Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre VIII. La société nouvelle

Texte intégral

1Les Teuto-Riograndenses ont transformé l’ancienne société, ne fût-ce que par leur simple présence : ruraux pour la plupart, ils ont constitué de nouvelles classes ; citadins, ils se sont intégrés dans des classes préexistantes ; ils ont donc doublement modifié la structure originelle du Rio Grande en déplaçant son centre de gravité et en exerçant jusque dans sa capitale une influence non négligeable. Il leur fut pourtant difficile de s’intégrer dans la première société riograndense, en raison non seulement de leur origine mais du mépris dans lequel était tenu le travail manuel, alors qu’ils étaient précisément introduits pour fournir une nouvelle main-d’œuvre agricole.

2D’autre, part les difficultés d’adaptation au sol et au climat, comme la pauvreté dans laquelle ils vécurent d’abord ont effacé les hiérarchies sociales et les classifications de valeur qu’ils avaient connues en Allemagne. De quelque extraction qu’ils fussent et quelle que fût leur instruction, seuls les plus résistants et les plus énergiques réussirent. Aussi se constituèrent des classes spécifiquement teuto-riograndenses parmi les colons accédant à la propriété ou au commerce ; bientôt d’autres immigrants ou certains descendants d’agriculteurs s’installèrent en ville. Leur rôle social fut certes bien différent de celui des colons, mais l’influence de leur origine ethnique ne fut pas près de s’effacer non plus.

3Contrairement à ce qu’on pourrait penser ni la vie du pionnier sur le front forestier ni celle du technicien dans le milieu citadin n’était favorable à l’épanouissement des individualités, car l’élévation c’était l’isolement et l’isolement la disparition. La cellule sociale qui a protégé l’individu, ce fut la famille qui s’est longtemps protégée elle-même dans la mesure où elle pouvait choisir telle ou telle arme par des tabous, par des mots d’ordre, par une discipline rigoureuse.

4Cependant à mesure que les conditions se transformaient cette cellule a elle-même évolué et l’endogamie a diminué. Il est d’ailleurs permis de se demander si elle a été aussi générale et aussi durable qu’on l’a prétendu. Il y a peut-être plus de Riograndenses qu’on ne croit ayant un quart de sang allemand dans les veines et il y a assurément beaucoup moins de germanophones que de Riograndenses d’origine germanique. Les échanges entre les deux cultures comme entre les deux ethnies seraient donc plus considérables qu’on ne l’a affirmé de part et d’autre, à mainte reprise.

1. LA CONSTITUTION DE NOUVELLES CLASSES SOCIALES

A. Les petits propriétaires

  • 1 Monbeig, Le Brésil, p. 85 ; Lambert, Le Brésil, p. 78 ; Truda, A Colonisação, p. 121 ; Barcellos, E (...)
  • 2 Koseritz, Annaes de Assembleia, 14 décembre 1888, p. 109 ; Fala do Presidente daAssembleia, 1896 ; (...)

5L’apparition au xixe siècle d’une classe d’agriculteurs petits propriétaires a sans doute été un phénomène décisif dans l’histoire économique et sociale de quelques régions du Brésil, en particulier le Rio Grande do Sul où cette classe s’est développée dans les colonies1. La petite propriété y représente une force essentielle et c’est elle qui a donné son originalité à la nouvelle physionomie de l’Etat. Il devint l’un des rares à posséder une classe de travailleurs blancs indépendants, base d’une démocratie rurale2. Cette classe englobe encore plus des neuf dixièmes des descendants d’immigrants allemands et prend une importance croissante dans le développement du Rio Grande do Sul. Elle ne s’est pourtant pas développée régulièrement et ses caractéristiques sont assez complexes.

a. Cette classe laborieuse a toujours été mal récompensée de son travail

6Le succès de la colonisation allemande n’est dû ni aux investissements, qui ont été nuls, ni aux capitaux d’exploitation, qui ont été et qui sont encore faibles. Deux facteurs seulement étaient en jeu au xixe siècle, la qualité de la terre et le travail de l'homme. Tous les auteurs ont reconnu ou célébré le zèle et l’assiduité du colon allemand, mais les résultats qu’il a obtenus sont presque inversement proportionnels à la quantité de travail qu’il a fournie.

1. Le travail

  • 3 M. Kahle, Deutsches Heimat, p. 35 et 136. On ne doit pas oublier le climat sous lequel vivent les c (...)

7S’ils font une courte sieste aux heures les plus chaudes, en été, quand l’ardeur de midi rend le travail réellement impossible, tous les colons travaillent de « soleil à soleil »3. Seuls les « Italiens » sont plus acharnés à la tâche que les « Allemands » et encore ont-ils un peu plus de loisirs, car les céréales et la vigne exigent des efforts seulement saisonniers, tandis que la polyculture pratiquée dans les colonies allemandes n’offre d’autre détente que le passage d’une occupation à l’autre.

8C’est toute la famille qui travaille, surtout à la première génération. A peine prend-on le temps de préparer le repas du lendemain : les hommes, les femmes et souvent les enfants sont absorbés du matin au soir au défrichage de la forêt. Si l’abattage et le brûlis sont plus spécialement des tâches masculines, les femmes sèment, plantent, sarclent, cueillent, traient et doivent encore faire le pain, le beurre, la lessive, etc.

  • 4 Ave Lallemant, Reise, p. 215 ; Koehler, Brasilien, p. 244. E. Verissimo, O Temps e o Vento, I, p. 2 (...)

9A la seconde génération sur le même lot, lorsque la famille atteint à une aisance relative, on demande moins de travail aux enfants, sauf pendant les vacances, jusqu’à la fin de leur scolarité qui s’est elle-même allongée de un à deux ou trois, puis à quatre ou cinq ans. De même la grand-mère reste à la maison, surveillant la cuisine, tandis que le grand-père s’occupe à de menus travaux de jardinage, de clôture, d’entretien des bâtiments, qui ne sont pas essentiels à la survie du groupe. C’est encore un spectacle caractéristique que de voir sur le chemin à l’intérieur du lot toute la famille allemande aller aux champs ou en revenir4.

  • 5 Lacmann, Ritte, p. 191 ; Koseritz, Annaes da Assembleia,20 juillet 1889, p. 40 ; Tonnelat, L’expans (...)

10Si le lot colonial est l’objet d’un travail constant, du défrichement et de l’épierrage i à la voirie, au sarclage et à la récolte, les méthodes employées sont telles que les cultures j reculent progressivement devant l’épuisement des terres. Le travail fourni par les ; colons est toujours mal, toujours plus mal récompensé, si bien que cette classe, quand elle n’a pas rétrogradé, ne s’est élevée que lentement5.

2. La récompense

11Le patrimoine des colons est resté sinon stationnaire du moins très proche de ce qu’il était au xixe siècle. Son lent accroissement a été très irrégulier. Encore est-ce la valeur nominale du patrimoine agricole qui s’élève plutôt que sa valeur réelle.

  • 6 Arquivo Publico do Estado. Pôrto Alegre. Dépôts des « Cartorios de Orphãos ».

12Pour comparer le patrimoine des colons à diverses époques nous étudierons plusieurs inventaires de successions qui nous semblent être les documents les plus précis6.

13Ce qui frappe tout d’abord c’est la modestie, pour ne pas dire la pauvreté des biens laissés par la première génération. Les demeures, simples cabanes, n’ajoutaient rien à la valeur des terres qui formaient l’essentiel du patrimoine. Dans l’inventaire de la succession de J.F. Einsfeld, décédé à São Leopoldo en 1837, nous trouvons un lot de 200 X 800 brasses évalué à 800 milreis avec la maison ; les biens meubles valant au total 12 milreis comprenaient une vieille table (3 milreis), une petite table (2 milreis), deux marmites de fer (2 milreis), deux bougeoirs (1 milreis), un vieux lit (4 milreis). C’était peu pour une famille comptant quatre enfants de 1, 3, 5 et 7 ans. Le cheptel avait une importance relativement plus grande : 2 vaches (30 milreis), 2 génisses (12 milreis), 1 veau (4 milreis), 2 bœufs (24 milreis), 3 chevaux (24 milreis), 8 chèvres (24 milreis),. soit au total 118 milreis. D’autres inventaires de la même époque sont un peu plus abondants. O. Stratmann est mort en 1842, laissant une veuve et deux] enfants. Les biens immobiliers inventoriés comportent un lot de terre et une maison valant 850 milmilreis ; les biens meubles estimés 71 milreis comprennent 2 lits (16 milreis), 2 tables (18 milreis), 3 bancs (6 milreis), 6 chaises (9 milreis), 3 marmites de fer (13 milreis), 1 bouilloire (2 milreis), 6 assiettes de faïence (2 milreis). A. Faller est mort à Bom Jardim en 1842, laissant une veuve et 5 enfants âgés de 6 à 25 ans. Les biens immobiliers atteignent 576 milreis : un demi-lot (50 X 1.600 brasses) estimé 500 milreis, une petite maison couverte de bois 60 milreis, 16 pieds d’orangers 16 milreis. Ges détails montrent la valeur des plantantions et des premières vraies maisons. Parmi les meubles, il n’y a pas de lit, mais 2 draps blancs (640 reis), 2 tables usagées (6 milreis), 2 bancs (300 reis) 2 rouets (2 milreis), 1 vieille caisse (1.600 reis), 1 vieux moulin à café (2 milreis), 3 marmites (2.400 reis), 6 verres (1.280 reis), 3 haches (1.440 reis), 1 fer de tonnelier (320 reis), 4 barils (2.280 reis), 1 balance avec ses poids (2.560 reis). Cet inventaire n’est pas beaucoup plus riche que le précédent, malgré un embryon d’activité artisanale. Le total des biens meubles ne représente que 24.140 reis soit 4 % du patrimoine.

14Ces inventaires ressemblent d’ailleurs à ceux des Luso-Brésiliens de São Leopoldo : même prépondérance de la richesse immobilière, même insignifiance du mobilier. Les seules différences sont que l’on trouve souvent chez les Luso-Brésiliens une armoire (valant environ 20 milreis) ou parfois chez les Teuto-Brésiliens une horloge murale (valant de 8 à 12 milreis) et que le patrimoine des Lusos est plus élevé : sa valeur est en moyenne de 3.000 à 4.000 milreis et peut atteindre 7.000 milreis, tandis que celle des biens des colons est comprise entre 600 et 1.200 milreis.

15Au milieu du xixe siècle leur patrimoine s’élève : aux meubles déjà cités s’ajoutent l’armoire, la table de cuisine et le miroir (valant de 3 à 4 milreis), signe certain de luxe, (J. Kampft, mort en 1847). L’inventaire des biens de G. Fayet, mort en 1847, montre les progrès réalisés. Ses huit enfants étaient âgés de 16 à 37 ans, donc en pleine force, ce qui représentait les conditions optima pour un colon. Il leur laisse un patrimoine de 3.135 milreis. Les biens immobiliers comprennent une colonie à Feitoria Velha, dont la terre est pourtant la moins riche de São Leopoldo, et une maison de pau a pique, dont la valeur atteint 2.500 milreis. Les biens meubles estimés à 635 milreis ne représentent que 20 % du patrimoine. On y trouve 1 esclave pour 200 milreis, des animaux pour 109 milreis, dont 4 chevaux pour 29 milreis. Le mobilier vaut 326 milreis, soit 10,4 % du patrimoine : 7 lits (38 milreis), 3 commodes, (35 milreis), 1 grande armoire à vêtements (40 milreis), 1 petite armoire à vaisselle (20 milreis), 4 buffets (24 milreis), 6 tables (32 milreis), 2 bancs (8 milreis), 12 chaises (15 milreis), 1 horloge (10 milreis), 2 miroirs (16 milreis), 4 marmites (5.200 reis), 2 poêles à frire (1.920 reis), 2 bouilloires étamées (2.500 reis), 1 moulin à café (800 reis), 1 cafetière (1.920 reis), 2 douzaines d’assiettes (1.400 reis), 2 plats creux (500 reis), 1 douzaine de couverts (1.280 reis) et 2 charrettes usagées (32 milreis).

16Une vingtaine d’années plus tard, nous pouvons distinguer des colons pauvres et des colons aisés. Les colons pauvres de 1869 ont en gros le même patrimoine que les pionniers de 1849. P. Jung, décédé à Quatorze Colonias, laisse un patrimoine de 1.254 milreis ; les biens immobiliers se composent d’une demi-colonie (800 milreis), d’une maison couverte en bardeaux (250 milreis). Les biens meubles ne représentent que 16 % du patrimoine dont 11 % en cheptel, 3 % en charrettes, 2 % en mobilier. Scherer, décédé à Feitoria Velha, laisse un patrimoine de 1.296 milreis dont'93,3 % d’immeubles (1 colonie 1/200 milreis, une maison 100 milreis). Le cheptel (74 milreis) représente 5,2 % du patrimoine et le mobilier (22 milreis) 1,5 % seulement.

17On peut classer à cette époque parmi les colons aisés ceux dont le patrimoine est supérieur à 2.000 milreis. En dehors des meubles indispensables et du matériel courant figurent dans les inventaires : fer à repasser, moulins à café, seaux, armoires, serviettes de table et nappes, bibliothèques et livres, éperons de métal, fusils de chasse, thermomètre et divers objets de luxe. F.A. Knebel, décédé à Picada Café en 1869, laisse un patrimoine estimé à 1.927 milreis dont 84,5 % en biens immobiliers (3/4 de colonie avec maison pour 1.625 milreis) ; les meubles représentent 9,3 % et les animaux 6,2 % du total. Geumer, décédé à Morro Pelado, laisse un patrimoine de 2.500 milreis constitué pour 80 % de biens immobiliers, 10 % de cheptel, 10 % de meubles. Hastenflug, décédé à Dois Irmãos, laisse 3.604 milreis dont 75 % de biens immobiliers, 5,4 % de cheptel, 4,2 % de matériel agricole et 15,4 % de meubles. J.J. Miller, à Hamburgo Velho, laisse 6.149 milreis : 2 colonies de 100 X 1.500 brasses représentent 96,5 % de la succession, l’ensemble du cheptel (120 milreis), du matériel (68 milreis) et des meubles (55 milreis), ne représente que 3,5 % du patrimoine. Ainsi tandis que la fortune immobilière croît la valeur des biens meubles en représente un pourcentage décroissant, car le train de vie reste modeste (le matériel de cuisine vaut de 45 à 55 milreis, soit le prix de 2 vaches, les meubles 70 à 80 milreis, soit le prix de 3 à 4 vaches) et l’outillage est encore rudimentaire (charrues, meules, chaînes de fer, quelques charrettes). On peut fixer la valeur moyenne des patrimoines de colons aisés en 1870 à 3.000 milreis, soit l’équivalent du prix de 2 lots de terre moyenne.

18C’est là le véritable étalon, car une fois l’installation terminée et les améliorations essentielles apportées à l’habitation comme aux servitudes, la valeur du patrimoine est liée à celle de la terre.

19H. Schmitt, décédé en 1880 à Picada Café, laisse 666 milreis. Les immeubles en représentent 90 %, le bétail 5 % et les meubles 5 %. Ph. Deimling, décédé en 1880 à Dois Irmãos, laisse un patrimoine de 3.400 milreis, dont 91,2 % d’immeubles (1 colonie pour 2.700 milreis et une maison pour 400 milreis) ; le cheptel valant 178 milreis représente 5,2 % du total, et les meubles 122 milreis, 3,6 %. C. Schmitt de Bom Jardim laisse 3.865 milreis ; avec 3.540 milreis les immeubles représentent 90 % du patrimoine ; l’outillage agricole 5 %, le cheptel 3 %, les meubles 2 %. Finst à Feitoria Velha a laissé 12.358 milreis qui se décomposent en 93 % d’immeubles, 3,8 % de bétail, 1,5 % d’outillage et 1,7 % de meubles. Cependant en plus du mobilier ordinaire on trouve dans l’inventaire un sofa, une machine à coudre, des lampes, des pots et des bassines à confiture. Il y a même un trieur dans le matériel agricole.

20La tentation de ramener toute la fortune à la valeur des immeubles est si forte que nous voyons l’inventaire de F. Lindmeyer en 1895 indiquer seulement : « 1 colonie 4.000 milreis, 1 maison 1.300 milreis ». Le partage entre les héritiers ne porte que sur la terre et la maison. Les neuf enfants de Heldt à Sapiranga se partagent en 1902 un patrimoine de 8.500 milreis composé de 2 lots de 36 hectares (5.500 milreis) et 18 hectares (2.000 milreis) et de 2 maisons (1.000 milreis).

21Nous retrouvons au xxe siècle ces inventaires-types. Rien ou presque, n’y a changé, car les seules nouveautés sont la cuisinière et le poste de T.S.F. Ces inventaires qui ne donnent plus le détail des meubles montrent que leur pourcentage est devenu de plus en plus négligeable. En 1913 à Bom Jardim, Sander laisse 5.400 milreis : 1 colonie de 48 hectares est estimée à 4.000 milreis, une maison à 1.000 milreis ; les immeubles représentent 92,7 % du patrimoine, le cheptel 5,1 %, les meubles 2,2 %. La succession de Utzig à Picada Café en 1914 atteint 7.980 milreis dont 97,6 % d’immeubles (48 hectares pour 4.000 milreis et 16 hectares pour 3.000 milreis, une maison 800 milreis), 1,6 % de cheptel et 0,8 % de meubles. G. Bender, décédé en 1916, laisse 8.500 milreis dont 97,7 % d’immeubles, une terre de 76 hectares vaut 7.000 milreis et une maison 1.300 milreis ; les meubles, évalués à 200 milreis, ne représentent que 2,3 % du total. Falkenberg, décédé en 1918 à Campo Bom, laisse six enfants ; son patrimoine estimé 7.200 milreis comprend 93 % d’immeubles et 7 % de meubles. Lenk meurt en 1930 dans le municipe de Novo Hamburgo : l’inventaire de sa succession comprend uniquement des terres et des maisons.

  • 7 Non seulement à Estrela et dans la riche vallée du Taquari mais même à Santa Cruz, colonie moins fa (...)

22Il serait assurément oiseux de reproduire davantage d’inventaires, car le patrimoine des colons a connu dans toutes les zones une évolution comparable à celle que nous avons constatée à São Leopoldo. La seule différence notable est la rapidité de son accroissement : alors qu’il avait fallu à São Leopoldo deux générations pour l’élever à la valeur moyenne de 2 lots, dans les colonies fondées à partir de 1850 il a suffi d’une génération, puisque ce résultat était atteint dès 1875-18807.

23A cette époque, où la valeur moyenne d’un lot colonial était de 1.250 milreis, celle des patrimoines que nous avons pu retrouver était de 2.620 milreis, soit de 2 lots. En chiffres ronds la moitié des patrimoines était proche de cette moyenne, un quart inférieur (1 lot, parfois 1/2 lot) et un quart supérieur (de 3 à 6 lots). Le pourcentage des biens immobiliers varie avec la valeur totale du patrimoine, passant de 70 % à 96 % quand elle croît de 1/2 lot à 6. Sa moyenne est de 82 %. Au contraire le pourcentage du cheptel diminue de 17 % à 7 %, sa moyenne s’établissant à 10 % ; de même celui de l’outillage qui tombe de 14 % à 1 % ; de même, enfin, celui des meubles qui passe de 11 % à 1 %. Les deux dernières moyennes sont de 5 % et de 3 %. Le total des meubles, des instruments de culture et du cheptel représentait donc en moyenne 18 % de la valeur du patrimoine, pas même le cinquième.

24Les pourcentages se sont modifiés à la génération suivante, celle de 1905-1910. La part du mobilier (1 % du total) a diminué, celle de l’outillage également (4 %). Par contre se sont accrues celles du cheptel (6 %) et surtout celle des biens immobiliers, passée à 89 %. Comme précédemment le pourcentage des meubles et des immeubles varie en sens inverse à mesure que s’accroît la valeur globale du patrimoine.

25Celle-ci s’était élevée, nominalement du moins, puisqu’elle était de 5.150 milreis vers 1910 dans les colonies du Piedmont. En réalité le patrimoine moyen avait diminué depuis la génération précédente car un lot de 48 hectares, la superficie courante dans cette zone, valait alors 4.450 milreis : la valeur du patrimoine n’était que les 115 % de celle d’un lot, contre 200 % trente ans plus tôt ; l’agriculteur s'est donc appauvri.

26L’évolution se poursuivit dans le même sens entre les deux guerres, malgré la prospérité apparente consécutive à la hausse des cours agricoles. En 1930 la valeur moyenne du patrimoine ne représentait plus que 98 % de celle de 48 hectares, on ne saurait dire d’un lot car la propriété s’est amenuisée entre temps. Si les pourcentages des biens meubles se sont légèrement accrus (14 % au lieu de 11 % avant la première guerre), la valeur moyenne du mobilier ne représente que 91 % de la valeur moyenne d’un hectare, l’outillage 42 % et le cheptel 125 %. Ce qui doit servir d’étalon, c’est encore la valeur de la terre puisque les biens immobiliers représentent 86 % du patrimoine rural.

  • 8 I.B.G.E., Recenseamento Geral do Brasil (1er septembre 1940) Serie Regional, Parte XX, Rio Grande d (...)

27Les chiffres détaillés les plus récents que nous ayons pu rencontrer sont ceux du recensement de 1940, qui nous apportent des précisions intéressantes sur l’évolution du patrimoine des agriculteur8 La part des immeubles, toujours prépondérante, a diminué. Elle représente 82,5 % de la valeur totale dans les anciennes colonies et 69 % dans les nouvelles. La valeur absolue du patrimoine dans les premières représente 150 % de celle des secondes, mais cette supériorité n’est que nominale. Sur le Piedmont, en effet, le prix moyen des terres à l’hectare représente 225 % de celui qui est pratiqué sur le Plateau. Cette augmentation, causée par l’accroissement de la population, est d’autant plus grave qu’elle s’applique à des terres déjà fatiguées sinon épuisées par une centaine d’années de Raubbau.

28Aussi la valeur moyenne du patrimoine d’un colon correspond-elle au prix de 66 hectares dans les nouvelles colonies et à celui de 38 hectares seulement dans les anciennes, soit 79 % d’un ancien lot, au lieu de 115 % à la génération précédente. Elle ne se relève que dans les zones connaissant un certain développement manufacturier où la proximité des nouveaux marchés urbains stimule une production rentable, comme les légumes ou l’élevage laitier, et où le patrimoine rural équivaut au prix local de 47 hectares.

29C’est en effet la valeur locale de l’hectare qu’il convient de prendre maintenant comme étalon, étant donné ses variations entre les diverses régions agricoles. La valeur moyenne de la production exprimée en hectares est bien plus forte dans les nouvelles colonies (21,2 au lieu de 8,5 ou de 15,8 dans les anciennes colonies). Le revenu du colon du Plateau représente donc 249 % de celui du Piedmont et encore 134 % de celui des anciennes colonies à noyaux urbains. Quant au pourcentage de la valeur de la production par rapport à celle du patrimoine, il est de 35 % dans les nouvelles colonies et seulement de 22 % dans les anciennes où le revenu de l’agriculture n’atteint donc même pas les deux tiers de sa valeur dans les zones plus récemment mises en exploitation. Ainsi dans les anciennes colonies l’agriculteur s’est appauvri malgré l’appoint des marchés locaux. Les nouvelles colonies connaissent à leur tour le même processus : en 1940 la valeur de la production ne représentait plus que 24 % du capital à Ijui et 25 % à Erechim, mais elle en représentait 40 % à Santa Rosa, alors l’un des plus récents municipes de la zone pionnière.

30Tant que le régime de l’exploitation et la technique agricole ne se modifieront pas, le colon semble condamné à l’alternative de s’appauvrir en travaillant plus longtemps des terres épuisées ou d’émigrer vers de nouvelles terres qu’il doit défricher avant qu’elles ne lui rapportent. Ainsi reste-t-il constamment en marge de la prospérité.

b. Cette classe est très attachée à la propriété mais pas à la terre

31Ce paradoxe s’explique par la composition essentiellement foncière du patrimoine rural et par la valorisation des terres défrichées comme par l’instabilité chronique des agriculteurs.

1. Les questions de propriété

  • 9 Relatorios do Presidente, 1852, 1853, 1854, 1855 ; Pellanda, A Colonização, p. 32.

32Lorsqu’en 1850 le gouvernement brésilien décida de remplacer la concession des terres à titre gracieux par leur cession à titre onéreux, il espérait attacher davantage à sa terre le colon que la simple possession ne suffisait pas à stabiliser9. Mais ce système n’a pas donné les résultats escomptés, au contraire. D’une part loin de la réduire, le nouveau régime d’appropriation des terres a contribué à rendre l’émigration rurale périodique. D’autre part toute l’histoire rurale du Rio Grande do Sul au xixe siècle a été dominée par les questions de la dette coloniale et des terres.

33Regrettant la gratuité des concessions, les immigrants et leurs descendants ont opposé une mauvaise volonté croissante au règlement du prix de leurs terres. Pour ne pas à avoir à en acquitter le montant ils ont non seulement multiplié les demandes de réduction, d’exemption ou d’absolution fonde pour les retardataires, mais les colons ont eux-mêmes retardé la délivrance des titres définitifs de propriété et l’établissement d’un cadastre sérieux. Lorsqu’ils les ont enfin réclamés il était souvent trop tard et les insuffisances du cadastre comme les lenteurs de l’expédition des titres ont troublé les colonies pendant plusieurs générations.

  • 10 Relatorio do Presidente, 1849 : « Le pire fléau des colonies, c’est la querelle à propos des limite (...)
  • 11 Voir le texte du mémoire du ministre plénipotentiaire de Prusse : R.A.P., nos15/16, p. 275-334 ; ou(...)

34C’est à São Leopoldo que se posa pour la première fois le problème des limites des propriétés énoncé dès 1849 par le président de la Province10. La question des Picadas de São Leopoldo, qui a empoisonné les relations entre les colons et l’administration, provoqua même l’intervention du Ministre plénipotentiaire de Prusse à Rio de Janeiro. Dans le rapport qu’il adressa en 1863 au Ministre de l’Agriculture il constatait : « Les picadas et les différentes colonies dont elles étaient composées ne furent pas exactement mesurées ni marquées ; l’administration impériale se bornait à indiquer sommairement aux colons leurs lots de terre et à les munir de papiers où la largeur et la profondeur de ces lots étaient marquées avec là direction de leurs fronts, sans examiner si les terrains réellement donnés aux colons fussent exactement conformes aux indications des papiers. Ce procédé de l’administration devait nécessairement amener des contestations entre les colons et entre les différentes picadas, aussitôt que les terrains eurent par la culture acquis une plus grande valeur. Mais la situation se compliqua encore davantage au préjudice des colons, lorsque la loi du 18 septembre 1850 et le règlement du 30 janvier 1854 exigèrent la légitimation de certaines possessions par un mesurage judiciaire et par l’obtention d’un titre de propriété du gouvernement11. » Il y avait donc plusieurs situations juridiques différentes et l’on pouvait distinguer :

  1. Les colons qui ont fait mesurer judiciairement leurs lots ;

  2. Ceux qui possèdent un certificat sommaire délivré au premier occupant, soit pour l’avoir reçu eux-mêmes de l’administration soit pour en avoir hérité ;

  3. Ceux qui n’ont pas ce certificat mais qui ont été inscrits sur des registres ;

  4. Ceux qui n’ont pas reçu la quantité de terrain promise par le gouvernement et qui doivent être indemnisés ;

  5. Ceux qui ont acheté des lots et qui doivent se soumettre au jugement du commissaire, fondé sur la possession et l’équité, et payer les droits.

  • 12 Tschudi, Reisè, 1866, p. 33 ; Colonisação, R.A.P., no 8, p. 76, no 8 15/16, p. 208-219 ; Cahvalho, (...)
  • 13 Arquivo Publico, Correspondance du juge commissaire, Lassance Cunha, cahier 50, p. 17-18, lettres n(...)

35La confusion était encore augmentée du fait qu’il y avait eu des bornages partiels et des procès entre les groupes de picadas : Picada Feliz contre Linha Nova, Campo Bom et Dois Irmãos contre Padre Eterno, Quatro Colonias contre Erval, Picada Café contre Olinda, etc. S’ajoutaient enfin les difficultés nées de la spéculation12. Pour juger en équité en s’inspirant des conclusions du mémoire du diplomate allemand lé ministre nomma un juge commissaire, le chargeant de « concilier le maintien de l’état actuel des possessions tel qu’il s’est formé pendant plus de trente ans avec les principes d’après lesquels le gouvernement avait voulu organiser la colonisation ». Il s’agissait de questions de fait beaucoup plus que de droit strict, à juger en fonction de la possession et de l’équité. Ce travail dura plus de cinq années, tant à cause de la complexité des situations que de la versalité ou de l’hostilité des colons dont certains empoignèrent le fusil13.

36Les autorités responsables réussirent à éviter toute autre intervention des représentants diplomatiques de l’Allemagne. Elles ne tirèrent cependant pas la leçon des faits et ne prirent aucune mesure pour éviter ces difficultés dans toutes les colonies en assurant immédiatement la délimitation définitive des propriétés.

  • 14 Relatorio do Presidente, 1858, p. 23 et 1887, p. 206 ; Relatorio da Secretaria dos Obras Publicas, (...)

37A Santa Cruz le problème se posait dès 1858 et n’était pas encore réglé en 1887. Ce fut même l’une des zones où la République eut à corriger le plus rigoureusement les abus commis par certains spéculateurs qui avaient fait légitimer frauduleusement la possession d’immenses étendues, soustraites ainsi au domaine public avec l’aide des juges commissaires dont ils avaient acheté la complaisance, puis revendues à grand bénéfice par des « commanditaires » de colonisation (souvent d’origine germanique) ; en effet les colons n’avaient confiance que dans la parole de ces deux « grands » de la colonie, C. Trein F° et Eichenberg, ils ne voulaient tenir leurs terres que d’eux pour se sentir à l’abri de toute action revendicatrice provenant soit de l’Etat soit des spéculateurs attirés par la forte « plus-value coloniale » des terres. Entre les colons eux-mêmes des litiges naissaient fréquemment de la négligence ou de la mauvaise foi typiquement rurales. Nous pourrions leur donner le nom de cas Ludwig14. Ce colon avait reçu le lot no 4 de la Linha São Jão de Santa Cruz. En 1862 il en avait cédé la moitié au colon Kopp par contrat. En 1865 Ludwig mourut ; célibataire, il avait légué par testament la totalité du lot n° 4 au colon Schneider qui prétendit que le contrat avec Kopp avait été rescindé en 1863. L’inspecteur de la colonie, saisi de la plainte de Schneider, déclara le 28 octobre 1869 que contrat et testament étaient également nuls car Ludwig n’avait jamais payé le prix de son lot au Trésor provincial.

  • 15 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1898 et 1907, p. 68.
  • 16 Décret du 10 novembre 1903. Voir ci-dessus, p. 101.

38Nous trouvons même une « scandaleuse industrie de légitimation frauduleuse des terres publiques » dans divers municipes abritant des colonies, soit sur le Piedmont, soit sur le Plateau : Rio Pardo, Santa Cruz, Soledade, Passo Fundo, etc.15. Les lots n’y ont pas été délimités avec précision, les colons ne sont pas assurés de leur possession, car on leur vend sciemment la chose d’autrui ou on les chasse par un procès inique d’une terre que leur travail a valorisée. Ainsi les colons furent les victimes de leur propre méfiance à l’égard du gouvernement et de l’administration. D’autre part ils s’émurent des mesures législatives de protection des occupants, qui garantissaient pourtant les droits acquis en vertu des lois antérieures ou des achats faits de bonne foi. Enfin en 1903 le gouvernement dut relever de toute indemnisation envers l’Etat les colons qui possédaient des terres provenant à l’origine de possessions légitimées en vertu de la loi de 1850, même si celles-ci étaient milles ou frauduleuses16.

  • 17 Relatorio do Presidente, 1830, p. 50 ; Koseritz, Relatorio 1867, p. 6 et 26 ; Relatorio do Presiden (...)

39On peut dire que pendant tout le xixe siècle et parfois encore au xxe17 la vie des colonies a été agitée par la question du cadastre et des titres de propriété. La jouissance paisible de la possession était troublée par les menaces d’expropriation, de revendication ou d’indemnisation qui créaient une agitation endémique des esprits et rendaient la propriété toujours précaire. Cette incertitude, jointe à la valorisation des terres, explique l’âpreté des revendications, car le colon ne pouvait pas vivre sans terre à cultiver.

2. L’instabilité chronique des petits propriétaires

40Elle a pu paraître paradoxale chez ces agriculteurs pratiquant le faire valoir direct, chez ces propriétaires si soucieux des limites de leur bien, incapables pourtant de se fixer sur les terres que leurs pères avaient défrichées. Ce qu’il faut au colon, et ce qui semble lui suffire, c'est une certaine superficie de terre. Il n’hésite donc pas à la vendre quand il y trouve intérêt, pour la remplacer par une autre plus fertile ou meilleur marché. L’instabilité des propriétaires, attestée par la fréquence et la multiplicité des ventes, n’est-elle pas plus redoutable encore que le morcellement des propriétés ?

  • 18 Tschudi, Reisen, p. 39.
  • 19 Arquivo Publico, Registre de transmissão de propriedades, São Leopoldo.

41A São Leopoldo en 1860, en phase d’expansion de la colonie, quand les travaux de légitimation n’étaient même pas entrepris, il y avait 1.145 lots. Cette même année le fisc a perçu 23.000 milreis correspondant à une taxe de 6 % sur les ventes de lots dont la valeur moyenne est estimée à 1.500 milreis18. Cela donne un montant de ventes s’élevant à 383.333 milreis, c’est-à-dire la valeur moyenne de 255 lots. En un an 22 % de la superficie cultivée par les colons a changé de propriétaires, donc la totalité des colonies aurait changé de mains en cinq ou six ans seulement. Étant donné qu’il y a tout de même des colons qui n’ont pas quitté leur terre depuis leur arrivée, l’instabilité des autres est encore plus manifeste. Nous avons des renseignements précis à partir de 1867) date à laquelle le registre du cadastre est complet19. Il suffit de prendre quelques exemples dans les différentes-picadas : Dois Irmãos avait 224 lots de colonisation en 1867. Entre l878 et 1905 il y a eu 829 mutations de propriétés, soit en vingt-huit ans 29,6 ventes par an. C’est donc en moyenne 13,2 % des lots qui ont changé de mains en un an, l’échange de la totalité se ferait en huit ans. Pendant la même période à Bom Jardim, pour 316 lots il y a 43 mutations par an, soit 13 %. A Picada Café, pour 786 lots il y a 89 mutations par an soit 11,3 %. Pour la période 1878-1881, on relève à Picada 48, qui comprend 48 lots, 49 mutations, soit 25 % par an ; l’échange de la totalité des lots se ferait en quatre ans. Telle a été l’instabilité de la propriété d’une colonie des plus favorisées.

  • 20 Gorga, Aspectos economicos, p. 25-26 ; D.E.E., Estatistica judiciaria e imobiliaria, 1949. Ces vent (...)

42En 1948, dans l’ensemble du Rio Grande do Sud, pour 13.494 mutations par suite de décès, il y a 31.097 mutations par ventes ou échanges ruraux20 ; la moyenne annuelle des transmissions est de 12 %. Or nous trouvons les pourcentages suivants : dans les vieilles colonies allemandes 14 % ; dans les colonies du Plateau fondées au xixe siècle, 16 % ; dans les colonies du Plateau fondées au xxe siècle, 10 %. Même en tenant compte de l’évolution de la propriété par la division des héritages, la moyenne des transmissions se révèle nettement supérieure dans les colonies allemandes à celle du reste du Rio Grande.

43Cette instabilité chronique des propriétaires, liée à la nécessité de trouver des terres nouvelles pour les générations montantes, interdit tout attachement du colon à sa terre. Cela n’a pas été sans avoir de graves conséquences sociologiques, culturelles et civiques.

c. Le rôle de cette classe indépendante est récent

  • 21 Lange, Suedbrasilien, p. 49.

44En 1885, alors que la colonisation ne recouvrait encore que le rebord de la Serra, un voyageur allemand écrivait : « L’essor qu’a pris la province du Rio Grande do Sul dans le domaine de l’économie rurale, elle le doit à la petite propriété qui a été introduite par les Allemands et plus tard par les Italiens qui s’y rallièrent21. » A cette différence près que le régime de la petite propriété n’a pas été introduit par les Allemands, mais instauré par le gouvernement brésilien, ce jugement a été confirmé par d’autres voyageurs étrangers et par lés Brésiliens eux-mêmes. Tous ont exalté le rôle des petits propriétaires qui ont été longtemps d’origine exclusivement allemande.

  • 22 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1911, p. 163 ; Mem de Sa, Confronte, p. 52.

45On a d’abord souligné que les colons allemands ont multiplié la production agricole grâce au système du faire valoir direct, grâce au régime de la petite propriété. On estimait que le rapport entre la valeur de la production à l’hectare d’une terre d’élevage et d’une terre de culture était de 1 à 2 en 1911 et de 1 à 15 en 194522. La petite propriété serait donc la source de l’opulence agricole du Rio Grande do Sul.

46Les Brésiliens, autant que les Allemands, ont rendu hommage aux qualités sociales des petits propriétaires et de leurs familles, les descendants d’immigrants étaient supérieurs aux immigrants parce qu’ils possédaient des qualités propres et des aptitudes acquises ; les petits propriétaires étaient des travailleurs ordonnés, pacifiques et conservateurs. Ainsi la classe des petits propriétaires d’origine allemande ou italienne format-elle dans la société riograndense un nouveau groupe dont le rôle n’a cessé de croître.

1. Ce fut une classe indépendante dès l’origine

  • 23 Silva Rocha, Historia da Colonisação, I, p. 226-240 ; Monbeig, Pionniers, p. 138 ; Lambert, Le Brés (...)

47En raison de la répartition géographique des colonies comme de l’imperméabilité des deux zones de l’élevage et de l’agriculture, les immigrants se sont trouvés affranchis de l’influence quasi féodale des grands propriétaires, à la différence de ceux qui allaient dans l’Etat de São Paulo. Cela fut sans doute plus important encore pour les colons que de ne pas avoir à payer de rente foncière23. La petite propriété, établie sur des terres inoccupées, a donné naissance à une classe représentative d’une fonction et d’une région. Au xixe siècle les colonies agricoles ont formé des îlots au milieu des régions occupées par les grands domaines d’élevage. Le colon a vécu indépendant du grand propriétaire, auquel étaient soumis les habitants du reste du Rio Grande do Sul dont la structure économique sociale et politique était établie sur un rapport de dépendance d’homme à homme.

  • 24 Tonnelat, L’Expansion, p. 124 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 104.

48Aux yeux de certains observateurs la classe des petits propriétaires semble avoir eu la même indépendance à l’égard de la patrie d’origine24, la possession d’un petit domaine amenant tout naturellement une diminution de l’attachement à l’Allemagne, de la nostalgie de l’Allemagne chez ces hommes dont les ascendants avaient souffert du manque de terre. Le régime de la propriété, en réalisant la satisfaction d’une tendance instinctive et d’une appétence ancestrale, aurait donc donné aux immigrants et à leurs descendants un nouvel équilibre individuel et civique. Mais est-ce bien pour cela que les colons ont refusé de se laisser enrôler comme fantassins du pangermanisme ? La corrélation entre les domaines politique et social nous semble plus complexe.

  • 25 Gerstaecker, 18 Monate, p. 85 ; Ave Lallemant, Reise, p. 174 ; Annaes da Assembleia, 29 janvier 186 (...)

49Cependant l’obtention d’une parcelle de terre ne donnait pas toujours, surtout au début de la colonisation, cette euphorie que l’on imagine25. Certes au découragement devant la forêt à défricher succédait la satisfaction devant l’abondance des premières récoltes, niais survenait la désillusion causée par la faiblesse de leur valeur marchande. Aussi certains colons ont-ils abandonné leurs terres et fui vers les villes. Ce phénomène s’est répété à diverses reprises en zone pionnière, mais il a disparu dès que les moyens de communication se développèrent.

  • 26 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 105 ; Willems, O desnivelamento economico, R.I.C., II, 2-3, p. 800- (...)
  • 27 Zoeller, Die Deutschen, p. 133 ; Willems, A Aculturação, p. 251 ; Oberacker, Die Volkspolitisches L (...)

50Dans l’ensemble le fait d’être propriétaires de la terre, assurant aux colons l’indépendance économique et sociale, a donné à leur classe une structure et une mentalité spéciales. De même qu’il n’y a eu aucune entrave féodale ralentissant le développement d’une nouvelle société rurale sur ce territoire, de même à l’intérieur des établissements germaniques il n’y a pas eu d’esprit de caste26. Les difficultés de l’installation et le processus de l’adaptation étaient les mêmes pour tous les immigrants, qu’ils aient été d’origine urbaine ou rurale, aristocratique, bourgeoise ou populaire, puisqu’ils devaient tous apprendre le métier de pionnier. La nécessité de survivre, la pauvreté de la plupart des immigrants et l’énormité des tâches à accomplir effaçaient les anciennes distances sociales, développaient la solidarité entre tous les colons, au moins au début de leur installation dans une zone de forêt vierge. Mais il n’y avait place pour aucun sentimentalisme et seuls pouvaient vaincre ceux qui avaient assez de résistance physique et morale pour subir la limitation étouffante de leur horizon. Puis les liens de camaraderie noués dans ce combat contre l’hostilité du milieu se relâchèrent peu à peu lorsque l’aisance et quelquefois la fortune marquaient la réussite du voisin27. Cette différenciation basée sur les résultats matériels obtenus par tel ou tel immigrant remplaça l’ancienne stratification sociale du titre ou de la fonction qu’ils avaient connue en Allemagne. La nouvelle hiérarchie fut même d’autant plus rigoureuse qu’elle n’avait aucune tradition, qu’elle se mesurait à la fortune acquise, qu'elle s’établissait à l’intérieur du groupe ethnique homogène et qu’elle restait parallèle mais par définition inférieure à celle de la société gaucha préexistante.

2. L'importance de cette classe est pourtant toute récente

  • 28 Willems, A Aculturação, p. 199-203 ; Carneiro, A Sombra dos Estancieiros, Correio do Povo, 5 décemb (...)

51Il semble que les petits propriétaires n’aient pas su apprécier à sa juste valeur l’indépendance dont ils jouissaient et encore moins en tirer parti, surtout au cours des premières décennies. Ils n’avaient guère l’esprit d’initiative ; certes ils ont créé des communautés religieuses et scolaires, mais après avoir vainement demandé des écoles publiques ; ils suivirent des traditions, c’est-à-dire un certain conformisme social ; les immigrants conservaient une mentalité de sujets, aggravée par le misonéisme de leur vie rurale ; aussi éprouvaient-ils une craintive admiration pour le Gaucho, sensibles au prestige du cheval, à la séduction d’une vie libre et turbulente. Bref ils restèrent comme empruntés, indécis, soumis par avance, à la supériorité du Vieux Riograndense28.

  • 29 Koseritz Volksalender 1874, p. 111-118 ; Schmid, Die Brummer ; Kohne, K. von Koseritz, p. 10-14 et (...)

52L’amélioration de leur situation économique ne suffit pas à les tirer de cet effacement. Il fallut la réaction culturelle des Brummers pour leur faire prendre conscience de leur appartenance à un groupe social, à une classe virtuellement puissante29. Au lieu de souffrir de leur origine germanique comme de la tare qui les isolait dans leurs établissements, ils devaient y puiser avec un sain orgueil de nouvelles forces pour se tailler une place dans la société. Mais cette évolution, parfois contrariée par des facteurs externes, a demandé beaucoup de temps et c’est plus d’un demi-siècle après la conquête des premières positions politiques que s’est affirmée comme telle cette démocratie rurale qui a eu pour base la petite fortune immobilière, c’est-à-dire la petite propriété. (Voir photo 32, pl. XI.)

  • 30 Ave Lallemant, Reise, p. 166 ; Porto, O Trabalho, p. 222-223 ; Truda, A Colonisação, p. 145 ; Pella (...)

53Ce qui lui avait manqué, c’était sans doute la propre conscience de classe, car le facteur ethnique l’a emporté sur le social. Elle était trop isolée pour acquérir la combativité nécessaire à toute classe comme pour appliquer à un champ plus vaste le dynamisme qu’elle manifestait dans la conquête de la terre. Lorsque avec une certaine aisance lui est venu le respect pour les valeurs culturelles, ce fut d’abord celles du pays d’origine, qui pouvaient seulement contribuer à éloigner les colons des premiers, rangs de la société30. C’est le gouvernement brésilien qui, en imposant la « nationalisation » de l’enseignement, leur a donné la possibilité de pousser utilement les études de leurs enfants et de les faire accéder ainsi à des fonctions publiques, à des professions libérales, à des classes sociales dotées de plus de prestige.

54Sans perdre, pour autant leur cohésion ethnique les petits propriétaires ont-pris dans la vie du Rio Grande une importance égale et parfois supérieure à celle des classes constituées par les Vieux Riograndenses soit dans la Prairie soit dans les villes. Ils se distinguent aussi des ouvriers, des employés ou des chefs d'entreprises d'origine germanique. Mais leur classe ne saurait être mieux définie que par ses rapports à la fois nécessaires et antagonistes avec celle des commerçants ruraux.

B. Les commerçants

  • 31 Petry, Historia, p. 29.

55Elément essentiel dans la vie des colonies, la venda fait partie, intégrante de leur paysage. Les premières installations commerciales étaient des plus rudimentaires : « Un sac de sucre, un sac de café, quelques poches de farine de blé et de sel, et le magasin de seccos e molhados était garni. S’il disposait de capital, il ajoutait sur ses étagères quelques bouteilles de vin de Porto. Ajoutait-on quelques pièces de coton, un peu de satinette pour les robes, un ou deux cartons de dentelle, quelques bobines de fil et des aiguilles, que l’on parlait déjà de magasin de tissus31. »

  • 32 Weiss, Colonos, p. 50.

56Les boutiques pionnières ont conservé le même aspect jusque dans les colonies les plus récentes, comme à Erechim en 1912-1917 : « Le magasin était installé dans une, cabane grossière de bois de pin brut. Sur une étagère on voyait quelques bouteilles d’eau-de-vie, de vinaigre, de vin rouge, quelques paquets d’allumettes, quelques boîtes de sardines, des biscuits et une bonne quantité de blocs de rapadura enveloppés dans des feuilles de maïs. Par terre, sur une estrade de bois, il y avait des sacs ouverts contenant de la farine de maïs et de manioc, du sucre jaune, du riz et des haricots noirs. A l’un des montants de la porte qui ouvrait sur la cuisine étaient pendus un large ruban de lard salé et un autre de viande séchée ; au-dessus de la porte, sur un bâton, quelques mètres de saucisse de porc. Sur le comptoir rustique un rouleau de tabac noir et une vieille balance rouillée32. »

57On trouvait aussi dans un coin de la salle devant le comptoir une table et quelques sièges grossiers, le débit de boissons. A côté du dépôt des cloisons séparaient deux ou trois compartiments, les chambres de l’hôtel. A l’extérieur s’étendait souvent l’aire d’un jeu de quilles et s’élevait un hangar utilisé aussi comme salle de danse.

58La venda était le centre des ventes et des achats, le point de réunion, l’abri des kermesses, la halte des voyageurs. Pour tous les colons vivant isolés sur leurs lots, elle a été le lieu de détente et l’élément de cohésion, elle a été le facteur social par, excellence.

59La venda est rapidement devenue la maison la plus vaste et la plus soignée de la picada, du hameau. (Voir photos 25 et 26, pl. IX.) Elle a généralement été la première maison construite en matériau dur, brique ou pierre. C’est seulement lorsque les sociétés locales ont eu construit leurs sièges qu’elle a perdu le monopole des réunions ; encore les fêtes locales sont-elles abritées en majeure partie dans les grandes salles des vendas. Le plus souvent les locaux occupés successivement par une même venda d’une mue à l’autre sont restés juxtaposés, servant de dépôts ou d’annexes.

60Partout la venda est le bâtiment le plus moderne du petit village et souvent le seul à présenter des signes de luxe, avec les ailes de son éolienne qui fournit en même temps l’eau et la lumière, avec son armoire frigorifique, avec son garage. Le jeu de quilles occupe un bâtiment spécial. La salle de danse est un grand salon au parquet lustré. L’hôtel s’est installé dans un autre immeuble. Les vendas qui ont jalonné l’avance de la colonisation sont l’image de l’évolution de la zone environnante.

61Capitale en période pionnière, l’influence des commerçants est restée décisive jusqu’à nos jours dans tous les domaines. Ayant vécu en étroite symbiose avec la paysannerie, ils s’én sont dégagés de plus en plus nettement pour constituer une classe. La position élevée que celle-ci avait acquise grâce à la fortune, elle l’a conservée grâce à la solidarité régnant entre ses membres. Bien plus elle a acquis une telle force qu’elle a débordé du cadre de la profession et s’est mise à conquérir d’autres secteurs arrachés à d’autres professions et à d’autres classes.

a. C’est la seule classe rurale qui se soit enrichie

62Le mécanisme du commerce rural ne pouvait qu’accentuer la différence entre la condition matérielle ou sociale du paysan et celle du commerçant.

1. La modestie des origines

  • 33 Arquivo Publico, Dépôts des « Cartorios de Orphaõs ».

63Au départ, cependant, les inventaires des patrimoines étaient également modestes et typiquement ruraux33. J. M. Kreske, mort en 1844 à São Leopoldo, a laissé un héritage de 1.201 milreis ainsi composé : une maison 900 milreis (soit deux fois la valeur d’une maison de colon ; biens meubles personnels (43 milreis) ; étagères et comptoir (12 milreis) ; stock de marchandises de 246 milreis comprenant chaussures et vêtements (138 milreis), outils (38 milreis), épicerie (170 milreis). La succession de Fith-Müller, mort à Lomba Grande en 1848, comportait un fonds de commerce rural estimé à 146 milreis : installation (32 milreis), balance et poids (8 milreis), marchandises diverses : farine de blé, sucre, vin, eau-de-vie, bonbonnes et bouteilles vides, mercerie (106 milreis). Mais ce commerce n’intervenait que pour une faible partie dans le patrimoine qui s’élevait à'4.340 milreis et comprenait en outre : une colonie et demie, 2 vaches, 1 bœuf, 1 cheval, une tannerie et des cuirs estimés à 600 milreis, une maison et son mobilier (6 lits, 2 armoires, 3 tables, 4 bancs, 1 buffet, 1 commode), bien supérieur à celui des colons allemands et même à celui des éleveurs luso-brésiliens.

64Il est intéressant d’en rapprocher l’inventaire établi à la génération suivante dans la succession de Jacob Müller décédé en 1902. Les meubles sont les mêmes (9 chaises en plus). Il y a encore 1 cheval, 1 vache, 1 porc, 1 terrain de 6 hectares et la moitié d’une maison valant 5.550 milreis au lieu de 800. Le fonds de commerce comprend l’installation (75 milreis), une balance (40 milreis), un coffre (224 milreis), un grand stock de tissus variés (laine, coton, satinette, coutil), des chemises, des bas, du fil, des rubans, des boutons, etc. (1.350 milreis), des outils (169 milreis), de la faïence (130 milreis), enfin les produits alimentaires traditionnels : 4 sacs de sucre, 1/2 sac de café, 1/2 sac de maté, 3 poches de farine de blé, du sel, du savon et des boissons (294 milreis). La présence des boissons et leur importance proportionnelle révèlent les progrès de l’économie rurale, mais le fonds de commerce n’a guère changé depuis le milieu du xixe siècle et ne changea guère ensuite jusqu’à nos jours.

65En effet, si nous sautons par-dessus l’espace et le temps dans une colonie des plus récentes, à Erechim en 1919, nous trouvons sur les rayons d’un commerçant, pourvu d’une maison et de quatre lots de terre valant 6.900 milreis, pour 17.116 milreis de marchandises réparties comme suit : épicerie, boissons, conserves, caramels, faïence, outils, draperie, parfumerie, tabac, tissus, mercerie, souliers, chapeaux, parapluies, livres, etc. L’introduction des caramels, de la parfumerie et des parapluies correspond aux progrès de l’économie locale et du mieux-être des colons, mais l’essentiel de l’inventaire reste identique et la boutique n’est pas plus spécialisée que celles du xixe siècle dans les anciennes colonies.

66La modestie de ces successions ne doit cependant pas nous faire oublier la différence qui sépare la fortune d’un petit commerçant de celle d’un simple colon. La succession de H. Schmidt de Costa da Serra, mort en 1847, peut servir d’exemple caractéristique de ce commerce naissant) Il laissait 7 enfants de 19 à 7 ans ; il était donc jeune au début de la colonisation. Son patrimoine total s’élevait à 6.001 milreis, dont une maison (2.000 milreis), le mobilier (90 milreis) et une colonie estimée 400 milreis, soit 1/15 du patrimoine ; le reste était la part du fonds de commerce (58,5 %). Knirim à Bom Jardim, mort en 1847, laisse à ses héritiers une maison (800 milreis), des meubles (360 milreis), une colonie (600 milreis) et 2 vendus valant respectivement 2.880 et 3.880 milreis : les fonds de commerce représentent 79 % du patrimoine et la colonie 7 % seulement (1/14). En 1919 à Erechim le commerçant qui laissait pour 22.400 milreis de marchandises possédait aussi 2 maisons (12.400 milreis) et 5 lots urbains (3.675 milreis) ; le fonds de commerce représentait 58 % du patrimoine, soit la même proportion qu’à S. Leopoldo en 1847, ou la valeur de 18 lots coloniaux (valeur moyenne 1.240 milreis). Et cela au moment même où de nombreux colons (immigrants il est vrai) mouraient dans l’indigence.

2. L’accroissement des patrimoines

  • 34 Zoeller, Die Deutschen, p. 158.

67Ainsi depuis le milieu du xixe siècle les plus riches habitants des colonies étaient les commerçants34 et la supériorité de leur patrimoine par rapport à celui des colons ne fit que s’accentuer. Chez le petit propriétaire, en effet, l’essentiel en est constitué par le lot de terre et la maison, capital immobilier dont le revenu liquide est minime. Chez le commerçant le patrimoine est non seulement plus élevé, mais constitué en majeure partie par le capital investi dans l’affaire, qui assure des bénéfices incommensurablement supérieurs à ceux d’une exploitation agricole, grâce à la fois à l'élévation des marges et à la rapidité de rotation des réserves.

68Cependant en raison de ses origines rurales le commerçant continua longtemps à acheter des terres en guise de placement, et les investissements immobiliers restèrent fréquents jusqu’à la fin du xixe siècle. Par exemple le commerçant Winckelmann, mort à Santa Cruz en 1909, laissait dans sa succession : des meubles (300 milreis), des animaux (370 milreis), les marchandises du fonds de commerce (2.430 milreis), un terrain et une maison (5.400 milreis), enfin 5 lots de colonisation d’une surface de 294 hectares (18.400 milreis). Le fonds de commerce ne représentait donc qu’une faible part de la fortune qu’il avait amassée et qui était investie en immeubles. Mais comme ce capital était relativement lent à réaliser et qu’il rapportait moins que l’argent liquide, les dépôts en banque apparurent à la veille de la première guerre mondiale. V. Moog, de. São Leopoldo, laisse en 1914 un patrimoine de 14.937 milreis : marchandises (8.170 milreis), fonds de commerce (2.300 milreis), charrette (300 milreis), mobilier (500 milreis), crédit en banque 2.500 milreis.

69Si le prix des terrains augmenta en moyenne de 75 % dans les vingt années suivantes, la valeur des fonds de commerce s’accrut de 100 à 110 % ; puis la seconde guerre mondiale provoqua une augmentation de biens meubles plus que proportionnelle à celle des immeubles. L’intérêt des commerçants s’est donc détourné des terres vers d/autres investissements. Voici la composition du patrimoine du commerçant Schmitt, du 2e district de Santa Cruz, mort en 1947 : l’actif de la succession s’élève à 131.644 cruzeiros. L’inventaire de la vendu traditionnelle monte à 55.872 cruzeiros (alimentation, tabac, savon, quincaillerie, tissus, chemiserie, bonneterie, chapeaux, mercerie, papeterie, vaisselle, draperie). Le magasin et l’installation valent 27.000 cruzeiros, la camionnette 5.000. Si la maison est estimée 20.000 cruzeiros et les meubles 1.500, les autres maisons en ville et les terres dont Schmitt était propriétaire ne valent que 14.000 cruzeiros, tandis que les dépôts en banque s’élèvent à 8.250 cruzeiros. Le fonds de commerce et les capitaux représentent 73 % du patrimoine, les immeubles 25 % seulement. Les terres étant estimées de 5 à 6.000 cruzeiros le lot colonial, dans les successions d’agriculteur, le patrimoine de ce commerçant équivaut à 22 lots.

  • 35 I.B.G.E., Recenseamento Geral do Brasil,1er septembre 1940), serie regional, Parte XX, Rio Grande d (...)

70Faute de statistiques plus récentes c’est aux résultats du recensement de 1940 qu’il nous faut recourir pour étudier les caractéristiques générales de la situation des commerçants ruraux dans l’ensemble des colonies allemandes35. Nous n’y trouvons malheureusement pas l’indication des bénéfices réalisés, mais il nous est possible d’en avoir une idée en comparant le volume des ventes au détail et en gros. La valeur moyenne des ventes au détail est sensiblement la même dans toutes les colonies (36.800 cruzeiros dans les nouvelles, 36.966 dans les anciennes). Cela s’explique par une sorte de constance du niveau de vie des familles paysannes qui achètent seulement une petite quantité de produits. Elle ne se relève que dans celles où l’activité manufacturière s’est développée comme São Leopoldo, Novo Hamburgo et Santa Cruz (43.966).

71Pour le commerce en gros, par contre, la moyenne des ventes est de 161.900 cruzeiros dans les anciennes colonies et de 381.000 dans les nouvelles. Le commerce d’exportation des produits agricoles est en effet beaucoup plus actif dans les zones pionnières où son volume représente 236 % de celui des zones plus anciennement exploitées, de même que le revenu de l’agriculteur atteint 249 % de celui des anciennes colonies. La concordance entre ces deux chiffres exprime la dépendance où le commerce rural se trouve à l’égard de l’agriculture.

72Mais la supériorité du commerçant sur le colon apparaît nettement si nous comparons la valeur du capital du premier à celle du patrimoine du second. Dans les nouvelles colonies, le capital du commerçant de détail représente 236 % du patrimoine de l’agriculteur, celui du commerçant de gros 467 %. Dans les anciennes colonies les pourcentages sont respectivement 108 % et 249 %.

73Il ne nous est pas possible de comparer leurs bénéfices, mais nous pouvons rapprocher le montant du chiffre d’affaires des commerçants et celui de la production des agriculteurs.

  • 36 Weiss, Colonos, p. 100. L’exploitation des colons par les marchands avait déjà été signalée au mili (...)

74Il y a donc une différence considérable entre la valeur de la production et celle des ventes, et il n’y a aucune mesure commune entre les bénéfices qu’elles laissent aux intéressés. « Les commerçants vendaient cher les aliments et les objets nécessaires au colon ; mais quand celui-ci leur apportait un produit, qui lui avait coûté des mois de sueur et d’énergie les commerçants lui en donnaient un prix misérable et encore seulement en troc de marchandises. On pouvait travailler toute sa vie sans sortir de ce cercle et sans pouvoir économiser pour améliorer sa situation ou se retirer dans un autre endroit. Mais les commerçants, eux, progressaient rapidement, augmentant leurs magasins, leurs résidences, leurs stocks, au prix de la sueur du colon, toujours pauvre et misérable36 »

75Non seulement les commerçants ruraux ont été d’origine paysanne, mais leur, ascension s'est faite sur l’accroissement de la production agricole. Lorsque celle-ci a décliné dans une ancienne colonie, ceux des commerçants qui n’ont pas émigré vers une zone pionnière avec une partie de la population excédentaire ont opéré une véritable reconversion de leurs activités. C’est ainsi que les commerçants ruraux, vivant au milieu des paysans, sont vite devenus plus riches qu’eux et plus puissants. (Voir photo 33, pl. XI.)

b. C’est une classe dirigeante

76Dans les colonies, où l’on n’avait plus la même considération qu’en Allemagne pour les titres et les fonctions honorifiques, et où la position sociale se mesurait à la fortune, c’est le commerce qui a fait les grandes familles.

  • 37 Petry, Historia, p. 32.
  • 38 Willems, A Aculturação, p. 351. Un exemple caractéristique de dynastie commerciale est celui des Gr (...)

77Parmi les commerçants ruraux se sont rapidement constitués de véritables clans. Quand les affaires d’un négociant allaient bien, il ouvrait pour ses fils des succursales dans les picadas secondaires. Le plus souvent ses enfants épousaient ceux d’un commerçant voisin. On cite encore certains mariages interprofessionnels célèbres, par exemple dans les picadas de São Leopoldo ceux de trois fils Schmitt avec trois filles Blauth, de trois filles Collin avec trois fils Blauth, tous commerçants37. Ainsi se sont créées des dynasties de commerçants : Blauth, Schmitt, Sperb, Brusius sur le Rio dos Sinos ; Selbach, Heck, Wittgen, Nol, Weissheimer sur le Cai ; Malhmann, Jaeger, Matte, Buchmann, Arnt sur le Taquari ; Heuser, Hennig, Etges, Kliemann à Santa Cruz. Hérédité de la profession et mariages d’affaires sont les caractéristiques de ces familles38. Le commerce de père en fils n’a pas été seulement une tradition mais, grâce à la prospérité du négoce et des entreprises qu’ils y ont naturellement annexées, l’instrument de l’ascension et de la prépondérance économique et sociale du vendista dans sa picada comme des principaux négociants dans la colonie.

1. L’esprit d’initiative

78Les commerçants ont eu une grande influence sur l’orientation de la production agricole en régularisant les échanges et en poussant les colons à cultiver ici la canne à sucre, là les oléagineux, ailleurs les fibres textiles ou les fruitiers dont la culture n’est rentable que s’il existe des moyens d'exportation. L’un des exemples les plus récents et les plus nets de ce rôle des commerçants est celui de Tres Forquilhas. L’agriculture y était aussi léthargique que toute la colonie isolée au pied de la Serra do Mar. Il y a moins de dix ans, le bénéfice annuel net par famille était estimé à 500 cruzeiros d’argent liquide. On a ouvert une route et quatre ans après, en 1951, le bénéfice familial s’élevait à 6.000 cruzeiros car les colons avaient établi des plantations d’ananas dont les commerçants expédiaient les fruits vers les stations balnéaires voisines.

79D’autre, part leur prospérité permit aux commerçants de multiplier des entreprises de plus en plus avantageuses. Ils ont abandonné la pratique directe de l’agriculture et l’investissement immobilier. Ils se sont tournés vers d’autres activités susceptibles d’augmenter leurs recettes alors même que la production agricole de base diminuait dans la région. C’est ainsi que dans toutes les colonies les commerçants ont contribué à résoudre par leurs réserves de capitaux le problème des transports à courte et à longue distance : ils ont pris l’initiative de la construction de ponts, ils ont participé aux sociétés de navigation du Rio dos Sinos, du Cai, du Taquari, du Jacui et même de l’Uruguay. Les demandes de concession de lignes de chemins de fer ont été presque toutes faites par des commerçants teuto-brésiliens associés à un technicien. Le camion leur fournit de nouvelles activités : transport local, agence de vente, atelier de réparation, etc.

80L’initiative des commerçants s’est surtout exercée dans le domaine technique en permettant de faire passer la production du mode artisanal à celui de la manufacture et de l’usine. C’est grâce à l’impulsion des commerçants que les procédés appris par les immigrants ou légués à leurs descendants ont pu s’appliquer sur une échelle plus large.

  • 39 Ludwig, Viagens, II, p. 133, 136, 148. Les premiers furent cités dès 1852 par le Président de la Pr (...)

81Les exemples en sont légion et il suffira sans doute d’en citer quelques-uns39. Alfredo Arenhardt de Lajeado était arrière-petit-fils de colon, son grand-père avait monté une râperie de manioc, son père avait été employé puis voyageur de commerce avant de. s’établir lui-même comme négociant en 1903 ; Alfredo qui avait fait des études secondaires à Lajeado et obtenu le diplôme de comptable, travailla avec son père jusqu’en 1934 ; il devint alors gérant puis associé de la firme Fett et Cia qui fabriquait des produits dérivés du lait ; il y avait ajouté un abattoir et une raffinerie de graisse quand il se retira en 1939, les passant à ses enfants et successeurs avec la maison de commerce (« secos e molhados », « produtos coloniais », suivant les expressions consacrées) et l’agence locale de la compagnie de navigation Arnt. La famille Lautert a immigré à São Leopoldo (Bom Jardim) au début de la colonisation. Henrique Lautert Filho est né en 1867 à Bom Jardim. Il y fut agriculteur comme son père jusqu’en 1891, date à laquelle il fonda une maison de commerce à Estrela où il mourut en 1927. Son fils Adolf qui avait fait son apprentissage d’horloger dans le Rio Grande et en Suisse, d’où il revint en 1912, ouvrit à côté une horlogerie bijouterie. Bruno, fils du précédent, a ajouté aux affaires paternelles un garage et un atelier de réparation d’automobiles. Alfredo Gerhardt de São Leopoldo, né en 1885, est petit-fils d’immigrant agriculteur et fils de négociant. Son père avait en effet commencé avec sa charrette un commerce ambulant de chaussures, de selles, de harnais et de tabac en échange de produits coloniaux. Alfred, qui a fait ses études secondaires à São Leopoldo, a rempli diverses fonctions publiques (président du conseil scolaire, sous-intendant du 1er district de 1924 à 1936, etc.). En 1936 il a ajouté à l’affaire familiale une scierie et une fabrique de semelles et de talons de bois qu’il vend aux manufactures de chaussures établies à São Leopoldo.

  • 40 Petry, O Munidpio de Novo Hamburgo, p. 35-39 ; Valverde, Excursão, R.B.G., X, 4, p. 486-488.

82Les commerçants ont su s’adapter ainsi à des situations nouvelles et créer ou recréer une prospérité durable non seulement dans leurs entreprises mais dans les bourgs de leur résidence. Cai devint le berceau de quelques fabriques (dont celles de Renner) au moment où son activité purement commerciale déclina. Novo Hamburgo vit son importance commerciale diminuer au début du siècle, quand la ligne de chemin de fer fut prolongée jusqu’à Taquara ; il s’y créa, sur l’initiative de nombreux commerçants, une industrie active et variée (cuirs, textiles, électro-métallurgie, etc.) grâce à laquelle la situation fut rétablie et même la prospérité accrue40. Un autre exemple tout récent est celui de Sapiranga, dont le déclin commercial commença en 1944, quand la nouvelle route fédérale détourna le courant de produits agricoles qui s’expédiaient jusque-là par son port ou par sa gare. Les négociants investirent leurs capitaux disponibles dans le commerce des peaux, la tannerie, la manufacture de chaussures et la petite métallurgie de transformation. Les entreprises nouvelles sont largement bénéficiaires et prennent une extension croissante.

83Bref, à mesure que leurs dynasties locales s’étaient unies entre elles par des liens matrimoniaux et que leurs activités s’étendaient de plus en plus, les commerçants ont constitué une classe cohérente et dynamique.

2. La prépondérance sociale

  • 41 Voyageurs : Ave Lallemant, Reise, p. 253 ; Canstatt, Land., p. 421 ; Funke, Aus Deutsch-Brasilien, (...)
  • 42 Annaes da Assembleia 12 décembre 1866 ; Tschudi, Reise, p. 27 ; Ave Lallemant, Reise, p. 142 ; West (...)

84Le groupe qu’ils forment dépasse en effet le cadre de la profession et se caractérise par un standing plus élevé, un horizon plus large, en même temps qu’une solidarité plus étroite des intérêts et des individus. Les commerçants ruraux teuto-riograndenses ont eu conscience d’appartenir à une classe dont la souche était le négoce, mais sur laquelle ils pouvaient greffer des branches différentes et dont les fruits récompensaient largement leur initiative. Aussi pouvaient-ils contribuer plus ou moins généreusement à la constitution et à l’entretien des sociétés dans la colonie41. Bien plus, ils ont eu conscience d’incarner cette classe et de l’élever au-dessus de la paysannerie environnante, ne serait-ce que parce que la création et la gestion de leurs affaires ont donné aux commerçants ruraux l’habitude et le goût de la responsabilité, l’aptitude et l’entraînement au commandement. Les entreprises collectives et les jeux de la politique se décidaient ou se faisaient généralement dans leurs vendas et en réalité sous leur direction42.

85En deux générations à peine le commerçant était devenu le véritable patron de la picada ; passé au bourg, il garda cette prépondérance : l’Association Commerciale est une puissance dans le municipe et le Club du Commerce s’élève comme son château, car il est très souvent l’immeuble le plus somptueux, le centre de toute la vie sociale du chef-lieu.

86La classe des commerçants ne doit pas être considérée comme une résultante, mais comme une force dont l’impulsion se fait sentir dans tous les secteurs de la vie économique : production, circulation et échanges des biens, crédit, constructions urbaines, colonisation (ce qui achève le cycle).

87C’est même la principale des forces qui s’exercent dans la colonie. Elle a été conquérante, puisqu’elle a empiété sur des domaines qui ne relevaient pas strictement du commerce, puisqu’elle a attiré à elle par sa puissance économique et son prestige social des éléments venus de l’extérieur, éléments qu’elle intègre dans ses cadres, qu’elle assimile, qui deviennent peut-être les tenants les plus fermes de ses règles, de ses conventions et de ses rites, de son maintien : c’est parmi les commerçants que l’on trouve maintenant les défenseurs résolus d’une tradition d’autant plus vivante, qu’elle est plus récente.

  • 43 Willems, A Aculturação, p. 367.
  • 44 Py, A 5e Coluna, p. 96, 160, 288, 333, etc. ; A Extensa Rede, Correio do Povo, 24 février 1946.

88Il est vrai que si leur situation a été établie sur des bases économiques ils l’ont renforcée par des étais culturels, empruntés longtemps au milieu dont ils étaient issus, c’est-à-dire au milieu germanique43. L’aisance dont ils ont joui a permis aux fils de commerçants de faire des études plus poussées, de renouveler les contacts avec la terre des aïeux soit par des livres édités là-bas soit par des stages en Allemagne, alors que les colons n’en conservaient qu’une image de plus en plus estompée ; leurs rapports avec l’administration brésilienne les a souvent amenés à en connaître les défauts ; leurs contacts avec les Luso-Brésiliens leur ont fait reprendre conscience de leur origine, surtout en période de crises, plus violentes dans les villes que dans les bourgs, et dans les bourgs que dans les picadas. Défenseurs du Deutschtum, ils ont aussi été plus sensibles que les paysans à la propagande pangermaniste ou hitlérienne dont ils se sont faits parfois des agents actifs44.

89La classe des commerçants ruraux teutoriograndenses avait une origine professionnelle ; elle a cependant conservé un caractère ethnique que l’on retrouve dans les groupes germaniques urbains appartenant à d’autres classes qui ne présentent ni la même homogénéité ni la même cohésion.

2. LA PÉNÉTRATION DANS LES CLASSES PRÉEXISTANTES

90C’est seulement dans les villes que les Teuto-Riograndenses les ont rencontrées ; aussi leur évolution sociale y a-t-elle été très différente de ce qu’elle fut dans les colonies rurales : ici ils ont constitué deux classes, là ils se sont répartis entre plusieurs dont aucune n’est homogène.

91Dans les villes il n’y a donc pas de classes sociales teuto-riograndenses, mais seulement des ouvriers, des employés, des industriels, des commerçants, des avocats, des médecins, des professeurs ou des fonctionnaires d’origine allemande. Ils se distinguent des autres membres de la même corporation ou de la même classe sans doute par leurs caractéristiques anthropologiques mais surtout dans la mesure où ils sont restés fidèles à la culture germanique. Or leur ascension sociale n’a généralement pu se faire qu’après acquisition de la culture nationale, après obtention des diplômes officiels, ce qui ne les empêche d’ailleurs pas d’être souvent bilingues et parfois imbus du sentiment de la supériorité germanique. L’étude de leur pénétration dans les classes urbaines est donc complexe et ne peut aboutir qu’à des appréciations très nuancées.

A. La classe ouvrière

  • 45 Mazeron, Um Seculo, Correio do Povo, 2 septembre 1947.

92Le récent développement de l’industrie riograndense doit trop aux Allemands et à leurs descendants pour ne pas s’être appuyé sur l’emploi d’une main-d’œuvre spécialisée de même origine. On serait même tenté de croire à première vue que la maîtrise et les ouvriers des usines riograndenses sont germains, comme les employés des grandes maisons de commerce étaient germains ou germanisés : « J’allai (à Santa Cruz) apprendre l’allemand puisque c’était l’unique moyen d’obtenir une bonne place dans le commerce en ce temps-là (1911) » déclarait un érudit pôrto-alegrense mort récemment45.

  • 46 Les livres de Ludwig, Viagens, et de Daudt, Brasileiros, ne retracent guère que de ces destinées ex (...)

93On peut noter cependant quelques différences entre le commerce et l’industrie. D’abord les employés de commerce étaient peu nombreux, ils pouvaient acquérir une vision d’ensemble de l’affaire, monter assez facilement en grade, devenir voyageurs ou gérants et même fonder leur propre établissement. Comme nous en avons vu de nombreux exemples chemin faisant, il est inutile d’insister sur cette mobilité à l’intérieur du cadre professionnel, qui s’est traduite par une ascension sociale relativement facile et fréquente46. Aussi les employés de commerce, gens à faux-col et mains blanches, ont-ils constitué une couche d’autant plus proche de celle des chefs d’entreprises qu’ils espéraient pouvoir les rejoindre.

  • 47 Tejo, Retrato, p. 258 ; Moraze, Les Trois Ages, p. 181.

94Rien de tel n’a existé dans la classe ouvrière, car il n’y a aucune mesure entre la compétence d’un ingénieur ou d’un directeur d’usine et celle d’un ouvrier, voire d’un contremaître. D’autre part quelles que soient les qualités professionnelles ou personnelles de ces derniers il leur est pratiquement impossible de songer à s’établir. Ils sont rivés à leur condition et constituent une classe nettement caractérisée. Si elle a bénéficié d’une sollicitude spéciale sous l’Etat Nouveau et d’une législation travailliste très avancée, elle est tout de même trop récente pour avoir déjà joué un grand rôle dans l’histoire du Brésil ou du Rio Grande en particulier47.

95Il est certain qu’il y a beaucoup moins de différences entre les conditions de travail ou la situation d’un ouvrier brésilien et d’un ouvrier allemand qu’entre celles d’un paysan allemand et d’un colon teuto-riograndense. Cela est d’autant moins étonnant que les ouvriers des premières grandes usines, les filatures, étaient allemands, par exemple chez Rheingantz à partir de 1874 : toute la maîtrise et toute la main-d’œuvre spécialisée avaient été « importées » en même temps que les machines. On pourrait penser qu’il en a été de même dans bien d’autres branches comme l’industrie du cuir, les produits chimiques ou la métallurgie, dont les fondateurs étaient d’origine allemande. Mais la réalité est fort différente.

96C’est au fichier des usines Renner que nous avons puisé nos renseignements. La variété des activités de ce groupe en fait un miroir fidèle de la situation actuelle de la main-d’œuvre industrielle à Porto Alegre comme de sa répartition dans le temps, résumée dans le tableau suivant établi d’après la date d’admission des ouvriers :

97En une trentaine d’années le nombre d’étrangers divers est tombé du quart au septième, ce qui semble normal puisqu’on avait de moins en moins besoin d’aller chercher à l’extérieur la main-d’œuvre que l’on trouvait ou que l’on formait sur place. Mais les Teuto-Riograndenses qui constituaient au début plus de la moitié du personnel n’en représentent plus que le tiers, tandis que s’accroissaient les proportions des Italiens, passant d’un quatorzième à un septième, et des Lusitaniens, s’élevant du huitième à plus du tiers. Les engagements successifs ont donc transformé la composition de la classe ouvrière jusque dans les usines les plus typiquement teuto-riograndenses.

a. Les ouvriers teuto-riograndenses

  • 48 Nous sommes restés fidèles à la définition du Teuto-Brésilien que nous avons donnée ci-dessus p. 13 (...)

98Nous avons fait quelques sondages dans les principales usines allemandes existant soit dans les municipes jumeaux de São Leopoldo et Novo Hamburgo soit à Porto Alegre. Le tableau ci-dessous indique l’origine de leur personnel48.

99On peut observer des différences importantes entre les pourcentages respectifs suivant la catégorie de l’industrie et suivant la localisation des usines dans les petites villes teuto-riograndenses ou dans la capitale.

1. Dans les petites villes

100Les deux usines situées à Novo Hamburgo représentent l’une la plus ancienne et la plus traditionnelle des industries teuto-riograndenses, celle du cuir ; l’autre la plus moderne et la plus savante, l’électrométallurgie.

101La première usine employait en 1950 458 ouvriers et la seconde 84. Il n’y a chez Adams que 44 % d’ouvriers ou de contremaîtres teuto-riograndenses et 56 % de luso-brésiliens. La proportion est d’ailleurs plus forte parmi les ouvrières (58 %) que parmi les ouvriers (53 %). Ils constituent plus de la moitié du contingent et occupent des postes de tout échelon à l’intérieur de l’établissement, coudoyant les ouvriers d’autre origine, percevant les mêmes salaires à l’heure ou aux pièces. Mais ce qui n’est pas moins remarquable, et ce qui explique l’élévation du pourcentage de Luso-Brésiliens, c’est que 187 seulement des ouvriers sont nés à Novo Hamburgo ou à São Leopoldo, municipe dont Novo Hamburgo a fait partie jusqu’en 1924. Non seulement 60 % des ouvriers sont venus à Novo Hamburgo, mais la proportion desmigrants n’est que de 49 % pour les Teutos et de 67 % pour les Lusos ; en chiffres ronds sur 5 nouveaux il y a 2 Teutos et 3 Lusos ; 1 Teuto sur 2 et 2 Lusos sur 3 sont nés soit dans un municipe voisin soit même dans l’État limitrophe de Santa Catarina.

102La prépondérance des ouvriers d’origine germanique se retrouve par contre aux usines Plangg : 3 ouvriers sur 5 sont Teutos et on compte une forte proportion d’Allemands ou de naturalisés (dont le fondateur-directeur). Il n’y a guère qu’un ouvrier Luso sur cinq, mais le pourcentage des Italo-Riograndenses est un peu plus élevé. Ce qu’il y a d’intéressant à noter c’est que l’on trouve des Teutos dans toutes les sections de l’usine, que les cadres supérieurs sont allemands et que les spécialités les plus délicates sont aux mains des Teuto-Brésiliens : les modélistes, les mouleurs, les soudeurs, les tourneurs sont tous Teutos, 13 des 15 mécaniciens le sont. Cette usine a donc la particularité de nous représenter, dans sa spécialité moderne, et toutes choses inégales par ailleurs, ce qu’a été la naissance de l’industrie rio grandense grâce à des techniciens allemands ou d’origine allemande avant que les autres éléments n’accèdent à la spécialisation. Mais ce qui n’est pas moins caractéristique c’est la géographie du recrutement de cette usine : dans tout son personnel il n’y a que 22 ouvriers nés à Novo Hamburgo ou à São Leopoldo (26 %) : 1 Luso et 21 Teutos. Autrement dit 60 % des Teutos, 95 % des Lusos et bien entendu 100 % des Allemands et des Italiens ont été attirés vers Novo Hamburgo par le développement de l’industrie ; ils proviennent soit des colonies voisines soit de la Dépression Centrale.

2. A Pôrto Alegre

103Si la petite ville devenue centre industriel et foyer d’appel ; de population a été transformée en zone de contact entre éléments d’origines différentes, c’est évidemment à Porto Alegre que l’on trouve le maximum de diversité parmi les habitants, puisque les Vieux Riograndenses y sont côtoyés par des « étrangers » originaires de tous les pays, de tous les continents : Allemands, Italiens, Suisses, Hongrois, Polonais, Suédois, Roumains, Turcs, Syriens ou Libanais, Sud-Américains et descendants d’Africains.

104N’en rencontre-t-on pas un grand nombre dans les usines ? Celles-ci ont engagé en moyenne deux fois plus de personnel nouveau de 1940 à 1949 que de 1930 à 1939. Certes les usines Renner, par exemple, ont conservé quelques-uns de leurs premiers ouvriers ou contremaîtres d’origine germanique, venus de Cai avec le fondateur en 1916, certes les nécessités techniques ont imposé le recours à des spécialistes étrangers, souvent Allemands, mais les Teuto-Riograndenses ne représentent que le double des Italiens et à peine plus du quart du personnel ; il y en a un bon tiers de Lusitaniens et un cinquième d’autres origines, surtout polonaise. Le personnel féminin constitue une grosse majorité (70 %) mais son pourcentage varie fortement suivant son origine : 57 % d’Italiennes, 66 % d’Allemandes, 78 % de Lusitaniennes.

105Le recrutement s’est-il donc effectué surtout sur place ? Or si l’on ne compte que 14,5 % d’étrangers, 22,8 % seulement des personnes employées sont nées à Porto Alegre mais 62,7 % ailleurs dans le Rio Grande ou dans un autre Etat brésilien. Certains ouvriers proviennent bien de petites villes comme Caxias, Taquara ou Montenegro, mais il s’agit encore d’un exode rural, réalisé en deux temps puisque la population des chefs-lieux a connu un accroissement plus que proportionnel à celui de l’ensemble du Municipe. Les ouvriers pôrto-alegrenses sont d’anciens ruraux en majorité, de nouveaux citadins pour les deux tiers, et tous des hommes d’origines, de cultures et de mentalités différentes entre elles. L’hétérogénéité de cette classe est même croissante.

106Si nous entrons par exemple dans une des sections de tissage des usines Renner nous trouvons 190 ouvriers et ouvrières dont 3 sont Allemands, 45 Teuto-Brésiliens, 37 Italo-Brésiliens, 56 Luso-Brésiliéns et 49. Polonais et Polono-Brésiliens, Russes, Hongrois, Libanais, Espagnols, etc. Non seulement leur langue commune est le portugais mais à partir des relations professionnelles s’établissent des contacts entre les divers groupes. Pour tous l’usine est le lieu de découverte des autres ethnies et des autres cultures.

b. L’usine est un melting pot

1. Les mariages mixtes

107La nouvelle condition ouvrière favorise sans doute la constitution de familles mixtes, assurément beaucoup plus nombreuses que dans les colonies rurales, comme nous l’indique le tableau suivant sur lequel nous avons porté pour chaque sexe et chaque ethnie l’origine du conjoint des ouvriers et des ouvrières de Renner.

108Les hommes sont plus fidèles à leur ethnie que les femmes sauf les Polonais et les autres étrangers minoritaires. Les femmes, elles, épousent plus volontiers des hommes d’autre origine, et c’est en ce sens que l’usine développe l’exogamie — les ouvrières d’origine germanique se marient plus volontiers que celles d’origine lusitanienne en dehors de leur ethnie, celles d’origine italienne encore plus et celles d’origine polonaise encore plus. Elles épousent de préférence des Luso-Brésiliens. Il y a relativement peu de mariages entre descendants d'Allemands et d’Italiens, le fait mérite d’être retenu ; mais il y a de nombreux mariages mixtes. L’usine semble donc bien être un melting pot.

109Il ne faut cependant pas surestimer ce rôle, car le degré d’endogamie reste plus élevé parmi ces ouvriers que dans l’ensemble des conjoints unis à Porto Alegre à la même date. Il est vrai que le tableau ci-dessus porte sur des ménages constitués parfois depuis longtemps et non sur les mariages de l’année. Les pourcentages d’endogamie ouvrière correspondent en gros à ceux de 1910 pour l’ensemble de la population pôrto-alegrense. Ce « retard » est sans doute causé par la réaction que provoquent chez les anciens ruraux les premiers contacts avec d’autres ethnies.

2. L’identité de vie

  • 49 Hoermeyer, Breschreibung, p. 68 ; Ave Lallemant, Reise, p. 175 ; Tschudi, Reise, p. 13 ; Gerstaecke (...)

110Quoi qu’il en soit les différences s’estompent peu à peu et les ressemblances tendent à s'affirmer, puisque tous les ouvriers ont les mêmes intérêts et les mêmes salaires. Il ne peut plus y avoir-de favoritisme ethnique à cet échelon, et un Luso-Brésilien gagne plus chez Renner qu’un Italo ou un Teuto-Brésilien si sa qualification ou sa productivité sont supérieures. Bien entendu les qualités « allemandes »49 de discipline, d’ordre, de travail, d’honnêteté ne sauraient nuire aux ouvriers s’ils les possèdent.

111Il nous était impossible de faire une étude sur le niveau de vie des ouvriers, mais nous pouvons au moins relever quelques indications sur l’évolution de leur salaire pendant et depuis la guerre. Voici par exemple le salaire de 3 tisserands chez Renner. Ils portent respectivement les numéros 137, 147 et 123 de leur section. Le premier est un Allemand, né en 1921, arrivé au Brésil en 1927, entré à l’usine en 1937, il a épousé une femme luso-brésilienne. Le second est un Teuto-Brésilien né à São Leopoldo en 1929, entré à l’usine en 1943. Le troisième est aussi Teuto-Brésilien, né en 1932 à Porto Alegre, entré à l’usine en 1948.

112On peut noter la fréquence avec laquelle les salaires ont été augmentés (8 fois en moins de sept ans), c’est-à-dire réajustés à cause de l’inflation que nous avons signalée en son temps. Le même employé qui gagnait 25 cruzeiros par jour en 1945 en gagnait 60 en 1950, soit 1.440 cruzeiros par mois au lieu de 600 ; celui qui touchait 22 cruzeiros en gagnait 52, soit 1.264 par mois contre 528 cinq ans plus tôt ; le nouvel ouvrier passait en deux ans de 20 à 32 cruzeiros par jour. Les salaires industriels sont évidemment plus mobiles que la rétribution de l’agriculteur, mais il ne nous est pas possible de dire si l’ouvrier a finalement un niveau de vie supérieur à celui du colon. Il faudrait des enquêtes que seuls pourraient conduire des instituts puissamment outillés.

113La grande ville attire sans doute d’anciens ruraux en nombre croissant, nous ne pouvons cependant pas affirmer que ce soit par ses salaires nominalement élevés car ces migrants internes ne vont pas tous à l’usine.

114D’autre part l’exode rural en provenance des anciennes colonies germaniques est réduit par le filtrage qu’y opèrent les petites villes industrielles, où les salaires sont moins élevés qu’à Porto Alegre, surtout pour les femmes dans les manufactures de chaussures. On y trouvait en effet en 1950 des taux horaires de 1,50 à 2 cruzeiros pour les auxiliaires. Il est vrai que les ouvriers spécialistes gagnaient presque autant qu’à Porto Alegre (6 cruzeiros) et que les cadres, dont le salaire mensuel oscillait entre 1.400 et 4.000 cruzeiros avaient un niveau de vie supérieur. Si un bon ouvrier gagnait 1.150 cruzeiros par mois, un fondeur ou un modéliste en gagnait de 2.000 à 2.500, un comptable de 2.200 à 3.100, un chef de section 4.000.

  • 50 Gonçalves, A. Colonia, Correio do Povo, 11 février 1955.

115Bien que ces salaires soient supérieurs aux recettes des familles rurales, même celles qui sont en surnombre dans les anciennes colonies ne se laissent pas toutes tenter par la ville : tous les descendants de colons qui le peuvent vont s’établir en zone pionnière. Ce sont les plus aisés car on estime à 200.000 cruzeiros en 1955 le capital nécessaire à l’achat d’un lot, des instruments et du cheptel50. Sauf dans le cas exceptionnel d’une vocation irrésistible seuls vont vers les villes les fils de colons qui n’ont pas les moyens de rester agriculteurs en s’installant à leur compte en zone pionnière. Peut-être gardent-ils une certaine nostalgie de la vie communautaire qu’ils menaient dans leur colonie natale, puisqu’ils tendent à se grouper après leur installation à la ville.

116Ce n’est pas tellement leur agglomération dans les quartiers résidentiels populaires des environs qui maintient une certaine solidarité entre eux, car les habitants voisins sont souvent d’origine différente, comme le montre le tableau ci-dessous, établi d’après la résidence d’employés de Renner appartenant à 3 sections différentes. Voici leur répartition dans 3 rues du quartier ouvrier ou à la périphérie de la ville (Niteroi) :

Rues

Lusos

Teutos

Italos

Pot.

R. Fred Mentz

11

8

5

1

R.D. Margarida

13

13

6

1

R. Pernambuco

17

18

8

9

Niteroi

11

10

2

4

Total

52

49

21

15

 %

37 %

35 %

15 %

11 %

117Ils se répartissent dans ces rues à peu près suivant les mêmes pourcentages qu’à l’usine. Ainsi les rapports nés de la profession et du voisinage sont-ils favorables à l’élaboration d’une société nouvelle par le brassage des ethnies comme par l’établissement de points de contact et de fusion entre les traditions et les cultures différentes.

  • 51 Willems, A Aculturação, p. 558.

118Ce qui continue à singulariser les ouvriers d’origine germanique, ce sont des caractéristiques individuelles, comme la manière de penser ou de juger, l’attachement à certaines coutumes ou certaines distractions51. C’est par exemple dans des réunions récréatives, sportives ou culturelles qu’ils rencontrent des éléments de même origine appartenant à d’autres classes sociales, dont ils ne sont pas sans subir l’influence, dans la mesure où elle est supérieure à celle de la profession ou dans la mesure où elle apporte une compensation à la vie la plus quotidienne.

B. Les classes dirigeantes

119De même qu’il n’y à pas de classe ouvrière allemande dans le Rio Grande do Sul, de même il y a seulement des chefs d’entreprises Allemands ou d’origine allemande parmi d’autres, d’origine lusitanienne ou italienne, comme il y a des descendants d’Allemands parmi d’autres Riograndenses dans les. professions libérales.

120Ce que nous pouvons observer c’est d’une part leur rayonnement dans la classe à laquelle ils appartiennent ou dans la société, c’est d’autre part l’ascension sociale que représente leur accès à des fonctions publiques ou à des situations enviables.

a. Les chefs d’entreprises d’origine germanique

1. Ils font partie de La Société

121Les Teuto-Riograndenses occupant les positions que l’on sait dans le commerce, dans l’industrie et dans les organismes corporatifs comme les Associações Comerciais et le Centro Fabril, ils ont conquis peu à peu une situation aussi éminente dans La Société.

  • 52 Daudt, Brasileiros de cabelos loiros e olhos azuis, 1952, 222 p. Leur influence est déjà ancienne :(...)

122Il faut un volume entier pour passer en revue les divers secteurs de leur activité ou pour citer seulement les noms des principales personnalités d’origine allemande qui font partie de la société riograndense52. Il nous suffira d’indiquer quelques-uns des aspects les plus caractéristiques du rôle de l’élite sociale teuto-riograndense.

  • 53 Grothe, Im Kamp, Sur A. Bins (1869-1957) cf. : p. 412 ; Album Comemorativo, p. 25, Ludwig, Viagens,(...)

123Nous pouvons évoquer par exemple, celui d’un commerçant comme B.F. Mentz, celui d’un industriel comme A. J. Renner ou celui du major A. Bins à la fois commerçant, industriel et homme politique. Comme fondateur et président d’innombrables sociétés, comme député ou comme administrateur du municipe de Porto Alegre, comme commissaire de l’Exposition du centenaire Farroupilha en 1935, aussi bien que comme membre d’associations culturelles ; Riograndense d’origine allemande, avoué et fier de l’être, il a joué un rôle éminent dans la vie du Rio Grande et beaucoup fait pour le rayonnement du germanisme53.

  • 54 Sur B. Mentz cf. : Notice nécrologique, Correio do Povo, 21 août 1954.

124Mentz a fait davantage encore, surtout dans le domaine culturel54. Féru de généalogie et d’histoire de la colonisation il avait accumulé chez lui tant d’ouvrages et de journaux qu’il dut louer un appartement puis une maison pour y abriter ses archives et sa bibliothèque. Grâce à son prestige personnel et à son loyalisme qui ne fut jamais mis en doute, ses documents ne furent ni éparpillés ni détruits pendant la dernière guerre. Il en a enrichi la Fondation F. Mentz qui doit survivre à son créateur et rendre de précieux services aux chercheurs.

  • 55 Pellanda, A. J. Renner, um Capitão da Industria, 125 p.

125Renner enfin est le type même du grand chef d’entreprises, son influence dépasse les plus larges limites de la profession et s’étend à tous les domaines55. Il vient d’être désigné comme l’un des dix Brésiliens méritant le titre de « Homem de Visio de 1956 ». C’est lui qui avait été choisi comme député corporatif à l’Assemblée des représentants après la première révolution du Président Vargas dont il fut l’un des conseillers pour la politique sociale et la législation travailliste. (Voir photo 34, pl. XI.)

  • 56 Pimentel, Aspectos Gerais de Porto Alegre, p. 136.
  • 57 Idem, ibident, p. 150.
  • 58 Correio do Povo, 7 juin 1949. Daudt, Brasileiros, p. 110.
  • 59 Pellanda, A. J. Renner, p. 112-113 ; Daudt, Brasileiros, p. 114.

126Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il rejoignit la ligne tracée précédemment par l’un des plus remarquables députés teuto-riogran denses, L. Collor, qui avait été aussi l’un des restaurateurs de l’Académie Riograndense des Lettres56. L’opinion de Renner compte partout, soit qu’il l’exprime dans la presse, soit qu’elle oriente les délibérations de ses pairs dans les Conseils d’administration, soit qu’il expose une question et propose des solutions dans une causerie au Rotary Club (fondé en 1928), où il rencontre chaque semaine nombre d’autres Teuto-Riograndenses. Et l’immeuble même où se tiennent ces réunions est celui du Clube do Comercio, cadre somptueux de toutes les grandes manifestations mondaines, le premier gratte-ciel de Porto Alegre, construit sous la présidence d’un Teuto-Riograndénse (Bulau), par une firme teuto-riograndense57. Une forte proportion des membres actuels, comme des fondateurs en 1896, sont aussi Teuto-Riograndenses58. Il n’est d’ailleurs jusqu’au Country Club, que Renner aida à fonder en 1930 et à doter d’hectares et d’installations, qui ne compte un grand nombre de Teuto-Riograndenses (40 % de ses membres)59. Leur exemple est maintenant suivi par de nombreux Porto Alegrenses d’autre origine car il est de bon ton de jouer au golf ou du moins de fréquenter le Country.

  • 60 Daudt, Brasileiros, p. 96 et sq. Ce sont eux qui ont lancé les stations balnéaires de Tramandai et (...)

127A la génération précédente ce sont encore des Teuto-Riograndenses qui ont lancé la mode des pique-niques, celle des bains de mer ou celle des week-end à la montagne60. C’est autour de leurs chalets que se sont construites les stations de villégiature de Gramado, de Canela (terminus du chemin de fer escaladant le Plateau) et de Nova Petropolis (depuis l’ouverture de la grande route de Pôrto Alegre vers São Paulo).

  • 61 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 174,164,155,170,176 ; Daudt, Brasileiros, p. 117-146.
  • 62 Pimentel, Aspectos Gerais, p. 164 ; Daudt, Brasileiros, p. 214-216.
  • 63 Pimentel, Aspectos Gerais, p. 178 ; Mazeron, O Tiro 4, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2725-2730.
  • 64 Daudt, Brasileiros, p. 199-213.
  • 65 J. Black (1877-1949), immigré en 1902, pionnier de divers sports à Pôrto Alegre et fondateur de la (...)

128De même la plupart des sports ont été introduits par des Allemands ou des descendants d’Allemands et lancés par ceux qui occupaient déjà un rang important dans la société, du cyclisme (1889) au football (1903), du rawing (1888) au tennis (1898) ou aux courses automobiles (1927)61. Imités parfois par les Italiens ils ont recruté de nouveaux adeptes dans la population luso-brésilienne, par exemple pour le yachting62. Le tir au fusil ou au revolver est encore un sport noble introduit par les Teuto-Riograndenses dans les villes, alors qu’il a été extrêmement populaire dans toutes les colonies allemandes63. De même pour la chasse, où le Lederstrumpf et le Club international de chasseurs (1899) furent constitués uniquement ou essentiellement par des Teuto-Riograndenses. D’autres ont introduit et développé la natation et l’athlétisme, et la plupart des champions sont encore d’origine germanique64. Le scoutisme a été importé dans le Rio Grande par un Allemand professeur de gymnastique65.

  • 66 Daudt, Brasileiros, p. 84-87.
  • 67 Idem, ibidem, p. 88-89. Senna, O que deve o Brasil, p. 34, 40, 46, 48 ; Sommer, O Intercambio Liter (...)

129La danse rythmique ou classique, comme la musique sont des arts cultivés surtout par des Teuto-Riograndenses de la haute société66. Ceux-ci ont encouragé des peintres, des graveurs ou des photographes d’art qui ont donné des images du Rio Grande contemporain ou cherché leur inspiration dans son folklore dont Koseritz fut le premier compilateur et A. Meyer est aujourd’hui le meilleur connaisseur, ou dans des chapitres d’histoire que nombre d’érudits teuto-riograndenses ont écrits, comme Teschauer, Hafkemeyer, Jaeger, Rambo, Simch, etc.67.

130On pourrait encore multiplier les indications et les noms qui prouvent l’intégration de tous les descendants d’Allemands dans la vie riograndense dans ses grandes villes et en particulier dans la capitale.

2. Ils restent des traditionalistes

  • 68 Py, A Colina, p. 237 ; Idem, O Nazismo, p. 8 ; Lambert, AS Colonias Alemães, Estado de São Paulo, 1 (...)

131Il convient cependant de rappeler que nous retrouvons les mêmes noms d’une part sur les fameuses listes noires des années de guerre et d’autre part sur celles des membres des sociétés « allemandes » de bienfaisance ou d’éducation, dans les associations cultuelles ou culturelles germaniques. On a pu y voir pour ces Teuto-Riograndenses un moyen aisé d’acquérir les connaissances techniques et les relations personnelles leur permettant de copier et d’introduire au Brésil des procédés modernes de production industrielle, grâce auxquels ils réalisaient leur fortune. On a pu y voir aussi l’une des raisons de l’opposition de certains membres de l’élite teuto-riograndense à la pénétration politique du IIIe Reich, qui joua elle-même des rivalités individuelles68.

  • 69 Koseritz, Bilder, p. 237 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 123.
  • 70 Willems, A Assimilação, p. 171.
  • 71 Le pourcentage d’Allemands propriétaires dans le quartier aristocratique de Moinhos de Vento a dimi (...)
  • 72 Willems, A Aculturação, p. 367.

132Mais cette attitude ne fut pas favorable à leur intégration dans la communauté brésilienne. Les premiers grands commerçants, Allemands de naissance et de cœur, avaient conservé toute leur sympathie pour leur patrie69. Ils se détournaient du Rio Grande, d’où ils tiraient leur fortune, car ils y rencontraient l’opposition d’une administration indolente, imprévoyante et parfois vénde, qui incamdt le « Brésilien » par opposition à 1’« Allemand »70. Puis ces commerçants ou ces industriels ont été remplacés par leurs fils ou leurs petits-fils, nés au Brésil. Puis d’autres commerçants et d’autres industriels, d’origine italienne ou lusitanienne sont apparus, non sans leur faire quelque concurrence, jusque dans leurs propres quartiers de résidence, construisant à leur tour des « palacetes » ou des villas modernes aussi magnifiques71. Ce fut peut-être l’une des raisons de leur retour à la culture allemande, car c’est en faisant jouer une certaine solidarité ethnique et en poussant leurs études dans des établissements allemands, soit sur place, soit en Allemagne à partir de la lin du xixe siècle qu’ils espéraient affermir leurs positions ou en conquérir de nouvelles sur le marché intérieur72.

  • 73 PY, O Nazismo, p. 9-10 ; Idem, A Coltina, p. 232-238 ; Bercht, Grundsatzliche Betrachtungen zur Ans (...)
  • 74 Souza, Denuncia, p. 85 ; Py, O Nazismo, p. 8, 46-52.

133La première guerre mondiale qui leur apporta une prospérité durable leur avait valu quelques ennuis, si bien que certains de ces « capitalistes » teuto-riograndenses, fils ou petits-fils d’émigrés, se sentirent de nouveau Allemands et accueillirent sans défaveur la propagande national-socialiste, au moment même où la compétition dans le domaine économique opposait des groupes ethniques autant que professionnels. Ce fut une des raisons de l’appui qu’ils prêtaient à l’Anschluss des associations teuto-brésiliennes auquel ne s’opposèrent que de rares personnalités d’origine allemande73. Enfin cette exaltation du travail allemand et des qualités allemandes était à la fois le moyen de retenir le prolétariat sur la pente de l’assimilation et celui de s’en distinguer par une germanomanie en grande partie affectée mais bientôt redoutable car l’administration brésilienne associa traditionalisme germanique et nazisme dans sa lutte pour la nationalisation des descendants d’immigrants74.

134Ce traditionalisme était pourtant très menacé par l’abandon des communautés religieuses, par les progrès du portugais, par l’opposition à l’intérieur de l’ethnie entre les ruraux et les citadins, entre les prolétaires qui prenaient progressivement une conscience de classe et les chefs d’entreprise qui l’avaient déjà, entre leur position réactionnaire et celle plus dynamique des descendants de colons, d’artisans ou d’employés, bref des Teuto-Riograndenses les plus humbles mais les plus nombreux qui recoururent à l’enseignement officiel comme à un moyen de s’élever socialement, fût-ce au détriment du Deutschtum.

b. Les diplômés

1. L'enseignement primaire et secondaire

  • 75 Nous avons déjà vu l’exemple de Mazeron à Santa Cruz (ci-dessus p. 441). C’étaient les collèges de (...)
  • 76 C’est assurément l’un des facteurs décisifs de l’assimilation (Willems, A Aculturação, p. 408).

135Nous verrons ci-dessous le prix que le gouvernement brésilien a attaché à la diffusion du portugais dans les colonies germaniques et l’effort qu’il a déployé depuis 1937 pour y multiplier les écoles primaires. Les lois de nationalisation de l’enseignement ont englobé les établissements secondaires (ginasios et colegios, qui correspondent en gros aux1er et 2e cycle de nos lycées), dont la situation est maintenant l’inverse de ce qu’elle fut jusqu’au début de ce siècle où ils recevaient non seulement des descendants d’immigrants mais des élèves d’autre origine75, en particulier des Luso-Brésiliens qui désiraient apprendre l’allemand ou recevoir une éducation soignée en même temps qu’une instruction plus poussée. Les hauts fonctionnaires luso-brésiliens ne sont pas rares qui à 50 ans passés comptent encore en allemand. Si les établissements teuto-riograndenses jouissent toujours d’une réputation favorable, ce n’est plus pour enseigner en allemand. Au contraire, la nationalisation de l’enseignement a favorisé l’intégration des nouveaux venus et leur accession aux cadres moyens de l’économie ou de l’administration pour lesquels on exige une culture générale correspondant à notre baccalauréat. Ce fait social est d’autant plus important qu’il gagne en étendue et touche une masse de plus en plus nombreuse, qui trouve tous les avantages à cette nouvelle organisation de l’enseignement, y compris des avantages matériels dont l’importance ne saurait être négligée76.

2. L’enseignement supérieur

  • 77 Sur la liberté de profession et l'« antidoutorismo » du Président, voir Annaes da Assembleia, 1911, (...)
  • 78 Listes aimablement communiquées par le Secrétariat général de l’Université du Rio Grande do Sul.

136D’autre part le xxe siècle a été marqué par la création d’écoles supérieures et de Facultés à Porto Alegre, à Pelotas, à Santa Maria. Les premiers établissements riograndenses d’enseignement supérieur ont été créés en 1899 et en 190077. Jusque là les Luso-Brésiliens eux-mêmes devaient faire leurs études en Europe ou dans les, premières Facultés du Brésil (Bahia, Minas Gerais, São Paulo). Les colons ne pouvaient évidemment pas envoyer leurs fils si loin. Mais les Facultés s’étant rapprochées, elles furent fréquentées par des descendants d’immigrants, d’abord ceux qui résidaient dans les villes universitaires. Puis le goût des Teuto-Riograndenses pour les diplômes s’est développé lorsque la disparition du Gouvernement positiviste entraîna celle de la liberté de profession et que les parchemins brésiliens furent devenus nécessaires à l’exercice des professions libérales ou à l’entrée dans le cadre des fonctionnaires. L’amélioration des transports rapprocha encore les Facultés des fils d’agriculteurs. La hausse des prix agricoles leur permit de supporter les dépenses d’un séjour à la ville, encore que la plupart des étudiants inscrits gagnent maintenant leur vie. Cette démocratisation de l’enseignement supérieur se traduit par le nombre de Teuto-Riograndenses, nés dans les colonies rurales et diplômés par les principales Facultés et Ecoles supérieures de Pôrto Alegre78. (Voir photo 35, pl. XI.)

137De sa fondation en 1914 jusqu’en 1950, la Faculté d’agronomie a délivré son diplôme à 266 ingénieurs dont 43 étaient d’origine teuto-brésilienne. Cette proportion (16 %) est relativement faible, parce que le milieu teuto-brésilien a longtemps négligé cette science. C’était la période où les colons trouvaient presque à volonté des terres vierges dans le Nord de l’Etat et où la conservation de la routine agricole dans le cadre de la petite propriété n’avait pas encore révélé ses inconvénients. Le nombre des diplômés s’est élevé sensiblement à partir de la seconde guerre mondiale : sur 115 étudiants diplômés de 1943 à 1950, 30 sont d’origine teuto-brésilienne soit 26 %, pourcentage supérieur à celui de la population teuto-riograndense par rapport à la population totale.

138De même il n’y a eu que 40 docteurs vétérinaires d’origine germanique sur 161 diplômés entre 1926 et 1950. Mais ils sont devenus plus nombreux dans les dernières années : de 1940 à 1950 il y en a eu 37 sur 89, soit 41 %. C’est d’autant plus significatif des progrès des Teuto-Riograndenses que l’élevage est dans l’ensemble entre les mains des grands propriétaires luso-brésiliens et que les vétérinaires font carrière dans l’administration de la Fédération ou de l’Etat (Ministère fédéral ou Secrétariat à l’Agriculture, section de défense sanitaire animale).

139Dans le domaine de la technique, l’Ecole d’ingénieurs, fondée en 1900, a formé jusqu’en 1950,641 ingénieurs civils. Sauf quelques exceptions, c’est seulement à partir, de 1914 que des Teuto-Riograndenses s’y sont inscrits, 7 entre 1900 et 1913,139 depuis 1914 ; ils représentent donc au total 22 % des effectifs. Mais de 1940 à 1950, ils ont été 81 sur 205, soit 39 %. Le même progrès se retrouve dans la section des ingénieurs mécaniciens et électriciens : 41 sur 154 entre 1911 et 1950 dont 20 sur 73 entre 1940 et 1950 (27 %). C’est parmi les ingénieurs chimistes qu’il y a la plus grande proportion de Teuto-Brésiliens : 60 sur 157 entre 1923 et 1950 soit 38 %, avec progrès depuis 1943, 49 sur 60 (81 %).

140Des spécialisations plus récentes, comme les mines, ont été adoptées par 7 Teuto-Riograndenses sur 21 entre 1947 et 1950, et l’architecture par 4 sur 13 en 1949-1950. Parmi les élèves immatriculés en 1950 on trouve les proportions suivantes :

Ingénieurs civils

74 sur 263 soit 28 % de Teuto-Brésiliens ;

Ingénieurs mécaniciens et électriciens.

70 sur 190 soit 36 % —

Ingénieurs chimistes

18 sur 64 soit 28 % —

Ingénieurs des mines.

11 sur 50 soit 22 % —

Architectes

30 sur 90 soit 33 % —

141Bien plus, 23 % des professeurs titulaires de l’Ecole d’ingénieurs et 28 % des assistants sont des Teuto-Brésiliens.

142Les comptables diplômés se sont largement, recrutés dans les milieux d’origine teuto-brésilienne (111 sur 572), mais plus encore depuis la veille de la deuxième guerre mondiale (106 sur 424 de 1934 à 1948, soit 25 %) et spécialement grâce au cours supérieur de comptabilité (43 %). Mais quelle que soit la faveur dont a joui la comptabilité à cause des débouchés qu’elle offre dans les affaires, de nombreux étudiants d’origine allemande se sont orientés vers les sections récentes de la Faculté d’économie : section des sciences économiques (26 %), section d’administration et de finances (21 %). Les Teuto-Brésiliens contribuent à constituer les cadres de l’économie et de la technique plus que proportionnellement à leur pourcentage dans le Rio Grande.

143Nous en retrouvons un grand nombre dans les professions libérales. Ils ont fourni le quart des pharmaciens, des dentistes (96) et des médecins (186) diplômés par la Faculté de Porto Alegre. C’est parmi les avocats que leur pourcentage a été le plus faible (seulement 14 %) parce que le Droit était par excellence le domaine du « Bacharel » ou du « Doutor », des Luso-Brésiliens qui formaient les cadres de la magistrature, de l’administration et de la vie politique. 28 Teutoi-Riograndenses seulement avaient été diplômés de 1900 à 1929,162 de 1930 à 1945 (85 % du nombre total). Ils prennent l’avantage dans cette course au diplôme puisque 71 % des licenciés en droit teutorio-grandenses sont sortis de la Faculté depuis 1935 (135 sur 190), alors que le pourcentage du contingent pris dans son ensemble est de 62 % pour la même période.

144Quant à la dernière des Facultés, celle de Philosophie, qui correspond à nos Facultés des Lettres et des Sciences, elle est destinée essentiellement à former des professeurs d’enseignement secondaire. Fondée en 1944, elle a diplômé jusqu’en 1950 260 étudiants dont 89 Teuto-Riograndenses (soit 34 %). Les étudiants d’origine allemande représentent 70 % des effectifs pour les langues anglo-germaniques, 48 % pour les lettres classiques, 18 % pour les langues néo-latines, 32 % pour l’histoire et la géographie, 22 % pour l’histoire naturelle, 22 % pour les mathématiques, 21 % pour la philosophie. Là aussi la contribution des Teuto-Riograndenses est plus que proportionnelle à leur pourcentage dans l’Etat.

145La Faculté de Philosophie est encore trop récente pour que l’on puisse observer son évolution, mais dans toutes les autres on peut noter l’accroissement sensible du nombre des Teuto-Brésiliens entre 1930 et 1940. Ils accèdent même aux chaires de l’enseignement supérieur public. S’étant d’abord portés vers les établissements destinés à former des cadres techniques et commerciaux, ils se sont ensuite inscrits à la Faculté de Droit, par exemple, d’où sortaient les administrateurs et les hommes politiques. A leur tour les Teuto-Brésiliens anciens étudiants de la Faculté de Droit sont devenus hauts fonctionnaires ou ont été élus députés dans leurs circonscriptions d’origine : ils forment maintenant les cadres de la population rurale dont ils sont issus et qui jusque-là n’avait trouvé de chefs qu’en dehors d’elle.

146C’est l’un des faits les plus importants de l’histoire des anciennes colonies allemandes et l’un des facteurs décisifs de la transformation contemporaine du Rio Grande do Sul. Mais l’ascension sociale des descendants d’immigrants, qui s’est faite grâce à leur adaptation au nouveau milieu, n’a pas été sans modifier leurs groupes naturels. Socialement, culturellement, ethniquement même les classes qui montent ne sont plus constituées comme au xixe siècle, en particulier parce-que la cellule de base, la famille teuto-riograndense, s’est elle-même modifiée entre temps, étant à la fois agent et objet de cette transformation.

3. L’ÉVOLUTION DE LA FAMILLE TEUTO-RIOGRANDENSE

147Dans le Rio Grande do Sul, comme dans tout pays d’immigration, la famille a constitué la cellule fondamentale pour les nouveaux venus. Mais au XIXe siècle c’était en zone rurale, en zone pionnière, qu’ils devaient s’installer. La famille, repliée sur elle-même, a donc joué un rôle social essentiel.

  • 79 Il convient de ne pas oublier qu’en raison de la structure des colonies les habitants de deux Picad (...)
  • 80 Le seul calcul effectué le fut par Porzelt dans la paroisse catholique d’Ijui de 1899 à 1932 : la m (...)

148Jusqu’à l’apparition récente des autobus, le seul moyen de locomotion a été le cheval, ce qui limitait les déplacements. On rencontrait rarement les gens du voisinage et jamais ceux qui habitaient à plus de dix kilomètres79. Dans les colonies les plus récentes la reprise du cycle pionnier amena les colons de la troisième et de la quatrième génération à vivre presque comme les immigrants du milieu du xixe siècle. Aussi la famille teutorio-grandense a-t-elle longtemps conservé une cohésion et une homogénéité remarquables. Mais on est facilement resté sur l’impression que les immigrants allemands et leurs descendants répugnaient aux mariages mixtes et que leur conception de la famille était l’une des principales causes de leur ségrégation. Avant de porter un jugement, ne conviendrait-il pas d’essayer de retracer l’histoire de l’endogamie dans les établissements germaniques et même d’abord de la mesurer, ce qu’on a généralement négligé de faire80.

  • 81 Nous avons toujours appliqué le critère « Père et Mère de même origine ». Donnant seulement des chi (...)

149Quelle est l’origine des conjoints ? Combien y a-t-il de mariages mixtes ? Ce sont les questions auxquelles nous avons essayé de répondre en recourant aux documents authentiques. Les actes de mariage contiennent le nom, les prénoms, la date et le lieu de naissance, la nationalité, la résidence, la profession et parfois la religion des conjoints et de leurs parents. Ils nous permettent donc de calculer avec certitude les pourcentages de mariages ethniquement purs ou mixtes81. Ainsi les registres d’état civil nous indiquent-ils non seulement la composition des familles mais leurs coutumes, leurs préférences et leurs tabous.

  • 82 A Pôrto Alegre même nous avons étudié plus de 6.000 actes de mariage. Ces chiffres d’ensemble sont (...)

150Nous avons dépouillé plusieurs milliers d’actes de mariage dans un certain nombre de districts choisis d’après l’âge des colonies auxquelles ils appartiennent et d’après leur situation, suivant qu’ils sont villageois ou ruraux, situés au centre d’une colonie homogène ou à sa périphérie, au contact d’autres ethnies. Nous avons fait de même à Porto Alegre, pour y suivre l’évolution matrimoniale des descendants d’immigrants dans une grande ville82.

A. Dans les colonies

151Sauf de très rares exceptions l’endogamie est encore prépondérante dans l’ensemble des Colonies allemandes puisque 71,5 % des mariages contractés par des Teuto-Riograndenses sont ethniquement purs, comme nous l’indique le premier examen des taux d’homogénéité des mariages célébrés entre 1946 et 1950 dans les districts considérés (colonne 1).

152Le premier groupe comprend les districts où le pourcentage d’endogamie est supérieur à 80 %. Ce sont des districts situés dans de nouvelles colonies comme dans des anciennes, mais tous au centre de régions essentiellement teuto-brésiliennes (nos 1 à 5).

153Un second groupe est constitué par des districts situés à la périphérie des colonies, près des zones de peuplement lusitanien ou italien (nos 6 à 8). L’homogénéité y oscille, en gros entre les deux tiers et la moitié.

154La proportion la plus faible, un tiers en chiffres ronds, se trouve non pas dans les villes du Rio dos Sinos (no 9) mais sur le Plateau, dans une colonie relativement récente et de peuplement mixte (no 10). Apparemment Erechim forme exception, car d’autres colonies nouvelles présentent des taux d’endogamie doubles ou triples, plus proches de ce qu’ils ont été dans l’ensemble des colonies au xixe siècle.

155En effet, si nous comparons à sa valeur actuelle la moyenne du taux d’endogamie calculée pour toute la période étudiée (colonne 2), nous constatons que la secondé lui est de beaucoup supérieure et en moyenne (84,9 %) et dans presque toutes les colonies, surtout dans les plus anciennes. Nous commencerons par celles qui nous offrent la plus longue période d’observation ; comme le taux moyen d’endogamie y est maintenant plus faible qu’au xixe siècle, sans doute nous révèleront-elles l’importance, le rythme et les lois de ses variations.

a. Dans les anciennes colonies

1. São Leopoldo

156Le municipe de São Leopoldo, qui fut constitué le premier, a contenu et contient encore dans ses limites des districts qui présentent les caractéristiques des différentes situations et des diverses phases de cette évolution.

157Le district de Dois Irmãos, entouré de tout côté par des colonies identiques, a été défriché à partir de 1828 sur les premiers replats du bord de la Serra. Les terres étaient riches, les habitants tous agriculteurs, les communications malaisées jusqu’à l’ouverture de la route fédérale en 1944. C’est encore un district rural, essentiellement agricole, purement germanique.

  • 83 Il y a eu 4 mariages entre membres de confessions différentes en 1896, 6 en 1906, aucun les autres (...)

158De 1896 à 1946, 99,7 % des mariages ont été contractés par des Teuto-Brésiliens et 86,4 % des conjoints hommes étaient agriculteurs. Les mariages ethniquement mixtes ont été très peu nombreux et pendant la même période l’endogamie a eu une valeur moyenne de 98 %83. Si forte qu’elle paraisse, elle était normale, car les candidats au mariage ne pouvaient guère trouver de conjoints allogènes autour d’eux.

159Le district de Lomba Grande, qui a appartenu au municipe de São Leopoldo jusqu’à son récent rattachement à celui de Novo Hamburgo, présente des conditions différentes. Son sol gréseux et parfois marécageux est moins favorable à l’agriculture que celui de Dois Irmãos. Situé à la périphérie de l’ancienne colonie il jouxte la prairie occupée par des éleveurs luxo-brésiliens. Rattachée à São Leopoldo grâce à Une route moins mauvaise que d’autres, la bourgade a pu pratiquer l’artisanat du cuir. Les Teuto-Riograndenses y constituent les deux tiers des habitants et sont agriculteurs pour les sept dixièmes. Ils ont fourni 63 % du nombre total des conjoints dans les mariages célébrés entre 1906 et 1950.

  • 84 Tschudi, Reisen, p. 32.

160Au cours d’une première phase, au xixe siècle, l’homogénéité du peuplement germanique s’est accrue. En effet, ne se sentant pas à leur aise au milieu d’une majorité d’hommes ayant un autre genre de vie et pariant une autre langue, tentés par les prix avantageux qu’ils pouvaient obtenir de leurs terres, les Luso-Brésiliens les vendaient aux colons qui en recherchaient déjà pour y installer leurs enfants84. Ainsi les Teuto-Brésiliens gagnaient-ils vers la périphérie de l’ancienne colonie. L’endogamie, déjà forte, s’y est encore élevée jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale : 91 % en 1906 ? 100 % en 1916, 81 % en 1926, 93 % en 1936.

161Sa réduction, toute récente, a été rapide : 78,2 % en 1946, 57,1 % en 1949. Au cours de cette secondé phase la proportion d’agriculteurs est restée stationnaire. Ce qui a baissé, en même temps que le taux d’endogamie, c’est le pourcentage des conjoints d’origine germanique (68 % en 1936, 52 % en 1949) devant l’afflux de population lusitanienne revenue de la périphérie vers la colonie.

162Dans les bourgs de la vallée du Rio dos Sinos, ce mouvement a été encore plus net. Des Luso-Brésiliens s’y sont installés plus nombreux. Les premiers sont venus comme fonctionnaires, professeurs, etc. D’autres ont pris en mains une partie du commerce urbain. C’est surtout depuis la première guerre mondiale qu’ils ont été attirés par les emplois offerts dans les fabriques et que leur nombre a augmenté régulièrement. São Leopoldo et son satellite Novo Hamburgo sont devenus des centres d’appel de population, en particulier de population luso-brésilienné. Par exemple dans le premier district de São Leopoldo la population luso-brésilienne pure, indiquée par le pourcentage des conjoints de mariages lusobrésiliens homogènes, a augmenté :

1631878 : 34,3 % ; 1896 :40 % ; 1906 : 39 % ; 1916 :26 % ; 1926 : 31 % ; 1936 : 43 % ; 1946 : 45 %.

164Actuellement la population du premier district est aux trois quarts urbaine et les Allemands et descendants d’Allemands qui y résident ne sont agriculteurs que dans la proportion d’un cinquième.

165A la différence de ce qui s’est passé dans les districts purement ruraux que nous avons déjà étudiés, dans le premier district de São Leopoldo deux mariages seulement sur trois (67,4 %) ont été contractés entre Teuto-Brésiliens. Mais ces chiffres, pour expressifs qu’ils soient, ne sont que des moyennes et il convient de suivre l’évolution de leur valeur avec le temps.

166Le coefficient d’endogamie n’a cessé de diminuer tombant de 100 % en 1878 à 49,2 % en 1946, malgré une légère remontée entre 1916 et 1926, car la première guerre mondiale avait arrêté la fusion des ethnies ; puis celle-ci a repris et s’est poursuivie malgré• l’influence de la propagande nationale-socialiste et de la deuxième guerre mondiale. Actuellement à São Leopoldo, sur deux mariages contractés par les Teuto-Brésiliens, un l’est avec une personne d’une autre origine, généralement luso-brésilienne. Ainsi est-ce dans le premier foyer de colonisation allemande du Rio Grande do Sul que se fondent des ethnies différentes.

167Certes l’endogamie est restée constante dans des districts purement agricoles comme celui de Dois Irmãos. Elle a diminué dans d’autres en même temps que la proportion des agriculteurs comme à Lomba Grande. La cause de son déclin serait-elle donc l’abandon de l’agriculture ? Mais, dans le premier district de São Leopoldo la proportion des agriculteurs a toujours été trop faible pour avoir expliqué l’endogamie ancienne. Il y a seulement concomitance entre la diminution de l’endogamie et celle du pourcentage des agriculteurs.

  • 85 Il y a en effet parallélisme entre les deux mouvements ; comme nous le verrons ci-dessous c’est bie (...)

168La correspondance est d’ailleurs beaucoup plus étroite entre la diminution de l’endogamie et celle du pourcentage des mariages contractés par des Teuto-Brésiliens, passé de 65,7 en 1878 à 47,5 en 194685. Cela signifie que la population teuto-brésilienne, qui représentait les deux tiers de la-population du district en 1878, n’en représente même plus la moitié en 1946. Dans des districts périphériques ou urbains, comme celui de Lomba Grande ou de São Leopoldo, l’endogamie a diminué à partir du moment où le pourcentage des mariages contractés par des Teuto-Brésiliens a fortement baissé : l’endogamie n’est inférieure à 80 % que si le nombre de ces mariages est inférieur à 60 % du nombre total. Plus leur pourcentage décroît, plus celui de l’endogamie décroît lui-même et plus il se rapproche de la valeur du premier. La contre-épreuve est fournie par le premier district de São Leopoldo : de 1906 à 1916, le pourcentage d’endogamie a été stationnaire ; il a augmenté de 1916 à 1926 parce que le pourcentage des mariages contractés par des Teuto-Brésiliens est monté de 59,6 % en 1906 à 71,9 % en 19l6 et était encore de 63 % en 1926. Certes on peut retrouver dans le phénomène l’influence de la première guerre mondiale, mais la seconde, en revanche, n’a nullement été marquée par un recul de la fusion ethnique. C’est donc que celle-ci, devenue indépendante des facteurs politiques, était essentiellement bée à la composition de la population locale, comme le confirment les exemples suivants, empruntés à divers municipes ruraux.

2. Autres exemples

169A Teutonia, en plein cœur du pays du Taquari, dans une zone purement rurale, sur une terre riche où 84,3 % des conjoints sont agriculteurs, le pourcentage d’endogamie est toujours de 100 % en 1949, comme celui des mariages contractés par des Teuto-Brésihens. Les conditions qui nous rappellent celles de Dois Irmãos sont telles qu’il ne saurait y avoir d’exogamie.

170A Tres Forquilhas, colonie ancienne isolée au milieu d’une zone luso-brésilienne, l’endogamie n’est que de 76,5 % en 1950 et le pourcentage des mariages contractés par des Teuto-Brésiliens de 51,5 %. Cela correspond à la situation d’un district périphérique comme celui de Lomba Grande.

171Roca Sales est une colonie allemande fondée à la fin du xixe siècle dans la vallée du Taquari, dans une zone rurale riche, mais où il y a eu contact avec les anciennes colonies italiennes. Comme les colons allemands préfèrent cultiver les terrasses fluviales plus fertiles, fis ont vendu les terres des versants aux Italiens qui redoutent moins la déclivité ; et c’est ainsi que la population d’origine italienne est passée de 24 % en 1899 à 31 % en 1929 et à 36 % en 1949. Le coefficient d’endogamie est tombé en vingt ans de 80 % à 51 %.

  • 86 Le fait est d’autant plus intéressant qu’en ville les mariages entre conjoints teuto et italo-brési (...)

172Le pourcentage d’agriculteurs parmi les Teuto-Brésibens est pourtant resté élevé. Mais celui des mariages teuto-brésiliens, qui était de 68,9 % en 1929, est tombé à 59 % en 1949. En comparant les moyennes de Roca Sales pendant cinquante ans à celles de São Leopoldo I pendant soixante-dix ans, nous voyons qu’elles sont très différentes pour le pourcentage d’agriculteurs (90,2 et 21,6), mais qu’en revanche elles sont voisines pour le pourcentage d’endogamie (86,1 et 78,6), parce qu’elles sont très voisines pour le pourcentage de mariages teuto-brésiliens (59,9 et 59,2 %). Il semble d’ailleurs que la fusion se soit faite plus aisément avec les éléments italo-brésiliens qu’avec les éléments luso-brésiliens, non pas à cause de leur race ou de leur langue, mais à cause de la similitude des genres de vie86.

173Ainsi dans toutes les anciennes colonies la chute de l’endogamie est bien régie par une loi statistique.

b. Dans les nouvelles colonies

174Nous y retrouvons confirmation de l’influence de la composition de la population sur les variations du pourcentage d’endogamie.

1. Colonies fondées au xixe siècle

175A Não Me Toque, dans le pays du Haut Jacui, il est encore supérieur à 80 %. Cependant il diminue, surtout depuis 1929, en même temps que la population italo-brésilienne augmente (1/4 en 1949). Il s’agit pourtant d’un district riche, comptant encore en 1949 9/10 d’agriculteurs parmi les conjoints :

  • 87 Le rapport de cause à effet entre ces deux phénomènes nous semble donc établi, d’autant que le pour (...)

176L’agriculture semble si peu déterminer l’endogamie qu’à Panambi où la proportion d’agriculteurs teuto-brésiliens a diminué (84 % en 1917,67 % en 1949) le coefficient d’endogamie a augmenté de 80 à 94 % en même temps que le nombre des mariages teuto-brésiliens passait de 51 % à 67 %87. C’est-à-dire que la population teuto-brésilienne qui représentait la 1/2 de la population en 1917 en représente les 2/3 en 1949. Isolés au milieu d’une population d’éleveurs luso-brésiliens, les côlons allemands les ont refoulés à la périphérie de leur propre zone d’influence, comme ils l’avaient fait cent ans plus tôt à Lomba Grande.

177L’exemple d’Ijui est des plus intéressants parce que nous pouvons y retrouver deux phases : l’une où le nombre des mariages teuto-brésiliens augmente de 42 % en 1900 à 66 % en 1925 et où l’endogamie augmente parallèlement de 86 % à 89 % ; l’autre où les mariages teuto-brésiliens et l’endogamie descendent à 57,5 % et 66,5 %.

  • 88 Voir ci-dessus p. 152 et 226.

178Et pourtant à Ijui, même dans le premier district, la proportion d’agriculteurs parmi les conjoints teuto-brésiliens est restée importante : 78 % en 1925 et 69,5 % en 1949. Mais le coefficient d’endogamie est tombé au-dessous de 80 % quand le pourcentage des mariages est tombé au-dessous de 60 %, parce que se sont installés des Italo-Brésiliens qui achètent, pour y cultiver le blé, les terres que certains Teuto-Brésiliens abandonnent pour aller s’installer dans une zone pionnière88.

2. Colonies fondées au xxe siècle

179C’est justement dans les colonies les plus récentes du Nord de l’État que nous prendrons nos deux derniers exemples :

180A Erechim bien que les 4/5 des Teuto-Brésiliens soient agriculteurs, l’endogamie a diminué régulièrement depuis la fondation de la colonie, perdant presque les 2/3 de sa valeur primitive. C’est qu’en même temps la population teuto-brésilienne tombait de la 1/2 au 1/5 du total.

  • 89 Ce sont en effet les anciennes colonies allemandes qui ont fourni le plus gros contingent des pionn (...)

181A Santa Rosa, au contraire, le coefficient d’endogamie a augmenté bien que le pourcentage des agriculteurs ait légèrement diminué, parce que la proportion des Teuto-Brésiliens s’est élevée du 1/5 à plus de la 1/2 de la population totale89.

182C’est bien le pourcentage local de Teuto-Riograndenses qui détermine la tendance à l’augmentation ou à la diminution du coefficient d’endogamie. C’est seulement lorsque la population d’autre origine représente plus de 20 % de la population totale que l’exogamie commence, lorsqu’elle représente plus de 40 % que l’exogamie dépasse 20 %, et lorsqu’elle représente plus de 50 % que l’exogamie se rapproche de sa valeur. Ces chiffres ne font d’ailleurs que traduire une réalité humaine plus profonde et plus complexe.

c. Les mariages mixtes

1. Ce qui les motive

183Dans l’ensemble des colonies et dans la période considérée, les Teuto-Brésiliens qui ont contracté des mariages mixtes sont pour 55 % du sexe féminin et pour 45 % du sexe masculin. Le nombre des Teuto-Brésiliennes ayant épousé un allogène représente 125 % du nombre des Teuto-Brésiliens ayant épousé une femme d’une autre origine : cela explique dans une certaine mesure que le coefficient d’endogamie ait diminué plus vite que le pourcentage des agriculteurs. La majorité de femmes exogames est d’ailleurs plus nette dans les districts purement ruraux que dans les bourgs, où il y a pratiquement égalité entre les deux sexes. N’est-ce pas le désir de fuir la condition d’agriculteur qui (fait rechercher à ces jeunes femmes un époux en dehors de leur ethnie ?

184Nous constatons en effet que 39 % seulement de leurs conjoints sont agriculteurs, soit à peine 1 sur 3. Quant aux Teuto-Brésiliens qui épousent des femmes allogènes, ils ne sont agriculteurs que dans la proportion de 37 %. Les agriculteurs, qui constituent tout de même 73,5 % des Teuto-Brésiliens contractant mariage, se marient plus volontiers dans leur ethnie. Les autres professions qui ne constituent que 26,5 % des conjoints, soit à peine plus du 1/4, fournissent 63 % des hommes exogames soit presque les 2/3 en chiffres ronds.

  • 90 Nous en avons déjà vu un exemple à Roca Sales (note 86). Sur la difficulté de cette ascension socia (...)

185Il n’est cependant pas certain que l’exogamie corresponde à ce que l’on considère à tort ou à raison comme une élévation sociale en même temps qu’un affranchissement du milieu d’origine90. Si l’endogamie correspondait à une tradition de fierté raciale et à des tabous sociaux, l’exogamie devrait être plus forte quand ils semblent moins respectés. La majorité des exogames devrait se rencontrer soit chez les immigrants dont la famille est restée dans le pays d’origine, soit chez les orphelins que la mort de leurs parents a affranchis de la tutelle familiale. Or, sauf de très rares exceptions, les immigrants épousent des personnes de même ethnie, ce qui est très explicable, et les orphelins ne représentent que 12,9 % des conjoints exogames. On ne saurait donc trouver dans l’affaiblissement des liens familiaux, professionnels et sociaux la cause des progrès de l’exogamie. Quelle est-elle, ou plutôt quelles sont-elles ?

2. Ce qui les conditionne

186A l’origine l’endogamie fut totale parce que les colonies agricoles étaient des îlots perdus entre le flot de la population luso-brésilienne et le déferlement de la forêt. La vocation pionnière a été la première cause de l’endogamie. Si loin à la ronde que le soupirant pût aller, il ne trouvait que des jeunes, filles de même origine, de même profession. Celles-ci ne pouvaient espérer de fiancé que voisin.

187Cette situation s’est prolongée jusqu’à nos jours dans les districts purement ruraux des anciennes colonies et s’est reproduite dans les nouvelles. Ce n’était donc pas l’influence d’une tradition ethnique, mais celle d’une sorte de fatalité géographique qui circonscrivait l’horizon familial des colons à l’endogamie.

188Par la force des choses celle-ci n’a pu diminuer qu’à partir du moment où se sont coudoyés des éléments d’origine ethnique différente, soit dans les bourgs soit à la périphérie de certaines colonies, au voisinage de Luso-Brésiliens ou d’autres colons, comme à Roca Sales où les mariages mixtes se réalisent plus souvent avec des descendants d’Italiens qu’avec des Luso-Brésiliens.

189Quelques districts des nouvelles colonies semblent pourtant révéler une évolution contraire, alors qu’ils sont en contact avec d’autres ethnies. A Panambi et à Santa Rosa, par exemple, le coefficient d’endogamie s’élève au lieu de baisser avec le temps comme ailleurs. Ce n’est pourtant qu’un autre aspect d’un même phénomène, qu’une phase différente d’une même évolution. Ce sont des zones récemment mises en exploitation, peuplées surtout par des descendants d’anciens colons qui recommencent pour leur propre compte l’expérience de la communauté homogène entrant en contact avec d’autres ethnies et dont le premier mouvement est de resserrer les liens linguistiques, religieux, ethniques. L’augmentation de l’endogamie est une réaction naturelle après la transplantation d’une colonie dans une nouvelle région. A Ijui, par exemple, pendant la phase pionnière, qui fut aussi celle de l’ascension économique et du développement démographique, l’endogamie a augmenté, jusque vers 1925. Puis elle a diminué. Panambi et Santa Rosa n’en sont encore qu’à la première phase. Dans dix ou vingt ans une nouvelle observation de la nuptialité révélera sans doute une diminution de l’endogamie, comme dans les autres colonies.

190Les parcourir, c’est plonger dans le temps. Aller à Teutonia ou à Dois Irmãos, c’est retrouver, toutes choses inégales par ailleurs, les conditions de vie des premiers colons. Tout le monde y est agriculteur, tout le monde y est d’origine allemande, et l’endogamie y est quasi absolue, de l’ordre de 98 à 100 %. Aller à Lomba Grande, à Tres Forquilhas, à Roca Sales, où l’endogamie est encore prépondérante (de 75 % à 51 %), c’est suivre la pénétration déjà ancienne d’un peuplement d’autre origine. Aller à Não Me Toque et à Ijui, c’est rattraper cette évolution, que les conditions locales ont accélérée : l’endogamie y tombe des 2/3 à la 1/2 des mariages contractés par des Teuto-Riograndenses. Aller à Panambi et à Santa Rosa, c’est découvrir le dynamisme de l’euphorie pionnière, c’est trouver une endogamie croissante. Enfin aller à Erechim, c’est faire la contre-épreuve, c’est trouver le plus faible pourcentage d’endogamie, malgré la tendance des colons à se grouper par ethnie et par districts parce que le pourcentage des mariages contractés par des Teuto-Brésiliens y est le plus faible. En cinquante ans l’endogamie est tombée de 100 % à 35 %, elle a diminué de presque 2/3, plus qu’à São Leopoldo, à cause de la juxtaposition de populations d’autre origine. L’exogamie l’emporte déjà.

  • 91 Voici les pourcentages de l’opposition à un mariage mixte : avec un citoyen du peuple le plus sympa (...)

191Or la nuptialité est le phénomène sur lequel ni la propagande ni la pression administrative ne peuvent exercer grande influence, c’est celui qui traduit le plus naturellement l’intégration des descendants d’immigrants dans le pays d’accueil. Mais dans bien des pays règne une hostilité latente contre l’exogamie. En France, par exemple, un sondage d’opinion indique 38 % de répugnance envers le mariage avec un étranger appartenant au peuple le plus sympathique91. L’endogamie serait au minimum de 62 %. On ne peut donc pas dire que les Teuto-Brésiliens soient spécialement endogames.

192Au contraire l’exogamie gagne constamment jusque dans les colonies rurales dès qu’elles ont dépassé leur phase ascensionnelle et davantage encore dans les zones où il y a plus de 20 % d’habitants d’une autre origine. Mais nulle part l’évolution de la famille teuto-riograndense n’est plus nette et plus significative que dans la capitale de l’Etat.

B. A Pôrto Alegre

193Pour y suivre les transformations des familles d’origine germanique il est nécessaire de les rattacher à celles d’autre origine, non seulement parce que la comparaison permet de mieux connaître chacun de ses éléments, mais parce qu’ils sont inséparables. C’est sans doute l’une des preuves des progrès de l’intégration des descendants d’immigrants dans la société riograndense, comme le montrera une étude un peu plus détaillée de la nuptialité.

  • 92 Chez les Teuto-Riograndenses les âges moyens des conjoints sont de 20 à 21 ans pour les femmes et d (...)

194Désirant éviter autant que possible les répercussions des guerres ou des crises qui ont parfois altéré les relations d’un groupe ethnique à l’autre, pour saisir dans son ensemble l’évolution naturelle de la famille pôrto-alegrense, nous avons pris comme repères les dates suivantes : 1910, 1931 et 1949, séparées par une génération matrimoniale, au moins en ce qui concerne les femmes92.

195Comme d’autre part il ne nous est pas possible de reproduire, même partiellement, les fiches des conjoints correspondants, nous présenterons nos observations dans la première zone civile de Pôrto Alegre sous forme de tableaux. Ils dispenseront parfois d’un long commentaire, mais le rapprochement de certaines de leurs données sera susceptible d’apporter quelque lumière sur cette question si controversée de la miscibilité des descendants d’Allemands dans la population d’une ville à laquelle ils imprimèrent autrefois leur sceau.

196Quel a été le nombre de conjoints de chacune des principales ethnies ? Quelles ont donc été les proportions respectives des endogames et des exogames ? Qui ont-ils épousé ? Ce sont les questions auxquelles nous allons essayer de répondre maintenant.

a. Endogamie ou Exogamie ?

  • 93 Les rubriques sont : 1-PG : Portugais, 2-LB : Luso-Brésiliens, 3-AL : Allemands, 4-TB : Teuto-Brési (...)

Note 9393

197Les proportions d’étrangers sont faibles puisque Portugais, Allemands et Italiens ne constituent que le dixième de la population de la ville. Le pourcentage des Portugais est infime, ce qui révèle le caractère essentiellement vieux riograndense de la population d’origine lusitanienne dont la prépondérance est nette. Par contre c’est parce qu’elle est relativement récente que l’immigration italienne dépasse l’allemande, alors qu’il y a deux fois plus de descendants d’Allemands que d’Italiens à Porto Alegre. Bref, 60 % des conjoints sont d’origine lusitanienne, 18 % germanique, 13 % italienne et 10 % d’origine diverse. La tendance à l’endogamie est particulièrement nette chez les étrangers, mais elle n’est vraiment significative que pour les Allemands et les Italiens car il est normal que les Portugais se marient avec des Luso-Brésiliennes. L’endogamie est plus forte chez les Allemands que chez les Italiens, alors qu’elle a chez leurs descendants sensiblement le même pourcentage et la même prépondérance sur l’exogamie. Ce qu’il faut remarquer, c’est l’élévation du coefficient endogamique parmi les Luso-Brésiliens qui constituent la souche de la population.

198Bien que le pourcentage des Portugais n’ait pas augmenté, celui de la population luso-brésilienne a marqué un léger progrès tandis que celui de la population germanique restait stationnaire et que reculait celui de la population italienne : l’immigration a cessé et il n’y a plus que 2 % d’Italiens contre 6 % précédemment. Toutes les autres ethnies réunies ne fournissent que 10 % des conjoints. D’autre part la constance des coefficients d’endogamie est remarquable chez les Luso et les Teuto-Brésiliens. Les Portugais ne se marient que dans leur ethnie, les Allemands aussi, aux 9/10, ce qui est normal pour des étrangers. Au contraire l’endogamie a baissé de 10 % chez les Italiens, dont les 2/3 seulement se marient dans leur ethnie, et de 23 % chez les Italo-Brésiliens dont 1/3 à peine se marie dans l’ethnie. Les derniers arrivés sont donc les plus miscibles, ce qui s’explique dans une large mesure par la facilité avec laquelle ils s’adaptent à la langue et à la vie de leur nouvelle patrie. Ils ont ainsi été les premiers à accomplir une révolution matrimoniale dont l’exemple a été suivi ultérieurement par les Allemands et leurs descendants, alors même que cette période était marquée par une tension et des conflits interethniques.

199Le nombre des conjoints qui a largement doublé depuis 1931 et quintuplé depuis 1910 s’est considérablement accru, comme celui des habitants de la capitale grâce aux apports de l’exode rural. Cependant les proportions des diverses ethnies n’ont pas été altérées. On peut, certes, noter l'effacement presque total des étrangers, car la guerre avait tari l’immigration déjà réduite à un mince filet depuis 1932. Portugais, Allemands et Italiens ne représentent que 1,7 % du contingent ; les autres étrangers ou leurs descendants directs n’en représentent plus que 6,2 %, au lieu de 10 % en 1910. L’essentiel de la population pôrto-alegrense est donc constitué par des Brésiliens-nés dont les 9/10 sont d’origine lusitanienne, germanique et italienne. La constance du pourcentage de Teuto-Riograndenses est absolument remarquable (14 % en 1910,14 % en 1931, 13,6 % en 1949). Par contre, ont augmenté ceux des Italo-Brésiliens (de 6,3 %) et des Luso-Brésiliens (de 6,2 %). Ceux-ci constituent maintenant les 2/3 de la population pôrto-alegrense et ils ont donc affirmé leur prépondérance absolue.

200Nous pourrions presque négliger l’endogamie des étrangers puisqu’elle ne concerne qu’un nombre insignifiant de mariages. Notons cependant qu’elle a légèrement augmenté chez les Allemands, alors qu’elle diminuait parmi les Italiens et même les Portugais. Elle a diminué aussi chez les Luso-Brésiliens (de 5 % depuis 1931), mais beaucoup moins que chez les Teuto-Brésiliens (elle est tombée de 58 % à 39 %). Comme chez les Italo-Brésiliens depuis la génération matrimoniale précédente, l’exogamie l’emporte sur l’endogamie et les deux principaux groupes allogènes ont maintenant le même coefficient de miscibilité (61 % et 63 %). Autrement dit sur trois Italo ou Teuto-Brésiliens qui se sont mariés en 1949 à Porto Alegre, un seulement l’a fait dans son ethnie d’origine et deux en dehors. Il nous reste à rechercher qui ils ont alors épousé.

b. Origine des conjoints

201Nous allons reprendre les données correspondant à chacune des années repères, en indiquant l’origine des conjoints classés d’abord par sexe puis par ethnie (pourcentages).

1. 1910 :

202L’endogamie, qui s’inscrit en deux diagonales, est partout puisqu’elle englobe au minimum les 2/3 des principales ethnies et jusqu’aux 4/5 des Luso-Brésiliens qui sont chez eux. La tendance à l’endogamie est plus prononcée parmi les hommes que parmi les femmes, sauf les Teuto-Brésiliennes. L’ethnie vers laquelle se tournent de préférence les exogames d’origine étrangère est naturellement la lusitanienne : les mariages entre allogènes et lusitaniens sont de trois à cinq fois plus nombreux qu’entre allogènes. Mais les proportions des hommes et des femmes sont exactement inverses : ce sont les Teuto-Brésiliens qui épousent le plus volontiers des Luso-Brésiliennes et les Italo-Brésiliehnes des Luso-Brésiliens. D’autre part les Italo-Brésiliennes épousent plus souvent des Teuto-Brésiliens que les Teuto-Brésiliennes des Italo-Brésiliens, tandis que les Teuto-Brésiliens épousent davantage d’Italo-Brésiliennes que les Italo-Brésiliens des Teuto-Brésiliennes. Cela s’explique, sans doute, par l’antériorité de l’installation des éléments germaniques et par la supériorité de leur situation sociale. Enfin les Lusitaniens des deux sexes préfèrent les Italiens aux Allemands ou à leurs descendants.

203Paradoxalement ce sont les guerres et les crises politiques internes qui sembleraient avoir développé la sympathie matrimoniale des Luso-Brésiliens pour l’ethnie germanique, puisque le coefficient de nuptialité mixte, relativement faible en 1910 s’est élevé progressivement jusqu’à dépasser celui des Italo-Brésiliens comme le montrent les tableaux suivants :

  • 94 Les rubriques sont : LB : Luso-Brésilienne, TB : Teuto-Brésilienne, IB : Italo-Brésilienne, PB : Po (...)

2042. 193194

205L’endogamie a augmenté chez les Luso-Brésiliennes, est restée stationnaire chez les Teuto-Brésiliens, a diminué légèrement chez les Luso-Brésiliens et chez les Teuto-Brésiliennes, a diminué considérablement chez les Italo-Brésiliens et Italo-Brésiliennes. Proportionnellement, pourtant, les femmes sont plus conservatrices que les hommes dans les deux principaux groupes allogènes, alors que dans le groupe lusitanien les hommes sont plus endogames que les femmes, comme ils l’étaient déjà en 1910. Ce sont les Italiennes qui ont rejoint les Allemandes dans une fidélité relative à leur ethnie d’origine. Ainsi s’affirme une opposition entre leur comportement dans les grandes villes où elles sont plus endogames et dans les colonies rurales où elles sont plus exogames que les hommes.

206La part des mariages mixtes s’est donc accrue dans l’entre deux guerres et c’est l’ethnie lusitahnienne qui a attiré le plus grand pourcentage de conjoints allogènes exogames. Les Teuto-Brésiliens épousent cependant toujours plus volontiers des Luso-Brésiliennes que les Teuto-Brésiliennes des Luso-Brésiliens. Il en est maintenant de même chez les Italo-Brésiliens qui épousent plus de Luso-Brésiliennes que les Italo-Brésiliennes de Luso-Brésiliens. L’écart séparant les pourcentages de mariages mixtes avec Luso-Brésiliens des mariages mixtes entre allogènes a cependant diminué. La différence n’est plus que du simple au double ou au triple, c’est-à-dire que la fusion interethnique est plus poussée. Cependant la proportion des Italo-Brésiliens des deux sexes épousant des Teuto-Brésiliens est deux fois plus forte que celle des Teuto-Brésiliens épousant des Italo-Brésiliens, le coefficient le plus faible étant celui des unions de Teuto-Brésiliens avec des Italo-Brésiliennes. Quant aux Luso-Brésiliens, hommes et femmes, non seulement ils se marient plus souvent que précédemment avec des allogènes, mais plus volontiers avec des conjoints d’origine germanique qu’italienne. La situation est donc renversée par rapport à 1910 et la fusion en progrès.

207Or, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, la seconde guerre mondiale n’a pas arrêté ce mouvement.

3. 1949 :

208Les premiers phénomènes qui nous frappent sont l’accroissement du nombre des conjoints d’origine polonaise et l’importance relative de leur exogamie : leur situation et leur comportement rappellent un peu ceux des Italo-Brésiliens dans l’entre deux guerres. Bien que le pourcentage de l’endogamie soit encore un peu plus élevée chez les Polono-Brésiliens que chez les autres allogènes, sa réduction est un nouvel indice des progrès réalisés par la fusion entre toutes les ethnies — de plus en plus nombreuses — d’où est issue la population actuelle de Porto Alegre. Sauf dans le groupe lusitanien, les femmes s’affirment toujours comme plus fidèles à leur ethnie d’origine que les hommes ; ceux-ci semblent en effet de plus en plus indifférents à l’hétérogénéité ethnique du ménage qu’ils fondent. Il y aurait donc plus d’affinités entre tous les Brésiliens, même nouveaux, que de différences entre eux à cause de leur origine.

209La supériorité de l’ethnie lusitanienne dans les mariages d’allogènes exogames n’est plus que de l’ordre du double, au lieu du quintuple quarante ans plus tôt. Les Teuto-Brésiliens sont cependant toujours moins attirés par les Luso-Brésiliennes que les Italo-Brésiliens. Les Teuto-Brésiliennes, par contre, épousent un peu plus volontiers des Luso-Brésiliens. Ce sont ensuite les Teuto-Brésiliens qui bénéficient de la plus grande faveur des conjoints exogames : ceux qui sont d’origine italo et polono-brésilienne épousent plus souvent des conjoints d’origine germanique qu’inversement. Il faut y voir l’influence d’un certain prestige social tenant et à l’ancienneté de leur établissement et plus encore à la considération dont ils jouissent dans la société locale. Si les Luso-Brésiliennes exogames épousent aussi bien des Italo que des Teuto-Brésiliens, les Luso-Brésiliens, eux, épousent plus souvent des Teuto-Brésiliennes : leur propre endogamie a diminué.

210Si nous récapitulons rapidement l’histoire de la transformation de la famille à travers celle de la nuptialité à Porto Alegre, nous devons rappeler d’abord la faiblesse relative et la constance du pourcentage de conjoints teuto-riograndenses, qui ne constituent qu’un septième de la population dans la première zone civile et un peu moins encore dans l’ensemble de la ville (12,5 %). A la différence de ce qui s’est passé dans les zones rurales où ils avaient constitué la totalité ou l’énorme majorité de la population, ce n’est pas la variation de leur pourcentage qui a provoqué celle de leur endogamie.

211Celle-ci est encore prépondérante dans les colonies, bien qu’elle y soit moins prononcée qu’au xixe siècle. Elle a diminué davantage encore, bien que récemment, dans les villes : elle, y est tombée en une vingtaine d’années de 60 % à 40 % en chiffres ronds, c’est-à-dire que sur cinq citadins teuto-brésiliens qui se marient, deux seulement épousent un conjoint de même origine et trois un conjoint issu d’une autre ethnie. Même si elle est un peu plus faible que celle d’autres descendants d’immigrants, la miscibilité des Teuto-Riograndenses nous semble donc indéniable actuellement.

***

212Elle n’est pas seulement la mesure de ce qu’on appelle assimilation des descendants d’immigrants et que nous pourrions baptiser, en sacrifiant à la mode, atomisation des [ethnies : par l’éclatement des groupes ethniques se constitue une nouvelle population riograndense, de souche lusitanienne certes, mais transformée par les apports allogènes. Cette transformation est à la fois quantitative et qualitative, car elle tend à une autre homogénéité par la multiplication des mariages mixtes. Les progrès de l’exogamie sont donc la résultante de divers facteurs sociaux ou culturels et, dépassant le domaine de la famille ou de la profession, ils touchent des groupes de plus en plus étendus. Mais ils sont en même temps la cause de transformations dans la vie la plus quotidienne comme dans le patrimoine culturel des descendants d’immigrants et de tous les Riograndenses.

Notes

1 Monbeig, Le Brésil, p. 85 ; Lambert, Le Brésil, p. 78 ; Truda, A Colonisação, p. 121 ; Barcellos, Esboço, P.S.P., 3, p. 22 ; Mem de Sa, Confronto, P.S.P., 1, p. 52.

2 Koseritz, Annaes de Assembleia, 14 décembre 1888, p. 109 ; Fala do Presidente daAssembleia, 1896 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1914, p. 108 ; Gobatto, Colonização das Glebas Gauchas, Correio do Povo, 8 février 1952 ; Metzler, Retten wir unser Kolonien, p. 3.

3 M. Kahle, Deutsches Heimat, p. 35 et 136. On ne doit pas oublier le climat sous lequel vivent les colons. Cf. Willems A Aculturação, p. 340 ; il trouve cependant qu’ils travaillent avec moins d’ardeur qu’en Europe ; de même Porzelt {Der Deutsche Bauer, p. 107) estime qu’ils travaillent plus lentement. Par contre ce travail a été exalté hautement par d’autres auteurs, par exemple Germer, Hymneis der Arbeit dos deutschbrasillanischen Kolonisten, Rotermund Kalender 1938, p. 109-112.

4 Ave Lallemant, Reise, p. 215 ; Koehler, Brasilien, p. 244. E. Verissimo, O Temps e o Vento, I, p. 265.

5 Lacmann, Ritte, p. 191 ; Koseritz, Annaes da Assembleia,20 juillet 1889, p. 40 ; Tonnelat, L’expansion, p. 114 ; Waibel, Principios, p. 198 ; voir aussi Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 27-29. On a pu écrire un article intitulé « Der Waldbauer, dieser Dodel », Koseritz Volkskalender, 1914, p. 161-170. Citons aussi une étude très sérieuse sur la situation de la petite agriculture en 1924 : Stuhr, Die Gegenwartige Lage unser Kleinen Landuiirtschaft, Rotermund Kalender 1924, p. 245-264.

6 Arquivo Publico do Estado. Pôrto Alegre. Dépôts des « Cartorios de Orphãos ».

7 Non seulement à Estrela et dans la riche vallée du Taquari mais même à Santa Cruz, colonie moins favorisée puisqu’elle était à l’écart de la grande voie navigable.
Inventaires de Santa Cruz

Image 10000000000003040000012ECBC47D08.jpg

8 I.B.G.E., Recenseamento Geral do Brasil (1er septembre 1940) Serie Regional, Parte XX, Rio Grande do Sul, tomo 2, Censos Econômicos. Rio de Janeiro, 1950 ; Censo Agricole, III, Quadros sinoticos dos Municipios. Area, valor e pessoal, em 1° de setembro de 1940, e produção e despesa, no ano de 1989, dos estabelecimentos agropecuarios, segundo suas principais caracteristicas, p. 99-186.
Les rubriques sont : a. Nombre des exploitations ; b. Surface totale des exploitations (en hectares) ; c. Valeur totale du patrimoine agricole (en milliers de cruzeiros) ; d. Valeur moyenne du patrimoine agricole (en cruzeiros) ; e. Valeur totale des immeubles (en milliers de cruzeiros) ; f. Valeur moyenne de l’hectare (en cruzeiros) ; g. Valeur moyenne du patrimoine exprimé en hectares ; h. Valeur moyenne de la production ; i. Valeur moyenne de la production exprimée en hectares ; j. Pourcentage de la valeur de la production par rapport à celle du patrimoine.
Les Municipes sont : 1. São Leopoldo ; 2. Novo Hamburgo ; 3. Taquara ; 4. Santa Cruz ; 5. Cai ; 6. Montenegro ; 7. Estrela ; 8. Lajeado ; 9. Arroio do Meio ; 10. Venancio Aires ; 11. Ijui ; 12. EreErechim; 13. Santa Rosa.

Image 10000000000003060000015239D97802.jpg

9 Relatorios do Presidente, 1852, 1853, 1854, 1855 ; Pellanda, A Colonização, p. 32.

10 Relatorio do Presidente, 1849 : « Le pire fléau des colonies, c’est la querelle à propos des limites des terres. »

11 Voir le texte du mémoire du ministre plénipotentiaire de Prusse : R.A.P., nos15/16, p. 275-334 ; ou Carvalho, O Brasil, p. 488-496. Les colons avaient seulement été inscrits sur des livres avec le numéro de leur lot. Ceux qui étaient arrivés en 1824 — ou leurs ayants droit — ne reçurent leurs titres qu’à partir de 1866 (Livro de Estatistica dos Proprietarios de São Leopoldo'em 1867, Arquivo Publico, Colonisação no 223).

12 Tschudi, Reisè, 1866, p. 33 ; Colonisação, R.A.P., no 8, p. 76, no 8 15/16, p. 208-219 ; Cahvalho, O Brasil, p. 191-204 ; Arquivo Publico, livro 323, p. 61 ; rapport de l’inspecteur de São Leopoldo, du 15 juin 1863 ; les deux principales affaires de spéculation furent les a surplus » d’Estancia Velha et la dépossession de Kraemer et Schmitt à Padre Eterno.

13 Arquivo Publico, Correspondance du juge commissaire, Lassance Cunha, cahier 50, p. 17-18, lettres nos 67 et 75 ; Relatorio do Presidente, 1864, p. 80-82.

14 Relatorio do Presidente, 1858, p. 23 et 1887, p. 206 ; Relatorio da Secretaria dos Obras Publicas, 1899, p. 233. Le même phénomène s’est produit dans toutes les zones de colonisation allemande (A proposito da Colonização R.B.G. XI, 4, p. 598). Cas Ludwig : Arquivo Publico, livro 64. Correspondencia do Inspecter da Colonia de Santa Cruz, 28 octobre 1869.

15 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1898 et 1907, p. 68.

16 Décret du 10 novembre 1903. Voir ci-dessus, p. 101.

17 Relatorio do Presidente, 1830, p. 50 ; Koseritz, Relatorio 1867, p. 6 et 26 ; Relatorio do Presidente, 1888 ; Annaes da Assembleia, 13 décembre 1888, p. 138 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1899 et 1907, p. 69 ; Expulsions d’intrus à Serrinha (Sarandi) [Correio do Povo, 14 décembre 1951] ; Affaire du colon Garnieri et de l’Inspection des Terres de Soledade (Diario de Noticias 21 mai 1952, 6 juillet 1952) ; Question de la légitimation des possessions de terres à Lagoa Vermelha (Correio do Povo 18 mai 1955). Certes ce sont surtout des cas d’espèce, mais ils réveillent une inquiétude latente chez les colons.

18 Tschudi, Reisen, p. 39.

19 Arquivo Publico, Registre de transmissão de propriedades, São Leopoldo.

20 Gorga, Aspectos economicos, p. 25-26 ; D.E.E., Estatistica judiciaria e imobiliaria, 1949. Ces ventes ne sont pas sans rapport avec l’essaimage des colons qui donne son originalité au Rio Grande do Sul (Monbeig, Le Brésil, p. 62). Cf. aussi Preston James, A Expansão, B.G. 49, p. 27 ; et Denis, Le Brésil, p. 237-238.

21 Lange, Suedbrasilien, p. 49.

22 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1911, p. 163 ; Mem de Sa, Confronte, p. 52.

23 Silva Rocha, Historia da Colonisação, I, p. 226-240 ; Monbeig, Pionniers, p. 138 ; Lambert, Le Brésil, p. 78-79 ; Willems, A Aculturação, p. 111 ; Barcellos, Esboço, P.S.P., 3, p. 23.

24 Tonnelat, L’Expansion, p. 124 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 104.

25 Gerstaecker, 18 Monate, p. 85 ; Ave Lallemant, Reise, p. 174 ; Annaes da Assembleia, 29 janvier 1860, (A propos de l’abandon de « nombreuses colonies » à Santa Cruz). Tschudi (Reise, p. 71) insiste sur le fait que l’abondance ne signifie pas la prospérité.

26 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 105 ; Willems, O desnivelamento economico, R.I.C., II, 2-3, p. 800-806.

27 Zoeller, Die Deutschen, p. 133 ; Willems, A Aculturação, p. 251 ; Oberacker, Die Volkspolitisches Loge, p. 49.

28 Willems, A Aculturação, p. 199-203 ; Carneiro, A Sombra dos Estancieiros, Correio do Povo, 5 décembre 1953.

29 Koseritz Volksalender 1874, p. 111-118 ; Schmid, Die Brummer ; Kohne, K. von Koseritz, p. 10-14 et 88 ; Porto, O Trabalho, p. 202-203.

30 Ave Lallemant, Reise, p. 166 ; Porto, O Trabalho, p. 222-223 ; Truda, A Colonisação, p. 145 ; Pellanda, O Colono, P.S.P., 2, p. 119 ; Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 13.

31 Petry, Historia, p. 29.

32 Weiss, Colonos, p. 50.

33 Arquivo Publico, Dépôts des « Cartorios de Orphaõs ».

34 Zoeller, Die Deutschen, p. 158.

35 I.B.G.E., Recenseamento Geral do Brasil,1er septembre 1940), serie regional, Parte XX, Rio Grande do Sul, tomo 2, Censos Economicos, Censo Comercial, p. 271-274.
Les rubriques sont :
a. Nombre de commerçants (détail) ;
b. Nombre de commerçants (gros) ;
c. Valeur du patrimoine des commerçants (détail) [en milliers de cruzeiros] ;
d. Valeur du patrimoine des commerçants (gros) [en milliers de cruzeiros] ;
e. Valeur moyenne du patrimoine des commerçants (détail) [en cruzeiros] ;
f. Valeur moyenne du patrimoine des commerçants (gros) [en cruzeiros] ;
g. Total des ventes (détail) [en milliers de cruzeiros] ;
h. Total des ventes (gros) [en milliers de cruzeiros] ;
i. Valeur moyenne des ventes (détail) [en cruzeiros] ;
j. Valeur moyenne des ventes (gros) [en cruzeiros] ;
k. Pourcentage des ventes par rapport au capital (détail) ;
l. Pourcentage des ventes par rapport au capital (gros) ;
m. Pourcentage du patrimoine du commerçant (détail) par rapport à celui de l’agriculture ;
n. Pourcentage du patrimoine du commerçant (gros) par rapport à celui de l’agriculteur ;
o. Valeur moyenne des ventes (détail) exprimée en hectares ;
p. Valeur moyenne des ventes (gros) exprimée en hectares.
Les Municipes sont :
1. São Leopoldo ; 2. Novo Hamburgo ; 3. Taquara ; 4. Santa Cruz ; 5. Cai ;6. Montenegro ; 7. Estrela ; 8. Lajeado ; 9. Arroio do Meio ; 10. Venancio Aires ; 11. Ijui ; 12. Erechim ; 13. Santa Rosa.
Image 1000000000000306000001379B52C368.jpg

Image 10000000000003030000013656C1A161.jpg

36 Weiss, Colonos, p. 100. L’exploitation des colons par les marchands avait déjà été signalée au milieu du xixe siècle (Lettre n° 84 du Vice-Consul de France à Pôrto Alegre, 30 août 1853).

37 Petry, Historia, p. 32.

38 Willems, A Aculturação, p. 351. Un exemple caractéristique de dynastie commerciale est celui des Gressler (Os Velhos Gressler, 257 p.).

39 Ludwig, Viagens, II, p. 133, 136, 148. Les premiers furent cités dès 1852 par le Président de la Province : « L’esprit d’entreprise et d’association apparaît déjà (à São Leopoldo) : quelques colons associés à des négociants allemands de cette capitale ont conçu le projet d’établir une fabrique de tissus et une filature de coton. »

40 Petry, O Munidpio de Novo Hamburgo, p. 35-39 ; Valverde, Excursão, R.B.G., X, 4, p. 486-488.

41 Voyageurs : Ave Lallemant, Reise, p. 253 ; Canstatt, Land., p. 421 ; Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 84 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 129. Monographies : Petry, O Munidpio de São Leopoldo, p. 71-73 ; Idem, O Munidpio de Novo Hamburgo, p. 89-92 ; Menezes, O Munidpio de Santa Cruz, p. 322 ; Ijui, Album Comemorativo ; Bendleh, Reminicencias ; Hoelzel, Ouvindo ; Cardoso, O Munidpio de Santa Rosa, p. 4547.

42 Annaes da Assembleia 12 décembre 1866 ; Tschudi, Reise, p. 27 ; Ave Lallemant, Reise, p. 142 ; Westermann, Wie Wander, p. 52 ; Grothe, Im Kamp, p. 126 ; Willems, A Assimilação, p. 325.

43 Willems, A Aculturação, p. 367.

44 Py, A 5e Coluna, p. 96, 160, 288, 333, etc. ; A Extensa Rede, Correio do Povo, 24 février 1946.

45 Mazeron, Um Seculo, Correio do Povo, 2 septembre 1947.

46 Les livres de Ludwig, Viagens, et de Daudt, Brasileiros, ne retracent guère que de ces destinées exemplaires.

47 Tejo, Retrato, p. 258 ; Moraze, Les Trois Ages, p. 181.

48 Nous sommes restés fidèles à la définition du Teuto-Brésilien que nous avons donnée ci-dessus p. 138 : individu dont les deux ascendants directs sont d’origine germanique.

49 Hoermeyer, Breschreibung, p. 68 ; Ave Lallemant, Reise, p. 175 ; Tschudi, Reise, p. 13 ; Gerstaecker, 18 Monate, p. 84 ; Lange, Sudbrasilien, p. 58 ; Lamberg, Brasilien, p. 73 ; Grothe, Im Kamp und Urwald, p. 74 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 34 ; Barcellos, Esboço, P.S.P., 3, p. 23.

50 Gonçalves, A. Colonia, Correio do Povo, 11 février 1955.

51 Willems, A Aculturação, p. 558.

52 Daudt, Brasileiros de cabelos loiros e olhos azuis, 1952, 222 p. Leur influence est déjà ancienne : Gerstaecker, 18 Monate, p. 79 ; AVE Lallemant, Reise, p. 120 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 43-45.

53 Grothe, Im Kamp, Sur A. Bins (1869-1957) cf. : p. 412 ; Album Comemorativo, p. 25, Ludwig, Viagens, II, p. 111-113. Camara de Comercio Teuto-Brasileira, Relatono 1955-1956, p. 2 et 35 ; Boletim Renner, no 134, avril 1957 ; Notice nécrologique : Brasil Post, no 345 (6 juillet 1957).

54 Sur B. Mentz cf. : Notice nécrologique, Correio do Povo, 21 août 1954.

55 Pellanda, A. J. Renner, um Capitão da Industria, 125 p.

56 Pimentel, Aspectos Gerais de Porto Alegre, p. 136.

57 Idem, ibident, p. 150.

58 Correio do Povo, 7 juin 1949. Daudt, Brasileiros, p. 110.

59 Pellanda, A. J. Renner, p. 112-113 ; Daudt, Brasileiros, p. 114.

60 Daudt, Brasileiros, p. 96 et sq. Ce sont eux qui ont lancé les stations balnéaires de Tramandai et de Torres, puis d’Atlantida, etc. De même ils ont créé des centres de tourisme en montagne : Desvio Blauth, Gramado, Canela, Nova Petropolis, etc. (Voir « Chronique des villégiatures » dans le Correio do Povo, surtout depuis 1926.)

61 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 174,164,155,170,176 ; Daudt, Brasileiros, p. 117-146.

62 Pimentel, Aspectos Gerais, p. 164 ; Daudt, Brasileiros, p. 214-216.

63 Pimentel, Aspectos Gerais, p. 178 ; Mazeron, O Tiro 4, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2725-2730.

64 Daudt, Brasileiros, p. 199-213.

65 J. Black (1877-1949), immigré en 1902, pionnier de divers sports à Pôrto Alegre et fondateur de la première troupe de scouts en 1912 (Correio do Povo, 17 mai 1949).

66 Daudt, Brasileiros, p. 84-87.

67 Idem, ibidem, p. 88-89. Senna, O que deve o Brasil, p. 34, 40, 46, 48 ; Sommer, O Intercambio Literario, 101 p.

68 Py, A Colina, p. 237 ; Idem, O Nazismo, p. 8 ; Lambert, AS Colonias Alemães, Estado de São Paulo, 13 juin 1939.

69 Koseritz, Bilder, p. 237 ; Tonnelat, L’Expansion, p. 123.

70 Willems, A Assimilação, p. 171.

71 Le pourcentage d’Allemands propriétaires dans le quartier aristocratique de Moinhos de Vento a diminué depuis 1933 et celui des Italiens a augmenté régulièrement.

Image 1000000000000304000000D7FCC0B1E3.jpg

72 Willems, A Aculturação, p. 367.

73 PY, O Nazismo, p. 9-10 ; Idem, A Coltina, p. 232-238 ; Bercht, Grundsatzliche Betrachtungen zur Anschlussfrage, Porto Alegre, 1937, 12 p.

74 Souza, Denuncia, p. 85 ; Py, O Nazismo, p. 8, 46-52.

75 Nous avons déjà vu l’exemple de Mazeron à Santa Cruz (ci-dessus p. 441). C’étaient les collèges de São Leopoldo qui recevaient le plus d’élèves d’origine non germanique (Petry, O Municipio de São Leopoldo, 1923, p. 61-64). Cf. aussi Duarte, Centenario, p. 11.

76 C’est assurément l’un des facteurs décisifs de l’assimilation (Willems, A Aculturação, p. 408).

77 Sur la liberté de profession et l'« antidoutorismo » du Président, voir Annaes da Assembleia, 1911, p. 30. La Faculté de médecine et l’École d’ingénieurs datent de 1899, la Faculté de droit de 1900, l’École supérieure de commerce de 1909, l’École d’agronomie de 1910. Ce furent les noyaux de l’Université du Rio Grande do Sul. Voir Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 51-60.

78 Listes aimablement communiquées par le Secrétariat général de l’Université du Rio Grande do Sul.

79 Il convient de ne pas oublier qu’en raison de la structure des colonies les habitants de deux Picadas voisines étaient séparés par 6 ou 7 kilomètres de forêt et que les chemins transversaux (travessões) étaient rares. Nous avons recherché la distance séparant les résidences des futurs conjoints des districts ruraux de São Leopoldo :

Image 100000000000030E000000AD33AD698C.jpg

C’est seulement depuis l’ouverture de bonnes routes et la multiplication des lignes d’autobus que cette distance s’est accrue, très légèrement d’ailleurs. Notre attention fut attirée par un mariage célébré en 1946 & Dois Irmãos : la fiancée d’un agriculteur résidait à Santa Rosa, soit à 600 kilomètres. Renseignements pris, c’était la nièce du vicaire : venue passer quelque temps chez son oncle, elle avait fait la connaissance de son fiancé sur place.

80 Le seul calcul effectué le fut par Porzelt dans la paroisse catholique d’Ijui de 1899 à 1932 : la moyenne des mariages ethniquement mixtes y a été de 53 % (Der Deutsche Bauer, p. 95).

81 Nous avons toujours appliqué le critère « Père et Mère de même origine ». Donnant seulement des chiffres minima, nos tableaux n’en sont que plus expressifs.

82 A Pôrto Alegre même nous avons étudié plus de 6.000 actes de mariage. Ces chiffres d’ensemble sont à rapprocher de ceux que nous avons relevés dans les usines Renner (p. 445).

83 Il y a eu 4 mariages entre membres de confessions différentes en 1896, 6 en 1906, aucun les autres années. Cette observation rejoint celle de Ramos : « Le Catholique allemand préfère une personne d’une autre ethnie à son compatriote protestant. » (Introdução, p. 555.)

84 Tschudi, Reisen, p. 32.

85 Il y a en effet parallélisme entre les deux mouvements ; comme nous le verrons ci-dessous c’est bien l’élévation du pourcentage des conjoints d’autre origine qui détermine celle de l’exogamie. L’exemple de Dois Irmãos Est d’ailleurs caractéristique. L’endogamie y est restée très élevée malgré l’ouverture de la grande route grâce à laquelle la : distance entre les résidences des fiancés a pu s’accroître : en 1946 elle n’est inférieure à 5 kilomètres que pour 53 % des mariages et inférieure à 10 kilomètres que pour 72 % des mariages. Mais bien que 28 % des conjoints aient résidé à plus de 10 kilomètres, le pourcentage de l’endogamie est encore de 100 % car à 30 ou 40 kilomètres à la ronde s’étendent toujours des colonies homogènes.

86 Le fait est d’autant plus intéressant qu’en ville les mariages entre conjoints teuto et italo-brésiliens sont relativement peu nombreux et que dans d’autres régions rurales les conjoints exogames cherchent à quitter l’agriculture. A Roca Sales 91 % des maris exogames sont agriculteurs et 9 % seulement ouvriers. Voici la répartition des ménages mixtes et des maris non agriculteurs :

Image 100000000000030A000000A23F165AE6.jpg

Le pourcentage le plus élevé et le plus remarquable est celui des mariages entre Teuto-Brésiliens et Italo-Brésiliennes : n’est-ce pas que celles-ci, épousant un agriculteur, épousent en même temps une terre ? Cela correspond d’ailleurs au fait que le tiers seulement des Italo-Brésiliens épousant des Teuto-Brésiliennes sont agriculteurs.

87 Le rapport de cause à effet entre ces deux phénomènes nous semble donc établi, d’autant que le pourcentage des agriculteurs a diminué. C’est la contre-épreuve de São Leopoldo, de Lomba Grande depuis-1936, do Roca Salles depuis 1929.

88 Voir ci-dessus p. 152 et 226.

89 Ce sont en effet les anciennes colonies allemandes qui ont fourni le plus gros contingent des pionniers de Santa Rosa. Voir ci-dessus p. 273.

90 Nous en avons déjà vu un exemple à Roca Sales (note 86). Sur la difficulté de cette ascension sociale par le mariage, voir Willems, A Aculturação, p. 456-457.

91 Voici les pourcentages de l’opposition à un mariage mixte : avec un citoyen du peuple le plus sympathique 38 %, du peuple le moins sympathique 91 % (Français et immigrés, p. 40). On peut aussi rapprocher cette observation de celle qui a été enregistrée dans un de nos départements : « ... le sentiment normand va s’exaspérant vers les marches de Bretagne où il se cristallise à vrai dire en antipathie avouée à l’égard des gens d’outre-Couesnon. Tel secrétaire de mairie de mes amis n’a pas enregistré un seul mariage avec des Bretons de la commune voisine en 14 ans d’exercice » (Lechanteur, Populations de la Manche, Revue de Psychologie des Peuples, Le Havre, 6 janvier 1951, p. 20).

92 Chez les Teuto-Riograndenses les âges moyens des conjoints sont de 20 à 21 ans pour les femmes et de 23 à.24 ans pour les hommes (Poezelt, Der Deutsche Bauer, p. 81). Fausel indique qu’à São Leopoldo la plupart des femmes se marient entre 17 et 23 ans (dont 25 % à moins de 18 ans) [São Leopoldo-Volks-forschung, 1939, 3, 4, p. 265].

93 Les rubriques sont : 1-PG : Portugais, 2-LB : Luso-Brésiliens, 3-AL : Allemands, 4-TB : Teuto-Brésiliens, 5-IT : Italiens, 6-IB : Italo-Brésiliens. (Tableaux 1, p.466, 2, p. 467, 3 p. 468.)

94 Les rubriques sont : LB : Luso-Brésilienne, TB : Teuto-Brésilienne, IB : Italo-Brésilienne, PB : Polono-Brésilienne, DV : diverses. (Tableaux 1 p. 469, 2 p. 470, 3 p. 471.) 2. 1931

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Note 9393
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5940/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter