Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Conclusion

Volltext

  • 1 Lacmann, Ritte, 1906, p. 133.

1« Nous parcourûmes à cheval un magnifique morceau de pays. Plaines riantes couvertes de vignes en espalier et de belles prairies, jardins fleuris, cultures verdoyantes et champs labourés d’un brun sombre, haies couvertes de fleurs des plus bariolées, papillons fascinants, eaux murmurantes, maisons spacieuses au milieu de bois sombres et de fières montagnes dans leur parure de vertes forêts ; voilà le tableau qui m’accueillit à mon arrivée dans la colonie allemande du Rio Grande do Sul »1.

2Alors que cette description date d’une cinquantaine d’années, nous aurions seulement deux mots à changer pour la faire nôtre : maintenant c’est en automobile que nous pouvons parcourir les colonies allemandes du Rio Grande do Sul. Ces établissements qui présentent toujours la même physionomie avenante se sont multipliés et étendus entre temps sur le Plateau jusqu’aux frontières de l’Etat.

3La colonisation allemande y fut assurément une réussite. C’est là que les immigrants ont connu l’aisance la plus rapide et se sont sentis chez eux, si bien qu’ils n’ont jamais éprouvé le désir de retourner en Allemagne. Ils ont pourtant dû lutter pour s’adapter à leur nouveau pays, pour créer de nouvelles richesses et une nouvelle manière de vivre, puisque c’est sur la forêt vierge qu’ils ont défriché des champs, construit des bourgs, élevé des usines. Bref ils ont inscrit un résumé de l’histoire de l’humanité dans le paysage des régions qu’ils occupent.

4Le tableau que nous avons reproduit ci-dessus doit d’ailleurs être complété, car les descendants d’immigrants allemands ne sont pas tous restés dans les colonies agricoles. Depuis le début du xxe siècle certains d’entre eux se sont portés vers les villes, en particulier à Porto Alegre. Ils y ont conquis de nouvelles positions, plus solides et plus avantageuses puisqu’elles leur assurent la prospérité et parfois la fortune, plus flatteuses aussi puisqu’elles leur permettent d’accéder ou de faire accéder leurs enfants à des professions considérées comme plus élevées, et à des fonctions plus honorifiques. C’est en effet dans les villes que se trouvent aujourd’hui les descendants d’immigrants qui « ont réussi » : commerçants, industriels, médecins, ingénieurs, fonctionnaires, députés.

5C’est là qu’ils viennent chercher la consécration d’une course commencée par leurs parents dans les colonies et qui va de l’agriculture à l’électrométallurgie, de la petite propriété à la grande maison de commerce ou au trust industriel, de l’humilité à 1a considération sociale.

6Si cette ascension a été relativement lente et difficile, n’est-ce pas que les colonies se sont constituées à l’écart du reste du Rio Grande do Sul ? Si nous pouvons mesurer la part des descendants d’immigrants dans la renaissance de l’agriculture ou dans la naissance de l’industrie, n’est-ce pas qu’ils ont conservé des caractères originaux ?

7Les régions peuplées et mises en valeur par les colons allemands ne ressemblent assurément pas à celles qu’ont colonisées les immigrants d’autre origine et bien moins encore à celles qu’avaient occupées les éleveurs luso-brésiliens, les Gauchos. Leur structure agraire est caractéristique, avec les champs qui partent en ruhans du chemin rural jusqu’aux lignes de crête, escaladant le flanc des collines et le versant des vallées. Les maisons isolées sur les lots ou rapprochées en villages-chenilles ne sont pas construites comme celles des autres Riograndenses. De petites villes se sont développées, avec leurs maisons à fronton, leurs boutiques et leurs fabriques, leurs rues animées par des centaines de piétons ou de cyclistes dont la stature, la chevelure et la physionomie diffèrent de celles des Luso-Brésiliens. Ce sont les chefs-lieux des petits pays qui se sont formés dans les vallées du Piedmont ou sur les taches forestières du Plateau et qui constituent les deux nouvelles régions géographiques du Rio Grande do Sul, les Anciennes Colonies et les Nouvelles Colonies, devenues prépondérantes au point de vue démographique et économique.

8Enfin c’est à Porto Alegre que s’est opérée la transformation là plus importante sinon la plus spectaculaire. Des Allemands possesseurs de capitaux ou représentants exclusifs de marques allemandes ont fondé de grosses maisons d’importation qui contrôlent le marché. S’appuyant sur les colonies, où ils ont constitué un réseau de voyageurs et d’agents, ils développent les rapports commerciaux avec l’Allemagne en même temps qu’ils insufflent une nouvelle vitalité à l’économie des zones rurales. Surtout ils ont investi une partie de leurs capitaux dans l’industrie et pendant longtemps les filatures, les tanneries, les savonneries, les verreries, les fonderies, les usines métallurgiques et les mànufactures de chaussures n’ont appartenu qu’à des Allemands ou à des descendants d’Allemands.

9Leur rôle dans le grand commerce et dans l’industrie de la capitale, dans la manufacture et le négoce des chef-lieux, dans l’agriculture des districts coloniaux, comme le peuplement de vastes zones par des éléments homogènes grâce à la régularité de l’immigration venue d’Allemagne et surtout à la périodicité des migrations internes, tout cela a favorisé la cohésion des colonies. Les associations, les écoles, les journaux et les églises ont aidé à la conservation de la langue et des coutumes germaniques. Tout est différent dans les colonies, des hommes au cadre de leur vie, de leur profession à leur paysage culturel. Ni leurs activités, ni leur manière de penser, ni leur échelle des valeurs ne sont celles des autres Riograndenses.

10Ces hommes ne sont pourtant plus des Allemands, ce sont des Teuto-Brésiliens, des Brésiliens d’origine allemande comme ils disent eux-mêmes. Restés fidèles à leur culture et à leurs traditions ancestrales, ils sont des citoyens loyaux. Ils sont enracinés dans ce sol qu’ils ont transformé par leur présence et leur labeur. Ils font maintenant partie intégrante du nouveau Rio Grande do Sul. Ils constituent l’une de ses branches, développée à partir d’une greffe.

***

11Le Rio Grande a semblé d’abord se contenter d’abriter les colonies allemandes. Maigre leur ségrégation, malgré la lenteur de leur intégration, elles l’ont modifié du fait qu’elles y étaient établies, qu’elles s’y développaient. Elles ont transformé d’abord son économie, puis sa société, enfin son corps civique. Et ce n’est pas la perspective la moins largement dessinée, puisqu’elle s’étend de son histoire à son avenir.

12L’implantation des colonies allemandes dans le Rio Grande do Sul, fait du prince, a été audacieuse à tous égards. Le Rio Grande, en avait en somme si peu besoin qu’on pouvait se demander si le greffon ne dépérirait pas à l’ombre jalouse des premières branches. La tentative de Sâo Joâo das Missões a avorté, la colonie de Torres-Tres Forquilhas a végété, celle de Sâo Leopoldo a été secouée par la crise de 1830, quand l’Assemblée générale supprima les crédits pour la colonisation étrangère. Celle-ci risquait fort de disparaître avec l’Empereur qui l’avait conçue. Les Présidents de la Province qui fondèrent des colonies sur le rebord de la Serra manifestèrent une certaine audace eux aussi ; d’abord parce que les noyaux se trouvaient isolés dans la forêt, parfois loin des fleuves navigables et qu’ils risquaient de péricliter ; ensuite et surtout parce que l’opinion provinciale considérait ces entreprises comme un gaspillage des deniers publics, déplorable en cas d’échec, dangereux en cas de réussite. Les colonies durent attendre plusieurs décennies avant de commencer à jouer un rôle sensible. Non seulement elles ont souffert d’être jugées suivant leur coût budgétaire ou suivant la valeur de leur production, mais ni l’autarcie du Rio Grande do Sul pastoral ni sa structure sociale ne permettaient aux colons de nouer des relations d’affaires avec leurs voisins ou d’accéder à leur groupe.

13La greffe s’étant révélée viable, sa consolidation opérée vaille que vaille a eu pour conséquence de renforcer l’attachement des colons à leur langue, à leurs coutumes. Mais cette cohésion que l’on déplora quand se manifestèrent les premières sympathies des colons pour le nouvel Empire Allemand, on n’avait rien fait jusque-là pour la réduire. Et même ne l’avait-on pas encouragée sous prétexte que l’homogénéité des colonies et la création d’écoles privées épargnaient au trésor provincial les lourdes dépenses qu’auraient imposées l’assistance aux nouveaux venus et l’entretien d’écoles pour leurs enfants ? L’opinion riograndense ne sortit guère de son indifférence, teintée d’un certain mépris, que pour concevoir de la méfiance à l’égard des colons.

14Le gouvernement provincial s’est donc abstenu de fonder d’autres noyaux jusqu’à la fin de l’Empire. Mais les colonies qui s’étaient multipliées et étendues sur tout le rebord de la Serra avaient prospéré. Elles ne ravitaillaient plus seulement la ville de Porto Alegre, elles alimentaient aussi le commerce croissant de cette place sur laquelle des négociants d’origine allemande jouaient maintenant un rôle de premier plan ; d’autres avaient fondé des compagnies de navigation à vapeur sur les fleuves qui drainent les colomes ; d’autres établissaient des projets de voies ferrées. Ils vendirent de nouveaux produits, ils étendirent leurs relations commerciales aux diverses zones du Brésil et à l’Allemagne où ils expédiaient le tabac des colonies et les cuirs de la Campanha. Bientôt apparurent les premières usines. Les unes utilisaient les sous-produits des « xarqueadas », comme les savonneries de Pelotas ; d’autres la laine des moutons de la Prairie, comme les filatures de Rio Grande d’où sortaient des draps d’uniforme ou des ponchos. Le développement de toutes ces activités, s’il ne transformait pas encore la physionomie du Rio Grande traditionnel, établissait des liens entre les deux groupes.

15D’autre part le concours des descendants d’Allemands dans les guerres contre l’Argentine et le Paraguay leur valut d’être appréciés par leurs chefs et d’être mieux connus des Riograndenses qu’ils avaient eux-mêmes appris à mieux connaître. Le grand leader des colons, Koseritz, les poussait à se faire naturaliser pour accéder à l’exercice des droits politiques, et par là à l’égalité civile et civique. Mais il refusa de constituer un « parti allemand ». S’il prêchait la fidélité à la culture allemande, Koseritz fut le premier à dire aux colons qu’ils étaient Brésiliens, que l’acceptation du jus soli était pour eux non pas seulement un devoir, mais un avantage. Alors furent élus les premiers députés provinciaux d’origine allemande, naturalisés de plus ou moins fraîche date, qui firent entendre la voix des colons, défendirent leurs intérêts, montrèrent que ceux des autres Riograndenses en étaient solidaires.

16La chute de l’Empire et la proclamation de la République furent des événements cruciaux par leur influence sur l’administration comme sur le statut des colons, car le gouvernement riograndense engagea la colonisation sur une autre route. Le regain d’intérêt du gouvernement brésilien pour l’immigration au moment de l’abolition de l’esclavage coïncida avec l’agrandissement du Rio Grande et la pénétration sur le Plateau grâce à la voie ferrée. C’est là que furent fondées les Nouvelles Colonies. L’afflux des descendants d’anciens colons, trop à l’étroit maintenant sur le Piedmont, favorisa donc l’accroissement rapide de la production agricole, mais aussi la reprise d’un nouveau cycle rural sur le Plateau, avec resserrement des liens familiaux, culturels et ethniques : des particuliers et des associations fondèrent des colonies homogènes jusqu’à la religion, protestantes à Neu Wurttemberg, catholiques à Cerro Azul. Le germanisme y puisa une nouvelle force.

17Entre temps dans les anciennes colonies, où la production agricole approchait de son plafond, où se développaient les premières manufactures, où les progrès des communications auraient dû permettre la multiplication des contacts avec d’autres ethnies, le changement de régime politique avait eu de graves conséquences. Les colons reçurent en échange de leur docilité électorale une véritable indépendance culturelle. Ce fut vraiment l’âge d’or du Deutschtum.

18Les relations économiques avec l’Allemagne étant devenues plus étroites, les commerçants et les industriels des grandes villes éprouvaient sans doute plus de sympathie pour leur pays d’origine que pour le Brésil et ils le laissèrent deviner. Les Riograndenses eurent parfois l’impression d’abriter une colonie allemande, c’est-à-dire un groupe d’étrangers installés dans leur propre pays et ils s’inquiétèrent des échos que le pangermanisme pourrait y trouver. Or, plus que la propagande pangermaniste, plus que les quelques incidents survenus entre Brésiliens et descendants d’Allemands, c’était le recul de l’assimilation qui était redoutable.

19Les événements internationaux ont rappelé aux uns et aux autres leur différence d’origine et donné sa gravité au problème teuto-brésilien. Les manifestations et les violences populaires contre les associations, les maisons ou les personnes allemandes à Porto Alegre ne durèrent qu’un éclair en 1917, et les mesures coercitives guère plus : l’enseignement et la presse en allemand furent autorisés à nouveau dès la fin des hostilités. Mais la première guerre mondiale a eu pour conséquences de renforcer la conscience de groupe et d’écarteler le Teuto-Brésilien entre son appartenance à un Etat, celui sur le territoire duquel il était né, et ses attaches à une Nation, celle dont il avait conservé la culture. Malgré leur loyalisme, les colons et autres descendants d’Allemands restèrent marqués de suspicion civique en raison de leur origine au moment où leurs notions de l’Allemagne pouvaient être bouleversées par la défaite et la proclamation de la République de Weimar, au moment où il devenait d’autant plus important de les intégrer que leur rôle économique et social s’accroissait.

  • 2 Metzler, Retten wir unsere Kolonien, 1953.

20Le gouvernement de l’Etat a supprimé toute immigration officielle en 1914. En revanche ses services de colonisation ont pris depuis un développement tel qu’ils ont pu liquider enfin la plupart des questions pendantes, en particulier celles qui étaient liées à la légitimation des terres. Ils ont accompli un gros effort pour équiper la dernière zone pionnière de l’État où venaient s’installer des descendants de colons nés non seulement dans les Anciennes Colonies, mais déjà sur le Plateau, entre le Haut Jacui et Ijui. En outre l’exode hors du Rio Grande, soit vers d’autres Etats de la Fédération brésilienne, soit vers les Missions d’Argentine, n’est pas sans lui causer de l’inquiétude, car cette hémorragie d’hommes et de capitaux est redoutable pour l’avenir du Rio Grande. Et l’on vient de lancer le cri d’alarme : « Sauvons nos Colonies »2.

21Jamais pourtant leur contribution à la production agricole de l’Etat n’a été aussi importante, grâce à la mise en valeur de la dernière frange forestière du Rio Grande, le long du Haut Uruguay. C’est là que l’on extrait le plus de mètres cubes de bois, que l’on récolte le plus de maïs, de haricots, de manioc, de blé et de tous les produits secondaires. Les villages se multiplient, les bourgades s’accroissent, les barrages se construisent, les usines apparaissent dans des chefs-lieux d’anciennes colonies, comme Neu Wurttemberg et Santa Rosa, situés pourtant à 500 et à 625 kilomètres du port le plus proche. Bien plus certaines places du Plateau, favorisées par leur situation au carrefour de voies ferrées et de routes, rayonnent jusque sur l’Etat de Santa Catarina. Les Nouvelles Colonies donnent donc l’impression d’un dynamisme croissant.

22Les Anciennes Colonies, elles, ont évolué dans un sens différent. Elles n’occupent plus qu’exceptionnellement un rang notable dans la production agricole, sauf en ce qui concerne le tabac, la pomme de terre et la canne à sucre. Il y a eu en effet ou spécialisation ou recul de l’agriculture. Le manioc d’abord, puis l’eucalyptus et l’acacia ont remplacé le maïs et les haricots dont le sol épuisé ne porte plus que des récoltes insignifiantes par rapport à ce qu’elles furent dans la seconde moitié du xixe siècle. Il est vrai que l’élevage laitier et la production de légumes s’accroissent, mais ni l’amélioration des routes ni l’ouverture de nouveaux débouchés dans les villes de la Dépression centrale, où la population s’élève considérablement, n’ont pu redonner à l’agriculture sa vigueur d’antan. Seule la vallée du Taquari, exceptionnellement fertile, compte encore vraiment dans la production classique des Anciennes Colonies.

23Celles-ci, par contre, s’industrialisent progressivement et leurs petites villes freinent dans une certaine mesure, grâce au développement des manufactures, l’exode des descendants de colons. Favorisées par l’aisance des communications, par l’abondance de l’eau et de l’énergie électrique, par la présence d’une main-d'œuvre laborieuse et méthodique, elles constituent un parc industriel de plus en plus important dont les produits variés, du cuir aux chaussures, des allumettes aux articles d’aluminium, s’expédient jusque dans le Nord du Brésil.

24Elles jouent donc un rôle croissant dans l’économie de l’Etat et depuis la veille de la première guerre mondiale ce ne sont plus les produits dérivés de l’élevage mais ceux de l’agriculture qui occupent le premier rang de l’exportation riograndense, suivis de près, en valeur sinon en volume, par ceux de l’industrie. Cette métamorphose vaut au Rio Grande un équilibre rare en Amérique du Sud entre les trois secteurs principaux de l’activité humaine, l’élevage, l’agriculture et l’industrie. L’audace des fondateurs de la colonisation a donc été largement récompensée par la qualité des résultats obtenus dans le peuplement et dans l’exploitation des terres restées vierges jusqu’au xixe siècle. Non seulement la greffe s’est développée si vigoureusement que ses branches recouvrent toute la moitié septentrionale du Rio Grande, mais faute d’avoir été élaguées, elles semblent attirer à elles la sève dont les autres se trouvent privées.

25Cette dernière période ne fut donc pas toute harmonie, parce, que les éleveurs luso-brésiliens voyaient les prix du bétail osciller d’une manière inquiétante d’une année à l’autre sans jamais s’élever autant que ceux des produits agricoles. A la jalousie d’ordre économique s’ajouta une certaine animosité civique.

26La conscience de groupe, en effet, a été exacerbée par les réactions du gouvernement et de l’opinion du Rio Grande devant les revendications du National-Socialisme. Celui-ci considérait les descendants d’émigrants comme des Allemands nés au Brésil, hasard auquel ils devaient d’être citoyens brésiliens, mais qui ne les empêchait nullement d’être viscéralement Allemands. Et le parti nazi et ses organisations annexes établirent leurs cellules dans le Rio Grande comme sur une terre allemande. Le problème devenait politique.

27Aussi les mesures prises par le gouvernement brésilien furent-elles beaucoup plus amples et plus sévères que pendant la guerre de 1914-1918, avant même que n’éclatât celle de 1939 et que le Brésil ne se rangeât au côté des Alliés contre l’Allemagne en 1942. L’agitation fut plus vive dans les villes, mais les colons furent blessés d’être traités non pas tant en étrangers qu’en citoyens suspects malgré leur loyalisme. Ils n’eurent d’autre souci que de conserver le fruit de leur travail et d’être oubliés dans leurs colonies. Un fossé allait-il être creusé qui séparerait définitivement les Allogènes des Vieux-Riograndenses ? Paradoxalement cette crise, qui porta à son période l’opposition entre les deux groupes, leur révéla une solidarité de fait plus étroite qu’ils ne le pensaient.

28D’autre part le rétablissement du régime représentatif a rendu aux descendants d’immigrants la possibilité de se faire entendre, qu’ils avaient perdue depuis l’établissement de la tutelle castilhiste sur le Rio Grande do Sul. Ces « hommes nouveaux » sont enfin des citoyens à part entière. Ils sont même devenus d’autant plus influents que leur nombre s’est accru et qu’ils choisissent librement leurs représentants.

29La phase du Rio Grande do Sul « pays gaucho » est révolue ; celle des colonies « îlots économiques-kystes ethniques » est dépassée. C’est maintenant la phase de la fusion entre les deux sociétés, entre les deux groupes, mettant à l’épreuve la sincérité de l’adhésion des uns et de l’accueil des autres. Cette phase reste critique tant que la fusion n’est pas achevée, tant que l’on risque de voir invoquer dans un sens comme dans l’autre le jus sanguinis contre le jus soli, ou plus exactement tant que l’on peut distinguer origine ethnique et citoyenneté, tant que la transmutation des valeurs n’est pas entièrement accomplie. Elle s’opérera sans doute dans les transformations d’ordre économique et social qui sont en cours.

  • 3 Varela, Rio Grande do Sul, 1897, p. 359.

30Certes le monde pastoral, autrefois prépondérant, s’est sclérosé dans le système de la grande propriété ; il a été dépassé par le monde agricole. Mais le régime de la petite, propriété est lui-même parvenu à un tournant du point de vue technique ou social, car il sera bientôt son propre destructeur s’il n’abandonne pas « sa hache iconoclaste »3. Les deux classes doivent maintenant briser le cadre rigide de la propriété et rompre avec les méthodes surannées et l’exploitation extensive si elles ne veulent pas considérer leur mission comme accomplie et disparaître en laissant la place à une nouvelle organisation de l’économie et de la société qui tentera de résoudre les problèmes auxquels elles se heurtent dès aujourd’hui.

31Le Rio Grande do Sul était au début du xixe siècle une province originale par rapport au reste du Brésil à cause de sa position méridionale et de la constitution de sa société de miliciens-éleveurs. Cette société primitive, qu’évoquent les traditions folkloriques et les études historiques, possédait un tel dynamisme au moment où arrivèrent les premiers colons allemands qu’elle a traversé tout un siècle en conservant ses caractéristiques fondamentales, la solidité de sa hiérarchie, le goût des armes et du panache, l’amour du cheval, le dédain de l’agriculture, des arts mécaniques et du confort matériel, et qu’elle a exercé une influence décisive sur la vie politique jusqu’à la fin de la première République.

32Le Rio Grande do Sul est aujourd’hui un état original par rapport au reste du Brésil parce qu’il abrite au moins 900.000 descendants d’Allemands, plus du cinquième de sa population. Il leur doit le peuplement et la mise en valeur de ses zones forestières, il leur doit de tenir un rang plus qu’honorable dans la production agricole et industrielle du Brésil, comme de posséder une démocratie rurale rarement rencontrée ailleurs en Amérique du Sud. C’est précisément le succès de la colonisation allemande qui y a posé un certain nombre de questions dont l’ampleur dépasse les limites d’une étude régionale.

***

33La colonisation dans le Rio Grande do Sul a souvent été étudiée comme un chapitre de l’expansion allemande. L’intérêt naturel que les auteurs allemands portèrent aux établissements de leurs compatriotes émigrés a parfois été faussé par les tendances pangermanistes de leurs ouvrages. C’est d’ailleurs cet aspect qui a été le plus souvent retenu par les autres nations, elles y ont vu un exemple d’impérialisme et y ont cherché l’analyse des méthodes germaniques de pénétration économique ou politique.

  • 4 Tonnelat, L’Expansion allemande, 1908, p. 102. C’est dans ce sens qu’a été orientée par exemple la (...)
  • 5 Denis, Le Brésil au XXe siècle, 1928, p. 232.
    L’une des études les plus récentes et des plus intére (...)

34L’une des meilleures études sur les colonies allemandes du Rio Grande do Sul a été publiée en 1908 par M. Tonnelat dans un ouvrage intitulé : « L’Expansion allemande hors d’Europe ». Il plaçait donc son analyse si pénétrante dans le cadre de la Weltpolitik et il fut amené à évoquer la question du « péril allemand » : « Trois cent mille Allemands groupés formeraient le noyau d’une sorte de communauté étrangère, jalousement attachée à ses traditions politiques, religieuses, linguistiques, et capable de conquérir un jour son indépendance »4. La suite des événements, pourtant difficilement prévisible, a confirmé le discernement de l’auteur, qui fut le premier et resta longtemps le seul à ne pas redouter la mainmise allemande sur le Sud du Brésil. Reprenant ses conclusions au lendemain de la première guerre mondiale, P. Denis affirmait le problème résolu, en particulier parce que le groupe allemand était trop petit et trop peu jaloux de sa nationalité pour la maintenir5.

35La question ne se pose plus aujourd’hui, alors que les Teuto-Riograndenses sont neuf cent mille et que le National-Socialisme a prêché naguère le rattachement de tous les Allemands du dehors à la communauté raciale. Cependant même à l’apogée de ce régime l’Allemagne n’a jamais revendiqué officiellement la souveraineté sur une seule parcelle du Rio Grande do Sul ni du Brésil et elle ne s’est jamais comportée en Métropole à l’égard des émigrés et de leurs descendants. C’est précisément ce que les hitlériens reprochaient aux régimes antérieurs. Les bourses de voyage et de séjour en Allemagne ne furent instituées pour les Teuto-Brésiliens qu’en 1933. Si jusque-là certains d’entre eux avaient été étudier dans les établissements secondaires, supérieurs ou techniques allemands, c’était de leur propre mouvement et à leurs frais. L’Allemagne qui s’opposa jusqu’à la fin du xixe siècle à la propagande et au recrutement pour la colonisation au Brésil a peu fait pour les émigrants qui étaient passés outre. Elle n’a jamais investi de capitaux dans des entreprises de colonisation ni même dans l’équipement du pays. La colonisation riograndense s’est surtout faite par le dedans. Le rôle commercial de l’Allemagne dans le Rio Grande ne s’est lui-même accru qu’au moment où les impérialistes allemands renonçaient à l’espoir de s’étendre au Brésil. Les deux guerres ont effacé celui de compter un jour sur les colons comme sur des fantassins déjà débarqués qui attendraient les ordres d’un état-major pangermaniste. En ce qui concerne le Brésil le péril allemand semble donc conjuré et ne relève plus que de l’histoire.

***

  • 6 Monbeig, Pionniers et Planteurs de Sâo Paulo, 1952, p. 141-145 ; Le Brésil, 1954, p. 90 et 102. J. (...)

36Ce qui au contraire peut être remis en question, c’est la valeur de la contribution des colons allemands à l’agriculture riograndense. Ils n’y ont assurément pas réalisé une révolution agricole comparable à celle qui a modifié la physionomie du Brésil, à São Paulo et au Paraná depuis la fin du xixe siècle6, puisqu’ils n’ont pratiqué que des cultures vivrières. Mais l’absence de spéculation sur leurs produits ne donne-t-elle pas plus de sécurité et de valeur à. leur exploitation du sol ? Qualitativement l’agriculture des colons n’a pas été différente de celle des caboclos brésiliens ou des métis d’indiens en Amérique espagnole. Néanmoins le développement de l’agriculture vivrière dans les colonies fut salué comme leur réussite. Or n’est-ce pas précisément l’extension de cette colonisation agricole qui pose une série de problèmes allant de l’acculturation régressive des colons à l’exploitation des terres sous un climat chaud et humide ?

37Les Gauchos se sont toujours refusés comme à un sacrilège à éventrer avec la charrue les terres qui leur appartiennent et ce n’est pas l’un des moindres obstacles à la reconversion des activités en zone de prairie. N’ont-ils pas eu une sorte de prescience des dangers que la culture mécanisée peut faire courir à des sols minces et sans protection ? Ils n’ont d’autre part jamais cherché à pénétrer dans la forêt, sentant bien qu’ils y étaient guettés par la caboclisation.

38Les colons allemands n’y ont pas échappé entièrement. La technique agricole du brûlis qu’ils ont adoptée et conservée s’est révélée particulièrement nocive dans le cadre de la petite propriété. Elle a limité leur agriculture à lin nombre toujours décroissant de plantes américaines et l’a inscrite entre le déboisement et le reboisement, dans un cycle qui s’est accéléré progressivement à mesure qu’on employait des machines aratoires, si primitives fussent-elles. Pris en écharpe entre la lenteur du développement des moyens de transport et la rapidité du déclin de la production, les colons ont régulièrement perdu d’un côté ce qu’ils pouvaient gagner de l’autre et ils ont été vaincus dans cette course contre le temps. S’ils voulaient échapper à l’appauvrissement, ils devaient s’installer dans de nouvelles zones forestières que le défrichement valorisait aussitôt mais où l’épuisement du sol réduisait bientôt les récoltes.

39Ils n’ont survécu tant bien que mal qu’au prix d’une régression technique, culturelle et sociale. L’absence de capitaux et la nécessité d’obtenir des résultats immédiats les contraignirent à emprunter leur méthode aux caboclos qui la tenaient eux-mêmes des Indiens, méthode abandonnée depuis mille ans en Europe ; le déroulement du cycle rural les contraignait à la conserver, à s’appauvrir en travaillant du matin au soir, ou à émigrer vers d’autres zones où toute la vie recommencerait à zéro, sans sel, sans allumettes, sans éclairage, sans médecin, sans écoles. Dégagés de toute entrave féodale, affranchis de la rente foncière qui pesait sur presque toute la paysannerie européenne, débarrassés de toute classe parasitaire, Ils n’ont jamais connu ni la prospérité pionnière américaime ni la sécurité paysanne européenne parce qu’ils sont restés avant tout des défricheurs. Il n’y a pas d’exemple plus paradoxal de misonéisme rural.

40Peut-on même dire qu’ils aient été des faiseurs de terre ? Ils n’ont ni apporté ni adapté ni trouvé de techniques agricoles capables d’éviter le rapide épuisement du sol. Comme dans les autres régions du Brésil, leur agriculture s’est déplacée à mesure que le rendement baissait. Comme la plupart des autres agriculteurs brésiliens, les colons allemands s’en sont tenus à une exploitation purement déprédative. Certes les anciennes colonies ne présentent pas l’aspect désolé de quelques zones de monoculture complètement ruinées par une exploitation intense, parce que les migrations ont éloigné l’excédent de population et réduit la natalité avant l’épuisement du sol : il n’y a pas eu exode, mais essaimage des colons. Cependant les colonies du piedmont sont moins richesqu’aux générations précédentes : les rendements ont baissé, l’agriculture a reculé devant le reboisement et les conséquences du Raubbau ont été aggravées par le désinvestissement que représente le départ des jeunes hommes emportant leurs capitaux.

  • 7 Wilhelmy, Siedlung im Sudamerikanischen Urwald, 1949 ; Die deutschen Siedlungsgebiete in Südamerik (...)

41En définitive les agriculteurs d’origine-allemande n’ont manifesté aucune supériorité technique sur ceux d’une autre race. L’histoire de leurs établissements dans le Rio Grande do Sul pose la question de l’adaptation d’une agriculture européenne à un climat chaud et humide, et encore étaient-ils situés sur une frange subtropicale. Mais l’exemple teuto-riograndense est d’autant plus important qu’en Argentine, au Paraguay, au Chili et dans toute l’Amérique du Sud la colonisation allemande s’est étendue de préférence sur des zones forestières en y exploitant le sol suivant la même technique et en y constituant des communautés rurales ayant des caractères semblables7.

***

42Si leur isolement a souvent posé le problème de l’intégration des colonies allemandes dans les pays d’accueil, il n’a nulle part atteint la même acuité que dans le Sud du Brésil.

43Ni en Argentine, ni au Paraguay, ni au Chili la patriotisme des citoyens d’origine germanique n’a été mis à l’épreuve par deux guerres comme au Brésil et aux Etats-Unis.

  • 8 Idem, p. 160-161. Nous pourrions aussi bien y ajouter des monographies sur des familles qu’une étu (...)

44La question de l’assimilation des immigrants allemands et de leurs descendants a été étudiée de très près aux Etats-Unis, où il y avait une niasse de plusieurs millions de germano-yankees dont certains, comme ceux de Milwaukee ou de Pennsylvanie, sont longtemps restés célèbres pour leur attachement à la langue et à certaines traditions germaniaues8. Mais leur fusion civique s’était si bien opérée que les Américains d’origine allemande la plus directe coopérèrent sans hésitation avec leurs concitoyens dans les deux guerres contre l’Allemagne et que le gouvernement américain n’eut à prendre aucune mesure discriminatoire contre les individus, les sociétés ou la presse de langue allemande.

45C’est donc le Brésil qui présente le cas le plus complexe puisque les premières campagnes de nationalisation des descendants d’immigrants étaient à peine amorcées quand il est entré pour la seconde fois en guerre contre l’Allemagne, si bien que des descendants d’immigrants, citoyens brésiliens depuis plusieurs générations, parlaient encore allemand chez eux et envoyaient leurs enfants à l’école allemande. L’épreuve de la guerre a permis aux Teuto-Brésiliens de manifester un loyalisme total, d’autant plus remarquable qu’ils étaient tenus dans une certaine suspicion sur leur terre natale au moment où ils étaient soumis à la propagande ou à la pression d’un régime triomphant qui affirmait incarner la vieille patrie.

  • 9 On peut consulter par exemple le recueil bibliographique de Ramos e Garcia. Noticia sobre as pesqu (...)

46Il n’y a sans doute guère d’exemples aussi importants et aussi révélateurs des forces contraires à l'assimilation des immigrants : le traumatisme de la transplantation, son atténuation par l’installation en colonies homogènes, leur ségrégation, l’absence de mobilité sociale, l’accroissement de la fécondité, la conservation des habitudes ancestrales, l’emploi exclusif de la langue d’origine, l’intensité de la vie familiale et communautaire, l’idéalisation de la mère patrie, la réticence politique, le sentiment de différences avec les nationaux. Il y a donc peu d’exemples aussi riches en enseignements sur ce que doivent faire ou ne pas faire les pays d’immigration soucieux d’éviter l’enkystement des allogènes9.

***

47Le Rio Grande do Sul offre encore un intérêt supplémentaire pour l’étude de ces phénomènes : les conditions dans lesquelles s’est opérée l’adaptation des immigrants et de leurs descendants sont comme expérimentales, puisque nous connaissons les caractéristiques antérieures du milieu récepteur et que la mesure de ses propres transformations nous donne celle du rôle des nouveaux venus. Le Rio Grande do Sul se présente donc comme un champ d’élection pour l’étude des sciences humaines — Aussi avons-nous essayé de replacer l’homme dans le cadre de sa vie quotidienne, de sa profession, de sa famille, des communautés religieuses et culturelles, du pays dont ses fils naissaient citoyens. Nous avons essayé de définir les problèmes qu’il a dû résoudre et ceux que son intégration a posés au pays d’accueil. Car les Teuto-Riograndpnses qui ont contribué à peupler et à mettre en valeur un grand Etat, à y constituer une autre société et une cité originale participent maintenant à la vie de la Nation qu’ils ont plébiscitée

Anmerkungen

1 Lacmann, Ritte, 1906, p. 133.

2 Metzler, Retten wir unsere Kolonien, 1953.

3 Varela, Rio Grande do Sul, 1897, p. 359.

4 Tonnelat, L’Expansion allemande, 1908, p. 102. C’est dans ce sens qu’a été orientée par exemple la bibliographie de Maack et Marchent, The German, English... Literature on German Immigraiion and Colonisation in Southern Brasil (Handbook of American Studies, 1938, p. 398-431). De même et surtout les ouvrages publiés durant la première guerre mondiale puis la montée de l’hitlérisme (Idem, p. 418-429).

5 Denis, Le Brésil au XXe siècle, 1928, p. 232.
L’une des études les plus récentes et des plus intéressantes sur le germanisme au Brésil est celle de Oberacker, Lebendiges Deutschtum in Brasilien, Auslande Warte, Berlin, 33. Jahrgang, 1953 n° 9.

6 Monbeig, Pionniers et Planteurs de Sâo Paulo, 1952, p. 141-145 ; Le Brésil, 1954, p. 90 et 102. J. U. 839403. 38

7 Wilhelmy, Siedlung im Sudamerikanischen Urwald, 1949 ; Die deutschen Siedlungsgebiete in Südamerika ;Kopp, Die Siedlung im Walde, Buenos Aires, 1949. Voir aussi bibliographie, p. 000 (Publications récentes sur la situation du germanisme en Amérique).

8 Idem, p. 160-161. Nous pourrions aussi bien y ajouter des monographies sur des familles qu’une étude sur les Allemands des Sudètes immigrés aux U.S.A. ou sur les tombes des Allemands de Pennsylvanie (100 Jahre Siedlung der deustchen Familie Plumer, Volkszeitung-Tribune (Omaha/Neb.) 1951, no 51 ; Aschenbrenner, Sudetendeutsche in Amerika, Heimat Kalender ; 1951 ; Barba, Pennsylvania-German Tombstones, A Study of Folk Art, Allentown/Pa, 1953, in 8°, 232 p.

9 On peut consulter par exemple le recueil bibliographique de Ramos e Garcia. Noticia sobre as pesquisas e os estudos sociologicos no Brasil com especial referencia a migrações, contactas de raças e assuntos correlatos. Conselho de Imigração e Colonisação, Rio de Janeiro.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen