Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre X. Vers une cité originale

Texte intégral

1Lorsque l’influence de la colonisation allemande eut commencé à s’étendre au domaine politique, se posa un problème civique : les Riograndenses d’origine lusitanienne se sont inquiétés de la ségrégation sociale et culturelle des colonies comme de la répercussion des mouvements pangermanistes jusque dans les villes. La conservation ou le resserrement des liens entre les descendants d’immigrants et leurs pays d’origine ne risquaient-ils pas de faire courir un danger à l’Etat brésilien lui-même ?

1. LES PROBLÈMES CIVIQUES

2En effet les circonstances avaient voulu que les Teuto-Riograndenses, citoyens brésiliens en vertu du jus soli, ne fussent pas absolument intégrés dans la nation au moment où éclata la guerre entre le Brésil et l’Allemagne. La question de l'assimilation des descendants d’immigrants n’était pas résolue parce qu’elle n’avait pas encore été vraiment posée. D’ailleurs était-ce exactement d’assimilation qu’il s’agissait ?

  • 1 Bunle, L’Assimilation des immigrants, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 15.

3Même si l’on entend par là seulement la libre participation à la vie collective sur un pied d’égalité avec les autres concitoyens, ce qui nous semblerait la définition minima du concept, cela soulève de vastes et graves problèmes politiques. Beaucoup d’auteurs contemporains estiment que l’usage de la langue comme l’identité de comportement et d’esprit chez l’immigrant et chez l’autochtone sont nécessaires pour que l’on puisse parler d’assimilation1. Pour eux l’assimilation est un résultat. Or, bien que la connaissance et l’usage du portugais se soient généralisés dans les colonies, il y a encore trop de différences entre la manière de vivre des autres Riograndenses et celle des colons pour que l’on puisse les considérer comme assimilés, car ils n’ont ni la même mentalité ni la même échelle de valeurs. Mais conviendrait-il de s’en tenir soit à mesurer le degré actuel de ressemblance ou de différence individuelle ou collective entre « immigrants » et « autochtones », soit même à étudier les variations de ce degré dans le temps ?

  • 2 Willems, Assimilação, p. 13 ; il a le mérite d’insister sur deux notions fondamentales : l’assimila (...)

4Le terme d’assimilation, si abondamment employé, ne nous semble pas convenir, car il embrasse deux évolutions, celle des nouveaux venus dans le milieu préexistant et celle de ce milieu en fonction des apports de l’immigration2. Or, historiquement, on ne s’est jamais placé à ce dernier point de vue dans lé Rio Grande do Sul où l’on a ramené le problème allemand à celui de l’intégration des immigrants et de leurs descendants dans l’unité brésilienne par leur seule transformation, radicale au besoin.

  • 3 Mortara, Quelques observations sur l’Assimilation, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 51 ; Lambert, Le Brési (...)
  • 4 Dantas, A Força Nacionalizadora do Estado Novo, 1942, 260 p. ; Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2 (...)

5Le Gouvernement qui a tenté tardivement de l’activer a employé le terme de « nationalisation »3, à juste titre puisqu’il s’agissait d’adapter les éléments d’origine et de culture étrangères à la vie dans la communauté nationale par une démarche unilatérale. L’intention du gouvernement était bien de mettre les immigrants et leurs descendants sur un pied d’égalité avec les autres citoyens. Mais il a été obligé de recourir à certains procédés artificiels, dont la contrainte, pour accélérer cette nationalisation, c’est-à-dire le processus au terme duquel les éléments d’origine étrangère pourraient être considérés comme de vrais brésiliens, obéissant à toutes les lois et pariant la langue de leur pays4. Bien plus, l’histoire des tentatives d’adaptation qui ont été effectuées de part et d’autre nous révèle des facteurs de ralentissement et même de régression dont l’influence se répartit en deux grandes périodes déterminées par les dispositions des immigrants et les réactions des Riograndenses, caractérisées par le climat paisible ou orageux de leurs relations et délimitées par le premier conflit germano-brésilien.

A. La coexistence dans l’indifférence

6Au cours de la période qui s’étend des origines de la colonisation jusqu’au début du xxe siècle, soit presque sur cent ans, ni les Brésiliens ni les Allemands n’ont manifesté beaucoup d’intérêt pour l’intégration des immigrants et de leurs descendants parmi les sujets de l’Empire ou les citoyens de la République du Brésil. Plus exactement le faible intérêt que chacun des deux groupes lui a porté n’a jamais été synchronisé avec celui de l’autre.

a. Les Brésiliens restent longtemps indifférents a la ségrégation des colonies

7Pour toutes les raisons que nous savons les colonies germaniques constituaient des établissements ruraux isolés où les nouveaux venus menaient la rude vie pionnière, où les seules relations avec l’extérieur étaient d’ordre économique, où les groupes vicinaux assuraient les services que ni l’Etat ni la société riograndense ne pouvaient leur fournir (cultes, assistance, écoles). L’administration se faisait par l’intermédiaire du directeur de la colonie ; le colon, qui n’avait guère de contacts avec les fonctionnaires brésiliens, n’en avait aucun avec les hommes politiques. Ceux-ci lui portaient d’autant moins d’attention qu’ils continuaient à le considérer comme un étranger, même s’il était naturalisé par la vertu de tel décret impérial, et à tenir sa condition pour inférieure, puisqu’elle l’attachait en principe à une terre donnée et à une profession déterminée.

  • 5 La Constitution impériale (1824) établissait certaines restrictions à l’exercice des droits des nat (...)

8Non seulement la naturalisation n’entraînait pas l’octroi de la plénitude des droits civiques5, mais elle n’a été accordée que tardivement et difficilement aux immigrants qui restèrent longtemps des aubains sur la terre où ils s’installaient pourtant sans espoir de retour. Leur maintien dans cette situation ne gênait pas les autres Riograndenses que les principales mesures législatives accordées par le Gouvernement central n’ont pas tirés de leur indifférence teintée de mépris.

1. Les nouveaux venus restent des étrangers pour eux

  • 6 M. Fleiuss, Historia Administration, p. 181. Voir ci-dessus, chapitre II, p. 82.
  • 7 Porto, O Trabalho, p. 110-141 ; Processo dos Farrapos, P.A.N., XIX-XXXI.
  • 8 M. Fleiuss, Historia Administrativa, p. 251 ; Wellisch, Legislação, p. xxxi ; texte : RJ.C., 1943, (...)

9La loi du 24 octobre 1832, qui fut la première à réglementer la naturalisation des étrangers, n’exigeait pas seulement un long délai préalable, mais aussi des formalités compliquées et coûteuses6, si bien que les colons de Sâo Leopoldo et de Torres ne cherchèrent point à en profiter. Ils se débattaient alors dans les difficultés provoquées par la suppression des allocations, ils se débattirent bientôt dans celles où les entraînèrent la Révolution Farroupilha et la guerre civile à laquelle ils prirent une part non négligeable7. Ils en retirèrent, du moins en apparence, l’avantage d’être naturalisés en bloc par la loi du 3 septembre 18468. Mais cette décision, qui s’appliquait seulement à ceux de Sâo Leopoldo et de Torres et qui ne les intégra pas pour autant dans la Nation brésilienne, n’était qu’une mesure de circonstance.

  • 9 Fleiuss, Historia Administrativa, p. 259 ; Wellisch, Legislaçào, p. xxxii ; voir ci-dessus, chap. I (...)
  • 10 Deutsche Zeitung, 11 mai 1864,2 et 13 mars 1878 ; Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2, p. 113.

10La loi générale 601 du 18 septembre, 1850, promulguée plus de vingt-cinq ans après le début de la colonisation, alors que l’immigration avait déjà repris dans le Rio Grande avec une intensité accrue depuis 1845, concédait bien la naturalisation aux immigrants au bout de deux ans de séjour, mais à la condition de résider sur leur lot et de le défricher. La naturalisation était donc liée à une conception essentiellement économique de la colonisation et soumise à des exigences qui étaient la négation même de l’égalité avec le” reste de la population. La loi de 1850 imposait d’ailleurs des formalités qui, bien que simples, ne furent pas toujours remplies9. Des colons allemands avaient donc été inscrits sur les listes électorales sans en avoir le droit. Les réclamations adressées au moment des élections, par esprit partisan, eurent pour effet de leur rappeler leur origine et contrarièrent l’assimilation qui avait commencé spontanément10.

  • 11 Fleiuss, Historia Administrativa, p. 309 ; Wellisch, Legislaçâo, p. xxxv ; texte : Carvalho, O Bras (...)
  • 12 Loi Saraiva, 9 janvier 1881 et décret 7981 du 29 janvier 1881 (Fleiuss, Historia Administrativa, p. (...)
  • 13 Décret du 7 janvier 1890 (Fleiuss, Historia Administrativa, p. 450). Constitution fédérale dé 1891, (...)
  • 14 Correspondance politique avec le ministère des Affaires étrangères, dépêche du 25 novembre 1895, p. (...)
  • 15 Relatorio da Repartiçâo de Estatistica, Pôrto Alegre, 1897, p. 19.
  • 16 P. ex. : Reforma 9 août/24 septembre 1879 ; Rodrigues, Esboço de filosofia politica de G.S. Martins (...)

11Le décret 1950 du 11 juillet 1871 autorisa le gouvernement à accorder un titre de naturalisation à tout étranger âgé d’au moins 21 ans qui en ferait la demande s’il avait résidé au Brésil, ou en dehors à son service, pendant plus de deux ans11. Rares furent ceux qui demandèrent à en profiter, car il fallait faire une démarche et se soumettre ensuite au service de la Garde nationale. D’autre part leur condition de naturalisés leur interdisait certains droits civiques et les protestants étaient toujours maintenus à part. Bien que la loi de 1861 ait reconnu les effets civils du mariage des non-catholiques, ceux-ci n’ont pas eu le droit d’exercer des fonctions électives avant 1881 et leur situation de minoritaires restait incertaine, car la reconnaissance des ministres du Culte et la validité civile des actes qu’ils célébraient restait soumise à la condescendance de l’Administration12. Bref, il fallut attendré la proclamation de la République pour que la naturalisation, la liberté des cultes et l’égalité civique fussent accordées aux immigrants et à leurs descendants13. Ceux-ci n’en ressentirent pas d’ailleurs le bénéfice immédiat parce que certains de leurs leaders auraient été favorables à une restauration de la dynastie impériale brésilienne bée à celle des Habsbourg14 et parce que la naturalisation massive de 1891, accordée par la Constitution fédérale, ne les initia pas pour autant aux arcanes de la vie politique riograndense : la Révolution de 1893 vint les surprendre alors qu’ils n’étaient toujours pas familiarisés avec la langue ni avec les coutumes nationationales ; les colonies furent bouleversées par la guerre civile puisque les directeurs étaient expulsés ou réintégrés à quelques semaines d’intervalle, les colons obligés de fournir des contributions, d’arborer un ruban rouge au chapeau, ou de prendre les armes15, souvent contre le parti de Silveira Martins qui avait été leur plus ardent défenseur16.

  • 17 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 20-21 ; Willems, A Aculturação, p. 524-531, 535-540.

12Lorsque le gouvernement positiviste de Castilhos et de Borges de Medeiros fut établi fermement — et il régit le Rio Grande quasi discrétionnairement de 1891 à 1928 — aucun effort ne fut évidemment tenté pour appeler les colons à la vie civique ; au contraire une sorte de « Gentlemen’s agreement » fut conclu qui leur assurait tacitement la liberté culturelle en contre-partie de leur docilité électorale, limitant ainsi au minimum les conséquences de la naturalisation de 1891 et de l’influence du jus soli sur l’acquisition par les descendants étrangers de la nationalité, dès leur naissance17.

  • 18 Willems, A Aculturação, p. 539 ; Revoredo, Imigração, 1934, p. 75-107 (art. 121 de la Constitution (...)

13Ils restèrent si bien « à part » du reste de la nation que les Constitutions de 1934 et 1937 restreignirent les droits du Brésilien naturalisé, lui retirant à nouveau tous les droits politiques passifs18, alors que la Constitution de 1891 ne les écartait que de celui d’être élu Président de la République. Ainsi se trouvaient traités en citoyens de seconde classe de nombreux Allemands installés au Brésil parfois depuis le début du siècle, qui avait été une période d’immigration intense.

  • 19 Constitution de 1946 (tit. IV, chap. Ier, art. 129, no IV) : Pour les Portugais on exige seulement (...)

14Pour la première fois la Constitution fédérale de 1946 n’établit aucune différence entre les naturalisés et les autres citoyens (art. 129, no IV). Encore stipule-t-elle que les Portugais bénéficieront d’un régime de faveur puisqu’on ne leur demande qu’un séjour d’un an pour la naturalisation19. L’idée d’homogénéité culturelle, sinon ethnique, est donc sous-jacente.

2. Un certain mépris

15Ainsi c’est pendant la durée de 4 à 5 générations que les Brésiliens n’ont manifesté aucun empressement à intégrer les nouveaux venus dans la vie de leur communauté, pas plus du point de vue civique que du point de vue culturel. Non seulement les colons allemands vivaient en dehors de la société locale, mais les Luso-Brésiliens éprouvaient à leur égard un certain mépris quand ce n’était pas une hostilité certaine.

  • 20 Discours du député Fioravanti, Annaes da Assembleia Provincial. 21 septembre 1857.

16L’opinion généralement répandue dans les milieux brésiliens était que le colon devait rester agriculteur, puisque c’était pour cela qu’on l’avait fait venir ; les mesures destinées à le fixer au sol, soit par la persuasion (vente de terres), soit par la concession d’avantages (exemption d’impôts et de service militaire, primes à la culture de certaines plantes), soit même autrement, répondaient à cette idée d’ailleurs explicite : « Quelle que soit sa liberté, qui n’est pas mise en question, s’écriait un député en 1857, il doit, ou devrait exécuter les obligations du contrat qu’il a accepté en s’installant sur une terre20. » Vendre cette terre, s’installer ailleurs pour exercer une autre activité, c’est commettre un abus. Ainsi formait-on et maintenait-on une sorte de caste inférieure destinée par l’origine et par la profession de ses membres à mettre le sol en valeur et à accroître la production agricole qui était en même temps le but de la colonisation et la seule mesure de succès.

  • 21 Relatorio do Presidente, 1853,1854, etc. : Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 112. La République fut (...)

17C’est pourquoi certains députés représentant lé Rio Grande do Sul traditionnel s’accommodaient de la constitution de noyaux ethniquement homogènes qui facilitaient l'expansion de la colonisation en soulageant l’Administration de son devoir d’assistance : ils se réjouissaient même de la multiplication des écoles privées dans les colonies allemandes parce qu’elles ne coûtaient rien au Trésor public21. Là encore ils étaient loin de se soucier de l’intégration des immigrants et de leurs descendants, contrariée déjà par la ségrégation géographique et sociale des établissements pionniers.

  • 22 Hoermeyer, Beschreibung, 1854, p. 47 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 139 ; Freyre, Influencias antibras (...)
  • 23 Willems, A Aculturação, p. 60-61.

18En outre l’insistance avec laquelle les colons demandaient l’exécution des contrats d’engagement, le versement des subventions promises pour les premiers mois de leur séjour ou l’octroi des titres définitifs de propriété, comme le peu d’empressement qu’ils mettaient à s’acquitter de leurs dettes envers l’Etat, tout cela a provoqué et entretenu longtemps une certaine prévention contre eux dans les milieux luso-brésiliens22. Leur « mauvais esprit » apparaissait aussi quand ils s’établissaient ailleurs, quand ils réclamaient la liberté du culte.et l’exercice des droits politiques ou quand ils adoptaient les idées libérales et nationalistes que leur prêchaient les révolutionnaires manqués de 1848, moins audacieuses pourtant que celles des pangermanistes de 1885 ou des nationaux-socialistes de 193323.

  • 24 Lettre no 84 du vice-consul de France à Pôrto Alegre au ministre des Affaires étrangères, 30 aoûtl8 (...)
  • 25 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 386 ; Tschudi, Reisen, p. 19 ; Mulhall, O Rio Grande (...)
  • 26 Eye, Der Auswanderer, p. 142.
  • 27 Willems, A Aculturaçâo, p. 319.

19Les Riograndenses considérèrent donc souvent les colons comme des fauteurs de troubles et n’éprouvaient pour eux aucune sympathie. On a même pu relever des manifestations d’hostilité qui prirent successivement deux formes, la xénophobie pure et simple et le nativisme. Dès 1855 le vice-consul français à Porto Alegre signalait que d’une part les colons souffraient d’être attachés à la terre « qu’ils ne savent ni ne veulent culcultiver», et d’autre part que « les Brésiliens n’aiment pas les Allemands »24. Cette xénophobie nous est confirmée par le propre directeur de la Colonie de São Leopoldo dans son rapport de 1854, par Tschudi en 1866, par Mulhall en 1871, comme par la presse locale et par l’attitude de l’Administration provinciale, enfin par Varela en 189725 Entre temps était apparu le nativisme, réaction de défense, politique plutôt que civique, signalée par V. Eye26 en 1885, au moment où les colons commencèrent à se faire entendre dans les conseils locaux et provinciaux. Si la xénophobie s’atténua avec le déclin de l’immigration et ne fut ravivée que par les deux guerres, le nativisme ne cessa de se développer depuis la fin du xixe siècle à mesure que croissaient l’importance numérique et la conscience collective des Teuto-Riôgrandenses, sans atteindre cependant l’ampleur et la profondeur que ceux-ci ont dénoncées27.

b. Les descendants d’Allemands ne souhaitent plus l’assimilation

20Ce n’est pas tant leurs croyances religieuses ni même leurs idées politiques qu’on leur reprocha par la suite, que le fait d’être « Allemands », c’est-à-dire d’être restés fidèles à leurs coutumes, à leur langue et à leur mentalité alors qu’on avait peu fait pour leur permettre d’acquérir celles du pays.

1. Ils se sont lassés de demander l’égalité politique

  • 28 Kuder, Die deutsch brasilianische Literatur, I.A.A., X, 4, p. 486 ; Kohne, K.V. Koseritz, p. 5-7 ; (...)

21Les colons, devant toujours se présenter en solliciteurs, se sentaient en état d’infériorité par rapport à la population vieille-riograndense dans laquelle ils ne pouvaient pas espérer s’intégrer, même s’ils le souhaitaient. Leur installation dans le Rio Grande leur avait certes valu des avantages individuels d’ordre économique, mais ils constituaient un groupe isolé par son genre de vie comme par son origine. Non seulement il y avait une grande inégalité entre les classes sociales des petits et des grands propriétaires, mais il n’y avait pratiquement aucune possibilité de s’élever de l’une à l’autre et le descendant d’immigrant allemand se trouvait rejeté dans son groupe professionnel, ethnique et culturel.28

  • 29 Voir ci-dessus, p. 506, note 90.
  • 30 Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 115-116.

22Contrairement en effet à ce qui se passe généralement dans les pays d’immigration, dans le Rio Grande le temps n’a pas été un facteur favorable à l’assimilation, parce qu’après avoir tenté vainement de s’intégrer dans ce milieu hermétique à la première et à la deuxième génération, les colons ont conservé les coutumes et les traditions de leur pays d’origine. N’ayant pu obtenir à temps en nombre suffisant les écoles qu’ils avaient demandées au Gouvernement avec insistance29, ils en créèrent par leurs propres moyens. Elles ne pouvaient pas leur enseigner autre chose que ce qu’ils avaient apporté dans leur propre patrimoine. Aussi lorsque par la suite furent ouvertes les écoles officielles, toujours trop rares pourtant, n’y envoyaient-ils pas leurs enfants, précisément parce que ceux-ci y auraient trouvé ce que leurs pères avaient demandé pour eux, un enseignement en langue nationale30 qu’ils ignoraient, dont ils avaient de moins en moins besoin à mesure que se développait leur nombre et qu’ils reprenaient conscience de former un groupe germanique. Ses membres, qui s’en défendaient à la première génération, en étaient devenus fiers à la seconde : ils s’affirmaient maintenant Teuto-Brésiliens.

  • 31 Die Brummer, Koseritz v. Kalender, 1901, p. 260-262 ; Schmid, Die Brummer : Pôrto, O Trabalho, p. 2 (...)

23La conscience germanique fut comme révélée, au sens photographique du mot, par l’arrivée des Brummers, plus cultivés que les colons dont ils devinrent les leaders soit dans diverses colonies soit dans l’ensemble de la Province, à partir de Porto Alegre où De la Rue, Haensel et Koseritz jouèrent un rôle essentiel31. Ils exprimèrent le désir plus ou moins conscient des colons de participer à la vie politique locale ou régionale. C’est alors qu’apparurent les premiers conseillers municipaux teuto-riograndenses : tandis qu’il n’y en avait eu aucun avant 1864 à Sâo Leopoldo, devenu municipe dès 1846, on en trouvait 8 en 1889.

  • 32 F. Haensel, Koseritz Deutsche Volkskalender, 1894, p. 163 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 33-43, 76-83  (...)

24Haensel fut le premier naturalisé élu député provincial (en 1881) et Koseritz le premier non catholique (en 1884). [Voir photo 42 et 43, pl. XIV.] Paradoxalement c’est parce qu’il avait milité vingt années durant en faveur du Deutschtum que Koseritz faillit réaliser l’intégration des immigrants et de leurs descendants dans l’Etat par le moyen de la politique32. Mais il fut débordé sur les deux ailes par les Allemands et par les Brésiliens.

2. La séduction du germanisme

  • 33 Koseritz, O Brasil e e Alemanha, Reforma, 10 juillet 1885.

25Si ses multiples démarches n’avaient pu faire abroger le rescrit de Von Heydt qui s’opposait à l’émigration massive de l’Allemagne vers le Brésil, elles avaient abouti à la signature d’une convention consulaire et à la nomination d’un Consul prussien de carrière ! à Porto Alegre en 1884. C’était l’époque même de la conversion de Bismarck à la politique coloniale et l’année 1885 fut pour la propagande sur le Brésil en Allemagne la plus féconde de toutes celles qui s’étaient écoulées depuis les origines de la colonisation. Au cours de cette seule année y furent publiés spontanément, c’est-à-dire sans aucune aide du Gouvernement brésilien comme le soulignait ingénument Koseritz dans son journal A Reforma33 : son propre livre « Bilder aus Brasilien, son ouvrage en collaboration avec Jannasch « Rätschlage für Auswanderer nach Südbrasilien », celui de Sellin « Das Kaiserreich Brasilien », celui de Von Ihering « Rio Grande do Sul, celui de H. Lange « Südbrasilien », celui de Breitenbach « Die Provinz Rio Grande do Sul Brasiliens und die deutsche Auswanderung », celui de V. Eye « Der Auswanderer. Winke und Weisungen für Ansiedler in den deutschen Kolonien Südbrasiliens ».

  • 34 Reforma, 23 juillet 1885.
  • 35 Koseritz, Imagens do Brasil, p. 104 et 152 ; Carneiro, AS Colonias Alemães, P.S.P., 16, p. 15-16. C (...)
  • 36 Définition : Andler, Le Pangermanisme, p. LIV ; Prazeres, O Brasil na guerra, p. 183. Voir aussi : (...)
  • 37 Deutsches Volkischer Katechismus, p. 6 et 78 ; Gedenke dass der ein Deutscher bist, Rotermund Kalen (...)

26Sans compter ceux de L. Schenck sur le Brésil en général, et celui de Nachers sur Bahia, il faudrait ajouter encore les publications périodiques « Kolonial Zeitung » et « Export », organe de la Société centrale de Berlin dont le président, le prince de Hohenlohe Langenburg, venait de faire un voyage dans le Sud du Brésil34. Ces publications, ces visites officielles, ces tournées de conférences préparèrent un mouvement qui s’orienta précisément dans la direction opposée à celle que préconisait Koseritz. B ne souhaitait que des relations économiques et culturelles avec l’Allemagne et repoussait formellement tout rapport politique, estimant que les Teuto-Brésiliens étaient des sujets brésiliens35. La tendance pangermaniste fut de les considérer comme des Allemands devenus Brésiliens par accident. Apparurent successivement deux notions décisives : d’abord on souligna la différence existant entre l’appartenance à un Etat et l’appartenance à une Communauté nationale, l’une étant purement politique et contingente, l’autre étant culturelle et ethnique, permanente, essentielle, indépendante de la résidence des intéressés36 ; ensuite, on affirma la supériorité du Volkstum sur la citoyenneté, si bien que l’on voulut considérer les descendants d’émigrants non plus comme des « frères séparés », mais comme des « Allemands du dehors »37.

  • 38 Sur la préparation et la portée de la loi Delbrück (1913), voir Andler, Le Pangermanisme, LVI et p. (...)
  • 39 FUNKE, Die Besiedlung des östlichen Süd-Amerika, p. 64 et sq. ; Idem, AUS D. Brasilien, p. 212 ; Ja (...)

27C’est le moment où la loi Delbrück permit aux émigrants et à leurs descendants de conserver la nationalité allemande même si le jus soli en avait fait ou en faisait des citoyens d’un autre pays38. Il était normal que l’opinion allemande et les organisations pangermanistes se tournassent vers le Rio Grande do Sul où le Deutschtum s’était conservé et où les colons constituaient un groupe non négligeable39.

28Attirés d’Allemagne, ils furent poussés sur cette voie par leurs propres chefs locaux dont certains espéraient sans doute reprendre la place de leader abandonnée par Koseritz qui avait été tourné sur son autre flanc par les Républicains riograndenses.

  • 40 Carneiro, As Colonias, P.S.P., 16, p. 18-21 ; Escobar, Trinta annos de dictatura riograndense 304 p

29Ceux-ci en effet ne se souciaient pas de laisser aux colons, non plus qu’aux autres citoyens d’ailleurs, la liberté politique dont la Constitution castilhiste de l’Etat avait sonné le glas40. La démocratie rurale qui s’était constituée dans les colonies prit une importance économique croissante, conserva un certain rôle social, mais cessa de participer à la vie politique du Rio Grande ; elle s’y incrusta tout en redevenant étrangère à son organisme. Car ce fut bien là le drame de cette période : les Riograndenses d’origine allemande, maintenant citoyens, étaient relégués une seconde fois en marge de l’Etat. Leur marche vers l’intégration politique ou plutôt vers l’intégration civique par la politique fut donc stoppée dès le premier pas. Le second ne fut franchi qu’un demi-siècle plus tard, après la disparition du gouvernement Borgiste et de l’Etat Nouveau, au lendemain de la seconde guerre mondiale.

30Entre temps les Teuto-Riograndenses devenaient de plus en plus nombreux et leur intégration de plus en plus difficile. Ils oscillaient d’un pôle à l’autre de leur double appartenance morale à une Nation lointaine et juridique à un Etat ombrageux dont la méfiance s’approfondit à mesure que les allogènes affirmaient leur solidarité germanique et s’aviva lorsqu’ils cherchèrent à se dégager de leur condition de citoyens passifs..

c. Les premiers heurts

  • 41 Memoria apresentada pelo Ministro plenipotenciario da Prussia, em 1863, ao Ministerio dos Negocios (...)

31Ce « malaise moral » avait été signalé dès 1863 par le ministre de Prusse dans son rapport sur la situation de la colonie de São Leopoldo ; il ajoutait que « cet état des esprits pouvait un jour créer des embarras sérieux... provenant d’abord de l’inégalité des droits politiques que les lois de l’Empire maintiennent entre les étrangers naturalisés et les Brésiliens nés au pays. Il en résulte pour les colons allemands une espèce d’infériorité de situation qui fait naître des jalousies et des méfiances quelquefois nuisibles à leurs bons rapports avec la population brésilienne »41. Si le français en est hésitant, ce texte contient assurément la première définition officielle de la marginalité dont on a tant parlé depuis.

1. Au XIXe siècle

32Les incidents locaux entre Vieux-Riograndenses et Nouveaux-Venus n’ont jamais été bien graves au xixe siècle ; ils ne se sont même produits que sous l’influence d’événements extérieurs.

  • 42 Spalding, O Germanismo no Rio Grande do Sul, Vida Policial, V, p. 49.

33Ce fut par exemple en 1862-1863 l’affaire Christie42. Cet anglais avait été accusé de faire naufrager des navires pour s’emparer des épaves et des dépouilles. Cela provoqua l’indignation du Rio Grande contre l’Angleterre. Mais la Deutsche Zeitung ayant publié un éditorial donnant raison à Christie et ridiculisant les Brésiliens, à la protestation de Néri dans le Correio do Sul se joignit une manifestation populaire : les Pôrto-Alegrenses parcoururent les rues en criant « Mort aux Allemands », voulant mettre à sac l’imprimerie du journal et les sociétés allemandes. La rédaction de la Deutsche Zeitung dut faire des excuses publiques et l’opinion finit par se calmer.

  • 43 Spalding, O Germanismo no Rio Grande do Sul, Vida Policial, V, p. 56.

34Ce fut aussi l’incident Ramos en 186443. Comme là foule avait voulu lyncher l’assassin d’un commerçant et de son caissier, le Consul allemand avait félicité dans un article le préfet de police « d’avoir évité que les biens des Allemands ne fussent attaqués lâchement par une onde de vile populace de Porto Alegre ». Le Conseil municipal répondit avec vigueur que jamais les étrangers n’avaient été menacés dans le Rio Grande do Sul.

35Sans que l’on puisse établir de rapport entre ces événements et l’intervention du ministre de Prusse dans les affaires de la colonie de Sâo Leopoldo, on doit noter leur concomitance. Mais leurs remous avaient été vite apaisés et les relations entre les Teuto et les Luso-Brésiliens étaient redevenues assez bonnes, du moins en apparence, jusqu’à la fin de l’Empire et même pendant les premières années de la République.

2. Au début du XXe siècle

  • 44 Correio do Povo, 7 août 1904 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 139. Ce qui est remarquable c’est que les (...)
  • 45 Relatorio da Secretaria des Obra Publiais, 1903, p. 81. Réponses de Rheingantz au nom des immigrant (...)

36Le premier incident sérieux entre les Vieux-Brésiliens et les colons ou leurs représentants date de 1904. Alors que le gouvernement fédéral était favorable à l’immigration germanique, celui du Rio Grande do Sul commençait à craindre le « péril allemand »44. Le rapport du directeur de la Colonisation publié en 1903 constate la diminution de l’immigration, alors que le Rio Grande do Sul offre les conditions les plus favorables à l’absorption des nouveaux venus, même à celle des Allemands, qui sont pourtant « les plus réfractaires à l’incorporation »... « Il est certain que ce résultat est dû à la sollicitude du gouvernement qui procure à ces véritables bannis un bien-être qu’ils n’ont jamais eu. Mais il est nécessaire de ne pas oublier que la mentalité de ces hommes n’est pas la plus propre à seconder nos principes moraux, dont la prééminence est essentielle. Si bien que pour triompher avec une facilité relative de cette mentalité, il convient que le nombre des éléments étrangers nouveaux dans l’Etat du Rio Grande do Sul ne soit pas trop élevé. Peu importe que notre progrès matériel soit légèrement retardé par le manque de bras ; les avantages à venir compenseront ce retard, qui est en réalité à peine sensible »45. Cette déclaration a froissé les Allemands et provoqué leurs protestations, suivies de répliques dans la presse brésilienne.

  • 46 Tonnelat, L'Expansion p. 141-151 ; Federação, 7 décembre 1905 ; Spalding, O Germanismo, Vida Polici (...)

37Or cet incident coïncide presque avec celui de la canonnière allemande « Panther » à Itajai, port du Santa Catarina46.

  • 47 Tonnelat, L'Expansion, p. 142 ; Lacmann, Ritte, p. 183. De nombreuses publications américaines expr (...)

38C’était aussi le moment de la tournée de conférences du professeur Jannasch, désavoué d’ailleurs par le gouvernement allemand devant les réactions des Etats-Unis47.

  • 48 P. ex. Lacmann, Ritte, p. 155 et 178.
  • 49 Tonnelat, UExpansion, p. 151.

39L’attitude brésilienne se durcit donc au moment même où différents auteurs allemands déploraient les progrès de l’assimilation48. L’éparpillement et la faiblesse politique des colons, qui ne « comptent pas dans le Rio Grande do Sul » semblent devoir conduire les sociétés allemandes de colonisation à abandonner le Brésil. Elles se tournèrent vers l’Argentine où les émigrants étaient plus libres et non pas « bon gré mal gré solidaires des Brésiliens »49.

  • 50 Idem, ibidem. — Cf aussi d-dessus, p. 493, note 58.

40Mais, alors qu’en dépit de ces petits incidents le problème de l’accession des Teùto-Riograndenses à la vie nationale semblait pouvoir se résoudre dans les prochaines décennies50, l’évolution interne du Rio Grande fut altérée par les conflits mondiaux au cours desquels le Brésil et l’Allemagne en vinrent à lutter l’un contre l’autre.

B. Une intégration orageuse (depuis 1914)

41Il ne fallut pas moins de deux guerres pour faire saisir aux Vieux-Brésiliens comme aux Teuto-Riograndenses la profondeur et l’importance du problème que l’on avait négligé de résoudre, soit parce que les uns n’avaient pas assez fait pour faciliter l’adaptation des autres, soit parce que ceux-ci ne souhaitaient plus aussi vivement d’être intégrés dans l’Etat et tenaient à leur indépendance culturelle, même si elle avait pour contre-partie un long effacement politique.

42Nous chercherons d’ailleurs moins à retracer les détails des événements qu’à en analyser les conséquences profondes sur le comportement des citoyens brésiliens de souche germanique ou lusitanienne en face de situations historiques données.

a. La Première Guerre mondiale

43Elle a provoqué une tension immédiate entre les Teuto-Riograndenses et leurs compatriotes d’autre origine.

1. Les circonstances

  • 51 Abranches, A Illusão Brasileira, 1917, chap. IV, V, VI. D. Hochzeit in Brasilien, Rotermund Kalende (...)

44Dès l’ouverture des hostilités l’opinion publique, et la presse luso-brésilienne se manifestèrent favorables à la France et hostiles à l’Allemagne, donnant le pas aux informations françaises, apportant leur appui aux souscriptions et aux emprunts français, soulignan les victoires alliées51.

  • 52 Voir p. ex. les articles des Musterreiter Kalender et Uhle Kalender, Rotermund Kalender, etc., 1915 (...)
  • 53 1er avril et 25 octobre 1917. Cf. Correio, 13 avril 1917, 28 octobre 1917. L’opinion anglo-saxonne, (...)
  • 54 Schmidt, le propriétaire de l’hôtel en question, avait creusé une tranchée devant son immeuble et t (...)
  • 55 Federaçâo, 20 avril ; Correio 27 et 28 avril. Voir déclarations du député Moacyr (Correio, 26 avril (...)

45Malgré l’hostilité des autorités la presse teuto-brésilienne, publiée soit en allemand soit en portugais, soutint la propagande allemande à l’aide d’informations directes tant que ce fut possible et critiqua la politique brésilienne intérieure et extérieure52. Bref elle tenta de freiner l’évolution qui aboutit d’abord à la rupture des relations diplomatiques entre le Brésil et l’Allemagne, puis à la déclaration de guerre en 191753. C’est le torpillage du bateau brésilien « Paranâ »,. le 4-5 avril 1917, qui a provoqué la rupture des relations diplomatiques. La nouvelle en parvint le 11 avril à Porto Alegre et y souleva l’indignation de la population, A la suite d’incidents tragiques devant l’hôtel Schmidt, elle mit à sac et incendia le siège des sociétés allemandes et les magasins des principales firmes « allemandes » de Porto Alegre : 170 maisons furent attaquées54. S’il n’y a pas eu de manifestations aussi violentes et aussi regrettables dans toutes les villes et dans les colonies, l’hostilité s’est accrue d’un groupe à l’autre, ainsi que le ressentiment chez les colons dont le loyalisme à l’égard du gouvernement brésilien est resté total, même après l’interdiction de la presse en langue allemande et la fermeture des écoles privées enseignant en allemand55.

  • 56 Télégramme de Borges de Medeiros au Président de la République, mai 1917. Compliments de Borges de (...)
  • 57 Correio, 27 et 28 octobre 1917.

46Le Rio Grande do Sul avait été le premier Etat à demander l’entrée en guerre du Brésil et son Président ne cachait pas ses sympathies pour la France56. Après le torpillage du vapeur « Macao » le Brésil déclara la guerre à l’Allemagne le 25 octobre 1917. Craignant de nouvelles explosions de patriotisme, la police intervint pour empêcher les déprédations à Porto Alegre, puis interdit les manifestations publiques et défendit de maltraiter les sujets allemands ou de les gêner dans leurs biens57.

  • 58 Elle avait été fondée à Rio de Janeiro le 7 septembre 1916. Sur ses activités, cf. p. ex. : Correio (...)
  • 59 Federaçâo, 16 novembre et 17 décembre 1917, 1er janvier 1918, etc.

47De multiples cérémonies sont organisées dans les colonies par la Ligue de Défense Nationale58. A São Leopoldo, à Cachoeira, à Cruz Alta, de nombreux descendants d’Allemands participent aux fêtes ainsi qu’aux défilés des écoles et des Tirs de guerre (et même à une fête au profit de la Belgique). D’autres organisent des souscriptions pour la Croix-Rouge brésilienne, d’autres sont volontaires pour lutter dans l’armée59.

  • 60 Cf. Presse d’avril-mai 1917 et Aus dem deutschen Vereinsleben, Uhle Kalender 1917, p. 262-269.
  • 61 Federaçâo, 25 octobre 1918 (Santa Maria Club, à Taquara), 28 novembre 1918 (Club Igreginha), etc.
  • 62 P. ex. saisie de 4.000 almanachs chez Metzler (Federaçâo, 28 janvier 1918). Arrestations (Federação (...)
  • 63 Federação, 14 octobre 1918. Sur l’organisation de la Ligue de Résistance nationale dans le Rio Gran (...)

48Cependant la publicité pour les firmes de nom allemand disparaît de la presse. Cette prudence est révélatrice de leur situation dans le Rio Grande do Sul. Presque toutes les sociétés brésilianisent leur nom : Waldomeister devient Progresso Santacruzense, Evangelischer Asylverein devient Sociedade Evangelica de Asylos, Schützenverein Eintracht devient Sociedade de Atiradores Concordia60 Elles publient leurs statuts en portugais. Cependant certaines d’entre elles inscrivent dans leur programme, à côté des réunions, bals, jeux licites, etc., la lecture de revues et journaux nationaux et étrangers61. R y eut quelques perquisitions de la police (par exemple dans des imprimeries qui éditaient des almanachs en allemand) et quelques arrestations d’Allemands qui s’étaient réfugiés dans les colonies (par exemple celle d’un marin à Cerro Branco)62. La Ligue de Résistance Nationale, fondée à Porto Alegre le 7 octobre 1918, groupe 300 membres, tous luso-brésiliens ; elle a pour buts principaux « d’exciter par le moyen de manifestations patriotiques ou par tout autre moyen à sa portée le sentiment civique des Brésiliens contre la Kultur germanique, d’intensifier par tous les moyens la propagande contre « les ennemis de la Patrie » (par exemple en publiant une liste noire des maisons de commerce, etc.) « et de faire toute propagande pour que l’usage de la langue allemande soit aboli et pour que tous les noms allemands (rues, villes), soient remplacés par des noms nationaux ». Les Luso-Brésiliens sont « les sentinelles de la souveraineté nationale dans l’extrême sud du Brésil, chargés de dompter « le péril allemand né dans les noyaux d’immigration »63.

2. Les conséquences de la guerre

  • 64 Le Brésil s’était limité à envoyer une mission médicale en France et le premier mort fut un médecin (...)

49Les conséquences de la lutte, d’ailleurs symbolique de la part du Brésil64, ont été vite effacées puisque la presse et l’enseignement en allemand furent autorisés à nouveau dès que la paix fut revenue.

  • 65 Lettre du consul de France à Pôrto Alegre au ministre des Affaires étrangères (1919) ; Kuder, Die D (...)

50L’effondrement de l’Empire allemand en 1918 sembla mettre fin au pangermanisme, troubla l’image que les colons teuto-riograndenses se faisaient de l’ancienne patrie et détourna certains d’entre eux du culte qu’ils lui portaient65.

51Cependant sur le plan local et individuel la guerre a provoqué des blessures plus longues à se cicatriser et dont il est malheureusement impossible de bien mesurer la gravité. Elle a surtout montré que le heurt du Deutschtum et de là citoyenneté brésilienne n’était pas seulement une théorie d’école, mais une réalité. H y avait déjà dualisme dans la culture et la situation des Teuto-Brésiliens, ils sont écartelés maintenant entre leur appartenance au Brésil et leur attachement à l’Allemagne : D’autre part les Brésiliens ont senti se relâcher la solidarité de fait qui les attachait aux pionniers de leur agriculture parce que ceux-ci incarnaient le germanisme ennemi.

  • 66 Almeida, Borges de Medeiros, p. 314-315 ; Borges de Medeiros avait été réélu massivement et pratiqu (...)

52L’outrance sans doute électorale des propos favorables à la colonisation germanique que les hommes du gouvernement tenaient peu après révélait qu’ils souhaitaient faire oublier ceux par lesquels ils venaient de dénoncer le péril allemand66.

  • 67 Correio do Povo, â partir du 25 juillet 1924 ; Duarte, O Centenario (hors commerce) ; Petry, Histor (...)

53En 1924 le centenaire de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul avait été célébré officiellement et le gouvernement avait exprimé aux colons sa reconnaissance pour leur contribution à la mise en valeur du pays67.

  • 68 Petry, Historia, p. 82-88, 96-98. (Le Dia do Colono a été institué par le décret no 5591 du 23 ma 1 (...)

54En 1935, reprenant l’initiative du préfet luso-brésilien de São Leopoldo, il décrétait jour férié le 25 juillet, anniversaire de l’arrivée des premiers immigrants à Sâo Leopoldo sous le titre de « Jour du Colon »68, fêté dans tout l’Etat qui célébrait alors le centenaire de la Révolution Farroupilha.

55Ces dispositions semblaient manifester l’oubli des heurts de 1914-1918 ; elles allaient pourtant être suivies de mesures répressives ou préventives extrêmement sévères contre la propagande allemande et la conservation du Deutschtum dans le Sud du Brésil.

b. L’État Nouveau et le National-Socialisme

  • 69 Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 109-110 ; Burton, Swastika and Sigma no Brasil, 1937 ; Lambert, AS C (...)

56Après la crise de 1934 le gouvernement du Président Getulio Vargas instaurait l’Etat Nouveau et la Constitution de 1937 supprimait tous les partis politiques, établissait la représentation corporative, assurait la toute puissance de l’exécutif. Ce gouvernement autoritaire et nationaliste ne pouvait pas ne pas entrer en conflit avec la politique et la propagande allemandes dans le Rio Grande do Sul69.

1. Le noyautage hitlérien

  • 70 Discours du Dr Frick à Gleiwitz le 27 novembre 1937 ; Der Pangermanismus an der Arheit, 1938, p. 2  (...)
  • 71 Souza, Denuncia, p. 26-31 ; Py, A 5a Coluna. Idem, O Nazismo. Ces deux derniers ouvrages sont essen (...)

57Le National-Socialisme, basé sur les notions de Volkstum (nationalité), de Volksge-meinscchaft (communauté nationale) et de superiorité ethniques des aryens, rappelait à la communauté nationale allemande tous les descendants d’émigrants installés à l’étranger70. Au Brésil il agit par la création d’organismes nationaux-socialistes et par le noyautage des sociétés teuto-brésiliennes existantes. Le Rio Grande do Sul devint un cercle (Kreis) du N.S.D.A.P. (Parti national socialiste des travailleurs allemands), avec une organisation complète et autonome, sous la direction d’un chef de cercle indépendant du consul allemand (patrimoine, propagande, instruction, presse et Uschla, c’est-à-dire une police chargée des renseignements et de la coercition à l’égard des hésitants ou des opposants)71. C’est dans les villes et en particulier à Porto Alegre que l’activité nationale-socialiste fut le plus sensible : boycottage des maisons hostiles, collecte pour le secours d’hiver, repas à plat unique, séances d’éducation politique, conférences, manifestations publiques à l’occasion des grandes fêtes.

58Par exemple le 3 mai 1936 le journal luso-brésilien indépendant « Correio do Povo » écrivait, sous le titre « Commémoration du 1er mai par les Teuto-Brésiliens » : « La colonie teuto-brésilienne a célébré avant-hier le jour du Travail par une fête au siège du Turnerbund. Il y avait une énorme assistance et parmi les autorités le représentant du gouverneur de l’Etat, le commandant de la Région militaire (qui a fait un discours pour saluer l’Allemagne), le commandant du port, le représentant du commandant de la brigade militaire de l’Etat, le préfet de Porto Alegre (A. Bins), le préfet de São Leopoldo (Fonseca), divers consuls étrangers. La fête était donnée sous le patronage du Consul d’Allemagne, qui fit un discours et organisée par la Ligue des sociétés allemandes « Union des travailleurs allemands et le Groupe national-socialiste ». Il y eut encore deux discours en allemand, dont celui du chef du groupe national-socialiste, des démonstrations de gymnastique et des danses folkloriques ». Le journal ne donne pas moins de six photographies montrant les autorités, les danses, les jeunes en uniforme, la tribune encadrée par un service d’ordre en uniforme, les drapeaux nationaux-socialistes flanquant une immense croix gammée.

  • 72 Volk und Heimat 1936, p. 129,1938, p. 364, etc. ; Py, O Nazismo, II, p. 153-162. C’est la première (...)

59A côté de ces manifestations spectaculaires, mais probablement sans grand danger puisqu’elles étaient autorisées par le gouvernement brésilien qui y était représenté, la propagande hitlérienne s’effectuait dans tous les domaines, par la presse dite teuto-brésilienne, par la distribution de documents imprimés en Allemagne, par l’octroi de subventions, par le contrôle des écoles privées, par le développement d’un réseau de sociétés annexes : Front allemand du travail, Association de bienfaisance et de charité, Ligue des anciens combattants, Union des femmes allemandes à l’étranger, Société des jeunes filles allemandes à l’étranger et surtout le Cercle de la jeunesse teuto-brésilienne (Deutschbrasilianischer Jugendring) qui organisait des séances de formation de cadres, des camps et des voyages en Allemagne payés par le gouvernement allemand72.

  • 73 Py, O Nazismo, II, p. 123.
  • 74 Py, O Nazismo, II, p. 165-170, 255-260 ; A5a Coluna, p. 232-238 ; Bercht, Grundsatzliche, 1937, 6 p (...)

60Mais l’action la plus décisive du national-socialisme pour assurer son rayonnement sur (tout le Rio Grande do Sul, en particulier sur les colonies, fut l’annexion des anciennes sociétés teuto-brésiliennes. La Deutscher Schützenverein, la Société allemande de tir de Pôrto Alegre, se vit transformer en un tour de main en cellule nazie ; avec elle presque toutes les sociétés teuto-brésiliennes du Rio Grande do Sul (au nombre de 350) furent affiliées au parti et rattachées à la Verband Deutschervereine im Ausland de Berlin Ligue des sociétés allemandes à l’étranger)73. Il n’y eut qu’une dizaine de sociétés pour échapper à cette emprise nazie, dont l’important Turnerbund. A l’Assemblée générale-extraordinaire de cette société en 1937 des Brésiliens descendants d’Allemands s’opposèrent avec fermeté à l’affiliation du Turnerbund au parti national-socialiste et à la Ligue des sociétés allemandes, ce qui provoqua un incident violent74.

  • 75 F. Metzler, Deutsch-Brasilianische Probleme, 1935, 88 p. ; Um Volkstum uni Vaterland, 1936, 43 p. ;(...)

61Il fut suivi d’un redoublement de l’activité du parti nazi dans tous les domaines et d’une longue polémique avec les Teuto-Brésiliens de l’opposition. Or c’est du milieu teuto-brésilien lui-même qu’est partie la résistance aux progrès du nazisme. Certains de ses membres les plus représentatifs publièrent une série d’articles et de brochures définissant leur position. Descendants d’Allemands, ils étaient fiers de cette origine, de la langue qu’ils avaient conservée, de la culture qu’ils avaient héritée de leurs aïeux. Mais Brésiliens, ils entendaient accomplir tous leurs devoirs envers leur patrie et manifestaient un loyalisme total. Ce sont ces brochures qui contiennent les meilleures définitions du Teuto-Brésilien, de sa situation par rapport à l’Allemagne ou au Brésil et du problème de l’intégration civique des descendants d’immigrants75.

62« Conscient de soi le Teuto-Brésilien, fidèle à sa patrie (brésilienne) et à son peuple (allemand) doit se dresser contre chaque attaque dirigée d’une part contre sa patrie et d’autre part contre sa nationalité ; il accomplira avec amour et fidélité ses devoirs envers sa patrie et défendra la culture de sa nationalité.

63Nous ne pourrions pas répondre comme Brésiliens si nous nous sentions membres du peuple de l’Etat allemand. Pour prévenir tout malentendu, nous devrions pour la représentation de la nationalité telle que nous la concevons adopter l’expression « Communauté culturelle ». Nous voulons rester dans l’avenir des Teuto-Brésiliens, c’est-à-dire des Brésiliens conscients et fiers de leur origine allemande. Nous avons dit aussi que dans l’alternative cruelle d’être des Allemands de l’étranger dirigés par l’Allemagne ou des Brésiliens, c’est ce dernier parti que nous choisissons sans hésitation. »

  • 76 Sodza, Denuncia, p. 84 ; Daudt, Brasileiros, p. 217.
  • 77 Py, O Nazismo, II, p. 7-8. Par exemple on a peine & imaginer l’utilisation que la propagande allema (...)
  • 78 L’Intégralisme a été lancé par le Manifesto de Outubro de Plinio Salgado (le 7 octobre 1932) et int (...)
  • 79 Par exemple à Cai le 24 février 1935 ; un intégraliste et deux policiers furent tués, de nombreux m (...)
  • 80 Der Pangermanismus an der Arbeit, p. 6-8. Lambert, As Colonias. Estado de Sâo Paulo, 26 juin 1939 ; (...)

64Ceux qui prenaient cette position n’étaient pas sans courage, puisqu’ils se trouvaient en quelque Sorte exclus de la nouvelle communauté germanique et soumis aux pressions les plus variées par les Allemands et par certains de leurs compatriotes teuto-Brésiliens D’autre part leur fidélité à la langue et à la culture allemandes, affirmée avec autant de netteté que de fierté, inquiétait les autorités brésiliennes qui savaient que la propagande nazie trouvait des échos parmi les « traditionalistes »76. Certains Teuto-Brésiliens pouvaient être attirés par les sergents recruteurs hitlériens justement parce, qu’ils avaient conservé la langue, la culture et sans doute la mentalité allemandes. Cela était redoutable surtout dans les villes où les éléments les plus évolués et les intellectuels étaient sensibles aux transformations de l’Allemagne, à son redressement par rapport à 1918, aux victoires que le national-socialisme remporta dans tous les domaines durant ses premières années. Même en dehors de toute pression, la tentation était forte de resserrer les liens avec une nation aussi prestigieuse77. Il est même possible que certains allemands installés dans le Rio Grande do Sul se soient considérés un temps comme l’avant-garde d’une armée d’occupation, comme les cadres destinés à prendra le pouvoir en s’appuyant sur des Teuto-Brésiliens et sur les éléments intégralistes avec lesquels ils ont eu une certaine communion d’idées78. Pour beaucoup de Brésiliens l’intégralisme était comme une forme locale de l’hitlérisme ou du fascisme, (il n’avait pas reculé devant la violence ni les incidents sanglants79) et lorsque l’Etat Nouveau évolua il traita les intégralistes comme les autres éléments extrémistes80.

  • 81 Diario de Noticias, 24 mars 1942 ; L’opposition des colons aurait découragé les agents nazis ; Pell (...)
  • 82 Petry, O 25 de Julho, p. 17 ; Lettre pastorale de D. J. Becker (Correio do Povo, 17 septembre 1939) (...)

65Malgré l’étendue et l’importance de leurs efforts, les propagandistes du nazisme n’ont pas fait vibrer la population des colonies comme celle des grandes villes, et même dans les colonies les villageois ont été plus sensibles que les paysans81. Soit pour des raisons religieuses, car l’opposition chrétienne au nazisme a été réelle82, soit par souci de leur tranquillité, soit surtout à cause du rythme de la vie rurale et sa lenteur à adopter les nouveautés, les colons n’ont guère suivi le mouvement national-socialiste. Les seuls échos vraiment perceptibles étaient l’exaltation de la race allemande, de la langue allemande, des mœurs allemandes ; cela pouvait renforcer une certaine vanité des colons, mais non pas les soulever d’enthousiasme, enracinés qu’ils étaient au Brésil. Chez les. colons, en effet, ce n’est pas la propagande allemande qui a renforcé la conscience de leur origine germanique par trop évidente et qui a provoqué un regain de ségrégation, c’est le contre-coup des mesures coercitives prises par le gouvernement riograndense à [l’égard de la montée du péril nazi.

2. La réaction brésilienne

  • 83 Lambert, AS Colonias, Estado de Sâo Paulo, 13 juin 1939 ; Py, A 5a Coluna, p. 304-308.
  • 84 Py, O Nazismo, II, p. 49 ; Barbedo, OS Alemães no Brasil, Correio do Povo, 10 avril 1938.

66La protestation contre les premières mesures de nationalisation de l’enseignement primaire et contre la limitation de l’activité des sociétés étrangères, l’utilisation des sociétés affiliées au Verband, l’intense propagande politique, le boycottage des opposants, les procès instruits sur le territoire même du Rio Grande do Sul par la police secrète du parti, le suicide retentissant d’un commerçant anti-nazi à la suite des persécutions. dont il était l’objet, bref « la nette impression de vie allemande »83 donnée par Porto Alegre et par les principales villes des colonies du Rio Grande do Sul provoqua les premières réactions du gouvernement. L’interventor fédéral Daltro Filho venait de confier à la police militaire une large enquête politique et sociale sur l’activité allemande quand la Constitution du 10 novembre 1937 interdit toute activité politique84.

  • 85 Py, O Nazismo, II, p. 50 ; A 5a Coluna, p. 78-94,118-142.
  • 86 Cf. p. ex. Correio do Povo, 4 mars et 30 avril 1938 ; Py, A 5a Coluna, p. 284-303, 323-362.

67La propagande ouverte prohibée, il y eut cependant encore une certaine activité par le canal du consulat et de ses agents, mais la police la limitait à un minimum85. L’expulsion d’Allemands et l’arrestation de quelques meneurs teuto-brésiliens, autour des quelles les-presses teuto et luso-brésiliennes firent sans doute plus de bruit qu’il ne convenait, attirèrent l’attention sur l’aspect répressif de la politique brésilienne86 alors que le gouvernement du Rio Grande do Sul poursuivait un programme de réalisations concrètes et positives destinées à instruire les Teuto-Brésiliens des devoirs que leur imposait la jouissance des droits civiques brésiliens comme à faciliter leur intégration.

  • 87 Souza, Denuncia, p. 74 ; Idem, Discursos (Correio do Povo, 1937-1938) ; Schidrowitz, Rio Grande do (...)

68C’est le Secrétariat d’Etat à l’Education qui fut chargé de la première mission : établir à l’école et par l’école les fondements de la nationalité87. Or les colonies allemandes entretenaient plus de 2.000 écoles privées en 1937, quand le nouveau Secrétaire d’État, Coelho de Souza, commença son action. Il la fit porter dans trois directions : la création du plus grand nombre possible d’écoles dans les zones de colonies, le perfectionnement du réseau scolaire de l’Etat, la « nationalisation » des établissements particuliers.

  • 88 Souza, Denuncia, p. 84 ; Py, O Nazismo, II, p. 50 et sq. ; Correio do Povo 8,13 et 24 avril 1938 ; (...)

69Après avoir poussé la formation de nouveaux maîtres (645 en 1937), c’est dans les colonies qu’il en nomma la plupart, dans les écoles isolées et dans les groupes scolaires créés pendant cette même période (1938-1939). En effet, grâce à l’élévation du budget de l’Education (24.000 contos en 1937, 28.000 en 1938, 33.000 en 1939, 44.000 en 1940, etc.), le nombre des groupes scolaires est passé de 170 en 1937 à 509 en 1942 et celui des écoles isolées de 449 à 509. En 50 ans la République avait construit 30 immeubles scolaires, en 5 ans Coelho de Souza en a construit 127 : 46 dans les chefs-lieux (dont 23 dans les colonies) et 81 dans les zones rurales (dont 66 dans les colonies). Mais c’était une tâche de longue haleine et avant qu’elle ait pu être accomplie, le secrétaire devait passer au troisième point de son programme, la nationalisation de renseignement privé88. Elle commença par les stipulations du décret du 8 avril 1938, dont les principales étaient la déclaration et l’enregistrement obligatoires des écoles particulières ; la création dans ces écoles d’une ambiance de « brasilidade » en éliminant les inscriptions en langue étrangère, les symboles politiques étrangers existants, l’adoption de la langue vernaculaire ; la désignation de professeurs d’Etat pour enseigner dans ces écoles le portugais, l’histoire, la géographie du Brésil et l’éducation civique ; enfin la destitution des directeurs et la fermeture des écoles en cas de violation grave et délibérée du décret de nationalisation.

  • 89 Interview de C. de Souza : Correio do Povo, 6 mai 1938 ; discours : 31 mai, 7 juin, 6 et 29 juillet (...)
  • 90 Voir ci-dessus de 507. A en croire la presse brésilienne de l’époque, le Secrétariat à l’Éducation (...)

70L’intention du gouvernement n’était pas de détruire l’œuvre réalisée par l’initiative privée, mais de l’utiliser et de l’acheminer vers une complète intégration nationale, comme le déclarèrent l'Interventor et le Secrétaire d’Etat89. Mais ils rencontrèrent une résistance fréquente et sans doute coordonnée, sinon dirigée du dehors. Le Secrétaire d’Etat destitue par exemple le prêtre directeur de l’Ecole Normale de Novo Hamburgo90 et divers autres chefs d’établissement, fait expulser de l’enseignement quelques professeurs allemands qui continuaient leur propagande idéologique.

  • 91 Cette mesure fut suivie de la réalisation rapide d’un vaste plan de constructions scolaires 15 octo (...)

71Aussi, lassé de ces violations systématiques, le gouvernement promulgue-t-il le décret du 12 décembre 1938, qui abolit les concessions antérieures et instaure un régime sévère de surveillance des écoles où dorénavant tout l’enseignement devra être administré en portugais exclusivement, dès les classes primaires91. Cette mesure, qui n’a pas été rapportée depuis, a été décisive pour la diffusion de la langue nationale mais a provoqué une vive opposition et laissé une rancœur qui n’est pas encore éteinte.

  • 92 Programa do Governo, Correio do Povo, 16 janvier 1938 et 21 janvier 1938 ; Pereira, Contribuição - (...)
  • 93 Bernardi, 25 de Julho (125e aniversario, p. 45-48) : « Les routes sont plus efficaces que la contra (...)

72C’est la seconde partie du plan gouvernemental, l’intégration économique des colonies, qui a remporté le plus de succès dans tous les domaines. On créa d’abord un réseau routier reliant à Porto Alegre les principales zones de production agricole, peuplées de Teuto et d’Italo-Riograndenses92 Nous avons vu que la route avait été l’instrument d’une véritable révolution économique dans les colonies. Mais son rôle culturel né fut pas moins important : elle contribua en même temps que l’école, et avec plus de spontanéité, à la diffusion du portugais en multipliant les contacts personnels entre colons germaniques et citadins de toute origine, en facilitant la pénétration de la presse nationale, en ouvrant les colonies au tourisme. Bref elle a soudé les colonies au reste de l’Etat93.

  • 94 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 610-632, 710-713 ; Tejo, Contribuição, P.S.P., 3, p. 89-91 ; Lamb (...)

73Le gouvernement poursuivit la réalisation de son programme d’équipement par la création d’organismes d’assistance technique, d’écoles d’agriculture, de centres de sélection et de distribution de semences et de plantes. Il soutint le marché des principaux produits, (encouragea la culture du blé. Les ouvriers des villes bénéficièrent de toutes les mesures sociales, de la législation d’assistance et des établissements médicaux, dispensaires, hôpitaux, etc.94.

  • 95 Dia da Bandeira, Correio do Povo, 25 novembre 1937 ; Déclarations du général commandant la région m (...)
  • 96 Par exemple « Exposiçâo de Brasilidade » da Liga de Defesa Nacional parcourant les colonies (Correi (...)
  • 97 Souza, Denuncia, Lenzi, OS Coloninhos, (principalement p. 18, 37, 48, 56).

74Il prit enfin des mesures d’ordre civique : le service militaire serait effectué dans des villes luso-brésiliennes plus ou moins lointaines, pour que les recrues apprennent à connaître la réalité brésilienne95. Des manifestations publiques, des fêtes, des meetings, des séances cinématographiques étaient organisés par la Ligue de Défense Nationale dans les colonies96 avec la coopération, dans les comités locaux, de Brésiliens d’origine allemande parfaitement assimilés. Pendant la « Semaine de la Patrie » défilaient l’armée, les écoles, les sociétés sportives, les syndicats ; enfin, sur l’initiative du Secrétariat à l’Education, promoteur de la « nationalisation sentimentale », des milliers de petits colons étaient invités à passer cette semaine à Porto Alegre, au palais du gouverneur et dans les familles luso-brésiliennes où ils étaient accueillis avec affection97. Mais cette tentative d’assimilation en douceur fut interrompue par la guerre de 1939-1945.

c. La Seconde Guerre mondiale

75Plus encore que celle de 1914-1918 elle opposa germanophiles et germanophobes.

1. Les circonstances

76Bien qu’au début le Président Vargas ait louvoyé entre démocraties et dictatures, l’énorme majorité de la population et de la presse luso-brésiliennes furent favorables au camp allié. La défaite de la France fut ressentie profondément. La marche des armées allemandes inquiéta le gouvernement.

  • 98 Py, O Nazismo, II, p. 50.
  • 99 Voir Correio do Povo : 11 février 1941, interdiction de 22 journaux ; 4 mars 1941, expulsions ; 28 (...)

77Alors furent rouverts les dossiers accumulés depuis 193798 et les mesures de réprestsion se multiplièrent : interdiction de publier des journaux en allemand, interdiction de parler allemand dans les lieux publics, saisie à domicile de documents en allemand, destruction de bibliothèques allemandes, confiscation des armes de sociétés de tir, arrestations et internements99, Malheureusement certains éléments douteux de la police politique pratiquèrent des violences et des exactions.

  • 100 Correio, 29 janvier 1942, manifestations de la Ligue de Défense nationale à São Leopoldo et Novo Ha (...)

78Comme en 1917 le torpillage de bateaux brésiliens par des sous-marins allemands provoqua des manifestations publiques, une recrudescence de l’espionite, une violente hostilité populaire contre l’Allemagne et les Allemands, le pillage et l’incendie des clubs, des magasins et des établissements allemands de Porto Alegre100.

  • 101 Born, Dia do Colono, Correio do Povo, 26 juillet 1947 ; Idem, Em tomo ao monumento, p. 5-11. Le Cor (...)

79La déclaration de guerre à l’Allemagne le 22 août 1942 aggrava encore la tension. Survenant après la fermeture des écoles privées allemandes, la suppression de la presse en langue étrangère, l’interdiction de parler allemand en public et les perquisitions policières créèrent un climat de méfiance dans les colonies, pourtant pacifiques et loyales101. A cause de leur origine, les colons furent repoussés, malgré eux cette fois, dans le groupe allemand. Les descendants d’immigrants ne se dirent plus Teuto-Brésiliens, c’eût été de la provocation ; les Brésiliens les appelaient « Allemands » et « patates, ».

2. Les conséquences

80La majeure partie des résultats acquis jusque-là dans le domaine de l’assimilation individuelle et psychologique semblait perdue.

  • 102 Willems, Assimilação, p. 110.

81Les Luso-Brésiliens ont représenté l’Allemand comme un homme grand, blond, aux yeux bleus, à la langue rude, buveur de bière, partisan des régimes totalitaires, désireux de conquérir partout le pouvoir social et politique102.

82Sans se voir eux-mêmes comme les Luso-Brésiliens les voyaient, mais rattachés bon gré mal gré à la cause pour laquelle ils souffraient, les Teuto-Riograndenses ont pris conscience d’appartenir à un groupe ethnique passant avant l’Etat brésilien qui les traitait en suspects.

  • 103 Born, Em torno, p. 11 ; Daudt, Brasileiros, p. 219 ; Petry, O 125e aniversario, p. 21 (Não admitimo (...)

83Plusieurs années après la fin de la guerre, malgré l’abolition de la plupart des mesures de circonstance (rétablissement de la presse en allemand, autorisation de parier allemand en public, etc.)103, les colons eux-mêmes gardaient le souvenir profond et pénible de cette période de persécution. La rancœur était plus vive encore dans les villes. Les Teuto-Brésiliens ont eu l’impression d’avoir été traités soit en étrangers soit en citoyens de second ordre dont les droits étaient suspendus par l’arbitraire de l’administration ou de la police.

  • 104 Kuder, Die deutschbrasilianischer Literatur, I.A.A., X, p. 468 ; Pellanda, O Colono, p. 112 ; Wille (...)
  • 105 Freyre, Influencias Antibrasileiras, R.I.C., 1942,3/4, p. 162 ; Born, Em torno, p. 3. « De nombreux (...)

84D’autre part ils se forgèrent une image simpliste du « Luso », politicien, paresseux, vaniteux, métissé, etc.104. En transférant toute leur animosité sur ce type qu’ils éloignaient de leur univers, les Teuto-Riograndenses s’éloignaient eux-mêmes de la communauté brésilienne. Jamais donc l’assimilation n’avait subi une telle régression et n’avait paru aussi profondément menacée105.

85Il est pourtant permis de se demander si le nazisme et la guerre n’ont pas rendu à tous le service de montrer les limites de la question teuto-brésilienne en l’élevant à son période.

3. Etat actuel de la question

  • 106 Lambert, AS Colonias, Estado de São Paulo, 28 mai 1939 ; Idem, Le Brésil, p. 41.

86La guerre a révélé d’abord que la question teuto-brésilienne n’était pas nationale, mais régionale106. Elle ne s’est pas posée au Brésil tout entier, mais seulement dans le Sud où les descendants d’Allemands ont vécu en noyaux isolés ; c’est localement qu’a été créé le mythe de leur infusibilité, par l’installation des immigrants dans des colonies homogènes.

  • 107 Ramos, Introdução, II, p. 556 ; Born, Em torno, p. 11 ; ci-dessus note 101. L’opinion publique en s (...)
  • 108 Daudt, Brasileiros, p. 30-31. Un député italo-riograndense a déposé en 1952 un projet de loi exempt (...)

87En portant la tension à son paroxisme, elle a confirmé le loyalisme des Teuto-Riograndenses ruraux ou citadins107, même quand ils avaient été séduits par l’idéologie nationale-socialiste. Elle n’a pas tellement tracé une ligne de rupture entre les groupes d’origines différentes qu’elle a révélé leur profonde solidarité de fait, non seulement dans le domaine économique mais dans celui de la politique. Elle a enseigné aussi que les causes de cette crise étaient extérieures aux colonies et que les mesures de nationalisation prises par le gouvernement brésilien n’étaient pas dirigées contre les descendants d’immigrants mais contre la menace d’une revendication de l’impérialisme allemand. Or le démembrement du Brésil est encore bien moins concevable aujourd’hui qu’avant la seconde guerre mondiale. Celle-ci a manifesté que si nombre de Teuto-Riograndenses conservaient l’allemand comme langue usuelle, ils n’étaient nullement allemands : ils n’ont jamais pensé à regagner l’Allemagne quand elle était victorieuse et ils ont accepté sans hésiter toutes les obligations de leur citoyenneté brésilienne, y compris le service armé contre les forces de l’Axe108.

  • 109 Cela est d’autant plus normal qu’il y a des différences d’une génération à l’autre (Ave Lallemant, (...)

88A mesure que le souvenir de la guerre s’estompe et que montent les générations élevées dans les nouvelles écoles, la tension tend à s’atténuer. (Voir photo 44, pl. XIV.) Les acquisitions linguistiques se sont multipliées, les coutumes brésiliennes adoptées ont été conservées, la prospérité due à la hausse des prix agricoles pendant et depuis la guerre, l’ascension sociale de leurs enfants, tous ces faits renforcent le sentiment brésilien chez les colons : la position teuto-brésilienne définie par Koseritz avant 1889 ou par Metzler avant 1939 n’est plus guère soutenable109.

  • 110 La Constitution fédérale du 18 septembre 1946 stipule dans son article 168 : « L’enseignement prima (...)
  • 111 L’Ambassade d’Allemagne au Brésil a demandé en 1952 l’autorisation d’ouvrir un cours secondaire et (...)

89Le silence officiel sur la période trouble de la guerre n’est pas un désaveu, mais simplement la manifestation de la volonté de ne pas revenir en arrière et de tenir pour acquis ce qui a été fait. Par exemple, le projet d’amendement à la Constitution riograndense de 1946 pour autoriser l’enseignement primaire en langue étrangère a été repoussé à une majorité écrasante par une Assemblée dans laquelle il y avait des représentants authentiques des colons eux-mêmes110. Il ne semble pas concevable que le gouvernement brésilien puisse cesser maintenant de demander à tous les citoyens d’apprendre et de parler là langue du pays. Cependant la question de la révocation du décret de 1938 a été posée publiquement et elle est reprise régulièrement par la presse teuto-brésilienne111.

  • 112 Willems, A Aculturação, p. 539-540 ; Was ist des deutschen Vaterland, Brasil Post, 2 mars 1957.

90Or le relèvement inattendu et presque prodigieux de l’Allemagne depuis 1945 contraint à concevoir l’hypothèse d’une troisième poussée de pangermanisme qui ferait rejouer les différents concepts d’État, de nation, de peuple, et qui opposerait à nouveau le jus sanguinis au jus soli112. Mais cela serait contraire à l’évolution contemporaine des colonies, au courant de l’opinion riograndense et à l’attitude de l’administration.

  • 113 Discours du Gouvemeur au Centenaire de Rio Pardinho (Correio 22 novembre 1952) ; Discours de G. Var (...)

91Il n’y a plus aucune hostilité officielle à l’égard des Teuto-Riograndenses, surtout à l’égard des colons dont on apprécie à nouveau le labeur et le rôle dans la mise en valeur du pays113. D’autre part, les résultats obtenus par l’enseignement public ainsi que le loyalisme total manifesté par les colons doivent effacer les inquiétudes sur le péril allemand et faire ouvrir de bon gré les portes que les descendants d’immigrants finiront par forcer grâce à leur poussée démographique, à leur prospérité économique, à leur élévation sociale et à leur nouvelle puissance politique.

  • 114 Pellanda, O Colono, p. 112 ; Carneiro, AS Colonies, p. 21 ; Vellinho, Sentido Politico da Cultura R (...)

92Les Teuto-Brésiliens ont assimilé une fraction de la culture locale, mais ils n’ont pas encore été assimilés par le milieu riograndense. Celui-ci, qui s’était conservé presque identique à lui-même depuis 1824 parce qu’il n’avait pas encore ressenti les effets de la greffe d’éléments étrangers, est en train de se transformer114. Le nouvel équilibre ne sera peut-être atteint qu’après diverses oscillations provoquées par le déplacement du centre de gravité riograndense de la Campanha vers les Colonies et vers les villes industrielles.

93C’est sans doute là qu’est le vrai problème de l’assimilation, celui de la réaction des Vieux-Riograndenses devant l’intégration de descendants d’immigrants dans la communauté nationale.

2. LA VIE POLITIQUE

  • 115 Tout d’abord leur statut d’étrangers ou de naturalisés ou de non catholiques leur interdisait toute (...)
  • 116 Carneiro, A sombra dos Estancieiros, Correio do Povo, 5 décembre 1953 ; Franco, Esquema sociologico (...)

94Pendant tout le xixe siècle et presque toute la première moitié du xxe le rôle politique des Teuto-Riograndenses a été à peu près nul115. Les grands propriétaires, d’origine lusitanienne, ont contrôlé toute la politique locale, régionale et parfois même nationale. Leur force a reposé sur la cohésion quasi féodale de l’estancia116. En conséquence les colons ne pouvaient avoir aucune activité politique et sous la République ils ont perdu jusqu’à l’espoir de se faire entendre, car l’on ne s’occupait guère d’eux que pour en obtenir un bulletin de vote favorable au candidat du gouvernement. Comment les colons auraient-ils pu prétendre non pas présenter des candidats à eux mais s’opposer simplement à des candidatures officielles, appuyées sur l’intimidation ou la subornation, quand les « colonels » de l’opposition étaient eux-mêmes obligés de les laisser triompher ? (voir fig. 41, I).

  • 117 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 21.

95Depuis le rétablissement du régime représentatif, la société « traditionnelle » tente de s’insérer dans le cadre des institutions, non sans difficulté, car elle se heurte à la nouvelle population urbaine qui s’est accrue avec la récente industrialisation du Rio Grande et surtout aux masses rurales qu’elle a pu ignorer jusque là, d’une part les Gauchos du peuple, qui ont abandonné entre temps leur impulsivité et leur analphabétisme, et d’autre part les colons, qui ont pris conscience de leur force politique117.

A. L’apathie politique des Teuto-Riograndenses

a. L’ancienne carte électorale

96Conformément à la loi électorale no 35 du 26 janvier 1892 et au décret no 153 du 3 août 1893, le Rio Grande do Sul possédait la représentation suivante : 3 sénateurs, 16 députés au Congrès national, 32 députés à l’Assemblée de l’Etat ; son territoire était divisé en cinq circonscriptions, baptisées cercles ou districts, dont le découpage était caractéristique.

97Le premier district comprenait Porto Alegre, Viamão, Gravatai, Taquara, São Leopoldo, Cai, Montenegro, Bento Gonçalves et Caxias. Le second : Cruz Alta, Torres, Osorio, Santo Antonio, S. F. de Paula, Vacaria, Lagoa Vermelhà, Passo Fundo, Soledade, Palmeira, Santo Angelo, Sâo Luiz Gonzaga, Julio de Castilhos, Sâo Borja, Santiago. Le troisième : Sâo Gabriel, Itaqui, Uruguaiana, Quarai, Alegrete, Livramento, Rosario, São Francisco, S. Vicente, Lavras, Caçapava, Sâo Sepé, D. Pedrito et Bagé. Le quatrième : Pelotas, Rio Grande, Sâo José do Norte, Santa Vitoria, Jaguarâo, Erval, Arroio Grande, Sâo Lourenço, Cangussù, Pinheiro Machado et Piratini. Le cinquième : Cachoeira, Camaquâ, Encruzilhada, Sâo Jeronimo, Triunfo, Taquari, Estrela, Lajeado, Santa Cruz, Santo Amaro, Venancio Aires, Rio Pardo et Santa Maria.

  • 118 Repartiçâo de Estatistica, Relatorio 1899, Estatistica politicoeleitoral, p. 14.

98D’après la révision des listes électorales de 1897118, il y avait 77.996 électeurs inscrits qui se répartissaient les sièges d’une manière d’autant plus inégale que les anciennes colonies étaient divisées entre le1er district (Porto Alegre), le4e (Pelotas) et le 5e (Cachoeira) [Voir fig. 39.] Par exemple les 11.236 électeurs de Taquara, São Leopoldo, Cai et Montenegro étaient noyés dans le premier district parmi ceux de deux colonies italiennes, de deux municipes luso-brésiliens et de Porto Alegre ; les 1.429 électeurs de Sâo Lourenço étaient perdus au milieu des 12.527 électeurs du district de Pelotas ; les 6.842 électeurs de Taquari, Estrela, Lajeado, Santa Cruz et Venancio Aires étaient neutralisés par ceux des municipes d’élevage du district de Cachoeira qui comptait 16.467 électeurs. C’est-à-dire que seul le premier district pouvait arriver à élire quelques députés teuto-brésiliens, rarement plus de deux ou trois, à condition que les mêmes candidats fussent soutenus par les colons et par les habitants de Pôrto Alegre. Bien que les colonies allemandes groupassent au total 24,7 % des électeurs, elles étaient pratiquement réduites au silence politique. La Dépression centrale, la Campanha et le Littoral comprenaient 55,7 % des électeurs (48,1 % si l’on excepte la ville de Porto Alegre) ; les anciennes colonies allemandes et italiennes 27 % ; le Plateau 12,7 %. Autrement dit, au Nord de la Diagonale riograndense il y avait à peine 39 % des électeurs en 1897.

Fig. 39. — La carte électorale du Rio Grande do Sul en
1897
Les colonies allemandes étaient réparties entre plusieurs districts où les électeurs luso-brésiliens constituaient l’énorme majorité.

  • 119 Diretoria da Estatistica, Anno de 1914, Estatistica eleitoral (s.p.). Tableau par districts élector (...)

99En 1914 les proportions des diverses régions étaient encore presque identiques119. Les grandes villes ne groupaient que 12 % des électeurs et Porto Alegre n’en comptait que 5 %. L’ensemble de la Campanha, du Littoral et de la Dépression centrale en totalisait 55 %. Il n’y en avait donc que 45 % au Nord de la Diagonale, répartis entre les anciennes colonies allemandes (19,3 %), italiennes (7,9 %), les nouvelles colonies (6,8 %) et le Plateau central (11 %). Les municipes purement luso-brésiliens comptaient 66 % des électeurs et ceux d’origine allemande 26 %. Ces derniers ne jouaient cependant pas un rôle proportionnel à leur importance numérique : le découpage des districts électoraux retirait aux colons la moitié de leur efficacité politique.

100A la veille de la première guerre mondiale, les huit députés du premier district résidaient à Rio de Janeiro ou à Porto Alegre qui fournissait encore un député au 2e et au 3e districts, deux députés au 4e et au 5e districts ; les autres députés résidaient soit dans les principales villes (Pelotas, Rio Grande, Santa Maria) soit dans les chefs-lieux de municipes ; un seul était domicilié dans un chef-lieu de district (à Barra do Ribeiro, dans la grande banlieue de Porto Alegre). Tous ces députés étaient ou « Doutores » (généralement avocats) ou « Coroneis ». Étaient-ils grands propriétaires qu’ils n’étaient nullement des ruraux. (Voir fig. 41, II)

  • 120 Assembleia, 9a Legislature, 1921-1924.

101De même encore en 1921120 : les huit députés du 1er district étaient de Porto Alegre, ainsi que deux députés élus par d’autres districts ; tous les autres habitaient dans les villes principales de la Campanha (Alegrete, Bagé, Livramento, Uruguaiana) ou de la zone pastorale du Plateau (Vaccaria, Passo Fundo, Cruz Alta, Sâo Borja). Il y avait parmi eux 9 avocats, 4 médecins, 1 pharmacien, 1 banquier, 2 « capitalistes », 4 grands propriétaires, 3 journalistes, 3 industriels, 1 commerçant, 1 cadastreur, 1 magistrat, 1 professeur, 1 prêtre. Aucun d’entre eux ne vivait dans le monde rural.

b. La politique du licou121

  • 121 willems, Assimilação, p. 305.
  • 122 Relatorio do Presidente, 1er juin 1849, isabelle, Emigração e Colonisação, 1850, p. 35.

102En 1849 le maréchal F. J. de Souza Soares e Andrea, Président de la Province, n’avait pas hésité à déclarer devant l’Assemblée législative, « Un des plus grands obstacles qui se sont opposés au développement de l’agriculture et même du peuplement, c’est l’existence de grandes fazendas ou plutôt de grands déserts dont les propriétaires ne s’intéressant, et mal, qu’à l’élevage, ont le droit de repousser de leurs terres les familles pauvres.122. S’il était resté à la tête du Rio Grande, y eût-il développé systématiquement la colonisation, au besoin en démembrant les latifundia par la force ? Mais la questionne se posa jamais sous cette forme sociale, si bien qu’à la fin de l’Empire les grands propriétaires constituaient toujours une classe prospère que l’abolition de l’esclavage ne toucha guère.

  • 123 Reforma, 27 octobre 1875 ; Moraes, 35 e 93, P.S.P., 17, p. 9 ; franco, Em torno do ciclo dos pionei (...)
  • 124 V. N. Leal, Coronelismo : Moraze, Les Trois Ages, p. 95-108.

103La chute de l’Empire mit fin au régime parlementaire qui était soutenu dans le Rio Grande do Sul par le conseiller Gaspar Silveira Martins et qui permettait aux groupes sociaux ou aux intérêts économiques minoritaires de se faire entendre123. Les estancieiros avaient rarement été monarchistes et ils n’avaient consenti au jeu parlementaire qu’en gardant une certaine nostalgie de leur puissance à base territoriale. La proclamation de la a République leur permit de reconquérir la prépondérance politique absolue sous le couvert d’une constitution inspirée par celle des U.S.A. car le régime présidentialiste ne put s’établir et fonctionner que grâce au « coronelismo », c’est-à-dire un système reposant sur les « hommes forts » du monde rural124.

  • 125 Spalding, O Rio Grande do Sul da Independencia, Lanterna Verde, no 8, p. 303.

104Les représentants des colonies étrangères perdirent toute influence dans les nouveaux conseils quand ils n’en furent pas éliminés. Il faut remarquer en effet qu’il n’y a presque pas eu de Teuto-Brésiliens parmi les propagandistes de la doctrine républicaine durant les dernières années de l’Empire ; c’étaient tous des Doutores issus de la classe des estancieiros125. Les journalistes et députés d’origine germanique, F. Haensel (député de 1881 à 1889), Bartholomay (de 1881 à 1883), Koseritz (de 1884 à 1889), Ter Brueggen (de 1887 à 1889), éloignés de la scène politique pour diverses raisons, ne participèrent pas à la Constituante de 1891.

  • 126 Il y a rarement eu plus de trois députés de même origine à l’Assemblée, soit le même nombre qu’à la (...)

105Ils ne furent remplacés à l’Assemblée que par des politiciens de moindre envergure, auxquels la nouvelle Constitution interdisait d’ailleurs les grandes déclarations de principes, les brillantes interventions, et même l’utile travail des commissions d’un Koseritz ou d’un Haensel. D’autre part les députés teuto-riograndenses furent relativement moins nombreux sous la République que sous l’Empire, comme le montre le tableau suivant, tiré des annales de l’Assemblée126.

  • 127 Daudt, Brasileiros, p. 83 ; Fortini, Deputados descendentes de Alemães, Correio, 15 septembre 1951 (...)

106C’est seulement après la première guerre mondiale que le nombre de députés teuto-riograndenses s’éleva et que l’un d’entre eux fut même élu député fédéral (Lindolfo Collor qui devint l’un des pionniers de la législation travailliste au Brésil)127.

  • 128 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 21 ; Russomano, Historia Constitucional, p. 391-418 ; Almeida (...)
  • 129 Escobar, Trinta Annos de Dictadura Riograndense, 1922. Dans le Rio Grande do Sul comme dans le rest (...)
  • 130 Spalding, O Rio Grande do Sul, Lanterna Varde, no 8, p. 306 ; Idem, O Germanismo, Vida Policial, V, (...)

107Si limité qu’ait été le rôle des députés d’Etat sous la première République, le Gouvernement veilla toujours à s’assurer de leur docilité, comme de celle des intendants dont les élections étaient soigneusement préparées et annulées sans hésitation si leur résultat n’était pas conforme à ses prévisions128. Il recourut donc à la candidature officielle (les députés n’étaient assurés de faire carrière que s’ils lui étaient fidèles), à toutes les formes de pression sur les électeurs129, à l’usage d’une caisse électorale130, comme aux marchandages avec les chefs locaux qui faisaient sa propagande (eh allemand) et distribuaient ses bulletins (imprimés en allemand) dans les colonies auxquelles était laissée en échange l’indépendance culturelle. Alors prolifèrent les sociétés et les écoles privées entretenant la connaissance et l’usage de l’allemand comme la conservation des mœurs et des coutumes germaniques, pendant que les candidats du gouvernement étaient élus régulièrement à la quasi unanimité des voix.

  • 131 Assis Brasil était l’auteur du bréviaire des Gauchos républicains : Historia da Republica Riogrande (...)

108Il suffira d’examiner les résultats d’une des dernières élections présidentielles réalisées dans le Rio Grande, celle de 1922 où la compétition fut pourtant plus ouverte que jamais, car en 1917 le Président Borges de Medeiros avait obtenu 99,99 % des voix (100.130 sur 100.143). En 1922 il fut réélu par 106.360 voix sur 138.576, soit seulement 77 % du total. Or si certains municipes de la zone de la Campanha ont voté assez largement pour son adversaire [l’ancien diplomate Assis Brasil, apôtre de l’agriculture en zone de prairie, grand propriétaire qui avait fait un établissement modèle de, son « estancia » de Pedras Altas (Bagé)]131, les colonies, elles, ont voté massivement pour le Président sortant.

  • 132 Correio do Povo, 26 janvier 1928.

109Fait digne de remarque, c’est dans les Anciennes Colonies et dans les plus homogènes des Nouvelles que Borges de Medeiros a obtenu les pourcentages les plus élevés : 95 % à Cai, 96 % à V. Aires, 97 % à Ijui ! C’est à Erechim, colonie récente et mixte, qu’il a obtenu le plus faible : 79 %. Dans l’ensemble des colonies, il a obtenu 88 % des voix, ce qui représente un pourcentage considérable sous un régime non totalitaire ! Il semble bien d’ailleurs que cette adhésion ait été volontaire car c’est la Société Germania de Porto Alegre qui a offert le plus grand banquet d’adieux à Borges de Medeiros quand il céda la présidence à Getulio Vargas en 1928 : 400 couverts, avec de nombreux discours, dont celui de l’archevêque DJ. Becker, exprimant la gratitude des Teuto-Riograndenses132.

Élection Présidentielle du 25 novembre 1922

Élection Présidentielle du 25 novembre 1922
  • 133 Willems. Assimilação, p. 305 ; A Aculturação, p. 525-531 ; Carneiro, AS Colonias, p. 20-21

110C’est à cause de cette attitude des descendants d’Allemands qu’on les a comparés à du bétail électoral (gado eleitoral) et qu’on a parlé de politique du licou (politica de cabresto)133. On avait si bien oublié les leçons d’un Koseritz sous l’Empire que les caporaux électoraux et les candidats eux-mêmes favorisaient ce comportement grégaire grâce auquel, pour la plus grande satisfaction des politiciens de tous ordres et de toute origine, la masse des électeurs teuto-riograndenses n’avait pas pris conscience de sa force latente. L’Etat Nouveau leur imposa silence, ni plus ni moins qu’à tous les autres citoyens. Mais le rétablissement du régime représentatif et l’adoption du Scrutin secret provoquèrent un coup de théâtre électoral en 1945.

B. La prépondérance électorale des citoyens allogènes

a. La nouvelle carte électorale

1. La surprise de 1945

  • 134 Departamento Estadual de Estatistica, Serviço de Estatistica politica e Social. Eleições Federais r (...)

111Les élections fédérales de 1945, qui eurent lieu aussitôt après la chute du Président Vargas, révélèrent une modification de la carte électorale si profonde qu’elle ne manqua pas de surprendre les hommes politiques et les électeurs eux-mêmes, non pas tant par l’accroissement du nombre total d’électeurs, qui a décuplé en cinquante ans, que par leur nouvelle répartition134.

112Des 753.332 électeurs inscrits, 172.011 — soit 22,9 % — se trouvaient dans les trois grandes villes : Porto Alegre (116.058), Pelotas et Rio Grande. La capitale en comptait 15,5 % à elle seule, c’est-à-dire que sa part dans l’Etat avait plus que doublé par rapport à 1897 (7,6 %). Cependant le développement des activités industrielles et l’exode rural que l’on avait pu observer depuis la première guerre mondiale faisaient prévoir cet accroissement de l’importance électorale des grands centres urbains. Mais tout le reste de la Dépression centrale et du Littoral groupait seulement 5,6 % dés électeurs inscrits. Ces deux régions, devenues macrocéphales, ne représentaient plus au total que 28,5 % de l’électorat.

113Ce qui surprit davantage, ce fut le recul de la Campanha, le vieux Rio Grande pastoral où les chefs locaux voyaient se raréfier leur clientèle électorale en raison précisément du régime de grande propriété qui avait assuré leur ancienne fortune politique. La Campanha ne comptait plus que 124.652 électeurs, soit 16,5 % du nombre total. Autrement dit la Campanha, le Littoral et la Dépression centrale ne totalisaient plus que 45 % de l’électorat au lieu de 55 % en 1897, les municipes pastoraux du Plateau 8,5 % au lieu de 11 % ; si l’on en déduit le pourcentage des trois grandes villes, le Rio Grande Gaucho ne représente plus que 30,6 % de l’électorat, pas même le tiers, alors qu’il en représentait 60,8 % en 1897 : sa part a donc diminué de moitié.

114Reprenant la division de la carte électorale en deux zones Nord et Sud, de part et d’autre de la Diagonale riograndensè, nous trouvons maintenant 45 % des électeurs au Sud au lieu de 61 % en 1897, 55 % au Nord au lieu de 39 % ! La raison de cette transformation, c’est le développement démographique des colonies : les anciennes colonies allemandes comptent 22,2 % des électeurs (166.253), les anciennes colonies italiennes 8,1 % (61.231), les nouvelles colonies à prépondérance allemande 16,2 % (122.483), le reste des municipes du Plateau 8,5 % (63.653).

115Les électeurs inscrits dans les municipes d’origine germanique ne représentaient rien moins que 38,4 % du nombre total. R y a maintenant parmi les électeurs ruraux, qui avaient toujours constitué la principale masse de manœuvres, plus d’agriculteurs que d’éleveurs, plus d’allogènes que de Luso-Brésiliens. Le nouvel intérêt des colons pour la politique se révélait aussi à la faiblesse du pourcentage des abstentions dans leurs municipes.

  • 135 Departamento Estadual de Estatistica, Serviço de Estadsdca politica e social. Eleições para Governa (...)

116Cette accession brutale de l’électorat allogène et son influence sur les élections de 1945 provoquèrent un sursaut du reste de l’Etat, comme le montre l’examen de la carte électorale de 1947135. (Voir fig. 40.) Le nombre des électeurs inscrits est passé en deux ans de 753.332 à 806.893, il a donc augmenté de 7 %, soit proportionnellement plus que l’ensemble de la population. L’effort civique qui en est la cause se mesure aux modifications apportées aux pourcentages des diverses régions : la part de la Campanha, du Littoral et de la Dépression centrale est remontée à 33,4 %, celle des anciennes colonies allemandes et italiennes tombée à 36,8 % et celle de la zone Nord à 49 %. C’est la marque de la tentative avouée ou inavouée de l’ancienne majorité pour compenser le poids sous lequel s’est inclinée la balance électorale. Mais si le nombre des électeurs inscrits dans la zone Sud a pu augmenter, la force numérique des électeurs d’origine coloniale a été comme multipliée par leur cohésion sociale et ethnique. Encore ne comptons-nous que l’électorat rural, négligeant faute de statistiques la contribution des électeurs de même origine inscrits dans les grandes villes ou dans les municipes où les descendants d’allemands se trouvent en diaspora. Les résultats des élections législatives de 1947 manifestèrent bien l’importance électorale des Teuto-Riograndenses.

Fig. 40. — La carte électorale du Rio Grande do Sul en
1947
Les colonies groupent presque la majorité des électeurs. (A rapprocher de la figure 17.)

2. La force électorale des agriculteurs.

  • 136 Departamento Estadual de Estadsdca, Serviço de Estatistica politica e social, Estadsdca Eleitoral, (...)

117Il n’est pas sans intérêt de comparer le nombre et le pourcentage des électeurs inscrits dans l’ensemble de l’Etat et dans les ex-colonies allemandes en 1954136. Il y a dans le Rio Grande 1.224.194 électeurs inscrits, soit 27,03 % de la population. Voici le nombre des électeurs inscrits dans les colonies et les pourcentages de la population qu’ils représentent :

118Les municipes nés des anciennes colonies allemandes groupent 18,9 % des électeurs de l’Etat, ceux nés des nouvelles 17,4 %. Ils en totalisent donc plus de 36 %. Encore comme on peut l’observer sur le tableau ci-dessus, le pourcentage des électeurs inscrits ne dépasse-t-il celui de l’Etat que dans les plus anciennes colonies, et lui est-il inférieur dans les plus récentes du Piedmont et du Plateau, où les municipes étaient plus vastes et où la vie pionnière a sans doute jusqu’ici détourné du forum une partie des ruraux. Nul doute que leur prépondérance déjà manifeste ne s’accentue dans les prochaines décennies.

119Certes les districts électoraux de 1892 ont été remplacés par une circonscription unique, l’Etat ; certes les élections se font au scrutin de liste avec représentation proportionnelle. Mais il est possible de tracer sur la carte électorale les diverses zones d’influence politique : tel municipe rural agricole assure à lui seul l’élection d’un député, voire de plusieurs. Nous examinerons pour cela les résultats des élections qui ont eu lieu depuis le renversement de l’Etat Nouveau et, pour la première fois dans l’histoire du Rio Grande do Sul, au bulletin secret.

b. Les récentes élections137

1. 1945

120Les premières élections libres eurent lieu le 2 décembre 1945 pour la désignation du Président de la République (général Dutra 447.517 voix), de deux sénateurs (Gétulio Vargas 461.913 voix et Ernesto Dornelles 460.133) et de 22 députés à la Chambre Fédérale. R y avait eu 607.902 votants dans le Rio Grande do Sul.

121Un Teuto-Brésilien fut élu député : G. Englert, commerçant, descendant d’une famille qui s’était déjà illustrée dans la politique. Il avait d’ailleurs obtenu le nombre le plus élevé de voix (52.431 soit presque deux fois le quotient électoral — 27.631) grâce au vote massif des colonies. Dans le seul municipe de Venancio Airés il avait obtenu 10.088 suffrages sur 17.064 exprimés et 13.521 accordés à son parti. Les colonies allemandes lui en ont encore apporté : Cachoeira 1.182 ; Cai 1.026 ; Candelaria 1.058 ; Carasinho 942 ; Sarandi 236 ; Cruz Alta 2.213 ; Estrala 2.536 ; Ijui 2.654 ; Lajeado 4.311 ; Montenegro 2.178 ; Santa Rosa 1.982 ; Santo Angelo 1.172 ; Santo Antonio 545 ; Novo Hamburgo 2.842 ; Sâo Luiz Gonzaga 3.057 ; Sobradinho 1.097 ; Porto Alegre 3.919.

122S’il recueillit un nombre important de voix dans les municipes d’origine germanique, il n’en obtint par contre aucune dans les municipes luso-brésiliens : zéro à Dom Pedrito, Lavras, Jaguarâo, Arroio Grande, Pinheiro Machado, Quarai, Santa Vitoria, Santiago, Uruguaiana ; 2 à Cangussu, Piratini ; 4 à Bagé ; 5 à Alegrete, Sâo Francisco de Assis, Sâo Gabriel, Cacequi ; les électeurs lusos n’ont donc pas voté pour le candidat teuto. De leur côté les électeurs teutos ont apporté au parti auquel appartenait Englert assez de voix pour faire élire au moins un deuxième député de même origine, mais ils n’étaient pas conscients de leur force et ils ont laissé le bénéfice de leurs voix à d’autres candidats d’origine luso-brésilienne. En effet, à l’exception de Englert et de Faraco (italo-brésilien élu 7e), tous les députés étaient luso-brésiliens.

123Cependant se manifestèrent déjà certaines influences géographiques et sociologiques : seuls quelques candidats connus pour avoir occupé auparavant des positions politiques ou administratives importantes reçurent des suffrages dans toutes les régions (Costa, Rocha, Luzardo, Fontoura, Pilla). Pour les autres intervinrent les votes massifs de districts déterminés : Faraco reçut un grand nombre de voix dans les colonies italiennes ; Fonseca, ancien préfet de Sâo Leopoldo, en obtint dans les trois municipes de São Leopoldo, Novo Hamburgo, Taquara, plus de'12.000 sur 23.500. Qu’elles se fussent portées sur un candidat teuto-brésilien et c’eût été un député de plus élu par les colons. Ce qu’on peut remarquer, c’est le petit nombre de voix communistes dans les colonies où les électeurs étaient pourtant très montés contre le nationalisme gouvernemental. Le seul député communiste élu, L. C. Prestes, a eu 11.847 voix (14e rang) dont 276 à Cachoeira, 1 à Cai, 0 à Candelaria, 81 à Carasinho, 2 à Cruz Alta, 9 à Marcelino Ramos, 11 à Estrelà, 1 à Ijui, 3 à Lajeado-Arroio do Meio, 38 à Montenegro, 1 à Getulio Vargas, 3 à São Leopoldo, 0 à Santa Cruz, 41 à Santa Rosa, 330 à Sâo Leopoldo, 24 à Novo Hamburgo, 8 à Sâo Luiz Gonzaga, 3 à Sobradinho, 16 à Taquara ; en résumé aucune voix dans les municipes ruraux, 600 voix seulement dans les municipes possédant d’importants centres industriels, comme Sâo Leopoldo et Cachoeira.

  • 138 Voir ci-dessus p. 555, note 125.

124Les députés élus sont 9 hommes politiques déjà célèbres avant l’Etat Nouveau, 8 avocats, 2 militaires, 1 magistrat, 1 économiste, 1 commerçant. 10 députés résident à Porto Alegre, 4 à Rio, les autres dans quelques villes de l’intérieur, Cachoeira, Sâo Leopoldo, Pelotas, Uruguaiana, Bagé, Passo Fundo. Ces élections ayant représenté une sorte de surprise, la composition de la députation du Rio Grande do Sul ressemble beaucoup à celle de la période precedente138.

2. 1947

125Mais les élections du 19 janvier 1947 à l’Assemblée de l’Etat marquent un tournant décisif. 55 députés ont été élus par 553.733 votants. Seuls les deux premiers députés dépassaient le quotient électoral ; par le jeu des listes le dernier a été élu avec 1.809 voix, ce fut donc le nombre minimum de voix nécessaires à une élection. Ainsi 46 députés (83,6 % du total) ont été désignés en fait par un seul municipe, qui peut être considéré comme le fief de chacun d’entre eux. Autrement dit, malgré le scrutin de liste à l’échelle de l’Etat, 4 députés sur 5 représentent une circoncription déterminée. Ces 46 sièges se répartissant de la manière suivante : 6 dans la Campanha, 9 dans la Dépression centrale, soit 15 au Sud de la Diagonale et 31 au Nord, plus du double. Parmi ceux-ci, 2 seulement ont été pourvus par des municipes luso-brésiliens, et 29 par les colonies, 14 dans les anciennes (9 teuto-brésiliennes et 5 italo-brésiliennes) et 15 dans les nouvelles.

126Cela permet de dresser une nouvelle carte politique, tenant compte non seulement du nombre des électeurs, mais de leur répartition ethnique et professionnelle. (Voir fig. 40 et 41.) A côté des 6 villes industrielles (Rio Grande, Pelotas, Porto Alegre, Sâo Leopoldo, Novo Hamburgo, Caxias), il y a une zone luso-brésilienne d’élevage sur la prairie de la Campanha, de la Dépression centrale et du Plateau, enfin quatre zones agricoles : les anciennes colonies allemandes et italiennes, les nouvelles colonies à prépondérance allemande à l’Ouest et italienne à l’Est. Elles représentent donc la principale force électorale puisqu’elles ont une densité de population et une cohésion ethnique incomparablement supérieures à celles de la Campanha où l’électorat luso-brésilien est divisé par le jeu des partis, tandis que dans la zone Nord il y a prépondérance de la personne sur le programme.

  • 139 Voici la liste des députés élus en 1947 : Brochado da Rocha, Metzler, Gobatto, Fontoura, Pereira de (...)
  • 140 Correio do Povo, 8 décembre 1946, 13 décembre 1946, 3 janvier 1947 ; Diario de Noticias, 3 janvier (...)

127Une autre preuve de cette influence ethnique se trouve dans la composition de la députation139 Il n’y a que 31 députés luso-brésiliens, soit 56 %, alors que la population luso-brésilienne représente presque 70 % de la population totale ; les députés * italo-brésiliens sont au nombre de 7, soit 12,7 % ; il y a 17 députés teuto-brésiliens, soit 31,3 % tandis que la population teuto-brésilienne ne dépasse guère les 21 % de celle du Rio Grande do Sul. L’influence électorale des colonies et surtout des colonies teuto-brésiliennes est plus que proportionnelle à leur importance démographique. Cela explique qu’au lendemain même de la guerre et de la campagne de nationalisation menée par le Gouvernement, des candidats aient fait des discours et distribué des tracts en langue allemande140.

128Certes la majorité des députés teuto-riograndenses ont fait des études supérieures. (6 avocats, 2 médecins, 1 professeur, 1 chimiste, 1 employé de banque) et ils ont sans doute été élus par les colons à cause de l’ascendant que leur culture leur donne, mais ils ont été choisis parmi ceux des descendants de colons qui vivent encore. dans les colonies. 4 seulement résident à Porto Alegre et 1 à Estéio, mais 3 d’entre eux ont longtemps vécu dans les colonies ; les autres viennent des chefs-lieux des colonies et principalement des anciennes colonies : 2 de Sâo Leopoldo, 1 de Novo Hamburgo, 2 de Santa Cruz, 2 de Lajeado, 1 de Cachoeira, 1 de Sâo Lourenço ; 2 seulement des nouvelles colonies de Passo Fundo et Carasinho.

129Ce qui n’est pas moins caractéristique, c’est que chacun d’entre eux aurait pu être élu par le seul municipe de sa résidence :

Metzler, Novo Hamburgo

2.004

voix

Hildebrandt, Santa Cruz.

4.808

N. Jost, Sâo Lourenço

3.272

Michaelsen, Cai

1.507

—, Montenegro

1.192

Roesch, Cachoeira

3.911

Campani, Cai

1.153

—, Montenegro

529

—, Vallée du Taquari

725

Schmidt, Sâo Leopoldo

1.839

G. Sperb, Sâo Leopoldo

2.311

Graef, Passo Fundo

648

—, Carasinho

472

Ohlweiler, Porto Alegre.

1.692

voix

Born, Lajeado

1.186

Werlang, Santa Cruz

1.812

Closs, Carasinho

1.604

130Quatre exceptions : ont été élus par des suffrages répartis dans tout l’Etat, Volkmer et Schneider ; par Porto Alegre et Lajeado, Braun ; par Porto Alegre et diverses colonies, Krieger. Volkmer et Braun sont d’anciens représentants corporatifs ; Schneider et Krieger sont d’anciens hommes politiques connus dans tout l’Etat.

131Enfin le caractère ethnique des élections apparaît nettement par la comparaison de quelques fichés d’élections. Parmi les députés élus avec le maximum de voix, celle d’un Teuto-Brésilien, banquier (7.716 voix) et celle d’un Luso-Brésilien, commerçant [6.922 voix]. (Voir fig. 41, pl. V et VI). Ils ont à peu près le même-nombre de voix à Porto Alegre, 542 et 528. Mais le teuto a surtout obtenu des suffrages dans 14 municipes possédant des noyaux de colonisation allemande et aucun dans 29 municipes luso-brésiliens. Mais le candidat luso, qui a eu des voix dans un grand nombre de municipes lusitaniens, n’en a eu que très peu dans les colonies allemandes et italiennes. L’influence ethnique peut être prouvée plus nettement encore par l’étude des fiches des députés élus avec le minimum de voix : Closs a obtenu 1.604 voix à Carasinho et 300 voix dans 6 autres municipes germaniques, aucune ailleurs ; A. Silva Filho a obtenu 1.196 voix à Taquari, 331 à Porto Alegre, 268 à Santa Maria et 133 voix dans 5 municipes lusitaniens, aucune ailleurs. Quant au député Mincarone, il a obtenu 4.931 voix dans 2 municipes italiens, 1.031 dans 19 autres municipes, aucune en dehors des colonies italiennes.

132Bref pour la première fois dans l’histoire du Rio Grande do Sul la carte électorale était calquée sur celle de l’origine ethnique des habitants. Les élections qui ont eu heu depuis n’ont fait que confirmer d’une part le mouvement d’indépendance des colonies dans le choix de leurs représentants et d’autre part leur influence décisive sur les élections à l’Assemblée législative de l’Etat.

  • 141 Tribunal régional eleitoral, Votaçãopor distrito dos candidatos ao Governo do Estado..., 19 janvier (...)

133Cette même influence se retrouve dans l’élection du Gouverneur141. Trois candidats s’affrontaient : un Luso-Brésilien favorable au régime parlementaire, présenté par l'U.D.N. et le P.L., c’est-à-dire des partis socialement conservateurs s’appuyant sur l'électorat traditionnel de la Campanha ; un Italo-Brésilien travailliste ; un Luso-Brésilien social démocrate, appuyé par le Président de la République Dutra. C’est le dernier qui fut élu. Marié à une Teuto-Riograndense, il n’avait pas hésité à distribuer des bulletins de propagande en Allemand et à demander au cours de sa campagne le concours de Teuto-Riograndenses connus, comme Volkmer, qui prononça alors des discours électoraux en Allemand. Les candidats obtinrent respectivement 105.152, 209.164 et 229.129 voix. Il sera donc intéressant de comparer leurs situations dans les municipes nés des principales colonies germaniques :

Municipes

Jobim

Pasqualini

Costa

Arroio do Meio

2 152

591

1 465

Cai

4 130

2 395

1 006

Estrela

2 482

1 221

2 066

Lajeado

3 554

1 328

1 691

Montenegro

3 994

2 898

2 817

Novo Hamburgo.

2 435

1 784

1 216

Santa Cruz

5 493

1 978

2 692

Sâo Leopoldo

5 776

4 015

2 717

São Lourenço

2 529

856

456

Taquara

3 333

1 580

1 960

Taquari

1 814

581

1 619

V. Aires..

2 472

637

926

Candelaria

1 688

334

575

Sobradinho

2 540

430

286

ljui

3 427

1 608

1 414

Santa Rosa

3 878

2 711

2 383

Santo Angelo

4 409

3 066

798

Sâo Luiz Gonzaga

5 122

2 470

921

Tres Passos

2 760

1 162

377

Sarandi

3 090

1 328

467

Erechim

6 009

7 386

890

134Des suffrages exprimés dans ces municipes, 52 % se sont portés sur Jobim, 28 % sur Pasqualini et 20 % seulement sur Costa. Il est d’ailleurs remarquable que plus la colonie est ancienne et purement germanique, plus est élevé le pourcentage de Jobim, à la fois candidat du parti au pouvoir à Rio de Janeiro et favorable aux Teuto-Riograndenses. La seule des colonies mixtes où Pasqualini l’emporte est celle d’Erechim où les Allemands ne constituent guère plus du quart de la population et où les Italiens sont en majorité. Eux aussi ont voté ethnie avant programme, comme les colons des anciennes colonies italiennes :

Municipes

Jobim

Pasqualini

Costa

Bento Goncalves

1 364

2 909

576

Caxias

3 702

7 053

1 416

Encantado

1 365

2 645

518

Farroupilha

883

1 796

401

Fl. Cunha

1 158

1 531

189

Garibaldi

1 322

2 571

554

Veranopolis

1 574

1 689

110

Jaguari

938

1 171

591

135Pasqualini a obtenu 56 % des voix, Jobim 32 % et Costa 12 % seulement. Si l’on excepte les grandes villes, celui-ci n’a obtenu plus de 2.000 voix que dans 11 municipes dont 5 dans les anciennes colonies allemandes et 6 en zone luso-brésilienne :

Municipes

Jobim

Pasqualini

Costa

Alegrete

1 741

1 943

2 426

Bagé

3 470

3 775

2 413

D. Pedrito

1 449

612

2 161

Livramento

2 972

3 520

2 030

Osorio.

1 609

1 321

2 224

P. Fundo

3 648

4611

2 879

136Même dans ces municipes, c’est lui qui a le plus faible pourcentage des voix (32, % contre 33 % à Jobim et 35 % à Pasqualini). Dans certains de ces municipes comme dans quelques autres de la Campanha, moins populeux, il a obtenu plus de voix que l’un ou l’autre de ses adversaires, et dans ces municipes il a un pourcentage plus élevé que dans les zones germaniques et italiennes. Mais ces résultats sont significatifs ; si 65 % des voix se sont portées sur les 2 candidats d’origine lusitanienne, elles se sont réparties presque également entre eux. On peut mesurer par cette division des bulletins le rôle de la politique pure, toujours beaucoup plus sensible en zone lusitanienne. Cela contribue à expliquer le recul électoral du Vieux Rio Grande devant l’afflux et la cohésion ethnique des électeurs d’autre origine.

3. 1950

  • 142 Voici la liste des députés élus en 1950 : Brizola, Santos, Carrera Machado, Dipp, Grafulha, Gomes S (...)

137Les résultats globaux des élections de 1950 ont été les suivants : sur 55 députés, 31 sont d’origine lusitanienne, 13 allemande, 9 italienne, 1 espagnole et 1 suédoise142, c’est-à-dire que les Luso-Brésiliens fournissent 56,3 % et les descendants d’immigrants 43,7 % des députés (teutos 23,6 %, italos 16,3 %, autres 3,8 %). On peut noter d’ailleurs un léger progrès des Italo-Brésiliens et un léger tassement des Teuto-Brésiliens par rapport à 1947.

138La partie méridionale de l’Etat (Littoral, Campanha, Dépression centrale) a élu 23 députés dont 17 luso ; 3 teuto ; 2 italo ; 1 hispano-brésilien. Elle conserve sa majorité luso-brésilienne traditionnelle, mais son efficacité électorale (41 %) n’est que les deux tiers de celle de la zone septentrionale (59 %), qui a élu 32 députés, (dont 14 lusitaniens, 10 allemands, 7 italiens et 1 suédois). L’influence des descendants d’immigrants se fait sentir davantage dans la partie nouvelle que dans la partie traditionnelle du Rio Grande. Sachant que le dernier élu a obtenu 2.292 voix, nous pouvons considérer ce nombre comme le minimum nécessaire à l’élection d’un député par une circonscription.

139Porto Alegre a élu 4 députés dont 3 luso-et un teuto-brésilien. Le reste de la zone méridionale en a élu 17 : Pelotas 5 (4 luso-, 1 italo-brésilien) ; Rio Grande 3 (luso-brésiliens) ; Alegrete 2 (1 luso-et 1 hispano-brésilien) ; Bagé 1 (luso-brésiben) ; São Borja 1 (luso-brésilien) ; Santa Maria 1 (luso-brésilien) ; Cachoeira 1 (luso-brésilien) ; Santo Antonio.1 (italo-brésilien) ; São Lourenço 1 (teuto-brésilien) ; Guaiba 1 (teuto-brésilien). L’ancienne influence de la Campanha se manifeste en ce que sur 23 députés élus par la région Sud 17 l’ont été en dehors de Porto Alegre et avec une nette prépondérance luso-brésilienne.

140Mais c’est dans la zone Nord que les résultats sont les plus intéressants. De ses 32 députés, 23 peuvent être considérés comme l’élu d’un seul municipe (9 allemands, 6 italiens, 1 suédois et 7 lusitaniens seulement). La prépondérance des descendants d’immigrants est nette. Encore 2 des 7 députés lusos ont-ils été élus par les Allemands à Montenegro, 1 par les Italiens à Caxias et 2 dans les municipes mixtes de Passo Fundo et Santo Angelo. Avec un peu plus de cohésion, les Italo-Brésiliens auraient pu élire 8 députés au lieu de 6 et les Teuto-Brésiliens 12 au beu de 9. Voici la répartition de l’efficacité électorale dans la zone septentrionale.

141 Anciennes colonies allemandes : Montenegro 2 (luso-brésiliens) Santa Cruz 2 (teuto-brésiliens) ; Lajeado 1 (teuto-brésilien).

142 Anciennes colonies italiennes : Caxias 2 (1 luso-brésilien et 1 italo-brésilien) ; Encantado 1 (italo-brésilien) ; Guaporé (1 italo-brésilien).

143 Nouvelles colonies à prépondérance allemande : Ijui 1 (teuto-brésilien) ; Santa Rosa 2 (1 teuto-brésilien et 1 suèdo-brésilien) ; Santo Angelo 2 (1 luso-brésilien et 1 teuto-brésilien) ; Carasinho 3 (2 teuto-brésiliens et 1 italo-brésilien).

144 Nouvelles colonies à prépondérance italienne : Erechim 2 (italo-brésiliens) ; — Zone d'élevage : Vaccaria 1 (luso-brésilien) Palmeira 1 (luso-brésilien). (Voir fig. 41, IV.) On peut donc parler du député d’Ijui ou de Lajeado, comme de celui de Vaccaria ou de Guaporé, c’est-à-dire qu’un député représente soit des éleveurs, soit des cultivateurs, soit des producteurs de tabac (Santa Cruz), de maïs ou de graisse (Lajeado, Ijui, Santa Rosa, etc.). Les députés eux-mêmes ont si bien senti cette influence qu’ils ont tendance à oublier le mode de scrutin suivant lequel ils ont été élus et à se prendre pour les représentants d’un district ou d’un groupe déterminé, comme leurs interventions à la tribune le révèlent.

  • 143 Elections du 3 octobre 1950, à la Chambre fédérale
    CIRCONSCRIPTIONS
    1. Pôrto Alegre.
    2. Pôrto Alegre.
    3
    (...)

145Bien que cette influence soit moins sensible dans les élections à la députation fédérale qui ont lieu en même temps, il est intéressant d’en examiner les résultats. Sur 22 députés il n’y en a que 4 teuto-brésiliens et 4 italo-brésiliens (soit 18,1 %) et 14 luso-brésiliens (soit 63,8 %). La prépondérance luso-brésilienne est plus sensible que dans la représentation à l’Assemblée législative de l’État, elle est due à la survivance de l’ancienne habitude des colons d’être représentés auprès du pouvoir central par des Luso-Brésiliens dont ils espèrent qu’ils leur soient favorables. Il n’y a pratiquement pas de député fédéral élu par un seul municipe, parce que le quotient électoral est de 32.329 pour 22 députés au lieu de 12.895 pour 55 députés locaux. L’influence de l’origine ethnique du corps électoral a pourtant joué dans le même sens que pour les élections législatives riograndenses143.

Fig. 41. — Les résultats des élections d’un siècle à l’autre
On peut observer le renversement des rôles respectifs des électeurs lusos et teuto-riograndenses : à la prépondérance de la Campants a succédé celle des Colonies. On peut remarquer aussi l’influence de l’origine ethnique des candidats sur la répartition des voix qui les ont élus.

146Les députés teuto-brésiliens ont obtenu le plus grand nombre de voix dans les municipes de population teuto-brésilienne et le plus petit dans les municipes luso-brésiliens et italo-brésiliens. Les députés italo-brésiliens ont obtenu le plus grand nombre de voix dans les municipes de population italo-brésilienne et le plus petit dans les municipes teuto-brésiliens et luso-brésiliens. Les députés luso-brésiliens ont obtenu le plus grand nombre de voix dans les municipes luso-brésiliens.

147On peut d’ailleurs noter une certaine influence des personnalités à l’intérieur de l’ethnie. Seuls les hommes politiques déjà connus obtiennent des voix dans presque tous les municipes, par exemple Metzler et Jost parmi les Teuto-Brésiliens, Souza parmi les Luso-Brésiliens. Les autres candidats reçoivent le plus grand nombre de bulletins dans la zone de leur résidence ou dans les municipes où ils ont joué un rôle économique, social, administratif. Ainsi un candidat peut très bien ne recevoir aucune voix dans un municipe de même ethnie situé à 400 kilomètres de sa zone d’influence, indépendamment de l’accueil fait au programme de son parti.

148Mais il est rare que l’influence de la personnalité efface celles de l’origine et de la solidarité ethnique. Parfois même elle les renforce. L’exemple le plus intéressant est celui de M. Coelho de Souza, l’ancien Secrétaire d’Etat à l’Education qui a conçu et appliqué la politique de nationalisation de l’enseignement. Il a été élu au 16e rang avec un assez grand nombre de voix (12.040) provenant de tous les municipes, mais il n’en a obtenu que 6 % (758) dans 17 municipes teuto-brésiliens. Les électeurs ne suivent pas seulement des intérêts de classe mais les expériences, les tendances ou les aversions de leur groupe ethnique.

4. 1954

  • 144 Tribunal regional eleitoral, Relatorio apresentado pela Comissão Apuradora das Eleições de 3 de out (...)

149Les élections législatives de 1954 confirment les progrès de l’électorat rural d’origine coloniale144. Il y avait 827.732 votants et le quotient électoral était de 15.050. Le dernier député élu avait obtenu 2.337 voix. Sur les 55 députés élus 14, soit 25,4 % sont d’origine germanique et 7, soit 12,7 % d’origine italienne ; si les Italiens ont légèrement reculé par rapport à 1950, en revanche les Allemands gagnent un siège.

150La proportion des députés allemands est supérieure à celle des candidats (19 %) tandis qu’elle lui est légèrement inférieure chez les Italiens (16 %). Ce qui est le plus remarquable c’est que chaque parti, reconnaissant cette importance, a inclus des Teutobrésiliens dans sa liste :

  • 145 Correio do Povo, 15,16 et 19 octobre 1954.

151Huit députés teuto-riograndenses ont été élus sous l’étiquette des deux principaux partis et six sous celle des quatre autres. Le « Departamento de Estatistica » n’ayant pas publié les résultats individuels par municipe, il ne nous a pas été possible de poursuivre l’étude géographique pour ces élections législatives et nous devons nous en tenir aux informations données par la presse au moment du scrutin145. Malgré l’accroissement des masses citadines, les grandes villes n’ont pas joué un rôle décisif dans les élections, car les voix s’y sont réparties entre trop de candidats (318) : Porto Alegre n’a pu choisir aucun député, devenant pour la première fois dans l’histoire politique riograndense un « no man’s land ». On a pu observer aussi que rares étaient les députés élus par une classe urbaine déterminée, malgré les services rendus ou les promesses faites par certains candidats aux groupes professionnels ou sociaux dont ils espéraient les bulletins. D’autre part beaucoup de députés ont été élus par les municipes ruraux, mais on observe que peu d’entre eux habitaient dans les districts ; c’est généralement un homme influent résidant au chef-lieu du municipe qui a été choisi. Enfin, et c’est le trait le plus important, le Littoral, la Dépression centrale et la Campanha ont encore perdu des positions par rapport à la région coloniale « qui a nommé plus de députés que n’importe quelle autre zone de l’Etat ». La prépondérance des citoyens allogènes est donc confirmée par les commentateurs riograndenses eux-mêmes.

  • 146 Il appartient à une famille très connue dans tous les milieux politiques riograndenses. Il est méde (...)

152Nous pouvons examiner maintenant les résultats détaillés de l’élection du Gouverneur en 1954, disputée par 4 candidats, 2 Italo-Brésiliens, 1 Luso et 1 Teuto. C’est un des Italo-Brésiliens, ancien préfet de Porto Alegre et porté par une coalition de partis d’opposition à la Présidence de la République (alors occupée par Vargas), qui l’a remporté : Meneguetti a obtenu 386.821 voix contre 356.183 à Pasqualini, 7.396 à Rocha et 71.110 à Metzler, seul candidat d’origine germanique. (Il était député sous la législature précédente, mais l’étiquette extrémiste de droite, sous laquelle il se présentait [P.R.P.] ne lui permettait pas d’être élu)146. Quoi qu’il en soit la répartition de ses suffrages (71.110) correspond à celle des électeurs de même origine. C’est dans les colonies allemandes qu’il a obtenu le maximum de bulletins :

153Alors que ce candidat n’obtenait que 1.377 voix à Porto Alegre, les municipes nés de colonies allemandes ou comprenant des noyaux allemands lui en apportaient 59.638, soit 83,8 % du total auquel il est parvenu ; tous les autres municipes réunis ne lui en donnaient que 11.5 %. Il suffit de rapprocher de ces résultats ceux qu’a obtenus le candidat d’origine lusitanienne, malchanceux il est vrai. Dans ces mêmes municipes il n’a reçu que 2.194 suffrages, soit 2,9 % de ceux qui s’étaient portés sur son nom. Encore en trouvait-il 707 à Santa Maria, où sont les ateliers de la Viação Ferrea dont il avait été directeur général. L’influence de l’ethnie sur le vote est donc nette.

154On peut en effet mesurer le chemin parcouru depuis la fin de l’Empire où l’opposition accusait le parti conservateur de soumettre les colons à la pression de ses agents électoraux ou d’avoir une caisse « noire » pour acheter leurs voix dans le premier district électoral, c’est-à-dire dans les anciennes colonies.

  • 147 Gazeta de Porto Alegre, 26 novembre 1881 ; Cl. O. Tuyuty, Marginais ou Adventicios.

155Les traditions se sont-elles perdues ou bien l’âme collective du Rio Grande do Sul a-t-elle été changée ? Le jour approche où, comme le dit un publiciste luso-brésilien, « nous serons gouvernés par les adventices » et il ajoute : « maintenant plus que jamais sont convoquées les forces nationales. N’oublions pas que souvent certains peuples utilisèrent les émigrés comme instrument politique et même comme arme d’expansion impérialiste. Défendons, avec intransigeance, nos traditions. La tradition est le principal fondement de l’idée de Patrie »147.

  • 148 Souza, Marginalida.de Politica, Diario de Noticias, 13 avril 1947.

156L’homme politique qui a le plus fait pour l’intégration des descendants d’immigrants, Coelho de Souza, a attiré lui-même l’attention sur la question de la « marginalité politique » et sur « les problèmes créés par l’immigration en masse, réalisée à contresens d’une saine politique d’assimilation de ces éléments humains de valeur. Plus, ou moins gravement, en fonction des caractéristiques raciales, le problème est posé dans les régions de concentration d’immigration allemande, italienne et polonaise, il prend ou perd de l’importance suivant l’évolution de la politique européenne »148.

157La récente évolution de la situation du Rio Grande do Sul — où non seulement la Campanha, siège de la force politique traditionnelle des Gauchos, mais les villes elles-mêmes s’effacent devant la montée de l’électorat rural d’origine étrangère — a amené un grand nombre de citoyens à prendre conscience de l’importance de ce problème pour un Etat qui reçoit ou qui a reçu des immigrants. Or ce problème n’est pas seulement politique, il est surtout civique : la puissance des électeurs d’origine allemande — ce sont les plus nombreux parmi les « adventices » — s’est élevée dans l’Etat aussitôt après qu’eût été renforcée leur conscience d’appartenir à un groupe teuto-brésilien.

158Cette crise étant passée, il faut souhaiter que la notion et la conscience de groupe s’effacent, que la fusion en cours, contrariée un temps, reprenne dans la liberté individuelle de participer à la vie collective et donne au Rio Grande do Sul, avec son originalité dans l’union brésilienne, la source d’une force particulière.

***

  • 149 Mauco, L’Assimilation des Étrangers, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 22.

159Le problème teuto-brésilien, et plus spécialement teuto-riograndense, serait sans doute de ceux qui « se diluent et s’effacent dès que le libre jeu de l’assimilation permet aux individus de partager la vie commune »149.

  • 150 Costa, A Expansâo economica e populacional dos municipios do Rio Grande em que preponderou a coloni (...)

160Mais la doctrine l’a posé, le temps l’a développé, la contrainte l’a avivé, si bien qu’il ne peut pas être résolu instantanément. Il ne saurait d’ailleurs l’être qu’à condition de ne plus être considéré sous le seul angle de la « nationalisation », c’est-à-dire l’imposition à l’immigrant de la similitude avec l’autochtone. Cela dépend donc plus que jamais de l’attitude des Vieux-Brésiliens150. S’ils sont réalistes, ils doivent accueillir maintenant dans leur communauté les descendants d’immigrants pour éviter de voir reposer de l’extérieur un problème qu’il suffirait peut-être d’énoncer pour l’engendrer une autre fois.

Notes

1 Bunle, L’Assimilation des immigrants, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 15.

2 Willems, Assimilação, p. 13 ; il a le mérite d’insister sur deux notions fondamentales : l’assimila » tion est un processus bilatéral, elle s’étend seulement aux éléments transmissibles par la vie en commun ou par l’éducation.

3 Mortara, Quelques observations sur l’Assimilation, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 51 ; Lambert, Le Brésil, 1953, p. 41.

4 Dantas, A Força Nacionalizadora do Estado Novo, 1942, 260 p. ; Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2, p. 117 et 122 ; Py, O Nazismo, II, p. 7 ; Souza, Denuncia, p. 85-87. Tous ces auteurs mettent l’usage de la langue nationale au premier rang des conditions de l’assimilation. L’argument des TeutoRiograndenses — traditionnalistes — est que la langue n’est pas la base de la nationalité et ils invoquent l’exemple de la Belgique, de la Suisse, d’Israël, etc. (Petry, Linguas Estrangeiras-Problema de Actualidade, Fundação Mentz, Pôrto Alegre, 1950, 4 p.).

5 La Constitution impériale (1824) établissait certaines restrictions à l’exercice des droits des naturalisés : ils étaient citoyens (tit. II, art. 6, V), mais étaient inéligibles aux charges pour lesquelles ils étaient électeurs (tit. IV, chap. II, art. 95, II), droit qui n’était même pas accordé à ceux qui ne pratiquaient pas la religion de l’État (tit. IV, chap. II, art. 95, III). Voir Handelmann, Historia, p. 993 ; Miranda, Nacionalidade de origem e Naturalização no Direito Brasileiro, 1936, p. 54 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 7-9. Deutsche Zeitung, 5 juin 1878.

6 M. Fleiuss, Historia Administration, p. 181. Voir ci-dessus, chapitre II, p. 82.

7 Porto, O Trabalho, p. 110-141 ; Processo dos Farrapos, P.A.N., XIX-XXXI.

8 M. Fleiuss, Historia Administrativa, p. 251 ; Wellisch, Legislação, p. xxxi ; texte : RJ.C., 1943, 3, p. 416 et Carvalho, O Brasil, p. 411.

9 Fleiuss, Historia Administrativa, p. 259 ; Wellisch, Legislaçào, p. xxxii ; voir ci-dessus, chap. II, p. 73.

10 Deutsche Zeitung, 11 mai 1864,2 et 13 mars 1878 ; Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2, p. 113.

11 Fleiuss, Historia Administrativa, p. 309 ; Wellisch, Legislaçâo, p. xxxv ; texte : Carvalho, O Brasil, p. 389.

12 Loi Saraiva, 9 janvier 1881 et décret 7981 du 29 janvier 1881 (Fleiuss, Historia Administrativa, p. 344) ; Koseritz, DOS Deutschtum, Deutsche Zeitung,1er avril 1864 ; 9 mai 1879 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 39-43 ; Willems, A Aculturação, p. 515.

13 Décret du 7 janvier 1890 (Fleiuss, Historia Administrativa, p. 450). Constitution fédérale dé 1891, articles 69 et 72 (Wellisch, Legislaçâo, p. xxxvii) ; La seule restriction était l’inélégibilité des naturalisés à la Présidence de la République. Constitution de l’État du 14 juillet 1891 (tit. IV, art. 71, 4°, 6°, 7°, 9°, 11°, 19°, 20°) : les garanties accordées à tous les citoyens sont l’égalité devant la loi, le concours pour le recrutement des charges publiques civiles, la liberté de conscience, de culte, de sépulture, d’association, d’opinion, etc.

14 Correspondance politique avec le ministère des Affaires étrangères, dépêche du 25 novembre 1895, p. 386.

15 Relatorio da Repartiçâo de Estatistica, Pôrto Alegre, 1897, p. 19.

16 P. ex. : Reforma 9 août/24 septembre 1879 ; Rodrigues, Esboço de filosofia politica de G.S. Martins, Pôrto Alegre, 1945 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 87-89 ; Moritz, Resumo da Historìa, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2336-2339.

17 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 20-21 ; Willems, A Aculturação, p. 524-531, 535-540.

18 Willems, A Aculturação, p. 539 ; Revoredo, Imigração, 1934, p. 75-107 (art. 121 de la Constitution de 1934) ; Legislação do Novo Governo, 1938, fasc. 1, p. 28-38. Les articles 115 à 156 traitant de la nationalité, de la citoyenneté, des garanties individuelles, de la famille, de l’éducation et de l’ordre économique réduisent en fait les droits des naturalisés, non seulement dans le domaine politique mais jusque dans la vie quotidienne et professionnelle (banque, journalisme, professions libérales, etc.).

19 Constitution de 1946 (tit. IV, chap. Ier, art. 129, no IV) : Pour les Portugais on exige seulement un an de séjour, convenance morale et santé physique.

20 Discours du député Fioravanti, Annaes da Assembleia Provincial. 21 septembre 1857.

21 Relatorio do Presidente, 1853,1854, etc. : Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 112. La République fut encore moins généreuse que l’Empire : en cinquante ans, elle n’avait construit que 30 écoles dans tout le Rio Grande do Sul (Schidrowitz, O. Rio Grande do Sul, p. 317).

22 Hoermeyer, Beschreibung, 1854, p. 47 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 139 ; Freyre, Influencias antibrasileiras, R.I.C., 1942, 3/4, p. 161.

23 Willems, A Aculturação, p. 60-61.

24 Lettre no 84 du vice-consul de France à Pôrto Alegre au ministre des Affaires étrangères, 30 aoûtl853.

25 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 386 ; Tschudi, Reisen, p. 19 ; Mulhall, O Rio Grande do Sul, p. 149 ; Varela, Rio Grande do Sul, p. 357, etc.

26 Eye, Der Auswanderer, p. 142.

27 Willems, A Aculturaçâo, p. 319.

28 Kuder, Die deutsch brasilianische Literatur, I.A.A., X, 4, p. 486 ; Kohne, K.V. Koseritz, p. 5-7 ; Pellanda, O Colono, p. 113 ; O. Vianna, Raça e Assimilaçâo, p. 95 et 164.

29 Voir ci-dessus, p. 506, note 90.

30 Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 115-116.

31 Die Brummer, Koseritz v. Kalender, 1901, p. 260-262 ; Schmid, Die Brummer : Pôrto, O Trabalho, p. 202-203 ; Jannasch, Land undLente, p. 68 ; Funke, AUS D. Brasilien, p. 63 ; Indole da Legião, p. 33-61. Porque chamavão, Correio do Povo, 13 avril 1947. Cf. ci-dessus p. 498 et 500.

32 F. Haensel, Koseritz Deutsche Volkskalender, 1894, p. 163 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 33-43, 76-83 ; FRANCO, Preface d’Imagens do Brasil, p. 5-8 ; Wurth, Homenagem a K. v. Koseritz, Academia Riograndense de Letras, 1935 ; C.V. Koseritz, Federação 30 mai 1890. Willems a fort bien observé que la conservation du Deutschtum n’a pas empêché les colons, ou du moins leurs caporaux électoraux, de s’adapter rapidement et parfaitement au système politico-électoral du coronelismo positiviste. (A Aculturaçâo, p. 530-531). Cela contraria d’ailleurs l’évolution du processus normal d’assimilation. Voir note 133.

33 Koseritz, O Brasil e e Alemanha, Reforma, 10 juillet 1885.

34 Reforma, 23 juillet 1885.

35 Koseritz, Imagens do Brasil, p. 104 et 152 ; Carneiro, AS Colonias Alemães, P.S.P., 16, p. 15-16. Critique de cette politique : Oberacker, K. v. Koseritz, 1936 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, 1936 ; Kahle, Deutsche Heimat, 1937.

36 Définition : Andler, Le Pangermanisme, p. LIV ; Prazeres, O Brasil na guerra, p. 183. Voir aussi : Jannasch, Land, p. 65 ; Lacmann, Ritte, p. 178.

37 Deutsches Volkischer Katechismus, p. 6 et 78 ; Gedenke dass der ein Deutscher bist, Rotermund Kalender, 1924, p. 39 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 40-41 ; Bonhard, Geschichte der Alldeutschen Verbandes, p. 50-74 ; Sellin, Zur geschichte, p. 23.

38 Sur la préparation et la portée de la loi Delbrück (1913), voir Andler, Le Pangermanisme, LVI et p. 99-104 ; Bonhard, Geschichte des Alldeutschen Verbandes, p. 121-127 et 223.

39 FUNKE, Die Besiedlung des östlichen Süd-Amerika, p. 64 et sq. ; Idem, AUS D. Brasilien, p. 212 ; Jannasch, Land, p. 65 ; Lacmann, Ritte, p. 181 ; Ihering, Landeshunde, p. 79.

40 Carneiro, As Colonias, P.S.P., 16, p. 18-21 ; Escobar, Trinta annos de dictatura riograndense 304 p.

41 Memoria apresentada pelo Ministro plenipotenciario da Prussia, em 1863, ao Ministerio dos Negocios da Agricultura, Comercio e Obras Publicas, R.A.P., 15/16, p. 275-334.

42 Spalding, O Germanismo no Rio Grande do Sul, Vida Policial, V, p. 49.

43 Spalding, O Germanismo no Rio Grande do Sul, Vida Policial, V, p. 56.

44 Correio do Povo, 7 août 1904 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 139. Ce qui est remarquable c’est que les manifestations de patriotisme des colons en 1870-1871 n’avaient provoqué aucun incident (Canstatt, Brasilien, p. 406).

45 Relatorio da Secretaria des Obra Publiais, 1903, p. 81. Réponses de Rheingantz au nom des immigrants (Correio do Povo, 28 mars et 5 août 1904). Voir ci-dessus p. 105-106.

46 Tonnelat, L'Expansion p. 141-151 ; Federação, 7 décembre 1905 ; Spalding, O Germanismo, Vida Policial, V, p. 59.

47 Tonnelat, L'Expansion, p. 142 ; Lacmann, Ritte, p. 183. De nombreuses publications américaines expriment l’inquiétude ressentie par les États-Unis devant l’implantation du germanisme au Brésil : Bonsal, Greater Germany in South America, 1903 ; Chamberlain, Germany in Southern Brazil, 1904 ; Hale, Little Germany, 1906 ; Idem, The Germans in South America, 1907 ; Sternberg, The Phanton Peril of Germon Emigration and South America, 1906 ; Sears, German Influence in Latin America, 1908 ; While, Germon Colonisation in Brazil, 1906 ; Waitney, The Germon Ghost in Brazil, 1906. — Cf ci-dessus, p. 106.

48 P. ex. Lacmann, Ritte, p. 155 et 178.

49 Tonnelat, UExpansion, p. 151.

50 Idem, ibidem. — Cf aussi d-dessus, p. 493, note 58.

51 Abranches, A Illusão Brasileira, 1917, chap. IV, V, VI. D. Hochzeit in Brasilien, Rotermund Kalender, 1917, p. 116-118. König, Die Politik Brasiliens, chap. II.

52 Voir p. ex. les articles des Musterreiter Kalender et Uhle Kalender, Rotermund Kalender, etc., 1915-1917 ; Kolonie de Santa Cruz (ce journal provoque un incident assez violent à propos des recrues brésiliennes de Sâo Gabriel, mars 1917) ; Diario, accusé d’être allemand et d’injurier le Brésil (Federação, 9 avril 1916).

53 1er avril et 25 octobre 1917. Cf. Correio, 13 avril 1917, 28 octobre 1917. L’opinion anglo-saxonne, américaine particulièrement, s’est beaucoup intéressée à la question du germanisme au Brésil : Roose. velt, In Southemmost Brazil, 1914 ; Brasfortlu, Germany and Southern Brazil, 1916 ; Phayre, German invasion of South America, 1916 ; Schappelle, The German Element in Brazil, 1917 ; Townsend, The Rise and Fall of Germany’s Colonial Empire, 1922.

54 Schmidt, le propriétaire de l’hôtel en question, avait creusé une tranchée devant son immeuble et tiré sur un tramway... (Correio do Povo, 17 avril 1917). Sur les incidents de Pôrto Alegre : Presse locale Correio, Federaçâo, etc.) à partir du 17 avril 1917.

55 Federaçâo, 20 avril ; Correio 27 et 28 avril. Voir déclarations du député Moacyr (Correio, 26 avril 1917), de l’écrivain A. Maya (Federaçâo, 24 janvier 1918) ; notes du Consulat de France (1917-1918) ; Funk, O Brasil e a Allemenha, p. 133 ; Becker, Deutsche Siedler, p. 76-80.

56 Télégramme de Borges de Medeiros au Président de la République, mai 1917. Compliments de Borges de Medeiros à Claudel en 1917.

57 Correio, 27 et 28 octobre 1917.

58 Elle avait été fondée à Rio de Janeiro le 7 septembre 1916. Sur ses activités, cf. p. ex. : Correio, 17 avril, 15, 19 novembre 1917 ; Federaçâo, 20 novembre 1917, etc.

59 Federaçâo, 16 novembre et 17 décembre 1917, 1er janvier 1918, etc.

60 Cf. Presse d’avril-mai 1917 et Aus dem deutschen Vereinsleben, Uhle Kalender 1917, p. 262-269.

61 Federaçâo, 25 octobre 1918 (Santa Maria Club, à Taquara), 28 novembre 1918 (Club Igreginha), etc.

62 P. ex. saisie de 4.000 almanachs chez Metzler (Federaçâo, 28 janvier 1918). Arrestations (Federação, 10 mai 1917, 31 janvier 1918), etc.

63 Federação, 14 octobre 1918. Sur l’organisation de la Ligue de Résistance nationale dans le Rio Grande do Sul : Federaçâo, 4 janvier 1918.

64 Le Brésil s’était limité à envoyer une mission médicale en France et le premier mort fut un médecin lieutenant atteint de la grippe. (Correio, 2 octobre 1918). Voir discours de Claudel à Borges de Medeiros lors de sa visite à Pôrto Alegre. Sur la reprise des publications en allemand : Rotermund Kalender, 1921, p. 35 ; Dos Deutschtum in Rio Grande do Sul, Uhle Kalender 1922, p. 135. Dès décembre 1918 recommence la publicité des maisons allemandes.

65 Lettre du consul de France à Pôrto Alegre au ministre des Affaires étrangères (1919) ; Kuder, Die Deutschbrasilianische Literatur, I.A.A., X, p. 486 ; Alemann, Die Zukunft der Deutschtums, 1923.

66 Almeida, Borges de Medeiros, p. 314-315 ; Borges de Medeiros avait été réélu massivement et pratiquement à l'unanimité par les colons teuto-riograndenses en 1917. (Federação, 11 décembre 1917) ; Sellin, Zur Geschichte des Deutschtums, Export, Berlin, 1918 ; Collin Ross, Südamerika, p. 261 ; Becker, Deutsche Siedler, p. 80-86.

67 Correio do Povo, â partir du 25 juillet 1924 ; Duarte, O Centenario (hors commerce) ; Petry, Historia, p. 89 et 94 ; O 125a aniversario, p. 73. Sociedade Nacional de Agriculture, Immigração, p. 235.

68 Petry, Historia, p. 82-88, 96-98. (Le Dia do Colono a été institué par le décret no 5591 du 23 ma 1934, signé par Flores da Cunha (Petry, Historia, p. 83-84) : « O Interventor Federal... considerando que o trabalho fecundo desses colonisadores muito contrïbuiu para o desenvolvimento da economia riogran dense, quer na agriculture, quer nas industries diverses, decreta : Art. 1°. Fica declarado feriado estadual o dia 25 de Julho e instituido, nesta data, o « Dia do Colono ». C’est la contribution du travail allemand dans le domaine économique que le Gouvernement entend honorer ; mais le Centro 25 de Julho, qui a été l’instigateur de cette manifestation, lui donnera un tout autre sens : cf. p. ex. sa publication Unser Tag (1951).

69 Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 109-110 ; Burton, Swastika and Sigma no Brasil, 1937 ; Lambert, AS Colonias, Estado de São Paulo, 28 mai 1939 ; Gunther, Inside Latin-America, 1941, chap. II, (Fifth Column), chap. XXIV (The Germans in Brazil...) ; Loevenstein, Brazil under Vargas, 1942, p. 156 et sq. ; Whitelesey, German Strategy of World Conquest, 1942 ; Yepes, La Conférence Panaméricaine de Lima, Revue générale de Droit international public, septembre 1939, no 5, p. 576-578 : « Certains États tentent d’organiser politiquement leurs ressortissants à l’étranger. Il faut que les États américains empêchent la constitution artificielle de minorités ethniques, linguistiques et religieuses ; l’unité ancienne doit être conservée ; l’idée de minorités est étrangère au droit et au fait américains. Le Brésil est celui qui a le plus senti ce danger... » Constitution de 1937 : Legislação do Novo Governo, Rio de Janeiro, 1938, fasc. 1, p. 3-440.

70 Discours du Dr Frick à Gleiwitz le 27 novembre 1937 ; Der Pangermanismus an der Arheit, 1938, p. 2 ; Dietrich, Das Werk des National-Sozialismus, Koseritz D. V. Kalender 1934, p. 97-98 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 95 ; Kreüzinger, Vom Urwald, p. 92 ; Volk und Heimat 1938, p. 289 ; Ulmann, Brasilien, p. 93-104 (Ler Brasiliendeutsche) ; Fraeger, Die deutsche, p. 8-9 et 121 ; Oberacker, Die Volkspolitische Lage, p 29 ; Raunegger, Folk und Staat, 1937 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 34 ; Metnitz, Die deutsche Nationaluewegung, 1939. L’almanach Volk und Heimat, édité à Sâo Paulo, 1936, 1937, 1938, 1939, est le plus ardent propagandiste du national-socialisme dans le Sud du Brésil. Voir aussi Verband d. alldeutschen Vereine, Wir Deutsche, 1935, p. 5-29.

71 Souza, Denuncia, p. 26-31 ; Py, A 5a Coluna. Idem, O Nazismo. Ces deux derniers ouvrages sont essentiellement constitues de coupures de presse et de reproductions de documents prouvant l’infiltration nazie dans le Rio Grande do Sul. L’ouvrage « A 5a Coluna » contient de nombreuses photographies des manifestations nazies dans le Rio Grande, en particulier à Pôrto Alegre.

72 Volk und Heimat 1936, p. 129,1938, p. 364, etc. ; Py, O Nazismo, II, p. 153-162. C’est la première fois que le gouvernement allemand offrait des bourses de voyages aux étudiants teutoriograndenses.

73 Py, O Nazismo, II, p. 123.

74 Py, O Nazismo, II, p. 165-170, 255-260 ; A5a Coluna, p. 232-238 ; Bercht, Grundsatzliche, 1937, 6 p. ; Born, Dia do Colono, Correio do Povo, 26 juillet 1947.

75 F. Metzler, Deutsch-Brasilianische Probleme, 1935, 88 p. ; Um Volkstum uni Vaterland, 1936, 43 p. ; Pelo tradicionalismo e pela Patria, 1936, 36 p. ; Volkstum uni Volksgemeinschaft. Was ist Volkstum ? Was ist Volksgemeinschaft ? 1937, 179 p. ; Deutsch-Brasilianische Auseinandersetzung, 1937, 62 p. (Les citations sont extraites de Metzler, D. B. Probleme, 1935, p. 71 et 86). Voir aussi : Bercht, Grundsatzliche, 1937,16 p. ; et R. I. C., 1945, 4, p. 457.

76 Sodza, Denuncia, p. 84 ; Daudt, Brasileiros, p. 217.

77 Py, O Nazismo, II, p. 7-8. Par exemple on a peine & imaginer l’utilisation que la propagande allemande a tirée des voyages du Zeppelin venu à Pôrto Alegre le 29 juillet 1934. Voir presse quotidienne allemande et brésilienne et Koseritz Deutsche Volkskalender 1935, p. 48, 1938, p. 107 ; Rotermund Kalender 1935, p. 157, 1938, p. 305 ; Volk und Heimat 1937, p. 162,1938, p. 360, etc.

78 L’Intégralisme a été lancé par le Manifesto de Outubro de Plinio Salgado (le 7 octobre 1932) et introduit aussitôt dans le R.G.S. par D. de Bettencourt. Sur l’Intégralisme : O que é o Integralismo, Correio do Povo, 3 mars 1935 ; Hunsche, Der Brasilianische Integralismus : Ação Integralista Brasileira : (Dicionario Encydopedico do Rio Grande do Sul, p. 50) ; Correio, 20-22 octobre 1935 (Premier Congrès intégraliste à Porto Alegre) ; MOURÃO, O Purihal nazista, p. 109.

79 Par exemple à Cai le 24 février 1935 ; un intégraliste et deux policiers furent tués, de nombreux manifestants ou spectateurs blessés (voir Correio do Povo, 26 février 1935 et 3 mars 1935, O que é o Integralismo...).

80 Der Pangermanismus an der Arbeit, p. 6-8. Lambert, As Colonias. Estado de Sâo Paulo, 26 juin 1939 ; plusieurs meneurs intégralistes furent alors arrêtés dans le Rio Grande do Sul (Correio do Povo, 22 janvier 1938).

81 Diario de Noticias, 24 mars 1942 ; L’opposition des colons aurait découragé les agents nazis ; Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 122. Born, O Dia do Colono, Correio, 26 juillet 1947.

82 Petry, O 25 de Julho, p. 17 ; Lettre pastorale de D. J. Becker (Correio do Povo, 17 septembre 1939) ; Procès nazi contre le pasteur Simon (Souza, Denuncia, p. 30-35), etc.

83 Lambert, AS Colonias, Estado de Sâo Paulo, 13 juin 1939 ; Py, A 5a Coluna, p. 304-308.

84 Py, O Nazismo, II, p. 49 ; Barbedo, OS Alemães no Brasil, Correio do Povo, 10 avril 1938.

85 Py, O Nazismo, II, p. 50 ; A 5a Coluna, p. 78-94,118-142.

86 Cf. p. ex. Correio do Povo, 4 mars et 30 avril 1938 ; Py, A 5a Coluna, p. 284-303, 323-362.

87 Souza, Denuncia, p. 74 ; Idem, Discursos (Correio do Povo, 1937-1938) ; Schidrowitz, Rio Grande do Sul, p. 319.

88 Souza, Denuncia, p. 84 ; Py, O Nazismo, II, p. 50 et sq. ; Correio do Povo 8,13 et 24 avril 1938 ; Schidrowitz, O Rio Grande do Sul, p. 320..

89 Interview de C. de Souza : Correio do Povo, 6 mai 1938 ; discours : 31 mai, 7 juin, 6 et 29 juillet, etc.

90 Voir ci-dessus de 507. A en croire la presse brésilienne de l’époque, le Secrétariat à l’Éducation eut au moins autant de mal à imposer la nationalisation de l’enseignement aux écoles catholiques qu’aux écoles protestantes et aux prêtres d’origine italienne qu’à ceux d’origine allemande. Par exemple la lutte ouverte des Pères de la Passion contre la nationalisation nécessita des mesures spéciales du Secrétariat et de l’Évêché de Caxias (Correio do Povo, 1,2,3 août 1939) ; l’Archevêque de Pôrto Alegre sentit bien la nécessité de. publier sa lettre pastorale sur La Religion et la Patrie en face des idéologies modernes (17 septembre 1939) alors qu’à l’issue de sa visite du Colegio Sinodal de São Leopoldo l’Interventor lui-même avait fait l’éloge de cet établissement (Correio do Povo, 5 avril 1938). Les Écoles Normales des deux confessions furent d’ailleurs soumises au même régime (Protocole du 11 août 1939 entre le secrétariat à l’Éducation et l’École normale catholique de Novo Hamburgo et l’École normale évangélique de Sâo Leopoldo).

91 Cette mesure fut suivie de la réalisation rapide d’un vaste plan de constructions scolaires 15 octobre 1939), mais la question de la nationalisation a conservé un aspect politique. Dès le 10 décembre 1940 dans l’une des nombreuses conférences de presse qu’il a tenues, le secrétaire à l’Éducation pouvait s’estimer satisfait des résultats obtenus. N’empêche qu’il a éprouvé le besoin d’expliquer et de justifier sa politique de nouveau depuis la fin de la seconde guerre mondiale (Correio do Povo, 6 décembre 1946 ; Diario de Noticias, 17 octobre 1948 : Voltamos á estaca zero) parce qu’elle a été critiquée au moment du rétablissement du régime représentatif par certains hommes politiques comme par les électeurs d’origine allemande (Opina Karl Fritz, Correio, 28 septembre 1950) et que d’éminents Teuto-Riograndenses n’ont pas cessé de la condamner, par exemple, le Dr W. Metzler et le R. P. Jaeger (Congrès d’Histoire de Sâo Leopoldo, Anais, p. 29-34).
On a reproché aussi à cette politique de nationalisation « pendant la deuxième guerre » d’avoir provoqué la « marginalisation des individus en détruisant la culture teuto-brésilienne », déjà ébranlée par la première guerre, alors qu’elle avait été très stable au xixe siècle (Willems, A Aculturação, p. 267). Il nous semble qu’il faille établir une distinction entre la politique de nationalisation de l’enseignement (antérieure à la guerre) et les mesures de circonstance provoquées sinon justifiées par les hostilités. En outre, loin d’avoir provoqué une régression culturelle et sociale chez les Teuto-Riograndenses, la nationalisation de l’enseignement leur a largement ouvert la voie de l’ascension et de l’intégration dans la société (voir ci-dessus, p. 452).

92 Programa do Governo, Correio do Povo, 16 janvier 1938 et 21 janvier 1938 ; Pereira, Contribuição - ao estudo do piano rodoviario, Rev. do Daer, V, 18, p. 5-32. (Voir ci-dessus p. 69.)

93 Bernardi, 25 de Julho (125e aniversario, p. 45-48) : « Les routes sont plus efficaces que la contrainte ». Lambert, Le Brésil, p. 41.

94 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 610-632, 710-713 ; Tejo, Contribuição, P.S.P., 3, p. 89-91 ; Lambert, Le Brésil, p. 79-82.

95 Dia da Bandeira, Correio do Povo, 25 novembre 1937 ; Déclarations du général commandant la région militaire (Correio do Povo, 18 mars 1939) ; Valadão, Nacionalidade e Servico Militar, R.I.C., 1945, 1, p. 32-56.

96 Par exemple « Exposiçâo de Brasilidade » da Liga de Defesa Nacional parcourant les colonies (Correio do Povo, 12 décembre 1937) ; Fêtes scolaires et civiques (Deutsche Zeitung, 26 septembre 1937) ; discours du professeur D. de Laytano, chef de cabinet du secrétaire à l’Éducation, exaltant les qualités des colons et célébrant leur intégration dans une Amérique libre, un Brésil neuf et un Rio Grande qui s’éveille. Thème que l’on retrouve dans tous les discours et dans tous les plans de C. de Souza, désireux d’accueillir les descendants d’immigrants dans la communauté et de leur faire souhaiter d’y être accueillis..

97 Souza, Denuncia, Lenzi, OS Coloninhos, (principalement p. 18, 37, 48, 56).

98 Py, O Nazismo, II, p. 50.

99 Voir Correio do Povo : 11 février 1941, interdiction de 22 journaux ; 4 mars 1941, expulsions ; 28 décembre 1941, confiscations de 100.000 volumes chez Rotermund ; 7 février 1942, fermetures de sociétés ; 1,2,24 avril 1942, arrestations. Sur les irrégularités commises par la Police, voir : Born, Em torno, p. 60-64 ; Denunciados, Correio, 12 septembre 1947, Diario, 16 septembre 1947, Correio, 17 septembre 1947. L’un des policiers les plus redoutés fut l'inspecteur Baumann, condamné depuis pour malversations.

100 Correio, 29 janvier 1942, manifestations de la Ligue de Défense nationale à São Leopoldo et Novo Hamburgo ; 31 janvier 1942, rupture des relations diplomatiques avec les puissances de l’Axe ; 7 février 1942, fermeture de nombreuses sociétés allemandes ; 14 et 15 mars 1942, manifestations contre l’Axe, dégradation du monument du Centenaire de la Colonisation à Sâo Lepoldo ; 1 et 2 avril 1942, articles sur l’infiltration nazie dans le Rio Grande do Sul ; 26 juillet 1942, meeting anti-nazi à Pôrto Alegre ; 18 août 1942, manifestations à Pôrto Alegre à l’annonce du torpillage de bateaux brésiliens par les sous-marins allemands ; Idem, 19,20,21 août 1942 ; 23 août 1942 annonce de la déclaration de guerre à l’Axe. Les journaux publient un grand nombre de Declaração de Brasilidade de firmes dites allemandes qui ont subi ou qui craignent de subir des déprédations ; par exemple Bromberg, Correio, 29 septembre 1942. Sur les incidents et les destructions : Daudt, Brasileiros, p.25-29 ; Pellanda, A. J. Renner, p. 83-35 ; BONN, Em torno ao monumento, p. 9 ; Ferreira, O Recreio, P.S.P., 6, p. 16-21.

101 Born, Dia do Colono, Correio do Povo, 26 juillet 1947 ; Idem, Em tomo ao monumento, p. 5-11. Le Correio do Povo, prudent journal d’information, publie de nombreux articles sur ce sujet brûlant : les noyaux germaniques (24 septembre) ; l’influence de la guerre sur le commerce (2 octobre). Les biens des ressortissants de l’Axe (8 octobre) ; les espions nazis au Brésil (21 octobre) ; dénonciation du nazisme (27 octobre) ; l’Union contre le nazi-fascisme (12 novembre) ; le cas des professeurs étrangers (15 novembre) ; la jeunesse contre le nazisme (18 novembre) ; le travail de la cinquième colonne (19 novembre) ; la condamnation d’espions nazis (21 novembre) ; nationalisation (25 novembre) ; l’influence nazie (12 décembre) ; Muckers e Nazis (13 décembre), etc. L’opinion publique est donc tenue en alerte.

102 Willems, Assimilação, p. 110.

103 Born, Em torno, p. 11 ; Daudt, Brasileiros, p. 219 ; Petry, O 125e aniversario, p. 21 (Não admitimos que nos taxem de menas brasileiros). La publication de journaux en langue étrangère a été autorisée à nouveau dès 1946 (Correio, 22 octobre et 15 novembre 1946).

104 Kuder, Die deutschbrasilianischer Literatur, I.A.A., X, p. 468 ; Pellanda, O Colono, p. 112 ; Willems, Assimilação, p. 171.

105 Freyre, Influencias Antibrasileiras, R.I.C., 1942,3/4, p. 162 ; Born, Em torno, p. 3. « De nombreux colons ont quitté le Rio Grande (pour le Paraná et pour l’Argentine) parce que le climat y était insoutenable » p. 9. Alors... « explosa une manifestation de haine contre les descendants d’immigrants allemands... » ; Souza, Conflitos de Cultura, Correio do Povo, 14 octobre 1949.

106 Lambert, AS Colonias, Estado de São Paulo, 28 mai 1939 ; Idem, Le Brésil, p. 41.

107 Ramos, Introdução, II, p. 556 ; Born, Em torno, p. 11 ; ci-dessus note 101. L’opinion publique en semble absolument persuadée. Voir aussi Der 7 september und wir, Brasil Post, 1er septembre 1956.

108 Daudt, Brasileiros, p. 30-31. Un député italo-riograndense a déposé en 1952 un projet de loi exemptant les agriculteurs du service militaire en temps de paix (22 novembre 1952). L’intention politique est trop évidente pour ne pas entraîner le rejet par le Parlement.

109 Cela est d’autant plus normal qu’il y a des différences d’une génération à l’autre (Ave Lallemant, Reise, 1859, p. 214) et que le Teuto-Brésilien de l’avenir s’écartera de plus en plus du type originel. (Funke, Brasilien, 1922, p. 365). La notion de Deutschbrasilianertum est donc contingente et passagère.

110 La Constitution fédérale du 18 septembre 1946 stipule dans son article 168 : « L’enseignement primaire est obligatoire et sera administré seulement dans la langue nationale... ». La Constitution de l’État du 8 juillet 1947 réaffirme cette obb'gation et ajoute : « La Loi pourra prescrire que dans les autres degrés l’enseignement soit aussi administré seulement dans la langue nationale » (art. 191). Voir A Constituição Estadual e a Educação, Diario 20-25 juillet 1947 ; Souza, A Nadonalização do Ensino, Correio do Povo, 6 décembre 1946.

111 L’Ambassade d’Allemagne au Brésil a demandé en 1952 l’autorisation d’ouvrir un cours secondaire et un cours primaire annexé donnant l’enseignement en allemand. Sur le refus qui lui a été opposé par le ministère de l’Éducation voir Discurso pronunciado pelo deputado Coelho de Souza a respeito de uma pretensão da Embaixada Alemã (Correio do Povo, 5 novembre 1952). De même le Consul général d’Allemagne à Porto Alegre en visite à São Lepoldo, à Ijui, à Santa Rosa, etc., exalte la langue allemande et exprime le souhait que soit autorisé à nouveau l’enseignement primaire en allemand (Brasil Post, 20 décembre 1952, 3 janvier 1953). Divers députés et notables teuto-riograndenses expriment le même souhait, p. ex. R. P. Jaeger, Discurso, Anais I Cong. Sâo Leopoldo, 1946 ; R. P. Rambo, Wo stehen Wir. Festrede 25 juillet 1955,8 p. Enfin un journal comme le Brasil Post publie régulièrement des articles sur ce thème ; Muttersprache (29 novembre 1952), Heimat und Vaterland (13 décembre 1952) Die Schulfrage-unseregroesste Sorge (11 août 1956) ; Kolonisten bleibt der scholle treu (10 novembre 1956) ; Katholiscke Seelsorge in der Muttersprache (16 février 1957), etc.

112 Willems, A Aculturação, p. 539-540 ; Was ist des deutschen Vaterland, Brasil Post, 2 mars 1957.

113 Discours du Gouvemeur au Centenaire de Rio Pardinho (Correio 22 novembre 1952) ; Discours de G. Vargas à l’inauguration du monument élevé à Caxias à la gloire de l’Immigrant : « Ce monument a été élevé comme témoignage de notre gratitude pour tout ce que nous devons à ceux qui, venus de terres si diverses..., se sont appliqués comme nous à promouvoir la grandeur de notre terre qui pour eux aussi est déjà une Patrie... » (Diario 27 février 1954,2 mars 1954). Machadoneto, A Contribuição do Imigrante, Correio 28 février 1954 ; Generali, O Rio Grande do Sul e a Imigração, Orientação economica e financeira, 88, p. 35-36. Cependant le 125e anniversaire de la colonisation allemande n’a pas été célébré en 1949 avec le même éclat que le75e anniversaire de la colonisation italienne. (Petry, 0125° aniversario, 75 p.).

114 Pellanda, O Colono, p. 112 ; Carneiro, AS Colonies, p. 21 ; Vellinho, Sentido Politico da Cultura Rio-Grandense, Correio, 8 décembre 1946 ; Lamrert, Le Brésil, p. 117 ; Diegues Jr. Experiências e perspectivas da assimilação cultural des migrantes no Brasil ; R.B.E., XV, 58, p. 96 ; Soüza, Integracão National, Diario, 19 septembre 1948 ; Oberacker, Der Deutsche Beitrag zum Aufbau der Brasilianischen Nation, Brasil Post, 16 juin 1956 (résumé de son livre paru sous le même titre en 1955).

115 Tout d’abord leur statut d’étrangers ou de naturalisés ou de non catholiques leur interdisait toute activité (Handelmann, Historia, p. 993). D’autre part, les colons n’avaient pas l’esprit politique (Koseritz, Das Deutschtum, Deutsche Zeitung, 1864, no 37). L’étude qu’il a publiée sous ce titre peut servir de point de départ à celle du rôle politique des colons : constatant que ce rôle était nul, Koseritz conseillait aux immigrants de se faire naturaliser et de s’intéresser aux élections aux Conseils municipaux. C’est précisément aux élections municipales de S. Leopoldo en 1864 qu’apparaît le premier travail politique du Deutschtum (Tschddi, Reisen, p. 34 ; Kohne, K. v. Koseritz, p. 21).
La lenteur de l’accession des colons, sinon de tous les Teuto-Riograndenses, à la politique a été indiquée par le témoignage des voyageurs allemands de la fin du XIXe siècle (Gerstaecker, 18 Monate, 1860, p. 91 ; Tschudi, Reisen, 1866, p. 33-34 ; Zoeller, Die Deutschen, 1883, p. 133 ; Lamberg, Brasilien, 1899, p. 73 ; Lacmann, Ritte, 1906, p. 183 ; C. Ross, Sudamerika, 1923, p. 263 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 42), puis résumée par Tonnelat en 1906 (L’Expansion, p. 151) et par Lambert en 1939 (As Colonias, Estado de Sâo Paulo, 8 juin 1939).

116 Carneiro, A sombra dos Estancieiros, Correio do Povo, 5 décembre 1953 ; Franco, Esquema sociologico, P.S.P., 15, p. 46-51.

117 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 21.

118 Repartiçâo de Estatistica, Relatorio 1899, Estatistica politicoeleitoral, p. 14.

119 Diretoria da Estatistica, Anno de 1914, Estatistica eleitoral (s.p.). Tableau par districts électoraux, municipes et professions. Assembleia, 7a Legislatura, 1913-1916, Deputados eleitos en 20 de Agosto de 1913.

120 Assembleia, 9a Legislature, 1921-1924.

121 willems, Assimilação, p. 305.

122 Relatorio do Presidente, 1er juin 1849, isabelle, Emigração e Colonisação, 1850, p. 35.

123 Reforma, 27 octobre 1875 ; Moraes, 35 e 93, P.S.P., 17, p. 9 ; franco, Em torno do ciclo dos pioneiros, Correio do Povo, 14-30 avril 1949 ; azambuja, Correntes Politicas, Fundamentos, p. 68-69.

124 V. N. Leal, Coronelismo : Moraze, Les Trois Ages, p. 95-108.

125 Spalding, O Rio Grande do Sul da Independencia, Lanterna Verde, no 8, p. 303.

126 Il y a rarement eu plus de trois députés de même origine à l’Assemblée, soit le même nombre qu’à la fin de l’Empire, alors que la population teuto-riograndense s’est accrue considérablement.

127 Daudt, Brasileiros, p. 83 ; Fortini, Deputados descendentes de Alemães, Correio, 15 septembre 1951 sut L. Collor. Cf. ci-dessus p. 449.

128 Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 21 ; Russomano, Historia Constitucional, p. 391-418 ; Almeida, Borges de Medeiros : Jurema, Pinheiro Machado, P.S.P., 17, p. 111-113.

129 Escobar, Trinta Annos de Dictadura Riograndense, 1922. Dans le Rio Grande do Sul comme dans le reste du Brésil l’opposition ne peut pas s’exprimer (Moraze, Les Trois Ages, p. 101).

130 Spalding, O Rio Grande do Sul, Lanterna Varde, no 8, p. 306 ; Idem, O Germanismo, Vida Policial, V, 49, p. 56.

131 Assis Brasil était l’auteur du bréviaire des Gauchos républicains : Historia da Republica Riograndense (1882), d’un manuel politique : Democracia representativa (1893) et d’un ouvrage d’agronomie : Cultura dos Campos (1905). On peut consulter aussi Gonçalves, Assis Brasil e a Vida Rural, Correio, 19 septembre 1953 ; Pimentel, J. F. de Assis Brasil, 1950,123 p.

132 Correio do Povo, 26 janvier 1928.

133 Willems. Assimilação, p. 305 ; A Aculturação, p. 525-531 ; Carneiro, AS Colonias, p. 20-21

134 Departamento Estadual de Estatistica, Serviço de Estatistica politica e Social. Eleições Federais realizadas em 2 de Dezembro de 1945. Trois feuilles dactylographiées.

135 Departamento Estadual de Estatistica, Serviço de Estadsdca politica e social. Eleições para Governador do Estado, realizadas em Janeiro de 1947. Trois feuilles dactylographiées.

136 Departamento Estadual de Estadsdca, Serviço de Estatistica politica e social, Estadsdca Eleitoral, Resultado das Eleiçôes realizadas em 1954, 18 p. non numérotées (p. 18).

137 Les résultats par candidat et par junta nous ont été aimablement communiqués par M. le Directeur du Tribunal électoral régional, pour les élections réalisées entre 1945 et 1950. Nous l’en remercions très vivement, car c’est grâce à son obligeance que nous avons pu réaliser notre étude.

138 Voir ci-dessus p. 555, note 125.

139 Voici la liste des députés élus en 1947 : Brochado da Rocha, Metzler, Gobatto, Fontoura, Pereira de Souza, Volkmer, Ferrari, Dutra, Luz, Godoy, Martins de Araujo, Hildebrand, Compagnoni, Mincaroni, Jost, Michaelsen, Ribeiro Preeira, Roesch, Giacomazzi, Campani, Duval, Schneider, Goulart, Silva Gouto, F. Brochado da Rocha, Mello, Schmidt, Brizola, Bastos, Machado, Carrera Machado, Rosa, Zanin, Paz, Neves da Fontoura, Campos, Santos, Sperb, Magalhães dos Santos, Goboi, Viana, Mariante, Braun, Brito Velho, Mem de Si} Fonseca de Araujo, Graeff, Ottlweiler, Pinheiro Machado, Neto, Silva Filho, Krieger, Born, Werland, Machado, Closs.

140 Correio do Povo, 8 décembre 1946, 13 décembre 1946, 3 janvier 1947 ; Diario de Noticias, 3 janvier 1947.

141 Tribunal régional eleitoral, Votaçãopor distrito dos candidatos ao Governo do Estado..., 19 janvier 1947, Porto Alegre 1947, in 4°, 24 p.

142 Voici la liste des députés élus en 1950 : Brizola, Santos, Carrera Machado, Dipp, Grafulha, Gomes Sobrinho, Pereira, Barcellos, Scuderi, Cunha, A. Pereira, Mondin, Gomes de Oliveira, Carlomagno, N. de Mello, Correa, Hoffmann, Duval, Arioli, Leite, Scheibe, M. da Rocha, Viana, Sanson, Lampert, Moraes, Muller, Azevedo, Alves, Osorio, Domingues, Pinto, Oliveiro, Silveira, Heuser, Jaeger, Braun, Marchese, Moreira, Neumann, Carlson, Rosa, Soares, Mem de Sd, Galant, Closs, Mantovani, Borges, Graeff, Beck, Schmidt, A. de Oliveira, Bacchini, Chaves, Moura.

143 Elections du 3 octobre 1950, à la Chambre fédérale
CIRCONSCRIPTIONS
1. Pôrto Alegre.
2. Pôrto Alegre.
3. Pôrto Alegre.
4. Pôrto Alegre.
5. Pôrto Alegre.
6. Pôrto Alegre.
7. Pôrto Alegre, Canoas, Gravatai.
9. Alegrete, S. Francisco Assis.
9. Antonio Prado.
10. Bagé, Lavras.
11. B. Gonçalves, Garibaldi, Veranopolis.
12. Caçapava, São Sepé.
13.
Cachoeira.
14.
Cai.
15. Camaquâ, Tapes.
16.
Candelaria.
17. Cangussu, Piratini.
18.
Carasinho, Sarandi.
19. Caxias, Farroupilha, Flores da C.
20. Caxias, Farroupilha, Flores da C.
21. Cruz Alta.
22. Dom Pedrito.
23. Encruzilhada.
24.
Erechim, Marcelino Ramos.
25.
Estrela, Encantado.
26. Guaporé, Nova Prata.
27.
Ijui.
28. Itaqui.
29. Jaguarâo, Arroie Grande, Herval.
30. Jaguari, General Vargas.
31. J. de Castilhos, Tupanciretan.
32. Lagoa Yermelha.
35.
Lajeado, Arroio Meio.
34. Livramento.
35. Livramento.
36.
Montenegro.
37.
Palmeira, Irai, Tres ëassos.
38.
Passa Fundo, Getulio Vargas.
39. Pelotas.
40. Pelotas,
S. Lourenço.
41. Pinheiro Machado.
42. Quarai.
43. Rio Grande, S. José Norte.
44. Rio Grande, S. José Norte.
45. Rio Pardo.
46. Rosario.
47.
Santa Cruz, Venancio Aires.
48.
Santa Maria, S. Pedro do Sul.
49.
Santa Maria, S. Pedro do Sul.
50.
Santa Rosa.
51. Santa Vitoria do Palmar.
52. Santiago.
53.
Santo Angelo.
54. Santo Antonio, Osorio.
55. Torres.
56. Sâo Borja.
57. S. Francisco Paula, Canela.
58. Sâo Gabriel, Cacequi.
59. S. Jeronimo, Bom Jesus Triunfo.
60.
S. Leopoldo, Novo Hamburgo.
61.
S. Luiz Gonzaga.
62.
Sobradinho.
63. Soledade.
64.
Taquara.
65.
Taquari, General Camara.
66. Uruguaiana.
67. Vacaria, Aparados da Serra.
68. Viamão, Guaiba.
Résultats obtenus par quelques députés

Image 100000000000031C00000468E6E8C55F.jpg

144 Tribunal regional eleitoral, Relatorio apresentado pela Comissão Apuradora das Eleições de 3 de outubro de 1954, 1954, in 8°, 22 p. Voici la liste des députés : Barcellos, Jaeger, Carlomagno, Cunha, Nacul, Gomes Sobrinho, Pinto, Ribeiro, Leitëo, Abreu, Scheibe, Marchese, Nîmes, Kunzler, Silva, Castal, Fonseca de Araujo, Borges, Souza Pinto, Schmidt, Galant, Weinmann, Hoffmann, Hanschau, Santos, Arnt, Flores Soares, Grdeff, Bacchini, Porto, Moura, Santos, Barnewitz, Silveira, Spolidoro, Alves, Heuser, Mincarone, Bento Alves, Pereira, Beck, Castro Grafulha, Quintana, Silva, Marques, Brum, Campos, A. Pereira, Carneiro, Neumann, Gisler, Oliveira, Barnasque, R. da Silva.

145 Correio do Povo, 15,16 et 19 octobre 1954.

146 Il appartient à une famille très connue dans tous les milieux politiques riograndenses. Il est médecin à São Leopoldo. Le P.R.H. (Parti de représentation populaire) est considéré comme une résurgence de l’Intégralisme.

147 Gazeta de Porto Alegre, 26 novembre 1881 ; Cl. O. Tuyuty, Marginais ou Adventicios.

148 Souza, Marginalida.de Politica, Diario de Noticias, 13 avril 1947.

149 Mauco, L’Assimilation des Étrangers, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 22.

150 Costa, A Expansâo economica e populacional dos municipios do Rio Grande em que preponderou a colonização germanica, Correio do Povo, 30 août 1950 ; Franco, O Desequilibrio Demografico do Rio Grande do Sul, P.S.P., 17, p. 180-182. Nous présentons sous forme de tableau la comparaison qu’il établit entre la Campanha pastorale et les Anciennes Colonies agricoles d’après les résultats du recensement de 1950 :
Image 10000000000003060000009C71F04DA8.jpg
Pour l’auteur ce déséquilibre pose un seul et unique problème : la réforme de la structure économique et sociale de la zone pastorale.
La même rigueur se retrouve dans l’interprétation sociologique d’autres auteurs : Vellinho, Sentido Politico da Cultura Rio Grandense, Correio, 8 décembre 1946 ; Ornellas, O Destino do Gaucho, Correio do Povo, 6 mars 1947. Il conclut dans un symbolisme mélancolique : « La civilisation a été cruelle pour le Gaucho » « L’estancia... a appauvri le Gaucho... ». Faute d’avoir su se concilier le colon européen, le Gaucho part... « au pas de son cheval, lentement, sur la fin de l’après-midi, le poncho tombant des épaules comme un drapeau en berne. C’est peut-être ce crépuscule que symbolise le personnage d’Alcides Maya dans son roman Ruinas Vivas, le Gaucho presque vaincu, disparaissant derrière le pli d’une coxilha de la frontière... »

Table des illustrations

Légende Fig. 39. — La carte électorale du Rio Grande do Sul en1897Les colonies allemandes étaient réparties entre plusieurs districts où les électeurs luso-brésiliens constituaient l’énorme majorité.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Élection Présidentielle du 25 novembre 1922
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 40. — La carte électorale du Rio Grande do Sul en1947Les colonies groupent presque la majorité des électeurs. (A rapprocher de la figure 17.)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 41. — Les résultats des élections d’un siècle à l’autreOn peut observer le renversement des rôles respectifs des électeurs lusos et teuto-riograndenses : à la prépondérance de la Campants a succédé celle des Colonies. On peut remarquer aussi l’influence de l’origine ethnique des candidats sur la répartition des voix qui les ont élus.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5946/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter