Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre IX. Un autre mode de vie et de pensée

Texte intégral

1Lorsqu’on essaie de mesurer l’influence des Allemands et de leurs descendants dans le Rio Grande do Sul on se rend compte de l’exiguïté des cadres traditionnels de ce genre d’étude : nombre d’auteurs ont insisté sur le rôle économique des colons, commerçants, artisans et industriels d’origine germanique ; quelques-uns se sont intéressés à la constitution d’une classe sociale nouvelle, en particulier à cette démocratie rurale fondée sur la petite propriété qui donne une originalité certaine aux colonies dans le Rio Grande et au Rio Grande dans le Brésil ; bien rares sont ceux qui ont essayé d’analyser dans ses détails et de reconstituer dans sa complexité le phénomène de la transplantation des immigrants.

  • 1 Monbeig, Les modes de penser, (Éventail de l’Histoire, I, p. 109).

2Or, même si l’on connaît cette région du Brésil, on doit faire un effort pour se représenter les conditions de vie rencontrées par les immigrants au début du xixe siècle et le véritable traumatisme mental qu’a provoqué leur installation en zone pionnière. Il ne faut pas sous-estimer les facteurs psychologiques, car « les modes de vie et les modes de penser ne font qu’un »1.

3C’est donc en tâchant de faire leur part à tous les éléments de leur vie matérielle et spirituelle que nous étudierons la façon dont les immigrants et leurs descendants ont conservé leurs coutumes propres ou dont ils les ont modifiées en même temps qu’ils transformaient par leur présence, leur exemple et leur rayonnement les manières de vivre et de penser des autres Riograndenses.

4Il est surprenant qu’ils soient parvenus à un tel résultat en étant restés des ruraux pour la plupart. Cela n’était nullement favorable au développement des individualités, et imposait au contraire leur fusion dans des communautés locales, comme la famille et les groupes de familles de la même picada ou du même bourg, les sociétés récréatives, culturelles ou cultuelles de la même colonie, cadre d’un genre de vie différent de celui des autres Riograndenses.

5Ce n’est pourtant pas dans les villes, présentées généralement comme des creusets de la fusion ethnique, que se sont réalisés les plus grands progrès de ce qu’on appelle l’assimilation. Au contraire l’installation d’immigrants plus évolués et de « colonies étrangères » en firent des centres de diffusion du germanisme, du pangermanisme, du national-socialisme. Elles ont donc exercé d’abord une influence perturbatrice sur l’évolution naturelle des groupes ruraux teuto-riograndenses.

6Et c’est bien un monde nouveau qui s’est constitué d’une génération à l’autre : les habitudes et les coutumes des descendants d’Allemands ont été influencées par celles des Vieux-Riograndenses et inversement. Certes les acquisitions n’ont pas été égales et ce sont les nouveaux venus qui ont dû faire le plus de concessions, mais il ne suffirait pas de les suivre sur leur chemin de la ségrégation à l’intégration, car il y a eu influence réciproque des groupes coexistants.

1. LA VIE QUOTIDIENNE

7Les immigrants et leurs descendants, qui n’avaient ni le même sang ni la même langue ni souvent la même religion que les autres Riograndenses, ont eu en outre une activité bien différente. Leurs seules préoccupations professionnelles auraient suffi sans doute à leur donner une mentalité « à part ». Et pourtant le cadre de leur vie la plus quotidienne était là pour leur rappeler, si besoin en était, qu’ils se trouvaient au Brésil.

A. La vie matérielle

8Elle ne pouvait pas ne pas être profondément transformée par leur installation dans une région si différente de celles d’où ils venaient, ne fût-ce que par Son climat subtropical.

a. Le costume

1. Des ruraux

  • 2 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 20 ; Ave Lallemant, Reise, p. 127 ; Weiss, Colonos, p. 35 ; (...)
  • 3 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 54.
  • 4 Willems, A Aculturaçâo, p. 236.

9Les premiers immigrants débarquaient parfois avec leurs costumes régionaux, toujours avec d’épais vêtements de laine et du linge de lin, inusables en Europe mais trop lourds pour un pays chaud2. Aussi la modification du costume fut-elle l’une des premières imposées par la nécessité de s’adapter au nouveau milieu, d’autant qu’il aurait été difficile aux immigrants de remplacer les pièces usées, même s’ils en avaient eu les moyens financiers. C’est donc dès la première génération que le costume de drap a disparu et que les colons ont adopté le costume de coutil. La chemise de coton a remplacé un peu plus tard celle de lin3. De même le chapeau de paille remplaça celui de feutre, au moins pour le travail, et les savates de cuir (chinelas) remplacèrent les souliers, portés seulement le dimanche et les jours de fête. H ne s’agit cependant pas d’une régression4 : comme le costume de laine, les souliers ont disparu parce qu’ils n’étaient pas adaptés aux conditions locales, trop chauds pour l’été, trop légers pour la boue ; dès que possible les colons ont adopté les bottes.

10Dans la colonie le vêtement masculin de travail a été rapidement composé d’un pantalon de coutil rayé, d’une chemise de coton et parfois du gilet d’un vieux costume ; pas de bretelles, mais la ceinture de cuir qui retient le grand couteau gaucho dans son étui de cuir ou de métal argenté ; en été un chapeau de paille et à la mauvaise saison un vieux chapeau de feutre utilisé précédemment comme coiffure de cérémonie (voir photo 23, pl. VIII). La chemise de couleur est apparue plus récemment, c’est celle « du dimanche ».

11La transformation des vêtements féminins, bien que plus lente, a été plus sensible encore ; elle a tendu à les rapprocher de la mode citadine à mesure que la prospérité de la colonie augmentait. Les lourdes robes sombres ont été remplacées par des étoffes plus légères et plus claires ; les jeunes femmes vont tête nue, les plus âgées mettent un foulard ; au travail elles portent généralement jupons, jupe et corsages. Les sous-vêtements, les bas, les souliers font partie du costume des jours fastes. Elles n’ont guère d’autre bijou qu’une croix en collier et l’alliance nuptiale, comme les hommes.

12Le costume des enfants a été le plus lent à se modifier, surtout le costume habillé. Il se rapproche de celui des adultes (voir photos 7, pl. III et 44, pl. XIV).

  • 5 Ave Lallemant, Reise, p. 125 ; Mulhall, O Rio Grande do Sut, p. 116 ; Funke, Aus D-Brasilien p. 143 (...)

13Ce qui a été le plus remarquable dans cette transformation vestimentaire c’est qu’elle a été associée à l’adoption du cheval, principal moyen de communication et puissant élément unificateur5. (Voir photo 24 et 25, pl. IX et photo 1, pl. I.) Dès la première phase de la colonisation les Teuto-Riograndenses ont adopté l’équipement du cavalier gaucho, la selle, le harnachement orné, les gros éperons, la large ceinture ; puis ils lui ont emprunté sa tenue, la bombacha, le poncho et même le grand chapeau à jugulaire. Cependant cela a été plus net chez le commis voyageur et le commerçant que chez le paysan, parce que celui-ci était moins aisé et qu’il avait moins, de contact avec les Luso-Brésiliens. Mais à la différence de celles de la Campanha les femmes de la colonie vont à cheval, montant avec une selle amazone en velours, confortable et décorée.

  • 6 Gazeta de Pôrto Alegre, 11 mars 1884. Chez tous les ruraux les femmes sont plus traditionnalistes q (...)

14Le costume du colon n’est plus celui de l’Allemand, mais il n’est pas encore celui du Gaucho ; il diffère également de celui du colon italo-brésilien (chemises noires pour les hommes, robes sombres pour les femmes, moins élégantes et moins soignées que les Teuto-Brésiliennes). Cependant chez les Italiens aussi, les hommes ont adopté certains éléments du vêtements local plus rapidement que les femmes6.

2. Des citadins

15Dans les villes les Teuto-Riograndenses s’habillent comme les autres habitants de la même classe sociale, ce n’est pas à leurs vêtements qu’on les reconnaîtrait. On peut cependant noter que le comportement des citadins est à l’inverse de celui des ruraux de même origine. Alors que les dames et les jeunes filles suivent la mode le plus exactement et le plus rapidement possible, si leurs moyens ne leur permettent pas de se tenir à l’avant-garde, ce sont les hommes qui manifestent un peu plus de sobriété, un peu plus de « sérieux » que les Luso-Brésiliens dans leur manière de s’habiller (couleur des tissus, dessin des caravates, etc.).

16Leurs créations échappant à l’appréciation quantitative il ne nous est malheureusement pas possible de mesurer le rôle des descendants d’Allemands sur la mode masculine ou féminine. Il est pourtant ancien et important. Longtemps les tissus de soie, la lingerie et les articles de fantaisie furent achetés en Allemagne par les merciers et les marchands de nouveautés de Pôrto Alegre, qui sont toujours en majorité d’origine allemande, de même que nombre de tailleurs réputés. Enfin les industriels teuto-riograndenses ont un tel rôle dans la confection que leur influence dans ce domaine ne saurait être oubliée.

b. L’alimentation

1. Des citadins

  • 7 Informations fournies par M. le Dr. A. Schultz, professeur à l’Université de Pôrto Alegre.

17C’est seulement dans les classes aisées et surtout dans les villes que se retrouve l’habitude germanique de dîner de café au lait, de tartines, de saucisses, de charcuterie et de gâteaux. Il ne s’agit d’ailleurs pas tant d’une fidélité que d’un retour aux traditions ancestrales lorsque les conditions économiques le permettent, car cette nourriture est plus chère que celle du pays ; ce fait n’est pas dépourvu d’intérêt sociologique7. Ainsi rencontrons-nous une différence assez nette entre l’alimentation des citadins et celle des paysans. Ce qui peut paraître paradoxal, c’est qu’elle révèle une évolution inverse de celle du vêtement : parmi les Teuto-Riograndenses ce sont les ruraux qui ont adopté la nourriture des Luso-Brésiliens, même quand ils n’ont pas oublié les recettes de la cuisine allemande,

2. Des ruraux

18L’alimentation des. immigrants a connu une transformation presque radicale et celle de leurs descendants a suivi une évolution des plus intéressantes.

  • 8 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21 ; Daudt, Brasileiros, p. 60. Rotermund Kalender, 1927, p. (...)

19Les conditions géographiques et économiques ne permirent pas aux nouveaux venus de conserver leur alimentation d’origine : le blé et le seigle, la pomme de terre, les légumes verts et la viande de porc étaient introuvables dans le Rio Grande do Sul en 1824. Les immigrants apprirent à cultiver et à consommer le maïs, le manioc, la patate douce, des légumes locaux comme la citrouille et le xuxu (sorte de courgette grimpante), le haricot noir, le riz sec, et à utiliser le xarque8. Malgré la répulsion qu’ils éprouvaient ils ont dû adopter l’alimentation locale, c’était une question de vie ou de mort. Ni bière ni vin, les seules boissons étant, comme pour les Luso-Brésiliens, l’eau pure ou l’aguardente.

  • 9 Ave Lallemant, Reise, p. 142 et 258 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 56-57 ; Boeck, Urwald Delikat (...)

20Cependant l’abondance des récoltes permit bientôt aux immigrants de retrouver une grande partie de leurs aliments traditionnels9. La pomme de terre d’abord, cultivée au moins pour la consommation familiale dans presque toutes les colonies teutobrésiliennes, les choux, les concombres dont on fait grand usage. Grâce à l’élevage du porc la famille est approvisionnée en graisse, en viande, en charcuterie souvent fumée (jambon et saucisson), bien que depuis le dernier quart du xixe siècle le désir de ne pas diminuer les ressources en argent liquide réduise souvent la consommation de viande de porc. La volaille paraît sur la table, rôtie ou en ragoût au riz (galinhada), régal du dimanche. Au bout de quelques années on trouve du beurre et du fromage sur toutes les tables. Cependant certaines colonies, celles où le niveau culturel est le plus bas, ne produisent ni laitage, ni orge, ni pommes de terre. Partout on trouve des fruits variés, de l’orange au raisin, et des sucreries : les familles de colons teuto-brésiliens ont fait une grande consommation de Schmier, marmelade de patate douce et de fruits cuits dans un sirop de canne à sucre, que l’on utilise généralement en tartines aux petits repas. Ce produit s’est répandu depuis une trentaine d’années dans les milieux luso-brésiliens.

  • 10 Voir ci-dessus, p. 386 et p. 409.

21Le vin du Rio Grande do Sul diffère trop du vin allemand et coûte trop cher pour pouvoir prendre place sur la table du colon, la consommation en reste réduite, même les jours de fête. La bière fut d’abord importée d’Allemagne, parfois d’Angleterre ; elle était par conséquent très chère et rare10. De nombreuses petites brasseries se fondèrent dans les colonies, presque dans chaque picada. On les appelait « brasseries de boîtes de conserve » tant les cuves de fermentation étaient exiguës. Comme leurs procédés-et la qualité de leurs produits laissaient à désirer, elles ont peu à peu disparu devant les grandes brasseries de Pôrto Alegre. Mais il n’est plus de fête riograndense sans baril de bière en perce (Chopp).

22De même que le Chopp et le Schmier, la pâtisserie allemande, qui a mieux survécu que la cuisine ou plutôt qui a réapparu dans les colonies, est maintenant appréciée des Luso-Brésiliens, surtout la fameuse Kuchen (cuca en brésilien) qui ressemble beaucoup à un Kugelhopf recouvert d’une couche de sucre glacé et de quartiers de fruits en garniture. Des Luso-Brésiliens viennent maintenant jusqu’à 100 kilomètres de Pôrto Alegre le dimanche après-midi pour goûter dans les hôtels les plus renommés (café au lait, petits pains au lait, laitages, charcuterie, confitures, miel, gâteaux). On sert couramment de dix à quinze espèces de mets dans ce goûter-souper. L’évolution de la cuisine n’a donc pas été simple et l’on a déjà pu noter des échanges de recettes entre Teuto et Luso-Brésiliens.

23Chez tous les colons allemands tous les repas sont composés d’un peu de porc et mets d’origine locale : riz, haricot noir, farine de manioc, patate douce bouillie, pain de maïs. C’est seulement les jours de fête qu’on sert des viandes rôties, des volailles en sauce, du pain de froment. Cependant les colons ont emprunté aux Riograndenses leur goût pour les sucreries de consommation presque quotidienne (pâte de canne, gâteaux de manioc ou de cacahuètes, bonbons...).

  • 11 Krebs, Schmier, Churrasco e chimarrão, P.S.P., 15, p. 85-89 ; Willems, A Aculturação, p. 230 ; Bern (...)

24Un phénomène intéressant s’est produit depuis la fin du xixe siècle dans les colonies : toute fête officielle comporte un chunasco (repas de viande de bœuf ou de mouton grillée à la broche sur la braise). C’est une preuve de l’adoption par les colons d’un plat essentiellement gaucho ; il semble d’ailleurs que cette adoption ait été liée, comme celle d’éléments du costume, à un certain apparat, à un souci de convenances, à un désir d’imiter le groupe considéré comme socialement supérieur11.

  • 12 Eye, Der Auswanderer, p. 144 ; Willems, A Aculturaçâo, p. 153-170, 172.

25Il est vrai qu’indépendamment de toute festivité de nombreux colons ont adopté le chimarão, l’infusion de maté prise dans la calebasse et aspirée avec la petite pipette d’argent qui passe de bouche en bouche : ce manque d’hygiène comme l’amertume du breuvage auraient pu déplaire au goût européen, mais le chimarão fait maintenant partie intégrante des coutumes teuto-brésiliennes. De même l’eau de vie de canne (aguardente ou cachaça). Les colons se sont contentés de la baptiser Schnaps, nom sous lequel elle a toujours fait leurs délices, à tel point qu’elle a remplacé les eaux-de-vie de fruits. Mais l'alcoolisme qu’ont dénoncé certains voyageurs du xixe siècle n’a pas été un fléau dans les colonies12. En effet, les mœurs y ont été rigoureuses, surtout au xixe siècle. Le sens de la famille, le sentiment des devoirs de l’individu étaient très vifs et suffisaient souvent à retenir les colons dans les limites d’une moralité honorable. Les exemples d’intempérance ou d’inconduite censurés avec une vigueur étonnante par le chef de famille ou par les notables de la communauté locale ont dû attirer d’autant plus l’attention qu’ils étaient rares.

B. Les mœurs et les coutumes

26La manière de vivre et la mentalité des colons allemands se distinguent encore de celles des Riograndenses d’autre origine dans la mesure où ils ont été fidèles à leurs mœurs, bien que celles-ci se soient transformées d’une génération « brésilienne » à l’autre.

a. La fidélité aux traditions allemandes

27Si l’on reconnaît aux colons teuto-brésiliens un certain nombre de qualités propres, on admet qu’ils les doivent à leurs aïeux allemands, dont ils ont conservé les principes avec un soin parfois jaloux. Le courage avec lequel ils ont surmonté le choc de leur installation, l’application avec laquelle ils ont mis les terres en valeur témoignent de vertus louables qu’fis n’auraient assurément pas pu acquérir du jour au lendemain. Leur esprit d’économie tranchait aussi par son sérieux sur la mentalité des groupes environnants et la frugalité de leurs premières années l’a encore développé. Malheureuse ment leur isolement sur le front pionnier ne pouvait pas combattre une certaine lourdeur d’esprit qui fait des colons la proie facile du beau parleur ou de l’escroc lorsqu’ils s’aventurent dans la grande ville. Mais ceux-là mêmes qui exploitent leur simplicité ou qui sont portés à sourire de leur aspect rustaud peuvent admirer leur esprit familial et social ; ils envient peut-être la sécurité que donnait à leur vie la conservation des anciennes coutumes et des rites ancestraux.

1. Traditions familiales

  • 13 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 63-65 ; Furrer, Deutsch-brasilianischer Brauchtum, p. 89-84 ; Silva(...)

28C’est en effet le cérémonial accompagnant traditionnellement les principales étapes de la vie qui a été le mieux conservé dans les colonies13.

29La naissance d’un enfant suscite la curiosité joyeuse des voisines, venant aussitôt en visite et apportant chacune un cadeau. Le baptême est administré solennellement, devant un parrain et une marraine chez les catholiques, deux parrains et une marraine ou un parrain et deux marraines chez les protestants. « Compères et commères » nouent ce jour-là un lien d’amitié. Ils se retrouvent à la première communion ou à la confirmation, suivie, comme le baptême et le mariage, d’un festin où parents, amis et voisins sont invités généreusement et rendent l’attention en offrant des cadeaux.

  • 14 Porzelt, Der D. Bauer, p. 63 ; Willems, A Aculturação, p. 432 ; Fraeger, Die Deutsche, p. 77.

30Les noces étaient célébrées encore récemment suivant les mêmes rites qu’au xixe siècle. Les invitations, le repas vespéral, l’accueil des invités, l’ordre du défilé, l’annonce de la cérémonie civile et religieuse par des pétards, la remise des cadeaux, le banquet (menu, places, toasts et plaisanteries de rigueur), le bal (avec le tour de danse de chaque participant et-même de la cuisinière), le changement de robe de la mariée, tout est prévu et réglé par l’usage, avec autant de précision exigeante que le port de la robe virginale et la composition de la dot14.

  • 15 Les Allemands enterrent leurs morts tandis que les Luso-Brésiliens redoutent l’ensevelissement et p (...)

31Quant à l’enterrement, il a lieu dans les vingt-quatre heures suivant le décès. Le rituel n’a guère changé. Après une veillée funèbre à laquelle participent les parents et les amis, tous les colons du voisinage viennent saluer une dernière fois le défunt ; les sociétés dont il était membre sont représentées avec leur drapeau en berne ; l’office est souvent accompagné de musique ou de chant choral. Amis et parents mettent le cercueil sur le char funèbre, le portent au cimetière et aident à combler la fosse15. Si c’est un enfant, ses camarades d’école participent au cortège et aident à porter la bière, suivant des règles précises ; pour une fille, ce sont des jeunes gens qui le portent ; pour un garçon, ce sont des jeunes filles. Le costume de deuil est noir, complété par un chapeau noir pour les hommes et une écharpe noire pour les femmes. Toutes ces cérémonies, réalisées solennellement, permettent aux colons de manifester leur solidarité en même temps que leur fidélité aux usages et aux pratiques séculaires.

2. Traditions religieuses

  • 16 Furrer, Deutsch-brasilianischer, Brauchtum, p. 100-104 ; Daudt, Brasileiros, p. 100. Alors que l’ar (...)

32Les grandes fêtes religieuses sont sans doute celles où se marquait le plus nettement l’originalité des Teuto-Brésiliens par rapport au reste de la population du Rio Grande do Sul16. Il est inutile de rappeler la ferveur avec laquelle des colons célèbrent Noël et Pâques, les deux plus grandes fêtes de l’année liturgique ; les églises et les temples sont pleins d’une foule débordante, les offices sont suivis avec piété. Ces fêtes, accompagnées de réjouissances familiales, sont marquées par des rites qui ont gagné les milieux lusobrésiliens.

33Noël. — La coutume de dresser un arbre de Noël dans la maison comme dans le temple a été apportée par les protestants allemands au xixe siècle. Il n’est pas de maison de colon, si perdue soit-elle dans la forêt vierge, qui n’ait dans sa grande salle un arbre illuminé de bougies et décoré de guirlandes de clinquant, quelquefois un arbre tropical, aux feuilles lourdes, car on trouvé plus difficilement un vrai sapin que des ramures vertes dans les colonies du piedmont. C’est en tout cas la tradition du sapin, installé ou représenté dans les vitrines et sur les imprimés. Il n’y manque même ni la figuration de la neige, ni la grande houppelande rouge du Père Noël, alors que la fête tombe en plein été austral. Aujourd’hui Noël est célébré de la même manière par les Luso-Brésiliens, catholiques en énorme majorité. Les villes sont transformées jusque dans leur décor quotidien. On retrouve aussi sur les portes la couronne de feuillage vert enrubannée de rouge venue d’Europe septentrionale.

34Pâques. — La fête de Pâques est marquée par diverses coutumes. Le Samedi Saint on promène un mannequin représentant Judas et on le brûle le soir. Ou bien on appuie un Judas bourré de paille à la porte du colon dont on veut stigmatiser la conduite. Chez les Teuto-Brésiliens d’origine poméranienne s’est conservée la coutume des Stippen : les jeunes gens vont surprendre leurs amis au lit et relevant les draps leur fouettent les jambes avec une baguette ; ce réveil est suivi d’une collation avec café et gâteaux. Mais surtout c’est la coutume du lièvre de Pâques, suivant laquelle les enfants dressent le Samedi Saint dans la maison ou le jardin des « nids » où le lièvre déposera des œufs colorés, du chocolat, des sucreries. Dans d’autres endroits les enfants doivent chercher les œufs et les bonbons que les parents ont cachés. Cette coutume s’est répandue, sous le nom de Coelho da Pascoa ou lapin de Pâques, dans les milieux luso-brésiliens des villes, où les magasins exposent des milliers de lapins en feutre ou en carton, en sucre ou en chocolat. On offre aussi d’autres cadeaux comme à Noël ou au Jour de l’An.

35Le premier janvier. — Le début de l’an est salué par des coups de fusil, des pétards, des sirènes ; on échange des vœux et des douceurs. Dans certaines colonies il est aussi d’usage de chauffer du plomb dans une cuiller et de le tremper dans l’eau froide pour deviner, suivant les formes diverses qu’il prend, ce que réserve la nouvelle année. La fête des Rois se célèbre chez les catholiques avec les mêmes visites, chants, vœux, cadeaux et sucreries. Participent toujours à ces fêtes des musiciens jouant de la musique de circonstance ou des marches joyeuses qui entraînent les jeunes et galvanisent les moins jeunes.

  • 17 Koloniekerb, Koseritz Deutsche Volkskalender, 1899, p. 388 ; Kerb, Almanach do Correio do Povo, 193 (...)

36Le Kerb. — La plus typique des colonies, c’est la fête votive de la paroisse, le Kerb (abréviation de Kircheweihfest). Bien qu’elle ait perdu progressivement son caractère essentiellement religieux pour devenir la fête du village et qu’elle réunisse souvent à la même date protestante et catholique, c’est celle qui a le moins changé depuis le début de la colonisation17. Les modalités de détail varient parfois (date fixe ou samedi dimanche-lundi, entrée libre ou payante dans les bals, ordre des danses). Mais la fête populaire est restée identique à elle-même. Généralement elle commence par un culte solennel ou une grand-messe le matin et s’associe dans l’après-midi à une kermesse avec stands, jeux pour enfants, tombola, etc. Quand le caractère religieux a diminué ou quand la fête est commune aux deux confessions, l’après-midi est aussi consacré à la danse. Les repas se prennent en famille, autour d’immenses tables abondamment garnies, parce que nombre de parents vivant dans les districts voisins ou dans les villes viennent ce jour-là. Il y a toujours bal de nuit. C’est l’essentiel du Kerb. (Voir photos 39 et 40, pl. XII.) La salle des fêtes est décorée de branchages, de palmes, de guirlandes de fleurs de papier crépon ; le parquet a été frotté à la bougie ; de longues tables font le tour de la salle, permettant à plusieurs groupes de s’asseoir les uns à côté des autres. Les jeunes filles ont une robe et des souliers neufs, les jeunes gens étrennent souvent un costume. Ils dansent des valses et des marches, des sambas et des tangos, mais le rythme n’est pas exactement le même que dans les bals luso-brésiliens, il a quelque chose de plus lourd. Bien que la règle soit de ne pas converser avec la cavalière et de l’abandonner au milieu de la piste à la fin de la danse, le Kerb joue un rôle dans la préparation des mariages. Danses et repas alternent toute la nuit du dimanche et du lundi. Cependant à une époque récente et dans la mesure où le Kerb perd son caractère religieux, la fête commence le samedi soir. Elle est suivie non seulement par les Teuto-Brésiliens des campagnes et des villes, mais aussi de plus en plus par les Luso-Brésiliens.

  • 18 Willems, A Aculturação, p. 448 ; Krebs, Schmier, P.S.P., 15, p. 86 ; voir aussi les romans de Moog,(...)
  • 19 Revista do Globo, 22 juin 1946, p. 29-31 ; Cf. aussi ci-dessus p. 27. Tous les auteurs du xixe sièc (...)

37Dans toutes les fêtes, qui permettent aux colons de se réunir et d’oublier leur labeur quotidien, la danse occupe une place prépondérante, à la différence des zones rurales luso-brésiliennes où la vie sociale est traditionnellement réservée aux hommes. La liberté apparente laissée à la femme et à la jeune fille dans la colonie paraissait blâmable18. La différence qui existait entre les deux conceptions de la vie sociale tend à diminuer, surtout dans les bourgs et les villages teuto-brésiliens et les petites villes lusobrésiliennes, mais elle est encore notable entre les paysans et les habitants des fazendas : ils n’ont ni le même genre de vie ni les mêmes distractions. Dans la Campanha, ce sont les longues soirées autour du feu, sous le galpão, le récit et le chant accompagné de la guitare ou de l’accordéon pendant que circule le chimarão, les réunions du dimanche au bolicho où l’on boit la cachaça, et les courses de chevaux19. Les femmes, dont on célèbre les charmes ou dont on maudit l’infidélité dans les chants et dans les poèmes, sont presque toujours absentes de la vie sociale, tandis qu’elles participent à celle des colonies, en particulier au sein de multiples associations.

b. Les sociétés teuto-brésiliennes

38On prétend généralement que les Allemands ont de la joie à se grouper. C’est ce que confirme le nombre des sociétés qu’ils ont fondées ou constituées dans le Rio Grande do Sul. Certaines de ces associations avaient des fins spirituelles ou éducatives, nous les étudierons sous les rubriques de l’église et de l’école ; d’autres avaient en vue la bienfaisance, d’autres le divertissement, et ce n’est pas dans la sphère récréative que les influences de la culture d’origine ont persisté avec le moins de force.

1. L’apparition des sociétés

39Contrairement à ce qu’on pourrait penser les sociétés allemandes n’ont pas été constituées par les vagues d’immigrants initiales car les voyageurs qui ont visité le Rio Grande do Sul vers 1850 ont été frappés de cette carence. La première société fut fondée seulement en 1855. Contrairement aussi à ce qu’on pourrait penser ce ne fut pas à São Leopoldo, berceau de la colonisation allemande, mais à Pôrto Alegre, car la plupart des sociétés « vétéranes » sont nées en ville et non dans les colonies rurales.

  • 20 Hoermeyer, Beschreibung, p. 48.

40Ainsi durant les premières décennies les immigrants n’auraient eu que des préoccupations matérielles. Les colons auraient lutté seulement pour assurer leur « survie biologique » dans les conditions que l’on sait ; les premiers commerçants ne se seraient réunis plus ou moins régulièrement dans un café ou dans le magasin de l’un d’entre eux que pour s’entretenir de leurs affaires. Les Allemands dansaient parfois, mais ne connaissaient encore au milieu du xixe siècle, même à Pôrto Alegre, « ni bal ordonné ni théâtre ni sociétés chorales »20. Les sociétés apparurent seulement lorsque les commerçants eurent acquis une certaine prospérité et que les Brummers eurent réveillé le Deutschtum, le germanisme. Ils furent à des titres divers les fondateurs de ces associations qui ont prospéré et les initiateurs de celles qui ont proliféré par la suite dans les colonies.

  • 21 Verband, Hundert Jahre, p. 298-300 ; Krahe, Die Gesellschaft Germania in Pôrto Alegre, Koseritz D. (...)

41C’est donc à Pôrto Alegre que furent fondées les premières associations allemandes. La doyenne est la société Germania, aujourd’hui Independencia, constituée en 1855 par 28 membres, et qui résume peut-être la petite histoire du germanisme à Pôrto Alegre21. Elle organisa d’abord des bals, puis des défilés de Carnaval auxquels elle renonça à partir de 1886, préférant donner à ses fêtes un ton plus distingué. En 1868 elle constitua un groupe de chant, commençant aussitôt à donner des concerts ; puis une troupe de théâtre. Sa bibliothèque, ses salles de lecture, son bar s’ouvrirent successivement. Sa première manifestation publique avait été en 1863 la célébration du cinquantenaire de la bataille de Leipzig, puis après 1871 la fête de Bismarck et la fête du Kaiser, puis ses propres jubilés... En 1886 elle avait acquis un immeuble propre, au centre de la ville (Rua Dr. Flores), ample et bien aménagé. Il fut détruit en 1917 lors des troubles provoqués par le torpillage de bateaux brésiliens. La société renaît de ses cendres après la fin de la guerre et s’installe somptueusement dans le quartier aristocratique d’Independencia. Ses statuts, qui lui interdisaient la politique même dans les réunions et dans les fêtes, lui fixaient comme but « le maintien de la langue allemande, de l’art allemand et des mœurs allemandes ». Elle fut noyautée par le parti national socialiste et abrita mainte manifestation pro-hitlérienne jusqu’en 1938 ; aussi fut-elle à nouveau mise à sac en 1942 lors du torpillage de navires brésiliens et de l’entrée du Brésil dans la seconde guerre mondiale. Son immeuble fut occupé par le Quartier Général de la 5e Région aérienne jusqu’en 1954, date à laquelle il fut restitué à la Société qui reprend ses activités.

  • 22 Verband, Hundert Jahre, p. 301-302 ; Daudt, Brasileiros, p. 94 ; Album comemorativo 1939, p. 27. Vo (...)

42La seconde association fut la Société allemande de secours (Deutsche Hilfsverein) fondée à Pôrto Alegre en mars 1858 pour secourir les Allemands indigents et payer leurs frais d’hospitalisation ou d’ensevelissement ; elle accorda aussi des aides aux écoliers pauvres, acquit un terrain sur lequel fut construit un hôpital modèle en 1914, fonda des écoles. Elle a joué un grand rôle dans les deux domaines de la culture et de la charité22.

  • 23 Verband, Hundert Jahre, p. 303 ; A Veterana. 75° anniversario da Sociedade Leopoldina, 1938, 88 p.  (...)

43La Société Leopoldina baptisée du nom de Marie Leopoldine de Hasbourg, la première impératrice du Brésil, fut fondée en 186323. Elle fusionna en 1943 avec le Club Recreio Juvenil fondé en 1903. C’est la seule société teuto-riograndense qui ait subsisté sans interruption mais non sans à-coups depuis sa fondation, puisqu’elle fut pillée elle aussi lors des conflits germano-brésiliens. Elle était pourtant résolument teuto-brésilienne, bilingue, patriotique : elle célébrait régulièrement les fêtes nationales brésiliennes, de la prise de Montevideo en 1865 à la Révolution de 1930 en passant par l’abolition de l’esclavage en 1888. Elle a donné des fêtes et bals fameux par leur luxe et leur goût, elle possède un siège magnifique, une piscine fréquentée par les jeunes filles de l’aristocratie, bref c’est elle qui a le plus de prestige social dans la ville après le Club du commerce.

  • 24 Verband, Hundert Jahre, p. 307-310, 316-321.

44Il est impossible de retracer ici l’histoire de toutes les sociétés allemandes de Pôrto Alegre, car mainte d’entre elles a été l’objet de monographies ou mériterait de l’être, comme la Société Concordia (1874), comme le Krankenverein (1868) et les nombreuses sociétés de secours mutuels, de « Bourgeois », de commis voyageurs (1885), de naturistes (1894), d’excursionnistes (1883), de Bavarois (1905), de photographes amateurs (1907), d’imprimeurs (1916), d’anciens élèves des écoles teuto-riograndenses, etc.24.

  • 25 Verband, Hundert Jahre, p. 310-315 ; Das Turnwesen in Rio Grande do Sul, Koseritz D. Volkskalender, (...)
  • 26 J. Aloys Friedrichs, Rotermund Kalender, 1923, p. 36-39 ; Friedrichs, Bismarckrunde in Porto Alegre (...)

45Il faudrait aussi pouvoir faire place aux sociétés sportives, nées presque toutes à Pôrto Alegre. La première société de Gymnastique, baptisée successivement Turnerbund et Sogipa (1867), a joué un rôle admirable pour la diffusion de l’athlétisme dans la capitale et dans le Rio Grande tout entier25. Comptant actuellement plus de 3.000 membres actifs elle est la pépinière des recordmen et recordwomen riograndenses ; elle a vu naître la gymnastique, l’athlétisme, le foot-ball, le scoutisme, etc. ; elle a abrité aussi une section de tir ; elle a organisé des fêtes, des représentations théâtrales et des concerts, des rencontres internationales-C’est elle qui a engagé la lutte contre l’infiltration national-socialiste dans les associations teuto-riograndenses. Elle avait pourtant eu comme fondateur un commerçant allemand né à Hambourg (A. Schuett) et comme président presque sans interruption de 1893 à 1929 Aloys Friedrichs, fondateur et animateur du Bismarckrunde, fier de son origine allemande, mais profondément et sincèrement brésilien26. Comme Koseritz, il s’était fait naturaliser très vite et il a exercé une profonde influence dans les milieux teuto-brésiliens.

  • 27 Mazeron, Reminicencias de Pôrto Alegre, p. 31 et 54 ; O Tiro 4, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2725 (...)
  • 28 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 164-170 ; Daudt, Brasileiros, p. 129-146.

46Il faudrait pouvoir résumer l’histoire des sociétés de tir, par exemple du Tiro de Guerra no 4, organisme de préparation militaire dont presque tous les instructeurs, les membres et les élèves étaient d’origine germanique. Ce fut l’un des principaux foyers d’assimilation des Teuto-Riograndenses27. On devrait citer toutes les sociétés sportives, du tennis au cyclisme, du rowing au foot-ball qui fut introduit à Pôrto-Alegre par un jeune employé de commerce allemand en 1903 et qui éclipse maintenant les autres sports jusque dans les colonies rurales et bien entendu dans toutes les villes brésiliennes28.

  • 29 Daudt, Brasileiros, p. 173-177.

47Il faudrait indiquer que les sociétés de Bolão (jeu de quilles) ont constitué une fédération, organisé un championnat. Continuant à faire les belles soirées des Teuto-Riograndenses, elles comptent un nombre croissant d’adeptes d’autre origine29.

  • 30 Verband, Hundert Jahre, p. 322-323 ; Daudt, Brasileiros, p. 87 ; Deutsches Mannerquartett, Festschr (...)

48Il faudrait enfin pouvoir décrire le rôle des sociétés artistiques, en particulier des sociétés musicales30. Les plus nombreuses et les plus anciennes sont les sociétés de chant, comme l'Harmonie chorale fondée à Pôrto Alegre en 1881, le Quatuor masculin de 1887 « fidèle et Allemand ». Le Club Haydn fondé en 1897 a toujours continué à donner plusieurs concerts instrumentaux de valeur chaque année (au total plus de 200 en soixante ans), avec d’excellents musiciens amateurs (50 instrumentistes, 50 choristes) et quelques bons solistes sous la baguette de chefs allemands ou teuto-riograndenses. Le nombre des sociétaires est passé de 15 à 500 et celui des auditeurs de 29 à plus de 1.000.

  • 31 Centro 25 de Julho fondé en 1934 ; Py, O Nazismo, II, p. 9 et 123 ; Brasil Post, 16 mai 1953 ; Beck (...)

49Pôrto Alegre est devenu tout naturellement le siège de la plupart des fédérations teuto-riograndenses et son influence sur les colonies en a été notablement accrue, comme on a pu le voir à l’apogée du national-socialisme au moment où s’affrontèrent les tendances prohitlériennes prépondérantes et les autres, ou comme le révèle encore le rayonnement du Centra 25 de Julho, fondé pour commémorer l’anniversaire du débarquement des premiers immigrants allemands à São Leopoldo, devenu un centre artistique et culturel de grande importance dans et pour le Rio Grande..Après avoir été mis en veilleuse durant la guerre, il a retrouvé un éclat plus vif que jamais sous la direction de l’éditeur F. Rotermund de São Leopoldo31.

50C’est naturellement dans les colonies, particulièrement dans leurs zones rurales, que se trouvent la plupart des sociétés teuto-riograndenses.

2. Le foisonnement des sociétés dans les colonies

51En 1924, au bout de cent ans de colonisation allemande, il existait dans le municipe de São Leopoldo-Novo Hamburgo 66 sociétés dont 8 seulement dans le premier district (ville de São Leopoldo), 11 dans le deuxième district (Novo Hamburgo) et 47 (soit 71 %) dans les districts purement ruraux.

  • 32 Verband, Hundert Jahre, p. 333-335 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 62 ; Correio do Povo, 1 (...)
  • 33 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 71-73.

52A São Leopoldo la première société fut fondée,en 1858, la Société Orpheus ; elle possédait en 1923, 298 membres, un vaste local et une importante bibliothèque ; du point de vue du rayonnement social elle est encore la principale et c’est dans ses salons que se donnent les grandes fêtes32. Vinrent ensuite la Leopoldenser Turnverein, fondée en 1885, avec 350 membres, possédant son immeuble propre ; la Société Eintracht, fondée en 1896, avec 130 membres, possédant son immeuble ; la Société de bienfaisance União Operaria Leopoldense fondée en 1899, avec 340 membres ; puis les sociétés sportives : Tennis Club São Leopoldo (1913), Club riograndense (1914), Sport Club Nacional (1915), Sport Club Guarany (1920)33.

  • 34 50 Jahre Gesangverein Frohsin, 1888-1938, p. 9-13.
  • 35 Petry, O Municipio de Novo Hamburgo, p. 89-92.

53A Novo Hamburgo la première société fut la Société Frohsinn (chant, musique et théâtre), fondée en 1888 : elle avait en 1923 260 sociétaires, son immeuble propre avec une salle de spectacle et une bibliothèque34. Les sociétés de tir apparurent à Novo Hamburgo en 1892 (143 membres) et à Hamburgo Velho en 1896 (93 membres), les sociétés de gymnastique à Novo Hamburgo en 1892 (340 membres) et à Hamburgo Velho en 1894 (270 membres), chacune ayant son propre immeuble, puis quatre clubs sportifs, presque tous de football, fondés entre 1911 et 1920, la Société Bruderbund, fondée en 1917 avec 80 membres et le Cercle de danse de la jeunesse fondé en 192135.

54A Lomba Grande, l’un des districts les plus anciens, furent successivement fondées la Société Eintracht, la Société de tir, le Tir de guerre no 224 et deux clubs de sport.

55A Dois Irmãos, nous trouvons la Société de bienfaisance, la Société de tir et quatre clubs de sports et jeux.

56A Bom Jardim, la Société de tir, la Société de chant Eintracht et la Société mixte de chant.

57Dans chaque picada, nous retrouvons les sociétés types : Recréation, chant, tir et sport.

  • 36 Deutsches Vereinswesen auf der Serra, Kalender der Serra Post, 1931, p. 165-182.

58En 1931, la région d’Ijui comptait 130 sociétés récréatives, dont 18 de chant, 37 de tir et d’équitation, 7 de gymnastique, 15 de quilles, 5 de football36.

59Dans l’une des nouvelles colonies du Plateau, Serra do Cadeado, fondée en 1901, nous voyons apparaître dix sociétés scolaires entre 1905 et 1922 (4 protestantes, 5 catholiques, et 1 mixte) le chœur de l’église catholique en 1903 et celui de l’église évangélique en 1904, la Société de chant Frohsinn en 1908, la société de jeu de quilles et de chant Frohlich en 1915, la société de gymnastique Gut Heil en 1916, deux sociétés de chant en 1921 dans l’intérieur de la colonie, une société de tir en 1923 et l’Union paysanne en 1924. Au total 695 membres inscrits en 1924 sur 3.500 habitants dans la colonie : un habitant sur cinq fait partie d’une société, chaque famille est représentée dans une société au moins.

  • 37 Petry, Historia, p. 40. Certaines statistiques de 1942 paraissent même surprenantes : S. Leopoldo 7 (...)

60« Il y a peu de picadas sans une société de tir ; les clubs de quilles sont innombrables ; appartenir à un club de football est quasi obligatoire pour un jeune homme qui se respecte et il y a même des clubs féminins de tir et de jeu de quilles dans beaucoup d’endroits. On peut presque dire qu’il y a un excès de clubs et de sociétés dans les colonies »37.

  • 38 Tonnelat, L’expansion, p. 119-133. De même Py, O Nazismo, II, p. 8.
  • 39 Willems, A Aculturação, p. 558.

61Tonnelat, qui en constatait le pullulement, citait les « Vereine » comme l’un des éléments de la résistance du Deutschtum38. A la veille de la dernière guerre, les asso dations teuto-brésiliennes dépassaient le nombre de 350. « Nationalisées », elles ont subsisté surtout dans les colonies où elles jouent un grand rôle. Les associations rurales, multipliées jusque dans les plus petites localités, avaient beaucoup plus d’importance qu’en Allemagne parce qu’elles représentaient avec la famille et l’église la troisième cellule de la vie des colons teuto-brésiliens ; c’est le plus souvent par le biais de la récréation qu’elles ont entretenu une tradition culturelle d’origine allemande39. Mais on peut se demander, bien que cela paraisse paradoxal, si elles n’ont pas contribué à l’adaptation des colons au milieu riograndense.

3. L’évolution du rôle des sociétés

  • 40 La première grande « Saengerfest » du Rio Grande do Sul a eu lieu le 1er février 1862 à São Leopold (...)

62Les sociétés de chant, qui sont parmi les plus anciennes des sociétés récréatives, ont pratiqué non seulement le chant sacré, mais aussi le lied allemand. Ce fut le moyen spontané d’évoquer le souvenir nostalgique de la Patrie abandonnée, lorsque se réalisaient de grandes concentrations de colons. Puis l’importance du chant attira l’attention des organismes pangermanistes40.

63Cependant beaucoup de sociétés, bien avant les campagnes de nationalisation, avaient dans leur répertoire de nombreux chants composés en allemand à la gloire du Brésil ou célébrant la vie des colons dans 1’Urwald brésilien ; certains ont été traduits en portugais et ont dépassé les cercles teuto-brésiliens où le chant en portugais s’est développé progressivement : aujourd’hui ces sociétés sont bilingues. Mais elles n’ont plus la même importance qu’au xixe siècle, parce que le rythme de la vie s’accélère jusque dans les colonies où il n’y a sans doute plus autant de bonne volonté pour les répétitions (voir photo 38, pl. XII).

64De même le théâtre d’amateurs a connu un déclin irrémédiable et n’est plus pratiqué que dans quelques collèges teuto-brésiliens, comme le Colegio Evangelico de São Leopoldo qui organise des tournées dans les établissements du Synode mais dont le3 programmes sont entièrement composés de pièces en portugais.

  • 41 Krebs, Ulanos no Brasil, Revista do Globo, 28 avril 1951, p. 431-433.
  • 42 Funke, Aus D. Brasilien, p. 145 ; Daudt, Brasileiros, p. 154-156 ; Born, 125° aniversario, p. 67.

65De même ont disparu depuis la deuxième guerre mondiale les derniers clubs de cavalerie connus dans les colonies sous le nom de « clubs de Uhlans » dont les membres adoptaient un uniforme militaire, pratiquaient des exercices d’ordre serré ou des jeux équestres, campaient et défilaient périodiquement ; dans certaines d’entre elles, composées d’anciens combattants du Paraguay ou d’anciens soldats, les commandements se faisaient en portugais41. L’importance des sociétés de tir, elle aussi, avait décru progressivement jusqu’à leur interdiction42.

  • 43 Tonnelat, L’expansion, p. 135 ; Moraes, Raizes da população (Schidrowitz, Rio Grande do Sul, p. 140 (...)

66Depuis le début du XXe siècle l’emploi de la langue allemande avait reculé dans toutes les sociétés récréatives teuto-riograndenses et la culture locale avait perdu une part de son caractère germanique. Peu à peu étaient abandonnées des traditions comme le récit des contes et légendes et les réunions pour boire et fumer, tandis qu’étaient adoptées certaines coutumes brésiliennes, des fêtes du carnaval au jeu de la loterie, de l’usage des pétards aux churrascos de réception ou d’adieu aux hommes politiques et aux fonctionnaires importants43.

  • 44 Willems, A Aculturação, p. 570.

67Mais l’exemple le plus curieux reste celui du football : introduit par les Allemands dans les villes il s’est répandu dans tout le Rio Grande do Sul où comme dans le reste du Brésil il est devenu le sport national. Il a pénétré dans les colonies au bout d’un certain temps avec une, terminologie portugaise et il a été l’un des plus puissants éléments d’assimilation ou plus exactement de fusion des ethnies, d’autant qu’à la différence des anciennes sociétés de gymnastique ethniquement homogènes, les clubs de football purement teuto-brésiliens sont devenus très rares : membres honoraires, membres actifs et joueurs sont des Brésiliens de toute origine44.

68C’est en effet une double évolution qui s’est opérée dans les mœurs des descendants d’immigrants allemands : si leur attachement aux traditions germaniques leur a permis de conserver une bonne part de leurs coutumes et même d’en transmettre quelques-unes aux Riograndenses d’autre origine, en revanche l’influence du milieu s’est accentuée avec le temps et a transformé dans une certaine mesure leur manière de vivre.

c. La dégradation de l’esprit germanique

1. L’abandon des anciennes mœurs

  • 45 Lacmann, Ritte, p. 156 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 365 ; Collin-Ross, Südamerika, p. 262 ; Roterm (...)

69La gravité des pertes subies par le patrimoine culturel des Teuto-Brésiliens depuis la fin du xixe siècle a frappé certains voyageurs allemands, surtout ceux qui s’intéressaient à la vie spirituelle des colons45. Ainsi c’est au moment où l’opinion brésilienne commença à redouter le pangermanisme que les descendants d’émigrants apparaissaient dégermanisés aux yeux des Allemands et c’est dans les colonies rurales que la dégradation de l’esprit germanique leur était particulièrement sensible.

70Devrons-nous donc réviser l’idée communément admise que le germanisme a été favorisé par l’isolement des colonies, tandis que les villes étaient les creusets où s’opérait la fusion des ethnies ? Il nous faut en tout cas ne porter qu’un jugement nuancé. Les villes ont été des points d’attraction et de contact, mais aussi des centres de diffusion de l’instruction secondaire en allemand et des idées modernes venues d’Allemagne, c’est-à-dire des noyaux de résistance à l’assimilation. C’est dans les villes que le germanisme s’est senti le plus menacé par la civilisation luso-brésilienne, en raison même des contacts qu’il avait avec elle. Apparemment les citadins restaient moins Allemands que les paysans mais ils l’étaient plus consciemment. Cela s’explique sans doute par le misonéisme rural, mais aussi par l’influence de phénomènes particuliers aux colonies teuto-riograndenses autour desquels il nous semble que l’on peut grouper les nombreux traits relevés par les voyageurs ou les sociologues allemands qui ont cherché par exemple à mesurer les différences séparant le colon teuto-riograndense du paysan allemand.

  • 46 Willems, A Aculturação, p. 264.
  • 47 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 104.

71On ne saurait surestimer l’influence de la mobilité de la population agricole. « Virtuellement le colon teuto-brésilien est toujours disposé à vendre ses champs et sa maison et à recommencer sa vie dans une autre zone plus ou moins lointaine dont on lui a vanté les possibilités économiques. »46. « Il lui manque l’enracinement à la terre, la fidélité à la motte. »47. Le colon teuto-brésilien, n’étant pas sédentaire, ne ressent pas cette action tellurique dont le rayonnement semble protéger le paysan européen ; étant nouveau venu il n’éprouve pas cet attachement traditionnel au sol que l’on considère comme la vertu essentielle de la paysannerie. Si bien qu’il peut paraître plus proche du caboclo dont il a conservé la technique destructrice que du paysan allemand dont il a perdu la mentalité terrienne. Ayant quitté l’Allemagne parce qu’il ne pouvait pas accéder à la propriété de la terre, l’immigrant ne s’est pas satisfait de celle qu’il pouvait acquérir au Brésil. Loin de s’y stabiliser, il a éprouvé comme une sorte de vertige devant l’immensité de l’espace vierge. L’agriculteur teuto-brésilien n’a pas encore retrouvé l’équilibre du vrai paysan.

72Il est certain que leur isolement sur le front forestier a rétréci l’horizon culturel des colons. La nécessité de survivre dans un milieu étouffant et le désir d’améliorer une position sociale précaire ont donc orienté le colon vers des préoccupations essentiellement utilitaires et ont abouti à une mercantilisation de la vie des teuto-brésiliens, à une sorte d’égoïsme matérialiste. Les auteurs allemands déplorent et l’abandon des vertus morales individuelles et la perte du sentiment de la solidarité ethnique, car la compétition économique divise la communauté avant de l’opposer à d’autres groupes d’origine différente. On a dénoncé et l’âpreté au gain des commerçants qui exploitent les colons et la spéculation de certains Teuto-Brésiliens contre leurs compatriotes à propos des terres.

  • 48 Collin Ross, Südamerikn, p. 265 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 129 ; Porzelt, Der deutsche Bauer,(...)
  • 49 Zoeller, Die Deutschen, p. 134 ; Grothe, Im Kamp, p. 97.
  • 50 Ne pouvant étudier ici toute cette question, nous nous contenterons d’indiquer d’abord les prénoms (...)

73Surtout cette conception matérialiste de la vie aurait provoqué, en même temps qu’un obscurcissement de la conscience ethnique, un recul de l’instruction, une baisse du niveau culturel, une ignorance étonnante des choses et des gens d’Allemagne. On a parlé, en se plaçant au point de vue allemand, d’une dégénérescence intellectuelle causée par le climat, l’alcoolisme, la superstition, etc.48. La preuve en serait fournie par les chocs qui se produisent quand des immigrants récemment arrivés d’Allemagne rencontrent les colons teuto-brésiliens ; ils trouvent des hommes de même origine mais qui sont de nationalité brésilienne, qui se comportent en citoyens brésiliens, qui parient portugais, qui ont des coutumes très différentes, qui leur paraissent « barbares »49. Il n’est jusqu’aux prénoms préférés des colons teuto-riograndenses qui ne surprennent les Allemands. Certes ils sont différents de ceux des autres Riograndenses, mais ils ne sont plus « allemands »50.

  • 51 Koehler, Brasilien, p. 239 ; Kuder, Die d-b. Literatur, I.A.A., X, 4, p. 485 ; Willems, Assimilação (...)

74Si les Teuto-Brésiliens sentent l’étonnement et le mépris des nouveaux venus, qui ont la supériorité d’arriver d’Allemagne avec un horizon de vie plus large et un patrimoine technique et culturel plus grand, ils les appellent Neudeutscken et ne les accueillent pas favorablement51. C’est donc qu’ils mesurent leur originalité par rapport aux Allemands purs et qu’ils ont conscience d’avoir des intérêts comme des préoccupations propres. Cette différence s’est accrue constamment dans la mesure même où l’Allemagne s’est transformée depuis plus d’un siècle. Les nouveaux venus sont d’ailleurs adoptés au bout de quelques années, quand ils se sont eux-mêmes adaptés au Rio Grande. Le milieu a donc exercé sur les groupes sociaux une influence nette, rapide, considérée comme bénéfique par certains auteurs du xixe siècle, plus ample assurément qu’elle ne le semble au prime abord.

2. Les acquisitions locales

  • 52 Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 44 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 106 ; Metzler, Deutschbrasilia (...)

75Le colon a dû se forger de nouvelles règles de vie, mais il a respiré le même air de liberté que les Gauchos. C’est une image récente, peut-être tendancieuse, que l’on nous donne de ces paysans en le prétendant conservateur et pacifique, alors qu’ils étaient soucieux du respect de leurs droits, ardents à sauvegarder leur indépendance52.

76Certes l’étude des problèmes religieux et linguistiques nous montrera les difficultés rencontrées par le Brésil pour assimiler les immigrants et leurs descendants. Mais ces difficultés viennent en grande partie du fait que la transplantation des colons leur a valu d’acquérir certaines coutumes, voire même certains traits du caractère brésilien, comme l’amour de la liberté individuelle et la défense contre les empiétements de l’État, sentiments que l’administration brésilienne se devait de refouler le plus longtemps possible.

77Diverses coutumes ont été empruntées d’autant plus volontiers aux Vieux Riograndenses qu’elles consacraient la nouvelle indépendance des colons. Dans les colonies comme dans la Campanha le port d’armes était vite devenu quotidien et général. Il est resté encore très fréquent malgré son interdiction par le gouvernement Vargas, car il affranchissait les immigrants des anciennes contraintes subies dans leur pays d’origine. De même la pratique générale de la chasse n’a pas été qu’une conséquence de la nécessité de détruire les animaux nuisibles ; elle s’est épanouie avec toute la vigueur que lui (Tonnait la satisfaction d’un désir apporté d’Allemagne où il avait été constamment refoulé à cause de la structure sociale.

  • 53 Ave Lallemant, Reise, p. 128 ; Lacmann, Ritte, p. 149 ; Fürrer, Deutsche Brauchtum, p. 114 ; Roterm (...)

78L’adoption de ces coutumes brésiliennes ne coûtait donc aucun effort aux immigrants ou à leurs descendants ; elle flattait même le sentiment de leur dignité53. L’équitation, par exemple, a été un puissant facteur d’assimilation : elle faisait du colon l’égal du cavalier de la pampa, c’est-à-dire de l’élément socialement prépondérant dans le pays.

79C’est encore aux Luso-Brésiliens que les colons ont emprunté une autre coutume dont l’automatisme leur a donné un nouveau trait de caractère. Pour les hommes perdus dans la pampa, elle avait été un devoir sacré de solidarité humaine ; le Gaucho, qui avait et qui a encore un sens très poussé de ses devoirs envers l’hôte, le reçoit avec autant de délicatesse que de noblesse naturelle ; c’est de lui que les colons perdus dans la forêt ont appris à pratiquer la même hospitalité « riograndense ».

80Le nouveau milieu a enseigné aux colons une autre philosophie de la vie. Ils ont adopté, eux aussi, un mot bien « brésilien » dit-on, qui avait fait horreur aux voyageurs allemands du xixe siècle, paciencia ! Sans être impertinent comme notre minute ! argotique, il est trop complexe pour être traduit par attendez ; il correspond à toute une structure mentale. Il ne sous-entend ni la paresse ni l’apathie, encore qu’il accompagne une certaine lenteur au travail ; il exprime plutôt une sorte de sagesse : « Savourez donc le moment que vous êtes en train de vivre ». Le peão qui semble ne faire alterner que la cavalcade et le farniente accomplit des tâches demandant de l’endurance, de la décision et du courage, il a besoin de détente. De même le colon qui mène une vie laborieuse fait la sieste à l’ombre et bavarde volontiers avec les voisins ou les passants ; cette flânerie occasionnelle ne traduit-elle pas le calme du rural, son adaptation au rythme de la nature, sa quiétude d’âme que les citadins lui reprochent parce qu’ils ne sont plus capables de la connaître ? C’est sans doute la meilleure défense contre l’affaiblissement du système nerveux par le climat et contre l’épuisement que provoqueraient des réactions trop brutales devant l’adversité des éléments, sinon devant celle des hommes.

  • 54 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 107 ; Waibel, Principios, p. 198.

81Avant de juger les colons il faut connaître les conditions parfois contradictoires de leur existence ; pour cela il faut séjourner assez longtemps parmi eux, partager leurs tâches et leurs distractions, comprendre que leur existence peut être heureuse dans la mesure où il y a harmonie entre l’homme et le cadre de sa vie quotidienne. Alors qu’importe si le colon teuto-brésilien paraît en retard de 100 ans sur le paysan allemand ?54

2. LA VIE SPIRITUELLE

82Cette partie de notre étude sera sans doute la plus délicate, car elle embrasse des phénomènes dont la réalité profonde n’est pas souvent quantitative et dont l’appréciation objective semble difficile. Il est pourtant indispensable de décrire les réactions culturelles des Teuto-Riograndenses et de rechercher d’une part quels éléments intellectuels et spirituels ont orienté leur vie, d’autre part quelle influence ils ont exercée sur l’âme du Rio Grande.

A. La culture

83Dans quelle mesure peut-on parler de Deutschbrasilianertum ? Les Teuto-Riograndenses ont-ils conservé leur culture d’origine ? Qu’ont-ils apporté aux Vieux Riograndenses et qu’en ont-ils reçu ?

a. La langue des Teuto-Brésiliens

84Il convient tout d’abord de distinguer deux phénomènes différents et d’importance inégale, à savoir la conservation d’un parier germanique et l’acquisition du portugais par les Teuto-Riograndenses.

1. La diffusion du portugais

  • 55 Tschudi, Reisen, p. 32. L’expansion de l’allemand se mesure au nombre de noms de lieux allemands da (...)

85Lorsque les premières colonies furent fondées sur le rebord de la Serra, leur isolement condamnait les immigrants à conserver l’usage de leur propre langue. Sans contacts avec les éléments, luso-brésiliens, ils n’avaient ni le besoin ni l’occasion d’apprendre le portugais qui recula même à mesure que s’étendait la zone de colonisation55.

  • 56 Tschudi, Reisen, p. 27 ; Mulhall, O Rio Grande do Sul, p. 57 ; Canstatt, Brasilien, p. 415 ; Lacman (...)
  • 57 Eye, Der Auswanderer, p. 144.
  • 58 Les Teuto-Riograndenses de la seconde génération étaient déjà bilingues (Zoeller, Die Deutschen, 18 (...)

86Cette ignorance du portugais dans les colonies était quasi totale vers 1875 ; elle est attestée par les témoignages de nombreux voyageurs comme par des documents officiels brésiliens ; elle est proclamée à la tribune de l’Assemblée provinciale dès 1866 ; en 1869, un député affirme la nécessité de traduire les lois en allemand pour qu’elles puissent être connues des colons ; en 1891, le journal « Kolonie » de Santa Cruz demande, pour la même raison, que les décisions du Conseil Municipal soient publiées en allemand. On a souvent signalé l’existence de nègres ne parlant que l’allemand, comme leurs maîtres56. On a même considéré comme nécessaire d’envoyer dans les écoles publiques des colonies des. Instituteurs pariant l’allemand pour qu’ils puissent être compris de leurs élèves. L’emploi exclusif de l’allemand s’est prolongé au-delà de la fin de l’Empire, car en 1885, on souligne encore les progrès de la langue allemande dans les colonies où les immigrants peuvent vivre « sans comprendre un mot de portugais »57 Cependant les progrès du portugais ont commencé avec le développement des moyens de communications, avec la multiplication des contacts entre les différentes ethnies et avec l’installation de nouvelles colonies sur le Plateau au milieu de la zone luso-brésilienne. Ils ont continué avec l’instauration des tirs de guerre, puis du service militaire obligatoire. Enfin ils ont été rendus décisifs par la multiplication des écoles publiques58.

87Aujourd’hui il n’y a plus de colons parlant seulement l’allemand. Certes c’est à l’école qu’une partie d’entre eux a appris le portugais, comme les petits Français de diverses provinces, pariant un dialecte ou un patois en famille, apprennent à l’école l’usage correct du français. Même quand ils conservent un accent prononcé les Teuto-Riograndenses parlent couramment le portugais. L’allemand a donc cessé d’être leur langue exclusive, encore qu’elle soit restée souvent leur préférée.

88L’un des plus importants moyens de propagation du Portugais est le plus récent, la T.S.F. Sans en avoir été priée, sans appliquer aucun système, sans exercer aucune contrainte, la radio a plus fait peut-être que l’école pour l’expansion de la langue nationale dans les colonies, non seulement chez les enfants en complétant et en vivifiant les acquisitions scolaires, mais surtout chez les adultes qu’on ne pouvait pas renvoyer en classe.

  • 59 Cf. p. ex. : Brasil Post, 9 juin 1956.

89Les organismes culturels ou confessionnels teuto-riograndenses ont pourtant utilisé la radio chaque fois que cela leur fut possible dans la plupart des stations du Rio Grande, particulièrement à Pôrto Alegre, où nous trouvons en 1956, à Radio Itai le dimanche de 10 à 11 heures. L’Heure de Culture allemande (musique, poésie, causeries), le mardi de 20 à 21 heures L’Heure de bonne humeur, à Radio Diffusora le lundi et le vendredi de 20 à 20 heures 30 Les Voix de l’Allemagne (musique populaire, causeries), le mercredi de 20 à 20 heures 30, Les Maîtres de la Musique allemande, à la Radio Gaucha le samedi à 18 heures 45 L’Heure Luthérienne. D’autre part diverses maisons de commerce font diffuser des programmes de Mélodies allemandes dans le cadre des émissions publicitaires59.

  • 60 Sur le rôle du folklore : Almeida, O Folclore como elemento nacionaliádor, R.I.C., IV, 1, p. 58-67. (...)

90Cependant ces programmes ne représentent qu’une très faible part de ceux des stations de radiodiffusion et comme le nombre d’auditeurs s’accroît régulièrement, c’est par dizaines de milliers que les Teuto-Riograndenses entendent du portugais à longueur de journée : la clarté des slogans publicitaires, l’enthousiasme des reportages sportifs et la séduction des chansons à la mode contribuent aussi efficacement qu’agréablement à l’acquisition de la langue nationale. La popularité des vedettes luso-brésiliennes de la radio s’étend dans les colonies et y fait assurément beaucoup en faveur de « l’assimilation » des Teuto-Riograndenses60.

91Bref, le Portugais a cessé d’être pour eux une langue étrangère.

2. Le recul de l’allemand

  • 61 Mortara, Quelques observations sur l’assimilation linguistique, I.N.E.D., p. 55 ; I.B.G.E., Estatis (...)

92Il faut d’ailleurs marquer une différence entre la connaissance de la langue allemande qui reste générale et son usage quotidien qui a diminué régulièrement depuis la première guerre mondiale61.

93En 1940 on y a recensé 18.620 ressortissants Allemands et Autrichiens, dont 97 % parlaient habituellement l’allemand, contre 55 % seulement dans l’Etat de São Paulo ; l’usage de la langue allemande s’est maintenu dans le Rio Grande do Sul plus que dans tout autre Etat brésilien. Il abritait en effet 61 % des germanophones du Brésil, puisque 393.934 personnes âgées de plus de 5 ans y déclaraient employer habituellement l’allemand chez elles. Or le Rio Grande do Sul ne comptait que 68.191 citoyens brésiliens nés au Brésil de parents eux-mêmes nés en Allemagne ou en Autriche. Les 375.731 autres citoyens brésiliens nés au Brésil de parents brésiliens et parlant habituellement l’allemand étaient donc des petits-fils ou des arrière-petits-fils d’étrangers, six fois plus nombreux que les citoyens du groupe précédent. C’est bien ce qui révélait la conservation de la langue allemande jusqu’à la troisième génération. Au total les Riograndenses germanophones étaient 21 fois plus nombreux que les Allemands et les Autrichiens résidant dans l’Etat. L’allemand, qui se maintenait plus solidement que l’Itaben, était la seule des langues étrangères à présenter un tel épanouissement.

94Il a accusé un léger recul au recensement de 1950 : il n’est plus parié que par 344.415 personnes âgées de plus de 5 ans, soit par 8,2 % de la population totale au lieu de 11,8 % en 1940. C’est sans aucun doute le résultat de la campagne scolaire menée sous le gouvernement Vargas. Bien que le nombre des Allemands et des Autrichiens résidant dans le Rio Grande do Sul ait diminué (11.216), il représente 3,5 % de celui des germanophones, au lieu de 2,5 % en 1940, car le nombre des Brésiliens parlant habituellement l’allemand chez eux a diminué de 12,5 % en 10 ans. Ils sont cependant 332.643, soit 28 fois plus nombreux que tous les Allemands et Autrichiens restés étrangers ou naturalisés. Il n’est malheureusement pas possible de savoir combien appartiennent aux seconde et troisième générations « brésiliennes ». Mais la conservation de l’allemand dans les familles se prouve par la proportion de « Jeunes » parmi les germanophones nés Brésiliens : 41,9 % ont entre 5 et 19 ans, 20,8 % entre 20 et 29 ans. En chiffres ronds les 2/3 des germanophones ont moins de 30 ans et en raison de la fermeture des écoles allemandes c’est bien dans leurs familles que les jeunes ont appris l’allemand.

95Ainsi son usage s’y est-il conservé avec fidélité 50, 100 ou 125 ans après l’immigration au Brésil. Certes l’italien a conservé de solides positions parmi les descendants d’immigrants (190.376 personnes, dont 96,7 % nées au Brésil, le parlent encore), mais le nombre des germanophones est sensiblement le double et l’allemand reste la langue étrangère la plus employée. Cependant son usage quotidien est réduit par la pénétration du portugais dans les zones rurales. Même s’il peut survivre encore le bilinguisme est déjà le premier signe du recul de l’allemand.

3. L’évolution du parler teuto-riograndense

  • 62 Hoermeyer, Beschreibung, p. 46 ; Tschudi, Reise, p. 32 ; Canstatt, Land, p. 415 ; Lacmann, Ritte, p (...)

96C’est un phénomène très complexe que l’évolution de la langue pariée par les colons. Au début de la colonisation les immigrants ne pratiquaient pas le bon allemand (hoch deutsch), mais les dialectes en usage dans leurs États ou Provinces et dont la conservation s’explique par leur isolement et leur groupement plus ou moins spontané suivant leurs régions d’origine, Poméranie, Westphalie, Hunsruck, Rhénanie. Certains ont pris le caractère de langue d’échanges, par exemple le rhénan62. Malgré leurs insuffisances, ces dialectes dominants ont eu une telle force assimilatrice que les immigrants d’ethnie différente qui par aventure s’installèrent dans une zone de peuplement essentiellement germanique adoptèrent la langue locale, c’est-à-dire un parier allemand.

97Celui-ci s’est modifiée sous une double influence, celle du milieu riograndense et celle du groupe allemand quand il eut pris ou quand on lui eut fait prendre conscience de son existence comme collectivité.

  • 63 Koseritz D. Volkskalender, 1878, p. 74-80 ; Schappelle, The german element Colonies and dialect, 19 (...)

98L’influence du milieu riograndense ne fut pas tant marquée par la création de mots nouveaux avec des racines allemandes que par l’adoption de mots et de tournures d’origine brésilienne. Willems, qui a fait une étude approfondie du vocabulaire brésilien incorporé par les colons à leur langue, observe que les mots se rapportent presque tous à la vie quotidienne : notions géographiques, animaux, plantes cultivées, alimentation, vêtement, maison et ustensiles, poids et mesures, profession, administration, justice et politique. Cela correspond à « une population rurale dont les intérêts vitaux gravitent autour d’éléments de culture matérielle »63. Cependant l’adoption de nombreux termes brésiliens de parenté et d’amitié révèle un nouveau rôle de la vie sociale. Les canaux de cette infiltration ont été les contacts avec les caboclos, les relations administratives et politiques, les activités professionnelles. Par contre il n’y a presque aucun terme ecclésiastique portugais dans le parler teuto-brésilien : ce serait la preuve que la vie religieuse est restée isolée du milieu brésilien. Bien que la syntaxe allemande ait été conservée intacte du moins dans l’ensemble, Willems peut parler d’une véritable hybridation du parler des colons devenu vraiment « une langue teuto-brésilienne ». De plus l’accent est transformé par l’influence phonétique du portugais.

  • 64 Lacmann, Ritte, p. 150 ; Willems, A Aculturação, p. 307.

99Mais Willems ne pense pas que le colon ait seulement obéi à la nécessité d’adapter son langage aux éléments du genre de vie ; il est sûr que la langue nationale a été adoptée volontairement par le Teuto-Brésilien que séduisait le triple prestige du portugais : c’était pour le colon-agriculteur le symbole du milieu pastoral, pour le colon-paysan le symbole de la civilisation urbaine, pour le colon-citoyen le symbole du pouvoir politique appartenant à la classe dominante64.

  • 65 Deutsche, Spricht mit Deutscher deutsch ! Rotermund Kalender, 1923, p. 305 ; Borne, Die Deutsche Sp (...)
  • 66 Voir ci-dessous, p. 505 et sq. Des Riograndenses d’origine non germanique y ont appris l’allemand : (...)

100Cela s’oppose pourtant au sentiment d’obligation morale qu’eurent les descendants d’Allemands de conserver l’usage de la langue maternelle65, à la lenteur de la pénétration du portugais dans les colonies, à l’hostilité marquée par les colons à l’égard de l’école publique, à leur faveur pour les écoles privées qui ont enseigné l’allemand66. C’est là, en effet, que s’est donné l’enseignement de la langue plus pure et plus littéraire. Dans le dernier quart du xixe siècle, le haut allemand est devenu la langue d’échange et de culture, parce que les colons et les organismes pangermanistes ont profité de l’indifférence des autorités républicaines.

101Cette question se rattache à celle des rapports avec le Deutschtum : elle est liée aux problèmes de l’école et de la presse ; comme la conservation de la langue a été plus fidèle chez les Allemands que chez les Autrichiens et les Suisses elle est aussi fonction de certains facteurs politiques.

b. La presse teuto-riograndense

  • 67 Petry, Historia, p. 43. On peut consulter aussi Almeida, Genese da Imprensa no Rio Grande do Sul, 1 (...)

102Le développement de la presse en langue allemande dans le Rio Grande do Sul a prouvé à lui seul l’importance de la clientèle qui lui était indispensable, mais il a été aussi l’un des agents les plus efficaces du maintien du Deutschtum67. Rares et éphémères ont été les journaux édités dans les colonies elles-mêmes : la presse est un phénomène éminemment urbain. Il convient pourtant d’étudier son rayonnement sur le monde rural, son influence sur l’évolution des groupes teuto-brésiliens, son rôle dans le développement de la notion de groupe. En contribuant à faire sentir aux colons qu’ils possédaient en commun tout un patrimoine culturel, grâce à la connaissance et à la conservation de leur langue d’origine, n’a-t-elle pas fait naître et n’a-t-elle pas renforcé une solidarité qui a dépassé le plan linguistique et culturel, touchant immédiatement au domaine civique et politique.

1. Les journaux

103Il est d’autant plus paradoxal de constater que le premier journal imprimé en langue allemande dans le Rio Grande do Sul, Der Kolonist, fut lancé en 1852 à Pôrto Alegre par un Brésilien, José Candido Gomes, rédacteur du Mercantil. Il espérait conquérir ainsi une grande influence sur les colons allemands de São Leopoldo naturalisés en bloc en 1846, puis exploiter cette influence en vue des prochaines élections. Gomes rédigeait les articles en portugais et les faisait traduire par un collaborateur d’origine allemande, Lindenberg. Le journal fut d’abord imprimé sur double page en portugais et en allemand puis uniquement en allemand à partir du numéro 10 ; bi-hebdomadaire au début, hebdomadaire depuis septembre 1852, il disparut dans l’indifférence le 30 juillet 1853 alors qu’il avait eu au commencement 200 abonnés. Bien qu’il rendît quelque service aux immigrants par ses informations sur la législation brésilienne et la situation de l’agriculture, du commerce et de l’industrie, il ne fut pas adopté par les colons sans doute parce qu’il n’était pas rédigé dans un sens véritablement allemand.

104La tentative suivante n’eut pas davantage de succès ; le journal Der Einwanderer lancé en 1854 ne dura pas plus d’un an bien que son premier rédacteur fût allemand. Repris par Cari Jansen, qui joua par la suite un certain rôle dans les colonies, il ne survécut jusqu’en 1857 que grâce à la publicité. Il passa alors dans d’autres mains et parut jusqu’en 1861, grâce à une subvention de l’Etat, ce qui causa la désaffection de ses lecteurs.

105On avait cependant ressenti le besoin d’une feuille allemande. Une société racheta les installations de l’Einwanderer et publia la Deutsche Zeitung. Cette société comprenait surtout d’anciens Brummers qui ont exercé une influence notable sur la vie économique et politique du Rio Grande do Sul, Lothar de la Rue, Huch, Rech, Wiedmann, Wollmann et Ter Bruggen, futur consul de Prusse. Le journal ne se développa cependant qu’à partir de 1864 quand sa rédaction eût été confiée à Karl von Koseritz, la personnalité la plus éminente et la plus intéressante des cadres de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul jusqu’à la fin de l’Empire. En 1882 Koseritz, brouillé avec Ter Bruggen, fonda la Koseritz Deutsche Zeitung qui enleva les deux tiers des abonnés de l’ancien journal. Celui-ci fut repris par von Ihering, naturaliste peu préparé aux luttes de presse, puis par A. Philip qui le remonta. R a été publié jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale sous le titre de Neue Deutsche Zeitung.

106La dynastie des Ludwig publia le Deutsche Riograndenser Vaterland jusqu’en 1917 puis le Vaterland jusqu’à la seconde guerre mondiale.

107La personnalité et les opinions de Koseritz étaient si marquées que le succès de sa Deutsche Zeitung provoqua la parution.de deux journaux confessionnels de combat. Pour lutter avant tout contre l’athéisme, le journal protestant Der Bote fut publié à São Leopoldo de 1867 à 1875. Le pasteur Rotermund, qui en avait pris la direction en 1874 et qui avait fondé en 1877 une imprimerie et une maison d’édition, le remplaça en 1881 par le Deutsche Post qui parut jusqu’en 1928. Pour réagir contre le Kulturkampf le jésuite Feldhaus fonda en 1871 à São Leopoldo Das Deutsche Volksblatt. En 1891, pendant les troubles révolutionnaires, la rédaction fut transportée à Pôrto Alegre et la direction sécularisée. Mais l’imprimerie fut saccagée en 1895 au cours d’une émeute et la société dissoute. Son ancien gérant, H. Metzler, devenu copropriétaire puis seul propriétaire de l’installation, conserva le journal et le développa si bien que la Tipografia do Centra est encore aujourd’hui l’une des principales maisons teuto-brésiliennes d’édition.

108Cette centralisation des journaux à Pôrto Alegre leur permit même de devenir quotidiens, en 1903 pour Das Deutsche Volksblatt, en 1906 pour la Deutsche Zeitung en 1907 pour la Neue Deutsche Zeitung ; mais ils prirent l’habitude de publier une édition hebdomadaire pour ceux de leurs lecteurs qui résidaient dans des zones mal desservies par la poste.

109Les journaux publiés dans les colonies elles-mêmes n’eurent jamais qu’une existence éphémère, à l’exception du Kolonie à Santa Cruz et du Serra Post à Ijui (depuis 1910). Le Deutsche Press à Pelotas ne parut que de 1881 à 1883, le Deutsche Wacht fondé à la veille de la première guerre mondiale ne dura guère plus. Der Bote fondé à São Lourenço (autre colonie isolée) en 1892 dura vingt ans. Le Santa Cruz Anzeiger, concurrent du Kolonie, disparut rapidement, comme le journal créé en 1907 à Montenegro pour lutter contre la propagande gouvernementale du journal bilingue Progresso. La presse locale ne se releva pratiquement pas de l’interdiction de la langue allemande en 1917 ; malgré les dégâts subis par les ateliers au cours de manifestations populaires au moment de l’entrée en guerre du Brésil, ce sont les grands journaux allemands de Pôrto Alegre qui ont retrouvé leur clientèle et leur influence presque exclusive dans la colonie.

  • 68 Il est édité à São Paulo. Rédacteur en chef : Dr K. H. Oberacker l’un des auteurs les plus notables (...)
  • 69 Petry, Historia, p. 44.

110La seconde guerre mondiale, qui a provoqué les mêmes incidents à Pôrto Alegre et les mêmes interdictions, semble avoir porté un coup fatal à la presse quotidienne en allemand puisqu’aucun journal n’a reparu et que seule la Tipografia do Centro (catholique) a repris la publication d’une édition allemande hebdomadaire de son journal A Nação. C’est maintenant de São Paulo que vient l’hebdomadaire allemand le plus répandu dans le Rio Grande do Sul, le Brasil Post68. Le recul de la presse allemande a donc été très net, il est d’autant plus sensible qu’elle s’était développée dans l’entre deux guerres. Le nombre de périodiques teuto-riograndenses était passé de 9 en 1915 et en 1921 à 37 en 1935, dont 5 journaux, 7 revues, 6 almanachs et 19 publications diverses69.

  • 70 P. ex. Kalender der Serra Post (Löw, Ijui), Kalender für die Deutsche in Brasilien (Rotermund, São (...)

111Aujourd’hui les publications périodiques les plus vivaces sont les almanachs qui ont continué la tradition fondée par Koseritz en 1874 et qui sont édités soit par des journaux, soit par des maisons spécialisées, soit surtout par des associations confessionnelles70.

2. Le rôle de la presse

112C’est la presse qui a constitué le cadre du germanisme dans le Rio Grande do Sul. Haensel, Bartholomay et Koseritz ont été les trois premiers députés teuto-brésiliens à l’Assemblée provinciale : leur popularité s’appuyait sur leur activité de journalistes. Certains ont essayé de créer un parti allemand, mais ils ont échoué, car les colons ont été divisés par leurs convictions politiques et surtout religieuses : les contrecoups du Kulturkampf ou de la proclamation de République en Allemagne en 1918, pour ne citer que ces deux exemples, ont été profondément ressentis dans les colonies. Mais quelles qu’aient été les divergences des descendants d’immigrants, ce sont les journalistes qui leur ont donné leur conscience collective, qui ont énoncé le problème teuto-brésilien et qui ont proposé des solutions soit de principe soit de circonstance.

  • 71 Gehse, Die deutsche Presse, p. 136. Voir aussi Koehne, Koseritz und die anfaenge, 90 p. ; Oberacker(...)

113« On peut parler d’une ère Koseritz qui commença en 1864.dans la presse teutobrésilienne71. » D’une part Koseritz a été le représentant réel des colons qui ont obtenu, grâce à lui, divers avantages de fait : l’élection de députés teuto-brésiliens, la réorganisation des impôts, la multiplication des écoles et des travaux publics, l’augmentation des échanges, la convention consulaire avec l’Allemagne pour les questions de droit civil en 1882, la protection contre l’arbitraire des fonctionnaires d’autorité, etc. D’autre part les éléments politiques allemands, teuto-brésiliens et brésiliens se sont orientés pour ou contre sa conception de la colonisation, de la place et du rôle des colons dans l’Etat. Relativement simple elle pourrait se résumer par immigration et intégration. Il s’attacha constamment à démontrer la valeur de l’immigration allemande dans le Rio Grande do Sul et pour le Brésil et pour l’Allemagne, mais il n’eut même pas la satisfaction morale de voir rapporter de son vivant le rescrit de Von Heydt. Prêchant l’immigration en nombre, il prêchait aussi la naturalisation volontaire et rapide des immigrants (lui-même donnait l’exemple, il parlait et écrivait le portugais, il avait épousé une Luso-Brésilienne et s’était fait naturaliser très tôt). La naturalisation serait suivie de l’entrée des Teuto-Riograndenses dans la vie politique de l’Etat. Il vit immédiatement qu’on ne devait pas constituer un parti allemand dans le Rio Grande do Sul, mais rattacher les Allemands à celui des partis existants qui combattrait le plus efficacement pour la suppression des entraves à la pleine égalité des immigrants et de leurs descendants avec les autres membres de la communauté brésilienne. Il s’opposa aux Allemands de Rio et aux représentants officiels de l’Allemagne dans le Rio Grande do Sul ; il changea de parti (tantôt conservateur, tantôt libéral), ce qui lui valut de solides inimitiés sous le poids desquelles il finit par succomber en 1890.

  • 72 Gehse, Die deutsche Presse, p. 140.

114Mais il avait été le premier Teuto-Brésilien conscient. De même qu’il avait exhorté ses compatriotes à s’engager parmi « les volontaires de la Patrie » dans la guerre contre le Paraguay, ce qui était de l'assimilation civique, de même il leur demandait de conserver la langue, la culture et les mœurs allemandes : « L’Allemand naturalisé ici, celui qui est né ici, ne sont pas perdus pour le pays (l’Allemagne), ils restent clients et fournisseurs, et par la langue’, les mœurs et les usages, ils demeurent toujours Allemands72. » Dans la mesure où il fut écouté les colons, tout en conservant leur culture allemande, s’intégrèrent à la vie riograndense, adoptant volontairement la nationalité brésilienne, parlant aussi la langue nationale, remplissant tous leurs devoirs d’état et jouissant enfin de l’égalité civique.

115Après la mort de Koseritz cette assimilation a été arrêtée par des facteurs politiques extérieurs au groupe teuto-brésilien lui-même : le « nativisme », le gouvernement de J. de Castilhos et de Borges de Medeiros, (Présidents de l’État de 1890 à 1928), la propagande politique pangermaniste, la réaction brésilienne, les deux guerres mondiales. Mais. les idées de Koseritz étaient si conformes à la mentalité profonde du monde teuto-brésilien et aux grandes lignes de son intérêt réel qu’elles furent reprises au xxe siècle par divers Teuto-Riograndenses, en majorité catholiques ! C’était pour résister d’une part à la propagande nationale-socialiste et d’autre part au rejet sommaire des colons dans un groupe allemand, ce qui eût été une nouvelle deminutio capitis. Mais ils n’avaient ni le talent ni le crédit de Koseritz dont la place dans le journalisme et dans la politique n’a jamais été reprise, malheureusement semble-t-il.

116A la suite de ces crises la presse teuto-riograndense s’est donc divisée en plusieurs cornants généralement confessionnels et elle a subi la double concurrence des presses proprement brésilienne et allemande. Les journaux teuto-brésiliens sont devenus le plus souvent des feuilles d’information pratique ou d’intérêt purement local. Les publicistes nationaux-socialistes leur reprochèrent de ne s’être pas forgés en instruments de propagande dont l’utilisation aurait été toute trouvée.

  • 73 Voir les publications de Metzler-Bercht-Friedbichs et Py, O Nazismo, p. 163-185.

117Cela est peut-être dû au trouble qui s’était répandu dans les colonies-après la défaite de l’Allemagne en 1918, la proclamation de République, l’instabilité politique et l’avènement du national-socialisme, nouveautés qui bouleversèrent la notion vague mais traditionnaliste que les colons avaient pu garder de la mère-patrie et provoquèrent l’aversion des journaux teuto-brésiliens pour certains aspects du IIe et IIIe Reich73.

  • 74 Gehse, Die deutsche Presse, p. 26 et 95 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 39 ; Kuder, Die deutschebrasil (...)

118Cependant le tirage de la presse teuto-riograndense n’a jamais été très élevé. On estimait que 10 % à peine des familles installées dans les picadas étaient abonnées à un journal au xixe siècle. Le nombre d’abonnements serait passé de 3.750 en 1882 (la Deutsche Zeitung en avait alors de 1.000 à 1.200) à 6.000 en 1891, 11.000 en 1903, 17.000 en 1910, 20.000 en 1915, à la veille de l’interdiction de la presse en langue allemande. Ce nombre s’éleva après la guerre : 55.000 en 1928. Le Deutsche Volksblatt avait 1.170 abonnés en 1891, 2.500 en 1900, 3.500 en 1910, 5.800 en 1915 ; le Deutsche Post 1.000 en 1903, 3.000 en 1915, 5.000 en 1928 ; le Kolonie de Santa Cruz 3.000 en 1928 ; et le plus lu, la Neue Deutsche Zeitung, 16.000. La guerre de 1914-1918 avait développé pour l’information et la lecture un goût qui a duré ; mais l’aisance avec laquelle la plupart des journaux teuto-riograndenses ont fait paraître entre 1917 et 1919 puis pendant la seconde guerre mondiale des ersatz en portugais montre bien que la langue nationale avait déjà pénétré dans les colonies et que l'attachement à l’allemand était surtout sentimental. A l’époque contemporaine la lecture se limite le plus souvent à celle d’un almanach et ne s’étend que quelquefois à celle d’un journal hebdomadaire ; il s’en faut que toutes les familles soient abonnées74.

  • 75 Peschke, Die deutsche Presse, 1928 ; Umlauff, Die Verbreitung deutscher Zeitungen und Zeitschriften (...)

119Quant à la presse allemande elle n’est diffusée que dans les villes et plus de la moitié des périodiques importés sont des revues de mode et des illustrés75, qui jouent maintenant un rôle comparable au Life ou au Time nord-américains, c’est-à-dire fort restreint même à Pôrto Alegre. On y lit assurément, beaucoup moins d’allemand qu’avant 1939 et les grands libraires vendent à leurs clients d’origine germanique plus de. traductions (en français par exemple) d’auteurs allemands que d’ouvrages en langue originale. On en lit de moins en moins car les écoles « allemandes », qui étaient le principal agent de conservation de la langue, ont disparu devant les mesures de nationalisation de l’enseignement.

c. Les écoles

  • 76 C’est grâce à ce respect de l’école que les colonies allemandes ont toujours été en tête dans les s (...)

120La culture et l’éducation sont deux phénomènes essentiellement sociaux : malgré le choc psychologique que les colons ont subi lors de leur installation dans le Rio Grande do Sul, ils ont eu immédiatement le souci d’assurer l’enseignement et l’éducation de leurs enfants et de leur transmettre leur propre patrimoine76.

  • 77 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 23.
  • 78 Funfzig Jahre im Dienste deutschen Volkstums, Kalender für die Deutschen in Brasilien, 1927, p. 34- (...)

121Les débuts furent très modestes : « Il n’y a pas encore ici d’écoles régulières comme en Allemagne et celles qui existent sont trop éloignées pour que nous puissions y envoyer les enfants, par suite nous sommes obligés de les instruire nous-mêmes », écrivait un colon de Dois Irmãos en 183277. C’est de cet enseignement familial que sont nées les premières écoles. Les enfants étaient confiés à une personne âgée ou incapable de travailler la terre, un peu plus avancée que les autres en lecture, en écriture et en calcul, chargée d’enseigner les rudiments. La scolarité était brève, généralement une année, souvent interrompue par les travaux agricoles. Les enfants les plus éloignés se rendaient à l’école à pied ou à cheval, les plus âgés portaient même en bandoulière un fusil de chasse dont ils se servaient chemin faisant pour abattre du gibier. Si on en imprima dès 1832 à Pôrto Alegre, les premiers alphabets furent manuscrits tel était l’isolement des colons. Les organismes pangermanistes ne fournirent que tardivement du matériel aux écoles teuto-brésiliennes, aussi y eut-il place pour l’élaboration de livres de classe par les maîtres teuto-brésiliens et pour l’activité de maisons d’éditions didactiques comme celle de Rotermund fondée à São Leopoldo en 187778. Ainsi apparurent rapidement deux caractéristiques de l’école teuto-brésilienne : l’autonomie par rapport à l’Allemagne et au Brésil, l’organisation interne rattachée à des communautés religieuses.

1. Les écoles protestantes

122Les écoles protestantes furent les plus anciennes, fondées par les pasteurs qui y assurèrent eux-mêmes l’enseignement : pasteur Ehlers à São Leopoldo en 1824, pasteur Voges à Tres Forquilhas en 1826, pasteur Klingelhofer à Campo Bom en 1828, etc. En 1903 sur trente-cinq pasteurs ruraux, vingt-neuf étaient également maîtres de l’école rattachée à la paroisse. Mais les écoles se sont multipliées sous la direction d’un comité scolaire, avec les laïcs comme instituteurs. Certains ont exercé quarante et cinquante ans dans la même picada. Ces écoles étaient à classe unique et assuraient seulement l’enseignement primaire, avec un progrès dans la durée de la scolarité, qui était en moyenne de deux ans en 1903, de quatre ans en 1924, de cinq ans à la veille de la deuxième guerre mondiale.

  • 79 Verband, Hundert Jahre, p. 430.

123Le nombre des écoles protestantes qui avait triplé entre 1850 et 1900 n’a fait que doubler de 1900 à 1925, parce que le Synode Riograndense a subi la concurrence du Synode du Missouri qui avait 65 écoles avec 1.979 élèves en 1922, et parce que, contrairement à ce qu’on affirme généralement, c’est l’école protestante qui a été la plus sensible à la concurrence des écoles publiques79. Elle avait pourtant inscrit à son programme des cours de portugais (même dans les classes élémentaires) et des cours d’histoire et de géographie du Brésil. Mais malgré l’activité du Synode il y a toujours eu dans les comités protestants plus d’individualisme et moins de cohésion que dans les comités catholiques.

  • 80 Krebs, Schmier, P.S.P., p. 86-88 ; Siebzig Jahre Hafriburger Stift, Brasil Post, 22 septembre 1956, (...)
  • 81 Sur les établissements secondaires, voir ci-dessus, p. 452.

124Cependant au début du xxe siècle furent fondées plusieurs écoles à classes multiples et même des écoles de perfectionnement, certaines avec internat, dans les principaux bourgs (São Leopoldo, Novo Hamburgo, Cachoeira, Cai, Montenegro, Lajeado) et même dans des villages comme Não Me Toque et Neu Wurttemberg. Dans ces centres les jeunes étaient formés à la manière de vivre des Teuto-Brésiliens et ils y recevaient une éducation stricte en même temps qu’une instruction soignée80. Mais il convient là encore de marquer toute la différence qui sépare les écoles de campagne, même coordonnées par le Synode, et les établissements urbains dont l’évolution et le rôle ont été très différents81.

  • 82 Il n’empêche que l’École normale évangélique de São Leopoldo fut considérée comme l’un des piliers (...)
  • 83 Sur l’officialisation des écoles secondaires, voir Correio do Povo, 2 mars 1935, 2 avril 1935, etc. (...)

125Pour améliorer le recrutement du corps professoral, le Synode a créé une école normale à Santa Cruz en 1910, après deux essais à São Lourenço et à Taquari, puis il l’a transférée en 1927 à São Leopoldo, où elle a fonctionné jusqu’à sa nationalisation à la veille de la deuxième guerre mondiale82. La plupart des écoles moyennes sont alors devenues des ginasios ou des colegios officiels83.

2. Les écoles catholiques

  • 84 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 377. Kathol. Deutschtum, p. 33.

126Les écoles catholiques teuto-brésiliennes, qui représentent 25 % des écoles catholiques du Rio Grande, ont joué un rôle plus important encore dans les villes que dans les zones rurales84.

  • 85 Riograndenser Marien Kalender, 1936, p. 89-93.

127Peu nombreuses jusqu’en 1850 (10 dans l’ancienne colonie de São Leopoldo) et de niveau médiocre, elles se sont multipliées à l’arrivée des prêtres allemands (40 pour São Leopoldo et 10 pour les pays de Santa Cruz et du Taquari). Le niveau pédagogique s’éleva aussitôt. Leur nombre tripla de 1875 à 1900 (146 en 1900) et en 1898 fut fondée l’Association des instituteurs catholiques allemands. A partir de 1900, grâce à l’Association populaire des catholiques allemands et malgré l’influence de la guerre, le nombre de ces écoles s’accrut autant que celui des protestantes ; il doubla lui aussi de 1900 à 1924 ; on en comptait alors 305 avec 1.317 élèves. Leur importance s’affirma par la construction d’immeubles, la publication de nombreux manuels, la fondation d’une caisse de retraites et celle d’un séminaire à Arroio do Meio en 1923 pour la formation des instituteurs, avec des maîtres venus d’Allemagne, puis l’ouverture d’une école normale de filles à Novo Hamburgo en 1930. En 1935 les écoles catholiques représentaient 41 % du nombre total des écoles privées teuto-riograndenses85.

  • 86 Soveral, O Rio Grande do Sul, Historia da Igreja (rôle des Jésuites), p. 75-77 ; Kurze Geschichte d (...)
  • 87 Verband, Hundert Jahre, p. 477. Sur les devoirs de la communauté catholique envers l’enseignement, (...)

128Les ordres qui ont le plus fait pour le développement de l’enseignement catholique allemand, surtout de l’enseignement secondaire, sont celui des Jésuites, dont la première maison installée en 1889 à São Leopoldo est devenue le séminaire archiépiscopal et dont les établissements se sont multipliés dans les bourgs et les villes, et celui des Franciscaines installées à São Leopoldo en 187286. « Les catholiques allemands du Rio Grande do Sul, conduits par leurs prêtres et soutenus par leurs ordres religieux ont en cent ans de leur activité beaucoup fait pour l’école et la jeunesse sur le sol hospitalier du Brésil non seulement pour l’enseignement primaire mais pour le degré moyen et même supérieur. Formulons le souhait que soit créé un institut authentiquement allemand plus élevé pour la formation des maîtres, car les jeunes gens qui vont dans les écoles luso-brésiliennes perdent beaucoup de leur mentalité allemande »87.

  • 88 Petry, Historia, p. 51.

129Le nombre total des écoles teuto-brésiliennes s’est élevé sensiblement, de 788 en 1920 à 947 en 1930 et à 1.041 en 1935, sous l’influence de la propagande allemande. Elles groupaient 40.585 élèves. On trouvait une école teuto-brésilienne pour 540 habitants et un élève sur 12 habitants, tandis que l’Etat avait une école pour 1.000 habitants et un élève sur 25 habitants. Les écoles privées étaient proportionnellement deux fois plus nombreuses que les écoles publiques. On comptait 570 écoles protestantes avec 20.220 élèves, 429 catholiques avec 18.818 élèves et seulement 42 mixtes88. La faiblesse de ce dernier chiffre révèle bien toute l’importance de l’école confessionnelle.

3. La question scolaire

130Seule l’histoire de la formation du réseau d’écoles teuto-brésiliennes et de son rôle dans la vie des colonies permet de comprendre comment et pourquoi s’est posée la question scolaire.

131Au moment de la fondation des premières colonies et pendant les premières décennies de leur développement, il y avait très peu d’écoles publiques dans le Rio Grande do Sul : 51 en 1846,152 en 1860, 252 en 1870 dont 85 vacantes. En 1881, le Président de la Province déclarait : « Nous n’avons pas encore de système, il n’y a pas d’enseignement, il n’y a pas d’écoles ». En 1888, il y avait 619 écoles primaires mais 242 étaient vacantes.

  • 89 Sur l’histoire de l’enseignement on peut consulter : Moacyr, A Instrução e as Provincias, Brasilian (...)

132L’établissement de la République n’a pas entraîné le développement des écoles de l’Etat et le gouvernement positiviste du Rio Grande do Sul encouragea plutôt les initiatives privées, y compris les écoles teuto-brésiliennes. En 1924 le budget de l’instruction publique n’était que le dixième de celui de l’Etat ; la population comptait 61 % d’illettrés. Bref il fallut attendre l’Etat Nouveau et la menace hitlérienne pour que le problème de la nationalisation de. l’enseignement se posât au gouvernement du Rio Grande do Sul89.

  • 90 La première requête des colons allemands à la première assemblée provinciale fut celle de la nomina (...)

133Au moment donc où ils étaient encore peu nombreux et où leur stricte dépendance de l’administration les aurait poussés à apprendre le portugais, les colons allemands n’ont pas reçu du gouvernement les écoles primaires publiques qu’ils demandaient eux-mêmes et qu’ils continuèrent à demander jusqu’à la fin de l’Empire90. Mais la Province n’avait ni les moyens ni le souci de les leur fournir. Alors se développèrent les écoles privées où l’enseignement était donné en allemand et ne pouvait être donné qu’en allemand. Or la nécessité d’apprendre le portugais se faisait de moins en moins sentir dans les colonies, où il y avait une population importante et homogène, où la vie économique était assurée par des Teuto-Brésiliens, où les rares rapports administratifs étaient faits par l’intermédiaire soit de fonctionnaires bilingues soit d’interprètes.

134Certes on y créa des écoles mais elles furent toujours en nombre insuffisant (Voir fig. 37.) Dans la colonie de São Leopoldo, en 1858, il n’y en avait que deux à São Leo-poldo même et une à Hamburgo Velho ; toute la population rurale leur échappait. Par contre il y avait 27 écoles privées dont une seule enseignait le portugais. Les trop rares écoles publiques ne furent ouvertes que tardivement : en 1851 à Montenegro, en 1867 à Maratra, en 1859 à Santa Cruz. Dans cette dernière colonie en 1867 il n’y avait encore qu’une seule école publique gratuite et deux écoles particulières subventionnées par la Province, mais dix écoles privées où l’on enseignait uniquement en allemand.

Carte des écoles primaires en 1876
Si certaines d’entre elles sont vacantes il y a pourtant une proportion notable d’écoles publiques de garçons dans les colonies, même les plus récentes (Santa Cruz, Santo Angelo, etc. [A]). Mais c’est dans les colonies, particulièrement autour de São Leopoldo, que se groupent les écoles privés (B). Alors que ces deux cartes révèlent un certain retard dans le développement des écoles privées teuto-riograndenses celles-ci se sont considérablement accrues de 1889 à 1939.

  • 91 Loi no 579 du 17 mai 1864, article 2. L’article 3 prévoyait même qu’à défaut « pourront être engagé (...)
  • 92 Lors d’une visite officielle à l’École normale catholique, le Secrétaire à l’Éducation avait dû ent (...)
  • 93 Verband, Hundert Jahre, p. 301 ; Die Schulen des deutschen Hilfsverein in Pôrto Alegre, Uhle. Kalen (...)

135Ce fut là l’une des principales causes de leur faveur comme de la défaveur des écoles publiques : les enfants parlant toujours et uniquement l’allemand dans la colonie ne pouvaient pas comprendre le maître brésilien. Pour lutter contre cette menace de dénationalisation sentie dès 1852 par le Président de la Province, on admit que les instituteurs brésiliens ou étrangers nommés par le gouvernement dans les écoles publiques des zones coloniales « devraient savoir eux-mêmes la langue prédominante dans la colonie »91. Force fut le plus souvent de recruter les instituteurs bilingues parmi les Teuto-Brésiliens. Si bien que de cette compétition entre les deux écoles, la publique et la privée, la brésilienne et l’allemande, c’est celle-ci qui sortit victorieuse d’autant qu’elle fut appuyée par des associations ou des institutions pangermanistes cherchant à maintenir le Deutschtum. Il suffirait sans doute de rappeler l’effort qu’ont fourni les églises catholiques et protestantes d’origine allemande pour assurer la préparation de bons instituteurs par la fondation, l’entretien et le développement d’écoles normales qui devinrent des foyers de propagande allemande, celle de Novo Hamburgo en particulier, dont la fermeture fut décidée par le Secrétaire d’Etat à la suite d’un incident survenu lors d’une visite officielle92. Mais les immigrants avaient bien senti d’eux-mêmes l’importance du problème scolaire. Par exemple le Deutsche Hilfsverein de Pôrto Alegre fondé en 1858 avait constitué un certain capital et avait acheté en 1871 un terrain pour y construire un hôpital. Mais en 1883 c’est une école qui s’y éleva. Elle fut l’objet de toute l’attention de la société qui préféra donner des bourses aux élèves méritants plutôt que des secours aux Allemands dans le besoin-93. Cette école prit plus tard le nom d’Hindenburg puis celui de Farroupilha lorsqu’elle eut été « nationalisée », mais elle avait été l’une des plus ardentes propagandistes de la culture allemande et des doctrines pangermanistes.

136Cependant le nombre de celles qui enseignaient un peu de portugais s’éleva progressivement, puis, malgré les efforts des organismes germaniques, l’esprit scolaire s’est effacé dans les colonies. Peu à peu l’école publique a marqué des avantages parce que les colons se sont rendu compte de l’intérêt immédiat qu’ils avaient à faire apprendre le portugais à leurs enfants et aussi parce qu’elle était gratuite. (Voir photo 39, pl. XI.) 33.

  • 94 Tschudi, Reise, p. 50 ; Lange, Suedbrasilien, p. 61 ; Lacmann, Ritte, p. 186 ; Porzelt, Der deutsch (...)
  • 95 Funke, Brasilien in 20 Jahrhundert, p. 375 ; Aus einem Schulmeisterleben, Koseritz D.V. Kalender, 1 (...)

137L’école teuto-brésilienne avait une grande diversité d’organisation. À côté des écoles catholiques congréganistes, situées généralement dans les petites villes ou les bourgs et associant à une école primaire une école moyenne, il y avait des écoles de communauté, qui étaient le type de presque toutes les écoles protestantes. Peu de maîtres avaient été formés pour leur tâche ; leur niveau ne dépassait pas celui que donne la capacité de lire les textes administratifs ou les lettres d’affaires et de rédiger les papiers essentiels ; leur prestige fut souvent réduit par les démêlés de l’instituteur avec la communauté et par sa dépendance des familles qui payaient, souvent de mauvais gré, une mensualité toujours médiocre94 ; Il y aurait toute une étude à faire sur les luttes et les déboires de l’instituteur rural. Aussi resta-t-il en place de moins en moins longtemps95, et son influence sur les colons a-t-elle toujours été inférieure à celle des ministres du culte.

  • 96 Les écoles privées allemandes ont d’abord été considérées très favorablement par le gouvernement pr (...)

138Après les avoir encouragées, puis tolérées, les gouvernements brésiliens s’inquiétèrent de ce que ces écoles formaient des Brésiliens ne parlant pas portugais. Lorsqu’on en vint à redouter que la conservation de l’allemand n’entraînât également une inféodation politique envers l’Allemagne, lorsqu’on voulut imposer à tous les citoyens brésiliens l’usage de la langue nationale, il n’y eut d’autres ressource que de fermer les écoles teuto-brésiliennes telles qu’elles existaient et de les remplacer par des écoles nationales dont les programmes étaient fixés par le gouvernement brésilien et dont l’enseignement était contrôlé par des inspecteurs. Cette question délicate fut résolue par le Secrétaire d’Etat à l’Education du Rio Grande do Sul avec beaucoup de fermeté, mais avec encore plus de modération et d’équité96. Le résultat est aujourd’hui acquis, grâce à la multiplication des écoles publiques : l’enseignement se fait en portugais dans tout le territoire du Rio Grande do Sul ; tous les jeunes colons parient et écrivent le portugais, même s’ils continuent à parier l’allemand à la maison.

  • 97 Mortara, Quelques observations sur l’assimilation, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 56.
    Est-il besoin de ra (...)

139Le rôle reconnu à l’école teuto-brésilienne par les tenants du Deutschtum comme par ses adversaires a été grand : elle a sans doute permis aux Teuto-Riograndenses de conserver l’usage de la langue allemande jusqu’à la quatrième ou cinquième génération97. Si ce rôle a été essentiel et si l’interdiction de l’enseignement primaire en allemand est maintenue, la connaissance de l’allemand déclinera rapidement puisque les fondements culturels se transmettent par l’éducation. Mais de même que des éléments de langue portugaise s’étaient répandus dans le parler teuto-brésilien malgré le rôle de l’école allemande, de même l’usage de l’allemand a quelques chances de survivre encore dans des familles parce que d’autres liens rattachent les colons à la langue et à la culture allemandes.

B. La religion

140Les immigrants allemands et leurs descendants se sont distingués du reste de la population riograndense par leur piété et par leur zèle religieux : on considère en effet que seul le pratiquant a de la religion et l’indifférent, l’athée ou l’anticlérical n’a pas de crédit dans la colonie. La religiosité des colons semble même avoir augmenté, sans doute en raison de la cohésion familiale et du contrôle exercé par la communauté dans l’isolement relatif de leur vie pionnière. L’importance de la vie religieuse dans les colonies se marque donc par la profonde piété individuelle, voire même par le mysticisme, ainsi que par le rôle des communautés cultuelles locales comme par le lien de la religion avec la conscience ethnique.

  • 98 Willems, A Aculturaçâo, p. 463. Cf. aussi sur le rôle du protestantisme : N.E.F., La naissance. de (...)

141Cependant il n’y a pas entre les colons de différences plus grandes et plus profondes qu’en matière de religion, et Willems parle d’une ligne de démarcation culturelle entre protestants et catholiques : « Le Credo religieux détermine, à l’intérieur de la société allemande, des conceptions philosophiques, des règles de comportement et des attitudes associant, de diverses manières, d’autres complexes culturels à la religion proprement dite. Les protestants et les catholiques allemands n’ont jamais la même hiérarchie de valeurs, ne considèrent pas l’Etat, par exemple, de la même manière, n’exercent jamais leurs professions ou leurs activités économiques suivant les mêmes stimulants98. »

a. Les églises protestantes

1. Les origines

  • 99 Zoeller, Die Deutschen, 1883, p. 183. Verband, Hundert Jahre, p. 467-469.

142Les communautés protestantes, les plus nombreuses, ont été les premières organisées, car les protestants ont constitué la majorité des colons et le protestantisme n’exige pas l’intervention d’un prêtre entre Dieu et le fidèle. Cependant quelques pasteurs étaient arrivés d’Allemagne avec les premiers immigrants : Ehlers en 1824 à São Leopoldo, Voges en 1825 à Tres Forquilhas et Klingelhoffer en 1828 à Campo Bom où fut bâti le premier temple en 1830. Il faut remarquer que le pasteur Ehlers a été appointé jusqu’en 1830 par le gouvernement impérial brésilien qui n’avait pas accordé la même faveur au culte catholique. Entre 1844 et 1864 vinrent encore quelques pasteurs mais l’Eglise allemande ne s’est guère préoccupée d’en envoyer régulièrement. La majorité des pasteurs fut choisie par les communautés elles-mêmes, que les autorités brésiliennes toléraient si le culte était célébré dans un local sans signe extérieur distinctif. Malgré l’insuffisance de leur formation théologique99, la plupart de ces pseudo-pasteurs ont rempli consciencieusement une tâche que l’étendue des paroisses et l’éparpillement des fidèles dans les colonies rendaient difficile et que la puissance de la communauté vivant pour et sur elle-même rendait plus délicate encore.

  • 100 Sur l’histoire des communautés et des églises évangéliques on peut consulter d’abord les ouvrages g (...)

143Le premier travail collectif fut la construction de temples qui s’élevèrent à partir de 1845100. On procéda ensuite à leur aménagement ; deux reçurent des orgues, Estancia Velha en 1858 et Hamburgo Velho en 1869. Mais il y avait souvent des conflits à l’intérieur des communautés pour savoir où l’on construirait le temple (auquel est généralement annexée une école) ou pour choisir le pasteur ou le pseudo-pasteur. Cependant leur mérite n’est pas mince, car c’est grâce à ces hommes et à ces communautés que la vie religieuse ne s’est pas éteinte. Baptêmes, confirmations, mariages, services funèbres marquent les étapes de l’existence comme les fêtes religieuses jalonnent l’année.

  • 101 Gerstaecker, 18 Monate, p. 112.

144Les paroisses se créent à mesure que le peuplement s’étend ; elles survivent à tous les coups, marquant même une avance notable sur le culte catholique qui est plus déshérité encore au cours de cette première phase101. Mais l’isolement et le cloisonnement des communautés, qui avaient développé la solidarité locale, avaient également rétréci leurs vues, et il fallut de multiples tentatives pour modifier leur structure et leur comportement.

  • 102 Schupp, Os Muckers, s. d., 405 p. ; Peixoto, Os Muckers, R.I.H.G. Brazileiro, LXVIII, II, p. 393-39 (...)

145L’initiative partit des noyaux urbains. C’est l’église de São Leopoldo qui sollicita en 1863 du ministre de Prusse l’envoi d’un pasteur. La société rhénane des Missions et le Conseil presbytéral de Berlin désignèrent le Rév. H. Borchard. Il fut accueilli froidement et dut user de beaucoup de diplomatie et de fermeté pour modifier les statuts de la communauté de São Leopoldo, puis ceux des communautés dans lesquelles il passait pour les réorganiser, portant son effort principal sur la jeunesse. Il organisa aussi la première conférence pédagogique à São Leopoldo le 7 janvier 1869 en réunissant les maîtres des écoles évangéliques et il réussit à faire doubler la durée normale de la scolarité. Il proposa une union entre les différentes communautés et convoqua les pasteurs et les représentants laïques au premier Synode de São Leopoldo en février 1868. Un second Synode eut lieu les 13-15 juin 1870, qui refusa une seconde fois d’organiser une église évangélique dans le Rio Grande do Sul comme de la rattacher à l’église de Prusse. Le pasteur Borchard rentra en Allemagne et malgré l’augmentation du nombre des pasteurs l’union synodale ne fut réalisée qu’en 1886 par le pasteur Rotermund qui travaillait depuis dix ans dans le Rio Grande do Sul. L’une des raisons de ce retard avait été le soulèvement des Muckers qui bouleversa la colonie de São Leopoldo et jeta le trouble parmi tous les croyants102.

146Autour d’un charpentier qui s’était fait guérisseur, João Jorge Maurer, et de sa femme, Jacobina, considérée bientôt comme une prophétesse, se réunit un nombre toujours croissant de colons et se constitua une sorte de culte dont les cérémonies avaient pour base la lecture et le commentaire de la Bible, mais dans lesquelles intervinrent, dit-on, des pratiques douteuses. Le développement de la secte dans la colonie provoqua bientôt des incidents avec les colons qui lui étaient hostiles. Maurer et Jacobina furent arrêtés, transférés à Pôrto Alegre, puis relâchés. Ils reprirent leurs activités, malgré l’opposition de leurs adversaires. Les années 1872 et 1873 furent marquées par des attaques, des incendies et des meurtres dans les deux camps. Pour réduire les Muckers qui s’étaient retranchés sur une colline de Ferrabraz, il ne fallut rien moins qu’une expédition militaire avec de l’artillerie sous le commandement d’un colonel (qui périt dans une attaque) et plusieurs semaines de siège avant que l’assaut final emportât la redoute en août 1874. Les principaux chefs Muckers furent tués dans l’action, un certain nombre de comparses furent pris et condamnés à la prison ; d’autres parvinrent à s’échapper et gardèrent une certaine solidarité entre eux, tandis que la crainte qu’ils avaient inspirée ne s’apaisait que lentement.

  • 103 Nous avons dû recourir essentiellement à ces ouvrages et à la presse de l’époque pour étudier la qu (...)

147Ce qui compte pour l’histoire religieuse des colonies, ce sont les causes et les conséquences de ce mouvement. Si les incidents et la rébellion s’expliquent par les hésitations de l’administration et de la police brésiliennes, le développement du mouvement religieux n’est pas seulement dû à l’influence de Satan. Il est certain que, sauf dans sa dernière phase, le groupe des Muckers a été constitué par l’adhésion spontanée des colons des deux confessions, auxquels manquait l’encadrement ecclésiastique ou bien qui étaient détournés des paroisses par les insuffisances ou les manquements des prêtres. Leur besoin de constituer une communauté vivante, leur enthousiasme pour la prédication de Jacobina ou de Maurer correspondaient à une piété profonde. Plutôt que de les condamner d’un mot en leur reprochant leur fanatisme, l’historien qui reprendra l’étude de leur mouvement sur des bases rigoureuses ne pourra pas ne pas rechercher ce qui a poussé ces hommes à abandonner leurs biens, à renaître à une nouvelle existence103. Certes les conséquences en ont été funestes et dans les colonies, longtemps après le massacre de Ferrabraz, les haines étaient demeurées vives contre les Muckers. Cette affaire souligna l’intensité de l’esprit religieux et le besoin d’une cure d’âmes parmi les colons. Celle-ci fut assurée par une réorganisation ecclésiastique des deux confessions et en ce qui concerne les protestants par la constitution du Synode Riograndense.

2. Les Synodes

Le Synode Riograndense
  • 104 Verband, Hundert Jahre, p. 467491 ; Schroeder, Brasilien und Wittemberg, p. 195-233 ; Synodalberich (...)

148Grâce à l’œuvre des pasteurs arrivés en 1874-1875, parmi lesquels les plus actifs furent Pechmann, Hoetinger et Rotermund, les paroisses, comprenant chacune plusieurs communautés, se développèrent notablement. C’est sur les plans du pasteur Rotermund que furent préparés les statuts du Synode Riograndense, constitué en 1886 par sept églises qui couvrent toute la zone des colonies : São Leopoldo, Lomba Grande, Dois Irmãos, Mundo Novo (Taquara), Cai, Teutonia, Santa Maria da Bocca do Monte. Le pasteur Rotermund fut élu président du Synode dont il fit le cadre de la vie évangélique104.

149Ce fut d’abord la multiplication des paroisses pour pourvoir à la vie spirituelle soit des communautés déjà existantes mais n’ayant pas de vrais pasteurs et qui se rattachèrent plus ou moins rapidement au Synode, soit des communautés qui se fondèrent à partir de 1890 sur le Plateau et dont les débuts furent guidés par un pasteur itinérant de 1913 à 1934. Le nombre de ces communautés passa de 25 à 157 et le nombre des pasteurs de 6 à 35. Enfin des temples et des presbytères furent construits dans les paroisses. Le tableau ci-dessous donne une idée du développement du Synode. (Voir aussi fig. 38.)

Années

Pasteurs

Communautés

Ames

1913

58

188

85 595

1923

72

274

120 015

1934

94

400

172 180

1946

103

461

233 205

1954

106

554

287 289

150Ce fut ensuite l’organisation d’établissements charitables par le pasteur Hoetinguer, à qui sa mission de prédicateur itinérant avait montré le nombre d’orphelins et de vieillards que l’immigration avait privés de leurs secours naturels. Ainsi furent créés les asiles de Taquari (1892 premier orphelinat de jeunes filles, 1899 asile de vieillards, 1922 asile Ebenezer, etc.) et ceux de Hamburgo Velho (1895). De nombreuses sociétés paroissiales de bienfaisance fondées à partir de 1910 collaborèrent à cette lutte contre le dénuement et les souffrances de l’âge. Les orphelins reçurent dans une ambiance religieuse un solide enseignement général et une préparation pratique à un métier qui leur assure l’existence à partir de 16 ans. La venue de sages-femmes et de docteurs protestants et leur installation en zone rurale ont été encouragées par le Synode, ainsi que l’organisation de dispensaires, de cliniques et d’hôpitaux, tenus par des diaconesses formées sur place.

  • 105 Kahle, Deutsche Heimat, p. 37 ; Brasil Post, 16 mai 1953 ; K.H.Sr Oberacker, Der Urwaldpfarrer Ein (...)

151Ce développement ne fut d’abord possible que par des liens étroits avec les organismes du protestantisme allemand, en particulier avec la Société Gustav Adolf et le Conseil supérieur évangélique. A la suite des missions de leurs représentants, le Synode fut enfin rattaché à l’Eglise prussienne dont il admettait le credo et la discipline. Cela facilita la venue de pasteurs formés dans les facultés allemandes de théologie ; cela releva le niveau de l’ensemble du corps pastoral, débarrassé en même temps des plus pesants soucis matériels par la création d’un organisme central et d’une caisse de retraites105. Les pasteurs échappèrent partiellement à la tutelle des communautés locales qui avaient été toutes puissantes jusqu’à la fin du xixe siècle.

  • 106 Friedrich, Das Recht der d. Evang. Kirchengemeinschaften, 1933, 79 p.
  • 107 Evang. Gemeinde Kalender, 1922, p. 78 ; Dedekind, Deutchtum und Evangelium, p. 37.

152On a beaucoup reproché cette organisation au Synode évangélique que l’on a représenté comme un agent de propagande germanique106. Cependant le séjour des pasteurs allemands dans une paroisse n’était que de trois à quatre ans, ce qui diminuait leur influence sur les fidèles. L’un des soucis du Synode fut de créer un séminaire pour la formation sur place de pasteurs originaires des colonies : fondé à Cachoeira en 1922 il a été transféré à São Leopoldo en 1927. A mesure que le Synode s’est développé les liens avec l’Eglise Allemande se sont relâchés. Il n’a plus maintenant aucun rapport organique avec elle. D’autre part la conservation de la langue allemande, dans laquelle sont célébrés les offices divins, la création d’une presse d’édification et l’ouverture d’écoles primaires et secondaires lui ont valu d’être considéré par les autorités brésiliennes comme un agent de dénationalisation ou tout au moins comme le principal obstacle l’assimilation. Or c’est parmi les protestants que la dispersion dans les nouvelles colonies a amené les plus grandes pertes de la langue maternelle, de la pratique religieuse et de la conscience ethnique107. C’est d’ailleurs cet attachement du Synode riograndense à la langue allemande qui a favorisé les progrès de son rival, le Synode du Missouri.

Fig. 38. — Paroisses catholiques ou protestantes dirigées par des prêtres ou des pasteurs d’origine germanique

Le Synode du Missouri
  • 108 Verband, Hundert Jahre, p. 492-496 ; Koehler, Brasilien, p. 254 ; Beer, 25 Jahre unter dem Südliche (...)

153Comme son nom l’indique il est originaire d’Amérique du Nord où il a été fondé en 1847 sous le nom de « Synode allemand évangélique du Missouri, Ohio et autres Etats »108. A l’appel du pasteur d’Estancia Velha le Synode envoya en 1900 un premier émissaire, le pasteur Broders qui travailla surtout dans la région de São Lourenço-Pelotas où quatre paroisses demandèrent un pasteur luthérien en 1900. Le pasteur Mahler arriva en 1901 et fut si actif qu’en 1904 il y avait treize églises luthériennes avec dix pasteurs. Elles formèrent un district du Synode du Missouri dont l’appui permit à l’organisation de se développer dans le Rio Grande do Sul et, grâce à l’essaimage de la population rurale, jusque dans les Etats de Santa Catarina et du Paranâ. Il a fondé un séminaire à Pôrto Alegre en 1907, un journal de l’Eglise évangélique luthérienne, une librairie centrale et une organisation scolaire propre : pour 116 communautés en 1923, il y avait 73 écoles, avec 40 pasteurs et 48 maîtres. Ses progrès ont été rapides pendant la première guerre mondiale.

  • 109 Correio do Povo, 14 juillet 1949.

154L’abandon progressif de la langue allemande, surtout dans les centres, favorisa le Synode du Missouri qui dès ses débuts avait été résolument bilingue et qui a suivi sans hésitation les prescriptions légales au sujet de l’emploi de la langue nationale dans les offices religieux comme dans l’enseignement. Il y avait même en 1941 à Pelotas un pasteur luthérien noir109. Les progrès du Synode du Missouri se révèlent dans les chiffres suivants :

Années

Pasteurs

Communautés

Ames

1923

40

116

21 225

1935

61

189

30 122

155Les seuls mouvements autonomes sont celui des Baptistes, parti de Santa Cruz et répandu surtout autour d’Ijui dans les nouvelles colonies du Plateau et celui des Adventistes. Il y avait au total 442.242 protestants pratiquants dans le Rio Grande en 1950.

3. La question protestante et le Rio Grande do Sul

156L’indépendance relative des communautés évangéliques et la diversité de leurs statuts furent l’expression de la spontanéité de leur constitution, comme l’âpreté de leurs différends traduisait l’importance que les colons attachaient aux questions religieuses.

157Lorsque les Synodes se sont constitués il y avait une longue tradition de vie communautaire grâce à laquelle le protestantisme avait résisté aux difficultés les plus graves et obtenu les premières concessions du gouvernement brésilien.

158En raison même de leur profonde piété les colons eurent du mal à s’adapter au Brésil, où les protestants devenaient minoritaires, où le Catholicisme était la religion de l’Etat, où le clergé catholique venait de pays qui n’avaient connu ni la Réforme ni la Contreréforme. L’introduction d’immigrants non catholiques n’était même pas compatible avec la Constitution brésilienne de 1824 ; les premiers colons ne purent donc bénéficier d’une liberté de culte, d’ailleurs relative, que par tolérance administrative, précaire et variable suivant le temps et le lieu.

  • 110 Handelhann, Historia, p. 993-994 ; Eye, Der Auswanderer, p. 140 ; Schroeder, Brasilien, p. 45-50 (D (...)

159La question religieuse ne concernait pas que la conscience des intéressés, mais aussi leur statut juridique110. Ils ne pouvaient pas se faire naturaliser ; ils n’avaient pas d’état civil ; ils étaient considérés comme vivant en concubinage et leurs enfants étaient illégitimes ; la structure de la famille, la jouissance des droits civiques et l’administration même des colonies étaient troublées par les stipulations légales. Celles-ci étaient en contradiction avec la politique du gouvernement. Ce sont les colons qui en ont supporté, longtemps les pénibles conséquences.

160Dès 1830 le Président de la Province signalait la difficulté d’intégrer les protestants dans un système basé sur la paroisse aussi bien pour les registres de l’état civil que pour l’élection des juges de paix et que pour l’administration territoriale.

  • 111 Willems, A Aculturação, p. 465 ; Moritz-Schanz, Das heutige Brasilien, p. 223.

161En 1887 encore, le chef de la police du Rio Grande do Sul fit fermer l’église de Santa Maria parce qu’elle avait un clocher muni d’une cloche (achetée en Allemagne), contrairement à l’article 5 de la Constitution. Cela provoqua d’ailleurs une grande agitation dans le Rio Grande do Sul ; pétitions, campagne de presse, intervention de députés, même libre-penseur comme Koseritz, etc. La mesure fut rapportée, l’église rouverte et les menaces contre le pasteur et les fidèles arrêtées. Mais le projet de révision de l’article 5, déposé au Parlement, tomba en troisième lecture. C’est en 1889 seulement, avec la proclamation de la République, que la liberté totale des cultes fut accordée111 Il est certain que cette opposition au credo évangélique contribua à la ségrégation sociale des communautés protestantes : leurs cinquante premières années furent toutes de tribulations et de luttes dont le souvenir s’était fixé dans les mémoires.

  • 112 Sellin, Die Deutsche, 1882, p. 21 ; interventions de Koseritz à l’Assemblée (7 novembre 1885, 12 ma (...)
  • 113 Porto Alegre, Homens Ilustres, p. 128-134 ; Jacques, G. S. Martins, 137 p. Par exemple il les défen (...)

162Ce ne fut pas avant 1861 que la loi brésilienne reconnut aux mariages non catholiques une valeur juridique et des effets civils (loi du 11 septembre 1861 et décret du 17 avril 1863). Mais il fallut encore beaucoup de temps pour que ces premiers avantages concédés par la loi passâssent dans les faits112. D’autant plus que le réveil de l’esprit missionnaire catholique par le ministère des Jésuites accrut l’opposition entre les deux religions et que cela coïncidait avec le Kulturkampf en Allemagne. La fermeté de la doctrine et de l’attitude du Synode riograndense (alors tout nouveau) dans l’affaire de 1887 fut un soutien pour les colons protestants fatigués de lutter seuls pour leur statut, car ils n’avaient reçu jusque-là que l’appui intermittent d’un homme politique brésilien particulièrement libéral, le conseiller Silveira Martins113.

  • 114 Pr, A 5e coluna, p. 191-230 (« O pulpito como instrumento de propaganda politica ; Religião, trempo (...)
  • 115 Arbousse-Bastide, Protestantisme au Brésil (Réforme).
  • 116 Willems, A Aculturação, p. 358-361.

163Au cours de la guerre de 1914-1918, puis à partir de 1938 pendant le conflit entre l’Etat Nouveau et les organisations scolaires et ecclésiastiques teuto-brésiliennes, conflit qui n’était pas apaisé en 1942 lors de l’entrée en guerre du Brésil contre l’Allemagne, le protestantisme fut encore dénoncé explicitement par l’opinion, attaqué violemment par la presse et mis en cause directement par les autorités brésiliennes114. N’était-ce pas « une occasion particulièrement propice pour assimiler l’hérésie aux ennemis de la « nation ?115 » On put même y voir l’assouvissement d’une certaine jalousie excitée par la supériorité économique des protestants, caractéristique de toutes les colonies teutobrésiliennes116. Cela fit renaître un complexe de groupe, plus propre à provoquer la rétraction des églises sur elles-mêmes et un choc moral chez les individus qu’à faciliter leur intégration dans la communauté nationale.

  • 117 Leonard, Le Protestantisme brésilien, Illustré protestant, n° 8, 1953 ; Idem, Protestant français e (...)

164Avec l’adoption du bilinguisme, la profession de foi luthérienne ne peut plus être considérée comme un obstacle au civisme. D’ailleurs le protestantisme brésilien n’est plus soumis à l’influence des pays d’où il est venu, Allemagne ou Etats-Unis, et son extension contemporaine le rend indépendant de l’origine ethnique de ses adeptes117, il s’intègre de plus en plus dans la nation et l’avant-dernier Président de la République était un protestant d’origine lusitanienne.

b. L’église catholique

  • 118 Spalding, A Igreja no velho Continente, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1433-1440 ; Balem, Jurisdiçã (...)
  • 119 Laytano, Historia da Republica Rio Grandense, p. 271-273. Moraes, O Povo Rio-Grandense (Fundamentos (...)

165Bien que le catholicisme occupât une place privilégiée dans l’Empire Brésilien, les immigrants allemands catholiques furent encore plus dépaysés que les protestants en arrivant dans le Rio Grande do Sul : ils s’y trouvèrent doublement minoritaires, au milieu de compatriotes en grande majorité protestants ou de coreligionnaires étrangers dépourvus d’églises. L’évèché de Pôrto Alegre ne fut institué qu’en 1848, le Rio Grande étant jusque là rattaché à celui de Rio de Janeiro118. On a certainement du mal à se représenter l’effarement des nouveaux venus devant ces distances et devant les lacunes de l’organisation ecclésiastique, d’autant que les prêtres semblaient plus soucieux de politique que de cure d’âmes119.

  • 120 Leonard, Le Protestantisme brésilien, Illustré protestant, no 8, mai 1953. Sur la vie religieuse de (...)

166Malgré la construction d’une chapelle à São Leopoldo en 1830 les immigrants catholiques n’ont connu pendant les 25 premières années que « des raids de baptêmes et de mariages120 ». Ces tournées étaient effectuées par le prêtre résidant à l’église mère, Santa Anna de Rio dos Sinos, pour accomplir les actes essentiels, donner quelques sacrements, confesser et célébrer la messe. Mais ces visites n’avaient lieu au maximum que deux du trois fois dans l’année, et le prêtre — qui ne pariait ni ne comprenait l’allemand — se contentait le plus souvent de donner une absolution générale avant la communion. Il ne pouvait avoir aucune influence directe sur la vie religieuse de ses nouvelles ouailles.

167Dépourvus d’assistance ecclésiastique régulière, les colons se rassemblaient chaque dimanche sous un arbre ou dans une salle et célébraient un service laïque : un maître d’école ou un ancien faisait des lectures pieuses tirées du « Goffine » et les fidèles chantaient des cantiques. Le maître d’école enseignait le catéchisme et l’histoire sainte. Quelques missionnaires (des Jésuites portugais et espagnols) furent émus par la misère religieuse des catholiques allemands comme par les manifestations de vive piété accompagnant leur passage en 1845.

  • 121 Verband, Hundert Jahre, p. 449453. Lors de la première réunion de l’Assemblée provinciale la deuxiè (...)

168Mais c’est seulement en 1849 qu’arrivèrent dans la colonie de São Leopoldo les deux premiers prêtres de langue allemande, deux Jésuites autrichiens, les RR.PP. Lipinski et Sedlek121.

1. Les paroisses Teuto-Riograndenses

169Ces deux prêtres se partagèrent les colonies en deux zones Est et Ouest et fondèrent les deux premières paroisses catholiques à São Miguel de Dois Irmãos et São José de Hortencio. Le Père Lipinski estimait en 1851 qu’ils avaient environ 4.000 paroissiens, mais ceux-ci étaient dispersés sur plus de 100 kilomètres à travers la forêt vierge. Telles étaient les conditions primitives de l’exercice du culte.

170Or le nombre de catholiques s’éleva constamment dans les contingents ultérieurs d’immigrants tandis que la colonisation, dépassant déjà le Cai, remontait le Taquari et atteignait Santa Cruz. Aussi d’autres prêtres, des Jésuites pour la plupart, furent-ils appelés à fonder et à guider de nouvelles paroisses. Encore celles-ci n’étaient-elles créées que plusieurs lustres après l’installation des premiers colons en zone pionnière : en 1889 à Nova Petropolis, en 1884 à V. Aires, en 1882 à Taquari, en 1881 à Feliz et à Lajeado, en 1875 à Hamburgo Velho, en 1873 à Estrela et à Cai, en 1871 à Montenegro. La colonie la plus favorisée fut celle de Santa Cruz dont la paroisse a été créée en 1859, soit dix ans après sa fondation. Partout ailleurs les pionniers qui s’enfonçaient dans la forêt recommençaient la même expérience et affrontaient les mêmes difficultés spirituelles que les premiers immigrants. Cependant leur foi restait aussi vive. Multipliant les points de prédication, construisant les chapelles par centaines, ils préparaient l’institution de nouvelles paroisses : là où il n’y en avait que 2 en 1850 on en trouvait 26 en 1920, 41 en 1935, 51 en 1943. Plus de 70 paroisses teuto-riograndenses relèvent maintenant de l’archidiocèse de Pôrto Alegre.

171C’est du diocèse de Santa Maria (créé en 1910) que relevèrent la plupart des paroisses fondées dans les nouvelles colonies — 7 à Carasinho entre 1914 et 1940, 4 à Cruz Alta à partir de 1894, 3 à Ijui entre 1915 et 1922,10 à Erechim entre 1915 et 1938, 4 à Passo Fundo, 3 à Sarandi, 6 à Palmeira.

172C’est au diocèse d’Uruguaiana qu’appartiennent les récentes paroisses du Haut Uruguay : 3 à Santo Angelo, 5 à São Luiz Gonzaga, fondées de 1907 à 1927 ; 7 à Santa Rosa, de 1919 à 1937.

173C’est au diocèse de Passo Fundo, institué en 1951, que sont rattachées les paroisses des municipes de Passo Fundo, Carasinho, Erechim, Getulio Vargas, Marcelino Ramos et Sarandi. Il contient 577 églises et chapelles sur 3.271 élevées dans le Rio Grande do Sul. Son premier évêque est D. Claudio Colling, ancien évêque auxiliaire de Santa Maria.

  • 122 Consulter : D.E.E. Divisão administrativa do Rio Grande do Sul, p. 50-72 ; Sanhudo, O Rio Grande do (...)

174Dans toutes ces nouvelles colonies les paroisses furent instituées beaucoup plus rapidement que dans les anciennes, souvent moins de 5 ans après l’arrivée des premiers pionniers. On peut mesurer par-là les progrès de l’organisation ecclésiastique122. (Voir fig. 38.)

175D’autre part les dimensions des paroisses étaient réduites progressivement, ce qui facilitait la mission du prêtre. Dans la vallée du Rio dos Sinos leur superficie moyenne n’était plus que de 96 kilomètres carrés et dans la vallée du Taquari de 77 kilomètres carrés à la veille de la seconde guerre mondiale. C’est actuellement dans la zone septentrionale de l’Etat que se porte le même effort, car à Santa Rosa par exemple leur superficie moyenne était encore de 555 kilomètres carrés en 1943.

  • 123 Willems, A Aculturação, p. 476 ; voir aussi Verband, Hundert Jahre, p. 454.

176Non seulement le prêtre s’est rapproché du fidèle, multipliant l’efficacité de son ministère en zone rurale, mais la tendance des autorités épiscopales est de le conserver le plus longtemps possible à la tête de la même paroisse : sa « longévité » moyenne représente quatre à cinq fois celle du pasteur. Aussi n’y a-t-il plus de « communautés libres » chez les catholiques comme du temps où ils n’avaient pas de prêtres et le nombre des fidèles enregistrés dans les paroisses est-il proportionnellement supérieur à celui des protestants123. Les dissensions dans les communautés catholiques n’ont été qu’épisodiques car les prêtres disposent contre les fidèles récalcitrants de sanctions beaucoup plus efficaces que celles des pasteurs. La propre structure doctrinale et ecclésiastique du catholicisme lui évita de connaître l’éparpillement et les épreuves du protestantisme.

  • 124 Les journaux donnaient une grande publicité aux abjurations (Correio do Sul, 9 novembre 1857, 25 ma (...)
  • 125 Verband, Hundert Jahre, p. 448 ; Lassberg, Meine Pfarrei in Serra Azul, 1938 ; Festschrift zum 25 J (...)

177S’ils ont renoncé assez vite au prosélytisme et aux conversions spectaculaires de protestants, les prêtres et les congréganistes se sont opposés avec intransigeance aux mariages mixtes dans les colonies où voisinaient les deux religions124. Ils ont renforcé la tendance qu’avaient eue les colons à se grouper par affinité religieuse. L’une des plus anciennes communautés homogènes fut celle de São Pedro de Alcântara (Torres) fondée en 1826 avec des catholiques exclusivement, tandis que les protestants étaient installés à Tres Forquilhas. Les colons se sont groupés spontanément soit dans les anciennes colonies (Bom Principio, São Salvador, Poço das Antas, Santa Clara, Arroio do Meio) soit dans les nouvelles (Selbach, Colorado, Pirapo). Les migrations internes vers le Plateau ont favorisé les progrès du catholicisme par la constitution de groupes homogènes au point de vue religieux comme au point de vue ethnique. Ce mouvement ne fut d’ailleurs pas seulement suivi mais encouragé par le Deutsche Bauernverein, fondé au début du xxe siècle, qui ouvrit de nouvelles colonies exclusivement réservées aux catholiques, par exemples Cerro Azul (Haut Uruguay), puis Pôrto Novo. (Santa Catarina)125.

  • 126 Verband, Hundert Jahre, p. 257-258 ; Pimentel, Aspectos Gerais de Pârto Alegre, p. 129. Kath. Deuts (...)
  • 127 Annaes da Assembleia, 12 décembre 1866, p. 290 ; 3 mai 1872, 28 mars 1873, p. 124, etc. Katholische (...)

178Ainsi, dors que ni la doctrine ni la célébration du culte ne sont liées à la nation, à la langue ou à l’ethnie, les immigrants, loin de se fondre dans le catholicisme riograndense, ont-ils constitué des paroisses purement germaniques, même dans les villes, même à Pôrto Alegre où fut fondée en 1871 la paroisse St-Joseph dont l’église a été construite de 1922 à 1924126. Ces paroisses sont desservies par des prêtres d’origine allemande, car le droit canon prescrit que le curé doit connaître et parler la langue des fidèles. Les activités annexes du culte et l’action catholique sont assurées par des ordres et par des religieux de même origine127.

179Comment pourrait-il en être autrement, puisque les prêtres séculiers et réguliers d’origine germanique sont proportionnellement beaucoup plus nombreux dans le clergé que les teuto-brésiliens dans la population totale. Aussi en trouve-t-on non seulement dans les paroisses essentiellement germaniques, mais jusque dans celles qui abritent la moindre communauté allemande. Tel a été le retournement de la situation du catholicisme teuto-riograndense !

2. Le catholicisme teuto-riograndense

  • 128 Kath. Deutschtum, p. 8.
  • 129 Petry, Historia, p. 62.

180« Ce que les Jésuites allemands ont créé pour l’utilité et la piété de leurs compatriotes dans l’église, l’école et la colonisation, par le travail, la parole et l’écrit mérite le plus grand éloge »128. L’importance du rôle des Jésuites dans la vie religieuse du Rio Grande do Sul fut soulignée par l’élévation de leur collège de São Leopoldo en séminaire épiscopal et par la création d’une Province sud-brésilienne en 1927. C’est en retour grâce au recrutement qu’ils effectuent sur place que les descendants d’Allemands sont si nombreux parmi les prêtres et les autres religieux : plus de la moitié des prêtres séculiers sortis du séminaire et les deux tiers des réguliers sont d’origine allemande, les autres étant surtout d’origine italienne et polonaise129.

  • 130 Lettre du Consul de France à Porto Alegre au ministère des Affaires étrangères, 1919. Pimentel Aspe (...)
  • 131 Idem, ibidem, p. 115-116 ; Album Comemorativo... 1939, p. 364-365 ; Figura ilustre de preludo. Corr (...)
  • 132 Daudt, Brasileiros, p. 72.

181L’absence de vocations chez les Luso-Brésiliens et la piété des colons ont été décisives pour 1’évolution du catholicisme dans le Rio Grande. Alors qu’en 1900 on ne comptait que 8 prêtres riograndenses d’origine germanique, 90 ont été ordonnés entre 1900 et 1936. H y avait encore à côté d’eux 41 prêtres allemands. On en trouvait 23 à Pôrto Alegre, 57 dans le3 autres paroisses de l’archidiocèse (anciennes colonies) et 37 dans celles des nouvelles colonies. En 1944, 75 % des prêtres de l’archidiocèse de Pôrto Alegre étaient des Allemands ou des descendants d’Allemands. 41 résidaient à Pôrto Alegre et 76 dans les autres paroisses (anciennes colonies). Ainsi en trouvait-on non seulement dans les paroisses mais dans toutes les directions spirituelles (chapelles, établissements scolaires, confréries), dans le chapitre métropolitain, dans les principaux services de l’évêché et jusque sur le siège épiscopal depuis 1912130. C’est à cette date que fut installé D. João Becker131. Ses parents ayant immigré à Montenegro en 1878 alors qu’il avait 9 ans, il fit ses études à São Leopoldo, puis à Pôrto Alegre, où était alors le séminaire épiscopal. Naturalisé, ordonné prêtre en 1896, il dirigea pendant quelques années dans la capitale la paroisse de Menino Deus. Il fut nommé évêque de Florianopolis en 1908 et archevêque de Pôrto Alegre en 1912. Il y éleva le nombre de paroisses de 8 à 27, celui des prêtres de 9 à 50 et y entreprit la construction de la nouvelle cathédrale. R créa au total 91 paroisses dans l’archevêché, transforma le collège des Jésuites de São Leopoldo en séminaire archiépiscopal, installa des cercles ouvriers et des crèches, lança l’Action catholique dans toutes les paroisses, l’aumônerie des collèges publics, les émissions catholiques à la radio, le premier Congrès Eucharistique régional, organisa des Missions, des conférences théologiques, développa les œuvres éducatives, les écoles congréganistes et fonda la Faculté catholique de philosophie et de sciences, devenue depuis Université pontificale. C’est lui enfin qui veilla à la nationalisation des écoles catholiques allemandes en 1938. Il fut remplacé en 1946 par D. Vicente Scherer qui est né d’une famille teuto-riograndense et qui poursuit l’œuvre de son précécesseur après avoir été son auxiliaire immédiat pendant plusieurs années132.

  • 133 Cf. par exemple Katholischer Wahlbund, Waehler-Katechismus, Pôrto Alegre, Centro, s. d., 29 p. ; Re (...)

182Ainsi n’y a-t-il plus de problème pour les catholiques d’origine allemande, puisqu’ils constituent maintenant le principal contingent du catholicisme riograndense et qu’ils exercent une influence prépondérante sur lui, et par lui sur de nombreux secteurs, comme celui de la politique grâce à la Ligue électorale catholique dont tant de candidats à la députation ou à d’autres fonctions électives demandent le satisfecit133.

  • 134 Sur la fondation et l’histoire du Deutsche Bauern Verein : Lacmann, Ritte, p. 196 ; Petry, Historia (...)
  • 135 Katholisches Deutschtum, p. 8.

183Le rayonnement du catholicisme teuto-riograndense dépasse donc largement le cadre de la colonisation germanique. Mais il lui reste lié très étroitement car c’est dans les zones rurales qu’il puise sa force. Deux institutions révèlent ce lien et cette sollicitude. C’est celle du Deutsche Bauernverein (União Popular) dont on connaît le développement et les services rendus dans tous les domaines à la cause du catholicisme teuto-riograndense depuis sa fondation par le R.P. Amstadt (nouvelles colonies, caisses de crédit coopératif, sociétés de bienfaisance, etc.134) C’est aussi celle des Journées catholiques organisées régulièrement tous les deux ans depuis 1928 : « Par le programme et dans les manifestations extérieures chaque fois bien préparées, ces rassemblements catholiques fortifient la volonté commune de maintenir haut la foi et la nationalité selon l’usage des pères. »135 La question de la conservation de la langue allemande s’est en effet posée à l’intérieur des paroisses et des communautés scolaires catholiques.

184Au cours d’une première phase, qui a duré jusqu’en 1938, l’enseignement était donné en allemand dans les écoles catholiques, le catéchisme enseigné en allemand, les sermons prêchés en allemand et les cantiques chantés en allemand.

  • 136 Idem, p. 56-58 ; Schreiber, Das deutsche Kirchenlied im Ausland, Fellerer, Das deutsche Kirchenlied

185On ne saurait souligner assez l’importance du chant religieux en langue allemande136. Les cantiques ont été importés d’Allemagne par les immigrants ou adaptés par le clergé local : dans le sud du Brésil par exemple, à côté des recueils intitulés Cantate et Coecilia, les Franciscains introduisirent pour le Sta Catarina en 1928 un Jübilate, tiré du Trésor des cantiques de Trêves et de Cologne. Comme les paroissiens ne chantent généralement pas très bien, ce sont les chœurs qui soutiennent le chant. Ils ont été les agents de la conservation ou de l’expansion des cantiques allemands, fort beaux d’ailleurs, et l’on comprend la profondeur de l’attachement d’ordre affectif que les prêtres et les fidèles leur conservaient.

  • 137 Kath. Deutschtum, p. 9. Voir aussi : Bergmaier, Brasilien ist eine Katholische Nation : Reichverban (...)

186Le degré auquel le catholicisme allemand était parvenu à la fin de cette période, avec l’enracinement des ordres et la formation de fils de colons pour la cure d’âmes en langue allemande, « reflète l’idéal puisqu’a été évité le danger que l’usage dominant de la langue du pays dans l’éducation des futurs prêtres teuto-brésiliens estompe leur nationalité raciale »137. La conservation des mœurs et de la langue allemande était donc considérée comme nécessaire à celle de la piété.

  • 138 Souza, O problema da nacionalização e o episcopado gaucho, Diario de Noticias, 3 septembre 1947 ; D (...)

187La seconde phase de l’histoire du catholicisme riograndense a commencé en 1938 quand l’Archevêque de Pôrto Alegre ordonna d’administrer l’enseignement en portugais dans les écoles catholiques allemandes pour faciliter la tâche du secrétariat à l’Éducation et prescrivit aux maîtres, religieux ou laïcs, d’obéir aux autorités compétentes. Ils le firent presque tous, mais non sans regret138.

188De même en 1942 les évêques mandèrent aux prêtres de respecter les mesures gouvernementales, « justifiées par une situation anormale et délicate », qui suspendaient la prédication et le chant en langue étrangère.

189La situation étant redevenue normale, voici les résolutions prises par les évêques de la province de Pôrto Alegre au cours de leur cinquième conférence en 1947 :

  1. Dans les écoles catholiques l’enseignement, y compris l’instruction religieuse, sera administré exclusivement en portugais ;

  2. Dans les églises des chefs-lieux de municipe la prédication sera faite seulement en portugais ;

  3. Dans les églises et les chapelles à l’intérieur des municipes où il y aurait un nombre considérable de personnes ne comprenant pas la langue du pays, les prêtres, après la prédication en vernaculaire, pourront et même devront expliquer la parole de Dieu dans la langue que ces personnes comprennent ;

  4. Il est conseillé de faire également en portugais les prières en commun courantes dans l’intérieur des municipes.

  • 139 Souza, O problema, Diario de Noticias, 3 septembre 1947.
  • 140 Sa position est donc comparable maintenant à celle du luthéranisme et contraire à toute sa traditio (...)
  • 141 Lacmann, Ritte, p. 155 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 52 ; Koehler, Brasilien, p. 255 ; Kahle, Deuts (...)

190L’ancien Secrétaire d’Etat à l’Education qui a attaché son nom à la nationalisation de l’enseignement écrit : « Ces déterminations, comme on le voit, associent avec une haute sagesse les impératifs nationaux à la réalité riograndense, d’une manière décisive, pour résoudre cette grave question dans un bref laps de temps », et il exprime sa gratitude à l’épiscopat riograndense pour la sanction spirituelle donnée à son œuvre de nationalisation en condamnant formellement les dernières espérances de ceux qui souhaitaient la détruire. « Une nouvelle fois l’Eglise rend un service signalé au Brésil « et le noble Episcopat riograndense réaffirme son patriotisme incontesté. »139 Telle est la situation actuelle du catholicisme teuto-riograndense, devenu lui aussi bilingue140. L’avenir dira si c’est avec raison que la plupart des prêtres considéraient l’abandon de la langue allemande comme un mal pour la religion et l’assimilation comme une menace de contagion de l’attitude sceptique et parfois anticléricale de nombreux Luso-Brésiliens141. Avec l’usage de la langue risquent de se perdre les normes de vie qui lui étaient associées, en particulier la fréquentation des cultes par les hommes, caractéristique des communautés teuto-riograndenses catholiques ou protestantes.

  • 142 Costa, O Rio Grande do Sul, p. 352.

191Nous ne saurions mieux faire que de citer le texte écrit en 1922 par un auteur lusobrésilien qui, dans la page où il indique que l’allemand était la langue courante de la colonie, exalte la piété de la population rurale teuto-riograndense : « Très beau, très impressionnant est le tableau qui s’offre à nous, le dimanche et les jours de fête, quand les laborieux colons allemands vont rendre grâces à Dieu, affluant en masse aux temples, dans un rassemblement simple, ingénu, mais sincère et plein de foi ardente. Pour les esprits sains, émancipés de vains préjugés, il est agréable d’apprécier un si beau tableau, beaucoup plus humain que ceux qui se déroulent dans les cités populeuses où, bien plus qu’ici, les idées matérialistes prédominent. »142 (Voir photo 40, pl. XII.)

***

192On a donc souvent répété que les immigrants ou leurs descendants devaient leurs qualités aux règles de vie et aux idées qu’ils avaient héritées de leurs aïeux allemands. Mais ce n’est ni à un historien ni à un sociologue ni à un homme politique qu’il faut demander le tableau le plus pénétrant de la vie dans une ancienne colonie allemande, c’est à un romancier d’origine germanique.

  • 143 Moog, Um Rio imita o Reno, p. 27.

193Dans son livre Um rio imita o Reno, M. Viana Moog dépeint les mésaventures d’un jeune ingénieur luso, originaire du Nord du Brésil, envoyé par son administration dans le chef-lieu d’une zone « allemande » : « Du gothique de l’église à l’austérité des façades, tout, à l’exception du jardin public, y était grave, rigide, tudesque. Il lui semblait avoir traversé les mers « senti saudades do Brasil »143. L’emploi exclusif de l’allemand, la propagande antinationale dans les écoles, la défense de la pureté de la race dans les colonies, la dénonciation de l’antihygiénique chimarão font de ce livre un vivant dictionnaire des idées reçues dans une colonie teuto-riograndense. Certes l’auteur montre la vanité de ces idées, l’étroitesse de cette mentalité. Mais il a présenté ses personnages avec une telle authenticité qu’elle parut effacer sa critique, pourtant impitoyable.

  • 144 Mercio (Bayar de Toledo), Longe do Reno. Uma reposta à Viana Moog, 1940, roman, 173 p.

194Et c’est un luso-brésilien qui a écrit une Réponse à V. Moog, sous-titre du roman Longe do Reno144 montrant au contraire qu’il y a d’heureux mariages mixtes et qu’un amalgame est en voie de réalisation. Il ne faut pas oublier en effet que les descendants d’Allemands ont emprunté de nombreux éléments à la civilisation brésilienne et qu’ils sont devenus vraiment des Teuto-Brésiliens — comme ils ont aimé à se baptiser eux-mêmes.

  • 145 Monbeig, Le Brésil, p. 78 ; Araujo, Enquistamentos, Rev. Arq. Munie. S. Paulo, LXV, p. 227-227-246  (...)

195Mais la puissance des mots est si grande qu’on peut redouter les conséquences de l’emploi de certains d’entre eux. Le succès de l’expression kyste ethnique appliquée aux colonies teuto-riograndenses est assurément regrettable. Celui de l’adjectif marginal l’est tout autant : population marginale, groupes marginaux, culture marginale, individu marginal ; cette idée de marge évoque trop celle d’un rejet, d’une exclusion ; ce mot a pris lui aussi une résonance péjorative145. L’expression de culture hybride le serait moins. Nous préférerions même ne pas employer le mot culture et dire que les groupes teuto-brésiliens du Rio Grande do Sul ont une civilisation composée. Même si l’on reconnaît encore l’origine de tel caractère ou de tel élément, leur ensemble forme un tout original et cohérent. (Voir photo 41, pl. XIII.)

196Il y a sans doute eu d’abord deux civilisations différentes, l’une luso-brésilienne, l’autre allemande. Il est difficile de dire quand la civilisation teuto-brésilienne est née, le premier jour de la colonisation sans doute. Mais elle s’est constituée par des transformations qualitatives dont chacune était presque insensible, par l’abandon de certains traits qui lui étaient originellement propres et par l’adoption de traits empruntés à la civilisation locale. D’autre part ce mélange ne s’est pas fait régulièrement : des facteurs de tous ordres sont intervenus soit pour le hâter soit pour le retarder. Enfin cette civilisation est essentiellement collective et elle exerce elle-même une grande influence sur l’évolution du caractère des individus qui appartiennent à des groupes plus ou moins nombreux, plus ou moins étendus.

  • 146 Les échanges entre descendants d’Allemands et Brésiliens ne sont pas négligeables ; Schück, Kulture (...)

197Ce que l’on oublie généralement, c’est que le milieu luso-brésilien a lui-même été transformé par les nouveaux venus, lentement sans doute, mais profondément. Il s’est enrichi de leurs activités, il a adopté certaines de leurs coutumes146. Bien plus, il s’est modifié parce qu’ils existent : le groupe dans lequel ils s’intègrent n’est plus celui d’hier dès qu’ils en sont membres ; les Vieux-Riograndenses ne doivent-ils pas compter avec eux et leur faire place bon gré mal gré dans leur communauté ?

Notes

1 Monbeig, Les modes de penser, (Éventail de l’Histoire, I, p. 109).

2 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 20 ; Ave Lallemant, Reise, p. 127 ; Weiss, Colonos, p. 35 ; Willems, A Aculturação, p. 235.

3 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 54.

4 Willems, A Aculturaçâo, p. 236.

5 Ave Lallemant, Reise, p. 125 ; Mulhall, O Rio Grande do Sut, p. 116 ; Funke, Aus D-Brasilien p. 143 ; Kahle, D. Heimat, p. 129 ; Willems, A Aculturação, p. 205.

6 Gazeta de Pôrto Alegre, 11 mars 1884. Chez tous les ruraux les femmes sont plus traditionnalistes que les hommes (Kuder, Die Deutsche-brasilianische Literatur, I.A.A., X, p. 471-472.)

7 Informations fournies par M. le Dr. A. Schultz, professeur à l’Université de Pôrto Alegre.

8 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21 ; Daudt, Brasileiros, p. 60. Rotermund Kalender, 1927, p. 251 ; Willems, A Aculturação, p. 219.

9 Ave Lallemant, Reise, p. 142 et 258 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 56-57 ; Boeck, Urwald Delikatessen, 61 p.

10 Voir ci-dessus, p. 386 et p. 409.

11 Krebs, Schmier, Churrasco e chimarrão, P.S.P., 15, p. 85-89 ; Willems, A Aculturação, p. 230 ; Bernardi, 25 de Julho de 1824,.(125° aniversario, p. 47) ; Correio do Povo, 17 juillet 1948 :90e anniversaire de la société Orpheus de São Leopoldo, « Grande churrasco ».

12 Eye, Der Auswanderer, p. 144 ; Willems, A Aculturaçâo, p. 153-170, 172.

13 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 63-65 ; Furrer, Deutsch-brasilianischer Brauchtum, p. 89-84 ; Silva, Vida urbana, usos e costumes, Anais I Cong. H.G. São Leopoldo, p. 344-372.

14 Porzelt, Der D. Bauer, p. 63 ; Willems, A Aculturação, p. 432 ; Fraeger, Die Deutsche, p. 77.

15 Les Allemands enterrent leurs morts tandis que les Luso-Brésiliens redoutent l’ensevelissement et préfèrent déposer les cercueils dans des niches qui donnent un aspect si caractéristique aux grands cimetières de Pôrto Alegre, par exemple. (Voir Ferreira, Menina, et Prunes, O Rio Grande do Sul em 1820, Correio do Povo, 3 octobre 1953.)

16 Furrer, Deutsch-brasilianischer, Brauchtum, p. 100-104 ; Daudt, Brasileiros, p. 100. Alors que l’arbre de Noël était déjà « traditionnel » dans les Sociétés teuto-riograndenses (Correio do Povo, 12 janvier 1935) c’est depuis 1935 que s’est répandue la coutume d’en orner les vitrines (concours de vitrines et d’arbres de Noël gagné par Liedke. Correio do Povo, 10 janvier 1936).

17 Koloniekerb, Koseritz Deutsche Volkskalender, 1899, p. 388 ; Kerb, Almanach do Correio do Povo, 1930, p. 83 ; Fräger, Die Deutsche, p. 73-76 ; Furrer, Deutsch-brasilianischer Brauchtum, p. 98-100 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 60-62 ; Daudt, Brasileiros, p. 98 ; Meyer, Guia do Folclore, p. 91-92. Des Kerbs sont organisés non seulement dans toutes les colonies et par toutes les associations teutoriograndenses, mais maintenant par des sociétés d’autre origine (« Kerb no Vasco da Gaina », Pôrto Alegre, Correio do Povo, 3 septembre 1948).

18 Willems, A Aculturação, p. 448 ; Krebs, Schmier, P.S.P., 15, p. 86 ; voir aussi les romans de Moog, Um Rio, p. 118 et Verissimo, O Tempo e o Vento, I, p. 347.

19 Revista do Globo, 22 juin 1946, p. 29-31 ; Cf. aussi ci-dessus p. 27. Tous les auteurs du xixe siècle ont souligné les différences de genre de vie et de mentalité qui existaient entre Gauchos et Colons (p. ex. : Indole da Legião, p. 75 ; Lange, Südbrasilien, p. 58 ; Funke, Aus D-Brasilien, p. 69). Nombre d’études récentes les opposent encore : Wustkow, Eine Reise im Riograndenser Kamp, Koseritz D. Volkskalender, 1917, p. 67-71 ; Niemeyer, Die Gauchos, ibidem, 1921, p. 99-128 ; Funke, O Brasil e a Alemanha, p. 122 ; Rotermund, Skizzen aus Südbrasilien, Rotermund Kalender 1931, p. 113 : « Ils vivent comme les anciens Romains : Panem et circenses (carreira !) » ; Schueler, Lusos und Teutos, ibidem, 1938, p. 41-43. Quant au tableau de la vie dans la Colonie, il a souvent été brossé par les voyageurs ou par les écrivains : Gerstaecker, Die colonie, Brasilianisches Lebensbild (1864) ; Lacmann, Ritte, 1907, p. 186 et sq. ; Deutsches Leben am Rande des brasilianischen Urwalds, 1921 ; Fischer, Deutsches Leben, 32 p. ; Fraeger, Die Deutsche, p. 14-39, 58-78 ; Niemeyer, Kolonistenleben, Rotermund Kalender, 1927, p. 65-104.

20 Hoermeyer, Beschreibung, p. 48.

21 Verband, Hundert Jahre, p. 298-300 ; Krahe, Die Gesellschaft Germania in Pôrto Alegre, Koseritz D. Voikskalender, 1931, p. 17-31 ; Daudt, Brasileiros, p. 103.

22 Verband, Hundert Jahre, p. 301-302 ; Daudt, Brasileiros, p. 94 ; Album comemorativo 1939, p. 27. Voir ci-dessous, p. 507.

23 Verband, Hundert Jahre, p. 303 ; A Veterana. 75° anniversario da Sociedade Leopoldina, 1938, 88 p. ; Daudt, Brasileiros, p. 103-104 ; Damm, Escola de Sereias, Revista do Globo, 5 novembre 1949, p. 36-39.

24 Verband, Hundert Jahre, p. 307-310, 316-321.

25 Verband, Hundert Jahre, p. 310-315 ; Das Turnwesen in Rio Grande do Sul, Koseritz D. Volkskalender, 1924, p. 31-37. Daudt, Brasileiros, p. 105-110.

26 J. Aloys Friedrichs, Rotermund Kalender, 1923, p. 36-39 ; Friedrichs, Bismarckrunde in Porto Alegre, 1929 ; Idem, Liederbuch, 1922 ; Friedrichs, Bercht, etc., Grundsaetzliche Betrachtungen zur Anschlussfrage, 1937 ; Album Comemorativo, 1939, p. 26 ; Lambert, AS Colonias alemãs, Estado de São Paulo, 13 juin 1939.

27 Mazeron, Reminicencias de Pôrto Alegre, p. 31 et 54 ; O Tiro 4, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2725-2730.

28 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 164-170 ; Daudt, Brasileiros, p. 129-146.

29 Daudt, Brasileiros, p. 173-177.

30 Verband, Hundert Jahre, p. 322-323 ; Daudt, Brasileiros, p. 87 ; Deutsches Mannerquartett, Festschrift zur 50 Jahriges, 1937 ; Pimentel, Aspectos Gerais de Porto Alegre, p. 108-109.

31 Centro 25 de Julho fondé en 1934 ; Py, O Nazismo, II, p. 9 et 123 ; Brasil Post, 16 mai 1953 ; Becker, Zur Geschichte der Entstehung des 25 Juli Gedankens, Brasil Post, 18 août 1956. Il a publié divers ouvrages (Kurze Geschichte, Historia da Colonisação, etc.). Il a fait instituer le « Dia do Colono » le 25 juillet (Cf. Historia, p. 82-84 et Rotermund, Der 25 Juli einNationalfeiertag ?, Brasil Post, no 545, 6, VII, 1957) et restaurer le monument de São Leopoldo qui avait été dégradé pendant la dernière guerre (125° aniversario, p. 50-73). Sur F. Rotermund, « père du centro 25 de Julho », cf. Kurzpost, no 5 (octobre-décembre 1955) et Brasil Post, no 305 (29 septembre 1956).

32 Verband, Hundert Jahre, p. 333-335 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 62 ; Correio do Povo, 17 août 1948.

33 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 71-73.

34 50 Jahre Gesangverein Frohsin, 1888-1938, p. 9-13.

35 Petry, O Municipio de Novo Hamburgo, p. 89-92.

36 Deutsches Vereinswesen auf der Serra, Kalender der Serra Post, 1931, p. 165-182.

37 Petry, Historia, p. 40. Certaines statistiques de 1942 paraissent même surprenantes : S. Leopoldo 70, Taquara 60, Cai 50, Montenegro 30, Estrela 60, Lajeado 60, Venancio Aires 70, Santa Cruz 150, etc. ; Py, O Nazismo, II, p. 9.

38 Tonnelat, L’expansion, p. 119-133. De même Py, O Nazismo, II, p. 8.

39 Willems, A Aculturação, p. 558.

40 La première grande « Saengerfest » du Rio Grande do Sul a eu lieu le 1er février 1862 à São Leopoldo. Deutsche Zeitung, 24 décembre 1862 : « Les fêtes, les réunions, le chant sont l’exaltation de l’esprit allemand et la force du germanisme dans le Rio Grande. » Thème repris par tous les auteurs allemands ou d’origine allemande jusqu’à nos jours. A propos de la Saengerfest de Teutonia le 1er mai 1953, le député Born écrit : « Les sociétés de chant restent pour l’avenir le fondement de la vie culturelle si intense de nos colonies et de nos villes. » (Brasil Post, 23 mai 1953) et à la fin d’un article intitulé Das Deutsche Lied, le R.P. Rambo demande « O mon peuple ne laisse pas perdre tes chants » (Brasil Post, 28 février 1953).

41 Krebs, Ulanos no Brasil, Revista do Globo, 28 avril 1951, p. 431-433.

42 Funke, Aus D. Brasilien, p. 145 ; Daudt, Brasileiros, p. 154-156 ; Born, 125° aniversario, p. 67.

43 Tonnelat, L’expansion, p. 135 ; Moraes, Raizes da população (Schidrowitz, Rio Grande do Sul, p. 140) ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 103 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 74 ; Willems, Assimilação, p. 324.

44 Willems, A Aculturação, p. 570.

45 Lacmann, Ritte, p. 156 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 365 ; Collin-Ross, Südamerika, p. 262 ; Rotermund, Eltern Aufgewacht, Rotermund Kalender, 1923, p. 32 ; Der deutsche Auswanderer, décembre 1929, p. 240 ; Oberacker, Die Volkspolitische Lage, p. 61 ; Beyer, Zur Frage der Umvolkung, Auslanddeutsches Volksforschung, I, 4, 1937, p. 365 ; Moehle, Deutsche Evang. Pommergemeinde..., Évang. Gem. Kal. 1937, p. 52 ; Standrede der Kalendermanns, Rotermund Kal., 1936, p. 32, 1939, p. 35, etc.

46 Willems, A Aculturação, p. 264.

47 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 104.

48 Collin Ross, Südamerikn, p. 265 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 129 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 67, 77, 107 ; Willems, A Aculturaçâo, p. 171-175. J. U.

49 Zoeller, Die Deutschen, p. 134 ; Grothe, Im Kamp, p. 97.

50 Ne pouvant étudier ici toute cette question, nous nous contenterons d’indiquer d’abord les prénoms relevés à Ijui, au milieu de Riograndenses de diverses origines, puis à Dois Irmãos au cœur d’une « vieille colonie » (1946).
Ijui
(Registre de l’impôt foncier). Prénoms les plus fréquents :
Luso-Brésiliens : Alvaro, Antonio, Caetano, Dioniso, Florencio, Francisco, João, José, Julio, Manuel, Miguel, Orlando, Pedro, etc.
Italo-Brésiliens : Angelo, Atilio, Benjamin, Bernardo, Cesario, Clemente, Constante, Eliseu, Elias, Emilio, Ernesto, Felicio, Garibaldi, Giacomo, Guido, João, José, Julio, Luiz, Maximo, Natal, Paulo, Pedro, Romano, Valentim, Vergilio, Vicente, Vitorio, etc.
Polono-Brésiliens : Adão, Alex, André, Boleslau, Brunislau, Casemiro, Ceslau, Constantino, Estanislau. Estevão, Felix, Francisco, Inacio, Ivan, José, Ladislau, Leonardo, Pedro, Sigismondo, Stefano, Vicente. Wenceslau...
Teuto-Brésiliens : Adolfo, Afonso, Alberto, Albino, Alfredo, Alvin, Arlindo, Arnaldo, Arthur, Augusto. Balduino, Bernardo, Bertoldo, Bruno, Carlos,-Christiano, Daniel, Edgar, Edmundo, Eduardo, Edvino, Emilio, Erich, Ernesto, Eugenio, Evaldo, Felipe, Fernando, Francisco, Frederico, Fredolino, Gaspar, Germano, Gottlieb, Guilherme, Gustavo, Henrique, Hugo, Jacob, João, Josê, Julio, Kurt, Leopoldo, Lindolfo, Luis, Martin, Max, Nicolau, Oscar, Oswaldo, Otto, Paulo, Pedro, Raimundo, Reinaldo, Ricardo, Roberto, Simão, Samuel, Ruben, Teobaldo, Teodoro, Waldemar, Walter, Willibaldo, Willy, etc.

Dois Irmãos (Registre de l’impôt foncier). Voici les prénoms relevés sur une liste de 768 propriétaires. Nous donnons d’abord les prénoms d’hommes (les plus nombreux) puis de femmes. Les fréquences les plus élevées sont indiquées entre parenthèses.
Antonio, Albino (22), Aloysio (32), Alfredo (27), Alfonso ou Afonso (14), Arno (7), Albano, Amildo, Augusto (4), Artur (21), Adâo, Adolfo (6), Alberto (18), Albino, Avelino, Armando, Angelo, Agostinho, Balduino (26), Bruno (3), Bertoldo (8), Benjamin (1), Benno, Bertholino, Carlos (40), Christiano (7), Caetano, Claudio, Cornelius, Cirilio, Conrado, Daniel (12), Emilio (14), Edmundo (7), Edvino (5), Ernesto, Ervino, Erno, Edgar, Fridolino, Fernando (5), Francisco (7), Frederico (13), Felipe (18), Germano, Gabriel, Guilherme (14), Gustavo, Helmutz (8), Henrique (14), Hugo, Idalino, João (56), José (40), Jacob (44), Julio (7), Jorge, Jeronimo, Leopoldo (11), Lourenço, Luiz (3), Laudelino, Leo, Miguel, Matias (5), Mario, Nicolau (14), Norberto, Otto (14), Oscar (7), Pedro (54), Paulino, Roberto, Reinaldo (12), Rodolfo, Raimundo, Ricardo, Serafim, Sefrédo, Teobaldo (10), Teodomiro, Urbano, Vicente (10), Willibaldo (11), Wendelino, Waldemar, Walter (5), Willy (4).
Anna ou Ana, Ana Maria, Anita, Alma, Berta, Brandina, Catarina, Carolina, Cecilia, Dorotea, Elga, Elizabeth(a), Erna, Erny, Elba, Eugenia, Frida, Gertrudes ou Gertruda, Hilda, Helga, Lidia, Luizia, Maria, Marta, Orlanda, Paulina, Paula, Rosalina, Veronica, Wilma...
On peut remarquer le nombre de prénoms déjà transformés ou aisément transformables en portugais.

51 Koehler, Brasilien, p. 239 ; Kuder, Die d-b. Literatur, I.A.A., X, 4, p. 485 ; Willems, Assimilação, p. 157.

52 Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 44 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 106 ; Metzler, Deutschbrasilianische Probleme, p. 19-25.

53 Ave Lallemant, Reise, p. 128 ; Lacmann, Ritte, p. 149 ; Fürrer, Deutsche Brauchtum, p. 114 ; Rotermund Kalender, 1937, p. 33-36. Sur la « paciencia » : Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 75 ; Lacmann, Ritte, p. 162 ; Willems, A Aculturação, p. 243.

54 Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 107 ; Waibel, Principios, p. 198.

55 Tschudi, Reisen, p. 32. L’expansion de l’allemand se mesure au nombre de noms de lieux allemands dans le Rio Grande (Barsewich, Die deutschen Ortsnamen ; Kadletz, Deutsche Personennamen in ortsnamen.

56 Tschudi, Reisen, p. 27 ; Mulhall, O Rio Grande do Sul, p. 57 ; Canstatt, Brasilien, p. 415 ; Lacmann, Ritte, p. 164 ; Funke, AUS D. Brasilien, p. 68 ; Rotermund Kalender, 1924, p. 168-170, etc. ; Willems (A Aculturação, p. 180) rappelle non sans raison que ce phénomène n’a jamais concerné qu’un tout petit nombre de nègres.

57 Eye, Der Auswanderer, p. 144.

58 Les Teuto-Riograndenses de la seconde génération étaient déjà bilingues (Zoeller, Die Deutschen, 1883, p. 133). Non seulement Lacmann constatait en 1906 le recul de l’allemand dans les colonies (Ritte, p. 149-150) mais le secrétaire des Travaux publics confirmait en 1914 que les colons « présentaient déjà un certain degré d’assimilation » (Relatorio, 1914, p. 108). Cf. aussi Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 365 ; Fiebig, Etwas über Brasilien, p. 153 ; Costa, O Rio Grande do Sul, p. 252 ; Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 371 ; Bernardi, O 125° aniversario, p. 46 ; Souza, Denuncia, p. 87, etc. Personnellement dans tous nos voyages à travers les colonies allemandes nous n’avons trouvé qu'une seule Teuto-Riograndense ne pariant pas portugais (une femme de 60 ans, à Teutonia, en 1950). Aussi ne pouvons-nous pas souscrire à l’opinion de M. Lambert exprimée en 1939 (Estado de São Paulo, VI, 1939) et reprise dans son récent ouvrage Le Brésil, p. 40.

59 Cf. p. ex. : Brasil Post, 9 juin 1956.

60 Sur le rôle du folklore : Almeida, O Folclore como elemento nacionaliádor, R.I.C., IV, 1, p. 58-67. Alors que le théâtre d’amateurs était très développé à Pôrto Alegre au xixe siècle, les sociétés allemandes n’y ont présenté que très peu de pièces et c’est seulement après 1890 que la ville a reçu des compagnies allemandes en tournée, lorsque les éléments locaux furent devenus assez riches pour pouvoir payer les artistes (A.D. Ferreira, O Teatro em Pôrto Alegre no seculo xixe, Fundamentos..., p. 106). Depuis la seconde guerre mondiale Pôrto Alegre n’a reçu que 2 troupes allemandes dont l’une a été organisée en Amérique du Sud et le nombre de représentations ne dépasse pas la demi-douzaine. (Cf. Correio do Povo, 9 octobre 1949). De même un cinéma comme l’Ypiranga qui projetait exclusivement des films allemands à la veille de la guerre n’en présente plus que de temps à autre... Ces faits sont bien révélateurs du recul de l’allemand.

61 Mortara, Quelques observations sur l’assimilation linguistique, I.N.E.D., p. 55 ; I.B.G.E., Estatistica cultural, no 2, Estudos sobre as linguas, 1950, Rio de Janeiro, 1950, p. 57-61 (résultats du recensement de 1940) ; I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1950, Estado do Rio Grande do Sul, Rio de Janeiro, 1955, p. 12-17.
Voici quelques indications tirées de cette dernière publication.
1. Nombre d'Allemands résidant dans le Rio Grande do Sul 10.058
2. Nombre d’Autrichiens résidant dans le Rio Grande do Sul 1.158
3. Nombre de personnes parlant habituellement une autre langue que le Portugais 579.857
4. Nombre de personnes parlant habituellement l’allemand 344.415
5. Pourcentage de 4/3 en 1950 : 59 % (en 1940 : 61 %).
6. Nombre de Brésiliens-nés parlant allemand 332.643
7. Nombre de naturalisés parlant allemand 1.414
8. Nombre d’étrangers parlant allemand 10.340
9. Pourcentage de 6/4 en 1950 : 96,5 % (en 1940 : 97,5 %).
10. Pourcentage de germanophones par rapport à la population totale : En 1940 : 11,8 % ; en 1950 : 8,2 %.
1. Répartition des germanophones par âge :

Image 10000000000002AF000000521EF4359C.jpg

12. Pour mémoire :
a. Nombre d’Italiens 9.988
b. Nombre de personnes parlant italien. 190.376.
c. Nombre de Brésiliens-nés parlant italien.184.054
d. Nombre de naturalisés parlant italien 2.344
e. Nombre d’étranger s parlant italien 3.968.

62 Hoermeyer, Beschreibung, p. 46 ; Tschudi, Reise, p. 32 ; Canstatt, Land, p. 415 ; Lacmann, Ritte, p. 159 ; Willems, A Aculturação, p. 277 et 279.

63 Koseritz D. Volkskalender, 1878, p. 74-80 ; Schappelle, The german element Colonies and dialect, 1917, Wie der Deutsche in Südbrasilien spricht, Rotermund Kalender, 1925, p. 99-100 ; Loew, Neues Sprachgut und Sprachunsitten bei den Deutschen Rio Grandes, Kalender der Serra Post, 1927, p. 97-107 ; Oberacker, Vocabulario de palavras portugueses que os descendentes de colonos alemães acolheram na lingua vulgar, Sociologia, I, 3,1939 ; Ejeliman, Die deutsche Sprache in Pôrto Alegre, 1936 ; Willems, Assimilação, p. 191 ; Idem, A Aculturação, p. 280-304.

64 Lacmann, Ritte, p. 150 ; Willems, A Aculturação, p. 307.

65 Deutsche, Spricht mit Deutscher deutsch ! Rotermund Kalender, 1923, p. 305 ; Borne, Die Deutsche Sprache, Kalender der Serra Post, 1923, p. 155 ; Len, Die deutsche Sprache, Muttersprache, 1938, p. 414 ; Brasil Post, 13 décembre 1952 ; 6 octobre 1956 (Auch die Sprache braucht frisches Elut).

66 Voir ci-dessous, p. 505 et sq. Des Riograndenses d’origine non germanique y ont appris l’allemand :. « L’École Brazileira-Allemâ de Pôrto Alegre va ouvrir un coins du soir de langue allemande. L’utilité du cours du soir est évidente, il pourra apporter de bons résultats à notre jeunesse qui doit s’attacher à l’instruction, prenant surtout en grande considération qu’il est grandement nécessaire de savoir la langue de Goethe, vu que nous vivons avec la croissante colonie allemande de la province » (Gazeta, Pôrto Alegre, 7 août 1875). En 1953 ont été fondés à Pôrto Alegre des Cours de langue et de culture allemandes, noyaux du nouvel Institut culturel germano-brésilien qui comptait, en 1956, 350 élèves répartis entre 7 degrés différents, disposant d’une bibliothèque de 600 volumes fournis par le gouvernement de Bonn et profitant de conférences, de séances cinématographiques, etc. (Brasil Post, 7 juillet 1956).

67 Petry, Historia, p. 43. On peut consulter aussi Almeida, Genese da Imprensa no Rio Grande do Sul, 1922. L’étude la plus complète et la plus sérieuse est celle de Gehse, Die Deutsche Press in Brasilien, 1931, p. 10-12, 18-96 et 136-172. L’étude la plus récente est celle de Buchmann, Die deutschsprachige Presse in Brasilien, Staden Jahrbuch, 4, 1956, p ; 219-255.

68 Il est édité à São Paulo. Rédacteur en chef : Dr K. H. Oberacker l’un des auteurs les plus notables de la période antérieure à la deuxième guerre mondiale (voir bibliographie). Le Brasil Post paraît régulièrement depuis 1949.

69 Petry, Historia, p. 44.

70 P. ex. Kalender der Serra Post (Löw, Ijui), Kalender für die Deutsche in Brasilien (Rotermund, São Leopoldo) ; Koseritz Deutsche Volkskalender (Gundlach puis Krahe, Pôrto Alegre), Familien Freund, Marien Kalender, etc. (catholiques). Cf. ci-dessous p. 675.

71 Gehse, Die deutsche Presse, p. 136. Voir aussi Koehne, Koseritz und die anfaenge, 90 p. ; Oberacker, K.V. Koseritz.

72 Gehse, Die deutsche Presse, p. 140.

73 Voir les publications de Metzler-Bercht-Friedbichs et Py, O Nazismo, p. 163-185.

74 Gehse, Die deutsche Presse, p. 26 et 95 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 39 ; Kuder, Die deutschebrasilianische Literatur, I.A.A., X, 4, p. 404.

75 Peschke, Die deutsche Presse, 1928 ; Umlauff, Die Verbreitung deutscher Zeitungen und Zeitschriften im Ausland, Institut für Auslandbeziehungen Mitteilungen, Stuttgart, Jg VI, no 3/4, 1956, p. 114. Le Brésil est le plus gros client d’Amérique du Sud et le volume de ses achats en 1953 est égal à celui de 1930. Sur le commerce du livre allemand consulter : Becker, 100 Jahre deutscher Buch-handel in Pôrto Alegre, Brasil Post, 27 décembre 1952.

76 C’est grâce à ce respect de l’école que les colonies allemandes ont toujours été en tête dans les statistiques sur l’instruction : en 1890 par exemple nous trouvons, dans l’ordre des pourcentages d’habitants sachant lire et écrire : 1. São Leopoldo (57 %) ; 2. Santa Cruz (54 %) ; 3. Taquara (50 %) ; 4. Estrela (49 %) ; 5. São Lourenço (48 %) ; 6. Montenegro (47 %) ; 8. Pelotas (46 %) ; 9. Rio Grande (45 %) ; 14. Cachoeira (33 %), etc. Caxias n’arrive qu’au 24e rang (27 %) [Azambuja, Anuario do Estado do Rio Grande do Sul, 1907, p. 342).
En 1950, les anciennes colonies allemandes sont encore parmi les municipes ayant les pourcentages les plus élevés (14 parmi les 26 premiers) : 1. Estrela (80,8 %) ; 3. Novo Hamburgo (78,2 %) ; 4. Montenegro (77,2 %) ; 6. Cai (74,2 %) ; 7. São Leopoldo (73,4 %) ; 12. Venancio Aires (68,5 %) ; 16. Santa Cruz (67,4 %) ; 17. Ijui (66,7 %) ; 18. Carasinho (65,8 %) ; 21. Taquara (65,1 %) ; 22. Santa Rosa (65,0 %) ; 24. Arroio do Maio (64,2 %) ; 25. Cruz Alta (64,0 %) ; 26. Lajeado (62,0 %)... [IBGE, Estatistica Clôturai, no 4, Estudos sobre a alfabetisação da população do Brasil conforme as apurações do censo demografico de 1950, Rio de Janeiro, 1952, Rio Grande do Sul, p. 7-31].

77 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 23.

78 Funfzig Jahre im Dienste deutschen Volkstums, Kalender für die Deutschen in Brasilien, 1927, p. 34-36. Cet article retrace l’activité de la maison Rotermund depuis sa fondation, cinquante ans plus tôt ; Album, comemorativo 1939, p. 81.

79 Verband, Hundert Jahre, p. 430.

80 Krebs, Schmier, P.S.P., p. 86-88 ; Siebzig Jahre Hafriburger Stift, Brasil Post, 22 septembre 1956, p. 28-31.

81 Sur les établissements secondaires, voir ci-dessus, p. 452.

82 Il n’empêche que l’École normale évangélique de São Leopoldo fut considérée comme l’un des piliers du germanisme puis du nazisme (Pv, O Nazismo, II, p. 157). On peut consulter Saenger, Conheça o colegio sinodal, 1949 et Mono do Espelho, 1951.

83 Sur l’officialisation des écoles secondaires, voir Correio do Povo, 2 mars 1935, 2 avril 1935, etc. Cf. aussi ci-dessous p. 508 et 545.

84 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 377. Kathol. Deutschtum, p. 33.

85 Riograndenser Marien Kalender, 1936, p. 89-93.

86 Soveral, O Rio Grande do Sul, Historia da Igreja (rôle des Jésuites), p. 75-77 ; Kurze Geschichte des Genossenschaft der Franziskanerinnen, 1872-1922. — Riograndenser Marienkalender, 1923, p. 69-81.

87 Verband, Hundert Jahre, p. 477. Sur les devoirs de la communauté catholique envers l’enseignement, voir Bestimmungen ueber die Schule, Familien Freund, 1920, p. 67-68.

88 Petry, Historia, p. 51.

89 Sur l’histoire de l’enseignement on peut consulter : Moacyr, A Instrução e as Provincias, Brasiliana 147 B, p. 430-505 ; Idem, O ensino comum e as primeiras tentativas de sua nacionalização na Pro vincia de São Pedro do Rio Grande do Sul, 1835-1889, Anais do III Cong. H.G.R.G.S., p. 1685-1696 ; A instrucção Publica, R.A.P., no 3, p. 31-43. J. U.

90 La première requête des colons allemands à la première assemblée provinciale fut celle de la nomination d’un instituteur de langue allemande (Actas da Assembleia, 28 avril 1835) ; on demande la création de 2 écoles à São Leopoldo, (Correio do Sul, 20 février 1860), de 10 écoles à São Leopoldo, (Correio do Sul, 18 novembre 1860) ; Koseritz, Relatorio de 1867, p. 25. Les écoles primaires ne groupent que 284 élèves sur 659 enfants en âge scolaire à Santa Cruz : dans les colonies les élèves représentent pourtant 13 % de la population contre 1,7 % seulement pour l’ensemble de la Province, Gazeta de Pôrto Alegre, 30 août 1881 ; Reforma, 28 octobre, 4 novembre, 15 novembre 1885 (demandes des colons de S. Leopoldo, Nova Petropolis, Santa Cruz, Mont Alverne, Teutonia, Santo Angelo ; São Lourenço, etc.) ; Anais da Assembleia, 22 octobre 1885 (Koseritz demande au nom de ses électeurs la création de 12 écoles [6 de garçons, 6 mixtes] dans les anciennes colonies), etc.

91 Loi no 579 du 17 mai 1864, article 2. L’article 3 prévoyait même qu’à défaut « pourront être engagés des maîtres qui enseignent dans la langue qui prédomine dans le district où l’école fonctionne ». En 1877 la réforme de l’École normale publique (fondée en 1870 seulement) prévoit une classe d’allemand dont l’enseignement sera obligatoire pour les candidats à un poste de professeur de portugais dans les localités habitées par des Allemands (Moacyr, O ensino, p. 9). Les journaux brésiliens continuent à souligner la nécessité de recruter des professeurs bilingues (Gazeta, Pôrto Alegre, 4 juillet 1881). Aussi l’installation, d’ailleurs tardive, d’écoles publiques dans les colonies ne produisit-elle pas l’assimilation.

92 Lors d’une visite officielle à l’École normale catholique, le Secrétaire à l’Éducation avait dû entendre de la bouche d’un élève un discours condamnant sévèrement la politique de nationalisation. Le discours avait été composé par le professeur de portugais et d’histoire du Brésil... Ce professeur et le directeur furent démis par le Secrétaire et désavoués aussitôt par l’Episcopat (Correio do Povo, 29 juillet 1939).

93 Verband, Hundert Jahre, p. 301 ; Die Schulen des deutschen Hilfsverein in Pôrto Alegre, Uhle. Kalender, 1927, p. 278-279.

94 Tschudi, Reise, p. 50 ; Lange, Suedbrasilien, p. 61 ; Lacmann, Ritte, p. 186 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 85 ; Willems, A Aculturação, p. 403.

95 Funke, Brasilien in 20 Jahrhundert, p. 375 ; Aus einem Schulmeisterleben, Koseritz D.V. Kalender, 1923, p. 85-92 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 36 ; Behme, Der neue Lehrer, Erinnerungen, Volk und Heimat, 1937, p. 193 ; 1938, p. 97 ; Kramer, Der kolonialschullehrer, Brasil Post, 13 décembre 1952. On ne trouve plus qu’exceptionnellement des maîtres restant vingt ou trente ans dans la même picada, comme cela fut fréquent au xixe siècle (Michaelsen à Nova Petropolis, Hoppen à Estrela, Weise à Santa Cruz, etc.).

96 Les écoles privées allemandes ont d’abord été considérées très favorablement par le gouvernement provincial, Relatorio do Presidente, 1853, « sans qu’il en coûte rien aux coffres publics ». Ibidem, 1854, « les coffres publics ne dépensent pas un sou pour l’instruction de ces enfants... », Relatorio do Direitor da Instrucção Publica, 1879, p. 9-10. Elles furent ensuite tolérées par le gouvernement positiviste qui subventionna même à partir de 1906 celles qui enseignaient le portugais (Federação, 21 mai 1918) ; [Spalding, O germanismo ; Carneiro, AS colonial ; Willems, A Assimilação, p. 325. « Le compromis politique impliquait toujours une transaction sur les écoles privées... »]. Sur la politique de nationalisation du secrétariat à l’Éducation voir : Schidrowitz, O Rio Grande do Sul, p. 320 ; Souza, Denuncia, p. 76-87 ; Idem, A nacionalisação do Ensino, Diario de Noticias, Porto Alegre, 5 décembre 1946 ; Camara, A nacionalização do Ensino, R.I.G., 1940, II, p. 236. Born, O 125° aniversario, p. 58-60. Sur ses résultats : Die nationalisierung, Brasil Post, 7, juillet 1956 ; Nationalismus aud Deutschunterricht, Brasil Post, 28 avril 1956. Voir d-dessous p. 545-546.

97 Mortara, Quelques observations sur l’assimilation, I.N.E.D., Paris, 1950, p. 56.
Est-il besoin de rappeler le rôle attribué en général à l’école allemande dans le maintien du germanisme ou dans la propagande pangermaniste ?
Ses adversaires l’ont dénoncé depuis longtemps : Andler, Le Pangermanisme, p. lxiii ; Blondel, L’école allemande, 1915 ; Lebon, O perigo allemão, 1917 ; Lévy, Le pangermanisme, 1933 ; Py, O Nazismo, 1942, p. 125-133 ; Mourão, O Punhal nazista, p. 63 ; Gunthee, Inside Latin-America, 1942, p. 370.
Ses partisans l’ont exalté : Zoeller, Die Deutschen, 1883, p. 184 ; Giesebrecht, Die Deutsche Schule, 1899 ; Jannach, Land, 1905, p. 63 ; Amrhein, DOS Deutschum im Ausland, 1916 ; Menezes, A raça allemã, 1914, p. 42 ; Rotermund Kalender, 1914, Die Schulwesen, p. 161 ; Brepohl, Heimatpflege, 1927, p. 9 ; Oberacker, Die Volkspolitische Lage, 1936, p. 62 ; Nabe, Das Deutsche und Seine Schule, Volk und Heimat 1929 ; Barta, Geschichte des Schulzarbeit, 1930 ; Sudhaus, Das deutschbrasilianische Schulwesen, 1937 ; Kahle, Deutsche Heimat, 1937, p. 39 ; Sellin, Zur Geschichte des Deutschtum, p. 23 ; Moltmann, Deutsche Siedelung, p. 46 ; Schaefer, Spiltter und Späum aus Theorie, 5-6.
Cependant Petry, Historia, p. 38 ; Willems, A Aculturação, p. 401 et même Kahle, Deutsche Heimat, p. 36, font remarquer que ces écoles pouvaient tout au plus maintenir le bilinguisme. Voir aussi : Franco, Die Kulturelle Wiederetand, Brasil Post, 9 juin 1956, et Kuster, Die Nationalisierung, Brasil Post, 7 avril 1956.
Sur le problème de la renaissance de l’enseignement en langue allemande, voir ci-dessous p 550.

98 Willems, A Aculturaçâo, p. 463. Cf. aussi sur le rôle du protestantisme : N.E.F., La naissance. de la civilisation industrielle et le monde contemporain, Paris, Colin, 1955.

99 Zoeller, Die Deutschen, 1883, p. 183. Verband, Hundert Jahre, p. 467-469.

100 Sur l’histoire des communautés et des églises évangéliques on peut consulter d’abord les ouvrages généraux (Verband, Hundert Jahre, p. 470-475 ; Truda, A Colonisação, p. 81-83 ; Porto, O Trabalho, p. 182-191 ; Petry, Historia, p. 57-61) mais surtout les publications évangéliques, par exemple la collection du Rotermund Kalender et divers ouvrages comme Schroeder, Brasilien und Wittemberg, 383 p. ; Dedekind, Deutschtum und Evangelium in Brasilien ; Idem, Brasilien... und die deutsche evangelische Kirche in Brasilien ; Koner, Einige Statitische Notgen über die deutscher Kolonien evangelischer Konfession.

101 Gerstaecker, 18 Monate, p. 112.

102 Schupp, Os Muckers, s. d., 405 p. ; Peixoto, Os Muckers, R.I.H.G. Brazileiro, LXVIII, II, p. 393-393-505 ; Sanmartin, O capitão Dantas e o episodio dos Muckers, Anais I Cong. H.G. São Leopoldo, p. 63-63-94 ; N. Becker, O episodio dos « Muckers », Enciclopedia Riograndense, II, p. 83-116. L’histoire des Muckers a inspiré des oeuvres littéraires (par exemple Krehmcke, Die Prophetin vom Ferrabraz, Kal. f. d. Deutschen in Brasilien, 1924, p. 65-89) et il a même été question d’en tirer un film, tourné par Rossellini avec Mme Ingrid Bergmann (Brasil Post, 13 novembre 1954).

103 Nous avons dû recourir essentiellement à ces ouvrages et à la presse de l’époque pour étudier la question des Muckers, car deux collectionneurs de Pôrto Alegre ont réuni et conservé jalousement tous les documents qu’ils ont pu trouver ; l’un, le Dr Kern, écrira peut-être un jour un ouvrage ; l’autre, M. B. Mentz, qui a rendu tant de services aux historiens dans tous les autres domaines, entendait tirer un voile sur ce drame de ses aïeux, car Jacobina était née Mentz. Nous ignorons ce que ses archives personnelles sont devenues depuis sa mort, d’ailleurs toute récente.

104 Verband, Hundert Jahre, p. 467491 ; Schroeder, Brasilien und Wittemberg, p. 195-233 ; Synodalbericht (jusqu’en 1955).
Sur le Pasteur Rotermund :
D. W. Rotermund. Ein Lebensbilde, Rot. Kal. 1923, p. 17-35 ; Album Comemorativo, 1939, p. 379 ; Sinode. Bendize, o Minha Alma ; Fausel, K. von Koseritz und W. Roter-Rotermund ; Idem, Dr. Rotermund, 1936,248 p. Sur son successeur, le Pasteur Dohms ; Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 22 ; Fausel, Festschrift für D. H. Dohms, 1937, 60 p. ; Pr. Dohms, Brasil Post 29 décembre 1956 (nécrologie).
Sur l’ensemble des paroisses et des œuvres : Dohms, Ordnung des Kirchenleben, 1939 ; Evangelische Kirche ; Verzeichnis der Gemeinden, 1941. Voir fig. 40, pl. XII.
On peut consulter aussi : Leonard, Le Protestantisme brésilien, Illustré protestant, no 8, mai 1953.

105 Kahle, Deutsche Heimat, p. 37 ; Brasil Post, 16 mai 1953 ; K.H.Sr Oberacker, Der Urwaldpfarrer Ein Lehen, Brasil Post à partir du no 289 (réédition).

106 Friedrich, Das Recht der d. Evang. Kirchengemeinschaften, 1933, 79 p.

107 Evang. Gemeinde Kalender, 1922, p. 78 ; Dedekind, Deutchtum und Evangelium, p. 37.

108 Verband, Hundert Jahre, p. 492-496 ; Koehler, Brasilien, p. 254 ; Beer, 25 Jahre unter dem Südlichen Kreuze, Brasil Post, 14 février 1953.

109 Correio do Povo, 14 juillet 1949.

110 Handelhann, Historia, p. 993-994 ; Eye, Der Auswanderer, p. 140 ; Schroeder, Brasilien, p. 45-50 (Die rechtlige Stellung...) ; Koehne, K. v. Koseritz, p. 9 et 67.
L’un des incidents qui eut le plus de retentissement dans tout le Brésil fut l’affaire Kertch : une protestante mariée à un protestant abjure ; comme d’après les canons du Concile de Trente elle a vécu en concubinage, elle se trouve dégagée de ses liens matrimoniaux antérieurs et elle convole solennellement avec un catholique (son amant). Reybaud, La Colonisation, 1858, p. 35 ; Expilly, La traite, p. 128. Les protestants n’avaient même pas droit aux cimetières publics (Reforma, 1er juillet 1869 ; Moritzschanz, Dos heutige Brasilien, p. 224).
Cette attitude était évidemment en contradiction avec la politique officielle de peuplement (Eye, Der Auswanderer, p. 140 ; Moritz-Schanz, Das Heutigen, p. 224). Cf. Lettre au ministre des Affaires étrangères, 8 octobre 1861, 39, p. 263-267 : « On s’attendait à ce que le Corps législatif brésilien y (la loi du 11 septembre 1861) prit davantage en considération les plaintes des communions dissidentes et le vœu de l’immigration allemande. »

111 Willems, A Aculturação, p. 465 ; Moritz-Schanz, Das heutige Brasilien, p. 223.

112 Sellin, Die Deutsche, 1882, p. 21 ; interventions de Koseritz à l’Assemblée (7 novembre 1885, 12 mars 1889).

113 Porto Alegre, Homens Ilustres, p. 128-134 ; Jacques, G. S. Martins, 137 p. Par exemple il les défend contre l’intolérance catholique le 7 décembre 1866 (Annaes da Assembleia). Aussi fut-il à diverses reprises l’objet de manifestations chaleureuses dans les colonies teutoriograndenses.

114 Pr, A 5e coluna, p. 191-230 (« O pulpito como instrumento de propaganda politica ; Religião, trempolim nazista... »), p. 314-318 (... « Ainda a questão dos pastores protestantes... ») ; Py, O Nazismo, II, 1942, p. 71-76 et 157.

115 Arbousse-Bastide, Protestantisme au Brésil (Réforme).

116 Willems, A Aculturação, p. 358-361.

117 Leonard, Le Protestantisme brésilien, Illustré protestant, n° 8, 1953 ; Idem, Protestant français et Protestant brésilien, Revue de psychologie des peuples, VIII, 1, 1953, p. 40-57. Cf. aussi Assembleia Legislativa, 8 septembre 1948 : Les, autorités constituées ont assisté en corps à la cérémonie civico-religieuse évangélique de Pôrto Alegre le jour de la Fête nationale.

118 Spalding, A Igreja no velho Continente, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1433-1440 ; Balem, Jurisdição ecclesiastica, R.I.H.G.R.G.S., XII, 3, p. 3-12 ; Prelados e Bispo, R.I.H.G.R.G.S., XII, 4, p. 228-248 ; Os dioceses, in Schidrowitz, O Rio Grande do Sul, p. 356-365.

119 Laytano, Historia da Republica Rio Grandense, p. 271-273. Moraes, O Povo Rio-Grandense (Fundamentos da Cultura, p. 59).

120 Leonard, Le Protestantisme brésilien, Illustré protestant, no 8, mai 1953. Sur la vie religieuse de la colonie durant les premières années : R.A.P.,nos 15/16, p. 247-274 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 23. Relatorio do Presidente da Provincia, 1830-1854.

121 Verband, Hundert Jahre, p. 449453. Lors de la première réunion de l’Assemblée provinciale la deuxième requête des colons catholiques fut l’envoi et l’entretien aux frais du Trésor d’un curé allemand ou parlant allemand (Actas da Assembleia, 3 juin 1835).

122 Consulter : D.E.E. Divisão administrativa do Rio Grande do Sul, p. 50-72 ; Sanhudo, O Rio Grande do Sul Catolico, 30 p. ; Jaeger, Divisão ecclesiastica do Rio Grande do Sul, R.I.H.G.R.G.S., XXII, 3-4, p. 79 et sq. ; Verband, Hundert Jahre, p. 454-460 ; Kath. Deutschtum, p. 7-12 ; Siebzig Jahre apostolischer Arbeit, Familien Freund, 1920, p. 39-44 et 73-81. Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 24 et sq. ; sur le diocèse de Passo Fundo, voir Correio do Povo, 12 avril 1951.

123 Willems, A Aculturação, p. 476 ; voir aussi Verband, Hundert Jahre, p. 454.

124 Les journaux donnaient une grande publicité aux abjurations (Correio do Sul, 9 novembre 1857, 25 mars 1860, 3 juillet 1860, etc.). Sur l’opposition aux mariages mixtes : Ave Lallemant, Reise, p. 162 ; Tschudi, Reise, p. 36 ; Zoller, Die Deutschen, 1883, p. 182 ; Koseritz, Relatorio 1867, p. 9 ; Relatorio do Presidente, 1858. Les mariages mixtes sont devenus très rares (Kath-Deutschtum, p. 8 ; Hundert Jahre, p. 453 ; Willems, Assimilação, p. 214) et leur interdiction a été rappelée solennellement par les résolutions de la Conférence épiscopale riograndense de 1947 (Correio do Povo, 16 août 1947).

125 Verband, Hundert Jahre, p. 448 ; Lassberg, Meine Pfarrei in Serra Azul, 1938 ; Festschrift zum 25 Jaehrigen Bestehen der Bauernvereine Kolonie Serro Azul, 110 p. ; Middeldorf, Porto Novo, 48 p. ; Rohde, Pioniergeist (Pôrto Novo), 1951, 325 p.

126 Verband, Hundert Jahre, p. 257-258 ; Pimentel, Aspectos Gerais de Pârto Alegre, p. 129. Kath. Deutschtum, p. 12.

127 Annaes da Assembleia, 12 décembre 1866, p. 290 ; 3 mai 1872, 28 mars 1873, p. 124, etc. Katholische Seelsorge in der Muttersprache, Brasil Post, 16 novembre 1957. Les collections du Marienkalender et du Familien Freund permettent de connaître année par année la répartition des paroisses, le nom de leurs prêtres, les établissements des congrégations, les confréries et les sociétés d’action catholique.

128 Kath. Deutschtum, p. 8.

129 Petry, Historia, p. 62.

130 Lettre du Consul de France à Porto Alegre au ministère des Affaires étrangères, 1919. Pimentel Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 117-118.

131 Idem, ibidem, p. 115-116 ; Album Comemorativo... 1939, p. 364-365 ; Figura ilustre de preludo. Correio do Povo, 16 juin 1946 (Notice nécrologique).

132 Daudt, Brasileiros, p. 72.

133 Cf. par exemple Katholischer Wahlbund, Waehler-Katechismus, Pôrto Alegre, Centro, s. d., 29 p. ; Religião e politica. Correio do Povo, 8 décembre 1946 ; Circular dos Bispos Gauchos, Diario de Noticias, 13 octobre 1946 (Interdit au clergé de faire de la politique ou d’accepter des charges électives mais prescrit l’organisation ou la réorganisation de la Ligue électorale de chaque paroisse dans le délai d’une semaine pour faire inscrire les nouveaux électeurs et orienter ceux qui sont déjà inscrits).

134 Sur la fondation et l’histoire du Deutsche Bauern Verein : Lacmann, Ritte, p. 196 ; Petry, Historia, p. 39 ; Porzelt, Der D. Bauer, p. 95 ; Verband, Hundert Jahre, p. 326 ; Kath. Deutschtum, p. 12-32 ; Volkmer, Der Volksverein, 1934, 122 p. ; son grand animateur fut le R. P. Amstadt (Cf. cidessus p. 347 et Grensthup, R. P. Th. Amstadt, 1939.)

135 Katholisches Deutschtum, p. 8.

136 Idem, p. 56-58 ; Schreiber, Das deutsche Kirchenlied im Ausland, Fellerer, Das deutsche Kirchenlied.

137 Kath. Deutschtum, p. 9. Voir aussi : Bergmaier, Brasilien ist eine Katholische Nation : Reichverband der Kath. Auslanddeutschen, Koeln (publications à partir de 1933) ; Grentrup, Dax Volksdeutsche Einschlag in Katholizismus Brasiliens, 1941.

138 Souza, O problema da nacionalização e o episcopado gaucho, Diario de Noticias, 3 septembre 1947 ; Denuncia, p. 76 ;‘La presse en est toute occupée de 1937 à 1939.

139 Souza, O problema, Diario de Noticias, 3 septembre 1947.

140 Sa position est donc comparable maintenant à celle du luthéranisme et contraire à toute sa tradition dans le Rio Grande. Cf. Kath. Versammlung, 1926, p. 107 ; 1928, p. 76 ; 1932, p. 121 ; 1934, p. 11, etc.

141 Lacmann, Ritte, p. 155 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 52 ; Koehler, Brasilien, p. 255 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 37 ; Willems, Assimilação, p. 250.

142 Costa, O Rio Grande do Sul, p. 352.

143 Moog, Um Rio imita o Reno, p. 27.

144 Mercio (Bayar de Toledo), Longe do Reno. Uma reposta à Viana Moog, 1940, roman, 173 p.

145 Monbeig, Le Brésil, p. 78 ; Araujo, Enquistamentos, Rev. Arq. Munie. S. Paulo, LXV, p. 227-227-246 ; Wllems, Assimilação, ch. VI-X, p. 95-186 et 188 ; Willems, Assimilação e Educação, P.S.P., 7, p. 107-111 ; Souza, Marginalidade Politica, Diario de Noticias, 13 et 15 avril 1947.

146 Les échanges entre descendants d’Allemands et Brésiliens ne sont pas négligeables ; Schück, Kulturelle und wirtschaftliche Zuzammenarbeit zwischen Deutschland und Brasilien, Uhle Kalender, 1927, p. 199-206 ; Kuester, Deutsche Kulturpflege im Dienste Brasiliens, Brasil Post, 8 septembre 1956 ; Carneiro, Aspecto cultural e artistico da colonização alemã no sul do Brasil, Tribuna da Imprensa, 9 septembre 1950.

Table des illustrations

Légende Carte des écoles primaires en 1876Si certaines d’entre elles sont vacantes il y a pourtant une proportion notable d’écoles publiques de garçons dans les colonies, même les plus récentes (Santa Cruz, Santo Angelo, etc. [A]). Mais c’est dans les colonies, particulièrement autour de São Leopoldo, que se groupent les écoles privés (B). Alors que ces deux cartes révèlent un certain retard dans le développement des écoles privées teuto-riograndenses celles-ci se sont considérablement accrues de 1889 à 1939.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 38. — Paroisses catholiques ou protestantes dirigées par des prêtres ou des pasteurs d’origine germanique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540