce à la fameuse déclaration de Clemenceau : « Que nous le voulions ou non, que ça nous plaise ou nous choque, la Révolution française est un bloc. »

2Passé dans la culture politique française comme un terme générique, le jacobinisme évoque d’abord la centralisation administrative à partir d’un État fort, distinct de la société civile et garant de la souveraineté nationale, la nation étant le lien entre des individus citoyens réputés égaux car abstraits de leurs appartenances locales et communautaires. La nation étant une nation de citoyens, ce qui les unit est la généralité de la loi. Le jacobinisme est associé à toutes les mesures d’uniformisation du territoire et de la population (départementalisation, unification des poids et mesures, généralisation de la langue française). Ce champ sémantique recoupe en grande partie ce que défendent les tenants de ce qu’on appelle parfois le « républicanisme à la française », dont Rousseau peut être considéré comme un des grands précurseurs, bien que pour lui la volonté générale ne soit pas celle de la nation mais celle du peuple. Un thème cependant a été développé à partir de la Troisième République, dans le contexte de l’opposition acharnée de l’Église catholique à la république : celui de la laïcité comprise comme neutralité de l’État et de ses institutions (en premier lieu l’Éducation nationale) à l’égard de toute institution religieuse. Ces orientations générales peuvent être défendues de nos jours tant par des gaullistes que par des socialistes, ceux-ci étant souvent associés à l’étatisme jacobin. De nombreuses questions se posent pourtant : d’abord, est-il si sûr que cette représentation des jacobins corresponde effectivement à ce qu’ils ont fait une fois au pouvoir ? De plus, la généalogie jacobinisme/républicanisme est-elle suffisante pour apprécier l’apport de ce que Jean-Fabien Spitz appelle « le moment républicain en France », à propos de la culture politique de la Troisième République pas si éloignée que cela de la tradition républicaine euro-atlantique ?

3Cela dit, la postérité du jacobinisme n’a pas été que républicaine. Dans le sillage du jacobin Gracchus Babeuf qui infléchit l’idée d’égalité de droit vers l’égalité réelle et le partage des biens, la tradition marxiste-léniniste a célébré l’énergie révolutionnaire des héros de la Révolution française. Même s’ils n’ont ouvert la voie qu’à l’émancipation politique, il ne s’agit pas, selon Marx, de nier leur action mais de la poursuivre jusqu’à la vraie Révolution. Pour Lénine, il y a une leçon politique à tirer de la façon dont les jacobins ont exercé le pouvoir au moment de la Convention : leur exemple n’a pas vieilli, « mais il faut l’appliquer à la classe révolutionnaire ». La lutte historiographique est encore vivace entre les partisans libéraux du moment 1789 et ceux qui entendent toujours réhabiliter et défendre 1793.

4Quel que soit l’état de ces discussions, nous pouvons considérer le boulangisme comme la première manifestation politique de ce que Pierre-André Taguieff a appelé le populisme protestataire. Il est indissociable de la mise en place de la République comme république parlementaire et représentative, qui met le peuple à distance et déçoit les aspirations sociales des masses. D’où la dénonciation de la corruption, l’anti-élitisme, l’antiparlementarisme, l’appel au « pays réel » contre le « pays légal » et plus généralement le rejet des médiations. Le peuple, représenté comme un ensemble sans division de classes, est convié à se rassembler dans la figure d’un leader « viril et honnête ». L’un des héritiers modernes du général Boulanger pourrait être Pierre Poujade (1920-2003), porte-parole de la révolte de couches sociales qui se sentent menacées. On retrouve beaucoup d’aspects propres au populisme protestataire dans le national-populisme autoritaire du Front national. Ici, l’appel au peuple dérive, à partir de la nation qu’avait instituée la Révolution, pour l’ethniciser et prétendre la défendre contre les étrangers. Une telle dérive était déjà à l’œuvre dans les passages qui eurent lieu au moment de l’affaire Dreyfus du boulangisme à l’antisémitisme, qui se manifeste de manière continue, bien qu’en sourdine au Front national. De nos jours, la figure favorite et explicite de l’étranger menaçant est le musulman. L’évolution récente de la phraséologie du Front national, sous la direction de Marine Le Pen, consiste à tenter d’attirer à elle les thématiques républicaines de la laïcité, particulièrement menacée, d’après elle, non par les religions en général mais par l’islam en particulier. Lors de la dernière campagne présidentielle, le qualificatif « populiste » a pu être attribué à un leader de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Il entend d’ailleurs l’assumer : si le populisme est « le dégoût des élites […] Qu’ils s’en aillent tous ! », déclare-t-il. « J’en appelle à l’énergie du plus grand nombre contre la suffisance des privilégiés. »

5La question du jacobinisme est présente en Argentine depuis la Révolution de mai (1810) quand, par exemple, dans le cadre de la lutte pour le pouvoir au sein de l’élite révolutionnaire, Cornelio Saavedra rapprocha l’action de Mariano Moreno de celle de Robespierre et l’accusa de vouloir établir une dictature. Depuis ce moment inaugural, à la différence de la France, le jacobinisme s’identifie en Argentine à un type d’action politique préalable à la formation de l’État plutôt que caractéristique de celui-ci. L’appellation de « jacobins » sera décernée à ceux des hommes politiques qui entreprennent une action radicale de rupture à partir « d’en haut » : depuis le sommet de l’État ou depuis une vision avant-gardiste de la politique. Le jacobinisme est une action instituante. Et en effet, la tradition politique argentine met l’accent sur l’avant-garde révolutionnaire – de façon accusatrice ou élogieuse –, c’est-à-dire sur un mode d’action pensable en des contextes très différents de la temporalité moderne mais qui ne peut en aucun cas s’identifier, comme en France avec un modèle politique ou une conception générale des relations entre l’État et la société.

6La tradition marxiste, aussi bien argentine que française, fit du jacobinisme un précurseur notable. Cependant, alors qu’en France la reprise du jacobinisme est associée à l’exaltation de la révolution face aux aménagements successifs des propositions libérales par le républicanisme français des xixe et xxe siècles, en Argentine, le marxisme – et les mouvements progressistes en général – firent du jacobinisme le chapitre politique de la « recherche du bourgeois ». Le jacobin est en effet le sujet politique capable d’accomplir les tâches historiques modernes : l’État national, la démocratie politique et le marché capitaliste intérieur. En conséquence, pour les gauches, le jacobinisme soutient, avant tout, une action modernisatrice. Ces sujets existaient-ils au xixe siècle, quand se forgeait l’État national ? Cette question occupe une bonne partie du débat historiographique au cours du xxe siècle : car s’il n’y avait pas eu de jacobinisme, entendu comme idéal de modernisation radicale, quel type de modernité eût suscité le processus social et politique argentin ? En ce sens, le jacobinisme apparaît aussi, comme emblème ou modèle de temporalité politique, au centre des débats sur la modernité en Argentine ou en Amérique latine.

7Dans un sens peut-être inverse du jacobinisme, tandis qu’en France le populisme apparaît comme un mode d’action, comme une rhétorique, même diffuse, qui menace l’institution républicaine, en Argentine le populisme, comme concept ou problème politique, apparaît telle une forme politique des plus concrètes. Cette forme assume différents visages ou identités, parmi lesquels le péronisme (en l’occurrence le populisme « par excellence » au sein des discussions argentines) est sans conteste la plus saillante. Dans sa version la plus conventionnelle, l’« accusation » de populisme lancée à ce grand mouvement de masse de l’histoire argentine contemporaine renvoie à une idée du populisme semblable à celle qui domine en France : une réponse autoritaire face à la crise de la république libérale, qui en appelle aux masses et les mobilise contre les élites. Dans ce type d’analyse, le charisme démagogique du leader et sa relation hypnotique au peuple sont les composantes fondamentales du péronisme. Il n’est ainsi pas rare que le populisme (et singulièrement le péronisme) soit associé au fascisme. En regard de cette lecture du phénomène populiste, une autre plus bienveillante a tendu au contraire à voir dans celui-ci une voie (veta) démocratique qu’il convenait d’interpréter positivement. Le trait ouvriériste du populisme en général, et du péronisme en particulier, a produit un accès à la citoyenneté des classes populaires à travers la revendication de la figure du travailleur. En ce sens, l’héritage de tout populisme (et surtout du populisme péroniste) serait la création ou l’amplification des droits (des) citoyens. Le populisme serait, par conséquent, de façon concrète et singulière, une manière de faire avancer un processus de démocratisation des relations sociales.

8De nos jours, la question du populisme est revenue au centre des débats sous les deux visages mentionnés : soit parce qu’il est compris comme un autoritarisme sui generis qui mine la démocratie de l’intérieur, la mettant à l’épreuve de la « crise de la représentation » soit qu’il l’est comme une nouvelle impulsion de la démocratisation. Dans ce contexte, les travaux d’Ernesto Laclau ont introduit une nuance significative à ces discussions dans la mesure où, au sein des débats relatifs au « retour du politique », il conçoit le populisme comme une logique politique. Laclau interprète en effet le populisme comme ce qui dirait quelque chose du politique lui-même, qui indiquerait la nature du politique en tant que tel. Autrement dit, en se positionnant momentanément au-dessus des classes sociales (ainsi qu’une certaine tradition marxiste, surtout trotskiste, l’interprète), avant même d’être un type de régime ou un bonapartisme social, le populisme serait une manière de concevoir le politique qui mettrait en avant le caractère conflictuel, divisé, de l’ordre social.

9Il est assez difficile en Argentine, d’isoler la république en sa singularité, aussi bien dans son concept que comme action ou morale publique, tant elle tend à se confondre avec la démocratie – ou mieux, avec la distinction, de grande portée pour l’histoire des coups d’État et des dictatures du pays entre démocratie et autoritarisme – et, surtout, avec les langages politiques qui se la disputent à partir des traditions libérales et populistes (péronistes). Pour la pensée libérale, la république ce sont les institutions, leur fonctionnement et leur stabilité ; pour le péronisme, la république c’est le peuple, la participation populaire. Cependant, ces dernières années, la lecture du populisme depuis la question du politique a permis de recréer le débat républicain à partir du concept de gouvernement populaire. La centralité du conflit pour penser le politique permet d’établir un lien entre l’actualité populiste et l’héritage vivant du républicanisme populaire machiavélien. La solidité conceptuelle, et surtout politique, de ce lien est aujourd’hui, en Argentine, en pleine discussion.

Bibliographie

Casullo Nicolás, Las cuestiones, Buenos Aires, FCE, 2007.

De Gori Esteban, La república patriota: travesías de los imaginarios y de los lenguajes políticos en el pensamiento de Mariano Moreno, Buenos Aires, Eudeba, 2012.

González Horacio, Perón: reflejos de una vida, Buenos Aires, Colihue, 2007.

James Daniel, Resistencia e integración: el peronismo y la clase trabajadora argentina, 1946-1976, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006.

Laclau Ernesto, La Raison populiste, Paris, Seuil, 2008.

Nardacchione Gabriel, Vommaro Gabriel et Rinesi Eduardo (dir.), Los lentes de Víctor Hugo: transformaciones de la política y de la teoría en la Argentina, Buenos Aires, Prometeo, 2007.

Rosanvallon Pierre, Le Modèle politique français : la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 2004.

Rousseau Jean-Jacques, Du contrat social [1762], in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959.

Saint-Just Louis-Antoine-Léon, Œuvres complètes, éd. de Miguel Abensour et Anne Kupiec, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2004.

Spitz Jean-Fabien, Le Moment républicain en France, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2005.

Taguieff Pierre-André, L’Illusion populiste : de l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, coll. « Pensée politique et sciences sociales », 2002.

Auteurs

Martine Leibovici est philosophe, université Paris-Diderot, membre du Laboratoire du changement social et politique. Ouvrages principaux : Hannah Arendt, une Juive. Expérience, politique et histoire (Desclée de Brouwer, 2008), Autobiographie de transfuges. Karl-Philipp Moritz, Richard Wright, Assia Djebar (Éditions Le Manuscrit, 2013), et avec Anne-Marie Roviello, Le Pervertissement totalitaire. La banalité du mal selon Hannah Arendt (Kimé, 2017).

Leonardo Eiff, politiste et docteur en sciences sociales, est chercheur au Conicet, il enseigne la théorie politique moderne à la UNGS. Il est l’auteur de Filosofia y politica existencial (Ediciones UNGS, 2011), et de Merleau-Ponty, filósofo de lo político (Ediciones UNGS, 2013).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540