Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Première partie. Les formes

Chapitre iv. Paroles sur la place publique : actions, discours et espace public dans la post-dictature argentine

Julia Smola
Traduction de Pauline Beunardeau

Texte intégral

  • 1 Cette affirmation sur la centralité du discours au début des années 1980 est présente dans plusieur (...)

1Oscar Landi, sociologue argentin se consacrant à l’étude du discours et des cultures politiques, disait que, à la fin de la dernière dictature argentine et durant la période que l’on a dénommée « transition vers la démocratie », le discours était devenu la façon de faire de la politique, le genre de la politique. Le retour de la démocratie était invoqué et construit non seulement à travers certaines alliances ou négociations politiques, mais, plus encore, à travers les paroles qui revenaient occuper les espaces publics qui, jusqu’alors, semblaient à jamais vides de sens. Des communiqués de presse apparaissaient dans les journaux. Des affiches et des pamphlets revenaient circuler dans les rues et de nouveau, les places se remplissaient du bruit des manifestations qui demandaient la fin de la dictature et le retour de la Constitution et de la démocratie1.

2Alors que la plupart des études partagent l’affirmation de Landi, trente ans après la fin de la dernière dictature argentine (1976-1983), il faut encore interroger le sens de l’action politique qui, durant les années 1980, a pris de manière prépondérante la forme discursive. Il nous semble pertinent de réviser quelques-unes des réponses qui ont été données à cette interrogation à partir des sciences sociales, du discours militant et du sens commun.

  • 2 Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice « Peuple, multitude, foul (...)

3La transition vers la démocratie argentine a été interprétée comme un moment de normalisation institutionnelle, un retour à la politique des partis qui, à partir des outils discursifs traditionnels, abandonnait l’action directe qui avait caractérisé la politique argentine durant les années 1970. Ainsi, le discours des années 1980 a été envisagé avant tout comme l’art oratoire des hommes politiques qui tentaient, à travers leurs prédications, de s’affranchir de la violence politique du passé. Sans méconnaître la pertinence de cette lecture, nous proposons dans ce travail d’analyser certains éléments de cette période si particulière de l’Argentine, afin d’identifier les formes de participation populaire à travers l’action, le discours et l’espace public2.

4Nous considérons que c’est à travers ces éléments, au-delà de la prédication et de la rhétorique politique, que l’on peut comprendre pourquoi le discours a été – puis a cessé d’être – le genre de la politique durant la transition démocratique argentine.

Paroles, hommes politiques et paroles politiques

  • 3 En 1981, la Mesa Multipartidaria Nacional réunit les principaux partis politiques argentins (Federa (...)

5Dans cette idée du genre discursif de la politique s’exprime, en premier lieu, la notion plus générale du retour des partis politiques dans l’espace public. En effet, dès 1981, à travers les communiqués et les manifestations convoquées par la Mesa Multipartidaria Nacional3, puis, plus intensément durant l’année 1982, suite à la défaite de la guerre des Malouines, et ouvertement en 1983 durant la campagne électorale, s’est opéré un vertigineux retour des partis politiques sur la scène publique. D’abord à travers la parole écrite dans ces communiqués, puis au cours des grandes manifestations au moyen de longs discours, les dirigeants politiques parlaient au public qui se déversait dans les rues après plusieurs années de retrait dans l’espace privé.

  • 4 Dans cet usage, acto ou acto político sont couramment traduits en français par meeting. Voir dans l (...)
  • 5 S. Sigal, La Plaza de Mayo: una crónica, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006, p. 17-18.

6Mais comment devons-nous caractériser cet espace d’énonciation et de circulation de la parole politique ? Nous pourrions affirmer que ces premières années du retour à la démocratie sont caractérisées par le fait que l’activité politique se déroule essentiellement par l’intermédiaire de l’acto4, une forme d’apparition dans l’espace public qui doit se distinguer, par ses spécificités, de ce que nous connaissons comme manifestation. Comme le signale Sylvia Sigal dans son livre sur la Plaza de Mayo, les actos, tout comme les manifestations, sont des démonstrations contre ou en faveur d’un groupe politique, mais dont la particularité est de se produire devant un public qui apparaît toujours comme le « 3e destinataire5 ». Une manifestation consiste à défiler en colonne devant une succession de publics. Les colonnes de manifestants arborent des panneaux avec des slogans et des identifications, mais elles ne peuvent déboucher sur un discours argumentatif. La force de la manifestation repose sur la présence des manifestants, c’est-à-dire leur nombre, et leur façon d’apparaître en public. Un acto, pour sa part, partage avec la manifestation l’importance de la présence effective des participants, mais à cela s’ajoute le discours d’une ou plusieurs personnes. Un acto comprend non seulement un défilé, mais aussi un rassemblement devant une estrade, son moment culminant étant le discours des orateurs. En définitive, il est difficile de considérer ces deux formes d’apparition publique comme des instances scindées. Il est utile de les distinguer puisqu’elles impliquent des dynamiques différentes de démonstration publique. Comme le suggère Sigal, on peut soutenir qu’il existe deux moments de rencontres collectives. Si la plupart des rencontres débutent dans un moment-manifestation, avec la marche de nombreuses colonnes qui représentent différentes forces ou organisations politiques, dans notre cas elles culminent dans le moment-acto durant lequel ces colonnes confluent vers un point de rencontre (généralement une place ou un monument) devant une scène où se prononcent les discours.

  • 6 G. Vommaro, « Cuando el pasado es superado por el presente: las elecciones presidenciales de 1983 y (...)

7Durant la campagne électorale de 1983, de grands actos s’organisaient dans des stades et sur des places du centre-ville, les candidats prononçaient leurs discours de campagne devant la foule qui s’était réunie pour participer à la manifestation et offrir son appui à une force politique ou à un candidat en particulier. De fait, comme le signale Gabriel Vommaro, un des grands indicateurs du capital électoral des partis était la concurrence entre actos de campagne6.

  • 7 La persécution politique, le plan économique et le discours néo-conservateur qui constituaient le c (...)
  • 8 R. Barros, « Izquierda y democracia: debates recientes en América Latina », Zona Abierta, nos 39-40 (...)
  • 9 C. Lesgart, Usos de la transición democrática, op. cit.

8C’est pourquoi nous pouvons soutenir que, durant ces premières années de démocratie, de même que le discours devenait le genre de la politique, la politique finissait par être le genre du discours. La politique, avec sa rhétorique classique, ses scènes traditionnelles, ses acteurs historiques – les partis – parlait un langage qui lui était propre : un langage qui invitait à la participation à travers et par le moyen de la parole, qui interpellait en créant des identités, tramait des liens sociaux et performait de nouveaux espaces communs. Cependant, nous ne devons pas limiter cette identification du discours et de la politique à la prononciation de discours par les politiciens. Le contenu des discours politiques faisait écho dans la société, dans les discours académiques et intellectuels et dans tous les milieux désormais impliqués dans ce retour de la politique. Mais aussi, les discours politiques se faisaient l’écho des paroles issues d’une société mobilisée qui ne pouvaient être directement encadrées par l’intermédiaire des appartenances politiques7, des débats intellectuels de gauche qui produisaient une autocritique sévère quant aux catégories de pensée employées jusqu’alors pour expliquer la politique latino-américaine8 et des débats universitaires qui, comme le soutiennent certaines études, devançaient les procès politiques dans le travail signifiant, donnant du sens à ce qui se passait mais aussi préfigurant l’expérience démocratique à venir9.

  • 10 La campagne électorale du candidat radical Raúl Alfonsín a été structurée dans une série d’identifi (...)
  • 11 Présente par exemple dans le texte classique d’I. Berlin, « Dos conceptos de libertad », in Cuatro (...)

9Ce que nous voulons suggérer ici, c’est que la parole prononcée, en proposant, en expliquant et en définissant, en témoignant et en accusant, en demandant et en promettant, est ce qui a caractérisé l’action politique de ces années, débordant l’activité politique partisane vers les milieux et les discours académiques, ceux de la justice, de la culture et vers les espaces de manifestation politique de la société en général. Nous ne devons pas, par conséquent, considérer que le discours politique appartenait aux politiques du fait qu’il était prononcé dans des actos de partis et par des hommes politiques. Cela supposerait une distinction trop abrupte entre politique et société, entre politiques et citoyens, présentant la politique comme une sphère délimitée, avec des frontières clairement démarquées vis-à-vis de la société. Cette idée, douteuse pour la théorie politique, peut en outre difficilement être soutenue dans l’analyse du moment politique que nous saisissons ici. En effet, en premier lieu, l’expérience de la dictature avait cruellement démontré dans quelle mesure la politique faisait partie de la vie de chaque citoyen et jusqu’à quel point l’isolement pouvait s’avérer insuffisant pour se protéger de l’influence de la politique sur la vie. Au sein du discours politique, on traduisait cette idée d’interdépendance dans l’identification de la démocratie comme régime et comme forme de vie en paix10. La relation entre la politique et la vie s’était avérée incontournable suite à la violence indiscriminée de la dictature qui, loin de laisser aux individus un espace privé de développement personnel, avait démontré l’interconnexion des sphères publiques et privées et l’impossibilité de toute liberté individuelle en son acception libérale11. C’est ainsi que, loin de signifier un appauvrissement politique du sens de la démocratie, l’identification aux valeurs de la vie et de la paix tentait de l’approfondir et de conjuguer son sens formel à un sens substantif.

10Par ailleurs, cette séparation si abrupte entre politique et société n’est pas parvenue à s’installer dans le sens commun des Argentins – ni dans les problématiques académiques – jusqu’à la décennie 1980, au moment où l’expression « classe politique » est apparue dans le vocabulaire des Argentins, reflétant la méfiance envers les politiques comme « classe » et la menace que cela représentait pour la participation des citoyens aux affaires publiques. Inversement, durant les premières années de la démocratie, l’ensemble des partis politiques s’est révélé comme un acteur principal et a compté avec une forte légitimité politique parmi les citoyens. Mais devant la fragilité de la démocratie naissante, la brèche entre gouvernants et gouvernés rétrécissait. Aussi, même si le rôle du politique finissait par être décisif en tant qu’instance capable de convoquer et de mener à bien le transfert du régime militaire au gouvernement civil, il est important de noter que ce processus mobilisait aussi la société dans les modalités de retour à la vie politique argentine.

De l’acto partidario à l’acto politico : l’espace public de la transition

  • 12 E. R. Catterberg, Los Argentinos frente a la política: cultura política y opinión pública en la tra (...)
  • 13 « Subversif » est une catégorie mise en place par le discours politique de droite et repris par le (...)
  • 14 Une chronologie jointe aux textes de loi peut être consultée sur www.comisionporlamemoria.org. Le 1 (...)

11Comme nous l’avons mentionné, l’acto politico a représenté l’une de ces formes du retour à la vie politique. En effet, l’acto a constitué une des scènes privilégiées de la rhétorique politique mais, comme nous le soutenions précédemment, il en résultait une scène plus vaste. À travers l’acto, au-delà des discours prononcés, se créait un espace public commun. En son sein, se configurait la scène même de la transition. En effet, la crise du gouvernement militaire consécutive à la guerre des Malouines avait provoqué la chute du pouvoir des militaires et la décision de mettre en place des élections afin de rétablir le gouvernement civil. Autrement dit, le pouvoir militaire n’a pas été destitué par la force d’une révolution populaire, pas plus qu’il n’est tombé sous l’effet d’une décision des dirigeants militaires eux-mêmes. La faillite du régime s’est produite dans de tels termes qu’aucune sortie ne se laissait clairement entrevoir. Comme le signalent les études de politiques comparées, cette étape de la vie politique argentine a une origine semblable aux transitions des pays vaincus suite à la Seconde Guerre mondiale12. Cependant, en Argentine, les militaires n’ont pas eu le pouvoir d’acter ou de négocier une transition qui leur serait favorable. Les partis politiques, pour leur part, n’ont pas réussi non plus à s’affirmer comme opposition au régime de manière solide et effective. Le 23 mars 1983, le gouvernement militaire encore au pouvoir a promulgué une loi d’auto-amnistie (loi nationale 22.924). Grâce à cette loi, on tenait pour résolu « le problème de la subversion13 » en déclarant la fin des interrogatoires et des accusations arbitraires, ainsi que des condamnations et des détentions illégales. Cependant, elle annulait aussi les responsabilités civiles ou militaires pour les actes commis pendant la persécution contre la subversion. Quelques jours plus tard, le 28 avril, les militaires rendaient public un écrit intitulé « Document final », dans lequel on assurait que les actions menées à terme durant la « guerre contre la subversion » avaient été réalisées pour le salut de la patrie et qu’elles n’étaient pas, par conséquent, répréhensibles. On y déclarait encore que seul le « jugement historique » établirait les responsabilités concernant la « guerre contre la subversion ». Durant la campagne électorale, les positions face aux disparus et à la violation des droits humains ont été disparates et le chemin de l’ouverture démocratique par rapport au jugement sur le passé est resté ouvert14.

12De la même façon, aucun accord n’a été établi entre les partis politiques afin de déterminer certaines bases constitutionnelles comme en Espagne avec les pactes de la Moncloa ou au Venezuela avec le Punto Fijo (Point fixe). En Argentine, la Mesa Multipartidaria Nacional a plutôt servi à restaurer l’activité politique des partis et à engager une stratégie de pression sur le régime militaire, mais il n’en a pas résulté un accord politique ou un gouvernement de coalition, et elle s’est diluée peu de temps après les élections constitutionnelles. Il n’y a pas eu, pour finir, d’accord entre les militaires et les partis politiques comme en Uruguay, avec le pacte dit du Club naval.

13C’est-à-dire que, sans suprématie militaire ou civile et sans accord entre chaque partie, la transition était dépourvue de toute feuille de route. Il manquait aussi un espace de négociation, une scène derrière la scène où les caractéristiques de la transition puissent être négociées et définies. Sans cohésion ni au sein du front militaire ni au sein du front civil, le chemin à parcourir restait à définir et par conséquent il était sujet à débat. Une des scènes de ce débat était fournie par les places publiques durant les actos et les manifestations. Dans ces espaces, à travers les discours politiques et la participation populaire, ont été menés les débats relatifs aux formes et au sens du nouveau régime démocratique.

  • 15 « Dans le cas du “signifiant flottant”, apparemment nous aurions un excès de signifié, tandis qu’un (...)

14Cela s’avère d’une extrême importance et nous invite à préciser deux choses concernant la centralité des actos et les caractéristiques de l’usage et de la circulation de la parole politique dans cet espace. Premièrement, comme nous l’avons déjà dit, cet espace constituait une des scènes les plus importantes de la transition dans laquelle se dessinaient, avec les protestations, les demandes et les promesses, les formes de la future démocratie. Cela signifie que la démocratie se révèle moins une forme de gouvernement avec un contenu défini que l’objet même du débat. Pour le formuler dans les termes d’Ernesto Laclau, la démocratie est un « signifiant flottant15 » dont le contenu était approprié sous différentes formes par différents discours et même de différentes manières à l’intérieur d’un même discours.

15Mais aussi, cela signifie que la définition ou l’appropriation de ce signifiant ne peut être totale. Les caractéristiques de l’espace dans lequel se déroule le débat pour la démocratie faisaient que son autorité se révélait impossible. Tandis que nous pouvons identifier clairement les acteurs protagonistes de cet espace public, noter leurs paroles et les dates de leurs discours, nous ne pouvons pas imputer un sens ultime à ces paroles. L’impossibilité de leur autorité dans le champ des actions et des paroles politiques s’enracine dans le caractère dual de l’action. En effet, Hannah Arendt trouve l’origine de cette dualité exprimée dans les deux signifiants de l’action au sein du vocabulaire grec. De fait, les Grecs puis les Romains utilisaient deux mots à la fois, indépendants et reliés pour désigner le verbe « agir » :

  • 16 H. Arendt, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1994, p. 247. Avec cette distinction, (...)

« Aux deux verbes grecs archein (“commencer”, “guider” et enfin, “commander”) et prattein (“traverser”, “aller jusqu’au bout”, “achever”) correspondent en latin agere (“mettre en mouvement”, “mener”) et gerere (dont le premier sens est “porter”). L’action est constituée d’un commencement et d’une continuation s’inscrivant dans un achèvement : si le commencement est le fait d’un seul être humain qui est à considérer comme l’initiateur, la continuation de l’action et son achèvement sont quant à eux le fruit d’une collaboration, de la participation de plusieurs êtres humains16. »

16C’est ce qui permet que rétrospectivement l’on puisse assumer la responsabilité de ses actes. Mais c’est pour cette dualité également – parce que toute action s’émancipe de son héros, parce qu’il peut uniquement s’agir de son acteur et jamais de son auteur – que les conséquences de l’action retombent avant tout sur ses contemporains et sur les générations futures. Du caractère collectif de l’action, de la forme sous laquelle participent les autres, découle l’impossibilité de penser l’action en termes d’autorité. Le sens ultime de l’action reste réservé, selon Arendt, à la figure du narrateur, qui peut soupeser ce signifié collectif et les conséquences que cette chaîne d’action a eues dans l’espace public pour les générations suivantes. De la même façon, on peut penser au caractère collectif du discours, en soutenant que les paroles performent toujours, produisent des actions, mais que ces paroles ne se réduisent pas aux signifiés mentionnés par celui qui parle. De cette manière, la réception joue un rôle important quant au sens des paroles. Mais il s’agit de quelque chose de plus que la difficulté de capter fidèlement ce qu’un orateur est en train de dire ou veut dire. Il s’agit d’une condition structurelle qui fait que le sens des paroles, surtout ces mots complexes comme démocratie, aboutit à une impossible appropriation pour l’orateur. Cette relative liberté des concepts permet non seulement qu’ils soient appropriés par différents discours, mais aussi qu’ils puissent appartenir partiellement mais légitimement à beaucoup d’entre eux. De cette manière, nous pouvons considérer que le sens de démocratie n’appartient pas exclusivement, par exemple, au discours d’Alfonsín, mais qu’il circule avec des sens variables à travers des discours qui communiquent entre eux – comme ceux tenus par les organisations des droits humains, de la justice, de l’Université – et que sans appartenir nécessairement à des champs idéologiques opposés, son sens est débattu. Cette impossibilité structurelle de la parole politique est, comme nous l’avons soutenu précédemment, actualisée par les caractéristiques de fragilité qui naissent de l’espace dans lequel elle circule.

17En définitive, étant donné les caractéristiques énoncées de la transition (fragilité, incertitude, manque d’accords entre les parties impliquées) ainsi que ces scènes de débat et de définition (les actos et les manifestations politiques), la parole prononcée dans les discours n’a jamais appartenu aux politiques qui les prononçaient, mais au collectif qui se trouvait réuni dans ces lieux. Ces scènes reposaient sur la présence de l’auditoire dans la place publique, sur les demandes et sur l’interprétation qu’elles suscitaient, et sur les promesses qui s’échangeaient entre les personnes présentes.

De la transition à la consolidation : le déclin de l’acto comme espace de débat sur la démocratie

  • 17 Les thématiques des actos qui étaient abordées au nom de « la défense de la démocratie » ont été mu (...)

18Suite à la campagne électorale, qui a mobilisé des millions de personnes dans les actos politicos des partis, la société a participé massivement à des actos et à des manifestations rassemblés pour aborder les différentes questions qui menaçaient la stabilité et le futur de la démocratie17. Une foule a accompagné dans les rues les procès des juntes militaires en cours dans les tribunaux, avant d’affronter les soulèvements militaires en se présentant massivement sur toutes les places du pays.

19Dans ces espaces, la société a excédé le rôle d’auditoire ou de spectateur des actos politicos et s’est constituée en acteur politique collectif, conflictuel et pluriel. La fragilité et l’incertitude de la transition, en même temps qu’elles représentaient un risque pour la stabilité du régime qui s’établissait, ouvraient un espace d’action, de débats et de circulation du sens de la démocratie.

20C’est ainsi que, devant le danger que représentait l’incertitude de la démocratie et au nom de la stabilité de l’ordre, la classe politique a commencé à se refermer sur elle-même. Jusqu’à la fin de la décennie 1980, la scène politique a commencé à se déplacer depuis l’espace des places publiques vers celui beaucoup plus restreint où le déroulement de la confrontation, l’accord et la négociation se produisaient entre les acteurs définis par la politique même. L’espace public de la manifestation et de la participation populaire a commencé son retrait puisque la citoyenneté n’accédait plus à la scène où se déroulaient effectivement les évènements politiques.

  • 18 Le Pacto de Olivos a été un accord concerté secrètement puis signé par Carlos Menem, alors présiden (...)

21La fin de la transition est liée au déclin de l’espace public qui a constitué la scène principale de circulation de la parole durant le début des années 1980. Ainsi, au début de la décennie des années 1990, la démocratie argentine a finalement pu se déclarer « consolidée » quand les référents des deux principaux partis politiques se sont accordés sur « un noyau de compromis élémentaires » pour la réforme de la Constitution nationale. Cet accord a été connu comme Pacto de Olivos18 et a été signé à huis clos sans que soit prononcée une seule parole en public de la part des deux leaders politiques qui en furent les instigateurs.

  • 19 Sur la « crise de représentation », voir R. Gargarella, Nos los representantes: crítica de los fund (...)

22C’est seulement alors, sur les ruines de l’espace public qui durant des années avait représenté la scène de discussion, de débats sur le sens de la démocratie, puis du retrait de cet acteur politique collectif que fut la société mobilisée, qu’a commencé un processus de normalisation de la politique argentine et de consolidation de la démocratie argentine comme régime politique. Cette consolidation s’est produite sur la disparition des formes et des espaces les plus dynamiques de la démocratie – l’acto et la parole politique qui circulaient – créant une séparation entre la classe politique et les citoyens qui ira en s’approfondissant durant les années 1990, jusqu’à l’éclatement de la crise de 2001 qui fera revenir la politique dans les rues19.

Bibliographie

Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

Barros Roberto, « Izquierda y democracia: debates recientes en América Latina », Zona Abierta, nos 39-40, avril-septembre 1986.

Berlin Isaiah, « Dos conceptos de libertad », in Cuatro ensayos sobre la libertad, Madrid, Alianza, 1996, p. 187-243.

Buenfil Rosa Nilda (dir.), Debates políticos contemporáneos: en los márgenes de la modernidad, Mexico, Plaza y Valdés, 1998.

Catterberg Edgardo R., Los Argentinos frente a la política: cultura política y opinión pública en la transición argentina a la democracia, Buenos Aires, Planeta, 1989.

Gargarella Roberto, Nos los representantes: crítica de los fundamentos del sistema representativo, Buenos Aires, Miño y Dávila/CIEPP, 1995.

Laclau Ernesto et Mouffe Chantal, Hegemonía y estrategia socialista: hacia una radicalización de la democracia, Buenos Aires, Fondo de Cultura, 1987.

Lesgart Cecilia, Usos de la transición democrática: ensayo, Ciencia y Política en la década del ’80, Rosario, Homo Sapiens, 2003.

Novaro Marcos, Representación y Liderazgo en las democracias contemporáneas, Rosario, Homo Sapiens, 2000.

O’Donnell Guillermo et Schmitter Philippe (dir.), Transiciones desde un gobierno autoritario, Buenos Aires, Paidós, 1988, vol. 4.

Pousadela Inés, « ¿Crisis o Metamorfosis? Aventuras y Desventuras de la Representación en la Argentina (1983-2003) », in Inés Pousadela et alii, Veinte años de democracia, Buenos Aires, FLACSO/Fundación OSDE, 2004, p. 7-25.

Reano Ariana, Los lenguajes políticos de la democracia: el legado de los años ochenta: Alfonsín, Controversia, Unidos y La ciudad Futura, thèse de doctorat en sciences sociales, Instituto de Desarrollo Económico y Social (IDES)/Universidad Nacional de General Sarmiento (UNGS), mars 2011.

Sigal Silvia, La Plaza de Mayo: una crónica, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006.

Smola Julia, Parler en démocratie : discours et espace public dans la politique argentine des années quatre-vingt, thèse de doctorat, Université Paris Diderot/Universidad de Buenos Aires, juin 2010.

Vommaro Gabriel, « Cuando el pasado es superado por el presente: las elecciones presidenciales de 1983 y la construcción de un nuevo tiempo político en la Argentina », in Alfredo Pucciarelli (dir.), Los años de Alfonsín, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006, p. 245-290.

Notes

1 Cette affirmation sur la centralité du discours au début des années 1980 est présente dans plusieurs de ses écrits. Nous signalons en particulier un livre qui compile des articles importants sur cette époque : Oscar Landi, Reconstrucciones: las nuevas formas de la cultura política, Buenos Aires, Puntosur, 1988. Son observation est partagée au sein des sciences sociales argentines, également mise en évidence dans la prolifération des études qui se focalisent sur la perspective de l’« analyse du discours ». L’expression « transition démocratique » a quant à elle surgi des études académiques, mais s’est rapidement étendue au langage politique et courant. Elle a été employée pour désigner l’époque qui a commencé en Amérique latine avec la sortie des régimes autoritaires dans les années 1980, afin d’étudier comparativement ces processus. Cette expression a été mise entre guillemets à la première occurrence pour éviter une naturalisation du terme et exprimer nos réserves, puis écrite sans guillemets, justement parce qu’elle est passée dans le langage politique et courant. Dans notre recherche doctorale, nous effectuons une analyse plus vaste de cette expression : J. Smola, Parler en démocratie : discours et espace public dans la politique argentine des années quatre-vingt, thèse de doctorat, Université Paris Diderot/Universidad de Buenos Aires, juin 2010. Sur les différents usages de cette métaphore en sciences sociales, voir C. Lesgart, Usos de la transición democrática: ensayo, Ciencia y Política en la década del ’80, Rosario, Homo Sapiens, 2003.

2 Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice « Peuple, multitude, foule ».

3 En 1981, la Mesa Multipartidaria Nacional réunit les principaux partis politiques argentins (Federación demócrata cristiana, Movimiento de Integración y Desarrollo, Partido Intransigente, Partido Justicialista y Unión Cívica Radical). Le 14 juillet de cette année-là, un communiqué intitulé « Convocation du pays » a été lancé, dans lequel on considérait comme « initiée l’étape de transition vers la démocratie ». On invitait l’ensemble des citoyens à s’unir dans leurs réclamations pour « la liberté, la justice et tous les droits humains » appelés à se concrétiser dans le cadre de la démocratie. À partir de là, une série de communiqués ont été réalisés, dont les auteurs se présentaient comme « transmetteurs, orienteurs et exécuteurs de l’opinion publique ». Suite à la défaite argentine dans la guerre des Malouines, des mobilisations et actos publics ont été convoqués.

4 Dans cet usage, acto ou acto político sont couramment traduits en français par meeting. Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice « Protesta/protestation, marche/marcha, acto político, manifestación/manifestation ».

5 S. Sigal, La Plaza de Mayo: una crónica, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006, p. 17-18.

6 G. Vommaro, « Cuando el pasado es superado por el presente: las elecciones presidenciales de 1983 y la construcción de un nuevo tiempo político en la Argentina », in A. Pucciarelli (dir.), Los años de Alfonsín, Buenos Aires, Siglo XXI, 2006, p. 245-290.

7 La persécution politique, le plan économique et le discours néo-conservateur qui constituaient le cadre de la violence déployée par le gouvernement militaire ont eu le tragique effet de dissoudre les identités sociales et politiques qui étaient fortement enracinées au début de la décennie 1970. Une grande partie de l’incertitude qui a caractérisé les années qui ont succédé à la fin de la dictature est en relation avec ce déchirement du tissu social et politique par lequel les identités, qui étaient si clairement tracées auparavant, étaient mises en cause.

8 R. Barros, « Izquierda y democracia: debates recientes en América Latina », Zona Abierta, nos 39-40, avril-septembre 1986, p. 27-60. Voir aussi A. Reano, Los lenguajes políticos de la democracia: el legado de los años ochenta: Alfonsín, Controversia, Unidos y La ciudad Futura, thèse de doctorat en sciences sociales, Instituto de Desarrollo Económico y Social (IDES)/Universidad Nacional de General Sarmiento (UNGS), mars 2011.

9 C. Lesgart, Usos de la transición democrática, op. cit.

10 La campagne électorale du candidat radical Raúl Alfonsín a été structurée dans une série d’identifications, ainsi ses premiers slogans récitaient : « plus qu’une issue électorale, une entrée dans la vie », « allons défendre la vie et l’espoir ».

11 Présente par exemple dans le texte classique d’I. Berlin, « Dos conceptos de libertad », in Cuatro ensayos sobre la libertad, Madrid, Alianza, 1996, p. 187-243.

12 E. R. Catterberg, Los Argentinos frente a la política: cultura política y opinión pública en la transición argentina a la democracia, Buenos Aires, Planeta, 1989, p. 19. Voir aussi G. O’Donnell et Ph. Schmitter (dir.), Transiciones desde un gobierno autoritario, Buenos Aires, Paidós, 1988, vol. 4.

13 « Subversif » est une catégorie mise en place par le discours politique de droite et repris par le discours militaire afin d’identifier tous les groupes politiques ou personnes particulières, armés ou non, opposés au régime militaire. La lutte contre la subversion justifiait les actes des militaires : enlèvements, disparitions, torture, assassinats.

14 Une chronologie jointe aux textes de loi peut être consultée sur www.comisionporlamemoria.org. Le 13 décembre 1983, Raúl Alfonsín a été à l’origine de deux décrets, n157 et n158. Le premier était orienté vers la promotion de « la persécution pénale » des responsables de l’instauration des formes violentes d’action politique, dont la présence a perturbé la vie argentine. Le second renvoyait aux jugements des anciennes Juntas Militares et, par conséquent, rendait caduque la loi d’auto-amnistie militaire.

15 « Dans le cas du “signifiant flottant”, apparemment nous aurions un excès de signifié, tandis qu’un signifiant vide, au contraire, serait en définitive un signifiant sans signifié. Mais si nous analysons la question plus attentivement, nous nous apercevons que le caractère flottant d’un signifiant est la forme uniquement phénoménale de son vide. Un signifiant comme “démocratie”, par exemple, est clairement flottant : son signifié sera distinct dans les discours libéraux, radicaux, antifascistes et conservateurs anticommunistes. » Source : Entretien avec Ernesto Laclau dans R. N. Buenfil (dir.), Debates políticos contemporáneos: en los márgenes de la modernidad, Mexico, Plaza y Valdés, 1998, p. 83. Voir aussi E. Laclau et Ch. Mouffe, Hegemonía y estrategia socialista: hacia una radicalización de la democracia, Buenos Aires, Fondo de Cultura, 1987.

16 H. Arendt, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1994, p. 247. Avec cette distinction, Arendt introduit le divorce consécutif à l’histoire de l’usage de chaque terme. Le langage politique a commencé à considérer uniquement la première partie de l’action comme action proprement politique alors que la seconde désignait l’action en général. Dans notre vocabulaire, cela équivaut à penser exclusivement l’action politique sous les termes « gouverner » et « guider », dissociée de son caractère collectif. Celui d’Arendt constitue un appel à faire l’effort pour considérer la partie plus imperceptible de l’action politique, celle qui désigne les autres impliqués, qui la mettent sur le devant de la scène en apportant leur aide. Dans ce travail, nous essayons de suivre ce chemin, en identifiant également les protagonistes de l’intrigue, cette participation des autres héros anonymes qui contribuent à mener à terme l’entreprise humaine.

17 Les thématiques des actos qui étaient abordées au nom de « la défense de la démocratie » ont été multiples et variées. La plupart des actos ont été liés à la défense des droits de l’homme en relation avec la présentation de la recherche de la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas (Commission nationale sur la disparition de personnes – CONADEP), avec le jugement des Juntas Militares, ou encore devant le soulèvement militaire lors de la Semaine sainte de 1987. Mais on a également rassemblé des foules en faveur de « la défense de la démocratie » pour présenter un changement dans la politique économique du Gouvernement, comme cela s’était produit en avril 1985. La question militaire et la question économique ont été les deux thèmes les plus importants de l’agenda politique des années 1980. Durant ces années, chacun a été intimement lié dans la rhétorique politique à la question de la démocratie.

18 Le Pacto de Olivos a été un accord concerté secrètement puis signé par Carlos Menem, alors président de la Nation, et Raúl Alfonsín, ex-président et principale figure du parti radical. Bien que Olivos fasse référence à la résidence présidentielle, la réunion où s’est décidé le contenu du pacte signé dix jours plus tard a eu lieu dans un domicile particulier – celui de l’ex-chancelier Dante Caputo – entre Raúl Alfonsín, Mario Losada (qui était titulaire du parti radical), Enrique Nosiglia et, du côté justicialiste, le président Carlos Menem, Eduardo Bauza, Eduardo Duhalde et Luis Barrionuevo. C’est là que s’est établi un « noyau de compromis élémentaires » qui regroupait les réformes devant être réalisées dans le cadre de la Constitution et votées par l’Assemblée constituante. Dans cet accord élémentaire, on a compté de nombreuses avancées tant en matière de fonctionnement des institutions qu’au niveau des droits collectifs, mais on a trouvé aussi la clause qui permettait le second mandat présidentiel consécutif.

19 Sur la « crise de représentation », voir R. Gargarella, Nos los representantes: crítica de los fundamentos del sistema representativo, Buenos Aires, Miño y Dávila/CIEPP, 1995 ; I. Pousadela, « ¿Crisis o Metamorfosis? Aventuras y Desventuras de la Representación en la Argentina (1983-2003) », in I. Pousadela et alii, Veinte años de democracia, Buenos Aires, FLACSO/Fundación OSDE, 2004, p. 7-25 ; M. Novaro, Representación y Liderazgo en las democracias contemporáneas, Rosario, Homo Sapiens, 2000.

Pour une analyse de la crise de 2001 nous nous référons ici au travail de Marina Farinetti et Gabriel Vommaro, présent dans ce volume : « Tout ce qui est solide se dissout dans l’air : participation politique et estallidos sociales dans l’Argentine récente ».

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540