Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux et réseaux

 | 
Graciela Schneier-Madanes
, 
Bernard de Gouvello

Préface

Faire parler les réseaux

Pierre-Yves Jacopin

Texte intégral

  • * Professeur d’anthropologie, Iheal-Paris III

1Note portant sur l’auteur*

Patzun – corvée d'eau : jeune fille à la fontaine (Guatemala).
Dans la petite ville de Patzun, les habitants les plus pauvres viennent encore remplir leurs jarres de plastique aux fontaines publiques (Cliché : Alain Musset).

2J’ai Grandi Dans Une Ville Ou Chaque Logement jouissait de deux réseaux d’eau potable: un robinet d’eau de source pour boire et cuisiner, et d’autres robinets dans la salle d’eau pour se laver. En ce temps-là, il aurait été invraisemblable de considérer l’eau comme une marchandise, même si elle avait un coût municipal.

3Nées avec le capitalisme, les sciences sociales sont toujours en retard sur son développement. Depuis la préhistoire, lorsque la production est essentiellement domestique, l’autoproduction ne se distingue pas de l’autoconsommation : le travail ne peut se concevoir comme activité productive. Ce n’est que lorsque les produits du travail deviennent des marchandises, c’est-à-dire des produits échangeables « au loin » (hors de l’unité résidentielle), que le marché en tant que système devient pensable et théorisable – c’est-à-dire bien après que des objets rares ou jugés précieux, aient été confectionnés ou extraits, et transportés sur de longues distances. Mais une fois les marchandises et surtout « le marché » reconnus comme tels, l’image que chaque société se fait d’elle-même change, transformant jusqu’à la conception même des objets (marchands ou non) et leur production.

  • 1 André Guillerme, Genèse du concept de réseau. 1760-1815, Étude ronéotée pour le Ministère de l’équ (...)
  • 2 En ce sens Saint-Simon est le véritable précurseur de Marx : « tous les instruments de travail, le (...)
  • 3 Même quand ils se réclament d’un rationalisme pur et dur (d’obédience cartésienne ou kantienne), l (...)

4De même en est-il des réseaux. Si à l’évidence ils se développèrent bien avant d’être représentés, ils ne furent théorisés que sous la pression de l’industrialisation. Les premières représentations abstraites de réseaux concernent les bassins hydrographiques des cours d’eau navigables (1802), puis vinrent la géologie et la formation des couches géologiques (1812), la guerre et l’organisation des fortifications sur le territoire national (1821 ) et finalement le système de conduites de distribution d’eau dans Paris (1828). En 1832, la notion est généralisée par les Saint-simoniens qui, dans leur Manifeste (rédigé par Michel Chevalier), décrivent l’organisation d’un grand système de voies de communication et d’institutions financières.1 Que les Saint-simoniens élaborent le concept de réseau ne nous étonnera pas: ils sont parmi les premiers idéologues de la société industrielle. Ainsi, parce qu’elle induit forcément une vision peu ou prou systématique de la société, la notion de réseau a une signification sociale qui dépasse son aspect technique. Les réseaux nous disent quelque chose sur la société et les hommes qui les mettent en œuvre. Il est donc possible de faire parler les réseaux. Dans le cas particulier des Saint-simoniens, leur conception révèle à la fois ses limites et son potentiel : ses limites, en ce sens que le capitalisme n’est conçu – de manière classique – que comme l’articulation « des besoins de la consommation » avec « les ressources de la production », et son potentiel, dans la mesure où le développement est pensé en fonction du cadre financier...2 Dès l’instant où l’on se libère de la vision technique des réseaux, des points de vue apparaissent, qui sont révélateurs de la conception du social qui les sous-tend et de la nature des systèmes sociaux qui les produit. Bref la notion de réseau contraint l’observateur à envisager le contexte de ses observations et à abandonner toute velléité de définition des réseaux en-soi, c’est-à-dire centralisatrice, universelle, hors du temps et de l’espace social.3

5Mettre l’eau en réseau est une manière particulière de lui donner forme. Dans la mesure où les humains ne peuvent se passer d’eau, cette dernière les contraint à se rassembler. Que ce soit en Amazonie, où elle est partout en quantité, dans les déserts chauds où elle est rare, sous les climats tempérés, dans les villes ou dans les campagnes, en altitude ou en plaine, l’eau constitue un rapport social fondamental. Même parmi les systèmes sociaux acéphales sans États, les sociétés n’ayant pas à se préoccuper de l’eau sont organisées très différemment de celles qui dépendent d’un réseau de puits. Le mode d’accès à l’eau (surface ou profondeur, quantité, pente, etc.) détermine en grande partie la forme des sociétés. Réciproquement la nature de la société va déterminer la fonction et la valeur donnée à l’eau. Par exemple à Valencia, la nécessité de l’irrigation et le régime de distribution de l’eau (quantité, qualité selon les saisons, etc.) sont, depuis le Moyen Âge, un des éléments essentiels du système politique communal. Considérée du point de vue de la structure et de la fonction sociale, l’eau est un extraordinaire révélateur des transformations sociales et de la portée des innovations. En d’autres termes, considérées dans le long terme, les découvertes techniques relatives à l’eau ne sont pas plus la cause que la conséquence du changement social: il faut que les conditions sociales soient réalisées pour qu’une invention puisse être reconnue et adoptée.

  • 4 Par exemple, Cordon Childe, De la préhistoire à l’histoire. 1942. Ces préoccupations étaient en pa (...)
  • 5 Karl Wittfogel, Le Despotisme oriental, (traduction française), Paris, Minuit, 1964
  • 6 Ángel Palerm et Eric Wolf, Agricultura y civilización en Mesoamérica. Mexico, Sep-setenta, 1972.

6Dans les années 1930, archéologues et ethnohistoriens se mirent à réfléchir sur l’émergence de l’État et à chercher une explication déterministe de son apparition.4 Dans une thèse qui eut un grand retentissement (autant auprès des scientifiques que des politiciens des pays concernés), Karl Wittfogel tentait de démontrer que l’État devait nécessairement émerger pour organiser la construction des réseaux d’irrigation, en particulier en Chine et en Mésopotamie.5 Cependant dans les années 1950, Angel Palerm et Eric Wolf montrèrent, à partir d’exemples méso-américains, que la thèse de Wittfogel était en grande partie contredite par les faits, que l’évolution vers les sociétés urbaines ne pouvait être unilinéaire et qu’il fallait admettre une grande diversité de causes, du moins avant que n’existe une sorte de « masse critique hydraulique ». Bref, les réseaux d’irrigation pouvaient être à l’origine des cités-États aussi bien que le contraire.6 Il faut non seulement examiner la présence ou l’absence de réseaux hydrauliques, mais également comprendre comment ils se sont formés, et reconstituer les formes de leur développement – c’est ce que nous entendons par « faire parler les réseaux ».

  • 7 Si Haussmann peut être considéré comme le premier urbaniste moderne (Le Corbusier) dans la mesure (...)

7Plus près de nous, la rénovation de Paris présente les mêmes problèmes. De nos jours l’on a tendance à voir dans les réformes du Préfet Haussmann, sous le Second Empire, une des premières applications de la notion de réseau urbain. La reconstitution s’est faite en deux étapes: d’une part l’établissement de grands axes sur la rive droite (1855-1858) et d’autre part les liaisons entre les nouvelles gares et ces grands axes (1858-1869). Toutefois lorsque l’on examine ces projets et leur réalisation, Haussmann et ses collaborateurs ne parlent pas de réseaux. Ils se réfèrent à « l’hygiénisme », une théorie alors à la mode et adoptée par Napoléon III, lequel estimait que par rapport à Londres, Paris, bien que sans circulation automobile, était (déjà) une métropole mal aérée manquant de parcs. Les difficultés que rencontre Haussmann sont financières et politiques; elles seront résolues par des emprunts et des institutions de crédits ad hoc imposées par l’Empereur (loi de 1841, décret de 1852, texte de 1859). Les seuls travaux où la notion de réseau est pleinement opératoire concernent l’aménagement de la distribution d’eau, apparemment toujours insuffisante à cette époque. Le problème sera résolu par la captation de la Dhuis, de la Vanne, des eaux du puits artésien de Passy et par la construction d’aqueducs et le creusement d’un réseau de 500 km d’égouts. Là encore, les débats et les acteurs sont essentiels à la compréhension de la dynamique des réseaux.7

  • 8 Encore qu’avec l’accroissement de la pollution et de la publicité, la consommation de l’eau en bou (...)
  • 9 En fait les entreprises concessionnaires ne se privent pas de faire pression sur l’État pour deman (...)

8Si aujourd’hui les problèmes sont quasiment les mêmes, ils nous paraissent complètement différents dans la mesure où les discours et les situations ont changé. Les dimensions de ces problèmes sont telles que les préoccupations de Napoléon III nous apparaissent pour le moins mineures par rapport aux « crises » que traversent les grandes villes depuis des décennies. Depuis plus de 10 ans, ces crises se déroulent dans un contexte d’expansion du capitalisme financier international, parfois en contradiction avec le développement traditionnel du capitalisme industriel et foncier national. Ainsi l’eau a-t-elle suivi le mouvement et prit la forme de « la privatisation » – considérée comme une panacée libérale. Même si l’on se refuse à commercialiser l’eau en tant qu’objet quantifiable,8 elle devient pourtant une marchandise dès lors qu’elle est manipulée en bourse – au même titre que d’autres concessions techniques (téléphonie, transporteurs, etc.). Si en Europe, l’on s’efforce encore tant bien que mal de traiter les « clients » comme « usagers » d’un bien public, en Amérique latine, « les nouveaux usagers » grèvent de plus en plus les réseaux de distribution. Constituant la part croissante de la demande potentielle, ils ne peuvent plus véritablement faire face aux offres des entreprises concessionnaires multinationales. Lorsque ces dernières ne sont pas propriétaires des réseaux, et qu’elles n’en ont que « la gestion déléguée », l’État, reste le propriétaire légitime de l’infrastructure. La réalité des rapports entre l’entreprise concessionnaire et ses clients reste marchande. Le but est « de faire du chiffre d’affaire et du bénéfice ».9

9Dans l’optique d’une philosophie de la conscience, « faire parler les réseaux » est évidemment une formule. Pourtant, derrière la métaphore, il y a l’idée que les institutions et les rapports sociaux ne fonctionneraient pas sans la médiation du langage. Elle permet aux hommes et aux femmes de mettre en mots, en gestes ou en actes leurs perceptions du réel, et du même coup de les partager pour en faire ce qu’ils appellent « la réalité ». Depuis Descartes, on a coutume de croire que le monde se donne à l’individu dans la transparence et l’immédiateté de l’action. Or sans le langage et la communication, la réalité des hommes resterait foncièrement fragmentaire, égocentrée et subjective. En particulier les institutions et les réseaux sociaux, invisibles mais bien réels, n’existent que parce qu’ils donnent lieu à des pratiques et des échanges consensuels. Ce sont ces pratiques, ces échanges, et les discours qui les accompagnent, qui, finalement, les structurent. Telles sont les « paroles de réseaux ».

10Comme « les altermondialistes », « les clients » des réseaux de distribution de l’eau commencent à s’organiser. Réactions essentielles dans un contexte de dollarisation, de dérégulation et d’affaiblissement des instances de l’État (si c’est encore possible !), elles révèlent un changement de médiation langagière. Les diverses formes de souveraineté nationale s’estompent, parfois considérablement, pour faire place à la souveraineté des grandes entreprises multinationales. Même si le cadre juridique reste essentiellement national, ses règles changent. Ainsi, les consommateurs locaux se trouvent de plus en plus directement confrontés aux représentants des multinationales, jusqu’à maintenant et bien qu’ils en aient le plus souvent pris conscience, les responsables des instances internationales (FMI, Banque mondiale, etc.) de certains gouvernements des pays développés continuent à tenir des discours contradictoires favorables aux plus puissantes entreprises internationales – en dépit de leurs malversations. On peut se demander jusqu’à quand.

Notes

1 André Guillerme, Genèse du concept de réseau. 1760-1815, Étude ronéotée pour le Ministère de l’équipement, Paris, 1988, p. 8. Cité par Pierre Musso, Critique des réseaux, Paris, P.U.F., p. 16.

2 En ce sens Saint-Simon est le véritable précurseur de Marx : « tous les instruments de travail, les terres et les capitaux, qui forment aujourd’hui le fonds des propriétés particulières, devraient être réunis en un fonds social, et que ce fonds soit exploité par association et hiérarchiquement ». L’État devrait répartir ou dispenser les instruments de travail que sont la terre et les capitaux, en fonction des besoins de la production, production qui sera dirigée par un « système général de banques » ayant à sa tête une banque nationale.

3 Même quand ils se réclament d’un rationalisme pur et dur (d’obédience cartésienne ou kantienne), les scientifiques sociaux délaissent assez vite le plan de l’abstraction pour le champ des comparaisons exemplaires.

4 Par exemple, Cordon Childe, De la préhistoire à l’histoire. 1942. Ces préoccupations étaient en partie dues au projet de Staline de « construire le socialisme dans un seul pays », c’est-à-dire à la recherche d’un modèle de civilisation non occidental.

5 Karl Wittfogel, Le Despotisme oriental, (traduction française), Paris, Minuit, 1964

6 Ángel Palerm et Eric Wolf, Agricultura y civilización en Mesoamérica. Mexico, Sep-setenta, 1972.

7 Si Haussmann peut être considéré comme le premier urbaniste moderne (Le Corbusier) dans la mesure où il traite la ville comme une totalité, il ne se considère pas lui-même comme tel et ne voit pas dans l’urbanisme une discipline en soi. Son influence sera considérable. Paris, « la ville lumière », deviendra un modèle non seulement en Europe (Vienne, Berlin, Rome, Anvers, etc.), mais aussi en Amérique du Nord (Chicago) et en Amérique du Sud (Buenos Aires).

8 Encore qu’avec l’accroissement de la pollution et de la publicité, la consommation de l’eau en bouteilles progresse rapidement.

9 En fait les entreprises concessionnaires ne se privent pas de faire pression sur l’État pour demander la révision de la concession en leur faveur, bien avant la fin des contrats.

Notes de fin

* Professeur d’anthropologie, Iheal-Paris III

Table des illustrations

Légende Patzun – corvée d'eau : jeune fille à la fontaine (Guatemala).Dans la petite ville de Patzun, les habitants les plus pauvres viennent encore remplir leurs jarres de plastique aux fontaines publiques (Cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540