Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Quatrième partie. Petit vocabulaire transatlantique des tumultes

Dire les tumultes : des constellations bilingues

Michèle Leclerc-Olive

Texte intégral

1« Les diagonales de forces en démocratie composent la société, elles ne s’en déduisent pas. Car ladite société démocratique ne préexiste pas aux conflits qui la travaillent, elle n’en est que le produit et l’expression », rappellent Denis Merklen et Étienne Tassin dans l’introduction de cet ouvrage. Et le « dire » des conflits en est à la fois la représentation et un élément de leur dynamique. Sur les diagonales du conflit, nous rencontrons des constellations de termes, français et argentins, issus du parler des acteurs, des commentaires locaux et des analyses de ces mouvements, qui ne s’équivalent pas mais se font écho, de part et d’autre de l’océan, pour révéler, donner sens ou rapporter les actions et les troubles.

  • 1 H. Wismann, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012, p. 84.
  • 2 Selon la très belle suggestion d’Étienne Tassin.

2Cette recherche, menée de concert en France et en Argentine, fut l’affaire d’une équipe mixte, pluridisciplinaire, plurielle. Et au cours des diverses rencontres et débats qui ont scandé le parcours de la recherche, les choix de publication, les modalités de traduction, et les mots indigènes qui résistent à la traduction et qui restent sans jumeau, sans analogon, les mots sosies qui masquent des faux amis, sont peu à peu devenus un thème de travail à part entière. De simple objet d’attention au début, l’intérêt pour les langages s’est très vite transformé en une ressource précieuse pour pénétrer et appréhender des expériences et leur dire, au-delà de la question purement linguistique. Il y a en effet une manière de penser le langage qui évite de tomber dans le « tout-linguistique », et c’est parce qu’il est « distinguable mais non séparable » des expériences qui s’y déposent, que les enjeux de traduction acquièrent leur dimension proprement politique. Plus encore, cette équipe « bilingue » vérifiait que « le véritable intérêt d’une langue est qu’elle ne coïncide pas avec une autre et qu’elle oblige à naviguer entre les deux pour éprouver cette tension entre deux manières de se rapporter à la réalité, non pas sur le mode du reflet, où la langue reproduirait simplement, mais sur le mode de la création de la réalité comme ce à quoi on est invité à se référer grâce à l’exploit linguistique1 ». Il était inévitable que ces dialogues et regards croisés informent le style de cette publication, attentive aux aspérités de l’expérience, à ses singularités, à ce que celles-ci ont aussi d’intraduisible et pourtant de commun. Entre émeutes et estallidos, soulèvements et actos politicos, quels sont les écarts qu’une traduction hâtive ignorerait ? Qu’est-ce qui se gagne, qu’est-ce qui se perd de la ciudadanía à la citoyenneté, de la protesta à la manifestation, etc. ? Ce « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes2 » est ainsi le lieu où les auteurs ont voulu restituer, au travers de leurs dissemblances, ces manières de dire l’action politique, d’en décrire les enjeux et d’en penser le sens, dans les langues propres à chaque espace politique, exhibant ainsi les dialogues et les enquêtes sur ces langages, classiquement relégués dans les coulisses de la science ou dans les arrière-boutiques de la traduction.

Une aventure bilingue

3Du début des recherches jusqu’à la conception de leur publication, l’entreprise est restée foncièrement bilingue. Les terrains d’enquête, la composition de l’équipe, la plupart des chercheurs eux-mêmes, les pratiques d’écriture, la traduction des articles le disent.

  • 3 P. Aron, D. Saint-Jacques et A. Viala (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002, p. 5 (...)
  • 4 H. Bruhns et F. Nies, « Introduction », Trivium [en ligne], 15, 2013 [consulté le 28 mai 2018]. Dis (...)

4Le bilinguisme est au cœur de cette aventure, des deux côtés de l’Atlantique. Encore faut-il préciser de quel bilinguisme cette entreprise se réclame. Évidemment, en raison notamment du dispositif de double publication en France et en Argentine, il ne s’agit pas d’un bilinguisme qui s’étiolerait finalement en diglossie. Le bilinguisme, tel qu’il est défini par le Dictionnaire du littéraire, aussi extensif soit-il, ne concerne que la production singulière d’un auteur3. Il s’agit ici d’un mouvement et d’une dynamique collective. Il n’est pas question non plus d’une hiérarchie entre la langue des situations analysées et la langue de l’analyse. Ni même d’un dispositif en deux phases où la recherche, une fois achevée, serait abrégée par les codes rudimentaires d’une langue de communication4. Pas de métalangue, donc, mais une circulation permanente « entre les langues », un entrelacs permanent qui ne se referme pas à l’issue du cheminement de recherche. Mais surtout le bilinguisme de cette entreprise demande à être décrit précisément : bilinguisme d’un groupe, bilinguisme de certains auteurs, discussions dans les deux langues, traductions croisées des textes au sein du groupe et, au-delà des choix de double publication, ce chapitre et les lemmes qui le composent, qui entendent maintenir ouvert l’espace « entre » les langues tout en cherchant à dépasser la singularité des expériences.

5Traduire les articles n’épuise pas en effet le projet à la fois linguistique, scientifique et politique porté par cette recherche bi-située. Pour en expliciter les enjeux, il convient de commencer par diffracter les différents usages du terme bilinguisme. L’horizon linguistique de cette recherche ne compte que deux langues, imposant le recours au préfixe « bi » ; mais celui-ci assure en fait la prise en charge simultanée des deux préfixes « pluri » et « multi ». En français, plurilinguisme et multilinguisme sont le plus souvent pris pour synonymes. En anglais, seul le terme multilinguism est utilisé, entravant la perception des nuances qu’il paraît nécessaire d’introduire ici. L’espagnol, en revanche, semble avoir stabilisé plus fermement leurs usages distinctifs que le français, se rapprochant des recommandations de l’Observatoire européen du plurilinguisme. Appliqués à une personne, ils se confondraient presque, si on omet de noter les effets possibles d’un enseignement qui se contente de juxtaposer des langues abandonnant à la personne elle-même le soin de les articuler. Mais lorsqu’il s’agit de qualifier la pluralité linguistique de groupes ou de territoires, il est fort utile de pouvoir distinguer des situations qui ont très peu de traits communs dès lors que la dimension sociopolitique de cette pluralité linguistique est en jeu.

6Constater que l’on parle plusieurs langues sur un territoire (ou dans un groupe), ne dit rien des compétences individuelles. Il se peut que sur chaque fraction de territoire, chacun (ou la majorité) ne parle qu’une seule langue. Cette situation est sociologiquement et politiquement différente de celle d’un groupe ou d’un territoire où les locuteurs parlent eux-mêmes plusieurs langues. Dans ce dernier cas, nous parlerons de plurilinguisme, dans le premier de multilinguisme.

7Cette distinction empirique entre les situations plurilingues et multilingues se redouble d’imaginaires différents. La notion de multilinguisme ainsi définie est souvent associée de fait à un idéal de monolinguisme ; cet idéal n’est que très rarement formulé explicitement, mais il n’en est pas moins lisible entre les lignes. La langue de l’autre y est considérée comme un écran qui fait obstacle à l’intercompréhension. Et nous nous prenons alors à rêver d’une langue unique qui nous libérerait du mythe de Babel, considéré comme une malédiction. Plus qu’une simple catégorie descriptive, le multilinguisme ainsi conçu se dote d’une visée normative associée au désir de vivre dans un univers monolingue.

  • 5 F. Rastier, « Éloge paradoxal du plurilinguisme », Texto !, vol. XII, n3, 2007, p. 1-11.

8En revanche, le terme plurilinguisme est en général lié à un tout autre imaginaire. La pluralité des langues n’est pas considérée comme une malédiction. Au contraire, elle apparaît même comme un trésor. Cette expérience – parler plusieurs langues, fût-ce de façon rudimentaire – a ceci de particulier qu’elle permet d’éprouver à la fois l’incomplétude et la richesse de toute langue. Certaines choses sont mieux dites dans une langue que dans une autre et nous ne prenons conscience de notre propre langue que lorsque nous en rencontrons une autre5.

9Cette distinction entre plurilinguisme et multilinguisme, qui permet de déployer la polysémie du terme bilinguisme, permet également d’identifier les significations et les enjeux des différents projets politiques attachés à la pluralité linguistique et sa dynamique historique ; et partant, de caractériser le projet à la fois linguistique, scientifique, culturel et politique attaché à cette publication.

10Un premier type de projet revendique la défense de la diversité – le programme Sorosoro de la fondation Chirac6, par exemple, déclare vouloir « sauver les langues en danger ». Chaque langue est perçue comme un trésor singulier, possiblement en péril ; comme un patrimoine qu’il faut sauvegarder, au même titre qu’il faut sauvegarder la biodiversité.

  • 7 P. Caussat, D. Adamski et M. Crépon, La Langue source de la nation, Paris, Mardaga, 1999.

11Un deuxième type de problématique considère que les revendications linguistiques sont avant tout des revendications identitaires7. Lorsqu’on vit dans un pays où la langue parlée quotidiennement n’est pas reconnue (par exemple parce qu’elle n’est pas enseignée à l’école), qu’elle n’est pas valorisée (par exemple parce qu’elle n’est jamais utilisée par les élites du pays), nous pouvons trouver légitime de vouloir changer cet état de fait, souhaiter que notre langue naturelle puisse être écrite, enseignée, et utilisée dans les relations avec l’administration du pays. Ces situations sont vécues comme un déficit de reconnaissance identitaire, auquel les revendications linguistiques veulent apporter des réponses en termes de légitimation minimale dans l’espace social et politique.

12Ces deux problématiques font de la langue essentiellement un mode d’expression et un signe d’appartenance, plus qu’un moyen de communication avec les autres. Nous ne sommes jamais très loin du souci de la fidélité à une pureté et une orthodoxie linguistique, entretenant du même coup l’illusion de sa possible transparence, l’espoir d’une langue qui serait l’image directe de la réalité, dans un face-à-face semblable à celui qu’offrirait un miroir : une langue qui pourrait se faire oublier. C’est au fond là encore cet idéal déjà évoqué, qui voit dans Babel une malédiction et dans l’insularité linguistique – le multilinguisme – le seul horizon réaliste, à défaut d’une langue unique pour toute l’humanité.

13Un troisième type de projet, rattaché plus nettement au plurilinguisme, est rarement évoqué et sans doute plus difficile à formuler. Mais c’est la proposition qui anime notre entreprise. Sans ignorer les enjeux précédents, nous considérons ici que la langue n’est pas que patrimoniale ou identitaire, qu’un droit d’expression ; c’est aussi un moyen de communiquer avec les autres, de partager des expériences – de rapprocher des horizons – et donc de vivre et d’agir ensemble. Passer de l’expression de l’identité à l’action en commun requiert de prendre en compte la langue de l’autre, des autres. Et donc d’apprendre la langue de l’autre. C’est à ce titre qu’elle est spécifiquement associée au plurilinguisme, à la nécessité et au désir de comprendre, voire de parler plusieurs langues.

14Ces trois types de projet se distinguent aussi par la place qu’ils attribuent à la traduction.

15Dans les deux premières problématiques, celles du patrimoine et de la reconnaissance identitaire, la traduction peut être, et est le plus souvent, une activité réservée aux experts chargés de rapatrier dans la langue des gens, les mots, les textes et les discours produits dans les langues autres. En dehors de ce groupe particulier d’experts – de passeurs –, chacun vit dans sa langue, soucieux de rapatrier chez soi – dans sa langue – les trésors créés par et dans les autres langues.

16En revanche dans une situation plurilingue, telle que l’on vient de l’esquisser, la traduction n’est pas une préoccupation des seuls experts, bien au contraire. Rada Ivekovic parlera peut-être ici de « traduction permanente8 ». C’est une activité formatrice et constitutive de l’espace public, que chacun est invité à pratiquer. Dans le cadre de cette recherche, dialogues, traductions et partages d’expérience ont constitué des temps forts de la recherche elle-même. Plus radicalement encore, la réflexion partagée sur les difficultés de traduction est en soi une expérience d’intercompréhension tout à fait fondamentale ; elle permet à chacun de s’approprier les fragments de réalité et d’action et de situation, indexés par les termes proposés dans les diverses langues. Cette expérience, qui fait éprouver les limites et les potentialités différentielles des langues, est une expérience proprement citoyenne. Nous sommes bien au-delà de la seule communication entre chercheurs qui souhaitent partager les résultats de leurs travaux.

17Nous savons que parler plusieurs langues est une compétence universelle. Les monolinguismes ne sont au fond que l’abandon de celle-ci. À première vue, nous pouvons penser que cette compétence induit un sentiment de domination, de pouvoir : pouvoir s’exprimer, pouvoir comprendre, pouvoir convaincre. Parler plusieurs langues serait détenir une force. Mais connaître, même a minima, plusieurs langues, c’est aussi faire l’expérience de l’altérité, de l’altérité en soi. C’est découvrir des perspectives différentes sur le monde. La relation à l’autre n’est plus alors simple tolérance d’une étrangeté extérieure, mais l’épreuve intérieure de la pluralité, pluralité qui crée l’infinie richesse des sociétés humaines.

18Or c’est aussi, parce qu’une langue apprise ne se donne jamais dans la même immédiateté que notre langue naturelle, l’expérience du manque, de la vulnérabilité, de l’échec. Au fond, l’idéal du monolinguisme est une manière de se protéger contre cette condition profondément humaine, cette fragilité de l’intercompréhension et du lien social. Comprendre l’autre s’éprouve non comme une simple nécessité pratique, mais comme un bien fragile, un trésor à protéger. Cette vulnérabilité éprouvée est au fond une donnée anthropologique de la démocratie, en ce que le lien avec l’autre est constitutif de notre propre existence. Elle rend disponible aux figures paradoxales de la traduction sans regretter d’être contraint de traduire l’intraduisible, et donne toute sa force signifiante aux entreprises de partage d’expériences au-delà des mots eux-mêmes. C’est à ce titre que ce « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » est aussi la restitution d’une aventure cosmopolitique.

  • 9 F. Felce, Malédiction du langage et pluralité linguistique, Paris, L’Harmattan, 2005.

19Le type de bilinguisme – ce plurilinguisme – qui a animé la recherche et que cette publication veut sauvegarder jusqu’au bout, apparaît dès lors non comme une malédiction à laquelle il faudrait tenter d’échapper – en traduisant à tout prix et en biffant le travail de traduction –, mais au contraire par l’inachèvement même qu’il maintient, comme un remède à l’incommunication entre les hommes, en tant que fondement d’une démocratie partagée. La malédiction ne serait-elle pas au fond dans l’utopie d’un langage unique9 ?

Au-delà de la traduction : « penser entre les langues »

  • 10 A. Nouss, « Éloge de la trahison », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. XIV, n2, 2001

20« Traduire, c’est faire l’épreuve de l’impossibilité de traduire10. »

21Ce vocabulaire des tumultes, assemblé en constellations de sens, voudrait apporter une réponse pragmatique aux apories théoriques attribuées classiquement à la traduction. C’est d’abord le dispositif de publication lui-même qui propose un début de réponse à la tyrannie du monolinguisme. Dès sa conception, la recherche a renoncé à l’usage d’une métalangue unique qui aurait performé l’idéal de monolinguisme décrié plus haut. À jeu égal, le français et l’espagnol argentin ont dialogué pour analyser et restituer ce que manque l’usage immodéré des équivalents linguistiques. Les « intraduisibles » témoignent par leur présence dans les articles de la singularité de chaque expérience. Mais le déploiement des notices tente de récupérer le substrat expérientiel partageable que cette étrangeté langagière aurait laissé sans accès. Il s’agit donc autant de faire dialoguer des espaces culturels que d’importer des éléments culturels d’un espace dans l’autre : créer ainsi un espace plurilingue fait d’hospitalité langagière et d’amitié entre les langues et les expériences ; permettre la circulation entre les langues.

22Cette double publication, en Argentine et en France, n’est donc pas une édition bilingue au sens classique du terme : une simple cohabitation de deux monolinguismes produits par un travail de traduction qui s’efface sans reste. Les articles ont été traduits classiquement par l’équipe elle-même. Mais avant cela, les lectures croisées des textes en chantier, les discussions qu’elles ont provoquées et les échanges suscités par les problèmes de traduction, toute cette machine à penser collective a focalisé l’attention sur un certain nombre d’expressions, de mots particuliers dont l’épaisseur sémantique spécifique nous a semblé devoir être sauvegardée et restituée, comme autant de symptômes de différences propres à enrichir les expériences. Cette mise en scène de l’étrangeté a pour objectif – paradoxal ? – de rendre familière une expérience tout en préservant la singularité.

  • 11 R. Ivekovic, « De la traduction permanente », op. cit.

23Ce « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » n’est donc pas un glossaire (une liste d’équivalences destinées à nommer sans les expliciter les choix de traduction). Et si un regard rapide peut y repérer un inventaire des intraduisibles, c’est peut-être qu’il n’aura pas pris la peine de lire attentivement les rubriques qui ont une tout autre vocation que de répondre aux difficultés d’une traduction classique. Traduire, en un sens, pourrait bien faire oublier qu’« aller voir chez l’autre est toujours une expérience qui nous contraint à penser différemment et à nous voir nous-mêmes sous un jour également différent11 », dès qu’est subtilisé aux regards le travail de traduction lui-même.

  • 12 C. Canullo, « La traduction à l’épreuve de l’herméneutique », in C. Berner et T. Milliaressi (éd.), (...)

24D’une part, il convient de restituer au verbe « traduire » l’un de ses sens mineurs : celui qu’il a gardé dans le monde juridique et que nous voudrions réhabiliter ici ; traduire au sens de citer en justice, c’est-à-dire présenter devant12, inviter à comparaître. Les notices présentent les usages des termes réunis ici en constellations lexicales. Et d’autre part, il s’agit de comparer très finement les présupposés de la traduction et ceux du bilinguisme.

  • 13 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 99.
  • 14 J.-E. Wilhem, « Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston », Palimpsestes, n(...)

25En un sens, il n’y a traduction que parce qu’il n’y a pas bilinguisme. Traduire serait un geste inutile si les deux langues étaient un bien commun. C’est à ce titre que cette double publication et son chapitre sur les usages différentiels de ces deux langues cousines relève plus d’une invitation à « penser entre les langues », que d’un exercice de traduction. Ce « entre » a cependant une signification particulière. Nous ne sommes pas à proprement parler « entre » les deux langues. Nous passons de l’une à l’autre, mais sans jamais oublier la seconde. « On peut naviguer entre les deux avec une parfaite sympathie pour l’un comme pour l’autre mode d’être, mais imaginer un être qui combine les deux sur un mode d’immédiateté, c’est impossible13. » Penser entre les langues n’est ni habiter les deux langues simultanément ni se trouver en une position intermédiaire – en une sorte de métissage linguistique. Nancy Huston le dira également14. Le bilinguisme est toujours un bilinguisme différé, mais cette expérience singulière est souvent escamotée par la traduction qui nous fait accoster sur l’une des deux rives.

26Les notices qui composent ce chapitre, écrites à deux mains, sont autant de constellations de termes français et argentins qui visent à enrichir les deux langues, à permettre à chaque lecteur d’approfondir sa propre réflexion et diversifier son expérience. On y trouvera :

  1. Des expressions dont les formes sont analogues dans les deux langues et dont la traduction s’impose avant toute compréhension : des « sosies » dont le registre (conceptuel, empirique, etc.) est le même ; mais certains d’entre eux sont des faux amis conceptuels au sens où les parcours sémantiques ont suivi des voies différentes sinon divergentes, comme jacobinismo.

  2. Des syntagmes qui ne posent aucun problème de traduction, mais qui sont attachés à des usages de types différents et dont les acceptions sont très largement distinguables : acto politico, par exemple, garde en français un sens générique alors qu’en espagnol argentin il désigne une modalité singulière de manifestation.

  3. Des expressions n’ayant pas d’équivalents dans l’autre langue en raison notamment de leur caractère indigène (estallido, cacerolazo, casseurs, par exemple) : des mots, candidats possibles à l’émigration.

Le sens d’un geste et les défis de la pluralité

  • 15 G. Deleuze et F. Guattari, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980.

27Ce qui est en jeu dans les choix de publication de ces recherches excède donc, à plus d’un titre, la seule question de la traduction des textes, notamment parce qu’il faut renoncer à la notion, fondatrice de nombreuses philosophies de la traduction, d’original et de copie. Il ne s’agit donc pas tant de « déterritorialiser » un texte que de tenir jusqu’au bout une « biterritorialité »15 qui élargit le monde dans lequel chacun vit. Introduire « du dehors dans le dedans », pour reprendre la formule rugueuse de Michel de Certeau.

  • 16 L. Chamberlain, « Gender and the Metaphorics of Translation », Signs, vol. XIII, n3, 1988, p. 454 (...)

28Que cette biterritorialité s’accorde mal avec les idéologies et les épistémologies sédentaires mérite d’être souligné, en ce qu’elle participe notamment au brouillage de catégories comme celle de frontière16.

  • 17 J.-E. Wilhelm, « Autour de Limbes/Limbo, un hommage à Samuel Beckett, de Nancy Huston », Palimpsest (...)

29Jane Elisabeth Wilhem rapporte et analyse une anecdote éclairante à cet égard. Chaque année, au Québec, le gouverneur général du Canada attribue un prix de littérature en langue française. En 1993, ce prix est attribué à Nancy Huston pour son livre Cantique des plaines (autotraduction de Plainsong). Son attribution déclenche une très vive polémique. Nancy Huston écrit « entre » le français et l’anglais, s’autotraduit ; née au Canada anglophone et venue très jeune en Europe, elle vit et écrit à Paris. Des critiques reprochèrent au jury d’avoir décerné le prix à une traduction et non à une œuvre originale, à un auteur qui n’était ni québécois ni francophone. Elle fut traitée d’« anglophone récalcitrante » et d’« anomalie territoriale ». Ce à quoi elle répliqua : « Je revendique d’être l’auteur des deux versions. C’est tout. » Elle expliquera plus tard : « j’ai découvert que la traduction pouvait m’aider à réviser. […] C’est depuis ce temps-là que je fais toujours une traduction dans les deux sens avant de donner mes manuscrits17 ».

30Il s’agit donc de faire une incursion dans le champ d’expérience de l’autre, tout en suspendant l’illusion que le monde tient tout entier dans notre propre langue – illusion à laquelle pourrait contribuer l’usage d’une seule « métalangue » pour restituer la diversité des expériences. C’est donc autant mettre en scène l’étrangeté et rendre familière l’expérience de l’autre, double opération qui n’a l’apparence du paradoxe que pour une vision positiviste des langages.

31Au-delà des intraduisibles et des traductions évidentes mais trompeuses, il s’agit, on l’a dit, de faire circuler les expériences et contribuer à l’émergence d’un monde commun, tout en ménageant la singularité : faire vivre la pluralité, donc.

  • 18 Ibid., p. 76.
  • 19 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 48.

32Le choix des entrées, des notices n’est pas issu d’une enquête à prétention exhaustive sur les lexiques de l’action politique d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, afin d’en expliquer la signification pour le lecteur situé sur l’autre rive. Les deux ouvrages, publiés en France et en Argentine, en français et en espagnol argentin, comportent le même ensemble de notices qui espère ensemencer les deux territoires culturels. En effet, il ne s’agit pas seulement de transmettre une expérience ; il s’agit aussi, par le détour de l’autre langue de faire retour sur la sienne propre et ainsi de dénaturaliser, d’« étrangéiser » nos lexiques, leur restituer leur opacité et leur arbitraire, ébranler l’adhésion du lecteur à la transparence de sa langue, à sa toute-puissance dès lors qu’elle est réputée pouvoir dire le tout du monde. Après dix ans de séjour à l’étranger, Nancy Huston déclarait qu’elle n’était pas « parfaitement bilingue » mais « doublement mi-lingue »18, à distance donc de toute revendication de maîtrise absolue des langues dans/par lesquelles elle vit. Plus encore, « la posture non identitaire, c’est-à-dire le fait de se situer entre deux grammaires […] permet de mobiliser chacune de ces grammaires dans une relation critique à l’égard de l’autre19 ».

  • 20 P. Ricœur, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004, p. 51.
  • 21 N. Huston, Limbes/Limbo : un hommage à Samuel Beckett de Nancy Huston, Arles, Actes Sud, 1998, p. 2 (...)

33La dénaturalisation de ma propre langue, l’inquiète et m’inquiète, et permet en retour d’entrevoir l’étrangeté qu’elle a pour autrui. « Sans l’épreuve de l’étranger, serions-nous sensibles à l’étrangeté de notre propre langue ? » interroge Ricœur20, citant le titre de l’ouvrage important d’Antoine Berman. Inquiéter la langue pour tout à la fois lui rendre son épaisseur et tramer des expériences nouvelles. Aller au-delà de la traduction pour accroître les possibles de l’expérience alors qu’un simple effort de traduction ne ferait au fond que consolider le champ d’expérience. Nous pensons en langue : si le vocabulaire et ses acceptions restent les mêmes, l’accroissement du volume d’expériences qu’il permet de dire n’augmente pas d’emblée l’ensemble des possibles : « Ah ! Ne plus être dans aucune langue. Ne plus languir. N’être21. »

  • 22 J. Tessier, « Quand la déterritorialisation déschizophrénise ou De l’inclusion de l’anglais dans la (...)
  • 23 A. Castillo-Berchenko, « Bilingüismo y mestizajes en la literatura latinoamericana del siglo XX », (...)

34Si le corpus d’expériences ainsi rapportées n’a plus de chez soi, ce n’est pas au sens où il serait devenu purement conceptuel, complètement déterritorialisé. À l’inverse, il aura étendu son plan d’immanence et multiplié ses ancrages tout en diversifiant les « lignes de fuite ». Favoriser le nomadisme de la pensée en intriquant les langages fut d’ailleurs un trait essentiel de nombreuses littératures notamment dans les pays multilingues. L’histoire de la littérature francophone canadienne22, celle de la littérature belge (francophone et néerlandophone) en témoignent. Mais aussi et surtout en Amérique latine23. La pluralité des manières d’écrire « entre » et « grâce à » plusieurs langues fait écho à la pluralité des bilinguismes.

  • 24 B. Cassin, « Penser en langues », Trivium [en ligne], 15, 2013 [consulté le 28 mai 2018]. Disponibl (...)
  • 25 M. Leclerc-Olive, « Les figures du temps dans la philosophie de George Herbert Mead », in G. H. Mea (...)

35La pluralité des langues n’est pas une malédiction. C’est aujourd’hui un lieu commun. Le plus souvent, néanmoins, le travail autour des questions de traduction aboutit à des textes écrits dans une métalangue24. Nous voulons ici assumer cette pluralité y compris dans la publication, en renonçant à tout traduire dans la langue d’accueil, refusant de rendre invisibles les aspérités, les écueils sur lesquels le traducteur a butté, hésité, tergiversé avant de devoir trancher pour une publication classique. Les bégaiements du traducteur où s’est diffractée une pluralité d’options, y disparaissent pour se cristalliser en un mot qui scelle un sens sans vibration. Ce faisant, il « textualise », peut-être à son corps défendant, l’idéal de monolinguisme contre lequel nous nous sommes dressés peu avant. Il s’agit donc dans cet ouvrage de dialoguer en l’absence du référent absolu d’une langue commune ou d’une métalangue. Chacun est invité à entrer dans la perspective de l’autre25. Sauver la pluralité en l’enrichissant, en maintenant la tension entre l’effort d’appropriation inhérent à la traduction, et la restitution de la singularité irréductible de l’autre, tel est le pari de ce chapitre.

36Si en un sens traduire « rabote » les aspérités du langage, celles-ci peuvent être sauvées en leur redonnant leur épaisseur sémantique et historique. Les « notices » sont en effet des textes d’analyse des notions dont la traduction n’a pas résorbé la singularité des expériences qui leur sont attachées : étymologies, contexte sociohistorique d’apparition, significations politiques, résonances dans les deux langues, écarts de traduction et jeu de connotations, etc. Il s’agit de faire en quelque sorte une « histoire » des tumultes par le vocabulaire utilisé pour nommer et catégoriser ces événements. Ces notices n’ont pas la prétention d’être exhaustives ni de fournir une bibliographie complète pour chaque terme, mais de faire le lien entre les textes du volume où ils se rencontrent et de faire « naviguer » le lecteur « entre » les langues. À partir de la créativité linguistique des acteurs, il s’agit d’ensemencer réciproquement les langues, comme les romanciers et les poètes font évoluer la leur grâce à l’inventivité de leur écriture.

Éloge de l’exil

37Cette recherche veut contribuer à la consolidation d’une citoyenneté plurilingue, plurielle, à distance de toute conception identitaire ou sédentaire.

38Laissons Heinz Wismann conclure cette brève présentation du « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » :

  • 26 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 43-44.

« En réalité, lorsque quelqu’un déploie une véritable acuité intellectuelle, cela s’accompagne toujours d’un exil. Et cet exil peut être entièrement psychologique, ça peut être d’une langue à l’autre, ça peut être d’un domaine de la connaissance à l’autre, c’est l’“inter”. Or cette acuité intellectuelle, comme toute acuité avec son tranchant, c’est la critique ; elle met en crise toutes les convictions tout simplement garanties par une tradition, une autorité, etc. Et quand je dis “acuité intellectuelle”, j’entends par là une forme de fonctionnement de l’esprit qui n’a pas pour finalité de reconduire une forme de sédentarisation. Ça reste en suspens et ça n’existe que dans le temps dans lequel s’inscrit ce mouvement critique ou herméneutique qui fait que les choses ne sont pas simplement ce qu’elles semblent être, en vertu de ce qu’on s’est mis d’accord pour penser qu’elles soient. Parce que le consensus virorum doctorum, parmi d’autres consensus, est ce qu’il y a de plus suspect du point de vue de l’acuité intellectuelle. Or l’acuité intellectuelle, qui est le propre de l’exilé, suscite invariablement la méfiance des sédentaires, qui refusent de se dessaisir de leurs certitudes immédiates. Ils sont des “enracinés” qui se contentent, comme une plante, de l’immobilité absolue dans laquelle ils trouvent leur satisfaction ; libre à eux. On appelle ça les préjugés26. »

Bibliographie

Aron Paul, Saint-Jacques Denis et Viala Alain (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002.

Bruhns Hinnerk et Nies Fritz, « Introduction », Trivium [en ligne], 15, 2013, http://trivium.revues.org/4767

Canullo Carla, « La traduction à l’épreuve de l’herméneutique », in Christian Berner et Tatiana Millaressi (éd.), La Traduction : philosophie et tradition, Lille, Septentrion, 2011, p. 122-123.

Cassin Barbara, Trivium [en ligne], 15, 2013 [consulté le 28 mai 2018]. Disponible sur : http://trivium.revues.org/4768.

Castillo-Berchenko Adriana, « Bilingüismo y mestizajes en la literatura latinoamericana del siglo XX », in Axel Gasquet et Modesta Suarez (dir.), Écrivains multilingues et écritures métisses : l’hospitalité des langues, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2007, p. 99-109.

Caussat Pierre, Adamski Dariusz et Crépon Marc, La Langue source de la nation, Paris, Mardaga, 1999.

Chamberlain Lori, « Gender and the Metaphorics of Translation », Signs, vol. XIII, n3, 1988, p. 454-472.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Felce Françoise, Malédiction du langage et pluralité linguistique, Paris, L’Harmattan, 2005.

Huston Nancy, Limbes/Limbo : un hommage à Samuel Beckett de Nancy Huston, Arles, Actes Sud, 1998.

Leclerc-Olive Michèle, « Les figures du temps dans la philosophie de George Herbert Mead », in George Herbert Mead, La Philosophie du temps en perspective(s), Paris, Éd. de l’EHESS, 2012, p. 11-100.

Nouss Alexis, « Éloge de la trahison », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. XIV, n2, 2001.

Rastier François, « Éloge paradoxal du plurilinguisme », Texto !, vol. XII, n3, 2007, p. 1-11.

Ricœur Paul, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004.

Tessier Jules, « Quand la déterritorialisation déschizophrénise ou De l’inclusion de l’anglais dans la littérature d’expression française hors Québec », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. IX, n1, 1996, p. 177-209.

Wilhelm Jane Elisabeth, « Autour de Limbes/Limbo, un hommage à Samuel Beckett, de Nancy Huston », Palimpsestes, n18, 2006, p. 59-85.

, « Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston », Palimpsestes, n22, 2009, p. 205-224.

Wismann Heinz, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012, p. 84.

Notes

1 H. Wismann, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012, p. 84.

2 Selon la très belle suggestion d’Étienne Tassin.

3 P. Aron, D. Saint-Jacques et A. Viala (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002, p. 57.

4 H. Bruhns et F. Nies, « Introduction », Trivium [en ligne], 15, 2013 [consulté le 28 mai 2018]. Disponible sur : http://trivium.revues.org/4767.

5 F. Rastier, « Éloge paradoxal du plurilinguisme », Texto !, vol. XII, n3, 2007, p. 1-11.

6 http://www.fondationchirac.eu

7 P. Caussat, D. Adamski et M. Crépon, La Langue source de la nation, Paris, Mardaga, 1999.

8 R. Ivekovic, « De la traduction permanente », Transversale, 2006, http://eipcp.net/transversal/0606/ivekovic/fr/print.

9 F. Felce, Malédiction du langage et pluralité linguistique, Paris, L’Harmattan, 2005.

10 A. Nouss, « Éloge de la trahison », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. XIV, n2, 2001.

11 R. Ivekovic, « De la traduction permanente », op. cit.

12 C. Canullo, « La traduction à l’épreuve de l’herméneutique », in C. Berner et T. Milliaressi (éd.), La Traduction : philosophie et tradition, Lille, Éd. du Septentrion, 2011, p. 122-123.

13 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 99.

14 J.-E. Wilhem, « Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston », Palimpsestes, n22, 2009, p. 205-224.

15 G. Deleuze et F. Guattari, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980.

16 L. Chamberlain, « Gender and the Metaphorics of Translation », Signs, vol. XIII, n3, 1988, p. 454-472. L’auteur montre que se troublent aussi d’autres catégories comme celles de production et de reproduction (original/traduction), catégories « genrées » s’il en est.

17 J.-E. Wilhelm, « Autour de Limbes/Limbo, un hommage à Samuel Beckett, de Nancy Huston », Palimpsestes, n18, 2006, p. 75.

18 Ibid., p. 76.

19 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 48.

20 P. Ricœur, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004, p. 51.

21 N. Huston, Limbes/Limbo : un hommage à Samuel Beckett de Nancy Huston, Arles, Actes Sud, 1998, p. 29.

22 J. Tessier, « Quand la déterritorialisation déschizophrénise ou De l’inclusion de l’anglais dans la littérature d’expression française hors Québec », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. IX, n1, 1996, p. 177-209.

23 A. Castillo-Berchenko, « Bilingüismo y mestizajes en la literatura latinoamericana del siglo XX », in A. Gasquet et M. Suarez (dir.), Écrivains multilingues et écritures métisses : l’hospitalité des langues, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2007.

24 B. Cassin, « Penser en langues », Trivium [en ligne], 15, 2013 [consulté le 28 mai 2018]. Disponible sur : http://trivium.revues.org/4768.

25 M. Leclerc-Olive, « Les figures du temps dans la philosophie de George Herbert Mead », in G. H. Mead, La Philosophie du temps en perspective(s), Paris, Éd. de l’EHESS, 2012, p. 11-100.

26 H. Wismann, Penser entre les langues, op. cit., p. 43-44.

Auteur

Michèle Leclerc-Olive, mathématicienne et anthropologue, est membre de l’Iris (CNRS-EHESS) et anime l’Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales (ARTeSS). Quelques publications : « Espace public et crise financière. Traduire les langages savants de l’aléatoire », Hermès, 2010 ; « Les figures du temps dans la philosophie de G. H. Mead » in G. H. Mead, La Philosophie du temps en perspective(s) (Éd. de l’EHESS, 2012) ; « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes », META, 2016.

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540