Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre VII. L’essor industriel

Texte intégral

  • 1 Vekband, Hundert Jahre, p. 236 ; Tejo, A Industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 1 (...)

1« Les ateliers deviennent fabriques, les outils machines, les boutiques maisons d’importation ». Telle est l’image que nous ont le plus souvent donnée les historiens allemands et même brésiliens1.

2Or nous venons de voir que la majeure partie des grandes maisons de commerce sont d’origine purement urbaine. Prétendre que la filiation entre l’artisanat et l’industrie est évidente, c’est aussi recourir à un postulat. Non seulement tous les ateliers ne sont pas devenus fabriques mais toutes les fabriques ne sont pas nées d’ateliers primitifs, il s’en faut de beaucoup. Il y a d’ailleurs eu dans cette évolution tellement de crises que nous ne pouvons accepter l’image d’un développement naturel et régulier.

3La contribution des Teuto-Brésiliens à l’équipement du Rio Grande do Sul est trop importante pour risquer d’être surestimée, mais elle a été trop complexe pour être ramenée à une droite ascendante sur un graphique, d’autant que l’évolution cyclique de l’économie rurale a reproduit dans certaines colonies des formes d’activité qu’elle rendait anachroniques dans d’autres où elles coexistent pourtant avec des activités modernes, d’origine et d’ampleur bien différentes.

1. L’ARTISANAT

4L’artisan rural, dont d’anciennes chroniques signalent l’existence, a-t-il eu un rôle aussi important que l’agriculteur ou le commerçant ? Certains auteurs ont appelé trop tôt artisans des paysans obligés de vivre dans une économie familiale, d’autres ont englobé sous le nom d’industries des entreprises purement artisanales qu’ils font disparaître prématurément. La délimitation du domaine artisanal est d’autant plus délicate à tracer que les statistiques changent souvent de critère et rendent la comparaison encore plus difficile d’une région ou d’une époque à l’autre. Il convient sans doute de réserver le terme d’artisan à l’homme qui exerce un métier manuel à son compte soit sur un chantier soit dans un atelier et qui est secondé par un ou deux compagnons seulement.

A. L’âge d’or de l’artisanat rural (1824-1890)

a. Le développement de l’artisanat

  • 2 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21.

5« Ayant commencé avec succès la culture du coton et du lin, nous fabriquions les tissus pour nous et nous les teignions en couleurs variées avec des teintures extraites des lianes ; et si nos vêtements n’étaient pas encore très élégants, du moins étaient-ils assez résistants »2. Les mémoires de ce nouveau Robinson, arrivé à São Leopoldo en 1828, ajoutent que ce qui poussait les colons à produire eux-mêmes la plupart des articles usuels, c’était « la nécessité de faire des économies de toute sorte ». Si la simple survivance biologique ne fut possible que grâce au travail de toute la famille, la régression technique qu’a entraînée l’adaptation au nouveau milieu dispensait des services de l’artisanat le plus rudimentaire. Chaque famille filait et tissait le lin et le coton, fabriquait de la farine de maïs et de manioc, de l’huile de pépins de citrouille, du sucre roux, préparait son tabac ; la vaisselle était remplacée par des calebasses ; on n’avait pas les moyens de bâtir une maison : la scie, la hache, la faucille et la pioche suffisaient au défrichement ou à la construction des premières cabanes ; donc pas de maçons ni de forgerons.

  • 3 Tejo, Contribuição, P.S.P., 3, p. 82. En 1859 Santo Angelo comptait 61 maisons de bois et 33 maison (...)

6Mais cette autarcie familiale a bientôt fait place à une nouvelle organisation économique, au bout de quelques années à São Leopoldo, en moins d’une génération dans les autres colonies. La production domestique n’a subsisté plus longtemps que pour la farine de manioc, le pain, le beurre, la graisse, la charcuterie. Dès que les immigrants eurent surmonté les difficultés de l’installation, l’artisanat apparut3.

1. La naissance de l'artisanat

  • 4 Truda, A Colonisação, p. 93-95 ; Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 335-440.
    Tableau des
    (...)

7Les premières activités ont simplement tendu à la satisfaction des besoins essentiels : nourrir, loger et vêtir les hommes4.

8Mathias Franzen a laissé son nom au premier moulin construit à São Leopoldo. Dans un délai inférieur à dix ans, toutes les colonies furent dotées de moulins à céréales, pour permettre aux colons de recommencer à manger du pain. (Voir photo 28, pl. X.) Ensuite apparurent les moulins à huile, car l’éclairage est la nécessité pressante de l’homme qui ne veut pas déchoir de sa civilisation. Les colons ont par ailleurs adopté très tôt l’aguardente de canne qui joua un rôle d’autant plus important que la fabrication de la bière n’a pas réussi à s’introduire au cours de cette période.

9A côté des tisserands, qui produisaient des tissus de lin et de coton, apparurent quelques tailleurs, moins nombreux toutefois que les savetiers et que les selliers, car le cheval était indispensable à la locomotion dans les colonies comme dans tout le Rio Grande dont le demi-isolement par rapport au reste du Brésil fut favorable au développement de l’artisanat.

2. Ses ramifications

10L’artisanat rural s’est divisé en deux grandes branches : la fourniture des articles nécessaires à la vie locale et la transformation des produits agricoles pour les rendre exportables.

L’artisanat de production
  • 5 Verband, Hundert Jahre, p. 237.

11A São Leopoldo, « trente ans après la fondation de la colonie, on pourvoyait sur place à tous les besoins de la vie5 » : ceux des colons qui se consacraient exclusivement à l’agriculture avaient commencé à faire appel à d’autres qui devinrent ou redevinrent artisans. A côté des forgerons apparurent les serruriers et les ferblantiers puis les maçons ; le développement des constructions amena la multiplication et la prospérité des briqueteries et des tuileries auxquelles s’adjoignirent les faïenceries. Les scieries commencèrent à ronfler. Les menuiseries fabriquèrent le mobilier rudimentaire qui remplaça les caisses et les coffres utilisés par les immigrants comme tables et comme sièges. Les tonnelleries fournirent des fûts pour les liquides et des emballages pour de nombreux produits.

  • 6 Verband, Hundert Jahre, p. 239 ; Adresskalender der deutschen Geschaeftleute und Handwerker der Pro (...)

12Si à la seconde génération les rouets et les métiers à tisser se sont tus, par contre les tailleurs de vêtements, les sabotiers ; les cordonniers sont devenus de plus en plus nombreux. Des chapeliers s’installèrent et prospérèrent. Le superflu même était assuré puisque naissaient de petites fabriques de tabac préparé, de cigares ou de cigarettes roulées dans de la paille de maïs. Jusqu’en 1874, pendant deux générations au moins, ces branches artisanales continuèrent à se ramifier, il en apparaissait presque constamment de nouvelles : fabrication de charrues, de charrettes, de barques, de moulins à canne et à farine, de colle, de cordes. On voit s’installer des horlogers, des bijoutiers, un lapidaire taillant les pierres semi-précieuses extraites dans la région, des fabricants d’autels, de calendriers, d’instruments de musique pour les fanfares6. Ces productions sont sans grande importance économique, mais elles sont significatives des besoins et des préoccupations des colons.

13Cependant les maisons de commerce se multiplièrent et l’économie des colonies cessa d’être purement autarcique ; certains artisans abandonnèrent des activités qui avaient laissé d’être rémunératrices lorsque les progrès des moyens de transport eurent permis d’acheminer jusque dans les boutiques des picadas différents produits ou objets qu’ils fabriquaient auparavant. Les huileries, les sucreries, les filatures, les tissages disparurent ; la quincaillerie et les outils furent achetés à la venda. Dans les zones de communications plus aisées où la proportion de commerçants était plus forte, il n’y a presque pas eu d’artisans en dehors des briquetiers, des forgerons et des charpentiers.

  • 7 Hoermeyeh, Brasilien, p. 235 ; Ave Lallemant, Reise, p. 172.

14La seule exception à l’autarcie relative de la colonie, et qui s’explique par celle de la Province, est la production du cuir. Elle commence avec les tanneries et se poursuit par la transformation du cuir soit en chaussures soit surtout en selles et harnais qui sont vendus dans tout le Rio Grande do Sul7. Encore faut-il souligner qu’il ne s’agit nullement de fabriques, et même pas de manufactures : ce sont de petits ateliers qu’on trouve dans presque tous les villages de la colonie de São Leopoldo. En 1858, sur 12.500 habitants, 160 seulement étaient occupés dans les tanneries et les ateliers de cuir : c’était là l’activité principale, de loin supérieure à toutes les autres, et elle n’occupait que 1,2 % de la population du municipe.

L’artisanat de transformation

15Par contre les branches artisanales spécialisées dans la transformation des produits agricoles ont tenu une grande place dans l’économie des colonies et elles ont connu, dans l’ensemble, une destinée beaucoup plus favorable.

16Quelques fabrications ont cependant disparu. Le sucre n’était produit qu’en cas de pénurie (phase pionnière, guerre farroupilha). Le vinaigre, qui n’avait été fabriqué que dans la colonie de São Leopoldo, le fut dorénavant dans les villes.

  • 8 Catalogo da Exposição de 1881.
  • 9 Laytano, Historia, p. 196-197.
  • 10 Truda, A Colonisação, p. 95.

17Mais les moulins à farine ainsi que les alambics conservent partour leur importance. Outre l’aguardente commencent à être distillées des liqueurs à São Leopoldo, Taquara et Santa Cruz. Les vins, tirés des vignes locales, sont « fabriqués » dans les mêmes colonies (São Leopoldo fut le principal producteur de vin de la Province jusqu’en 18818). Toutes les colonies fabriquent de la farine de manioc. C’est là un exemple d’adaptation de l’immigrant à la préparation et à la consommation d’un produit essentiellement américain. Le tabac préparé par chaque colon pour sa propre satisfaction prend une place toujours croissante dans les colonies des vallées du Rio dos Sinos, du Cai, du Taquari et surtout à Santa Cruz. Parallèlement à l’accroissement de la production, bien supérieure aux besoins locaux, se multiplient les manufactures où l’on assure le défibrage et la fermentation des feuilles et où l’on fabrique des cigares puis des cigarettes. Le tabac assure bientôt un substantiel complément de ressources aux cultivateurs et aux artisans9. Néanmoins aucun autre produit n’a été aussi important que la graisse. Elle exigeait de multiples manipulations et rapidement sa préparation en vue de l’exportation passa aux artisans10, comme celle de la charcuterie, des salaisons et des premières conserves en boîtes.

18Les productions artisanales les plus prospères ont donc été celles qui étaient stimulées par une orientation commerciale, celles qui permettaient d’exporter les produits en accroissant leur valeur grâce à leur préparation ou à leur transformation.

  • 11 Adresskalender, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874, p. 159-189.

19D’autres professions que l’on peut considérer comme artisanales, telles que la boulangerie ou la boucherie-charcuterie, sont restées pratiquement inexistantes en dehors des bourgs les plus importants. En 1874, il n’y a de boulangers allemands qu’à São Leopoldo (5), Dois Irmâos (2), Bom Jardim (2), Picada 48 (1), Rio Pardo (2), Santa Cruz (1), Vila Teresa (1), Cachoeira (2), Montenegro (1) et Santa Maria (1)11. Partout ailleurs c’est le colon qui cuit son pain et prépare ses propres conserves, alors que les moulins à blé ou à manioc et les raffineries de graisse se multiplient.

20Cette vocation commerciale de l’artisanat, qui était l’indication d’une certaine complexité du genre de vie locale, portait en elle la condamnation de l’artisanat de fourniture, voué à la stagnation dans l’autarcie ou à la disparition dans une économie ouverte.

  • 12 Relatorio do Presidente, 1866, p. 40 et sq. Comme celle de 1866 l’exposition de 1875 présentait un (...)

21L’Exposition provinciale de 1866 fut considérée comme une fête du travail allemand : sur 195 exposants, 129 étaient des Allemands ou en descendaient directement12. Les exposants des colonies les plus récentes (Nova Petropolis, Santo Angelo, Teutonia, São Lourenço) n’ont envoyé que des échantillons de produits agricoles. Les artisans de Santa Cruz présentent des échantillons de tabac préparé, de cigares, etc. Ce sont les artisans de la colonie de São Leopoldo qui exposent les produits les plus nombreux et les plus variés. A côté du tabac et du vin figurent des tissus de coton et de lin (10 exposants), des cordes (2), des chapeaux (2), des jambons, des saucissons, de la viande fumée et salée, de l’eau-de-vie, des liqueurs, de la bière, des cuirs, des chaussures, des articles de sellerie (5). Etaient également exposés des travaux de forgerons rerruriers, armuriers, lithographes, d’un photographe et d’un ciseleur sur or et argent travaillant à la sellerie de luxe pour les estancieiros de la Campanha.

  • 13 Catalogo da Exposição Brasileira-Allemã, Pôrto Alegré 1881. On peut consulter aussi avec fruit les (...)

22L’exposition de 1881, qui eut lieu à Porto Alegre sous les auspices de la Société de géographie et dont l’animateur fut Koseritz, confirma aussi nettement l’importance du rôle des immigrants allemands et de leurs descendants dans la mise en valeur du pays13. Sur 1.009 articles montrant leur travail, les Allemands en exposent 68 %, les Italiens 15 %, les Luso-Brésiliens 17 %. Une étude détaillée des 689 articles exposés par les premiers nous permettra d’avoir une idée plus juste des tendances et des caractéristiques de leur activité. Il convient d’abord d’éliminer 30 échantillons de bois et 6 de maté résultats d’une activité de cueillette et 134 échantillons de produits agricoles présentés tels quels. Sur 525 articles restants, 311 sont le résultat de la transformation de produits agricoles pour leur consommation immédiate ou pour leur expédition. Ces productions artisanales les plus fréquentes sont l'alcool (26), les liqueurs (52), le vin (27), et la bière (17) ; le tabac (28), les cigares et les cigarettes (11) ; les farines (33) ; la graisse et l’huile (25) ; le miel et la cire (13). Cet artisanat, relativement spécialisé, n’est plus celui de groupes ruraux vivant en économie fermée.

23Certes il y a encore une grande variété de productions n’ayant qu’une signification locale : pâtes (11), café (2), vin de miel ou d’orange, cire, fibres d’orties (1), plantes tinctoriales (3) et médicinales (2) qui sont comparables à l’échantillon 1.004, « graines recueillies pour servir à faire des chapelets ». On trouvait aussi un aquarium, une tombe en bois, un vitrail, une bouteille de mort-aux-rats, un ellipsographe, un tampon encreur, une clarinette, deux fleurs en plumes, un piano, un wagonnet pour chemin de fer à voie étroite et le plan d’une machine à vapeur.

24Mais il y a aussi des produits « sérieux ». Les uns ne font que survivre (tonneaux, cordes, paniers, meules, bougies) ; d’autres prennent une importance croissante : tuileries (7), briqueteries (6), faïenceries (14), ainsi que la charpenterie et le menuiserie. Des souliers aux chapeaux (6 fabriques) on peut vêtir l’homme sur place. C’est le cuir qui est le produit principal (47) avec la sellerie (29), la fourrure (12), lés souliers, les bottes (6) et les formes en bois pour chaussures (4). Le textile est représenté par des fils èt tissus de lin (8), des tissus de laine (2) et deux échantillons de vêtements confectionnés.

25D’autre part la filature de Rheingantz a commencé à fonctionner et la savonnerie s’industrialise avec Lang. La métallurgie différenciée apparaît : outillage agricole (scies, limes, machines contre les fourmis, marmites, fer forgé, roues de charrettes), engrenages, lits de fer, fourneaux et coffres. Mais cette production encore embryonnaire est déjà essentiellement urbaine. La métallurgie et la manufacture de cuir ne se développent que dans les colonies ayant une forte concentration de population villageoise ou dans les villes. Là aussi est amorcée une transformation décisive de l’artisanat des colonies allemandes, : il ne subsiste que comme vestige des anciennes fournitures locales assurées dorénavant par l’industrie avec laquelle il coexiste.

  • 14 Hoermeyer, Beschreibung, p. 47.
  • 15 Gerstaecker, 18 Monate, p. 70 ; Indole da Legião Alterna, p. 75 ; Willems, A Aculturação, p. 112.

26Cependant s’est produit un curieux phénomène : 1a diaspora dans les noyaux urbains luso-brésiliens d’artisans allemands que l’on estimait à plusieurs centaines dès 184614. Ces artisans semblaient avoir trouvé des conditions plus favorables à l’exercice de leur profession dans les municipes de population luso-brésilienne où ils ont été bien accueillis. Leur fortune est venue de ce que les mœurs, les coutumes, les traditions et les préjugés de la population luso-brésilienne la détournaient de certains arts mécaniques. Ils ont été charpentiers, menuisiers, selliers, forgerons, carrossiers, tailleurs, cordonniers, minotiers, boulangers, hôteliers, horlogers, photographes. D’autre part, dans tous ces cas d’isolement il y a eu assimilation rapide des éléments teuto-brésiliens par le milieu luso-brésilien au moins jusqu’à l’arrivée des Brummers15.

27Ce sont ces artisans, qui se sont installés dans les villes dès les premières années de leur séjour au Brésil et qui n’ont pas participé à la vie de la colonie allemande, qui furent le plus souvent à la base du développement de » petits ateliers en manufactures ou en fabriques, mais non pas les artisans ruraux.

b. Caractéristiques

28L’artisanat rural allemand, en effet, avait pris immédiatement quelques caractères originaux, ceux-là mêmes qui l’ont empêché d’engendrer l’industrialisation.

1. L’association avec l’agriculture

  • 16 Porto, O Trabalho, p. 105.

29La presque totalité des artisans locaux furent des fils de colons, c’est-à-dire de cultivateurs. Ils ont parfois adopté une profession pour laquelle ils se sont découvert une aptitude spéciale ; ils ont bien plus souvent repris un métier exercé en Allemagne par leur père ou leur grand-père qui leur en a légué les recettes et les secrets16. Il ne s’agit pas tant d’une apparition que d’une résurgence de l’artisanat, banni à la première génération par l’organisation officielle de la colonisation et par la lutte pour la survie, mais réapparaissant à la seconde génération grâce à l’effort des colons pour améliorer leurs conditions de vie et grâce à l’élévation de la prospérité des colonies. Ainsi l’artisanat s’est-il associé à l’agriculture.

30Les artisans fournissaient certains services ou produits aux agriculteurs et transformaient nombre de leurs récoltes, tout en continuant eux-mêmes à exploiter la terre. L’artisanat, en effet, n’a longtemps été qu’une activité d’appoint et les artisans vivant de leur seul métier constituaient l’exception.

31La population des trois colonies officielles de Santa Cruz, Santo Angelo et Novo Petropolis comprenait, en 1860, 3.815 habitants groupés en 884 feux. Il y avait 884 établissements agricoles sur certains desquels s’élevaient 6 moulins, 13 forges et 12 magasins. Sur 1.081 adultes qui travaillaient, il y avait 1.081 agriculteurs dont 12 étaient aussi commerçants, 19 muletiers, 7 charretiers, 9 minotiers, 2 tanneurs, 2 bourreliers, 16 forgerons, 51 charpentiers, 20 tonneliers, 38 maçons, 49 cordonniers, 29 tailleurs et 2 fabricants de cigares. A Dois Irmãos en 1874, sur plus de cent artisans, il n’y en avait que deux à ne posséder aucun lopin de terre.

32La quasi totalité des artisans appartenaient à des familles établies depuis longtemps dans la picada, car l’artisanat a été un élément de fixation de l’homme à la terre et au village, par opposition à l’agriculture pure. Alors qu’une famille nombreuse ne peut plus vivre sur une moitié ou un quart de colonie et que certains de ses enfants émigrent, pour s’établir, celles dont un ou plusieurs membres pratiquent l’artisanat peuvent se contenter d’une propriété divisée. Le morcellement de la petite propriété a favorisé le développement de l’artisanat dans une certaine mesure.

  • 17 Adresskalender, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874.

33L’activité artisanale a si bien été liée à la fois au manque de terre et au manque d’échanges que le même individu pratiquait souvent deux ou trois métiers simultanément, en plus de l’agriculture. En 1874 à Dois Irmaos, nous trouvons un Sander meunier et distillateur, un Becker meunier et huilier, un Marmitt distillateur et huilier, un Weinmann boulanger et hôtelier, un Muller tonnelier, charron et forgeron, un Schaeffer scieur de long et menuisier, etc.17.

  • 18 Voir tableau de la note 4 : la différence est nette entre Estrela et Santa Cruz ou Nova Petropolis. (...)

34Il y eut d’ailleurs un rapport entre le développement de l’artisanat d’une part et l’importance numérique de la population ou la facilité des communications d’autre part. Là où la population était plus ancienne et plus dense il y avait davantage d’artisans : 122 à Dois Irmãos, 69 à Bom Jardim, 30 à Picada Café, 9 à Cristina do Pinhal, 3 à Brochier en 1874. A 1’intérieur des terres, là où l’isolement était relativement plus grand, le nombre des artisans augmentait (20 à Rio Pardo, 38 à Teutonia), alors que sur les bords des fleuves, dont la colonisation était pourtant antérieure, on ne trouvait presque pas d’artisans18.

35On vit bien apparaître une nouvelle forme d’artisanat, que nous pourrions appeler indirecte, parce qu’elle fut liée au commerce : le propriétaire d’une venda se mit à transformer les produits agricoles pour les exporter. A Dois Irmãos en 1874 un Brusius possédait des terres, une maison de commerce et un moulin à huile ; un Sperb des terres, une maison de commerce, un moulin à blé et un moulin à huile. Mais c’étaient précisément des activités associées à l’agriculture de la picada et l’artisanat ne s’est dégagé que lentement et incomplètement de sa contexture paysanne.

2. Structure

36Dans toutes les anciennes colonies, pendant toute cette période, la structure de l’artisanat est restée très simple, celle d’une toute petite entreprise où travaillait généralement une seule personne, à moins que son chef n’ait été aidé par un de ses enfants, deux au maximum, à qui il apprenait le métier. Il faut d’ailleurs distinguer les « établissements » (moulins, distilleries, ateliers de forge) des « professions » pratiquées sans aucune installation technique permanente et le plus souvent comme activité secondaire.

  • 19 Hoermeyer, Besehreibung, p. 68 ; le salaire d’un artisan était la nourriture et 1 thaler par jour, (...)

37La majorité des « professions » s’exerçait sans capital, avec un outillage simple contenu dans une caisse ou un sac, contre un salaire modique19 ne permettant ni l’acquisition d’un fonds ni l’installation d’une entreprise. Par la suite certains ouvriers ont pu vivre de leur seul métier, mais la faiblesse de leurs moyens matériels et la routine de l’artisanat résurgent ne leur ont jamais permis de dépasser un stade élémentaire.

  • 20 Ave Lallemant, Reise, p. 176 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21.

38Les « établissements » eux-mêmes se sont répartis en deux catégories : ceux où le paysan n’était qu’occasionnellement artisan et dont les appareils n’étaient utilisés que saisonnièrement, comme pour la fabrication de la farine de manioc ou pour la distillation de la canne à sucre ; ceux où l’artisan vivait exclusivement de son métier, utilisant constamment ses propres installations, comme le tanneur et le fabricant de chaussures. Pour ceux-ci le salaire était plus élevé (de 40 à 50 milreis)20. Certains de ces ateliers furent le noyau de manufactures, voire de fabriques et d’usines, mais l’accumulation des réserves de capitaux ayant été très lente cette transformation ne s’est opérée que beaucoup plus tard.

3. L’âge d’or de l’artisanat rural

  • 21 Verband, Hundert Jahre, p. 239 ; Tschudi, Reise, p. 37 ; Ave Lallemant, Reise, p. 174 ; Gerstaecker(...)

39De nombreux auteurs ont insisté sur l’aspect idéal qu’a présenté l’évolution des colonies par l’association du champ et de l’atelier, par l’harmonie entre les besoins et leur satisfaction. Il y a dans ces descriptions un embellissement presque poétique de la vie rustique ou une part d’attendrissement facile21. Cependant elles nous indiquent que cette civilisation rurale avait atteint rapidement un équilibre interne satisfaisant.

  • 22 Hoermeyer, Beschreibung, p. 67-72.

40Ce fut assurément l’âge d’or de l’artisanat qui régnait en maître dans les colonies totalement dépourvues de fabriques et toujours handicapées par la difficulté des communications. Tous les domaines semblaient ouverts à l’artisanat. Si Hoermeyer déconseille aux tanneurs, selliers et menuisiers allemands d’émigrer au Brésil parce qu’ils seraient en surnombre, il précise que le Rio Grande do Sul peut recevoir des charpentiers, des tonneliers, des maçons, des peintres, des charrons, des serruriers, des mécaniciens, des briquetiers, des potiers, des boulangers-pâtissiers, des fabricants de cigares pour lesquels toutes les colonies offrent de grandes possibilités. Par contre certaines professions devraient s’exercer dans les villes, seules capables de leur assurer des débouchés suffisants : confiseurs, bouchers, vitriers, chapeliers, ferblantiers, fondeurs, chaudronniers, horlogers et même photographes22. Cette classification établie dans l’intérêt des immigrants nous révèle la physionomie des colonies dans lesquelles on trouve le nécessaire mais guère de raffinement et encore moins de luxe. Elle marque donc et les caractéristiques et les limites de l’artisanat rural.

B. le déclin de l’artisanat

41L’artisanat rural avait atteint entre 1880 et 1890 sa plus grande splendeur. Depuis il n’a pu que décliner ou disparaître quand il ne s’est pas transformé.

  • 23 Relatorio da Secretaria dos Obras Publicds : Falas ã Assembleia, 1894-1914 ; Petry, Historia, p. 29 (...)

42Il n’y a peut-être pas eu davantage d’artisans qu’autrefois parmi les immigrants, mais ils n’ont plus accepté d’aller dans les colonies agricoles et ils se sont installés dans les villes ou les bourgs23. Porteurs de nouvelles techniques ils ont donc beaucoup moins contribué à l’amélioration de l’artisanat qu’à l’industrialisation du Rio Grande do Sul.

43Celle-ci a porté à l’artisanat rural un coup d’autant plus rude que les conditions de vie des colons ont été transformées. La guerre civile de 1893 et les deux guerres mondiales leur ont apporté la prospérité, au moins temporairement ; les moyens de communication ont été améliorés considérablement ; à une économie dont les échanges reposaient sur le binôme bateau fluvial-traction animale, succéda dans les colonies un système à la fois plus complexe et plus puissant qui vint aboutir à Porto Alegre tête de lignes de navigation transocéanique à vapeur.

44Cependant si les anciennes colonies se trouvaient comme rapprochées de la capitale et si l’artisanat y était profondément transformé par sa subordination au commerce et à l’industrie, les nouvelles colonies du Plateau voyaient renaître les activités élémentaires et se dérouler un second processus d’adaptation de l’artisanat en zone pionnière.

a. L’artisanat dans les nouvelles colonies

45L’artisanat s’y est développé plus vite que dans les anciennes colonies mais il ne semble pas y avoir jamais atteint le même degré de prospérité.

1. Colonies fondées à la fin du XIXe siècle

  • 24 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1894-1912 ; Lacmann, Ritte, 225-228 ; Verband, Hundert (...)

46La colonie d’Ijui est peut-être la plus caractéristique24. Dès ses premières années y apparurent des activités élémentaires. En 1896 fonctionnaient déjà 12 moulins hydrauliques à farine ou à huile et 4 forges fournissant les premières charrues et les charrettes indispensables à la culture et aux transports ; à la même date il y avait 31 maisons de commerce, ce qui traduit l’importance relative des échanges. Les entreprises artisanales sont passées à 83 en 1900. C’était le plein développement de l’artisanat élémentaire : forgerons-charrons (10), ferblantiers (3), charpentiers-menuisiers (3), briquetiers (6). Il y avait 3 scieries et 3 moulins à manioc. On trouvait aussi 3 tailleurs et 8 cordonniers. Venaient enfin d’apparaître 2 boulangeries, 3 boucheries et 3 brasseries (pour 7.500 habitants). Mais cette activité fondamentale était déjà dépassée par la transformation des produits agricoles. Aux moulins qui broyaient la farine de maïs, largement exportée, s’ajoutaient 28 distilleries qui fournissaient le principal produit commercial, l’aguardente. Fonctionnaient aussi 2 raffineries de graisse, 2 fabriques de salaisons, 3 tanneries. Au bout d’une dizaine d’années seulement c’était la même situation qu’au bout d’une trentaine à São Leopoldo.

47Avec l’accroissement de la population, l’amélioration des routes et la multiplication des charrettes à partir de 1906, l’exportation se développe. Si les fonctions artisanales élémentaires ne croissent que proportionnellement à la population celles de transformation se multiplient. En 1910 il y a 16 scieries à vapeur, 4 moulins à vapeur et 38 à eau, 42 distilleries, 8 usines à décortiquer le riz et 8 râpéries de manioc, 4 raffineries de graisse, 5 tanneries, etc.

48En 1911 l’ouverture de la voie ferrée transforme Ijui en un petit bourg-marché. On voit s’y grouper des hôtels (4), des coiffeurs (4), des tailleurs (7), des cordonniers (5), des ferblantiers (6), des menuisiers (2), un armurier, un typographe et un photographe. Des professions libérales apparaissent : 2 avocats, 5 médecins, 3 pharmaciens. Ijui a connu en vingt an ? la même évolution que São Leopoldo en cinquante. Mais c’est là que s’arrête l’analogie entre les deux colonies et les deux chefs-lieux.

49Alors qu’Ijui a pris une grande importance comme centre commercial du Plateau occidental, grâce au chemin de fer et au réseau routier moderne, l’artisanat ne s’y est pas développé en manufacture comme à São Leopoldo. C’est qu’il ne travaillait guère qu’au conditionnement des produits agricoles pour l’exportation et qu’il était tombé en veilleuse à cause du ralentissement de l’activité agricole à la seconde génération. En 1937 il n’y avait plus que 12 entreprises artisanales de transformation. La deuxième guerre mondiale a amené une réaction : le nombre d’artisans est passé de 121 en 1940 à 385 en 1950. Cela correspondit à la nécessité d’assurer la fourniture de produits qui ne parvenaient plus, puis à l’augmentation de la population urbaine, passée de 5.400 à 8.950 habitants en dix ans. Bien que les branches du bâtiment, de l’alimentation, du vêtement aient pris une vigueur nouvelle, le déclin de la production agricole a provoqué celui de l’artisanat de transformation. De même que les agriculteurs émigrent vers de nouvelles zones pionnières les artisans deviennent ouvriers ou contremaîtres d’usines dans les plus grandes villes.

2. Colonies fondées au XXe siècle

  • 25 Relatorio da Secretaria dos Obras Publiais, 1915-1931.

50Santa Rosa a été peuplée aussi en grande majorité par des Teuto-Brésiliens. Si elle n’a reçu que peu d’immigrants allemands, ceux-ci étaient en partie des artisans et des techniciens « modernes ». Comme à Ijui le premier développement de la colonie a été antérieur à l’ouverture de la voie ferrée. Fondée en 1915 la colonie devenait municipe en 1931 et comptait 120.000 habitants en 1950. Sa croissance a été rapide. C’est encore un des municipes agricoles les plus prospères du Rio Grande, mais comme à Ijui l’artisanat ne s’y est pas développé à proportion25.

51Santa Rosa possédait en 1918 1 briqueterie, 2 scieries et 3 moulins ; en 1937 98 scieries, 34 forges, 46 menuiseries, 15 briqueteries, 22 ateliers de tailleurs, 15 cordonneries, 16 brasseries, 9 fabriques de limonade ou eau gazeuse et 8 boulangeries. La brièveté de cette énumération montre la simplification de l’artisanat dans une colonie moderne : malgré les progrès du chef-lieu et la prospérité du bâtiment, malgré l’apparition d’activités de type urbain (comme la boulangerie, la torréfaction de café, la confiserie et la typographie), l’essentiel de l’artisanat restait consacré à la transformation des produits agricoles.

  • 26 Cabdoso, O Municipio de Santa Rosa, p. 54 ; Recenseamento geral de 1950.

52Le nombre des briqueteries et des forges n’a augmenté que peu et lentement, celui des scieries a diminué après l’achèvement de la conquête pionnière. Le premier rang a été occupé depuis 1942 par les entreprises de transformation, au nombre de 169 sur 379 en 1950. L’établissement du chemin de fer en 1940, le développement récent du réseau routier ont favorisé l’expédition des produits (beurre, fromages, graisse, viande, etc.) vers Pôrto Alegre, situé pourtant à 625 kilomètres26. Mais cette victoire sur l’isolement et sur la distance a stérilisé l’artisanat rural : sauf la briqueterie et la forge, la fourniture d’articles courants a été éliminée par le rayonnement des usines de la Dépression centrale ; la transformation des produits agricoles échappe déjà à l’artisan pour passer aux raffineries de graisse, aux minoteries et aux laiteries industrielles.

  • 27 Relatorio da Secretaria das Obras Publions, 1908-1918 ; Album comemorativo do 50° aniversario de Ij (...)

53C’est Erechim qui a connu l’évolution la plus rapide27. Fondée en 1908, municipe en 1918 elle comptait alors 38.526 habitants, dont 33.000 ruraux. Elle avait été ouverte en même temps que la voie ferrée ; autour de chaque gare s’installaient des maisons de commerce et des entreprises artisanales, en premier lieu des scieries, puis des forges ; à Erechim même on comptait en 1911, à côté de 16 magasins, 8 moulins et distilleries, 2 scieries, 1 briqueterie, 2 tanneries, 2 forges, 2 charpenteries, 2 cordonneries, 2 ateliers de tailleurs. Chaque année augmente le nombre des scieries à vapeur, comme celui des maisons, passé de 331 en 1911 à 6.230 en 1913. La population dépasse 27.000 habitants. La production agricole s’accroît rapidement, de 70 % entre 1912 et 1913 ; la guerre la stimule, en 1916 Erechim exporte 50 % de sa récolte. C’est surtout l’artisanat de transformation qui a été favorisé, fournissant des bois sciés (35 % puis 20 %), de la graisse (18 % puis 26 %), des farines, des alcools, etc. Dans une région où les communications ont été relativement faciles et où l’économie était purement rurale, il n’y avait pas place pour un autre artisanat. De 1920 à 1940 le nombre d’entreprises n’avait guère varié, car la croissance était déjà faite, mais il a triplé entre 1940 et 1950, en raison des difficultés de ravitaillement en produits industriels et surtout de l’accroissement de la demande de produits agricoles, sans compter l’extension de l’agglomération.

54Erechim même, qui compte 14.663 habitants en 1950 (12 % de la population du municipe) possède un artisanat typiquement urbain (10 entreprises de construction, 6 fabriques de meubles, 3 boulangeries, 4 torréfactions de café, 11 fabriques de boissons et de glace, 4 teintureries, 5 horlogeries, 2 typographies). Mais la majorité des artisans y travaillent pour les agriculteurs (fabriques de charrettes, fonderies, ferblanteries, ateliers de mécanique et de réparations, savonneries) ou transforment les produits de la terre (scieries, moulins, conserves de viande, raffineries de graisse, tabac). Le chef-lieu n’abrite d’ailleurs que 17 % des entreprises. Plus des quatre cinquièmes sont donc installées dans les villages ou les hameaux.

55Nous y retrouvons d’une part les briqueteries, les forges, les menuiseries, les selleries, les cordonneries et les ateliers de tailleurs, d’autre part les scieries, les moulins, les distilleries, les torréfactions de maté, la fabrication de la graisse et des conserves de viande de porc. Mais la préparation de la bière, de l’eau gazeuse et de la limonade, la torréfaction du café ont déserté les picadas, en particulier à cause du camion dont le rayon d’action est sans commune mesure avec celui de la charrette. Nous assistons au recul de l’artisanat rural sur les deux fronts, la transformation des produits agricoles comme la fourniture d’objets destinés à la clientèle locale.

  • 28 Erechim. (T. total, A. allemands, I. italiens, P. polonais).

56Ce recul est sensible surtout parmi les artisans d’origine allemande. Si nous examinons en effet les entreprises existant en 1950 à Erechim28, nous constatons que les Teuto-Riograndenses conservent un grand rôle seulement dans la briqueterie et la tuilerie, mais qu’ils sont en régression dans la scierie, la charpente, la forge, le textile, la minoterie et la distillerie. Et cela non seulement dans l’ensemble du municipe, mais dans les districts mêmes où ils constituent la majorité ou la totalité de la population : les artisans allemands sont éliminés dans leurs propres secteurs par la concurrence des Polonais et surtout des Italiens dont la diaspora est comparable à celle des artisans allemands à travers la Campanha entre 1824 et 1875.

57Ainsi dans les nouvelles colonies non seulement le nombre des artisans a partout cessé de s’élever proportionnellement à la population, mais les Teuto-Riograndenses y témoignent maintenant de la désaffection pour l’artisanat rural.

b. L’artisanat dans les anciennes colonies

58Son évolution y a été plus complexe que sur le Plateau : d’une part la durée de l’exploitation du sol y a entraîné des modifications par rapport au xixe siècle, d’autre part les progrès des communications y accentuent les différences entre les pays du Rio dos Sinos et les autres qui ont conservé un genre de vie essentiellement rural et agricole.

1. Les pays agricoles

  • 29 Sâo Lourenço
    1. Nombre d'artisans

    2. Artisanat et population

59L’ancienne colonie restée la plus purement agricole, à cause de sa position méridionale au milieu d’une zone luso-brésilienne d’élevage, est cellé de São Lourenço29 : elle n’abrite aucune industrie ; sa population est entièrement rurale puisque sur 32.195 habitants 4.730 seulement vivent au chef-lieu. Entre 1890 et 1950 il y a eu accroissement du nombre des entreprises artisanales assurant le logement, le vêtement et l’équipement des agriculteurs (300 % pour la céramique, le bois et le fer). Mais l’artisanat de l’alimentation a augmenté de 475 %, car il travaille en partie pour la population locale et en partie pour l’exportation, grâce à la proximité de Pelotas et de Rio Grande, villes auxquelles la colonie est reliée non plus seulement par des gabares mais maintenant par des camions. Cependant le nombre des moulins et des distilleries a diminué, leurs activités n’étant plus du domaine artisanal. Celui-ci a été réduit en effet par le développement de la production industrielle et des échanges commerciaux.

60Bien plus, le nombre des artisans avait diminué en valeur absolue jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale. Celle-ci l’a fait remonter, mais son coefficient d’accroissement est inférieur à celui de la population, 1,8 au lieu de 2,7 par rapport à 1890. Autrement dit il y avait 1 artisan pour 236 habitants à la fin du xixe siècle contre 1 pour 320 habitants au milieu du xxe siècle et avant la guerre la proportion était tombée à 1 pour 546. Ainsi en l’espace de deux générations le nombre des artisans par rapport à celui des habitants a diminué de 35 %, soit de plus du tiers. Malgré l’influence de la guerre 1939-1945, le rôle de l’artisanat a décru sensiblement dans la colonie allemande la plus purement rurale.

  • 30 Estrela. — Venancio Aires
    1. Nombre d'artisans

    2. Artisanat et population

61Cette régression a été encore plus nette dans les colonies de la vallée du Taquari qui sont pourtant parmi les plus riches des anciens pays agricoles. Nous prendrons deux exemples, celui d’Estrela qui est au bord du fleuve et celui de Venancio Aires qui est un peu en retrait et où les communications sont moins faciles mais où s’est développée la culture du tabac, plus rémunératrice30. Si l’augmentation du nombre des forgerons, des briquetiers et des tuiliers correspond à celle de la population, l’artisanat du bois est en régression, les scieries ayant presque totalement disparu en même temps que les forêts, les tanneurs et les cordonniers n’ayant pas résisté à la concurrence des tanneries et des manufactures de chaussures dé São Leopoldo et de Novo Hamburgo. L’artisanat de l’alimentation a augmenté depuis le début du siècle. Pointant dans certaines spécialités (minoteries et distilleries) il y a eu stagnation à Estrela et recul à Venancio Aires. Autre motif d’inquiétude : comme dans l’agriculture, l’importance du manioc s’est accrue dans l’artisanat de transformation et plus encore à Estrela (10 %) qu’à Venancio Aires (8 %) où la culture du tabac assure la reconstitution de la fertilité du sol par l’emploi d’engrais.

62Le nombre des entreprises artisanales qui s’était élevé entre le début du siècle et 1914-1918 a ensuite diminué régulièrement jusqu’en 1940.Après le coup de fouet de la deuxième guerre mondiale il a recommencé à baisser depuis 1945. Bien qu’il soit encore actuellement supérieur en chiffres absolus à ce qu’il était en 1900, l’artisanat est en régression dans cette région entièrement rurale. Il y a dans les pays du Taquari 128 habitants pour un artisan en 1950 contre 71 en 1900. En 50 ans le nombre des artisans par rapport à celui des habitants a diminué de 45 %, soit presque de moitié.

  • 31 Montenegro
    1. Nombre d’artisans

    2. Artisanat et population

63Dans les pays du Cai, dont le sol est moins riche que celui de la vallée du Taquari, la décadence de l’artisanat rural depuis 1890 a été plus saisissante encore, comme nous le montre l’exemple de Montenegro31. Si nous laissons de côté l’apparition récente des entreprises citadines (torréfactions de café, horlogeries, fabriques de monuments funéraires), les principales branches d’artisanat ont subi une série de modifications plus ou moins graves. Il y a eu augmentation du nombre des tuileries-briqueteries, des forges et des menuiseries à cause du développement urbain, mais diminution du nombre des scieries (12 en 1947 contre 29 en 1895). Le nombre des tailleurs s’est élevé mais celui des artisans du cuir n’a pas augmenté : São Leopoldo est trop proche. C’est la branche de l’alimentation qui a enregistré le plus fort accroissement : 200 % par rapport à 1895. Pourtant il y a eu disparition des moulins et diminution de 50 % du nombre des distilleries par rapport à 1895, alors que c’étaient autrefois des activités essentielles dans la transformation artisanale des produits agricoles.

64Dans l’ensemble, sous la double influence de l’amélioration des transports et de l’épuisement des terres de 1890 à 1940, l’artisanat avait décliné régulièrement, gravement : 4 entreprises sur 5 avaient disparu. Il a fallu la deuxième guerre mondiale pour réveiller l’artisanat de son engourdissement ; malgré tout le nombre absolu des artisans de la colonie est inférieur en 1950 à ce qu’il était en 1890. La régression de l’artisanat est encore plus sensible si nous la rapportons à l’évolution de la population, puisque celle-ci a plus que doublé en 60 ans. Alors qu’il y avait 1 artisan pour 42 habitants en 1890 il n’y a plus qu’un pour 130 en 1950, c’est-à-dire que la diminution relative a été de 68 %, soit de plus des 2/3 en deux générations.

  • 32 Santa Cruz 1.
    Nombre d’artisans

    2. Artisanat et population

65Dans l’ancienne colonie de Santa Cruz, exception faite des manufactures de tabac et des fabriques de machines agricoles, devenues établissements industriels, presque toutes les entreprises étaient restées artisanales32. Certaines branches se sont développées, parallèlement à l’accroissement de la population globale ou de la population du chef-lieu. Le souci du mieux-être se révèle à l’apparition des cafés-glaciers, des horlogers et des photographes. Le nombre des menuiseries a augmenté, mais celui des ateliers travaillant le bois est resté stationnaire depuis le début du siècle, parce que le nombre des scieries a diminué avec les réserves de forêt. Par contre les briqueteries, les ateliers de forgerons, de serruriers, de ferblantiers, de mécaniciens pour automobiles sont devenus de plus en plus nombreux. Les tailleurs ont augmenté ainsi que les artisans du cuir, selliers et cordonniers. Mais l’augmentation la plus élevée se note dans le domaine de la transformation des produits agricoles (300 % par rapport à 1910). C’est là encore la branche la plus florissante de l’artisanat. Cependant le nombre des moulins à céréales a diminué et ceux qui existent maintenant sont des établissements industriels. La fabrication de l’huile, la préparation de la graisse, la distillation des alcools tendent à s'industrialiser. Il y a eu concentration des entreprises depuis la première guerre mondiale et disparition de certaines branches artisanales traditionnelles.

66Dans son ensemble l’artisanat a décliné par rapport à 1890. A la fin du xixe siècle et au début du XXe il s’était développé en même temps que la production agricole, car l’essentiel de ses activités consistait dans le conditionnement des produits à exporter dont le nombre et le volume avaient été accrus par les nouvelles facilités de communication (ouverture de la ligne de chemin de fer) et par l’élévation des demandes de 1914 à 1918. Mais dans l’entre deux guerres il y avait eu une période de piétinement et même de régression par rapport à 1918. La deuxième guerre mondiale provoqua un renouveau d’activité, temporairement d’ailleurs, car le nombre d’entreprises retombe déjà à son niveau de 1940.

67Cette régression apparaît encore plus grave si nous la mesurons par rapport à l’accroissement de la population. Celle-ci a plus que sextuplé entre temps. Or comme elle est encore rurale dans la proportion de 84 % c’est dans la colonie que le recul de l’artisanat a été le plus sensible, puisqu’un certain nombre d’entreprises, en particulier les plus récentes, se sont groupées au chef-lieu. De 1918 à 1950, soit en 32 ans à peine, le rapport du nombre des artisans à celui des habitants est passé de 1/70 à 1/185, c’est-à-dire qu’il a diminué de 63 %, soit presque des 2/3. Tel a été le recul de l’artisanat dans les anciennes colonies agricoles.

2. Le pays du Rio dos Sinos

68L’évolution de l’artisanat dans les municipes de São Leopoldo, Novo Hamburgo et Taquara depuis 1890 a été beaucoup plus complexe que dans le reste des anciennes colonies : les mêmes facteurs qui ont provoqué le déclin de l’artisanat dans les districts ruraux n’ont pas nécessairement eu le même résultat dans les bourgs où ils ont parfois favorisé sa renaissance.

69Le recul de l’artisanat a été plus ancien que dans les autres pays puisqu’il date de la fin du xixe siècle, il a été plus grave puisqu’on n’y trouve presque plus d’artisans ruraux. Le peu d’entre eux qui ont subsisté sont groupés de préférence dans les vilages.

70A Lomba Grande, par exemple, dans le municipe de Novo Hamburgo, on en compte en 1950 11 qui se répartissent comme suit : 2 scieurs-menuisiers, 1 forgeron, 1 selliersavetier, 1 minotier, 1 boulanger, 1 tailleur, 2 coiffeurs, 1 fabricant de savon et 1 fabricant de balais. Le tout pour une population de 487 habitants au chef-lieu et 3.450 d/ms le district. Il n’y a donc en 1950 qu’un artisan pour 359 habitants, ce qui est une proportion très faible même en ajoutant les 5 distillateurs.

71Les facilités relatives de Communication qui ont entraîné le déclin de l’artisanat ont favorisé la naissance de 4 entreprises nouvelles, 1 fabrique de meubles et 3 vernissures de cuir travaillant en liaison avec l’industrie de São Leopoldo-Novo Hamburgo, comme l’unique tannerie du district. Lomba Grande, qui est relié à la ville par camion depuis 1920 et par autobus depuis 1928, n’a pourtant jamais possédé une route comparable à celle qui traverse le municipe de São Leopoldo du nord au sud et rattache Dois Irmãos au chef-lieu.

  • 33 Dois Irmãos

72A Dois Irmãos le nombre des artisans, également réduit, n’a cessé de baisser depuis la fin du xixe siècle : 120 en 1890, 80 en 1923, 30 en 1950 ; il y avait un artisan sur 41 habitants en 1890,1 sur 73 en 1923, 1 sur 182 en 195033. L’influence de la seconde guerre mondiale n’a même pas pu le relever ; à peine voyons-nous apparaître 4 entreprises nouvelles, bées à l’ouverture de la grande route fédérale, 2 carrières, 1 fromagerie et un atelier de réparation d’automobiles, tenu par le propriétaire de l’autobus qui relie Dois Irmãos à São Leopoldo. Par contre entre la fin du xixe siècle et le milieu du xxe siècle ont disparu les tisserands, les tonneliers, les huiliers, les brasseurs locaux. Dans toutes les autres spécialités le nombre des ateliers ou des entreprises a diminué, même dans le bâtiment bien que la deuxième guerre ait favorisé le rajeunissement du village. Il n’y a que deux scieries au lieu de 6 en 1923, 1 briqueterie au lieu de 5, 1 entreprise de construction au beu de 2,1 charpentier au beu de 6. Les moulins à farine et à manioc sont cinq fois moins nombreux qu’au xixe siècle, les distilleries deux fois moins nombreuses. De même il n’y a plus qu’une tannerie artisanale et 3 ateliers de, confection de chaussures rustiques contre 8 en 1874 et 13 en 1923. Il ne reste que 2 tableurs et qu’un sellier-bourrelier, obligé de fabriquer aussi des galoches pour vivre. Le photographe qui avait un atelier à Dois Irmãos en 1923 a disparu, les coiffeurs eux-mêmes ont subi l’influence de la concurrence de Novo Hamburgo-São Leopoldo.

73L’artisanat a décliné au moment même où grâce à la route les colons ont trouvé de nouvelles ressources dans l’élevage laitier et les villageois dans les 4 petites manufactures de chaussures qui se sont installées depuis 1940-1944. La diminution du nombre des artisans et la sélection de leurs activités correspondent à la transformation de la production locale et au développement des manufactures dans les villes et les agglomérations satellites qui parsèment la vallée du Rio dos Sinos.

  • 34 Valverde. Excursão, R.B.G., X, 4, p. 478-490.

74Cette zone est devenue manufacturière et semi-industrielle34. Si la population totale s’est accrue de 26 % (de 126.027 habitants à 157.508), c’est surtout parce que la population urbaine a augmenté de 66 % (de 44.700 habitants à 74.558), car la population rurale est restée à peu près stationnaire (82.950 en 1950 contre 81.237 en 1940). Le nombre des entreprises industrielles établies dans les trois municipes de Novo Hamburgo-São Leopoldo-Taquara est passé de 593 à 1.291 (220 %) entre 1940 et 1950. La population urbaine y a augmenté de 10 à 174 % et la population suburbaine de 66 à 102 %. Mais loin d’être l’épanouissement de l’artisanat cette prolifération manufacturière ou industrielle en a été la destruction. Il nous suffira de suivre l’évolution de quelques branches artisanales à São Leopoldo-Novo Hamburgo entre 1920 et 1950 pour le vérifier.

75Tout d’abord le nombre des entreprises liées à la transformation des produits locaux a décru (scieries, moulins à riz, à farine de manioc, alambics, raffineries de graisse et préparation du tabac). Les brasseries ont disparu.

  • 35 Ces industries sont liées à l’électricité et à des techniques modernes, importées directement d’All (...)

76Les fabriques de métallurgie différenciée (aluminium) et les fonderies d’aciers spéciaux ne sont même pas nées d’entreprises artisanales35.

77Quant à l’industrie du cuir, qui groupe 45 % de toutes les entreprises industrielles de la région, elle a opéré la concentration imposée par les nécessités de la technique moderne : par exemple le nombre des tanneries est tombé en vingt-cinq ans de 140 à 62, c’est dire qu’il a diminué de 56 %. Au lieu de donner naissance à une usine moderne, un atelier sur deux a disparu.

  • 36 L’artisanat du cuir subsiste pour la fabrication des chaussures :

    36-2. Mais le phénomène est plus c
    (...)

78C’est peut-être la manufacture de chaussures qui donne le plus nettement l’impression d’être née d’un artisanat antérieur. On en trouve jusque dans des bourgades purement rurales autrefois. (Voir photo 29, pl. X.) Leur nombre s’est accru, de 44 en 1923 à 191 en 1950 ; plus précisément 64 % d’entre elles ont été fondées entre 1940 et 1950, 7 % seulement sont antérieures à 1920. Cela veut dire qu’elles se sont développées au-dessus de l’artisanat dont elles dépassent complètement le cadre et qu’elles lui font parfois la charité de lui accorder un sursis en lui confiant de menus travaux complémentaires. L’artisanat du cuir, qui coexiste avec l’industrie par le Rio dos Sinos, est en effet le seul à avoir survécu dans toutes les colonies, mais il n’y a aucune envergure36

79Ainsi la plupart des entreprises industrielles du cuir et toutes celles des autres branches n’ont pas été fondées par des artisans ruraux mais par des citadins qui n’avaient même pas tous été des artisans.

c. Caractéristiques

80On ne peut pas dire que tout l’artisanat soit absolument anachronique dans le Rio Grande do Sul, mais les limites de son domaine se rétrécissent constamment devant les progrès de l’industrie ou du commerce qui mettent la plupart des produits ou articles à disposition des consommateurs à bien meilleur compte.

1. La technique

81De même qu’au cours de la première période la production de fils et de tissus avait disparu des colonies, de même au cours de la seconde période diverses productions ont été abandonnées. L’huile et le savon, les farines et les graisses, les conserves de viande, ce ne sont plus des artisans qui les préparent ; la distillerie, la brasserie, la tonnellerie, la faïencerie, la fonderie ont été incapables de soutenir la concurrence des machines. Enfin se sont réduites les entreprises bées à une transformation primaire des produits de la cueillette ou de l’agriculture dont le rendement baissait, comme le bois, le maté, les céréales, l’alcool de canne. Seule l’industrie du cuir a laissé subsister de petites entreprises artisanales avec 1 ou 2 ouvriers (tanneries, vernisseries, chaussures) qui coexistent dans les mêmes municipes, tandis que la préparation du tabac, industrialisée dans les anciennes colonies, est encore artisanale sur le Plateau.

82Cependant certaines professions restées artisanales malgré les progrès de la technique, se développaient à cause de l’augmentation de la population : briquetiers, maçons, forgerons, charpentiers, menuisiers, ferblantiers, charrons, selliers, tableurs, horlogers, typographes.

83On vit aussi apparaître dans les bourgs certaines spécialités qui y apportaient le « confort » : beurrerie, pâtisserie, confiserie, boucherie, charcuterie, boissons gazeuses, glace, café, teintureries, fabriques de meubles en bois, petite métaburgie, coutellerie, machines, instruments de musique, feux d’artifice, fleurs artificielles, etc. Le développement de l’automobile et du camion entraîna la naissance d’ateliers de réparations mécaniques et de vulcanisation ; mais ce fut le dernier gain artisanal.

84Depuis le lendemain de la première guerre mondiale et malgré l’influence temporaire de la seconde qui imposa de produire sur place ce qu’on ne pouvait plus importer, depuis 1920 donc le nombre des artisans a diminué. Il y a de moins en moins d’entreprises dans chaque branche. Plus de petites marques de cigarettes, ni de liqueurs, ni de chapeaux ; la confection élimine les tailleurs ; plus de chaudronniers, ni de cordiers, ni de fabricants de charrues, de barques, de charrettes, de brosses et balais ; plus de parfumeurs, savonniers, fabricants de bougies, de beurre, de conserves de viande, etc., il ne restait à Estrela qu’un seul fabricant d’horloges.

85Les progrès des communications et des productions massives ont donc entraîné une régression généralisée de l’artisanat dans les colonies. Les professions les plus solides, de plus en plus rares, sont celles qui reposent sur une technique élémentaire et répondent à des besoins essentiels du monde rural : briqueterie, charpente, forge, sellerie. Mais ni les artisans qui préparaient le bois ni ceux qui transformaient les produits agricoles n'ont pu résister à la disparition des réserves forestières ou à l’épuisement progressif des sols.

2. La structure

  • 37 Blancato, As forças economicas : Tejo, A industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 5 (...)

86L’étude de la structure des entreprises artisanales, qui nous indique les limites de son domaine, nous révèle bien le double danger qui les menace, la stagnation ou la disparition37.

87La forge est l’entreprise fondamentale en zone rurale. Elle ne groupait en 1948 que 2,3 personnes par atelier, y compris le propriétaire. Le capital moyen était de 18.100 cruzeiros et la production de 23.400 cruzeiros par an. Quelques autres corporations du travail des métaux ont conservé cette structure : l’outillage avec 3,8 personnes par entreprise, la ferblanterie avec 4,2 personnes. Elles sont beaucoup moins favorisées que les ateliers pour automobiles (capital moyen 157.000 cruzeiros, valeur annuelle de production 207.000 cruzeiros) mais ceux-ci groupent 5,1 personnes en moyenne et sont donc à la limite de l’artisanat.

88Nombre d’activités, autrefois artisanales, sont devenues industrielles : Fonderie 13,2 personnes, 55.000 cruzeiros-capital, 592.000 cruzeiros-production ; Serrurerie 15,5 personnes, 535.000 cruzeiros-capital, 460.000 cruzeiros-production ; Coutellerie 24,9 personnes, 391.000 cruzeiros-capital, 1.391.000 cruzeiros-production.

89L’artisanat du fer n’intéresse donc plus qu’un nombre relativement réduit de branches ; ni ses capitaux ni la valeur de sa production ne peuvent soutenir la comparaison avec les formes industrialisées : 78 % des entreprises sont artisanales et comptent 50 % du personnel, mais leur capital et leur production ne représentent que 40 % du total.

90De même certaines professions du bois ont conservé la structure artisanale, en particulier la charpenterie (moyenne de 4,1 personnes par entreprise, pour un capital de 83.000 cruzeiros et une production annuelle de 125.000 cruzeiros). Dans la menuiserie, où progresse l’industrialisation du meuble, les moyennes sont déjà de 5,7 personnes, 86.000 cruzeiros de capital et 90.000 cruzeiros de production : il y a coexistence de l’atelier avec la grosse entreprise. De même dans les scieries il y a en moyenne 5,1 personnes par établissement et la valeur du capital engagé (276.000 cruzeiros) manifeste le recul de l’artisanat, surtout dans les zones anciennement colonisées.

91L’artisanat de la chaussure et du vêtement est lui aussi menacé par les fabriques de chaussures et de vêtements confectionnés ; mais à côté de ces entreprises plus concentrées, subsistent encore des tailleurs et des cordonniers : Cordonniers 2 personnes, 17.000 cruzeiros de capital, 20.000 cruzeiros de production ; Tailleurs 3,3 personnes, 41.000 cruzeiros de capital, 108.000 cruzeiros de production.

92La structure artisanale ne se retrouve guère que dans quelques branches de l’alimentation : le produit caractéristique des zones de vieille colonisation, la farine de manioc, provient d’entreprises ayant en moyenne 2,6 employés et 30.000 cruzeiros de capital et de production annuelle.

93Pour l’alcool de canne les chiffres sont 2,2 personnes, 22.000 cruzeiros de capital, 19.000 cruzeiros de production annuelle, et pour les farines de céréales 3 personnes, 73.000 cruzeiros de capital, 400.000 cruzeiros de production annuelle.

94Mais l’artisanat s’efface devant la grosse fabrique dans d’autres branches comme : La boulangerie 6,9 personnes, capital 134.000 cruzeiros, production 585.000 cruzeiros ; La beurrerie 5,8 personnes, capital 105.000 cruzeiros, production 524.000 cruzeiros ; Les boissons 9 personnes, capital 466.000 cruzeiros, production 706.000 cruzeiros ; La confiserie 23,8 personnes, capital 250.000 cruzeiros, production 1.000.000 cruzeiros.

95L’organisation de l’artisanat s’est donc profondément modifiée depuis 1890. Si par définition sa structure est restée celle de la petite entreprise, le décalage qui existe entre ses moyens et les nécessités de la technique moderne a constitué pour lui un handicap croissant et insurmontable. Le bilan final est donc fort réduit.

96L’artisanat rural s’était développé en même temps que s’accroissaient la population et la production agricoles. Après s’être dégagés de l’agriculture certains artisans ont pu vivre exclusivement de leur métier, mais ils n’ont pas cessé d’être solidaires des paysans, leurs clients : leur rôle a diminué lorsque les rendements ont baissé et sont devenus insuffisants pour entretenir tous les habitants de la région. Ni leur installation ni leurs réserves ne leur ont permis de quitter le village ou le bourg. Ils peuvent à tout le mieux y subsister parfois dans l’orbite des manufactures et des usines qui se sont développées dans les villes, mais qui les éliminent le plus souvent. Il y a donc eu antagonisme ou au moins hiatus entre l’artisanat et l’industrie, et non passage harmonieux de l’un à l’autre.

2. LE DÉVELOPPEMENT DE L’INDUSTRIE

97Alors que l’évolution de l’artisanat teuto-riograndense s’inscrit sur une combe parabolique, le développement de l’industrie suit une ligne ascendante. Son essor d’ailleurs très récent ne s’explique pas par l’histoire du seul Rio Grande do Sul. Malgré son isolement relatif son économie a été liée étroitement à celle du Brésil tout entier. Paradoxalement les tarifs douaniers et les oscillations du change ont exercé plus d’influence sur l’industrie nationale que sur le commerce ; l’accroissement de la population et de ses besoins, la conquête de l’Ouest Brésilien, la navigation de cabotage et la constitution d’un réseau de vente dans le Centre et le Nord du Brésil ont joué dans l’évolution de l’industrie riograndense un rôle plus important que l'existence de l’artisanat dans les colonies. En effet ce n’est pas lui qui a engendré l’industrie comme on se le représente généralement. La filiation n’est réelle que pour quelques activités manufacturières nées de l’artisanat urbain. Dans la plupart des cas ce n’est pas l’atelier de la picada qui s’est développé jusqu’à devenir usine ; c’est dans quelques petites villes seulement que des cheminées se sont élevées sur l’emplacement de bâtiments plus modestes occupés autrefois par des artisans.

  • 38 Tejo, Contribuição, P.S.F., 3, p. 83.

98L’implantation de l’industrie est pourtant ancienne. Mais après avoir enfoncé quelques racines elle dut attendre des circonstances favorables pour se développer et pousser des branches vigoureuses. Et si l’on parle de croissance organique38 cette notion ne s’applique guère qu’à l’industrie proprement dite, dont les progrès furent tardifs. C’est seulement à la fin du xixe siècle que le Rio Grande a pu établir des relations commerciales directes avec l’Europe ou les Etats-Unis ; jusque-là il dépendait étroitement des marchés nationaux pour son exportation et de la place de Rio de Janeiro pour l’importation. Alors que l’artisanat prospérait les tentatives d’industrialisation furent presque aussi vaines dans le Rio Grande que dans le reste du Brésil jusqu’en 1890, et ce n’est pas avant le xxe siècle que le rayonnement de ses usines dépassa ses propres limites.

A. L’essor de l’industrie

  • 39 A industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 34.
  • 40 Relatorio do Presidente da Provincia, 1866, p. 40 et sq. ; Catalogo da Exposição da Provincia de Sã (...)

99Les statistiques n’apparaissent qu’en 190739. Elles restent d’ailleurs intermittentes jusqu’en 1937 et ne peuvent être utilisées qu’avec circonspection parce qu’elles changent souvent de critères et souffrent parfois d’avoir été établies à la légère. Jusqu’en 1907 donc l’histoire de l’industrie riograndense ne peut pas reposer sur des bases numériques. Mais les rapports des administrateurs, les relations des voyageurs et les quelques études déjà publiées nous permettent de suivre son évolution qui est jalonnée par une série d’expositions dont les principales ont été réalisées à Porto Alegre en 1866,1875, 1881, 1901 et 193540. Leurs catalogues suffiraient presque à retracer l’apparition puis le développement de l’industrie riograndense comme à mesurer la contribution des immigrants allemands et de leurs descendants.

a. L’apparition de l’industrie

  • 41 Verband, Hundert Jahre, p. 239.

100A l’exception d’un chantier naval fondé en 1850 (Só e Cia) les premiers établissements industriels du Rio Grande do Sul ont été fondés par des Allemands41. Mais alors que dans les colonies l’activité artisanale était intense, l’industrie fut très faiblement représentée jusqu’en 1875.

  • 42 Verband, Hundert Jahre, p. 240.

101Les branches les plus florissantes vers 1850 auraient été la chapellerie (9 fabriques dont 5 à Porto Alegre) et l’imprimerie (l’établissement de Wiedemann était le point de rendez-vous de la colonie allemande de la capitale). La brasserie que Layer avait ouverte dut bientôt fermer faute de débouchés42.

102Certes le rapport de 1853 du Président de la Province nous donne la liste des « fabriques » du Rio Grande do Sul. Mais pour autant que nous puissions le vérifier par recoupement, aucune d’entre elles ne nous semble mériter vraiment ce titre, à l’exception de la fonderie-chantier de Só. Ni les 6 brasseries de São Leopoldo, ni les 14 scieries de Taquari, ni les 63 briqueteries, ni les 56 tanneries de São Leopoldo ne sont à proprement parier des établissements industriels. On ne peut pas davantage faire entrer en ligne de compte les xarqueadas de Pelotas (38), qui sont à l’élevage ce que les engenhos sont au manioc, l’antichambre de l’éxpédition d’un produit direct de l’élevage ou de l’agriculture, et qui relèvent plutôt du commerce que de l’industrie.

1. Les premières usines

  • 43 Verband, Hundert Jahre, p. 254 ; Rio Grande do Sul Industrial, p. 63 ; Album Comemorativo, 1939, p. (...)

103La première usine allemande fut fondée en 1856 par J. Becker, c’était une fonderie destinée à produire surtout des pièces pour la construction de bateaux ; elle s’adjoignit ensuite la fabrication de roues dentées et de diverses machines ; elle a connu une longue prospérité puisqu’elle existe encore sous la raison sociale J. Becker e Irmãos43.

  • 44 Fondée en 1864 ; Verband, Hundert Jahre, p. 259 ; Rio Grande do Sul Industrial, p. 30 ; Album Comem (...)

104La seconde fut celle de J.C. Larig à Pelotas, où il utilisait les sous-produits des xarqueadas pour fabriquer du savon et des bougies. Cette usine existe encore44.

  • 45 Tejo, A Industria Riograndense, Estatistica Industrial 1937, p. 37 ; Deutsche Zeitung, 25 août, 8 e (...)

105Aucune autre production industrielle ne figure au catalogue de l’exposition provinciale de 1866 — sur 800 échantillons — ni de celle de Paris, où des 64 exposants seul Lang fut primé en 186745.

  • 46 Adresskalender der deutschen Geschaftleute und Handwerker der Provinz São Pedro do Rio Grande do Su (...)

106En 1874 encore il n’y avait dans tout le Rio Grande que 34 entreprises, appelées à tort ou à raison industrielles, dirigées par des Allemands46, entre autres 8 scieries à vapeur, 3 menuiseries à vapeur, 3 fabriques de voitures, 5 fonderies, 4 vinaigreries, 1 huilerie, 4 fabriques de cigares.

  • 47 Catalogo da Exposição, 1875 ; Relatorio do Presidente, 1879, p. 95 ; Rio Grande do Sul Industrial, (...)

107La même année était fondée à Rio Grande la première grande usine allemande, la filature Rheingantz47. Elle figure à la place d’honneur du catalogue de l’exposition provinciale de 1875 avec deux espèces de tissus de laine « de 1,10 m de largeur, jaune, vert, bleu et rouge ». Comme elle utilise exclusivement la matière première du pays, elle a demandé au Gouvernement impérial un privilège au moins temporaire qu’elle attend pour amplifier ses installations. C’est encore aujourd’hui l’une des principales fabriques de tissus de laine du Rio Grande do Sul, sous la raison União Fabril. Mais, du premier fer à repasser fondu dans le Rio Grande au coffre « à l’épreuve du feu » forgé par Emmerich Berta — le futur fondateur des usines qui portent encore son nom — tous les autres articles exposés ne sont que des échantillons d’artisanat.

  • 48 Canstatt, Land, p. 409410.
  • 49 De 1875 à 1878 l’Assemblée n’a pas reçu moins de dix-sept demandes de privilèges émanant d’entrepre (...)

108La fondation de l’usine Rheingantz avait bien marqué le début de l’industrie riograndense. Canstatt indique en 1877 une grande activité non seulement à São Leopoldo (cuirs), mais à Porto Alegre, en particulier la fonderie, la construction de bateaux, la fabrication des cigares, la serrurerie, la vinaigrerie et la brasserie, industries «proprementment » pôrtoalegrenses, dont le nombre s’est accru en même temps que la population allemande de la ville48. D’autre part l’Assemblée provinciale reçoit constamment des demandes de privilèges, d’exemptions fiscales, voire de prêts pour fonder ou développer des établissements industriels, souscrites par des Allemands ou des descendants d’Allemands. Elles furent généralement repoussées, les députés estimant inutile et même injuste de favoriser artificiellement des entreprises privées avec l’argent des contribuables49.

  • 50 Relatorio do Presidente, 1882, p. 36-37 ; Gazeta de Pôrto Alegre, 22 novembre 1881, 1 à 23 décembre (...)
  • 51 Gressler, Os velhos Grussler, p. 133.

109Le catalogue et le palmarès de l’exposition germano-brésilienne de 1881 contiennent évidemment une grande majorité de noms d’origine allemande50. Mais bien rares sont les industriels parmi les exposants et plus encore parmi les primés : Becker et Christoffel pour leur bière, Rheingantz pour ses tissus, Lang pour ses savons, Becker pour ses roues de fer, Berta pour ses coffres et ses fourneaux, Kappel, Obst, Schroeder pour leurs chaises ou leurs meubles. Les autres sont des artisans, restés inconnus pour la plupart, sauf Panitz distillateur à São Leopoldo, dont les successeurs ont créé une grande fabrique de drogues et de spécialités pharmaceutiques, Schmitt sellier à São Leopoldo et Ritter brasseur à Pelotas. Que sont devenus des Keller tisserand en lin à Santa Cruz, Klippel tanneur à Tres Forquilhas ou Jacobus à Taquara, Diemer fabricant de meubles d’osier à Montenegro, Wiesen fabricant de limes à Porto Alegre ? On ne sait. Mais nous savons par exemple qui était à Santa Cruz Weise « fabricant de cigares » : un ancien étudiant en théologie devenu instituteur qui s’assurait quelque supplément de ressources en vendant à 5 milreis le cent les cigares qu’il roulàit à ses heures de loisir51.

2. L’échelon régional

110Malgré l’ingéniosité ou le labeur de ses immigrants le Rio Grande do Sul n’avait pas pu échapper au sort commun à tout le Brésil ; c’est seulement après la proclamation de la République et l’adoption des tarifs douaniers de 1890 que l’industrie a commencé à s’y développer. L’abolition de l’esclavage, la reprise de l’immigration, les progrès de la navigation de cabotage et la politique protectionniste de la République furent des facteurs favorables au développement de l’industrie riograndense. Certes sa contribution à l’exportation de l’Etat était encore très faible, puisqu’elle représentait à peine 10 % de sa production ; elle consistait surtout en tissus (pour 750 contos), en chapeaux (40 contos), en chaussures (Cia Progresso Industrial), en verres (Cia Fabrica de Vidros Sul-Brasileira), en papier (Brockmann) et en clous (Gerdau). Mais elle s’était développée à l’échelon régional.

  • 52 Relatorio da Diretoria de Estatistica do Rio Grande do Sul, 1897. Tableau annexe.
  • 53 Tejo, A Industria, p. 40.

111En 1895 le Rio Grande do Sul comptait 30 sociétés anonymes dont 10 entreprises industrielles nouvelles, fondées précisément depuis la fin de l’Empire et presque toutes par des Allemands52. La plus importante était l'U União Fabril, successeur de Rheingantz (capital 3.500 contos, production 5.000 contos) avec 907 ouvriers et 102 couturières (manufacture de capotes pour l’armée). Puis venait la Cia de Fiação e Tecidos Porto Alegrense fondée en 1891, au capital de 2.400 contos, production 2.100 contos, avec 263 ouvriers ; puis la Cia Fabril Pôrto Alegrense, fondée aussi en 1891, avec un capital de 200 contos, produisant de 120 à 150 douzaines de chemises et de bas par jour (100 ouvriers). La Cia Progresso Industrial fondée en 1892 employant 175 ouvriers fabriquait 48.000 paires de chaussures. La Société F. Kessler fondée la même année, au capital de 300 contos, pour le décorticage du riz, l’huilerie et la distillerie ; la Cia Fabrica de Vidros Sul-Brasileira, fondée à Pôrto Alegre en 1894, au capital de 220 contos, a un chiffre d’affaires de 240 contos, ses 105 ouvriers produisant 700.000 bouteilles, 500.000 verres, 500.000 vases et articles divers ; l’année même de sa fondation elle a distribué un dividende de 8 %. Si la Société Brockmann e Cia fondée en 1889, au capital de 100 contos fabrique pour 115 contos de papiers avec des machines suisses, sa maîtrise est allemande, comme sont allemandes les machines de la fabrique de clous Gerdau, fondée en 1891, au capital de 250 contos, et qui produit 700 tonnes par an (420 contos). Les deux autres sociétés étaient le Saladero Quarahy avec bureau à Montevideo et la Brazilian Extract of Meat and Hide Factory, de Londres, qui fournissaient de la viande salée et des conserves pour l’exportation. Celle-ci était pourtant freinée par le coût du fret : le Lloyd Brasileiro prenait 35 milreis par tonne de Pôrto Alegre à Rio de Janeiro, soit le prix demandé d’Allemagne à Pôrto Alegre. Dès 1896 cependant l’União Fabril exportait les 2/3 de sa production vers Rio de Janeiro. « C’est le premier pas vers le large »53 Alors qu’en 1889 il n’y avait que 82 établissements industriels, 119 s’étaient fondés entre 1890 et 1899.

  • 54 Catalogo da Exposição Estadual, Pôrto Alegre, 1901, 467 p.

112L’exposition de 1901, en effet, confirme les progrès des industriels riograndenses, c’est-à-dire teuto-riograndenses54. La firme Berta comprend maintenant une grande fonderie, une fabrique de coffres et de fourneaux, etc. Elle emploie 2 chaudières, 84 machines, 150 ouvriers. Chez José Becker e Irmão, doyen de la métallurgie pôrto alegrense, 120 ouvriers fabriquent toutes les pièces nécessaires aux bateaux et aux moulins hydrauliques. Cinq nouvelles fonderies se sont installées, toutes allemandes. Les fabriques de tissus déjà citées vendent leurs produits de Santa Catarina à Pernambouc. Les industries alimentaires, les brasseries, les fabriques de meubles et les manufactures de chaussures se sont multipliées, tandis que prospéraient la verrerie et la savonnerie. Faute de statistiques d’exportation on ne peut pas mesurer leurs progrès par rapport à 1895-1896, mais ils ont été certains car les industries qui n’avaient pas d’autre débouché que le Rio Grande périclitèrent, comme la chapellerie dont les ventes étaient paralysées : 110 employés au lieu de 200, 400 chapeaux par jour au lieu de 800.

  • 55 Tejo, Estatistica Industrial, p. 35-36.

113Il y avait 212 établissements industriels en 1907 et 314 en 1908, le nombre d’ouvriers était passé en un an de 10.940 à 15.426, le capital de 38.000 contos à 49.000, la valeur de la production de 78.000 à 99.000 contos. Sous chaque rubrique les noms allemands sont les premiers et parfois les seuls, comme pour les meubles métalliques, les coffres, les fourneaux, la fonderie, le papier, les chapeaux, les cravates, les cuirs, la charpenterie, le mobilier, les savons, le verre, les allumettes, la bière, la confiserie, les voitures, etc.55.

  • 56 Nombre des entreprises en 1912. Faria, O.A., Diccionario, 1914 ; Repartição de estatistica do Estad (...)

114De 1907 à 1912 l’accroissement, pour sensible qu’il ait été, n’atteint certainement pas le niveau indiqué par l’auteur du dictionnaire géographique et historique du Rio Grande do Sul ou par le Service de Statistique56. Celui-là indique 2.204 établissements, celui-ci 1.464. La discordance entre les deux totaux ne laisse pas d’inquiéter sur le scrupule du recensement ou sur la définition de la fabrique. Il semble bien que le critère adopté par le Service de Statistique soit valable pour les tissus, les bougies, les allumettes, mais de nombreuses entreprises artisanales sont certainement incluses dans les autres listes, en particulier celles des chaussures et du tabac.

  • 57 Censo Industrial, vol. V, p. 244-245.

115Il est plus prudent de s’en tenir aux chiffres que l’on trouve dans la partie rétrospective du recensement officiel de 192057. Le Rio Grande do Sul aurait compté à la fin de 1909 569 établissements industriels, parmi lesquels 369 fondés entre 1900 et 1909 (soit 64 %), les branches les plus importantes étant l’alimentation (160), de bois (100), la céramique (57) (la métallurgie (43), les cuirs (42), la confection (41) et les produits chimiques (37). Cependant l’accroissement de l’industrie pendant cette période est bien inférieur à celui de la décennie suivante, puisqu’il s’est fondé 1.143 nouveaux établissements de 1910 à 1919.

b. Le développement de l’industrie

1. La première guerre mondiale

  • 58 Blancato, Forças economicas, 1922 ; Tejo, Estatistica Industrial, 1937, p. 42.

116C’est elle qui a provoqué l’expansion de l’industrie brésilienne passée de l’indice 100 en 1912 à 161 en 1916 et à 314 en 191858. Il en fut de même pour l’industrie riograndense, passée de l’indice 100 en 1910 à 192 en 1915 et à 300 en 1919. Les branches qui se développèrent le plus étaient l’alimentation, le bois, la céramique, les vêtements, les produits chimiques, la métallurgie, les cuirs et les instruments de transport.

  • 59 Relatorio da Directoria de Estatistica do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 1916, p. 41-53. Voir tab (...)

117Mais comme ces statistiques globales ne nous renseignent pas sur les firmes riograndenses en activité, force nous est de recourir aux publications du Service de Statistique de l’État, malgré les défauts qu’elles présentent, car elles prouvent trop, comme le révèle le tableau ci-dessous, qui résume les chiffres publiés en 191659.

118Cet accroissement serait stupéfiant s’il ne concernait que des établissements industriels, car la multiplication des entreprises est proportionnellement huit fois plus élevée que celle des ouvriers et 6 fois plus que celle de la production. Le Service de Statistique inclut donc toutes les nouvelles entreprises, le plus souvent artisanales, comme nous pouvons nous en rendre compte, en consultant leurs listes. Celle du tissage englobe l’União Fabril avec 1.200 ouvriers et G. Rizzi avec 2. (On peut noter au passage la naissance de la société AJ. Renner e Cia qui a déjà 40 ouvriers et produit pour 400 contos de tissus). Sur celle du tabac coexistent Poock à Rio Grande avec 150 ouvriers, Kliemann à Santa Cruz avec 110, Rohde à Porto Alegre avec 82, produisant de 150 à 800 contos de tabac ou de cigares, avec A. Diehl et Schilling à Lajeado qui ont 8 ouvriers à eux deux et produisent pour 10 contos seulement.

119Il est cependant intéressant d’étudier ces listes de plus prè3, car elles nous permettent de déterminer la part des principales firmes d’origine allemande dans chaque spécialité.

12010 filatures allemandes sur 13 importantes fournissent 90 % de la production totale et l’União Fabril, qui vient en tête, 26 % à elle seule.

121Sur 70 tanneries 45 sont allemandes, produisant 54 % du cuir riograndense : viennent en tête Becker de Porto Alegre (10 %), Bier, Jung, Becker e Irmãos à São Leopoldo, suivies de 10 autres tanneries industrielles. Ensemble les 15 premières firmes allemandes produisent 2 fois plus de cuir que les 14 firmes luso-brésiliednes de Pelotas et de Porto Alegre ; les 3 selleries industrielles sont allemandes et la première fournit à elle seule 78 % du total ; les 8 principales manufactures allemandes de São Leopoldo et de Porto Alegre fournissent 69 % des chaussures, alors qu’il y a 137 établissements (dont 50 % allemands) dans l’Etat.

122S’il apparaît quelques firmes italiennes dans la métallurgie, comme Eberle et Rossi à Caxias, les Allemands conservent la prépondérance absolue, de Pelotas à Porto Alegre et dans les colonies. Les 10 principales firmes allemandes produisent 40 % du total : Bins, Knack, Maas, Becker, Wallig, Hugo, Uhr, Thim, Kunz, etc. Elles sont toutes situées à Porto Alegre.

123La préparation du tabac commence à s’industrialiser : les petites entreprises des anciennes colonies allemandes n’en traitent que 8 % ; les 5 de Santa Cruz (qui emploient 698 ouvriers) 20 %, comme Rio Grande ; Porto Alegre 28 %. Les 6 principales firmes, qui sont allemandes, en traitent 62 %. Des 72 autres (dont 45 allemandes), beaucoup sont artisanales.

124La plus importante raffinerie de graisse, sise à Porto Alegre, est d’origine italienne, mais toutes les principales sont allemandes (Mentz, Dillemburg, Renner, etc.) et produisent 61 % du total. Nombre d’entre elles sont encore situées dans les colonies (Montenegro, Lajeado, Estrela, Santa Cruz, Venancio Aires, Passo Fundo, Ijui, etc.). Au total 72 % des raffineries appartiennent à des Teuto-Brésiliens.

125De même 60 % des fabriques de boissons alcoolisées sont allemandes et à elles seules les 4 brasseries Ritter (de Pelotas) Bopp, Ritter et Sassen (de Porto Alegre) font 7.000 contos de chiffre d’affaires sur 11.500 dans l’Etat (60 %) ; l’ensemble des colonies allemandes en fait 20 % ; encore y a-t-il quelques entreprises allemandes en diaspora. Toutes les autres firmes sont italiennes, sauf cinq luso-brésiliennes, à Passo Fundo, S. Sepé et Santiago. Ainsi les maisons allemandes contribuent-elles pour plus des 4/5 à cette production.

126Dans la céramique, si elles ne sont que 18 sur 40, ce sont de loin les plus importantes puisque celles de Porto Alegre, Pelotas et São Leopoldo (13) fabriquent 55 % du total.

127Les 9 ferblanteries allemandes de Porto Alegre fournissent 66 % de la production les 2 clouteries (1 à Porto Alegre, 1 à São Leopoldo) la totalité, comme les 3 verreries (2 à Porto Alegre, 1 à Pelotas). Les 10 savonneries allemandes produisent 40 % du total et les 2 fabriques de bougie 70 %. Les 7 huileries sont allemandes, comme la seule chocolaterie (Neugebauer).

128Les 4 principales fabriques de carton (Kessler à São Leopoldo, Selbach, Rorecke, et Heinem à Porto Alegre) en fournissent 80 %.

129Les 4 principales chapelleries sont allemandes et totalisent 70 % de la production. De même 6 fabriques de chemises et cravates sur 9, dont les 2 principales produi-73 % du total.

13063 % des fabriques de meubles sont allemandes (70 sur 117), les 4 « grands » (KappelArnt, Herzog, Steigleder et Gerdau) produisent 72 % de la fabrication de Porto Alegre et 27 % de celle de l’État. Les 2 autres centres importants sont des colonies allemandes (Santa Cruz et São Leopoldo.)

131On voit apparaître des noms allemands parmi ceux des fabricants de conserves (Kroeff, Wiltgen, Oderich, Renner), ils fournissent 20 % de la valeur de la production riograndense ; de même Renner de Montenegro se signale dans la fabrication des jambons (40 %), où les Allemands sont à égalité avec les Italiens. Par contre ceux-ci ont déjà pris l’avantage dans la minoterie, où il n’y a plus que 14 firmes allemandes sur 27, produisant seulement 30 % de la farine.

132Bref on aurait plus vite fait d’indiquer les branches industrielles dans lesquelles les Allemands ne sont pas les premiers : la vinification et la beurrerie, où les Italiens accaparent 88 % et 80 % de la production : le xarque et le maté, produits essentiellement luso-brésiliens (100 % et 70 %). Le bilan était donc entièrement en faveur des Allemands et de leurs descendants.

2. L’Entre deux guerres

  • 60 Tejo, Estatistica Industrial, 1937, p. 44-46.

133Il est malaisé de suivre dans son détail l’évolution de l’industrie car les statistiques pêchent par l’incertitude des critères adoptés pour la classification des entreprises. Ce qui est sûr, c’est qu’au lendemain de la guerre leur nombre a diminué considérablement dans le Rio Grande do Sul comme dans le Brésil tout entier60.

134Le nombre des établissements n’est plus guère que le tiers du précédent mais le capital a presque doublé : il y a concentration industrielle. Le rapport entre la production et le capital est plus élevé dans le Rio Grande do Sul (70 % contre 63 %) et le capital moyen y a quintuplé entre temps (131 contos au lieu de 26).

  • 61 Industrie. (Recensement de 1920.)

    Rubriques : I. Branches ; II. Nombre ; Iii. Pourcentage ; IV. Capi
    (...)

135Ces chiffres, qu’on peut supposer exacts puisqu’ils ont été relevés par le fisc, ne concordent d’ailleurs pas avec ceux du recensement de 192061. Ceux-ci devraient plutôt être rapprochés de ceux qu’avait publiés le service de statistique en 1912 et en 1915/1916. Le nombre d’établissements dits industriels (mais tout le problème reste de savoir ce que l’on entendait par ce terme) se serait donc élevé d’abord de 1464 à 2782, puis abaissé à 1773. Cela représenterait en 1920 une diminution de 36 % par rapport à 1915, mais une augmentation  21 % par rapport à 1912.

136La confrontation de ces deux séries de chiffres confirme que si le nombre des entreprises a diminué dès la fin du conflit mondial, l’industrie riograndense a conservé une activité supérieure à celle qu’elle avait avant guerre et à celle du reste du pays.

137En 1920, le Rio Grande occupe le troisième rang parmi les Etats Brésiliens, venant aussitôt après São Paulo et le District Fédéral : ses 1.773 établissements possédant 13,87. du capital investi dans les usines, 9,8 % de la force motrice, 9 % des ouvriers et produisent 11,8 % du total national. Sa situation est donc favorable.

  • 62 Verband, Hundert Jahre, p, 257.

138Il retrouve rapidement son élan et en 1924 le nombre d’entreprises allemandes s’est encore élevé. Elles occupent le premier rang dans la transformation des produits agricoles et dans l’alimentation (riz, maté, huiles, farines de céréales et de manioc, etc.). Par exemple des 604 moulins à manioc existant dans l’Etat 441 se trouvaient dans les colonies allemandes. Leur prépondérance était plus nette encore dans l’industrie du cuir : sur 837 installations, les Allemands en possédaient 500 dans les colonies et 200 dans la zone luso-brésilienne. De même que la tannerie, la manufacture de chaussures était essentiellement allemande et São Leopoldo fournissait alors 55 % des chaussures fabriquées dans le Rio Grande do Sul. Venait ensuite la métallurgie et parmi les principaux établissements, tous allemands, se trouvaient 12 fonderies et 24 usines de métallurgie différenciée. Enfin les plus importantes fabriques de textile ou de produits chimiques et pharmaceutiques étaient allemandes, comme les entreprises de construction et d’imprimerie (12 sur 18 à Porto Alegre). En insistant sur cette « preuve éclatante de l’esprit d’entreprise allemand », les auteurs de l’ouvrage commémoratif du centenaire de la colonisation soulignaient que « les entrepreneurs, artisans et ouvriers allemands sont en tête dans tous les domaines »62.

  • 63 Daudt, Brasileiros, p. 52.
  • 64 Cornelius, Die Deutschen, p. 24.

139Grâce à l’extension de la colonisation et à la croissance des villes dans les cinquante années qui venaient de s’écouler, le nombre des établissements allemands serait passé de 2.382 à 8.432. L’énormité de ces chiffres pourrait porter au doute, si l’on ne se rappelait qu’ils attribuent la même valeur statistique à une installation n’employant qu’un ou deux ouvriers et à une usine qui en compte plusieurs centaines. L’étude de l’industrie proprement dite n’en est pas facilitée. Nous attacherons plus de crédit aux données de Daudt63 qui compte en 1924 647 entreprises industrielles teuto-riograndenses dont la répartition aurait été la suivante : alimentation 48, boissons 22, vêtement 70, cuir 32, bois 68, métallurgie 76, machines 21, divers 82. Cornelius de son côté estimait qu’en 1924 le Rio Grande do Sul contenait 82 % des entreprises appartenant à des Teuto-Brésiliens, que de ces 2.400 établissements 130 méritaient vraiment le nom de fabriques (37 % du Brésil) et qu’ils fournissaient 40 % de la production industrielle64. Même en s’en tenant aux chiffres minima on constate que les Allemands, fondateurs de l’industrie riograndense, y conservaient une prépondérance absolue, à l’exception de quelques spécialités comme la scierie où ils ont été rattrapés par les Italiens.

140Ceux-ci devenaient d’ailleurs des concurrents de plus en plus redoutables dans divers domaines depuis l’ouverture de la voie ferrée vers Caxias, centre de leurs colonies, et l’installation à Porto Alegre d’un nombre croissant de petits industriels. Encore ne disposaient-ils pas de capitaux comparables à ceux des grandes firmes allemandes.

  • 65 Petry, Historia, p. 34.

141Celles-ci, qui étaient solidement enracinées, ont pu résister à la reprise de l’exportation provenant des pàys européens fortement industrialisés. Le nombre des établissements s’était élevé à São Leopoldo-Novo Hamburgo de 1.189 à 1.311 entre 1920 et 1934. Mais il avait diminué dans toutes les autres colonies allemandes (6.234 en 1920, 6.066 en 1934)65. Si l’on a pu invoquer l’incidence de l’impôt sur les industries et professions comme motif de fermeture de nombreuses entreprises, c’est qu’elles relevaient de l’artisanat et même de l’artisanat complémentaire dont nous avons déjà étudié le déclin.

  • 66 Idem, ibidem, p. 35.

142Cependant les colonies allemandes restaient la zone la plus manufacturière du Rio Graude. On a pu comparer le rendement de l’impôt sur les industries dans les dix municipes du Piedmont et les dix principaux municipes de la Campanha66. La superficie des deux groupes est respectivement de 13.535 kilomètres carrés et 48.791 kilomètres carrés, le nombre d’habitants de 420.000 et de 348.000, les recettes fiscales de 13.040 contos et de 2.613 contos seulement. Rapportée à la superficie des municipes considérés la recette est dix-huit fois plus élevée dans les colonies et quatre fois si elle est rapportée au nombre d’habitants.

  • 67 Catalogo Geral da Exposição do Centenario Farroupilha, Pôrto Alegre 1935, p. 171-202.

143L’importance de la contribution des Allemands au développement du Rio Grande do Sul apparut une nouvelle fois à l’Exposition du Centenaire Farroupilha, en 1935. La liste des firmes industrielles riograndenses figurant au Pavillon de l’Industrie Riogranderise occupe 32 pages de son catalogue67. Elle n’est malheureusement pas facile à consulter parce que le classement est fait par municipe et non par spécialité, mais nous pouvons en extraire une série d’indications qui ne sont pas sans intérêt.

  • 68 Voir ci-dessous p. 412 et 447.
  • 69 Correio do Povo, 25 septembre 1935.
  • 70 Grothe, Die Deutschen, 1932, p. 107.

144On comptait 739 exposants dont 168 de Porto Alegre (23 %), 13 de Rio Grande, 23 de Pelotas, 14 de Santa Maria, 23 de São Leopoldo, 28 de Novo Hamburgo. Ces six villes groupaient 36 % des exposants. La représentation de São Leopoldo ou de Novo Hamburgo était égale à celle de Pelotas et double de celle de Rio Grande. La répartition des municipes était la suivante : 13 teuto-brésiliens, 13 mixtes, 8 italo-brésiliens, 11 lusobrésiliens purs (Campanha). Ces derniers municipes ne présentaient que 17 exposants, soit à peine 2,3 % du total. La part luso-brésilienne était cependant plus élevée (8,8 %) grâce à l’apport de Passo Fundo et de Porto Alegre. Encore y a-t-il 90 sociétés anonymes (12,1 %) dont on ne peut pas préciser l’origine des actionnaires. Les industriels germano-brésiliens sont les plus nombreux : 352 (47,6 %). Leur force numérique leur vient des petites villes chefs-lieux de colonies (Novo Hamburgo, São Leopoldo, Ijui, Santo Angelo, Santa Rosa, etc.), où ils règnent presque exclusivement. Leur force productive leur vient surtout des grandes villes, Pelotas, Rio Grande et Porto Alegre (52 %). Nous retrouvons en tête de la représentation toutes les firmes déjà citées : União Fabril, Rheingantz et Poock à Rio Grande, Lang à Pelotas, Renner, Bins, Bopp, Sassen, Ritter, Oderich, Dohms, Neugeubauer, Ebling, Bier, Petry, Gerdau, Siegmann, Tonding, Schreiner, Kauffmann, Kluwe, Woltmann, Luchsinger, Geyer, Brutscbke, Steigleder, Strauss, Tannhauser, Uhr, Wallig, etc. à Porto Alegre, toutes firmes de première importance dans leurs spécialités. Le commissaire général de l’Exposition était le Préfet municipal, l’industriel teuto-riograndense A. Bins68. Il nous suffira sans doute d’ajouter encore un détail, la liste des firmes ayant collaboré à la construction de la Maison rurale entre le 25 mars et le 25 septembre 1935, à l’occasion de cette exposition69 : architectes/. Lohweg et N. Nissen, ciment Bromberg, canalisations Neuheusser, escaliers Timmers, chaux Herzog, verres Peuker, fers Th. Möller, parquets Einsfeld, briques Konrath, serrurerie Pfort, installations électriques Sedelmayer, eau et gaz Schönfelder, sanitaire Veeck, peintures Stöver, sable Weidmann, mosaïques Bergamaschi, granit Pintelli. Il semble en effet inutile d’insister davantage sur la présence des Teuto-Riograndenses à Porto Alegre et nous devons souscrire à l’affirmation de Grothe : « Le Deutschtum comprend une grande part des ouvriers, des industriels, des marchands, des grands entrepreneurs, des techniciens et des chefs »70. C’est assurément le domaine où l’influence allemande était la plus nette à la veille de la seconde guerre mondiale, d’autant qu’aux descendants de colons se mêlaient, surtout dans les cadres, des techniciens venus récemment et directement d’Allemagne.

  • 71 Valeur de la production en 1920 et en 1939.
  • 72 Tejo, Estatistica Industrial, p. 50.

145De 1920 à 1939 la production industrielle avait plus que quadruplé en moyenne et son augmentation était bien supérieure dans les cuirs, les produits chimiques et surtout la métallurgie71. D’autre part s’étaient accrues la quantité et la valeur des produits manufacturés dans le Rio Grande do Sul et exportés vers les autres états brésiliens, respectivement de + 73 % et de + 106 % de 1930 à 193772. Aussi l’industrie jouait-elle un rôle plus important que jamais dans l’économie, riograndense, puisque l’exportation totale de l’État vers le reste de la Fédération ne s’est accrue que de 43 % en volume et de 93 % en valeur pendant la même période.

146Cependant l’artisanat coexistait avec l’industrie dans de nombreux domaines et les statistiques les confondaient encore. L’annuaire industriel de 1937, par exemple, indique 7.929 entreprises de toute catégorie. Or 99 seulement possédaient plus de 1.000 contos de capital, ce qui révèle bien la « Jeunesse » de l’industrie riograndense, puisque les grandes entreprises ne représentaient que 1,2 % du nombre total mais 62 % du capital et 56 % de la production. D’autre part les industries de l’alimentation, les plus nombreuses, absorbant la moitié des capitaux investis, n’avaient qu’un capital moyen de 270 contos, tandis que celles du textile, les plus évoluées, en avaient un de 850.

147Il devient alors plus facile de mesurer les progrès de l’industrie car nous disposons de deux séries de statistiques officielles, celles de l'Instituto Brasileiro de Geografia e Estatistica (fédéral) et celles du Departamento Estadual de Estatistica (riograndense). C’est grâce à ce dernier que nous pouvons tracer le graphique de la croissance de l’industrie pendant la guerre.

3. La seconde guerre mondiale

  • 73 Departemento Estadual de Estatistica ; Anuario Estatistico 1941, 1943, 1944, 1946 ; Gorga, Aspectos (...)

148Il suffirait peut-être de se reporter au tableau suivant pour saisir l’influence du conflit sur l’industrie73.

(D.E.E.)

1930

1942

1911

1946

Nombre d’établissements

8 713

17 000

18 973

22 235

Capital (1 000 contos)

833

1 626

1 948

2 520

Valeur de la production

1 539

3 055

5 028

7 765

Force motrice (1 000 CV)

84

199

248

288

Ouvriers (milliers)

65

88

105

106

149Les trois premières années de guerre ont eu une telle influence que le nombre d’établissements, le capital investi, la force motrice appliquée et la valeur de la production, tout (sauf le nombre d’ouvriers) a au moins doublé. Le mouvement a ensuite continué, mais sans la même intensité.

  • 74 C’est en effet le nombre de cinq ouvriers qui est considéré comme le seuil de l’entreprise industri (...)

150Il y a d’ailleurs une différence assez sensible entre les données fournies par le D.E.E. et par l’I.B.G.E. Lors des recensement de 1940 et de 1950 celui-ci n’a tenu compte que des entreprises ayant plus de cinq ouvriers, c’est-à-dire des industries proprement dites74.

151Ni les industries extractives ni celles d’utilité publique n’ont une importance considérable : elles ne représentent que 14 % du total en 1950. La construction civile, malgré ses progrès, n’atteint que 2 % du total. La prépondérance des industries de transformation est absolue, en nombre d’entreprises et d’ouvriers comme en capital et en valeur de production (83, 82, 82, 89 %).

152Si le nombre d’ouvriers n’a augmenté que de moitié, celui des établissements a doublé en dix ans, tandis que la valeur de la production sextuplait nominalement, les branches qui ont réalisé les plus grands progrès sont la métallurgie, la mécanique, le papier, le caoutchouc et les textiles, c’est-à-dire les industries les plus « savantes » ou les plus évoluées. Les conditions n’étaient pourtant pas des plus favorables, malgré l’impulsion de la seconde guerre mondiale au début de la période, à cause précisément des difficultés inhérentes au manque de matières premières importées, de tonnage maritime, d’énergie électrique, parfois de crédit et souvent de main-d’oeuvre spécialisée. Cela n’était pas un mince handicap, mais il a été surmonté avec succès.

153D’autre part il y a une nette différence entre la classification des industries par nombre d’établissements et par valeur de la production. Les plus nombreuses sont celles de l’alimentation, des boissons, de la transformation de minéraux non métalliques (chaux, ciments, briques), du bois ; celles dont la production est la plus importante sont encore l’alimentation et les boissons, mais ensuite les textiles, les vêtements et chaussures, la métallurgie, les produits chimiques, puis le tabac, le bois et le cuir ; c’est-à-dire que les industries les plus évoluées possèdent un avantage certain sur la briqueterie (97.000 contos, soit 38 % de la transformation de minéraux) ou sur le bois (dont les planches brutes représentent 60 %).

154Certes les produits chimiques les plus importants sont encore l’huile de lin et le savon, mais on produit de plus en plus de verre, de papier et d’aciers spéciaux.

155L’industrie mécanique a décuplé en dix ans et produit un nombre croissant de machines, en particulier de machines agricoles, de batteuses par exemple. Enfin le matériel électrique, qui ne figure pas sur notre tableau (0,10 % du total), comprend maintenant des articles tels que des postes de T.S.F. et des réfrigérateurs dont la valeur s’élève à près de 20.000 contos, soit presque la moitié de celle de l’industrie du caoutchouc. Les carrosseries automobiles valent 8.000 contos et les pièces pour moteurs 5.000 contos. Ce sont là des exemples d’industries différenciées, exigeant des techniciens de qualité et une main-d’oeuvre de précision.

156Dans le domaine du tabac, la fabrication des cigarettes représente 32 % de la production, si bien que l’on en exporte vers le reste du Brésil et non plus seulement du tabac en feuilles comme autrefois. C’est peut-être l’un des exemples les plus caractéristiques de l’évolution de l’industrie riograndense. Jusqu’au dernier quart du xixe siècle, le tabac riograndense était expédié brut en Allemagne, à Hambourg et à Bremen, d’où il revenait après avoir été traité ; puis il n’alla plus que jusqu’à Bahia ou à Rio de Janeiro, pour en revenir sous forme de cigares ou de cigarettes de meilleure finition que les produits de l’artisanat local ; enfin c’est dans le Rio Grande do Sul lui-même, et par des firmes en majorité teuto-riograndenses, que ce produit de l’agriculture teuto-riograndense est transformé maintenant.

  • 75 Importance relative des principales industries en 1920 et 1950 :

157Il n’est pas sans intérêt de comparer la contribution de chacune des principales branches industrielles au lendemain de la seconde guerre à ce qu’elle était au lendemain de la première75. Parmi celles qui existaient en 1920 l’alimentation, le bois, les meubles, les transports et les textiles ont perdu de leur importance relative en nombre, en capital et en production ; par contre la céramique, la construction et les vêtements, les cuirs, la métallurgie et les produits chimiques ont augmenté en capital et en production, même quand leur nombre a diminué ; enfin sont apparues des industries nouvelles, comme celle du tabac dont le pourcentage de production est le triple de celui du capital, la mécanique, l’électricité, le papier, le caoutchouc, qui prennent une importance croissante, révélant les progrès techniques de l’industrie riograndense au cours de ces 30 années, la durée d’une génération.

  • 76 Structure des entreprises industrielles en 1950 :
  • 77 Amaral, Indices da produção industrial riograndense, Correio do Povo, 21 novembre 1952. Recenseamen (...)

158La structure actuelle des entreprises industrielles est encore bien caractéristique de leur origine et de leur évolution76. Les firmes individuelles et les sociétés de personnes représentent plus des quatre cinquièmes du nombre total (83 %) tandis que les sociétés de capital n’en représentent qu’un peu plus du septième (15 %) ; les usines appartiennent le plus souvent au fondateur-directeur ou à sa famille et c’est en effet sous cette forme que nous avons vu apparaître les industries parmi les immigrants ou leurs descendants. Mais les sociétés de capital, généralement récentes, sont aussi beaucoup plus puissantes, puisqu’elles possèdent 65,2 % des capitaux investis et les entreprises du premier groupe 29,5 %. Leurs parts de production sont dans les mêmes proportions : 65,6 % et 29,5 %. Cela révèle que dans la mesure même où elle se développe, l’industrie se transforme profondément, comme le montre le tableau ci-dessous qui compare les pourcentages respectifs des différentes catégories d’établissements industriels77.

159Si le pourcentage des firmes individuelles, qui avait diminué de 1920 à 1940, s’est légèrement accru de 1940 à 1950, de même que celui de leurs capitaux, leur part de production a diminué entre temps ; les sociétés de personnes ont reculé sur toute la ligne, tandis qu’avançaient les sociétés de capitaux. Il n’y a plus place pour les petites entreprises dans l’économie moderne du Rio Grande et seules survivent des firmes individuelles spécialisées dans les branches où la grande usine ne règne pas encore.

160Reste à savoir si les Teuto-Riograndenses, qui ont été les fondateurs de l’industrie et ses maîtres jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale, ont conservé leur prépondérance et s’ils jouent encore aujourd’hui le même rôle qu’il y a vingt ans.

B. La puissance industrielle Teuto-Riograndense

  • 78 I.B.G.E., Cadastro Industrial, Rio Grande do Sul em 1952 ; I.B.G.E., Produção Industrial, 1953, Rio (...)

161Ce sont les données les plus récentes fournies conjointement par le Departemento Estadual et par l’Instituto Brasileiro de Geografia e Estatistica que nous utiliserons : celles de 1952-195378.

a. Les branches industrielles « allemandes »

  • 79 Production industrielle du Rio Grande do Sul en 1953.

162En 1953 le Rio Grande do Sul possédait 17.814 établissements consacrés à l’extraction ou à la transformation de produits. Ils employaient 136.806 ouvriers et produisaient pour 21.556.424 contos. Mais d’une part les industries extractives ne jouent qu’un rôle négligeable (430 établissements, avec 5.342 ouvriers, produisant pour 409.000 contos seulement) et d’autre part dans les industries de transformation les établissements occupant moins de 5 ouvriers sont au nombre de 12.858. Mais ils n’emploient que 25.607 ouvriers (soit seulement 2 par entreprise) et la valeur de leur production n’est que de 1.968.000 contos soit à peine le dixième de celles des établissements employant plus de 5 ouvriers79.

163Sous la rubrique « transformation des minéraux non métalliques », dont le plus gros poste est celui de la briqueterie-tuilerie et où l’artisanat occupait au xixe siècle une place prépondérante, les petites entreprises, deux fois et demie plus nombreuses produisent 5 fois moins ; dans la métallurgie les petites entreprises 1,2 fois plus nombreuses produisent 37 fois moins ; dans le bois 1,6 fois plus nombreuses elles produisent 6,1 fois moins ; dans l’alimentation 7 fois plus nombreuses elles produisent 7 fois moins ; dans la boisson 8 fois plus nombreuses, elles produisent 7 fois moins ; dans le cuir, production classique, 1,9 fois plus nombreuses elles produisent 17 fois moins. Quant aux branches du textile, du vêtement et de la chaussure, elles ne relèvent plus guère que de l’industrie : les grandes entreprises 1,08 et 7 fois plus nombreuses que les petites produisent 22 et 947 fois plus. Nous voilà loin des vêtements filés, tissés et confectionnés dans les colonies il y a cent ans à peine.

1. La répartition des entreprises

  • 80 I.B.G.É., Produção Industrial, 1953, Rio Grande do Sul, p. 4-10.

164C’est donc dans les grands établissements, c’est-à-dire dans les villes que se trouve maintenant la réalité industrielle80.

165Outre les 3 ports, qui viennent en tête, on ne trouve que des villes chefs-lieux de colonies : 1 italienne et 3 allemandes. Celles-ci fournissent à elles seules 11 % de la production totale. Mais pour mesurer la valeur exacte de la contribution des firmes allemandes à l’industrie riograndense, il faut chercher à savoir quel est leur rôle dans les grandes villes.

166A Pelotas et à Rio Grande les établissements allemands sont peu nombreux (41 et 11), mais les statistiques omettent les données qui permettraient d’individualiser les informations quand il n’y a qu’une ou deux firmes sous la rubrique, et ce sont précisément des firmes allemandes, par exemple Poock pour le tabac, Rheingantz pour le textile, Lang pour le savon, etc. A Porto Alegre elles sont beaucoup plus nombreuses (231, sans compter les Sociétés Anonymes), mais il n’est pas possible non plus de connaître la production de chacune d’entre elles.

167Il nous faut procéder par une autre approximation et examiner les statistiques des principales branches d’industrie de transformation.

Pourcentages des 3 grandes villes dans les principales branches

Pôrto Alegre

Pelotas

Rio Grande

Alimentation

15,1

12,1

8,1

Métallurgie

61,2

1,2

6,1

Textile

46,1

X

24,2

Vêtements, chaussures

41,4

X

X

Produits chimiques

35

12

33

168Connaissant d’autre part, grâce au Cadastro industrial de 1952, le pourcentage que représentent les firmes allemandes dans chacune de ces branches et dans chacune de ces villes il nous est facile de calculer le pourcentage minimum qu’elles fournissent de la production riograndense.

169Les grands établissements teuto-brésiliens installés dans ces grandes villes produisent donc au minimum 5 % de l’alimentation, 24 % de la métallurgie, 40 % des textiles, 14 % des vêtements et chaussures, 23 % des produits chimiques de l’État, ce qui est déjà considérable.

170Si l’on ajoutait la contribution des établissements situés dans les 3 villes des anciennes colonies, leur part apparaît plus considérable encore :

171La part teuto-riograndense reste relativement faible dans l’industrie de l’alimentation, puisque toutes les entreprises de ces 6 villes n’en fournissent guère que 6,2 %. Mais elles produisent 25 % des produits chimiques, 31 % de la métallurgie, plus de 41 % des textiles, 60 % des vêtements et des chaussures. Encore ces chiffres ne sont-ils que des minima puisque nous n’avons fait entrer en ligne de compte ni les sociétés anonymes ni les établissements pour lesquels le Département de statistique ne communique pas les données.

  • 81 Les établissements industriels teuto-riograndenses :
    Rubriques : I. Nombre total ; II. Établissement
    (...)

172Cependant pour avoir une idée plus juste de l’importance des établissements allemands dans l’industrie riograndense, nous devons inclure ceux qui fonctionnent dans les petites villes des colonies ou du reste de l’Etat, et qui sont comme les témoins de la diaspora des techniciens au xixe siècle. Nous allons donc résumer le Cadastro Industrial du Rio Grande do Sul en 1952 par branches d’industrie de transformation81.

173Au total les établissements d’origine allemande représentent 34 % de tous ceux du Rio Grande do Sul. Répartis sur 66 des 92 municipes riograndenses, ils fournissent à l’État plus du tiers de sa production industrielle. Leur contribution est encore beaucoup plus importante dans certaines branches, que l’on peut considérer comme typiquement teuto-brésiliennes, à la fois parce que les établissements germaniques fournissent un pourcentage élevé de la production totale et parce qu’ils leur portent un intérêt spécial, et souvent « traditionnel ».

2. La spécialisation teuto-riograndense

174L’industrie qui compte le plus fort pourcentage d’établissements allemands est précisément celle qui a été la première pratiquée à São Leopoldo, la tannerie. Les deux tiers sont d’origine germanique et les trois cinquièmes situés dans les limites des deux municipes de São Leopoldo et de Novo Hamburgo où nous retrouvons quelques noms anciens comme ceux de Adams, Bier, Cassel, Kern, Kraemer, Linck, Muller, Renner, Ruschel, Schmidt, Schneider, Sander, Schilling, Vetter, Wilges.

175On peut lui associer aussi la fabrication des chaussures qui a été la grande activité artisanale de ces deux colonies et qui reste encore l’apanage des manufactures du Rio dos Sinos, de São Leopoldo à Taquara en passant par Novo Hamburgo, Campo Bom et Sapiranga. H est impossible de citer les firmes teuto-brésiliennes, même en s’en tenant aux principales. Rappelons quelques noms connus dans tout lé Rio Grande et dans une partie du Brésil : Becker, Dillemburg, Korndoerfer, Froelich, Klein, Petry, Schmidt, Rotmann, Stein, Strassburger, Schilling, Wolf, Mentz et Ludwig, Adams et Renner. Ce sont pourtant des sociétés anonymes qui assurent maintenant la plus grosse production (à São Leopoldo-Novo Hamburgo il n’y a pas moins de 35 établissements anonymes sur un total de 186 fabriques de chaussures). La part des capitaux et des établissements appartenant réellement aux Teuto-Riograndenses dépasse largement les 58 % indiqués dans le tableau précédent.

176La métallurgie, qui fut l’une des premières activités des spécialistes allemands dans les villes, s’y trouve de plus en plus concentrée : Porto Alegre et São Leopoldo en groupent les 7/10. Elle est encore dans des mains allemandes pour plus du tiers (Becker, Berta, Müller, Gerdau, Wallig), ce qui est d’autant plus remarquable que les descendants d’Italiens s’y adonnent volontiers. La mécanique est moins concentrée, car on en trouve davantage dans les petites villes de l’intérieur des colonies. Elle est restée une spécialité teuto-brésilienne pour les trois cinquièmes (Uhr, Renner, Kolberg, Kauffmann, etc.),

177C’est dans le domaine du textile que les « Teutos » ont subi la plus vive concurrence des Riograndenses d’autre origine et que la nécessité d’investir d’énormes capitaux a entraîné la constitution de nombreuses sociétés anonymes, dans lesquelles des Allemands sont souvent entrés mais que l’on ne peut plus compter comme des entreprises purement allemandes. Celles-ci représentent encore 40 % de la corporation et il suffit de rappeler les noms de Rheingantz-União Fabril ou de Renner pour avoir une idée de leur importance.

178Elle n’est guère moindre dans l’activité considérée comme l’une des plus nobles, l’imprimerie. Les firmes allemandes, souvent anciennes (Thurmann, Gundlach, Schapke, Selbach, Rotermund, Low) en représentent plus du tiers et font'un chiffre d’affaires supérieur, car on trouve des typographies allemandes dans tout l’Etat. On peut en rapprocher la contribution germanique à la papeterie et à la cartonnerie : 44 %.

179C’est aussi grâce à l’apport des établissements des colonies que les Allemands conservent la prééminence dans la transformation de minéraux non métalliques : 40 % [Aloys (Marbres), Schmidt, Brutschke’(verres), Renner (porcelaines et ciments), Meyer, Wiedmann (briques)].

180Est-ce à dire pourtant que ce tableau soit en tous points comparable à celui qu’offrait l’industrie teuto-riograndense il y a une vingtaine d’années ? Des différences assez sensibles nous semblent apparaître dans divers domaines.

181La transformation des produits alimentaires — dont les Allemands assurent tout de même le tiers — n’occupe plus le premier rang en importance parmi les grandes entreprises (Ambergen, Sperb, Bohrer, Grehs, Tonding, Neuguebauer, Schramm, etc.).

182Si de grandes fabriques de meubles sont allemandes (Brixner, Fischer, Wagner, Gerdau, etc.) la préparation du bois a diminué en valeur absolue et relative, et la part des grandes scieries allemandes n’est plus que du quart de la production totale. Il en est exactement de même pour l’industrie de la boisson, section dans laquelle le vin et l’eau-de-vie ont plus d’importance que la bière, restée la seule spécialité teuto-brésilienne (Bopp, Ritter, Sassen, Thofehrn), [Voir photo, 30 pl. X.] Il en est encore ainsi pour le tabac, dont la transformation est en train de passer, comme le commerce, aux mains de sociétés anonymes ou d’Italo-Brésiliens. Leur concurrence d’une part, le ralentissement de l’exploitation forestière avec la disparition de la dernière zone pionnière du Haut Uruguay, la baisse des rendements agricoles avec le vieillissement des terres arables d’autre part, sont dès facteurs qu’on ne saurait négliger puisqu’on décèle leur influence sur l’évolution de l’industrie dans les branches correspondantes.

183Il y en a quelques autres dans lesquelles on se serait attendu à une excellence germanique qu’on est surpris de ne pas rencontrer, car les entreprises, d’origine y représentent à peine le quart de la production totale. Ce sont l’électricité (Springer et Steigleder), les moyens de transport, les produits chimiques (Bier, Kauflmann, Keller, Lamb, Saenger, Geyer, Klein, Volkmer, Schreiner, Luchsinger) et le caoutchouc. Cependant cela s’explique par lé fait que la plupart de ces industries n’ont pas été fondées par des Allemands, mais par leurs descendants fixés depuis une ou deux générations, et que leurs produits ne pouvaient justement pas être comparés à ceux de l’industrie allemande introduits dans le Rio Grande par des agents ou par des représentants dont nous avons vu l’importance dans le commerce d’importation.

184Ainsi, et tout en tenant compte de ces nuances, on ne peut que souligner le rôle fondamental des descendants d’Allemands dans l’industrie riograndense. Ils représentent un peu plus du cinquième de la population totale, ils fournissent plus du tiers de la production agricole et de la production industrielle : toujours plus du cinquième, souvent plus de la moitié, parfois plus des deux tiers. Mais, alors que leur contribution à l’agriculture a diminué dans les anciennes colonies jusqu’à devenir inférieure à celle des Italiens pour certaines plantations, le pourcentage de leur part dans l’industrie s’est accru légèrement au coins de la dernière génération, de 32 % à 34 % (toujours sans compter les sociétés anonymes). C’est donc dans ce domaine qu’ils ont donné leur mesure, qu’ils ont emporté les plus nets succès et qu’ils conservent une prééminence encore indiscutable. Après avoir été longtemps les seuls industriels du Rio Grande do Sul, ils en sont encore les principaux. Bien plus, leur importance s’accroît toujours, comme le montre l’étude de quelques firmes exemplaires.

b. Les grandes usines teuto-riograndenses

1. L'alimentation

  • 82 Ludwig, Viagens, II, p. 155 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 495.

185L’une des plus importantes usines de produits alimentaires est celle de Jacob Renner à Montenegro82, c’est aussi l’une de celles qui révèlent avec le plus de netteté lés rapports ayant existé entre l’industrie de l’alimentation et les colonies environnantes. Jacob Renner, fondateur du Frigorifique et de la fabrique de conserves qui portent son nom, est né en 1858 dans la colonie de São Leopoldo, à Bom Jardim ; il est mort à 76 ans à Montenegro. Quittant le lot paternel il commence à travailler à 14 ans comme apprenti, puis réparateur, puis constructeur de moulins à Cai. Il s’installe ensuite à Montenegro où il monte une scierie. Comme l’extension de la colonisation sur le rebord de la Serra fait reculer la forêt et accroît la production agricole, Renner abandonne la scierie et fonde en 1894 une raffinerie de graisse, mue à vapeur (7 CV), employant 8 ouvriers. Avant de le suivre sur le chemin de la prospérité notons que J. Renner n’a jamais été colon. Voulant abandonner l’agriculture, il a dû chercher sa voie. Ce n’est pas son métier manuel qui en a fait un industriel. C’est, avec les bénéfices que lui avait procurés sa profession semi-commerciale qu’il a monté de toutes pièces une fabrique qui n’a jamais été artisanale.

186Celle-ci s’est développée régulièrement. En 1907 Renner ouvre un abattoir personnel, ce qui lui permet d’adjoindre à sa raffinerie de graisse une fabrique de charcuterie (saucisses, conserves). En 1912 il construit sa première chambre frigorifique, prépare et vend de la viande. En 1915, il commence à expédier hors de l’Etat des conserves et des viandes congelées. En 1936 il construit l’immeuble actuel haut de cinq étages et dont les installations s’étendent sur tout un quartier desservi par le fleuve, la route et la voie ferrée.

187A la mort de Jacob Renner l’affaire fut reprise par ses deux fils, Artur et Julio nés en 1886 et en 1896 à Montenegro, qui se partagent la direction commerciale et la direction technique et s’associent ultérieurement le fils du second, Julio Gaspar. Son importance économique se mesure à son rayonnement : elle possède une succursale à Porto Alegre (fondée par Jacob pour la vente de la viande et de la charcuterie) et des agents à Curitiba, Santos, São Paulo, Rio de Janeiro, Bahia, Maceio, Aracaju, Fortaleza, Recife, Belem et Manaus !

188L’ampleur de cette entreprise n’en révèle que plus clairement ses nouvelles caractéristiques, la structure familiale de l’établissement, la multiplication des branches de fabrication utilisant tous les sous-produits du porc, la solidité d’une affaire développée progressivement par le réinvestissement des bénéfices, l’organisation d’un réseau de ventes qui s’étend au Nord du Brésil et jusqu’au fond de l’Amazonie. Ce destin n’a pourtant été celui que d’un tout petit nombre d’industriels, car la plupart des grandes usines sont nées dans les grandes villes, même celles de l’alimentation.

  • 83 Rio Grande do Sul Industrial, p. 31-32 ; Album Comemorativo 1939, p. 35 ; Pimentel, Aspectos gerais (...)

189Un exemple caractéristique de l’industrie, « citadine » nous est présenté par la firme Ernesto Neugebauer83. Il l’a fondée en 1891 en société de personnes avec son frère ; mais celui-ci étant mort peu après, Ernesto resta seul propriétaire ; il ne l’a lui-même transformée en E. Neugebauer e Cia qu’au déclin de sa vie. Nous ne pouvons guère suivre pas à pas le développement de cette affaire qui non séulement possède le plus gros magasin de détail de confiserie et de pâtisserie de Porto Alegre mais occupe tout un quartier en bordure de l’avenue Farrapos dans la nouvelle zone industrielle et dont les bâtiments sont constamment agrandis, les installations modernisées. La fabrique est mue par deux machines à vapeur et des moteurs électriques, elle possède des dizaines de chaudières pour la préparation des chocolats, bonbons, caramels, pastilles et biscuits de plus de 2.000 variétés. Il s’y est adjoint successivement une fabrique de carton et de papier, une imprimerie, une fabrique de boîtes métalliques, etc. Médaillée à plusieurs expositions nationales ou internationales, la confiserie Neugebauer a plus de 300 ouvriers 16 commis voyageurs et des représentants jusqu’au Mato Grosso et en Amazonie.

  • 84 Rio Grande do Sul Industrial, p. 37 ; Album comemorativo 1939, p. 41 ; Ludwig, Viagens, I, p. 55-60 (...)

190Mais l’histoire la plus intéressante nous semble celle de la brasserie84 Les premières tentatives avaient échoué faute de clientèle. C’est seulement en 1873 que F. Christofel réussit à fonder sa brasserie, suivi par A. Kauffmann en 1878, W. Becker en 1879, C. Bopp en 1881 et H. Ritter en 1894. Il y eut au début du xxe siècle jusqu’à 13 brasseries à Porto Alegre ; il n’y en a plus qu’une aujourd’hui.

191Becker étant mort en 1889, son entreprise fut acquise par B. Sassen. Né en Allemagne en 1852, il y avait fait des études techniques et commerciales ; immigré à Porto Alegre en 1869 il y monta une affaire de représentation. En 1889 il acheta sa brasserie et la développa, prenant en 1907 comme gérant le fils Becker qui avait fait, lui aussi, ses études en Allemagne. La brasserie possédait ses immeubles, ses chaudières, ses voitures et les machines les plus perfectionnées, de fabrication allemande. Son capital était de 600 contos et les ventes de 300 contos par an.

192Plus puissante encore était devenue la brasserie Ritter e Filhos fondée en 1894. Son capital était de 1.000 contos, elle fabriquait annuellement 20.000 hectolitres de bière de trois qualités différentes. Ses machines venaient d’Allemagne. La fabrique possédait son propre générateur d’électricité. Elle employait 55 ouvriers rien qu’à nettoyer, remplir, fermer et ranger les bouteilles. H. Ritter, qui descendait d’une famille de brasseurs, a lui-même été d’abord commerçant (il était associé et parent de Trein, de Cai). Il envoya ses fils, nés dans le Rio Grande, se perfectionner à São Paulo puis à Munich (Frederico Augusto y fut diplômé par l’Institut de brasserie en 1902). Ils ont continué à diriger l’entreprise.

193La troisième grande brasserie était celle que Bopp avait fondée en 1881 à Floresta et transférée en 1914 avenue C. Colomb, dans les nouveaux bâtiments que les fils du fondateur avaient fait construire, là où se trouve aujourd’hui la grande brasserie Continental. (Voir photo 30, pl. X.) Tous avaient adopté le système de la basse fermentation en chambres froides et adjoint à la vente de la bière celle de la glace avec toute une série de voitures isothermes pour la distribution aux commerçants et aux particuliers.

194Les grandes brasseries avaient prospéré, non sans se faire concurrence. Mais les difficultés d’importation des matières premières durant la guerre mondiale (houblon et malt provenaient de Bohême), l’augmentation des prix et l’élévation des impôts les mirent dans une situation difficile. Aussi en 1924 les trois firmes fusionnèrent-elles en une seule société, Bopp, Sassen, Ritter e Cia ou Brasserie Continental, qui utilisa les installations des trois entreprises. Pendant que la société construisait une malterie pour s’affranchir de l’importation, elle développait dans les colonies la culture de l’orge, en distribuant gratuitement des semences sélectionnées, en achetant les recoltes à un prix fixé à l’avance, en créant aussi une station expérimentale dans le municipe de Taquara. En 1938 elle construisait un immeuble de trois étages pour ses services sociaux : dispensaire, douches, vestiaire des ouvriers, réfectoire de 300 places, coopérative, etc. Les gérants sont encore pris parmi les descendants des propriétaires des trois firmes associées (G. Becker Jr, B. Sassen Jr, etc.). La puissance de cette société se mesure à deux faits : elle est maintenant la seule de Porto Alegre et son rayonnement a tué toutes lés brasseries à plus de 400 kilomètres à la ronde, Bopp Sassen Ritter e Cia utilisant leurs installations comme annexes ; elle a d’autre part été capable de résister au grand trust BrahmaAntartica de Rio de Janeiro-São Paulo (teuto-brésilien lui aussi).

2. Tabac et bois

  • 85 Album comemorativo 1939, p. 173 ; Ludwig, Viagens, p. 46-49 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, 479-48 (...)

195Le même processus de centralisation s’est déroulé à Santa Cruz presque à la même époque dans l’industrie du tabac85. Six établissements teuto-riograndenses, qui s’adonnaient à la préparation du tabac et accessoirement à la fabrication de cigarettes, éprouvèrent de grandes difficultés au lendemain de la première guerre mondiale. Pour pouvoir résister à la concurrence américaine, commerçants et industriels locaux s’associèrent dans la Companhia de Fumos Santa Cruz en 1918. En quelques années son capital passe de 500 contos à 1.000 (en 1920) puis à 2.000 (en 1926). En 1942 le capital était doublé par les fonds de réserve, les installations (immeubles et machines) étaient estimées à 2.500 contos, le chiffre d’affaires était de 5.500 contos. De la préparation du tabac et de la fabrication des cigarettes, la société était passée à celle des cigarilhos (1932) puis à celle des cigares (1937) sous la direction d’un technicien allemand. Elle s’était adjoint depuis 1921 une section de lithographie et d’imprimerie. Elle est aujourd’hui le plus grand établissement de sa spécialité dans le Rio Grande. Mais il n’existe plus à Santa Cruz que trois firmes individuelles et deux autres sociétés anonymes, dont une d’origine anglo-saxonne, alors que « la colonie et la ville pourraient graver une feuille de tabac sur leurs blasons ». Il n’y a donc plus aucune commune mesure entre ces établissements et ceux des artisans du xixe siècle. Il n’y a même pas eu filiation, puisque les sociétés sont d’origine commerciale, citadine.

  • 86 O Rio Grande do Sul Industrial, p. 67 ; Pimentel, Aspectos gerais de Porto Alegre, p. 316.

196Bien qu’il y ait eu des miliers de menuisiers dans les colonies, les grandes fabriques de meubles sont nées dans les villes, particulièrement à Porto Alegre, entre autres Gerdau, Brixner, Kappel et Arnt, l’une des plus anciennes dont nous allons résumer rapidement l’histoire86. Cette firme est née de la fusion de deux fabriques de meubles. La première fut fondée en 1869 par Simon Kappel, au capital de 10 contos. Ce n’était donc pas une entreprise artisanale. La seconde fut fondée en 1894 par Edmundo Arnt. Né en 1868 à São Leopoldo il fit ses études à Porto Alegre, devint employé de commerce, puis commerçant, voyagea en Allemagne pour se perfectionner et organisa enfin son entreprise de meubles. Il prit comme associé en 1906 Jão Kappel, dont le neveu est devenu ensuite gérant de l’affaire. Chaudière, moteurs, machines-outils sont d’origine allemande. L’usine comprend deux grands corps d’immeubles, avec des ateliers, une section de ferronnerie, de peinture. Plus de 200 ouvriers, des commis voyageurs, des agents dans la plupart des Etats du Brésil, telle est l’organisation actuelle de cette fabrique de meubles.

3. Métallurgie

  • 87 Ludwig, Viagens, II, p. 102-103 ; Pimentel, Aspectos, p. 317.

197L’une des grandes firmes voisines, également teuto-riograndense, est celle de Gerdau e Filho, spécialisée dans la fabrication des clous de tous les types87. Les ateliers, qui occupent plus de 200 mètres de façade sur la rue Voluntarios da Pâtria, possédaient leur propre wharf pour recevoir les matières premières, importées d’Allemagne comme les machines et la chaudière. C’est également en Allemagne que le directeur de la maison avait été élevé et instruit. Toute l’affaire appartient à la famille Gerdau et sa prospérité est telle que le chiffre d’affaire est le double du capital investi.

198João Gerdau était né en Allemagne en 1849. Neveu d’un commandant de bateau allemand, il vint à Rio Grande en 1869, se fit employé de commerce à Cachoeira, y devint commerçant puis s’installa à Porto Alegre en 1893, rachetant une fabrique de clous en déconfiture. Il devint aussi propriétaire d’une grande fabrique de meubles, dont la grande spécialité était les chaises de bois courbé à la vapeur « à la viennoise ». João Gerdau mourut en 1917 après avoir passé la direction de l’usine à son fils Walter. Né en 1881 à Cachoeira, celui-ci avait complété ses études (Cachoeira-Rio Grande) par un voyage de deux ans aux U.S.A. et en Allemagne. Depuis son retour en 1907 il assurait la direction technique puis commerciale. Il a été lui-même secondé puis remplacé par son fils, João Egon, né à Porto Alegre en 1911, formé de la même façon par de solides études et des stages dans les diverses sections de la maison.

  • 88 Album comemorativo 1939, p. 55 ; Ludwig, Viagens, II, p. 73 ; Uhr SIA, Diario de Noticias, Pôrto Al (...)

199Les rapports avec l’Allemagne ont en effet été à la base de presque toutes les entreprises industrielles riograndenses. La firme Uhr qui pratique la métallurgie différenciée (pompes, machines, etc.) a été fondée en 1908 par Samuel Uhr, né en Allemagne en 1858 et mort à Pôrto Alegre en 194288. Quand il se retira en 1929, ses trois fils lui succédèrent et se partagèrent direction commerciale et technique. L’un d’entre eux est ingénieur et a effectué des voyages d’études en Europe, en particulier en Allemagne et en Autriche.

  • 89 Rio Grande do Sul Industrial, p. 64-66 ; Album comemorativo 1939, p.25 ; Ludwig, Viagens, III, p. 1 (...)

200Mais si l’on ne devait citer qu’une seule usine métallurgique ce serait la Fabrica Berta, la plus importante du Rio Grande89. Elle a été fondée en 1873 par E. Berta. Il avait exposé en 1875, on s’en souvient « un coffre-fort à l’épreuve du feu » et la firme qui porte encore son nom a conservé cette spécialité non sans développer ses types de fabrication. A vrai dire la firme devrait s’appeler A. Bins et non Berta, car c’est à partir de l’entrée de Bins, en 1891, qu’elle s’est développée. Elle emploie aujourd’hui plusieurs centaines d’ouvriers et. possède six sections : coffres, serrures, cuisinières, lits métalliques, seaux galvanisés, fonderie (fers à repasser, poêles à frire, casseroles, etc.). La production annuelle dépasse 600 coffres, 5.000 cuisinières, 10.000 lits, 20.000 douzaines de seaux, 400 tonnes de poêles ou de fers. Machine à vapeur, générateurs d’électricité, machines-outils, presses, tout cela provenait d’Allemagne. Seule la section de galvanisation a été montée et dirigée par un technicien anglais. Les produits Berta se vendent dans le Brésil entier et il n’est pàs rare qu’ils remplissent un plein avion cargo, moyen d’expédition paradoxal mais avantageux.

  • 90 Camara de Comercio Teuto-Brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio 1955-1956, p. 36. Voir ci-desso (...)

201A. Bins né à Porto Alegre en 1869 y est mort en 1957. Il a fait ses études jusqu’à 14 ans dans un collège allemand de Sâô Leopoldo, puis de 14 à 21 ans en Allemagne. Il visita aussi l’Angleterre et la France. A 21 ans, il rentra à Porto Alegre et y fonda une maison d’importation de fers, d’outils et de machines. Il participa ensuite à l’União de Ferros avec Bromberg e Cia et d’autres commerçants allemands. Mais en 1891 il est devenu commanditaire puis directeur technique de la Fabrica Berta. C’est lui qui a mis au point un nouveau modèle de cuisinière à double paroi et d’autres articles qui ont assuré la renommée de sa marque. Car en 1906 il a acquis la totalité de l’affaire Berta. De ses cinq fils (dont un est avocat et un agronome) trois travaillaient avec lui, un comme fondé de pouvoirs, un comme directeur de la fonderie et le dernier comme directeur technique. Bien que la direction de sa firme ait été sa principale occupation, A. Bins a eu de multiples activités. Il a continué à participer à l’União de Ferros ; il a été à ce titre président de l’Association commerciale de Porto Alegre à plusieurs reprises et fondateur de la Fédération des associations commerciales ; il a créé avec son beaufrère O. Loewen une ferme modèle (Granja Progresso), devenue plus tard station expérimentale de l’Institut Rio Grandense du Riz, car Bins a été président du Syndicat des Riziculteurs, puis fondateur de l’Institut du Riz ; il a été président du Conseil de contrôle de la Varig, la compagnie riograndense d’aviation fondée en 1927 ; il a été membre du conseil d’administration de vingt trois autres sociétés riograndenses. Il a été président d’honneur de la Chambre de Commerce teuto-brésilienne du Rio Grande do Sul, et fut décoré par le gouvernement allemand pour les services rendus90, en même temps que Max Ertel directeur de la maison Bromherg et A. J. Renner, directeur-fondateur des usines de textiles qui portent son nom.

4. Textiles

  • 91 Pimentel, Aspectos gerais de Porto Alegre, p. 385.
  • 92 Album, comemorativo 1939, p. 21-23 ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 382-384, Pelland (...)

202Il y a sans doute nombre d’autres entreprises de filature, de tissage, de confection et d’entreprises teuto-brésiliennes parmi les plus importantes. On pourrait citer la Fabrica Rio Guaiba91 fondée par G. F. Bier, transformée en société anonyme en 1920 et dont les directeurs sont les deux fils du fondateur ; c’est l’un des principaux établissements d’origine allemande, mais il se limite à la filature et au tissage de la laine : Tandis que celui de A. J. Renner réalise une concentration verticale rarement rencontrée dans la corporation. (Voir photo 31, pl. X.) La naissance et le développement des Industries Associées A. J. Renner sont inséparables de l’histoire de la vie de leur fondateur et actuel directeur, à la fois exceptionnelle et exemplaire92.

203Il est né à Montenegro en 1884. Son père était Jacob Renner, celui-là même qui fonda le Frigorifique de Montenegro. Antonio Jacob fréquenta l’école primaire publique où il apprit le portugais, puis une école protestante où. il perfectionna son allemand. A12 ans, il entra comme ouvrier dans la fabrique de son père et y travailla pendant deux ans. Il partit alors à Porto Alegre chez un bijoutier allemand, Foernges. Il y passa cinq ans. Il retourna dans la colonie et, grâce à un prêt que lui consentit son père, il fonda une bijouterie à Cai, qui était alors en pleine prospérité commerciale. Son affaire se développait, mais en 1907 il épousait D. Matilde Trein, fille de Ch. Trein, l’un des grands commerçants de Cai. Invité à entrer comme associé dans la maison de son beau-père il devint voyageur et parcourut les colonies de Cai à Caxias. R eut mainte occasion d’être trempé sous son poncho et de souhaiter une pélerine légère mais imperméable... Or en 1911, l’ouverture de la ligne de chemin de fer Montenegro-Caxias provoqua le déclin immédiat et irrémédiable du commerce à Cai. Survint un « technicien » qui proposa la fondation d’une manufacture de tissage, Renner et ses deux beaux-frères le commanditèrent. Mais l’entreprise préciclita. Débarrassés du prétendu spécialiste, ses beaux-frères lui demandèrent de rétablir la situation. Et c’est ainsi que Renner devint industriel.

204Il a tout à apprendre de la filature, du tissage, de la teinture. Il l’apprend. Il multiplie en même temps les expériences dans un laboratoire de fortune, faisant couler inlassablement la pluie d’une douche sur ces échantillons de tissus auxquels un étrange mécanisme monté sur le bâti d’une machine à coudre imprime les mouvements du cheval : Renner cherche à fabriquer sa pélerine idéale. Les débuts sont très durs : il met deux ans à obtenir le fil voulu. Puis se rendant compte des inconvénients de rester à Cai £ transfère sa fabrique à Porto Alegre, dans le faubourg industriel de Navegantes. Aujourd’hui s’y étend tout un quartier Renner, occupé par ses usines et par leurs annexes.

205Malgré l’accroissement de la demande £ craint que le marché des pélerines ne soit bientôt saturé, aussi commence-t-il à fabriquer des tissus de confection et des costumes. Mais si ses tissus sont bons, les doublures, les toiles, les poches ne les valent pas ; il se met à les fabriquer. Le courant fourni par la compagnie de Porto Alegre ne lui permet pas d’employer de moteurs électriques ; il monte une centrale thermique dans son usine. Mais sa chaudière dévore 7 mètres cubes de bois par heure ; il achète des terres et y plante des eucalyptus qui lui sont amenés par bateau ou par camion dans d’énormes cadres qu’un pont roulant transporte jusqu’à la chaudière.

206Partant de la laine riograndense, qu’il apprend à faire sélectionner par les producteurs (Laine Ideal, du nom de son modèle de pélerine), il file, tisse, coupe et coud capes et costumes, vendus prêts à porter ou demi-prêts, il se crée un réseau de revendeurs dans le Rio Grande et dans le Brésil tout entier, leur assure l’exclusivité de ses produits qui comprennent aussi la chemiserie, la bonneterie, les chaussures. En effet, désireux d’utiliser les chutes de tissus de confection, il commence par fabriquer des pantoufles ; irrité de payer au poids les semelles qu’il utilise à la surface, il monte une tannerie ; pour que celle-ci soit rentable, elle doit produire, d’où la fabrique de chaussures. Puis ce sont les feutres, les chapeaux. Et les vêtements d’été ? Renner les fabrique d’abord avec du lin importé puis avec du lin produit dans les colonies à partir de 1932. R distribue des semences sélectionnées, envoyant des spécialistes expliquer aux colons comment ils doivent cultiver et récolter le lin. Le rouissage laisse à désirer. Renner fonde une société annexe qui s’en charge. Les fibres de lin arrivent en bottes et c’est un service de table ou un costume qui partent de l’usine.

207Renner a abandonné depuis longtemps les méthodes traditionnelles de confection et conçu une chaîne de montage le long de laquelle se font la coupe, le montage et le finissage du costume. Il ouvre en ville un grand magasin de confection, qui devient par la force acquise grand magasin tout court, puis il en multiplie les succursales, actuellement au nombre de six dans les différents quartiers de Porto Alegre ; les objets de faïence ou de porcelaine, par exemple, sortent aussi d’usines Renner. Après avoir réalisé le système vertical le plus complet il l’étend horizontalement dans toutes les directions : il a des actions dans des fabriques de machines à coudre, de peintures et vernis, de boîtes en métal, de papier et de cartonnage. Mais s’il participe à d’autres entreprises, il s’est toujours refusé à recourir à l’emprunt pour son propre établis : sement ; tous les achats de machines, toutes les constructions, tout a été financé par l’entreprise elle-même, par le réinvestissement des bénéfices.

208Non seulement Renner emploie plus de 3.000 ouvriers, dont certains sont venus de Cai avec lui en 1916, mais il a été le premier patron du Rio Grande à créer tous les services sociaux annexes : réfectoire, dispensaire (1.500 consultations par mois pour le personnel et les familles), crèche, coopératives d’achat et de crédit permettant aux ouvriers d’acquérir une maison, congés payés institués spontanément (c’est Renner qui a été l’un des conseillers du Président Vargas pour l’élaboration des lois sociales, résolument favorables au salarié), aide spéciale aux familles nombreuses, aux malades, aux anciens ouvriers retraités, à leurs veuves. Renner a été aussi l’un des pionniers de l’enseignement technique et professionnel comme des sports : il y a un stade Renner, un club Renner, des équipes de foot-ball ou d’athlétisme Renner, des bibliothèques Renner, un club d’échecs Renner. Bref il y a pour toute une population — celle d’une petite ville — un genre de vie Renner.

209Ses usines s’agrandissent et se multiplient sans qu’il cesse de les visiter quotidiennement, gouvernant tout par contacts directs, sauf pendant ses voyages d’études en Europe ou en Amérique (il a appris l’anglais et un peu de français). Bref c’est un « capitaine ». Et la barre, qu’il n’abandonnera sans doute que mort, sera reprise par ses fils, formés avec la même méthode. A. J. Renner souhaita leur éviter les difficultés qu’il avait éprouvées pour acquérir sa formation technique. Aussi, après leur avoir fait donner l’instruction générale et apprendre l’allemand et l’anglais, les mit-il au travail dans les diverses sections de la fabrique ; puis il les envoya aux Etats-Unis, en Angleterre et en Allemagne à partir de 1928 ; ils y étudièrent la filature, le tissage, la confection, la chimie, l’organisation du travail. Le quatrième fut surpris par la guerre de 1939 alors qu’il suivait des cours en Allemagne. Le cinquième, qui ne put aller en Europe, étudia en Argentine la classification des laines et au Chili la production des fibres de lin. Revenus à la fabrique ils se sont réparti les diverses sections. suivant leur spécialisation, tandis que l’aîné prenait peu à peu la gérance générale. La continuité du travail et la tradition de la maison ne courent donc aucun risque.

210Il sera cependant difficile à ses successeurs d’acquérir une influence personnelle et une autorité comparables à celles de leur père, qui les doit à ses qualités intellectuelles et humaines autant qu’à sa position éminente dans le monde des affaires. (Voir photo 34, pl. XI.) Aussi n’y a-t-il pas d’exemple plus remarquable du rôle des descendants d’Allemands dans l’industrie du Rio Grande do Sul.

  • 93 Archives et publications du Centro Fabril ; Daudt, Brasileiros, p. 52-53.

2115. C’est encore A. J. Renner et A. Bins qui furent les fondateurs du Centro de Industria Fabril do Rio Grande do Sul en 193093. A. Bins en fut le président d’honneur et A. J. Renner le premier président ; tous les autres membres du comité étaient d’origine germanique (Bier, Beck, Campani, Casper, Müller), comme presque tous les fondateurs : Renner, Bins, Wallig, Campani, Kessler, Neugehauer, Nedel, Jung, Hermann, Casper, Gerdau, Bopp, Sassen et Ritter, Kluwe, Müller, Teichmann, Brutschke, Gerdau, Tannhauser, Sociedade de banha sul-riograndense, Fabrica Rio Guaiba (Bier), Cia Fiação e Tecidos Porto Alegrense, Sociedade Industria e Comercio, Cia Geral de Industrias (Schapke), Cia de Vidros Sul Brasileira ; ne constituaient exception que les trois sociétés Barcellos Bertaso e Cia, J. R. de Fonseca e Cia, Cia Souza Cruz.

212Les Teuto-Riograndenses ont conservé la prépondérance dans la gestion de ce centre, qu’ils ont fondé pour défendre leurs intérêts professionnels et favoriser l’expansion de l’industrie riograndense et qui est devenu l’organe représentatif de la classe.

***

213C’est bien en effet d’une classe qu’il s’agit, car il est rare que ces firmes aient été organisées et plus rare encore qu’elles soient dirigées par d’anciens colons ou même d’anciens ruraux : elles sont nées en ville. Leurs cadres sont liés par la conscience d’appartenir à un groupe social, relativement homogène, en tout cas nettement distinct des autres groupes urbains, même lorsqu’ils sont de même origine ethnique.

Notes

1 Vekband, Hundert Jahre, p. 236 ; Tejo, A Industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 19.

2 Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21.

3 Tejo, Contribuição, P.S.P., 3, p. 82. En 1859 Santo Angelo comptait 61 maisons de bois et 33 maisons de pisé, abritant 91 familles et 417 habitants. On y trouvait un minotier, un forgeron, quatre tailleurs, trois cordonniers (Relatorio do Presidente 1860).

4 Truda, A Colonisação, p. 93-95 ; Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 335-440.
Tableau des entreprises artisanales élémentaires
Image 1000000000000301000000AE671E44C1.jpg

5 Verband, Hundert Jahre, p. 237.

6 Verband, Hundert Jahre, p. 239 ; Adresskalender der deutschen Geschaeftleute und Handwerker der Provinz São Pedro do Rio Grande do Sul, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874 p. 159-189.

7 Hoermeyeh, Brasilien, p. 235 ; Ave Lallemant, Reise, p. 172.

8 Catalogo da Exposição de 1881.

9 Laytano, Historia, p. 196-197.

10 Truda, A Colonisação, p. 95.

11 Adresskalender, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874, p. 159-189.

12 Relatorio do Presidente, 1866, p. 40 et sq. Comme celle de 1866 l’exposition de 1875 présentait un caractère essentiellement artisanal (Tejo, A Industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 37.

13 Catalogo da Exposição Brasileira-Allemã, Pôrto Alegré 1881. On peut consulter aussi avec fruit les numéros correspondants des journaux A Gazeta de Pôrto Alegre (Palmares à partir du 22 février 1881) et Deutsche Zeitung. Cf. aussi ci-dessous. p. 387.

14 Hoermeyer, Beschreibung, p. 47.

15 Gerstaecker, 18 Monate, p. 70 ; Indole da Legião Alterna, p. 75 ; Willems, A Aculturação, p. 112.

16 Porto, O Trabalho, p. 105.

17 Adresskalender, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874.

18 Voir tableau de la note 4 : la différence est nette entre Estrela et Santa Cruz ou Nova Petropolis. Les statistiques de la colonie de Santa Cniz en 1867 permettent d’établir un rapport inverse entre le nombre des métiers à tisser et celui des charrettes (Menezes, O Municipio de Santa Cruz, p. 53).

19 Hoermeyer, Besehreibung, p. 68 ; le salaire d’un artisan était la nourriture et 1 thaler par jour, la solde d’un lieutenant 140 thalers par mois.

20 Ave Lallemant, Reise, p. 176 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 21.

21 Verband, Hundert Jahre, p. 239 ; Tschudi, Reise, p. 37 ; Ave Lallemant, Reise, p. 174 ; Gerstaecker, 18 Monate, p. 84 ; Zoeller, Die Deutschen, p. 147 ; Lange, Suedbrasilien, p. 50 ; Eye, Der Auswanderer, p. 142 ; Grimm, Heimatskunde, p. 126 ; Funke, AUS Deutsch-Brasilien, p. 51 ; Ihering, Landeskunde, p. 78. Il y a cependant eu des crises, p. ex. à São Leopoldo en 1854 (Truda, Colonisação, p. 103 ; Relatorio do Presidente, 1858).

22 Hoermeyer, Beschreibung, p. 67-72.

23 Relatorio da Secretaria dos Obras Publicds : Falas ã Assembleia, 1894-1914 ; Petry, Historia, p. 29 ; Ludwig, Viagens I et II.

24 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1894-1912 ; Lacmann, Ritte, 225-228 ; Verband, Hundert Jahre, p. 262-263.

25 Relatorio da Secretaria dos Obras Publiais, 1915-1931.

26 Cabdoso, O Municipio de Santa Rosa, p. 54 ; Recenseamento geral de 1950.

27 Relatorio da Secretaria das Obras Publions, 1908-1918 ; Album comemorativo do 50° aniversario de Ijui (1940) ; Recenseamento geral de 1950.

28 Erechim. (T. total, A. allemands, I. italiens, P. polonais).
Image 100000000000030100000202EF5CFCA9.jpg
Image 100000000000030000000176886F852F.jpg
Image 10000000000003010000017724686FF0.jpg

29 Sâo Lourenço
1. Nombre d'artisans
Image 1000000000000300000000C2356F2254.jpg
2. Artisanat et population
Image 10000000000002FF0000009B3DDEA2EC.jpg

30 Estrela. — Venancio Aires
1. Nombre d'artisans
Image 10000000000002FF0000013546F0FFE0.jpg
2. Artisanat et population
Image 10000000000003010000013BA8B60846.jpg

31 Montenegro
1. Nombre d’artisans
Image 1000000000000300000000BFF3B6ED92.jpg
2. Artisanat et population
Image 10000000000002FE00000098E6EDFBA6.jpg

32 Santa Cruz 1.
Nombre d’artisans
Image 1000000000000300000000BFE8831B16.jpg
2. Artisanat et population
Image 1000000000000301000000989041F182.jpg

33 Dois Irmãos

Image 1000000000000352000001D35053E49F.jpg

34 Valverde. Excursão, R.B.G., X, 4, p. 478-490.

35 Ces industries sont liées à l’électricité et à des techniques modernes, importées directement d’Allemagne par les ingénieurs qui ont fondé ces établissements (voir ci-dessous p. 443).

36 L’artisanat du cuir subsiste pour la fabrication des chaussures :
Image 10000000000003000000011FB2B268A4.jpg
36-2. Mais le phénomène est plus caractéristique encore pour l’activité traditionnelle de la tannerie.
A Cai il y a, 14 entreprises teuto-brésiliennes : une seule a 28 ouvriers et un capital de 1.683 contos ; 4 ont entre 7 et 18 ouvriers ; 7 ont un seul ouvrier avec un capital minime de 6 contos.
A São Leopoldo il y a 42 entreprises dont 27 ont de 1 à 5 ouvriers.

A Novo Hamburgo on compte 20 entreprises dont 5 qui ont de 1 à 5 ouvriers.
L’artisanat coexiste avec l’industrie, mais leurs productions ne sont pas comparables.

37 Blancato, As forças economicas : Tejo, A industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 55 ; D.E.E., Estatistica Industrial, 1918.

38 Tejo, Contribuição, P.S.F., 3, p. 83.

39 A industria riograndense, Estatistica Industrial, 1937, p. 34.

40 Relatorio do Presidente da Provincia, 1866, p. 40 et sq. ; Catalogo da Exposição da Provincia de São Pedro do Rio Grande do Sul em 1875 : Catalogo da Exposição Brasileira-Allemã de 1881 em Porto Alegre ; Catalogo da Exposição Estadual do Rio Grande do Sul em 1901 : Catalogo Geral da Exposição do Centenario Farroupilha, Pôrto Alegre, 1935.

41 Verband, Hundert Jahre, p. 239.

42 Verband, Hundert Jahre, p. 240.

43 Verband, Hundert Jahre, p. 254 ; Rio Grande do Sul Industrial, p. 63 ; Album Comemorativo, 1939, p. 34.

44 Fondée en 1864 ; Verband, Hundert Jahre, p. 259 ; Rio Grande do Sul Industrial, p. 30 ; Album Comemorativo 1939, p. 264.

45 Tejo, A Industria Riograndense, Estatistica Industrial 1937, p. 37 ; Deutsche Zeitung, 25 août, 8 et 22 septembre 1866, 3 juillet 1867.

46 Adresskalender der deutschen Geschaftleute und Handwerker der Provinz São Pedro do Rio Grande do Sul, Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874, p. 159-189 ; Verband, Hundert Jahre, p. 243.

47 Catalogo da Exposição, 1875 ; Relatorio do Presidente, 1879, p. 95 ; Rio Grande do Sul Industrial, p. 52-53 ; Album Comemorativo 1939, p. 277.

48 Canstatt, Land, p. 409410.

49 De 1875 à 1878 l’Assemblée n’a pas reçu moins de dix-sept demandes de privilèges émanant d’entrepreneurs allemands ; elle les a repoussées... « dès que de telles aides ne peuvent pas être justifiées par l’utilité publique qui en résulterait, elles ne peuvent pas ne pas être considérées comme iniques puisqu’elles entraînent le sacrifice d’un grand nombre de contribuables au profit d’un ou de quelques-uns ». (Annaes da Assembleia, 25 avril 1878.)

50 Relatorio do Presidente, 1882, p. 36-37 ; Gazeta de Pôrto Alegre, 22 novembre 1881, 1 à 23 décembre 1881. Cf. aussi ci-dessus, p. 365.

51 Gressler, Os velhos Grussler, p. 133.

52 Relatorio da Diretoria de Estatistica do Rio Grande do Sul, 1897. Tableau annexe.

53 Tejo, A Industria, p. 40.

54 Catalogo da Exposição Estadual, Pôrto Alegre, 1901, 467 p.

55 Tejo, Estatistica Industrial, p. 35-36.

56 Nombre des entreprises en 1912. Faria, O.A., Diccionario, 1914 ; Repartição de estatistica do Estado, Estatistica, 1912.
Image 10000000000002FF000000C6E687B73D.jpg

57 Censo Industrial, vol. V, p. 244-245.

Image 1000000000000351000001711601D32E.jpg

58 Blancato, Forças economicas, 1922 ; Tejo, Estatistica Industrial, 1937, p. 42.

59 Relatorio da Directoria de Estatistica do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 1916, p. 41-53. Voir tableau de la note 61.

60 Tejo, Estatistica Industrial, 1937, p. 44-46.

61 Industrie. (Recensement de 1920.)
Image 100000000000030100000134DAA79726.jpg
Rubriques : I. Branches ; II. Nombre ; Iii. Pourcentage ; IV. Capital (en 1.000 contos) ; V. Pourcentage ; VI. Force motrice (en 1.000 CV) ; Vii. Nombre d’ouvriers (en 1.000) ; Viii. Nombre moyen d’ouvriers par entreprise ; IX. Valeur de la production (en 1.000 contos) ; X. Pourcentage.

62 Verband, Hundert Jahre, p, 257.

63 Daudt, Brasileiros, p. 52.

64 Cornelius, Die Deutschen, p. 24.

65 Petry, Historia, p. 34.

66 Idem, ibidem, p. 35.

67 Catalogo Geral da Exposição do Centenario Farroupilha, Pôrto Alegre 1935, p. 171-202.

68 Voir ci-dessous p. 412 et 447.

69 Correio do Povo, 25 septembre 1935.

70 Grothe, Die Deutschen, 1932, p. 107.

71 Valeur de la production en 1920 et en 1939.
Image 10000000000003000000011D1C13E9E7.jpg

72 Tejo, Estatistica Industrial, p. 50.

73 Departemento Estadual de Estatistica ; Anuario Estatistico 1941, 1943, 1944, 1946 ; Gorga, Aspectos demográficos, economicos e sociais, 1947, p. 29-30.

74 C’est en effet le nombre de cinq ouvriers qui est considéré comme le seuil de l’entreprise industrielle. Voir note 79.

75 Importance relative des principales industries en 1920 et 1950 :
Image 10000000000002FF0000018A03B4480E.jpg

76 Structure des entreprises industrielles en 1950 :

Image 100000000000034B000000EB758C2AD9.jpg

77 Amaral, Indices da produção industrial riograndense, Correio do Povo, 21 novembre 1952. Recenseamento geral de 1920, V, p. 442 et sq. ; Recenseamento geral de 1950, Sinopse preliminar do censo industrial, Rio de Janeiro, 1953, p. 167-173.

78 I.B.G.E., Cadastro Industrial, Rio Grande do Sul em 1952 ; I.B.G.E., Produção Industrial, 1953, Rio Grande do Sul.

79 Production industrielle du Rio Grande do Sul en 1953.
Image 10000000000002FE000001C9E476859A.jpg

80 I.B.G.É., Produção Industrial, 1953, Rio Grande do Sul, p. 4-10.

81 Les établissements industriels teuto-riograndenses :
Rubriques : I. Nombre total ; II. Établissements allemands ; III. Extraction de produits minéraux ; IV. Transformation de minéraux métalliques ; V. Métallurgie ; VI. Mécanique ; VII. Électricité ; VIII. Transports ; IX. Bois ; X. Mobilier ; XI. Papier ; XII. Caoutchouc ; XIII. Cuirs ; XIV. Produits chimiques ; XV. Textiles ; XVI. Vêtements et Chaussures ; XVII. Alimentation ; XVIII. Boissons ; XIX. Tabac ; XX. Typographie ; XXI. Industries diverses.
Municipes : 1. Pôrto Alegre ; 2. Alegrete ; 3. Arroio do Meio ; 4. Arroio Grande ; 5. Bagé ; 6. Bento Gonçalves ; 7. Caçapava ; 8. Cachocira ; 9. Cai ; 10. Camaquã ; 11. Candejaria ; 12. Canela ; 13. Canoas ; 14. Carasinho ; 15. Cruz Alta ; 16. Encruzihada ; 17. Erechim ; 18. Estrela ; 19. General Vargas ; 20. Getulio Vargas ; 21. Gravatai ; 22. Guaiba ; 23. Ijui ; 24. Itaqui ; 25. Jaguarão ; 26. Jaguari ; 27. Julio de Castilhos ; 28. Lagoa Vermelha ; 29. Lajeado ; 30. Marcelino Ramos ; 31. Montenegro ; 32. Nova Prata ; 33. Novo Hamburgo ; 34. Osorio ; 35. Palmeira ; 36. Passo Fundo ; 37. Pelotas ; 38. Quarai ; 39. Rio Grande ; 40. Rio Pardo ; 41. Santa Cruz ; 42. Santa Maria ; 43. Santa Rosa ; 44. Santiago ; 45. Santa Angelo ; 46. Santo Antonio ; 47. S
ão Borja ; 48. São Francisco de Paula ; 49. São Gabriel ; 50. São Jeronimo ; 51. São Leopoldo ; 52. São Lourenço ; 53. São Luiz Gonzaga ; 54. São Pedro ; 55. São Sepé ; 56. Sarandi ; 57. Sobradinho ; 58. Soledade ; 59. Tapes ; 60. Taquara ; 61. Taquari ; 62. Tres Passos ; 63. Triunfo ; 64. Tupaciretan ; 65. Vacaria ; 66. Venancio Aires ; 67. Totaux ; 68. Pourcentage.
Image 10000000000002FF0000042BFFF4942A.jpg

82 Ludwig, Viagens, II, p. 155 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 495.

83 Rio Grande do Sul Industrial, p. 31-32 ; Album Comemorativo 1939, p. 35 ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 336.

84 Rio Grande do Sul Industrial, p. 37 ; Album comemorativo 1939, p. 41 ; Ludwig, Viagens, I, p. 55-60 ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 339-364.

85 Album comemorativo 1939, p. 173 ; Ludwig, Viagens, p. 46-49 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, 479-480.

86 O Rio Grande do Sul Industrial, p. 67 ; Pimentel, Aspectos gerais de Porto Alegre, p. 316.

87 Ludwig, Viagens, II, p. 102-103 ; Pimentel, Aspectos, p. 317.

88 Album comemorativo 1939, p. 55 ; Ludwig, Viagens, II, p. 73 ; Uhr SIA, Diario de Noticias, Pôrto Alegre, 8 juin 1848.

89 Rio Grande do Sul Industrial, p. 64-66 ; Album comemorativo 1939, p.25 ; Ludwig, Viagens, III, p. 111-113 ; Pimentel, Aspectos, p. 336 ; Orgulho do Brasil, Correio do Povo, 19 novembre 1946.

90 Camara de Comercio Teuto-Brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio 1955-1956, p. 36. Voir ci-dessous ch. viii, note 53.

91 Pimentel, Aspectos gerais de Porto Alegre, p. 385.

92 Album, comemorativo 1939, p. 21-23 ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 382-384, Pellanda, A. J. Renner, um capitão da industria, 1944, 125 p. ; A. J. Renner, Brasil Post, 319, 5 janvier 1957. Boletim Renner (depuis 1945).

93 Archives et publications du Centro Fabril ; Daudt, Brasileiros, p. 52-53.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter