Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre V. L’essaimage des pionniers

Texte intégral

1L’agriculture des colons allemands a été essentiellement pionnière. Après avoir fait reculer la forêt elle a épuisé le sol, contraignant les colons des générations suivantes à émigrer vers de nouvelles zones à défricher ou plus récemment vers les centres urbains. Ce n’est donc pas parce que des agriculteurs sont partis d’une région que la production y a diminué, c’est parce que les rendements y baissaient ou allaient y baisser que ses habitants en surnombre l’ont quittée. Si l’épuisement des terres et l’accroissement de la population ont été deux des causes de ces migrations internes, c’est l’incompatibilité de la natalité et de la technique avec la structure agraire qui a rendu fatal le départ de la population excédentaire.

2C’est pour rester agriculteurs que ces agriculteurs ont quitté leur motte, c’est pour retrouver un nouveau lot de terre qu’ils quittent le leur, car ils n’étaient pas des colons partiaires mais des propriétaires ou des fils de propriétaires. N’y-a-t-il pas là un paradoxe ? Après avoir mis en valeur les terres qui leur étaient concédées ou vendues, ces immigrants heureux d’être devenus propriétaires, ces cultivateurs contents de cultiver sont repartis bientôt défricher d’autres terres. (Voir photo 23, pl. VIII.) Autant que le peuplement et l’exploitation de nouvelles régions, c’est l’évolution des groupes constitués par les colons allemands qui s’éclaire à la lumière de l’histoire de leurs migrations internes. A cause de leur ampleur et de leur durée celles-ci ont eu plus d’importance que l’immigration elle-même.

1. PROPRIÉTAIRES ET PIONNIERS

3C’est parce qu’ils étaient des propriétaires, c’est plus précisément parce qu’ils étaient de petits propriétaires que les colons ont été condamnés à quitter le lot défriché par leurs pères et à rester ou à redevenir des pionniers.

A. La petite propriété

4Les colonies ont eu dès l’origine et elles ont conservé jusqu’à nos jours une structure agraire sui generis.

a. Forme et superficie des premières propriétés

5Les anciennes colonies, établies sur le piedmont ou sur les premières pentes de la Serra, ont été constituées ordinairement de la même manière et les parcelles y ont le même dessin.

61. La forme des lots coloniaux, rectangulaire, provient, semble-t-il, de la façon dont les terres ont été distribuées par l’administration.

7Partant des rives d’un cours d’eau navigable, on traçait une Linha, ou Picada, orientée Nord-Sud ou Est-Ouest. Il fallait qu’elle se heurtât à un escarpement ou à un profond précipice pour qu’elle s’écartât de sa direction ; elle ouvrait dans la forêt un couloir de quelques mètres de largeur, qui servait d’axe de pénétration.

  • 1 Waibel, Die europaische Kolonisation, p. 92-97.
  • 2 Grimm, Heimatskunde, p. 112-114 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 21 ; Cf. Tricart et Rochefort, Le (...)

8De part et d’autre de ce chemin, on délimitait la façade des lots de terre (généralement 220 mètres, parfois 110) qui formaient de longs rectangles ayant de 2.200 à 3.200 mètres de profondeur. Dans toutes les anciennes colonies on retrouve cette régularité géométrique, cette disposition des parcelles en rubans1. (Voir photos 8, pl. III ; 18, pl. VI ; fig. 25 et 32). Ce système de distribution de la propriété a eu des conséquences non négligeables sur l’activité des agriculteurs et même sur leur mentalité. Les contacts et les échanges ne peuvent s’opérer que par la « picada », près de. laquelle se trouve généralement la maison ; les terres s’étendent en longueur jusqu’à toucher le fond du lot correspondant de la « picada » parallèle, ouverte à 6,400 kilomètres de la première. Le défrichement s’est fait de la façade vers l’extrémité du lot, suivi par l’établissement d’un chemin privé, généralement le long d’une des limites latérales. (Voir photo 18, pl. VI.) On a d’abord cultivé au maximum les terres les plus proches de la maison et les réserves de forêt vierge, plus éloignées, se soudaient à celles du lot opposé. C’est ce qui explique le cloisonnement du cadre de la vie des colons, comme leur coutume de diviser les propriétés longitudinalement2. Le dessin rubané a été si bien associé au défrichement forestier qu’il se retrouve dans la plupart des Nouvelles Colonies du Plateau.

  • 3 Bernardes, A Colonização no Municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 384.

9La Direction des Terres et de la Colonisation n’a adopté que récemment un autre système de délimitation des lots. Les parcelles sont maintenant dessinées de telle manière que chacune possède au moins l’accès à un chemin vicinal et l’alimentation en eau, et, si possible, des terres de qualités différentes. La forme de la propriété correspond ainsi au modelé du terrain et l’exploitation ne souffre pas des ruptures de pente. Mais ce système n’a été appliqué que dans les dernières colonies ouvertes au bord du Haut Uruguay3. Les dimensions les plus courantes sont de 100 X 2.500 mètres ou de 250 X 1.000, parfois de 500 X 500. Bien que la forme des lots ne soit plus invariable elle est restée volontiers géométrique et le rectangle allongé a conservé une faveur certaine.

102. La superficie du lot concédé par l’administration a donc diminué progressivement.

11La principale clause du contrat offert aux premiers immigrants de 1824 était l’octroi à titre gracieux d’une colonie de 160.000 brasses carrées, soit 77 hectares. Ce régime ne fut appliqué qu’à São Leopoldo, Torres-Tres Forquilhas et à Santa Cruz les premières années.

12La superficie de la propriété accordée aux immigrants qui s’installèrent à partir de 1851 fut ramenée à 100.000 brasses carrées, soit 48,4 hectares. Ce fut celle de la colonie-type presque jusqu’à la fin du xixe siècle.

  • 4 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1925, p. 487 ; Phates, Unidades agrarias, Correio do Po (...)

13À partir de 1889, dans les Nouvelles Colonies, la superficie ne fut plus que de 25 hectares, unité que l’on a appelée « lot colonial »4. C’est la superficie qui a été adoptée par les entreprises privées de colonisation.

14Cette aire a généralement été entièrement défrichée par le premier possesseur, dors que dans les anciennes colonies les réserves de forêt vierge n’avaient disparu que beaucoup plus lentement.

15L’appropriation initide de la terre ayant subi une réduction sensible (des deux tiers), ce fut là une première cause de l’amenuisement de la propriété.

b. Division de la propriété

16L’évolution de la propriété rurale a suivi des cadences variables et des directions différentes.

17La division de la propriété d’une génération à l’autre, restée lente au xixe siècle, s’est accélérée depuis le début du xxe. Cela peut sembler paradoxal puisque la natalité et plus forte autrefois, mais cela s’explique par la dimension des lots concédés antérieurement et surtout par la facilité avec laquelle on trouvait à petite distance des terres vierges et libres. Puis, lorsque celles-ci se sont raréfiées, la division des terres a été de plus en plus poussée ; elle est d’autant plus sensible que la colonie est plus ancienne. (Voir fig. 34.)

18Comme la propriété, toujours d’un seul tenant, était en même temps la cellule d’exploitation, la division avant rarement dépassé le quart de colonie au xixe siècle. Mais elle a atteint maintenant le minimum compatible avec le faire voir direct qui a été le fondement de la vie agricole dans les colonies.

19En attendant sans doute le remembrement de la propriété nous assistons à l’apparition d’une nouvelle tendance, encore timide mds nette, celle du regroupement de/l’exploitation : les derniers recensements nous révèlent qu’il y a moins d’établissement agricoles que de propriétés. Cette évolution est trop récente pour avoir modifié profondément la structure agraire des colonies, mds elle est la conséquence de la contradiction qui existe entre le droit successoral et le mode d’exploitation.

  • 5 Nous excluons donc les districts de Feliz, Hortensio et Mundo Novo, mais nous incluons Novo Hamburg (...)

20Le système du prêt à bail commence à se répandre, en corrélation avec le développement des bourgs ruraux où se sont installés les petits propriétaires qui ne peuvent plus vivre sur leurs terres. Ainsi se modifient sous nos yeux les rapports « traditionnels » de la propriété et de l’exploitation, La colonie de São Leopoldo, qui présente l’évolution la plus longue et la plus complète, doit être étudiée en premier lieu. Nous considérerons ici comme relevant de São Leopoldo le territoire du municipe de19205. On y comptait en 1850 1.424 propriétés. En 1886 elles avaient encore toutes une superficie de 160.000 brasses carrées (77 hectares), sauf à Picada Café où elles en avaient 150.000 et à Quatorze Colonias où elles en avaient 88.000. C’était toujours la superficie primitive des lots tels qu’ils avaient été cadastrés et concédés.

21Mais la propriété commença aussitôt à être divisée, à cause des ventes et surtout des partages entre cohéritiers, En 1914 le rôle de l’impôt indiquait 4.448 propriétés : le coefficient de division avait été de 3,1, la superficie moyenne des propriétés était de 35 hectares. En 1950 on a enregistré 6.859 propriétés. Le coefficient de division est passé à 4,8 et la superficie moyenne est tombée à 15 hectares. Il y a même un rapport remarquable entre la division de la propriété et la durée de l’occupation : la période allant de 1850 à 1914 représente 64 % du temps écoulé entre 1850 et 1950, le coefficient de division de 1914 est égal à 64 % de celui de 1950. Si nous admettons qu’il y ait eu en cent ans trois générations, pour chacune d’elles le coefficient de division a été de 1,6. Bien que ce coefficient ne paraisse pas très élevé, on n’a recensé en 1950 que 4.501 exploitations agricoles pour les 6.859 propriétés (soit les deux tiers de ce nombre) : l’agriculture a été abandonnée sur certaines d’entre elles et les autres ont été louées par leur propriétaire à un exploitant qui les cultive en sus de ses propres terres.

22Il convient sans doute d’entrer plus avant dans le détail et d’étudier, d’après le rôle de l’impôt immobilier, l’évolution de la propriété dans quelques districts purement agricoles.

23A Dois Irmãos, où l’on avait distribué les lots entre 1826 et 1847, on comptait à cette dernière date 281 propriétés de 77 hectares. En 1948 la superficie moyenne est de 20,5 hectares et nous avons relevé 885 propriétés réparties entre 776 propriétaires. Le nombre des propriétés a été multiplié par 3, celui des propriétaires par 2,7 : dix pour cent d’entre eux ont deux ou plus de deux parcelles. Il y a tendance au regroupement de la propriété après une longue période de division.

24A Lomba Grande, située dans une zone moins fertile, la propriété n’a pas été aussi divisée. En 1870 il y avait 123 propriétés ; en 1950, 485, soit 3,9 fois plus, mais leur superficie moyenne était de 28 hectares, soit 2,7 fois moins. La discordance entre les deux coefficients s’explique par la succession de deux phénomènes : la division de la propriété a d’abord été très poussée par le jeu des héritages, concuremment avec l’apparition d’un petit artisanat de cuir dans le bourg ; mais il y a actuellement tendance au remembrement : en 1950 un colon possédait à lui seul 325 hectares, soit la valeur d’une douzaine de propriétés moyennes. Sur ces 485 propriétés, 20 seulement (4 %) sont supérieures à 100 hectares ; 328 (67 %) ont moins de 30 hectares : plus des deux tiers des propriétés sont inférieures ou égales à la superficie moyenne. Mais comme 22 % d’entre elles ont de 0,1 à 5 hectares, c’est dire que près du quart des propriétés recensées n’ont aucune signification agricole. Quelles seraient, en effet, les possibilités de culture et de vie sur une superficie aussi réduite, alors que le sol, pauvre à l’origine, est épuisé ? Les parcelles qui ne sont pas louées sont reboisées en eucalyptus ou en acacia dont l’écorce est utilisée par les tanneries locales.

25Ici le reboisement marque le recul de l’agriculture et là le prêt à bail le déclin du faire valoir direct. La structure agraire traditionnelle n’est représentée que par 45 % des propriétés, celles qui sont comprises entre 6 et 30 hectares. Leur petit nombre ne provient pas tant du regroupement de la propriété, très récent, que de son extrême amenuisement par les partages successifs.

262. Cette division de la propriété se retrouve dans toutes les anciennes colonies : On a distribué à Santa Cruz quelques lots de 160.000 brasses carrées mais surtout des lots de 100.000 brasses (48 hectares). Leur superficie moyenne était de 45 hectares en 1870, de 43 en 1900, de 40 encore en 1920. Cela s’explique sans doute par l’accroissement de la superficie appropriée au cours des deux premières générations de colons. Mais depuis 1920 la division de la propriété s’est accélérée, sa superficie moyenne passant à 30,2 hectares en 1940 et à 23,4 en 1950. Alors que la propriété était restée presque stationnaire jusqu’en 1900, elle a été divisée par 2 en 50 ans.

27Dans la vallée du Taquari, où la colonisation est contemporaine de celle de Santa Cruz mais où les terres sont plus fertiles, la division de la propriété a été plus poussée encore. A Lajeado, elle est passée de 25,5 à 21,4 hectares de 1920 à 1950. A Venancio Aires, de 23,5 à 19,5. Au bout de moins de cent ans la propriété moyenné n’y représente même plus la moitié de sa superficie primitive. L’exemple le plus frappant est celui d’Estrela où les premières propriétés, vendues à partir de 1853, mesuraient en moyenne 48 hectares. En 1920 la division était déjà fort avancée puisque la superficie moyenne n’était que de 24,2 hectares. En 1950 elle est tombée à 15,7 hectares, pas même le tiers de la superficie primitive.

28Dans certains districts la superficie des propriétés est encore inférieure à cette moyenne : 13,8 hectares dans le 2e district (Languiru), 12,2 dans le 4e (Corvo). Le coefficient de division, qui a été de 1,55 pour la dernière génération dans l’ensemble du municipe, atteint, dans ces districts les valeurs de 1,68 et 1,76. Alors que le nombre des propriétaires est passé de 2.893 en 1920 à 4.556 en 1950, le nombre d’exploitants n’est que de 4.054 en 1950 : dix pour cent des parcelles ont été louées. La superficie moyenne des propriétés a trop diminué pour que leur exploitation soit rentable.

29Encore la qualité des terres avait-elle rendu possible cette extrême réduction de la propriété par l’accroissement de l’exploitation du sol. Alors qu’en 1920 le pourcentage du sol cultivé était de 23,5, il s’élevait à 46,5 en 1943 et à 59 % en 1950. Ce pourcentage sera difficilement dépassé si l’on ne change pas de technique agricole, car les terres s’épuiseront rapidement : en 1920 la jachère était de trois ans pour un an de culture, en 1950 elle n’est pas même d’un an sur certaines parcelles.

303. Les colonies du Plateau ont connu un processus de division encore plus rapide.

31A Ijui, fondée en 1890, mais dont le territoire ne fut entièrement occupé que vers 1911, la propriété moyenne était de 41,5 hectares en 1920 et de 30,4 en 1950 : en une quarantaine d’années elle a diminué de 37,5 %, bien que la surface appropriée soit passée de 128.000 à 170.000 hectares. Nous retrouvons à Ijui le même coefficient de division que dans les anciennes colonies. Il est plus intéressant encore de comparer entre eux les nombres successifs de propriétaires : 1.088 en 1896, ils sont 2.290 en 1910. Pendant la phase de croissance ce nombre s’élève par la délimitation et l’appropriation de nouveaux lots. En 1914 ils sont 3.058 et 3.083 en 1920 l’expansion territoriale de la colonie est terminée et la division de la propriété commence. En 1950 on a recensé 5.412 propriétaires, en trente ans leur nombre s’est accru de 175 % pour l’ensemble du municipe ; mais dans certains districts l’accroissement a été encore plus rapide : pour le premier district, par exemple, les nombres étaient de 1.674 en 1916, 2.324 en 1932, 3.241 en 1946 et le pourcentage d’augmentation de 193 %.

32Mais le nombre maximum de propriétaires fut de 5.176 en 1946, supérieur de 5 % à celui de 1950 : il y a déjà remembrement de la propriété. Ce phénomène, tout à fait récent, est lié au développement de la grande culture du blé par des agriculteurs d’origine italienne qui remplacent les Teuto-Brésiliens désireux de s’installer dans une nouvelle zone pionnière.

33Il y a eu aussi regroupement des exploitations, puisqu’on en comptait 4.542 en 1950 pour 5.412 propriétés : 16 % des parcelles sont cultivées par un autre que leur propriétaire. Ce régime agraire, qui rappelle celui des anciennes colonies les plus favorisées, est caractérisé de même par une élévation régulière de la proportion de terre, cultivée annuellement : elle est passée de 14,9 % en 1920 à 27 % en 1932, 30,4 % en 1943, 32 % en 1950. La période de reconstitution n’est que de deux ans pour un an de culture, ce qui ne permettra pas de soutenir longtemps encore un pareil effort. Ijui, la première des colonies du Plateau, présente aussi dans sa structure agraire les signes d’une sénilité précoce.

34Erechim, colonie fondée une vingtaine d’années après Ijui, se présente sous des traits plus jeunes. La multiplication des propriétés y a longtemps correspondu à l’extension de la colonisation et à la démarcation de nouveaux lots. Elle est causée maintenant par la division des propriétés déjà délimitées et cadastrées. Erechim comptait 4.992 propriétaires en 1920, 6.770 en 1940, 13.105 en 1950. L’accélération a donc été particulièrement rapide de 1940 à 1950 et la superficie moyenne des propriétés n’est plus que de 25,5 hectares contre 47,4 en 1920. Le coefficient de division a été de 1,8 en trente ans. Mais tous ces propriétaires pratiquent le faire-valoir direct, car le nombre des exploitations recensées en 1950 correspond exactement à celui des propriétés cadastrées. Erechim est cependant en train de perdre certains de ses traits de jeunesse ; non seulement la superficie moyenne de la propriété a diminué de plus de moitié par rapport à 1920 (56 %) mais le pourcentage de terre cultivée annuellement s’est élevé de 10 % en 1920 à 20,5 % en 1940 et à 45 % en 1950. C’est au bout de quarante ans seulement une proportion presque aussi élevée qu’à Estrela au bout de quatre-vingt-quinze ans. La terre ne se repose plus qu’un an sur deux. C’est sans doute la facilité des communications qui a provoqué une exploitation aussi poussée, en revanche la limite de l’épuisement sera d’autant plus vite atteinte.

35Même dans les municipes du Plateau qui sont encore en pleine euphorie pionnière et qui ne connaissent que le faire-valoir direct, à Santa Rosa par exemple, la structure agraire suit la même évolution. Le nombre des propriétaires est passé de 8.913 en 1940 à 15.486 en 1950. Il augmente même d’une année à l’autre : 14.815 en 1949, 15.486 en 1950. Or la conquête de terres nouvelles par extension de la colonisation est terminée. La superficie moyenne d’une propriété est tombée de 24,2 hectares en 1949 à 23,1 en 1950 : la division est déjà plus poussée qu’à Ijui ou qu’à Erechim. Le pourcentage de terre cultivée annuellement était de 27 % en 1950. Ces chiffres expriment l’intensité de l’exploitation du sol dans la région la plus récemment ouverte à la colonisation.

  • 6 I.B.G.E., Recenseamento geral do Brasil,ler septembre 1940, Parte XX, Rio Grande do Sul, tome II, C (...)

364. Le dernier recensement général dont nous ayons pu utiliser les résultats détaillés pour chaque municipe est celui de 1940. Nous en reproduisons quelques extraits indiquant le nombre de propriétés qui correspondent aux diverses superficies enregistrées, entre moins d’un hectare et cinq mille hectares6.

37L’originalité de la structure agraire des colonies apparaît nettement. Alors que dans la zone d’élevage 60,3 % du nombre total des propriétés ont plus de 100 hectares et que les grandes propriétés représentent 96 % de,1a superficie considérée, dans les colonies 90,5 des propriétés sont comprises entre 2 et 50 hectares. Il y a cependant une légère différence entre les anciennes colonies et les nouvelles, comme le montre le tableau suivant :

Superficie des propriétés

Vieilles colonies

Nouvelles colonies

2 à 5 hectares

 %

%

5 à 10 hectares

6,1

3,9

10 à 20 hectares

14,4

8,5

20 à 50 hectares

36,9

25,3

50 à 100 hectares

33,6

52,2

6,0

9,0

38Non seulement les vieilles colonies ont un pourcentage supérieur des propriétés de moins de 50 hectares (91,2 % au lieu de 89,2 %), mais celles-ci n’ont pas la même répartition que dans les nouvelles colonies. Le maximum se trouve dans la catégorie de 10 à 20 hectares et 20,5 % des propriétés ont moins de 10 hectares, contre 12,4 % dans les nouvelles où le maximum se trouve dans la catégorie de 20 à 50 hectares. Si la division de la propriété affecte les deux régions c’est dans les vieilles colonies qu’elle est le plus poussée. Telle était la physionomie de la petite propriété dans les colonies en 1940.

  • 7 Des résultats provisoires publiés par les organes locaux du C.N.E. nous pouvons tirer les tableaux (...)

395. A défaut de la répartition des propriétés par superficie nous possédons, déjà sur le recensement de 1950 quelques données qui nous permettent d’indiquer, avec l’aspect général de la structure agraire à cette date, les grands traits de son évolution depuis 19207.

40En trente ans le nombre des propriétaires a été multiplié par 1,7 dans les anciennes colonies et par 1,8 dans les nouvelles. Comme le processus de division y a été plus récent, les propriétés y sont encore plus vastes que dans les anciennes (32,7 hectares au lieu de 17,3 en moyenne). Certaines des plus récentes des vieilles colonies, comme Arroio do Méio, Candelaria et Sobradinho ont un coefficient de division plus élevé (1,5 en 10 ans) et la superficie moyenne des propriétés y est intermédiaire entre les valeurs des deux régions (30,4 hectares). Pour les deux municipes qui existaient en 1920 sur le Plateau, Ijui et Erechim, la superficie moyenne est passée de 49,2 à 27,9 hectares : elle ne représente plus en 1950 que 59 % de ce qu’elle était en 1920. Dans les vieilles colonies ce pourcentage est de 58 %. La division de la propriété se réalise et s’accélère suivant le même processus dans toutes les colonies agricoles du Rio Grande do Sul.

Fig. 34. — Dimensions moyennes des propriétés en 1949
La grande propriété correspond à la zone de l’élevage, la petite propriété à celle de l’agriculture, dans les colonies. Les Nouvelles Colonies elles-mêmes contiennent beaucoup de moyennes inférieures à 25 hectares ; elles commencent à subir l’amenuisement de la propriété dont souffrent les Anciennes Colonies.

41Nous pouvons comparer dans chaque municipe le nombre des propriétaires figurant sur le rôle de l’impôt foncier et le nombre des exploitations agricoles recensées en 1950. La discordance entre ces deux nombres nous permet de constater et de mesurer le changement intervenu. Dans les nouvelles colonies tous les propriétaires sont exploitants. Dans les anciennes colonies 13,7 % des propriétés ne sont déjà plus exploitées par leurs propriétaires. Ce pourcentage est d’ailleurs plus élevé dans les colonies plus anciennes (15,1) que dans le groupe Arroio do Meio-Candelaria-Sobradinho (10 %), mais Ijui présente les mêmes indices que les premières (16 %). Ainsi à mesure qu’une colonie « vieillit » le faire-valoir direct recule comme la superficie moyenne diminue. Il y a en effet correspondance entre le pourcentage des propriétés qui ne sont plus exploitées directement et celui des propriétés de 0,1 à 10 hectares. Il n’y a cependant pas identité entre Ces deux catégories car dans les bourgades et à proximité des villes nous trouvons parfois associées l’exploitation d’une petite parcelle de terre et une activité citadine complémentaire comme l’artisanat, la manufacture ou le commerce.

426. Alors que dans les nouvelles colonies la propriété continue à se diviser, dans les anciennes se précise une tendance récente au regroupement et même au remembrement des propriétés, phénomènes liés à une utilisation plus rationnelle de la terre. Le pourcentage de la superficie cultivée annuellement a changé au cours des trente années qui se sont écoulées entre 1920 et 1950 : Dans les vieilles colonies la moyenne était de 21,6 % en 1920, elle est de 28,4 % en 1950. Cependant les divers municipes s’y répartissent en deux groupes. Dans la plupart d’entre eux il y a eu, accroissement de la portion de terre cultivée annuellement qui oscille entre 25 % et 59 % de la superficie totale. Mais dans quelques autres comme São Leopoldo, Montenegro et Santa Cruz, cette proportion est restée stationnaire ou a diminué. L’agriculture y est en régression, soit à cause du développement de l’artisanat ou de l’industrie, soit en raison de l’épuisement des terres et du reboisement, soit sous l’influence simultanée de ces deux facteurs.

43Dans les nouvelles colonies, il y a également deux groupes. Le premier est celui des colonies fondées avant la première guerre mondiale, exploitées depuis plus longtemps, où le pourcentage des terres cultivées annuellement, qui oscille entre 32 et 47,8 %, est comparable à celui des colonies de la vallée du Taquari. Le second groupe est celui des colonies plus récemment mises en valeur, où le pourcentage de terres cultivées annuellement, qui oscille entre 15 et 27 %, correspond à celui d’Ijui ou d’Erechim il y a une trentaine d’années. Mais l’accélération du rythme de remise en culture des parcelles et le raccourcissement des périodes de repos menacent le sol d’un épuisement plus rapide encore que dans les anciennes colonies.

  • 8 Waibel, Die europäische Kolonisation, p. 86-91 ; Gourou, Les pays tropicaux, p. 43. Sur la subdivis (...)

44C’est sans doute au régime de la petite propriété que le Rio Grande do Sul a dû de l’emporter sur les autres Etats Brésiliens par la variété de sa production agricole. Aux latifundia septentrionaux étaient associées les monocultures tropicales (sucre, café, etc.), aux estancias méridionales c’était l’élevage extensif, tandis que les petites propriétés se consacraient à l’agriculture vivrière et faisaient du Rio Grande do Sul le grenier du Brésil. Le régime de la petite propriété, promu d’abord par le gouvernement, avait acquis assez de force pour s’imposer dans toutes les colonies riograndenses. Mais, si on la compare à celle des pays voisins, sa superficie initiale semble avoir été insuffisante ; elle le semble bien davantage encore si on la rapporte aux calculs de Waibel sur la minimale Ackernung comme aux données des plus récentes études de géographie tropicale 8. Aujourd’hui, en tout cas, elle est subdivisée à l’excès. Malgré la protection des pouvoirs publics, elle est entrée dans une phase critique du point de vue technique et social.

45L’irrégularité-de la production en quantité et en qualité, l’élévation du prix de revient et l’impossibilité d’utiliser les machines agricoles modernes, qui en sont peutêtre les tares indélébiles, pèsent de plus en plus lourdement sur la petite propriété. Ce système semble avoir atteint la limite de son efficacité ou devoir l’atteindre prochainement dans les colonies les plus nouvelles. Le regroupement des exploitations et l’accroissement du pourcentage des superficies cultivées annuellement révèlent l’existence d’un grave problème, posé par l’incompatibilité chaque jour plus affirmée entre la structure agraire des colonies et la technique agricole appliquée par les colons teuto-brésiliens. Loin de stabiliser la population rurale, loin de freiner les migrations internes, le régime de la petite propriété les a provoquées dans une large mesure, car il ne pouvait pas s’accommoder de la division entre cohéritiers en raison de la forte natalité comme de la longue fidélité des colons au genre de vie agricole.

B. L’émigration rurale

46Il convient d’abord de bien distinguer les migrations purement rurales, qui depuis longtemps ont affecté régulièrement les colonies allemandes, et l’exode dit rural, c’est-à-dire l’installation en ville de nouveaux habitants provenant de la campagne.

a. L’exode dit rural

  • 9 Barros, AS migrações interiores no Brasil, R.B.E., XV, 58, p. 77-84 ; sur l’exode vers les grandes (...)
  • 10 Jusqu’à la fin du xixe siècle le Rio Grande do Sul ne comptait que de petites villes : en 1900 Pôrt (...)

47R sévit déjà au Brésil9. Mais dans le Rio Grande do Sul il est relativement récent et n’a pas encore beaucoup touché les colonies. Il ne les concerne pas spécialement car il englobe des éléments de toute origine ethnique, luso-brésilienne en particulier. L’accroissement de la population urbaine n’a pas suivi le même rythme que celui de la population totale. Celle-ci avait presque décuplé entre 1822 et 1890, puis quadruplé seulement entre 1890 et 1950 ; or c’est précisément durant cette dernière période que les villes se sont développées10.

48Ce n’est pas l’apport direct de l’immigration qui a pu alimenter la croissance de la seule population urbaine : le nombre de tous les immigrants entrés depuis l’indépendance jusqu’en 1950 atteint à peine la moitié de celui des habitants de Porto Alegre à la même date ; d’ailleurs presque tous se sont installés d’abord dans les colonies rurales ; enfin c’est au moment où l’immigration ralentissait que le nombre des citadins s’est élevé le plus vite et le plus haut.

49Si la population des principales villes du Rio Grande do Sul vient de s’accroître plus que proportionnellement à celle de l’Etat, c’est qu’une grande part de leurs habitants provient de zones rurales plus ou moins proches et c’est bien d’exode dit rural qu’il s’agit. Il s’est surtout effectué vers les grandes villes, mais il s’est dirigé aussi vers des centres régionaux où l’attiraient le commerce et les manufactures, comme il a favorisé la croissance des chefs-lieux aux dépens de la campagne environnante.

501. Les premières grandes villes ont été les trois ports recevant des navires de haute. mer : Rio Grande, Pelotas et Porto Alegre.

51Rio Grande s’est développé depuis l’aménagement du grau entre la Lagoa dos Patos et l’Océan (1915). De 1888 à 1950 la population urbaine a été multipliée par 4,5. De 1920 à 1950 elle l’a été par 1,7 et la population du municipe par 1,4 seulement. Alors qu’en 1920 la population de la ville représentait 69 % de la population du municipe, elle en représente 81 % en 1950.

52Pelotas a dû sa prospérité à la préparation et à l’exportation du xarque. Sa population a augmenté de 3,6 fois en soixante ans et celle du municipe de 3,1 fois seulement. En 1890 la population urbaine était égale à 55 % de la population totale et à 61,3 % en 1950.

53Le municipe de Porto Alegre a. été amputé successivement de trop de fractions territoriales pour qu’on puisse comparer utilement la population de la ville et celle du municipe. De 1890 à 1950 la population urbaine est passée de 52.186 habitants à 381.758 (coefficient 7,3).. Encore faudrait-il lui ajouter la population de municipes ou de districts limitrophes devenus en quelques années des faubourgs industriels de la capitale : Esteio qui compte 10.781 habitants en 1950 ; Niteroi, où vivent 15.335 habitants ; Canoas, dont les 20.694 habitants représentent un accroissement de 60 % en dix ans. Un sondage effectué dans le principal groupe d’usines, les établissements « Renner », révèle que 22,8 % seulement des ouvriers inscrits en 1951 sont natifs de Porto Alegre ; comme il n’y a parmi eux que 14,5 % d’étrangers, c’est que tous les autres (62,7 %) proviennent des municipes de l’intérieur du Rio Grande ou des Etats voisins. R est vrai que certains ouvriers sont venus de petites villes où ils travaillaient déjà dans des ateliers ou des manufactures. Mais il s’agit d’un exode en deux temps, car ces mêmes petites villes se sont accrues au-delà de leurs gains naturels.

542. Dans quelques villes de l’intérieur de l’Etat c’est en effet le développement industriel qui a provoqué un récent accroissement de la population.

55Santa Maria, nœud ferroviaire du Rio Grande do Sul, compte d’importants ateliers. Sa population est en 1950 7,5 fois plus nombreuse qu’en 1900 et celle du municipe 2,8 fois seulement.

56São Leopoldo n’était avant 1914 qu’un bourg-marché drainant la production agricole des vieilles colonies allemandes. Au cours des trente dernières années sa population urbaine a plus que doublé et celle de tout le municipe augmentait seulement d’une fois et demie.

57Novo Hamburgo, centre industriel récent, a vu sa population multipliée par 5,6 entre 1913 et 1950.

58Caxias, « perle des colonies italiennes », où l’industrie s’est développée depuis la première guerre mondiale, en est au coefficient 8,6 par rapport à 1914.

593. Enfin dans toutes les régions du Rio Grande do Sul, même celles qui sont restées agricoles ou pastorales, l’augmentation de la population urbaine est plus forte que celle de la population totale des municipes considérés comme s’ils avaient conservé entre temps la même superficie :

60La population des villes a augmenté en moyenne de 1,4 à 1,7 fois plus vite que la population totale des municipes auxquels elles appartiennent. Dans certains d’entre eux l’accroissement de la population du chef-lieu a été 3 fois supérieur à celui de la population totale. Tel était l’appel de la ville sur les hommes de la campagne environnante. Bien que la région de la Campanha ait le plus gros coefficient d’exode rural, c’est celle où l’augmentation de la population urbaine a été la plus faible, faute d’activités industrielles. Inversement bien que les zones des colonies aient un coefficient d’exode rural plus faible, c’est là que l’accroissement urbain a été le plus sensible, et plus encore sur le Plateau que dans les colonies du piedmont.

61Mais l’ampleur de l’exode rural est récente : ce sont les deux guerres mondiales qui ont joué le rôle de catalyseurs, particulièrement celle de 1939-1945. Il est en effet significatif de comparer les pourcentages d’accroissement des populations urbaine et rurale entre 1940 et 1950. La population totale de l’Etat s’est accrue de 27 %, la population rurale de 20 % et la population urbaine de 52 %, soit proportionnellement 2,6 fois plus. L’accroissement de la population urbaine s’élève à 417.583 individus qui ne sauraient avoir été fournis par l’immigration, particulièrement réduite, mais par l’exode rural. La ville, toutefois, n’a absorbé que 46 % de l’excédent démographique. Le reste a grossi la population rurale, surtout celle des zones agricoles.

62Or c’est dans les anciennes colonies allemandes que l’augmentation relative de la population dite urbaine a été la plus faible pendant les dix dernières années et que l’augmentation de la population totale a été des plus basses, bien que la natalité y soit toujours supérieure à la moyenne de l’Etat : c’est que les migrations intérieures purement rurales les affectent particulièrement.

b. Caractères et ampleur des migrations rurales

63L’évaluation quantitative des migrations internes et particulièrement des migrations rurales dans le Rio Grande do Sul n’a pas été tentée. Elle est malaisée car il n’y a pour le Brésilien aucune obligation de déclarer son changement de résidence et il n’existe aucune statistique, aucune publication officielle à ce sujet. Il nous faut donc procéder à un calcul approximatif en utilisant les seules données dont nous puissions disposer, celles des annuaires de statistique démographique et celles des recensements opérés à différentes dates depuis 1872. Mais seuls ceux de 1940 et de 1950 ont distingué population urbaine et population rurale, les recensements antérieurs donnant globalement la population de chaque district administratif. Encore pour pouvoir utiliser ces statistiques faut-il tenir compte des nombreux changements apportés entre temps aux limites et à la superficie des municipes. Faute de statistiques démographiques régulières pour la seconde moitié du xixe siècle, c’est à partir de 1900 seulement que nous avons une base précise pour l’étude des migrations internes.

  • 11 11.

64En soustrayant du nombre d’habitants d’un district en 1950 celui de 1900 nous pouvons savoir de combien il s’est accru en cinquante ans. D’autre part en ajoutant au nombre de ses habitants en 1900 celui de l’excédent des naissances sur les décès pendant ces mêmes cinquante années nous obtenons le chiffre de la population que le district compterait s’il n’y avait eu ni départ ni accueil dans ses limites entre temps. La comparaison de ce nombre avec celui de la population recensée en 1950 nous donne la mesure minima de l’émigration subie ou de l’immigration reçue. Le fait que les nombres ainsi obtenus sont des minima n’enlève rien à leur signification, bien au contraire11.

651. Dans la région des vieilles colonies la perte de population active a été aussi régulière qu’importante.

66La population de São Leopoldo était passée entre 1900 et 1920 de 28.848 à 47.660 habitants. L’augmentation de fait a été de 18.848 unités pour un accroissement naturel de 11.858. Il y a donc eu dans le municipe de São Leopoldo une immigration qui s’explique par les progrès de l’industrie pendant la première guerre mondiale. De 1920 à 1940 la population recensée à São Leopoldo-Novo Hamburgo est passée de 47.660 à 52.049 habitants ; l’augmentation a été de 4.483 unités seulement, alors que l’accroissement naturel était de 17.159 ; par conséquent 12.776 personnes au moins ont quitté le municipe. De 1940 à 1950, au contraire, nous avons une augmentation de fait de 24.402 habitants et un accroissement naturel de 10.225 ; c’est que 13.977 personnes nées ailleurs sont venues s’installer sur le territoire considéré, car la seconde guerre mondiale a entraîné le développement rapide du parc industriel de ce groupe urbain.

67Il faut cependant remarquer que dans divers districts essentiellement agricoles de ces deux municipes il y a eu constamment émigration.

68Lomba Grande, dont le sol est peu fertile, avait en 1920 3.982 habitants, en 1940 3.516 et en 1950 3.950.

69Dois Irmãos, où les terres étaient riches, avait 5.875 habitants en 1900, 5.990 en 1920, mais 4.622 en 1940 ; malgré l’ouverture d’une bonne route entre temps il n’en avait que 5.472 en 1950.

70Bom Jardim, présente malgré la qualité de ses terres les mêmes fluctuations : 4.553 habitants en 1900, 7.090 en 1920, 5.402 en 1940 et 4.115 en 1950.

71Si la population de fait a diminué au cours des cinquante dernières années, c’est qu’un nombre d’individus égal à l’accroissement naturel augmenté de la différence des populations recensées à émigré des limites du district dans le laps de temps considéré. En chiffres ronds on peut dire que la moitié au moins de la population existante a émigré tous les vingt-cinq ans.

72Les municipes voisins nous révèlent le même mouvement d’émigration.

73Cai, dont la population recensée est passée de 24.967 à 43.568 habitants en cinquante ans, n’a connu qu’une augmentation de 18.601 unités alors que son accroissement naturel avait été de 42.230 individus. C’est que 23.629 personnes au moins, nées dans le municipe, en étaient parties ; autrement dit la moitié de la population de 1950 ou un habitant sur trois est parti entre temps.

74Montenegro, malgré la présence d’industries alimentaires à son chef-leu, a perdu en cinquante ans 38.173 habitants au minimum, soit les quatre cinquièmes de sa population de 1950.

75Taquara, malgré les avantages que lui assurait sa position à l’extrémité de la vallée du Rio dos Sinos, n’a tenu contre l’émigration que jusqu’en 1920. Dans les années 1940-1950 le municipe a perdu 20 % de sa population de 1950.

76Ainsi tous ces municipes nés des plus anciennes colonies allemandes ont perdu chaque année entre 2 et 3 % de leur population recensée, c’est-à-dire que dans certains d’entre eux les pertes ont été supérieures à l’accroissement naturel.

77Les municipes de la riche vallée du Taquari souffrent eux aussi de cette hémorragie permanente : Estrela avait 15.923 habitants en 1900, 25.265 en 1920, 28.817 en 1940, 30.896 en 1950 ; alors que les augmentations de fait étaient de 9.432, 3.552 et 2.079, les augmentations naturelles avaient été de 15.440, 13.350 et 6.206 unités, ce qui révèle une émigration minima de 20.023 habitants en cinquante ans, soit les deux tiers de la population de 1950. Estrela devrait avoir au minimum 50.000 habitants au lieu de 30.000.

78Lajeado, dont la population s’était maintenue jusqu’en 1920, a perdu 15.462 habitants en trente ans, soit le tiers de sa population de 1950.

79Arroio do Meio, municipe détaché du précédent, a perdu 4.064 habitants en dix ans, de 1940 à 1950, soit 20 % de sa population de 1950.

80Santa Cruz est le seul municipé qui ait connu un sort différent. Il a pourtant perdu 5.222 habitants de 1900 à 1920 et 3.849 de 1920 à 1940. Mais de 1940 à 1950 l’augmentation de fait a été de 14.995 unités alors que l’augmentation naturelle n’était que de 10.762. Sous l’influence de la seconde guerre mondiale le mouvement a été renversé et il y a eu immigration dans le municipe de Santa Cruz, ou plus exactement dans son chef-lieu.

81São Lourenço a perdu 7.729 habitants de 1900 à 1950, soit 25 % de sa population de 1950. Son coefficient d’émigration qui est le plus faible des anciennes colonies (0,5 %) représente tout de même le cinquième de son accroissement naturel.

82L’émigration sévit donc dans toutes les anciennes colonies allemandes, sauf les exceptions temporaires créées par l’industrialisation récente à São Leopoldo-Novo Hamburgo et à Santa Cruz. Si leur population de fait a augmenté d’un recensement à l’autre, en revanche elles ont perdu en trente ans de 42 % à 48,5 % de leur population de 1950, soit en moyenne 62 % des effectifs de leur accroissement naturel. Elles ne conservent que le tiers de leurs forces de renouvellement. Comme la natalité y était plus forte l’exode a dû être encore plus intense dans la seconde moitié du xixe siècle.

83De même certaines des nouvelles colonies ont déjà commencé à souffrir de l’émigration rurale.

84Jaguari, qui avait reçu entre 1890 et 1914 un gros apport de population provenant des anciennes colonies allemandes et italiennes, a perdu de 1940 à 1950 18,3 % de sa population de 1950.

85Ijui, de peuplement essentiellement germanique, a perdu de 1920 à 1950 8.838 habitants, soit 17 % de sa population de 1950. Au cours de ces dix dernières années le municipe a perdu 0,6 % par an de sa population de 1950, soit 30 % de son augmentation naturelle, c’est-à-dire que sur 3 enfants naissant à Ijui il y en a déjà un qui est destiné à émigrer hors du municipe. Bref les colonies fondées à la fin du xixe siècle sont déjà devenues des zones d’émigration.

862. Seuls les municipes issus des colonies les plus récentes constituent des centres d’appel de population.

87En 1900 existait dans le nord du Plateau le vaste municipe de Passo Fundo, recouvrant 4,8 % de la superficie de l’État. En 1950 son territoire était partagé entre les 6 municipes de Passo Fundo, Erechim, Carasinho, Getulio Vargas, Sarandi et Marcelino Ramos. La population était passée de 21.383 habitants en 1900 à 117.996 en 1920, à 317.424 en 1940 et à 388.521 en 1950 (9,2 % de la population de l’Etat). L’accroissement naturel n’est que de 169.423 nouveaux individus, alors que le dernier recensement accuse une augmentation de 367.138 unités. L’immigration a donc été de 197.715 personnes, soit 50,8 % de la population de 1950. Un habitant sur deux est venu d’ailleurs.

88Santa Rosa n’avait que 11.251 habitants en 1920 ; on en enregistrait 84.528 en 1940 et 120.734 en 1950. Ce municipe dont la superficie de 3.889 kilomètres carrés ne représente que 1,4 % de la superficie de Rio Grande do Sul abrite 2,8 % de sa population. L’augmentation de la population a été trop importante et trop rapide pour prévenir du seul accroissement végétatif, elle est due à l’installation de nouveaux habitants.

  • 12 Gorga, Aspectos demograficos, p. 11-16.

89Si nous considérons l’ensemble de la bordure septentrionale de l’Etat du Rio Grande do Sul, dernière zone conquise par l’agriculture, nous voyons que pour les municipes de Santo Angelo, São Luiz Gonzaga, Santa Rosa, Tres Passos, Palmeira, Irai, Sarandi, Erechim, Getulio Vargas et Marcelino Ramos, la population est passée de 175.312 habitants en 1920 à 722.765 en 1950 : sur 13 % de sa superficie se sont agglomérés 17 % de la population de l’Etat. C’est un peuplement anormalement rapide puisque la population a quadruplé en trente ans12. Dans cette zone vivent au moins 350.000 personnes qui s’y sont installées entre 1920 et 1950 et qui proviennent surtout des colonies du rebord de la Serra ou de la lisière méridionale du Plateau.

  • 13 Exodo de colonos, Correio do Povo, 28 février 1928 ; Santos, Exodo de colonos riograndenses : Ibide (...)

90L’opinion publique riograndense ne s’est intéressée que très récemment à la question des migrations internes 13. Elle semble d’ailleurs se contenter d’attendre une panacée miraculeuse sans demander ni traitement ni mème diagnostic sérieux. Si celui-ci n’a pas été établi c’est sans doute faute d’observation méthodique car les signes sont nets.

2. LES PHASES DE L’ESSAIMAGE

91Dans l’euphorie qu’entretenaient les progrès apparents de l’agriculture pionnière on ignorait jusqu’à l’existence de ce problème. Et pourtant les migrations des colons allemands ont commencé très tôt dans l’histoire de leurs établissements du Rio Grande do Sul.

A. Jusqu’à la fin du xixe siècle : de l’Est à l’Ouest

a. Première phase : jusqu’en 1850. — La périphérie de São Leopoldo

  • 14 Verband, Hundert Jahre, p. 70-84 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 19.

92Au cours d’une première phase le phénomène de la migration rurale est passé presque complètement inaperçu parce qu’il a été confondu avec l’expansion territoriale des colonies. Mais l’extension de São Leopoldo, par exemple, n’est pas due tellement à l’installation d’immigrants nouveaux, provenant de l’étranger, qu’à celle des I descendants des premiers colons sur de nouvelles parcelles de terre14.) Comme toutes les terres de l’ancienne Feitoria avaient été occupées par les premiers immigrants, la colonisation s’étendit sur les deux rives du Rio dos Sinos et atteignit rapidement le rebord de la Serra : par Dois Irmãos vers Herval, par Bom Jardim vers Picada Café, par São José do Hortencio vers Linha Nova et Quatorze Colonias. Le lotissement de cette zone s’était achevé pendant la guerre Farroupilha. A la reprise de l’immigration, à partir de 1844, de nouvelles picadas furent ouvertes qui reçurent au moins autant d’anciens colons que d’immigrants. A la fin de cette période les limites de la vallée du Rio dos Sinos et de ses affluents étaient atteintes. (Voir fig. 12.) Vers le Nord la picada de São José do Hortencio, dont le peuplement avait été retardé par les attaques des Indiens, était entièrement occupée dès 1845 ; Schneidertal colonisée en 1846 ; la partie supérieure de la Linha Nova occupée en 1847 par un certain nombre d’anciens colons ; la chapelle de Bohnental fondée, et 40 familles installées à Burgerberg, d’autres à Jammertal et à Wallachei, en 1849 ; à l’Ouest de Dois Irmâos la picada Herval était peuplée en majorité par les descendants des colons établis dans les plus anciennes Linhas.

93A l’Est la colonie particulière de Mundo Novo, fondée en 1850 par le luso-brésilien F.-J. Monteiro au terminus de la navigation saisonnière sur le Rio dos Sinos, fut rapidement peuplée par des membres des familles allemandes établies antérieurement à São Leopoldo.

94Vers l’Ouest on avait déjà franchi la ligne de partage des eaux et on était déjà passé dans la vallée du Cai. La picada Feliz fut ouverte en 1845, mais elle était encore presque déserte en 1847 à cause des attaques d’indiens. Elle reçut d’abord des immigrants puis d’anciens léopoldenses. De grands propriétaires luso-brésiliens commencèrent à morceler les immenses fazendas qu’ils possédaient en lisière des picadas. Sur la rive gauche du Cai, les colons s’installèrent sur les anciens domaines de Guimarães (Cai actuel), de Schmidt (Vigia), de Moraes (Escadinhas), de Tristāo (Temeraria). Toutes ces colonies, comme celles de Tabaktal, furent acquises par de jeunes ménages venus des premiers districts de São Leopoldo. Sur la rive droite, c’est-à-dire dans le secteur le plus avancé, le processus était déjà différent : c’étaient des Allemands qui achetaient des terres et les lotissaient eux-mêmes (Winter à Forromeco en 1842, Selbach à Bom Principio, Breitenhack à Bom Fim). La colonisation remonte la vallée du Forromeco. Teixeira (actuel territoire de Montenegro) est colonisé par deux habitants de São José do Hortensio, Peter Kuhn à São Bento et Peter Heck à São Salvador où le nombre des familles, presque toutes catholiques et venues de São José, passe de 80 en 1862 à 159 en 1872.

95Ainsi au cours de cette première phase apparut la colonisation particulière dont le succès s'affirma immédiatement, car elle favorisait la constitution de groupes homogènes. Elle ouvrit cependant une série de procès à cause de la spéculation sur les terres mises en valeur. Mais elle répondait à un besoin déjà profond.

  • 15 Verband, Hundert Jahre, p. 100.

96Dans les anciennes picadas tous les lots étaient déjà appropriés et si certains de leurs possesseurs les vendaient, c’était plutôt aux immigrants qui préféraient s’installer dans une habitation toute prête, sur des terres défrichées, au milieu d’une zone colonisée. Le prix des terres exploitables s’éleva rapidement, les rendant difficilement accessibles aux pères de familles nombreuses. Or c’est dès cette époque que se sont implantées chez les colons l’habitude d’acheter un lot de terre au moins pour chacun de leurs fils et du même coup celle de placer leurs économies en achats de terres vierges, coutume qui contribua à entretenir la vocation agricole mais aussi à raréfier l’argent liquide et à réduire les autres formes d’investissement15.

  • 16 Kalkmann, Relatorio, 1846, RJ.C., 1943,2, p. 241; Petry, Historia da colonização, p. 12.

97Comme les terres disponibles manquaient dans la colonie où le père s’était installé vingt ou trente ans plus tôt, force lui était donc d’acheter le lot ou les lots nécessaires là où il y en avait en vente à un prix abordable, c’est-à-dire dans une zone nouvellement ouverte à la colonisation. Les enfants du colon devaient donc émigrer. Mais au cours de cette période l’émigration s’est faite dans un rayon très limité, à la lisière des terres déjà appropriées, à quelques dizaines de kilomètres de São Leopoldo d’où la colonisation s’était étendue jusque-là en tache d’huile16.

b. Deuxième phase : entre 1850 et 1890. La marche vers l’Ouest

  • 17 Arquivo Publico, Livro 54, Correspondencia do director da colonia, p. 19 et sq. (novembre 1865, fév (...)

98Le rayonnement de São Leopoldo rendit bientôt nécessaire la fondation de nouvelles colonies. (Voir fig. 11, 12 et 35.) La colonie provinciale de Nova Petropolis fondée en 1858 reçut de nombreuses demandes de concession de terres émanant de fils de colons, jeunes gens nés à São Leopoldo et désireux d’obtenir un lot « pour pouvoir se marier »17.

  • 18 Ludwig, Viagens, II, p. 155-167.

99Ce même désir portait d’autres descendants des premiers occupants de São Leopoldo vers l’Ouest, vers les colonies fondées dans les vallées des derniers affluents du Cai, dans la vallée du Taquari et à Santa Cruz. Les familles qui s’installent entre 1860 et 1870 dans la haute vallée du Cai, par exemple à Marata, à Brochier et dans d’autres districts de Montenegro sont composées d’anciens Leopoldenses18.

  • 19 Porto, O Trabalho, p. 167 ; Menezes, O Municipio de Santa Cruz, chapitre II.

100Santa Cruz, colonie provinciale, reçoit beaucoup d’immigrants nouveaux, mais aussi quantité de descendants de colons de São Leopoldo19. Certains y font souche comme Werlang, possesseur du lot no 1, fils des premiers immigrants arrivés en 1824.

  • 20 Verband, Hundert Jahre, p. 110-116 ; Estrela, Album Commemorativo.

101C’est surtout dans la vallée du Taquari qu’aboutit le mouvement migratoire venu des anciennes colonies. Deux colonies particulières sont créées par des propriétaires brésiliens, le major V. M. Bareto sur la rive gauche à Estrela en 1853 et A. Fialho sur la rive droite à Conventos (Lajeado) en 185420. Les premières familles viennent de Dois Irmâos (Mallmann) ou de Feliz (Ruschel, qui installe la première maison de commerce dans les propres bâtiments de V. M. Bareto).

102Les colonies se multiplient à partir de 1854 : São Caetano, achetée à Custodio par la famille Gerhardt, São Gabriel, Mariante et celles qui sont fondées sur les rives du Taquari par des familles venues des anciennes picadas de São Leopoldo (Brentano, Spielmann, Ruschel, Altenhofer, etc.).

  • 21 Pellanda, A Colonizaçâo, p. 115.
  • 22 Ludwig, Viagens, I, p. 10-11.

103Sur la rive gauche du rio Taquari, à une plus grande distance du fleuve, la colonie de Teutonia fut fondée en 1858 par une société de commerçants allemands de Porto Alegre, Schilling, Delarue, Beck et Cie 21. Ils ouvrirent 13 picadas à 443 colons. La colonie était dirigée par K. Arnt, venu de Dois Irmâos en 1868 ; il y mourut en 1912 à l’âge de 89 ans, après avoir joué un rôle essentiel dans l’organisation administrative et économique de22. Les promoteurs facilitèrent le peuplement aux éléments issus de Dois Irmâos qui formèrent la moitié de la population, l’autre moitié étant formée d’immigrants westphaliens.

104Dans l’hinterland de la rive droite la colonie de Santa Emilia dirigée par C. Trein s’étendit rapidement ainsi que la colonie particulière d’Ubatuba qui jouxta la colonie officielle de Santa Cruz-Monte Alverne.

  • 23 Grimm, Heimatskunde, p. 167 ; Canstatt, Brasilien, p. 436 ; Ave Lallemant, Reise, p. 52 ; R.I.C., 1 (...)
  • 24 Tschudi, Reisen, p. 54 ; Correio do Sul, 18 novembre 1857 ; Belem, Historia do municipio de Santa M (...)

105On retrouvait des descendants des premiers colons de São Leopoldo dans nombre d’autres colonies particulières ou officielles de l’Ouest : Rincno del Rey a été peuplé à partir de 1850 par des familles issues de São Leopoldo, de même Rio Pardinho fondé en 1853. Il y en avait un grand nombre à Santo Angelo de Cachoeira et à Silveira Martirts, avec d’anciens soldats allemands 23. Enfin Santa Maria da Boca do Monte a été constituée entièrement par des Allemands issus de São Leopoldo 24.

  • 25 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129.

106Ainsi tout le rebord de la Serra est-il constellé de points occupés entre 1850 et 1870 par des agriculteurs pionniers. En 1870 Mulhall relève 43 colonies « filles de São Leopoldo »25.

  • 26 Ave Lallemant, Reise, p. 175 ; Gerstaecker, 18 Monate, p. 104 ; Tschudi, Reise, p. 34.

107Cet essaimage avait déjà été signalé par Avé-Lallemant (1859), par Gerstaecker (1863) et par Tschudi (1866) qui estimait qu’il avait affecté de 16 à 18.000 personnes, nombre considérable par rapport à celui des immigrants26, et qui en révélait une des raisons : une colonie de 150.000 brasses carrées valait 300 milreis à Santa Maria, 400 milreis à Forqueta (Taquari) et à São Leopoldo une demi-colonie de 1.000 à 1.400 milreis. La « faim de terre » s’est accrue bien que dans toutes les anciennes colonies les propriétés aient été divisées en deux et souvent en quatre, car la natalité était toujours très élevée : même après saturation des propriétés existantes, il restait encore de deux à quatre fois plus d’enfants à établir qu’à la période précédente. Aussi la recherche des terres libres était-elle devenue impérieuse. Le rayon des migrations s’est accru, atteignant et dépassant souvent la centaine de kilomètres. Le souci qu’avait le père de famille de doter chacun de ses enfants d’un lot de terre eut pour conséquence d’étirer les liens familiaux.

108Pendant trente ans le mouvement d’émigration continua de São Leopoldo, puis il se reproduisit suivant le même processus à partir des colonies du Taquari vers les vallées de ses affluents, comme à partir de Santa Cruz vers Silveira Martins et Santa Maria. Grâce à tous ces noyaux de peuplement une chaîne de colonies nouvelles s’allongea de Taquara jusqu’à Santa Maria entre les terrasses du fleuve et la cote 300. (Voir fig. 12.) Leur développement a été d’autant plus rapide que leurs habitants étaient adaptés au défrichement de la forêt et à l’agriculture sur brûlis.

109Mais une fois terminée l’occupation des terres boisées jusqu’au rebord supérieur du Plateau, entre le Rio dos Sinos et le Jacui moyen, se posa le problème de l’installation des descendants de ces colons qui s’ajoutaient en surnombre à ceux des anciennes picadas de São Leopoldo. Ainsi commença en 1890 une nouvelle phase de migrations rurales, de plus grande ampleur cette fois. (Voir fig. 35.)

B. Depuis la fin du xixe siècle : vers le Nord

a. Troisième phase : à partir de 1890. Le bond sur le plateau

110Les nouvelles colonies reçurent plus de descendants d’anciens colons que d’immigrants : dès l’avènement de la République le gouvernement du Rio Grande do Sul, peu favorable à la grande immigration, désirait plutôt éponger l’excédent de la population coloniale déjà existante ; les Associations rurales qui se fondèrent alors eurent le même but ; seules quelques entreprises privées comme celle d’H. Meyer cherchèrent à introduire des immigrants et encore finirent-elles par peupler leurs établissements surtout avec des fils de colons. C’est donc par leur essaimage que les colons allemands apportèrent la plus grande contribution à la mise en valeur des zones du Plateau que les Luso-Brésiliens avaient laissées désertes.

  • 27 Communication de l’Inspection régionale de la Statistique municipale, Porto Alegre.

1111. Nous pourrions demander d’abord à la statistique électorale une première confirmation du rôle des migrations internes dans les peuplements des nouvelles colonies. Il nous suffira de comparer, à titre d’exemple, le municipe de naissance des conseillers municipaux élus en 1947 dans diverses colonies27 : alors que les anciennes élisent surtout des « enfants du pays », les nouvelles en sont bien empêchées car leurs conseillers — comme leurs électeurs — sont originaires d’autres municipes.

Anciennes colonies

Anciennes colonies

Nouvelles colonies

Nouvelles colonies

112Dans les anciennes colonies neuf sur dix des conseillers sont d’origine locale : c’est seulement dans les municipes [les plus récents qu’on trouve quelques conseillers originaires d’une autre colonie un peu plus ancienne, ce qui témoigne du premier courant de migration ; ceux qui proviennent des municipes limitrophes ne sont guère plus nombreux ; plus des trois quarts des conseillers sont nés dans le municipe même qu’ils représentent.

113Dans les nouvelles colonies ils n’en constituent qu’un cinquième dont la plupart se trouve dans les municipes issus des colonies fondées avant 1914. C’est de là que proviennent les conseillers indiqués comme nés dans les municipes limitrophes (un sur dix) et siégeant à Santa Rosa ou à Tres Passos par exemple. Mais trois sur cinq sont nés dans les anciennes colonies.

114Si l’on admet que le corps électoral est composé à l’image de sa représentation locale, c’est donc qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale 60 % des habitants des nouvelles colonies provenaient des anciennes.

  • 28 Festkommission von Serro Azul, Festschrift zum 25 jaehrigen Bestehen der Bauemvereinskolonie Serro (...)
  • 29 Evangelische Gemeinde, Beitrag ZUT Geschichte der evangelische Gemeinde zu General Osorio, 1926, 24 (...)

1152. La « ressemblance » de cette sorte d’instantané nous semble confirmée par sa comparaison avec quelques autres, un peu plus anciens, que nous pouvons extraire de monographies sur des colonies ou des communautés confessionnelles. Par exèmple c’est celle de General Osorio, fondée en 1900, sur laquelle nous reviendrons bientôt ; c’est celle de Cerro Azul, fondée en 1902 dans le municipe de S. Luiz Gonzaga par le Riograndenser Bauemverein pour recevoir les descendants de colons en surnombre sur le piedmont en leur assurant l’obtention de terres libres et en les conservant groupés suivant leur origine ethnique et leur religion. Les statistiques publiées pour son 25e anniversaire nous donnent donc une image de son peuplement et de l’origine de ses habitants28. Cerro Azul est, comme on pouvait s’y attendre, essentiellement catholique (91 % de ses 1.260 familles) et germanique (80 %). Les chiffres que nous possédons sur General Osorio s’appliquent au contraire à la communauté évangélique (500 familles)29.

Origine des chefs de familles

Cerro Azul (1927)

General Osorio (1926)

 %

%

Allemagne

8

0,7

Anciennes colonies allemandes

87

91,8

Anciennes colonies italiennes

5

3,3

Colonies du Haut Jacui

4,2

116Il y a de légères différences entre les deux groupes : D’une part l’un n’a pas reçu d’immigrants, l’autre en avait reçu assez pour constituer un douzième de la population. D’autre part, et c’est là un fait que leur diversité de confession explique mieux, on trouvait moins de colons originaires de la région italienne parmi les protestants que parmi les catholiques.

117Mais les deux communautés étaient constituées essentiellement par des descendants de colons venus des anciennes colonies — pratiquement des seules colonies allemandes : São Leopoldo, Cai, Montenegro, Lajeado, Estrela, Venancio Aires et Santa Cruz ont fourni 83 % du peuplement de Cerro Azul ; ce sont les mêmes qui ont alimenté l’essaimage vers General Osorio. Neuf habitants sur dix de ces deux colonies provenaient donc du rebord de la Serra, qu’ils avaient quitté entre 1900 et 1925 pour s’installer dans le Nord du Rio Grande.

118Il est vrai qu’il s’agissait d’établissements spécialement destinés à les accueillir, aussi leur pourcentage y est-il un peu plus élevé que dans la moyenne des nouvelles colonies. Mais ce ne sont pas les seuls exemples de l’importance des migrations internes dans le monde rural teuto-brésilien, qui sera soulignée par l’histoire des municipes septentrionaux. Nous pouvons en effet recourir soit à leurs archives soit à leurs registres d’état civil et y puiser les éléments d’une étude chronologique des migrations qui ont concouru à leur peuplement.

  • 30 Aussi avons-nous puisé largement dans ces registres, dépouillant plus de 10.000 actes de mariages d (...)

1193. Une source, et des plus riches, est le registre des mariages tenu dans un district par l’officier de l’état civil. Nous y trouvons des données sur la nationalité, le lieu de naissance, la résidence et la profession des conjoints et de leurs parents, c’est-à-dire des informations très précieuses sur les mouvements de la population comme sur sa composition à une époque donnée dans la zone considérée30.

  • 31 Nous avons étudié à Ijui 445 mariages. Sur l’étude des mariages voir Willems, Assimilação, p, 208-2 (...)

120Les registres des mariages célébrés dans le premier district d’ljui ne précisent pas la localité où les conjoints sont nés et indiquent seulement « né dans le Rio Grande do Sul » ou dans tel Etat brésilien ou dans tel pays étranger. Ils nous fournissent cependant des indications non négligeables sur l’évolution du rôle de l’immigration étrangère et des migrations internes dans le peuplement de la colonie31.

121Les conjoints nés à l’étranger (Allemagne et Autriche principalement) représentaient 52 % du total en 1900, 6,1 % en 1921 et 1 % seulement en 1949. L’immigration qui avait assuré environ la moitié du peuplement initial d’Ijui n’a plus joué qu’un rôle accessoire depuis la première guerre mondiale et nul depuis la seconde. Ainsi se trouve établie l’importance du rôle des migrations internes, plus durables et plus régulières.

  • 32 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1890-1912. Les anciens colons proviennent surtout de Sã (...)

122La concordance entre les statistiques du service de la colonisation32 et les résultats obtenus par le dépouillement des registres de l’état civil permet de considérer comme fidèle l’image qu’fis nous donnent des groupes ruraux correspondants. Dans la période 1890-1900 se sont installés à Ijui 3.500 colons provenant des anciennes colonies allemandes. Ils représentaient 46 % du total (7.600 en 1900) et les immigrants 54 %. En 1906, sur 10.500 habitants, 5.250 provenaient de l’étranger : la moitié exactement de la population avait été fournie par les migrations internes. En 1907-1908 fi y a eu 1.500 nouveaux venus dans la colonie, dont 786 immigrants et 714 migrants internes, soit respectivement 53 et 47 % du total. A partir de 1908 les rapports du directeur signalèrent une recrudescence des migrations provenant des anciennes colonies, ce qui l’obligea à accélérer la démarcation des lots, à en réserver une part croissante aux anciens colons, puis à en suspendre la vente. Dès 1912 fi n’y avait plus de terres disponibles. Quant à l’immigration en provenance de l’étranger, elle avait pratiquement cessé.

123Ijui a bien été une zone d’accueil pour les colons excédentaires sur le rebord de la Serra et c’est bien à l’essaimage des pionniers que cette colonie a dû, en grande partie, la rapidité de son développement. Certains d’entre eux ou de leurs descendants en ont d’ailleurs conservé une sorte d’instinct migratoire et sont déjà repartis depuis une trentaine d’années vers d’autres zones pionnières.

  • 33 Origine des conjoints à Panambi (Communauté évangélique).
  • 34 Origine des conjoints à Panambi (État civil).

124L’ancienne colonie particulière de Neu Wurttemberg fondée en 1902 dans le municipe de Cruz Alta et constituant aujourd’hui celui de Panambi est un exemple remarquable d’homogénéité dans le peuplement, qui fut essentiellement germanique et en grande majorité protestant. Aussi avons-nous consulté les archives de l’Église évangélique33 avant de recourir à celles de l’état civil34.

125Les registres de la Communauté cultuelle nous donnent les renseignements suivants : entre 1903 et 1907,53 % des conjoints sont nés en Allemagne et 47 % dans les anciennes colonies, en particulier Teutonia, Cai et Montenegro ; pour les mariages célébrés entre 1910 et 1935, 16 % des conjoints sont nés en Allemagne, 16,6 % à Panambi et 67,8 % dans les anciennes colonies allemandes (28 % à Estrela-Teutonia, 14,7 % à Santa Cruz, le reste à Lajeado, Cai, Montenegro, etc.) ; en 1948 2 % des conjoints sont nés en Allemagne et 7,7 % seulement dans les anciennes colonies allemandes, mais 63 % à Panambi.

126Sur les registres de l’état civil, de même, les conjoints originaires de l’étranger ont été de moins en moins nombreux depuis 1914 : dans l’entre-deux guerres il n’y en eut qu’un sur onze, après 1939 pas même un sur vingt. La proportion des conjoints originaires des anciennes colonies qui dépassait les deux tiers en 1917 était encore supérieure à la moitié en 1928 : mais elle est tombée à un huitième en 1949. Entre-temps celle du contingent local passait du quart aux deux tiers, fraction que représentaient les anciennes colonies en 1917. La concordance est si étroite entre les deux séries de chiffres que nous pouvons les rapprocher :

127De grandes transformations se sont donc opérées dans le peuplement de cette nouvelle colonie : l’immigration allemande qui a joué un rôle prépondérant pendant les toutes premières années ne. figure plus maintenant que pour mémoire, tandis que les jeunes gens nés sur place ou dans le voisinage immédiat constituent l’énorme majorité de la population car ils fournissent les deux tiers des conjoints. Entre temps les migrations internes se sont taries ou ont changé d’origine, puisque les colonies du Plateau fournissent à Panambi deux ou trois fois plus de chefs de familles que celles du Piedmont. C’est pourtant entre ces deux termes que s’est inscrite l’histoire de l’essaimage des anciens colons dont la contribution a été capitale. Pendant une trentaine d’années les anciennes colonies ont fourni de la moitié aux deux, tiers des nouveaux habitants, de la colonie ; Neu Wurttemberg aurait aussi bien pu s’appeler « Nova Teutonia », car l’ancienne colonie de ce nom a donné à elle seule presque le tiers de leur contingent de 1905 à 1935. Non seulement Neu Wurttemberg a servi d’exutoire aux anciennes colonies, mais son développement a été facilité par l’homogénéité et par l’expérience pionnière de la plupart de ses fondateurs. D’autre part, bien que le premier conjoint né à Panambi (évidemment une jeune fille) s’y soit marié en 1917, c’est en 1927 seulement que leur nombre atteint 25 % du total. Jusque-là les migrations ont joué le rôle essentiel. Jusque-là aussi c’étaient les jeunes filles qui représentaient la majorité du contingent local. Elles épousaient donc des jeunes gens originaires d’ailleurs (c’est-à-dire des anciennes colonies), venus souvent pour se marier et s’installer auprès de parents ou d’anciens voisins, car les liens personnels se multipliaient entre les diverses zones de colonisation. Aujourd’hui les terres de Panambi, toutes appropriées, suffisent à peine à l’établissement des fils des premiers colons, même au prix d’une division déjà fort avancée. Demain leurs petits-fils réentendront sans doute la même vocation pionnière.

  • 35 Verband, Hundert Jahre, p. 121. La colonie fut fondée par le « Coronel » Alberto Schmitt (cf. Ludwi (...)

128Não Me Toque fut en son temps le chef-lieu de la colonisation du Haut Jacui par des entreprises privées que dirigeaient des Teuto-Riograndenses35. Ses habitants sont donc presque tous d’origine germanique. Mais l’immigration venue d’Allemagne n’a joué de rôle que pendant les premières années, c’est-à-dire entre 1900 et 1914 ; l’autre moitié de ses fondateurs provenaient alors des anciennes colonies. Celles-ci fournirent les deux tiers des nouveaux habitants entre les deux guerres, jusqu’à ce que la croissance de la population locale vînt ralentir leurs migrations — comme l’indique le tableau suivant qui permet de comparer trois générations matrimoniales :

Origine des conjoints

1909

1929

1949

%

%

 %

Allemagne

51

5,2

0,5

Anciennes colonies

49

62,7

14,1

Plateau

0

7,7

15

Não Me Toque et districts limitrophes

0

24,4

70,4

129L’essaimage des pionniers s’inscrit sous la forme d’une courbe parabolique dont le maximum a été atteint entre les deux guerres mondiales. C’était alors'de Cai, Montenegro, Estrela et Lajeado que provenaient la plupart des nouveaux chefs de familles ; il en vient encore quelques-uns, mais qui ne représentent plus que le quart de leur contingent à la génération précédente ; ceux qui proviennent des premières colonies du Plateau sont maintenant aussi nombreux. Ces deux courants ne se sont joints que pour s’arrêter à la veille de la seconde guerre mondiale, au lendemain de laquelle non seulement le contingent régional fournit plus des neuf dixièmes des conjoints mais le district est lui-même devenu zone d’émigration.

130Les migrations venues des anciennes colonies ont encore joué un rôle très important dans le peuplement des colonies septentrionales, celles qui sont les plus récentes du Rio Grande do Sul.

  • 36 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas :

131Erechim, fondée en 1908 et érigée en municipe dès 1918,'a été peuplée de la manière suivante36 :

Origine des conjoints

1919

1939

1949

 %

 %

%

Etranger

44

14,4

3,3

Vieilles colonies allemandes

22,6

8,0

3,1

Vieilles colonies italiennes

14,1

31,1

12,7

Colonies du Plateau

6,8

13,3

20,2

Zone d’élevage environnante

12,5

7,1

6,0

Erechim

26,1

54,7

132L’immigration venue de l’étranger qui avait fourni plus de la moitié du peuplement à l’origine de la colonie (56 % en 1913, 55 % en 1915) a diminué rapidement et elle ne joue aucun rôle actuellement.

133Les migrations intérieures ont été longtemps les plus importantes sources du peuplement. Leur contribution était de 56 % en 1919, de 59,5 % en 1939 de 42 % en 1949. Elles ont commencé à ralentir. Alors que les vieilles colonies italiennes fournissent encore en 1949 presque la même quote-part qu’en 1919, après avoir atteint un maximum en 1939, les vieilles colonies allemandes ont envoyé proportionnellement sept fois moins de migrants internes en 1949 qu’en 1919.

134Ce sont les colonies fondées sur le Plateau entre 1890 et 1905 qui ont fourni un contingent relativement important depuis 1939. C’est là que se recrutent la plupart des pionniers d’origine germanique.

135Enfin les conjoints nés dans le district représentaient en 1939 plus du quart du total et en 1949 plus de la moitié. Cela traduit une forte natalité et montre qu’Erechim tend déjà à évoluer comme Ijui et les colonies du Haut Jacui : il n’y a plus guère de place 18 pour les nouveaux venus, bientôt il sera difficile aux propres descendants des colons locaux de s’établir dans leur zone d’origine.

136A Santa Rosa l’histoire du peuplement révèle une sorte d’accélération. C’est un des plus récents établissements du Rio Grande do Sul, aussi nos renseignements y ont-ils été puisés non seulement dans les registres d’état civil mais dans les titres de concession des lots.

  • 37 Inspetoria das Terras e da Colonização, Santa Rosa. Talons 1 à 10 (1940). 471 chefs de familles. Pr (...)

137En 1940, c’est-à-dire en pleine période d’expansion pionnière de la colonie, les bénéficiaires des lots concédés avaient les origines suivantes :37.

Lieu de naissance du chef de famille

Pourcentages

 %

Etranger

5.9

Anciennes colonies allemandes

33,5

Anciennes colonies italiennes

3,1

Premières colonies du Plateau (Ijui, etc.).

46,3

Zone luso-brésilienne du plateau

7,2

Santa Rosa

2,9

Porto Alegre

1,1

138Ainsi les migrations internes ont-elles fourni un pourcentage prépondérant et ont elles eu comme origine les colonies germaniques qui représentaient près des quatre cinquièmes de l’apport total.

  • 38 Registro do Estado Civil, Santa Rosa I ;

139Ces chiffres prennent toute leur signification lorsqu’on les compare aux données de l’état civil, empruntées à deux années séparées par une génération matrimoniale38.

Origine des conjoints

1929

1949

Etranger

 %

 %

Vieilles colonies allemandes

19

3,5

Vieilles colonies italiennes

30,5

9,3

Premières colonies du Plateau

19,0

2,0

Zone duso-brésilienne

7,0

30,2

Santa Rosa

8,5

1,0

Santa Rosa

16,0

54,0

140A cause de la suppression de la colonisation officielle en 1914 l’immigration en provenance de l’étranger n’a jamais eu la même importance que dans les colonies antérieures et son rôle s’est rapidement effacé.

141Par contre les migrations internes ont joué un rôle essentiel dès les origines de la colonie, fournissant entre la moitié et les deux tiers du peuplement. Elles se sont produites d’abord des anciennes colonies seules (49,9 % en 1929), puis de celles-ci et des premières colonies du Plateau (respectivement 11,3 et 30,2 % en 1949). C’est surtout du Haut Jacui et d’Ijui que proviennent ces nouveaux habitants.

142L’apport total des migrations intérieures tend d’ailleurs à diminuer en raison du dynamisme démographique local. En une génération le nombre des conjoints nés sur place a plus que triplé et il dépasse déjà la moitié du contingent. Santa Rosa est en train de peupler avec l’excédent de sa propre population les dernières terres libres bordant l’Uruguay, à 150 kilomètres du chef-lieu du municipe qui avait été ouvert à la colonisation seulement à la fin de la première guerre mondiale.

  • 39 Bernardes, A Colonização do municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 390.

143Avec Santa Rosa, Tres Passos et les colonies du Haut Urugay disparaît sous nos yeux la dernière frange pionnière de l’État, faute de forêts à défricher : les migrations pionnières seront bientôt terminées dans le Rio Grande do Sul39.

144La rapidité du développement économique de la région septentrionale du Rio Grande do Sul s’explique en grande partie par la régularité et l’importance des migrations internes qui venaient des anciennes colonies et qui s’effectuaient couramment sur 300 à 400 kilomètres. Il était devenu nécessaire de chercher des terres vierges jusque dans la zone la plus reculée du Rio Grande, car les zones forestières du Haut Jacui et de la région d’Ijui étaient entièrement occupées par des colons dont les descendants commençaient même à éprouver des difficultés à s’installer auprès de leurs parents. C’est de ces colonies datant de la fin du xixe siècle que sont déjà issus beaucoup d’habitants de la dernière zone pionnière du Rio Grande. Et chaque année continue à s’accroître le nombre des habitants excédentaires, d’autant que les terres donnant des signes de fatigue les rendements diminuent déjà.

145Une nouvelle émigration part maintenant des colonies fondées entre 1890 et 1914 et, rejoignant le courant plus ancien des descendants des colons du rebord de la Serra qui ne peuvent plus trouver de terres libres sur le Plateau septentrional, draine les agriculteurs riograndenses en surnombre vers d’autres unités de la Fédération, voire même dans d’autres pays. (Voir fig. 35.)

Fig. 35. — Phases et directions des migrations rurales
Au cours d’une première phase (1) les migrations se sont effectuées à partir de São Leopoldo vers l’Est et surtout vers l’Ouest jusqu’au coude du Jacui. Au cours d’une seconde phase (2) elles se sont effectuées du Piedmont vers le Plateau (Haut Jacui, Ijui, Haut Uruguay). Au cours d’une dernière phase (3) elles s’effectuent et du Piedmont (Anciennes Colonies) et du Plateau (Nouvelles Colonies) vers les États de Santa Catarina, du Paraná et même du Mato Grosso.

b. Quatrième phase depuis 1914. Hors du Rio Grande do Sul

  • 40 Relatorio do Presidente, 1864, p. 83 ; Deutsche Zeitung, 23 septembre 1863, 17 février 1864, 14 avr (...)
  • 41 Ludwig, Viagens, I, p. 105-106 ; Daudt, Memorias, p. 190 ; Beck, Nova Querencia, Cronica das emigra (...)
  • 42 Willems, A Aculturação, p. 113 ; Wilhelmy, Siedlung im Südamerikanischen Urwald ; Deutsche Siedlung (...)

146Au xixe siècle déjà certains colons allemands ont quitté le Rio Grande do Sul mais ce fut un mouvement tout à fait sporadique. Quelques-uns de ceux qui s’étaient installés à São Leopoldo au début de la colonisation sont partis vers l'Argentine. En 1864 le rapport du Président de la Province signalait un mouvement semblable, qui fut d’ailleurs tout à fait momentané puisqu’il était lié au malaise régnant à cette époque dans les vieilles colonies allemandes au sujet de la légitimation des propriétés40. Une autre crise, politique cette fois, la Révolution de 1893-1895, déclencha une émigration qui se porta jusqu’au Mato Grosso41. Le calme revenu, les colons préférèrent s’établir dans le Rio Grande do Sul ou à proximité. C’est ainsi que la province argentine des Missiones présente un type de « colonisation brésilienne » (culture sur brûlis, houe, maïs) introduit par des agriculteurs d’origine germanique qui avaient abandonné les colonies bordant l’Uruguay42. Ce mouvement centrifuge a été contemporain de la grande expansion agricole sur le Plateau au début du xxe siècle, c’est dire qu’il s’agissait d’un phénomène accessoire.

  • 43 Relatorio da Secretaria dos Obras Publions, 1918, p. 277 ; Verband, Hundert Jahre, p. 123 ; Correio (...)

1471. L’émigration régulière des descendants de colons hors du Rio Grande do Sul n’a commencé, en effet, que pendant la première guerre mondiale et elle s’est dirigée surtout vers les Etats brésiliens les plus voisins, le Santa Catarina d’abord puis le Paraná43. Elle s’est développée rapidement et n’a jamais cessé de s’accroître : après avoir entraîné surtout des descendants d’Italiens, elle englobe maintenant des descendants d’Allemands.

  • 44 Middeldorf, Porto Novo, Siedlung fur deutschsprechende Katholiken, p. 6-7.
  • 45 Oeste Catarinense, p. 153-331.
  • 46 Correio do Povo, 6 mai 1952.

148Porto Novo a été fondé dans le Santa Catarina par le Katholische Verein du Rio Grande do Sul et peuplé de Riograndénses44. Il en a été de même pour la colonie de São Miguel et pour celle de Bom Retiro sur le Rio Peixe. On retrouve dans tout l’Ouest du Santa Catarina une très forte proportion de Teuto-Brésiliens venus du Rio Grande do Sul entre les deux guerres et installés dans une foule de colonies particulières ou officielles (fondées par l’Assemblée du Santa Catarina)45. Rio Bonito a reçu des colons venus surtout de Caxias à partir de 1918, Joaçaba et Capinzal ceux qui venaient d’Erechim, de Getulio Vargas, de Lagoa Vermelha, Piratuba ceux, qui venaient du'municipe de Passo Pundo, d’où les Teuto-Brésiliens ont apporté l’institution du Kerb. Concordia à partir de 1922, Xapeco, Porto Feliz de Mondai à partir de 1921 se sont peuplés de Riograndenses. Cette dernière colonie, « bien que située dans l’Etat de Santa Catarina, appartient économiquement et géographiquement à celui du Rio Grande do Sul, puisque c’est vers celui-ci que converge toute sa vie commercialé »46.

  • 47 Idem, 6 novembre 1951.
  • 48 Der Marsch nach West-Paraná, Brasil Post, n° 333, 13 avril 1957 ; Cavalcanti Bernabdes, O Problema (...)

149Depuis 1940 le flot de l’émigration riograndense se dirige vers le Paranâ, que l’on qualifie de « Nouveau Chanaan »47 à cause de ses terres à café. Sur le troisième plateau du Paraná, à côté d’anciennes colonies comme celle de Cruz Machado (União da Vitoria) six noyaux se sont développés dans l’ancienne colonie de Xopin, quatre à Santa Barbara (Palmas). Un afflux quotidien porte les colons vers Pato Branco, sur la rive gauche du Xopin. Enfin Toledo, Maringa, Icara depuis 1945 ou 1947, Cidade Medianeira, près de Foz do Iguaçu depuis 1954 reçoivent de nombreux colons riograndenses. Certains municipes, comme Clevelandia sont peuplés en majorité de Riograndenses partis du centre du Plateau : ils y cultivent le caféier, mais aussi le maïs, ou le haricot noir et ils y élèvent des porcs comme fis le faisaient dans le Rio Grande do Sul48.

  • 49 P. ex. Petrovina (Brasil Post, 297) Gleba Arinos (Idem, n° 280), etc.

150Enfin c’est maintenant vers l’Etat du Mato Grosso, dont on leur vante le climat et la fertilité, que ne dirigent certains Riograndenses d’origine allemande attirés par des. sociétés de colonisation qui leur offrent par exemple des lots de 10 alqueires paulistes (24 hectares) plantés de 5.000 caféiers. Et certaines entreprises teutoriograndenses, qui d’ailleurs ont des intérêts dans ces sociétés, assurent déjà le transport direct par la route des colons qui désirent s’installer dans le Mato Grosso49.

1512. Nous pouvons retracer l’itinéraire des émigrants riograndenses pendant toute la période qui va de 1915 à nos jours.

  • 50 Album Comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana no Rio Grande do Sul, p. 495-509.
  • 51 Prunes, Migrações internas, Cours dactylographié (Faculdade de Filosofia da Universidade do Rio. Gr (...)
  • 52 Verband, Hundert Jahre, p. 125 ; Correio do Povo, 31 juillet 1952.

152Si les anciennes colonies italiennes ont subi une émigration nombreuses et spectaculaire50, les municipes nés des anciennes colonies allemandes ont continué à être affectés par une émigration régulière 51. Si à São Leopoldo, Novo Hamburgo, Cai et Santa Cruz les migrations internes portent maintenant les descendants de colons vers les chefs-lieux et vers Porto Alegre, tous les autres municipes teuto-brésiliens ont continué à connaître des migrations essentiellement rurales. Taquara, où les propriétés sont subdivisées et où il n’y a plus de terres libres, perd chaque année plusieurs dizaines de familles qui émigrent vers le Santa Catarina et le Paranâ. De Taquari, Estrela, Lajeado, etc., les habitants en surnombre émigraient en 1940 encore vers Santa Rosa et Tres Passos, mais déjà et presque exclusivement ensuite vers le Santa Catarina, en particulier vers la colonie de Xapeco. Santa Cruz a souffert d’une émigration régulière vers le Nord du Rio Grande et vers le Santa Catarina avant qu’elle ne soit arrêtée par l’industrialisation. La population de Candelaria et de Sobradinho, les plus récentes colonies du rebord de la Serra, a émigré vers Santa Rosa, le Haut Uruguay et surtout vers le Santa Catarina ou le Paranâ. Ainsi l’émigration qui part, des anciennes colonies, après s’être dirigée vers le Nord du Rio Grande, est-elle maintenant orientée presque exclusivement vers l’extérieur de l’Etat. On a appelé ce phénomène « la fièvre du Paranâ »52.

  • 53 Liste des électeurs nés à Nâo Me Toque, installés ailleurs et ayant demandé un extrait d’acte de na (...)

153Dans les nouvelles colonies, où l’industrialisation est embryonnaire en raison du manque d’énergie et de l’éloignement des ports, où l’agriculture est pourtant récente, l’émigration a commencé à sévir depuis une génération. D’Ijui, où la propriété est déjà très divisée et où les rendements baissent, l’excédent de population émigre vers Santa Rosa, vers Tres Passos et surtout vers le Santa Catarina ou le Paranâ. Nâo Me Toque a perdu en 1945 698 personnes ce qui correspond à son accroissement végétatif. Parmi celles qui sont restées fidèles à l’agriculture, 130 se sont dirigées vers le Nord de l’Etat et 231 vers le Santa Catarina : les deux tiers de ces agriculteurs sont sortis du Rio Grande do Sul53. Erechim et Getulio Vargas en sont à la fin de la phase d’expansion territoriale, vers Marcelino Ramos et la frontière. Ses limites atteintes, la colonie surpeuplée perdra l’excédent de sa population. Santa Rosa s’est étendue jusqu’à l’Uruguay et Tres Passos dans la phase de son expansion territoriale ; mais il y a déjà émigration vers le Santa Catarina. En raison de sa proximité y émigrent aussi des habitants de Sarandi où les terres de culture valent cinq fois plus cher que les terres d’élevage.

  • 54 Rambo, Cerro Largo, Brasil Post, n° 120 (14 mars 1953).
  • 55 Jornal do Dia, 15 mars 1951.

154Deux faits nous semblent illustrer le phénomène de la migration rurale hors du Rio Grande do Sul. La colonie confessionnelle de Cerro Largo vient de célébrer le cinquantenaire de sa fondation ; le journaliste qui faisait le compte rendu des fêtes notait avec joie une diminution de cette « fièvre du Paranâ », car la région avait déjà été proportionnellement l’une des plus atteintes par la fuite des hommes et des capitaux54. Le journal qui relate dans une colonne la célébration du vingtième anniversaire de l’élévation de la colonie de Carasinho au rang de municipe déplore dans la colonne voisine l’exode de familles entières d’agriculteurs vers le Santa Catarina et le Paranâ ; le journaliste rappelle que l’alerte avait déjà été donnée en 1946 et qu’on avait présenté au Conseil municipal diverses suggestions pour retenir les colons dans la région de la Serra55.

1553. Ainsi les zones colonisées depuis 1890 ou même depuis 1914 sont déjà atteintes par un mouvement d’émigration rurale qui inquiète l’opinion et dont l’étude statistique nous révélera l’ampleur.

  • 56 Versammlung, 1934, p. 9.
  • 57 Metzler, Brasil Post, n° 93 (6 septembre 1952).
  • 58 I.B.G.E., O aproveitamento, p. 10,16, 29 ; R.B.E., As migrações internas (XV, 58, p. 77-84) ; I.B.G (...)

156Les chiffres avancés par les organismes privés ou par les hommes politiques sont impressionnants. Le Congrès des paysans catholiques de 1934 estimait à 80.000 le nombre des Riograndenses qui avaient quitté leur Etat natal dans l’espace de vingt ans56. Le député Metzler estime cette perte à 10.000 familles par an et le capital moyen de chacune d’entre elles à 300.000 cruzeiros57. L’émigration serait donc encore plus grave qu’on ne pensait. Mais ni les uns ni les autres n’indiquent comment ils ont abouti à ces chiffres. Il nous est possible de déterminer approximativement l’ordre de grandeur de ces migrations à partir des résultats des recensements les plus récents, en calculant le chiffre minimum des pertes de population subies par l’Etat58.

157Il y avait en 1940,76.394 Brésiliens nés dans le Rio Grande do Sul résidant dans l’Etat de Santa Catarina et 14.800 dans l’Etat du Parana. Ces 91.194 Riograndenses émigrés dans les deux États voisins constituaient 69 % des 131.132 Riograndenses installés dans une autre unité de la Fédération. Ils comprenaient 53 % d’hommes et 47 % de femmes. C’étaient presque uniquement des agriculteurs qui s’étaient fixés dans des zones rurales. Ils représentaient 3 % de la population née dans le Rio Grande do Sul et y résidant en 1940 (3.168.468 habitants). Mais pour avoir une idée plus juste de l’importance de la perte subie par cet Etat, il faut ajouter aux émigrés vivant dans une autre unité ceux qui sont morts entre leur émigration et le recensement. Au taux de décès de 10 p. 1000 cela nous donne pour une période de 20 ans 99.000 + 20.000 = 119.000 personnes, soit en chiffres ronds 6.000 personnes par an. Les chiffres avancés en 1934 par le Bauemverein sont donc inférieurs à notre calcul, mais sans doute concernaientils plus spécialement les émigrants catholiques.

158Ce mouvement s’est encore accentué entre 1940 et 1950. Le dernier recensement nous révèle que le nombre des Riograndenses vivant dans un autre Etat brésilien s’élève alors à 205.576, soit 170 % du nombre de 1940. En dix ans le pourcentage de l’émigration s’est accru d’un quart. Elle a touché 5 % des habitants nés et résidant dans le Rio Grande do Sul. Le nombre de ceux qui se sont installés dans les deux Etats les plus voisins, Santa Catarina et Paranâ, est passé à 156.411, soit 76 % du nombre total des Riograndenses émigrés. L’équilibre entre la proportion des hommes (52 %) et celle des femmes (48 %) révèle une installation familiale normale et probablement définitive dans la nouvelle résidence. Non seulement les trois quarts des Riograndenses émigrés se sont établis dans deux Etats agricoles, mais ils sont restés eux-mêmes agriculteurs : sur 35.701 Riograndenses vivant dans le Paranâ il y en a seulement 2.416 à Curitiba et sur 120.710 vivant dans le Santa Catarina, il y en a seulement 648 à Florianopolis. En gros 98 % des émigrés sont restés ruraux.

159Ainsi chaque année depuis 1940,8.040 Riograndenses se sont installés dans les Etats de Santa Catarina et du Paranâ et 9.500 dans l’ensemble du Brésil. Il semble donc que M. Metzler ait cédé à un mouvement oratoire et ait confondu individus et familles en parlant de ces migrations internes.

  • 59 Exodo, Correio do Povo 17 mars 1928Exodo de Colonos, Correio do Povo 30 avril 1940 ; Metzler, Brasi (...)

160Même si elles n’affectent que 9.500 à 10.1000 personnes (et c’est un chiffre minimum, puisqu’il faudrait ajouter celles qui sont mortes entre les deux recensements) elles constituent un phénomène digne de retenir l’attention des pouvoirs publics. En effet 12 % seulement des émigrés ont plus de 50 ans, tandis que les enfants de moins de 15 ans en représentent 23 %. Autrement dit les deux tiers des émigrés sont à l’âge de la pleine activité économique. Telle est la gravité de l’hémorragie d’hommes et de capitaux dont souffre le Rio Grande do Sul59.

1614. Parmi les causes de ces migrations à longue distance, les unes ont été accidentelles, les autres sont permanentes ; quelques-unes eussent pu être évitées, d’autres sont inéluctables.

  • 60 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1919, p. 367.

162Il est certain que ce mouvement a été favorisé par l’ouverture de la ligne de chemin de fer Rio Grande do Sul-Santa Catarina-Paraná-São Paulo au moment où le gouvernement du Rio Grande, alarmé par la raréfaction des terres libres, en restreignait justement la vente. Pour éviter l’occupation trop rapide des dernières terres publiques colonisables, il avait fixé le maximum à 3 lots par famille, plus 1 lot par enfant de plus de quinze ans60. Les Etats de Santa Catarina et du Paraná attiraient les colons par l’étendue des terres libres qui y étaient vendues à bas prix, puisqu’il suffisait de délimiter les lots, de créer quelques centres, de tracer des chemins jusqu’à la voie ferrée pour attirer un peuplement de pionniers. Ces facteurs ont sans doute stimulé le mouvement d’émigration, mais ils n’en ont pas été la cause.

  • 61 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 338. Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 191 (...)
  • 62 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1925, p. 368.
  • 63 Correio do Povo, 15 avril 1952.

163De même que l’on avait voulu voir dans la spéculation pratiquée par certains colons l’une des causes des premières migrations rurales internes, de même on l’a dénoncée dès le début de l’exode hors du Rio Grande do Sul61. Le gouvernement estimait en 1919 que les colons riograndenses achetaient en moyenne 2.000 lots par an dans l’Etat de Santa Catarina mais que le nombre de ceux qui émigraient était bien moindre : la majorité d’entre eux, suivant leur habitude de placer tout leur avoir en terres, se seraient protégés en outre contre la dégradation du pouvoir d’achat de la monnaie au lendemain de la première guerre mondiale, en achetant des lots de 25 hectares dans l’intention de les revendre plus cher plus tard62. Certes le prix des terres s’est élevé, mais en même temps croissait le nombre des colons riograndenses émigrant vers le Santa Catarina puis vers le Paranâ. Finalement ces acquisitions ont perdu le caractère spéculatif qu’elles pouvaient avoir et elles ont le plus souvent servi à établir un ou deux des enfants de l’acquéreur63.

  • 64 Verband, Hundert Jahre, p. 124-125 ; Correio do Povo, 6 mai 1952.
  • 65 P. ex. Correio do Povo, 26 février 1928.
  • 66 Cornelius, Die Deutschen, p. 65 ; Volk und Heimat, 1938 ; Correio do Povo, 21 février 1954, 17 octo (...)

164On a incriminé aussi, et on incrimine encore aujourd’hui l’intense activité déployée par les entreprises privées de colonisation64. Elles sont constituées par des groupes de « capitalistes » qui réalisent des bénéfices automatiques en achetant à l’Etat de Santa Catarina l’hectare de terre à 6 milreis et en le revendant aux colons de 25 à 60 milreis suivant la qualité et la situation des parcelles délimitées. On a même dénoncé des cas de propagande peu scrupuleuse et d’opérations illégales65. Mais cette spéculation découragerait les achats et serait plutôt contraire au succès des entreprises de colonisation. Comme elles poursuivent toujours leurs opérations, elles n’ont pas dû leur longévité et leur prospérité à une propagande mensongère et encore moins à des abus de confiance. En outre les sociétés de colonisation dans le Santa Catarina n’ont pas tant été fondées par des Catarinenses que par des Riograndenses qui avaient déjà acquis dans leur Etat d’origine une bonne expérience de ce genre d’affaires ; Luce et Cie à Erechim, Hacker et Cie, A. Schmitt, M. Matte, Mosele Eberle et Cie à Concordia avant la guerre, de nos jours encore de nombreuses sociétés, comme la Colonizadora Catarinense, l'industrial Colonizadora Continental, l’industrial e Agricola Bentogonçalvense, etc, ont leur siège à Porto Alegre ou dans les anciennes colonies et elles sont constituées de Riograndenses d’origine allemande et italienne66. Quels que soient les bénéfices réalisés par ces entreprises, ils laissent aux terres une marge de valorisation suffisante pour tenter les acquéreurs. L’intensité et l’habileté de leur publicité pour ces nouveaux « Eldorados » ne seraient décisives que pour soustraire le client éventuel à une entreprise concurrente mais ne peuvent être considérées que comme des facteurs secondaires de la migration hors du Rio Grande do Sul.

  • 67 Cf. Marien Kalender 1923, 1930, 1938 ; Willems, A Aculturação, p. 126-127.

165Nous en avons une autre preuyé dans le succès des entreprises philanthropiques de colonisation. Ces associations confessionnelles ou corporatives ont établi dans l’Etat de Santa Catarina un grand nombre de colons riograndenses. Elles n’ont pas été mues par l’esprit de lucre, elles n’ont même pas fait grande publicité, mais leur action a été favorisée par d’autres éléments, en particulier le fait qu’elles permettaient aux colons de se grouper d’après leur origine ethnique, leur religion et même leur région de provenance67.

  • 68 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 367.
  • 69 Borges De Medeiros, Fala à Assembleia 1926 : Koehler, Brasilien, p. 238 ; Correio do Povo, 28 févri (...)
  • 70 Costa, O criterio da colonização oficial, Correio do Povo, 19 août 1950.
  • 71 Verband, Hundert Jahre, p. 124.

166Une politique différente de la part du gouvernement du Rio Grande do Sul, maître de la colonisation dans l’Etat, n’aurait pu que repousser une échéance prévisible et déjà prévue68. Elle n’aurait retardé l’émigration vers les Etats voisins que jusqu’à l’attribution des dernières terres libres. Au lieu de les distribuer immédiatement, comme on le lui conseillait, il a préféré protéger les ultimes réserves forestières69. Pour ne pas les perdre tous aux générations suivantes, il a préféré laisser partir une fraction des colons riograndenses70. Il a obéi à des préoccupations à la fois sociales et. civiques, désirant mettre en valeur les régions progressivement, après les avoir équipées, en fonction de l’avance des embranchements ferroviaires et routiers assurant l’écoulement des produits, prévoir la transformation des noyaux de colonisation en futurs municipes faisant partie intégrante de la communauté nationale, assurer l’assimilation des colons par le mélange des ethnies et la diffusion de l’enseignement en portugais. Ce fut d’ailleurs l’un des stimulants occasionnels de la migration grégaire qui permettait la reconstitution de cellules homogènes dans les colonies particulières du Rio Grande ou dans le Santa Catarina71.

  • 72 Vellinho, Communicação do Presidente do Conselho administrative, Correio do Povo, 22 octobre 1940 ; (...)

167Paradoxalement, c’est au moment où il organisait une colonisation systématique que le gouvernement reçut les critiques les plus vives, mais non les mieux fondées. On lui a reproché de persécuter les descendants d’immigrants, de leur imposer le service militaire dans les garnisons lointaines, ce qui favorisait l’exode rural, de les accabler sous des impôts et des taxes multiples, voire discriminatives comme la taxe routière créée en 1940 qui retombait sur les colons72.

168Ni la pacification des espritseffectuée dès la fin de la guerre, ni la suppression du service militaire, qui pourrait soulever les protestations des autres Brésiliens, ni l'allégement des impôts, idéal difficile à atteindre, n’auraient pourtant servi de rien contre la puissance et l’accélération du vrai moteur des migrations rurales : l’épuisement du sol et la raréfaction des terres libres.

169Embrassons en effet d’un seul mouvement les migrations rurales à la fois dans l’espace et dans le temps. Elles ont été régulières et les colons ont essaimé périodiquement : de São Leopoldo vers les vallées voisines, puis vers l’Ouest du rebord de la Serra, puis sur le Plateau, puis en dehors de l’État ; des anciennes colonies vers les nouvelles et vers le Santa Catarina ; enfin des nouvelles colonies vers le Santa Catarina et le Paraná. (Voir fig. 35.)

170Dans chaque zone l’accroissement plus qu’arithmétique de la population rendait impossible l’établissement sur place de la nouvelle génération d’agriculteurs. Il était incompatible avec la structure agraire et avec la technique agricole. La subdivision de la petite propriété entre les cohéritiers se heurtait vite aux proches limites que traçait l’impossibilité de nourrir davantage d’hommes sur des terres dont le rendement baissait rapidement. L’émigration de l’excédent de la population paysanne était donc nécessaire.

171Sa cause profonde ne fut-elle pas cette « faim de terre » dont parlait Hillebrand dès 1854 et qui semblait pour le moins surprenante dans un pays neuf ? C’est ce que nous semble confirmer l’étude de quelques exemples illustrant le mécanisme de l’essaimage des pionniers.

3. LE MÉCANISME DE L’ESSAIMAGE

172Après avoir mesuré l’ampleur des migrations rurales qui ont porté les colons allemands d’une région à l’autre, nous les étudierons dans une colonie et dans une ou deux familles, ici dans une cellule sociale, là dans une unité géographique. Ces deux exemples, choisis parmi les échantillons les plus complets qu’un chercheur isolé ait pu trouver, nous permettront de préciser les rapports existant entre ces migrations et les groupes ruraux qu’elles ont affectés et de définir les lois de l’essaimage des colons.

A. Deux séries d’exemples

a. Une colonie : General Osorio

173General Osorio est une colonie du Plateau fondée en 1900 sur le territoire du municipe de Cruz Alta ; elle appartient aujourd’hui à celui d’Ijui et forme le district d’Ajuricaba. Peuplée d’une manière homogène par des colons d’origine germanique elle est toujours essentiellement rurale : en 1950 le chef-lieu du district ne groupait que 254 habitants, soit 2 % de la population totale. Celle-ci était passée de 6.419 habitants en 1920 à 13.872 en 1940. Mais de 1940 à 1950 la population de fait a diminué de 28 %, sous l’influence d’un nouveau mouvement dont General Osorio est devenu le point de départ, quarante ans à peine après sa fondation.

1741. La Communauté évangélique groupait en 1926 257 familles totalisant 1.549 âmes. Chaque famille comptait donc en moyenne quatre enfants, ce qui explique l’accroissement démographique observé entre 1920 et 1940. L’augmentation du nombre des habitants a d’ailleurs eu deux causes successives ; au cours d’une première phase, de 1900 à 1923, l’immigration ; au cours d’une deuxième phase, à partir de 1923, le fort excédent des naissances sur les décès.

175Des 257 chefs de famille qui composaient la communauté en 1926, 0,7 % seulement provenaient de l’étranger, ce qui est infime ; 91,8 % d’entre eux étaient nés dans les anciennes colonies allemandes, principalement à Santa Cruz (41,6 %), Estrela (31,1 %) et à Lajeado, Cachoeira, Rio Pardo, São Leopoldo, etc. ; 4,2 % étaient nés dans les colonies du Haut Jacui et 3,3 % dans les anciennes colonies italiennes.

  • 73 73aEvangelische Gemeinde, Beitrag zur Geschichte der evangelische Gemeinde zu General Osorio (Muniz (...)

176Ces chiffres confirment l’importance des migrations internes dans le peuplement du Plateau, mais nous possédons encore d’autres renseignements qui nous permettent de retracer le chemin parcouru depuis l’Allemagne par certaines familles dont les représentants se trouvaient dans la colonie de General Osorio en 192673.

177Nous savons par exemple que 30 immigrants étaient arrivés de Poméranie, 17 de Westphalie, 15 du Hunsruck, 23 de Bohême et de Prusse orientale. Mais ces 85 chefs de famille ne sont pas venus directement à General Osorio, car leur entrée au Brésil était antérieure à la fondation de cette colonie. L’immigration s’était faite pour les Poméraniens entre 1856 et 1884 et ils s’étaient installés à São Leopoldo, Cai, Estrela et Santa Cruz ; pour les Westphaliens entre 1869 et 1884 et ils s’étaient installés à Montenegro, à Santa Cruz, et surtout à Teutonia, près d’Estrela ; ceux du Hunsruck se retrouvaient à São Leopoldo, Cai et Santa Cruz ; les autres, arrivés depuis 1858, s’étaient installés à São Leopoldo, Cai, Montenegro et Estrela principalement.

178General Osorio a accueilli leurs descendants au début de la deuxième génération brésilienne, c’est-à-dire trente à quarante ans après l’immigration. C’est encore trente à quarante ans plus tard que commençait une nouvelle migration, à partir de General Osorio cette fois.

179La périodicité de ce mouvement apparaît donc nettement, ainsi que son caractère familial, puisque nous retrouvons en 1926 d’une part plusieurs frères dans une même linha et d’autre part dans des linhas voisines plusieurs chefs de famille portant le même nom et proches parents : 2 Lamb, 2 Krantz, 2 Grentz, 3 Wetzel, 3 Claas, 4 Braatz, 5 Horts...

  • 74 73b Migrations dans la colonie G1 Osorio (Linha 5, depuis 1926).

1802. Nous pouvons analyser avec plus de précision le mécanisme de cette migration en étudiant l’une des linhas, la linha V, qui comptait 20 familles en 1926. Nous avons pu en effet reconnaître non seulement l’itinéraire de ces 20 familles entre leur première installation au Brésil et leur venue à General Osorio, mais leur résidence et celle de leurs descendants en 1950 74.

181La première famille est la famille Braatz. Le Poméranien August Braatz avait immigré en 1871 à Sinimbu (Santa Cruz). Son fils Helmuth a émigré en 1907 de Sinimbu à General Osorio où nous le trouvons en 1926. Il réside maintenant au chef-lieu après avoir vendu sa colonie à un colon d’origine italienne, le seul catholique de la linha en 1950. Helmuth Braatz a eu 10 enfants, dont 4 garçons et 6 filles : 9 sont agriculteurs ; un seul est parti en ville, c’est une fille qui a suivi son mari à Porto Alegre en 1945. Trois fils sont installés comme colons dans le voisinage, quatre filles sont mariées à des colons dans le voisinage, une fille a émigré avec son mari à Tres Passos et le fils aîné a émigré en 1937 à Palmitos (Santa Catarina).

182Les familles nos 2 et 3 sont celles des frères Adolf et Wilhelm Claas. Leur père était arrivé d’Allemagne à Sinimbu en 1871. Les deux frères se sont installés en 1907 à General Osorio sur deux lots contigus et ils y résidaient encore en 1950. Adolf Claas a eu 3 fils et 1 fille. L’un des fils réside avec son père, les deux autres se sont installés comme agriculteurs dans les environs ; la fille réside avec son mari, également agriculteur dans la colonie Quinze de Novembro, elle n’a donc effectué qu’une petite migration. Wilhelm Claas a eu 8 enfants tous agriculteurs, 5 garçons et 3 filles. L’aîné a émigré en 1941 à Mato Castelhano (Lagoa Vermelha), trois autres fils et deux filles vivant dans le voisinage, les deux plus jeunes enfants encore avec leurs parents à General Osorio.

183La famille no 4 était la famille Dressler, dont le fondateur, Joseph, avait émigré de Bohême en 1877 et s’était installé à Cachoeira. Son fils est venu en 1916 à Osorio, mais il y est mort bientôt. Sa veuve était chef de famille en 1926. Les 8 enfants du ménage, 2 garçons et 6 filles, sont tous agriculteurs. Trois d’entre eux vivent aux environs, quatre ont émigré : un garçon et une fille à Quinze de Novembre, une fille à Santa Rosa, une fille à Tres Passos ; le plus jeune fils, qui était demeuré sur le lot paternel, est mort et c’est sa veuve qui fait valoir la propriété.

184Les familles nos 5 et 6 étaient celles d’Adolf et Jacob Eumal, descendants de Niklaus Eumal qui avait quitté en 1860 la Rhénanie pour Vila Tereza (Santa Cruz). Ils étaient installés à General Osorio depuis 1910. Adolf Eumal a eu 4 enfants tous agriculteurs, 2 garçons et 2 filles. Ses deux fils se sont partagé le lot sur lequel ils vivent depuis la mort de leur père ; les deux filles ont épousé des colons du voisinage. Jacob Eumal, qui était installé au chef-lieu en 1950, a eu 5 enfants, 3 garçons et 2 filles. Un garçon et une fille sont morts jeunes. Le fils aîné a émigré en 1938 à Caçador (Santa Catarina) où il a monté une scierie, un autre fils a émigré en 1942 à Tuparendi (Santa Rosa). où il a aussi monté une scierie ; la fille a épousé un colon avec qui elle vit sur le lot paternel.

185Les familles nos 7, 8 et 9 étaient celles d’Arthur, Carl et Richard Garmatz. Leur, père avait émigré de Poméranie à Rio Pardinho (Santa Cruz) en 1867. Les trois frères se sont installés à General Osorio en 1902. Arthur a eu 3 enfants, tous agriculteurs. Le plus jeune fils était célibataire en 1950, la fille avait épousé le colon Edgar Freitag et vivait avec son frère et son père qui a racheté la propriété de Carl (lot no 8) décédé entre temps. Carl a eu 8 enfants, 4 garçons et 4 filles. Deux filles ont épousé des colons des environs, la troisième a suivi son mari à Palmeira en 1948, la quatrième est mariée à Porto Alegre. L’un des fils a épousé une fille de colon du voisinage et vit avec son beau-père dans la linha lV, le deuxième est menuisier depuis 1935 à Cruz Alta, le troisième employé de commerce à Porto Alegre depùis 1947, le quatrième instituteur à Linha V depuis 1946. Richard, le dernier des trois frères Garmatz, décédé lui aussi, a eu 10 enfants, 7 garçons et 3 filles. Un garçon et une fille sont morts ; les survivants sont tous agriculteurs ; le plus jeune vit sur le lot paternel, 5 fils sont installés à Linha Arroio Grande (petite migration), une des filles vit à Tres Passos depuis 1941 et l’autre à Santa Rosa depuis 1947 (grandes migrations).

186La famille no 10, cellee d’Hermann Gocks, a été fondée au Brésil par W. Gocks, Poméranien installé à Faxinal (Santa Cruz) en 1872. Son fils Hermann s’est établi en 1904 à General Osorio. Il était mort en 1950. Il a eu 10 enfants tous agriculteurs, 3 garçons et 7 filles. Le plus jeune fils exploite le lot paternel, 6 filles sont mariées dans les environs, une a émigré en 1947 à Très Passos où eüe a rejoint les 2 garçons qui s’y étaient installés en 1940.

187Les familles nos 11 et 12 descendaient de Eberhard Horts, Westphalien, immigré en 1872 à Teutonia (Estrela). Ses deux fils Heinrich et Hermann se sont installés à General Osorio en 1912. Heinrich a vendu sa propriété en 1937 pour s’installer à Tres Passos, Hermann en 1940 pour s’installer à Quinze de Novembro. C’est un LusoBrésiüen qui a acheté les deux propriétés. Les frères Horts étaient sans doute de ces « faiseurs de terre » qui ne se sentent à leur aise qu’en zone pionnière et dont le rôle n’a été négligeable ni dans le mécanisme des migrations ni dans la mise en valeur des terres vierges.

188Les familles nos 13 et 14 étaient en 1926 celles des deux fils de Frederich Kanitz, qui avait quitté la Poméranie pour Rio Pardinho (Santa Cruz) en 1866. Les deux frères se sont installés en même temps à General Osorio, en 1907. Helmuth, qui résidait en 1950 au chef-lieu chez une de ses filles, a eu 7 enfants, 4 garçons et 3 filles. La plus jeune fille vit dans la maison familiale avec son mari agriculteur, les deux autres ont épousé des artisans qui vivent l’un au chef-lieu, l’autre à Cruz Alta. Un seul fils est resté comme colon dans le municipe, un autre est sellier à Cruz Alta depuis 1944, un autre à Horizontina (Santa Rosa) depuis 1945, le dernier est instituteur au cheflieu. Richard a eu 5 enfants, 4 fils et 1 fille. La fille a épousé un colon teuto-brésilien catholique et vit avec ses parents sur le lot familial, 3 fils se sont mariés dans le municipe et le dernier s’est installé en 1937 à Palmitos (Santa Catarina).

189La famille no 15 était celle de Helmut Korst, petit-fils d’un émigrant westphalien venu en 1872 à Teutonia (Estrela), fils d’un colon installé à Santa Cruz, parti lui-même en 1915 pour General Osorio. Helmuth Korst a eu 4 enfants, 3 fils et 1 fille. La fille a épousé un colon du voisinage, un des fils est coiffeur au chef-lieu, un autre est colon dans les environs, le troisième héberge ses parents sur le lot familial qu’il fait valoir.

190Sur la famille no 16, nous n’avons que peu de renseignements. Son fondateur, Chr. Müller a immigré de Poméranie à Feliz en 1856. Son descendant Alfred Müller avait quitté Estrela en 1914 pour General Osorio où on le trouvait en 1926. Il a vendu sa propriété en 1930 à deux acheteurs et il s’est installé à Santa Rosa.

191La famille no 17, celle de Konrad Lamb, est d’origine poméranienne. Il a quitté Cai en 1921 pour s’installer à General Osorio. Il a eu 4 enfants ; 2 fils et 2 filles. R vit avec son plus jeune fils sur sa propriété, les 3 autres enfants sont mariés dans le municipe et sont tous agriculteurs.

192Les familles nos 18 et 19 étaient celles de deux frères Pranke, fils de Karl Pranke, poméranien, immigré à Santa Cruz en 1869. Deux de ses enfants avaient donc quitté Santa Cruz (Sinimbu) en 1916 pour occuper les lots 18 et 19 à General Osorio. La veuve du premier, Anna Pranke, qui occupait le lot en 1926, s’est remariée depuis. Elle avait eu 3 filles dont une a émigré avec son mari à Palmitos (Santa Catarina), une vit chez son mari agriculteur dans le municipe, la troisième a épousé un agriculteur et vit sur le lot familial avec sa mère et son beau-père. Le second fils Pranke, Karl, a eu 7 enfants, 4 fils et 3 filles. L’aîné des fils est gérant de la coopérative de graisse à Cruz Alta, les 3 autres sont agriculteurs dans le municipe et les 3 filles ont épousé des colons. Karl vit avec son plus jeune fils dans sa vieille maison après avoir partagé sa propriété entre ses 3 fils agriculteurs.

193La famille no 20 est celle de Friedrich Welzel, descendant d’Ernst Welzel, venu de Prusse orientale à Santa Cruz en 1896. Friedrich s’est installé en 1909 à General Osorio et a eu 7 enfants, 2 fils et 5 filles. Le fils aîné a monté une entreprise de transports par camions à Palmitos (Santa Catarina) ; le plus jeune était encore célibataire en 1950 et vivait avec deux de ses sœurs et beaux-frères, Théobald et Paul Klein, sur la propriété familiale.

194Deux autres filles sont mariées à des colons du voisinage et la dernière vit à Sede Oeste (Santa Catarina).

195Si nous récapitulons, nous voyons que cette Linha V de la Colonie General Osorio avait en 1926 20 chefs de famille, venus s’y installer après 39 ans de séjour de leurs parents dans les anciennes colonies. Trois sont repartis bientôt pour s’établir sur la dernière frange pionnière du Rio Grande do Sul, l’un en 1930 à Santa Rosa, l’autre en 1937 à Tres Passos, et le troisième en 1940 à Quinze de Novembre, après un séjour moyen de 23 ans.

196Les 17 familles restées à General Osorio ont eu au total 107 enfants, soit en moyenne 6,2 par foyer (deuxième génération brésilienne). Parmi les enfants, 19 sont restés sur place, occupant tous les lots familiaux dont certains sont divisés en 2 et un en 3 parts ; ce sont 18 garçons et 1 fille. 56 enfants des propriétaires de 1926 se sont installés dans les environs au gré des unions qu’ils ont contractées. 32 enfants (18 garçons et 14 filles) ont émigré soit vers le Haut Uruguay soit vers le Santa Catarina. Des 107 descendants des 17 colons de 1926, 17,1 % sont restés sur place ; 52,4 % se retrouvent dans les environs parce que la région était de colonisation récente, ils ont effectué une petite migration ; mais déjà 29,9 % ont effectué une grande migration. Alors que leurs pères n’avaient quitté les anciennes colonies que 39 ans après l’installation des familles d’immigrants, les fils émigrent de General Osorio au bout de 35 ans. Il y a donc accélération du processus. Autrement dit, dans une région récemment gagnée à l’agriculture, au bout d’une génération deux tiers seulement des descendants des premiers occupants peuvent rester sur place ou aux environs, un tiers est contraint d’émigrer.

197Ceux qui partent vont à la recherche de nouvelles terres. La prépondérance de l’agriculture s’est maintenue absolue : 4 filles seulement sur 53 ont épousé des artisans ou des citadins, les 49 autres ont épousé des colons ; sur 54 garçons 11 seulement ne sont plus agriculteurs, encore parmi ces 11 compte-t-on 5 artisans ruraux, 1 camionneur, 1 coiffeur, 2 employés de commerce et 2 instituteurs. Les garçons représentent plus de la moitié de l’émigration (56 %) qui est restée essentiellement rurale (86 %).

198Ainsi les migrations internes, telles que nous avons pu les étudier à General Osorio, sont bien liées à la succession des générations sur une même propriété. Non seulement elles sont périodiques, mais elles sont familiales, puisqu’elles sont conditionnées par la conservation du lot paternel et par les mariages des enfants, des frères ou des soeurs. Couramment deux ou trois frères émigrent ensemble ou se retrouvent dans la nouvelle colonie, resserrant ainsi les liens familiaux dont le noeud reste tenu de la maison paternelle où le plus jeune des fils est demeuré, assurant avec la garde des vieux parents le maintien d’une cohésion à la fois affective et sociale. C’est donc dans le cadre d’une ou deux familles choisies à cause de leur ancienneté et de leur étendue qu’il convient de préciser les caractéristiques de l’essaimage.

b. Quelques familles

  • 75 Livre de raison, obligeamment communiqué.

1991. L’une des familles sur lesquelles nous avons eu des renseignements assez détaillés pour pouvoir étudier les migrations qui l’ont étirée est la famille Hoppen75.

200Originaires d’Essen les 3 frères Hoppen, nés entre 1848 et 1856, ont immigré au Brésil en 1879. Mécaniciens ou tourneurs chez Krupp, ils devinrent tous trois agriculteurs, l’un à Dois Irmãos, les deux autres dans la vallée du Taquari, à Teutonia et à Lajeado. Ils se sont mariés au Brésil avec des Teuto-Brésiliennes et ils ont eu respectivement 7, 10 et 12 enfants. C’est la famille du plus jeune des trois frères Hoppen que nous pouvons suivre jusqu’à nos jours. De ses 12 enfants 3 n’ont pas eu de descendance, mais les 9 autres lui ont donné 57 petits-enfants ; 3 de ses enfants lui ont donné 64 arrière-petits-enfants. Telles sont les branches et les générations sur lesquelles nous avons pu obtenir des informations précisés.

201Le taux de fécondité a donc été de 3 en Allemagne, de 9,6 à la première génération brésilienne, de 6,3 à la seconde et de 3,2 à la troisième. Ces chiffres, correspondant à ceux que nous avons déjà étudiés, nous permettent de prendre cette famille « moyenne » comme exemple.

202Nous pouvons d’ailleurs remarquer que presque tout les mariages ont été homogènes : le taux d’endogamie a été de 100 % aux deux premières générations et de 96,5 % à la troisième. Les mariages mixtes ont été contractés avec des jeunes filles d’origine italo-brésilienne.

203Les premiers Hoppen se sont faits agriculteurs et le fondateur de la branche que nous étudions l’est resté toute sa vie bien qu’il ait été aussi instituteur pendant quarante-cinq ans et ait habité sucessivement à Teutonia, à São Caetano et enfin à Palmas, où il a vécu le plus longtemps et où il est mort en 1943 à l’âge de 87 ans. 84 % de ses enfants et 81 % de ses petits-enfants sont restés agriculteurs. Tous ses enfants sont restés dans les colonies et 5 % seulement de ses petits-enfants se sont fixés en ville. Il s’agit donc bien d’une famille essentiellement rurale.

204Quelle a été l’influence des migrations sur cette famille ? Dans quelle mesure les phénomènes que nous pouvons observer sont-ils caractéristiques et nous permettentils de dégager quelques lois régissant le peuplement des colonies ?

205Comme il ne nous est pas possible de reproduire ici la fiche de chacun des membres de cette famille ni même d’en résumer l’histoire, nous donnerons d’abord un tableau des migrations qui seront étudiées ensuite avec plus de précisions.

Mode d'établissement et déplacement

Première génération brésilienne

Deuxième génération brésilienne

 %

 %

Sur place

8

22,8

Petie migration

51

41,7

Grande migration

41

30,5

Exode dit rural

0

5,0

206L’immigrant lui-même a. effectué avec la famille qu’il venait de fonder deux petites migrations. Il a donc été suivi par presque tous ses enfants jusqu’à Palmas d’où sont ensuite partis ceux de ses fils qui s’installèrent sur de nouvelles terres, mais sa famille avait subi une première influence de ces migrations : deux des filles de l’immigrant se sont mariées dans les localités où il avait séjourné, la plus âgée à Teutonia et la quatrième à São Caetano, et où elles ont épousé l’une et l’autre un agriculteur.

207En effet ce sont plutôt des filles de l’immigrant qui sont restées dans les environs, n’effectuant qu’une petite migration puisque trois d’entre elles se sont mariées avec des agriculteurs habitant soit sur la rive gauche du Taquari (Fazenda Lohmann) soit sur la rive droite en amont de Palmas. Deux fils seulement sont restés à Palmas, un dans le voisinage et l’autre sur le lot paternel, ajoutant à son exploitation agricole un moulin et une scierie, activités complémentaires classiques dans les colonies.

208Mais cinq des douze enfants de l’immigrant, trois fils et deux filles, ont quitté la zone du Taquari et ont effectué une grande migration ; trois se sont installés à partir de 1932 dans le Nord du Rio Grande à Erechim, Marcelino Ramos et Sarandi, deux sont partis au Paraguay (un fils agriculteur et une fille mariée à un agriculteur).

209Seul un des fils, celui qui réside à Marcelino Ramos, a été employé de commerce puis fonctionnaire (P.T.T.). Tous les autres sont deméurés cultivateurs. Toutes les filles ont épousé des agriculteurs. Bien qu’elle ait été éparpillée par les migrations, la famille Hoppen est restée essentiellement paysanne à la première génération.

210Non seulement les migrations qui l’ont affectée à la seconde génération ne lui ont pas fait perdre cette qualité, mais elles ont pris un caractère encore plus nettement familial.

211Les deux enfants de l’immigrant partis au Paraguay (les numéros 4 et 5) y ont été rejoints par plusieurs de leurs neveux : un fils du frère aîné qui lui-même avait émigré à Sarandi, deux fils de leur soeur aînée mariée à Teutonia, un fils et deux filles de leur quatrième soeur installée à São Caetano, quatre fils de leur cinquième soeur restée près de Palmas.

212De même plusieurs petits-enfants de l’immigrant nés dans la région du Taquari sont partis à Erechim et à Sarandi. Ils n’allaient sans doute pas rejoindre leurs oncles et tantes, dont certains enfants ont eux-mêmes émigré, mais la présence de membres de leur famille les y attirait.

213Quelle a été l’influence des migrations sur cette famille à la seconde génération brébrésilienne ?

214Le pourcentage de ses membres « restés sur place » est plus élevé qu’à la première, car leurs parents s’étaient établis dans des régions récemment colonisées : il était possible soit de diviser un lot en deux parts soit d’en trouver d’autres à proximité. Ce qui est caractéristique, c’est que 80 % des personnes de ce groupe sont du sexe masculin : cela traduit une sorte de souci de « tenir » la propriété paternelle.

215La proportion dès femmes est devenue plus forte dans lesmigrations à petite distance (40 %)et même à grande distance (30 %).

216La proportion des enfants établis dans le court rayon des petites migrations a diminué d’une génération à l’autre car les limites des zones forestières se sont trouvées atteintes entre temps. Mais le développement des moyens de communication a permis à une partie des enfants d’aller plus loin, sur le nouveau front pionnier, sans rompre leurs liens avec le reste de la famille.

217Cependant nous voyons apparaître l’exode dit rural : quelques-uns des petits-enfants de l’immigrant se sont installés dans les grandes villes sans esprit de retour à la terre. Mais il est vrai qu’ils ne représentent encore qu’un pourcentage infime de leur génération (5 %). Fait remarquable, ils proviennent tous de la zone des anciennes colonies, alors que leurs frères ou cousins de la zone pionnière sont tous restés ruraux. C’est en effet cette zone qui a fourni la plus forte proportion de migrants à petite distance (60 %), tandis que les branches de la famille des anciennes colonies fournissaient 77 % du contingent des grandes migrations et les 5 % de l’exode rural.

218L’ensemble de la seconde génération est encore essentiellement rurale et paysanne : 81 % des petits-enfants de l’immigrant sont toujours agriculteurs. Mais c’est bien dans la zone des anciennes colonies que l’on trouve le plus grand nombre de non-agriculteurs : 2 minotiers, 1 commerçant, 1 charron, par exemple ; 2 professeurs et 1 comptable, ceux qui sont partis en ville. Or ces professions sont encore liées à l’évolution économique et culturelle des colonies et représentent pour elles la première phase de l’équipement manufacturier, de même qu’elles correspondent au premier degré de l’ascension sociale des membres de la famille. L’intérêt sociologique de cette évolution « classique » est d’autant plus net que de tous les descendants de l’immigrant installés en zone pionnière, trois seulement ne sont pas agriculteurs : l’un est fonctionnaire, l’autre boucher et le troisième camionneur. Ne symbolisent-ils pas, à côté de l’administration rassurante par la régularité de ses traitements et à laquelle il est flatteur d’appartenir, le nouveau domaine qui s’ouvre aux énergies ou aux ambitions des descendants de colons, le commerce des produits de l’agriculture et de l’élevage, plus lucratif que ces dernières activités et dont le dynamisme s’alimente de mécanique, de technique moderne ?

219Cette seconde génération comprenait 57 petits-enfants de l’immigrant. Quatre d’entre eux étant morts jeunes, il en est resté 53. Comment se répartissent-ils donc aujouraujourd’hui ? 3 sont partis dans les villes, 12 sont restés sur place, 22 ont effectué une petite migration et 16 une grande. Dans le sein d’une même famille les effectifs brassés par les migrations internes ont donc sensiblement augmenté d’une génération à l’autre : pour les petites migrations le coefficient d’accroissement a été de 3,6 et pour les grandes migrations de 3,2. Ces considérations nous ramènent donc au problème des rapports entre la natalité et l’exploitation du sol, entre l’émigration et les générations, c’està-dire à un problème essentiellement historique, celui de l’influence de l’écoulement du temps. C’est pourquoi nous allons étudier maintenant une famille installée dans le Rio Grande do Sul depuis les origines de la colonisation.

  • 76 Livre de raison, obligeamment communiqué.

2202. La famille Lohmann a été fondée par Georg Karl Lohmann, né en 1821 à Kasterade (Brunschweig)76. Il était commerçant.) Il émigra au Brésil en 1846, s’installa à São Leopoldo dans la picada dite Schwarbenschneitz et se fit agriculteur. En 1849 il épousa Barbara Wingert, née à São Leopoldo, l’une des premières « Teuto-Brésiliennes ». Ils eurent 12 enfants, nés entre 1850 et 1873, 7 fils et 5 filles. En 1876, au bout de trente ans de séjour, il vendit son lot de terre et alla s’installer, toujours comme agriculteur, dans la picada Lenz, municipe d’Estrela. Il y mourut en 1899, à 78 ans et sa femme en 1915, à 87 ans.

221Les 12 enfants de ce ménage, première génération brésilienne, lui donnèrent 98 petits-enfants, nés entre 1877 et 1913, au taux moyen de 8,1 par famille. Des 98 petits-enfants 81 ont vécu, qui ont constitué la seconde génération brésilienne de la famille Lobmann. Cette seconde génération a eu à son tour 369 enfants, soit 4,5 par famille, nés à partir de 1923, les arrière-petits-enfants de l’immigrant. Cette troisième génération brésilienne a eu 276 enfants qui sont les arrière-arrière-petits-enfants de l’immigrant. Mais il y a maintenant des lacunes dans nos informations à cause de l’éparpillement de la famille qui s’étend jusqu’à la cinquième génération, représentée en 1950 par 7 jeunes enfants.

222Nous avons pu obtenir des renseignements précis sur l’état civil, la résidence, la profession et la descendance de 311 familles de descendants de G.K. Lohmann ; ce sont celles que nous allons étudier.

223Le ménage-souche Lohmann-Wingert a eu 12 enfants d’une longévité aussi remarquable que la sienne : la moyenne de la vie des enfants a été de 61 ans, et encore celle des 5 filles diminue-t-elle celle de l’ensemble puisqu’elle n’est que de 44 ans contre 73 pour celle des fils. A l’exception d’une fille déjà mariée qui est restée à Schwarbenschneitz avec son mari, tous les autres enfants ont suivi leur père dans sa migration de São Leopoldo à Picada Lenz. Ils se sont eux-mêmes installés entré 1876 et 1901 dans les environs, sur les terrasses du Taquari : l à Novo Paraiso, 3 à São Caetano, 3 à Picada Lenz, 4 à Fazenda Lohmann. Les 7 fils étaient agriculteurs, les 4 filles mariées à des agriculteurs. Une fois de plus l’immigration avait fait d’un citadin un agriculteur dont tous les enfants sont eux-mêmes restés agriculteurs.

224Nous retrouvons donc à São Leopoldo un foyer Bauer-Lohmann et sur le Taquari 12 foyers Lohmann, celui du ménage-souche et ceux de ses 11 enfants installés aux environs.

225Les 12 enfants du ménage avaient eu à leur tour 81 enfants ayant vécu dont 65 ont été agriculteurs ou femmes d’agriculteurs, 9 artisans, 6 commerçants et 1 instituteur. La prépondérance des agriculteurs (80 %) explique sans doute la nouvelle répartition de la famille.

226D’une part 18 d’entre les 81 sont restés sur place : 10 garçons pour 12 foyers fondés par leurs parents sur le Taquari, 8 filles mariées dont 3 sont restées sur des lots paternels et 5 sur ceux de leurs maris. Il y a donc eu une nette majorité de garçons restés sur place pour continuer à faire valoir le lot familial. Les filles, au contraire, sont plus nombreuses dans le groupe qui a effectué une petite migration.

227D’autre part, en effet, 18 fils et 23 filles se sont installés dans les colonies les plus récentes du Haut-Taquari, par exemple à Arroio do Meio. Cela s’explique aisément : une fille qui n’avait pas de terre en dot ne pouvait pas trouver facilement à s’établir sur place et elle devait émigrer avec son mari si celui-ci n’avait pas de terre non plus. Mais elles restaient assez près de leurs familles, en particulier parce qu’elles n’avaient pas l’initiative de cette installation, liée à leur demande en mariage. Les jeunes gens, eux, hésitaient moins à émigrer plus loin.

228Nous trouvons déjà un troisième groupe, constitué par ceux qui ont effectué une grand migration. Vingt petits-enfants du ménage-souche ont quitté la résidence de leurs parents pour les Nouvelles Colonies du Plateau : jusqu’au 1914 ils se sont dirigés surtout vers le Haut Jacui (Não Me Toque-Carasinho) et vers Erechim ; jusqu’en 1925 vers Ijui et Neu Wurttemberg ; jusqu’en 1939 vers Santa Rosa ; depuis 1920 vers le le Santa Catarina.

229Ainsi 23 % des membres de cette deuxième génération sont restés « sur place », 53 % ont effectué une « petite migration » et 24 % une « grande migration ». En raison du taux de natalité (8,1 par famille), moins du quart des descendants a suffi à maintenir le chiffre de la population locale et même à l’augmenter. Mais l’ampleur des migrations, qui affectent plus des trois quarts des membres de la famille (77 % de la génération), explique la rapidité du peuplement des Nouvelles Colonies : non seulement ceux qui ont émigré étaient les plus nombreux, mais ils étaient tous en pleine jeunesse et ils ont eu eux-mêmes de nombreux enfants, en moyenne 5 par ménage.

230La troisième génération brésilienne, issue des 81 petits-enfants de l’immigrant, s’est élevée à 369 arrière-petits-enfants. Nous ne retiendrons que les descendants des lignées I, II et III. Ces trois fils de l’immigrant ont eu 32 enfants et 220 petits-enfants dont 181 ont survécu (soit en moyenne 6,8 enfants dont 5,4 ayant vécu). Nous avons pu retrouver des informations sur 152 d’entre eux (83,9 % du total).

231Les arrière-petits-enfants de l’immigrant étaient encore presque tous agriculteurs (84 %) ; il y a eu parmi eux seulement 15 artisans, 5 commerçants et 3 « professions libérales ». Ces chiffres suffisent à montrer l’hérédité professionnelle de règle dans le monde rural teuto-brésilien et la lenteur de l’ascension sociale de descendants de colons. Leur fidélité à l’agriculture n’a pas manqué de contraindre nombre d’entre eux à émigrer vers de nouvelles terres.

232Des 152 membres de la famille à cette génération 77 sont restés « sur place », aux 76 foyers fondés par leurs parents. Il y a parmi eux 38 garçons et 38 filles. On mesure par là l’évolution qui s’est faite dans les mœurs, le gendre étant admis à la longue aussi bien que le fils à succéder sur la propriété.

23331 ont effectué une petite migration de moins de 100 kilomètres. Il y avait parmi eux 8 hommes et 23 femmes. Pour ce groupe on ne note que peu de changements au mécanisme familial et social du mariage. Mais la petite émigration est devenue beaucoup moins importante que celle à grande distance, parce que les terres fibres s’éloignent de plus en plus.

234En effet 44 se sont installés soit à la périphérie du Rio Grande do Sul soit dans l’Etat de Santa Catarina entre 1925 et 1949. C’étaient 22 hommes et 22 femmes. L’accroissement du nombre des filles émigrant à grande distance révèle qu’il est devenu de plus en plus difficile de s’établir dans les zones anciennement, colonisées.

235On ne comptait en 1950 aucun décès parmi les 152 personnes composant la troisième génération brésilienne étudiée : nées entre 1901 et 1925, elles, sont actuellement dans la pleine force de l'âge.

236Quant à la quatrième génération brésilienne, née à partir de 1930, sauf pour la branche I où les premières naissances ont été enregistrées en 1922, comme elle avait en règle générale moins de 30 ans au moment de notre enquête, elle n’était pas encore affectée par les migrations. Celles-ci sont cependant fatales, parce que la natalité est restée très forte : nous avons recensé 226 arrière-arrière-petits-enfants de l’immigrant : 63 d’entre eux sont nés dans les 77 foyers classés « sur place » à la génération précédente, 64 dans les 31 de la petite émigration et 99 dans les 44 de la grande émigration. Il y a donc en moyenne plus de 2 enfants dans les foyers de la zone de petite émigration, 2,2 dans ceux de grande émigration et on peut compter encore sur de nouvelles naissances. Faute de pouvoir s’installer sur le lot défriché par leur père les enfants en surnombre devront émigrer, surtout s’ils veulent rester agriculteurs. Il est d’ailleurs trop tôt pour mesurer l’ascension sociale qui sera réalisée par cette quatrième génération.

237Comme malgré les lacunes de notre documentation nous avons suivi un grand nombre d’individus au cours de leurs migrations pendant 4 générations, nous résumons en un tableau le nombre et le pourcentage de personnes affectées à chaque génération par les mouvements de diverses amplitudes :

238Plus encore que l’évolution des pourcentages de chaque zone d’établissement aux diverses générations, évolution que nous avons longuement étudiée, c’est celle du nombre de personnes affectées qui est impressionnante : en deux générations le nombre de descendants de colons établis sur place est passé de 1 à 95 ; celui des migrants à petites distances de 1 à 74 ; celui des migrants à grandes distances de 0 à 68. C’est ce qui explique le peuplement des zones colonisées, la recherche des terres libres et les migrations de plus en plus lointaines. Telle est l’ampleur des incidences des migrations rurales à l’intérieur d’une famille prise entre des milliers d’autres qui lui sont semblables.

239Mais le fait même que nous ayons pu retrouver sur cette famille toutes les informations que nous avons utilisées ci-dessus prouve que les migrations internes, qui dispersent bon gré mal gré les enfants en surnombre, ne détendent pas les liens familiaux. A l’occasion des fêtes locales et surtout à celle des grands événements de la vie de la famille ses membres se retrouvent volontiers, même au prix d’un long voyage. Et si quelque cas de force majeure les en empêche, ils se tiennent au courant de ce qui se passe chez les uns et les autres. Dans la mesure où elles ont rendu plus chère une famille qu’elles étiraient, les migrations internes ont contribué à renforcer la cohésion qui a sans doute fait la force de la population rurale teuto-brésilienne.

B. Les lois et les effets des migrations rurales

a. Le mécanisme

240Nous nous expliquons maintenant l’instabilité, paradoxale au premier abord, de cette population agricole en pays neuf : ce n’est pas malgré la stabilité de la structure sociale mais à cause d’elle que les migrations internes, essentiellement rurales, ont été si régulières et si importantes.

  • 77 Willems, A Aculturação, p. 351

2411. D’une part cette structure se caractérise par une véritable hérédité professionnelle77. Alors que les immigrants étaient devenus agriculteurs de gré ou de force, leurs descendants le sont restés dans des proportions surprenantes : 85 % au minimum à la première génération, 80 % à la seconde, 70 % à la troisième. Et encore est-il fréquent, un siècle après l’immigration du fondateur de la famille, de trouver plus de quatre cinquièmes d’agriculteurs parmi ses descendants. Ceux qui ne sont plus agriculteurs sont artisans, forgerons, minotiers, chauffeurs de camions : ils n’abandonnent pas leur monde rural.

242D’autre part les migrations peuvent être mesurées en fonction directe de la superficie du lot et du nombre d’enfants du propriétaire exploitant : L’émigration qui en a entraîné davantage au xixe siècle emporte encore aujourd’hui plus des deux tiers des descendants de colons car le nombre d’enfants est toujours élevé. Dans les nouvelles colonies, où la natalité est plus forte, la proportion de migrants est supérieure à celle des anciennes colonies.

243Le premier facteur des migrations rurales est bien l’expansion démographique des municipes peuplés par les immigrants allemands et par leurs descendants. A chaque génération le contingent d’émigration correspond exactement au nombre d’enfants excédant celui qui suffit à l’occupation du lot paternel ou du demi-lot à la rigueur : il reste un enfant, deux au maximum sur la propriété.

244Le second facteur des migrations est donc la structure agraire, le régime de la petite propriété. On ne peut d’ailleurs pas parler de propriété familiale, parce qu’elle n’a généralement été acquise qu’à la génération précédente et qu’elle sera abandonnée par tous les autres enfants.

245C’est de préférence le plus jeune fils qui conserve avec leur lot et leur maison le soin de veiller sur les parents jusqu’à leur mort. Cependant il arrive maintenant de plus en plus souvent que ce soit non pas le plus jeune fils mais le plus jeune enfant, car le pourcentage des fils gardiens du lot paternel a diminué progressivement, passant de plus de 90 % à la première génération à 80 % à la seconde et à 60 % à la troisième. La prépondérance masculine, encore affirmée, tend à s’atténuer.

246Ainsi s’explique la composition des contingents de migrants. Les fils n’en représentent en moyenne que 40 % et les filles 60 % ; celles-ci fournissent à elles seules les trois quarts du contingent des petites migrations, grâce aux mariages qu’elles peuvent contracter avec des fils de petits propriétaires des environs ; tandis que les hommes fournissent les deux tiers des migrants à grande distance : ceux qui ne peuvent pas rester sur place doivent rechercher les terres là où elles sont libres et bon marché, c’est-à-dire sur le front pionnier.

2472. En fonction de ce qui précède il semble facile d’établir quelle est la période de ce mouvement : la durée d’une génération. Nous avons déjà employé souvent ce mot suffisamment expressif. Cela veut dire qu’à l’exception de ceux qui sont restés sur le lot paternel les descendants de colons émigrent en moyenne une fois au cours de leur vie. Il y a des cas d’émigrations plus fréquentes, causées soit par une vocation pionnière, soit par un échec, soit par un changement de profession ; mais 15 % seulement des migrants que nous avons étudiés ont effectué plus d’une migration.

248La notion de génération tend cependant à changer de valeur car l’évolution régionale des nouvelles colonies y a entraîné une réduction de la durée moyenne de séjour : à General Osorio, par exemple, d’une génération à l’autre la durée de séjour a été réduite d’un neuvième. On peut donc noter une accélération sensible du mouvement de migration en même temps qu’un accroissement de son rayon.

249Nous avons déjà distingué la petite migration, effectuée dans les environs du lot familial ou dans un faible rayon (une centaine de kilomètres) et la grande migration, celle qui franchit plusieurs centaines de kilomètres, au besoin en sautant par-dessus des zones de prairie où aucun colon Allemand ne s’est installé.

250La tendance naturelle était de réduire au minimum la, distance de la migration pour conserver la cohésion familiale. Cependant à l’intérieur d’une famille comme dans une colonie donnée nous voyons la part de la petite migration diminuer tandis que s’accroît celle de la grande migration :

Famille Lohmann

Migrations

Génération I

Génération II

Génération III

 %

 %

%

Petites

100

70

40

Grandes

0

30

60

251Dans les nouvelles colonies les proportions correspondent à celles des anciennes à la fin du XIXe siècle, au moment où les colonies du rebord de la Serra étaient parvenues au terme de leur expansion régionale et où commençait la migration plus lointaine.

2523. L’importance du facteur temps apparaît donc comme primordiale car le temps intervient sous forme de durée et de circonstance : autrement dit ce n’est pats seulement l’écoulement du temps lui-même qui modifie les rapports entre peuplement et migration ou entre migrations proches et migrations lointaines, ce sont aussi les conditions, différentes aujourd’hui de ce qu’elles étaient il y a cinquante ou soixante-quinze ans : le statut des habitants, leur équipement, leur niveau de vie, leur horizon, tout cela a été modifié. Aussi pouvons-nous nous demander s’il n’y a pas eu dans les colonies allemandes du Rio Grande deux sortes de migrations rurales.

253L’étude des diverses phases de ce mouvement nous montre que sa périodicité était liée à divers facteurs dont le plus important était l’impossibilité de continuer à vivre sur un même site sans subir de régression économique lorsque les terres cultivées s’épuisaient. Il nous semble donc qu’il y a eu dans chaque zone deux types successifs de migration : D’une part une migration de croissance, effectuée dans un petit rayon, pendant l’expansion de la colonisation autour d’un noyau, celle de São Leopoldo entre 1830 et 1850 ou celle de Santa Rosa entre 1925 et 1950.

254D’autre part une migration de déclin, causée non plus par la recherche de terres à la périphérie, mais par l’épuisement des terres, lorsque le rendement n’est plus rémunérateur ni du capital immobilisé ni du travail fourni. Ce n’est plus de l’essaimage pionnier, c’est une émigration à grande distance, celle qui présente maintenant pour le Rio Grande do Sul une gravité particulière, parce qu’elle le prive d’un grand nombre d’hommes jeunes et actifs au moment même où ils pourraient apporter leur contribution à son développement démographique et économique. Dans quelle mesure d’ailleurs la possibilité de trouver plus loin des terres vierges n’a-t-elle pas provoqué le gaspillage de celles qui étaient cultivées ? Cette attitude « pionnière », qui a entraîné la conservation d’une technique agricole épuisante sinon dévastatrice, a contribué à stopper dans les colonies déjà établies l’accroissement de la densité démographique protectrice du sol.

255Ainsi les migrations internes ont-elles été la marque distinctive de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul, la mesure de son dynamisme agricole puis de son essoufflement rural.

256Alors que le défrichement exige beaucoup de bras les terres vite épuisées sont incapables de nourrir les descendants directs du pionnier, contraints à émigrer surtout s’ils veulent rester agriculteurs. Ces migrations, qui ont été inéluctables, ne sont pas sans avoir eu de graves répercussions sur la vie des colonies comme sur celle du Rio Grande do Sul.

b. Les conséquences

2571. Les premières conséquences des migrations sont évidemment d’un ordre démographique.

258Le taux de natalité, qui était particulièrement élevé aux premières générations, a diminué dans les anciennes colonies depuis la fin du xixe siècle, comme nous l’avons vu. C’est en grande partie le mouvement d’émigration rurale qui est la cause de cette diminution. En.effet son cornant entraîne loin de leurs municipes d’origine des hommes et des femmes jeunes pour la plupart. Ils vont fonder leur foyer soit dans les nouvelles colonies soit en dehors du Rio Grande do Sul. Leur apport est sensible dans les municipes du Nord de l’Etat, qui ont maintenant un taux de natalité élevé, comparable à celui des anciennes colonies du temps de leur expansion.

  • 78 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 27
    Recensements 1890, 1920, 1940, 1950. Population des colonies par (...)

259Mais les migrations n’ont pas seulement modifié le taux de natalité, le réduisant ici pour l’accroître là ; elles ont profondément transformé la structure de la population dans les diverses régions qu’elles ont affectées. (Voir fig. 36.) L’examen de la colonne des âges dans divers municipes pris comme échantillons révèle les altérations dues aux pertes ou aux gains en éléments démographiquement dynamiques78.

Fig. 36. — Les couches de la population dans les colonies
Noter l’importance relative des couches jeunes dans les Nouvelles Colonies et le retrait des couches de 20 à 30 et de 30 à 40 ans dans les Anciennes Colonies qui souffrent particulièrement de l’émigration rurale.

260Pour la commodité de cette étude nous allons d’abord résumer en un tableau l’évolution de la structure de la population des anciennes colonies.

261Le résultat de l’émigration des jeunes hommes et des jeunes femmes s’exprime dans la diminution du pourcentage des individus de moins de 30 ans, c’est-à-dire ceux qui ont l’âge où les départs sont de loin les plus nombreux et où les ménages sont prolifiques. Dans l’ensemble des vieilles colonies ils ne représentent plus que 87,5 % de leur proportion de 1890, mais la diminution est plus sensible encore dans les municipes purement ruraux comme Montenegro et Cai puisqu’elle dépasse le quart de la valeur du pourcentage de 1890.

262Les couches d’habitants de moins de dix ans ont diminué régulièrement : pour l’ensemble des colonies elles ne représentent plus que 78,3 % de leur valeur de 1890, soit moins des 4/5. La diminution a été plus sensible encore dans les municipes ruraux : à Montenegro la diminution a été de 23 % et à Cai de 28 %. La diminution du pourcentage des habitants de moins de dix ans est la conséquence directe de la diminution du taux de natalité, qui a été elle-même la conséquence des migrations et spécialement de l’émigration des jeunes ménages.

263Celle-ci a encore eu une autre conséquence, le vieillissement progressif de la population. A mesure que diminuait la proportion des habitants jeunes, s’élevait celle des habitants âgés. Certes cette notion est relative, mais il faut se rappeler que la durée moyenne de l’existence, bien qu’elle ait augmenté depuis cinquante ans au Brésil comme dans beaucoup de pays, y était et y est encore beaucoup plus faible que dans les nations d’Europe occidentale ou d’Amérique du Nord. Même en tenant compte de cet allongement général de la durée moyenne de la vie humaine, l’augmentation du pourcentage des personnes âgées dans les colonies ne s’explique que par le jeu des migrations. Le groupe des habitants de plus de 40 ans est une fois et demie plus important qu’en 1890 (141,5 %) dans l’ensemble des anciennes colonies. Le rôle des migrations est d’autant plus net que le vieillissement est le plus grand dans les municipes où l’émigration a sévi le plus intensément, c’est-à-dire dans les zones purement rurales : le vieillissement relatif à Montenegro et à Cai, par exemple, est de 10 % supérieur à celui de São Leopoldo ou de Santa Cruz où l’industrialisation du chef-lieu a supprimé l’émigration au moins temporairement.

264Dans ces municipes l’émigration passée ne s’inscrit dans la colonne des âges que par un léger décrochement entre la couche de 30 à 40 ans et les couches inférieures, tandis que dans les municipes essentiellement ruraux il y a un net retrait de la couche de 20 à 30 ans par rapport à celle de 10 à 20 ans. C’est là la trace caractéristique de la saignée due à l’émigration. (Voir fig. 36.) Cependant le décrochement est plus réduit en 1950 qu’en 1920 et en 1920 qu’en 1890. C’est la conséquence de la réduction du pourcentage des couches jeunes et du taux de natalité par les migrations antérieures.

265La périodicité de ces migrations se manifeste également dans les colonies du Plateau qu’on appelle les nouvelles colonies mais parmi lesquelles il convient de distinguer deux groupes suivant leur âge, car le temps a déjà imprimé sa griffe sur la physionomie des premières d’entre elles.

266L’évolution de la structure démographique d’Ijui peut servir de premier exemple de l’influence du temps sur les colonnes des âges de la population dans les municipes nés de colonies fondées à la fin du xixe siècle. Voici en effet l’évolution des pourcentages des divers groupes d’hahitants à Ijui de 1920 à 1950.

267Certes la jeunesse d’Ijui par rapport aux anciennes colonies apparaît nettement, puisque aucune de celles-ci n’a un aussi fort pourcentage d’habitants de moins de dix ans et que toutes ont un pourcentage d’habitants de plus de quarante ans beaucoup plus élevé. Ainsi s’exprime un rapport direct entre l’ancienneté du peuplement et l’âge moyen de la population.

268Mais bien qu’Ijui soit au centre d’une zone de colonisation relativement récente, la proportion des divers groupes d’âge de ses habitants a sensiblement changé depuis 1920. La part du groupe de moins de dix ans a diminué de 15 % et celle, du groupe de plus de quarante ans a augmenté de 30 %. La colonne des âges est déjà sapée par l’émigration dont le décrochement caractéristique se sitùe entre la couche de vingt à trente et celle de trente à quarante ans. L’accroissement de l’importance relative des couches de plus de quarante ans, signe du vieillissement plus que proportionnel, est dû lui aussi à l’émigration.

269L’exemple est d’autant plus saisissant que ces mêmes groupes de plus de quarante ans ont été constitués en grande partie par l’immigration de descendants d’anciens colons venus s’installer à Ijui jusqu’à la veille de la première guerre mondiale. Telle est l’accélération du rythme des migrations sur le Plateau et tel est en quelque sorte le grossissement de leurs conséquences.

270L’évolution d’Erechim entre 1920 et 1950 n’est pas moins nette. C’est une colonie plus récente encore que celle d’Ijui, sa population est plus jeune. Le pourcentage du groupe de moins de dix ans est le même en 1950 que celui d’Ijui en 1920, celui du groupe de moins de trente ans comparable à celui des anciennes colonies en 1890. Elle est donc plus jeune que celles-ci de deux générations et qu’Ijui d’une génération.

271Cependant entre les résultats des recensements de 1950 et de 1920 (celui-ci a eu lieu deux ans seulement après la création du municipe et douze ans après la fondation de la colonie), il y a des différences si appréciables que l’on peut déjà tracer la courbe de l’évolution de la population au cours de ces trente années qui représentent sensiblement la durée d’une génération.

272Certes le groupe des moins de trente ans est très important et la diminution du pourcentage des groupes de jeunes, à peine esquissée, est bien inférieure à celle d’Ijui par exemple.

273Mais le groupe des enfants de moins de dix ans a subi depuis 1920 une diminution de 14 % et le groupe des habitants de plus de quarante ans une augmentation de 7 %. C’est là un signe de plus que cette colonie est parvenue à la fin de sa phase d’expansion et qu’elle devient une zone d’émigration moins de quarante ans après sa fondation. Les facilités relatives des transports, qui avaient favorisé son développement, ont accéléré en même temps les phases de son évolution, Les statistiques démographiques soulignent ses premières rides, annonciatrices d’un vieillissement précoce.

274Il en est de même à Santa Rosa, l’une des plus récentes colonies du Rio Grande de Sul, puisqu’elle date seulement de la première guerre mondiale. Les chiffres de 1950 sont très proches de ceux d’Erechim : 33,5 % de la population à moins de dix ans et 75 % à moins de trente ans. Ils indiquent que le peuplement, alimenté jusque-là par l’immigration venue des colonies plus anciennes et par la forte natalité de ses éléments jeunes, est parvenu à son période.

275La phase d’expansion intérieure étant achevée à Santa Rosa comme dans toutes les colonies du Plateau, maintenant s’appliquera la loi d’airain de la périodicité des migrations et de la fatalité de l’émigration. Et l’on peut voir s’ébaucher les premières conséquences de cette saignée démographique : après avoir colonisé en partie le municipe de Tres Passos, ce qui était sa petite migration de croissance, la population de Santa Rosa commence déjà à essayer vers l’extérieur du Rio Grande do Sul.

276Pour en donner comme la contre-épreuve, il suffira d’examiner les pourcentages des groupes d’âge de la population de Tres Passos, qui était en 1950 l’un des plus récents municipes de l’Etat. Le groupe des moins de trente ans n’y représentait que 66 % de la population totale, mais si on lui ajoute celui des habitants ayant de trente à quarante ans, c’est-à-dire si l’on totalise les nouveaux venus sur les lots récemment distribués, cette population en pleine fleur de l’âge représente 86,9 % du total. Le groupe des moins de dix ans représente 35,4 % du total, soit sensiblement le même pourcentage qu’à Erechim et à Santa Rosa en 1940, ou qu’à Ijui en 1920, ou que dans les anciennes colonies avant 1890. La jeunesse de la population de Tres Passos apparaît d’autant plus nettement que le groupe des plus de quarante ans est très réduit : 13,1 % seulement de la population totale.

  • 79 Cf. ci-dessus chapitre IV, p. 231. Sur la périodicité des migrations : Porzelt, Der Deutsche Bauer,(...)

277Ainsi à Tres Passos la population est-elle en pleine croissance, de même que l’agriculture est en pleine expansion. C’est une colonie « jeune », c’est-à-dire dans la première phase d’une évolution économique et d’un mouvement démographique dont les municipes voisins, plus anciens, nous montrent les phases suivantes, celle de la saturation'puis celle du déclin dont l’émigration de la population excédentaire est à la fois le signe et la mesure79.

2782. Cependant toutes les conséquences de ces migrations rurales n’ont pas été négatives.

279Elles ont d’abord eu le mérite de conserver au Rio Grande do Sul plusieurs générations d’agriculteurs. Pendant toute la seconde moitié du xixe siècle et encore, au début du xixe elles ont permis aux descendants d’immigrants allemands de compenser la diminution de la production locale à mesure que s’épuisaient les terres anciennement cultivées. Elles ont évité à ces agriculteurs de surpeupler les anciennes colonies et d’y végéter. Elles ont contribué à la mise en valeur de nouvelles régions.

  • 80 Der Kolonist ist das Fundament, Brasil Post, 20 octobre 1956, p. 1 ; Mem de Sa, Confronta, p. 54 ; (...)

280En effet le colon riograndense, sachant que son lot ne pourrait pas supporter le partage entre les cohéritiers et qu’il était vain d’espérer arrondir son lopin comme en Europe, tâchait de donner à chacun de ses enfants un nouveau lot. E lui fallait évidemment l’acheter là où il y avait des terres libres à un prix abordable, c’est-à-dire dans la zone pionnière. Si les liens familiaux étaient étirés par la distance, ils restaient quand même solides. Ainsi les descendants des colons ont-ils conservé, avec un standing qui leur assurait l’aisance quotidienne, des qualités telles que la simplicité des mœurs, l’initiative, le courage, le goût de la vie indépendante. Sans brosser de ces groupes le tableau bucolique que certains voyageurs allemands en ont donné, il faut reconnaître que grâce aux migrations internes le Rio Grande do Sul possède aujourd’hui une population rurale nombreuse, saine, laborieuse, équilibrée 80.

  • 81 Tejo, Estatistica, p. 30.

281Sans l’exutoire des migrations, beaucoup de ces agriculteurs se fussent tournés par nécessité vers l’industrie. Mais le Rio Grande do Sul ne possédait au xixe siècle ni le réseau de communications convenables ni les centres propres au développement des industries. On ne voit pas comment eût pu être absorbée une main-d’œuvre prématurément abondante. Le Rio Grande do Sul a eu la chance de ne pas être encombré par un prolétariat urbain d’origine européenne qui lui aurait posé des problèmes de tous ordres81.

282Les migrations rurales, en retardant et en limitant l’exode vers les villes, ont permis au Rio Grande do Sul de ne s’industrialiser que depuis une quarantaine d’années, dans des conditions beaucoup plus favorables. Elles ont en quelque sorte assuré à cet Etat un développement économique harmonieux puisqu’il possède aujourd’hui trois grandes zones : celle de l’élevage traditionnel et celle de l’agriculture, unies par celle de la Dépression centrale où l’industrie s’est développée grâce aux facilités de transport et à la présence d’une main-d’oeuvre abondante mais non pléthorique.

283Les migrations rurales n’ont pas seulement modifié l’assiette démographique et économique de l’Etat, elles en ont aussi déplacé le centre de gravité. Le Plateau sillonné par des lignes de chemin de fer et par un réseau routier moderne est riche en ressources hydro-électriques. R voit déjà ses villes croître rapidement, en même temps que sa production agricole. Toute cette zone est animée d’un dynamisme remarquable et les descendants des immigrants européens sont en train de devenir l’élément le plus important de l’Etat, par leur capacité de production et leur goût pour l’instruction, comme par leur nombre et leur influence électorale. En cent ans les bases de la société riograndense ont été modifiées.

284Le développement de cette société rurale d’origine européenne et de genre de vie agricole méritait une étude d’autant plus attentive que les migrations périodiques ont répété les processus de mise en valeur des terres et de formation des groupes sociaux caractéristiques tels qu’on les trouvait dans les anciennes colonies. L’une de leurs conséquences les plus intéressantes pour nous est que ces migrations rurales par la succession des différentes phases de leur cycle ont reproduit, toutes choses inégales par ailleurs, les conditions de vie rencontrées au xixe siècle par les premiers immigrants : elles offrent ainsi de précieux documents aux géographes, aux économistes et aux sociologues aussi bien qu’aux historiens.

***

285L’histoire de l’agriculture des colons nous a montré que ce n’était pas sur elle que l’on devait compter pour les fixer à la terre et l’essaimage des pionniers en est la preuve ; mais ils ne se portent plus seulement d’une zone agricole à l’autre. Nous avons vu apparaître récemment dans les petites villes des colonies et dans les grandes villes de l’Etat un pourcentage non négligeable de descendants d’immigrants allemands. N’est-ce pas paradoxalement cet exode dit rural qui donnera sa stabilité aux anciens agriculteurs ou à leurs fils, grâce au succès qu’ils rencontrent dans le commerce et dans l’industrie ?

Notes

1 Waibel, Die europaische Kolonisation, p. 92-97.

2 Grimm, Heimatskunde, p. 112-114 ; Porzelt, Der deutsche Bauer, p. 21 ; Cf. Tricart et Rochefort, Le problème du champ allongé, C.R. Cong. Int. de Géog. Lisbonne, 1949, tome IV.

3 Bernardes, A Colonização no Municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 384.

4 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1925, p. 487 ; Phates, Unidades agrarias, Correio do Povo, 21 septembre 1951. Sur les anciennes colonies : Pellanda, A Colonizaçâo, p. 3 et Petry, Historia da Colonizaçâo, p. 10.

5 Nous excluons donc les districts de Feliz, Hortensio et Mundo Novo, mais nous incluons Novo Hamburgo (avec Hamburgo Velho et Lomba Grande) qui a été découpé comme à l’emporte-pièce à l’intérieur du municipe de São Leopoldo.
Tableaux :
Image 100000000000031B000002F9E475D4C2.jpg

6 I.B.G.E., Recenseamento geral do Brasil,ler septembre 1940, Parte XX, Rio Grande do Sul, tome II, Censos economicos. III Quadros sinóticos dos municipios, 57 : Area, valor e pessoal... dos estabelecimentos agro-pecuarios, p. 99-186.
Liste des Municipes : 1. São Leopoldo ; 2. Taquara ; 3. Cai ; 4. Montenegro ; 5. Estrela ; 6. Lajeado ; 7. Venancio Aires ; 8. Santa-Cruz ; 9. Taquari ; 10. Arroio do Meio ; 11. Candelaria ; 12. Sobradinho ; 13. São Lourenço (anciennes colonies) ; 14. Ijui ; 15. Erechim ; 16. Getulio Vargas ; 17. Carasinho ; 18. Santa Rosa ; 19. Sarandi ; 20. Palmeira ; 21. Passo Fundo ; 22.Santo Angelo ; 23.
São Luiz Gonzaga (nouvelles colonies).

7 Des résultats provisoires publiés par les organes locaux du C.N.E. nous pouvons tirer les tableaux suivants :
Image 1000000000000304000001E6A8A41A0C.jpg
Image 100000000000030A000001E32F6520DC.jpg

Image 10000000000002C4000000A351E7A4EA.jpg

La division de la propriété s’est poursuivie dans toutes les colonies, comme le montrent d’une part la diminution des pourcentages de propriétés supérieures à 10 hectares dans les anciennes colonies ou à 20 hectares dans les nouvelles et d’autre part l’augmentation des pourcentages des propriétés inférieures à 10 ou 20 hectares, 24,8 % au lieu de 20,9 % et 43,3 % au lieu de 38,2 %.

8 Waibel, Die europäische Kolonisation, p. 86-91 ; Gourou, Les pays tropicaux, p. 43. Sur la subdivision de la propriété riograndense : Die gegenwârtige Lage, Rotermund Kalender, 1924, p. 245-264 ; Tejo, Contribuiçâo, P.S.P., 1, p. 89 ; Brossard, DiviSão dos terras gauchos, O observador, 1939, 41, p. 26-29 ; Prates, AS propriedades rurais, D.E.E., Correio do Povo 5 et 19 octobre 1951 ; Freitas (D.), Minifundio na estrutura agrdria do Rio Grande do Sul, P.S.P., 19, 1954, p. 133-141.

9 Barros, AS migrações interiores no Brasil, R.B.E., XV, 58, p. 77-84 ; sur l’exode vers les grandes villes voir p. 79. Roche, Les migrations rurales, Annales, octobre-décembre 1954, p. 486487.

10 Jusqu’à la fin du xixe siècle le Rio Grande do Sul ne comptait que de petites villes : en 1900 Pôrto Alegre avait 59.395 habitants, Pelotas, 26.000, Rio Grande, 17.290, Santa Maria, 6.313, etc. (FARIA. Dic. Hist. Geog. R.G.S.). Le Rio Grande do Sul n’a reçu que 191.706 immigrants entre 1824 et 1914, tandis que sa population s’élevait de 106.196 à 1.660.000 habitants. L’accroissement de la population urbaine a été encore plus net de 1940 à 1950 :

Population19401950Pourcentage%Totale3 320 6894 213 509127Rurale2 286 203 2 760 621120Urbaine795 3061 212 889152

11 11.

Image 10000000000003000000017BE601C3C8.jpg

Depuis le début du siècle les vieilles colonies allemandes du Piedmont ont perdu au minimum 122 000 habitants

Image 1000000000000306000000B2F0EA8F5D.jpg

Depuis 1920 ces quatre municipes auraient reçu au minimum 121.374 nouveaux venus, dont la moitié provenaient des anciennes colonies allemandes et italiennes.

12 Gorga, Aspectos demograficos, p. 11-16.

13 Exodo de colonos, Correio do Povo, 28 février 1928 ; Santos, Exodo de colonos riograndenses : Ibidem, 28 septembre 1940 ; Metzler, Retten wir unsere Kolonien, Pôrto Alegre, 1953, 200 p.

14 Verband, Hundert Jahre, p. 70-84 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 19.

15 Verband, Hundert Jahre, p. 100.

16 Kalkmann, Relatorio, 1846, RJ.C., 1943,2, p. 241; Petry, Historia da colonização, p. 12.

17 Arquivo Publico, Livro 54, Correspondencia do director da colonia, p. 19 et sq. (novembre 1865, février 1866, etc.).

18 Ludwig, Viagens, II, p. 155-167.

19 Porto, O Trabalho, p. 167 ; Menezes, O Municipio de Santa Cruz, chapitre II.

20 Verband, Hundert Jahre, p. 110-116 ; Estrela, Album Commemorativo.

21 Pellanda, A Colonizaçâo, p. 115.

22 Ludwig, Viagens, I, p. 10-11.

23 Grimm, Heimatskunde, p. 167 ; Canstatt, Brasilien, p. 436 ; Ave Lallemant, Reise, p. 52 ; R.I.C., 1945, I, p. 148 ; Verband, Hundert Jahre, p. 116 :120.

24 Tschudi, Reisen, p. 54 ; Correio do Sul, 18 novembre 1857 ; Belem, Historia do municipio de Santa Maria.

25 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129.

26 Ave Lallemant, Reise, p. 175 ; Gerstaecker, 18 Monate, p. 104 ; Tschudi, Reise, p. 34.

27 Communication de l’Inspection régionale de la Statistique municipale, Porto Alegre.

28 Festkommission von Serro Azul, Festschrift zum 25 jaehrigen Bestehen der Bauemvereinskolonie Serro Azul, 1928,110 p.

29 Evangelische Gemeinde, Beitrag ZUT Geschichte der evangelische Gemeinde zu General Osorio, 1926, 24 p.

30 Aussi avons-nous puisé largement dans ces registres, dépouillant plus de 10.000 actes de mariages dont chacun nous donne sur six personnes des renseignements que nous avons utilisés aussi pour l’étude de l’évolution de la famille. Voir ci-dessous p. 455 et sq.

31 Nous avons étudié à Ijui 445 mariages. Sur l’étude des mariages voir Willems, Assimilação, p, 208-216.

32 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1890-1912. Les anciens colons proviennent surtout de São Leopoldo, Cai, Montenegro, Estrela, Lajeado, Santa Cruz, c’est-à-dire des colonies fondées aux deux premières phases du mouvement d’expansion. Voir aussi Waibel, Principios, p. 171.

33 Origine des conjoints à Panambi (Communauté évangélique).

Image 100000000000030B00000259BEEDE577.jpg

34 Origine des conjoints à Panambi (État civil).

Image 10000000000003060000009C7486395C.jpg

35 Verband, Hundert Jahre, p. 121. La colonie fut fondée par le « Coronel » Alberto Schmitt (cf. Ludwig, Viagens, I, p. 191). Origine des conjoints :

Origine des conjoints190919291949Nombre de mariages6886Allemagne7091Anciennes colonies6610817Plateau01328Nao Me Toque042107Image 100000000000030700000087D74A729D.jpg

36 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas :

Image 10000000000002C200000076A7A04CBF.jpg

Registro do Estado Civil, Erechim I :

Image 10000000000002BB000000B5D625285A.jpg

37 Inspetoria das Terras e da Colonização, Santa Rosa. Talons 1 à 10 (1940). 471 chefs de familles. Provenance :
Étranger 28 (Allemagne-Autriche 20, Pologne 6, Italie 2),
Anciennes colonies allemandes 157 (Montenegro 30, Cai 16, Estrela 14, Lajeado 9, Santa Cruz 18, Cachoeira 16, Santa Maria 5, etc.) ;
Anciennes colonies italiennes 15 ;
Premières colonies du Plateau 197 (Ijui 154).
N.-B. — L’âge moyen des nouveaux chefs de famille était de 35 ans : 45 % avaient moins de 30 ans et 72 % moins de 40 ans. Le nombre moyen d’enfants était de 6,1 par famille.

38 Registro do Estado Civil, Santa Rosa I ;

Image 100000000000034D000000D7FC0308FD.jpg

39 Bernardes, A Colonização do municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 390.

40 Relatorio do Presidente, 1864, p. 83 ; Deutsche Zeitung, 23 septembre 1863, 17 février 1864, 14 avril 1866.

41 Ludwig, Viagens, I, p. 105-106 ; Daudt, Memorias, p. 190 ; Beck, Nova Querencia, Cronica das emigrações Riograndenses para o Matto Grosso, 59 p. ; Colonia de Agua Clara, Koseritz Volkskalender, 1922, p. 48.

42 Willems, A Aculturação, p. 113 ; Wilhelmy, Siedlung im Südamerikanischen Urwald ; Deutsche Siedlungen in Mittelparaguay.

43 Relatorio da Secretaria dos Obras Publions, 1918, p. 277 ; Verband, Hundert Jahre, p. 123 ; Correio do Povo, 17 mars 1928 et 23 avril 1954 (Gonçalves, Colonias para os que emigram).

44 Middeldorf, Porto Novo, Siedlung fur deutschsprechende Katholiken, p. 6-7.

45 Oeste Catarinense, p. 153-331.

46 Correio do Povo, 6 mai 1952.

47 Idem, 6 novembre 1951.

48 Der Marsch nach West-Paraná, Brasil Post, n° 333, 13 avril 1957 ; Cavalcanti Bernabdes, O Problema das frentes pioneiras, R.B.G., XV, 3, p. 335-384. General Rondon, municipe de Toledo, est la plus grosse agglomération de Teuto-riograndenses dans le Paranâ (Brasil Post, n° 301).

49 P. ex. Petrovina (Brasil Post, 297) Gleba Arinos (Idem, n° 280), etc.

50 Album Comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana no Rio Grande do Sul, p. 495-509.

51 Prunes, Migrações internas, Cours dactylographié (Faculdade de Filosofia da Universidade do Rio. Grande do Sul).

52 Verband, Hundert Jahre, p. 125 ; Correio do Povo, 31 juillet 1952.

53 Liste des électeurs nés à Nâo Me Toque, installés ailleurs et ayant demandé un extrait d’acte de naissance pour s’inscrire sur les listes électorales (communiquée par M. Dornelles, Escrivão distrital).

54 Rambo, Cerro Largo, Brasil Post, n° 120 (14 mars 1953).

55 Jornal do Dia, 15 mars 1951.

56 Versammlung, 1934, p. 9.

57 Metzler, Brasil Post, n° 93 (6 septembre 1952).

58 I.B.G.E., O aproveitamento, p. 10,16, 29 ; R.B.E., As migrações internas (XV, 58, p. 77-84) ; I.B.G.E. Recenseamentos 1940 et 1950.
Riograndenses résidant dans un autre étal en 1950

Image 100000000000030000000105CCC92564.jpg

59 Exodo, Correio do Povo 17 mars 1928Exodo de Colonos, Correio do Povo 30 avril 1940 ; Metzler, Brasil Post, n° 93,1952, p. 6.

60 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1919, p. 367.

61 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 338. Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1915, p. 83.

62 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1925, p. 368.

63 Correio do Povo, 15 avril 1952.

64 Verband, Hundert Jahre, p. 124-125 ; Correio do Povo, 6 mai 1952.

65 P. ex. Correio do Povo, 26 février 1928.

66 Cornelius, Die Deutschen, p. 65 ; Volk und Heimat, 1938 ; Correio do Povo, 21 février 1954, 17 octobre 1954

67 Cf. Marien Kalender 1923, 1930, 1938 ; Willems, A Aculturação, p. 126-127.

68 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 367.

69 Borges De Medeiros, Fala à Assembleia 1926 : Koehler, Brasilien, p. 238 ; Correio do Povo, 28 février 1928.

70 Costa, O criterio da colonização oficial, Correio do Povo, 19 août 1950.

71 Verband, Hundert Jahre, p. 124.

72 Vellinho, Communicação do Presidente do Conselho administrative, Correio do Povo, 22 octobre 1940 ; Bohn, Em torno ao monumento, p. 13 ; Jornal do Dia, 19 septembre 1947 ; Correio do Povo 30 juillet 1949 ; Petry, O 125° aniversario da colonisação alemã et Historia, II, p. 8-30.

73 73aEvangelische Gemeinde, Beitrag zur Geschichte der evangelische Gemeinde zu General Osorio (Munizip Cruz Alta), 1926, 24 p.

74 73b Migrations dans la colonie G1 Osorio (Linha 5, depuis 1926).

Image 100000000000030A000001F2555280FA.jpg

75 Livre de raison, obligeamment communiqué.

76 Livre de raison, obligeamment communiqué.

77 Willems, A Aculturação, p. 351

78 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 27
Recensements 1890, 1920, 1940, 1950. Population des colonies par groupes d’âge.

Image 100000000000031B0000022AE0593EB7.jpg
Sur les dangers de l’exode rural à la deuxième génération, MAURETTE, Quelques aspects, p. 67.

79 Cf. ci-dessus chapitre IV, p. 231. Sur la périodicité des migrations : Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 104 ; Verband, Hundert Jahre, p. 123-124. Il est d’ailleurs permis de se demander si cette colonisation n’a pas subi l’influence d’une sorte de fatalité, celle qui l’a liée à la forêt ; Valverde, Excursão, R.B.G., X, 4, p. 502 ; Rambo, Fisionomia, Fundamentos, p. 280.

80 Der Kolonist ist das Fundament, Brasil Post, 20 octobre 1956, p. 1 ; Mem de Sa, Confronta, p. 54 ; Rambo, A Fisionomia (Fundamentos da cultura, p. 28). L’opinion divergente de Waibel (Principios, p. 198) nous semble faussée par les comparaisons établies avec l’Europe et les États-Unis.

81 Tejo, Estatistica, p. 30.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 34. — Dimensions moyennes des propriétés en 1949La grande propriété correspond à la zone de l’élevage, la petite propriété à celle de l’agriculture, dans les colonies. Les Nouvelles Colonies elles-mêmes contiennent beaucoup de moyennes inférieures à 25 hectares ; elles commencent à subir l’amenuisement de la propriété dont souffrent les Anciennes Colonies.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Anciennes colonies
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Nouvelles colonies
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 35. — Phases et directions des migrations ruralesAu cours d’une première phase (1) les migrations se sont effectuées à partir de São Leopoldo vers l’Est et surtout vers l’Ouest jusqu’au coude du Jacui. Au cours d’une seconde phase (2) elles se sont effectuées du Piedmont vers le Plateau (Haut Jacui, Ijui, Haut Uruguay). Au cours d’une dernière phase (3) elles s’effectuent et du Piedmont (Anciennes Colonies) et du Plateau (Nouvelles Colonies) vers les États de Santa Catarina, du Paraná et même du Mato Grosso.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Colonies
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 36. — Les couches de la population dans les coloniesNoter l’importance relative des couches jeunes dans les Nouvelles Colonies et le retrait des couches de 20 à 30 et de 30 à 40 ans dans les Anciennes Colonies qui souffrent particulièrement de l’émigration rurale.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5931/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540