Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Troisième partie. Les forums

Chapitre xi. Les quartiers illégaux dans la métropole de Buenos Aires : droit à la ville, temporalités et légitimités

María Cristina Cravino
Traduction de Michèle Leclerc-Olive

Texte intégral

  • 1 R. Koselleck, Los estratos del tiempo: estudios sobre la historia, Barcelone, Paidós, 2001.
  • 2 M. C. Cravino, « Territorialidades en las villas de la Ciudad de Buenos Aires: Estado, mercado y re (...)

1Dans la formation de la ville, la légitimation des pratiques collectives des différents acteurs appelle à plusieurs formes du droit. À leur tour, celles-ci condensent et expriment diverses temporalités, comme le souligne Reinhart Koselleck1. Nous examinerons ici le droit à la ville, la formation des spatialités et les temporalités de la ville populaire et ce, à partir de quelques situations particulières2. Nous disposons de beaucoup plus d’informations sur la dimension spatiale de la formation sociale de la ville que sur sa dimension temporelle. Nous utilisons des concepts comme ségrégation spatiale, insularisation, fragmentation sociospatiale, centre-périphérie, accessibilité, connectivité, expansion, densification, réseaux, centralité, macrocéphalie, etc. qui incluent tous une dimension territoriale. Mais dans ce type d’analyse le temps est linéaire.

  • 3 Villa en espagnol d’Argentine correspond au « bidonville ». Asentamiento est aussi un quartier popu (...)

2Nous nous intéresserons particulièrement ici à la manière dont le temps intervient dans la légitimation des occupations des terres vacantes par les catégories populaires. Dans la métropole de Buenos Aires, ces occupations prennent deux formes : les villas et les asentamientos3. Or, tandis que les villas existent en Argentine depuis les années 1930, les asentamientos sont issus de mouvements sociaux initiés dans les années 1980 (voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice sur ces vocables).

3Cet article se divise en trois parties. Nous aborderons d’abord la question du droit à la ville et la production de légalités et de légitimités (ou leur perte) de ces installations informelles. Dans la deuxième partie, nous examinerons comment le temps, la pauvreté, la souffrance se heurtent aux critères techniques des programmes d’urbanisation. Dans la troisième et dernière partie, nous étudierons la formation de légalités alternatives et de nouvelles légitimités à partir du marché immobilier de ces zones – de la marchandisation de l’accès aux asentamientos.

Droit à la ville, légalités et légitimités

  • 4 O. Oszlak, Merecer la Ciudad, Buenos Aires, Humanitas, 1991, p. 24.
  • 5 A. Azuela, La Ciudad, la Propiedad y el Derecho, Mexico, El Colegio de México, 1989.

4Le droit au logement fait partie des droits accordés par l’État, conformément à la Constitution argentine et aux traités internationaux relatifs aux droits économiques, sociaux et culturels qui ont acquis un statut constitutionnel à partir de 1994. Néanmoins, l’accès à ce droit est évidemment inégal : il va « de la propriété à l’occupation illégale protégée ou tolérée par l’État, en passant par une série de situations intermédiaires où ce droit connaît des restrictions temporelles, contractuelles ou autres ». Alors que « le droit à l’espace urbain doit être compris, lato sensu, comme un droit à jouir des opportunités sociales et économiques associées à la localisation du logement ou de l’activité. Perdre ou souffrir d’une restriction de ce droit, peut signifier, outre un éventuel déracinement physique, une détérioration des conditions matérielles de vie sur tous les plans qui comportent des externalités liées à cette localisation spatiale4 ». Il faut donc élargir le concept de logement au droit à la ville. En Argentine, cette idée fait écho à la conception de la propriété d’une parcelle ou d’un logement comme relation sociale produite historiquement et non comme droit naturel ; c’est à ce titre qu’elle peut être réversible ou limitée (dans sa fonction sociale et environnementale)5.

  • 6 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica: para un nuevo sentido común del derecho, Bogotá, T (...)
  • 7 E. P. Thompson, Costumbres en común, Barcelone, Crítica, 1995.
  • 8 O. Oszlak, Merecer la Ciudad, op. cit.
  • 9 M. Carman, Las trampas de la naturaleza: medio ambiente y segregación en Buenos Aires, Buenos Aires (...)
  • 10 M. C. Cravino, Vivir en la villa: estrategias y trayectorias habitacionales, Los Polvorines, UNGS, (...)
  • 11 Vecino se traduit couramment en français par « habitant ». En réalité, ce terme renvoie à une forme (...)

5Comme chacun sait, il n’y a jamais coïncidence entre l’ordre juridique et les pratiques sociales de formation de la ville6. Bien qu’ils puissent relever d’actions « illégales », les quartiers populaires qui naissent de ces occupations du sol (villas et asentamientos) génèrent, sous certaines conditions, une « économie morale7 » qui légitime socialement leur droit à la ville (en raison du temps depuis lequel le logement existe, depuis lequel l’habitant s’y est installé, de la souffrance et de la pauvreté). Par ailleurs, d’autres dispositifs délégitiment à l’inverse ces quartiers : ils défient l’ordre urbain8 ou dégradent l’environnement naturel9. Certains arguments visent directement les habitants de ces quartiers populaires10 : « facilement sujets au clientélisme », « délinquants », « opportunistes », qui « ne paient pas leurs impôts comme les autres vecinos11 », « dont on achète facilement les voix ». Ces expressions faisaient partie des campagnes de communication sous la dernière dictature militaire (1976-1983) lors des expulsions violentes des asentamientos de la capitale ; mais elles sont encore très utilisées pour stigmatiser leurs habitants, dans les courriers des lecteurs de journaux nationaux ou sur Internet, par exemple.

6Le temps légitime et naturalise un ordre urbain où l’inertie des structures sociales est objectivée par la dimension physique de l’urbain. C’est pourquoi la tolérance (ou l’intolérance) à la formation d’un asentamiento informel est intimement liée à l’ancienneté de son existence. C’est là une strate de sentiment urbain (une sorte d’habitus urbain) partagé aussi bien par les habitants, les vecinos, les agents du gouvernement, les juristes que par les acteurs politiques ou les médias. En d’autres termes, dans une ville comme Buenos Aires où 70 % de ses habitants sont propriétaires, une profonde sédimentation temporelle se produit, liée à la propriété du logement et aux générations successives qui l’occupent. L’inertie ainsi produite devient la forme de vie en ville la plus légitime et elle tend à se reproduire et à se naturaliser. Les quartiers informels apparaissent du coup comme des fragments de ville sans en avoir le statut.

7À Buenos Aires, on trouve ainsi des villas qui ont plus de soixante-dix ans et d’autres de formation récente. Les politiques dites de « régularisation domaniale » visant à accorder la propriété aux occupants, inaugurées dans les années 1990 au moment des occupations de terres appartenant à l’État, ressemblent à une sorte d’« amnistie » : une liste des quartiers où il fallait intervenir a été dressée, en espérant ainsi stopper la production de la ville « informelle ». Les quartiers choisis cesseraient d’être illégaux et feraient ainsi partie de la ville « formelle », tout en évitant un effet de contagion.

8Néanmoins, si les villas « historiques » – enregistrées d’une manière ou d’une autre – luttent pour être urbanisées, d’autres quartiers informels cherchent aussi la reconnaissance (le Playon de Chacarita ou la villa Rodrigo Bueno sur la Costanera). Le bureau du Défenseur du peuple de la ville a donné un nom particulier à ces « nouveaux » quartiers : les asentamientos urbains, faisant d’une différence purement temporelle une distinction spatiale. Et beaucoup de ces nouveaux quartiers, qui ont plus de quinze ans, sont relativement « vieux » par rapport à d’autres. Il faut ajouter à cela que les expulsions mises en œuvre par le Gobierno de la ciudad (la mairie) élu en décembre 2007 se sont concentrées dans ces nouveaux quartiers, souvent plus petits et dont les organisations sociales, souvent très faibles, n’ont pu développer de stratégie de résistance (qu’il s’agisse d’actions collectives ou judiciaires) comme l’ont fait les villas historiques. Et l’opinion publique n’a pas protesté, car les nouveaux occupants n’avaient pas la légitimité conférée par le temps des anciennes villas.

9Ainsi, le niveau de tolérance que les acteurs politiques, les habitants et les médias accordent à ces asentamientos informels dépend de l’ancienneté de leur origine. De fait, en décembre 2010, lorsque plusieurs occupations se produisirent (notamment dans le parc Indoamericano, semi-abandonné), la majorité des médias n’a pas évoqué le droit à la ville, mais, à l’inverse, demandait une intervention rapide pour éviter qu’un nouveau quartier se forme : le temps légitime l’implantation. Les vecinos sont légitimes, les okupas ne le sont pas…

  • 12 D. Merklen, Asentamientos en La Matanza, op. cit., et M. C. Cravino, Las villas de la ciudad: merca (...)

10Créer un quartier informel requiert également de se fondre dans le reste de la ville, voire de se rendre invisible. L’invisibilité permet de gagner du temps et d’éviter d’attirer l’attention d’autres secteurs sociaux sur cette occupation12. Les occupants cherchent ainsi à faire partie du statu quo sociospatial, à ne pas devenir un élément perturbateur de l’ordre urbain. L’étendue de l’occupation et sa localisation dans la ville peuvent accroître ou réduire cette invisibilité. La société portègne tolère peu ou pas du tout les occupations des terres « neuves » acceptant plus ou moins comme une dette publique la résorption des déficits urbains des villas historiques : dans l’imaginaire des acteurs sociaux et politiques qui ont un certain pouvoir, « les pauvres doivent vivre dans la périphérie ».

11De l’autre côté, les habitants des quartiers informels ont le sentiment, une fois la maison construite et le quartier organisé, d’être « chez eux ». Ce sentiment que l’habitation leur appartient ne relève pas du droit constitutionnel, mais de l’effort accompli pour la construire, l’entretenir ou l’agrandir. Ces quartiers sont en constante transformation, mais ce sont aussi des quartiers en attente. Le temps est central pour remporter de petites victoires sur le chemin de leur objectif : devenir propriétaire ou au moins que leur installation soit sécurisée. Personne ne demande que ce processus soit rapide, mais qu’au fil du temps des signaux soient envoyés qui prouvent l’état d’avancement. Dans certains quartiers, la peur de l’expulsion demeure, obligeant les habitants à développer des stratégies pour conjurer ce danger, si bien que le futur n’y est pas d’emblée chargé d’espoir.

Processus de réurbanisation : temporalités, pauvretés et mérites

  • 13 P. Bourdieu, « Effets de lieux », in La Misère du monde, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 199 (...)

12La notion de droit à l’espace urbain évoqué plus haut est centrale pour comprendre les revendications des habitants des asentamientos informels et leur résistance aux tentatives d’éradication qui impliqueraient la perte de cet accès aux externalités urbaines et à la sociabilité de quartier : conserver les aspects positifs des « effets du lieu13 » et se défaire de leurs aspects négatifs.

13De nombreux programmes mis en œuvre dans ces quartiers exigent des habitants une certaine ancienneté dans la ville pour être considérés comme des vecinos ayant le droit d’y rester. En revanche, le droit à la ville est souvent refusé à ceux qui sont récemment arrivés. Le temps cumulé se concrétise souvent par des rites de passage propres à cette régularisation domaniale. Par exemple, les recensements périodiques des habitants réalisés par les autorités fournissent autant de titres d’ancienneté, à côté d’autres documents administratifs (le domicile inscrit sur les papiers d’identité, etc.).

14En 2005, dans le cadre du Plan fédéral pour l’habitat, un programme d’urbanisation des villas et des asentamientos fut lancé dans différentes municipalités de la métropole de Buenos Aires. Ce programme prévoyait d’intervenir sur des territoires relégués de longue date pour y construire des habitations neuves et l’infrastructure urbaine indispensable à la création de nouveaux quartiers. Cette réurbanisation, qui va au-delà de la simple construction de logements, est un processus complexe qui affecte tous les aspects de la vie des habitants.

15Un des points décisifs les plus conflictuels de ce programme – tant pour ceux qui l’exécutent que pour ceux qui en sont les destinataires – concerne les critères d’attribution des nouveaux logements (et l’ordre de priorité). La question est d’autant plus épineuse qu’il n’est pas sûr que tous les habitants bénéficient du programme et les expériences abondent où des projets similaires ont été abandonnés en cours de route. Autrement dit, le futur est un temps de changement positif, sans pour autant être exempt de difficultés, notamment pour accéder aux meilleures parcelles ou à une habitation neuve. « Il faut lutter pour garder le logement. Car le chantier est arrêté à présent. Et tu vois qu’ils sont en train de casser ce chantier abandonné ! Les jeunes s’en mêlent, souvent ceux dont les familles vivent déjà dans les appartements. Ils les laissent détruire. Ils cassent ce qui a été abandonné. Ce que vous avez devant vous. Et la municipalité laisse tout en plan. Les gens sont désespérés, car ils voient qu’on ne fait rien, que tout est arrêté. Quand est-ce qu’on va s’en sortir ? »

16Chaque organe exécutif, chaque municipalité, définit ses propres critères d’adjudication en fonction des caractéristiques du quartier. Ces critères ne sont jamais définitifs et parfois, certains habitants ne les connaissent pas. Ils ne sont pas non plus arrêtés une fois pour toutes ; souvent ils sont définis au fur et à mesure que la réurbanisation avance. Au moment de légitimer chaque décision, se heurtent les principes partagés par les habitants et ceux avancés par les municipalités au nom de « critères techniques ».

  • 14 Une personne interviewée nous disait : « J’ai les recensements de 1973, 1975, 1994, il me manquerai (...)

17Trois raisons entrent en conflit : d’un côté, il y a les familles « qui méritent le plus les logements », de l’autre celles qui en « ont le plus besoin » et enfin, il y a toujours les « contraintes du chantier ». « Mériter le logement » au nom de l’ancienneté est un critère local, établi par les vecinos et en général accepté par l’État : le temps d’occupation légitime les habitants d’un quartier qui a surgi en violation de la propriété privée sans contestation. Ce temps implique également d’avoir cumulé sacrifice et souffrance, d’avoir vécu de nombreuses années dans des conditions très précaires, contribuant à ce sentiment de « mériter » quelque chose. Dans de nombreux quartiers, les enregistrements lors de recensements antérieurs sont utilisés pour certifier cette ancienneté. C’est la légitimité accordée par la suite à ces recensements – certificat du temps accumulé – qui permettra de faire avancer le processus d’adjudication (attribution), qu’il soit conflictuel ou consensuel. Lorsqu’il manque des informations dans les registres officiels, ce sont les habitants qui certifient que leurs voisins ont accumulé ce temps qui légitime leur demande14. Ils témoignent, disent s’ils sont là depuis longtemps ou s’ils viennent d’arriver. S’ils n’ont pas partagé plusieurs années la souffrance urbaine avec leurs voisins, ceux-ci considèrent qu’ils ne méritent pas de recevoir un logement, ou moins que d’autres. Un entretien explique comment se prend une décision : « Le quartier est divisé en dix-huit secteurs. Quelques secteurs sont en travaux. C’est là que des terrains vont être utilisés pour des constructions. Ceux qui y vivent, parfois depuis plus de trente ans, ont dû s’en aller et s’installer dans des appartements. Ce n’est pas pareil en dehors de la zone de chantier. Les critères sont différents. Parce qu’il y avait des critères. Et pour la zone de chantier, il y avait l’ancienneté. Tu dois avoir ton dossier complet et tu peux juste dire : bon, j’espère que cette fois c’est moi qui vais aménager [dans le nouveau logement]. »

18Dans le deuxième cas, celui de l’urgence absolue (pauvreté aiguë), nous avons affaire à des situations parfois dramatiques – handicap, maladie grave, violence conjugale, insalubrité extrême, etc. Ce critère se heurte souvent à celui d’ancienneté. L’urgence est reconnue comme un critère légitime tant par les voisins que par l’État (contraint souvent par la justice ou d’autres organismes publics de résoudre ces situations).

19En revanche, bien que le cahier des charges soit une notion instrumentalisée par l’État pour légitimer son action qui exige de respecter les règles, il ne satisfait pas au crible du « juste », utilisé par les habitants. Il est au mieux toléré ou compris, mais pas partagé. En conséquence, cela génère d’importants conflits entre les habitants. Par exemple, il se peut qu’une famille à laquelle a été attribué un logement situé sur un projet de rue, ne le mérite pas aux yeux des autres habitants, parce qu’elle est arrivée récemment ou en a moins « besoin » que d’autres. Une personne interrogée dans le quartier Las Flores rapporte :

  • 15 APAC (Associación para el apoyo a comunidades – association pour le soutien aux communautés) est un (...)

« Au début, si. Après ça ne m’a pas plu, comment il a réparti les premières livraisons. Après j’ai compris, parce que tout n’est pas comme on pense. Nous avions établi un pré-critère : j’ai besoin d’espace ; toi tu déménages dans un appartement ; je libère cet espace et nous continuons à construire. Je libère pour continuer à construire. Il va construire et continuer à travailler. On avait monté un plan d’attribution qui prenait en compte l’ancienneté des gens. Peu importe qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. L’ancienneté dans le quartier. On avait établi des critères, tout, jusqu’à ce que l’APAC15 se ferme et cesse de traiter avec le groupe de délégués dans lequel nous on avait travaillé un max. Pour des raisons idéologiques, un groupe s’était formé ici, un autre là-bas. Avec ces tergiversations, l’APAC profita de cette division et dit (il semblerait qu’elle ait dit) : “nous, on fait ce qu’on doit faire ou on attend”. Ils ont commencé le travail et à sortir les gens. Ils firent un recensement en 2005. Nous, nous nous sommes battus pour que l’on prenne en compte le recensement de 1984 qui renseignait sur l’ancienneté ; et le recensement de 2005 qui te donnait plus d’années d’ancienneté. »

20Le quartier de La Cava (municipalité de San Isidro) mérite un traitement à part, car c’est l’un des rares cas où l’organisme public n’a pas cherché à s’entendre avec les habitants. Bien que le recensement préparatoire à l’intervention urbaine ait avancé un chiffre supérieur à 1 800 familles habitant le quartier, la municipalité décida de prévoir la construction d’environ 1 000 logements (les réclamations des habitants firent monter le chiffre à 1 400) ; du coup la pression pour bénéficier dès le début d’une attribution fut plus forte que dans les autres cas. Par ailleurs, la décision d’attribution d’un logement impliquait que la famille passe par un processus d’admission, mis en œuvre par une commission appelée paradoxalement « Bureau d’intégration » (et auparavant « Bureau de transparence ») composée non seulement des autorités municipales, mais aussi d’acteurs étrangers au processus, comme des clubs de notables, des clubs de rugby, les chambres de commerce et d’industrie, et même des associations catholiques. Ces acteurs formant le « tribunal » se trouvaient à l’autre bout de la hiérarchie sociale, par rapport aux « inculpés », ceux qui étaient obligés d’occuper les terres pour trouver une place dans la ville. Il s’agit d’une municipalité où réside une part importante de l’élite socioéconomique de Buenos Aires ; et la villa, bien qu’elle soit une des plus anciennes de la métropole, est l’une de celles qui défient le plus fortement l’ordre urbain. L’urbanisation ne peut s’expliquer que parce que les terres appartiennent à l’État, car la municipalité a systématiquement délogé ce type d’implantations. Le droit au logement, jamais garanti, suppose une lutte permanente pour l’espace.

  • 16 C. Tilly, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998, p. 21.

21Un soupçon généralisé pèse sur tous les habitants de La Cava, alors qu’à l’inverse, on parle de « construction de citoyenneté ». Différents éléments permettent de « mériter le logement » : la taille de la famille, le fait d’avoir déjà été recensé, l’ancienneté et la continuité dans le quartier, la preuve apportée du sens des responsabilités dans l’éducation des enfants, d’une « conduite sociale », de « participation communautaire », de « capacité économique », ou le fait d’avoir des besoins particuliers en termes de santé. Comme nous pouvons le voir, ces critères sont totalement hétérogènes : certains concernent des données relatives au foyer, d’autres relèvent de l’appréciation de la commission. Il est important ici de revenir aux différentes catégories qui, selon Charles Tilly, figent les inégalités : « L’inégalité durable entre catégories vient de ce que les personnes qui contrôlent l’accès aux ressources productrices de valeurs résolvent des problèmes organisationnels aigus au moyen de distinctions catégorielles. Volontairement ou non, ils établissent des systèmes de fermeture, d’exclusion et de contrôle social16. »

22Il convient de garder à l’esprit que chaque quartier présente une situation spécifique. De fait, les normes (locales) se donnent à voir surtout lorsqu’elles sont violées. À la villa Las Flores, les irrégularités les plus graves, notamment au cours de la première étape pilotée par une ONG, concernent la reconnaissance de l’ancienneté et du mérite pour l’accès prioritaire au logement. En revanche, à la villa Carlos Gardel, où un logement a été attribué à chacun, le conflit a surgi lorsqu’un groupe de familles a souhaité être attributaire de plus d’un logement. Nous rencontrons encore d’autres situations de conflits internes.

  • 17 N. Elias et J. Scotson, The Established and the Outsiders, Londres, SAGE publications, 1965, p. 20.

23En résumé, à partir de l’analyse de différentes expériences étudiées, nous pouvons dire que la reconnaissance entre habitants implique une hiérarchie de droits et/ou de besoins : l’ancienneté domine dans les lieux où le niveau de vie est le plus élevé, l’urgence là où il est le plus bas, et les besoins aigus de quelques familles se légitiment au cas par cas. Nous pouvons convoquer ici l’étude réalisée par Norbert Elias et John Scotson dans un village anglais. Selon les auteurs, dans ce village, nous trouvons deux groupes : les « établis » et les « outsiders ». Ces groupes ne se distinguent pas par la classe, la nationalité, la religion ou tout autre type de caractéristique, mais uniquement par l’ancienneté. Les premiers (les établis) se réservent les postes à responsabilité et les rôles majeurs dans les organisations sociales de la localité. « Il semblerait que ce soit une constante universelle. Dans toute configuration du type établis/outsiders, le groupe établi attribue à ses membres des caractéristiques humaines supérieures, prive tous ceux de l’autre groupe de contact social non professionnel de ses membres et ce tabou est entretenu par des mesures de contrôle social : par des commentaires élogieux pour ceux qui le respectent et par des menaces de commentaires dépréciatifs pour ceux soupçonnés de transgression17. » Dans les asentamientos, on partage l’espace, la précarité, mais les habitants n’ont pas tous le même statut, nous l’avons signalé plus haut. Et les temporalités de la réurbanisation de ces quartiers doivent se confronter à ces différentes questions.

Légitimités locales dans les asentamientos face au marché

  • 18 M. C. Cravino, « Los asentamientos del Gran Buenos Aires: reivindicaciones y contradicciones », in (...)

24L’histoire des villas de Buenos Aires est marquée par un tournant radical. Durant plusieurs dizaines d’années, en tant que premier habitat urbain pour les migrants issus du monde rural, elles étaient considérées comme provisoires. Ce n’est que depuis les années 1980, et surtout à partir de 1990, que l’on réclame leur pérennisation. En revanche, à la fin de la dictature militaire, les asentamientos du début des années 1980 mènent immédiatement des actions pour « légaliser » leur installation. Pour garantir cette pérennisation, la régularisation domaniale et l’amélioration du quartier, ces derniers se dotèrent de diverses formes d’organisation sociale : commissions d’habitants, groupes de délégués, etc. Mais vingt ans de politiques inefficaces ont découragé les dirigeants et désarticulé les organisations, là où les temporalités des programmes ne s’accordaient pas avec la politique du quartier. Néanmoins, les différentes enquêtes de terrain confirment le désir de titularisation parmi les populations, nonobstant la paralysie des actions revendicatives18. Il faut souligner qu’en général, les populations qui occupent ces lieux expriment leur souhait d’être « des habitants comme les autres » (des établis) sans toutefois en appeler au droit à la ville pour contester les inégalités sociales.

25Être disposés à devenir des habitants légaux et y contribuer financièrement – même si cela ne se concrétise pas – les éloigne, pensent-ils, de la sphère de l’illégalité. Bien qu’ils sachent que leurs pratiques transgressent les normes, ces habitants considèrent légitime de les mettre parfois entre parenthèses, par exemple lors de l’occupation d’un espace urbain faute de lieu d’habitation. Pour eux, le droit constitutionnel n’est qu’une disposition normative. Quelques personnes interrogées – des dirigeants de quartiers pour la plupart – déclarent que l’État ne leur garantit pas le droit au logement, ce qui légitime l’occupation.

26La sécurité de la propriété n’est complète que lorsqu’on détient des documents conformes à la norme en vigueur. Il faut tenir compte de l’histoire – récente, au demeurant – de ce qui s’est passé sous le dernier gouvernement militaire, lorsque l’on procéda à des expulsions massives dans les quartiers informels, en particulier ceux qui étaient situés dans le centre-ville. Ce qui s’est passé fait encore peur aujourd’hui. « Ce souvenir est toujours là. Ils sont arrivés avec des chevaux, les militaires frappaient pour chasser les gens qui couraient dans tous les sens. La peur est toujours là, qu’ils entrent dans la villa et les poursuivent à coups de pied… Les gens veulent être propriétaires pour que ça ne leur arrive pas… »

27Les programmes d’installation présentaient des aspects contradictoires. D’un côté, ils légitimaient l’aspiration des populations à disposer d’un lieu dans la ville ; de l’autre, leur mise en œuvre a engendré ou aggravé les conflits et renvoyé le titre de propriété tant désiré vers un avenir incertain.

28Le temps et le sacrifice sont à l’origine de ce sentiment de « propriété » qui différencie les « anciens » et les « nouveaux », ces derniers étant taxés d’« hirondelles », d’« aujourd’hui oui, demain non », accusés d’être « indifférents à l’avenir du quartier » – où l’on distingue une fois de plus « établis » et « outsiders ». Ce statut informel de « propriétaire » n’est qu’une transcription de la catégorie de propriétaire légal ou légitime, c’est-à-dire une requalification de la relation sociale qu’est la propriété. Néanmoins, tous les habitants connaissent la différence entre légitime et légal, même s’ils ignorent le détail des instruments juridiques qui permettent ou non de se constituer en propriétaire légal. Ils comprennent la dimension politique de ce qui est en jeu. Les entretiens réalisés entre 1993 et 2011, dans le cadre de différentes enquêtes, en témoignent.

« Les revendications restent pratiquement les mêmes, ce sont les revendications historiques. Être propriétaire de sa terre et être un citoyen de plus de la capitale… Qu’ils ne nous envoient pas en province, car moi je suis né dans la capitale et je ne veux pas aller en province. Oui, ils peuvent nous reloger, mais à l’intérieur de la capitale. Ne pas déraciner les gens » (propos d’un habitant d’une villa).

« Nous voulons payer la terre, payer les impôts comme tout le monde, bénéficier d’un bon service d’eau, d’assainissement, d’électricité, de gaz, de téléphone, nous voulons être un vrai quartier » (habitant d’un asentamiento).

  • 19 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica, op. cit.

29Cette légalité alternative, en conflit permanent avec la légalité officielle, se donne à voir lors des transactions du marché immobilier informel qui imite et incorpore des éléments de légalité officielle. Nous pouvons dire, comme le suggère de Sousa Santos, que ces normes locales résolvent les conflits mais de manière imparfaite ; car à la différence de la légalité formelle, elles ne peuvent s’appuyer sur un organe juridique19. Il existe une micropolitique de la légalité alternative. Dans certains cas, l’autorité est établie par l’entité du quartier, dans d’autres par les délégués ou l’ensemble des habitants désignés pour résoudre le conflit.

  • 20 L’« ordre juridique local » désigne un ordre juridique parallèle en vigueur dans un domaine précis, (...)
  • 21 Cela les distingue des locataires formels qui possèdent quelques ressources juridiques pour empêche (...)

30Comme nous l’avons déjà dit, au sein même des quartiers illégaux, les locataires ont un statut social inférieur, ce qui a également des conséquences sur l’ordre juridique local des villas20. En un sens, ils entretiennent une relation contractuelle similaire à celle du marché formel, bien que sur le marché informel il n’y ait pas de bail ou de contrat écrit. Cela met les locataires en position de plus grande fragilité ou vulnérabilité par rapport aux décisions des loueurs. En témoigne l’opinion courante selon laquelle dès que le locataire ne paie plus son loyer, il doit quitter son logement immédiatement. Des récits rapportent que des locataires ont été mis littéralement à la rue avec leurs biens par le « propriétaire » loueur21. L’accord recrée la relation contractuelle de location du marché immobilier formel ; néanmoins dans les asentamientos et dans les villas, nous avons affaire à une contradiction importante : le loueur n’est pas le propriétaire légal de l’immeuble. Cela a pour conséquence directe une forte rotation des locataires dans le quartier. Celle-ci est due non seulement à la recherche constante d’un loyer moins coûteux, mais aussi à ce que les loueurs n’acceptent pas que les locataires restent trop longtemps dans leur logement de peur qu’ils s’en sentent propriétaires ou réclament des droits sur celui-ci. Nous observons également que les locataires ne sont pas mentionnés dans les recensements, de peur que l’État leur accorde le droit de s’y établir – les empêchant ainsi de certifier leur ancienneté dans les lieux (et partant leur légitimité). Si les locataires acceptent cette situation sans formuler de revendications importantes, en revanche les loueurs en sont stigmatisés, qualifiés de spéculateurs dès qu’ils louent plusieurs chambres (dans des immeubles appelés habituellement inquilinatos) : ils perdent alors leur légitimité de vecinos dans l’ordre juridique du quartier.

Conclusion

  • 22 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica, op. cit., p. 52.

31Boaventura de Sousa Santos affirme que « d’un point de vue sociologique, et à la différence de la théorie libérale, les sociétés contemporaines sont juridiquement et judiciairement plurielles. Le fait que seul l’un des systèmes soit reconnu officiellement affecte la manière dont les autres systèmes opèrent dans ces sociétés, mais ne les empêche pas d’être opérationnels22 ». La construction des légitimités dans la ville correspond à cette pluralité juridique. Certaines juridictions se déploient à une grande échelle, d’autres au niveau local. La société assigne un statut social et urbain inférieur aux asentamientos populaires et ceux-ci gagnent en légitimité au fil du temps (ancienneté) et par le mérite (pauvreté et souffrance) ; mais ils restent dans une tension permanente avec les processus de délégitimation, car en même temps se développe un soupçon généralisé à l’endroit de leurs habitants, allant jusqu’à les qualifier de délinquants. Les médias et une bonne partie de la société leur refusent le statut de citoyens, voire celui d’habitants.

32Les légitimités locales de ces asentamientos populaires distinguent les nouveaux et les anciens, les établis et les outsiders, les « propriétaires » et les « locataires », ceux qui peuvent prouver leur ancienneté (grâce aux recensements) et ceux qui ne le peuvent pas. Des légitimités externes se mêlent aux normes locales : le marché constitue une forme plus légitime d’accéder à ces quartiers que l’occupation des villas et des asentamientos. Mais mettre en location de nombreuses chambres est cause de délégitimation locale pour le loueur.

33La réurbanisation des villas ne peut se penser comme un simple programme de logement. Le rythme des réalisations physiques se heurte aux processus sociopolitiques. Par ailleurs, transformer les relations qu’entretiennent les habitants entre eux ou avec leur entourage, les pratiques et les représentations, est un processus lent qui ne découle pas mécaniquement des changements opérés dans le cadre physique. Ces spatialités comportent une dimension temporelle spécifique.

34Pour conclure, reprenons ce qu’écrit Boaventura de Sousa Santos :

  • 23 Ibid., p. 48.

« Je propose que l’on dépasse la distinction entre l’État et la société civile – à l’origine de la dépolitisation du droit – et qu’on lui substitue un ensemble d’espaces-temps structuraux – l’espace domestique, l’espace de la production, l’espace du marché, celui de la communauté, de la citoyenneté et l’espace mondial – qui peuvent tous être politisés et qui, par conséquent, peuvent conduire à des actions pour soustraire la politique à son confinement étatique, confinement imposé par la théorie politique moderne23. »

35Le débat que cette thèse suscite ne devrait pas éluder la question des droits sociaux ni le rôle des acteurs dans le processus de légitimation de leurs droits.

Bibliographie

Azuela Antonio, La Ciudad, la Propiedad y el Derecho, Mexico, El Colegio de México, 1989.

Bourdieu Pierre, « Effets de lieux », in La Misère du monde, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 1993, p. 159-167.

Carman María, Las trampas de la naturaleza: medio ambiente y segregación en Buenos Aires, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica/CLACSO, 2011.

Cravino María Cristina, « Los asentamientos del Gran Buenos Aires: reivindicaciones y contradicciones », in María Rosa Neufeld et alii, Antropología social y política: hegemonía y poder: el mundo en movimiento, Buenos Aires, EUDEBA, 1998, p. 261-248.

, Las villas de la ciudad: mercado e informalidad urbana, Los Polvorines, UNGS, 2006.

, « Territorialidades en las villas de la Ciudad de Buenos Aires: Estado, mercado y relaciones sociales en la espacialidad barrial », in Andrea Catenazzi et alii, El retorno de lo político a la cuestión urbana, Buenos Aires, Editorial Prometeo/UNGS, 2008, p. 45-77.

, Vivir en la villa: estrategias y trayectorias habitacionales, Los Polvorines, UNGS, 2008.

Elias Norbert et Scotson John, The Established and the Outsiders, Londres, SAGE publications, 1965.

Koselleck Reinhart, Los estratos del tiempo: estudios sobre la historia, Barcelone, Paidós, 2001.

Merklen Denis, Asentamientos en La Matanza: la terquedad de lo nuestro, Buenos Aires, Catálogos Editora, 1991.

, Inscription territoriale et action collective : les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine [thèse de doctorat, 2001], Lille, ANRT, 2006, p. 171-256.

Oszlak Oscar, Merecer la Ciudad, Buenos Aires, Humanitas, 1991.

Sousa Santos Boaventura de, Sociología jurídica crítica: para un nuevo sentido común del derecho, Bogotá, Trotta/ILSA, 2009.

Thompson Edward P., Costumbres en común, Barcelone, Crítica, 1995.

Tilly Charles, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998.

Notes

1 R. Koselleck, Los estratos del tiempo: estudios sobre la historia, Barcelone, Paidós, 2001.

2 M. C. Cravino, « Territorialidades en las villas de la Ciudad de Buenos Aires: Estado, mercado y relaciones sociales en la espacialidad barrial », in A. Catenazzi et alii, El retorno de lo político a la cuestión urbana, Buenos Aires, Editorial Prometeo/UNGS, 2008, p. 45-77.

3 Villa en espagnol d’Argentine correspond au « bidonville ». Asentamiento est aussi un quartier populaire habité par des familles très pauvres localisé en périphérie des grandes villes, mais dont le degré d’organisation sociale est bien plus important. Sur le rapport existant entre ces deux types de quartier populaire issus d’occupations illégales de terres, voir D. Merklen, Asentamientos en La Matanza: la terquedad de lo nuestro, Buenos Aires, Catálogos Editora, 1991 et, du même auteur, Inscription territoriale et action collective : les occupations illégales de terres urbaines depuis les années 1980 en Argentine [thèse de doctorat, 2001], Lille, ANRT, 2006, p. 171-256. NdE.

4 O. Oszlak, Merecer la Ciudad, Buenos Aires, Humanitas, 1991, p. 24.

5 A. Azuela, La Ciudad, la Propiedad y el Derecho, Mexico, El Colegio de México, 1989.

6 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica: para un nuevo sentido común del derecho, Bogotá, Trotta/ILSA, 2009.

7 E. P. Thompson, Costumbres en común, Barcelone, Crítica, 1995.

8 O. Oszlak, Merecer la Ciudad, op. cit.

9 M. Carman, Las trampas de la naturaleza: medio ambiente y segregación en Buenos Aires, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica/CLACSO, 2011.

10 M. C. Cravino, Vivir en la villa: estrategias y trayectorias habitacionales, Los Polvorines, UNGS, 2008.

11 Vecino se traduit couramment en français par « habitant ». En réalité, ce terme renvoie à une forme de citoyenneté urbaine. Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice « Banlieue, barrio, bidonville, cité, conurbano, faubourg, logements sociaux, quartier, vecino, villa, périphérie ». NdE.

12 D. Merklen, Asentamientos en La Matanza, op. cit., et M. C. Cravino, Las villas de la ciudad: mercado e informalidad urbana, Los Polvorines, UNGS, 2006.

13 P. Bourdieu, « Effets de lieux », in La Misère du monde, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 1993, p. 159-167.

14 Une personne interviewée nous disait : « J’ai les recensements de 1973, 1975, 1994, il me manquerait celui de 1984… puis, celui de 2005. J’ai trois recensements avec mes parents, parce que je vivais avec mon père, ma mère et mes frères. J’ai demandé pourquoi ils ne prenaient pas en compte ces trois recensements alors qu’il ne m’en manque qu’un seul… Ils ont dit non, non, c’est comme ça… Je me dis qu’un jour ce sera bon pour moi… Je me suis un peu battu, puis je suis rentré… C’est bon, un jour ce sera pour moi, je ne vais pas mourir sans logement, je leur ai dit. Un jour, ce sera mon tour… »

15 APAC (Associación para el apoyo a comunidades – association pour le soutien aux communautés) est une ONG liée à l’Église catholique chargée d’organiser le démarrage du processus de réurbanisation du quartier.

16 C. Tilly, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998, p. 21.

17 N. Elias et J. Scotson, The Established and the Outsiders, Londres, SAGE publications, 1965, p. 20.

18 M. C. Cravino, « Los asentamientos del Gran Buenos Aires: reivindicaciones y contradicciones », in M. R. Neufeld et alii, Antropología social y política: hegemonía y poder: el mundo en movimiento, Buenos Aires, EUDEBA, 1998, p. 261-284.

19 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica, op. cit.

20 L’« ordre juridique local » désigne un ordre juridique parallèle en vigueur dans un domaine précis, ici un barrio (quartier), ici une villa (bidonville).

21 Cela les distingue des locataires formels qui possèdent quelques ressources juridiques pour empêcher une expulsion immédiate.

22 B. de Sousa Santos, Sociología jurídica crítica, op. cit., p. 52.

23 Ibid., p. 48.

Auteur

María Cristina Cravino est anthropologue, chercheure au Conseil nacional de investigaciones científicas y técnicas (Conicet, Argentine). Elle est responsable académique des études de post-graduation en sciences humaines et sociales de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Buenos Aires. Elle a été responsable du master d’études urbaines à la UNGS (2012-2017). Elle a publié de nombreux ouvrages et articles dans le domaine des études urbaines.

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540