Version classiqueVersion mobile

La diagonale des conflits

 | 
Denis Merklen
, 
Étienne Tassin

Introduction. Hic certamina, hic democratica : formes, forces et forums de la démocratie

Denis Merklen et Étienne Tassin

Texte intégral

1Soit une définition de géométrie ordinaire : « On appelle diagonale d’un polygone tout segment reliant deux sommets non reliés par un côté. Un polygone à n côtés possède n(n-3)/2 diagonales. » Usons de la métaphore : une démocratie à n côtés possède n(n-3)/2 diagonales. Que font les diagonales ? Elles relient des sommets non consécutifs, comme autant de points de tension dont sont constituées les sociétés démocratiques. Chaque diagonale est un rapport de forces établi entre des sommets non consécutifs de l’ensemble social : elle relie autrement et en tension les « côtés » d’une société démocratique, c’est-à-dire les rapports institués qui lui servent de soutien. Mais chaque rapport de forces n’est pas équivalent à un autre ; et chaque rapport de forces est mouvant : les forces qu’il relie ne sont pas entièrement préconstituées. Elles naissent des rapports. Et bien qu’à un moment donné, le polygone en question ait un nombre de côtés connus (ou connaissables), ce nombre change en fonction des conflits. La démocratie triangle devient hexagone, la figure plane devient polyèdre irrégulier, ou elle s’aplatit à un moment en carré, à un autre moment en pentagone.

La diagonale des conflits

2N’abusons cependant pas de la métaphore. Les diagonales du polygone se déduisent des côtés et c’est parce que le polygone est constitué que les diagonales peuvent être tracées ; les diagonales de forces en démocratie composent la société, elles ne s’en déduisent pas. Car ladite société démocratique ne préexiste pas aux conflits qui la travaillent, elle n’en est que le produit et l’expression. Ses « côtés » suivent ses diagonales, et non l’inverse ; ses « sommets » en procèdent au lieu de les définir. Les diagonales de conflits désignent alors la composition labile des conflictualités qui organisent dynamiquement les rapports sociaux, en exposant les êtres et les relations à des risques parfois destructeurs où s’éprouve une concitoyenneté sauvage, rebelle, autonome, socialement impropre, mais proprement politique.

3On s’intéresse ici à ces diagonales. Prendre une vue diagonale des conflits sociaux, c’est reconnaître dans une société les côtés et les sommets qui la constituent sans présupposer que ces côtés et ces sommets recèlent la vérité de son organisation et de sa « vie ». La vie démocratique – le ressort qui fait vivre la société et les aventures qui en composent le drame ordinaire – se laisse percevoir dans les conflits qui l’abîment et l’animent. Abîmer et animer sont les deux dimensions, indissociables, des conflits. De quelque façon qu’on les aborde, les sociétés qu’on dit démocratiques sont toujours conflictuelles, plus ou moins. En toute chose, certes, il y a des bons et des mauvais côtés ; mais aux sommets répondent des arêtes et là se forment des communautés d’expériences, se livrent des combats, s’instituent de nouveaux rapports, se forgent des histoires partagées, se gagnent et se perdent des acquis, s’inventent des concitoyennetés neuves et déroutantes, brouillées, impures certes, mais inventives : parfois bons, parfois mauvais, l’un et l’autre ou ni l’un ni l’autre. Citoyennetés qui déplacent ces côtés, modifient les forces, ne cessent de instituer autrement les rapports sociaux.

4Regarder les sociétés du côté de leurs conflits, en saisir les points saillants depuis lesdits conflits, voilà le postulat méthodologique des enquêtes ici menées et restituées. Le point de vue de la diagonale est transversal aux abscisses et ordonnées, il opère comme le déplacement du fou sur l’échiquier voulant échapper aux coordonnées cartésiennes qu’il prend de biais. Peut-on, des sociétés démocratiques, prendre une vue non orthonormée ? C’est ce que s’efforcent de faire les cheminements latéraux proposés ici. On y cherche à comprendre comment les tensions, les contradictions ou les divisions qui travaillent les sociétés démocratiques, en l’occurrence les sociétés argentine et française, permettent de relever la discrète, mais effective politicité dont font preuve les acteurs sociaux dans l’ordinaire de leurs combats pour faire valoir leurs droits, leur dignité, leurs intérêts. Et pour prendre en main leur destinée ou organiser les communautés de vie qu’ils font prévaloir contre ou avec les pouvoirs institués, policiers, administratifs, politiques.

5On s’attache donc aux pauvres, aux sans-abri, aux immigrés, aux squatters, aux locataires impécunieux, aux adolescents, aux banlieusards, à ceux dont on dit qu’ils sont dans la débine… Attention condescendante ou compassionnelle portée par quelques sociologues nantis aux franges de la société ? Certes non, bien au contraire. On sait que ces noms impropres ne désignent pas des catégories sociales identifiées ou identifiables ; ils ne nomment pas la société par ses bons côtés, mais par ses diagonales évanescentes et trompeuses ; ils désignent depuis la langue courante ce que seule une plongée en immersion dans la concrétude sociale permet de voir et peut-être de comprendre. Aussi, il s’agit de faire parler celles et ceux qui ne sont pas ici perçus comme objets d’un regard académique, mais comme composantes d’une expérience sociale, co-acteurs d’une démocratie en acte et non sujets prétendument autorisés d’une pratique institutionnelle. Ne nous laissons donc pas tromper par les mots. Pris en diagonale, ces noms désignent moins des classes ou des places que des déclassements et des déplacements. Les marges de la cité se trouvent ainsi au centre de ce livre et le milieu sémantique des circulations à la fin. C’est qu’il s’agit à chaque fois de tracer les diagonales en défaisant les ordonnancements convenus, d’explorer la société par ses expériences conflictuelles, de traverser nouvellement un continent démocratique bien trop balisé. Ici, rien ne prétend faire système, tout s’expose à la discussion en s’efforçant de dénouer les préjugés.

6N’abusons donc pas de la métaphore. Car l’abus de la représentation géométrique ou topographique de la démocratie réduit celle-ci à une surface sectorisée selon un espace public, une société civile et des institutions où des citoyens circulent suivant des chemins autorisés pour passer d’un statut à l’autre, d’un espace à l’autre qui lui serait contigu. Cette représentation réserve (in)justement des emplacements précis pour la politique qui doit se faire au Gouvernement, au Parlement ou dans les partis politiques, par exemple. Représentation contrefactuelle, aussi problématique politiquement parlant qu’elle l’est au regard de la production de la connaissance et de la réflexion. Une représentation euclidienne de la politique et de la démocratie tend à théoriser une image du social conforme aux pratiques de ceux qui occupent déjà des places établies au sein du polygone, ou de part et d’autre de l’hémicycle. Le monde de la pensée et de l’université fait alors alliance avec celui de la classe politique pour parler un langage facilement traduisible dans celui de la presse.

Forces, formes et forums : mondes conçus et mondes vécus

7Fruit d’une double collaboration entre philosophes et sociologues, d’Argentine et de France, les enquêtes sur la diagonale des conflits démocratiques sont regroupées en trois séries : diagonales des formes, des forces, des forums. La première diagonale interroge les formes des conflits démocratiques dans leur formulation politique, entendue ici au sens de régime : elle porte à la fois sur les discours et sur les institutions. Il est donc logique qu’en son centre, on rencontre la question de la forme républicaine confrontée aux exigences démocratiques, celles de l’État et de l’espace public démocratique dans son rapport au droit et à la prise de parole ; et enfin celles du populisme, d’un côté, et celles des limites floues entre politique et impolitique, de l’autre. La deuxième diagonale examine les forces en jeu dans les conflits démocratiques : comment l’opposition légale républicaine est-elle relayée par des protestations sociales et politiques, des résistances ou des contournements du jeu politique. Ici, la notion de politique connaît une nouvelle orientation dans la mesure où elle est d’abord interrogée dans son rapport à la violence, puis dans son ancrage économique et social, à travers une enquête sur la pauvreté ou les rapports compliqués de la jeunesse à la citoyenneté. Enfin, la diagonale des forums plonge dans la politicité ordinaire et inventive des pratiques quotidiennes, là où naissent de nouvelles figures de citoyenneté par les tours et détours d’une réappropriation des univers de sens en milieu urbain. Réclamations, contestations, usages, circulations textuelles, mais aussi réinventions politiques d’autogouvernement par des acteurs non autorisés, mais emportés par leurs initiatives dans des processus de subjectivation politique inédits où se reconfigurent de manière inattendue des diagonales originales et déroutantes.

8En abordant les diagonales sous ces trois formes, l’ambition de notre ouvrage est d’ouvrir de nouveaux espaces de pensée et, en même temps, d’approcher au plus près les terrains, les pratiques, les acteurs, et les enjeux conceptuels que portent ces usages inédits de la démocratie, en Argentine comme en France. Le livre est cependant tendu et tenu par ce qui constitue peut-être une quatrième diagonale, celle qui relie les savoirs, les discours et les pratiques de trois catégories d’acteurs : les acteurs de la politique professionnelle et instituée, les acteurs qui ne se reconnaissent pas comme politiques ou qui s’autodésignent comme non-politiques, et les acteurs du monde académique et universitaire de la pensée et de la recherche sociale et politique. Cette diagonale-là traverse la totalité du texte ; elle constitue une hypothèse sur la politique et définit un point de vue, voire une méthode de recherche : elle place le chercheur, l’enseignant, le philosophe ou le sociologue professionnel parmi les autres hommes et femmes de la société, en concitoyens qui n’ont pas suspendu leur condition d’hommes ou de femmes politiques pour faire de la recherche et pour enseigner, qui ne mettent pas leur humaine condition entre parenthèses au moment d’écrire. Les auteurs de ce livre proposent une intelligibilité singulière de l’espace commun et de l’espace public de nos sociétés. Ils pensent les autres, tous les autres, comme leurs concitoyens et se pensent eux-mêmes comme des concitoyens. Ils se distinguent et tiennent ensemble parce qu’ils soumettent leur parole et leurs connaissances aux contraintes de la recherche scientifique, du monde universitaire, de la sociologie et de la philosophie. Ainsi ils viennent dire ce qu’est la politique à la lumière de leurs enquêtes, de leurs lectures, de leurs écritures, de leur travail collectif, de discussions et de débats. Et ils sont notamment animés par la recherche de la vérité. En cela, leur discours est un discours critique qui vise le conflit et qui, s’il heurte certains et satisfait d’autres, aura naturellement joué son rôle.

9Ce point est nodal. Les chercheurs réunis dans cet ouvrage sont des « individus-dans-le-monde » (pour paraphraser Louis Dumont) qui visent la production d’un savoir qui n’existerait pas sans le travail de l’enquête et celui de l’écriture. Ces universitaires ne cherchent donc pas à « prendre distance » comme on apprend souvent à le faire aux étudiants en sciences sociales quand on veut leur apprendre les techniques de l’enquête. La recherche universitaire ne se fait pas ici hors le monde. Nous sommes conscients que notre parole entre dans le jeu des conflits et qu’elle est en cela constitutive de la vie démocratique, qu’elle a parti pris et parti lié avec les conflits qui parfois secouent notre quotidien. Elle n’y est pas indifférente. Mais elle est en même temps soumise à une contrainte collective qui lui confère une certaine identité et par conséquent une place spécifique dans le monde. Dans notre cas, cette contrainte vient de nos disciplines, la sociologie et la philosophie qui ont chacune ses normes de recherche (au sein d’un monde universitaire et scientifique qui n’est pas non plus exempt de conflits, d’oppositions, de controverses). Ce qui fait que nous ne pouvons pas dire tout et n’importe quoi et que notre parole se soumet donc volontiers aux exigences de nos pairs et de nos institutions. Mais nos textes ne sont pas soumis au vote, comme le serait une motion à l’assemblée d’un parti politique ou d’une autre organisation. De ce point de vue, le type de vérité qui est la nôtre n’est ni plus ni moins vrai qu’un autre par le seul fait d’obéir à la rigueur de l’enquête scientifique. Il se doit cependant d’apporter au monde cette vérité issue de la recherche scientifique. Les sociologues et les philosophes ici réunis ne se tiennent pas à distance, ils sont dans le monde, mais ils le sont en tant que sociologues et en tant que philosophes. Aucune ambition d’exhaustivité ne commande ces regards ; on doit au contraire les comprendre comme de modestes, mais suggestives touches apportées au tableau des scènes du peuple en train de se recomposer sous l’effet de la globalisation économique.

10Car s’il s’agit de s’interroger sur les formes, les forces et les forums des conflits qui font l’ordinaire des situations sociales, il s’agit également de relever à chaque fois la politicité desdits conflits sociaux et de comprendre ce qui fait d’une violence sociale qu’elle est porteuse ou pas d’une signification politique. Hic certamina, hic democratica : « là où sont les conflits, là se trouve la démocratie ». Cette focalisation sur les expériences de démocratie en Argentine et en France n’est ni fortuite ni forcée : l’un des mérites d’un certain comparatisme est certes de bousculer les critères de jugement et de relativiser les catégories interprétatives. Il est aussi de produire de réels déplacements. On peut observer les deux pays comme un laboratoire où s’expérimentent des peuples pris dans les contradictions d’une démocratie qui se cherche, ou qui cherche à se réinventer, et d’une globalisation qui précipite les effets dévastateurs du capitalisme financier. Situation carrefour de la démocratie qui exige qu’on s’attache avec sérieux aux discours, aux paroles, aux grammaires de la pensée politique démocratique.

La diagonale des langues : l’espagnol de l’Amérique latine et le français de France

  • 1 L. Eiff, E. Rinesi et J. Smola, Las diagonales del conflicto, Buenos Aires, UNGS, 2017.

11Ce livre est écrit par des sociologues et des philosophes argentins et français. Il est fondé sur un bilinguisme qui nécessite d’être explicité. Cette version française des éditions de l’IHEAL s’accompagne en effet d’une edición en castillan publiée par la maison d’édition de l’Universidad Nacional de General Sarmiento1. Cette édition double a exigé un travail de traduction et de relecture croisée où les auteurs argentins traduisaient leurs collègues français, tandis que ceux-ci transposaient en français leurs textes espagnols. La décision de cette publication bilingue est une conséquence naturelle du processus de recherche réalisé pendant trois ans dans le cadre d’un programme Ecos-Sud, où nous nous sommes vite confrontés au fait que la démocratie française ne résonnait pas de manière immédiate comme un écho limpide dans les oreilles argentines, tandis que, inversement, la compréhension des voix du dêmos argentin n’allait pas de soi dans la pensée politique exprimée en langue française.

12Il faut avouer que nous nous sommes bien amusés à ne pas nous comprendre ou à nous mécomprendre, à découvrir toute une série de mésententes insoupçonnées et d’équivoques déroutantes derrière la traduction du vocabulaire politique d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. Plutôt que haussés au-dessus des malentendus langagiers par la logique salvatrice d’une prétendue rationalité discursive, nous nous sommes retrouvés submergés par les idiomes, au point de produire finalement un « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » – dont la coordination a été confiée à Michèle Leclerc-Olive qui travaillait précisément, depuis des années, sur les problèmes générés par la traduction du langage politique entre pays du Nord et du Sud.

13Au cours de nos échanges et de nos discussions, les Français s’étonnaient chaque fois que les Argentins parlaient de un acto pour faire référence à une réunion politique qu’ils auraient volontiers qualifiée de meeting. Le malentendu vient de ce qu’un acto político, en Argentine, n’est pas exactement la même chose qu’un meeting en France. Comme dans beaucoup d’autres pays d’Amérique latine, de même qu’en Espagne, on organise en Argentine des actos un peu partout : dans les écoles le jour de la fête nationale ou pour rendre hommage à un héros national, et dans beaucoup de manifestations publiques (que les Argentins appellent marchas et les Français manifs), le jour du 1er mai ou dans les clubs sportifs. Plus étonnant encore, nous avons découvert – oh combien nous pouvions mal nous traduire les uns les autres, du français à l’espagnol et du castillan au français ! – que ce que les Argentins entendent par jacobinismo n’a que peu de chose à voir avec ce que les Français nomment jacobinisme, indépendamment du fait que le Club des jacobins se trouve à l’origine des deux vocables. Dans le langage commun de la politique française aujourd’hui, le jacobinisme fait ordinairement référence à une certaine forme de centralisme et d’autoritarisme de l’État, tandis que pour les Argentins le jacobinismo représente une forme tranchante de radicalité politique. Et les mêmes équivoques ont lieu entre República et République, ciudadanía et citoyenneté, vecino et voisin, etc. C’est ainsi qu’en se traduisant les gens ne se comprennent pas simplement parce que, comme nous en a déjà averti Walter Benjamin, traduire le pain du français par le Brot allemand suppose la description de la manière dont on fait, dont on vend et dont on mange le pain de chaque côté du Rhin. Sans cela, le lecteur berlinois pense qu’en mangeant son pain, le Parisien fait la même chose que lui lorsqu’il mange son Brot. Qu’il soit politique ou pas, le langage est indéfectiblement entaché des pratiques non verbales auxquelles il est associé.

14Nous ne devons pas renoncer à la traduction, au contraire. C’est la diagonale des quiproquos apparus au moment de traduire qui nous a rendu perceptibles un certain nombre de problèmes. L’exercice continu et jamais établi de la traduction nous renseigne sur la grande puissance du travail de contact entre les langues et sur les avantages du plurilinguisme face aux prétendues facilités d’une lingua franca qui ne peut que conduire à un appauvrissement certain. Il vaut la peine de s’arrêter un moment sur cette question des langues.

À langue pauvre, science indigente…

15Le chercheur en sciences sociales et en philosophie est aussi un auteur, un écrivain qui se sert d’une langue pour son travail, et il le fait au sein d’institutions qui évaluent son travail, dans le cadre d’un monde de l’édition lui permettant (ou non) de publier. Le choix de la langue d’écriture détermine le champ où il réalise ses recherches, les traditions intellectuelles au sein desquelles il communique et les espaces politiques et intellectuels auxquels il participe. La place du chercheur dans le monde lui est en partie donnée par la langue de son écriture. Alors les conditions de l’écriture sont aussi importantes que les autres moyens matériels dont le chercheur dispose pour publier ; en conséquence, elles déterminent de la même manière le lecteur auquel il s’adresse. La langue, ici l’espagnol ou le français, donne une place au chercheur dans le monde, constitue un déterminant de sa position.

16L’évolution des systèmes dits indexés de publication scientifique contraint les universitaires à viser des revues dans lesquelles leurs publications seront bien notées et auxquelles sont associés autant les financements de la recherche que leurs possibilités de carrière. Les clés de l’argent et du paradis sont ainsi confiées par les universités et les centres de recherche aux seuls éditeurs de telles publications. Certaines langues, comme le castillan, se défendent mal dans ce système, ce qui pousse les universitaires à écrire et à publier en anglais. La conséquence la plus immédiate, et au fond dramatique, est la déconnection entre la production intellectuelle et le monde dont elle est censée parler. Il n’y a plus alors de diagonale de conflit possible, mais, à la place, une tangente par laquelle la réflexion s’échappe de l’espace public dont elle ne devrait au contraire jamais s’écarter. Le risque est que la force centrifuge d’une langue scientifique imposée expulse le chercheur hors de l’orbite politique, et que la production scientifique devienne ainsi étrangère, sans plus aucune relation avec la sphère de la démocratie. L’extranéité de la langue produit des savoirs acosmiques.

17Une seconde conséquence résulte de cette tendance à la globalisation via la lingua franca. C’est la sensation et le désir de vivre en apesanteur, comme si la force gravitationnelle que le monde exerce à travers la langue disparaissait. Pure illusion. La vie politique ne tourne pas de la même façon en Argentine qu’en France : on ne fait pas la même chose quand on fait de la politique ou cuando hacemos política. Et du côté de la recherche, le répertoire d’objets sur lequel on fixe l’attention, les questions susceptibles d’être posées à ces objets et la manière dont elles sont connectées aux problèmes sociaux auxquels elles s’adressent sont également traversés par la diagonale de la langue. Ainsi l’expression relación con lo político est peu fréquente en Argentine tandis que le rapport au politique est devenu un classique dans la recherche en sociologie politique des classes populaires françaises à partir des années 1990. Personne ne penserait en Argentine que les classes populaires puissent garder une quelconque distance avec une politique qui se trouverait ailleurs : le péronisme se charge d’une politisation parfaitement efficace des classes populaires, tâche que la gauche française a du mal à assurer avec un Front national mieux disposé à la remplir.

Vertu des écarts

18Les constellations de mots autour desquelles nous avons choisi de travailler nous donnent suffisamment d’exemples sur des écarts entre les langues qui sont autant d’écarts politiques que la traduction ne peut pas combler, mais auxquels elle nous donne cependant accès. Bien des aspects de la connaissance peuvent être formalisés sans problème, et les humanités y accèdent sans difficulté. Nous pouvons ainsi comparer les taux de chômage de deux sociétés selon la définition qu’en donne l’OIT pour établir qu’il y a 10 % de chômeurs en France et 7 % en Argentine en 2015-2016. Mais est-il certain que cette homologation puisse effacer les différences d’expérience de vie vers lesquelles fait signe l’écart entre chômeur et desempleado ? De même il est excessif de traduire directement conurbano par banlieue ; et la prise de conscience de l’écart aide à sortir de la langue naturelle donnant accès à une intelligibilité autre, inconnue dans le cocon de la langue maternelle. Dès que nous entrons dans la vie, que ce soit dans une boulangerie, un chantier, le quotidien d’une famille ou l’intimité d’une bande de jeunes, la langue se localise et devient précise, minutieuse. Même chose lorsque nous parlons la langue d’un métier où les outils et les tâches s’accompagnent d’autres pratiques du langage. Les classes sociales se distinguent les unes des autres par presque toutes leurs pratiques sociales, y compris par leurs façons de parler. Plus la parole s’approche de la vie, plus la langue est riche, complexe, diverse. Or c’est précisément là, partie prenante de la vie, que la politique habite et se décline en politicité. On peut alors concevoir un rapport inversement proportionnel : plus la sociologie ou la philosophie parlent une langue déconnectée de la vie quotidienne, plus simple devient la communication entre étrangers, Français ou Argentins, États-Uniens ou Allemands. Car en s’abritant ainsi à l’intérieur de l’espace étroit de leur discipline, les étrangers se découvrent habitants du même petit monde. Mais ils sont devenus aussi étrangers à leurs mondes, et donc à celui des peuples et des démocraties dont ils sont supposés parler. C’est ainsi qu’il est assez facile de lire de la philosophie ou de la sociologie dans une langue étrangère, alors qu’il est beaucoup plus difficile de lire un roman policier, par exemple, pour peu que l’action se déroule entre pêcheurs, dans un faubourg, entre adolescents ou dans un atelier. L’ethnographie et l’histoire sont de moins facile accès en langue étrangère que la science politique ou l’économie. C’est qu’il est plus fréquent qu’il y ait plus de monde, plus de « chair du monde », dans une page d’histoire ou un essai d’ethnographie que dans la description d’un système de gouvernement ou dans les mathématisables représentations de la finance.

  • 2 Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice de P. Beunardeau et D. Me (...)

19La langue dans laquelle nous écrivons garde ainsi une tension toute particulière, comme une diagonale entre deux sommets non contigus, avec les pratiques discursives et les pratiques non discursives où s’effectue la politique. Mais cette langue détermine aussi le champ des problèmes dans lequel nous pensons, les catégories et les concepts que nous brandissons comme autant d’armes du discours. Nous ne pensons pas la même chose quand nous disons sectores populares que quand nous parlons de classes populaires, deux expressions pourtant censées être des synonymes dans le langage des sciences sociales2. Et la sociologie ne peut pas penser en anglais l’univers problématique logé dans le glissement sémantique produit par le passage de « classe ouvrière » à « classes populaires », par exemple, car cette langue préfère des expressions comme working class, underclass, poverty, ou encore subaltern, lesquelles imposent d’autres modes de penser et instituent d’autres espaces épistémiques comme les subalterns studies ou les latin american studies. Ce n’est pas seulement parce que toute langue porte en elle des traditions intellectuelles, c’est aussi que la langue de l’écriture recèle les débats et les disputes, les conflits politiques au sein desquels sociologues et philosophes interviennent de façon plus ou moins évidente, explicite ou discrète.

20C’est donc tout naturellement que cette diagonale des conflits débouche sur l’élaboration critique du lexique de ces luttes à laquelle se consacre la deuxième partie de l’ouvrage, dirigée par Michèle Leclerc-Olive. Car les mots qui nomment les actes non seulement diffèrent d’une langue à l’autre, d’un contexte d’expérience à un autre, mais portent aussi en eux-mêmes une histoire différenciée et des représentations décalées de ce qui est en question dans la politicité ordinaire des quartiers de la cité. Sont-ce les mêmes expériences qui sont dites dans des langues différentes ou les langues qui se distinguent parce que les expériences de la politique sont à chaque fois différentes ? Et si nous songeons aux classes sociales, dira-t-on que les langages se distinguent entre les groupes sociaux parce que leur politicité diffère ? Si à l’intérieur d’une même société politique, l’Argentine ou la France, la pensée politique parle une même langue, le castillan ou le français, de quelle catégorie sociale est-elle la langue ? Pierre Bourdieu ne nous a-t-il pas suffisamment avertis du risque qu’il y a à considérer la langue « légitime » (celle de l’école, des lois et de la culture consacrée, qui est aussi celle des sciences sociales et du journalisme) comme si elle était « la » langue ?

21Dans le jeu des langues s’esquisse un milieu des échanges, s’éprouve un partage des mondes, et là sans doute s’expérimente une cosmopolitique vivante des conflits démocratiques. La diagonale des expériences démocratiques tente de cartographier cette conflictualité sans laquelle la société ne serait tout simplement pas démocratique. Telle est la traversée des promesses que ce livre entreprend par la voie oblique.

Notes

1 L. Eiff, E. Rinesi et J. Smola, Las diagonales del conflicto, Buenos Aires, UNGS, 2017.

2 Voir dans le « Petit vocabulaire transatlantique des tumultes » la notice de P. Beunardeau et D. Merklen, « Classes populaires, sectores populares ».

Auteurs

Denis Merklen est professeur de sociologie à la Sorbonne Nouvelle et membre de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine et du Creda. Il est connu pour sa sociologie politique des classes populaires et a mené de nombreuses recherches en Argentine et en France, en Chine, à Haïti, au Sénégal et en Uruguay. Il est l’auteur de En quête des classes populaires. Un essai politique (La Dispute, 2016, avec S. Béroud, P. Bouffartigue et H. Eckert), Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? (Presses de l’Enssib, 2013), Quartiers populaires, quartiers politiques (La Dispute, 2009), Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Gorla, 2005 et 2010), Asentamientos en La Matanza (Catálogos, 1991).

Étienne Tassin était professeur de philosophie à l’université Paris-Diderot. Décédé en janvier 2018 à l’âge de 62 ans, il était un spécialiste reconnu d’Hannah Arendt. Il a cultivé de nombreuses collaborations avec des penseurs de l’Amérique latine, où il se rendait régulièrement. Il est l’auteur de Le Supplément au voyage de Bougainville et autres œuvres morales de Diderot (édition présentée et commentée, avec un dossier, par É. Tassin, Agora, Presses Pocket, 1992), Le Trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique (Payot, 1999), Un monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits (Le Seuil, 2003), Le Maléfice de la vie à plusieurs. La politique est-elle vouée à l’échec ? (Bayard, 2012).

© Éditions de l’IHEAL, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search