Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre VI. La vocation commerciale

Volltext

1Dès leur fondation les colonies allemandes du Rio Grande do Sul ont constitué des groupes ruraux dont la structure était beaucoup plus complexe que celle de la société luso-brésilienne de la Càmpanha.

2Le Rio Grande pastoral a vécu dans l’autarcie domaniale jusqu’au xxe siècle, si bien que le rapport entre l’exportation des produits locaux et l’importation des articles nécessaires à la vie des éleveurs est resté stationnaire, à. l’avantage de l’exportation. La population rurale étant clairsemée et les peões n’ayant qu’un faible pouvoir d’achat, le commerce était très réduit à l’intérieur de la zone d’élevage : les plus riches propriétaires eux-mêmes avaient plus de peine à acheter qu’à vendre.

3Dans les colonies c’était l’inverse : il était plus facile d’acheter que de vendre. Or il était nécessaire de vendre, car l’agriculture puis l’artisanat eurent une orientation essentiellement commerciale. Néanmoins il n’y a jamais eu de marchés ni de foires dans les colonies : c’est la boutique qui fait partie intégrante de leur paysage. Aussi le commerçant, unique agent des échanges, est-il devenu très puissant dans son fief. Lorsqu’il ne prit pas lui-même la tête d’une grande maison, c’est sur lui que s’appuyèrent les exportateurs ou les importateurs de la capitale. Ces commerçants s’épaulèrent d’autant plus Volontiers que jouait une solidarité ethnique dont nous pourrons prendre la mesure.

1. LES ORIGINES RURALES DU COMMERCE TEUTO-RIOGRANDENSE

  • 1 Verband, Hundert Jahre, p. 241 ; Laytano, Açorianos e Alemães, p. 76. Comme le reste du Brésil (Mon (...)

4Le commerce a ses racines dans les colonies1 et, c’est de leur développement qu’il a tiré sa prospérité. Mais ce développement n’a été possible que par celui des échanges, dont l’influence a été décisive sur la production et sur l’économie des colonies. Ainsi y a-t-il eu symbiose entre le commerce et l’agriculture.

A. Les échanges

5Dès l’origine les anciennes colonies n’eurent qu’un seul débouché, Pôrto Alegre, qui est devenu peu à peu la principale place commerciale du Rio Grande do Sul, exerçant une influence décisive sur le cours des produits mais plus encore sur ceux de l’agriculture que sur ceux de l’élevage.

a. Les prix

1. A Pôrto Alegre

  • 2 Prix moyens des principaux produits à Pôrto Alegre :
    (En milreis ou en cruzeiros par kilogramme)

    Obse (...)

6Les mercuriales de Pôrto Alegre ont donc été la base de tous les échanges de produits coloniaux2. Dans l’ensemble ces produits ont suivi une évolution commune dont les grandes phases sont liées à l’histoire du Rio Grande do Sul, du Brésil et même du monde.

7La première phase, qui a duré jusqu’à la veille de la Grande Guerre, se caractérise par la faiblesse de l’accroissement et des oscillations des prix agricoles.

8Ils ne se sont guère élevés entre 1824 et 1914 : sur la place de Pôrto Alegre, le maïs a augmenté de 50 %, le manioc de 80 %, le haricot de 110 %, la pomme de terre de 125 % et la graisse de 150 %. Cet accroissement n’a pas été absolument régulier mais les oscillations ont été rares et de faible amplitude.

9Les prix n’ont subi que trois légers fléchissements. Le premier vers 1850 a été une séquelle de la guerre Farroupilha ; le second entre 1887 et 1890 a été provoqué par la fermeture de certains débouchés. Les prix se sont élevés vers 1870, puis vers 1895, à cause de la Révolution de 1893, des fluctuations du change et des mesures protectionnistes. Ils fléchirent ensuite légèrement et furent à l’étiage en 1910, puis ils remontèrent à la veille de la première guerre.

10Les oscillations ont été très faibles. Le maïs vaut en 1870 seulement 150 % et en 1890-1895170 % de son prix de 1824 ; le haricot 190 % et 275 % ; le manioc a augmenté davantage : 319 % en 1860, 263 % en 1870 et 312 % en 1890 ; la pomme de terre valait en 1870 116 % et en 1890 125 % de son prix de 1850 ; la graisse en 1870 160 % et en 1890 220 % de son prix de 1850.

  • 3 Camargo, Quadro Estatistico, 1868 ; Abreu, Retrospecto economico, R.A.P., 8, p. 223-288 ; Varela, O (...)

11Lors de la dépression de 1850 le prix du maïs n’est que de 20 % inférieur à celui de 1824 ; c’est le haricot qui a subi la baisse la plus importante, 42 % ; le prix du manioc est resté à peu près stationnaire, en 1850 sa diminution n’a été que de 4 %. Au cours de la crise de 1880-1890 le maïs a été le plus touché, il est retombé à 5 % au dessous de son prix de 1824 ; le manioc a connu en 1881 son prix le plus bas de cette période, il retombe à la valeur de 1852 ; le haricot est en 1887 au même prix qu’en 1848 ; la pomme de terre est en 1880 au même prix qu’en 1852 ; la graisse aussi a connu la baisse : si en 1880 son prix dépasse de 15 % celui de 1852, il est inférieur de 39 % à celui de 1870. Par rapport au prix de 1824, les oscillations ont été pour le maïs de 80 % à 170 %, pour le haricot de 58 % à 275 %, pour la pomme de terre de 100 à 125 %, pour la graisse de 115 % à 220 %. Ces oscillations apparaissent encore plus faibles si on les ramène à la courbe moyenne des prix entre 1824 et 19143 ou si on les compare à l’évolution des prix à partir de la première guerre mondiale.

12La seconde phase commence donc en 1914. Elle se caractérise par des oscillations amples et rapides sous l’influence des événements internationaux.

13A une baisse des cours riograndenses menacés par la réduction des exportations vers l’Europe et même vers les Etats du Centre ou du Nord du Brésil, succéda bientôt une hausse qui s’est prolongée jusqu’au lendemain de la guerre car les belligérants dont les forces ne s’étaient pas reconstituées restaient d’excellents clients. Les onze années de 1914 à 1925 furent celles d’une grande prospérité. Le prix de la graisse a doublé, celui de la pomme de terre a triplé, celui du manioc a quadruplé, celui du maïs a sextuplé, celui des haricots a décuplé entre 1914 et 1924. Grâce à cette augmentation le maïs est devenu exportable et le colon n’a pas besoin de le transformer en graisse.

  • 4 Cibils, Estudos, p. 110 ; Tejo, Estatistica, 1937, p. 25.

14Mais un malaise survint en 1926 et les prix agricoles baissèrent de 77 % pour le haricot, de 61 % pour le maïs, de 60 % pour le manioc, de 10 % pour la pomme de terre, de 9,9 % pour la graisse. La dépression économique fut aggravée par l’altération du change4.

15Puis, malgré la crise générale de 1929, les prix se maintinrent ; ils augmentèrent même à la veille de la seconde guerre mondiale. Celui du maïs est resté stationnaire jusqu’en 1938, puis en 1939 il a augmenté de 50 % par rapport à 1924 ; celui de la graisse de 40 % celui du haricot de 50 % ; celui de la pomme de terre, irrégulier jusqu’en 1928, a triplé en dix ans ; celui du manioc, qui avait triplé entre 1926 et 1928, resta inchangé jusqu’en 1938.

16La troisième phase est ouverte par la deuxième guerre mondiale. C’est celle des grands bouleversements dans l’économie rurale du Rio Grande do Sul.

  • 5 Pimentel, Frigorificos e xarqueadas, p. 53 et sq.

17Le prix du maïs était en 1950 celui de 1940 multiplié par 2 ou celui de 1914 multiplié par 19 ; le prix de la graisse celui de 1940 multiplié par 3,2 ou celui de 1914 multiplié par 10 ; le prix du haricot, celui de 1940 multiplié par 3,6 ou celui de 1914 multiplié par 14 ; le prix de la pomme de terre celui de 1940 multiplié par 3,5 pu celui de 1914 multiplié par 10. L’augmentation des prix agricoles est de plus en plus sensible. Elle a dépassé largement celle des produits de l’élevage qui ont d’ailleurs connu des oscillations beaucoup plus grandes5.

18De 1850 à 1913 le prix de la pomme de terre s’était accru de 225 %, celui de la graisse de 260 %, celui du haricot de 365 %, mais le prix du xarque n’avait augmenté que de 177 %.

19La guerre de 1914-1918 favorisa les produits agricoles, dont les prix ont augmenté de 180 % en moyenne, moins toutefois que ceux de l’élevage puisque le prix du xarque s’est accru de 270' %. Par contre entre 1920 et 1926 il a diminué de 30 %, trois fois plus que la graisse.

20Pendant la seconde guerre mondiale les prix des produits agricoles ont augmenté encore plus que ceux des produits bovins (435 % contre 322 %). Le prix du bœuf s’est élevé de 340 %, celui du mouton de 370 %, mais celui du porc de 460 %.

21De 1938 à 1950 non seulement le prix du maïs s’est accru de 230 %, celui du manioc de 320 %, celui du haricot de 340 %, celui de la pomme de terre de 400 % mais celui de la graisse s’est élevé de 590 %, tandis que celui du xarque s’accroissait de 410 % et celui du cuir de 310 % seulement.

  • 6 Berndsen, Preços, p. 8 ; D.E.E., Boletim estatistico, I, 5, février 1948, p. 24.

22Si nous comparons maintenant les chiffres de 1950 à ceux de 1913, la moyenne des prix agricoles s’est accrue de 1340 % et celle des prix des produits de l’élevage de 700 % : la différence est du simple au double, Les prix des produits de l’agriculture ont progressé plus que proportionnellement et à la dépréciation de la monnaie (6,3 % par an) et à l’inflation (300 % entre 1938 et 1947)6. Alors que le gain relatif de l’éleveur est seulement de 22 %, celui de l’agriculteur aurait été de 135 %.

2. Dans les colonies

23Malheureusement pour les colons il y a toujours eu et il y a encore une grande différence entre les prix de Pôrto Alegre et ceux des zones de production. Ils y ont été et y sont encore réduits par une véritable loi d’airain, celle du coût du transport souvent plus que proportionnel à la distance à cause des difficultés d’expédition. Les progrès des moyens de communications, pour nets qu’ils aient été, n’ont levé que partiellement l’hypothèque de la distance dont le colon supporte encore le poids : la production et les échanges ont été stimulés mais le prix payé au producteur subit des abattements considérables.

  • 7 Livres de la maison Trein (Bom Jardim) conservés à la Fondation Mentz à Pôrto Alegre ; Kheuzinger, (...)

24Rien ne permet de les mesurer mieux que la comparaison des prix des principaux produits agricoles à Pôrto Alegre et dans les colonies pendant les cent dernières années7.

1851

Maïs
sacs 60 kg

Pommes de terre
sacs 60 kg

Haricots
sacs 60 kg

Graisse
arroba 15 kg.

reis

reis

reis

reis

1. Pôrto Alegre

2 600

2 000

5 600

6 000

2. Colonie du Piedmont

800/1 120

600/1 000

1 920/3 000

3 040

3. Pourcentage de 2/1

38 %

40 %

45 %

51%

25Les prix pratiqués dans la colonie n’atteignaient même pas la moitié de ceux de Pôrto Alegre : seule la graisse n’en perdait que 49 %. Tous les produits agricoles étaient lourdements grevés par les frais de transport, qui représentaient 55 % de la valeur des haricots, 60 % de celle de la pomme de terre, 62 % de celle du maïs. Encore s’agissait-il de la colonie de São Leopoldo dans laquelle les picadas aboutissaient en une trentaine de kilomètres aux embarcadères du Rio dos Sinos et dont les colons ont pu être considérés comme les mieux payés au xixe siècle. L’incidence du transport était bien plus pesante dans les colonies de l’Ouest du Piedmont ou dans celles du Haut Jacui. Dans les conditions les plus favorables, tout se passait comme si pour arriver à la ville le colon avait dû jeter par dessus bord, le long du chemin, un sac sur deux de haricots et deux sacs sur trois de maïs.

  • 8 Tonnelat, L’expansion, p. 114.

26Au début du xxe siècle les colons semblent encore bien mal rétribués de leur travail. Après son voyage dans les colonies riograndenses, Tonnelat résume d’une phrase la précarité de leur situation économique : « Le fret absorbe tout le bénéfice8. Il en donne une nouvelle preuve : à trois jours de voyage au nord de Pôrto Alegre le sac de maïs valait en 1904 deux milreis, mais on comptait deux milreis et demi pour son transport jusqu’à la ville.

27Au lendemain de la première guerre mondiale et du centenaire de la colonisation, les colons affrontent toujours les mêmes difficultés pour écouler leurs récoltes et sont écrasés par l’incidence du coût des transports en zone pionnière :

1925

Maïs
sacs 60 kg

Haricots
sacs 60 kg

Beurre

Œufs
(douzaines)

reis

reis

reis

reis

1. Port.

14 800

30 000

6 000

1 800

2. Colonie du Plateau

7 800

18 000

3 500

400

3. Pourcentage de 2/1

52 %

60 %

58 %

22 %

28Il est normal que les œufs supportent le plus lourd handicap, mais celui-ci s’élève presque aux 4/5 de leur prix. Quant aux autres produits ils sont payés plus largement que soixante quinze ans plus tôt dans la colonie de São Leopoldo (maïs + 20 %, haricot +15 %, beurre/graisse + 7 %). Le bénéfice dû aux progrès de transports est proportionnel au volume des produits pour un même poids et il est plus grand pour les produits « légers ». Cependant le maïs reste relativement moins payant pour le colon que le beurre, la graisse ou les haricots, qui sont les produits riches de la zone pionnière.

29En 1950 la différence entre les prix de Pôrto Alegre et ceux de l’intérieur de l’Etat est moins grande. Les proportions du coût du transport et du prix payé au producteur sont exactement inversées pour le maïs, le produit le moins avantageux à transporter : l’agriculteur perçoit maintenant le pourcentage que le transporteur retenait pour lui cent ans plus tôt, il réalise donc un gain relatif de 20 % ; celui-ci est encore supérieur pour les autres produits (35 % pour les haricots) :

1950

Maïs
sacs 60 kg

Pommes de terre
sacs 60 kg

Haricots
sacs 60 kg

Graisse
en kg

cruzeiros

cruzeiros

cruzeiros

cruzeiros

1. Pôrto Alegre

96

258

125

13

2. Intérieur de l'Etat

60

165

100

10,5

3. Pourcentage de 2/1

60 %

63 %

80 %

80 %

30Cependant, le transport représente encore une fraction importante du prix de vente à Pôrto Alegre : un cinquième pour le haricot, le produit « lourd » ; plus du tiers pour le maïs, le produit clé de l’économie des colons.

  • 9 Tableau des prix unitaires en fonction des moyens de transport : Rubriques : 1. distance ; 2. batea (...)

31D’autre part les prix unitaires baissent à mesure que les transports sont plus longs ou plus difficiles9.

32A São Leopoldo, qui se trouve maintenant aux portes du Grand Pôrto Alegre, les prix se rapprochent de ceux de la place ; celui du maïs en est les 73 % et celui du haricot les 88 %. C’est bien à l’amélioration des transports qu’est due cette plus value, car dans les anciennes colonies les prix diminuent à mesure que l’on remonte vers l’amont des grandes vallées et que l’on a besoin de transborder les marchandises. Quant aux transports purement terrestres ils ont sur le prix une influence plus que proportionnelle à leur longueur : le sac de maïs payé 70 Cr $ à São Leopoldo tombe à 60 à Caxias (à 133 kilomètres).

33Cela n’est pas moins frappant dans les nouvelles colonies du Plateau ; le manioc perd 50 % de sa valeur entre Ijui et Santa Rosa, 30 % entre Passo Fundo et Marcelino Ramos, le riz 13 % entre Santa Rosa et Palmeira, 19 % entre Santa Rosa et Sarandi. Là encore les produits les plus caractéristiques sont le maïs et le haricot : leur valeur diminue proportionnellement à la distance sur la ligne de chemin de fer entre Cruz Alta et Santa Rosa, mais plus que proportionnellement dès qu’on s’en éloigne. Le prix du maïs diminue d’un cinquième entre Erechim et Getulio Vargas-Sananduva, de moitié entre Santa Rosa et Sarandi ; celui des haricots respectivement d’un septième et d’un cinquième entre les mêmes colonies : pour être plus légère sa perte n’en est pas moins sensible.

34Le coût du transport représente un pourcentage croissant des prix pratiqués à Pôrto Alegre à mesure que l’on remonte les fleuves ou que l’on suit les lignes de chemin de fer et plus encore quand on s’en éloigne, comme le résume le tableau ci-dessous :

35On peut mesurer par là combien est plus avantageux le transport par bateau : la distance peut tripler ou quadrupler, l’incidence ne varie que de 2 à 3 %.

36On constate d’autre part que le transport des haricots est proportionnellement deux ou trois fois moins coûteux que celui du maïs. Les colons ont donc encore intérêt à exporter les haricots et tous les produits denses plutôt que les pommes de terre ou le maïs, beaucoup plus volumineux à valeur égale, et dont le prix diminue plus que proportionnellement. Les tarifs n'étant pas discriminatoires, c’est le pourcentage de perte causée par le transport qui détermine la sélection des produits agricoles aussi longtemps que le sol peut porter des cultures riches, particulièrement en zone pionnière.

37On doit enfin relever que dans les colonies les plus récentes l’incidence du coût du transport sur le prix des produits est presque égale à ce qu’elle était cent ans plus tôt dans les anciennes colonies : elle n’en diffère guère que d’un dixième pour les établissements qui ne sont pas desservis par le chemin de fer.

  • 10 Annaes da Assembleia, 14 février 1877 ; Tschudi, Reisen, p. 70 ; Tonnelat, L’expansion, p. 115 ; Te (...)

38Dans toutes les zones pionnières le colon s’est trouvé constamment et il se trouve encore sur la limite où le coût des transports internes peut lui faire perdre le bénéfice des progrès réalisés dans les communications à grande distance10. Dans l’économie du Rio Grande do Sul le colon d’hier a été un « pionnier », celui d’aujourd’hui reste un « marginal ». Après avoir travaillé à longueur d’année il risque encore de ne se voir offrir qu’un prix avili pour ses produits, sinon de se les voir refuser par le commerçant local dont le rôle capital est de donner une valeur aux récoltes sous l’abondance desquelles l’agriculteur serait vite étouffé, du moins tant que les terres sont fertiles.

b. Le mécanisme des échanges

1. Le troc

  • 11 Relatorio da Secretaria dos Obras Publicas, 1910,p. 380 ; Ave-lallemant, Reise, p. 167 ; Tschudi, R (...)

39Depuis les origines de la colonisation tous les échanges se sont faits par troc. Certes il n’a pas existé seulement dans les colonies, il a été aussi à la base du commerce dans le sertão brésilien. Ce qui est caractéristique de la colonie, c’est, l’universalité et la pérennité du système. Né de l’absence de capital mobilier et de monnaie circulante, il n’est tellement fortifié qu’il les a rendus comme inutiles et qu’il en a retardé la constitution ou l’apparition. Tous les voyageurs visitant les colonies, tous les fonctionnaires du service de colonisation indiquent que les opérations se font par échanges « comme dans les ères passées quand on ne connaissait pas l’argent »11. C’est l’une des causes de l’étonnante animation des boutiques (voir photo 25, pl. IX). De la venda où il a apporté quelques produits le colon emporte leur contre-partie en articles fabriqués ou en denrées alimentaires. Il apporte un sac de haricots, une boîte de graisse ou une douzaine d’œufs s’il n’a besoin que de peu de choses ; il en apporte davantage s’il prévoit de gros achats. Les échanges se sont donc faits d’abord au comptant.

  • 12 Weiss, Colonos, p. 120 ; Rotermund Kalender, 1927, p. 251.

40Puis certains commerçants ouvrirent des comptes courants à leurs clients attitrés : Ils portaient en recette les œufs ou le lard et en dépense le sel, le sucre, le café ou les tissus ; c’était déjà un embryon de crédit. Ce système était évidemment plus simple et plus avantageux parce qu’il évitait des déplacements et des pertes de temps. Antérieur à 1850, il survécut à l’apparition de la monnaie qui ne joua qu’un rôle secondaire dans les anciennes colonies jusqu’à la fin du xixe siècle et dans les nouvelles jusqu’à la seconde guerre mondiale12.

  • 13 Livres de la maison Trein (conservés par la Fondation Mentz à Pôrto Alegre).

41Cela nous est précisé par les livres des commerçants, dont nous reproduisons quelques pages13 :

Maison F. Trein (Bom Jardim). Compte courant de Peter Spier entre juin et octobre 1851

Mois

Jour

Objet

Doit

Avoir

Juin

18

1 cochon gras

15 000

-

19

50 kg de pommes de terre

500

-

-

47 kg de lard

10 000

-

-

11 coudées d’étoffe rayée

3 960

-

-

6 coudées de. coton

1 920

-

-

1 pelote de fil

120

-

-

4 biscuits de manioc

80

-

-

6 assiettes

840

-

-

1 pelote de fil de lin

240

-

-

3 bitters

120

-

-

1/2 bouteille de bitter

240

-

-

1 serviette

2 400

-

-

2 bitters

80

Juillet

3

2 sacs de maïs

1 600

-

-

1 sac de pommes de terre

1 000

-

-

1 bouteille d’eau-de-vie...

200

10 200

28 100

-

26

2 schnaps, 2 bitters'

160

Août

14

2 sacs de maïs blanc

2 240

-

-

1 mesure de vin

1 600

-

-

8 litres de café

1 360

-

-

1 lampe

1 000

-

-

1 rouleau « Mitze » ( ?)

320

-

-

1 schnaps

40

-

-

1 bouteille d’eau-de-vie

200

À reporter

16 340

31 840

Reports

16 340

31 840

Août

14

2 biscuits

40

-

15

1 sac ½ de pommes de terre

1 500

-

-

1 douzaine de boutons de veste

160

-

-

Soie pour un corsage

120

-

-

4 bitters

160

-

-

100 aiguilles

80

-

-

Consommations

1 000

Septembre

12

1 poule

280

-

-

5 poulets

700

-

-

1 sac de maïs

1 120

-

-

1 bouteille d’eau-de-vie

200

-

-

10 kg de sel

480

-

-

1/4 de livre de poivre

100

-

-

2 schnaps

80

-

-

½ porc

4500

Octobre

-

1 moulin à café

1 280

-

4

2 sacs de maïs

2770

-

19

En marchandises

5 330

-

-

10 coudées de tissu de coton

2 800

-

-

4 livres de riz

400

-

-

4 kg de café

1 360

-

-

1 verre de vin

80

-

-

2 verres de vin

160

-

-

3 coudées de mousseline

1.440

-

-

6 boutons de nacre

60

-

-

4 coudées 1/2 de cassinette

3 060

-

-

Consommations

6 530

-

-

4 biscuits

120

-

-

Alcool

100

39 920

41 260

Reporté à Avoir

1 340

42Cet exemple, pris entre bien d’autres, révèle un certain nombre de traits caractéristiques du rôle de la venda. A une période qui n'est pas celle des récoltes le colon apporte tantôt deux sacs de maïs, tantôt cinq poulets, tantôt un sac de pommes de terre, tantôt un porc ou du lard. Tout cela est inscrit à son avoir. Généralement il fait le jour même une série d’achats, soit de denrées alimentaires (sel, poivre, café, riz, vin), soit de mercerie et de tissus, soit d’articles de ménage. Ce qui n’est pas moins intéressant, c’est la fonction de relation de la venda, attestée par l’inscription au débit du compte de « 2 bitters » ou « 2 bitters 2 schnaps » ; on imagine volontiers le colon buvant avec des compagnons et le commerçant qui ne dédaigne pas de trinquer avec ses clients.

43Nous retrouvons dans les livres de la même firme en 1892 le compte d’un descendant de Peter Spier, nommé Simon Spier. Il est écrit en portugais, cette fois.

Compte courant de Simon Spier en 1892

Compte courant de Simon Spier en 1892

44Le système d’échanges est le même que quarante ans plus tôt ; il comporte cependant une modification intéressante : les opérations sont arrêtées périodiquement et chacun des deux intéressés règle le solde en espèces. Pendant l’hiver et le printemps le colonne vend que peu de produits au commerçant et paye la différence ; au moment de la récolte, c’est le commerçant qui débourse une somme plus importante. Mais la hase des opérations commerciales reste le troc, et le compte courant en est la pièce la plus caractéristique. Ce système diffère donc de la vente à crédit pratiquée par les boutiques de quartier des villes brésiliennes autant que de la vente du bétail par « l’estancieiro » ou que de la vente de ses récoltes par le paysan européen : malgré l’activité des échanges le colon n’a presque jamais eu d’argent liquide.

  • 14 Weiss, Colonos, p. 121.

45S’il en a gagné, ce fut plutôt par son travail sur les routes et les chemins. Encore ne s’affranchissait-il pas pour autant de l’influence du commerçant. L’administration elle-même ne payait généralement pas en espèces mais en bons à valoir en marchandises chez les commerçants qui se faisaient rembourser ultérieurement par l’Etat. Cela explique que dans les nouvelles colonies, pendant les quatre ou cinq premières années, l’importation ait pu être supérieure à l’exportation des produits locaux. Le commerçant acceptait même quelquefois de changer le bon pour de l’argent frais, mais il retirait une commission de 20 à 30 %14.

46Le commerçant contrôlait donc toutes les opérations possibles dans une zone déterminée et prélevait une dîme sur chacune d’entre elles. Il était plus que le régulateur de la vie économique de son secteur, il en était le véritable maître. Il ne se contentait pas d’arrêter les comptes, il fixait aussi le prix des produits agricoles qu’il achetait et des denrées ou des objets « importés » qu’il vendait au colon.

2. Le taux des échanges

47En 1851 dans les picadas de São Leopoldo, par exemple, le commerçant :

48La confrontation de ces deux colonnes nous révèle la disparité des prix et par contrecoup la faiblesse du pouvoir d’achat des agriculteurs, ce qui est peut-être l’une des raisons de leur stagnation économique. Avec 1 kilogramme de lard le paysan pouvait acheter 1 livre de biscuits ou 1 bouteille d’eau-de-vie ou 0,700 kilogramme de farine de blé ou de sucre ou 0,550 kilogramme de café. Avec 1 sac de maïs, il peut acheter : 20 kilogrammes de sel ou 2,5 kilogrammes de biscuits ou 3,5 kilogrammes de farine de blé, ou encore 1 coudée de tissu de laine ; pour un chapeau, il doit fournir 3 sacs de maïs ou 1 à 2 sacs de haricots ; pour une pelote de fil, 2 douzaines d’œufs, comme pour une serviette ; pour un moulin à café, un sac de haricots.

49En 1892, dans les mêmes picadas de São Leopoldo, le commerçant :

50Avec un sac de maïs, un paysan pouvait acheter : 10 kilogrammes de sel, ou 6 kilogrammes de farine de blé ou trois quarts de coudée de tissu de laine ; avec 1 kilogramme de graisse : trois quarts de bouteille de vin ou 1,400 kilogramme de farine de blé ou 0,600 kilogramme de sucre ou 0,250 kilogramme de café ou 1,75 boîte d’allumettes. Pour acheter un chapeau il doit fournir un sac de pommes de terre ou deux sacs de maïs. Le prix des produits agricoles a certes augmenté, mais moins que celui de la plupart des denrées et des articles importés dans la colonie. Même s’il a nominalement un peu plus d’argent à la fin du xixe siècle, le colon n’a pas plus de pouvoir d’achat que son père et que son grand’père. Son propre fils en a eu encore moins, d’autant moins que ses terres se sont appauvries.

51Il nous est d’ailleurs possible de suivre l’évolution des achats de la clientèle du commerçant rural.

52Par exemple, voici ceux de la famille Jacques Weber (composée de quatre personnes) chez Trein, de juin à octobre 1851 :4 livres de sucre, 20 kilogrammes de sel, une demi-livre de poivre, 25 kilogrammes de café, 7 livres de biscuits, 7 livres de farine de froment, 4 bouteilles de vinaigre. Ce sont là les seules denrées achetées par la famille, celles dont la production domestique ou locale était impossible. Comme boissons nous relevons : 3 bouteilles de bitter, 3 bouteilles de vin, 8 bouteilles de schnaps (eau-de-vie). Cela laisse entendre que normalement la famille buvait de l’eau. La bière ne figure pas dans cette liste : la bière importée est trop chère pour parvenir dans les colonies et il n’y a pas encore de brasseries dans le Riogrande. Nous avons là un exemple caractéristique du processus d’adaptation des nouveaux immigrants. Les autres achats sont également limités : 1 pelote de fil de lin, 10 bobines de fil à coudre, 2 paquets d’aiguilles, 38 coudées de tissu de laine, 27 coudées de tissu de coton, 9 coudées de zéphyr, 1 morceau de soie, 5 draps, 7 serviettes, 1 chapeau et 1 jugulaire. En ce qui concerne le matériel : 1 marmite, 12 assiettes et tasses à café, 1 douzaine de patères (les vêtements sont accrochés aux murs), 1 peigne et 1 cahier. Le total de ces achats s’élève à 77.850 reis, y compris 2.000 reis de « baargeld », montant des consommations prises dans la venda. Pendant cette période, les rentrées d’argent ont été de 279.120 reis, grâce à la vente de 66 sacs de maïs, 42 sacs de haricots, 105 kilogrammes de lard, 20 kilogrammes de graisse, 2 sacs de lentilles, 1,5 sac de pois, 5 douzaines d’œufs, 2 livres de beurre. La dépense aurait pu être couverte par 64 sacs de maïs au prix moyen de 1.200 reis, ou 27 sacs de haricots au prix de 2.800.reis, ou 216 kilogrammes de graisse à 360 reis.

53Nous retrouvons, en 1892, la liste des achats effectués par un autre membre de la même famille, Stephano Weber, dont la situation est relativement aisée. Outre les habituelles denrées alimentaires figurent : un demi sac de farine blanche, 2 kilogrammes de sucre blanc, 1 alqueire de sucre blanc, un demi quart de viande, 12 boîtes d’allumettes, 2 paires dé savates, 1 pièce de tissu et 14 coudées de tissu pour robe, au total de 518 milreis. Les rentrées de la même période sont de 818 milreis, ce qui laisse un solde en argent de 300 milreis. Parmi les produits vendus : 63 sacs de haricots au prix de 11.000 à 12.500 reis, 118 kilogrammes de graisse à 600, 3 sacs de fèves à 4.500, 1 sac de pois à 10.000 reis. La dépense aurait pu être couverte par 42 sacs de haricots ou par 833 kilogrammes de graisse (crise). On voit apparaître la bière et le savon dans les achats, le miel en 1893 dans les ventes. Il y a donc augmentation du confort, mais diminution du solde en argent.

54A la génération suivante, nous trouvons à Lomba Grande (ancienne colonie de São Leopoldo) la liste complète des achats effectués durant huit mois de 1916 par la famille F. E. Lindenmeyer, comprenant cinq enfants âgés de 6 à 17 ans, et dont le chef venait de mourir en septembre 1917. La petite propriété de 2,5 hectares est estimée à 600 milreis ; les ressources étaient complétées par diverses activités dans le village. Le seul avoir important est la maison évaluée 2.000 milreis. Le défunt laissait des dettes s’élevant à 1.223 milreis. Le commerçant A. Becker a présenté à la succession la liste complète de ses créances, c’est-à-dire des achats effectués par la famille, répartis entre les chapitres suivants : Alimentation : 22 kilogrammes de sucre, 12 kilogrammes de café, 12 kilogrammes de sel, 6 kilogrammes de riz, 6,5 kilogrammes de graisse, un quart de beurre, 17 kilogrammes de farine de maïs, 51 kilogrammes de farine de blé, 1 bouteille d’eau-de-vie, 1 flacon de gouttes Maynz. Entretien : 6 litres de pétrole, 19 kilogrammes de savon, un demi kilogramme de clous. Vêtements : 1 chapeau, 1 paire de savates, 5 mètres de tissu de laine, 5,5 mètres de velours, 15 mètres de tissu de coton, 5 bobines de fil. Pour une famille de sept personnes, les quantités achetées étaient très faibles.

  • 15 Petry, Historia, p. 29 ; Tschudi, Reise, p. 49 ; Weiss, Colonos, p. 50 ; Cardoso, O Municipio de Sa (...)

55L’évolution des ventes faites dans la zone rurale suit celle du niveau économique des colons. Les produits qu’ils sont susceptibles d’acheter s’accroissent en quantité et en nombre à mesure qu’ils peuvent vendre davantage grâce à l’augmentation des moyens de transport. Il y a un minimum de produits que l’on trouve dans une venda de la zone pionnière à São Leopoldo en 1826, à Santa Cruz en 1861, à Erechim en 1912 ou à Santa Rosa de nos jours15. On peut les ranger en quatre catégories :

  1. Les denrées alimentaires qui ne sont pas produites dans la colonie, par ordre d’importance : le sel, le sucre, le café, le riz, le xarque, le vin et le vinaigre ; puis celles celles qui le seront plus tard comme les farines de blé, de manioc, de maïs ;

  2. Certains produits nécessaires à la vie quotidienne : la poudre, l’huile, le savon et le tabac préparé. Si la poudre disparaît assez rapidement, on voit apparaître les allumettes et le pétrole qui remplace l’huile d’éclairage ;

  3. Les outils élémentaires ;

  4. Les tissus, qui représentent à eux seuls 60 % de l’importation. L’artisanat du textile a rapidement disparu des anciennes colonies et n’a pas existé dans les nouvelles.

56Peu à peu le nombre des produits se multiplie pour suivre la demande de la clientèle en même temps que leur qualité s’améliore ; dans chacune des catégories ci-dessus on peut inscrire :

  1. La bière, les eaux-de-vie et les vins fins, les biscuits, les caramels, les boîtes de conserves, la charcuterie, les cigarettes, le maté et même la parfumerie ;

  2. Les casseroles, plats, assiettes, verres, couverts, etc. ;

  3. Un outillage plus complexe : rabots, vilebrequins, quincaillerie, etc. ;

  4. A la mercerie, aux tissus eux-mêmes plus variés, s’ajoutent des chapeaux, de la lingerie et récemment des vêtements de confection.

57La tendance est de satisfaire tous les besoins du client. Il n’y a pas de spécialisation entre les « vendas », au contraire chacune d’elles offre à la clientèle un nombre toujours croissant d’objets ou d’articles différents.

3. Le crédit

  • 16 Willems, A Aculturação, p. 353.
  • 17 Cf. ci-dessous, notes 70, 71, 72, p. 346-347.

58Voici enfin la dernière partie du rôle du commerçant dans l’économie des zones rurales, surtout en phase pionnière : par le jeu du mécanisme du compté courant, il n’a pas été seulement amené à consentir des crédits à ses clients (au taux de 12 %), il est aussi devenu leur banquier. Les colons effectuaient de véritables dépôts à la caisse du commerçant comme au guichet d’une banque. Certains colons payaient même une taxe au vendeiro pour la garde de leur argent16. Cela existe dès 1890 et se trouve couramment dans les comptes de maisons de commerce des colonies pendant tout le xixe siècle. Par exemple, sur les comptes relevés, en 1892 dans les registres de Trein, 68 % sont mis à jour par des versements ou des avances périodiques, 13 % sont constamment débiteurs et 19 % sont constamment créditeurs. Ce système a été un peu moins appliqué dans les nouvelles colonies, parce que les coloris ayant dû acheter leurs terres ont moins de disponibilités et parce que celles-ci ont été attirées par les coopératives qui se sont développées depuis 1903 ou par les agences des banques qui s’ouvrent après les deux guerres mondiales dans les villes et jusque dans les bourgades des colonies17. En revanche, la vocation bancaire s’est développée chez les commerçants. Par exemple la Maison Mentz, successeur de F. Trein, a une section bancaire. Pour les commerçants de la colonie, l’habitude de manier des fonds facilite le développement de leurs affaires à l’échelon régional ; pour ceux des bourgs et des villes, les investissements de capitaux dans des activités manufacturières et même industrielles.

B. Le réseau commercial rural

  • 18 Même à São Lepoldo (Annaes Assembleia, 20 décembre 1866, p. 368) et à plus forte raison dans les au (...)

59La longueur et les difficultés du chemin, le manque d’animaux, la perte de temps que ces voyages eussent entraînée interdisaient aux colons la livraison directe de leurs produits18. Il leur était plus avantageux d’abandonner à un transporteur une part même grosse de la récolte ou un pourcentage même élevé de sa valeur.

60Aussitôt que les colons s’étaient installés et avaient défriché les premières parcelles dans chaque picada, l’un d’eux, qui disposait de quelques ressources et qui avait l’esprit d’initiative, assurait l’écoulement des produits agricoles et le ravitaillement des trente ou quarante familles voisines. L’intervention du transporteur transformait les sacs de maïs ou de haricots en tissus, en outils ou en sel. Cela n’était possible que grâce à la possession d’un moyen de transport, et la possession d’un moyen de transport était le fondement du commerce.

a. La répartition des commerçants ruraux

1. Venda et picada

  • 19 Verband, Hundert Jahre, p. 236 ; Petry, Historia, p. 30.

61Dans toutes les colonies, la règle fut l’association du commerce et du transport - entre les mains d’une seule et même personne : le commerçant local ; Rasch et Selbach avec leurs barques à São Leopoldo et à Cai, Kliemann avec sa charrette à Santa Cruz ont été les plus fameux de ces premiers commerçants ruraux « achetant des produits coloniaux et vendant des marchandises apportées de la ville »19.

  • 20 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1910, p. 179.
  • 21 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1894, 1920, passim.

62Même dans la colonie Guarani, les commerçants établis dans l’intérieur des terres ne pouvaient exporter que par charrette jusqu’à l’embarcadère du rio Uruguay. En 1910 ils disposaient d’un parc de 500 charrettes20. Quant aux autres colonies du Plateau elles ont été, autant que celles du rebord de la Serra, tributaires de la bête de somme et de la charrette soit qu’elles aient précédé le chemin de fer, comme à Ijui où il n’arriva qu’en 1911 soit que leur développement ait éloigné les picadas de la voie ferrée, comme à Erechim où le chemin de fer a pourtant précédé la colonisation21. Le transport des produits à dos de mule puis en charrette entre les linhas et la gare a toujours été organisé par le commerçant lui-même.

  • 22 Informations de la sous-préfecture.
  • 23 Idem. Voir aussi Cinquentenario de Panambi, p. 15 (Transportes de cargas).

63Ce sont encore les commerçants ruraux qui ont conservé le monopole du transport par » camion automobile, développé depuis quinze ans environ dans les colonies. En 1949 on compte dans le district de Dois Irmãos (São Leopoldo) 40 camions dont 10 sont recensés au bourg et 30 dans les picadas de l’intérieur du district ; ils appartiennent tous à des commerçants22. A la même date dans le district de Panambi il y a 12 commerçants au bourg et 22 dans l’intérieur du district ; des 20 entreprises de transports par camion existant dans le municipe, 4 seulement sont autonomes, une appartient à une compagnie desservant Ijui et Pôrto Alegre, 15 appartiennent à l’un ou à l’autre des commerçants (3 dans le bourg, 12 dans l’intérieur du district)23.

64Sur le front pionnier de l’agriculture le rôle du commerçant rural est comparable à celui de « l’échelon » des unités combattantes : par la picada devenue chemin il doit acheminer outils, tissus, produits alimentaires vers l’avant ; il doit évacuer les produits agricoles vers l’arrière. L’activité du commerçant, isolé de son voisin de droite ou de gauche par trois kilomètres de forêt vierge, est limitée à la bande défrichée de part et d’autre de la picada où il est installé. Ainsi s’explique la répartition géographique des commerçants ruraux.

65Une fois encore c’est à São Leopoldo qu’il faut emprunter l’exemple le plus remarquable. Les premières vendas s’établirent d’abord au « Passo » et aux points où les picadas partaient du Rio dos Sinos. A mesure que le défrichement s’est éloigné du fleuve, les vendas l’ont suivi sur les picadas au milieu de la forêt : Hamburger Berg, Dois Irmãos, Bom Jardim, Picada Café, etc. Au bout de vingt-cinq ans, vers 1850, elles étaient répandues dans toute la colonie. En 1874 le nombre des vendas rurales représentait 55 % du total. En 1923, malgré l’augmentation de la population urbaine, 49 % des vendas se trouvent encore dans des districts essentiellement agricoles. Si nous examinons maintenant la répartition des vendas dans l’un de ces districts, Dois Irmãos par exemple, nous trouvons en 1950 seulement 25 % des vendas au village et 75 % dans l’intérieur du district.

66Nous retrouvons les mêmes proportions dans d’autres colonies, aussi bien dans la colonie isolée de São Lourenço (22 % dans le bourg, 78 % dans l’intérieur du municipe) que dans les colonies du rebord de la Serra. Dans les limites actuelles du municipe de Santa Cruz on comptait en 1891,12 vendas dans le bourg et 37 dans l’intérieur (75 %) ; dans le district de Roca Sales (municipe d’Estrela) 4 vendas au bourg et 14 dans la colonie (77 %). Dans les nouveaux établissements du Plateau la répartition s’est faite de la même manière : 77 % de vendas rurales à Passo Fundo en 1922, 64 % à Ijui en 1947, 77 % à Nâo me Toque en 1949, 70 % à Erechim en 1950.

67Bref trois vendas sur quatre sont encore aujourd’hui purement rurales. Échelonnées sur la picada, elles sont les jalons de la progression du front pionnier et du développement de l’agriculture.

2. Nombre de commerçants

68L’évolution du nombre des commerçants n’a pas été la même en effet dans les anciennes colonies et dans les nouvelles, sans doute parce qu’elles n’ont pas le même âge économique.

69Le nombre des commerçants s’est accru entre 1900 et 1950, mais deux groupes de municipes apparaissent nettement différenciés, celui de São Leopoldo-Novo Hamburgo-Santa Cruz et celui des colonies rurales.

70Ce nombre a notablement augmenté dans les municipes du premier groupe. De 1900 à 1950 il a plus que triplé à São Leopoldo ou à Novo Hamburgo et quadruplé à Santa Cruz. Bien que l’agriculture y ait décliné, cet accroissement est dû aux progrès des communications et au développement de la population des petites villes et des bourgs, dont la vitalité est alimentée par les manufactures et les usines qui se sont multipliées au cours des deux guerres mondiales. Chacune d’entre elles a d’ailleurs été marquée par une poussée de 1913 à 1920 l’augmentation a été de 68 %, et de 1940 à 1950 de 60 %. Les prochains recensements nous indiqueront si la seconde guerre n’a pas été suivie par un recul comme celle de 1914-1918, car le nombre de commerçants était resté stationnaire à Santa Cruz et avait diminué à São Leopoldo-Novo Hamburgo dans l’entre-deux guerres.

71Dans les colonies purement rurales leur influence a été moins sensible. Le nombre des commerçants s’est élevé ; celui de 1950 représente 245 % de celui de 1900. Mais l’augmentation n’a pas été régulière ; nette au début du siècle, elle a ralenti à partir de 1920. Le chiffre de 1950 est déjà inférieur à ce dernier. Ainsi le nombre des commerçants paraît-il diminuer.

72Dans les nouvelles colonies, l’évolution a été différente du fait qu’elles étaient en phase pionnière entre les deux guerres ou qu’elles y sont encore après la fin de la deuxième.

73Partout le nombre des commerçants s’est accru très sensiblement et très rapidement. Il faut toutefois distinguer deux groupes suivant que nous avons ou non des chiffres antérieurs à 1939.

74Dans le groupe des colonies les plus récentes, celles qui ne constituaient pas de municipe en 1920, l’augmentation a été de 58 % en dix ans, quatre fois supérieure à celle qui s’est produite dans le même temps dans les anciennes colonies agricoles. Même en faisant la part de l’influence de la guerre on constate un dynamisme commercial bien supérieur.

75Dans le second groupe, des municipes comme ceux d’Ijui, Passo Fundo et Erechim nous révèlent également l’influence de cette guerre et de celle de 1914, marquée par deux pointes. Cependant la progression du nombre de leurs commerçants s'est poursuivie sans aucun piétinement depuis le début du siècle à Ijui leur nombre augmente de 1.000 %, à Passo Fundo de 2.300 %. Mais il n’est pas sans intérêt de comparer l’évolution du nombre de commerçants dans ces trois municipes depuis 1920.

76En trente ans le nombre des commerçants a été multiplié par 6 à Passo Fundo et par 7 à Erechim, mais par 1,7 seulement à Ijui. C’est que les colonies des deux premiers municipes sont plus récentes. L’augmentation du nombre des commerçants à Ijui a été deux fois plus forte que dans les anciennes colonies rurales, mais de trois à quatre fois moins que dans les nouvelles. Ce ralentissement est un signe de vieillissement.

774. Le rapport qui existe entre l’âge agricole et l’âge commercial d’une colonie apparaît avec encore plus de netteté si nous calculons à combien d’habitants correspondait et correspond maintenant un commerçant.

78À Santa Cruz en 1860, au bout de dix ans de colonisation, il y avait un commerçant pour 198 habitants ; à Estrela en 1862, au bout de neuf ans, un commerçant pour 182 habitants, à Erechim en 1911, au bout de trois ans, un pour 182 habitants. Dans une colonie naissante, les commerçants étaient relativement nombreux.

79Mais bientôt l’accroissement de la population et de la production dépassant celui des moyens d’échange, le nombre d’habitants par commerçant augmentait rapidement : à Santa Maria da Soledade il y avait un commerçant pour 413 habitants en 1862 ; à Marata I pour 280 en 1876 (au bout de vingt ans) ; dans l’ensemble des colonies en 1867 un commerçant pour 317 habitants. A Ijui en 1899 un pour 274 et en 1912 un pour 347 ; en 1940 à Erechim un pour 455, à Marcelino Ramos un pour 526, à Santa Rosa un pour 347, à Tres Passos un pour 459. Le nombre d’habitants par commerçant s’accroît avec l’expansion de la colonisation pionnière. Et pourtant pendant cette phase les maisons de commerce se multiplient d’autant plus volontiers que les bénéfices sont élevés.

80Ensuite, à cause de cette multiplication et à mesure que les moyens de communication se développent, le nombre d’habitants par commerçant diminue :

Colonie

En 1940

En 1950

1950/1940

 %

Santa-Cruz.

239

181

75

Cai

182

161

88

Estrela.

155

160

96

Ijui

266

161

60

Erechim

455

213

47

Santa-Rosa

347

268

77

81En 1950 les chiffres élevés se trouvent dans les municipes du Haut Uruguay qui sont les derniers vestiges du front pionnier au xxe siècle : Sarandi, un commerçant pour 297 habitants ; Tres Passos, un commerçant pour 391 habitants.

82En conditions normales, à mesure que la colonie évolue, le nombre moyen de clients d’un commerçant rural décrit une courbe partant de 100 ou 150, montant à 500 qui semble avoir été son période, retombant progressivement à 150 environ, c’est-à-dire au niveau qu’elle avait dans les dix premières années de la colonisation. Un nouvel équilibre s’est réalisé entre le nombre des habitants et celui des commerçants : la diminution du nombre d’habitant par commerçants (qui exprime le développement du commerce lié à l’amélioration des communications) est freinée d’abord par le jeu de la concurrence puis par le ralentissement de l’activité agricole quand les rendements baissent et que les cultures riches s’effacent devant les produits de remplacement. Dans toute l’histoire de la colonisation le commerce rural est resté pionnier comme le colon par la productivité duquel il est alimenté. Mais si ses racines plongent dans les colonies, le commerce teuto-brésilien a poussé des ramifications jusqu’aux villes qui l’ont attiré et dont il n’est pas sans avoir subi quelque influence pour l’écoulement des produits agricoles ou pour la fourniture des denrées importées et des objets manufacturés.

b. Les rapports entre les commerçants ruraux et les grossistes

83Si nous avons pu comparer le commerçant rural à l’échelon d’une unité combattante, c’est qu’il a joué un rôle essentiel dans la transmission des vivres, des vêtements, des outils nécessaires à l’avant. Mais quels étaient ses rapports avec l’arrière d’où il recevait son ravitaillement ?

1. Les chaînons intermédiaires

84Il conviendra de les étudier d’abord à São Leopoldo, la doyenne des colonies, puis dans celles qui n’ont pas suivi tout à fait la même évolution.

85De São Leopoldo, où les communications par le Rio dos Sinos étaient relativement faciles, les premiers commerçants allaient à Pôrto Alegre vendre les produits agricoles et acheter les marchandises destinées à leurs boutiques. Celles-ci se transformaient bientôt en magasins de demi gros, car les commerçants ruraux installés dans les picadas ne pouvaient guère transporter, vendre ou acheter eux-mêmes à Pôrto Alegre. C’est à São Leopoldo que les produits locaux étaient ensuite embarqués pour Pôrto Alegre et que les mêmes bateaux rapportaient les marchandises à répartir entre les vendas rurales.

  • 24 Livres de la Maison Trein (Fondation Mentz, Pôrto Alegre).

86En 1850 la maison Trein, située à l’entrée de la picada Bom Jardim, était en rapports avec trois maisons de Pôrto Alegre [Kopp et Rech (quincaillerie, outillage, produits métalliques divers, papeterie, etc.), F. Bier (sucre, café, bière, tabac, tissus, cuirs pour semelles, etc.), Ferreira Pacheco et Cia (casseroles, bouilloires et peaux pour sellerie)] et avec cinq maisons de São Leopoldo [W. Hoffmann (faïences) F. Kern (souliers et chapeaux), J. Bastian (harnais, selles), Born et Engel (tissus, mercerie) et H. Bier qui est son correspondant]24. C’est à cette maison de commerce que Trein expédie tous les produits achetés aux colons, convoyés par son charretier Germani. C’est le semi-grossiste de São Leopoldo qui effectue les transports jusqu’à Pôrto Alegre. C’est lui qui paye aux commerçants de cette place les factures et les traites de Trein.

  • 25 Hoermeyer, Südbrasilien, p. 234. Certains colons avaient essayé d’aller vendre directement leurs pr (...)

87La bourgade de São Leopoldo s’épanouissait donc à mesure que croissaient le nombre et l’importance des maisons de commerce reliées à Pôrto Alegre par les gabares qui naviguaient sur le Rio dos Sinos. Or, non seulement leur nombre fut réduit des trois quarts par la mise en service des bateaux à vapeur à partir de 1852-1854, mais les commerçants qui les armaient furent menacés de faillite. Paradoxalement les progrès réalisés dans les moyens de transport et dans l’écoulement de la production agricole portèrent un coup redoutable au trafic de la bourgade. On se demanda même en 1857 si elle ne péricliterait pas car la durée du voyage à Pôrto Alegre avait été réduite elle aussi des trois quarts et « chacun pouvait y faire ses achats à meilleur marché et parmi un plus grand choix »25. Mais les agriculteurs puis les commerçants ruraux se lassèrent de faire le voyage de Pôrto Alegre et São Leopoldo resta le centre commercial de la colonie.

88Son rôle d’entrepôt et d’intermédiaire fut favorisé en définitive par la navigation à vapeur dont les possibilités accrues avaient stimulé la production et les échanges dans tout l’hinterland. Cela dura jusqu’en 1874, jusqu’à l’établissement de la voie ferrée Porto Alegre-Sāo Leopoldo qui transforma les conditions du transport et du négoce, en particulier en raccourcissant encore les délais de voyage et en créant de nouveaux liens entre les commerçants de Pôrto Alegre et ceux des colonies.

89C’est ce que révèlent les rapports d’affaires de la maison Trein vers 1890. Certes elle est encore en relations avec les firmes Bastian, Birn et Engel, F. Rieth de Sâo Leopoldo, certes elle y a toujours H. Bier comme correspondant, mais c’est avec six maisons de Porto Alegre que sont réalisées les opérations les plus importantes : F. Bier, W. Kern, Kopp et Rech, Sesiani (tissus et argenterie), W. Dopfner et W. Ter Bruggen (commerçant des plus importants de la place et consul d’Allemagne).

  • 26 Premières maisons fondées à Novo Hamburgo : Bernd et Kremer en 1876 (Deutsche Zeitung, 5 juillet 18 (...)
  • 27 Valverde, Excursão, p. 486-488. Sur le réseau commercial au xixe siècle : Zoeller, Die Deutschen, p (...)

90La naissance du nouveau réseau de communications a permis à la place de Pôrto Alegre d’étendre son rayon d’influence directe. São Leopoldo fut donc menacé de court circuit et subit aussi la concurrence des maisons fondées à Novo Hamburgo dès que le chemin de fer y toucha en 187626 puis à Taquara en 190427. (Voir photo 26, pl. IX.)

  • 28 Tonnelat, L’expansion, p. 109.

91Ultérieurement, c’est-à-dire à partir de la première guerre mondiale, la physionomie de São Leopoldo a été modifiée par le développement des manufactures et des usines, comme celle de Novo Hamburgo et même de Taquara. Nous étudierons ci-dessous cette transformation récente qui a rendu méconnaissable le São Leopoldo du début du siècle. C’était alors « un gros bourg agricole florissant »28 dont une partie des habitants continuaient à vivre de l’échange des produits coloniaux. Il s’était produit un double phénomène de capture dont São Leopoldo avait d’abord profité puis pâti : si la voie ferrée avait attiré une partie du trafic fluvial, les grossistes de Pôrto Alegre avaient confisqué une grosse part des affaires qui se traitaient autrefois dans les bourgs-marchés ou entrepôts du Rio dos Sinos et du Cai.

92A cause des progrès successifs des transports, les agglomérations constituées autour du port fluvial puis de la station de chemin de fer ne constituèrent plus que des relais entre les colonies et la métropole dont la prépondérance leur interdit par avance toute autre fonction commerciale, voire industrielle. C’est à ce point de vue que São Leopoldo constitue une exception.

93Cai et Montenegro ne se sont jamais remis de la capture de leur trafic portuaire par le chemin de fer en 1910. Santa Cruz qui a été favorisée par le chemin de fer à partir de 1905 n’est même pas aujourd’hui la capitale de l’industrie riograndense du tabac, son principal produit, encore exporté brut en grande partie ; malgré la naissance et le développement de quelques fabriques (fonderies, chaudières, machines agricoles) ce n’est qu’une petite ville. Estrela et Lajeado sur les deux rives du Taquari, Ijui sur la voie ferrée du Plateau ont eu comme première source de prospérité le commerce de demi-gros entre la colonie et la capitale. Mais celle-ci rayonne de plus en plus loin et ses grossistes traitent directement avec les détaillants.

  • 29 Inventaire de la succession F. Finger, (décédé à Erechim en 1918 : 4 lots urbains, 2 maisons (valeu (...)

94Il nous suffira de prendre l’exemple d’un commerçant à Erechim, en pleine phase d’expansion29. L’inventaire, comme celui de toutes les vendas coloniales contemporaines comporte : alimentation, confiserie, outillage, quincaillerie, droguerie, parfumerie, boissons, tabac, librairie, mercerie, tissus, confection, parapluies, etc. Il y a de tout, y compris des articles que l’on peut considérer comme de luxe et dont la présence révèle l’élévation du standing de la clientèle rurale par rapport au milieu du xixe siècle : les avantages de la civilisation industrielle pénètrent dès lors jusque dans la zone pionnière, grâce sans doute à l’amélioration des communications. C’est elle aussi qui a permis à ce commerçant de développer immédiatement ses relations avec ses fournisseurs de la ville puisqu’il s’approvisionnait dans les établissements suivants : Andreazza de Caxias, Marsiaj de Santa Maria, Steinbruch et Heuser de Santa Cruz, Vetter de Campo Bom et surtout Picorai, Almeida, Damiani, Borges, Hebling et Huch, Bromberg, etc., de Pôrto Alegre. place conquérante.

95La constitution du récent réseau routier n’a fait que développer cette tendance : c’est aux grandes firmes de Pôrto Alegre que l’on vend les produits agricoles et qu’on les livre de porte à porte, c’est à elles que l’on achète les denrées ou les objets importés. Elles ont elles-mêmes tiré leur puissance de leur rayonnement sur l’hinterland colonial, soit qu’elles aient ouvert des succursales ou créé des dépôts dans les principaux relais, soit surtout qu’elles aient envoyé leurs commis voyageurs vers les commerçants ruraux jusqu’au fin fond de la zone pionnière.

2. Le commis-voyageur

  • 30 Zoeller, Die Deutschen, p. 162.
  • 31 Idem, ibidem, p. 163 ; Hoermeyeb, Beschreibung, p. 75.
  • 32 Menezes, O Municipio de Santa Cruz, p. 170. En 1889, ils demandent un impôt de 50 milreis par voyag (...)
  • 33 Daudt, Brasileiros, p. 67-70 ; Musterreiterklub, p. 190.
  • 34 Par exemple H. Flischtiner en 1885 ; sa mort fut précisément l’un des motifs de la fondation du Mus (...)

96C’est entre 1860 et 1865 que le « Musterreiter » apparut dans les colonies allemandes30. L’extension du domaine agricole conquis sur la forêt, la difficulté des communications, la multiplication des maisons de commerce dans les picadas secondaires, tout cela rendait le commerce plus complexe. Le commis voyageur devint en quelques années l’intermédiaire nécessaire entre Pôrto Alegre et la Serra, entre le grossiste et le détaillant. Il parcourait les colonies, présentant des échantillons, concluant des marchés et effectuant le recouvrement des fournitures précédentes. Il faisait le tour de sa clientèle environ douze fois par an, ce qui laissait aux commerçants un crédit d’au moins trente jours mais souvent de trois ou de six mois31. Certains commerçants ruraux protestèrent contre le passage des voyageurs de commerce et demandèrent, par exemple à Santa Cruz, qu’ils fussent frappés d’un impôt quasi prohibitif32. Relativement peu nombreux (trente à quarante en 1883) les commis voyageurs occupaient un poste capital dans la profession. L’accès en était long et difficile, réservé à des sujets d’élite : nombre de maisons modernes ont été ensuite fondées par d’anciens commis voyageurs, parfaits connaisseurs de la clientèle33. Il suffira de rappeler le nom de quelques-uns de ces Musterreitern « arrivés » : Bastian, Becker, Bercht, Brutschkte, Day et Sesiani (les deux premiers associés de Bromberg et Cie), Drugg, Harbich, Kolberg, Krahe, Meyer, Niemeyer, Rache, Reiniger, Schardong, Teschauer, Ullmann, Volkmer, etc. Nous les retrouverons à côté de leurs anciens clients ou de leurs anciens patrons à la tête de florissantes maisons de gros. En selle hiver comme été, suivis de la mule qui portait les deux lourdes sacoches d’échantillons, escaladant les collines, s’enlisant dans les vallées, trempés par la pluie ou par le passage des rivières à gué, brûlés par le soleil, ils devaient arriver étincelants, fringants, de bonne humeur, l’esprit alerte. Il leur fallait la force physique pour résister à une vie épuisante et le courage personnel pour assurer le transport de fortes sommes d’argent (certains disparurent assassinés)34. Ce type appartient au passé qu’il éclaire et fait comprendre.

  • 35 Wiedmann, 1. Musterreiterlied (Koseritz Volkskalender, 1901, p. 180-185) ; Musterreiter Kalender, p (...)

97Il n’y en a point d’images plus caractéristiques que celles fixées par le peintre P. Weingartner. Il nous représente dans l’intérieur soigné d’une venda coloniale un commis voyageur, bel homme, moustache conquérante, costume avantageux, assis (à califourchon bien sûr) sur un tabouret, avec un sac de cuir ouvert à ses pieds et des échantillons cascadant de ses genoux au sol. Pour placer sa marchandise il fait le siège de la dame de céans avec une galanterie aussi tapageuse que son arrivée. Le commis voyageur est le colporteur de nouvelles, le conteur d’anecdotes ; ses qualités de causeur sont pour beaucoup dans le succès de sa mission commerciale. Weingartner nous a peint un autre épisode de la vie du Musterreiter sous le titre Zu spät (trop tard) [Voir photo 24, pl. IX]. Un commis voyageur, portant bottes, bombacha, poncho, chapeau à larges bords, foulard au cou, sacoche de cuir à la ceinture et double sac de selle sur le bras allait entrer dans une venda, mais il s’immobilise sur le seuil parce qu’un de ses collègues l’a devancé : son sac ouvert à terre, celui-ci a étalé ses échantillons sur une table devant la maîtresse de maison, pendant que la négresse, l’air malicieux, verse le Chimarão de l’hospitalité. Déception vite effacée par la bonne humeur et le ressort moral du commis voyageur. Ses aventures et ses mésaventures ont été narrées par maint « Chevalier de l’échantillon », en particulier par Wiedmann35 qui a laissé de quoi composer plus d’un recueil avec ses poésies tantôt humoristiques tantôt lyriques, restées chères aux commis voyageurs d’autrefois et d’aujourd’hui.

98Avec le développement de l’automobile, le commis-voyageur s’est modernisé. Il descend d’une voiture américaine. Il porte un chapeau immaculé, des souliers vernis, une cravate de couleur vive, un costume du bon faiseur ; de sa main soignée il fait miroiter les échantillons épinglés sur des cartes illustrées et les modèles présenté par des mannequins au sourire ou au décolleté séducteur. Mais comme son prédécesseur qui voyageait à dos de mule, il doit avoir la verve facile, le verbe éclatant, la persuation rapide ; il est l’intermédiaire nécessaire et efficace ; il est surtout celui qui vient de la ville et qui apporte, avec les échos de la politique, de l’actualité, de la mode et de la civilisation urbaine, une bonne dose de rêve à l’imagination des ruraux sédentaires.

  • 36 Daudt, Brasileiros, p. 64.
  • 37 Diario de Noticias, 11 novembre 1952.

99Aujourd’hui encore toutes les maisons importantes de Pôrto Alegre et des principaux centres commerciaux de la Dépression Centrale ou des Vieilles Colonies ont des commis voyageurs. Le Musterreiterklub de Pôrto Alegre, fondé en 1885 avec 25 membres et en comptant 70 en 1913, survit toujours sous le nom d’Association des commis voyageurs avec plus de 750 membres36. Il a fait souche : dans la plupart des villes, coloniales se trouve une Association des commis voyageurs (Taquari, Santa Maria, Ijui, etc.). Toutes ces associations, qui comptaient 5.760 membres en 1952, sont groupées dans une Union des commis voyageurs du Rio Grande do Sul dont le siège est à Santa Maria et comporte un vaste immeuble, un musée, une bibliothèque, une imprimerie37 ; elle publie un journal ; elle assure des services juridiques, professionnels, mutualistes ; son influence est indéniable dans les milieux d’affaires et même dans l’Etat. Ne célèbre-t-on pas le « Jour du commis voyageur » le premier octobre ? Associations et comités sont presque exclusivement composés de Teuto-Brésiliens qui voyagent pour des firmes non seulement teuto-brésiliennes mais luso-brésiliennes ou étrangères et qui jouissent d’une grande considération professionnelle.

100L’apparition du « Musterreiter » a coïncidé avec la réduction du réseau commercial à trois chaînons. A Pôrto Alegre un importateur-exportateur ou un grossiste possédant des commis voyageurs soit pour un produit dans tout le Rio Grande do Sul soit pour plusieurs produits dans un secteur déterminé ; dans les colonies, les vendistas qui ne se trouvent plus isolés dans la forêt mais qui s’appuient sur un état-major urbain et une véritable intendance. Grâce à l’activité de leurs agents et à la cohésion de ce réseau, les importateurs d’origine allemande ont pu s’assurer entre 1870 et 1880 la suprématie sur la place de Pôrto Alegre et sur le marché riograndense. Grâce à leur appui les autres commerçants teuto-brésiliens ont bénéficié jusqu’à nos jours d’une position avantageuse dans les colonies et souvent dans le reste du Rio. Grande do Sul.

2. L’ACCESSION AU GRAND COMMERCE

  • 38 Lacmann, Ritte, p. 147.

101C’est vers Pôrto Alegre que converge toute la production agricole des colonies, comme c’est de Pôrto Alegre que partent les marchandises importées et distribuées dans les vendas rurales ; c’est la constitution de ce vaste et riche hinterland qui a fait de Pôrto Alegre la métropole commerciale du sud du Brésil, alors que durant les trois premiers quarts du xixe siècle le port de Rio Grande avait été le principal centre d’importation et d’exportation. Le rapport entre la campagne et la petite ville a été quasi médiéval, mais le rapport entre la grande ville et la campagne est moderne : c’est de sa métropole que le monde rural environnant reçoit l’impulsion de son économie. « Si Pôrto Alegre doit à son commerce d’être ce qu’il est, c’est à la colonisation allemande que son commerce doit d’être ce qu’il est »38. (Voir photo 26, pl. IX.)

A. Les grandes firmes et les principales branches du commerce

a. Les grandes firmes

102Ne pouvant exposer l’histoire de tant de maisons de commerce fondées dans le Rio Grande do Sul par des Allemands ou par des Teuto-Brésiliens, nous nous en tiendrons à quelques exemples pris parmi les plus caractéristiques en étudiant en détail deux d’entre celles qui ont joué et qui jouent encore un rôle de premier plan dans le Rio Grande do Sul ; l’une s’est ouverte dans une picada coloniale il y a déjà cent dix ans, a été transférée ensuite dans une petite ville, enfin dans la capitale où elle continue à recevoir les produits coloniaux en gros. L’autre a été fondée à Pôrto Alegre, en liaison étroite avec l’Allemagne, d’où elle tirait l’essentiel de ses importations qu’elle répartit dans toutes les colonies et même dans tout le Rio Grande. Elles nous semblent donc révéler avec netteté l’orientation, le mécanisme et les conquêtes du grand commerce teuto-riograndense.

1. Les anciennes maisons rurales

  • 39 Menezes, A Raça, p. 29 ; Ludwig, Viagens, p. 115-123 ; Schidrowitz, Pôrto Alegre, p. 529 ; Pimentel (...)

103Frederico Mentz e Cia39. Cette firme a été fondée le 28 novembre 1847 par Franz Trein en bordure du lot paternel à Bom Jardim, à l’intérieur de la colonie de São Leopoldo où il était arrivé d’Allemagne avec ses parents en 1825 à l’âge de neuf ans. C’est de ses premiers livres que nous avons tiré les quelques pages citées ci-dessus pour étudier le mécanisme des échanges dans une ancienne colonie agricole. Cette maison, née directement de l’agriculture, s’est développée à mesure que la colonisation remontait les vallées du piedmont.

104En 1869 Trein, fort du rayonnement de son affaire rurale, ouvre une succursale à Pôrto dos Guimarães (Cai). C’était le terminus de la navigation sur le Cai et son importance commerciale fut accrue par l’extension des colonies allemandes puis par l’ouverture des colonies italiennes autour de Caxias, auxquelles elle fut reliée à partir de 1882 par la route Rio Branco. En 1876 Franz Trein cédait sa maison de Cai (au capital de 50 contos) à l’un de ses fils, Christian J. Trein.

105C’est son énergie et son esprit d’initiative qui ont assuré l’expansion de la maison. Il fut associé un temps à son beau-frère Henrique Ritter Filho qui fonda ensuite à Pôrto Alegre la brasserie Ritter, devenue la base du trust de la bière actuellement baptisé Continental. Il associa ensuite à sa maison son fils et ses gendres A. J. Renner et Frederico Mentz (en 1898). A. J. Renner quitta la maison-mère pour fonder à Cai une fabrique de tissus, bientôt transférée à Porto Alegre où elle constitue le plus grand complexe vertical d’Amérique du Sud. C’est Frederico Mentz qui a sauvé puis développé la vieille maison Trein de Cai.

106La ligne de chemin de fer Montenegro-Caxias (1911) ayant détourné le trafic commercial de Cai, Frederico Mentz établit une succursale à Caxias même. Entre temps il avait transféré son siège social à Pôrto Alegre, ne laissant à Cai qu’une autre succursale dirigée par son beau-père jusqu’à ce que celui-ci mourût (1916) et rattachée alors, avec toutes ses participations à d’autres affaires, à la société Frederico Mentz et Cie (capital 1.000 contos). C’était déjà une puissance commerciale d’envergure, avec trois branches particulièrement vivaces : l’entreprise de la navigation sur le Rio Cai (trois bateaux à vapeur), la raffinerie de graisse (employant cinquante ouvriers, fonctionnant avec des machines allemandes, produisant 1.500.000 kg par an), la section d’exportation (tous les produits coloniaux) et d’importation (denrées alimentaires, sel, tissus, outils, quincaillerie, fer en gros, machines, lubrifiants et carburants, etc.). Six commis voyageurs lui étaient attachés en permanence.

107Quand F. Mentz mourut en 1931 sa maison (au capital de 5.300 contos) rayonnait sur toutes les anciennes colonies et jusqu’à Pelotas. Il laissait en outre une entrepries d’urbanisation (lotissement de 700 hectares à la périphérie de Pôrto Alegre entre le Guaiba, le Gravatai et la route de Canoas) et des actions dans une quantité d’entreprises annexes contrôlées plus ou moins étroitement : fabriques de graisse Phoenix, Aliança et Ritter, fabriques de tabac Ritter et Gonçalves, Comptoir des Tissus et Industries. Textiles Renner, Alliance Riograndense d’assurances, Banque Pfeiffer, firmes Selbach et Cie, Fred. Trein, Marquait et Cie, Mentz Roeben Koch et Cie, etc.

108Depuis 1929, la société Mentz était dirigée par Benno F. Mentz qui l’a encore développée jusqu’à sa mort survenue en 1954. Il avait été éduqué pour succéder à son père après de solides études commerciales en Allemagne, aux Etats-Unis et des stages dans les diverses sections de la société de 1913 à 1926. B. F. Mentz a donné l’autonomie à la section d’épicerie en gros (Soc. Mentz Lta.) et aux fabriques de graisse (Phoenix et Neve). Mais il a ajouté à son patrimoine une fabrique de meubles (Mentz Brixner e Cie) et un grand hôtel au centre de la ville (Novo Hotel Jung). Il a lancé le lotissement et la construction d’une cité de banlieue (Vila Ipiranga au Passo da Areia). Il a organisé une entreprise de colonisation. Enfin il a fondé une Banque (Casa Bancaria F. Mentz).

109L’histoire de la maison Mentz présente quelques caractéristiques remarquables. C’est d’abord la forme solidaire de la société qui fut toujours composée exclusivement de membres de la même famille, constituant une véritable dynastie commerciale. C’est la sagesse avec laquelle elle a été développée grâce au réinvestissement des bénéfices. C’est la liaison étroite avec d’autres branches commerciales et d’autres domaines comme l’industrie, la banque, l’urbanisme et la colonisation. C’est la puissance économique conquise par les hommes d’affaires.

110Ces traits, nous les retrouvons dans une foule d’autres maisons de commerce nées elles aussi de l’exportation des produits coloniaux et spécialisées ensuite dans telle ou telle branche d’importation. La plupart d’entre elles s’étendent entre le centre de Pôrto Alegre et le quartier de Navegantes, tout au long de l’avenue Voluntarios de Patria ; leurs magasins donnent d’un côté sur la voie ferrée et de l’autre sur le fleuve où les bateaux venaient s’amarrer à leurs wharfs particuliers.

  • 40 Menezes, A Raça, p. 32 ; Pimentel, Aspectos, p. 233 ; Monte Domecq, État de Rio Grande do Sul, p. 1 (...)

111La firme Dreher e Cia, fondée en 1879 par E. Dreher et composée de membres de la famille (Dreher, Becker, Bercht, etc.) s’est appuyée sur la navigation fluviale, sur l’exportation des produits coloniaux (graisse en particulier), puis sur l’importation de tissus, de porcelaine, de cristaux, de parfums, etc. Elle a multiplié aussi ses participations à d’autres sociétés commerciales (Reuter), à la banque (Pfeiffer), etc.40.

  • 41 Menezes, A Raça, p. 30 ; Pimentel, Aspectos, p. 328.

112La maison C. Albino Sperb fondée en 1887 a un chiffre d’affaires annuel cinq fois plus élevé que son capital. Elle exporté vers Hambourg les cuirs, le tabac et les autres produits coloniaux. Elle importe d’Allemagne tous les tissus et les articlés de mercerie. Elle possède un réseau de sept commis voyageurs41.

  • 42 Menezes, A Raça, p. 31 ; Ludwig, Viagens, p. 77 ; Pimentel, Aspectos p. 317.

113La maison Carlos Julio Becker, dont le fondateur était né à Hambourgo Velho en 1867, s’est développée d’une manière presque identique. Becker avait installé une petite tannerie à Novo Hamburgo en 1886, puis un comptoir d’exportation de cuirs à Pôrto Alegre en 1887. En 1890 sa firme prend la raison « Becker et Sperb » et ajoute à son exportation des cuirs celle d’articles de cuir et de graisse (qu’elle raffine dans une fabrique lui appartenant). La société devient « Becker et Cie » en 1905, avec la participation de son frère et de son beau-frère Fred. Becker et Seb. Kraemer. D’autre part C. J. Becker s’associe à trois de ses frères pour fonder la société « Becker Irmãos » (fabrique de chaussures à Novo Hamburgo). C’est enfin en 1903 que la firme « Becker et Cie » prend sa composition actuelle avec l’admission de nouveaux associés (Saenger, Dreher et Tavares, gendre du fondateur). Le chiffre d’affaires s’élève au triple du capital, la maison entretient dix commis voyageurs. C’est un exemple d’étroite spécialisation : en dehors du commerce de la graisse, elle se limite à l’exportation de cuirs ou d’articles de cuir et à l’importation d’articles pour l’industrie du cuir42.

2. Les firmes urbaines

  • 43 Menezes, A Raça, p. 35 ; Monte Domecq, État de Rio Grande do Sul, p. 334 ; Rotermund Kalender, 1926 (...)

114La plus ancienne des grandes maisons teuto-riograndenses e3t celle de H. Fraeb43. Arrivé à Pôrto Alegre en 1829 il y fonda la première maison d’importation. En 1864 s’ouvrit à Rio Grande une filiale qui devint la maison principale et le resta jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, après laquelle le siège fut ramené à Pôrto Alegre. Sans que les actions sortent de la famille Fraeb, la maison s’est appelée pendant un certain temps Fraeb Nieckele e Cia, puis Fraeb et Cia, raison sociale sous laquelle elle existe encore. Sa fonction fondamentale fut l’importation de tissus, de fils, d’articles de mercerie, puis celle de la quincaillerie, de l’outillage, de la céramique, des produits alimentaires allant du « champagne » (allemand) à la farine argentine, d’articles fabriqués allant des autos aux pianos. A cause de son ancienne présence sur la place de Rio Grande, qui était alors le grand centre commercial, la maison Fraeb s’est mise aussi à pratiquer l’exportation des produits coloniaux, des cuirs et des produits de l’élevage (viande séchée, laine, cuirs, etc.). Fraeb, continuant à représenter de nombreuses marques allemandes, possède un réseau d’agents et des voyageurs qui parcourent le Rio Grande do Sul.

  • 44 Pimentel, Aspectos, p. 319.

115La firme Rosenfeldt fut fondée à la fin du xixe siècle par un ingénieur allemand qui avait d’abord voyagé dans l’intérieur du Rio Grande où il avait été au service de l’État puis d’une maison allemande d’importation. Il importa lui-même des matériaux de construction (fer galvanisé, zinc, plomb, ciments, céramiques, plâtres, peintures) puis des appareils ménagers (fourneaux à gaz allemands) puis des articles de bureau (machines à écrire, etc.) puis des automobiles allemandes (Adler). Les magasins installés dans la rue Voluntarios da Patria avaient plus de deux cents mètres de façade et débouchaient sur le port fluvial par un wharf privé, comme le magasin Fraeb ; la maison possédait des agences (Caxias, Santa Maria, Cruz Alta et Passo Fundo) rayonnant sur la zone des colonies et même sur la Prairie ; son chiffre d’affaires atteignait le décuple de son capital en 194544.

  • 45 Menezes, A Raça. p. 28 ; Monte Domeco, État de Rio Grande do Sul, p. 237 ; Funke, O Brasil e a Alle (...)

116Mais la firme qui semble avoir ainsi le plus fait pour le développement du Rio Grande do Sul, c’est la société Bromberg e Cia45. Sa fondation remonte en fait à 1850, puisqu’elle a succédé à l’une des plus anciennes maisons allemandes de Pôrto Alegre, la maison Holtzweissig qui avait pris rapidement une part prépondérante dans l’importation des produits ferreux et de l’outillage. Elle s’était intéressée aussi à l’exploitation des mines de charbon de São Jeronimo et à la colonisation (elle faisait partie de la société Caetano Pinto e Cia qui avait signé avec le gouvernement provincial un contrat pour l’introduction de 40.000 colons).

117C’est en 1863 que la firme Holtzweissig fut prise en mains par Martin Bromberg associé avec le gendre d’Holtzweissig, Jacob Rech qui avait lui-même constitué une maison d’importation d’objets manufacturés et d’outillage sous la raison Kopp et Rech. Bromberg remplaça Kopp dans cette seconde société qui prit le nom de Jacob Rech et Cie. Ils y admirent bientôt B. Sesiani qui s’était constitué une vaste clientèle rurale et qui s’approvisionnait chez eux. Pour répondre aux exigences du développement de leur double affaire, les trois associés créèrent à Rio Grande une société filiale, Holtzweissig Brayer et Cie, du nom de son gérant. Ils avaient jusque-là effectué leurs achats par l’intermédiaire de courtiers allemands. En 1870, peu avant la guerre franco-prussienne, Rech alla s’installer à Hambourg et y fonda la firme personnelle J. Rech, qui fut rachetée par Martin Bromberg en 1887 en même temps que toutes les affaires créées au Brésil.

118La chute du milreis au lendemain de la proclamation de la République lui fit courir un grand danger, mais les maisons de Pôrto Alegre furent relancées par Arthur Bromherg (arrivé en 1890) et J. Day (entré comme associé en 1891). L’affaire prit le nom de Bromberg e Cia qu’elle conserva jusqu’en 1932, date où il fut transformé en Bromberg sociedade anonima, importadora, commercial e tecnica. Mais la nouvelle société conserva son ancien personnel, dont certains employés ayant plus de quarante ans de services ; la majorité des actions resta dans la famille Bromberg et alliés ; les relations se resserrèrent avec l’Allemagne où le comptoir d’achats repris par M. Bromberg était devenu le centre d’une organisation recouvrant non seulement le Rio Grande do Sul mais le Sud du Brésil et l’Argentine ; cinq de ses fils géraient les grandes succursales. Toutefois celle du Rio Grande do Sul resta la principale et c'est la seule dont l’histoire puisse être reprise en détail ici.

119La maison Bromherg qui travaillait en liaison à Pôrto Alegre avec des magasins de détail comme « O Cilindro » (machines) avait des succursales à Rio Grande, Santa Maria, Cachoeira et Passo Fundo. En cinquante ans le chiffre d’affaires avait plus que décuplé ; il augmenta encore malgré la crise de 1929 et les deux guerres mondiales durant lesquelles elle fut inscrite sur la fameuse liste noire mais fut épaulée par Daudt, Berta, Kraemer, Janke et l'União de Ferros constituée en 1898. La firme Bromberg surmonta ces difficultés parce que ses agents du Brésil bénéficiaient de l’appui de la maison-mère et parce que celle-ci, ayant un réseau de vente remarquablement organisé, résista aux secousses qui ébranlèrent mainte firme allemande d’exportation au xxe siècle.

120R est difficile d’énumérer les branches représentées par la société Bromberg qui importe tous les produits métalliques de la tôle au rail, tous les outils, toutes les machines de la chaudière à la centrale électrique, de la machine-outil, à la scierie complète, des broyeuses-malaxeuses aux pompes pour l’irrigation des rizières. Ce que la maison Bromberg a eu de remarquable, en effet, c’est qu’elle ne s’est pas contentée d’importer et de vendre des articles manufacturés ou des machines : elle a entretenu un service technique à la disposition.de ses clients, elle a assuré elle-même tous les travaux relevant du génie civil, elle a enfin exercé une action stimulante sur la production agricole du Rio Grande do Sul tout entier.

121C’est la maison Bromberg qui a vendu dans les colonies, le plus de charrues, « l’arme prépondérante de la défense agricole » suivant son slogan (aération, enfouissement de plantes, protection de l’humus par l’orientation convenable des sillons). C’est elle qui a permis de constituer des dizaines de réseaux d’irrigation pour la riziculture, en installant autant de stations de pompage. C’est elle qui a équipé des engenhos complets (décorticage, séchage, ensachage du riz, etc.). C’est elle qui a installé le plus de centrales électriques (une centaine) et d’usines (brasserie, textile, métallurgie) dans le Rio Grande, où elle a assuré l’urbanisation de vastes zones à drainer et à munir de canalisations, construit des voies ferrées (Novo Hamburgo-Taquara, Ijui-Santo Angelo-Santa Rosa...) et des ouvrages d’art (ponts d’Alegrete et de Cruz Alta), etc.

  • 46 Das Deutschtum von Rio Grande do Sul in seinen Leistungen auf dem Gebiete der Industrie und des Han (...)

122Même en arrêtant ici le bilan des activités de la maison Bromberg on peut avoir une idée de son rayonnement dans le Rio Grande do Sul et de son influence sur l’économie de l’État, grâce à la représentation des principales firmes allemandes : Siemens, Schuckerwerke (électricité), Lanz (locomobiles, machines), Steinmiller, Cumersbach, Hannoversch Maschinenbawanstalt A.G., F. Krupp A.G., Sellerhauser (machines agricoles), Volkswagen, etc. Les rapports avec l’Allemagne sont restés d’autant plus étroits que, du fait du retour de M. Bromberg à Hambourg, la plupart de ses enfants y sont nés et les autres y sont allés faire leurs études. Enfin il ne faut pas oublier que M. Bromberg, le fondateur de cette énorme affaire, était lui-même le fils d’un banquier de Hambourg qui lui fournit les premiers capitaux. C’est peut-être là ce qui distingue le plus nettement cette catégorie d’entreprises de celle que nous avons étudiée en premier lieu46.

b. L’import-export

123Ces deux activités du grand commerce ont parfois été pratiquées simultanément par les mêmes maisons, mais celles qui sont nées dans la colonie de la symbiose du commerce et de l’agriculture ont pratiqué surtout l’exportation et les autres se sont spécialisées plutôt dans quelques branches de l’importation.

1. Exportation

  • 47 Canstatt, Land, p. 398 ; Verband, Hundert Jahre, p. 242.

124Le rôle des maisons allemandes dans l’exportation est relativement récent. R n’a guère été antérieur au dernier quart du xixe siècle et ne s’est vraiment développé qu’au début du xxe siècle. L’exportation riograndense a en effet été alimentée jusque-là par les produits de l’élevage qui se faisait surtout au Sud de Pôrto Alegre ; le commerce des cuirs bruts, de la viande séchée et de ses sous-produits appartenait plutôt à Rio Grande et à Pelotas. Dans ces deux villes les commerçants allemands, peu nombreux, ne s’intéressaient guère qu’aux cuirs exportés vers Hambourg47. C’est lorsque les zones de production agricole eurent été rattachées à Pôrto Alegre, à la fin du xixe siècle, que son exportation s’est développée et qu’elle a pris une physionomie « moderne », car nous pouvons la reconnaître aujourd’hui, à quelques détails près.

  • 48 Ministerio da Agriculture, Circulação dos produtos, 1925, p. 414-421 ; Camara de Comercio Teuto-Bra (...)

125L’un des produits les plus importants fut le bois débité dans les scieries des zones pionnières et transporté par wagons puis par camions à Pôrto Alegre, le principal marché. Les maisons allemandes qui ont eu d’abord l’exclusivité de ce commerce (entre 1870 et 1890) ont perdu peu à peu de leur prééminence. Elles constituaient les 2/3 des firmes exportatrices de bois à la fin du xixe siècle, la 1/2 à la veille de la première guerre mondiale, à peine plus du 1/3 au lendemain de la seconde (26/67 notables en 1950-1951). L’exportation est assurée de plus en plus par des maisons italiennes ou par des sociétés anonymes qui opèrent en liaison directe avec les marchands de bois et les scieries de la zone de production : alors qu’en 1922 les commerçants de base étaient pour 1/3 Allemands et 1/3 Italiens, il n’y en a plus que 1/7 d’origine allemande mais 3/4 d’origine italienne en 195348. Le rapport est donc étroit entre l’organisation du commerce d’exportation et celle du commerce local. Celle-ci s’est transformée dans l’entre deux guerres, puisque maintenant le bois d’œuvre est tiré presque exclusivement de la forêt d’araucaria où les colons allemands n’ont jamais aimé s’installer.

126Naturellement les rapports entre le grand commerce allemand et les colonies dans lesquelles il alimentait son exportation étaient plus nets pour les principaux produits agricoles.

127Le plus important était le maïs, non pas sous forme de grains (encore qu’il ait alimenté une certaine exportation à partir des colonies du rebord de la Serra desservies par la navigation fluviale), mais surtout sous forme de graisse et accessoirement de viande (salaisons puis conserves au xxe siècle). Le maïs exporté par la région des colonies était d’ailleurs plutôt destiné à la Campanha, puisqu’il était expédié à Pelotas d’où il devait être distribué dans le Sud, tandis que la graisse et la viande de porc partaient pour Rio Grande ou directement pour le centre et le nord du Brésil. La tendance constante du commerce pôrto-alegrense fut de resserrer ses liens avec les places de destination : à partir de 1880-1890 nous voyons les principales firmes (Claussen, Dreher, Issler, Jung, Kessler, Schmitt, Sperb) consigner leurs barriques de graisse et de viande directement pour Santos, Rio de Janeiro, Bahia et Pernambouc.

  • 49 Informations fournies par l’Association Commerciale de Pôrto Alegre.

128Certaines de ces firmes existent encore. Les nouvelles sont toujours en majorité teuto-brésiliennes : en 1922,10 sur 18 (Bercht, Dreher, Fett, Graf, Dillemburg, Mentz, Renner, Oderich...) en 1929-1930,15 sur 30 et les cinq premières (dont Dreher, Kessler, Oderich et Renner) en exportaient à elles seules plus des 8/10 ; en 1950 les plus importantes sont encore, avec la puissante « União Sulbrasileira de Cooperativas », des firmes teuto-brésiliennes comme Bulau e Cia, Dreher e Cia, Fett e Cia, Mentz e Cia, Renner e Cia, etc., groupées dans les Sindicato da Banha et Frigorificos Nacionais. Elles réalisent près des 3/4 du commerce de la-graisse dont les 2/3 sortant des abattoirs allemands. Mais des firmes italo-brésiliennes accèdent à leur tour à ce commerce et prennent une part croissante des échanges, spécialement avec certains des plus gros clients du Rio Grande do Sul, comme l’Etat de São Paulo où elles sont en liaison avec des maisons de même origine49.

  • 50 Album comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana, p. 515-517.
    Exportation de graisse ve (...)

129Cependant la graisse, dont le commerce avait déjà présenté des aléas à la fin du xixe siècle, devient de plus en plus difficile à placer depuis 1935 par suite de la perte des marchés européens (Europe centrale d’abord, puis Allemagne après 1939) et de son recul sur les marchés du Brésil central devant la concurrence de São Paulo et du Paraná. En 1946 la production et l’exportation de la graisse riograndense n’atteignaient qu’à peine la moitié de leurs valeurs de l’entre deux guerres (48.000/71.000 t., 25.000/46.000t.)50. Heureusement le nombre de porcs ayant baissé dans les deux Etats concurrents,'l’exportation de la graisse riograndense s’est relevée à 28.000t. en 1950. Mais le nombre de porcs augmente encore dans le Rio Grande do Sul (3.376.000 en 1950, 4.843.000 en 1953, 4.921.000 en 1954) et avec lui la production de la graisse (54.000t. en 1953) qui croît plus vite encore que celle de la viande dont le placement est pourtant plus facile à l’extérieur de l’Etat soit sous forme de viande frigorifiée (dont l’exportation a doublé depuis 1945) soit sous forme de charcuterie et de conserves (dont l’exportation a triplé).

  • 51 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 619-626 ; F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 333-349. Album com (...)

130Le commerce de ces produits dérivés de l’élevage du porc a suivi la même évolution que celui de la graisse. Les maisons allemandes avaient la prépondérance, absolue encore en 1930 pour les conserves, puisqu’à 10 contre 5 elles en exportaient plus des 9/10. Elles ne sont plus que 7 en 1949, talonnées maintenant par les firmes italiennes qui s’appuient sur les fabriques de leurs compatriotes et sur les coopératives51. Celles-ci se sont multipliées depuis 1911 dans les anciennes colonies italiennes et poussent les colons à élever des porcs charnus. Ces coopératives représentent le 1/3 des entreprises de conserves dans les anciennes colonies italiennes et les 2/3 dans les nouvelles, alors qu’elles n’en représentent même pas le 1/12 dans les anciennes colonies allemandes.

  • 52 Informations fournies par l’Association commerciale de Pôrto Alegre (voir tableau note 61).

131Les maisons teuto-riograndenses ont conservé leur prépondérance pour l’exportation des autres produits « coloniaux » dont elles contrôlent environ les 3/4. Elles sont maîtresses du commerce de la pomme de terre (85 %) des haricots noirs (70 % en 1922, 66 % en 1950) dont les 10 principales firmes totalisent 49 %, du manioc (64 % en 1922, 70 % en 1950) dont huit maisons assurent 58 % de l’exportation52.

132Le commerce de chaque produit se trouve donc concentré dans quelques mains. Bien plus ce sont presque toujours les mêmes firmes dont les noms réapparaissent d’une rubrique à l’autre : Bercht, Bier, Born, Dillemburg, Englert, Fett, Fleck, Fraeb, Jungbluth, Koch, Raabe, Renner, Schaefer, Steyer, Walrich et quelques autres. A l’exception de Fraeb ce sont toutes des maisons issues des colonies, ce qui révèle la solidité de leurs liens avec leur milieu d’origine.

133Dans le commerce du tabac, les maisons d’origine coloniale sont par contre l’exception (Kliemann). Ce sont des firmes d’origine porto-alegrense qui le contrôlent (Fraeb, Knorr, Cia de Fumos qui assure à elle seule 45 % de l’exportation). Bien que le tabac soit un produit essentiellement « allemand », on voit apparaître quelques noms d’origine italienne dans son exportation (Agrifolio par exemple).

134Quant au commerce de l’eau-de-vie, entièrement dans les mains des Allemands autrefois (Kliemann, Werlang, etc.), il est en train de passer dans celles des Italiens qui bénéficient du quasi-monopole du vin (16 Italiens contre 2 Allemands en 1922,24 Italiens contre 3 Allemands en 1950).

135Le même phénomène s’est produit pour le commerce des saucissons et des jambons (de 9 contre 3 en 1922, les Italiens sont passés à 13 contre 4 en 1950) et des fromages (7 en 1922, ils sont 19 en 1950 contre 1 Allemand).

  • 53 Idem.
  • 54 Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 150-151 ; Instituto Rio Grandense do Arroz, Annuarios ; Pimentel, (...)

136Le riz est le seul produit dont le commerce soit contrôlé (directement ou indirectement) par des Teuto-Brésiliens sans que ceux-ci le cultivent. Alors que les colonies allemandes n’en produisent pas plus de 2,8 %, son décorticage, son stockage et son commercé sont dirigés par des négociants d’origine allemande53. Ils constituent un pourcentage toujours croissant des maisons, d’exportation (52 % en 1922, 55 % en 1930, 60 % en 1940, 67 % en 1950) et l’on retrouve soit dans les firmes individuelles soit parmi les actionnaires et les gérants des sociétés beaucoup de. noms, connus, comme Bercht, Bier, Fett, Fraeb, Jungbluth, Müller, Ereussler, Raabe, Roesch, Schaeffer, Treptow, mais surtout les Kessler qui ont expédié à eux seuls 28 % du riz en 1950. En outre le très puissant Instituto Riograndense do Arroz, qui a remplacé en 1940 le syndicat fondé en 1926 sur l’initiative d’un groupe de commerçants teuto-brésiliens (Berta, Bins, Bier e Ulmann, Englert, Scherer), est resté sous leur contrôle car ils ont fourni la plupart de ses présidents et la majorité des membres de son conseil d’administration (Krebs, Schmidt, Trein, etc.)54.

  • 55 Camara de Comercio Teuto-Brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio, 1955-1956, p. 25 ; Daudt, Bras (...)

137– Le cuir est le dernier grand produit d’exportation des commerçants allemands liés à la colonie. Certes l’élevage des bovins est pratiqué par les gauchos et les commerçants allemands, indifférents au commerce de la viande sèche (3 en 1922, 16 % des expéditions ; 2 en 1950, 8 % des expéditions), ne portent qu’un intérêt relatif à celui des cuirs verts (22 %). Mais l’industrie riograndense de la tannerie est d’origine allemande et les commerçants teuto-brésiliens (70 % en 1922, 77 % en 1950) totalisent plus des 9/10 des expéditions (les cinq principales maisons en assurent 82 %). Nous retrouvons les noms de firmes maintes fois citées (C. J. Becker, Diefenthäler, Fraeb, Kraemer, Müller, Nedel, Jung, Kessler, Renner, Strassburger, Schmitt) dont la plupart remontent à la fin du xixe siècle55.

138L’exportation des produits coloniaux est donc l’affaire de quelques dizaines de maisons. Ce monopole de fait se transmet d’une génération à l’autre comme le droit à la couronne dans une dynastie. Les commerçants sont unis, entre eux par des intérêts communs, par des liens de famille et par leur communauté d’origine. Leur caractère germanique, leur solidarité et leur puissance, pour être indéniables, sont tout de même moins remarquables que chez les commerçants importateurs. Ceux-ci sont restés plus étroitement fiés à l’Allemagne, ils brassent des affaires plus volumineuses et donnent vraiment l’impression de constituer une oligarchie.

2. Importation

  • 56 Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874, p. 159-189 : Adresskalender der deutschen Geschaftleute und (...)

139Les premières maisons de commerce fondées par des Allemands d’ans des grandes villes, à Pôrto Alegre en particulier, ont été des maisons d’importation : Fraeb, Huch, Foelzer, Teltscher, Holtzweissig... Leur développement a d’abord été lent malgré la variété des produits importés d’Allemagne et elles subirent une vive concurrence des autres maisons, d’origine lusitanienne pour la plupart. En 1858, sur 42 il n’y en avait que 8 d’origine allemande ; en 1870, la proportion était toujours la même et une firme sur trois était constituée en société avec des Luso-Brésiliens. C’est vers 1875 que leur influence devint sensible dans le Rio Grande do Sul56 : il y en avait 7 à Pôrto Alegre et 18 à Rio Grande, dors le principal centre commercial. Mais dès 1880 il n’y en avait plus que 7 à Rio Grande (contre autant de maisons anglaises et une française) tandis qu’à Pôrto Alegre il y en avait 26 (dont 2 seulement en société mixte) sur les 45 qui pratiquaient l’importation directe. En 1890, des 74 grosses maisons d’importation. 41. étaient allemandes (dont 3 seulement-en société mixte) contre 2 d’origine anglaise et 2 italiennes. La partie est donc dès lors gagnée par le commerce allemand.

  • 57 Consignatairas des cargaisons :

140Nous avons retrouvé les connaissements de deux bateaux arrivés le même jour à Pôrto Alegre (8 février 1890), l’un anglais, en provenance de Liverpool et l’autre allemand, de Hambourg. Les destinataires des marchandises du premier étaient une firme anglaise, une française, onze luso-brésiliennes et douze allemandes ou teuto-brésiliennes. Ceux du deuxième étaient encore les deux firmes anglaise et française, quatre luso-brésiliennes et dix-sept allemandes dont la part représentait 93 % de la cargaison : elles avaient la prépondérance absolue pour les tissus et l’exclusivité des fers, outils, verre, papiers, produits chimiques57. Cet exemple éclaire nettement le processus de conquête de la place et révèle l’origine de la force des commerçants allemands qui s’appuyaient à la fois sur leurs clients et sur leurs fournisseurs, leurs compatriotes.

141En 1914 il semblait ne plus y avoir que des firmes allemandes : sur 140 maisons consignataires des envois arrivés à Pôrto Alegre en juillet 1914, nous avons relevé 96 allemandes, 31 luso-brésiliennes, 8 italiennes, 3 françaises, 2 anglaises. Certes toutes n’étaient pas spécialisées dans la seule importation mais cela est tout de même révélateur de l’importance prise par les firmes allemandes. C’est aussi du début du siècle que datent les innombrables magasins de détail tenus par des Allemands : librairies, papeteries, parfumeries, drogueries, modes, merceries, confiseries, cafés, hôtels, charcuteries et typographies, toutes branches de services commerciaux dans lesquelles les Teuto-Brésiliens ont prospéré parce qu’ils pouvaient s’appuyer sur des grossistes de même origine.

  • 58 Koseritz, Bilder aus Brasilien, p. 237.
  • 59 Willems, A Aculturação, p. 370.
  • 60 Vehband, Hundert Jahre, p. 245.

142Les grands importateurs, dont la puissance croissait depuis une génération déjà, n’avaient d’ailleurs pas du tout le même esprit que les commerçants ruraux ou d’origine rurale58. Ils resserraient de plus en plus étroitement leurs liens matériels et spirituels avec l’Allemagne59. Contrairement à ce qu’on penserait, la guerre mondiale a renforcé la solidité des maisons traditionnelles qui ont repris leur rang aussitôt après l’abandon de la liste noire, alors que les maisons anglaises et américaines fondées pendant la guerre dans l’espoir d’hériter d’une bonne part du commerce allemand ont dû fermer leurs portes. En 1924, au bout de cent ans, la colonisation allemande avait donné à Pôrto Alegre 12 % de ses habitants et 28 % de ses commerçants. Les Allemands étaient représentés dans toutes les branches et même dans certaines maisons de raison sociale luso-brésilienne60.

143Suivre dans ses détails l’évolution du grand commerce allemand dans le Rio Grande do Sul dans l’entre deux guerres obligerait à recopier maint annuaire. Ce serait le meilleur moyen de montrer sa présence et sa puissance, car les publications du Departemento Estadual de Estatistica ne divulguent aucune indication nominale sur le capital ou le chiffre d’affaires des entreprises et il est difficile de calculer avec précision les pourcentages représentés par le commerce allemand d’importation.

  • 61 Membres de l'Association, commerciale de Pôrto Alegre répartis suivant les principales, catégories (...)

144C’est d’autant plus difficile que la deuxième guerre mondiale a modifié le régime et le volume des échanges riograndenses. L’Angleterre et les Etats-Unis ont fourni pendant la guerre et ont continué à fournir depuis le plus possible de produits et d’objets manufacturés. Mais les maisons qui avaient surmonté l’épreuve de la première guerre et dont les chefs ont parfois été menacés pendant les hostilités entre le Brésil et l’Allemagne à cause de leur origine ou de leur sympathie envers le Reich ont parfaitement résisté à la crise de la deuxième guerre mondiale. Elles ont dû quelquefois partager le champ avec des maisons appartenant à des Italiens ou des Syriens (qui sont en train de conquérir tout le marché de détail des textiles), mais elles conservent encore l’exclusivité de certaines représentations et la prépondérance dans un grand nombre de domaines que nous pouvons énumérer rapidement d’après les indications de l’Association commerciale61.

145Les métaux sont encore importés et vendus en gros par des maisons comme : União de Ferros (constituée par la plupart des firmes teuto-brésiliennes traditionnelles), Bromberg, Th. Moeller, Müller, Schaeffer, Timmers, Veeck, Weingaertner, Brodt et Licht se sont spécialisés dans l’importation d’articles pour les constructions navales, tandis que toutes les firmes importent des outils et de la quincaillerie : Bromberg, Dreher, Ely, Engel, Franzen, Gerhardt, Hillmann, Kircher, Leinke, Lennwertz, Licht, Schneider, Schwartz, Wahrlich et dix autres sont des mieux fournis et des mieux achalandés. Les Allemands possèdent de 71 à 85 % des maisons de chaque spécialité.

146L’importation des automobiles allemandes a subi durant la deuxième guerre mondiale une éclipse mise à profit par les fabriques anglaises et américaines dont certains représentants sont d’ailleurs d’origine allemande. Depuis 1950 les agents des principales marques allemandes ont repris leur activité. Quant à l’importation et à la vente en gros des bicyclettes, qui était l’apanage de quelques firmes teuto-brésiliennes (Bromberg, Hencke, Meurer, Uhr), elle est aussi menacée par la concurrence des bicyclettes anglaises et des maisons qui les représentent. Il en est de même des machines (allant de la machine à écrire à la linotype et à la machine-outil) mais beaucoup de maisons allemandes continuent à tenir un rang honorable dans cette spécialité (Becker, Bromberg, Endler, Hermann, Hunsche, Müller, Springer, Zuch et Volk, etc.).

147Elles ont gardé une prépondérance absolue pour les armes (Bergmann, Ely, Gerhardt, Schneider, etc.), la. coutellerie et les appareils pour la chirurgie générale et dentaire (90 %)ila radio graphie (Black, Hermann), la photographie (80 %) et l’optique (100 %) [Klee, Gàyer, Foernges, Boeck, Masson]. A côté de la mécanique de précision, de l’horlogerie et de la bijouterie (60 %) anciennement représentées, figure aussi l’électricité (90 %) pour laquelle la production allemande continue à jouir d’un prestige supérieur à celui de l’américaine : Bromberg encore (qui représentait Siemens), Franzen, Gertum, Kruger, Teichmann occupent les premiers rangs. De même le commerce allemand ; a conservé son ancienne suprématie dans le domaine des produits chimiques (72 %), de la pharmacie ou de la droguerie (46 %) [Ellwanger, Müller, Streb, Klein, Albrecht, Gleisner, etc.], des peintures et vernis (55 %) : à côté des agences des trusts comme Bayer ou les Anilines nous trouvons une quantité de maisons jouant un grand rôle (Bohrer, Egger, Ely, Hencke, Langer, Meyer, Müller, Ott, Schaeffer, Timmers, sans compter Möller, Hermann, Gerhardt et Bromberg).

148L’importation de tissus a sans doute un peu moins d’importance qu’à la fin du, xixe siècle en raison du développement de l’industrie textile riograndense, précisément sous l’impulsion de chefs d’entreprises d’origine allemande, mais c’est une section qui joue encore un rôle considérable sur la place (50 %) comme dans l’État et où brillent un certain nombre de grosses firmes d’origine allemande (Bercht, Bier e Ulmann, Culau, Engel, Freitag, Gertum, Haase, Krieger, Lamberts, Licht, Markus, Paetzel, Sperb, Schütz, Wiltgen) ainsi que des maisons plus connues pour avoir en même temps de grands magasins d’articles de mode comme Krahe et Tschiedel (clientèle riche) et « Nenê » Meyer (dans les quartiers populaires) (50 %).

149La vocation de ces maisons s’est étendue aux tissus d’ameublement, aux tapis (Kluwe, Adams, Hermann, Brutschke et Bromberg), aux services de table, aux porcelaines et cristaux (73 %), bref à tous les rayons de l’aménagement et de la décoration, ce qui correspond d’ailleurs au prestige des architectes d’origine allemande.

150Aussi retrouvons-nous depuis le dernier quart du xixe siècle des noms allemands dans les firmes les plus importantes de matériaux de construction et d’articles sanitaires (66 %), du ciment à la robinetterie (Timmers, Classer, Krause, Müller, Renner, Black, Kücher, Hillemann, Bernd, Dietrich, Ely, Friedrich, Herzog, Konrath, Petry, Weidmann... et encore Bromberg) ou à la verrerie (50 %) (Genta, Schmidt e Cia, Ott, Fischér, Frankenberg, etc.). Le commerce des articles de caoutchouc est lui aussi dans les mains allemandes (71 %) [Black, Hanke, Knorr, Thiesen, etc.].

151Dans d’autres domaines ces firmes ne se sont imposées que plus récemment mais leur prééminence n’est pas moins incontestable. Dans l'épicerie en gros (53 %) celle d’Albrécht et Mentz, Dreher et Sperb, Koch et Ludmann, Schwartz, Trein et Weber sont parmi les plus importantes. Le commerce du café par exemple est concentré dans les mains de quelques Teuto-Brésiliens (68 %) comme Timmers, Sperb, Knipping, Bohrer et Ambergen qui le distribue après l’avoir torréfié. Celui du sel est pratiquement contrôlé par Müller, Albrecht et Mentz, de loin le plus gros importateur ; celui du sucre (31 %) par Petersen e Cia ; celui des eaux minérales par Thöfehm e Cia. Toutes les fabriques de boissons gazeuses, même les succursales des marques américaines, comptent des actionnaires d’origine allemande et la fabrication elle-même joue un si faible rôle qu’on peut intégrer leur rôle au commerce pur. Il rayonne encore sur la campagne environnante par celui des semences sélectionnées (Kern) ou des engrais (Linck, Luchsinger et Madorim des machines à tuer les fourmis (Uhr e Cia) ou du matériel d’apiculture (Lang e Cia).

152Nous pourrions sans doute poursuivre longtemps encore cette énumération des maisons de commerce allemandes, mais ce ne serait guère utile puisqu’il n’y a pas de domaine où elles ne règnent maintenant en « leader ». A côté de la survivance de rares grandes firmes luso-brésiliennes appuyées sur leur clientèle de la Campanha, la seule évolution que l’on puisse parfois noter c’est la montée de quelques firmes italiennes mais les principales d’entre elles n’arrivent guère qu’à égaler la moyenne des firmes allemandes. Celles-ci en effet ne retirent pas seulement leur force de leurs liens avec leurs fournisseurs allemands et avec leur clientèle teuto-brésilienne, mais de l’organisation qu’elles se sont donnée et dont la disposition leur assure la supériorité.

3. Organisation technique et banquaire

153Ce sont en effet des commerçants d’origine allemande qui ont doté le Rio Grande do Sul d’une publicité moderne. (Markus, Otten, Trein) et surtout d’un équipement commercial complet.

154Celui-ci va de la création de grands magasins indispensables au stockage des denrées ou des produits (60 %) [Mentz, Linck, Daudt] à celle d’entreprises de navigation fluviale ou lacustre [Arnt, Blauth, Schilling, Becker, Dreher, Keller, Mentz, Michaelsen, Renner, Ruschel, Schnelle) et de transports routiers (Stabler, Becker, Noschang et Jaeger, qui possède la plus importante « flotte » d’autobus). Leur rayonnement s’étend sur tout le Rio Grande do Sul et sur une partie du Santa Catarina ; ils rattachent enfin Rio Grande et Pôrto Alegre à Sâo Paulo et Rio de Janeiro par des lignes régulières. C’est là l’instrument d’une puissance insoupçonnable, le facteur du développement récent du commerce dans tout l’hinterland de Pôrto Alegre.

155Cette croissance s’explique aussi par la constitution d’agences de courtage, d’importation (34 %), de commission (38 %) et de représentation (41. %) connaissant parfaitement les marchés sur lesquels elles sont capables d’assurer la diffusion d’un produit. Pôrto Alegre possède un réseau d’influence s’étendant à tous les domaines, complétant l’appareil commercial plus lourd des grosses maisons d’importation, constitué surtout par des Teuto-Brésiliens : Albrecht,.Baade, Bastian, Becker, Bercht, Dexheimer, Diehl, Eichenberg, Hank, Hermann, Hess, Jung, Kloss, Lang, Lemmers, Petersen, Raabe, Reinniger, Schmitt, Schutz, Staub, Schwartz, Seibel, Trein, Volkmer, Weber, Wolf, Zimmermann, etc. L’annuaire de cette branche de commerce semble en effet celui d’une place allemande plutôt que brésilienne... Or cet ensemble ne manque ni de cohésion ni de force puisqu’il s’appuie sur un corps d’agents en douane (Marquàrdt, Meyer, Panitz, Petersen, Roesch, Schroeder, Vogel), de courtiers (Beuster, Diehl, Hofmeister, Kaufmann, Scherer, Scholtz, Schultz, Seben), d’assureurs et de banquiers de même origine.

  • 62 Willems, A Aculturação, p. 362.
  • 63 Cf. Brasilianische Bank fur Deutschland, 1887-1911, Jubilaeumschrift, 1931, 39 pages.
  • 64 Deutsche ueberseeische Bank, Festschrift aus Anlass des fuenfzig-Jaehrigen Bestehens, 1936, 149 pag (...)
  • 65 Idem, p. 45 et sq.
  • 66 Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 76 ; Relatorios da Repartição de Estatistica do Rio Grande do Sul ; (...)

156L’Allemagne n’a investi que très peu de capitaux dans le Rio Grande do Sul où il n’y a jamais eu de sociétés de colonisation ni d’entreprises allemandes directement intéressées à la mise en valeur du pays62. La première banque allemande n’y a été ouverte qu’en 1904, soit quatre-vingts ans après le début de la colonisation et trente ans après le développement du commerce teuto-riograndense. Cette banque était la succursale pôrto-alegrense de la Brasilianische Bank für Deutschland63, fondée en 1887 à Hambourg, qui avait déjà des succursales dans les principales villes du Brésil. Inscrite sur la liste noire durant la première guerre, elle prit en 1924 le nom de Branco Brasileiro-Alemão, mais elle périclita bientôt. La seconde, la Deutsche Uberseeische Bank64, ne s’ouvrit qu’en 1930. Ce fut pour remplacer la précédente mais elle subit elle-même de lourdes pertes en 1930-1931 à cause de la Révolution, de la crise du café et de la dépréciation du milreis65. Elle n’a pas été réouverte après la seconde guerre mondiale. Ces banques allemandes n’ont donc joué qu’un rôle tardif et accessoire dans l’économie régionale (l/20 environ du volume des banques nationales)66. Ce n’est pas sur elles que les commerçants puis les industriels teuto-riograndenses auraient pu s’appuyer. Le moment venu, ils ont forgé eux-mêmes les instruments de crédit dont ils avaient besoin.

  • 67 Publicité régulière (Correio do Sul, Deutsche Zeitung, 1862, etc.).

157Ils avaient d’abord dû apprendre à se passer de banques et c’est sans doute ce qui explique le rôle de leurs commis-voyageurs. Ceux qui pratiquaient l’importation furent amenés à concéder à certains de leurs clients des avances bien plus considérables encore que celles des détaillants dans la colonie, puis à réaliser des opérations de change, en particulier avec l’Europe. Et l’une des maisons les plus anciennes et les plus dynamiques du milieu du xixe siècle, Claussen e Cia offrait déjà la possibilité de tirer des chèques « sur n’importe quelle place »67. C’est ce que refait au xxe siècle la firme F. Mentz e Cia.

  • 68 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 585-591.
    Le Brésil ne s’est doté que tardivement d’un équipement b (...)

158Les commerçants teuto-riograndenses ont contribué au développement de la banque à proportion de l’essor de leurs affaires, qui, en accroissant leurs besoins de crédit, leur permit de le Créer. L’organisation économique de São Leopoldo, de Novo Hamburgo, comme celle de Pôrto Alegre au xixe siècle, c’était celle des villes médiévales au moment de la naissance du capitalisme. Ce sont les principaux commerçants qui ont constitué le crédit avec les bénéfices que leur laissaient leurs opérations purement commerciales. Il n’est donc pas étonnant que les Teuto-Riograndenses aient joué un grand rôle soit dans leurs propres établissements soit dans les comités directeurs des banques créées dans le Rio Grande do Sul et des succursales établies par les banques brésiliennes ayant leur siège dans d’autres unités de la Fédération. Ils ont participé à la fondation de la première banque riograndense, Banco da Provincia do Rio Grande do Sul, préparée depuis 1854, autorisée en 1857 et organisée en 1858 (1er juillet 1858)68. C’est encore l’un des plus importants établissements de crédit, opérant surtout par dépôts et escomptes. Son actif a considérablement augmenté : il était de 1.182.000 milreis au départ en 1858. Il dépasse les 10 millions pour la première fois en 1875, les 100 millions en 1910, le milliard en 1941 et les 2 milliards en 1944. Les phases de sa croissance ont été celles du Rio Grande tout entier. Malgré son aspect semi-officiel sous la République, elle a souvent été administrée par des commerçants allemands (Huch, Ter Bruggen, Dexheimer, Bastian, etc.).

  • 69 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 425-429, 435, 417-424.

159Nombre d’autres ont été parmi les premiers actionnaires ou les gérants des banques ouvertes par la suite69 : Banco do Comercio (fondée en 1895), Pôrto Alegrense (en 1906), Banco Popular do Rio Grande do Sul (1919), Banco do Rio Grande do Sul (1928), Banques de Rio de Janeiro, de São Paulo ou de Minas Gerais.

160Mais cela n’est encore qu’une activité accessoire, tandis qu’ils ont été les créateurs de l’équipement bancaire des colonies et de leur métropole commerciale. Trois exemples suffiront, nous semble-t-il, pour préciser le rôle des Teuto-Brésiliens dans la constitution de ce réseau auquel les voyageurs ou les historiens de la colonisation se sont contentés de faire allusion.

  • 70 Pimentel, Aspectos, p. 432.

161Le premier exemple est celui de la banque baptisée Banco Agricola Mercantil70. Elle est née en 1938 de la Caixa Santa Cruzense fondée en 1904 par les commerçants de ce chef-lieu de colonie. Ils l’avaient dotée d’un capital de 500 contos pour réaliser toutes les opérations bancaires dont ils avaient un besoin d’autant plus pressant que le principal produit agricole de Santa Cruz, le tabac, était destiné à l’exportation. La caisse fut menée avec beaucoup de sérieux et assez d’efficacité pour permettre non seulement le développement de la production du tabac mais sa préparation sur place et la création d’un petit parc industriel (fonderie, métallurgie différenciée, locomobiles, machines agricoles). Tout en maintenant son siège à Santa Cruz la caisse se transforma en banque (société à responsabilité limitée) en 1938, porta son capital à 5.000 contos et ouvrit des agences à Pôrto Alegre, à Novo Hamburgo, à Estrela, à Cachoeira, à Ijui et à Santo Angelo. Elle était immédiatement représentée par des correspondants dans toutes les colonies d’origine germanique : Agudo, Bom Retiro, Candelaria, Canoas, Cerro Azul, Cerro Branco, Formigueiro, Monte Alverne, Palmeira, Panambi, Rio Pardinho, Roca Sales, Santa Rosa, Sapiranga, Sinimbu, Sobradinho, Soledade, Teutonia, Tres de Maio, Trombudo, Tuparendi, Venancio Aires, Vila Tereza. Son actif disponible s’élevait dès 1939 à 8.000 contos c’est-à-dire à plus d’une fois et demie son capital réalisé et son actif total à 110.000 contos. Elle continue à se développer. Bien entendu directeurs, gérants, fondés de pouvoir, etc. sont des Brésiliens d’origine germanique, mais de plus en plus « citadins ».

  • 71 Pimentel, Aspectos, p. 430-431.

162La liste noire de la première guerre mondiale, écartant la Brasilianische Bank, provoqua la naissance d’un nouvel établissement qui a porté successivement les noms de Casa Bancaria Jorge Pfeiffer e Cia (1919), Banco Pfeiffer S.A. (1929) et Banco Industrial e Comercial do Sul S.A.71.. Son capital a été porté de trois millions à soixante-neuf en 1939 et à cent trente-six en 1943 ; ses escomptes de dix-neuf à soixante quatorze et à cent trente millions. Cette banque qui réalise toutes les opérations « aux conditions les plus libérales » ne s’est pas développée seulement en raison des qualités personnelles de son fondateur, mais parce que dès sa première année d’existence elle reçut l’apport et la collaboration de commerçants puissants et réalistes comme Jacobi, Moeller, Bier, Bercht, Daudt, Dreher, Mentz, Niemeyer, etc. C’étaient tous des Brésiliens d’origine allemande, connus pour leur rectitude et leur compétence en affaires, disposant de larges disponibilités, d’un bon réseau de voyageurs ou de représentants et d’une vaste clientèle citadine ou rurale dans toutes les colonies. Non seulement la banque prospérait (et pouvait distribuer des dividendes de 10 % moins de huit ans après sa fondation) mais elle s’étendait sur tout le Rio Grande do Sul colonial. Outre son siège et une agence à Pôrto Alegre, elle possédait à la fin de la deuxième guerre mondiale 20 agences dans les principaux centres (Agudo, Cachoeira, Cai, Carasinho, Caxias, Erechim, Estrela, Guaporé, Ijui, Lajeado, Marcelino Ramos, Montenegro, Novo Hamburgo, Panambi, Pelotas, Santa Cruz, Santo Angelo, São Leopoldo, Taquara, Venancio Aires) et 44 bureaux dans les chefs-lieux des districts économiquement intéressants, presque tous d’origine allemande.

  • 72 F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 126-138, et 272-315.

163La Centrale des Caisses rurales. — C’est la Centrale des Raiffeisenschen Darlehn Kassenvereine ou Volksvereine Sparkasse ou Caixas Rurais da União Popular do Estado do Rio Grande do Sul, forme sous laquelle elle a nationalisé son nom72.

  • 73 Amstadt, Erinnerungen aus meinem Leben, Pôrto Alegre, Volksvrein, 1940, 108 p. Festschrift zum 50-j (...)

164Il nous suffira d’indiquer quelques détails sur la Caisse rurale de l’Union populaire de Nova Petropolis, la plus ancienne, puisqu’elle fut fondée en 1903 par le Père Th. Amstadt dont l’enthousiasme et la fermeté firent le pionnier des caisses rurales dans les colonies allemandes qu’il connaissait à fond pour y avoir assuré la cure d’âmes pendant de longues années.73 Ses directeurs exercent leurs fonctions à titre gracieux, elle ne possède pas de siège, pas d’employés. Seul le gérant qui tient le bureau, la correspondance et la comptabilité, reçoit une gratification pro labore fixée par l’Assemblée générale. En 1933 elle comprenait plus de quatre cents membres, avait près de 2 millions de cruzeiros en dépôt dont le cinquième en caisse et le reste en prêts, accordés pour un maximum de dix ans, au taux de 6 % alors que les comptes de dépôt perçoivent un intérêt de 5 %. Non seulement les conditions sont beaucoup plus favorables que celles des banques, mais la faiblesse de la marge montre bien le but dans lequel la caisse a été créée. La répartition professionnelle de ses associés est également caractéristique : agriculture, 90,2 % — commerçants, 2,7 % — industriels,1,4 % — professions libérales, 1,2 % — prolétaires, 4 % — divers, 0,5 %. Le sérieux avec lequel les prêts sont consentis (traites avalisées et garanties hypothécaires) limite sans doute le volume des transactions mais assure la solidité d’une organisation restée essentiellement coopérative.

  • 74 Glisse rurale de Panambi : en 1956, plus de 2.000 membres et de 6 millions de cruzeiros de dépôts. (...)
  • 75 Festkommission von Serro Azul, Festschrift, 1928, 110 p. ; Middeldorf, Pôrto-Novo, 1933, 92 p. ; Ro (...)

165Sous l’impulsion du Père Amstadt et avec, l’appui de l’Union Populaire Catholique, les caisses coopératives de type Raiffeisen se sont multipliées avec des caractères identiques dans presque toutes les colonies allemandes, mais pas à Tres Forquilhas ni à General Osorio ni à Panambi où les colons sont à peu près exclusivement protestants. Ceux-ci ont d’ailleurs organisé d’eux-mêmes des caisses coopératives et celle de Panambi, par exemple, remonte à 1903, c’est-à-dire au lendemain même de l’ouverture de la colonie. 42 caisses rurales se sont fondées de 1903 à 1935 sous l’égide de l’Union populaire, dont 23 depuis 1925, date de la constitution de la Centrale. Celle-ci est relativement récente mais elle est devenue très puissante : 140 millions de cruzeiros de capitaux déposés en 1940, garanties étendues au quintuple74. La direction de la Centrale est assurée à Pôrto Alegre par des Brésiliens d’origine germanique et liés au grand commerce ou à la banque : G. Englert, A. Volkmer, O. Wagner. La Centrale et les caisses prêtent aux agriculteurs, artisans, industriels ou commerçants ruraux qui assument devant les tiers une responsabilité personnelle et une solidarité illimitée pour la garantie des caisses toutes autonomes. Ces caisses ont joué un grand rôle dans la vie rurale et surtout dans la vie agricole puisque les agriculteurs représentent rarement moins de 80 % et souvent plus de 95 % des associés. Comme toutes les caisses se sont toujours refusées à pratiquer le prêt sur les récoltes, elles n’ont pas été utilisées pour financer une production plus ou moins spéculative, mais pour développer l’équipement agraire que le régime de la petite propriété rendait souvent difficile. Certes ni ses buts ni sa structure coopérative né semblent assimiler la Centrale des Caisses rurales aux autres organismes de crédit riograndense, même à ceux qui ont été constitués par des Teuto-Brésiliens. L’influence de la Centrale n’est cependant pas négligeable parce qu’elle dispose de ressources importantes dans les colonies et qu’elle contribue à l’orienration agricole de la colonisation, au besoin en finançant de nouveaux établissements (Cerro Azul et Porto Novo, par exemple)75. Elle jouit enfin d’un grand crédit moral auprès des colons chez lesquels elle entretient la mystique catholique de l’Union Populaire.

  • 76 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 441-447 ; Daudt, Brasileiros, p. 56.

166Nous trouvons encore de nombreux Teuto-Brésiliens dans l’administration des banques riograndenses, même quand elles ne sont pas de nom allemand : J. O. Rensch est l’un des administrateurs du Banco National do Comercio et du Banco de credito Real, où se trouve aussi Lendecker. L'Auxiliadora Predial a pour directeurs Diichinger, Voellcker, Heylmann, etc. De même les compagnies locales d’assurances comptent toujours une énorme majorité d’administrateurs de même origine : A Protetora Dreher et Eichenberg ; A Cia Sul Brasil de Seguros, Deixheimer, Hermann et les Kessler ; A Cia União, dont le premier directeur fut L. Dreher en 1891, Brenner, Lichenberg, Englert, Raabe, Sperb, etc.76. Tel est donc le rôle des Teuto-Brésiliens dans toutes les branches du commerce.

B. La puissance commerciale des Teuto-Riograndenses

167Elle s’est accrue à mesure que les maisons teuto-brésiliennes devenaient plus nombreuses et s’étendaient sur des domaines plus variés, grâce surtout à la cohésion qu’elles tiraient de leur organisation interne, de leur conscience de classe et de leur solidarité ethnique.

a. Les liens commerciaux avec l’Allemagne

1. Les lignes maritimes et aériennes

  • 77 Funke, O Brasil e a Allemanha, p. 181-183 ; 85 Jahre Hamburg-Suadmerikanische Dampfschiffahrtsgesel (...)

168En raison de la distance qui séparait le Brésil de l’Europe et de l’Allemagne en particulier, les échanges étaient coûteux et difficiles, surtout pour le Rio Grande do Sul qui se trouvait à l’écart de la grande route des vapeurs de Rio de Janeiro ou de Santos au Rio de la Plata. Le commerce germano-riograndense reçut une nette impulsion par la création des lignes allemandes de navigation à vapeur vers l’Amérique du Sud dans le dernier quart du xixe siècle. Ce fut l’une des raisons du succès des maisons allemandes d’importation. De même au point de vue du transport des passagers, les paquebots allemands s’étaient acquis dès la fin du xixe siècle une bonne réputation sur la ligne de Buenos Aires77.

  • 78 Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 29-30,

169Quelques grandes compagnies de navigation ont donc contribué au resserrement des relations entre les deux continents, entre le Rio Grande do Sul et l’Allemagne. Le Norddeutscher Lloyd de Bremen était représenté à Rio Grande par Albrecht et Cie : ses bateaux transportaient surtout des passagers de troisième classe et de classe moyenne. La première guerre mondiale lui porta un coup très rude. La compagnie de vapeurs Hugo Stinnes de Hambourg fut fondée à la même époque mais ses bateaux desservaient plutôt le nord et le centre du Brésil. C’est la Hamburg Südamerikanische Dampschiffahrtsgesellschaft, fondée en 1871 qui organisa le service le plus complet pour le sud du Brésil, car beaucoup de ses bateaux touchaient à Rio Grande. Elle se réorganisa dès la fin de la première guerre mondiale, mettant 14 unités en service vers l’Amérique du Sud dont les paquebots de la série des « Caps » (Norte, Polonia, etc.) et surtout des bateaux mixtes moins luxueux mais plus avantageux (Espana, Coruna, Vigo, Tucuman, etc.). Elle a encore surmonté la crise de la deuxième guerre mondiale et a repris la ligne avec deux séries de bateaux, les « Santas » et les « Caps ». Ceux-ci ne rappellent que de nom les paquebots d’autrefois, puisqu’ils prennent seulement de 18 à 28 passagers. Ce sont en réalité des cargos avec cabines, formule que bien d’autres compagnies ont adoptée. Ces bateaux, qui ont l’avantage d’être récents/bien aménagés et plus rapides affirment à nouveau la présence du pavillon allemand dans l’Atlantique Sud. Pôrto Alegre a recommencé à recevoir des cargos allemands en 1951. Ainsi se trouvent renoués les liens anciens de ce port avec l’Allemagne : c’est avec elle qu’il avait été relié par la première ligne de navigation régulière vers l’Europe (1856) et le premier transatlantique à vapeur qui accosta à Pôrto Alegre était allemand (vapeur « Isabel » en 1875)78.

  • 79 Les Brésiliens eux-mêmes soulignent l’effort accompli par l’Allemagne pour assurer des relations ra (...)
  • 80 Deutsche Fleugzeuge über Brasilien. Aus der Geschichte des Condor Syndikats. Volk und Heimat, 1937, (...)

170Si elle vient de reprendre ses services bi-hebdomadaires vers le Brésil, la Lufthansa ne fait plus escale dans le Rio Grande do Sul, car ses avions pas plus que ceux des autres compagnies étrangères ne peuvent transporter de passagers ni de fret en cabotage d’un aéroport brésilien à l’autre. C’est cependant dans le domaine de l’aviation civile que la coopération allemande a été la plus nette et la plus efficace. Les vols du dirigeable Graf Zeppelin furent largement exploités en leur temps pour des fins de propagande79. Les anciens officiers de l’aviation allemande ont beaucoup travaillé au Brésil dans l’entre deux guerres. L’un d’eux, E. Meyer, a fondé en 1927 la première compagnie d’aviation brésilienne, la Varig80 dont les premiers appareils et les premiers équipages furent allemands. Elle opérait en liaison avec la compagnie allemande Condor. Elle a été nationalisée, mais son directeur est encore un des fondateurs d’origine allemande, R. Berta. Cette compagnie qui s’est développée constamment assure maintenant, avec les quadrimoteurs américains les plus modernes, des services internationaux de Buenos Aires à New-York. Ses bureaux et ses ateliers d’entretien se trouvent à Pôrto Alegre d’où ses bimoteurs et ses avions-cargos rayonnent sur tout le Rio Grande do Sul et rattachent l’Etat au reste du Brésil par quelques 80 vols quotidiens. C’est l’instrument le plus moderne du Rio Grande, forgé en grande partie par les Teuto-Brésiliens.

2. Les échanges

171Les commerçants teuto-riograndenses, qui furent sans doute de bons agents du commerce allemand, en ont été aussi les bénéficiaires ; Le rôle de l’Allemagne dans l’économie du Rio Grande est presque aussi ancien que la colonisation, mais il a été longtemps réduit, et c’est seulement à la fin du xixe siècle, qu’il s’est accru. C’était, paradoxalement, au moment où le Rio. Grande do Sul commençait à s’industrialiser, mais aussi où la place de Pôrto Alegre s’assurait son hinterland.

  • 81 Grimm, Heimatskunde, p. 84.
  • 82 Correspondance commerciale des consuls. Ministère des Affaires étrangères, vol 6, p. 311-312 (1836)

172Pendant longtemps l’Allemagne n’acheta guère de produits riograndenses : des cuirs verts, du bois, du tabac en feuilles, des pierres semi-précieuses polies ensuite dans le Hunsruck81. Ce n’est donc pas l’exportation qui assura la première prospérité des maisons teuto-riograndenses. Mais les rapports ont été anciens avec Hambourg, car la plupart des émigrants à destination du Rio Grande do Sul s’y embarquèrent. C’est de là que s’expédiaient dès 1830 les articles importés par le Brésil : farines, huiles conserves, étoffes, toiles, soieries, quincaillerie, coutellerie, horlogerie, etc.82. Ce trafic modeste s’effectua par l’intermédiaire des grands commerçants allemands de Rio de Janeiro jusqu’en 1875.

  • 83 Schifffahrt, Deutsche Zeitung, 23 mars 1881. Sur le rôle de la navigation allemande transocéanique  (...)

173Il se développa soudain lorsque, grâce aux lignes de navigation régulières et directes, les commerçants teuto-riograndenses se furent affranchis de la tutelle de Rio de Janeiro, vers 1875-1880. En 1881 le nombre des bateaux allemands (56) était au second rang derrière l’Angleterre (78) ; mais sur 340 bateaux provenant de l’étranger les plus nombreux (42) venaient directement de Hambourg (seulement 32 de Liverpool)83. Car l’Allemagne réalisait alors coup sur coup son unification et sa révolution industrielle. C’est à partir de 1880 que les Riograndenses s’y fournirent directement d’aciers, de fers, de fils de fer (pour les clôtures de la prairie), de verre, de tissus, d’objets manufacturés, d’outils, de machines.

  • 84 Canstatt, Brasilien, p. 149.
  • 85 Zoeller, Die Deutschen, p. 171.

174Jusque-là les commerçants riograndenses recevaient environ les 2/3 de leurs produits finis d’Angleterre (textiles, métallurgie) ou de France (vêtements et objets de luxe)84. Même quand ils n’en avaient pas le monopole (comme l’Angleterre pour les tissus de coton) ces deux pays fournissaient des produits plus variés, meilleurs et mieux présentés : les emballages allemands étaient défectueux et les producteurs allemands ne se souciaient pas de l’évolution du goût et du marché riograndenses85.

  • 86 Grimm, Heimatskunde, p. 129.
  • 87 Grimm, Heimatskunde, p. 153. Voir ci-dessus note 57 p. 340.

175Cette lacune fut comblée par la constitution d’entrepôts et de maisons de commission à Hambourg et dans les principaux ports allemands. C’est la représentation des grandes firmes allemandes comme Krupp, Deutz, Mercedes, Adler, Oppel, Siemens, A.E.G., etc., qui a donné sa vigueur au commerce teuto-riograndense. En 1890 le pas décisif est franchi : Pôrto Alegre est devenu la première place de commerce de l’état86. Malgré les difficultés qu’opposent le franchissement de la passe et la navigation sur la lagune, sa prospérité se développe en même temps que celle des colonies avec lesquelles se réalise l’essentiel de ses échanges, grâce au commerce transocéanique qui est à peu près exclusivement aux mains d’éléments allemands87.

  • 88 Moritz-Schanz, Das Heutige Brasilien, p. 242.
  • 89 Lamberg, Brasilien, p. 95.
  • 90 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 44.
  • 91 Kundt, Brasilien und seine Bedeutung fur Deutschlands Handel und Industrie, p. 54

176Leur importance s’accroît régulièrement jusqu’à la première guerre mondiale, comme le confirment de nombreux témoignages correspondant à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Dès 1895 les Allemands dirigent presque exclusivement l’ensemble du grand commerce88 qu’ils continuent à gouverner dans les deux autres ports de Rio Grande et Pelotas89, en même temps qu’ils fondent les premières usines. En 1902 un voyageur est frappé par la succession des enseignes allemandes bordant les deux rues du commerce en gros (7 de setembro et Voluntarios da Patria) comme par la richesse des magasins : « il n’y a pas un article, pas un objet commercial de quelque espèce que vous ne puissiez vous procurer dans les firmes allemandes de Pôrto Alegre »90. Elles deviennent en effet toujours de meilleurs clients de l’Allemagne91.

  • 92 Lacmann, Ritte, p. 47.

177Les importations se sont multipliées en volume et en nombre : vins, alcools et liqueurs, conserves, viandes fumées, fromages, parfois mêmes pommes de terre et riz (ce qui peut paraître étonnant), cotonnades et shirtings en quantités croissantes, draps, confections, lingerie, dentelle, chapeaux, meubles, machines agricoles et domestiques, armes, instruments de chirurgie, de musique (pianos), remèdes et produits chimiques, quincaillerie, tapis, porcelaines et verreries, papiers et cartonnages, jouets, rails, wagons et locomotives, articles pour constructions navales, etc. Certes la concurrence de l’Angleterre est encore souvent sensible, certes divers produits proviennent d’autres pays européens, mais ils sont généralement transités par Hambourg. A l’exception de l’horlogerie où les Allemands ne figurent pas, de la bière et des allumettes dont l’importation a décliné à la fin du xixe siècle, la place de l’Allemagne s'affirme ou s’agrandit dans toutes ces branches. L’Allemagne est devenue à partir de 1906 le deuxième fournisseur du Brésil et la valeur de ses ventes passa de 13 millions de Marks en 1874 à 85 en 1904,155 en 1910, 235 en 1913, soit de 12 % des achats riograndenses en 1904 à 17,5 % en 1913. C’est grâce à ce commerce teuto-brésilien que Pôrto Alegre possède maintenant une telle importance économique92.

  • 93 Funke, O Brasil e a Allemanha, p. 81, Collin-Ross, Sued-amerika, p. 263.

178Au cours de la première guerre mondiale, nombre de magasins allemands de gros et de détail furent détruits ou pillés dans les grandes villes, surtout à Pôrto Alegre. Mais le commerce français avait été décapité par la mobilisation générale et le commerce anglais amputé par les hostilités. Les maisons allemandes retrouvèrent vite leur activité d’antan, reprirent et accrurent dès 1919 leurs importations : machines, matériel électrique, textiles, produits chimiques, automobiles et tous objets manufacturés, ciment, papiers, anilines, verre, etc. L’Allemagne redevint le deuxième fournisseur du Brésil et le troisième acheteur en 1922 (12 % de l’exportation du Rio Grande do Sul). A côté des produits de l’élevage (cuirs verts ou salés, suifs, laine, crins, viande) figurèrent encore le bois et le tabac, puis le riz et la graisse (27 % de l’exportation du Rio Grande do Sul)93. Les deux entrepôts des produits riograndenses étaient Hambourg et Bremen.

  • 94 Koehler, Brasilien heute und morgen, p. 294.
  • 95 Cornelius, Die Deutschen im brasilianischen Wirtschaftsleben, p. 60.

179En 1925 les achats de l’Allemagne avaient retrouvé leur niveau de 1913. Ils ont encore doublé de 1930 à 1939, date où ils représentaient 26 % de l’exportation du Rio Grande do Sul vers l’étranger (Angleterre 20 %, U.S.A. 16 %, Argentine 7 %). Ils consistaient surtout en bois, cuirs, laine et crins, lin, riz (2 %), tabac (11 %), graisse et lard (74 %). Pôrto Alegre, point de passage obligé du transit, a encore accru son importance dans le Rio Grande do Sul et dans le Sud du Brésil, et l’on trouve toujours des Allemands à la tête du grand commerce94. Cependant c’est l’importation qui a la part du lion : il y a sept fois plus de maisons allemandes d’importation que d’exportation95. Il est vrai que le Rio Grande do Sul est l’état brésilien qui a le plus développé ses relations commerciales avec l’Allemagne.

  • 96 Correio do Povo, 29 avril 1949.

180La seconde guerre mondiale a provoqué pour le commerce allemand des perturbations plus grandes encore que la précédente, et les U.S.A. ont pris la première place dans le commerce riograndense. Cependant les importations d’Allemagne occidentale ont repris en 1949, à la grande satisfaction de l’opinion de Pôrto Alegre96. De vieux liens commerciaux étaient renoués qui permettaient au Rio Grande d’acquérir des moteurs, des machines, des outils, des autos sans débourser de dollars, car l’Allemagne lui permettait de régler ses achats par compensation contre ses produits agricoles. En 1953 l’Allemagne est redevenue le deuxième client européen (après l’Angleterre), elle reçoit 5 % des exportations du Rio Grande do Sul. Elle est aussi son premier fournisseur (27 %) : elle envoie de l’acier, des machines, des tracteurs, des autos, du ciment, des objets manufacturés.

  • 97 Correio do Povo, 27 juillet 1947.
  • 98 Tejo, Contribuição, p. 79. Le reste du Brésil fournissait au Rio Grande do Sul le riz, le café, et (...)

181De nouveau la position de l’Allemagne dans le commerce riograndense « est simplement de première grandeur »97. Certes les conditions ne sont plus les mêmes qu’au début du siècle où, si étonnant que cela puisse paraître, le commerce était plus important avec l’Europe qu’avec le reste du Brésil98. Mais, malgré le développement des échanges intérieurs, malgré l’industrialisation du Rio Grande do Sul lui-même, le commerce avec l’Allemagne a retrouvé une vigueur incommensurable avec celle des autres pays européens. Et les firmes teuto-brésiliennes en tirent une force renouvelée. A peine en avaient-elles besoin d’ailleurs, car leur solidité s’était affirmée en même temps que leur solidarité dans les épreuves du second conflit qui avait opposé le Brésil à l’Allemagne.

b. Cohésion et rayonnement

182Les firmes d’origine allemande qui tiennent avec éclat le premier rang dans la compétition commerciale se trouvent de même à la tête de leurs associations professionnelles dans le Rio Grande do Sul.

1. Les associations commerciales

  • 99 Oliveira, Historico da Associação Comercial de Pôrto Alegre (Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Ale (...)

183L'Association commerciale de Pôrto Alegre n’est pas la plus ancienne, puisqu’elle fut fondée en 1858 alors que la place de Rio Grande en possédait une depuis 184499. Mais elle est devenue la plus importante. C’est autour de l’association de la capitale que s’est ensuite constituée ia Fédération des associations commerciales du Rio Grande do Sul. Les commerçants allemands y ont joué un rôle toujours plus important.

184Après des réunions préparatoires remontant à l’année prédécente, quelques commerçants résolurent le 14 février 1858 de créer une « Praça do comercio de Pôrto Alegre », d’élaborer immédiatement ses statuts et de les soumettre à l’approbation du Président de la Province, c’étaient Bastos, Azambuja, Moura, Ferreira, Barbosa, Pinto, Heinzen etEbert. Les commerçants allemands avaient donc été parmi ses fondateurs ; représentés parmi les premiers directeurs, ils ne furent pas les moins actifs (Haag et Wolkmann en 1870-1874).

185Durant les premières décennies de son existence la « Praça do Comercio » de Pôrto Alegre (elle prit le nom d’« Association commerciale » seulement en 1918) ne connut qu’un développement modeste et lent parce que le Rio Grande do Sul subissait le contre-coup de la guerre contre le Paraguay, des crises économiques de la fin de l’Empire (abolition de l’esclavage, chute du milreis sur les marchés des changes) et de la Révolution Fédéraliste (1893). C’est seulement après 1895 que, le calme revenu et l’équilibre retrouvé, le commerce pôrto-alegrense se développa.

186En même temps d’ailleurs que se développait la « Praça do Comercio » et qu’elle pensait à se doter d’un siège, augmentaient et le nombre des commerçants « Allemands » et leur rôle dans le comité directeur. En 1878 elle comptait 146 membres dont 37 d’origine allemande, parmi lesquels Heinsen et Ebert, Schilling (l’ancien associé de Haag), Haensel (directeur de la compagnie fluviale), Ter Bruggen (agent consulaire prussien, ennemi personnel de Koseritz) et les chefs d’un certain nombre de maisons appelées à un grand avenir : Fraeb, Holtzweissig, Huch, Folzer, Becker, Bastian, Bier, Bins, Dauth, Christoffel, Daiken, Dexheimer, Issler, Petersen, Wallau, etc. Ce sont pour la plupart des entreprises personnelles ou solidaires, à peine en compte-ton trois en sociétés mixtes et quatre sous forme de compagnie. En 1899 la « Praça » ne groupait encore que 148 membres, mais le nombre des Teuto-Brésiliens était passé à 61 (dont 3 seulement en société mixte et 19 sous forme de compagnie) ; 7 d’entre eux figuraient au comité directeur (16 membres) dont le vice-président était J. Issler ; c’est la manifestation de l’influence qu’ils ont prise dans la capitale grâce au développement de leurs affaires : les deux proportions sont identiques, 41 et 43 %.

187Dès 1905 le nombre de commerçants membres de l’association s’est élevé à 231. Il y en a 97 d’origine allemande (39 %), dont 6 au comité directeur (37 %). Si leur proportion est restée stationnaire, leur importance s’est accrue avec la fondation de maisons qui ont prospéré rapidement : Bromberg e Cia, Daudt, Livonius, Th. Möller, Schneider, Schröder, C.A. Sperb, Steigleder, J. Kroeff, J. Bercht, Krahe, Förnges, Krieger, Kessler, Friedrich Bergmann, etc. Nous retrouvons la plupart de ces noms parmi ceux des membres du comité de l’association, même pendant la guerre (le premier secrétaire est L.C. Schneider et il y a toujours eu de 4 à 5 membres teuto-brésiliens : Möller, Becker, Kessler, Ely, Bastian). Au moment du centenaire de la colonisation allemande (en 1924) 3 des 6 membres du bureau de l’association étaient Teuto-Brésiliens : Kessler, vice-président, Paetzel et Rentzch, trésoriers. Le nombre total des membres a augmenté (327) et non seulement les Teuto-Brésiliens en représentent 40 %, pourcentage légèrement supérieur à celui du début du siècle, mais ils entrent pour 50 % dans la direction. D’autre part, si 4 Teuto-Brésiliens seulement sont associés à des Luso-Brésiliens, 45 (le tiers) font suivre leur raison sociale de « et compagnie », c’est l’indice d’une transformation de structure correspondant aux progrès des affaires. Enfin figurent dans l’association 17 commerçants d’origine italienne (dont 8 en société avec des Luso-Brésiliens), peloton, de tête d’un nouveau contingent.

188Parmi les 464 membres de l’association en 1930-1931, il y en avait 198 d’origine allemande, soit 42,7 %. Encore ne peut-on compter les sociétés anonymes qui se sont multipliées car l’origine de leurs capitaux n’est pas évidente. Le nombre des établissements allemands a doublé depuis la veille de la première guerre, en moins, d’une génération. Cependant leurs propres progrès ont été dépassés par ceux des italiens qui sont maintenant 43 (15 en sociétés) et dont le nombre a triplé depuis la fin de la guerre. La prospérité de l’association commerciale n’a pas été affectée par la crise de 1929, au contraire : le Rio Grande trouve de nombreux débouchés en Europe (en Angleterre et surtout en Allemagne). C’est la période où l’Association réalise enfin son projet d’avoir son propre siège, le Palais du Commerce, dont le plan est dû à un architecte allemand installé à Pôrto Alegre ; c’est l’un des gratte-ciel le plus important de la capitale. Sa construction fut réalisée par la firme Azevedo Moura e Gertum (à participation teuto-brésilienne).

  • 100 Conseil de l’Association Commerciale en 1952 :
    Président :
    Joao oswaldo rentsch
    Vices-présidents :
    Afon (...)

189Quelle était enfin sa situation au lendemain de la deuxième guerre mondiale ? L’influence de l’élément d’origine allemande se mesure d’abord à quelques chiffres : nombre de membres 1.457, membres d’origine allemande 589, membres d’origine italienne 174. Les Allemands en représentent toujours 41 % mais la constance du pourcentage correspond à un accroissement considérable de leur nombre absolu qui a triplé en vingt ans. Elle se mesure ensuite à quelques noms, ceux des membres du comité et du conseil de l’Association en 1952 (les Teuto-Brésiliens sont indiqués en italique) : son président, un de ses vice-présidents, les deux trésoriers, trois des directeurs sur six, vingt-quatre des conseillers sur quarante-cinq sont d’origine allemande. Il n’est pas moins intéressant d’indiquer les sections que ceux-ci représentent : riz, blé, céréales, tabac, conserves, cuirs, chaussures, épicerie, droguerie, tissus, mercerie, bazars, faïence, papeterie, articles de bureau, radio, électricité, laboratoire, fers, machines, outillage, quincaillerie, constructions, courtiers en bourse, navigation fluviale, transports aériens. On compte enfin 10 Teuto-Brésiliens sur les 19 « conseillers supérieurs », véritables Pères Conscrits du commerce pôrto-alegrense, dont les noms sont des plus représentatifs des grandes firmes de la place100.

  • 101 Eylan, Étapes brésiliennes, p.62.

190On notera d’ailleurs qu’un certain nombre d’entre eux sont d’origne israélite. Non seulement, en effet, les Teuto-Riograndenses n’ont jamais fait de discrimination, sauf à l’époque du nazisme, mais les Juifs allemands ont toujours eu la même « fierté tudesque » que les descendants d’immigrants d’autre confession101.

  • 102 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 610-611 ; Noticiario, Correio do Povo, 31 juillet 1952

191C’est tout naturellement autour de l’Association commerciale de Pôrto Alegre que s’est constitué la Fédération des Associations commerciales, fondée le 28 octobre 1927102. Son président d’honneur est A. Bins et son président était lorsqu’elle a célébré son 25e anniversaire O. Rentzch, le nouveau président de l’Association commerciale de Pôrto Alegre à la tête de laquelle il remplaçait un autre commerçant d’origine germanique, A. Volkmer. La fédération groupait en 1940 53 associations comptant 14.403 membres, de Bagé (1904) à Encantado (1939) : avec une forte représentation de zone de colonisation allemande (16), italienne (7) et mixte (5).

  • 103 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 454.

192De même la Fédération des Associations des commerçants détaillants du Rio Grande do Sul, constituée en 1938, a eu pour centre l’Association des commerçants détaillants de Pôrto Alegre, fondée en 1921 et groupant la quasi-totalité] des établissements de la ville103. L’influence teuto-brésilienne y est à l’échelle de l’importance numérique des petits commerçants allemands dont nous avons déjà indiqué l’ubiquité : cafés, teintureries, boucheries, magasins de tissus et de chaussures, chapelleries, chemiseries, ateliers de tailleur, de photographie, salons de coiffure et parfumeries, bureaux de tabac, confiseries, drogueries, garages, hôtels et pensions, etc. Le comité directeur a toujours compris des commerçants teuto-brésiliens comme Bergmann ou Goelzer et bien d’autres dont les noms se sont déjà trouvés cités ci-dessus.

  • 104 F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 316-358.

193Enfin, de même que la centrale des caisses rurales de l’Union populaire du Rio Grande do Sul rayonne sur toutes les colonies allemandes, de même y fonctionnent quelques cent coopératives de production et de consommation104. Leur rôle n’est pas négligeable dans l’organisation commerciale rio-grandense et elles représentent un autre aspect de la puissance économique des descendants d’immigrants, puisqu’elles touchent les produits agricoles en général (16), le tabac (12), la graisse et la viande de porc (12) le lait et le beurre (6), les fruits (2), le bois (26). Mais pour le bois comme pour - la graisse elles entrent en concurrence avec les coopératives italiennes, qui sont par contre les seules à s’occuper de la production et de la vente du vin dans le Rio Grande do Sul. Quant aux coopératives d’achat et de vente, purement commerciales, elles sont moins nombreuses (16) mais encore en nette majorité germanique (10), réparties également entre les anciennes et les nouvelles colonies.

2. La Chambre de Commerce teuto-brésilienne du Rio Grande do Sul

194En 1942 avait été dissoute la Chambre de Commerce teuto-brésilienne de Rio de Janeiro et au lendemain de la guerre le climat politique et psychologique n’était pas favorable à la reprise des relations avec l’Allemagne dont le relèvement économique paraissait d’ailleurs problèmatique. Cependant certains grands commerçants brésiliens purent visiter l’Allemagne à partir de 1947, ils entrèrent en contact avec les autorités américaines d’occupation, et le général Clay appuya en 1948 la constitution d’une Chambre de Commerce teuto-brésilienne à São Paulo, à l’imitation de la nouvelle Chambre de Commerce teuto-nord américaine.

  • 105 Camara de comercio teuto-brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio 1955-1956 p. 1-2 et 87.

195Le directeur de la maison Bromberg, M.M. Ertel, ayant effectué lui-même un voyage en Allemagne en 1947, suggéra à son retour de fonder une chambre de commerce teutobrésilienne à Pôrto Alegre. R fut appuyé par M. A. Bins, l’une des personnalités les plus en vue. Pour des raisons de convenance financière et administrative, les Pôrto-Alegrenses décidèrent de s’affilier à la Chambre de São Paulo : cette succursale fut organisée en 1949, avec MM. Bins et Ertel comme directeurs. A partir de 1951 la section remplit même quelques fonctions consulaires, par délégation de l’Ambassade allemande de Rio de Janeiro, jusqu’à l’installation d’un Consulat général à Pôrto Alegre en juillet 1952, consulat qui dispose d’un attaché commercial et comprend une section des affaires économiques. Mais il était difficile de coordonner l’activité de la section avec celle de la chambre de São Paulo, d’autant qu’une nouvelle chambre de commerce s’était constituée à Rio de Janeiro en 1950. Aussi en revint-on à l’idée d’une chambre riograndense autonome, en raison de l’immensité du Brésil comme de l’ancienneté des rapports directs entre le Rio Grande do Sul et les milieux d’importateurs ou d’exportateurs de Hambourg principalement. Une assemblée générale des membres de la Chambre de São Paulo décida en 1953 de faire étudier la question par une commission de représentants du Rio Grande do Sul. Finalement le 22 juillet 1955 une assemblée réunit les commerçants pôrto-alegrenses qui fondèrent la Chambre de Commerce teuto-brésilienne du Rio Grande do Sul105.

196Elle élit comme président d’honneur M. A. Bins, comme président M. W. Kuhardt, comme vice-président O.R. Meyer, le fondateur de la Varig, et comme directeurs G.A. Lamberts, E. Hillmann, H. Mueller, R. Landgraf. Elle a nommé aussi un conseil consultatif, composé des représentants des principales branches intéressées : Anilines et produits chimiques-Henze, tissus-Jacobi, riz-Schmidt, automobiles-Dico, banques-Michaelsen, courtage-Gros, céréales-Sachs, électricité-Marnckearticles de bureau-Hack, fers-Gruendling, tabac-Tatsch, industrie-H. Renner, papier-Harbich, faiences-Fuhrmeister, bois-Scheibe, produits pharmaceutiques-Weber, représentations-Martins, transports aériens-R. Berta, transports maritimes-Krueger. Cette liste, qui confirme la prépondérance du commerce avec l’Allemagne dans certaines branches concorde d’ailleurs avec celle des conseillers de l’Association Commerciale de Pôrto Alegre qui sont d’origine allemande. C’est un nouvel indice de l’influence germanique dans le commerce du Rio Grande do Sul. En effet des 137 membres inscrits en 1956, 83 (soit 60 %) sont des firmes d’origine allemande, 40 (soit 29,9 %) sont des sociétés anonymes (en particulier les banques) ; 10 sont luso-brésiliennes (7,4 %) et 4 italo-brésiliennes (2,7 %) : les maisons d’origine allemande sont les plus nombreuses mais d’autres, d’origine différente, éprouvent elles aussi le besoin de resserrer leurs liens avec l’Allemagne.

***

197Telle fut la participation des immigrants allemands et de leurs descendants à l’organisation commerciale du Rio Grande do Sul. Du commerce rural qui vivait en symbiose avec l’agriculture, ils sont passés au grand commerce qui oriente la production agricole dans les colonies, la circulation et la distribution des biens de consommation dans la plus grande partie de l’Etat par l’intermédiaire de sa capitale. Ils ont développé diverses branches du commerce d’import-export dont ils ont tiré leur prospérité. Leurs firmes exercent une emprise croissante sur le commerce riograndense : alors que leurs premiers chefs étaient Allemands, retournaient fréquemment en Allemagne et restaient Allemands de cœur et de fait, ceux d’aujourd’hui sont avant tout Riograndenses. Certes ils entretiennent d’étroites relations professionnelles avec l’Allemagne et lui portent une affection non douteuse, mais ils participent étroitement à toutes les entreprises économiques sociales et culturelles qui sont en même temps la mesure et l’aiguillon du progrès de cet État brésilien. Ainsi se font-ils eux-mêmes les agents de la transformation de leur nouvelle patrie.

Anmerkungen

1 Verband, Hundert Jahre, p. 241 ; Laytano, Açorianos e Alemães, p. 76. Comme le reste du Brésil (Monbeig, Le Brésil, p. 88), le Rio Grande a eu une agriculture commercialisée, mais les produits vivriers ne comptent que dans le commerce intérieur et nullement dans le commerce extérieur (Tejo, Contribuição, p. 79).

2 Prix moyens des principaux produits à Pôrto Alegre :
(En milreis ou en cruzeiros par kilogramme)
Image 1000000000000304000001E3C350C7F8.jpg
Observations ; Au sujet de la signification des prix exprimés en espèces, prière de se reporter à la note 167 du chapitre I, (p. 57) et à la note 8 du chapitre VIII (p. 423).

3 Camargo, Quadro Estatistico, 1868 ; Abreu, Retrospecto economico, R.A.P., 8, p. 223-288 ; Varela, O Rio Grande do Sul, p. 438-449 ; Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 39-65 ; Spalding, Comercio, Anais I. Cong. H.G.R.G.S., III, p. 214-246 ; Cibils, Estudos de valor e formação de preços, Pôrto Alegre, 1949, 199 p.

4 Cibils, Estudos, p. 110 ; Tejo, Estatistica, 1937, p. 25.

5 Pimentel, Frigorificos e xarqueadas, p. 53 et sq.

6 Berndsen, Preços, p. 8 ; D.E.E., Boletim estatistico, I, 5, février 1948, p. 24.

7 Livres de la maison Trein (Bom Jardim) conservés à la Fondation Mentz à Pôrto Alegre ; Kheuzinger, Von Urwald, 1925, p. 70 ; D.E.E., Produção agricola 1950.

8 Tonnelat, L’expansion, p. 114.

9 Tableau des prix unitaires en fonction des moyens de transport : Rubriques : 1. distance ; 2. bateau ; 3. chemin de fer ; 4. prix en cruzeiros du sac de maïs (60 kg) ; 5. pourcentage du prix à Pôrto Alegre ; 6. prix en cruzeiros du sac de haricots (60 kg) ; 7. pourcentage du prix à Pôrto Alegre.
Image 10000000000003000000017F03C6DB77.jpg

10 Annaes da Assembleia, 14 février 1877 ; Tschudi, Reisen, p. 70 ; Tonnelat, L’expansion, p. 115 ; Tejo, Contribuição, P.S.P., 1, p. 89. Grâce aux statistiques de Pellanda, A Colonização, p. 103-108, on peut comparer l’exportation de deux districts de Lajeado situés l’un sur le fleuve (4°), l’autre à l’intérieur des terres (5°) et mesurant respectivement 12.000 et 7.000 hectares (5 = 58 % de 4).

Image 10000000000002BF000000A03CCE695B.jpg

11 Relatorio da Secretaria dos Obras Publicas, 1910,p. 380 ; Ave-lallemant, Reise, p. 167 ; Tschudi, Reise, p. 25-27 ; Lacmann, Ritte, p. 190.

12 Weiss, Colonos, p. 120 ; Rotermund Kalender, 1927, p. 251.

13 Livres de la maison Trein (conservés par la Fondation Mentz à Pôrto Alegre).

14 Weiss, Colonos, p. 121.

15 Petry, Historia, p. 29 ; Tschudi, Reise, p. 49 ; Weiss, Colonos, p. 50 ; Cardoso, O Municipio de Santa Rosa, p. 52.

16 Willems, A Aculturação, p. 353.

17 Cf. ci-dessous, notes 70, 71, 72, p. 346-347.

18 Même à São Lepoldo (Annaes Assembleia, 20 décembre 1866, p. 368) et à plus forte raison dans les autres colonies (Hoermeyer, Breschreibung, p. 244 ; Sellin, Die Deutsche, p. 79 ; Weiss, Colonos, p. 95).

19 Verband, Hundert Jahre, p. 236 ; Petry, Historia, p. 30.

20 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1910, p. 179.

21 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1894, 1920, passim.

22 Informations de la sous-préfecture.

23 Idem. Voir aussi Cinquentenario de Panambi, p. 15 (Transportes de cargas).

24 Livres de la Maison Trein (Fondation Mentz, Pôrto Alegre).

25 Hoermeyer, Südbrasilien, p. 234. Certains colons avaient essayé d’aller vendre directement leurs produits à Pôrto Alegre et d’y acheter ce dont ils avaient besoin ; mais ils durent renoncer rapidement à cette tentative d'affranchissement (Idem, ibidem, p. 242).

26 Premières maisons fondées à Novo Hamburgo : Bernd et Kremer en 1876 (Deutsche Zeitung, 5 juillet 1876) ; Voir aussi Petry, O Municipio de Novo Hamburgo, p. 36.

27 Valverde, Excursão, p. 486-488. Sur le réseau commercial au xixe siècle : Zoeller, Die Deutschen, p. 139.

28 Tonnelat, L’expansion, p. 109.

29 Inventaire de la succession F. Finger, (décédé à Erechim en 1918 : 4 lots urbains, 2 maisons (valeur 6.900 milreis), fonds de commerce (actif 17.116 milreis, dettes envers les fournisseurs 15.000 milreis).

30 Zoeller, Die Deutschen, p. 162.

31 Idem, ibidem, p. 163 ; Hoermeyeb, Beschreibung, p. 75.

32 Menezes, O Municipio de Santa Cruz, p. 170. En 1889, ils demandent un impôt de 50 milreis par voyageur appartenant à des maisons sises en dehors du municipe ; le Conseil municipal établit en 1893 un impôt de 20 milreis.

33 Daudt, Brasileiros, p. 67-70 ; Musterreiterklub, p. 190.

34 Par exemple H. Flischtiner en 1885 ; sa mort fut précisément l’un des motifs de la fondation du Musterreiterklub.

35 Wiedmann, 1. Musterreiterlied (Koseritz Volkskalender, 1901, p. 180-185) ; Musterreiter Kalender, passim.
2. Cyclopiade (1921, 102 pages)

36 Daudt, Brasileiros, p. 64.

37 Diario de Noticias, 11 novembre 1952.

38 Lacmann, Ritte, p. 147.

39 Menezes, A Raça, p. 29 ; Ludwig, Viagens, p. 115-123 ; Schidrowitz, Pôrto Alegre, p. 529 ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 317 ; Correio do Povo, 28 novembre et 1er décembre 1947.

40 Menezes, A Raça, p. 32 ; Pimentel, Aspectos, p. 233 ; Monte Domecq, État de Rio Grande do Sul, p. 191.

41 Menezes, A Raça, p. 30 ; Pimentel, Aspectos, p. 328.

42 Menezes, A Raça, p. 31 ; Ludwig, Viagens, p. 77 ; Pimentel, Aspectos p. 317.

43 Menezes, A Raça, p. 35 ; Monte Domecq, État de Rio Grande do Sul, p. 334 ; Rotermund Kalender, 1926, p. 332 ; Ludwig, A Colonisação, p. 154-156.

44 Pimentel, Aspectos, p. 319.

45 Menezes, A Raça. p. 28 ; Monte Domeco, État de Rio Grande do Sul, p. 237 ; Funke, O Brasil e a Allemanha, p. 145-147 ; Pimentel, Aspectos, p. 333-335,393-397 ; Diario de Noticias 2 septembre 1947.

46 Das Deutschtum von Rio Grande do Sul in seinen Leistungen auf dem Gebiete der Industrie und des Handels, Familien Freund, 1923, p. 89-116.

47 Canstatt, Land, p. 398 ; Verband, Hundert Jahre, p. 242.

48 Ministerio da Agriculture, Circulação dos produtos, 1925, p. 414-421 ; Camara de Comercio Teuto-Brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio 1955-1956, p. 25-26.

49 Informations fournies par l’Association Commerciale de Pôrto Alegre.

50 Album comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana, p. 515-517.
Exportation de graisse vers :
(En tonnes)

Image 10000000000002C2000000A7A28B007F.jpg

51 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 619-626 ; F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 333-349. Album comemorativo do 75° aniversario da colonisaçâo italiana, p. 518.
Abattoirs de porcs en 1949
Image 10000000000002FB000000FFF931AB48.jpg
Les coopératives représentent 7,5 % des abattoirs dans les anciennes colonies allemandes, 27 % dans les anciennes colonies italiennes, 61 % dans les nouvelles.

52 Informations fournies par l’Association commerciale de Pôrto Alegre (voir tableau note 61).

53 Idem.

54 Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 150-151 ; Instituto Rio Grandense do Arroz, Annuarios ; Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 280.

55 Camara de Comercio Teuto-Brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio, 1955-1956, p. 25 ; Daudt, Brasileiros, p. 55.

56 Koseritz Deutscher Volkskalender, 1874, p. 159-189 : Adresskalender der deutschen Geschaftleute und Handwerker der Provinz São Pedro do Rio Grande de Sul ; Canstatt, Land und Leute, p. 398 et 402 ; Zoeller, Die Deutschen, p. 138 ; Lettre du Vice-Consul de France à Pôrto Alegre, 30 septembre 1875 (Arch. Nat. B. III, B. 454, 988)..

57 Consignatairas des cargaisons :

Image 100000000000019A000000FF0BD45398.jpg

58 Koseritz, Bilder aus Brasilien, p. 237.

59 Willems, A Aculturação, p. 370.

60 Vehband, Hundert Jahre, p. 245.

61 Membres de l'Association, commerciale de Pôrto Alegre répartis suivant les principales, catégories (31 décembre 1949).

Image 10000000000001990000018CB2CCF86B.jpg
Voir aussi Daudt, Brasileiros, p. 54-58.

62 Willems, A Aculturação, p. 362.

63 Cf. Brasilianische Bank fur Deutschland, 1887-1911, Jubilaeumschrift, 1931, 39 pages.

64 Deutsche ueberseeische Bank, Festschrift aus Anlass des fuenfzig-Jaehrigen Bestehens, 1936, 149 pages.

65 Idem, p. 45 et sq.

66 Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 76 ; Relatorios da Repartição de Estatistica do Rio Grande do Sul ; Spalding, Comercio, Anais I. Gong. H.G.R.G.S., III, p. 230-231 ; Cornelius, Die Deutschen, p. 80.

67 Publicité régulière (Correio do Sul, Deutsche Zeitung, 1862, etc.).

68 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 585-591.
Le Brésil ne s’est doté que tardivement d’un équipement bancaire moderne (la Régence avait supprimé la banque nationale créée par D. João VI et la faillite de Maua avait détourné le gouvernement de prendre des initiatives en la matière). Cf. Moraze, Les Trois Ages, p. 36.

69 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 425-429, 435, 417-424.

70 Pimentel, Aspectos, p. 432.

71 Pimentel, Aspectos, p. 430-431.

72 F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 126-138, et 272-315.

73 Amstadt, Erinnerungen aus meinem Leben, Pôrto Alegre, Volksvrein, 1940, 108 p. Festschrift zum 50-jaehrigen Jubilaeum der Pfarrerei São José de Hortencio.

74 Glisse rurale de Panambi : en 1956, plus de 2.000 membres et de 6 millions de cruzeiros de dépôts. Brasil Post, 290,16 juin 1956. Sur l’ensemble des Glisses rurales type Raiffeisen : Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 627.

75 Festkommission von Serro Azul, Festschrift, 1928, 110 p. ; Middeldorf, Pôrto-Novo, 1933, 92 p. ; Rohde, Pioniergeist der Vater Erbe (Porto Novo), Pôrto Alegre, 1951, 325 p.

76 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 441-447 ; Daudt, Brasileiros, p. 56.

77 Funke, O Brasil e a Allemanha, p. 181-183 ; 85 Jahre Hamburg-Suadmerikanische Dampfschiffahrtsgesellschaft, Brasil Post, no 314. 1er décembre 1956.

78 Pimentel, Aspectos gerais de Pôrto Alegre, p. 29-30,

79 Les Brésiliens eux-mêmes soulignent l’effort accompli par l’Allemagne pour assurer des relations rapides avec le Brésil. Correio de Povo, 30 mars 1935. Cf. ci-dessous, note 77. p. 543.

80 Deutsche Fleugzeuge über Brasilien. Aus der Geschichte des Condor Syndikats. Volk und Heimat, 1937, p. 162-163. Sur l’histoire de la Varig : Album comemorativo, 1939, p. 75 ; Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 235-237 ; Daudt, Brasileiros, p. 73-74 ; 30 Jahre Varig, Brasil Post, 321, 19 janvier 1957 ; Renner, Verdiente Ehrung der Varig, Brasil Post, 325,16 février 1957 ; La Varig dessert 25 villes du Rio Grande do Sul et effectue 12 vols quotidiens dans chaque sens entre Pôrto Alegre et São Paulo-Rio de Janeiro. Elle sera aussi la pionnière de l’aviation commerciale à réaction puisqu’elle vient d’acheter des Caravelles qui entreront en service en 1959.

81 Grimm, Heimatskunde, p. 84.

82 Correspondance commerciale des consuls. Ministère des Affaires étrangères, vol 6, p. 311-312 (1836).

83 Schifffahrt, Deutsche Zeitung, 23 mars 1881. Sur le rôle de la navigation allemande transocéanique : Tejo, Contribuição, P.S.P., 3, p. 77.

84 Canstatt, Brasilien, p. 149.

85 Zoeller, Die Deutschen, p. 171.

86 Grimm, Heimatskunde, p. 129.

87 Grimm, Heimatskunde, p. 153. Voir ci-dessus note 57 p. 340.

88 Moritz-Schanz, Das Heutige Brasilien, p. 242.

89 Lamberg, Brasilien, p. 95.

90 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 44.

91 Kundt, Brasilien und seine Bedeutung fur Deutschlands Handel und Industrie, p. 54

92 Lacmann, Ritte, p. 47.

93 Funke, O Brasil e a Allemanha, p. 81, Collin-Ross, Sued-amerika, p. 263.

94 Koehler, Brasilien heute und morgen, p. 294.

95 Cornelius, Die Deutschen im brasilianischen Wirtschaftsleben, p. 60.

96 Correio do Povo, 29 avril 1949.

97 Correio do Povo, 27 juillet 1947.

98 Tejo, Contribuição, p. 79. Le reste du Brésil fournissait au Rio Grande do Sul le riz, le café, et le sucre, dont le transit était d’ailleurs assuré par des firmes en majorité allemandes. Toutes les autres denrées et tous les articles manufacturés étaient importés d’Allemagne surtout, d’Angleterre, de France, du Portugal-(sel) et accessoirement des U.S.A. (Lamberg, Brasilien, p. 119-120). On trouve également des précisions sur l’évolution du commerce germano-brésilien dans Sokoli, Die Handelsbeziehungen (depuis 1870) ; Borgius, Der Deutsche Kaufmann, 1899 ; Hermsdorf, Die Entwicklung des Ausshandels, 1920 ; Burger, Brasilien, 1929 ; Martin, Deutschland und Brasilien, zwei naturverbundere Handelspartener, 1939 ; Buhler, Der deutsche Handel mit Brasilien, 1941 ; Bohmer, Brasilien, 1955.

99 Oliveira, Historico da Associação Comercial de Pôrto Alegre (Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 452-453). Nous avons consulté aussi les archives de l’Association, aimablement communiquées par son Secrétariat général.

100 Conseil de l’Association Commerciale en 1952 :
Président :
Joao oswaldo rentsch
Vices-présidents :
Afonso Paulo Feijõ — Caleb Leal Marques — Alvaro Coelho Borges. Kurt Weissheimer.
1er secrétaire
Harold Cunha Balaguer.
1er trésorier
Adalberto Edemar Tatsch.
2
e secrétaire
Walter Santos.
2e trésorier
Affonso Bruno Antonitsch.
Directeurs :
Edgar C. Sieler
— Jenor C. Jarros — José Arthur StumpfLindolfo Hartz — Nestor Aveline — Vitorino Menegotto.
Membres du Conseil :
Arthur Kolberg.
João Ataliba Wolf.
Adolfo Leite Nunes.
João Dico de Barros.
Francisco Borraz.
Carlos de Morais Vellinho.
Werner Gros.
Humberto Lupinacci.
Arthur Schiehl.
Huberto Sachs.
Hermindo Tschiedel.
Guilherme Marquardt.
Roberto Chaves Fleck.
Manoel da Silxa Meira.
Willy Saenqer.
Aluizio Corrêa Ribeiro.
Otto Weinstein.
Walter Wemer Hack.
Hélios Leão.
Max Ertel.
Guilherme Willy Gruendling.
Egon Arthur Knorr,
Cypriano Micheletto.
José Afonso Ely.
Cyro Selbach.
F.G. Henrique Fuhrmeister.
Otacilio Panichi.
Osmar Toniazzi
João Alberto Lahorgue.
Henrique Aveline.
Peter D Cranston Woodhead.
Leopoldo J. Arnt.
Américo Vespucio Cabral Jr.
Plinio G. Kroeff.
Erico O. Mello.
José Zamprogna.
Arthur do Canto Jr.
Leo Wolf.
Alberto Marques Martins.
Gabriel C. Penna de Morais.
Alfredo Lindemann.
Rubem M. Berta.
Adolfo Bastide.
Gustavo Oppenheimer.
João B. Oliveira.
Conseil supérieur :
Adroaldo Franco, Albano Volkmer, Alberto Bins, Alberto Raabe, Alberto S. Oliveira, Jacó Renner, Arthur. Bromberg, Carlos Caldas, Edmundo Eichenberg, Ismaël Chaves Barcelos, Ismaël C. Torres, João Oswaldo Rentzsch, José Berta, Manlio Pratti Agrifoglio, Pedro Sacarelle Ferreira, Raul de Lima Santos, Cel. Salatiel Soares de Barros, Vitor Adalberto Kessler, Victor Sperb.

101 Eylan, Étapes brésiliennes, p.62.

102 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 610-611 ; Noticiario, Correio do Povo, 31 juillet 1952

103 Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 454.

104 F. Luz, Aspectos agro-economicos, p. 316-358.

105 Camara de comercio teuto-brasileira no Rio Grande do Sul, Relatorio 1955-1956 p. 1-2 et 87.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen