Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Glossaire

Texte intégral

1Agregado. — Individu pauvre qui, faute de terre à lui, s’installe dans une estancia, avec l’autorisation du propriétaire, et paie de son travail son habitation, sa nourriture et celles de sa famille.

2Aguardente. — Eau de vie de canne. Synonymes : Cachaça, Caninha, Branquinha, Schnaps.

3Arroio. — Rivière.

4Atafona. — Appareil à préparer la farine de manioc.

5Bacharel. — Diplômé d’une Faculté ou d’une École supérieure. Ne pas traduire par bachelier mais plutôt par licencié. Bacharel est le titre, Doutor l’appellation usuelle.

6Bandeirantes. — Membres des expéditions venues de São Paulo.

7Bolas. — Appareil constitué de trois pierres arrondies entourées de cuir et reliées entre elles par des courroies. Les Indiens s’en servaient comme d’une arme, les Gauchos comme d’un instrument de travail pour entraver à distance l’animal non domestiqué dont ils veulent se saisir.

8Bolão. — Jeu de quilles pratiqué avec de grosses houles sur un plan spécialement aménagé. Ce jeu s’est répandu des colonies allemandes jusque dans les grandes villes. Il y a maintenant une Federação de Bolão et un championnat dans le Rio Grande.

9Bolicho. — Boutique rurale et débit de boisson dans la Pampa.

10Bombacha. — Culotte bouffante, serrée aux chevilles, décorée de boutons de nacre sur les côtés. Date du xixe siècle. Cette pièce, devenue caractéristique du vêtement gaucho, a été parfois adoptée aussi par les colons allemands.

11Brasilidade. — Sentiment d’appartenir à la nation brésilienne, qualité des individus possédant ce sentiment.

12Bugres. — Membres d’une ancienne tribu de Caigang. Nom générique des Indiens dans le Rio Grande do Sul.

13Caboclo. — Descendant d’Indien fortement métissé, vivant d’une agriculture primitive et réduite dans des clairières en marge de la société riograndense (le caboclo n’a participé ni à l’exploitation de la prairie par l’élevage ni à la mise en valeur de la forêt par l’agriculture, réservée aux colons). Les caboclos ont souvent été désignés administrativement par le terme d’« intrus », car ils ne possédaient aucun titre de propriété. Bien que les colons lui aient emprunté ses méthodes de culture, ils considèrent le caboclo avec un certain mépris.

14Cachaça. — Eau-de-vie de canne. Synonyme : aguardente.

15Campanha. — Partie méridionale du Rio Grande do Sul, horizontale ou faiblement ondulée, couverte de prairie, occupée par les éleveurs luso-brésiliens.

16Campo. — Prairie (savane). (Voir Monbeig, Pionniers et Planteurs, p. 366).

17Capataz. — Administrateur d’une estancia ou fazenda, ayant tout le personnel sous ses ordres.

18Capoeira. — Formation arbustive, reconstituée sur une ancienne roça après abandon des cultures ; étendue recouverte par cette formation secondaire.

19Carreira. — Course de chevaux, sport et distraction de prédilection des gauchos. La piste (cancha) s’étend en ligne droite sur au moins une quadra et demie (une quadra vaut 132 m.). On ne fait courir que deux chevaux à la fois. Voir Moraes, Vocabulario Sul-Riograndense, p. 64-67.

20Caseiro. — Le Peão chargé des travaux qui se font autour de la maison, du pansage des chevaux de travail, du ravitaillement, de l’entretien des bâtiments, etc.

21Caudilho, Caudilhismo. — Tyranneau local, organisation politique suivant laquelle le pouvoir de fait appartient à un chef naturel, généralement un grand propriétaire.

22Charque. — Viande séchée, voir Xarque.

23Chimarrão ou Chimarão. — Infusion de maté prise sans sucre dans une calebasse à l’aide d’une pipette en métal. C’est la boisson préférée des gauchos qui l’appellent aussi « amargo ».

24China. — Métisse d’indien, fille de joie. Diminutif : chinoca.

25Chinelas. — Chaussures à semelle de bois ou de cuir en forme de babouches. Les colons les ont empruntées aux gauchos des classes populaires.

26Chopp. — La bière, spécialement la bière en baril.

27Churrasco. — Viande de boeuf ou de mouton grillée sur des braises ; mets préféré et quotidien des gauchos ; repas de fête.

28Cidade. — Dénomination des chefs-lieux de municipes.

29Cima da Serra. — Le revers du Plateau septentrional, séparé du reste du Rio Grande par un escarpement appelé Serra.

30Coronel. — Autrefois Colonel de la Garde'nationale (deuxième tiers du xixe siècle), puis chef politique local influent (fin du xixe siècle). L’effacement de l’influence des grands propriétaires a fait tomber le mot en désuétude dans le Rio Grande où il a pris un sens péjoratif. Coronelismo, système politique basé sur la toute puissance locale du Coronel, « Homme fort ».

31Cochilha ou Coxilha. — Colline molle, ondulation du terrain dans la Campanha. L’un des mots les plus évocateurs du paysage gaucho.

32Crioulo. —Adjectif et substantif. Celui qui est né sur place. Le mot s’applique de plus en plus exclusivement au bétail ou aux objets fabriqués localement.

33Deutschtum. — Germanisme, sentiment d’appartenir à la nation allemande, ensemble des individus éprouvant ce sentiment.

34Doutor. — Titre de Docteur. Appellation honorifique donnée à toute personne ayant pu obtenir ce titre, à toute notabilité, équivalant au civil à Coronel au militaire. Doutorismo, sorte de théorie du mandarinat vivement combattue sous la République positiviste.

35Encosta Da Serra. — Le rebord du Plateau septentrional dégagé par l’érosion du Jacui et de ses affluents, zone des anciennes colonies.

36Engenho. — L’ensemble des bâtiments et des machines servant à traiter un produit de l’agriculture. Dans le Rio Grande do Sul on précise généralement engenho de mandioca (manioc) ou de arroz (riz) ou de cana (distillerie).

37Enxamel. — Colombage, maison construite suivant ce système.

38Estancia. — Grande propriété comprenant une étendue de prairie mesurée en quadras de sesmaria, des bâtiments d’exploitation, les maisons du propriétaire et du personnel employé ; l'établissement tout entier ; la résidence du maître. Le mot synonyme « fazenda » se répand peu à peu dans le Rio Grande.

39Estancieiro. — Le grand propriétaire.

40Fachwerk. — Colombage, maison construite suivant ce système (ne se trouve que dans les colonies allemandes).

41Fazenda, Fazendeiro. — Synonymes de estancia, estancieiro (voir ci-dessus).

42Farroupilha. — Adjectif (Farrapos). Révolution de 1835, révolutionnaires de 1835, qui a trait à ces événements ou à ces personnes.

43Galpão. — Bâtiment annexe de l’estancia où vivent les peões.

44Gaucho. — A l’origine, les métis d’indiens, cavaliers et guerriers vivant aux confins du Rio Grande, de l’Uruguay et de l’Argentine ; a désigné ensuite les éleveurs habitant la prairie s’applique maintenant aux habitants du Rio Grande do Sul, mais particulièrement aux hommes de cheval, définissant en même temps leurs qualités et leurs défauts.

45Hiates. — Gabares et chalands employés pour la navigation sur les lagunes et les principaux fleuves du Rio Grande do Sul.

46Invernadas. — Les premiers établissements où les indiens catéchisés ou les lagunistes groupaient le bétail ; ce sont maintenant les meilleurs quartiers des estancias où l’on met les bœufs à l’engrais.

47Kerb. — Abréviation de Kirchsweihfest, fête votive d’une paroisse. Ce mot désigne de plus en plus la fête populaire, la série de trois soirées de bal, passée des colonies allemandes jusque dans les grandes villes du Rio Grande do Sul.

48Lageado. — Ruisseau courant sur la roche nue.

49Lagoa. — Lagune.

50Linha. — Synonyme de Picada (voir à ce mot).

51Mangueira. — Synonyme de curral, espace enclos de palissades où l’on rassemble le bétail de l’estancia.

52Mata Virgem ou Mato. — La forêt vierge (forêt subtropicale).

53Minuano. — Nom d’une tribu d’indiens qui vivait dans l’ouest du Rio Grande ; vent soufflant de la même direction, violent, froid et sec.

54Musterreiter. — Commis-voyageur d’origine allemande.

55Palacete. — Hôtel particulier, résidence aristocratique sise en ville.

56Pampa. — Plaine couverte de prairie, savane.

57Passo. — Gué ou bac permettant de traverser un fleuve.

58Peão. — L’homme humble employé dans une estancia moyennant un salaire mensuel. Contrairement à ce que le nom pourrait laisser entendre, le peão vit à cheval.

59Pelotas. — Embarcations de fortune constituées par des cuirs tendus sur des barres de bois et utilisées pour traverser les cours d’eau lorsqu’il n’y a ni gué, ni barque.

60Picada. — Chemin ouvert en ligne droite à travers la forêt vierge, axe de pénétration et de circulation dans les colonies, nom du secteur correspondant de la colonie. Synonyme : Linha.

61Pinho ou Pinheiro. — Araucaria brasiliensis, vulgairement Pin du Parana. Pinhal ou Pinheiral, forêt d’araucaria.

62Poncho. — Pièce de tissu grossier (généralement de laine) en forme d'ellipse, fendue en son centre pour permettre le passage de la tête ; manteau du gaucho.

63Posteiro. — Le peão chargé de la surveillance d’un secteur de l’estancia au milieu duquel il réside (posto).

64Queimada. — Incinération des arbres et des branchages sur la clairière que l’on désire cultiver ; c’est la base de la technique agricole que les colons européens ont empruntée aux caboclos. Dans la zone lusobrésilienne, queimar campo signifie mentir.

65Rancho. — Habitation du paysan pauvre, du caboclo au peão. Cette cabane a des murs de terre ou de pisé (pau a pique) et un toit d’herbes (Sta Fé).

66Rapadura. — Pulpe de canne à sucre et façonnée en pains, douceur très appréciée des Riograndenses de toute origine.

67Raubbau. — Technique agraire déprédative.

68Rincão. — Triangle dont les deux grands côtés sont constitués par le lit de deux cours d’eau qui confluent, extrémité d’une zone de prairie.

69Rio. — Fleuve.

70Roça. — action de défricher, de cultiver ; Parcelle de terrain défrichée ; champ.

71Rodeio. — Rassemblement du bétail en un point de l’estancia.

72Roscas. — Gâteaux de farine de manioc.

73Schmier. — Confitures solides composées de fruits et de patates douces. Par extension, ce que l’on met sur son pain. Le mot et le produit sont passés des colonies dans les autres zones du Rio Grande do Sul. Le mot Schmier sert pourtant encore parfois à désigner la nourriture, le genre de vie, l’originalité du colon allemand par rapport aux autres riograndenses.

74Schnaps. — Nom allemand de l’aguardente ou cachaça.

75Seccos e Molhados. — « solides et liquides », enseigne traditionnelle des épiceries riograndenses.

76Serra. — Nom commun : montagne, généralement couverte de forêts ; nom propre : l’escarpement surplombant la Dépression centrale du Rio Grande. On désignait, parfois, improprement d’ailleurs, par Região da Serra ou Região Serrana le revers du Plateau (Cima da Serra).

77Serigote. — Selle du cavalier gaucho fabriquée à São Leopoldo. Le premier sellier allemand se serait écrié : « Das ist sehr gut », d’où le nom brésilien de ce harnais.

78Sertão. — Brousse, bled (ne s’emploie pas dans le Rio Grande).

79Sesmaria. — Concession gracieuse de terres par l’autorité royale, titre sur lequel s’appuie cette concession, l’unité de mesure des terres concédées (13.063 hectares).

80Stadtplatz. — Bourg, chef-lieu d’une picada ou d’un district colonial. Ce nom a désigné généralement de simples villages.

81Travessão. — Chemin perpendiculaire à deux linhas ou picadas parallèles qu’il réunit.

82Tropeiro. — Le peão qui conduit une troupe de bétail.

83Urwald. — La forêt primitive (synonyme de Mato).

84Vacarias. — Synonyme de Invemadas (voir ci-dessus).

85Venda. — Boutique du commerçant rural (Vendista ou Vendeiro), nom d’origine brésilienne, employé par les colons.

86Vila. — Chef lieu de district.

87Verein. — Association, société.

88Xarque ou Charque. — Viande sèche (fabriquée dans les Xarqueadas).

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter